Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Les accidents de la petite enfance à la fin du Moyen Âge d'après les récits de miracles

p. 59-76


Texte intégral

1Si on cherche à mieux connaître la vie du petit enfant au Moyen Âge, on est amené à s'intéresser à sa santé et aux circonstances qui ont pu la mettre en danger. On pense bien sûr aux différentes maladies épidémiques ou organiques qui ont constitué la principale cause de mortalité infantile à cette époque mais il ne faut pas oublier les accidents, sans doute moins meurtriers mais souvent invalidants et dont les séquelles ont pu être durables. Pour les connaître, divers catégories de sources peuvent être utilisées. Une des plus riches est constituée par les sources judiciaires : les lettres de rémission, par exemple, mais surtout les enquêtes après décès, pratiquées à partir de 1194 en Angleterre, où toute découverte d'un cadavre entraînait une enquête en justice faite par le coroner local. Les résumés de ces enquêtes ont été conservés pour quelques comtés et ont été exploités il y a quelques années par Barbara H. Hanawalt qui a pu réunir, pour les XIVe et XVe siècles, plusieurs centaines de cas d'accidents mortels concernant des enfants1. Ce matériel peut être complété par une autre source qui recense non plus les accidents mortels mais les accidents dont les victimes ont survécu. Il s'agit des récits de miracles consignés dans les documents hagiographiques : recueils de miracles et procès de canonisation, nombreux dans toute l'Europe, et qui mentionnent de plus en plus des enfants à partir du XIIIe siècle. L'intérêt de cette source a déjà été aperçue par plusieurs historiens, notamment par Sulamith Shahar, dans sa remarquable synthèse sur l'histoire de l'enfant au Moyen Âge2, mais il est possible d'aller plus loin et de tenter, à partir de ces récits, une étude plus approfondie des accidents dont a été victime le petit enfant au Moyen Âge.

2Pour des raisons d'ordre matériel, il ne m'a pas été possible de faire une étude exhaustive des sources existantes et j'ai surtout utilisé des textes du XIIIe, du XIVe et du XVe siècle concernant la France, l'Angleterre et l'Italie, avec quelques compléments du côté de l'Allemagne et de la Scandinavie, c'est-à-dire essentiellement une diagonale traversant l'Europe de l'Ouest selon une orientation N-O - S-E. Au total, 227 récits d'accidents, certains très brefs, d'autres beaucoup plus circonstanciés, qui se répartissent géographiquement de la façon suivante : Angleterre 683, France 654, Provence et Comtat Venaissin 225, Italie 576, Allemagne 87, Suède 78. Ce chiffre est relativement faible car les accidents d'enfants sont rares parmi les miracles relatés : toujours moins de 10 % et souvent une proportion encore moindre ; certains recueils de miracles et procès de canonisation n'en contiennent aucun. De plus, dans chaque document, je n'ai retenu que les accidents concernant les enfants de moins de sept ans. Cet âge est en effet significatif au Moyen Âge : c'est l'âge de raison, au delà duquel l'enfant est considéré comme responsable9. Dans le corpus rassemblé ici, la répartition des âges est la suivante :

– enfants âgés de moins d'un an :

27

– d'un à deux ans :

30

3Ces deux groupes doivent être complétés par 18 cas où l'enfant est signalé comme tout petit (parvulus, puerulus) et qu'on peut donc considérer comme âgé de moins de deux ans. Cela fait donc, au total, 75 enfants de moins de deux ans.

– enfants âgés de deux à trois ans :

30

– de trois à quatre ans :

27

– de quatre à cinq ans :

26

– de cinq à sept ans :

25

4auxquels il faut ajouter 44 enfants dont l'âge est indéterminé.

5Je me propose d'étudier ce corpus selon trois modalités : d'abord en faisant une étude statistique des accidents et de leurs circonstances, puis en examinant plus en détail chaque type d'accident et enfin en essayant de caractériser l'attitude des adultes, et notamment des parents, vis-à-vis des dangers que pouvait courir l'enfant.

ÉTUDE STATISTIQUE

La répartition globale par types d'accident est la suivante :

Noyades

93

40,9 %

Chutes

47

20,7 %

Suffocations

29

12,7 %

Coups et blessures

22

9,6 %

Brûlures

15

6,6 %

Traumatismes de la circulation

11

4,8 %

Introduction de corps étrangers

4

1,7 %

Morsures

3

1,3 %

6Apparaissent très nettement en tête deux catégories d'accidents : les noyades et les chutes. La grande fréquence des noyades n'est pas une surprise. B. Hanawalt avait déjà constaté ce phénomène à propos des décès d'enfants signalés par les coroners : 50 % environ des accidents mortels parmi les enfants de moins de sept ans10. En revanche, les chutes, qui représentaient un pourcentage négligeable dans les enquêtes des coroners, sont ici beaucoup plus importantes. Une analyse plus fine permet de proposer une explication à ce contraste : si on sépare les miracles survenus dans l'Europe de l'Ouest et du Nord-Ouest et ceux qui se sont produits dans les régions méditerranéennes, on remarque que dans le premier groupe les noyades représentent 54,7 % des accidents et les chutes 7,4 % alors que dans les régions méditerranéennes les noyades ne sont plus que 15,3 % et les chutes 47,4 %. Ces différences sont trop importantes pour être causées par le hasard, malgré le caractère réduit du matériel statistique. Elles pourraient être dues à la fois au climat et au cadre de vie : les régions atlantiques ont un climat plus humide, les cours d'eau et les eaux stagnantes y sont nombreux, d'où un risque important de noyade, alors que les régions méditerranéennes ont un climat beaucoup plus sec. Ces dernières régions, notamment l'Italie, étaient également plus urbanisées. Dans les villes méditerranéennes existaient de nombreuses maisons à étages, ce qui offrait davantage d'occasions de tomber pour les enfants.

