Version classiqueVersion mobile

La petite enfance

 | 
Robert Fossier

Archéologie funéraire et histoire de la petite enfance

Quelques remarques à propos du Haut Moyen Âge

Cécile Treffort

Texte intégral

1On a coutume de dire, à juste titre d'ailleurs, que les sources médiévales concernant l'histoire de l'enfance sont rares, en particulier pour le Haut Moyen Âge. C'est pourtant compter sans l'archéologie funéraire, qui fournit un corpus documentaire important. Si les données de fouilles sont si peu souvent prises en compte par les historiens, c'est peut-être parce qu'il n'existe pas encore de véritable synthèse en ce domaine et qu'il faut, en préalable à toute étude, puiser aux différentes monographies de sites, publiées ou non. C'est peut-être également parce que fait encore défaut une véritable réflexion méthodologique permettant, avec toute la prudence nécessaire, de passer du fait brut à son interprétation.

2Dans ces conditions, le présent travail n'a d'autre ambition que de rassembler un certain nombre de données de terrain (sans pour autant prétendre à l'exhaustivité), afin de montrer la richesse potentielle d'une telle démarche.

  • 1 Contrairement à ce qu'a pu avancer E.R. Coleman, « L'infanticide dans le Haut Moyen Âge », dans Ann (...)
  • 2 A. Alduc-Lebagousse, « Problèmes de mortalité des enfants en Basse-Normandie à l'époque médiévale : (...)
  • 3 J. Le Goff, J.N. Biraben, « La peste dans le Haut Moyen Âge », dans Annales ESC, 1969, pp. 1484-151 (...)
  • 4 C. Treffort, « La vie et le corps de l'enfant au VIe siècle. Perception, signification et utilisati (...)

3Les fouilles menées dans les nécropoles et les cimetières du Haut Moyen Âge mettent au jour de nombreux ossements d'enfants. Les causes de la mortalité infantile sont diverses. Malgré l'attention portée par les pénitentiels à l'infanticide, celui-ci a dû rester un phénomène très marginal1. En revanche, on peut noter une mortalité périnatale importante, même en l'absence de cause déterminante2. En outre, la dénutrition est un facteur indirect de mortalité, en ce qu'elle contribue à la vulnérabilité de l'enfant : celui-ci résiste alors moins bien aux diverses épidémies, en particulier la peste, qui sévit dans tout le VIe siècle3, et les maladies plus spécifiquement enfantines comme la rougeole4.

  • 5 Les études démographiques admettent généralement qu'un enfant sur deux n'atteint pas l'âge de cinq (...)
  • 6 Titre d'un article publié dans La mort au Moyen Âge. Colloque de la Société des historiens médiévis (...)

4Face à une mortalité importante5, comment réagissent les hommes et les femmes du Haut Moyen Âge ? A-t-on le droit de penser que la fréquence de la mort d'un enfant entraîne une sorte d'habitude et, de ce fait, une indifférence, voire un certain mépris vis-à-vis du phénomène ? Comment mesurer l'attachement affectif d'un père ou d'une mère à sa progéniture ? Dans quelle mesure doit-on prendre en compte le baptême dans une société partiellement christianisée ? En l'absence d'outils analytiques précis, les opinions émises par les différents chercheurs confrontés au problème ne peuvent être que subjectives, donc divergentes. La question posée il y a une vingtaine d'années par L. Buchet et Cl. Lorren6 : « Dans quelle mesure la nécropole du Haut Moyen Âge offre-t-elle une image fidèle de la société des vivants ? », pourrait tout à fait être reprise pour le propos qui nous retient ici.

5Afin de tenter une étude archéologique de la place des enfants dans la société du Haut Moyen Âge, il serait utile d'établir une sorte de « grille d'analyse » permettant une comparaison entre divers sites par la prise en compte d'un certain nombre de critères objectifs.

  • 7 La détermination des os de bébés est difficile et l'opération de prélèvement peut être fatale aux s (...)
  • 8 Soudure des épiphyses, c'est-à-dire des extrémités des os, qui intervient à des stades différents d (...)

6Ce vœu pieux risque de se heurter à plusieurs obstacles, d'ordre méthodologique. En premier lieu, la validité des données doit être soumise à critique : on devra utiliser avec beaucoup de prudence les résultats de fouilles anciennes, ou réalisées sans la présence d'un anthropologue sur le terrain7. À cela s'ajoute un problème plus spécifiquement lié à la population infantile. La détermination anthropologique de l'âge au décès, fondé en particulier sur l'analyse de la dentition et des synostoses8 des os, évolue encore au fil de l'avancement des recherches. Suivant la méthode de détermination employée, les études donnent des limites différentes pour les classes d'âges. Bien souvent, le fœtus, le nouveau-né et le nourrisson sont regroupés dans le même ensemble, alors que leur place respective dans la société était peut-être différente. Que doit alors faire l'historien qui tente d'intégrer les données archéologiques et qui se heurte, de son côté aussi, à une inadéquation de vocabulaire ? À quel âge morphologique, évaluable par l'archéologie, correspondent en effet le termes latins de parvulus, puer, infans, utilisés par les textes ? Comment établir une relation avec celui que l'historien du XXe siècle considère, socialement, comme un « petit enfant » ? Autant de questions qui montrent la nécessité d'une réflexion commune entre historien des textes et historien des os...

  • 9 C. Treffort, L’Église carolingienne et la mort. Christianisme, rites funéraires et pratiques commém (...)
  • 10 Voir l'ensemble des études réunies dans Archéologie du cimetière chrétien. Actes du 2e colloque ARC (...)
  • 11 Cette diversité étant plus le reflet de l'avancée de la recherche que d'une réalité historique.

7Malgré toutes ces réserves, nécessaires, il est tentant de chercher à identifier la place du petit enfant dans la société des vivants du Haut Moyen Âge à partir de celle qu'il occupe dans celle des morts. On peut en effet supposer que la localisation et le soin apporté à la construction de sa sépulture sont en rapport avec sa place au sein de la famille et avec l'intérêt que lui portaient ses proches. La forme et l'implantation de la tombe peuvent mettre en jeu des critères économiques, sociaux ou politiques aussi bien que religieux ou affectifs. Ainsi, entre le VIe et le XIe siècle, époque de christianisation de la société et d'implantation du système paroissial9, les importants changements qui affectent les habitudes funéraires10 ont des causes et des implications multiples. À partir de la fin du VIIe siècle, les parures ostentatoires et les dépôts d'objets disparaissent progressivement, les cimetières dits « en plein champ » sont abandonnés au profit de sites regroupés près des églises. Sans oublier la diversité géographique des exemples retenus11, on doit alors se demander quelle place et quelle forme sont réservées aux tombes d'enfants au sein de ce processus évolutif.

