Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Les jeux de l’enfance au Moyen Âge

p. 39-60


Texte intégral

1Dans la Vita d’une veuve florentine, Umiliana dei Cerchi, tertiaire franciscaine, décédée en 1246, est rapportée une histoire susceptible d’introduire mon propos. Un jour, la veuve implore la Vierge de lui laisser voir l’enfant Jésus tel qu’il était vers trois ou quatre ans. Son souhait finit par être exaucé et la sainte femme, retournant à sa cellule y trouve un bel enfant de quatre ans en train de jouer1. Malheureusement l’hagiographe n’éprouve pas le besoin de dire en quoi consiste le jeu de cet enfant particulier. Bien sûr, l’anecdote serait sans la moindre originalité si elle ne faisait que témoigner de l’existence d’un lien entre le jeu et l’enfant. De fait la veuve, non contente d’adorer l’homme accompli dans le Christ, veut s’enchanter du spectacle des qualités enfantines qu’il avait possédées étant tout petit. Il est le Christ, il est enfant et il joue. Cette relation confère au jeu une importance plus considérable que la seule attestation d’un lien privilégié entre l’enfance et les pratiques ludiques.

2Prenons un autre exemple. Ida de Louvain, une cistercienne décédée en 1300, rêve que, avec l’aide de sainte Élisabeth, mère du Baptiste, elle donne un bain à l’enfant Jésus. Ce dernier, comme tous les enfants, frappe de ses petites mains dans l’eau et éclabousse tout un chacun avant même que l’on ait pu commencer à le laver2. Ce récit, reflet d’une réalité connue de chaque mère de famille souligne l’humanité du Christ, le montrant semblable à n’importe quel enfant.

3Jeu d’un petit enfant, facéties d’un bébé qui marque sa prédilection pour l’élément aquatique, dans chacun des cas, ces récits hagiographiques illustrent les pratiques ludiques du petit enfant, pratiques qui pour être à ce point proches de celles d’enfants d’autres époques peuvent faire croire à une immuabilité des gestes et des comportements de l’enfant.

4La simple observation fait en effet du jeu la véritable nature de l’enfant. Le jeu est son moyen d’expression quasi exclusif et les gestes premiers de l’adulte à son égard sont souvent gestes de jeu. C’est pourquoi, il peut paraître hasardeux d’isoler les pratiques ludiques de l’enfant dans la mesure où ce dernier se confond avec le jeu. Une telle observation semblerait rendre vain le présent rapport, privé d’objets spécifiques et qui, à la limite, ne pourrait être qu’une pâle copie d’un rapport plus général sur l’enfant au Moyen Âge. Inversement l’histoire des jeux devrait être à même de rendre compte de l’histoire de l’enfance. Un travail récent portant sur le jeu de hasard et les loteries et mesurant l’importance de ces derniers dans la vie contemporaine se risquait bien à porter le sous-titre : « Une histoire de l’homme par le jeu »3.

5Un examen plus attentif de certaines productions historiques consacrées à l’enfance montre toutefois que l’histoire de cette dernière est très loin de recouvrir l’histoire des jeux. S’il est évident que tous les travaux portant sur l’enfance font état à un moment ou un autre des jeux de l’enfant, il n’en va pas de même dans la plupart des travaux portant sur les jeux, ceci en raison d’une lacune presque constante de la documentation : l’absence régulière de tout élément permettant de préciser l’âge des joueurs. L’équivalence entre jeux et enfance est donc loin d’être évidente. Un travail récent consacré aux jeux en Angleterre au XIVe siècle, centré sur les jeux de plein air, à l’exception de la chasse et des tournois, ne fait que quelques brèves allusions à la participation d’enfants à de telles pratiques ludiques4. Ni la compétence de l’auteur, ni le sérieux de la recherche ne peuvent être mis en cause. Seules les lacunes de la documentation, qu’elle soit écrite ou iconographique peuvent expliquer une telle carence.

6À cette difficulté première rencontrée pour délimiter le champ du jeu et de l’enfance viennent parallèlement s’ajouter les difficultés nées de la terminologie. Ni le terme « jeu » ni le terme « enfance » ne sont de ceux qui se prêtent à une définition simple, acceptable par tous et immuable. Je laisse de côté la définition du terme enfance, me contentant de préciser le choix arbitraire qui fut le mien en préparant ce rapport : je n’ai pris en considération que les individus ayant un âge inférieur ou égal à douze/quatorze ans.

7Je n’ai pas davantage souhaité rouvrir le dossier de la définition du jeu, me contentant simplement de récuser la position de ceux qui prétendent que le jeu doit se définir par l’intention de jouer5. Une telle définition rendrait également vain tout rapport sur les jeux de l’enfance. Pour faire simple, je retiens simplement la première définition donnée par le Robert : « Le jeu est une activité physique ou mentale purement gratuite qui n’a dans la conscience de celui qui s’y livre d’autre but que le plaisir qu’elle procure »6.

8Présenter un tel rapport suppose la détermination de limites chronologiques précises. Compte tenu du sujet, pareille tâche est redoutable. C’est pourquoi je me contenterai d’illustrer ces limites par deux documents iconographiques. Le premier est extrait de lHortus deliciarum d’Herrade de Landsberg. Sur une copie de ce document exceptionnel, daté de la deuxième moitié du XIIe siècle et détruit en 1870. une miniature représente deux enfants jouant à ce qu’il est convenu d’appeler des marionnettes7. En fait, il s’agit de deux chevaliers miniatures, sans doute lestés de plomb, suspendus à des cordes qui les traversent par le ventre. Les joueurs pouvaient ainsi, comme les cordes se croisent, faire aller et venir les deux chevaliers qui simulaient ainsi le corps à corps féodal. Quant au terminus ante quem, nous le marquerons avec le tableau de Pierre Bruegel l’Ancien, tableau daté de 1560 et intitulé Jeux denfants, véritable encyclopédie imagée des jeux de l’enfance8. Quelle que soit l’interprétation donnée de ce tableau, il s’offre avant tout comme une somme des jeux pratiqués par les enfants d’alors.

9Il faut enfin avouer que le présent rapport, qui n’a en aucune manière la prétention d’être exhaustif, privilégie largement l’espace géographique français, tout en ne s’interdisant pas l’une ou l’autre escapade au delà des limites strictes du Royaume de France, tant il est vrai que les jeux d’enfants ne sont pas de ceux qu’une frontière politique est susceptible de borner.

10Mon propos sera donc triple. Je commencerai par rappeler quelques unes des caractéristiques des jeux de l’enfance, caractéristiques qui expliquent pour une bonne part les difficultés rencontrées par l’historien pour tenter de les saisir. Dans un second temps il faudra établir l’inventaire sommaire de ces jeux, tant en ce qui concerne les jeux et jouets eux-mêmes qu’en ce qui concerne les types de documents susceptibles d’être utilisés. Enfin, puisque le jeu est reconnu comme tel par l’adulte, il donne naissance dans le monde de ce dernier à un discours fait de jugements, d’appréciations et d’interdits et c’est l’étude de ce discours qui permettra d’approcher les fonctions dévolues à ces jeux de l’enfance.

11Une interrogation générale sur les caractéristiques des jeux de l’enfance conduit à s’aventurer sur des terres peu familières aux historiens, je veux parler de celles des psychologues, psychiatres et psychanalystes. Pareille incursion se doit toutefois d’être très prudente, tant en raison de l’incompétence de l’auteur de ce rapport qu’en raison de la très grande difficulté à utiliser dans une perspective historique ce qui relève d’un travail expérimental et d’observations directes. Je me bornerai donc à évoquer quelques unes des conclusions simples auxquelles sont parvenus les travaux de chercheurs comme Y. Hirn, J. Piaget, J. Château, S. Millar et Ph. Gutton, pour ne citer que les principaux9.