7Parmi les autres types d'accidents, les suffocations et les coups et blessures sont assez nombreux dans mon corpus, davantage que les brûlures. C'est l'inverse dans les enquêtes des coroners où les brûlures représentent 19 % des accidents. En particulier, je n'ai pas rencontré le cas signalé comme fréquent par B. Hanawalt : l'incendie provoqué par les poulets qui picorent près du foyer pour y chercher des graines et qui répandent des braises dans la pièce11. J'ai placé à part les accidents de la circulation, qu'on aurait pu inclure dans le groupe des coups et blessures, pour mieux faire la comparaison avec notre époque. On n'est pas étonné de les voir tenir une place beaucoup plus secondaire que de nos jours. En effet, une étude de 198112, portant sur les accidents mortels des enfants de moins de quinze ans, donne les proportions suivantes :

Traumatismes de la circulation

34,4 %

Suffocations

31,2 %

Noyades

13,2 %

Brûlures

5,4 %

8La répartition des accidentés par âge et par sexe permet de constater que les garçons sont nettement plus nombreux que les filles : 153 garçons (67,4 %), contre 74 filles (32,5 %). La différence est plus forte que celle enregistrée par les enquêtes des coroners : 53,4 % de garçons contre 46,6 % de filles13. En revanche, on retrouve une nette différenciation de nos jours : 60 % des victimes d'accidents domestiques âgés de moins de cinq ans sont des garçons14. Cette prépondérance des garçons s'explique par le fait qu'ils sont plus aventureux et plus agressifs que les filles. Elle est accentuée dans les récits de miracles par une plus grande attention des parents à la santé d'un fils qu'à celle d'une fille.

9La ventilation par âges ne fait pas apparaître de différence significative. Sur 181 enfants dont l'âge est donné précisément ou approximativement, la proportion filles-garçons varie peu : 69 % de garçons pour les moins de trois ans et 65 % pour les plus âgés. En revanche les types d'accidents ne sont pas les mêmes selon l'âge, comme on le voit dans le tableau suivant :

Variation des accidents selon l'âge

Image

10Ainsi, chez l'enfant de moins d'un an, dominent les suffocations. À partir d'un an, les noyades et les chutes commencent à être les accidents les plus fréquents mais les coups et les traumatismes augmentent aussi. En effet à partir du moment où l'enfant commence à marcher, il échappe plus souvent à la surveillance des parents et s'aventure dans des lieux dangereux. Il est donc logique de voir le groupe d'âge des 1-4 ans victime de 53,3 % des accidents, chiffre voisin des 48 % trouvés par B. Hanawalt dans son étude15.

11Les précisions données par les textes permettent aussi d'examiner le lieu et le moment des accidents. Très logiquement, la majorité d'entre eux se sont produits à la maison, comme on le voit sur le tableau suivant :

Les lieux des accidents

Image

Il faut y ajouter 22 cas où le lieu est donné mais non l'âge

– Maison :

9

soit un total de

92 cas

– Propriété privée

2

19 cas

– Lieu de travail

2

13 cas

– Lieu public

9

64 cas

12Ainsi, sur un total de 188 accidents pour lesquels nous avons une précision de lieu, la moitié, soit 48,9 %, se sont produits à la maison. Très logiquement, ce sont les enfants les plus petits qui sont d'abord concernés : 73 % de ces accidents sont arrivés à des enfants de moins de trois ans. Les enfants plus âgés sont davantage accidentés dans des lieux publics (34 %). Leur plus grande mobilité et une certaine émancipation empêchent les parents d'exercer une surveillance constante. On voit également augmenter, à partir de deux ans, les accidents sur les lieux de travail, où les enfants accompagnent parfois leurs parents, mais ils restent secondaires (6,9 %) ainsi que les accidents dans les lieux privés, essentiellement le jardin près de la maison (10,1 %). Ces constatations sont, dans l'ensemble, conformes à celles faites par B. Hanawalt16.

13Après le lieu, quel est le moment de l'accident ? Le mois de Tannée (ou à défaut la saison), nous est connu assez souvent (137 cas). Cela nous permet de constater que la majorité des accidents surviennent au printemps ou en été. En quatre mois, de mai à août, se produisent 53 % des accidents. Le fait est très net pour les accidents qui se produisent en plein air, notamment les noyades, mais il en est de même pour les chutes, les coups et blessures, les accidents de la circulation. En revanche, et tout aussi logiquement, les brûlures dominent pendant les mois d'automne et d'hiver : 8 sur 10 entre octobre et février. Ici encore, les enquêtes des coroners donnent des résultats proches : 47 % des accidents sont survenus de mai à août17.

14Sur les jours de la semaine, peu d'indications mais les enquêtes des coroners, où cette précision se trouve plus souvent, révèlent qu'aucun jour ne se révèle prépondérant18. Nous avons un peu plus de détails sur le moment de la journée où à lieu l'accident. Les récits de noyade, les seuls pour lesquels il y a suffisamment d'indications pour envisager une statistique, montrent autant d'accidents le matin que l'après midi :

– matin :

12 cas

– midi :

4 cas

– après-midi :

14 cas

– soir :

3 cas

15En revanche, les coroners anglais ont constaté davantage d'accidents l'après-midi19.

16Restent enfin à examiner les circonstances sociales de l'accident : l'enfant était-il seul au moment du drame ou était-il en compagnie d'autres personnes, adultes ou enfants ? Un ensemble de 138 récits permettent de répondre à cette question :

enfant seul

39 cas

28,2 %

enfant en compagnie d'autres enfants

36 cas

26 %

enfant en compagnie de ses parents

49 cas

35,5 %

enfant en compagnie d'autres adultes

14 cas

10,1 %

17La présence des parents ou celle d'autres adultes (essentiellement la nourrice) est naturellement plus forte auprès des enfants les plus jeunes mais l'accident survient parfois alors que l'enfant est laissé seul à la maison (17 cas pour les moins de deux ans) ou à la garde d'enfants plus grands (9 cas). Pour les enfants d'un âge plus avancé, c'est le contexte du jeu et de la compagnie d'autres enfants qui devient prépondérant (9 cas sur 14 pour les 5-7 ans). Ici encore, mes constatations coïncident avec celles de B. Hanawalt20.