LES NÉCROPOLES MÉROVINGIENNES DITES « DE PLEIN CHAMP », VIe-VIIIe SIÈCLES

  • 12 VIIe colloque sur les Alpes dans l'Antiquité, sur le thème Aspects culturels et religieux. Témoigna (...)
  • 13 B. Privati, La nécropole de Sézegnin (Avusy-Genève), IVe-VIIIe siècle, Genève-Paris, A. Julien-Cham (...)
  • 14 Voir en particulier les études d'A. Alduc-Lebagousse, « Un problème de paléodémographie : la mortal (...)
  • 15 Chr. Pilet, A. Alduc-Lebagousse, J. Blondiaux et al., « Les nécropoles de Giberville (Calvados) : f (...)
  • 16 A. Alduc-Lebagousse, Chr. Pilet, « Le problème de la sous-représentation des enfants », dans La néc (...)

8Les premiers résultats d'une étude d'ensemble réalisée sur divers sites de la zone burgonde (Suisse et Jura français, en particulier Sézegnin, Yverdon, Doubs, La Tour-de-Peilz, Saint-Prex), présentés en mars 1994 à Aoste en Italie12, montrent une assez grande cohérence de rites dans la région, malgré des différences mineures de site à site. Certaines classes d'âge sont particulièrement sous-représentées, en particulier la classe zéro-quatre ans, la proportion des enfants entre cinq et neuf ans variant selon les sites : la structure de population obtenue par calcul démographique à partir de ces données est incompatible avec ce que l'on connaît de la mortalité infantile dans les sociétés préindustrielles. L'« anomalie » démographique constatée sur ces sites n'est vraisemblablement pas due à une structure particulière de la natalité, mais à un choix raisonné dans le rituel funéraire. Ces sites ayant été fouillés de manière exhaustive, on doit écarter la possibilité d'une zone préférentielle pour l'inhumation des enfants qui aurait pu être « oubliée » : les tombes en question sont en effet disséminées dans tout l'espace du cimetière. Ainsi, à Sézegnin13, la soixantaine de sépultures d'enfants de moins de dix ans (sur un total de 710 fouillées) se répartissent de manière égale sur toute la surface occupée par la nécropole, avec seulement un très léger regroupement au nord-est du site. L'« exclusion » des moins de dix ans n'est en outre pas systématique, et l'intérêt porté à certains d'entre eux se marque par l'importance des dépôts funéraires, perle, boucle de ceinture ou céramique. À Sézegnin toujours, la sépulture 548, d'un enfant entre un et quatre ans, recelait même un ensemble important d'objets, composé d'un anneau en fer, un collier d'une vingtaine de perles, d'un peigne en os et d'un couteau en fer. Les mêmes conclusions semblent s'imposer dans d'autres régions, en particulier en Basse-Normandie14. Dans les nécropoles de Giberville, Frénouville et Verson, on note l'absence quasi-totale des nouveau-nés et des très jeunes enfants, ainsi qu'une faible représentation des enfants de moins d'une dizaine d'années. La répartition géographique des sépultures couvre en général l'ensemble du site sans concentration notable, comme à Giberville15 ou à Fontenay16.

  • 17 Autre exemple significatif, dans une autre région : à Neuville-sur-Escaut (Nord), les tombes des mo (...)

9Que l'on soit en Basse-Normandie, en Suisse ou ailleurs, les nécropoles du Haut Moyen Âge dites « en plein champ » présentent une quasi-absence de la classe zéro-un an, et la sous-représentation des enfants en dessous de dix ans. Le fait que leur absence ne soit pas systématique et que leur sépulture ait parfois été particulièrement soignée17 laisse supposer que leur inhumation est alors à la discrétion de la famille. Celle-ci manifeste alors dans les rites funéraires l'affection, l'estime portées au petit disparu et la place de ce dernier dans la structure familiale.

LES BASILIQUES FUNÉRAIRES, VIe-VIIIe SIÈCLES

10Toutes les nécropoles dont nous venons de parler ont un point commun : leur situation « en plein champ », éloignée de tout habitat reconnu et sans qu'on ait pû mettre en évidence un quelconque bâtiment de culte. On peut cependant se demander si la situation est la même pour des sites contemporains marqués par la présence d'un édifice chrétien. Avant même d'aborder des cas précis, rappelons que contrairement aux cas précédents, les fouilles de basiliques funéraires ne sont jamais exhaustives. Ne portant que sur une partie du site (en particulier celle proche de l'église), les résultats risquent de ce fait d'être un peu biaisés. On ne peut néanmoins nier que ces bâtiments attirent bien souvent un certain nombre de sépultures d'enfants tout contre leurs murs.

  • 18 Br. Bizot, J. Serralongue, « Un édifice funéraire du Haut Moyen Âge à Seyssel-Albigny (Haute-Savoie (...)
  • 19 Le phénomène y est toutefois moins spectaculaire, puisqu'il ne porte que sur cinq sépultures. Voir (...)

11Ainsi en est-il par exemple de la basilique funéraire de Seyssel-Albigny (Haute-Savoie)18, utilisée aux VIe-VIIe siècles. La nef centrale se termine par un chevet plat qui déborde largement et forme l'extrémité orientale de l'édifice, tandis que les trois autres côtés sont entourés d'un portique en U. Une centaine de sépultures ont été fouillées aux abords immédiat de l'édifice ou à l'intérieur. 46 des 110 tombes appartiennent à des enfants de moins de dix ans, soit près de 40 %, ce qui donne une courbe démographique complètement différente, par exemple, de celle de Giberville, contemporaine. La nette concentration de nouveau-nés au sud du chevet et dans le chœur (indiquant la reconnaissance d'un statut particulier), et le fait qu'un tiers seulement des tombes (les plus proches de l'édifice) aient été étudiées, sont en grande partie responsables de cette représentation particulière de la population inhumée. Toute proportion gardée, ce regroupement rappelle le cas du site voisin de Saint-Julien-en-Genevois, où la zone nord de l'édifice comporte exclusivement des tombes de nouveau-nés19.

