Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La petite enfance

 | 
Robert Fossier

L'enfant au Moyen Âge : état de la question

Pierre Riché et Danièle Alexandre-Bidon

Texte intégral

  • 1 D. Daeninckx, Meurtre pour mémoire, Paris, 1984, p. 16.

1Commençons notre rapport par une citation d'un roman policier de 1984 : « Qui s'est jamais soucié de la condition du nourrisson au XIIIe siècle ? Personne. Pourtant, il lui semblait que ce type de recherche valait bien celle menée par des dizaines d'éminents spécialistes sur les événements aussi décisifs que la circulation des pièces de bronze dans le Bassin aquitain ou l'évolution de la hallebarde dans le Poitou »1. Depuis 1984, beaucoup se sont intéressés à la condition du nourrisson et à l'enfant au Moyen Âge, et ceci malgré l'opinion de certains historiens qui, tel Ariès, écrivaient : « La civilisation médiévale avait oublié la paideia des Anciens, elle ignorait encore l'éducation des Modernes. Tel est l'essentiel, elle n'avait pas l'idée de l'éducation ». Ou encore très récemment : « L'enfant n'est pas en tant que tel un personnage de la vie médiévale et l'adolescence est réduite à peu de chose... L'enfant proprement dit est absent de la littérature et de l'art ».

  • 2 P. Riché, « Réflexions sur l'histoire de l'éducation dans le Haut Moyen Âge », Éducations médiéval (...)
  • 3 Cf. P. Riché et D. Alexandre-Bidon, L'Enfance au Moyen Âge, Paris, Le Seuil et Bibliothèque nation (...)
  • 4 P. Riché, « Sources pédagogiques et traités d'éducation », Les Entrées dans la vie, Annales de l'E (...)

2De tels jugements peuvent étonner alors que, depuis quelques années, des livres, des articles, des colloques sont consacrés à l'enfant médiéval. D'autre part, Ariès qui a eu le grand mérite de faire de l'enfance un objet d'histoire, reconnaissait lui-même qu'il connaissait imparfaitement le Moyen Âge. Dans la préface de sa deuxième édition, en 1973, il écrivait : « Le déchiffrement des millénaires qui ont précédé le XVIe siècle pourrait nous apporter une dimension nouvelle ». Ces progrès sont venus, on a redécouvert l'enfant médiéval2. Cette histoire est possible car elle est richement documentée3. On parle de l'enfant dans les encyclopédies, telle celle de Barthélemy l'Anglais, mort en 1250, ou de Conrad de Megenberg au XIVe siècle, appelée Yconomica et qui mériterait d'être mieux connue. On en parle dans les ouvrages scientifiques et les Traités de médecine, ceux d'Aldebrandin de Sienne, de Bernard de Gordon, dans les textes législatifs profanes et religieux, règles et coutumiers monastiques, statuts des hôpitaux. Les sources juridiques, droit civil, droit canon, précisent les conditions de l'entrée de l'enfant dans la société. Dans les lettres de rémission publiées par les parlements, on rencontre bien souvent des enfants. Les chansons de geste ou les romans qui reflètent la réalité sociale d'une époque mettent en scène les familles et les enfants. Je vous renvoie au livre intitulé Enfance et Maternité dans la littérature française des XIIe et XIIIe siècles, de Doris Desclais-Berkvam, paru en 1981. Autre source, que certains assimilent à des romans, les Vies de saints, nombreuses surtout pendant le Haut Moyen Âge. Les hagiographes commencent toujours par raconter l'enfance et la jeunesse de leur héros. Et même s'ils obéissent à quelques lieux communs : songe de la mère avant la naissance, désir du père de faire de son fils un guerrier, conversion de l'enfant, etc., ils nous donnent des renseignements concrets sur l'éducation dans la famille et dans l'Église. Quelques écrivains, ils sont rares malheureusement, se sont penchés sur leurs années d'enfance et en ont fait le récit. Le plus célèbre est Guibert de Nogent, qui vivait au XIIe siècle, mais il n'est pas le seul. Enfin, il ne faut pas oublier que nous avons toute une série de traités pédagogiques qui s'adressent aux éducateurs religieux ou laïcs4. Le dominicain Guillaume de Tournai écrit vers 1272 un ouvrage intitulé Sur l'instruction des enfants, dans lequel il donne des conseils aux maîtres et s'occupe aussi bien des garçons que des filles. À la même époque, en Italie, Bonvoisin de Ripa adresse à ses élèves un précis de vie religieuse et morale. Des parents donnent à leurs enfants des règles de vie tel Ramon Lull s'adressant à son fils Dominique dans le Doctrinal pueril, ou bien des bourgeois d'Italie du Nord, Albertanus de Brescia et Bellino Bissolo. Enfin, il ne faut pas oublier ces textes que l'on appelle des Miroirs et qui s'adressent à des aristocrates laïcs ou à des princes. Ainsi, on pourrait citer des dizaines d'ouvrages dont les titres sont très suggestifs : Instruction, Éducation, Discipline, Érudition, Enseignement, etc. Les témoignages littéraires ne manquent pas, nous en avons parlé dans notre livre L'Enfance au Moyen Âge.

  • 5 R. Metz, « L'enfant dans le droit canon médiéval », L'Enfant, Recueil de la Société Jean Bodin, XX (...)

3Tous ceux qui se sont intéressés à l'enfance au Moyen Âge ont été frappés par la diversité et l'imprécision des termes employés. On trouve infans, puer, puella, parvulus, infantulus, juvenis et, en langue occitane enfan, filh, parvol, joven, etc. Il arrive que les lettres de rémission signalent « des jeunes enfants de dix-huit à vingt-cinq ans », qu'une règle monastique mentionne un infantulus de douze ans et lorsque l'on célèbre les Enfances de Vivien ou les Enfances de Guillaume, il s'agit de prouesses d'adolescents. Pour Philippe de Novare, auteur des Quatre âges de l’homme, les deux premiers sont l'enfance et l'adolescence. Au contraire, pour Isidore de Séville, l'enfance (infantia) va jusqu'à sept ans et la jeunesse (pueritia) jusqu'à quatorze ans. Les juristes divisent l'enfance en plusieurs étapes : jusqu'à deux ans ou trois ans et demi, l'âge tendre où l'on apprend à parler et pendant lequel les dents poussent, puis de trois ans et demi à sept ans, l’infantia, âge pendant lequel l'enfant est irresponsable, puis vient la pueritia de sept à douze ans avec une première partie proche de l'enfance et une deuxième partie pendant laquelle l'enfant va vers la puberté. C'est l'âge de raison ou de discrétion, pendant lequel l'enfant apprend ses lettres et ses prières, peut être offert dans un monastère, peut être fiancé, recevoir les ordres mineurs. La majorité est atteinte à douze ou treize ans, l'âge du mariage pour un garçon est de quatorze ans, deux ans après la jeune fille. René Metz, qui a étudié l'enfant dans le droit canonique médiéval, reconnaît que « les auteurs de textes juridiques ne sont pas d'accord, ils laissent aux juges le soin de faire le départage dans chaque cas particulier en prenant compte des personnes, des lieux et des coutumes régionales »5.

4Autre question débattue, non seulement de nos jours mais également au Moyen Âge, la façon dont l'enfant est reçu par les adultes. Il n'est pas rare de trouver des textes qui présentent l'enfant comme un être misérable et sans intérêt. L'enfant est dès sa naissance pécheur, disait saint Augustin, il est marqué par le péché originel. Le pessimisme de saint Augustin a nourri bien des auteurs jusqu'à la fin du Moyen Âge. Reprenant un lieu commun venant de l'Antiquité, on estime que l'enfant, dès sa venue au monde, est un infirme qui ne sait que pleurer et vagir, qui marche à la façon des quadrupèdes. Cette idée franchit les siècles puisque Bossuet voit dans la petite enfance l'image de notre triste condition humaine et déclare : « L'enfance est la vie d'une bête ». Les cris, la saleté de l'enfant rebutent beaucoup d'adultes et en particulier les intellectuels. Pour éloigner Abélard du mariage, Héloïse lui dit : « Est-il un homme qui, livré aux méditations de l'écriture et de la philosophie, puisse supporter les vagissement du nouveau-né, les chansons d'une nourrice qui le console, la malpropreté continuelle des enfants en bas âge ? » L'enfant est un gêneur et même un spoliateur des pauvres. Hildebert de Lavardin console la reine d'Angleterre Mathilde, qui n'a pas d'enfant, en lui disant qu'elle n'a pas d'héritage à faire et qu'elle peut tout donner à l'Église. Même opinion du côté d'Étienne de Fougères s'adressant à la comtesse d'Hereford à qui il a dédié Le Livre des manières. Ayant perdu tous ses enfants, elle a la possibilité d'édifier des autels, de soigner les pauvres, de secourir des clercs.

