Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

La mortalité infantile en Europe occidentale au xviiie siècle

p. 191-210


Texte intégral

1Depuis quelques années, la démographie historique s'intéresse particulièrement à la mortalité infantile, c'est-à-dire aux décès des enfants de moins d'un an. Trois raisons expliquent ce choix :

  • d'abord, le souhait de mieux comprendre la transition démographique. Certes, les historiens démographes ont étudié le déclin de la fécondité, proposé des modèles explicatifs (Louis Henry, un des pères de la démographie historique, a mis au point une technique de dépouillement de l'état civil ancien qui convient très bien à l'étude de la fécondité, beaucoup moins à celle de la mortalité1.) Mais c'est la baisse de la mortalité qui enclenche, d'après Adolphe Landry, le mécanisme de la transition démographique. Dans cette mortalité du passé, la part des décès d'enfants de moins d'un an est très importante ;

  • ensuite, l'enfant est devenu un acteur de l'histoire et l'enfance, un objet historique ;

  • enfin, nous disposons de longues séries statistiques collectées par des équipes de chercheurs comme l'INED en France, les collaborateurs de Wrigley et Schofield en Grande-Bretagne. Des monographies abondantes complètent les données.

2Mais ces données, nombreuses, variées et à peu près sûres pour le XIXe siècle, ne foisonnent pas pour le XVIIIe siècle. À l'exception de cinq pays nordiques (Danemark, Finlande, Islande, Norvège, Suède), aucune série de statistiques annuelles de décès n'existe avant le XIXe siècle2. À cette difficulté d'ordre quantitatif s'ajoute une difficulté d'ordre qualitatif : le sous-enregistrement des décès d'enfants fréquent jusqu'au cœur du XIXe siècle. Jacques Houdaille estime qu'en 1750-1779, la proportion des décès non enregistrés s'élève à 31 % contre 50 % en 1690-17143 ! Toutefois, des méthodes permettent de corriger les quotients apparents de mortalité infantile.

3Les données dont nous disposons pour le XVIIIe siècle, conduisent à deux grandes séries de remarques.

4La première concerne le niveau de la mortalité infantile. Il est élevé : en France de 1740 à 1789, le quotient de mortalité infantile serait voisin de 270 %4, ce qui pèse lourd sur l'espérance de vie à la naissance : près d'un enfant sur deux n'arrive pas à vivre cinq ans ! La campagne flamande et brabançonne a des taux compris entre 200 et 300‰5. En Italie du Nord, les 300 %o sont atteints, voire dépassés en 1730-1750 et 1760-17706.

5Le niveau varie donc d'une région à l'autre. L'Europe du Nord-Ouest se distingue par des taux moins élevés (entre 170 et 200 %o en Angleterre)7 alors que l'Europe méditerranéenne et l'Europe Orientale connaissent une forte mortalité infantile (encore en 1840, la Bavière perd 3 enfants sur 10 avant l'âge d'un an ; à la fin du XIXe siècle, la Russie a des niveaux de l'ordre de 300 %8.) % Une analyse géographiquement plus fine montre des disparités importantes à l'intérieur d'un même pays. Ainsi, en France, le Sud-Ouest détient la mortalité infantile la plus basse (191 %o) alors que les quotients s'élèvent à 246 %o dans le Nord-Ouest et à 249 %o dans le Nord-Est. À l'échelle des paroisses, les différences s'accentuent encore.

6La seconde s'intéresse à la baisse de la mortalité infantile en Europe Occidentale. Deux moments apparaissent dans cette baisse :

  • la fin du XVIIe siècle. Les données éparses dont nous disposons pour la période attestent cette diminution. En Angleterre9, dans le Brabant10, dans la Campine11, à Genève12, dans la banlieue rurale de Bologne13, s'observe une baisse de la mortalité des enfants de moins d'un an. L'exception se relève à Tourouvre-au-Perche, les progrès du tournant du siècle n'y apparaissent pas14 ;

  • la fin du XVIIIe siècle. L'enquête de l'INED met en évidence un net recul de la mortalité des enfants français de 1790 à 1829. Le même phénomène touche une grande partie de l'Europe occidentale comme la Belgique, la Suisse alémanique, de nombreux états allemands, l'Angleterre (mais à un degré moindre)15.

7Donc, la mortalité infantile du XVIIIe siècle ne suit pas une évolution linéaire. Il existe une exception suédoise. Dans les années 1750, ce pays entame une baisse régulière seulement affectée par les fluctuations annuelles.

8En somme, en Europe Occidentale, deux grands types de pays se dégagent :

  • d'une part, ceux qui commencent tardivement la révolution démographique avec un niveau élevé de mortalité infantile. Ces pays appartiennent à l'Europe du Sud ;

  • d'autre part, ceux qui entrent dès le XVIIIe siècle dans le processus de transition. Deux sous-groupes sont à distinguer : l'Europe du Nord (Suède, Norvège, Angleterre) à la mortalité infantile relativement peu élevée ; la France qui entame sa baisse en ayant de forts taux.

9La ressemblance des courbes d'un pays à l'autre, leur parallélisme, leurs décrochages similaires posent bien sûr la question des causes. Quels sont les déterminants de la mortalité infantile ? Le débat est ouvert entre les chercheurs qui privilégient les hypothèses socio-économiques, ceux qui préfèrent les facteurs comportementaux, ceux qui s'intéressent aux variables biologiques. Essayons de faire le point de la question.