  • 20 B. Mandy, « Une chapelle du Haut Moyen Âge dans le château de Saint-Germain à Ambérieu-en-Bugey », (...)

12L'édifice funéraire des VIe-VIIe siècles découvert sous la chapelle castrale de Saint-Germain d'Ambérieu (Ain) révèle également une grande proportion d'enfants inhumés aux abords immédiats ou à l'intérieur de l'édifice lui-même. Sur une cinquantaine de squelettes exhumés, 35 appartiennent à des enfants, dont certains très jeunes (morts-nés ?)20. Ceux-ci ont été inhumés dans des tombes spécialement aménagées pour eux, ou parfois dans des tombes d'adultes plus ou moins modifiées à cet usage.

  • 21 C. Treffort, « Du cimiterium christianorum au cimetière paroissial : évolution des espaces funérair (...)

13La destination de ces édifices, traditionnellement appelés basiliques funéraires, est relativement mal connue. À Saint-Julien-en-Genevois, la tombe monumentale placée dans le chœur semble avoir eu une importance particulière, puisque son contenu fut récupéré lors de l'abandon de l'édifice. Peut-on penser qu'il s'agissait en quelque sorte des reliques d'un saint, dont les bienfaits pouvaient rejaillir sur les corps ensevelis à proximité ? Dans ce cas, les enfants ensevelis ici seraient privilégiés, bénéficiant d'une inhumation ad sanctos leur assurant la protection du personnage vénéré. Seules, des conjectures sont permises dans les autres cas ; il est alors utile de chercher si le fait se confirme dans les époques postérieures, en particulier autour des églises qui deviennent progressivement paroissiales21.

LES ÉGLISES PAROISSIALES, VIIIe-XIe SIÈCLES

14Entre le VIIIe et le XIe siècle, dans les cimetières des églises, certains enfants bénéficient également d'un traitement particulier. Il semblerait en fait que la tendance observée auprès des basiliques funéraires à l'époque précédente s'accentue : la proportion d'enfants augmente, et on trouve des regroupements plus systématiques le long des murs.

  • 22 A. Alduc-Lebagousse, J. Pilet-Lemière, « Les sépultures d'enfants en édifice religieux : l'exemple (...)

15Sur le site de l'église Notre-Dame de Cherbourg, une évolution est très nette entre l'époque mérovingienne, avant la construction de l'édifice de culte, et la période carolingienne, qui voit s'installer une église22. Totalement inexistante au début de l'occupation du site, l'inhumation des jeunes enfants s'établit progressivement dans le cimetière de la communauté et s'affirme à partir du IXe siècle. Un secteur est alors plus particulièrement réservé aux enfants en bas âge auprès de l'église Notre-Dame, dans le cimetière dont l'existence ne s'achève qu'à la fin du XIe siècle, lors de la création d'une nouvelle église paroissiale.

  • 23 Fl. Carré, « Le site de Portejoie (Tournedos - Val-de-Reuil, Eure), VIIe - XIVe siècle : organisati (...)

16Sur le site de Portejoie (Eure)23, les sépultures d'enfants sont rares et disséminées sur l'ensemble du site pendant tout la première phase - mérovingienne - de la nécropole, qui ne comporte pas encore d'église. À partir de l'époque carolingienne, on observe une concentration de sépultures d'enfants en très bas âge le long du mur sud de la nef de l'édifice de culte, nouvellement construit.

  • 24 C. Niel, « Les inhumations d’enfants au sein de la Cour d'Albane, groupe épiscopal de Rouen (périod (...)

17Près de la cathédrale de Rouen, de semblables dispositions apparaissent dès l'implantation du cimetière, au Xe-XIe siècle24. Les sépultures d'enfants représentent environ la moitié des individus fouillés, essentiellement regroupés à l'extérieur du mur sud de l'édifice dédié à saint Etienne. On peut également noter la présence d'enfants en bas âge à l'intérieur de la cathédrale, non loin de la porte.

  • 25 V. Gallien, Deux populations du Haut Moyen Âge à Saint-Denis : archéologie et anthropologie, th. da (...)

18Les travaux archéologiques réalisés autour de l'église Saint-Barthélemy25, qui borde la zone funéraire de la basilique de Saint-Denis, ont également mis en évidence une pratique similaire : une majorité d'enfants en bas âge sont déposés à partir du IXe siècle près du mur sud du chœur de l'église, alors que les sépultures d'adultes en sont distantes de plus de deux mètres. Devant l'entrée de la même église, on trouve également des tombes de bébés sur deux rangées parallèles au mur.

19Les sépultures d'enfants en bas âge, rendues très vulnérables par leur petite taille, ont souvent été détruites par la réutilisation de l'espace pour d'autres inhumations pendant plusieurs siècles ; elles ont parfois disparu sous les assauts des fouilleurs trop peu précautionneux du temps passé ou ont été victimes de l'urgence de certains travaux archéologiques. Il ne semble cependant pas hasardeux d'affirmer que la plupart des sites utilisés après le IXe siècle montrent des concentrations notables de tombes d'enfants aux abords des murs gouttereaux, sous le parvis de l'édifice, voire dans certains espaces spécifiques à l'intérieur de l'église.

DE L'OBSERVATION À L'INTERPRÉTATION...

20Le caractère ponctuel et épars de la documentation ici rassemblée empêche d'en tirer des conclusions définitives. Tout au plus peut-elle permettre d'attirer l'attention des fouilleurs sur ces sépultures et de poser quelques jalons pour une étude future.

21Toutefois, il est d'ores et déjà important de s'interroger sur la possibilité et les modalités d'interprétation de telles observations. Comment expliquer la sous-représentation des enfants en bas âge, en particulier sur les sites de nécropoles « en plein champ », pour lesquelles le caractère chrétien n'est nullement prouvé et où, par conséquent, le baptême ou son absence ne peuvent être un élément pertinent ? Quels sont les critères de choix pour les enfants inhumés parmi les adultes ? Cette pratique, tout comme celle du regroupement en un lieu donné, obéit-elle à une règle sociale ou à l'initiative personnelle ?