  • 6 Cf. les références publiées dans la bibliographie de L'Enfance au Moyen Âge, no 174-189.

5Cet évêque avait oublié les passages de l'Évangile dans lesquels Jésus accueille les petits enfants. Pour être sauvé, il faut revenir à l'état d'enfance ; Dieu se révèle aux tout-petits, et malheur à celui qui scandalise les enfants, etc. Déjà, dans l'Ancien Testament, l'enfant apparaissait comme un privilégié de Dieu, participait au culte divin, et était le messager de la révélation divine. De nombreux textes du Moyen Âge parlent de l'innocence de l'enfant. Je les ai rassemblés dans différents écrits6. Selon Isidore de Séville, puer viendrait de puritas car l'enfant, être faible qu'il faut protéger, est un innocent reflétant l'innocence céleste et la pureté. Ensuite, il est l'intermédiaire entre les hommes et Dieu. Saint Benoît, dans sa règle, estimait que les enfants avaient « voix au chapitre » puisque « Samuel et Daniel, dès leur enfance, jugèrent les anciens ». On appelle les enfants à départager les combattants, à dénoncer les criminels et même à choisir les candidats dans l'élection des évêques.

  • 7 Dictionnaire de spiritualité, article « Enfance spirituelle », t. IV, p. 707.

6Étant près de Dieu, l'enfant est gratifié de visions célestes, on peut ici encore accumuler les témoignages. D'autre part, hommes et femmes reçoivent des messages de Dieu par l'intermédiaire d'enfants qui leur apparaissent. À partir du XIIe siècle, c'est l'Enfant Jésus qui apparaît aux moines surtout dans Tordre cistercien et même à des mystiques laïcs. Le culte de l'Enfant Jésus se développe à partir de cette époque et il doit être rattaché à cet « esprit d'enfance » qui est un des ressorts de la dévotion chrétienne7.

7L'innocence de l'enfance s'estompe peu à peu à mesure qu'il grandit. Lorsqu'il se rapproche de la puberté, son corps se transforme et les premières pulsions sexuelles commencent à le troubler. Aux États-Unis, où s'est développée la psycho-histoire, on trouve beaucoup de revues et de travaux sur la sexualité enfantine, sans que leurs conclusions soient toutes satisfaisantes.

  • 8 L'Enfance au Moyen Âge, op. cit., pp. 28 et sq.
  • 9 Eadmer, Vie de saint Anselme, I, 22. Cf. l'illustration dans L'Enfance au Moyen Âge, op. cit., p.  (...)

8Les différentes conceptions concernant l'enfant entraînent naturellement des méthodes éducatives quelquefois opposées8. Pour les uns, les coups sont nécessaires pour dresser l'enfant. Ceux qui parlent encore de « méthodes médiévales » peuvent prendre des exemples ici et là. Ils oublient de dire que les maîtres du Moyen Âge eux-mêmes ont réagi contre la brutalité de certains éducateurs. Des moines ont même remarqué qu'à force de battre les enfants on les rendait plus mauvais qu'avant. On cite très souvent le discours d'Anselme du Bec expliquant à un maître brutal pourquoi ses méthodes n'ont aucun résultat. Ce discours a été pris comme référence par beaucoup d'auteurs médiévaux et a même fait l'objet d'illustrations9.

9À partir du XIIIe siècle, on conseille aux éducateurs de suivre la nature qui est bonne aussi bien pour les fils des pauvres que pour les riches : « La nature est plus forte que l'éducation », écrivait l'auteur du Roman de la Rose, « même si on veut l'ignorer elle reprend vite ses droits ». Nous avons sur ce point plusieurs exemples.

10Dans ces conditions, les parents sont les premiers éducateurs et l'amour que le père et la mère portent aux enfants sont les garanties d'une bonne formation. On en reparlera plus loin lorsque l'on évoquera tous les problèmes relatifs à la petite enfance. J'aimerais, pour continuer à présenter les objets de discussion, évoquer ce qui concerne la formation de l'enfant à partir de sept ans et d'abord l'oblation monastique.

  • 10 J. Boswell, Au bon cœur des inconnus. Les enfants abandonnés, Paris, 1993. Cf. M. de Jong, In Samu (...)

11On a beaucoup écrit sur l'oblation des enfants, cette coutume, qui consiste à offrir en général un jeune garçon à un monastère. Rares sont les très jeunes enfants oblats. Mais nous en avons pourtant quelques exemples. En général, on attend sept ans pour conduire le jeune garçon à l'abbé. Jusqu'au XIe siècle, on estime que l'engagement des parents est irrévocable et que les enfants peuvent rester toute leur vie au monastère. Pourtant, lorsque la notion de liberté individuelle commence à être redécouverte, on accepte qu'arrivé à l'âge de la puberté l'enfant puisse reprendre sa liberté. Deux travaux récents méritent d'être signalés, celui de Maria Lahaye-Gensen, Das Opfer der Kinder, Münster, 1991, qui étudie les rites d'oblation dans la liturgie et insiste sur la notion de sacrifice, sacrifice des parents, sacrifice des enfants qui accompagne l'oblation. L'autre ouvrage, de Boswell, qui vient d'être traduit en français, présente l'oblation comme une sorte d'abandon des enfants, ce qui est fort discutable10.

  • 11 P. Riché, Écoles et enseignement dans le Haut Moyen Âge, Paris, 1989, pp. 238-242.
  • 12 M.N. Colette, « L'organisation des maîtrises ecclésiastiques sous l'Ancien Régime », Annuaire de l (...)

12L'enseignement que le jeune oblat reçoit au monastère diffère peu de celui qu'un enfant recevait dans l'école paroissiale ou dans l'école épiscopale. Il devait apprendre à lire, chanter, compter, écrire, tout cela est maintenant bien connu. Parmi les questions débattues, il faut signaler l'exercice de l'écriture. Contrairement à nos habitudes actuelles, lire et écrire ne sont pas associés. Apprendre à écrire était réservé à quelques moines ou quelques clercs destinés à être notaires ou copistes. Les techniques scolaires commencent à faire l'objet de nombreuses études : l'utilisation du psautier ou de petits textes scolaires tels les recueils de fables pour apprendre à lire ; recours au dialogue ou au colloque pour s'initier à la langue latine, étude du comput digital, etc. Sur l'enseignement du chant, nous commençons à avoir quelques travaux11. Les enfants sont regroupés par le cantor jusqu'à l'époque où leur voix se transforme. Dans certaines écoles de chantres, pour neutraliser les effets de la puberté et s'assurer d'avoir toujours des voix aiguës, quelques maîtres n'hésitent par à faire émasculer les enfants, ce qui est condamné dans les collections canoniques du nord de l'Italie. À la fin du Moyen Âge, les groupes d'enfants, que l'on appelle manécanterie ou maîtrise, s'organisent dans toutes les cathédrales. Gerson nous a donné pour la maîtrise de Notre-Dame de Paris un règlement détaillé12.

  • 13 « Pétition des habitants de Decize contre un maître défectueux », publiée dans Sources d’Histoire (...)
  • 14 M.-T. Lorcin, « Mère nature et devoir social. La mère et l'enfant dans l'œuvre de Christine de Pis (...)

13Les documents concernant les petites écoles urbaines ne sont pas très nombreux, mais nous en avons suffisamment pour dire que en France, en Angleterre, en Italie, elles étaient établies dans les différents quartiers des villes. Un texte nous donne même les plaintes de parents contre un maître d'école13. Les écoles ne sont pas mixtes, mais il serait inexact de croire que les petites filles ne reçoivent pas un enseignement. Dans les monastères, elles sont aussi bien instruites que les garçons, dans les familles aristocratiques, elles apprennent le rudiment et à mesure que l'on va vers la fin du Moyen Âge l'enseignement des filles se développe e : trouve même avec Christine de Pizan des voix que l'on écoute14.

  • 15 Der Schutz des Kindes im Recht des frühen Mittelalters, Siegburg, 1993.
  • 16 C.M. Rousseau, « Innocent III Defender of the Innocents and the Law. Children and Papal Policy, 11 (...)