18En ce qui concernent la catégorie sociale des enfants accidentés, nos textes n'apportent malheureusement que peu de précisions. Il semble que toutes les classes sociales soient concernées. Dans la mesure où les enfants de l'aristocratie et de la bourgeoisie étaient souvent confiés à des nourrices, le contexte de la prise en charge était le même que pour des enfants du peuple.

19Les récits de miracles confirment donc, sur de nombreux points, ce que les enquêtes des coroners nous ont appris, mais ils nous permettent de nuancer quelque peu les informations apportées, notamment en fonction de la situation géographique. Ils nous apportent aussi de nombreux détails concrets sur les différents types d'accidents.

LES DIFFÉRENTES CATÉGORIES D'ACCIDENTS

Les noyades

20Il s'agit, comme je l'ai déjà indiqué, de la catégorie d'accidents la mieux représentée. Pour une population peu médicalisée et mal armée pour diagnostiquer le décès, il était facile de croire qu'un corps inanimé sorti de l'eau était mort et non pas en état de syncope. Sa réanimation était donc facilement considérée comme une résurrection, miracle particulièrement remarquable, surtout si le délai précédant la réapparition des signes de vie avait été long.

21Si les noyades d'enfants de moins d'un an sont rares21 - car leur incapacité à marcher limite le danger - les victimes de l'eau sont nombreuses à partir de cet âge. Les plus petits se noient à la maison ou à proximité de celle-ci : un enfant tombe dans la cuve de lessive lorsque la mère va étendre son linge22, un autre se noie dans la cuve servant à préparer la cervoise23, un troisième tombe dans un récipient plein d'eau posé dans la maison par des maçons qui construisaient un mur24, un autre encore, âgé d'un peu moins de deux ans, tombe dans la fosse d'ordures pendant que sa mère a le dos tourné25. Les eaux situées à proximité de la maison et donc facilement accessibles sont également l'occasion d'accidents pour les tout-petits : un enfant d'un an et demi tombe dans un abreuvoir26, un autre, âgé de deux ans, se noie dans un vivier27.

22Pour les enfants un peu plus âgés, le danger vient surtout des puits et des cours d'eaux, un peu moins des fontaines et des étangs. En voici quelques exemples : en 1430, près de Parthenay, deux petites filles de deux ans et demi jouent près d'un puits, à proximité de paysans qui battent le blé ; ce puits est simplement recouvert d'un van. L'un des deux enfants monte sur le van qui bascule et la fillette tombe dans le puits28. Un autre récit, extrêmement détaillé, concerne l'accident survenu en 1292, dans un village du Herefordshire, à une fillette de cinq ans : alors que ses parents s'abreuvent à la taverne, la fillette joue avec d'autres enfants dans le jardin de la maison, où se trouve un vivier. À un moment donné, les enfants vont près du vivier et s'amusent à jeter des pierres dans l'eau. Un petit garçon pousse la fillette pour lui faire peur. Elle glisse et tombe à l'eau29. Le danger des cours d'eau est encore plus insidieux car la vitesse du courant entraîne rapidement l'enfant qui a le malheur d'y tomber. C'est le lieu d'accident le plus fréquent. Je l'illustrerai par deux exemples. En 1281, Mariote, âgée de trois ans et demi, joue dans la cour de sa maison, au bourg Saint-Denis. Près de là, court un ruisseau. La fillette veut puiser de l'eau dans un petit pot mais perd l'équilibre, tombe à l'eau et est emportée par le courant30. Le danger des cours d'eau est encore accru lorsque un moulin y est établi, comme on le voit dans un récit de miracle italien : en 1316, un enfant de quatre ou cinq ans joue près du bief d'un moulin, dans le district de San Ginesio (Marches) ; voulant puiser de l'eau, il tombe dans le canal et est entraîné jusqu'à la roue du moulin31.

23Lorsque l'accident se produit à la maison, la mère de l'enfant ou une autre personne du foyer s'aperçoit assez vite de l'absence de l'enfant et, après quelques recherches, découvre le corps. En revanche si la noyade a eu lieu en plein air et à une certaine distance de la maison, ce qui est le cas le plus fréquent, l'alarme est donnée plus tardivement et c'est souvent un des compagnons de jeu de l'enfant qui vient prévenir la famille.

24Voici un récit qui concerne le Poitou des années 1380 et qui montre bien cet aspect :

« Messire Pierre La Feuble avoit un filz de l'aage de troys ans, si avoit leans une fille de l'aage de sept ans, laquelle porta jouer le petit enfant contre le boys qui es toit jouxte l'ostel, et aupres du boys avoit une fontaine et au dessoubz de celle fontaine avoit une fosse parfonde bien de sept braces, en laquelle fousse cheit l'enfant et y fut moult longuement. Quant la fille vit que le petit fust choist en l’eaue, si s'escria moult haultement tant que l'on l’ouoit, et vint l'on la et vait l'on tirer le filz hors de l'eaue »32.

25Le délai est encore plus long si l'enfant est seul lorsqu'il tombe à l'eau. Il faut alors attendre que le corps soit aperçu fortuitement par quelqu'un33 ou que l'inquiétude des parents amène la mise en route de recherches collectives34.

26Une fois l'enfant retrouvé, il est donc inanimé et considéré comme mort. Les descriptions insistent sur les signes de la mort qui convainquent la majorité des assistants. Cela n'empêche pas certains, et notamment la mère de l'enfant, de garder espoir et d'adopter des conduites de sauvetage. Le plus souvent, on commence par suspendre l'enfant, tête en bas pour qu'il évacue l'eau absorbée35. La deuxième mesure consiste à l'approcher du feu pour le réchauffer. Dans le miracle de 1292 déjà cité, la mère prend la fillette inanimée avec elle dans son lit, lit qui est lui-même approché du feu36. En même temps, des pratiques de dévotion sont déployées : invocation d'un saint, vœu et promesse d'offrande. Au bout d'un temps plus ou moins long des signes de vie apparaissent, événement considéré comme miraculeux.