LES VARIABLES BIO-GÉNÉTIQUES

10Les quotients de mortalité infantile regroupent deux catégories de décès :

  • la mortalité endogène qui est liée aux conditions de l'accouchement, aux malformations congénitales, à la mauvaise santé de la mère. Au prime abord, elle mesure la part du biologique. Les décès dus à des causes endogènes se produisent dans les premiers jours de la vie ;

  • la mortalité exogène provient des maladies contractées après la naissance ou d'accidents sans lien direct avec l'accouchement.

L'importance de la mortalité périnatale16

11« Un décès infantile sur trois, et parfois même un décès sur deux, survient dans la première semaine »17. Jacques Dupâquier cite l'exemple de Bagneux-la-Fosse (Aube) où, en 1710-1729, pour 1 000 baptêmes se produisent 117 décès au cours de la première semaine d'existence18. Dans le Bas-Quercy en 1751-1792, 30 % des décès infantiles ont lieu dans les sept jours qui suivent l'accouchement.

12Cette surmortalité des premiers jours est un phénomène démographique constant puisqu'elle existe encore de nos jours. Seul, le niveau de la mortalité périnatale a changé. Richard Lalou conclut que : « Si le niveau de mortalité néonatale précoce est le produit d'une société, l'universalité de son évolution est plutôt l'expression de sa nature biologique »19.

13La dimension biologique des décès de nouveau-nés est confirmée par la surmortalité masculine dans la première semaine de vie. Pour 100 filles qui meurent, 138 garçons décèdent à Rome (génération de 1810)20, 112 dans le Bas-Quercy (période 1751-1872). C'est surtout la première journée qui est difficile pour les garçons : le rapport de masculinité des décès s'élève alors à 143 pour le Bas-Quercy (deuxième moitié du XVIIIe siècle), 142 pour la Nouvelle-France au Canada21. Il y a donc une inégalité biologique entre les sexes.

14L'accouchement est un moment de grands périls. Les risques plus grands de mortalité maternelle dans les deux jours suivant la naissance confirment le danger obstétrical.

15Est-ce à dire qu'au XVIIIe siècle, les matrones, plus habiles à ondoyer qu'à mettre au monde, continuent à sévir ? En 1786, sur l'initiative de la Société royale de médecine, l'administration mène une enquête sur les « sages-femmes du royaume »22. On y observe que les sages-femmes représentent environ un tiers des accoucheuses (leur proportion s'élève dans le Nord et le Nord-Est de la France). Deux faits montrent qu'une évolution se dessine à partir de 1770 :

  • d'abord, en 1786, une sage-femme sur deux, une matrone sur cinq a moins de 50 ans. La matrone détient donc l'expérience et la sage-femme, un diplôme. Or, la population féminine accepte souvent de jeunes accoucheuses. A Millau, une fille a commencé d'exercer son art à 13 ans !

  • ensuite, les cours itinérants de Mme du Coudray et les chirurgiens démonstrateurs forment désormais une majorité de sages-femmes.

16Le risque de mort ne s'arrête pas à la première semaine. Il reste élevé dans celles qui suivent : les décès du premier mois représentent plus de la moitié des décès de la première année (52,6 % dans le Bas-Quercy au XVIIIe siècle, 68 % à Figeac en 1750-1779)23. La mortalité exogène prend alors le relais de la mortalité endogène.

Les maladies infantiles

17Trois grands types de maladies frappent les jeunes enfants :

  • les maladies digestives comme la gastro-entérite. Elles sévissent surtout en été. Provoquant des diarrhées, elles conduisent à la mort ou à une perte sévère de poids (les aliments ne sont pas correctement assimilés du fait de la réduction du transit intestinal ; le corps perd ainsi des éléments nutritifs, ce qui déséquilibre le métabolisme ; les parents remplacent la nourriture solide par des aliments dilués ce qui aggrave l'état nutritionnel du jeune malade)24. Le déficit pondéral et la dégradation nutritionnelle préparent le terrain aux maladies infectieuses ;

  • les maladies respiratoires au rang desquelles figurent les pneumonies, les bronchites, les pleurésies, les formes tuberculeuses (primo-infection, méningite tuberculeuse)25. Elles frappent davantage en hiver ;

  • les maladies épidémiques qui regroupent la variole, la rougeole, la diphtérie, la dysenterie...

18À la fin du XVIIIe siècle, avant l'introduction de la vaccination, la variole perd de sa virulence26, l'état endémique succédant aux pointes épidémiques. Un débat est ouvert sur le pourquoi de ce changement. Les Anglais Wrigley et Schofield avancent une hypothèse d'ordre biologique : un nouvel équilibre serait apparu entre les agents pathogènes et les êtres humains, c'est-à-dire qu'il y aurait eu modification de la composition immunologique de la maladie27. S. Kunitz voit plutôt dans ce changement le produit d'une meilleure intégration de l'économie et d'une intensification des échanges commerciaux résultant d'une diminution de l'activité militaire et d'un accroissement du rôle de l'État28. En fait, ce débat pose la question de la part respective des facteurs biologiques et des facteurs socio-économiques dans la mortalité du passé.

LES VARIABLES ENVIRONNEMENTALES

19Le niveau de la mortalité infantile paraît dépendant à la fois de l'environnement humain (famille et société) et du milieu physique.

Le milieu physique

20Les conditions géographiques jouent un rôle important dans le mode de transmission des maladies. La Sologne, région où le paludisme sévit à l'état endémique, détient le record peu enviable de la mortalité infantile la plus élevée : 364 %o en 1780-178929.

21Le regroupement de l'habitat favorise la diffusion des épidémies. D'une part, un plus grand nombre de personnes est susceptible de boire la même eau souillée, d'où, par exemple, l'extension de la fièvre typhoïde. D'autre part, la plus grande densité humaine accroît le nombre de contacts et, donc, les risques de contagion.