14Pour terminer, je voudrais faire quelques remarques sur le rôle de l'Église dans la vie des enfants. Clercs et moines ont cherché à remédier aux maux dont souffraient les enfants. À lire une étude récente sur le droit des enfants dans le Haut Moyen Âge, de H.W. Schwarz15, on constate les épreuves qu'endurent les enfants : infanticide, avortement, oppression, c'est-à-dire étouffement dans le lit des parents avant ou après le baptême, blessures corporelles, vol, rapt, abandon, abus sexuel, etc., sont passés en revue. L'Église, par la voix des clercs et des moines, ne pouvait que déplorer les maux dont étaient victimes ces innocents. Dès le très Haut Moyen Âge, elle prenait en charge les enfants abandonnés. Et bien des prédicateurs n'hésitaient pas à dire qu'il valait mieux abandonner ses enfants que de les tuer lorsqu'on n'avait pas les moyens de les élever. Vers 1160, a été fondé l'hôpital du Saint-Esprit à Montpellier, qui avait d'abord pour but de sauver les enfants. Le pape Innocent III reprit les statuts de Montpellier et fonda de son côté l'hôpital de Santa Maria in Saxia. Un article récent de C. Rousseau a étudié la place que les enfants de naissance douteuse avaient dans la correspondance de ce pape16. Il complète la synthèse de Boswell qui vient d'être traduite en français. Des études locales ont été faites pour différente ; villes : Paris, Argentan, Florence, etc. Il faut remarquer qu'on s'efforce de distinguer les enfants orphelins et les enfants trouvés. Ces derniers étaient laissés à la charge des paroisses, le nombre des enfants abandonnés étant tel que les établissements qui accueillaient les orphelins risquaient d'être débordés et de manquer de ressources. Les règlements des hôpitaux nous donnent des renseignements sur la vie de ces enfants confiés très tôt, lorsqu'ils survivaient, à des artisans.

  • 17 A. Fine, Parrains et marraines. La parenté spirituelle en Europe, Paris, 1994.

15Dès leur naissance, les enfants doivent être baptisés. Si les prédicateurs rappellent continuellement cette loi, c'est qu'elle n'est pas toujours suivie. On discute beaucoup sur la valeur du pédo-baptême. Les hérétiques, à partir du XIe siècle, niant le péché originel, préfèrent baptiser les enfants lorsqu'ils ont l'âge de raison. Cette attitude a donné lieu à bien des discussions. Très tôt également, apparaît à côté du prêtre qui officie le père spirituel, c'est-à-dire le parrain. Un livre récent a étudié la parente spirituelle en Europe, mais l'auteur a travaillé peut-être plus en ethnologue qu'en historien17. D'autres ont vu les rapports entre parenté artificielle et adoption. Enfin, il faut rattacher l'étude du baptême et celle de plus en plus poussée des prénoms donnés aux enfants. En même temps que les nouveau-nés étaient baptisés, le prêtre les oignait du saint chrême et leur donnait la communion. À partir du XIIe siècle, et peut-être même avant, on distingua ces différents sacrements : le fameux décret du concile de Latran de 1215 obligeant tous les fidèles à communier une fois par an à partir de l'âge de discrétion. Mais on discute sur cette expression et on hésite entre sept ou douze ans.

  • 18 L'Enfance au Moyen Âge, op. cit., pp. 194 et sq.
  • 19 Pour toutes les questions relatives à l'enfant et à l'Église, cf. le recueil d'articles The Church (...)

16L'éducation religieuse des enfants est faite par les parents et les parrains et marraines et surtout par l'association des enfants à la vie liturgique18. Pour aider ceux qui veulent initier les enfants aux mystères de la foi, différents traités sont écrits qui sont à l'origine des catéchismes. Mais il ne faut pas oublier que cette éducation peut se faire par l'image et par le geste. On n'a peut-être pas assez insisté sur le rôle des enfants dans la liturgie, soit dans les monastères, soit dans les églises urbaines19.

LES NOUVELLES SOURCES

L'archéologie

17Par ailleurs, de nouvelles sources sont aujourd'hui ouvertes à l'historien de l'enfance. L'archéologie, notamment, a beaucoup contribué, dans les dernières années, à modifier l'image que l'on se faisait de l'enfant médiéval et de l'attention que les adultes lui portaient. D'abord par la découverte de jouets en grand nombre : dînettes, billes, poupées et poupées hochets, figurines humaines ou animalières, petits soldats, chevaux ou bateaux miniatures. De tels jouets, en métal, en terre cuite, voire en bois sont ainsi retrouvés par les fouilles dans toutes les grandes villes ou les riches châteaux, de l'Espagne à la Scandinavie. Deux restrictions à ce panorama triomphaliste : on n'en trouve pas dans les milieux ruraux, bien que les enluminures témoignent du contraire, et certains de ces objets peuvent n'être que des sujets décoratifs possédés ou collectionnés par des adultes. Mais l'image nous montre bel et bien des enfants jouant avec de tels objets.

  • 20 Présentés dans l'exposition L'Enfance au Moyen Âge, Paris, Bibliothèque nationale, 1994, sous le d (...)
  • 21 G. Cornu et O. Kallab, « Une robe de fillette libanaise d'époque mamluke », Archéologie islamique,(...)
  • 22 A. Rast-Eicher, « Une fibre textile méconnue : l'ortie », L'Archéologue, 22,1996, pp. 41-42.
  • 23 V.L. Yanine, « Méthodes modernes en archéologie » (Les fouilles de Novgorod), Diogène, 1960, pp. 9 (...)
  • 24 Également présentés dans notre exposition L’Enfance au Moyen Âge.

18Ensuite, par l'exhumation de son mobilier. Les fouilles archéologiques ont permis de reconnaître, dans le village mérovingien de Brebières, les traces en négatif d'un berceau, ou plus exactement de son balancement. La tourbe Scandinave a préservé un siège de bébé du XIe siècle et un incendie, dans la même aire culturelle, le chevet complet d'un berceau décoré daté du XIIe siècle20. Les tombes d'enfants, surtout haut médiévales, ont livré petits tabourets ou chaises à la taille des enfants, des écuelles de noisette, des bijoux. On trouve également des vêtements d'enfants, que ce soit dans l'archéologie européenne ou islamique21 : au Liban, une fillette momifiée du XIIIe siècle a été découverte encore habillée d'une robe brodée au point de croix et, en Suisse, une petite fille de trois ou quatre ans, vivant au VIIe siècle, nattée, parée d'une fibule et vêtue d'une jupette de chanvre, un peu rêche, et d'une blouse en fibre d'ortie, toute douce, a été récemment étudiée22. Le mobilier scolaire des premières années de la vie fait également partie des découvertes archéologiques, qu'il s'agisse des dessins d'enfants et exercices scolaires sur écorce de bouleau, datés du XIIIe siècle, découvertes à Novgorod23, du disque abécédaire de Saint-Denis, ou des accessoires de l'élève et du maître – dont la férule – retrouvés dans le cloaque d'une école de Lübeck...24

  • 25 Publié dans J.-P. Lecat, Le Siècle de la Toison d'Or, Paris, Flammarion, 1986, p. 93.

19Les vitrines des musées ne manquent plus de révéler, maintenant que l'on s'y intéresse, les objets enfantins jusqu'alors stockés dans leurs réserves : sujets de plomb et dînette de céramique aux Musée national du Moyen Âge et, découverts depuis le XIXe siècle mais demeurés étrangement ignorés du public des historiens, un lot complet de jouets de tous genre façonné par un potier de terre du XIIIe siècle, à Strasbourg. Des biberons de métal et des chaudrons miniatures sont conservés dans les musées anglais, de même qu'un berceau complet – certes princier mais simple – au Musée historique de Londres, et un bers de parement peint d'armoiries, fabriqué en 1478 pour les enfants de Maximilien Ier d'Autriche et de Marie de Bourgogne, aux Musées Royaux d'Art et d'Histoire de Bruxelles25.

  • 26 A. Franklin, L'Enfant. La naissance, le baptême, coll. « La vie privée autrefois », Paris, Plon, 1 (...)

20À dire vrai, la fabrication d'un mobilier adapté aux enfants ne signifie pas qu'on puisse l'interpréter de manière immédiate comme une preuve du sentiment de l'enfance dans les sociétés anciennes. Il faut, avant cela, examiner les textes médiévaux qui traitent de ces chapitres de la puériculture pour connaître les motivations des parents. Ces textes sont désormais bien connus, et ils confirment la volonté de protection de l'enfance éprouvée par les hommes et les femmes du Moyen Âge. Certains de ces textes étaient d'ailleurs publiés... depuis 189526, comme le chapitre que l'encyclopédiste Barthélemy l'Anglais écrivit sur l'enfance dans son célèbre traité du Livre des propriétés des choses, depuis 1911, comme le Régime du Corps, traité du médecin Aldebrandin de Sienne, qui consacre aussi un chapitre à l'enfance. Il est pour le moins étonnant d'observer que ces textes, publiés depuis parfois plus d'un siècle, n'aient pas avant les années soixante-dix connu la diffusion qu'ils méritaient auprès des historiens. Philippe Ariès n'en avait guère tenu compte pour traiter du Moyen Âge.

  • 27 « Les sages-femmes tripotaient de manière abominable dans les organes sexuels de la mère, huilaien (...)
  • 28 Publié par Ron Barkaï aux Éditions du Cerf en 1991.