12Disons tout d’abord qu’il est impossible de savoir quand l’enfant ne joue pas, tant le jeu apparaît comme le monde privilégié de l’enfant. Les psychiatres distinguent cependant des cas extrêmes marqués par l’absence de toutes conduites ludiques et relevant de ce fait du pathologique.

13À partir de quand peut-on affirmer l’existence d’un jeu de l’enfant ? Question délicate à laquelle la plupart des chercheurs échappent en parlant d’activités pré-ludiques. Il reste que, si l’on veut bien admettre que le jeu est avant tout une activité placée sous le signe du plaisir, c’est la manifestation de ce plaisir qui est le signe premier de la conduite ludique : jouissance de l’objet perçu, jouissance du geste manipulant, autant d’activités qui visent à procurer à l’enfant un plaisir se substituant à celui que donne la mère10. L’accord est toutefois général pour estimer que les activités ludiques proprement dites n’apparaissent qu’au cours de la deuxième année.

14À en croire les psychanalystes, ce passage au jeu s’effectue au moment où paraît le fantasme, c’est-à-dire au moment où se constitue le principe de réalité. Ce jeu est une sorte de compensation aux sacrifices imposés par la réalité11. Le premier jeu de l’enfant est un jeu d’exploration, « épreuve de soi et... conquête de soi »12.

15Alors que dans un premier temps le jeu est simple prise de conscience sensori-motrice, il devient reproduction. Les enfants reproduisent dans leur jeu tout ce qui les a impressionnés dans la vie par une sorte d’abréaction contre l’intensité de l’impression dont ils cherchent, pour ainsi dire, à se rendre maîtres13. La pensée se fait représentative et l’enfant, par son jeu, tente soit de s’évader du réel soit d’assouvir un désir, celui d’être grand et de se comporter comme les grands14. C’est vers deux/trois ans que s’accomplit pareille transformation. C’est le temps où le « faire semblant », où l’imitation des activités de travail de l’adulte vont devenir prépondérants. Concrètement, les jeux de l’enfant sont alors jeux de fiction totale ou jeux d’imitation. Ils peuvent être ainsi soit négation du monde adulte soit préparation active à ce même monde adulte.

16Plus tard, vers cinq ans environ, apparaissent des jeux de construction dans lesquels l’enfant commence à commander au concret ou à organiser un ensemble d’éléments réels ou totalement imaginaires de façon réglée et susceptible de répétition. C’est le début des jeux d’ordre ou des jeux à règle. Nous entrons là dans le domaine de ce qui est plus communément considéré comme les jeux humains15. Il est très difficile de savoir dans quelle mesure de tels jeux résultent d’une contrainte de la part des adultes ou si, au contraire, ils sont le pur produit du développement psychique de l’enfant. L’observation de l’incroyable formalisme de quelques jeux enfantins, comme dans certains jeux de billes par exemple, pourrait faire croire que les enfants aiment les règles pour les règles16. Mais d’un autre côté des contraintes extérieures, liées par exemple à la scolarisation, sont évidemment de nature à favoriser l’émergence de pratiques ludiques réglées.

17À travers ce processus de mise en place de la composante ludique de l’individu, processus dont les étapes peuvent considérablement varier en durée, en composition et en intensité, en fonction de conditions extérieures, nous retrouvons les différents mécanismes mis en évidence par Piaget dans le développement de l’intelligence chez l’enfant. Tels sont en particulier l’accommodation et l’assimilation. Lorsque l’assimilation, caractérisée par la répétition (une répétition qui grâce à l’introduction de variantes consolide et harmonise) parvient à l’emporter, il est possible de parler de jeu17.

18Je n’ai pas parlé de jouet jusqu’ici dans la mesure où les remarques précédentes peuvent toutes s’appliquer lorsque le jeu a recours à la médiation d’un objet réel appelé justement jouet. Le jouet n’est pas porteur d’une valeur ludique en lui-même et le premier jouet du petit enfant est d’abord son corps. À la limite n’importe quel objet peut devenir jouet puisque seul l’usage crée le jouet. C’est pourquoi, en dehors de toute observation directe, l’identification d’un jouet se révèle très délicate18. Ce jouet est en fait support d’exploration, d’invention et d’illusion. Il peut intervenir à chacune des phases du développement du jeu chez l’enfant. En tant qu’objet fabriqué et non choisi par l’enfant, il renseigne évidemment davantage sur l’adulte qui l’a confectionné et l’a donné à l’enfant.

19Pourquoi l’enfant joue-t-il ? Question naïve, sans doute, et réponse impossible tant l’étonnante variété des jeux enfantins interdit toute rigidité dans l’analyse19. Retenons simplement qu’il ne peut pas provenir de la recherche d’un délassement physique ou intellectuel comme peuvent l’être certains jeux des adultes. Remarquons par ailleurs que le jeu peut être un substitut du travail et que les psychologues ont remarqué que les enfants, principalement à la campagne, une fois entrés dans le cercle laborieux, jouent nettement moins20.

20Ainsi, les jeux des enfants ont bien leur spécificité. Même lorsqu’il s’agit de jeux réglés, les données qui définissent la victoire ou la défaite sont fluctuantes et sans réelle netteté. Même quand les différents éléments qui les composent apparaissent clairement dessinés, ils manquent de la plus élémentaire stabilité21. Ajoutons que les jeux d’enfants, même s’ils se répètent, sont toujours très labiles. Ils glissent l’un sur l’autre, sans véritable coupure décelable par l’observateur. De fait, les études de psychologie expérimentale ont permis de préciser ce qu’était le temps moyen passé par un enfant à un jeu. Même si ces données dépendent sans doute d’une multitude de facteurs extérieurs, en relation directe avec le contexte culturel, elles n’en sont pas moins intéressantes. Ainsi estime-t-on que dix minutes constituent le maximum de temps consacré à un jeu précis par un enfant âgé de trois/quatre ans. Cette durée moyenne atteint vingt-six minutes pour un enfant de six ans22. Enfin, dernière spécificité du jeu de l’enfant, il ne comporte pas d’enjeu, tout au moins un enjeu qui puisse être comparé au jeu adulte. L’enjeu matériel est en effet peu fréquent et l’esprit de compétition, lagôn de R. Caillois, n’est pas prépondérant.

