Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Quelques aspects de l'enfance dans l’Espagne médiévale et moderne

p. 109-131


Texte intégral

1Les hommes du Moyen Âge et l'Époque Moderne ont eu une claire conception de l'enfance et de ses problèmes spécifiques ; cette certitude s'est dégagée de tous les travaux qui, en reprenant la problématique de l'œuvre pionnière de Philippe Ariès, l'ont précisée puis dépassée. Pourtant le thème de l'enfance n'a suscité dans l'historiographie espagnole aucune grande synthèse. Les articles très documentés s'attachent aux aspects démographiques ou à l'abandon des enfants. Les études ponctuelles restent le plus souvent tributaires de sources précises ou de problématiques plus larges qui conduisent à n'aborder que marginalement le problème de l'enfance. Pour nous en tenir à l'exemple aragonais, c'est le cas d'ouvrages consacrés à la femme en général qui bien entendu traitent de l'enfance1 ou d'institutions sociales propres aux villes comme les padres de huerfanos qui s'occupent de l'enfance abandonnée2.

2Cependant la documentation est abondante mais très éparpillée dans les archives notariales (testaments, actes de reconnaissance de paternité, contrats de mise en nourrice), dans les archives municipales (mesures en faveur des enfants abandonnés), dans la littérature en général qu'elle soit ecclésiastique ou plus purement littéraire.

3Notre propos n'est pas celui de spécialistes de la question qui proposeraient cette synthèse manquante mais celui d'habitués des archives espagnole qui côtoient fréquemment ce sujet et qui entendent proposer une approche de quelques thèmes précis, propres aux périodes médiévales et modernes, à partir d'un éventail de sources de nature, d'âge et d'origine très différentes

L'ENFANT DANS LA DOCUMENTATION NOTARIALE ARAGONAISE

4Les sources que nous utilisons sont limitées dans le temps et dans l'espace. Géographiquement, elles concernent la région de Saragosse et de son immense territoire municipal ; chronologiquement, elles sont concentrées au XIVe siècle. Bien qu'apparemment la documentation soit urbaine, elle concerne également tout le terminio c'est-à-dire un espace qui englobe une dizaine de villages ; elle permet aussi une observation du monde rural péri urbain. Les thèmes que permet d'aborder une telle documentation sont forcément disparates et ne permettent guère de dresser un tableau complet de la situation des jeunes enfants.

Le nom des enfants

5La première notion qu'il nous faut aborder est celle du vocabulaire. Dans les actes, les notaires utilisent uniformément le mot ninio pour désigner l'enfant en tant que tel ; mais plus fréquemment et cela est tout à fait normal dans un acte juridique, c'est le lien de parenté qui est utilisé pour désigner l'enfant filio, sobrino, nieto. Ce dernier mot pose un problème : actuellement il signifie petit-fils et il conserve en cela le sens de son étymologie latine, mais tout comme le mot nepos, il prend parfois le sens de neveu. Il n'est pas rare de trouver des filiation du type : Moi Garcia Santa Cruz tuteur de Johanico Santa Cruz nieto mio fils de Johan de Santa Cruz, mon frère3.

6Le vocabulaire se fait plus précis dans deux cas seulement. Pour les enfants posthumes, les testaments utilisent les termes postremo ou postrema dans une longue périphrase mais jamais n'est employé le terme ninio. Les enfants qui sont allaités sont clairement identifiés. Une mère peut ainsi faire allusion à un chico mio de teta4.

7Les enfants très jeunes sont identifiés par le recours au diminutif. Ainsi en 1360, Alamanda Aldeguer est tutrice de ses neveux Johanico, Perico, Marocha. L'utilisation de ce diminutif sert bien à désigner l'enfant car pour éviter les homonymies dans les âges les plus élevés les notaires se contentent de la mention el jove (le jeune).

La situation juridique

8Les actes notariaux permettent de saisir le statut du jeune enfant en cas de mort prématurée du père. Si la situation du couple est solide au moment du décès, le mourant laisse sa femme comme héritière universelle. Le souhait des testateurs semble être que la femme ne se remarie pas puisque elle pourra faire face aux coûts de l'éducation des enfants. Deux préoccupations dominent nettement : le souci de voir les enfants bien pris en charge par la mère durant leur enfance et, par la suite, surtout pour les filles, le désir de leur assurer un mariage convenable. Domingo Castiello dans son testament précise même que : « Item avec l'accord de ladite Marie (sa femme) je veux qu'elle soit tenue de nourrir et alimenter lesdits enfants du mien et du sien tout en restant veuve et ce jusqu'à l'âge de vingt ans et quand il désireront se marier et contracter une union qu'elle soit tenue de leur donner tous les biens les siens et les miens bien qu'elle soit encore veuve »5.

9Le testament de Garcia Ferrero est encore plus brutal : « Item tous les autres biens meubles comme immeubles je les laisse de grâce spéciale à Maria Alfonso, ma femme, en telle manière et condition qu'elle soit tenue de nourrir et alimenter, qu'elle nourrisse et alimente des biens susdits des miens comme des siens lesdits Perico et Marochica nos enfants jusqu'à ce qu'ils soient d'âge parfait. Au cas où elle ne voudrait pas les nourrir que l'autre tuteur les fasse nourrir des biens desdits enfants et que les legs que j'ai faits pour elle n'aient aucune valeur »6.

10Quand le couple rédige son testament, des préoccupations semblables apparaissent : « En outre que le survivant d'entre nous nourrisse et alimente, soit tenu de nourrir et alimenter de nos biens lesdites Antonica Castiello et Mariochica Castiello nos filles jusqu'à ce qu'elles soient en âge et que ledit survivant d'entre nous soit tenu de leur donner une dot et de les marier de nos biens selon qu'il lui sera bien vu »7.

11Enfin dans le cas où la femme est enceinte, le mari sur son lit de mort ne manque pas de s'inquiéter de l'enfant posthume qu'il désigne d'ailleurs par ce terme de postremo o postrema.

12Il est rare que cet enfant reçoive une part importante de l'héritage ; cela n'arrive que quand il est le seul héritier8. Dans ce cas extrême, la mère est désignée comme tutrice et héritière si l'enfant vient à mourir. Dans d'autres cas, le testament se fait beaucoup plus précis : Mario Cavaler lègue tous ses biens à sa femme Bertolomeva de Penian « à condition qu'elle soit tenue de pourvoir aux besoins de nos enfants et à ceux du posthume ou de la posthume dont elle est enceinte jusqu'à ce qu'il ait quatorze ans et qu'elle soit tenue de lui donner à manger, à boire, à se vêtir et à se chausser suffisamment et à les entretenir en bonne santé ou malades et de leur donner tout ce qui est nécessaire en les gardant avec elle »9.

13Un testament modifie un peu ces formules, en allongeant la durée de la tutelle jusqu'à vingt ans pour un enfant posthume10. Ces âges ne sont évidemment pas choisis au hasard puisque le droit aragonais compilé en 1247 déclare clairement mineur tous ceux qui n'ont pas accomplis leur quatorze ans. De plus en 1348, une nouvelle disposition ajoutée au fuero limite les capacités des jeunes qui sont compris entre quatorze et vingt ans. Il ne peut donner quittance, faire des dons en faveur de ses tuteurs. Il ne peut vendre, engager ou aliéner ses biens immeubles sauf pour satisfaire à ses propres nécessités et après l'avoir fait constater par un juge. On peut donc résumer le fait en disant que la majorité légale, pleine et entière n'est acquise qu'à vingt ans.