22L'historien est tenté de chercher dans les textes à sa disposition les réponses à de telles questions. Les sources écrites sont cependant très rares pour l'époque concernée, et émanent d'un milieu essentiellement ecclésiastique. Leur caractère souvent normatif ou édifiant oblige également à la prudence dans leur utilisation et rend nécessaire une lecture critique. Il convient en outre de ne pas les appliquer indifféremment à l'interprétation d'un milieu ouvertement christianisé (caractère sensible par la présence d'un édifice de culte reconnu) et à celle d'un contexte religieux plus flou (cas des « nécropoles en plein champ »).

LA SOUS-REPRÉSENTATION DES ENFANTS DANS LES NÉCROPOLES ANCIENNES

  • 26 Voir les remarques d'H. Duday dans La mort. Passé, présent, conditionnel. [Actes du colloque de] La (...)
  • 27 En effet, on note de nombreuses sépultures d'enfants placées au même niveau que celles des adultes. (...)

23Devant l'évidence d'une sous-représentation des enfants dans les nécropoles mérovingiennes « en plein champ », on peut se demander ce que sont devenus les enfants « manquants ». Dans bon nombre de cas, il faut écarter d'emblée l'idée selon laquelle la terre aurait en quelque sorte phagocyté leurs ossements ; quand bien même cela serait, resterait au moins, dans la terre du cimetière, la trace de leur fosse d'inhumation. Doit-on imaginer alors pour les enfants des fosses moins profondes, et de ce fait plus sensibles à l'érosion naturelle et anthropique ? Si l'hypothèse est retenue dans certains cas26, elle ne peut toutefois pas être systématisée27 pour la période qui nous concerne.

  • 28 P. Bonnassie, « Consommation d'aliments immondes et cannibalisme de survie dans l'Occident du Haut (...)

24Faut-il évoquer au contraire des corps abandonnés sans soin particulier à la merci des animaux sauvages ou domestiques ? Si l'idée répugne à notre mentalité du XXe siècle, elle pourrait en revanche être appuyée par quelques témoignages médiévaux. Ainsi, les pénitentiels du Haut Moyen Âge interdisent formellement de consommer des animaux, y compris des bêtes d'élevage, ayant mangé de la chair humaine. On peut alors se demander, avec P. Bonnassie28, à qui appartiennent ces corps.

  • 29 Ibid., p. 1041.
  • 30 Cité par P.-A. Sigal, « La grossesse, l'accouchement et l'attitude envers l'enfant mort-né à la fin (...)
  • 31 Voir par exemple l'étude de A. Garnotel, D. Paya, « Permanence et évolution du cimetière médiéval : (...)
  • 32 A.-M. Tillier, « Pratiques funéraires et enfants dans les populations anciennes. L'exemple des inhu (...)
  • 33 Études publiées par Cl. Lorren et P. Périn, dans L’habitat rural du Haut Moyen Âge (France, Pays-Ba (...)

25S'agit-il entre autres, se demande-t-il, « d'enfants excédentaires, délibérément "perdus", de nouveau-nés exposés »29 ou, pourrions-nous ajouter, d'enfants morts en bas âge et non ensevelis ? Pour une période beaucoup plus tardive, P.-A. Sigal cite également le cas d'une habitante d'Aixen-Provence qui engendre, à la fin du XIIIe siècle, deux enfants morts-nés ; leurs corps sont alors jetés dans l'étable, sur un tas de fumier30. Cependant, s'il existe des preuves archéologiques d'inhumations d'enfants en contexte d'exclusion31, on ne peut pas, là encore, en généraliser la pratique. L'hypothèse selon laquelle les bébés auraient été inhumés, comme à l'époque romaine32, dans les maisons ou à proximité immédiate, doit en effet être très nuancée pour le Haut Moyen Âge. De nombreux sites ruraux datant des VIIe-Xe siècles ont été fouillés ces dernières années33, de manière assez fine pour révéler la présence de sépultures dispersées dans les structures d'habitat. Or, celles-ci concernent indistinctement des adultes et des enfants, et l'on ne peut donc considérer ces témoignages comme pertinents pour le sujet qui nous occupe ici.

  • 34 J. Serralongue, C. Treffort, « Inhumations secondaires et ossements erratiques de la nécropole des (...)
  • 35 Pénitentiel de Mersebourg, fin Ville siècle, c. 131. Ed. H. Wasserschleben, Die Bussordnungen der a (...)
  • 36 D. Alexandre-Bidon, « Gestes et expressions du deuil », dans À réveiller les morts. La mort au quot (...)

26Si l'on porte son attention non plus sur les sépultures « manquantes » (dont le problème est loin d'être résolu), mais aux sépultures existantes, on remarque le réel intérêt porté aux enfants inhumés parmi les adultes. Le matériel funéraire qui les accompagne est parfois prestigieux. Certains d'entre eux ont également pu faire l'objet d'une attention particulière, lors d'une « réduction » et d'une inhumation secondaire soignée dans une tombe d'adulte34. Le traitement privilégié accordé aux corps de ces enfants reproduit vraisemblablement une attitude de deuil, parfois sensible dans les textes, liée au traumatisme engendré par la mort d'un être si jeune. Les pénitentiels du Haut Moyen Âge interdisent d'ailleurs les manifestations trop ostentatoires à cette occasion : « Si quelqu'un s'arrache les cheveux à cause de la mort de ses enfants ou de ses parents, ou bien se lacère le visage avec les ongles ou quelque objet métallique, qu'il fasse trente-six jours de pénitence »35. La mention de ces manifestations d'un deuil familial, qui perdureront d'ailleurs pendant tout le Moyen Âge36, montrent à l'envi qu'il y a, dans un certain nombre de cas, une réelle affliction parentale devant la perte d'un enfant, sans qu'intervienne un quelconque discours religieux.

LE DISCOURS CHRÉTIEN SUR LA MORT DE L'ENFANT

  • 37 Boniface, lettre à Aethelbald de Mercie, 745-746. Ed. MGH, Ep. III, Mer. Kar. Aev., I, p. 343.
  • 38 Voir l'ensemble du dossier réuni dans C. Treffort, Genèse du cimetière chrétien. Étude sur l'accomp (...)