21Ces diverses composantes du jeu enfantin étant rassemblées, il est possible de jeter un regard d’ensemble sur l’historiographie de ce thème23. Cette dernière est très peu fournie. Autant les études historiques sur l’enfance ont connu un vigoureux développement comme l’a montré le rapport précédent, autant tout ce qui relève des pratiques ludiques des hommes peut apparaître comme un thème de recherches à la mode, autant le point de coalescence du champ de l’enfance et du champ du jeu semble peu avoir attiré les historiens. S’il faut bien sûr nuancer, il n’en demeure pas moins que la production historique dans ce domaine est sans commune mesure avec l’importance du jeu dans la vie du jeune enfant. Doit-on y voir une particularité de la période médiévale comme pourrait le suggérer l’article « Kind » du Lexikon des Mittelalters qui ne consacre qu’une vingtaine de lignes d’une colonne aux jeux et jouets de l’enfance ?24 À première vue, les jeux de l’enfance dans l’Antiquité semblent avoir davantage retenu l’attention. Il suffit pour s’en convaincre de parcourir le Dictionnaire des antiquités grecques et romaines25. Cependant un examen plus attentif des textes des notices montre que très souvent les auteurs ne différencient pas ou différencient mal entre jeux d’adultes et jeux d’enfants et qu’en définitive, au-delà d’une masse importante de documents archéologiques et de textes nombreux ayant trait à la place du jeu dans l’éducation, la réalité ludique de la petite enfance échappe très largement. Des travaux plus récents et des expositions permettent toutefois de dépasser le morne inventaire de collections de jouets ou d’objets supposés avoir été utilisés comme tels26. Il reste que, dès qu’il est question des jeux de l’enfance, cette tradition d’amateurs de curiosa et de collectionneurs érudits, inaugurée par exemple par L. Becq de Fouquières pour l’Antiquité, et largement reprise pour des périodes plus récentes par L. Claretie et H.R. d’Allemagne, a régné pendant très longtemps dans tout ce qui était dit sur ce thème27. Recueil d’anecdotes, en général mal situées chronologiquement, évocation d’objets multiples qualifiés de jouets et présentés sans référence aucune au contexte socioéconomique dans lequel ils étaient nés, voilà qui fait office d’histoire des jeux de l’enfance. Ne méprisons pas trop ces travaux qui constituent un réservoir quasi inépuisable d’informations. Je retiens cependant que, même dans ce type d’approche, le Moyen Âge est très peu présent.

22Les enquêtes ethnographiques menées au siècle précédent et au XXe siècle se sont très largement intéressées aux jeux de l’enfance. Il n’est guère de recherches en matière de folklore qui ne comprennent une part importante consacrée aux jeux des enfants. Cela nous vaut en général des sommes impressionnantes, bourrées de détail intéressants, dont le seul tort est de ne jamais pouvoir situer dans le temps les exemples mentionnés. Tel est le cas des recueils de A. Gomme sur les jeux des Iles Britanniques, de F.M. Böhme pour les pays germaniques et de A. de Cock et Is. Teirlinck sur les jeux d’enfants en pays flamands28. La multiplicité des jeux d’enfants présentés dans ces catalogues conduit nécessairement les chercheurs à les utiliser pour tenter d’identifier tel ou tel jeu repéré dans un texte du XVe ou du XVIe siècles, bâtissant ainsi des hypothèses plausibles mais non vérifiables29.

23Comment expliquer cette faible présence des jeux d’enfants dans l’historiographie ? Rappelons tout d’abord, en sus des remarques faites plus haut, que, de façon générale, l’homme parle peu de ses jeux, et encore moins hier qu’aujourd’hui. De plus, comme cela a été souligné justement « l’activité ludique est une de celles qui sont susceptibles de laisser le moins de traces dans les archives comme sur le terrain »30.

24On objectera que l’archéologie livre de nombreux jouets, mais en valeur relative ces derniers restent peu de choses. Objets fragiles, soumis aux manipulations que l’on peut deviner, ils ont mal traversé les siècles31. Objets sans valeur, le plus souvent produits d’un simple artisanat domestique, ils échappent aux inventaires et aux comptabilités, sauf dans le cas des familles princières.

25Jeux par définition instables et relevant de démarches individuelles, les jeux d’enfants échappent largement à la codification et par conséquent à l’écrit. La plus grande partie d’entre eux, dans le cas chanceux où un adulte a pris soin d’en noter la dénomination, resteront durablement de simples noms que seuls le rapprochement fortuit avec tel ou tel texte littéraire plus développé peut permettre d’identifier. De façon générale, le jeu d’enfant n’étant pas pris en charge par la parole, sauf lorsqu’il s’inscrit dans le cadre de formulettes, comptines ou chansons, il l’est encore bien moins par l’écrit. Seul le cas où le jeu intervient dans des processus éducatifs peut le faire apparaître dans un développement un tant soit peu construit, mais de telle situations ne se présentent que rarement avant la fin du Moyen Âge.

26Enfin, sauf rares exceptions, les jeux de l’enfant échappent à un type de documentation essentielle pour la description d’une société, tant dans ses aspects normaux que dans ses aspects pathologiques, je veux parler de la documentation judiciaire. Alors que les jeux, de façon générale, y sont largement présents, les enfants d’une part et a fortiori leurs jeux n’y sont qu’exceptionnellement signalés32.

27Ainsi, l’histoire des jeux de l’enfance au Moyen Âge, n’est-elle pas simplement « un conservatoire mal tenu » comme pouvait le dire C. Béart à propos de l’histoire des jeux en général, mais elle est un grenier qui risque fort de ne pouvoir être jamais ni dépoussiéré ni rangé33.

28Dresser le bilan des jeux de l’enfance au Moyen Âge peut consister à emprunter les voies d’une ethnologie narrative. Cette méthode, qui rend difficile tout regroupement et devient vite fastidieuse, est de fait celle des notices muséographiques et des catalogues d’expositions. De plus, très souvent, elle amalgame purement et simplement jeux d’adultes et jeux d’enfants. Il y a donc lieu de lui substituer une brève présentation des sources susceptibles de faire connaître deux ou trois choses des jeux de l’enfance au Moyen Âge, avant de dresser un rapide inventaire des types de jeux pratiqués.

29Passons rapidement sur l’archéologie. Les documents qu’elle fournit, nombreux, ne peuvent guère permettre de mesurer l’importance des jeux de l’enfance dans la société médiévale. Le critère généralement retenu pour décider s’il s’agit ou non d’un jouet est la miniaturisation d’un objet provenant de la vie quotidienne. Hypothèse plus que vraisemblable quand il s’agit par exemple de vaisselle miniature, mais beaucoup plus hasardeuse lorsqu’il s’agit de figurines humaines ou animales34.

30Les représentations iconographiques d’enfants en train de jouer sont nombreuses mais elles posent de multiples problèmes35. D’une part, s’il arrive que l’enfant soit représenté un jouet à la main ou en train de jouer, cette situation constitue une exception avant la fin du XIVe siècle36. Tel peut être le cas de l’illustration d’un passage biblique comme le passage de la Genèse évoquant Isaac et Ismaël en train de jouer, juste avant qu’Abraham, à la demande de Sara, ne renvoie Agar et son fils37. Ce n’est qu’aux XVe et XVIe siècles que l’on voit affluer les enfants en train de jouer, que ce soit sur des calendriers, des livres d’heures, des ouvrages didactiques ou, le plus souvent, en tant que motifs décoratifs marginaux38. D’autre part il est souvent très difficile, en dépit de nombreuses apparences, d’identifier avec certitude un enfant. Ainsi les putti, fessus et joufflus, qui apparaissent souvent en train de jouer, sont-ils plus proches de quelque référence aux Cupidons antiques qu’à de véritables enfants, ce qui diminue largement leur valeur documentaire pour notre sujet.

31Dans le même ordre d’idées, qui croira, au vu d’un de ses portraits le représentant à l’âge de deux ans porteur d’une raquette de jeu de paume que le jeune Charles IX ait été un adepte précoce de ce jeu ?39

32La documentation judiciaire, dans sa forme plus particulière constituée par les lettres de rémission, peut parfois témoigner de quelques pratiques ludiques enfantines40. Certes, il est très rare que des enfants soient les suppliants, à la fois parce que les mentions précises en matière d’âge sont peu nombreuses et parce que les chemins qui mènent à l’acte délictueux et qui, ensuite, conduisent au pardon royal semblent peu fréquentés par des enfants41. N’oublions pas non plus que la lettre résulte d’une démarche qui vise à obtenir le pardon et que par conséquent elle aura tendance à abaisser l’âge du délinquant, circonstance atténuante habituelle retenue par la justice. Toutefois, ces lettres mentionnent de-ci, de-là des enfants qui participent à tel ou tel jeu ou qui, simples spectateurs, peuvent être les victimes malheureuses d’accidents survenant durant son déroulement.