14En fait ces testaments enregistrent deux attitudes bien différentes dans une situation assez complexe. Bien des indices laissent penser que le mariage des Saragossains, au moins dans les couches les plus aisées, ressemble beaucoup au modèle du mariage tardif toscan. Dans les milieux moins aisés, le modèle n'est certainement pas comparable mais on peut cependant retenir l'idée d'une certaine différence d'âge. Se pose alors le double problème bien connu du remariage de la jeune veuve et du sort des enfants. Certaines clauses essaient de trouver une solution en imposant aux femmes un veuvage à perpétuité si elles veulent conserver les biens du mariage. Le risque est grand alors de voir la veuve abandonner ses enfants pour convoler de nouveau. D'autres, faisant la part des choses, n'exigent pas le maintien du veuvage mais essaient d'assurer à travers les clauses testamentaires le maintien des enfants jusqu'à un âge où ils pourront se débrouiller. Même si la veuve se remarie l'apport substantiel que sa fortune représente, la met en position de poser les conditions qui lui permettent de garder ses enfants avec elle. Cela transparaît dans des testaments comme celui de Elvira Farlet qui ne manque pas de doter cinq enfants d'un premier lit avant de faire des legs aux trois enfants qu'elle a eu de son deuxième mari. Le texte laisse supposer qu'elle les a tous conservés auprès d'elle11.

15Ces problèmes ne peuvent se rencontrer que chez ceux qui disposent de ressources importantes. Ce n'est pas la majorité chez les artisans et les paysans car la survie de ce groupe passe par le maintien d'un lien conjugal et non par une famille élargie qui n'existe pas de telle manière que la femme qui devient veuve se retrouve seule avec ses enfants. Apparaît alors toute une stratégie qui vise à défendre les intérêts des enfants mais qui prend une forme juridique surprenante puisque la mère est engagée comme nourrice de ses propres enfants. Le plus souvent, la veuve est incapable de subvenir à ses besoins et c'est dans ce cadre qu'apparaissent les contrats de nourrice. Dans ce cas, le tuteur qui est le parent le plus proche de la famille paternelle, paie la mère pour qu'elle continue à allaiter les enfants. Cela permet à la fois la survie de la mère et de l'enfant. En 1422 Blanca Martinez de Almazan, après le décès de son mari Juan de Alcala, a à sa charge trois enfants, deux filles Isabelica et Graciuca et un garçon Juanico qu'elle allaite encore. C'est Garcia de Alcala, oncle ou grand père des enfants qui se voit confier la tutelle des enfants ; c'est en tant que tuteur qu'il loue les services de Blanca pour qu'elle allaite le petit pendant un an et qu'elle entretienne ses filles pendant quatre mois. Le texte précise même le mode de fixation du salaire, car c'est le mot qui est employé, qui doit être versé à la mère12.

16La coutume veut que les enfants partagent les biens en parties égales ; mais la pratique va contre cette théorie car la législation aragonaise prévoit que le testateur peut avantager un de ses enfants. Par ce biais, le système est complètement dénaturé. Dans tous les testaments se trouvent des clauses comme la suivante : « Item je laisse pour part et légitime à ladite Pascuala Ximeno ma fille de et de mon mari pour tout meuble cinq sous et pour tout immeuble une rova de terre au val de Gavarret, territoire de la Toroziella, avec lesquels cinq sous et rova de terre elle se tienne pour contente et payée et entièrement satisfaite de toute et quelqu'une part, droit succession et légitime qu'elle pourrait avoir sur mes biens »13.

17Ce type de donation prive le légataire de tout autre droit sur la succession. Il y a là, dans la pratique, un véritable système inégalitaire qui s'apparente aux systèmes pyrénéens. Cette attitude transparaît clairement dans le choix des prénoms. D'une manière générale : le fils aîné porte le prénom de son père. Cet usage est clairement établi pour les familles les plus aisées comme celles de l'aristocratie urbaine mais il semble s'appliquer également aux autres milieux sociaux. Cette pratique prend parfois des formes caricaturales : Il n'est pas rare que le fils cadet donne à son propre fils aîné le prénom de son grand père. Voici un exemple de transmission du prénom pris dans l'aristocratie qui a le mérite de la clarté. Au milieu du XIVe siècle, Johan de Aninion el mayor a deux fils Johan de Aninion el jove et Pero Aldeguer. Bien que les deux frères ne portent pas le même nom, la parenté est parfaitement attestée. L'aîné de Pero Aldeguer s'appelle Johan ; l'aîné de ce Johan s'appelle également Johan. Il y a une certaine régularité dans les autres prénoms puisque les cadets dans cet exemple s'appellent volontiers Pero. Il est aisé d'imaginer les problèmes que posent la reconstitution des familles car avec ce système des cousins germains portent les mêmes prénoms et noms que leur grand père.

La mise en nourrice

18La mise en nourrice est bien entendu un fait urbain mais elle constitue pour le monde rural un apport financier non négligeable. Plusieurs traits caractéristiques peuvent être dégagés. Il y a deux types de contrats qui définissent les relations entre les nourrices et les parents. Dans un premier cas c'est la nourrice qui s'engage et bien souvent s'ajoutent les clauses d'un contrat de servante. Cela laisse supposer que la nourrice vient résider dans la maison de ses nouveaux patrons. Si on rentre un peu dans le détail, il est évident que ce sont principalement des femmes seules (38,6 %) qui s'engagent comme nourrices, veuves ou filles mères elles subviennent ainsi à leurs besoins. Un groupe presque aussi important est représenté par les nourrices qui s'engagent tout en étant mariées (32,2 %). Dans l'autre cas, ce sont les parents qui confient leur enfant ; dans ce cas l'enfant est élevé chez la nourrice. Notons au passage qu'il n'y a pas de règle clairement définie en ce qui concerne le membre de la famille qui place en nourrice : 40 % des enfants sont placés par leur père seul, 19,3 % par leur mère, 19,3 % par les deux parents, 16,1 % par un des grands parents. Le reste se répartit entre les tuteurs (3,2 %) et le frère (1,6 %).

19Il est important de souligner que contrairement à ce que soulignent les études sur Florence les contrats de nourrice ne sont pas en Espagne des affaires d'hommes.

20Les contrats sont établis pour un an ; ils emploient tous le terme de nodriza pour désigner l'emploi. Ils se contentent d'évoquer en des clauses rapides l'obligation de nourrir, la formule la plus développée étant a criar de la leit de vuestras tetas puis évoquent les conditions financières. Sans entrer dans le détail, on peut estimer qu'entre le salaire qui oscille de 120 à 170 sous et les prestations en nature : vêtements, chaussures, nourritures qui représentent environ 70 sous, l'entretien d'une nourrice représente donc au milieu du XVe siècle 250 à 300 sous14.

21Au total, ces quelques éléments laissent deviner peu d'originalités. Peut être y a-t-il trace d'un système familial qui tranche nettement sur les systèmes issus du droit romain ou une organisation une peu différente de la mise en nourrice, mais dans l'ensemble la situation de l'enfant aragonais reste comparable à celle des autres enfants d'occident.

L'ENFANT DANS L'ESPAGNE MODERNE, D'APRÈS LA LITTÉRATURE MORALE DES XVIIe, XVIIIe ET XIXe SIÈCLES

22Il peut paraître étonnant, à première vue, qu'un sujet comme la petite enfance n'ait pas produit une littérature historique abondante et variée. En effet, rien de plus présent et de plus massif quantitativement dans la vie de tous les jours que les nouveau-nés. Et pourtant, à l'exception des aspects démographiques et de l'exposition ou abandon d'enfant, presqu'aucune autre des nombreuses facettes de la vie de la petite enfance n'a été étudiée en Espagne.