21En vérité, un singulier aveuglement a stérilisé la recherche, aggravé encore par ses émules. Les historiens qui lui ont succédé, malgré les mises en garde de plusieurs spécialistes, E. Le Roy Ladurie, J.-L. Flandrin et d'autres, sont en effet allés plus loin encore que Philippe Ariès n'avait jamais voulu le faire. D'aucuns offraient des interprétations audacieuses qui prêteraient aujourd'hui au sourire si leur lecture n'était encore proposée aux étudiants et ne trouvaient un écho réel à l'université, auprès des psychologues ou de certains historiens modernistes. On ne peut pas ne pas citer à ce propos la manière dont R. Shorter interprète le recours au berceau. Dans un ouvrage fort sérieux, intitulé Naissance de la famille moderne et publié aux Éditions du Seuil en 1975, il pouvait écrire à propos des berceaux que « les bébés étaient maltraités par la vie quotidienne, autant que par des explosions de colère parentale. Prenons le berceau – chez les paysans, il s'agissait d'un appareil à abrutir. Les bébés éveillés étaient carrément endormis de force ». On doute que ces auteurs aient jamais élevé un enfant... « Pratique extrêmement pernicieuse [...] on oblige ici les enfants à dormir en les berçant immodérément à l'aide de force balancements et secousses en tous sens, accompagnés de vociférations chantées, méthodes que l'on croirait plutôt faites pour hébéter et rendre idiot. » Et Shorter de reprendre : « Cette violence [le berceau !] n'était pas uniquement rurale » et de citer à titre de preuve un texte écrit en 1810 par un C. Pfeufer, à Vienne : « La stupide et dangereuse méthode qui consiste à calmer les enfants en les secouant jusqu'à les abrutir et en les berçant, abandonnée par les ordres supérieurs, est encore très répandue par les inférieurs ». Ainsi, à Stuttgart, en effet, au XIXe siècle, les « classes supérieures » ont abandonné le berceau au profit du petit lit fixe : à l'évidence, si les classes supérieures, et notamment de civilisation germanique, se conduisaient ainsi, ce ne pouvait à l'évidence qu'être justifié... et justifier aussi l'affirmation connexe de l'absence du sentiment de l'enfance par les sociétés anciennes, étymologiquement vulgaires, pour ne pas dire retardées. Toute une tradition germanique fait d'ailleurs un sombre tableau du monde des femmes et des enfants au Moyen Age, qu'il s'agisse d'historiens ou d'historiens de la médecine. Le Dr H.S. Gladbach, dans un ouvrage au titre révélateur et inquiétant, À la Recherche du grand secret, ou les labyrinthes de la médecine, édité aux éditions La Table Ronde en 1961, n'hésitait pas à présenter en termes de pure barbarie le moment de naissance. Tous les gestes de la sage-femme étaient jugés « abominables » et « dégoûtants »27. Elles appartenaient de surcroît, nous dit-on « aux plus basses couches populaires » (p. 74). C'est le regard de l'homme des villes sur l'homme des champs... On sait aujourd'hui ce qu'il en est. La seule lecture des chapitres consacrés à la grossesse et à la puériculture, dans l'ouvrage médical d'Aldebrandin de Sienne, ou du traité de gynécologie juive des Infortunes de Dinah28, qui témoignent d'une extrême sensibilité à la femme et à l'enfant nouveau-né, au XIIIe siècle, suffit à convaincre l'historien de réexaminer la question et de revoir ses interprétations.

22Il n'est pas étonnant, dans ce contexte, que les découvertes archéologiques soient longtemps demeurées ignorées volontairement ou involontairement, et que le mobilier enfantin ait été interprété dans un sens défavorable au sentiment de l'enfance.

  • 29 E. Crubézy, « Merovingian Skull Deformations in the Southwest of France », From the Baltic to the (...)

23Allant plus loin encore dans la découverte de l'enfance, la paléodémographie se base aujourd'hui sur les innombrables découvertes de squelettes d'enfants effectuées tant dans les nécropoles du Haut Moyen Âge que dans les cimetières paroissiaux des XIIIe-XIVe siècle. L'anthropologie physique est la discipline par excellence qui autorise un véritable face à face avec l'enfant médiéval. Cette discipline est ancienne, mais son développement est en perpétuel progrès, de même que l'archéologie funéraire, et les travaux tendent actuellement à se spécialiser sur l'enfance, nouveau champ de recherche. Depuis des années, les publications d'A. Alduc-Le Bagousse en témoignent, de même que, plus marginalement, les observations de Miya Awazu Pereira da Silva sur les déformations dites « toulousaines » du crâne, et surtout les travaux de E. Crubézy sur le modelage de la tête dès la naissance29. Mais les exemples de ce phénomène se comptent en France sur les doigts des deux mains, bien que plusieurs documents écrits, surtout italiens il est vrai, fassent effectivement allusion à un modelage du chef par la sage-femme.

24Tout récemment, le colloque d'anthropologie de Valbonne, tenu en juin 1994, avait l'enfance pour principal sujet et pour titre « L'enfant, son corps, son histoire ». C'est là un progrès remarquable, bien qu'il ait fallu vingt ans après la réédition du livre d'Ariès pour que l'archéologie s'attache à retrouver la petite enfance. Certes, quelques spécialistes se fondent encore, par ignorance des évolutions de l'histoire de l'enfance, sur les écrits d'Ariès et croient en la rareté des représentations de l'enfance dans la littérature et l'iconographie médiévales. Mais ils estiment cependant qu'une étude attentive des structures de l'espace funéraire et des courbes de mortalité montre qu'il existait un comportement social particulier au regard de l'enfance, lié à la spécificité du premier âge de la vie et à sa fragilité, et que l'indifférence vis-à-vis des jeunes enfant n'était que « toute relative ». Ainsi, les anthropologues, sans connaître les pièces nouvelles apportées au dossier de l'enfance, à savoir les textes et les images, ne souscrivent pas à l'opinion de Philippe Ariès selon laquelle le sentiment de l'enfance n'existait pas au Moyen Âge. En sciences exactes, on appellerait cette démarche une expérience en double aveugle... elle paraît devoir réussir.

25Or, les anthropologues sont bien placés pour observer ce sentiment. Ils l'observent, si Ton peut dire, sur le vif. Ce sont en effet les seuls historiens à voir l'enfant historique, pour de vrai, à travers le traitement funéraire de sa tombe, son aménagement, à travers le mobilier enfantin spécifique qui lui est parfois associé. Ils sont surtout les seuls à pouvoir aborder statistiquement et matériellement la question de l'enfant en milieu rural, que ni les textes ni pleinement l'iconographie ne permettent de saisir dans sa globalité. L'archéologie funéraire permet d'aborder l'enfance sous un double angle de vue. Le premier, et le plus évident, est l'état sanitaire des jeunes classes : santé, maladies, accidents, causes du décès, âge à la mortalité. Le second, le moins aisé d'interprétation, est la nature du sentiment de l'enfance, visible dans la manière d'inhumer comme dans le lieu de l'inhumation. Or, la manière d'inhumer est un critère essentiel dans la définition si ce n'est du sentiment de l'enfance du moins dans la définition de la reconnaissance de l'enfance comme âge spécifique. Pour l'homme médiéval, l'enfant paraît en la matière particulièrement proche du sacré. Cependant, le sujet est d'interprétation délicate, et comme le berceau, chaque observation à propos de l'inhumation peut prêter à controverse. Les parents, en effet, ne sont pas seuls juges en la matière et le chrétien, notamment au Bas Moyen Âge, doit aussi obéir à des règles que les liturgistes imposent ou tentent d'imposer. En outre, les modalités de l'inhumation dépendent, comme pour les adultes, du milieu social concerné : l'enfant des milieux sociaux élevés n'est pas enterré comme l'enfant du peuple – notons qu'il en allait de même des adultes. Encore une fois, seul le recours aux textes (liturgiques, recueils de miracles, réactions autobiographiques à la mort des enfants), en confrontation immédiate, permet de faire avancer le débat.

26Mais hors cette confrontation, l'examen brut des données permet d'ores et déjà d'éradiquer un certain nombre de présupposés qui s'avèrent aujourd'hui erronés. Ainsi, le lieu de l'inhumation est en l'occurrence un marqueur essentiel du sentiment de l'enfance dans la société médiévale. Les enfants ne sont pas inhumés n'importe où et l'on peut désormais affirmer définitivement que, contrairement à ce qu'avait écrit Philippe Ariès, on n'enterrait pas n'importe où les cadavres d'enfants « comme un chien ou un chat domestique ». En réalité, soit ils sont disséminés dans le cimetière, en quartiers familiaux, comme souvent dans les nécropoles en plein champ, soit ils disposent d'un emplacement réservé. Selon les auteurs, ce constat est interprété comme exclusion ou comme privilège. On a longtemps passé sous silence le fait que les enfants et même les fœtus, sont très souvent inhumés aux endroits les plus saints de l'espace cimétérial voire de l'église : dans les canalisations du baptistère ou les fondations de l'église, dont les murs sont creusés pour accueillir le petit corps, dans le chœur, parfois même ad sanctos, dans une chapelle latérale ou, à l'extérieur, le long des murs du chœur, notamment le mur sud, sous la gouttière ou, plus souvent encore, au « paradis », c'est-à-dire sous le parvis de l'église. Ainsi, baignés pour l'éternité de l'eau lustrale du baptême et de celle qui, ruisselant du toit de l'église, est ainsi sanctifiée, les enfants ont souvent la meilleure place, sur terre, au royaume des morts.