27Si l'on aborde maintenant les témoignages ecclésiastiques, on observe une cohérence dans les discours des clercs à propos de la damnation des enfants morts sans baptême. Dans la théologie chrétienne, l'idée d'une faute originelle, dont la marque se retrouve sur tous les descendants d'Adam et Ève, est nettement affirmée, en particulier lorsque des doctrines considérées comme « hérétiques » en nient le bien-fondé et, de ce fait, battent en brèche l'utilité du sacrement lui-même. Du fait du péché originel, tout homme qui meurt avant d'avoir reçu le baptême ne peut en effet être sauvé. Saint Boniface le rappelle au milieu du VIIIe siècle lorsqu'il critique les mères tuant leurs enfants pour cacher leur faute adultérine : « Au lieu de remplir les Églises du Christ de fils adoptifs », se plaint-il, « elles rassasient les sépultures de leurs corps et les enfers de leurs misérables âmes »37. Cette attitude, inscrite dans une logique toute augustinienne, explique la lutte incessante de l'Église contre la négligence du prêtre ou des parents qui tardent à faire baptiser leurs enfants, ou contre les pratiques abortives et infanticides. Elle justifie également un certain nombre de textes hagiographiques qui mettent en scène des résurrections d'enfants morts sans baptême, et dont le récit est accompagné de discours moralisateurs38.

  • 39 Pénitentiel de Théodore, fin VIIe - début Ville, Discipulus Umbrensium, lib. 2, c. V-7. Ed. H. Wass (...)
  • 40 P. Riché, « L'enfant dans le Haut Moyen Âge », dans Annales de démographie historique, 1973, Enfant (...)
  • 41 Pénitentiel du pseudo-Théodore, 830-847, c. XXX-14. Ed. H. Wasserscheleben, op. cit., (cf. note 36) (...)
  • 42 Supplément d'Aniane au sacramentaire grégorien, vers. 820, no 1420. Ed. J. Deshusses, Le sacramenta (...)
  • 43 Étude menée à partir du répertoire de H. Philippeau, Euchologicum exordiasticum Ecclesiae latinae s (...)
  • 44 Ordo ad comnandandum parvuli corpus, éd. J. Janini, Liber ordinum sacerdotal (cod. Silos, Arch. Mon (...)
  • 45 Ordo pro defunctis infra septennium, éd. M. Magistretti, Manuale ambrosianum ex codice XI, olim in (...)
  • 46 Ed. J. Janini, Liber ordinum episcopal..., Silos, 1991 (op. cit., note 44), no 246, p. 139.
  • 47 Celles-ci ne sont connues que par les rares manuscrits du XIe siècle cité aux notes 46 et 47. Voir (...)

28En revanche, l'enfant chrétien mort peu de temps après avoir été baptisé est considéré comme un privilégié aux yeux de Dieu. Dès la fin du VIIe siècle, quelques particularités liturgiques le concernent. Les pénitentiels théodoriens affirment ceci : « De nombreuses personnes disent qu'il ne faut pas faire de messes pour les enfants avant sept ans »39. P. Riché explique cette position par le fait que l'enfant, considéré comme innocent, n'a pas besoin de commémoration40. Le complément que reçoit le texte à l'époque carolingienne va dans ce sens, puisqu'il affirme à propos des personnes incriminées : « Elles se trompent grandement dans cette considération puisqu'on trouve dans le sacramentaire une messe pro nuper baptizato, pour celui qui vient d'être baptisé »41. Le formulaire de cette messe, présent dans les sacramentaires, indique que le néophyte a reçu de Dieu « une mort céleste et non souillée, juste après le sacrement du baptême »42. Ici, l'âge du défunt n'entre absolument pas en ligne de compte. De manière générale, les enfants n'ont bénéficié que tardivement, en tant que groupe particulier, d'une liturgie funéraire spécifique. Il faut en effet attendre le XVe siècle pour voir apparaître les premières formules officiellement reconnues par l'Église romaine, et le XVIIe siècle pour qu'elles se diffusent et se généralisent43. Seules exceptions - de taille –, les liturgies hispanique44, dite wisigothique et ambrosienne45, offrent un formulaire spécifique pour les enfants morts avant l'âge de raison. L'innocence de l'enfant baptisé y est nettement affirmée, par une comparaison réitérée avec les saints Innocents. En outre, une très belle oraison du liber ordinum épiscopal hispanique sollicite la bienveillance de Dieu tout puissant, « qui dispense la vie à ceux qui naissent et qui, en abrégeant la vie de certains, ne permet pas qu'ils soient souillés par la poursuite de cette vie »46. Si l'unification et la romanisation de la liturgie latine à l'époque carolingienne ont entraîné la disparition officielle de ces formules47, elles n'en restent pas moins significatives de la quasi-béatification de l'enfant mort juste après son baptême, aux yeux de Dieu comme à ceux des chrétiens.

  • 48 Burchard de Worms, Décret, vers. 1008-1012, lib. XIX, c. 185. Ed. PL 140, 975. Trad. dans Le pécheu (...)

29Cette conception semble d'ailleurs se retrouver dans d'autres milieux culturels, par exemple dans l'empire germanique, avec une pratique féminine dont Burchard de Worms se fait le témoin : « Quand un nouveau-né, ayant reçu le baptême, meurt immédiatement après, au moment de l'enterrer, elles placent dans la main droite de l'enfant une patène de cire avec une hostie, dans la main gauche un calice de cire avec du vin »48. Copiant là un usage ecclésiastique fort répandu, celui d'ensevelir le défunt avec les attributs de son ordre, les mères assimilent en quelque sorte leur enfant aux plus privilégiés des membres de l'Église, les prêtres.

DES LIEUX D'INHUMATION PRIVILÉGIÉS POUR LES ENFANTS CHRÉTIENS

  • 49 Vie de Grégoire de Tours, c. 26. Ed. PL 71,128.
  • 50 Geste des abbés de Fontenelle, 834-845, c. 4. Ed. MGH, SS, II, p. 278.
  • 51 Hariulphe, Chronique de l'abbaye de Saint-Riquier (Ve siècle - vers 1104), éd. F. Lot, Paris, Belle (...)
  • 52 A. Erlande-Brandeburg, Le roi est mort : étude sur les funérailles, les sépultures et les tombeaux (...)