33Comptes et inventaires sont aussi susceptibles de renseigner sur les jeux d’enfants, même si, pour la plupart, ils n’éclairent que sur des instruments de jeux et sur des jouets offerts aux rejetons des familles princières. Citons par exemple ces hochets, sifflets d’argent et boules de cristal offerts au dauphin Charles VIII par les pages de l’Hôtel ou cette liste de raquettes, pelotes et jouets offerts par la ville de Paris aux enfants de François Ier en 1528 à l’occasion de leur présence au feu de la Saint-Jean42. Au chapitre des inventaires une mention particulière doit être accordée à ceux qui recensent des tapisseries et dont les entrées évoquent des « esbattements » d’enfants43.

34Restent bien sûr l’ensemble des évocations littéraires des jeux de l’enfance. « À la billette jeuent dessus le sel » dit un vers du Charroi de Nîmes décrivant les enfants d’un paysan ramenant dans son pays un char rempli de sel sur lequel il les a juchés pour la durée du voyage44. L’exploitation de ces textes est cependant décevante tant la présence de topoi crève les yeux. Ainsi, il n’est guère de héros qui, dès son jeune âge, n’ait appris à jouer aux échecs et, qui plus est, ne s’y révèle un maître de première force45.

35De fait les textes les plus riches, et en même temps ceux dont l’utilisation est la plus délicate, sont sans doute ces listes de jeux comme celle contenue dans LEspinette amoureuse, le poème de Froissart, dans lequel le chroniqueur évoque les jeux de son enfance dans son Hainaut natal, ou, bien sûr, la longue liste des 217 jeux qui étaient ceux du jeune Gargantua, avant sa prise en charge par Ponocratès46. Cette liste de Rabelais mélange cependant jeux d’adultes et jeux d’enfants et multiplie pièges, plaisanteries et redondances, rendant difficile l’identification de ces jeux. Souvent, comme dans le cas du poème de Froissart, ces jeux ne sont restés que des noms pour les historiens. D’une certaine manière les Jeux denfants de Bruegel peuvent apparaître comme la lointaine transcription picturale de telles listes.

36À l’opposé de ce type de documents apparaissent aux XVIe siècle, les colloques scolaires, à la fois manuels de civilité et recueils d’exercices pour l’apprentissage du vocabulaire latin. Des auteurs comme Erasme, Mathurin Cordier ou Vivès intègrent dans leurs colloques des chapitres consacrés aux lusus pueriles, appellation quelque peu trompeuse dans la mesure où les jeux évoqués sont tous des jeux de force ou d’adresse physiques et qui tous sont à la fois jeux d’enfants comme jeux d’adultes47. De plus, ils font l’objet d’une présentation érudite qui, pour intéressante qu’elle soit, les éloigne nettement du monde de l’enfance.

37À partir de cette documentation, quels sont les savoirs qui peuvent être précisés à propos des jeux de l’enfance ? Il ne servirait à rien d’énumérer ici les différents jeux et jouets dont on peut retrouver la trace. Par ailleurs, j’ai déjà signalé que certains d’entre eux restent pour nous de simples mots ou expressions qu’un effort d’imagination peut éventuellement éclairer mais jamais expliquer. Lorsque Froissart dit avoir joué « au larron Engherant », nous avons tôt fait d’y voir un jeu de gendarmes et de voleurs, mais rien ne le prouve absolument48. Par contre lorsqu’il évoque le jeu du « roy qui ne ment », il cite un jeu dont les occurrences littéraires sont nombreuses aux XIIIe et XIVe siècles, mais qui semble plutôt un jeu de jeunes gens et jeunes filles de la bonne société49.

38Ph. Ariès disait qu’il n’y avait pas de séparation rigoureuse entre les jeux des enfants et les jeux d’adultes, preuve de l’absence alors d’un sentiment de l’enfance. Si la conclusion qu’il en tirait était erronée, il reste que nous voyons de très nombreux enfants s’adonner aux jeux d’adultes. Parties de billes, de boules, de quilles et autres jeux de lancer semblent attirer des enfants, sans qu’il soit possible de dire s’il s’agit de jeux entre enfants ou de l’exceptionnelle et parfois malheureuse participation à un divertissement d’adultes50. Souvent ce type de jeux et quelques autres prennent place durant la garde d’animaux. Ainsi, c’est en gardant les vaches que deux enfants du bailliage de Montreuil-sur-Mer, âgés respectivement de neuf et dix ans entament en 1424 une partie de bâton :

« Cest assavoir lun a taper ou frapper et rompre la bâton de son compagnon »51.

39Pour ce qui est de jeux plus complexes tel que le jeu de paume, les exemples sont plus rares. On voit par exemple Charles VI donner de l’argent à deux enfants pour jouer à la paume devant lui, mais les Comptes de l’Hôtel du roi qui ont enregistré cette dépense ne disent rien de l’âge de ces enfants52. Compte tenu des capacités physiques et intellectuelles que nécessite la pratique de ce jeu, il concerne plutôt adolescents et jeunes adultes, même si plus tard le journal d’Héroard fait jouer à la paume le futur Louis XIII dès 1607 (je rappelle que le dauphin est né en 1601 !)53.

40L’intérêt des enfants pour les jeux de hasard, c’est-à-dire pour des jeux susceptibles de rapporter quelque chose de concret, a parfois été nié. De fait les témoignages d’un tel intérêt abondent. Ceux que fournit la littérature peuvent, il est vrai, être suspects. Ainsi Beton qui apprend à jouer à l’âge de cinq ans. Mais en quoi ce témoignage est-il plus suspect que celui d’Aiol qui, au même âge, affirme :

« Onque en mon âge ne vi juer... Quar onques ne sai rien de jeu de des »54.

41Un passage de Berinus, roman en prose du XIVe siècle, va dans le même sens, évoquant la passion du tout jeune héros pour les dés :

« [...] et quant il fu dentendement, si apprit a jouer au hazart ne autre jeu ne lui plaisoit que le jeu des dez et de tremerel ; ce estoit toute sa joie et son deduit, na dautre chose il nentendait ne jour ne nuit ; et souvent en laissoit le boire et le manger pour jouer aux dez »55.

42Bien sûr, il faut trouver d’autres preuves et les représentations d’enfants en train de jouer aux osselets ne sont pas suffisantes puisque ce jeu peut aussi bien être jeu de hasard que jeu d’adresse56. De nombreuses scènes représentant la participation aux jeux de hasard existent pour le XVIIe siècle57. Elles semblent plus rares auparavant. Si, en 1388, un enfant de quatre ans manque de mourir pour s’être introduit un dé dans le nez et ne doit son salut qu’à l’intercession de saint Martial de Limoges, cela ne prouve pas encore qu’il jouait aux dés, mais cela signifie qu’il jouait avec des dés58. Quant aux écoliers de Decize en 1336, enfants de moins de quatorze ans à qui leur maître d’école préfère apprendre le jeu de dés, ils attestent un goût passager, induit par un adulte, plus qu’une habitude59. L’usage des dés n’est certainement pas précoce chez les enfants au Moyen Âge, sauf dans le cas plus précis des enfants princiers où l’apprentissage du recours aux cubes aléatoires s’impose très tôt. Tel est le cas du fils de Mahaut d’Artois, révélé par la comptabilité domestique de la comtesse60.