22Le climat influe aussi sur le niveau de la mortalité infantile. Toutes les monographies dressent une répartition saisonnière des décès qui fait apparaître deux pointes (celle de la fin de Tété et de l'automne naissant, celle de l'hiver) et un grand creux (celui de la fin du printemps). Le froid qui aggrave les affections respiratoires et la chaleur qui favorise les affections de l'appareil digestif augmentent les risques de décès pour les enfants. On ne sera donc pas surpris de constater que la surmortalité estivale est très forte en Provence-Languedoc alors que l'hiver commet de grands ravages dans l'Est de la France30.

23Mais cette analyse plutôt sommaire peut être approfondie. Eric Vilquin a ouvert un nouveau champ de recherches historiques autour de la question des contraintes climatiques de la survie31.

24Les effets de la saison varient en fonction de l'âge auquel un enfant affronte le froid ou la chaleur, d'où l'idée de combiner le mois (ou la saison) de naissance et l'âge au décès. À ce jour, peu de chercheurs ont emprunté cette voie et, lorsqu'ils l'ont fait, c'est pour s'intéresser prioritairement au XIXe siècle32. Il existe donc de grosses lacunes pour le XVIIIe siècle, et cependant, les résultats ne décevraient pas...

Image 10000000000002AF000001A6273241D5716853FB.jpg

H = Hiver P = Printemps E = Été A = Automne
Q 0-1 = quotient de mortalité du premier mois ;
Q 0-11 = quotient de mortalité infantile

25L'effet des facteurs climatiques est très net pour la mortalité du premier mois. Sa portée se réduit pour les mois suivants. Partout, il y a une surmortalité pour la génération née l'hiver, mais l'éventail des écarts est plus grand pour les régions qui connaissent de forts écarts thermiques (Vénétie, Bas-Quercy) alors que les régions climatiquement plus agréables connaissent des écarts plus réduits.

26Les résultats belges diffèrent de ceux de l'Italie et du Bas-Quercy. En Belgique, « c'est (à peu près) entre 5 et 11 mois qu'on est le plus sensible à la surmortalité d'hiver ; c'est entre 1 et 5 mois qu'on est le plus atteint par la surmortalité d'été ; en outre, la crise d'hiver touche (inégalement) tous les âges tandis que celle d'été n'a guère d'effet au-delà de 8 mois et, par ailleurs, épargne aussi les enfants de moins d'un mois »33.

27La génération d'hiver, très éprouvée dans le premier mois, présente un maximum secondaire à 6-8 mois (soit pendant l'été). La génération de printemps connaît un important sommet secondaire à 3-5 mois correspondant aux risques de l'été. La génération d'été a une mortalité qui décline au cours des mois avec une timide reprise à 9-11 mois. Cette dernière est beaucoup plus accentuée pour la génération d'automne. On retrouve donc encore les mois d'été.

28La surmortalité d'hiver paraît forte pour la cohorte née l'été alors que la génération d'hiver passe mieux l'été.

29Quels sont les mécanismes qui unissent la saison de naissance et la mortalité ?

  • dans les premiers mois d'existence, les enfants nés en hiver courent le risque d'avoir des infections respiratoires. Des hivers doux (Sicile, Belgique) minimisent les dangers de mort. Cependant, ces maladies pulmonaires n'occasionnent pas de déficit nutritionnel grave ;

  • avec l'été, les maladies digestives font des ravages. Le risque varie avec l'âge et le mode d'allaitement. Un enfant nourri au sein est mieux protégé. Mais la fonction immunitaire se dégrade au cours du temps. Ainsi, l'enfant alimenté par sa mère est à l'abri des maladies gastro-intestinales pendant le premier mois mais le péril infectieux augmente progressivement à partir du deuxième mois, si bien que les chaleurs estivales sont plus meurtrières à 9-11 mois qu'à 6-8 mois.

30Ces maladies digestives entraînent la mort ou, au mieux, laissent des traces car elles ralentissent la croissance corporelle rendant la froidure hivernale plus dure à supporter.

31Ces remarques permettent de faire l'hypothèse qu'une diminution de l'écart thermique entre l'hiver et l'été permettrait une baisse de la mortalité. Cela s'est-il produit à la fin du XVIIIe siècle ? Pour donner une réponse solide, il faudrait systématiser les recherches sur les relations entre saison de naissance et mortalité infantile au XVIIIe siècle, un travail à peine ébauché...

32On ne s'avance pas beaucoup en pensant que, pour la mortalité des très jeunes enfants, l'influence du milieu physique (climat, qualité de l'eau) est plus déterminante que celle du milieu humain.

Le milieu humain

Les paramètres socio-économiques

33Des nombreuses monographies écrites sur le sujet se dégage l'impression que, dans les sociétés préindustrielles, le social joue un faible rôle. Cependant, deux nuances sont à apporter :

  • d'une part, des comportements ou des coutumes sociales masquent le facteur économique ou social. Par exemple, la mise en nourrice, souvent meurtrière et plus fréquente dans les familles aisées, annule d'éventuels avantages sociaux à la naissance ;

  • d'autre part, la mortalité sociale est une caractéristique urbaine. À Rouen, la mortalité infantile s'élève à 272 ‰ chez les notables et à 396 ‰ chez les ouvriers34. Dans la paroisse bruxelloise de Saint-Géry, « la pauvreté s'accompagne d'un triplement du quotient par rapport aux plus favorisés du destin »35. Les différences sont tout aussi énormes à Genève : les quotients varient de 208 à 358 ‰ selon le groupe social36.