23Quand nous essayons de trouver les raisons de ce fait, nous constatons très vite que cela tient, plus qu'à un manque de documentation en soit, au fait que celle-ci se trouve éparpillée sous les rubriques les plus diverses. Cela va de la documentation notariale (testaments, actes de reconnaissance de paternité, contrats de mise en nourrice, etc.), à la municipale (mesures en faveur de enfants abandonnés), en passant par la littérature ecclésiastique – particulièrement riche – et la correspondance privée, théoriquement la meilleure des sources documentaires, quoique malheureusement presque inexistante. Il ne faut pas oublier non plus les œuvres littéraires proprement dites (roman, théâtre, mémoires, livres de médecine, etc.), ainsi que l'iconographie.

24Dans toute cette documentation, par ailleurs, nous constatons que la petite enfance n'est pas traitée comme une entité en soi, mais indirectement, à travers les divers rapports que l'enfant a avec les autres personnes, qu'il s'agisse des parents en particulier, mais aussi des frères et sœurs ou des autorités politiques ou ecclésiastiques, qui veillent sur l'ordre civil et la morale catholique (Actes Municipaux et « Confesionarios » ou « Mammies de preparation a la confesión »).

25Il semblerait que dans la société espagnole des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles – mais ceci est certainement valable aussi pour bien d'autres pays de l'Europe – le petit enfant est perçu plus comme une potentialité, comme un être en puissance, que comme une personne en soi pleinement intégrée dans la vie sociale et familiale. Et ceci est parfaitement explicable – si non normal – si l'on tient compte des taux si élevés de décès des jeunes enfants. Un mécanisme subsconscient de défense face aux chocs répétés de la disparition de nouveau-nés, fait que les parents – et finalement la société dans son ensemble – préfèrent attendre quelque temps, quelques années même, pour bâtir des plans d'avenir pour les jeunes encore en vie. Que l'on me comprenne bien : je ne veux pas dire que les parents de l'Espagne d'Ancien Régime n'aimaient pas leurs enfants ; ils les aimaient tendrement sans aucun doute ; il ne s'agit en réalité que de l'expression d'une constatation d'évidence : le taux de mortalité infantile, calculé avant l'âge d'un an, est de 280 pour mille en moyenne dans la seconde moitié du XVIIIe siècle encore ; un autre quart des enfants n'atteint pas vingt ans. La sagesse commande donc d'attendre et de se soumettre à la volonté de Dieu.

26De même, pour l'Etat, le petit enfant n'est considéré que sous le double aspect : législatif – ses droits en tant que personne – et de protection sociale de l'enfance abandonnée (Orfelinatos, Casa Cuna, etc.). Il faudra attendre la seconde moitié du XVIIIe siècle, et la poussée optimiste des Ilustrados pour que l'enfant trouve sa véritable place dans la famille et dans la société : « ...en el siglo XVIII-écrit Carreras Panchón – el niño se convierte en algo serio. No sólo son razones de tipo económico las que despiertan esta inquietud, también la fina sensibilidad ilustrada se muestra impresionada por el niño. El infante comienza a ponerse de moda y la sociedad comienza a comprender que es necesario dedicarle los cuidados que merece la indefensión de su estado »15.

27Quant à l'Église, tout en faisant obligation aux parents de donner à leurs enfants tous les soins dont ils ont besoin, elle voit dans l'enfant, d'abord et surtout une âme à sauver au plus vite par le baptême, et par la suite un être que l'on doit élever dans la crainte de Dieu et l'obéissance aux lois de l'Église. La petite enfance est, donc, une période d'attente qui débouchera, peut-être dans le meilleur des cas, a l'intégration progressive du jeune dans la vie sociale.

28Je voudrais aujourd'hui ici présenter quatre aspects importants de la petite enfance : arrivée au monde, naissance et baptême ; premières années de vie ; éducation initiale du jeune enfant ; et protection sociale.

Naissance et baptême

29La première grande épreuve que doit surmonter le fœtus arrivé en fin de développement est l'accouchement. Aux douleurs de l'expulsion brutale du cocon de l'utérus maternel, s'ajoutent bien d'autres risques, infectieux en particulier. Je laisserais aux spécialistes de l'Histoire de la médecine les aspects techniques de l'accouchement, pour m'intéresser uniquement à l'environnement direct du nouveau-né.

30La femme enceinte mène une vie tout à fait normale jusqu'au moment même des premières douleurs de l'accouchement ; et ceci est particulièrement vrai pour les femmes de la campagne. L'état gravide, même avancé, n'épargne pas á la femme les travaux des champs auxquels elle doit faire face avec son mari ; et ceci d'autant plus que très souvent les autres éventuels enfants sont encore trop petits pour pouvoir les aider.

31Étant donné le peu de confiance que l'on peut faire à la médecine, pour que l'accouchement se déroule normalement, aussi bien pour la mère que pour l'enfant, la femme enceinte s'adresse souvent à la Vierge ou à certains saints, selon les régions. La Virgen de la Luz, la Virgen del Buen Parto, San Expédito, mais surtout saint Ramón Nonato, sont les protecteurs les plus invoqués. Voici, par exemple, ce que dit une chanson populaire andalouse :

« Todas las embarazadas
le rezan a San Ramón
y no se acuerdan del Santo
cuando es tán en la función »16

32Une fois l'enfant né, lavé et langé (fajado), et après un certain temps où il ne reçoit aucune nourriture, dans certaines régions on cherche une femme qui allaite pour qu'elle lui donne le premier lait ; on appelle cela « hacer las entrañas al niño », c'est-à-dire mettre en route le appareil digestif de l'enfant17. La raison en est que l'on considérait le premier lait maternel – particulièrement riche et bénéfique pour l'enfant selon la médecine actuelle – comme mauvais car trop épais et donc trop lourd à digérer.

33L'accouchée commence alors une période plus ou moins longue de semi-isolement, qui peut aller jusqu'à quarante jours, comme dans la région castillane de Guadalajara ou en Andalousie. Cette période se termine par la « messe de purification » ; l'origine de cette coutume il faut la chercher dans le récit biblique qui présente la Vierge Marie retirée chez elle jusqu'au jour de la présentation de l'enfant Jésus dans le Temple, où se déroule alors la cérémonie dite de « purification ». C'est en mémoire de cet événement que l'Église Catholique a instauré, le 2 février, la fête appelée « Purification de la Vierge » ou « Présentation du Seigneur ». Par ailleurs, le mot même de « purification » exprime parfaitement l'ambivalence constante de Rome face à tout ce qui touche la sexualité, même dans le cas ou celle-ci s'épanouit dans le cadre d'un sacrement comme le mariage.

34Le baptême de l'enfant acquiert une importance toute particulière, à un moment où la mort guette un grand nombre de nouveau-nés. Si l'on tient compte que le baptême représente la condition sine qua non de l'intégration à l'Église, sans lequel il n'y a point de salut possible, nous comprendrons la nécessité d'arracher l'enfant au néant du limbe et lui permettre, en cas de décès, d'aller rejoindre les anges au paradis. Ainsi donc, en cas de danger menaçant la vie du petit enfant, le plus urgent est « darle el agua » (l'ondoyer) : « Debe notarse mucho que en caso de urgente necesidad, toda criatura racional, sea hombre o mujer, puede bautizar a la criatura que se esta muriendo, aunque sea el padre o la propia madre de la criatura »18.

35Si tout se passe normalement, quelques jours après la naissance, l'enfant est emmené à l'église paroissiale pour y être baptisé solennellement et officiellement. C'est à ce moment que le prénom lui est donné : « La imposiciόn del nombre de la criatura que se bautiza pertenece a los padres naturales de la misma criatura, y en caso de discordias se ha de poner el nombre que quiere el padre... »19.