Les chutes

27Au deuxième rang par leur fréquence, les chutes regroupent en fait plusieurs catégories différentes d'accidents : les plus jeunes enfants sont victimes de chutes dues à l'inattention des adultes qui s'occupent d'eux. L'enfant laissé seul tombe de son berceau et se blesse37 ou bien, à la suite d'une maladresse, tombe des bras de sa mère ou de sa nourrice38. Les enfants plus âgés, entre trois et sept ans en général, sont victimes de leur exubérance : ils font des chutes de divers lieux élevés souvent au cours de leurs jeux. Dans les villes italiennes où les maisons à étages sont nombreuses, l'accident typique est celui du bambin qui tombe de la fenêtre ou du balcon de sa maison. C'est ce qui arrive à Pise un jour de juin 1345 à un garçonnet de quatre ans : il se trouve à l'étage de la maison paternelle et veut cueillir une orange par la fenêtre ; il se penche et tombe d'une hauteur de plus de douze brasses39. Les maisons à étages sont également responsables de nombreuses chutes dans les escaliers40. Les blessures qui résultent de ces chutes sont le plus souvent graves : fractures, traumatismes crâniens avec perte de connaissance. Après appel à l'aide des saints, l'enfant reprend conscience et se trouve parfois avoir plus de peur que de mal mais dans d'autres cas les blessures ne guérissent que progressivement.

Les suffocations

28La très grande majorité sont des cas d'étouffement et concernent essentiellement des bébés puisque seuls trois accidents ont pour victimes des enfants de plus de deux ans. Le cas classique est celui du bébé étouffé dans son berceau par ses couvertures ou par ses langes pendant l'absence de ses parents ou pendant la nuit41. C'est ainsi qu'à la fin du XIIIe siècle, une habitante de Sienne part écouter un sermon de saint Ambroise Sansedoni en laissant chez elle son bébé au berceau, recouvert par une couverture. À son retour, elle trouve l'enfant étouffé42. Un accident plus original est rapporté parmi les miracles de sainte Hedwige : le bébé est laissé lui aussi seul dans son berceau pendant l'absence de sa mère mais un porc pénètre dans la maison et renverse le berceau si bien que l'enfant est étouffé par les couvertures qui retombent sur lui43. Un deuxième type d'accident, lui aussi classique, est celui du bébé qui dort avec sa mère ou sa nourrice et qui est étouffé dans le lit par le corps de l'adulte. Ce danger a été perçu dès le Haut Moyen Âge et la fréquence de tels accidents à amené les autorités religieuses et civiles à se demander s'il ne s'agissait pas là d'un infanticide déguisé, d'où notamment une législation religieuse qui interdit aux parents de prendre dans leur lit un enfant de moins de deux ans44. Toutefois, dans certains cas, il s'agit bien d'accidents et la douleur des parents en découvrant l'enfant inanimé, les tentatives pour le faire revenir à la vie, le montrent bien. La recherche du miracle fait partie de ces tentatives comme on le voit dans plusieurs exemples. L'un des plus détaillés se trouve dans l'enquête sur les miracles du bienheureux Urbain V : en 1371, une certaine Isabelle qui vient d'accoucher à Avignon trouve sa fille âgée de trois jours inanimée dans son lit et « touchée par une grande douleur dans son cœur, elle se mit à pleurer amèrement, ne sachant absolument pas si c'était elle-même qui, en dormant, avait causé la mort de sa fille ou non, car elle se trouvait assez loin d'elle dans le lit »45. Ce danger que court le petit enfant dans le lit de sa mère est d'ailleurs signalé dans certains traités de morale : ainsi au XIIIe siècle, dans Les IIII tenz d'aage d'ome de Philippe de Novarre46.

29Un dernier type d'asphyxie concerne des enfants généralement plus âgés ; il s'agit d'étouffement par ingestion d'objets divers qui obstruent la trachée artère de l'enfant. Ce dernier a en effet tendance à porter à sa bouche tout ce qu'il a en main et l'accident survient facilement même en présence d'adultes. Parmi les objets ainsi avalés, nous trouvons un anneau de cuivre, un morceau de fer, deux colliers, des épis de céréales47. Plus rare, un cas d'asphyxie par les émanations du vin en train de fermenter dans un cellier nous est rapporté parmi les miracles de saint Louis48.

Les coups et blessures

30Au quatrième rang par sa fréquence mais au troisième si on y inclut les accidents de la circulation, cette catégorie regroupe des traumatismes divers par leur origine et par leurs circonstances. Un cas qui se rencontre à plusieurs reprises est celui de l'enfant frappé par les sabots d'un cheval : s'avançant imprudemment derrière celui-ci, il est frappé par une ruade49. Plus rarement, l'enfant est renversé par un cheval ou un bœuf alors qu'il joue dans la rue50. Il s'agit alors d'accidents de la circulation. Ce type d'accident est évidemment beaucoup moins fréquent que de nos jours. Il concerne surtout des enfants écrasés par des chars ou des charrettes dont le conducteur ne les a pas vus ou les a vus trop tard pour arrêter son attelage51. Parfois l'accident a lieu dans les champs, en particulier au moment de la moisson, comme en 1444, en Poitou, où une fillette de six ans est écrasée par une charrette chargée de gerbes52, ou encore dans un lieu privé, comme en 1304, en Angleterre : un paysan dont la maison a brûlé est occupé à transporter sur un chariot des matériaux pour la reconstruire et ne voit pas son fils d'un an et demi en train de dormir à terre près du chantier53.