34Cette inégalité sociale est atténuée, voire effacée, par les facteurs endogènes de la mortalité : dans la Nouvelle-France, il existe une surmortalité périnatale dans les familles de notables !37

35Cela revient à écrire que :

  • la mortalité différentielle proviendrait de facteurs exogènes comme les mauvaises conditions de logement (plus fréquentes en ville), la protection insuffisante contre les morsures du froid, les difficultés d'accéder aux soins ;

  • l'état physique des mères au moment de l'accouchement jouerait un rôle secondaire. Cependant, le niveau élevé de la mortalité infantile peut être lié aux difficiles conditions d'existence des femmes. Les longues journées de travail et la malnutrition épuisent les futures mères. Les carences alimentaires, fréquentes dans l'enfance, provoquent des malformations et, notamment, des rétrécissements du bassin, rendant les accouchements délicats. Il n'y aurait rien de surprenant à ce que de nombreuses naissances soient prématurées.

36Il est patent qu'existe une relation entre la mortalité et le poids à la naissance : « Les bébés pesant à la naissance entre 2 et 2,5 kgs risquent huit fois plus de mourir pendant la période néonatale, et quatre fois plus pendant la période post-néonatale, que ceux dont le poids à la naissance dépasse 3 kgs »38. Il se peut aussi qu'un enfant bien portant devienne sous-alimenté et s'expose ainsi aux maladies.

37De ces constatations découlent deux remarques :

  • une amélioration de l'alimentation provoque un recul de la mortalité. Mac Keown estime qu'à la fin du XVIIIe siècle, les progrès de l'agriculture et des transports généralisent une meilleure alimentation et donc favorisent la résistance des corps face à des agressions infectieuses39. Actuellement, dans cette perspective, des chercheurs comme R.W. Fogel étudient les liens unissant l'état nutritionnel et la stature des individus. Leur projet est de démontrer une corrélation entre la taille moyenne et la mortalité40 ;

  • il pourrait exister des familles à risques, une mère chétive éprouvant des difficultés dans la conduite de sa grossesse et dans l'accouchement.

Les paramètres familiaux

38Avant d'examiner le rôle de la composition familiale dans la mortalité infantile, il convient d'observer :

  • l'impact de l'illégitimité. Les enfants nés d'une mère célibataire ou veuve passent plus difficilement le cap du premier anniversaire ;

  • l'effroyable mortalité des enfants abandonnés. Dans la région caennaise au XVIIIe siècle, le quotient de mortalité infantile fluctue entre 506 et 724 ‰ alors qu'à l'hôpital italien d'Imola, il s'élève à 419 ‰. Un triste record appartient à Rouen pour 1770-1779 : 946 ‰ !41

39Trois critères sont à prendre en considération pour connaître l'influence du milieu familial :

  • l'âge de la mère. On aboutit à une courbe en « U » : les enfants nés de mère jeunes ou âgées ont une mortalité plus élevée que ceux nés de mères dans la vingtaine (les écarts les plus importants se trouvent dans la mortalité périnatale). Cette observation faite pour la Nouvelle-France42 rejoint les résultats trouvés à Thoissey et à Tourouvre-au-Perche ; dans ces deux paroisses, plus la mère s'est mariée jeune et plus la mortalité de l'aîné est forte43 ;

  • le rang de naissance. Il existe une surmortalité des aînés et le décès se produit le plus souvent dans les premiers jours de la vie, ce qui montre les difficultés de l'accouchement pour les primipares ; le niveau s'abaisse pour les rangs suivants avant de remonter. Toutefois, pour les rangs plus élevés, l'âge de la mère intervient ;

  • la taille de la famille. Dans les familles nombreuses (par exemple, 9 enfants et plus) la mortalité infantile est plus forte. Comment cela se fait-il ? 1. Un facteur de comportement intervient : plus on a d'enfants à élever et moins on s'occupe d'eux ; 2. Les couples ont beaucoup d'enfants parce qu'ils en perdent en bas âge ; 3. Surtout, les membres d'une même famille possèdent en commun de nombreux éléments susceptibles d'influencer la mortalité. Il s'agit de comportement en matière de soins et d'allaitement, mais aussi de l'environnement physique et du patrimoine génétique. Des études montrent que les antécédents génésiques de la mère jouent un rôle très important sur le destin du dernier-né. Richard Lalou calcule que la probabilité de décès d'un enfant est 1,8 fois plus forte s'il appartient à une famille qui a déjà perdu un enfant avant sept jours que s'il est membre d'une famille où tous les enfants ont passé le cap de la première semaine44.

40Un décès au cours des sept premiers jours étant à associer à l'accouchement, on peut faire l'hypothèse que la mère connaît des problèmes physiologiques d'origine pathologique ou accidentelle. Un accouchement difficile compromet les naissances ultérieures et menace la survie d'une descendance.

41C'est que l'obstétrique, en particulier, et la médecine, en général, balbutient encore.

La place de la médecine

42Tout le monde est d'accord : la baisse de la mortalité enregistrée dans la décennie 1790 n'est en rien le fait de progrès médicaux décisifs. Elle se situe avant les premières campagnes de vaccination jennerienne45. Il n'y a donc pas de révolution médicale ! D'ailleurs, la thérapeutique déçoit et les mères continuent à appliquer un savoir oral et coutumier sur les manières de guérir un enfant malade46. Les amulettes, les prières et les pèlerinages complètent la panoplie des soins.

