Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

À l’origine de la spiritualité médiévale de l’enfance : les saints Innocents

p. 31-38


Texte intégral

1La place de l’enfant dans le monde médiéval commence à être mieux connue et l’on s’aperçoit qu’elle est plus importante et plus diversifiée qu’on ne le pensait autrefois. Il me semble, par exemple, que l’on peut rassembler sous la notion de « spiritualité de l’enfance » un certain nombre de conceptions, propres au christianisme médiéval, qui conféraient au jeune enfant une valeur symbolique forte et originale1. On est même peut-être en droit de se demander si les petits enfants ne constituaient pas, en ce domaine, une véritable catégorie de la culture médiévale, pour reprendre le concept d’Aaron J. Gourevitch2.

2L’hypothèse que je voudrais présenter ici est que la vénération qui entoure les saints Innocents joue, dès l’époque paléochrétienne, un rôle considérable dans la formation de cette spiritualité de l’enfance. Avant d’entrer dans le vif du sujet, il me paraît nécessaire d’indiquer, en guise de contexte historique, ce que l’on sait du culte des saints Innocents entre le IIe et le VIe siècle.

ORIGINES DU CULTE

3Rappelons tout d’abord que les Innocents, ou saints Innocents, sont les enfants de Bethléem massacrés sur l’ordre d’Hérode à la place du Christ. Leur histoire apparaît dans un seul des quatre Évangiles, celui de Matthieu3. Voilà ce que dit l’évangéliste : « Alors Hérode, voyant qu’il avait été joué par les mages, fut pris d’une violente fureur et envoya mettre à mort, dans Bethléem et tout son territoire, tous les enfants de moins de deux ans, d’après le temps qu’il s’était fait préciser par les mages. Alors s’accomplit l’oracle du prophète Jérémie : « Une voix dans Rama s’est faite entendre, pleur et longue plainte : c’est Rachel pleurant ses enfants ; et elle ne veut pas qu’on la console, car ils ne sont plus ».

4Pour faire l’histoire, encore inédite, des origines du culte des saints Innocents, on dispose, en plus du récit évangélique, d’une cinquantaine de sermons des Pères de l’Église auxquels il faut ajouter une poignée d’anciens sacramentaires, de calendriers, de martyrologues et de textes divers.

5Il n’est pas possible, dans l’état actuel de nos connaissances, d’indiquer avec précision le moment et l’endroit où l’on a commencé à vénérer les saints Innocents. Il est bien clair, toutefois, que les enfants de Bethléem appartenaient à la culture religieuse des Chrétiens dès le IIe siècle au moins, c’est-à-dire bien avant leur apparition dans les calendriers liturgiques comme des saints à part entière de l’Église4. Cette notion de « personnages culturels » du monde chrétien est d’ailleurs aussi intéressante pour notre sujet que celle de saints. À partir de ce constat simple, et faute de mieux pour le moment, nous proposons de distinguer les trois étapes suivantes qui semblent correspondre à une évolution très progressive vers le culte : une première étape, disons culturelle, à partir du IIe siècle, où les Innocents commencent à apparaître dans les sources comme des personnages du folklore chrétien, auréolés déjà de la gloire de leur sacrifice ; une seconde étape, de transition, à partir du IVe siècle, où ils accèdent à une certaine vénération dans le cadre du culte de la Nativité ou de l’Épiphanie ; une troisième étape, à partir du Ve siècle, qui est celle de leur culte propre.

6Le culte des saints Innocents semble s’être étendu assez rapidement à l’ensemble du monde chrétien. Il est attesté pour la première fois en Orient, dans la propre ville de Bethléem, par un document liturgique daté du début du Ve siècle5. On le connaît en Occident par le fameux martyrologue hiéronymien, rédigé sans doute vers le milieu du Ve siècle dans la région d’Aquilée6, et par le calendrier de Carthage, qui remonte à la première moitié du VIe siècle7.

7Revenons, après ces quelques données factuelles, à notre hypothèse de départ : les saints Innocents comme modèle de la spiritualité médiévale de l’enfance.

LES FILS PERDUS D’ISRAËL

8Il faut commencer par dire, ce qui n’est guère connu, que les Pères de l’Église ont exprimé souvent l’idée que les Innocents devaient être considérés comme les premiers chrétiens de l’histoire.