31Un deuxième ensemble de traumatismes est constitué par les blessures dues à des chutes de pierres, poutres ou autres objets lourds. Ainsi une fillette de trois ans joue sur un tas de troncs d'arbres, un tronc s'en détache et la frappe à la poitrine54. Un autre enfant est frappé par la chute d'une pierre détachée d'un mur55. D'autres accidents surviennent à la maison : un garçonnet de trois ans est blessé par la chute de la porte d'un coffre56 ; une fillette de deux ans est écrasée par une porte57.

32Dernière cause de traumatisme enfin : les coups portés par autrui, coups de pierre ou jets de flèche en général58. Il sont relativement rares. Dans un cas, un enfant est victime d'une scène de ménage : le mari, furieux contre son épouse, veut la frapper avec un marteau mais atteint par erreur l'enfant d'un an et demi qu'elle tenait dans ses bras59.

33Dans l'ensemble, les coups et blessures autres que ceux causés par des chutes concernent surtout les enfants âgés de plus de trois ans et surviennent souvent au cours de jeux.

Les brûlures

34Une quinzaine d'accidents sont en rapport avec le feu. Ils se répartissent en gros en deux groupes. On trouve d'abord le cas de bébés laissés dans leur berceau seuls ou en compagnie d'autres enfants. Le feu prend à la maison mais l'enfant est sain et sauf ou très légèrement brûlé60. Le deuxième type d'accident a des conséquences plus graves : l'enfant s'approche imprudemment du foyer et tombe dans le feu ou s'ébouillante. Ainsi en 1484, dans le Herefordshire, un enfant de quinze mois, laissé seul à la maison, s'approche du feu et tombe la tête en avant sur les braises sans avoir la force de se dégager. Il est terriblement brûlé à la tête61. Un autre récit dont les circonstances sont bien détaillées concerne un bébé de onze mois. Il est sur les genoux de sa nourrice près du feu lorsqu'un chien, couché à proximité, se lève brusquement et renverse la marmite qui était sur le feu. Le liquide bouillant brûle gravement l'enfant aux jambes. Cela se passe en 1366, à Angers62. Ces blessures, qui atteignent surtout des bébés, car les enfants plus âgés ont appris à se méfier du feu, guérissent lentement mais leur issue finalement favorable est si inattendue qu'elle est considérée comme un miracle.

Autres accidents

35Ils sont peu nombreux. Les morsures d'animaux sont rarement mentionnées : parmi les miracles de sainte Zita, nous trouvons, en 1278, un enfant emporté par un loup dans la région de Lucques. Également en Italie, dans la région de Volterra, un bébé de deux ans est mordu par un porc malgré la présence de son père qui l'a emmené avec lui dans son travail des champs63. Parfois enfin l'enfant s'introduit de petits objets dans le nez ou dans l'oreille, provoquant saignement ou infection64.

ATTITUDES ET COMPORTEMENTS D'ENSEMBLE VIS-À-VIS DE L'ENFANT

36La fréquence des accidents pose la question de la surveillance de l'enfant et des conduites d'ensemble des adultes, notamment des parents, à son égard. Philippe de Novarre, au XIIIe siècle, dans son traité des Quatre âges de l'homme signale les trois dangers principaux que court l'enfant s'il est mal gardé : ceux du feu, de l'eau et des chutes et précise qu'il faut le surveiller jusqu'à l'âge de sept ans, voire même jusqu'à dix ans65. Dans le corpus étudié ici, un certain nombre d'accidents sont manifestement en rapport avec un manque de surveillance de la part des parents. L'auteur des Miracles du roi Henri VI est particulièrement critique à ce sujet et dénonce à plusieurs reprises la faute des mauvais parents. C'est ainsi qu'il écrit au début d'un récit de miracle : « Que ceux qui nourrissent des petits enfants entendent et écoutent et que ceux qui se soucient de l'éducation de leurs fils soient avertis en apprenant par l'exemple suivant à combien de périls et d'épreuves l'incurie des parents expose leurs enfants »66. Un peu plus loin, à propos d'un autre récit, il renouvelle ses exhortations : « Les mères doivent avoir le plus grand souci de leur progéniture et porter la plus grande attention à ce qu'il ne leur arrive pas de mal. En effet, quand on se comporte avec trop de négligence avec les enfants, il s'ensuit généralement un malheur car s'il leur est permis de faire ce qu'ils veulent, très souvent le rire se change en larmes, la joie en tristesse, les applaudissements en lamentations, les plaisanteries en pleurs »67. Dans un autre récit encore, il met bien en évidence la négligence coupable des parents d'un enfant d'un an qui le laissent seul pendant plus d'une heure68.

37Parfois, la responsabilité du manque de surveillance, cause indirecte de l'accident, incombe à une servante ou à une voisine qui cherche alors à échapper au châtiment par la fuite. En juillet 1371, près de Tréguiers, une certaine Mahaut, nourrice d'une fillette d'un an, bavarde avec une autre femme au lieu de veiller sur l'enfant ; celle-ci s'approche d'une fontaine en compagnie d'un garçonnet de trois ans et tombe à l'eau. Prévenue par l'autre enfant, Mahaut est terrifiée, « craignant d'être pendue pour avoir mal gardé l'enfant qui lui avait été confiée »69. Autres exemples : une voisine à qui la surveillance d'un bébé de cinq mois a été confiée repart s'occuper dans sa maison. Pendant ce temps, un porc pénètre dans la maison et renverse le berceau70. Un enfant d'un an, confié à une servante pendant que sa mère est à l'église, avale un anneau que la jeune fille lui avait passé au doigt pour qu'il joue. La servante, terrorisée, s'enfuit71.