43Enfin, dans la société médiévale, des enfants sont signalés comme étant de redoutables joueurs d’échecs61. Ces exemples proviennent cependant exclusivement de textes littéraires et l’image du jeune héros doué pour le jeu d’échecs reste un stéréotype, même si le monde contemporain a révélé l’existence de jeunes prodiges dans ce jeu.

44À côté de ces jeux d’adultes auxquels participent parfois des enfants, de nombreux divertissements et petits jeux sont propres aux premiers âges. Ils prennent place au logis familial ou dans la rue et reflètent les mille et une capacités d’exploration et d’invention des petits enfants62. Apprentissages du saut, du lancer, de la course, de la glissade et des chocs, vertige de l’ascension et imitations des cérémonies adultes, ce sont, n’en doutons pas, eux qui constituent la réalité ludique première. Ce sont eux que décrit Froissart et que représente Bruegel. C’est aussi l’ensemble des jouets, hochets, toupies, objets miniaturisés de la vie quotidienne, armes ou animaux en réduction, poupées, chevaux-bâtons, révélés par des inventaires, textes littéraires ou telle ou telle représentation iconographiques, qu’il s’agisse de Bruegel ou d’autres artistes de la même époque tel Martin van Cleef (1507-1537)63. Leur repérage et leur décompte précis ne sont pas faits, mais ils peuvent révéler nombre de lignes de force des jeux de l’enfance.

45Compte tenu de l’âge relativement élevé que ce rapport a pris le parti de considérer comme l’âge limite de l’enfance, on peut se demander s’il n’y a pas une évolution à l’intérieur de cette tranche d’âge, si les jeux qui étaient pratiqués constituaient un ensemble homogène ou si, contraire, il était possible des distinguer des séquences différenciées. À cette interrogation, fondamentale car des éléments précis permettraient d’avancer dans la compréhension de la perception de l’enfance d’alors, il n’est possible d’apporter que des réponses limitées.

46Laissons de côté le temps de la très petite enfance, celui des activités pré-ludiques, des jeux d’exploration et des jeux d’imitation. Le nombre des témoignages est trop réduit et ne peut permettre des conclusions assurées. Par contre un repérage systématique de textes présentant l’évolution d’un enfant, avec ses diverses activités, entre cinq et douze ans, peut se révéler intéressant. Je n’en veux pour preuve que les deux exemples suivants.

47Dans Daurel et Beton, il est possible de suivre les activités ludiques de Beton entre cinq et treize ans64. À cinq ans, on lui enseigne les tables, les échecs et les dés. À sept ans, il gagne au jeu les bliauds de dix enfants à nobles. À dix ans, il continue de briller dans les jeux les plus divers. Ce n’est vraiment qu’a treize ans qu’il abandonne ses jeux pour marquer désormais sa préférence à l’égard des jeux qui constituent la préparation à la vie militaire. Une moralité anglaise du XIVe siècle, Mundus et Infans, fournit le second exemple65. Au cours de la pièce, Wanton, c’est-à-dire le léger, le folâtre, passe de sept à quatorze ans, âge auquel il change de nom pour s’appeler désormais Lust et Liking, soit luxure et plaisir. Durant cette période on le voit passer de l’innocence à la méchanceté, évolution illustrée par l’usage du fouet qui au début lui sert à faire tourner sa toupie jusqu’au moment où il se rend comte qu’avec ce fouet il peut aussi taper sur ses camarades. Après quatorze ans les femmes, les rixes et les orgies sont son lot quotidien, mais la moralité ne s’attarde plus sur ces aspects. Ainsi, les jeux de Beton le conduisent à la réussite, ceux de Wanton à la délinquance, diversité de situation qui conduit à s’interroger sur les fonctions dévolues aux jeux de l’enfance.

48Les adultes jugent les jeux de l’enfance et leurs jugements sont autant d’éclairages de leur conception de l’enfance. N’oublions pas cependant que leurs appréciations restent tributaires d’un discours général sur les pratiques ludiques, discours globalement négatif mais qui, du XIIIe au XVIe siècle, se nuance considérablement, conséquence directe de l’éclatement de la notion de jeu66.

49Le Moyen Âge recueille un double héritage, gréco-latin et chrétien. Pour le premier, le jeu de l’enfant est une nécessité. « À trois, quatre, cinq et même six ans, une âme d’enfant a besoin d’amusement » écrivait Platon dans Les Lois67. Cette reconnaissance s’accompagne toutefois d’une certaine méfiance car le jeu, lié de manière existentielle à l’innovation, risque de rompre le fragile équilibre de la justice. C’est pourquoi, tout en étant un droit pour l’enfant, le jeu doit être réglementé. Sur ce point, le Lycée rejoint l’Académie : Aristote reconnaît la place des jeux dans la vie de l’enfant et insiste sur la « la nécessité qu’il y a d’orienter et de diriger cette activité ludique pour qu’elle soit éducative »68. Ainsi, même s’il y a lieu d’encadrer le jeu de l’enfant, jouer est dans l’Antiquité un droit, mais un droit qui n’a de signification que dans la mesure où l’enfant est un être faible, un individu éducable69. Les activités ludiques sont un reste de la faiblesse de l’enfant et dans le Moyen Âge chrétien, c’est ce reste, chez l’adulte comme chez l’enfant, que tente d’exploiter la malice de l’Autre. Tout en reconnaissant l’activité ludique, le monde antique la désigne comme maillon faible dans vie de l’homme.

50Il y a assurément plus de méfiance à l’égard des jeux dans la tradition chrétienne. La prophétie de Zacharie (« Les places de la ville seront à nouveau pleine d’enfants qui s’y amuseront ») est volontiers oubliée70. Jeux d’enfants et jeux d’adultes sont condamnés globalement par la législation canonique et la législation civile71. On comprend dans de telles conditions que lorsque, au XIIIe siècle, le Speculum morale énumère dans un chapitre intitulé De ludis inhonestis les différents jeux qui apparaissent dans les Écritures, il puisse y assimiler le ludus innocentiae, le jeu des enfants et des jeunes gens72.

51L’héritage antique est toutefois largement présent dans les propos de nombreux litterati du Moyen Âge et, a fortiori de la Renaissance. Dès le XIIIe siècle, c’est Philippe de Novare qui écrit qu’il faut laisser jouer l’enfant « car nature le requiert », tout en souhaitant une certaine modération dans ce jeu73. De cette modération la Renaissance se fait largement l’écho. « Votre sagesse n’ignore pas que le jeu, s’il est pratiqué modérément donne de la vigueur à l’esprit », écrit Erasme dans un colloque74.

52De fait, ce sont essentiellement les vertus éducatives contenues dans les jeux qui leur confèrent une valeur, reconnaissance susceptible d’entériner la double tradition. Le jeu de l’enfant est d’abord un moyen de distraction et de consolation, ce qui est surtout vrai pour le petit enfant et sur ce point le discours médical rejoint le discours philosophique75. Ce faisant, le jeu permet d’abord d’éviter l’oisiveté, comme le rappellent les Enseignements dAnne de France à sa fille Suzanne de Bourbon (1503-1505)76. Plus particulièrement, et l’accord est général à ce sujet, les jeux physiques sont de nature à renforcer les corps77. Ce ne sont pas là les seuls avantages des jeux et dès le XVe siècle un G. Dominici peut réfléchir sur la valeur éducative et morale des jeux, sur l’incitation par l’image ou par le jouet à un comportement chrétien78. Puisque l’enfant est avide de cadeaux et de récompenses, il faut utiliser ce penchant auquel le jeu peut parfaitement introduire. Une lente révolution en matière pédagogique est alors à l’œuvre qui prend souvent appui sur des jeux : les jeux pédagogiques sont en train de naître.