43Mais Marie-France Morel s'insurge. Elle admet que la médecine ne joue aucun rôle direct dans la baisse de la mortalité mais elle estime qu'indirectement la médecine contribue à la survie des petits enfants :

  • -d'une part, les médecins portent une plus grande attention que par le passé aux enfants malades. En 1769, un premier hôpital pour enfants pauvres s'ouvre à Londres. Les ouvrages d'hygiène et de conseils aux parents se multiplient ;

  • -d'autre part, les médecins se passionnent pour la « conservation des enfants ». Ils agissent au niveau de l'élite et insufflent une dynamique de sauvegarde de l'enfance. À partir de 1750-1760, le salut des corps deviendrait un souci presque aussi important que le salut des âmes47. Les idées populationnistes et humanistes se propagent grâce à la littérature européenne qui condamne les matrones coupables de faire périr beaucoup de mères et de bébés et qui développe des arguments médicaux sur les avantages de l'allaitement maternel.

44Ces discours visent donc l'amélioration de l'environnement et, surtout, la modification de comportements responsables de nombreuses maladies infantiles.

LES VARIABLES COMPORTEMENTALES

45Il est indéniable que les chances de survie du nourrisson dépendent du mode d'alimentation (allaitement maternel ou mise en nourrice). Le moment du sevrage représente un autre passage délicat.

Le mode d'alimentation

46La géographie de la mortalité infantile est à rapprocher de celle des coutumes d'allaitement48. Les enfants nourris au sein maternel meurent moins au cours de la première année. Arthur Imhof rapporte deux exemples significatifs. Dans le village bavarois de Gabelbach où les nourrissons reçoivent des bouillies et des soupes mais pas de lait, le quotient de mortalité infantile s'établit à 339 ‰. À Hesel dans le Hanovre, les mères allaitent leur progéniture et le quotient ne s'élève plus qu'à 130 ‰49. En France, le Sud-Ouest détient les quotients les moins forts car la pratique de l'allaitement maternel y est courante. La mise en nourrice intéresse davantage la région parisienne (20 à 25 % des enfants), la Normandie, la région lyonnaise et le Centre-Est, l'ensemble Provence-Languedoc50.

47Cette dernière pratique expose le bébé à un double danger : d'une part, il court des risques infectieux car il n'est pas protégé par les anticorps du lait maternel ; d'autre part, la qualité discutable des aliments de substitution et le manque d'hygiène accroissent les probabilités de dysenterie.

48La mise en nourrice rend la mère plus rapidement féconde. Or, des naissances rapprochées augmentent les dangers d'un mauvais accouchement et peuvent donc aussi contribuer à une mortalité périnatale élevée.

49Le recul de la mortalité à la fin du XVIIIe siècle, serait-il dû à une extension de l'allaitement maternel ? Le débat est ouvert. Peut-on penser que les écrits valorisant le lait humain aient porté auprès de femmes majoritairement analphabètes ? Les troubles de la Révolution auraient-ils freiné l'envoi en nourrice ? La découverte de l'enfant que quelques auteurs (par exemple, Philippe Ariès, Edward Shorter) datent de la fin du XVIIIe siècle, pousserait-elle les mères à garder leur nourrisson près d'elles ? Ces arguments ne paraissent pas déterminants. Les statistiques montrent qu'à partir de 1770 le nombre de jeunes Parisiens mis en nourrice diminue mais qu'il existe une poussée de cette pratique dans les autres villes.

50Ce qui est sûr, c'est que la mise en nourrice est une spécificité française. Dans aucun autre pays d'Europe, elle n'est aussi fréquente. Toutes les classes urbaines se trouvent concernées. Les groupes sociaux les plus aisés ont ouvert la voie, imités par les artisans et les ouvriers. Pourquoi cette originalité française ? Pour répondre, les études manquent. Ce thème de recherche serait d'autant plus intéressant à aborder qu'il existe vraisemblablement des relations entre la mise en nourrice et la limitation volontaire des naissances, l'autre grande originalité française.

51Pour un enfant du XVIIIe siècle, naître n'est pas encore vivre : après l'accouchement, une autre épreuve attend le nourrisson : le sevrage.

Le sevrage

52Quand intervient-il ? Pour apporter une réponse, examinons les données concernant la mortalité par mois (%) dans le Bas-Quercy (1751-1872).

Image 10000000000002B00000021C0944D6F833FF72B3.jpg

L'âge est exprimé en mois révolus

53Les quotients de mortalité élevés dans les premiers mois décroissent peu à peu. À partir du 10e mois, la mortalité reprend de la vigueur avant de s'affaiblir après le 18e mois. Il semblerait donc que, dans le Bas-Quercy, le sevrage s'effectue généralement entre le 10e et le 18e mois.

54Cette remarque rejoint les résultats trouvés dans d'autres lieux (à Rome, il se produirait entre le 12e et le 18e mois)51.

55Le changement de régime alimentaire a des effets plus ou moins importants selon la saison de naissance. La génération d'été passe très mal le deuxième été, l'abandon de l'allaitement renforçant les périls estivaux. Pour la génération d'automne, la mortalité s'envole avec l'été (10-11 mois). Il semble que la traditionnelle surmortalité estivale ne soit pas seule en cause : la pointe est moins accentuée pour la génération d'hiver (7-8 mois). Cette dernière rencontre des difficultés pendant le premier été mais aussi durant le second (18-20 mois), ce qui conduit à être prudent sur les interrelations entre l'âge, le sevrage et la surmortalité de juin-juillet-août.

56En effet, l'âge au sevrage n'est peut-être pas le même pour toutes les générations. Dans le Bas-Quercy, ne faudrait-il pas le relier au calendrier agricole ? La lourdeur et la pénibilité des travaux pendant l'été obligeraient les mères à sevrer leur progéniture dans une période peu favorable. Cela expliquerait la tardive poussée du nombre des décès chez les 18-20 mois de la génération hivernale.