9C’est chez Hilaire de Poitiers, dans un commentaire de l’Évangile de Matthieu écrit vers 354, que l’on rencontre pour la première fois ce point de vue. Hilaire y explique que Rachel, qui personnifie l’Église, pleure parce qu’elle aurait voulu garder les enfants de Bethléem comme ses premiers nés8.

10Dans un sermon sur la Nativité qui date de 3869, Grégoire de Nysse entreprend de démontrer que l’intervention de Dieu sur terre ne pouvait avoir lieu avant que ne soient accomplis tous les péchés de l’Ancien Testament. Le Massacre des Innocents s’ajoute, en manière de couronnement du Mal, à ces crimes antérieurs, tout en marquant le début d’une ère nouvelle. Il constitue donc, selon lui, une sorte de « ligne de partage » entre l’ancienne et la nouvelle Loi10.

11Dans un même ordre d’idée, Quodvultdeus, évêque de Carthage, contemporain et ami de saint Augustin, va jusqu’à établir entre les enfants de Bethléem et leurs parents la césure qui sépare les juifs des chrétiens. « Que les parents, dit-il, qui ont tenté de tuer le Christ, soient condamnés à être séparés de leurs enfants »11. Et d’ajouter que le Christ a élevé les fils des ennemis (c’est-à-dire des juifs) au rang des adoptés12. Les Innocents représentent donc pour lui le premier rameau chrétien détaché du tronc judaïque.

12Même saint Augustin, parlant de la tradition du baptême dans l’Église, en vient à rappeler que le témoignage rendu par les enfants est d’une grande valeur, puisque ce sont eux qui, les premiers, ont mérité de verser leur sang pour le Christ13.

13Les textes évoquent encore par des métaphores végétales l’idée que les Innocents constituent un renouveau et le premier maillon de l’Église chrétienne. Dans un sermon anonyme, ils sont assimilés aux « premières fleurs de l’enfance » (primitivos flores infantium)14. Dans un autre à de « jeunes pousses sanglantes » (sanguinei surculi parvulorum)15. Le poète ibérique Prudence les imagine comme une « brassée de jeunes roses placée par le persécuteur du Christ dans la lumière naissante (du christianisme) »16.

14Il est plutôt surprenant de voir les saints Innocents honorés par un certain nombre de Pères du titre de premiers chrétiens alors que n’étant pas baptisés, ils devraient tout au plus être considérés comme les Justes de l’Ancien Testament. Mais très tôt, le fait d’avoir été mis à mort pour le Christ, d’avoir versé leur sang pour lui, est interprété comme l’équivalent d’un authentique baptême. Comme l’affirme un sermon anonyme, si les Innocents n’avaient pas encore l’âge qui leur eût permis de croire dans la passion à venir du Christ, ils avaient la chair par laquelle ils purent souffrir pour lui. Et d’ajouter que la grâce du Sauveur n’a donc jamais manqué à ces enfants17.

15Les Pères de l’Église, en plaçant les saints Innocents à l’origine du christianisme, orientent la spiritualité chrétienne vers une promotion de la petite enfance et provoquent une rupture avec les traditions antérieures, judaïque et païenne, nettement moins favorables à l’enfance18. Ils constituent en même temps un modèle destiné à influencer en profondeur le sentiment médiéval de l’enfance19. C’est ce que l’on pourrait appeler le « paradigme des saints Innocents ». Ce paradigme fonctionne au moins dans trois cas de figure.

ENFANTS-CHRIST ET CHRIST ENFANT

16Les Pères ne manquent pas de souligner l’analogie qui existe entre les saints Innocents et le Christ. S’appuyant sur le récit de Matthieu, ils rappellent que Jésus est lui-même l’un des enfants de Bethléem, qu’il est un parmi la foule de ses semblables20. Pour rendre cette similitude encore plus frappante, ils procèdent généralement par une série d’analogies dans lesquelles l’enfance ou l’innocence des victimes d’Hérode résonne comme en écho à l’enfance et à l’innocence du Christ. Selon Irénée de Lyon, par exemple, le Christ « étant lui-même tout-petit, se préparait des martyrs parmi les tout-petits des hommes... »21. Pour le pseudo Fulgence22, le Seigneur, lui-même innocent, appellent à lui les innocents afin d’en faire ses amis23.

17Dans l’interprétation patristique, chaque Innocent apparaît donc comme la copie conforme du Sauveur, comme son image, sa doublure. C’est par la répétition de sa propre image que Jésus parvient à échapper au piège tendu par Hérode : les soldats de ce prince peuvent bien massacrer les enfants-Christ, ils ne pourront atteindre le Christ Enfant.