53Mais les jeux de l’enfance ont une autre fonction, moins immédiate sans doute que leur valeur éducative, mais peut-être plus importante au niveau de la sociabilité. En effet ces jeux servent de révélateur comme le remarque si bien Erasme dans La civilité puérile : « On dit que le caractère des enfants ne se découvre nulle part comme au jeu »79. Cette particularité est à ce point évidente qu’elle est signalée par de nombreux auteurs. Ainsi Jacques de Voragine dans La Légende dorée à propos de sainte Elisabeth de Hongrie. La sainteté de la jeune princesse sourd des jeux de son enfance. Si son attitude première est de mépriser ces amusements, elle a tôt fait de les « tourner à l’honneur de Dieu » et, comme le souligne l’hagiographe : « Chaque jour elle se retranchait quelque chose des biens qu’elle gagnait »80. À un autre niveau, mais tout aussi signifiants, sont les jeux du jeune Boucicaut. Son biographe précise en effet : « A quelque gieu qu’il jouast, toujours es toit le maître et vouloit congnoistre du droit ou du tort des autres enfants »81.

54Même si les appréciations positives sur les jeux et jouets de l’enfance finissent par l’emporter, gardons à l’esprit qu’il existe toujours un autre discours dont la rigueur tend toutefois à s’atténuer. C’est le discours des jeux interdits, des jeux interdits aux écoliers, des jeux interdits aux pueri chori, discours imparfait dont on devine facilement à quel point il pouvait être transgressé82. Beaucoup plus nuancé est le point de vue de Montaigne qui, d’une part, voit dans les jeux de l’enfance des phénomènes essentiels à la maturation de la personnalité, mais qui, d’autre part, est très critique envers les jouets qu’il traite de « niaiseries puériles »83. Quant aux adultes, il leur déconseille vivement de considérer les amusements de l’enfant avec trop d’attention.

55À la sagesse de Montaigne, opposons l’exubérance des jeux denfants de Bruegel. Ces enfants qui jouent, qui prennent plaisir à des jeux qui rappellent souvent des scènes liées à la cour amoureuse, au mariage ou au baptême, à des jeux qui relèvent de l’imitation (mimicry) et du vertige (ilinx), catégories ludiques fondamentales pour R. Caillois, ces enfants se soumettent en même temps au hasard comme l’indique la présence au premier plan de joueurs d’osselets. Les quelques quatre-vingt-dix jeux identifiés sur le tableau de Bruegel illustreraient ainsi globalement des conduites de folie, donc de faiblesse84. Une fois encore les jeux d’enfants seraient révélateurs...

56Dans son autobiographie, Giraud le Cambrien raconte que, alors qu’il était enfant et que ses frères s’amusaient à construire des châteaux de sable, il préférait passer son temps à construire des églises et des monastères miniatures85. Son père y voyait d’ailleurs un signe de sa future destinée ecclésiastique. Nous savons par ailleurs par quelques allusions relevées dans les écrits de ce même auteur que Giraud savait bien jouer aux échecs86. Je ne sais si Giraud avait acquis ce talent dès son enfance mais le chose est très vraisemblable. Dans ce cas j’ignore cependant quelle en avait été l’interprétation donnée par son père. Quoi qu’il en soit, des églises de sable au jeu d’échecs, la palette est large de ces jeux de l’enfance au Moyen Âge. Difficiles à saisir par les historiens en raison de leur nature, ces jeux innombrables sont appréciés par certains adultes d’alors, surtout à partir du moment où on leur reconnaît des vertus éducatives87. Nous avons vu par ailleurs que l’iconographie et l’archéologie peuvent livrer de nombreux jeux et jouets. Gardons-nous cependant de conclure trop vite à partir de ces seuls éléments à la reconnaissance par le Moyen Âge de la personnalité de l’enfant et de sa nature ludique88. Il ne s’agit que d’une pièce d’un dossier que Ph. Ariès a eu le mérite d’ouvrir.

57On a dit parfois que jouer, c’était philosopher avec modestie. S’il est vrai, comme le dit S. Millar que « parfois les adultes jouent tout simplement » mais (que) les enfants « jouent beaucoup plus », alors il faut conclure de façon certaine que les enfants du Moyen Âge ont été de grands philosophes89.

Notes de bas de page

1 Histoire citée par C. Klapisch-Zuber, et D. Herlihy, dans Les Toscans et leurs familles. Une étude du catasto florentin de 1427, Paris, 1978, p. 568.

2 Cité dans D. Herlihy, Medieval Households, Cambridge, 1985, p. 127.

3 R. et G. Brenner, Spéculation et jeux de hasard. Une histoire de l'homme par le jeu, Paris, 1993.

4 E. Farenc, jeux en Angleterre au XIVe siècle (Jeux de plein air à l'exception de la chasse et des tournois), Thèse de IIIe cycle, dactylographiée, Université de Paris IV, 1987.

5 Cf. S. Lilar, « Le jeu. Dialogue de l'analogiste avec le professeur Plantenga », dans Deucalion 6, (« L'art et le jeu »), Neuchâtel, 1957, p. 113.

6 Une telle définition peut appeler de nombreuses réserves. Elle a cependant l'avantage de convenir à tous les jeux d'enfants.

7 Cf. E. Viollet, Le-Duc, Dictionnaire raisonné du mobilier français, t. II, Paris, sd. p. 477. Cf. Hortus Deliciarum, éd. E.H. Cordier, Mulhouse, 1944, p. 115.

8 Cf. J.P. Vanden Branden, « Les jeux d'enfants de Pierre Bruegel » dans Les jeux à la Renaissance, Paris, 1982, pp. 499-524. S. Hindman, « Pieter Bruegel s Children's Games, Folly and Chance », dans The Art Bulletin, LXIII, 1981, pp. 447-475.

9 H. Hirn, Les jeux d'enfants, Paris, 1926. J. Piaget, Le jugement moral chez l'enfant, Paris, 1927. J. Château, Le réel et l’imaginaire dans le jeu de l'enfant, Paris, 1946. J. Château, Le jeu de l’enfant après trois ans, Paris, 1947. J. Château, « Jeux de l'enfant » dans Jeux et sports, Paris, 1967, pp. 49-149. S. Millar, La psychologie du jeu chez les enfants et les animaux, Paris, 1968. Ph. Gutton, Le jeu chez l'enfant. Essai psychanalytique, Paris, 1988.

10 Ph. Gutton, op. cit., pp. 1-3.

11 Idem, op. cit., p. 19.

12 J. Château, « Jeux de l'enfant », art. cit p. 61.

13 Ph. Gutton, op. cit. p. XI.

14 J. Château, art. cit., p. 67.

15 Cf. par exemple la définition donnée par R. Caillois, Les jeux et les hommes, Paris, 1958, pp. 42-43 : « Le jeu est une activité libre, séparée, incertaine, improductive, réglée et fictive ».

16 J. Château, art. cit., p. 117.

17 S. Millar, op. cit., pp. 51-60.

18 Cf. J.M. Mehl, « Jouets, enfance et histoire », dans Saisons d'Alsace, no 122, 1993, pp. 17-22.

19 A.F. Petersen, Why Children and Young Animals Play. A New Theory of Play and its Role in Problem Solving, Copenhague, 1988.