57Sans doute aussi, ce sevrage se fait-il progressivement. Antoinette Fauve-Chamoux souligne que « dès quatre ou cinq mois, l'enfant a [...] besoin d'autre chose que de lait, surtout si le lait ne lui est pas fourni en quantité suffisante »52. La diversification alimentaire se produirait au moment de la dentition et la prise de nourriture solide occasionnerait éventuellement des maladies.

58Ces résultats suggèrent une réflexion plus approfondie sur l'importance relative et l'interférence des diverses variables agissant sur la mortalité infantile.

LES INTERRELATIONS ENTRE LES VARIABLES DE LA MORTALITÉ INFANTILE

Des questions de définition

59Pour les populations de l'ancien régime démographique, la mesure de la mortalité infantile n'a pas grand sens53. Les risques de mortalité infectieuse se prolongent au-delà des douze premiers mois, notamment dans le second été. La durée variable de l'allaitement dans les différentes populations affecte le niveau de l'indice classique. Une population pratiquant un sevrage précoce aura vraisemblablement un quotient de mortalité élevé ; qu'elle retarde le sevrage de quelques semaines et le niveau de la mortalité baissera sensiblement. Aussi, la mesure classique ne donne-t-elle qu'une vision partielle de la mortalité des enfants. Il serait plus judicieux de s'intéresser à la mortalité des deux premières années. Nous aurions ainsi de meilleurs indicateurs de la mortalité en bas âge.

60Sans doute aussi, faut-il revoir un a priori qui consiste à penser que les décès des premiers jours relèvent d'un phénomène de nature purement biologique. Des pratiques socioculturelles agissent sur la mortalité des nouveau-nés. Le baptême, donné à l'église dans les heures suivant la naissance, nécessite un déplacement dangereux pour la santé du bébé, surtout en hiver. La mise en nourrice implique de longs transports dans de mauvaises conditions ; raccourcissant les intervalles intergénésiques, elle rend plus risquée la fécondité chez les mères ayant placé leur enfant.

61Cela confirme les interférences existant entre les différents facteurs intervenant dans la mortalité des tout petits.

Discussion

62Les premiers travaux sur la mortalité infantile cherchaient à :

  • mesurer le niveau et ses fluctuations ;

  • établir la part endogène et la part exogène54 ;

  • mener une étude sociale différentielle.

63Les résultats obtenus confirment que la démographie n'est pas étroitement liée à l'économie et que les facteurs environnementaux sont plus importants que les facteurs sociaux55.

64Sans remettre en cause ce fait plusieurs fois démontré, il convient d'être prudent. De nombreuses variables découlent de faits sociaux. La quantité et la qualité de l'alimentation, le lieu d'habitation (ville ou campagne), le logement, l'hygiène varient selon les groupes sociaux. Ces derniers présentent aussi des différences comportementales. Par exemple, l'illégitimité se rencontre davantage dans les milieux pauvres. À la campagne, l'allaitement maternel se déroule dans de meilleurs conditions si la mère n'est pas indigente : moins épuisée et mieux alimentée, elle est apte à nourrir son enfant plus longtemps et de manière satisfaisante.

65L'environnement socio-économique et comportemental atténue ou aggrave les effets du climat. La lutte contre le froid passe par un bon abri, des vêtements chauds, une nourriture correcte. Donc, les milieux aisés sont davantage capables de se protéger. Le sevrage estival renforce les effets négatifs de la chaleur sur les nourrissons. Mais aussi les aléas climatiques déterminent les variations de la production agricole et, en conséquence, la quantité de nourriture disponible.

66Aujourd'hui, le débat se centre sur la rupture intervenue à la fin du XVIIIe siècle, c'est-à-dire sur la baisse de la mortalité infantile.

La baisse de la fin du XVIIIe siècle

67Elle s'effectue en dehors de tout progrès médical ou législatif. Les pouvoirs publics ne s'inquiètent pas de la ponction sévère exercée par la mort sur les générations enfantines. Il faut attendre les années 1860-1870 pour que la mortalité infantile devienne un problème social, démographique et politique56.

68Au moment où la courbe des décès de la première année s'oriente à la baisse en France, la limitation volontaire des naissances progresse. Marie-France Morel effectue le rapprochement entre ces deux faits : « Les familles ont moins d'enfants mais ils sont désormais plus précieux et mieux traités »57. Pour elle, le temps de la médicalisation de la naissance et de la petite enfance arrive.

69Diverses stratégies sont mises en place pour réguler les naissances58. La première est un espacement des naissances obtenu par l'allaitement maternel. Cette pratique explique à la fois la faible fécondité et la moindre mortalité infantile du Sud-Ouest. Elle se trouve favorisée par la domination d'un type particulier de structure des ménages : la famille-souche. La main d'œuvre familiale y est abondante, ce qui permet à la mère d'alléger sa participation aux travaux agricoles et de donner le sein. Espaçant ses grossesses, aidée par les membres de sa famille, la mère s'occupe mieux des enfants et leur donne plus tardivement une alimentation solide. On sait que les accouchements éloignés épuisent moins les femmes et diminuent les périls, ce qui influe sur la mortalité périnatale.

70La baisse de la fécondité a donc un effet positif sur l'évolution de la mortalité infantile. Un allongement de la durée d'allaitement serait aussi bénéfique. L'amélioration des conditions économiques à la campagne le rendrait possible, ce qui suppose de meilleures récoltes. On rejoint ainsi les arguments développés d'une part par Mac Keown et d'autre part par Patrick Galloway qui estime que les disponibilités alimentaires varient aussi en fonction des fluctuations climatiques59.