18D’autre part, parce que les Pères insistent unanimement sur la valeur sacrificielle de la mort des Innocents24, et que, comme on l’a vu, ils accordent à leur sang une valeur rédemptrice, une certaine analogie s’impose entre le sacrifice des enfants de Bethléem pour le Christ et celui du Christ pour les hommes. Au-delà de la simple ressemblance physique, c’est donc l’idée d’une véritable identité de nature entre les Innocents et le Christ qui se dégage des textes patristiques.

19Il est clair que ce fort analogisme a nourri en profondeur le sentiment médiéval de l’enfance. Les auteurs médiévaux, en effet, considèrent souvent que les jeunes enfants possèdent des vertus d’innocence et de pureté qui les rendent proches du Christ. Pour Guillaume d’Auvergne, évêque de Paris au XIIIe siècle, « les petits enfants sont sanctifiés car ils sont semblables au Christ dans la grâce »25.

20De plus, un certain mimétisme entre les jeunes enfants et le Christ s’exprime au Moyen Âge par la croyance dans les vertus thaumaturgiques du sang enfantin : de même que le sang du Christ lave du péché, celui des jeunes enfants peut permettre de guérir de la lèpre, maladie de l’âme s’il en est. Le dominicain Jacques de Lausanne, mort en 1321, postule l’existence d’une analogie entre le sang du Christ et celui des enfants quand il écrit : « [...] il est possible de faire disparaître de la lèpre avec le sang encore chaud d’un enfant [...] De la même manière, la lèpre du péché du genre humain a été effacée par le sang du Christ... »26.

21Enfin, dans de très nombreux récits médiévaux, le Christ apparaît aux hommes sous les traits d’un jeune enfant. La plus fameuse de ces apparitions est, bien sûr, celle dont saint Christophe fut l’objet.

LAISSEZ VENIR À MOI...

22Dès le IIe siècle, l’élection des Innocents est affirmée. Pour Irénée de Lyon, par exemple, le Christ « ... enlevait les enfants de la maison de David qui avaient eu l’heureuse fortune de naître à ce moment-là, afin de les envoyer au-devant de lui dans son royaume »27.

23À partir de la fin du IVe siècle et au début du Ve, soit, ce n’est peut-être pas un hasard, vers le moment où naît le culte propre des saints Innocents, on passe de l’idée d’élection personnelle à une notion plus large, selon laquelle les Innocents symbolisent les âmes de tous les martyrs telles qu’elles sont représentées dans lApocalypse de Jean.

24Prudence et Quodvultdeus sont les premiers auteurs chrétiens chez qui, à ma connaissance, on peut relever ce changement d’échelle. Prudence présente les Innocents comme un « tendre troupeau immaculé jouant devant l’autel avec des palmes et des couronnes »28, alors que le texte de l’Apocalypse dit : « [...] je vis sous l’autel les âmes de ceux qui furent égorgés pour la parole de Dieu [...] »29. Quodvultdeus les décrit comme une « armée innombrable d’enfants vêtus de blanc envoyée par Hérode en avant-garde vers le royaume des cieux »30, quand nous pouvons lire dans lApocalypse : « Après quoi, voici qu’apparut à mes yeux une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer [...] ; debout devant le trône et devant l’agneau, vêtus de robes blanches, des palmes à la main, ils crient d’une voix puissante : « Le salut à notre Dieu qui siège sur le trône ainsi qu’à l’Agneau ! »31.

25Là encore, on observe que ces notions développées par les Pères ont influencé les conceptions médiévales de l’enfance. L’idée d’une élection enfantine, d’ailleurs confortée par le texte biblique lui-même32, a su s’imposer au Moyen Âge, malgré la tradition augustinienne. Guillaume d’Auvergne, que nous avons déjà cité, précise que, puisque les petits enfants sont semblables au Christ dans la grâce, ils « lui sont nécessairement semblables dans la gloire »33.

26Cette conception a donné lieu à une habitude très significative, qui pourrait être inspirée du cas des saints Innocents : celle de représenter les âmes des élus sous les traits de jeunes enfants34.