20 J. Château, art. cit., pp. 49-50.

21 J.O. Granjouan, Les jeux de l'esprit, Paris, 1963, p. 101.

22 J. Château, art. cit., p. 101.

23 Cf. le premier essai de synthèse dû à M. Manson, « L'Histoire du jouet et du jeu de l'enfant », Conference Papers for the Ist Meeting of the International Standing Working Group for the History of Early Childhood Education, Bamberg, 1984, pp. 136-148.

24 Lexikon des Mittelalters, t. V, Munich-Zurich, 1991, col. 1144.

25 A. Daremberg et E. Saglio, Dictionnaire des antiquités grecques et romaines d'après les textes et les monuments, Paris, 1877-1919.

26 M. Rosalind et J.J. Janssen, Growing up in Ancient Egypt, Londres, 1990. M. Golden, Children and Childhood in Classical Athens, Baltimore et Londres, 1990. J.P. Neraudau, Être enfant à Rome, Paris, 1984 ; Jouer dans l'Antiquité, Marseille, 1991 (Catalogue de l'Exposition du Musée d'Archéologie méditerranéenne, Centre de la Vieille Charité). G. Coulon, L'Enfant en Gaule romaine, Paris, 1994. La place accordée aux jeux d'enfants dans ces divers travaux reste cependant faible.

27 L. Becq de Fouquières, Les jeux des anciens, Paris, 1869. L. Claretie, Les jouets, Paris, 1895 H.R. d'Allemagne, Histoire des jouets, Paris, s.d. H.R. d'Allemagne, Récréations et passe-temps, Paris, s.d. H.R. d'Allemagne, Les jouets à la World's Fair en 1904 à Saint-Louis (US) et l'histoire de la corporation des fabricants de jouets en France, Paris, 1908.

28 A.B. Gomme, The traditionnal Games of England, Scotland and Ireland, Londres, 1894-1898. F.M. Böhme, Deutsches Kinderlied und Kinderspiel, Leipzig, 1897. A. de Cock et Is. Teirlinck, Kinderspel en Kinderlust in Zuid-Nederland, Gand, 1902-1908.

29 Telle est par exemple la méthode suivie par H. Tremaud, « Pérennité des jeux français » dans Revue des traditions populaires, 1969, pp. 259-265.

30 F. Piponnier, « Les objets de l'enfance », dans Annales de démographie historique, 1973, p. 71.

31 Cf. D. Alexandre, Bidon et M. Closson, L'Enfant à l'ombre des cathédrales, Lyon, 1985, pp. 174-175.

32 Cf. par exemple J.M. Mehl, « Les lettres de rémission françaises : une source pour l'histoire des jeux médiévaux », dans Espai i temps d’oci a la historia, Palma de Majorque, 1993, pp. 33-45.

33 Ch. Beart, « Histoire des jeux » dans Jeux et sport, Paris, 1967, p. 182.

34 Cf. Vivre au Moyen Âge. 30 ans d'archéologie médiévale en Alsace, Strasbourg, 1990, p. 334.

35 D. Alexandre, Bidon et M. Closson, op. cit., passim.

36 F. Garnier, « Iconographie de l'enfant au Moyen Âge » dans Annales de démographie historique, 1973, p. 136.

37 Genèse, XXI, 9. Cf. illustration d'un manuscrite londonien du XIe siècle, reproduite dans J.M. Winter, « Sport en spelin de middeleeuwen » dans Spiegel historiael, IX, 1974, p. 593.

38 R. Van Marie, Iconographie de l’art profane au Moyen Âge et à la Renaissance, La Haye, 1931, t.I, pp. 71-76. Ph. Ariès, L'enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime, Paris, 1973, p. 97. Pour les manuscrits de Bruges et de Gand (Calendriers et Livres d'Heures) montrant des jeux d'enfants, cf. S. Hindman, art. cit. pp. 455-458 et p. 471.

39 Dessin attribué à Germain le Manier, musée Condé, Chantilly. Reproduction dans G. Bonhomme, De la paume au tennis, Paris, 1991, p. 12.

40 J.M. Mehl, « Les lettres de rémission françaises... », art. cit., passim.

41 C. Gauvard, (« Les jeunes à la fin du Moyen Âge : une classe d'âge ? », dans les entrées dans la vie. Initiations et apprentissages, Nancy, 1982, p. 226) se fondant sur un échantillon de 750 lettres, conclut à la présence de 4,4 % de suppliants âgés de 10 à 20 ans. En ajoutant les lettres qui se contentent d'une mention qualitative, elle aboutit à 5,8 %. C'est dire si la présence d'enfants joueurs est exceptionnelle.

42 Y. Labande, Mailfert, Charles VIII et son milieu (1470-1498), Paris, 1975, p. 18B. B. Prost, « Présents d'orfèvreries offerts aux rois et reines de France et aux souverains étrangers à l'occasion de leur entrée à Paris (1424-1563) » dans Bulletin de la société de l'histoire de Paris et de l'Île de France, 1891, t. XVIII, pp. 171-172.

43 Par exemple C. Dehaisnes, Documents et extraits divers concernant l'histoire de l'art dans la Flandre, l'Artois et le Hainaut avant le XVe siècle, Lille, 1866, t. III, p. 912 (tapisserie de Marguerite de Flandre).

44 Le Charroi de Nîmes, éd. J. Perrier, Paris, 1921, p. 38, v. 886.

45 Par exemple Gui de Nanteuil, éd. P. Meyer, Paris, 1861, v. 118.

46 Froissart, L'Espinette amoureuse, éd. A. Fourrier, Paris, 1963, v. 185-248. Cf. A. Planche, « Culture et contre-culture dans L’épinette amoureuse de Jean Froissart. Les écoles et le jeu » dans L'Enfant au Moyen Âge, Sénéfiance, no 9, Aix-en-Provence, 1989, pp. 389-403. Cette liste compte plus de cinquante noms de jeux. Rabelais, Gargantua, ch. XXII, éd. J. Boulenger, Paris, 1934, pp. 87-89. Sur cette liste et les problèmes qu'elle pose, cf. J.M. Mehl, Les jeux au royaume de France du XIIIe au début du XVIe siècle, Paris, 1990, passim.

47 Erasme, Opera omnia. Colloquia, éd. L. Halkin, F. Bierlaire et R. Hoven, Amsterdam, 1972. Mathurin Cordier, De corruptioni semonis emendatione libellus, éd. R. Estienne, Paris, 1530. Jean-Louis. Vives, Colloquia sive exercitatio latine (1538), éd. Wittenberg, 1625. Sur ces questions, cf. F. Bierlaire, « Le jeu à l'école latine et au collège » dans Les jeux à la Renaissance, Paris, 1982, pp. 489-497. M. Manson, « Le rôle des objets de jeu dans la pratique des jeux d'adresse à la Renaissance » dans Le corps à la renaissance, Paris, 1990, pp. 357-376.

48 Froissart, op. cit., v. 210.

49 Froissart, op. cit., v. 220. Sur ce jeu, cf. E. Langlois, « Le jeu du roi qui ne ment et le jeu du roi et de la reine » dans Mélanges Chabaneau, Erlangen, 1907, pp. 163-173. J.M. Mehl, Les jeux..., op. cit., pp. 109-110.