71Mais la limitation volontaire des naissances est une spécificité française alors que la réduction de la mortalité est plus générale. Celle-ci semble donc indépendante de tout contexte économique et social. Alfred Perrenoud cherche une explication dans un changement des conditions biologiques et météorologiques60. Le recul de la mortalité exogène estivale relèverait d'une virulence moindre des maladies infectieuses et d'étés plus frais. La mortalité endogène, plus élevée dans la saison froide, fléchirait du fait d'un réchauffement hivernal, les accouchements se déroulant dans de meilleures conditions de températures. Les études menées par Emmanuel Le Roy Ladurie confirment l'atténuation des contrastes thermiques dans les années 179061.

CONCLUSION

72Pendant longtemps, la démographie historique a privilégié l'étude de la fécondité grâce à la reconstitution des familles. De la mortalité, elle ne retenait que les crises en débattant de l'origine des « clochers », obnubilée par la conjoncture agraire et les mercuriales ; elle délaissait l'étude des mouvements longs.

73Notre connaissance a considérablement progressé. De nombreuses études décortiquent les déterminants de la mortalité, notamment celle des très jeunes enfants. Les facteurs socio-économiques et comportementaux interviennent mais deux nouvelles pistes s'ouvrent : celle de la biologie et celle du climat. Ce dernier paraît jouer un rôle important dans la mortalité infantile. Ne serait-il pas susceptible d'éclairer les divergences d'évolution entre l'Europe du Nord-Ouest et l'Europe méditerranéenne ?

74Au niveau local, ne contribuerait-il pas à comprendre les différences existant entre régions de plaine et régions de montagne ? Les recherches débutent. Elles restent à étendre et à approfondir. Ce sera facile pour le XIXe siècle, plus délicat pour le XVIIIe siècle.

75Toutefois, cet engouement pour des thèmes nouveaux ne doit pas faire oublier que, dans la mortalité infantile, de nombreux paramètres interagissent et qu'il serait vain de séparer une variable d'une autre.

Notes de bas de page

1 J.C. Sangoï, « La mortalité du passé : note sur la mortalité des adultes d'après les fiches de famille », Bulletin d’information de la Société de démographie historique, no 41, juin 1984, pp. 34-39.

2 J. Vallin, « La mortalité en Europe de 1720 à 1914 : tendances à long terme et changements de structure par sexe et par âge », Annales de démographie historique, 1989, p. 31.

3 J. Houdaille, « La mortalité des enfants dans la France rurale de 1690 à 1779 », Population 1984, pp. 77-104.

4 J. Dupâquier (sous la dir. de) : Histoire de la population française, tome 2, p. 224.

5 C. Vandenbroeke ; F. Van Poppel et A.M. Van der Woude, « Le développement séculaire de la mortalité aux jeunes âges dans le territoire du Bénélux », Annale s de démographie historique, 1983, p. 260.

6 L. Del Planta, « Infant and child mortality in Italy from XVIIIth to XXth century : long term trend and territorial differences », Séminaire sur la mortalité des enfants dans le passé, Montréal, 1992, p. 19.

7 R. Woods, « Infant mortality in Britain : a survey of current knowledge on historical trends and variations », Séminaire sur la mortalité des enfants dans le passé, Montréal, 1992, p. 7.

8 J. Vallin, op. cit., p. 38.

9 A. Perrenoud, « Atténuation des crises et déclin de la mortalité », Annales de démographie historique, 1989, p. 24.

10 C. Bruneel, La mortalité dans les campagnes : le duché de Brabant aux XVIIe et XVIIIe siècles, Louvain, 1977.

11 M. Meeus, « La mortalité à Meerhout-en-Campine de 1686 à 1815 », Population et famille, 3,1974, pp. 130-189.

12 A. Perrenoud, « La mortalité à Genève de 1625 à 1825 », Annales de démographie historique, 1978, pp. 209-234.

13 A. Belletini et A. Samoggia, « Évolution différentielle et mouvement saisonnier de la mortalité infantile et enfantine dans la banlieue de Bologne (XVIIe – XIXe siècles), Annales de démographie historique, 1983, pp. 195-207.

14 H. Charbonneau, Tourouvre-au-Perche aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, INED, Travaux et documents, no 55,1970.

15 J. Vallin, op. cit., pp. 38-39.

16 La mortalité périnatale regroupe la mortinalité et la mortalité endogène. La mortalité néonatale concerne les décès du premier mois alors que la mortalité postnéonatale s'intéresse aux décès intervenus entre le premier et le onzième mois. Les démographes utilisent le terme de mortalité néonatale précoce pour désigner les décès de la première semaine.

17 R. Lalou, « La mortalité endogène en Nouvelle-France, entre la sélection naturelle et la sélection sociale », Séminaire sur la mortalité des enfants du passé, Montréal, 1992, p. 2.

18 J. Dupaquier, La population française aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Que sais-je ? 2e. éd., 1993, p. 63.

19 R. Lalou, op. cit., pp. 6-7.

20 E. Sonnino et C. Schiavonni, « La mortalité des enfants à Rome : structure par âge et par sexe, variations saisonnières et leurs transformations au XIXe siècle », Séminaire sur la mortalité des enfants dans le passé, Montréal, 1992, p. 7.

21 R. Lalou, op. cit., p. 7.

22 J. Gelis, « L'enquête de 1786 sur les "sages-femmes du royaume" », Annales de démographie historique, 1980, pp. 299-343.

23 S. Faret, Histoire de la mortalité à Figeac 1750-1840, mémoire de maîtrise dactylographié, université de Toulouse le-Mirail, 1993, pp. 83 et 91.