36D'après ce même auteur, le prénom donné peut être celui du saint auquel la femme s'est adressée pour obtenir un accouchement heureux, ou celui des parents ou des grands parents, ou celui du saint patron du jour, ou tout autre choisi parmi les saints reconnus par l'Église Catholique. L'étude de ces prénoms, comme l'écrit si pertinemment Claude Larquié, peut se révéler extrêmement éclairant : « Discrète et timide auxiliaire de l'histoire sociale, l'étude des prénoms permet d'approcher les mentalités, les comportements et l'imaginaire des populations anciennes. Mais également d'aborder les cultes et les piétés qui les attiraient. En effet, le choix d'un nom de baptême, qui place les nouveau-nés sous l'invocation d'un saint ou d'un martyr de l'Église, n'est jamais neutre. Il révèle (inconsciemment ou non) des goûts, des tendances religieuses, des modes aussi »20.

37Voilà pourquoi depuis quelques années un certain nombre d'hispanistes – Français en particulier – ont commencé à prêter une attention particulière à l'étude des prénoms21. À la vue de ces études, nous constatons qu'à l'Époque Moderne les prénoms castillans, suivent la tradition générale de l'occident chrétien. L'époque des prénoms spécifiques à l'Espagne comme Jesus pour les garçons et les plus diverses appellations données à la Vierge à partir de son prénom María-María de los Remedios, del Rosario ; de las Nieves, etc., pour les filles, n'était pas encore arrivée. Juan et Maria sont de loin les prénoms les plus fréquents dans l'ensemble de l'Espagne à cette époque. Les personnes éventuellement intéressées par ce thème pourront se référer à la bibliographie citée en note.

38Le baptême des nouveau-nés a donné souvent lieu à une série de pratiques sociales ludiques, dans lesquelles les autres enfants jouent le rôle principal, et dont le déroulement est souvent très significatif de la considération portée au nouveau-né. À Arcos de la Frontera, par exemple, comme à Cordoue ou Arjona, en Andalousie, mais également dans la région de Guadalajara, en Nouvelle Castille, une fois la cérémonie terminée, en sortant de l'église, le parrain doit jeter des pièces de monnaie et/ou des bombons aux enfants, parfois sous le cri de «  !Echalo¡ !échalo¡ » (jetez-le, jetez-le), que l'on ne sait pas exactement s'il concerne l'argent ou le petit enfant. Si le parrain mettait trop de temps à lancer les monnaies, les enfants de Cordoue criaient : « San Andrés que no dure la criatura un mes », et ceux de Arjona chantaient : « Rona pura, que reviente la comadre y la criatura »22. Cris et chansonnettes éminemment ludiques sans doute, mais qui démontrent, nous semble-t-il, une certaine conception – inconsciente peut-être – du petit enfant, dont nous avons déjà parlé.

39Voilà le nouveau-né physiologiquement indépendant et socialement intégré dans un cercle familial dans lequel sa vie va se développer.

Le petit enfant dans les premières années de sa vie

40Le besoin fondamental du nouveau-né est l'alimentation, ce qui veut dire l'allaitement, car il est encore loin le temps des laits maternisées. Voilà le premier devoir de la mère envers son enfant, devoir rappelé mille et une fois dans la littérature morale :

  • Las madres deben criar sus hijos a sus propios pechos. [...] Esto se entiende no impidiéndolo grave motivo »23.
  • Una vez nacido el hijo, es obligaciόn de la madre amamantarlo por si misma, a menos que una justa causa la exima de esto »24.

41L'importance, en particulier, du premier lait que l'enfant prend, est soulignée très souvent, car il est censé transmettre au nouveau-né les qualités mais aussi les défauts de la femme dont il provient. Voici à ce propos ce qu'écrit le Père Arbiol à la fin du XIXe siècle : « ...que atiendan mucho [los padres] a la primera leche que dan a las criaturas ; porque si es de mujer de malas costumbres o viciosas condiciones, como es el primer alimento, suele comunicarle efectos semejantes a los de la primera nodriza »25.

42Et ce devoir maternel d'allaiter est présenté également comme une exigence de la propre nature et constitution des femmes ; pourquoi, sinon, Dieu leur aurait-il donnés des seins ? « Conforme se va aumentando el feto, se van entumeciendo los pechos, indicando la misma naturaleza la obligaciόn »26.

43Et Montalvo, avec une syntaxe barroque qui laisse entrevoir le prêcheur, écrit joliment : « No fue tan duplicada provision circunstancia del adorno para la hermosura de la mujer, sino instrumenta de su oficio : que no dio su Magestad a las mujeres los pechos para que en indecentes desahogos hagan gala de su desenvoltura »27.

44L'expérience, cependant, apprenait aux femmes que parfois et dans diverses circonstances, le lait sauveur faisait défaut, ce qui exposait l'enfant à de graves dangers. Voilà pourquoi elles faisaient souvent appel à la protection, de la Vierge tout particulièrement, mais aussi de certains saints. Ainsi, en Catalogne, c'était la Virgen de la Leche qui était la plus invoquée, mais la Virgen de la Alegría l'était aussi. À cette dernière, on chantait, par exemple :

« De la Madre pía el seno
de rica leche llenáis,
y al infante así libráis
del cuidado y pecho ajeno »28.

45Le saint enfant Quiliz ou Quirico et sa mère Julita sont également connus comme protecteurs efficaces pouvant assurer un bon allaitement.

46Au XVIIIe siècle, quand la médecine reconnait plus nettement l'importance de l'allaitement maternel, mais aussi au moment précis où les abandons d'enfants augmentent significativement et où la mode de mettre les enfants en nourrice se généralise en ville, les écrivains politiques critiquent sévèrement les femmes qui refusent d'allaiter sans motif valable. Ainsi, le journal de Madrid El Pensador Matritense, critiquant une fois de plus « la moda, la maldita moda » des nourrices dont parle Clavijo Fajardo dans ce même journal29 écrit que ce n'est point la santé de la mère qui est à l'origine de cette mode, mais la coquetterie féminine : « Es querer mantener el aire de petimetra, el temor de perder el talle dejando por algún tiempo la cotilla ; el enfado que siente [la femme] en tener que acallar a una criatura y despertar tal vez en la noche para darle el pecho y, en fin, es la moda »30.

47Il arrive, malgré tout, que la mère, pour diverses raisons, ne puisse pas allaiter son enfant ; on fait alors appel à une nourrice, en général une autre femme du même village qui allaite. On peut faire aussi appel parfois à une nourriture non maternelle, comme le lait de vache ou de brebis coupée d'eau. D'après Carreras Panchόn, dans son étude sur les enfants exposés dans l'Espagne du XVIIIe siècle : « Al final del siglo, empieza a preferirse la leche de cabra como mάs idόnea. Santiago García31 es uno de los más decididos divulgadores de esta nutrition como la mάs anάloga a la constitution de los niños »32.

48Et le médecin de Pampelune, Uriz rapporte le cas de Margarita de Rallez, du village d'Astraín (Navarre) qui, avec de l'eau de riz enrichie d'un jaune d'œuf ou d'un peu de lait, réussit à élever plusieurs enfants33. Dans ce sens, si nous tenons compte qu'à cette époque en Europe le riz n'est pas encore complètement accepté comme nourriture noble, une hypothèse nous semble intéressante à proposer. En partant du fait, bien connu de tous actuellement, que le riz a des propriétés antidiarrhéiques, son utilisation dans la nourriture des jeunes enfants – dont la diarrhée est l'une des principales causes de décès – a sans doute pu sauver un bon nombre d'entre eux. Une étude comparative sur l'utilisation du riz dans la nourriture du jeune enfant et les taux de mortalité, peut apporter des éclaircissements notamment sur les plus bas taux de mortalité observés dans certaines régions et, à première vue, inexplicables.