50 Par exemple AN JJ 125/169 (1384), 138/131 (1390) ou 145/411 (1393).

51 AN JJ 173/35. Cf. aussi B. Hanawalt, The Ties That Bound. Peasants Families in Medieval England, New York, 1986, p. 158.

52 AN KK 30/32.

53 Cf. T. Depaulis, « Héroard et les jeux "oisifs" du petit Louis XIII » dans Jeux, sports et divertissements au Moyen Âge et à l'âge classique, Paris, 1993, pp. 110-127. Il est vrai que d'après ce même document le petit Louis XIII a joué du violon à l'âge de un an et demi !

54 Daurel et Beton, éd. P. Meyer, Paris, 1880, v. 1277. Aiol, éd. J. Normand et G. Raynaud, Paris, 1877, v. 2559 et v. 2564.

55 Berinus, éd. R. Bossuat, Paris, 1931, I, p. 15.

56 Cf. Pierre Bruegel, Jeux d’enfants.

57 Ph. Ariès, op. cit., p. 102.

58 « Miracles de Saint Martial de Limoges », éd. F. Arbellot, dans Analecta Bollandiana, t. I, 1882, p. 419.

59 Musée des Archives départementales, Paris, 18778, pp. 275-277.

60 J.M. Richard, Une petite nièce de Saint Louis : Mahaut, comtesse d'Artois et de Bourgogne, Paris, 1887, p. 113 (dépenses pour jouer aux dés alors que Robert, fils de Mahaut, a dix ans).

61 Par exemple Guillaume, fils du comte de montivilliers, âgé de dix ans (L'Escoufle, éd. H. Michelant et P. Meyer, Paris, 1894, v. 2040) ou Lion de Bourges (éd. W. Kibler, t. I, Paris-Genève, 1980, p. 30, v. 910-912).

62 B. Hanawalt, The Ties..., op. cit., pp. 26-27.

63 Je cite au hasard : « Un hochet pour esbattre petis enfans » (141'), Inventaire du duc de Berry, cité dans V. Gay, Glossaire archéologique du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, 1887-1928. AN KK 43/90v° : « A Thierry Lalemant, pour un petit chauderon de laitton qu'il a baillié et lvré pour faire jouer et esbatre ledit sgr (le dauphin) » (1404). AN JJ 151/9 (1396) : « ... Une ou deux poupées de lin ou de chanvre ». Le cheval-bâton est mentionné par Froissart, op. cit., v. 213-214. Il est représenté par Bruegel sur les Jeux d'enfants.

64 J. de Caluwe, « L'enfant dans Daurel et Beton » dans L'enfant au Moyen Âge, Sénéfiance no 9, Aix-en-Provence, 1980, pp. 317-331.

65 G.A. Lester, Three Morality Plays : Mankind, Everyman and Mundus et Infans, New York, 1981, pp. 115-116. Cf. B. Hanawalt, Growing up in Medieval London. The Experience of Childhood in History, Oxford, 1993, pp. 114-118.

66 Cf. J.M. Mehl, Les jeux..., op. cit., passim.

67 Platon, Les Lois, éd. A. Dies, 793 e, t. XII, I, Paris, 1956, p. 19. Cité dans M. Manson, « Le droit de jouer pour les enfants grecs et romains » dans Recueils de la Société Jean Bodin, t. XXXIX, Bruxelles, 1975, pp. 117-150.

68 M. Mabson, art. cit., p. 124.

69 C'est ce que souligne Ovide (cité par M. Manson, art. cit., p. 125) dans Remedia amoris (éd. H. Bornecque, Paris, 1960, p. 138) lorsqu'il dit : « Tu es un enfant et seuls les jeux te conviennent. Joue ».

70 Zacharie, VIII, 5.

71 J.M. Mehl « Le pouvoir civil et les jeux sportifs dans la France médiévale » et « Les autorités ecclésiastiques face aux jeux sportifs dans la France médiévale » dans Sport und Kultur/Sports et civilisations Fribourg, 1982, B, pp. 15-21 et pp. 61-67.

72 Speculum morale, dans Vincent de Beauvais, Speculum majus, Douai, 1621, III, par. VIII, dist. IV, c. 1361-1362. Réfrence à Job, XXI, 11 : « Ils laissent leurs gamins s'ébattre en troupeaux et leur marmaille danser ».

73 Ph. de Novare, Les quatre âges de l'homme, éd. M. de Freville, Paris, 1888, p. 14.

74 Cité dans F. Bierlaire, Les colloques d’Erasme : réforme des études, réforme des études et réforme de l'Église au XVIe siècle, Paris, 1978, p. 152.

75 Cf. D. Desclais-Berkvam, Enfance et maternité dans la littérature française des XIIe et XIII e siècles, Paris, 1981, pp. 134 et sq. L. Demaitre « The Idea of Childhood and Child Care in Medical Writings of the Middle Ages » dans Journal of Psychohistory, IV, 1976-1977, p. 469.

76 Enseignements d'Anne de France, duchesse de Bourbonnais et d'Auvergne à sa fille Suzanne de Bourbon, éd. M.A. Chazaud, Paris, 1876, p. 9.

77 Par exemple A. Scaino, Trattato del giuocc della palla, Venise, 1555,I,11 : « Per conservar sani i corpi nostri, per rendere i giovanni piu gagliardi e piu robusti ».

78 C. Klapisch, « L'enfance en Toscane au début du XVe siècle » dans Annales de démographie historique, 1973, p. 118.

79 Erasme, La civilité puérile, éd. A. Bonneau, Paris, 1877, p. 115.

80 J. de Voragine, La Légende dorée, trad. J.B.M. Roze, Paris, 1967, t. II, p. 349. Cf. aussi p. 350 : « Je ne veux plus gagner, mais j'abandonne le reste pour Dieu ».

81 Le Livre des fais du bon messire Jehan le Maingre dit Bouciquaut, Mareschal de France et gouverneur de Jeunes, éd. D. Lalande, Paris-Genève, 1985, p. 17.

82 Cf. par exemple Metz, Archives municipales BB 122/8 (1244) : on prétend interdire les jeux de boules dans les écoles car « li enfant des prodomes de la vile i deviennent glouton et larron ». P. Demouy, « Les pueri chori de Notre-Dame de Reims. Contribution à l'histoire des clergeons au Moyen Âge » dans Le clergé séculier au Moyen Âge, Paris, 1993, pp. 146-149 : interdiction aux enfants de chœur de pratiquer les jeux induisant à avarice, deshonnêteté ou criailleries.

83 F. Rigolot, « Les jeux de Montaigne » dans Les jeux à la Renaissance, pp. 325-339. Cf. Montaigne, Les Essais, éd. P. Villey, Paris, 1965,I, 26 (De l'Institution des enfants).

84 Sur l'interprétation des Jeux d'enfants, cf. S. Hindman, art. cit.

85 Giraud le Cambrien, Opera, éd. J.S. Brewer, I (De rebus a se gestis), 1866, pp. 21-22. Cité dans Ilene H. Forsyth, « Children in Early Medieval Art : Ninth Through Twelth Centuries », dans Journal of Psychohistory, IV, 1976-1977, p. 51.

86 Idem, Opera, II (Gemma ecclesiastica), p. 356.

87 J.M. Mehl, « Les jeux dans l'éducation de la jeunesse médiévale » dans Les cahiers du CERFEE (Centre de recherche formation enfance éducation), IV, 1990, pp. 21-31.

88 Cf. M. Manson, dans L'Enfant au Moyen Âge, Sénéfiance, no 9, Aix-en-Provence, 1980, p. 199.

89 S. Millar, op. cit., p. 286.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.