38La responsabilité des parents est davantage engagée lorsque des enfants relativement jeunes sont chargés de veiller sur leurs frères et sœurs plus petits : un enfant de six mois est confié à son frère de cinq ans72, un bébé au berceau est confié à une fillette de six ans qui s'endort au bout d'un moment73. Plus encore, on remarque que des enfants d'un an et demi ou de deux ans sont pratiquement laissés à eux-mêmes : une paysanne anglaise du Herefordshire vit, dit-elle, son fils, âgé d'un an et demi, sortir de la maison peu après l'heure de Nones. Elle pensa « que son fils allait jouer avec d'autres enfants dans la rue et resta tranquillement chez elle pour faire son ménage »74. De même, un enfant de seize mois et un autre de deux ans sont écrasés par des véhicules alors qu'ils jouent dans la rue, apparemment sans surveillance75. Faut-il vraiment ici parler de négligence ? Dans un livre devenu classique, Danièle Alexandre-Bidon et Monique Closson opposent la surprotection du petit enfant et le laxisme vis-à-vis de l'enfant un peu plus âgé, correspondant à un risque sciemment accepté76. Il semble que les textes étudiés ici confirment cette hypothèse et que les parents n'ont pas suivi les conseils de prudence des moralistes.

CONCLUSION

39Les récits de miracles évoquent de façon très concrète les conditions de vie de l'enfant au Moyen Âge et les dangers dont il pouvait être victime. Bien que les miracles liés à des accidents soient relativement rares, les renseignements qu'ils nous donnent sont nombreux et coïncident très souvent avec ceux que nous fournissent les sources judiciaires, ce qui renforce leur crédibilité même si certains récits ont un caractère stéréotypé. Par rapport à notre époque, un point commun apparaît : l'importance des accidents domestiques, surtout pour l'enfant jeune. En revanche, le type d'accident prédominant est différent : la noyade au Moyen Âge, l'accident de circulation de nos jours. C'est évidemment le signe d'un changement de civilisation matérielle.

Notes de bas de page

1 Barbara H. Hanawalt, « Childrearing among the lower classes of Late Medieval England », Journal of Interdisciplinary History, t. VIII, 1,1977, p. 1-22 et Id., The ties that bound. Peasant families in Medieval England, New York, 1986.

2 S. Shahar, Childhood in the Middle Ages, Londres-New York, 1990, pp. 139-144. Plus récemment ce thème a été repris par M.E. Goodich, Violence and Miracles in the Fourteenth Century, Chicago-Londres, 1995, pp. 92-102. Cet historien s'appuie, entre autres, sur une communication, à ma connaissance inédite, de R.C. Finucane, présentée en 1993 à l'Université de Linköjing, Suède : « Children at Risk in Northerm and Southern Europe : Illness ans Accidents in Medieval Canonisation Records ».

3 Procès de canonisation de saint Thomas de Cantiloupe, évêque de Hereford (1307, avec des miracles de la fin du XIIIe s. et du début du XIVe s.), éd. J. Bolland et ses successeurs, Acta Sanctorum..., Octobre, t. I, Anvers, 1765, pp. 610-705. Cet ouvrage sera désormais désigné par le sigle AASS ; Vie de saint Richard de Chichester (vers 1270), AASS, Avril, t. I, pp. 282-318 ; Miracles posthumes du roi Henri VI d'Angleterre (entre 1483 et 1500), éd. P. Grosjean, Bruxelles, 1935.

4 Enquête pour ta canonisation de saint Étienne de Die (entre 1222 et 1230), AASS, Septembre, t. III, pp. 194-201 ; Miracles de saint Thomas Hélie de Biville (fin du XIIIe s.), AASS, oct. VIII, pp. 599-616 ; Guillaume de Saint-Pathus, Miracles de saint Louis (fin du XIIIe s.), éd. P.B. Fay, Paris, 1931 ; Procès de canonisation de saint Yves (1330), éd. A. de la Borderie, J. Daniel, R.P. Perquis et D. Tempier, Saint-Brieuc, 1887 ; Procès de canonisation du Bienheureux Charles de Blois (1371), éd. A. de Serent, Saint-Brieuc, 1921 ; Le livre des miracles de sainte Catherine-de-Fierbois (1375-1470), éd. Y. Chauvin, Archives Historiques du Poitou, t. LX, Poitiers, 1976 ; Miracles de saint Martial (1388), éd. J.-L. Lemaître, Bull. de la Soc. archéol. et hist. du Limousin, 1975, pp. 67-139 ; Procès de canonisation de saint Vincent Terrier (Enquête de Bretagne 1453-1454), éd. P.H. Fages, Paris-Louvain, 1904.

5 Procès de canonisation et Miracles de saint Louis d'Anjou (Marseille, 1297-1307), éd. Analecta Franciscana, t. VII, Florence, 1951, pp. 1-254 et pp. 275-331 ; Procès de canonisation et Information sur les miracles du Bienheureux Urbain V (Avignon-Marseille 1379-1390), éd. J.H. Albanes et U. Chevalier, Paris, 1897 ; Procès de canonisation du Bienheureux Pierre de Luxembourg (Avignon 1390), AASS, Juillet, 1, pp. 462-628 ; Miracles du Bienheureux Louis Aleman (Arles milieu du XVe s.), éd. J.H. Albanes et U. Chevalier, Gallia Christiana Novissima, t. III, col. 814-823 et 1350-1365.

6 Vie de sainte Bonne de Pise (première moitié du XIIIe s.), AASS, mai VII, pp. 143-153 ; Procès de canonisation du Bienheureux Ambroise de Massa (Orvieto 1240-41), AASS, nov. IV, pp. 571-606 ; Miracles de sainte Zita (Lucques fin du XIIIe s.), AASS, avril III, pp. 510-527 ; Procès de canonisation et Vies du Bienheureux Ambroise Sansedoni (Sienne fin XIIIe s. et début XIVe s), AASS, mars III, pp. 180-239 ; Vie de saint Jacques Salomon de Venise (début XIIIe s.), AASS, mai VII, pp. 460-474 ; Procès de canonisation de saint Simon de Todi (1322), AASS, avril II, pp. 819-831 ; Procès de canonisation de sainte Claire de Montefalco (1318-1319), éd. E. Menesto, Pérouse, 1984 ; Procès de canonisation de saint Nicolas de Tolentino (1325), éd. N. Occhioni, Rome, 1984 ; Légende et Traité des miracles du Bienheureux Gérard Cagnoli (Pise 1347), éd. F. Rotolo, Miscellanea Franciscana, 1957, pp. 368-446 et 134-190 ; Procès de canonisation de sainte Rose de Viterbe (1457), AASS, Septembre II, pp. 445-473.