27À l'évidence, l'archéologie est une pièce essentielle apportée au dossier de l'enfance et du sentiment qu'on en avait. Elle apporte des données incontournables et immédiates ; des objets qui ont appartenu à des enfants réels et les enfants eux-mêmes, du moins ce qu'il en reste. Avec la multiplication des fouilles de sauvetage, les données archéologiques sur l'enfance affluent littéralement. La documentation disponible a décuplé. La présence matérielle de l'enfance s'impose désormais et rend indéniable l'intérêt de la société médiévale pour cet âge de la vie. Si certains éléments du dossier souffrent toujours d'interprétations divergentes, d'autres ne paraissent pouvoir être compris que dans un seul sens : celui de l'amour pour les enfants, de la reconnaissance de leur spécificité. S’il est « normal » de découvrir biberons et berceaux, ou pièces vestimentaires – il faut bien nourrir et vêtir les enfants pour les voir survivre, il n'en va pas de même des jouets : aucun parent n'est jamais obligé d'en offrir aux enfants.

  • 30 Cf. p. 152.

28Avec le renouvellement de la lecture des textes, il est donc aujourd'hui impossible de négliger l'apport décisif de l'archéologie. Comme l'a écrit R. Fossier dès 1982, puis de nouveau en 1986 dans l'Histoire de la famille : « Depuis vingt ans, l'archéologie a tranché le débat : dès les sites occupés dans le Haut Moyen Âge, plus encore sur ceux où l'on vécut du Xe au XVe siècle, poupées de terre cuite, dînettes en plomb, rainures au sol des berceaux balancés, témoignent de la place de l'enfant et plus peut-être au cours de ses premiers ans, ceux qu'on aurait pu croire laissés à leur bref destin... »30. Débat tranché par l'archéologie ? En vérité bien mal ; nombre d'historiens, il y a peu encore, négligeaient volontiers cette source pourtant essentielle de même que la majorité des archéologues continue d'ignorer les progrès accomplis par les historiens en matière d'histoire de la famille et en sont restés, en date de juin 1994, à la théorie d'Ariès. Il y a donc encore matière à débat.

L'iconographie

29Les images ont à l'évidence un rôle à jouer dans la définition du sentiment de l'enfance au Moyen Âge. Or, Philippe Ariès l'avait bel et bien pressenti, en ayant recours à l'iconographie pour qualifier – ou plutôt disqualifier – cet âge de la vie. Costume, tendresse parentale, font partie des acquis des images, appelées à la rescousse par l'historien précurseur de l'histoire de l'enfance. Mais autant son intuition du rôle majeur de l'iconographie était juste et novatrice, autant son analyse, fondée sur une documentation incomplète et inadaptée, était malencontreuse : force est de constater que son approche du monde des images n'a été que superficielle. Son musée imaginaire était par trop réduit et la quarantaine d'images qu'au mieux il avait rassemblées pour les temps médiévaux ne suffisait en rien à déterminer si oui ou non l'enfant était apprécié de la société médiévale. Les modèles enfantins étudiés, plus souvent des Enfant Jésus que des enfants ordinaires, n'étaient vraisemblablement pas adaptés à l'étude de l'enfance historique.

  • 31 Voir sur ce point D. Alexandre-Bidon : « Ces images qui font l'histoire de l'enfance... », Revue d (...)

30L'opinion de Philippe Ariès était en grande partie fondée sur l'observation que les enfants lui paraissaient dessinés comme des adultes en réduction. Que l'Enfant Jésus ait eu longtemps musculature ou visage d'adulte est indéniable, à une réserve près : du moins le XIII e siècle, que Philippe Ariès croyait fidèle à ce procédé, y échappe-t-il en réalité. Qu'il n'y ait que peu de représentations enfantines avant ce XIIIe siècle est vrai cependant. « Cela signifie sans aucun doute que des hommes du Xe-XIe siècle ne s'attardaient pas à l'image de l'enfance », en déduit-il. Mais de nombreuses explications doivent être examinées, autres que la simple équation consistant à affirmer que l'absence d'enfants, ou sa représentation maladroite, signifie une absence du sentiment de l'enfance. Sur le caractère adulte de l'enfance, il faut aussi prendre en compte les textes qui ont pu inspirer les artistes en se souvenant que les images examinées alors ne concernaient en général que l'Enfant Jésus. Or, dans les Évangiles Apocryphes, ce dernier ne dit-il pas lui-même, encore au berceau, à sa mère : « Ne me regarde pas comme étant un enfant, je suis un homme parfait » ? L'erreur a sans doute été d'admettre sans examen que le Christ enfant ait pu être l'aune à laquelle mesurer à la fois l'enfance historique et le sentiment de l'enfance d'une société ancienne31. L'Enfant Jésus n'est pas un enfant mais un Dieu et mieux vaut, pour jauger le regard médiéval sur l'enfance, examiner les enfants du siècle, et Dieu sait s'il en est... et des vrais, non des Jésus ou même des putti, qui, sous une forme réellement enfantine, ne datent point du XVIIe siècle, comme l'historien le croyait, mais du XIVe siècle.

31Il faut également prendre en considération les contraintes esthétiques du temps, et envisager le fait que longtemps les auteurs et les lecteurs de ces images furent presque exclusivement des hommes d'Église et que leurs livres n'avaient pas à refléter la quotidienneté de leur temps ni l'image de la famille, mais devaient servir de support à la prière ou à l'office liturgique... Prendre en compte la fonction des ouvrages et le public des manuscrits aurait alors explicité pourquoi « la découverte de l'enfance commence sans doute au XIIIe siècle » (p. 38). En vérité, si les images de l'enfance fleurissent en effet au temps de saint Louis, ce n'est pas parce que les hommes découvrent alors l'enfance. C'est parce que le public des manuscrit a changé. En réalité, ce qui commence au XIIIe siècle, c'est le manuscrit destiné aux laïcs, et plus particulièrement aux femmes laïques : le psautier-livre d'heures et le livre d'heures deviennent des best-sellers qui s'adressent aux parents potentiels. Les peintres d'enluminures sont à présent eux aussi des laïcs. Or, aussitôt, les images d'enfance et de familles ordinaires ou réelles, les premiers portraits d'enfants par exemple, se multiplient ; ordinaires, mais nobles, puisque seule l'aristocratie pouvait alors s'offrir le luxe d'un livre enluminé.

  • 32 Nous soulignons. Extrait de Histoire de la famille. 2. Temps médiévaux, Paris, 1986, p. 202.

32Si les images de l'enfance commencent en effet au XIIIe siècle, « les témoignages deviennent particulièrement nombreux et significatifs à partir de la fin du XVIe et au XVIIe siècle », ajoutait l'historien moderniste (p. 38). Nouvelle erreur. C'était là tirer la couverture à soi et mettre sa période de prédilection injustement à l'honneur, usurpant la vedette au vrai siècle de l'image de l'enfance – non le premier mais le plus florissant – qui est celui de Jean Gerson. Le XVe siècle a en effet suscité des images d'enfants par milliers. Philippe Ariès avait de vraies raisons de les ignorer : elles étaient inaccessibles même au public des historiens. L'étude iconographique, très longue, exige de compulser des manuscrits par centaines, à raison du maigre quota de quelques-uns par jour autorisé par le fonds des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Il n'existait pas encore d'historiens-iconographes qualifiés. Le temps immense du dépouillement impose de se spécialiser dans cette discipline. Toutes ces raisons expliquent pourquoi, après Philippe Ariès, d'autres, tout en nuançant ses propos, ont répercuté sans la vérifier son analyse des images : « On a nié, à la suite de Philippe Ariès, l'existence d'un sentiment de l'enfance, parce que cette période est effectivement absente de l'iconographie... »32.

33En effet, tant au moment où Philippe Ariès préparait son ouvrage qu'après, les historiens ne connaissaient presque rien de l'enluminure qui procure sans doute pourtant près de 99 % du stock des peintures médiévales... On ignorait par exemple tout à fait l'immensité du corpus disponible. L'image accompagne en effet le livre manuscrit depuis ses tout débuts. Des centaines d'images peuvent illustrer un manuscrit carolingien, tel le psautier de Stuttgart. Des dizaines d'images ornent les volumes du XIIIe siècle. Un seul beau manuscrit du XVe siècle peut contenir plus de quatre mille images. Philippe Ariès n'avait guère travaillé que sur un corpus de quelques dizaines d'entre elles... C'était là un ensemble quantitativement dérisoire, thématiquement limité de surcroît : les seules images disponibles étant celles publiées dans des livres d'art, en général des Vierges à l'Enfant. Or, dans les années 1960-1970, les représentations de la vie matérielle, et par conséquent celles de la quotidienneté familiale, intéressaient peu ou pas les historiens et pas du tout les historiens de l'Art, de qui les historiens étaient encore tributaires pour constituer une base de données ; la simple consultation de livres d'art ne suffisait pas à prendre conscience de la richesse de cette source sur le sujet : l'histoire de l'art a longtemps négligé les images de familles et d'enfance qui ne soient pas celles de la sainte Famille et de l'Enfant Jésus.