SAINTS INNOCENTS ET ENFANTS DE CHOEUR

27Les enfants de chœur médiévaux sont à plus d’un titre les héritiers spirituels des saints Innocents, un peu comme les évêques sont ceux des apôtres. Ils sont placés, rappelons-le, sous le patronage des saints Innocents. Leur fête, célébrée donc le jour des saints Innocents (28 décembre), donne lieu, on le sait bien, à un renversement hautement symbolique de la hiérarchie ecclésiastique. Or, on peut se demander si dans ce bouleversement ritualisé n’entre pas l’idée d’un certain retour à l’enfance du christianisme, à un âge d’or où le Christ enfant régnait sur un peuple d’enfant, c’est-à-dire sur les saints Innocents.

28Le costume liturgique des enfants de chœur, enfin, en particulier leur aube blanche qui en est la principale pièce, paraît inspiré de la robe blanche des âmes des martyrs de lApocalypse, dont on a vu qu’elles étaient très couramment identifiées aux saints Innocents35.

29Concluons : entre le IIe et le Ve siècle, à partir d’une exégèse très libre de Matthieu 2, 16-18, les enfants de Bethléem, au départ simples personnages d’un récit, ont subi une importante métamorphose : ils sont devenus des saints de l’Église.

30Ce faisant, les Pères de l’Église ont facilité le développement d’une spiritualité proprement chrétienne, pour laquelle l’enfance et ses vertus représentent désormais des valeurs sûres.

Notes de bas de page

1 Cf. E. Berthon, « Le sourire aux anges », dans Médiévales 25, automne 1993, pp. 93-111.

2 A.J. Gourevitch, Les catégories de la culture médiévale, éd. française, Paris, 1983.

3 Mt 2,16-18.

4 C'est, semble-t-il, au IIe siècle chez les Pères grecs que l'on trouve les plus anciennes mentions non bibliques se rapportant aux victimes d'Hérode (Justin, Dialogue avec Tryphon, éd. PG, 6, col. 660 ; Irénée de Lyon, Contre les hérétiques, III, 16, 4, éd. et trad. A. Rousseau et L. Doutreleau, Sources chrétiennes 211, Paris, 1974, pp. 304-305). Dans le monde latin, c'est en Afrique, au IIIe siècle, que les Innocents apparaissent pour la première fois (Tertullien, Adversus Valentinianos, 2, 2, éd. J.C. Fredouille, Sources chrétiennes 280, Paris, 1980 ; saint Cyprien, Epistula LVIII, éd. G. Hartel, S. Thasci Caecili Cypriani opera omnia, Vienne, 1868.

5 Athanase Renoux, « Le codex arménien de Jérusalem 121I. Introduction. Aux origines de la liturgie hiérosolymitaine, » dans Lumières nouvelles P.O. (35,) Turnhout, 19691970, – p. 29.

6 Cf. Dom Jacques Dubois, Les martyrologues du Moyen Âge latin Typologie (des sources du Moyen Âge, 26,) Turnhout, 1978, p. 29.

7 Cf. Louis Duschesne, Origine du culte chrétien, Paris, 1920, p. 284.

8 Cuius ploratus ex filiis [...] quia ab his perimebantur quos primum genitos filios retinere uo- luisset. Hilaire de Poitiers, in Matthaeum, 1, 67, – éd. et trad. J. Doignon, Sources chré- tiennes 254, Paris, 1978, pp. 98100. -

9 . Grégoire de Nysse, Oratio in diem Natalem Christi et in infantes qui in Bethleem occisi sunt ab Herode, éd. PG, 46, col. 1132. Pour la datation du sermon, cf. J. Daniélou, « Chronologie des sermons de saint Grégoire de Nysse », dans Recherches de science religieuse, 29 (1955), p. 365.

10 Cf. F. Scorza Barcellona, « La celebrazione dei sancti Innocenti nell'omiletica Greca », dans Bollettino della Badia Greca di Grottaferrata, 29, 1975, p. 108 : La strage degli Innocenti è dunque il colmo della rivelazione del male, contemporanea all'apparire della grazia e della nuova economia di salvezza...

11 [...] ii qui te volunt innocentent occidi [...] ut suos parvulos ab eis facias separari. Quodvultdeus, De Symbolo 2,5, éd. PL, 40, col. 644.

12 Suscepit filios inimicorum in numerum adoptatorum. Quodvultdeus, De symbolo 3, 4, éd. PL, 40, col. 655.

13 Habet enim et illa parva aetas magnum testimonii pondus, quae prima pro Christo meruit sanguinem fundere. Saint Augustin, De Gen. ad litt. 10, 23, 39, éd. P. Agaësse et A. Solignac, Paris, Desclée de Brower, 1972, p. 216.