7 Grande Vie de sainte Hedwige de Silésie (vers 1300), AASS, oct. VIII, pp. 224-264 ; Procès de canonisation de saint Werner (Bacherach 1428-29), AASS, avril II, pp. 705-734 ; Procès de canonisation de saint Vital de Salzbourg (1462), AASS, oct. VIII, pp. 950-959.

8 Procès de canonisation de sainte Brigitte de Suède (1380), éd. J. Collijn, Samlingar utgivna av Svenska Fernskriftsällskapet, Andra Serien, Latinska Skrifter, t.1-5,1924-1928. Toutes les références à ces sources seront désormais données en abrégé par la seule mention du nom du saint.

9 Un passage significatif se trouve dans un récit de miracle de sainte Brigitte de Suède : des parents qui ont laissé par négligence leur fils de six ans se brûler grièvement expriment leur déception : « Comme il n'a pas encore sept ans, ils devront faire pénitence », Brigitte, vol. II, p. 130.

10 Cf. B. Hanawalt, Chidrearing..., pp. 11-13.

11 Cf. Id., The ties..., p. 175.

12 Cf. F. Hatton, P. Maguin, A. Philippe, F. Davidson, « Mortalité accidentelle des enfants de moins de quinze ans », journées parisiennes de pédiatrie, Paris, 1981, pp. 377-385.

13 Cf. les tableaux dressés par B. Hanawalt, The ties..., p. 272. Je n'ai retenu que les chiffres concernant les enfants de moins de sept ans.

14 Cf. J. Lavaud, « Les accidents domestiques », Pédiatrie pratique, septembre 1992, p. 1.

15 Cf. B. Hanawalt, The ties.. p. 182.

16 Cf. B. Hanawalt, The ties..., p. 272. Toujours en ne retenant que les enfants de moins de sept ans : maison 48,9 %, lieu public 33,7 %, lieu de travail 2,1 %, lieu privé 15 %.

17 Ibid., p. 176.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Ibid., pp. 179-181.

21 On trouve cependant le cas d'un bébé de huit mois qui tombe dans un récipient destiné à recueillir l'eau de pluie placé sur le seuil de la maison : Thomas de C, Appendix, §23,p. 701.

22 Catherine, § 214, p. 131.

23 Thomas de C., § 182, p. 692. Même cas probablement, ibid., § 152, p. 695.

24 Jacques S., § 57, p. 472.

25 Henri VI, § 109, p. 104.

26 Thomas de C., § 14, p. 614.

27 Ibid., § 197, p. 695.

28 Catherine, § 109, p. 65.

29 Thomas de C., § 1-2, p. 610.

30 Louis IX, § 1, p. 1.

31 Nicolas, Témoin 18, pp. 133-134 ; autre noyade du même genre : Henri VI, § 1, p. 17.

32 Catherine, § 24, p. 8 ; également Claire, Témoin 133, p. 408 ; Charles, témoin 153, p. 357 ; Louis Al., § 55, col. 1361 ; Henri VI, § 116, p. 209 ; ibid., § 120, p. 215.

33 Ainsi, en 1371, un enfant de deux ans, tombé dans la Loire, fut aperçu flottant sur l'eau par deux adolescents qui voulaient traverser le fleuve en bateau : Charles, Témoin 101, p. 254 ; en 1452, un garçonnet de quatre ans tombé dans le Rhône à Arles est aperçu par des lavandières et repêché par deux hommes en bateau : Louis AL, § 2, col. 815.

34 Thomas de C., § 116, p. 681 ; ibid., § 133, p. 684 ; ibid., § 153, p. 687 ; Henri VI, § 120, p. 215.

35 Thomas de C., § 18, p. 614 ; Claire, Témoin 133, p. 409 ; Jacques S, § 58, p. 474.

36 Thomas de C., § 9, p. 11. Également ibid., § 23, p. 615 ; Hedzvige, § 155, p. 259 ; Jacques S., § 58, p. 472 ; Charles, Témoin 100, p. 252. Ici l'enfant est non seulement réchauffé mais est plongé dans un bain chaud.

37 Une fillette de seize mois, laissée dans son berceau à la garde d'une autre enfant pendant que sa mère va tondre les brebis, tombe de son berceau et y reste accrochée par ses langes : Thomas de C., § 20, p. 643 ; également Ambroise de M., § 23, p. 582 ; ibid., § 62, p. 598 ; ibid., § 65, p. 599 ; Henri VI, § 142, p. 260.

38 Hedwige, § 98, p. 218 ; Louis d'A., ch. 76, p. 153 ; ibid., ch. 190, p. 240 ; Ambroise S., § 240, p. 238 ; ibid., § 246, p. 239.

39 Gérard, § 5, p. 135. Également ibid., § 9, p. 136. Ici l'enfant joue avec d'autres enfants et tombe par la fenêtre au cours d'une bousculade. Même type de miracle ibid., § 29, p. 170 ; ibid., § 31, p. 406 ; Nicolas, Témoin 39, p. 168 ; Bonne, p. 65, p. 161 ; Ambroise S, § 83, p. 221 ; Ambroise de M., § 18, p. 577.

40 Gérard, § 2, p. 182 ; Nicolas, Témoin 158, p. 381 ; Vincent, § 65, p. 102 ; ibid., § 81, p. 116.

41 Étienne, § 25, p. 197 ; ibid., § 29, p. 197 ; Thomas de C., § 148, p. 686 (le berceau se renverse pendant la nuit sans que la mère s'en aperçoive) ; Pierre, § 112, p. 568.