30Dans ces conditions, il ne paraît guère étonnant de trouver des sépultures d'enfants dans des lieux choisis également par de pieux personnages pour recevoir leur corps : devant l'entrée de l'édifice ou le long des murs, à l'extérieur, sous les gouttières. Ainsi, au VIe siècle déjà, Grégoire de Tours demande à ce que sa sépulture soit foulée aux pieds par les fidèles49. Plus tard, c'est le cas de Milon, reclus de Fontenelle, mort entre 713 et 71450, puis d'Angilbert, gendre de Charlemagne et abbé de Saint-Riquier, en 81451, d'être ensevelis devant la porte de l'église. On peut enfin citer l'exemple, célèbre s'il en est, du roi Pépin le Bref, enterré devant la porte de la basilique de Saint-Denis52, face contre terre, pour expier ses péchés. Dans un tel choix, l'humilité affirmée par certains textes se double vraisemblablement d'un besoin de rappeler la mémoire du défunt à chaque passant, lorsque la sépulture est surmontée d'une épitaphe, appel au souvenir et à la prière.

  • 53 Grégoire de Tours, Histoire des Francs (fin VIe), livre VIII, c. 10. Ed. MGH, SS, RM, I,331.
  • 54 Ed. MGH, SS, RM, IV, p. 186.
  • 55 Ed. PL 105, 806.
  • 56 Cité par A. Bernard, La sépulture en droit canonique : du décret de Gratien au Concile de Trente, P (...)

31L'espace appelé stillicidium, identifié traditionnellement comme l'endroit sous les gouttières, où l'eau coule du toit de l'église, est également recherché. Le premier témoignage écrit date du VIe siècle. Dans son Histoire des Francs, Grégoire de Tours met en scène l'ensevelissement de Clovis, fils de Chilpéric, sous les gouttières de l'oratoire53. On retrouve ensuite ces mentions dans la Vie de saint Loup de Sens au VIIIe siècle54, dans celle d'Aldric de Sens au IXe siècle55, et Dudon de Saint-Quentin, contemporain de Richard Ier, rapporte que le duc voulut être inhumé dans le stillicidium de l'abbatiale de Fécamp56, qu'il avait fondée.

32La localisation des sépultures d'enfants correspondant à ces emplacements choisis par de grands et pieux personnages laisse supposer la vertu particulière accordée à la dépouille des tout-petits.

***

33L'augmentation du nombre des enfants dans les cimetières à partir de l'époque carolingienne est sans nul doute en relation étroite avec la diffusion du christianisme, qui véhicule l'idée de salut immédiat du petit enfant baptisé défunt. Cependant, l'absence des nouveau-nés dans les cimetières antérieurs ne prouve pas obligatoirement la persistance du « paganisme ». La représentation de la population infantile au sein des espaces funéraires est en effet tributaire également du statut de la terre d'inhumation. Ce n'est qu'à l'époque carolingienne qu'apparaît le rituel de consécration du cimetière, qui fonde l'obligation pour tout fidèle de reposer en son sein et l'exclusion de tous les non-chrétiens.

34L'intégration des enfants (en tant que fidèles privilégiés) à l'espace des morts est également le signe d'une appartenance à un nouveau groupe social en cours de constitution. Jusqu'au VIIIe siècle, l'enfant est avant tout membre d'une famille plus ou moins étendue, au sein de laquelle il prend une place plus ou moins importante, en fonction de facteurs divers. À partir du IXe siècle, avec les progrès de la christianisation et les efforts constants des clercs carolingiens pour encadrer la société, l'enfant est également intégré à l'Ecclesia, pia mater, selon le mot de saint Augustin.

35Grâce à la diffusion progressive de la foi chrétienne et à l'implantation d'un réseau paroissial de plus en plus contraignant, l'enfant chrétien semble avoir acquis une place nouvelle et privilégiée dans la société des morts, gage, peut-être, d'une place nouvelle dans la société des vivants.

Notes

1 Contrairement à ce qu'a pu avancer E.R. Coleman, « L'infanticide dans le Haut Moyen Âge », dans Annales ESC, t. 29, no 2, 1974, pp. 315-335, dont l'étude a depuis été grandement remise en question.

2 A. Alduc-Lebagousse, « Problèmes de mortalité des enfants en Basse-Normandie à l'époque médiévale : l'enfant, la mort et la société médiévale », dans Bulletin des anthropologistes de Basse-Normandie, no 1,1985, pp. 1-16.

3 J. Le Goff, J.N. Biraben, « La peste dans le Haut Moyen Âge », dans Annales ESC, 1969, pp. 1484-1510.

4 C. Treffort, « La vie et le corps de l'enfant au VIe siècle. Perception, signification et utilisation du thème de l'enfance dans l'œuvre de Grégoire de Tours », dans L'enfant, son corps, son histoire. Actes des 7e Journées anthropologiques de Valbonne, Paris, CNRS (Dossier de Documentation Archéologique, 19) (sous presse).

5 Les études démographiques admettent généralement qu'un enfant sur deux n'atteint pas l'âge de cinq ans.

6 Titre d'un article publié dans La mort au Moyen Âge. Colloque de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, Strasbourg, Istra, 1977, pp. 27-49.

7 La détermination des os de bébés est difficile et l'opération de prélèvement peut être fatale aux squelettes de jeunes enfants, fragilisés par leur petite taille. La qualité des résultats archéologiques connaît une nette amélioration depuis quelques dizaines d'années, grâce à un intérêt nouveau porté à la population enfantine et à une meilleure formation des fouilleurs dans le domaine de l'anthropologie.

8 Soudure des épiphyses, c'est-à-dire des extrémités des os, qui intervient à des stades différents de la croissance selon les os concernés.

9 C. Treffort, L’Église carolingienne et la mort. Christianisme, rites funéraires et pratiques commémoratives, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1996 (Collection d'histoire et d'archéologie médiévales, 3).

10 Voir l'ensemble des études réunies dans Archéologie du cimetière chrétien. Actes du 2e colloque ARCHEA, Orléans, 29 sept.1er octobre 1994, par H. Galinié et E. Zadora-Rio, Tours, FERACF, La Simarre, 1996.

11 Cette diversité étant plus le reflet de l'avancée de la recherche que d'une réalité historique.

12 VIIe colloque sur les Alpes dans l'Antiquité, sur le thème Aspects culturels et religieux. Témoignages et évolution de la préhistoire à l'an mille. Communication de R. Gerbore, Ch. Kramar, G. Perreard Lopreno, Chr. Simon, « Variation d'effectif des enfants dans les nécropoles anciennes : implications dans l'interprétation du rituel funéraire » dans Bulletin d'études préhistoriques et archéologiques alpines (Aoste), no V-VI, 1994-1995, pp. 281-287.