  • 33 « Du drapeau à la cotte : vêtir l'enfant au Moyen Âge », Le vêtement. Histoire, archéologie et sym (...)

34Aussi, en matière d’enfance et de vie familiale examinées à travers les images, toutes ses assertions se sont révélées fausses. Sur le costume : « L'indifférence marquée, jusqu'au XIIIe siècle, aux caractères propres de l'enfance n'apparaît pas seulement dans le monde des images. Le costume prouve combien, dans la réalité des mœurs, l'enfance était alors peu individualisée » (p. 42). Pour l'historien moderniste, un costume spécifique n'apparaissait qu'aux XVIe et XVIIe siècles, et dans les classes supérieures. On a pu démontrer depuis combien l'enfance au contraire était individualisée non seulement par son costume mais par la manière de le porter et les couleurs qui lui sont affectées33.

35Sur la famille, « l'analyse iconographique nous porte à admettre que le sentiment de la famille était inconnu au Moyen Âge et qu'il est né aux XVe-XVIe siècles, pour s'exprimer avec une vigueur définitive au XVIIe siècle » (p. 393). L'auteur ignorait simplement l'iconographie plus ancienne et l'immensité de la source que la consultation des livres d'art ne suffisait pas à même entrevoir. La rareté des scènes d'intérieur et de famille, réelle dans les calendriers anciens, l'est beaucoup moins dans les manuscrits où la famille a davantage de raisons de s'exprimer : les livres juridiques, tel le Décret de Gratien, les traités médicaux, les herbiers, les encyclopédies, mais aussi les romans et... la Bible.

36Sur l'enfant lui-même, la méconnaissance de la critique d'une source alors inédite et d'usage peu commun explique les contresens qui ont le plus pesé sur l'histoire de l'enfance. Que les enfants que sauve saint Nicolas aient jusqu'au XIIe siècle forme adulte n'a rien pour étonner : il s'agissait en réalité de trois jeunes soldats romains. Très judicieusement, Jean-Louis Flandrin, dès la sortie du livre, avait le premier reproché son systématisme à Philippe Ariès : « Si l'art médiéval représente l'enfant comme un homme réduit, à petite échelle, cela intéresse non pas l'existence mais la nature du sentiment de l'enfance... ». Cela signale surtout des modes de représentations qui diffèrent selon les périodes et ne s'appliquent pas seulement au premier âge de la vie. P. Ariès avait fini par reconnaître que les temps médiévaux lui échappaient pour partie.

  • 34 D. Alexandre-Bidon et M. Closson, L'Enfant à l’ombre des cathédrales, Lyon, PUL-CNRS, 1985.
  • 35 D. Spiess, Le peintre et l'enfant, Genève, 1992.
  • 36 J. David, « L’histoire des techniques et les images », Documents iconographiques et culture matéri (...)

37La reprise des recherches iconographiques sur le monde de l'enfance, en 198534, s'est effectuée à un moment où l'iconographie n'était pas encore acceptée comme une source historique à part entière et où cette discipline ne connaissait encore aucun enseignement et bien peu de publications utiles pour guider l'étudiant et le chercheur. Il n'est pas étonnant, dans ce contexte, que les informations des images n'aient guère été exploitées par les historiens ou les historiens de l'art : d'une part, certains d'entre eux, persuadés avant tout examen de l'inexistence du sentiment de l'enfance, se contentaient-ils d'écrire en des formules aussi définitives que fausses, tel D. Spiess dans Le Peintre et l'Enfant : « Pendant treize siècles, vont disparaître de l'iconographie occidentale non seulement le sourire des enfants mais les représentations des enfants eux-mêmes »35. D'autre part, les historiens ont éprouvé une méfiance instinctive pour la source iconographique. L'historien, ainsi que le fait très justement remarquer J. David, « adopte souvent [à propos des images] [...] une attitude qu'il n'a généralement pas vis-à-vis des autres sources »36. L'une de ces attitudes a longtemps consisté à rejeter les images sans examen. Parce qu'elle est critiquable, l'iconographie a donc parfois été arbitrairement rejetée. Or, toutes les sources historiques sont à soumettre à la critique sans que pour autant on en ait récusé l'utilisation.

  • 37 Ph. Bruneau, « De l'image », Ramage, 4, 1986, pp. 249-295.
  • 38 J.-M. Pesez, F. Piponnier, J. Chapelot, « Sources archéologiques et autres sources de l'histoire m (...)
  • 39 J.-M. Pesez, « Culture matérielle et archéologie médiévale », dans Mensch und Objekt im Mittelalte (...)

38Comme l'a formulé Ph. Bruneau à propos de l'archéologie, qui en a souffert en son temps, l'image est longtemps demeurée en effet « un luxe de l'œil, l'agréable mais inutile illustration d'une histoire faite sans elle »37. Il n'est pas inutile de rappeler que c'est, d'abord, dans le domaine des techniques agricoles que l'iconographie médiévale s'est imposée et a été reconnue – par des archéologues-historiens il est vrai. Déjà en 1968, J.-M. Pesez, F. Piponnier et J. Chapelot déclaraient : « C'est dire que sources archéologiques, sources écrites, et même sources iconographiques sont complémentaires et que l'historien ne peut en négliger aucune »38. Plus récemment, et plus fortement encore, J.-M. Pesez assurait, que « notre connaissance de l'outillage agricole au Moyen Âge continue de dépendre largement des études iconographiques, les seules, ou à peu près, à informer des instruments en bois ou en vannerie, les seules en tout cas à restituer les gestes [...] », les seules également à nous enseigner les « innovations les plus décisives », tel le collier d'épaules ou le palonnier39. Rien d'étonnant par conséquent à ce que ce soit dans le cadre de son équipe que les recherches sur l'iconographie de la vie quotidienne, et notamment de l'enfance, aient débuté.

39Quoi qu'il en soit, nous nous efforçons, depuis 10 ans, de donner accès à une documentation iconographique aussi étendue que possible. Sans doute ne pourrait-on plus dire honnêtement aujourd'hui, comme le faisait Philippe Ariès au vu d'un dossier qu'il ne savait pas incomplet : « L'historien qui parcourt les documents iconographiques avec le souci d'y retrouver ce frémissement de la vie qu'il éprouve lui-même dans sa propre existence, s'étonne de la rareté, au moins jusqu'au XVIe siècle, des scènes d'intérieur et de famille. Il doit les découvrir à la loupe et les interpréter à renfort d'hypothèses » (p. 459). Ce n'est plus maintenant à la loupe mais « à la louche » que de telles images sont disponibles, même s'il faut toujours le recours à la confrontation des sources, et notamment des sources écrites, pour les interpréter sans risque d'erreur. Comme toute source historique, l'iconographie en effet ne saurait être prise au pied de la lettre. L'image médiévale n'est pas une photographie. La lecture critique de l'image doit prendre en compte de nombreux critères (le genre du manuscrit, son destinataire), dont l'esthétique. Mais le recours à l'image s'avère indispensable.

40En effet, l'intérêt de l'iconographie se porte sur des domaines que les sources écrites ne permettent que peu ou mal d'exploiter. Les images sont avant tout un conservatoire idéal des objets périssables et des gestes : tout ce qui est éphémère et échappe tant à l'archéologue qu'à l'historien des textes y paraît : catalogue complet du mobilier d'enfant, jouets, alimentation, hygiène, vêtements... Mais on y voit aussi vivre les enfants plus âgés, ceux qui, âgés de sept à quatorze ans, jouent, se battent, vont à l'école et travaillent avec des artisans ou aux champs. Les activités enfantines les plus caractéristiques sont très naturellement au premier plan des préoccupations des artistes – et donc des lecteurs des images : la puériculture et les jeux. Les images reconstituent avec une grande diversité la vie intra-utérine, dans les manuscrits médicaux, et l'accouchement, dans les mêmes ouvrages, mais aussi et surtout dans les Bibles, dans les romans. La puériculture apparaît partout : dans les livres de simples médecines, dans les œuvres narratives, dans les traités médicaux. L'allaitement, la manière de vêtir les enfants, de les coucher au berceau, de les nourrir y sont quasi intégralement reconstituables. Tous les accessoires sont présents et les images, prises en séries, permettent de découvrir la typologie du berceau, l'éventail des biberons, petits pots, et cornes à boire le lait, les différents costumes « régionaux ». On découvre par l'image, et elle seule, qu'on n'habillait pas de la même façon les enfants en France ou en Italie, que le berceau médiéval berce à roulis en France, mais à tangage en Italie...