49Mais le petit enfant a besoin également de bien d'autres soins corporels. À l'Époque Moderne le nourrisson était emmailloté (fajado) : aux langes rudimentaires se superposait une espèce de large bande de lin ou de coton (faja) qui entourait complètement l'enfant plusieurs fois, enserrant même ses bras et évidemment ses jambes, le faisant ressembler à une espèce de momie, sans aucune possibilité de mouvement. À partir du XVIIIe siècle, nombreux sont les médecins qui critiquent cette manière de langer les tout petits. À l'instar de Hervas y Panduro, ils conseillent des méthodes où les fajas y corpiños seraient supprimés dès le premier moment34. Et au moment où on laisserait libres les bras de l'enfant, il faudrait faire la plus grande attention, selon la curieuse réflexion du Père Arbiol, aux dangers que cela peut représenter : « Cuando les dejen libres los bracitos a las criaturas, tengan cuidado no habituen para las acciones más la mano siniestra que la diestra, porque no les quede el vicio que comunmente Human de zurdos... »35.

50Il est encore loin le temps de la revendication du fait d'être gaucher. Le fajado était, donc, l'habit des nourrissons durant plus d'un an, moment où il commençait à apprendre à marcher, aidé parfois de la garrucha ou appareil à trois roues qui servait d'appui à l'enfant tout en lui permettant d'avancer36.

51Jusqu'au XVIIIe siècle, l'enfant est habillé de la même manière que l'adulte. Ce n'est que vers la fin de ce siècle que naît une véritable différenciation entre les habits des enfants et ceux des grandes personnes. C'est dans un numéro de la revue Gabinet des Modes, publiée à Paris en 1786, que nous trouvons un des premiers dessins consacrés à la mode enfantine.

52Le manque de moyens chez la plupart des paysans espagnols à l'Époque Moderne, faisait que le nouveau-né dormait dans le même lit que ses parents, et ceci jusqu'à l'âge de quatre ou cinq ans environ. Ce qui pourrait, de prime abord, sembler à de l'inconscience, n'est le plus souvent que nécessité absolue, en particulier dans les mois où le froid se fait sentir davantage, étant donné l'absence totale de chauffage. Cette situation présente, évidemment, de réels dangers pour l'enfant, le premier étant le risque d'étouffement par ses parents (sofocación) pendant le sommeil. Thomas Navarro, dans son ouvrage sur la préparation à la confession écrit à ce propos, s'adressant aux pères : « Examine V.m. si nacida la criatura, la expuso a riesgo de sofocaciόn en la cama... »37. Et le Père Arbiol décrit plus en détail ce véritable danger, à l'adresse maintenent des mères : « Aún tienen otro peligro las madres [en plus de l'abortement] de ser homicidas de sus propios hijos, y es acostando a las criaturas tan cerca de si en la cama, que sucede muchas veces el ahogarlas, sin saber lo que hacen, estando durmiendo »38.

53Devant un tel danger, le médecin Iberti, au XVIIIe siècle, conseille déjà aux parents, afin d'éviter tout risque, de construire une sorte de caisse en bois dans laquelle dormirait l'enfant – placée à l'intérieur du lit conjugal toujours – et dont le côté de la mère puisse s'ouvrir pour lui donner le sein39.

54La moderne question sur la meilleure position de l'enfant pendant son sommeil – sur le dos ou sur le ventre – se posait déjà et donnait lieu parfois à de curieuses réflexions, conclusions et conseils, comme ceux du Père Arbiol : « Otro cuidado conveniente, aunque de menos importancia que los referidos, han de tener las madres y las amas diligentes ; y es, cuando ponen a dormir a las criaturas, disponerlas de modo que cuando se despierten y abran los ojos, vean en derechura la luz [...] y si no les viene a las criaturas en derechura tuercen la vista y les queda el vicio de mirar atravesado, y se hacen bizcas por culpa de quien no previno este cuidado »40.

55Face aux maladies enfantines, la médecine n'avait encore fait que de très faibles progrès ; ce qui ne veut pas dire que n'existait pas à l'Époque Moderne en Espagne toute une série d'ouvrages sur la grossesse, l'accouchement, les maladies enfantines ou les soins à donner aux enfants. D'après un Catalogue de ce type d'ouvrages, publié a Barcelone41, nous trouvons :

56Pour le XVIe siècle : 15 titres

  • 2 sur la grossesse ;
  • 3 sur l'accouchement ;
  • 6 sur les maladies des enfants (dont 1 sur la variole ; 1 sur le garrotillo (croup ou diphtérie) ; 1 sur les saignées) ;
  • 2 sur l'allaitement ;
  • 2 sur les soins aux enfants.

57Pour le XVIIe siècle : 44 titres

  • 1 sur la grossesse ;
  • 1sur l'accouchement ;
  • 34 sur diverses maladies de l'enfant (dont 14 sur le garrotillo ; 6 sur le sarampiόn (rougeole) et la variole) ;
  • 5 sur l'allaitement ;
  • 3 sur les soins aux enfants.

58Pour le XVIIIe siècle : 59 titres

  • 4 sur la grossesse ;
  • 3 sur l'accouchement ;
  • 40 sur diverses maladies de l'enfant (dont 4 sur les lombrices [vers intestinaux] ; 9 sur inoculation de la variole) ;
  • 4 sur l'allaitement ;
  • 8 sur les soins aux enfants.

59Pour les maladies également, une constatation d'évidence démontrait que la médecine était le plus souvent incapable de guérir ; l'homme donc s'adresse à Dieu, à la Vierge ou aux saints, pour demander leur protection. Voici une liste de saints protecteurs à invoquer contre différentes maladies, dans la région catalane42 :

  • contre la variole : Santa Rita de Coria ; Ntra, Sra. de la Arola (remarquons la resemblence des deux noms Arola-Verola) ;
  • contre les hernies : San Clemente ; S. Magin, (à Mallorque) ; Sta. Teresa de León ; Virgen de Baells ; Virgen de Palier ;
  • contre l'épilepsie : S. Ignacio de Loyola. ;
  • contre les vers intestinaux : Sta Eumonia. ;
  • contre les rhumatismes et fractures : Santo Cristo de Mager.
  • contre la rougeole : Ntra. Sra. de Vilar ;
  • contre les douleurs de la dentition : Ntra. Sra. del Buen Part, et le bienheureux Dalmau Moner ;
  • contre les fièvres, toux et vomissements : San Ambrosio de Sena ;
  • saints Patrons de l'enfance en général : les Santos niños Justo y Pastor, et les Angeles de la Guardia.

60Voilà la vie quotidienne du petit enfant, pleine de dangers dans cette première étape de son existence, dans le sein d'une famille qui lui assure les meilleurs soins dont elle est capable pour que la mort ne vienne couper la tendre fleur à peine éclose.

L'éducation initiale du petit enfant

61« Es obligación gravísima de los Padres alimentar, educar, guardar y preservar de los males a sus hijos »43. L'éducation du petit enfant fait partie, donc, tout autant que l'alimentation et les soins corporels, des obligations des parents envers leurs enfants. Et ce devoir commence dès le moment même de la conception, selon la doctrine de certains théologiens catholiques : « Desde la generación carnal de la criatura hasta su animación, observa el enemigo la intenciόn de sus padres, y si están en pecado o en gracia, y si excedieron o no en el uso de la generaciόn ; observa también el demonio la complexion de humores con que la criatura es concebida y formada ; y de todos estos principios, con las experiencias largas que tiene, rastrea las inclinaciones que tendra la criatura engendrada... »44.