13 B. Privati, La nécropole de Sézegnin (Avusy-Genève), IVe-VIIIe siècle, Genève-Paris, A. Julien-Champion-Slatkine, 1983 (Mémoires et documents publiés par la Société d'histoire et d'archéologie de Genève, 10).

14 Voir en particulier les études d'A. Alduc-Lebagousse, « Un problème de paléodémographie : la mortalité des jeunes en Basse-Normandie au Haut Moyen Âge », dans Annales de Normandie, 1982, pp. 3-14 ; et « Nouvelles données sur la paléoanthropologie des populations normandes », dans Bulletin et mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, XIV, 1,1984, pp. 25-36.

15 Chr. Pilet, A. Alduc-Lebagousse, J. Blondiaux et al., « Les nécropoles de Giberville (Calvados) : fin du Ve siècle - fin du VIIe siècle après J.-C. », dans Archéologie médiévale, 1990, XX, ici pp. 53-56.

16 A. Alduc-Lebagousse, Chr. Pilet, « Le problème de la sous-représentation des enfants », dans La nécropole de Saint-Martin-de-Fontenay (Calvados). Recherches sur le peuplement de la plaine de Caen du Ve siècle avant J.-C. au VIIe siècle après J.-C., publié sous la dir. de Chr. Pilet, Paris, CNRS, 1994 (supplément à Gallia, 54), pp. 159-165.

17 Autre exemple significatif, dans une autre région : à Neuville-sur-Escaut (Nord), les tombes des moins de dix ans représentent 10 % de l'ensemble, et l'on doit noter au moins huit bébés ensevelis dans la fosse d'un adulte, souvent une femme. Dans cette nécropole où les sépultures d'adultes contiennent un mobilier important, celles des enfants recèlent également céramiques et parures. Voir G. Hanute, Le cimetière mérovingien de Neuville-sur-Escaut (Nord), avec les contrib. de J. Blondiaux et Cl. Seillier, Denain, Fédération archéologique Septentrion, Musée municipal, 1990 (Septentrion 12-13).

18 Br. Bizot, J. Serralongue, « Un édifice funéraire du Haut Moyen Âge à Seyssel-Albigny (Haute-Savoie) », dans Archéologie du Midi médiéval, VI, 1988, pp. 25-49.

19 Le phénomène y est toutefois moins spectaculaire, puisqu'il ne porte que sur cinq sépultures. Voir M. Colardelle, Sépulture et traditions funéraires du Ve au XIIIe siècle dans les campagnes des Alpes françaises du Nord, Grenoble, SADRAH, 1983.

20 B. Mandy, « Une chapelle du Haut Moyen Âge dans le château de Saint-Germain à Ambérieu-en-Bugey », dans Cahiers René de Lucinge, no 21, pp. 11-19.

21 C. Treffort, « Du cimiterium christianorum au cimetière paroissial : évolution des espaces funéraires en Gaule du VIe au Xe siècle », dans Archéologie du cimetière chrétien..., Tours, 1996, (op. cit. note 10), pp. 55-63.

22 A. Alduc-Lebagousse, J. Pilet-Lemière, « Les sépultures d'enfants en édifice religieux : l'exemple du cimetière de l'église Notre-Dame de Cherbourg (Manche) », dans Le matériel anthropologique provenant des édifices religieux, Paris, CNRS, 1986 (Notes et monographies techniques, 19), pp. 61-67.

23 Fl. Carré, « Le site de Portejoie (Tournedos - Val-de-Reuil, Eure), VIIe - XIVe siècle : organisation de l'espace funéraire », dans Archéologie du cimetière chrétien..., Tours, 1996 (op. cit. note 10), pp. 153-162.

24 C. Niel, « Les inhumations d’enfants au sein de la Cour d'Albane, groupe épiscopal de Rouen (période du Xe - XIe siècle) », à paraître dans L'enfant, son corps, son histoire... (op. cit. note 4). Je remercie l'auteur de m'avoir permis la lecture de son article avant parution.

25 V. Gallien, Deux populations du Haut Moyen Âge à Saint-Denis : archéologie et anthropologie, th. dactyl., Paris IV-Sorbonne, Hist. et Civil. de l'Antiquité tardive, 1992, 5 vol., en particulier, pp. 63, 73-74 et 127.

26 Voir les remarques d'H. Duday dans La mort. Passé, présent, conditionnel. [Actes du colloque de] La Roche-sur-Yon, 18-19 juin 1994, La Roche-sur-Yon, Groupe vendéen d'études préhistoriques, 1995, p. 31.

27 En effet, on note de nombreuses sépultures d'enfants placées au même niveau que celles des adultes. En outre, les sites ayant conservé une grande partie de leur stratigraphie ne montrent pas une telle différence.

28 P. Bonnassie, « Consommation d'aliments immondes et cannibalisme de survie dans l'Occident du Haut Moyen Âge », dans Annales ESC, t. 44, no 5,1989, pp. 1035-1056.

29 Ibid., p. 1041.

30 Cité par P.-A. Sigal, « La grossesse, l'accouchement et l'attitude envers l'enfant mort-né à la fin du Moyen Âge d'après les récits de miracles », dans Santé, médecine et assistance au Moyen Âge. Actes du 110e Congrès des Société savantes, Montpellier, 1985, section d'histoire médiévale et de philologie, Paris, CTHS, 1987, t.1, pp. 23-41, ici p. 31.

31 Voir par exemple l'étude de A. Garnotel, D. Paya, « Permanence et évolution du cimetière médiéval : exclusion et cohésion sociale en Languedoc du Ve au XVe siècle », dans L'identité des populations archéologiques. XVIe Rencontres internationales d'archéologie et d'histoire d’Antibes, Sophia Antipolis, éd. APDCA, 1996, pp. 303-321, en part. pp. 310 et 312.

32 A.-M. Tillier, « Pratiques funéraires et enfants dans les populations anciennes. L'exemple des inhumations », dans La mort. Passé, présent, conditionnel..., La Rochesur-Yon, 1995 (op. cit. note 26), pp. 25-32.