14 Pseudo Augustin, sermon Caillau – Saint Yves 2,39, éd. PL, sup. 2, col. 1054.

15 Pseudo Augustin, sermon Caillau – Saint Yves, 2, 25, éd. PL, sup. 2, col. 1038.

16 Saluete, flores martyrum/quos lucis ipso in limine/Christi insecutor sustulit/ceu turbo nascentes rosas ! Prudence, Liber Cathemerinon XII, éd. Jean Bergmann, Corpus Script. Eccl. Lat., 61, Vienne, 1926, vv. 125-128 :

17 Non habebatis quidem aetatem, qua in Christum passurum crederetis : sed habebatis carnem, in qua pro Christo passuro passionem sustineretis. Nullo modo istos infantes desereret gratia Salvatoris... Augustin, sermon 373 (dubii) : De Epiphania Domini, éd. PL, 39, col. 1665.

18 Sur ce problème, cf. S. Légasse, Jésus et l’enfance, Paris, 1969, p. 269 et suiv.

19 Parmi les autres modèles possibles, on doit citer, bien sûr, celui du Christ Enfant, même s'il ne devient vraiment actif qu'à partir du XIIe siècle.

20 Cf. Quodvultdeus (De Symbolo, 4,4 éd. PL, 40, col. 664) : Saevit Herodes, ut inter multos perdat unum : et plurimos necando se efficit reum, nec occidit quern quaerit hominem Deum.

21 Irénée de Lyon, éd. cit. Cf. aussi saint Augustin (Enarr. in Ps. 47, 5-7, éd. PL, 36, col. 536) : pro parvulo occidit parvulos.

22 Sur cet auteur, qui est probablement un Africain des Ve-VIe siècles, cf. D.G. Morin, « Notes sur un manuscrit des homélies du Pseudo Fulgence », dans Revue bénédictine, XXVI (1909), pp. 223 et suiv.

23 Tunc modo videbam Dominum amicos sibi deligentem, innocentes ad se vocantem, ut sit innocen<tium> amicus, sicut est innocens Dominas, Agnus immaculatus qui tulit peccatum mundi. Pseudo Fulgence, sermon 4, éd. PL, 65, col. 864.

24 Cf. Chromace d'Aquilée (sermon 10, éd. R. Etaix et J. Lemarié, Chromati Aquileiensis opera. Corpus christianorum, series lat. IX A, Turnhout, 1974, pp. 44-46) qui commentant la parabole des noces (Mt. 22, 1-14), identifie les bêtes grasses du sacrifice aux Innocents : Saginata uero occisa infantes illos in Bethleem significant, qui ab Herode occisi sunt, quia mori pro Christi nomine meruerunt.

25 De parvulis vero sanctificatis [...] quia similes sunt Christo in gratia... Guillaume d'Auvergne, De Universo, part. II, chap. XXI, éd. Opera Omnia, t. II, Paris, 1674.

26 [...] maculam leprae oportet amovere cum sanguine calido pueri [...] Sic lepram peccati genris humani oportuit abstergi sanguine Christi adolescentis. Jacques de Lausanne, Opus moralitatum, Lemonicis, Claudi Garnier, 1528, folio CLXXVI verso.

27 Irénée de Lyon, éd. cit., p. 305.

28 Vos, prima Christi uictima/grex immaculatorum tener/aram ante ipsam simplices/palma et coronis luditis. Prudence, op. cit., vv. 129-132.

29 Apocalypse, 6,9.

30 [...] tu [Herodes] illi prior ad regnum coelorum tot millia candidatorum infantum innomerabilem praemittis exercitum. Quodvultdeus, De Symbolo, 3,4, éd. cit., col. 655.

31 Apocalypse, 7, 9.

32 Cf. Mt 18, 3 : « [...] si vous ne retournez pas à l'état des enfants, vous n'entrerez pas dans le Royaume des Cieux ».

33 [...] et propter hoc ex necessitate similes ei futuri sunt in gloria. Guillaume d'Auvergne, op. cit.

34 Cf. Baschet, article « anima », dans Enciclopedia dell'arte medievale, t. 1, Rome, 1991.

35 Cf. A. Clerval, L'ancienne maîtrise de N.-D. de Chartres, Paris, 1899, reprint 1972, pp. 163-173.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.