62Il est clair que ceci n'a aucun fondement scientifique, même si l'impact d'un tel enseignement par le clergé a pu être profond sur le subconscient des hommes et des femmes d'Ancien Régime, dans un pays comme l'Espagne où le contrôle du clergé sur la population était grand.

63D'une manière directement pratique, les parents doivent assurer, dans la mesure de leurs possibilités matérielles et intellectuelles, une triple éducation à leurs enfants : chrétienne, éthico-moral et civique, et intellectuelle.

L'éducation chrétienne

64Il s'agit du premier devoir des parents. Ils doivent assurer, par la parole mais surtout par l'exemple, l'apprentissage des fondements de la doctrine catholique romaine. Quels sont-ils ? : « Deben [les parents] instruir a sus hijos en los Diez preceptos de la Divina Ley, en los Artículos de la Fe, en los cinco preceptos de la Iglesia, en los siete sacramentos [...] en las oraciones de Padre Nuestro, Ave María [...]. Luego que se entienda en ellos el uso de razón, deben explicarles la profesiόn que hicieron en el Santo Bautismo... »45. Et ceci doit être fait dès les premières années de la vie du jeune enfant car : « ...la Sagrada Escritura dice que se retiene hasta la mayor ancianidad lo que se ejercita en los anos fundamentales de la edad primera [...]. Aún cuando los nihos no saben lo que hacen, conviene ejercitarles las manos en generosas y cristianas piedades »46.

65Normalement, l'éducation religieuse commence à la maison, au sein de la famille, et a comme support l'exemple. L'enfant apprend très tôt à faire le signe de croix – expression extérieure évidente de son appartenance religieuse – ainsi que les prières habituelles, qu'il entend souvent réciter. À quel moment l'enfant atteint le premier âge de raison ? À partir de quel âge peut-il comprendre la différence entre le bien et le mal ? Très précocement pour Thomas Navarro, par exemple, qui enjoint les parents à écarter du lit conjugal les petits enfants dès l'âge de quatre ans, ainsi qu'à faire dormir dans des lits séparés les garçons et les filles : « Deben tener gran cuidado [les parents] en teniendo los hijos e hijas quatro años, de apartarlos de su cama y ponerles algo distantes, de modo que nada puedan oir del uso del matrimonio. Deben aplicar gran cuidado para que los hermanitos no duerman juntos con las hermanitas, y mucho más en que no duerman con la criada... »47. Et l'abbé Arbiol écrit dans son manuel de règles de conduite destinées aux familles chrétiennes : « Madruga mucho la malicia de las criaturas [...] por lo cual importa muchísimo que en rayando la primera luz de la razón en los niños, los aparten los padres de su cama [...] y no permitan que los niños y niñas duerman juntos... »48.

66Une éducation religieuse initiale, donc, fondée sur un apprentissage oral et une imprégnation par l'exemple. Petit à petit, le jeune enfant apprend à se signer, le Je vous salue Marie, le Notre Père, etc. C'est plus tard, vers six ou sept ans, que commencera le véritable apprentissage du catéchisme qui préparera l'enfant à sa Première Communion, véritable cérémonie d'intégration consciente dans la communauté des croyants.

L'éducation éthico-morale et civique

67Elle est axée sur le respect et la crainte. L'enfant doit apprendre essentiellement à obéir. C'est le fondement de la préservation de l'ordre social existant, aussi bien au niveau de l'Etat qu'à l'intérieur de la propre famille.

68En premier lieu, l'enfant doit apprendre à obéir aveuglément à ses parents, comme le souligne le maître d'école José Caballero : « Precepto tercero : los hijos deben tener a sus padres un temor respetuoso, una ciega sumisiόn, una obediencia sin límites »49.

69Deuxièmement, il doit obéir et respecter tous ses supérieurs, et particulièrement les prêtres (« que son en la tierra los ministros de Dios »), ainsi que les maîtres qui « deben ser siempre honrados por nosotros »50.

70Finalement, toute personne plus âgée, et en particulier les plus anciens, doivent faire l'objet d'un respect particulier, en raison de leur expérience ; ils sont, en effet, la conscience et la mémoire vivantes de la famille et de la société. Un défaut qu'il faut corriger en particulier et avec toute la rigueur nécessaire est l'orgueil, car plus tard il sera corrigé et plus il sera difficile de l'extirper : « ...nunca se ha de tolerar cosa alguna que sepa a terquedad y soberbia, porque estos vicios van en aumento corriendo los años »51.

71Les méthodes, enfin, de cette éducation sont essentiellement coercitives, axées sur les punitions corporelles. Le point de départ de ce type d'éducation se trouve dans la croyance du mal inné caché au plus profond de l'enfant : « El Sabio [Salomon] dice que la necedad se halla encastillada en el corazόn del niño y no hay otro modo para hacerla salir y desterraria, sino la vara y la disciplina »52.

72Les châtiments corporels sont donc nécessaires et appliqués exclusivement pour le bien de l'enfant ; par ailleurs, ces punitions ne nuisent nullement à sa santé et sont la manifestation de l'amour des parents : « Salomón dice que no apartes la disciplina del nino, ni temas se morirά por azotarle, porque en aquellos primeras años de la niñez no corre el peligro de la precipitación referida. El que perdona a la vara y a la disciplina, aborrece a su hijo, dice el mismo Sabio... »

L'éducation intellectuelle

73Il est clair que cette formation ne touche que très peu la petite enfance, et encore moins peut-être la petite enfance rurale. Ce n'est, en effet, pas avant sept ou huit ans que les enfants pouvaient commencer à la campagne, dans le meilleur des cas, l'apprentissage de la lecture et de l'écriture, avec le curé du village, le sacristain, ou tout autre personne qui possédait de tels acquis, parfois engagée par les autorités municipales.

74Il s'agit néanmoins d'un devoir des parents envers leurs enfants, et comme tel il est constamment répété dans la littérature ecclésiastique (Libros de confesiόn, Manuales o prácticas de confesión, etc.) : « Lo que los virtuosos padres han de enseñar a sus hijos, después de la divina Ley y devociones santas, [...] es leer, escribir y contar »53. Ainsi donc, en tant que futur membre à part entière de la société chrétienne espagnole, le petit enfant commence son apprentissage, aussi bien religieux que civique et intellectuel, très tôt. Et la famille représente le cadre naturel de cet enseignement fondé sur l'obéissance, et dans lequel les châtiments corporels tiennent lieu de pédagogie.

La protection sociale à l'enfance abandonnée

75Pour ce qui touche la protection sociale à l'enfance abandonnée, c'est-à-dire la dramatique réalité des enfants exposés essentiellement, je ne ferais à présent qu'établir un rapide état de la question sur la recherche, et ceci dans le but de permettre à des hypothétiques lecteurs intéressés par le sujet de pouvoir trouver rapidement les meilleurs travaux sur ce véritable drame humain et social. Ce choix obéit à une double raison : premièrement il tient compte du fait que ces études sont essentiellement urbains, étant donné que inclusas et orfelinatos se trouvent installés presque toujours dans les villes, ce qui ne veut pas dire qu'ils n'accueillent massivement les enfants abandonnés des campagnes. En deuxième lieu, parce qu'il s'agit de l'aspect le moins mal connu de la petite enfance dans l'Espagne Moderne et, donc, d'un accès bibliographique plus facile.