24 P.G. Lunn, « Nutrition, immunité et infection », Annales de démographie historique, 1989, pp. 111-137.

25 C. Bruneel, « La mortalité des enfants à Bruxelles du milieu du XVIIIe au début du XXe siècle », Séminaire sur la mortalité des enfants dans le passé, Montréal, 1992, p. 12.

26 A. Perrenoud, « Atténuation des crises et déclin de la mortalité », Annales de démographie historique 1989, p. 19.

27 E.A. Wrigley et R.S. Schofield, The Population History of England 1541-1871, Cambridge, Harvard University Press, 1981.

28 S.J. Kunitz, « Speculation on the european mortality decline », Economic History Review, 36, 1983, pp. 349-364.

29 J. Dupâquier (sous la dir. de), op. cit., p. 232.

30 Ibid., p. 240.

31 E. Vilquin, « La mortalité infantile selon le mois de naissance. Le cas de la Belgique au XIXe siècle », Population 1978, 6, pp. 1137-1153. Cette étude n'est pas la première du genre dans la mesure où, en 1960, un démographe italien, Romolo Lenzi, avait mené un travail sur l'Italie contemporaine (R. Lenzi, « L'influenza del mese di nascita sulla mortalita infantile », Stattistica, XX, 3,1960, pp. 311-327).

32 Citons : M. Breschi et M. Livi Bacci : « Saison et climat comme contraintes de la survie des enfants, l'expérience italienne au XIXe siècle », Population 1986, 1, pp. 9-35 ; « Month of birth as a factor of children's survival », Séminaire sur la mortalité des enfants dans le passé, Montréal, 1992 ; E. Sonnino et C. Schiavonni, déjà cité ; J. Knodel, « Seasonal variations in infant mortality : an approach with applications », Annales de démographie historique 1983, pp. 208-230.

33 E. Vilquin, op. cit., p. 1146.

34 J.P. Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles : les mutations d'un espace social, Paris, SEDES, 1983, 2 tomes.

35 C. Bruneel, « La mortalité des enfants à Bruxelles du milieu du XVIIIe siècle au début du XXe siècle, premiers repères », Séminaire sur la mortalité des enfants dans le passé, Montréal, 1992, p. 6.

36 A. Perrenoud, La population de Genève du XVIe au début du XIXe siècle, étude démographique, Genève et Paris, 1979.

37 R. Lalou, op. cit., p. 18.

38 Donné par P.G. Lunn, op. cit., p. 111.

39 T. Mac Keown, Food, Infection and Population, Hunger and History, eds. Rotberg and Rabb, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, pp. 29-49.

40 A. Perrenoud, « Atténuation des crises et déclin de la mortalité », Annales de démographie historique 1989, p. 15.

41 Cité par A. Bideau, G. Brunet et M. Floquet, « Mortalité différentielle des enfants indigènes et des enfants en nourrice », Séminaire sur la mortalité des enfants dans le passé, Montréal, 1992, p. 17.

42 B. Desjardins, « Constitution de la famille et mortalité des enfants en Nouvelle-France », Séminaire sur la mortalité des enfants dans le passé, Montréal, 1992, p. 6.

43 J. Dupâquier (sous la dir. de), op. cit., p. 231.

44 R. Lalou, op. cit., p. 15.

45 A. Perrenoud, « La mortalité des enfants en Europe francophone : état de la question », Séminaire sur la mortalité des enfants dans le passé, Montréal, 1992, p. 10.

46 M.F. Morel, « Les soins prodigués aux enfants : influence des innovations médicales et des institutions médicalisées (1750-1914), médecine et déclin de la mortalité infantile », Annales de démographie historique 1989, pp. 157-181.

47 On peut lire C. Rollet, « La lutte contre la mortalité infantile du passé : essai de comparaison internationale », Séminaire sur la mortalité des enfants dans le passé, Montréal, 1992, p. 2.

48 C. Rollet, « Allaitement, mise en nourrice et mortalité infantile en France à la fin du XIXe siècle », Population 1978, 33, pp. 189-203.

49 Exemple donné par M.F. Morel, op. cit., p. 161.

50 J. Dupâquier (sous la dir. de), op. cit., p. 229.

51 E. Sonnino et C. Schiavonni, op. cit., p. 9.

52 A. Fauve-Chamoux, « La femme devant l'allaitement », Annales de démographie historique 1983, p. 20.

53 C'est ce que pensent M. Breschi et M. Livi Bacci, « Saison et climat comme contraintes de la survie des enfants. L'expérience italienne au XIXe siècle », Population 1986, 1, p. 32.

54 R. Pressat, L’analyse démographique. Concepts, méthodes, résultats, Paris, PUF, 3e éd., 1973, pp. 134-138.

55 J. Dupâquier (sous la dir. de), op. cit., le chapitre sur la mortalité, pp. 221-291.

56 C. Rollet, « La lutte contre la mortalité infantile dans le passé : essai de comparaison internationale », Séminaire sur la mortalité du passé, Montréal, 1992, p. 8.

57 M.F. Morel, op. cit., p. 163.

58 J.C. Sangoï, « Le contrôle de la fécondité dans le Bas-Quercy (1751-1872) », Annales de démographie historique 1988, pp. 79-90.

59 A. Perrenoud, « Atténuation des crises et déclin de la mortalité », Annales de démographie historique 1989, pp. 13-29.

60 A. Perrenoud, « La mortalité des enfants en Europe francophone : état de la question », Séminaire sur la mortalité des enfants dans le passé, Montréal, 1992, pp. 16-17.

61 E. Le Roy Ladurie, Histoire du climat depuis l'an mil, Paris, Flammarion, 1983, tome 1, p. 101 et tome 2, p. 129.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.