  • 40 Exposé dans notre exposition L'Enfance au Moyen Âge.
  • 41 Voir l'article de G. Ijzereef, « A medieval jaw-sledge from Dordrecht », Berichten van de ROB, t.  (...)

41Une question souvent posée à l'historien des images celle de leur certitude du réalisme du contenu des images. Quelle certitude en effet a-t-on, si les images ne sont pas des photos, de l'identité de l'icône à la réalité de la vie ? La confrontation avec les textes d'une part, l'archéologie d'autre part, permet de s'en assurer. L'expérience archéologique est à l'évidence essentielle à la reconnaissance de l'objet enfantin et à l'assurance de son utilisation. Les plus improbables des objets enfantins découverts dans l'image se retrouvent un jour ou l'autre confirmés par une découverte archéologique. Ainsi, le siège pour bébé, avec barre de sécurité pour l'empêcher de basculer en avant, dépeint sur une gravure allemande du XVIe siècle, a été découvert dans la tourbe Scandinave40. Ce spécimen date du XIIe siècle et s'avère identique à celui de l'image. C'est encore le cas exemplaire des luges pour petits enfants, façonnées dans une mâchoire de cheval aménagée d'une banquette, les incisives servant de cale-pieds. Ce type de luge, chevauchée par des enfants de trois ou quatre ans au maximum, est visible dans l'iconographie dès le XIVe siècle, en marge de livres d'heures ; on l'observe mieux encore dans les tableaux de Brueghel, notamment le « Dénombrement de Bethléem ». On aurait pu croire à une invention d'artiste si l'archéologie flamande n'en avait découvert pas moins de quatre spécimens41. En revanche, si l'objet est toujours réaliste, le risque est plus grand sur le contexte, suscité par la fiction d'une œuvre narrative ou par une volonté allégorique ou symbolique. Même les traités de médecine, nécessairement concrets, peuvent être accusés de présenter une situation idéale. Aussi la vérification du réalisme des situations par le biais de sources plus immédiates, textes judiciaires voire recueils de miracles, est indispensable.

  • 42 C. Klapisch-Zuber, La Maison et le nom, Paris, Éditions de l'École des Hautes Études en Sciences S (...)

42Cependant, si l'écrit demeure nécessaire pour interpréter les images de l'enfance, l'inverse est vrai aussi : en vérité, les deux sources sont complémentaires ; ainsi, la forme des berceaux florentins, décrits par les ricordanze, ne peut être comprise que grâce aux images florentines contemporaines des livres de raison. Avant toute étude des images d'enfance, Christiane Klapisch-Zuber, l'une des premières à s'être intéressée aussi à la vie matérielle de l'enfance médiévale, avait, dans un bel article publié en 198342, cru reconnaître dans les descriptions des berceaux florentins qu'ils étaient surmontés d'un archet de bois relevant les couvertures pour éviter que l'enfant ne s'étouffe. Or, les images démontrèrent que l'archet peut aussi être la bascule du berceau qui, en Italie et là seulement, va en effet du pied au chevet pour balancer l'enfant à tangage. C. Klapisch a pu alors distinguer, dans la seconde édition de l'article, en 1990, entre l'« archetto » ou « arcuccio », qui renvoie à l'archet, et l'« arcioni », qui signale la bascule. Il ne s'agit que d'un détail, certes, mais qui n'est pas dépourvu d'intérêt. Il permet de préciser l'étude du vocabulaire médiéval ; il renvoie en outre à une pratique originale de la puériculture, qui a même donné lieu à une (modeste) controverse chez les pédagogues du Moyen Âge : fallait-il ou non balancer les enfants de la sorte ? Enfin, l'image rouvre encore le débat : le rôle de l'archet est-il bien de protéger l'enfant de la suffocation en soulevant les couvertures ? Aucune image, à notre connaissance, ne montre un tel système. En revanche, à partir des années 1440, et pas avant, les artistes figurent des berceaux dont le chevet est surmonté d'un arceau : ce dernier sert de support à un linge qui forme une capote au-dessus de la tête du bébé : l'archet a ici pour fonction de protéger les yeux du bébé de la lumière, de la poussière, et une moustiquaire pouvait fort bien y être adjointe pour le mettre à l'abri des insectes.

43Par ailleurs, l'iconographie apporte son concours dans des domaines qui excèdent largement le simple « élevage » des enfants. Dans les livres de médecine, dans les ouvrages de morale (Valère-Maxime), dans les recueils de miracles illustrés, apparaissent également des sujets graves : l'abandon, la pauvreté et la mendicité des enfants, la maladie, les handicaps physiques, les accidents. Le travail des enfants est un des domaines essentiels que renseigne l'iconographie, à la fois plus et moins que les textes : plus, car il nous est donné à voir ce que les documents écrits appellent communément les « menues tâches », les « autres tâches », celles qui ne sont pas décrites parce que trop communes, les activités domestiques, le baby-sitting, etc. Moins, car il n'est pas possible d'obtenir des éléments quantitatifs fondés sur cette source et que, barrière incontournable, les petites filles n'apparaissent que marginalement : les artistes préfèrent, et sans doute aussi leurs commanditaires, figurer des petits garçons. Cela même, c'est indéniable, procure enfin une information importante sur l'enfance médiévale. Surtout, le corpus des images est encore largement ouvert : nombre d'informations inédites sur l'enfance ne manqueront pas d'apparaître dans les prochaines années.

  • 43 Publié chez Gallimard en 1993.

44Enfin, de vrais enfants vivent dans les images des manuscrits. Dès le XIIIe siècle, les femmes font peindre leurs enfants en tête de leurs livres d'heures. Dès le XIVe siècle, on compose des livres d'heures et de prières pour les enfants : leur portrait y est également présent. Au XVe siècle, avec l'émergence foudroyante de l'art de la gravure, l'enfant réel devient un modèle d'artiste : le Maître BxG croque sur le vif des bébés faisant la galipette, jouant avec leurs pieds, mangeant leur bouillie, prenant un bain dans un petit cuvier, avec leur ceinture de sécurité attachée à la douelle principale du baquet pour éviter le risque de noyade et leur permettre d'y rester longuement pour jouer. À l'aube du XVIe siècle enfin, un adolescent appelé à un bel avenir, Mattaeus Schwartz, fait réaliser ce qui peut être considéré comme la première autobiographie illustrée de l'histoire du livre : c'est le Livre des Costumes, étudié et magnifiquement édité par l'historien Philippe Braunstein43. Depuis sa vie utérine, dans le ventre de sa mère, jusqu'à son entrée dans le monde des adultes – et ensuite jusqu'à sa retraite – ce jeune homme se fait représenter par des artistes, soit sur le vif soit, pour sa naissance en 1497 et les premières années de sa vie, en se fondant sur les souvenirs que sa famille et sa nourrice se remémorent pour lui. Ce document unique, en prise directe avec la vie quotidienne d'un enfant historique, constitue un véritable reportage sur l'enfance de l'extrême fin du Moyen Âge, guère différente au demeurant de celle des siècles précédents, avec le berceau orné d'un signe apotropaïque, le poêlon à bouillie, l'emmaillotement, les soldats de terre ou de plomb offerts au gamin atteint de la petite vérole, la grande sœur qui l'évente pour faire tomber la fièvre, les bêtises et les jeux de la rue, l'apprentissage de l'alphabet, l'entrée à l'école et au collège, les fugues, et enfin, à l'âge de quatorze ans, la mise au travail actif sur sa demande, qui marque la fin, librement consentie, de son enfance.

45Très protégée et aimée dans les toutes premières années, très libre et en danger dans les suivantes, belle est l'enfance médiévale. L'intérêt des parents dépend de la catégorie dans les âges de la vie. Si on a surtout mis en valeur la petite enfance, la mieux aimée des parents médiévaux, et notamment des mères, pour mieux prouver la réalité du sentiment de l'enfance, il faut désormais examiner aussi les défaillances de la société médiévale en la matière. Or, ne nous leurrons pas, comme dans toute société, y compris celle de l'Occident du XXe siècle, elles existent. L'abandon est un phénomène courant. Les enfants martyrs, kidnappés, mutilés, ou esclaves sont une réalité. Une réalité statistiquement marginale, certes, mais qui doit faire partie du panorama. À étudier les enfants au travail, en apprentissage, on n'obtient plus la même image. On réalise que l'enfance n'est pas surexploitée, mais que sa force de travail est utilisée. Mais ce ne sont pas des enfants du même âge. La société médiévale paraît avoir surprotégé l'enfance du premier âge, et lâché la bride, au risque de sa vie, à l'enfant du second. Mais elles ne les a pas pour autant oubliés.