42 Ambroise S., § 56, p. 1192 : Filium parvulum in cunis, facie panno cooperta reliquit. Miracle semblable dans Brigitte, pp. 142-143.

43 Hedwige, § 158, p. 200.

44 Cf. S. Shahar, op. cit., pp. 129-131 ; R.C. Trexler, « Infanticide in Florence : new sources and first results », History of Childhood Quarterly, 1973, pp. 98-116 ; B.A. Kellum, « Infanticide in England in the later Middle Ages », ibid., pp. 368-388 ; Y. Brissaud, « L'infanticide à la fin du Moyen Âge : ses motivations psychologiques et sa répression », Revue historique de droit français et étranger, 1972, pp. 229-256.

45 Urbain V, § 76, p. 171 : Ipsa domina tacta gravi dolore on corde, acerrime flebat, ignorons penitus si ipsa esset in causa mortis filie sue, dormiendo autne, licet distaret satis longe ab ipsa in eodem loco ; également ibid., § 161, p. 235 ; ibid., § 174, p. 243 ; Thomas de C., § 4, p. 645 ; ibid., § 59, p. 669 ; Pierre, § 112, p. 568.

46 Les IIII temps d'aage d'ome, éd. M. de Fréville, Paris, 1888, p. 103, § 189 : « Vos savez que, dès que li enfant naissent, jusques a tant qu'il aient X anz acompliz, sont en trop grant peril de mort et de mehaing : les un, quant les fames les couchent delez eles, comme il sont petit... ».

47 Catherine, § 20, p. 7 ; Brigitte, pp. 7°-71 ; Henri VI, § 113, p. 205 ; Charles, p. 434 ; Urbain V, § 87, p. 477.

48 Louis IX, § 19, p. 63.

49 Nicolas, Témoin 112, p. 307 ; Simon, § 70, p. 830 ; Werner, § 3, p. 710 ; ibid., § 7, p. 712 ; Henri VI, § 103, p. 178.

50 Urbain V, § 46, p. 456 (un troupeau de bœufs qui passe dans une rue de Marseille renverse une fillette de cinq ans) ; Louis d'A., ch. 45, p. 145 (une fillette de quatre ans est renversée par un cavalier incapable de maîtriser un cheval fougueux).

51 Urbain V, § 16, p. 439 ; Simon, § 37, p. 823 ; ibid., § 56, p. 827, Richard, § 11, p. 312 ; Charles, p. 438 ; Henri VI, § 111, p. 200.

52 Catherine, § 161, p. 99.

53 Thomas de C., § 7, p. 621.

54 Henri VI, §11, p. 35.

55 Ambroise S, § 243, p. 239. Autres accidents semblables : Catherine, § 112, p. 68, Nicolas, Témoin 113, p. 308 ; Claire, Témoin 40, p. 262 ; Pierre, § 249, p. 595 ; Charles, Témoin 79, p. 222.

56 Charles, p. 420.

57 Thomas de C., § 189, p. 693.

58 Ambroise S, § 235, p. 238 ; Henri VI, § 12, p. 37 ; ibid., § 130, p. 227.

59 Charles, Témoin 108, p. 263.

60 Yves Témoin 16, p. 182 ; Charles, p. 336, ibid., p. 384 ; ibid., p. 442 ; Vincent, § 90 ; p. 125 ; Henri VI, § 33, p. 93.

61 Henri VI, § 90, p. 156 ; assez proche : Rose, § 86, p. 460.

62 Charles, Témoin 76, p. 218 ; de même ibid., p. 420 ; Vincent, § 60, p. 98 (l'enfant tombe dans un chaudron de lessive) ; Gérard, § 2, p. 182 ; Nicolas, Témoin 294, p. 586 ; Claire, Témoin 101, p. 380.

63 Ambroise S, § 22, p. 239 ; miracle proche dans Martial, § 53, p. 125.

64 Ainsi Martial, § 11, p. 111 ou Henri VI, § 126, p. 224.

65 Philippe de Novarre, op. cit., p. 103, § 189.

66 Henri VI, § 90, p. 156 : « Audiant et auscultent qui pueros nutrient, et qui educandorum filiorum curam gerunt presenti moneantur exemplo, quantis periculis et erumpnis infantes exponit parentum incuria ».

67 Ibid, § 142, p. 260 : Permaxima debet esse cura matrum in proprios fetus, et ne quid paciantur mali summa diligentia. Nam ubi negligentius aliquid geritur in infantes, adversa plerumque fortuna insequitur, que dum libitum suum habere permittitur, quamsepe in lacrimas risus, in luctus gaudia vertit, in planctum plausus, in lacrimosa iocus. Inversement, le même auteur signale, à propos d'autres accidents, qu'ils sont survenus malgré la surveillance des parents qui ne sont donc pas coupables ; ibid., § 55, p. 142 ; ibid, § 120, p. 215.

68 Henri VI, § 120, p. 215 : Dum a suis forte tutoribus neglectus vagari solus permitteretur... Ce n'est qu'au bout d'une heure que la mère pense à son fils et se demande où il peut bien être.

69 Charles, p. 443 : Timens dicta mulier que predictam filiam nutriebat, suspendi propter malam custodiam circa dictam filiam adhibitam.

70 Hedwige, § 158, p. 200.

71 Vital, § 13, p. 954.

72 Catherine, § 15, p. 5.

73 Ibid., § 137, p. 85.

74 Thomas de C, § 14, p. 614 : Existimavit dicta mulier tunc, sicut dixit, quod praedictus filius suus, qui surrexerat a dormitione, statim ivisset ad ludendum cum aliis parvis in quereriam seu via publica...

75 Simon, § 37, p. 823 ; ibid, § 56, p. 827.

76 Cf. D. Alexandre-Bidon et M. Closson, L'Enfant à l’ombre des cathédrales, Paris, 1985, pp. 229-232.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.