76Un très intéressant article récent de synthèse sur la question est celui d'Alberto Marcos54. Dans ce remarquable travail, l'auteur ne se contente pas seulement de passer en revue les travaux essentiels et plus récents publiés sur l'enfance abandonnée dans les différentes régions espagnoles, mais propose également des explications nouvelles sur le pourquoi d'un aussi massif phénomène, et pose la question de fond, quoique presque toujours oubliée, du nombre tellement élevé de personnes impliquées consciemment dans l'abandon : « A fin de cuentas son muchas las personas que aparecen en la vida de un expόsito, por corta que ésta sea : los padres, por supuesto, o la madre al menos ; quizás algunos de sus familiares ; la comadre que asistió al parto ; el cura que impuso el agua del bautismo y los testigos ; los encargados de ejecutar el acto mismo del abandono [...], los gestores y personal de éste [del establecimiento que lo recibe] ; el ama o las amas sucesivas a quienes se da a criar, [...]. Multipliquemos ahora la cifra resultante por el número de niños abandonados en un período de 30, 40 ό 50 años y comprobaremos que las personas coetáneas que han tenido contacto con la realidad de la exposition representan, aun cuando en bastantes casos se repitan, un porcentaje importante de la población adulta total »55.

77C'est l'Andalousie qui dispose, sans doute, de la meilleure monographie d'ensemble sur la question de l'exposition d'enfants. Il s'agit de l'ouvrage du Professeur Alvarez Santalό sur ce phénomène à Seville. Soulignant l'aspect massif de l'exposition l'auteur affirme que « los expόsitos son, esencialmente, volumen »56 : 25 000 enfants, en effet, entrent dans la seule Casa Cuna de Seville au XVIIe siècle ; 28 000 pendant le XVIIIe et près de 51 000 au XIXe. Et 80 % d'entre eux y mourront. Volume donc, mais aussi révélateur de bien d'autres problèmes. L'auteur étudie ainsi également et en profondeur les aspects sociaux, économiques et mentaux qui entourent l'exposition d'enfants, tout au long des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.

78Pour la Castille, aucun ouvrage d'ensemble n'existe, mais plusieurs articles, plus au moins longs, ont approché la question, à travers l'étude des Inclusas, Hospitales et/ou Casas Cuna de Madrid57, Palencia58, Valladolid59 ou Salamanca60. Quant à la Gallice, c'est l'étude du l'Hospital Real de Santiago qui a attiré, pour l'essentiel, l'attention des historiens61, ainsi que pour la Navarre la Inclusa de Pampelune62.

79Plusieurs autres ouvrages, à caractère général ou plus spécifique, traitent le problème des institutions sociales d'aide à l'enfant abandonné63, ainsi que la législation espagnole depuis le Moyen Âge sur ces enfants et leur protection légale64. Deux ouvrages, enfin, à caractère également général, sur la mortalité des enfants exposés sont à souligner65, ainsi qu'un autre, au moins, ayant trait au système hospitalier espagnol66.

80Voici, pour conclure, comment Alberto Marcos pose et résume la complexité historique de ce triste et douloureux phénomène de l'exposition d'enfants : « Capítulo importante-y a menudo trágico – de la historia de la infancia en nuestras sociedades del pasado lo constituye el abandono de ninos (en español "expósitos"), fenόmeno que por su complejidad y las dimensiones que alcanza, ha de ser contemplado desde diferentes perspectivas : las que aportan la demografía histórica y la historia econόmica, desde luego, pero también las más ricas y fecundas que provienen del campo de la sociología o del estudio de los comportamientos colectivos y de las actitudes mentales ante la vida y la muerte »67. Une connaissance démographique, donc, du problème des enfants exposés dans l'Espagne Moderne relativement bonne, mais des lacunes immenses, qu'il faudra combler au plus vite, sur les aspects plus personnels et sociologiques autour de la petite enfance, aussi bien celle des exposés que celle des enfants élevés normalement dans le giron familial.

81En conclusion, nous voilà donc au terme de ce travail d'approche de la question – tellement oubliée par l'historiographie espagnole jusqu'à présent – de la petite enfance rurale dans l'Espagne moderne. La première et principale constatation a trait aux rapports assez ambigus que la société et la famille entretiennent avec le petit enfant. Partant de l'incertitude de son existence vitale, la société et les parents voient dans l'enfant un être en puissance, auquel il n'est pas sage de s'attacher trop tôt, sous peine de graves déconvenues dans de très nombreux cas. Ce qui ne veut pas dire qu'ils n'aimaient pas tendrement leurs enfants. Cela n'empêche cependant pas l'Église d'imposer aux parents des obligations précises auxquelles obéissent ceux-ci en initiant très tôt l'éducation de leurs enfants. Une éducation qui a pour but de faire de ces derniers de bons chrétiens catholiques, en premier lieu, mais qui comporte également une éducation ethico-sociale fondée sur l'obéissance.

82La société de son côté (Etat, municipalités et institutions charitables), enfin, devant la constatation de la saignée démographico-sociale que représente l'exposition ou abandon d'enfants – de plus en plus importante à mesure que les siècles s'écoulent – prend toute une série de mesures pour palier, tant soit peu, la détresse de ces malheureux, par la création et/ou la réforme des orphelinats et autres institutions de même type.

Notes de bas de page

1 Garcia Herrero Maria del Carmen, Las mujeres en Zaragoza en el siglo XV, Zaragoza 1990

2 San Vicente Pino Angel, El oficio de Padre de Huerfanos en Zaragoza, Zaragoza 1965.

3 21 décembre 1350, Sancho Perez de Riglos, 5 r°.

4 13 Novembre 1411, Juan Esteban Gascon, 4 r°

5 Testament de Domingo Castiello, 20 juillet 1407, 1v°, Juan esteban Gascon.

6 Testament de Garcia Ferrero de San Narres, 21 août 1407,10 r°, Juan Esteban Gascon.

7 Testament de Catalina de Ayerbe et Vicient de Castiello, 5 mai 1407-13 mai 1407, 13 r°. Juan Esteban Gascon.

8 Testament de Johan de Tahust, 21 juillet 1362, 39 r°. Blasco Aznarez de Anso.

9 Testament de Marco Cavaler, 29 juin 1362, 13 v°, Domingo de Aguilon. Chez le même notaire plusieurs testaments reprennent exactement les mêmes formules : Testament de Johan del Corral, 9 août 1362,43 r°, testament de Nicolau de Androgos 4 setembre 1362, 45 v. testament de Domingo Gil et Menga Cotares, 11 août 1362, 52 r°.

10 Testament de Domingo Aznar de Muyvalla, 30 décembre 1362, 56 r°.

11 24 Juin 1362, 2 v° Domingo de Aguilon.

12 Maria del Carmen Garcia Herrero, Las mujeres en Zaragoza en el siglo XV, Zaragoza 1990. p 90

13 Testament de Maria Lopez de Monreal, 24 novembre 1412, 104 r°, Juan Esteban Gascon.

14 Pour apprécier ce salaire, il faut savoir qu'entre 1440 et 1472, le cahiz de blé (179 litres) vaut 14 sous, en moyenne 12 sous au plus bas et 60 au plus haut.

15 A. Carreras Panchón, El problema del niño expósito en la España Ilustrada, Salamanca, 1977, p. 35.

16 A. Limon Delgado, Costumbres populares andaluzas de nacimiento, matrimonio y muerte, Sevilla, 1981, pp. 44-47.

17 Ibid., p. 66.

18 Arbiol, Antonio, Familia regulada con doctrina de la Sagrada Escritura y Santos Padres de la Iglesia Católica, para todos los que regularmente componen una casa seglar..., Barcelona, 1867, p. 439.

19 Ibid., p. 440.

20 Claude Larquié, « Mentalités et comportements à l'Epoque Moderne : les prénoms des enfants madrilènes aux XVIIe et XVIIIe siècles », in Pouvoirs et société dans l’Espagne Moderne (hommage à Bartolomé Bennassar), Toulouse, 1993, p. 125.