33 Études publiées par Cl. Lorren et P. Périn, dans L’habitat rural du Haut Moyen Âge (France, Pays-Bas, Danemark et Grande-Bretagne). Actes des XIVe Journées internationales d'archéologie mérovingienne, Guiry-en-Vexin et Pars, 4-8février 1993, Rouen, Association française d'archéologie mérovingienne, 1995 (Mémoires de l'AFAM, 6).

34 J. Serralongue, C. Treffort, « Inhumations secondaires et ossements erratiques de la nécropole des Combes à Yvoire (Haute-Savoie). Analyse archéologique et questions historiques », dans Pages d'archéologie médiévale en Rhône-Alpes, no 2,1995, pp. 105-119.

35 Pénitentiel de Mersebourg, fin Ville siècle, c. 131. Ed. H. Wasserschleben, Die Bussordnungen der abendlandischen Kirche nebst einer rechtsgeschichtlichen Einleitung, Halle, G. Graege, 1851, p. 405.

36 D. Alexandre-Bidon, « Gestes et expressions du deuil », dans À réveiller les morts. La mort au quotidien dans l’Occident médiéval, sous la dir. de D. Alexandre-Bidon et C. Treffort, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1993, pp. 121-133.

37 Boniface, lettre à Aethelbald de Mercie, 745-746. Ed. MGH, Ep. III, Mer. Kar. Aev., I, p. 343.

38 Voir l'ensemble du dossier réuni dans C. Treffort, Genèse du cimetière chrétien. Étude sur l'accompagnement du mourant, les funérailles, la commémoration des défunts et les lieux d'inhumation à l'époque carolingienne (entre Loire et Rhin, milieu VIIIe-début XIe siècle), thèse dactyl., Lyon II - Lumière, Hist. Méd., 1994, 4 vol. en part. pp. 187-197.

39 Pénitentiel de Théodore, fin VIIe - début Ville, Discipulus Umbrensium, lib. 2, c. V-7. Ed. H. Wasserschleben, op. cit. (cf. note 34), p. 207.

40 P. Riché, « L'enfant dans le Haut Moyen Âge », dans Annales de démographie historique, 1973, Enfant et société, pp. 37-55.

41 Pénitentiel du pseudo-Théodore, 830-847, c. XXX-14. Ed. H. Wasserscheleben, op. cit., (cf. note 36), p. 614.

42 Supplément d'Aniane au sacramentaire grégorien, vers. 820, no 1420. Ed. J. Deshusses, Le sacramentaire grégorien : ses principales formes d’après les plus anciens manuscrits, Freiburg, Universitätsverlag, 1977 (Spicilegium Friburgense, 16), t. 1, pp. 464-465. Ce texte provient de la tradition gélasienne.

43 Étude menée à partir du répertoire de H. Philippeau, Euchologicum exordiasticum Ecclesiae latinae seu Collectio orationum de Cura pro moribundis et defunctis, Cellis, Pro manuscripto cura ipsius auctoris, 1967, 2 vol., qui étudie 347 témoins entre le VIIIe et le XIXe siècle.

44 Ordo ad comnandandum parvuli corpus, éd. J. Janini, Liber ordinum sacerdotal (cod. Silos, Arch. Monâstico, 3), Burgos, Abadia de Silos, 1981 (Studia Silensia, 15), respect. pp. 139-140 et 305-306. Ces textes correspondent à l'édition de M. Férotin, Le liber ordinum en usage dans l'Église wisigothique et mozarabe d'Espagne du Ve au XIe siècle, Paris, Firmin-Didot, 1904 (Monumenta Ecclesiae Liturgica, 5), respect. col. 136-138 et 413-415.

45 Ordo pro defunctis infra septennium, éd. M. Magistretti, Manuale ambrosianum ex codice XI, olim in usu canonicae Vallis Travaliae, Pars Prima, Psalterium et Calendarium, Mediolani, apud Ulricum Hoepli, 1905, pp. 102-103.

46 Ed. J. Janini, Liber ordinum episcopal..., Silos, 1991 (op. cit., note 44), no 246, p. 139.

47 Celles-ci ne sont connues que par les rares manuscrits du XIe siècle cité aux notes 46 et 47. Voir une étude plus complète dans C. Treffort, « Sinite parvulos venire ad me... Les plus anciens témoins d'une liturgie propre aux enfants dans l'Occident latin : la liturgie hispanique (dite wisigothique ou mozarabe) », communication présentée à la table ronde L’enfant et la mort, 20 avril 1995, Université de Reims. Article à paraître dans les actes.

48 Burchard de Worms, Décret, vers. 1008-1012, lib. XIX, c. 185. Ed. PL 140, 975. Trad. dans Le pécheur et la pénitence au Moyen Âge : textes choisis, traduits et présentés par C. Vogel, Paris, Le Cerf, 1969 (Traditions chrétiennes, 5), p. 111.

49 Vie de Grégoire de Tours, c. 26. Ed. PL 71,128.

50 Geste des abbés de Fontenelle, 834-845, c. 4. Ed. MGH, SS, II, p. 278.

51 Hariulphe, Chronique de l'abbaye de Saint-Riquier (Ve siècle - vers 1104), éd. F. Lot, Paris, Belles-Lettres, 1894, livre II, c. 12 (p. 78). Le propre fils d'Angilbert, Nithard, prit ensuite place, selon le même auteur, auprès de son père (ibid., p. 79, p. 102) ; des fouilles récentes ont d'ailleurs confirmé cette localisation. Voir le no spécial Saint-Riquier, dans le Bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie, 1er trim. 1994.

52 A. Erlande-Brandeburg, Le roi est mort : étude sur les funérailles, les sépultures et les tombeaux des rois de France jusqu'à la fin du XIIIe siècle, Paris, Arts et métiers graphiques, 1975 (Bibliothèque de la Société française d'archéologie), p. 72, n. 34.

53 Grégoire de Tours, Histoire des Francs (fin VIe), livre VIII, c. 10. Ed. MGH, SS, RM, I,331.

54 Ed. MGH, SS, RM, IV, p. 186.

55 Ed. PL 105, 806.

56 Cité par A. Bernard, La sépulture en droit canonique : du décret de Gratien au Concile de Trente, Paris, Donat, Montchrétien, 1933, pp. 22-23, n. 9.

© Presses universitaires du Midi, 1997

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search