  • 44 B. Hanawalt, Growing Up in Medieval London. The Experience of Childhood in History, New York-Oxfor (...)
  • 45 Voir le remarquable ouvrage de S. Shahar, Childhood in the Middle Ages, London, New York, Routledg (...)
  • 46 G. Coulon, L’Enfant en Gaule romaine, Paris, Errance, 1994.
  • 47 D. Lett, voir ses articles et l’ouvrage à paraître avec D. Alexandre-Bidon Les enfants au Moyen Ag (...)

46Ainsi, les dix dernières années ont permis de démontrer que les sources abondaient en matière d'histoire de l'enfance, de les dépouiller et de réexaminer les conclusions d'antan. Une nouvelle génération de recherches historiques ou archéologiques, tant en France, en Angleterre44 ou en Israël45 s'intéresse désormais au sentiment de l'enfance et à l'enfant : gallo-romain46, médiéval47, bientôt moderne ?

Notes

1 D. Daeninckx, Meurtre pour mémoire, Paris, 1984, p. 16.

2 P. Riché, « Réflexions sur l'histoire de l'éducation dans le Haut Moyen Âge », Éducations médiévales. L'enfance, l'école, l’Église en Occident, éd. J. Verger, Revue d'histoire de l'éducation, no 50,1991, pp. 17 et sq.

3 Cf. P. Riché et D. Alexandre-Bidon, L'Enfance au Moyen Âge, Paris, Le Seuil et Bibliothèque nationale, 1994.

4 P. Riché, « Sources pédagogiques et traités d'éducation », Les Entrées dans la vie, Annales de l'Est, 1982, pp. 15-30.

5 R. Metz, « L'enfant dans le droit canon médiéval », L'Enfant, Recueil de la Société Jean Bodin, XXXVI, Bruxelles, 1976, p. 95.

6 Cf. les références publiées dans la bibliographie de L'Enfance au Moyen Âge, no 174-189.

7 Dictionnaire de spiritualité, article « Enfance spirituelle », t. IV, p. 707.

8 L'Enfance au Moyen Âge, op. cit., pp. 28 et sq.

9 Eadmer, Vie de saint Anselme, I, 22. Cf. l'illustration dans L'Enfance au Moyen Âge, op. cit., p. 33.

10 J. Boswell, Au bon cœur des inconnus. Les enfants abandonnés, Paris, 1993. Cf. M. de Jong, In Samuel's Image Child Oblation in the Early Medieval West, Leyde, 1996.

11 P. Riché, Écoles et enseignement dans le Haut Moyen Âge, Paris, 1989, pp. 238-242.

12 M.N. Colette, « L'organisation des maîtrises ecclésiastiques sous l'Ancien Régime », Annuaire de l’École pratique des hautes études, VIe section, 1975-1976, pp. 559 et sq.

13 « Pétition des habitants de Decize contre un maître défectueux », publiée dans Sources d’Histoire médiévale (IXe-XIVe siècles), sous la direction de G. Brunei et E. Lalou, Paris, 1992, pp. 603-604.

14 M.-T. Lorcin, « Mère nature et devoir social. La mère et l'enfant dans l'œuvre de Christine de Pisan », Revue historique, 1990, pp. 29-44.

15 Der Schutz des Kindes im Recht des frühen Mittelalters, Siegburg, 1993.

16 C.M. Rousseau, « Innocent III Defender of the Innocents and the Law. Children and Papal Policy, 1198-1216 », Archivum Historiae Pontificiae, 1994, pp. 31-42.

17 A. Fine, Parrains et marraines. La parenté spirituelle en Europe, Paris, 1994.

18 L'Enfance au Moyen Âge, op. cit., pp. 194 et sq.

19 Pour toutes les questions relatives à l'enfant et à l'Église, cf. le recueil d'articles The Church and Childhood, sous la direction de D. Wood, Studies in Church History, 31, Oxford, 1994.

20 Présentés dans l'exposition L'Enfance au Moyen Âge, Paris, Bibliothèque nationale, 1994, sous le double commissariat de D. Alexandre-Bidon et P. Riché.

21 G. Cornu et O. Kallab, « Une robe de fillette libanaise d'époque mamluke », Archéologie islamique, 1995, pp. 123-132.

22 A. Rast-Eicher, « Une fibre textile méconnue : l'ortie », L'Archéologue, 22,1996, pp. 41-42.

23 V.L. Yanine, « Méthodes modernes en archéologie » (Les fouilles de Novgorod), Diogène, 1960, pp. 95-114. Quelques-uns sont publiés dans notre livre L'Enfance au Moyen Âge.

24 Également présentés dans notre exposition L’Enfance au Moyen Âge.

25 Publié dans J.-P. Lecat, Le Siècle de la Toison d'Or, Paris, Flammarion, 1986, p. 93.

26 A. Franklin, L'Enfant. La naissance, le baptême, coll. « La vie privée autrefois », Paris, Plon, 1895.

27 « Les sages-femmes tripotaient de manière abominable dans les organes sexuels de la mère, huilaient, massaient, imposaient des cataplasmes... », p. 75.

28 Publié par Ron Barkaï aux Éditions du Cerf en 1991.

29 E. Crubézy, « Merovingian Skull Deformations in the Southwest of France », From the Baltic to the Black Sea. Studies in Medieval Archaeology, Londres, Unwin Hyman, 1992, pp. 190-208.

30 Cf. p. 152.

31 Voir sur ce point D. Alexandre-Bidon : « Ces images qui font l'histoire de l'enfance... », Revue de la Bibliothèque nationale de France, 3, automne 1994, pp. 79-80.

32 Nous soulignons. Extrait de Histoire de la famille. 2. Temps médiévaux, Paris, 1986, p. 202.

33 « Du drapeau à la cotte : vêtir l'enfant au Moyen Âge », Le vêtement. Histoire, archéologie et symbolique vestimentaire au Moyen Âge (sous la direction de M. Pastoureau), Cahiers du Léopard d'or, 1, Paris, pp. 123-168.

34 D. Alexandre-Bidon et M. Closson, L'Enfant à l’ombre des cathédrales, Lyon, PUL-CNRS, 1985.

35 D. Spiess, Le peintre et l'enfant, Genève, 1992.

36 J. David, « L’histoire des techniques et les images », Documents iconographiques et culture matérielle, sous la direction de J.-P. Sosson, Actes de la journée d'études du 19 octobre 1984, Bruxelles, 1985, pp. 9-24.

37 Ph. Bruneau, « De l'image », Ramage, 4, 1986, pp. 249-295.

38 J.-M. Pesez, F. Piponnier, J. Chapelot, « Sources archéologiques et autres sources de l'histoire médiévale : l'exemple de la céramique », Actes du 93e Congrès national des sociétés savantes, Tours, 1968, Section d'archéologie, Paris, B.N., 1970, pp. 145-159.

39 J.-M. Pesez, « Culture matérielle et archéologie médiévale », dans Mensch und Objekt im Mittelalter und in der Frühen Neuzeit, Leben, Alltag, Kultur, Internazionaler Kongress, Krems, 27-30 September 1988, Österreichischen Akademie der Wissenschaften, Wien, 1990, pp. 37-52.

40 Exposé dans notre exposition L'Enfance au Moyen Âge.

41 Voir l'article de G. Ijzereef, « A medieval jaw-sledge from Dordrecht », Berichten van de ROB, t. 24, 1974, pp. 181-184 ; cf. aussi D. Alexandre-Bidon, « Les jeux et sports d'hiver au Moyen Âge et à la Renaissance », Actes du 116e congrès des sociétés savantes, Chambéry, 1991, Hist. méd. et phil., Chambéry, pp. 142-156.

42 C. Klapisch-Zuber, La Maison et le nom, Paris, Éditions de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1990. Voir « Parents de sang, parents de lait : la mise en nourrice à Florence (1300-1530) », p. 278, article publié pour la première fois en 1983. La note 59 de l'article republié en 1990 modifie par conséquent l'interprétation première.

43 Publié chez Gallimard en 1993.

44 B. Hanawalt, Growing Up in Medieval London. The Experience of Childhood in History, New York-Oxford, Oxford University Press, 1993 ; N. Orme, « The Culture of Children in Medieval England, » Past and Present, a Journal of Historical Studies, no 148, août 1995, pp. 4888. -

45 Voir le remarquable ouvrage de S. Shahar, Childhood in the Middle Ages, London, New York, Routledge, 1990.

46 G. Coulon, L’Enfant en Gaule romaine, Paris, Errance, 1994.

47 D. Lett, voir ses articles et l’ouvrage à paraître avec D. Alexandre-Bidon Les enfants au Moyen Age, dans la collection « La vie quotidienne, » Paris, Hachette, 1997.

© Presses universitaires du Midi, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.