21 B. Bennassar, Histoire des Espagnols, Paris, 1992, pp. 369-371 ; B. Menjot, « El nombre de bautismo de los murcianos durante la Baja Edad Media : un testimonio sobre su universo mental y religioso », in Areas, no 1, Murcia, pp. 9-18. Ce travail apporte, en plus, une bibliographie exhaustive sur cette question, aussi bien en Europe qu'en Espagne, à laquelle je renvoie les personnes interesées par le sujet. C. Larquié, « La famille madrilène du XVIIe siècle », in Mélanges de la Casa de Velâzquez, Paris, 1988, pp. 149-152 ; ibid., « Les familles madrilènes à l'époque moderne (aspects démographiques) », in Madrid en la época moderna : Espacio, sociedad, cultura, Madrid, 1991 ; pp. 159-176 ; A. Molinié-Bertrand, Au Siècle d’Or : l'Espagne et ses hommes, Paris, 1985, pp. 325-330.

22 A. Limon Delgado, op. cit., pp. 84-88.

23 Navarro, Thomas, Consulta espiritual en la que el pecador verdaderamente arrepentido propone, con deseo de acertar, el verdadero estado de su alma, Madrid, 1773, p. 181.

24 Goñi, Blas, Conferencias científico-morales, Pamplona, 1913, pp. 65-66.

25 A. Arbiol, op. cit., p. 437.

26 T. Navarro, op. cit., p. 181.

27 T. Montalvo, Práctica politico y economía de expósitos, Madrid, 1700, pp. 302-303.

28 F. Ribas Pantí, « La Pediatría en los Gozos », in La Infancia : sus objetos de uso, obras de arte y libros de medicina de los sighs XIV al XIX, Barcelona, 1952, pp. 82-83.

29 El Pensador Matritense, Madrid, 1762-67,I, 5.

30 Ibid., I, 78.

31 S. Garcia, Instituciones sobre la crianza física de los ninos espàsitos, Madrid, 1805, p. 132.

32 A. Carreras Panchόn, op. cit., p. 50.

33 J.X. de Uriz, Causas prácticas de la muerte de los ninos expósitos, Pamplona, 1801, pp. 140-143.

34 M. Hervás y Panduro, Historia de la vida del hombre, Madrid, 1789, t.I, p. 202.

35 Arbiol, op. cit., pp. 437-438.

36 F. Duran Cañameras, « La infancia en las obras de arte », in La infancia...., p. 52.

37 Navarro, op. cit., p. 186.

38 Arbiol, op. cit., p. 437.

39 Iberti, José, Método artificial de criar niños recien nacidos y darles una buena educación física, Madrid, 1795, p. 75.

40 Arbiol, op. cit., p. 437.

41 Collectif, « Libros de medicina de los siglos XIV al XIX », in La Infancia..., pp. 13-38.

42 Ribas Pontí, op. cit., pp. 83-85.

43 Navarro, op. cit., pp. 176-177.

44 Arbiol, op. cit. « Capítulo XVI : Especiales cuidados de los padres con sus hijos y con sus hijas, hasta que entran en el uso de razón », p. 431.

45 Navarro, op. cit., pp. 176-177.

46 Arbiol, op. cit., p. 399.

47 Navarro, op. cit., pp. 181-182.

48 Arbiol, op. cit., p. 459.

49 J. Caballero, El buen hijo. Preceptos y ejemplos morales que teórica y prácticamente enseñan a los niños los deberes que tienen para con sus padres, Madrid, 1877, p. 22.

50 Ibid., pp. 115-117.

51 Arbiol, op. cit., pp. 454-455.

52 Ibid., p. 450.

53 Ibid., p. 464.

54 A. Marcos Martin, « Infancia y ciclo vital : el problema de la exposición en España durante la Epoca Moderna », in De esclavos a senores. Estudios de Historia Moderna, Valladolid, 1992, pp. 43 a 68.

55 Ibid., p. 59.

56 L.C. Alvarez Santaló, Marginación social y mentalidad en Andalucía Occidental. Expósitos en Sevilla (1613-1910), Sevilla, 1980, p. 48. A ce travail, on peut ajouter, entre autres : J. Sanz Sampelayo, « Hospital Real y Hospicio Real en la Granada del siglo XVIII, Aspectos humanos y económicos », in Anuario de Historia Moderna y Contemporánea, 1974 ; F. Cortés, « Extremadura en el siglo XVI. Los niños expósitos », in Alminar, no 32 (1982).

57 Paula Demerson, « La Real Inclusa de Madrid a finales del siglo XVIII » ; in Anales del Instituto de Estudios Madrileños, VIII (1972) ; C. Larquié, « La mise en nourrice des enfants madrilènes au XVIIe siècle », in Revue d'histoire moderne et contemporaine, XXXII (1985). J. Soubeyroux, « Pauperismo y relaciones sociales en el Madrid del siglo XVIII », in Estudios de Historia Social, 12-13 (1980) ; M. Carbajo Isla, « Primeras resultados cuantitativos de un estudio sobre la población de Madrid (1724-1836) » in Moneda y Crédito, 107 (1986).

58 A. Marcos Martin, Economía, Sociedad, Pobreza en Castilla : Palencia 1500-1757, Palencia, 1985.

59 T. Egido, « Aportación al estudio de la demografía española. Los ninos expósitos de Valladolid (siglos XVI-XVIII) » ; in Actas de las I Jornadas de Metodología Aplicada de las Ciencias Histόricas, III, Vigo, 1975 ; ibid., « La Cofradía de San José y los niños espósitos de Valladolid (1540-1757) », in Estudios Josefinos, 53-54 (1873).

60 M. Frenández Ugarte, Expósitos en Salamanca a comienzos del siglo XVIII, Salamanca, 1988.

61 A. Eiras Roel, « La Casa de Expósitos del Real Hospital de Santiago en el siglo XVIII », in Boletín de la Universidad Compostelana, 75-76 (1967-1968) ; D. Garcia Guerra, El Hospital de Santiago (1499-1804), La Coruna, 1983 ; D. Pérez García, « La mortalidad infantil en la Galicia del XIX. El ejemplo de los expósitos del Hospital de los Reyes Catόlicos de Santiago » ; in Liceo Franciscano, Santiago, 1976.

62 L. Valverde, « El abandono y la exposición de niños en la segunda mitad del siglo XVIII y comienzos del XIX. Situación y reforma en la Inclusa de Pamplona », in Actas del 1er. Congreso de Historia de Navarra de los siglos XVIII-XIX y XX, t. 4, Pamplona, 1986.

63 J. Pérez Carmona, La caridad cristiana en la protección al menor. Datos para su historia en la provincia de Burgos, Burgos, 1957 ; F. Salinas Quijada, El Padre de Huérfanos [en Navarra], Pamplona, 1971 ; J.M. Lope Toledo, Los Niños de la Doctrina Cristiana de Logrono, Logrono, 1966.

64 E. Cuello Colón, « Sobre la antigua legislación penal española de la infancia delincuente y abandonada », in Revista Penitenciaria, 2 (1905) ; J. Guallart y López de Goicoechea, Aportación de varias regiones espanolas al estudio de los precedentes doctrinales y legislatives del tratamiento de los menores caídos y abandonados, Zaragoza, 1947 ; G. Lasola, « La carcel y los niños durante la Edad Media Y Moderna », in Revista de Estudios Penitenciarios, I (noviembre 1945).

65 A. Carreras Panchón, « La mortalidad en las inclusas españolas (1800-1808) », in Cuadernos de Historia de la Medicina Española, XIV (1975) ; V. Pérez Moreda, La crisis de mortalidad en la España interior. Siglos XVI-XIX, Madrid, 1980..

66 P. Carasa, El sistema hospitalario Español en el siglo XIX, Valladolid, 1985.

67 A. Marcos Martín, op. cit., p. 43.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.