Version classiqueVersion mobile

Les catastrophes naturelles dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Bartolomé Bennassar

La foudre au Moyen Âge

L'apport des exempla homilétiques

Jacques Berlioz

Texte intégral

  • 1 Cette courte relation reprend en la résumant — mais avec toutefois des éléments nouveaux — les donn (...)
  • 2 Sur les sources historiques des catastrophes naturelles, nous nous permettons de renvoyer à notre a (...)

1Les exempla médiévaux croisent l'histoire des catastrophes naturelles. Mais dans quelle mesure ces récits, destinés à être insérés par les prédicateurs dans leurs sermons pour convaincre leur auditoire par une leçon salutaire, sont-ils réellement utiles pour l'approche historique de la foudre ?1. Jusqu'à présent, les exempla n'ont guère retenu l'attention des historiens, tirant surtout profit de sources telles que les chroniques2. Or, les exempla ne sont pas avares d'informations intéressantes sur les calamités. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'au Moyen Âge, l'Église considérait qu'une catastrophe « naturelle » était avant tout la punition d'une faute, individuelle ou collective. Les exempla devant contribuer à leur manière à imposer des croyances et des modèles de comportement, à lutter donc contre les péchés en proposant aux chrétiens des modèles attractifs (de vertus) ou répulsifs (de fautes sévèrement punies) ; Ton comprend que les orages dévastateurs et la foudre y apparaissent.

2Et de fait, l'intérêt documentaire des exempla, en matière d'histoire des fléaux naturels est double. L'intérêt historique des exempla se manifeste dans le témoignage qu'ils apportent sur les présupposés et les buts conscients ou inconscients de la catéchèse de cette époque : les calamités – signes divins – entrent dans une certaine économie de la persuasion. De plus, les récits exemplaires apportent des renseignements involontairement intéressants sur la culture des laïcs et sur la vie quotidienne. Quand on connaît la vulnérabilité de l'homme médiéval face à la nature, et sa lutte de tous les jours pour la domestiquer sinon la dominer, les exempla ne peuvent que fournir de précieuses informations sur la foudre et les orages, ces fléaux ordinaires, sinon quotidiens.

Les exempla, documents historiques

  • 3 Thomas de Cantimpré, Bonum universale de apibus, II, 57, 2 (éd. Douai, 1627), p. 538.
  • 4 Ibid., II, 57, 3, pp. 538-539.
  • 5 Dialogus miraculorum, 10, 27, éd. J. Strange, Bonn, 1851, 2, p. 237. Les modèles de foudroiement do (...)
  • 6 Dialogus miraculorum, 10, 28 (éd. citée, 2, p. 238).
  • 7 Dialogus miraculorum, 10, 29 (Éd. citée), 2, pp. 238-239).
  • 8 Éd. A. Lecoy de la Marche, Anecdotes historiques... d’Étienne de Bourbon, dominicain du XIIIe siècl (...)

3Les exempla sont riches quant aux effets désastreux des orages. Le dominicain Thomas de Cantimpré raconte dans Le Bien universel fondé sur la vie des abeilles, composé entre 1256 et 1263, qu'il a vu lui-même dans la région de Trêves, vers 1256, des vignes presque détruites du fait des orages, des forêts et des arbres très anciens complètement renversés, et le faîte des édifices les plus élevés effondré3. Thomas indique aussi, mais hélas sans mention de date, que près de Limoges – sa source est le prieur du couvent dominicain de cette ville – il y eut tant d'orages que dans les villes, les villages et les champs, les toits furent brisés, les vignes détruites, les moissons réduites en paille, les oiseaux et les brebis tués dans les champs4. Mais ce sont les effets de la foudre que mettent le plus volontiers en scène nos récits. Le cistercien Césaire de Heisterbach fournit plusieurs récits. Le 20 septembre, sans doute en 1219, la foudre s'abat à Cologne sur la tour de Saint-André qui est incendiée ; de plus la même nuit, l'eau gela5. Vers la même époque, un théâtre, en Saxe, est frappé par la foudre : vingt hommes, sauf un prêtre, sont tués6. En 1221, dans l'évêché de Trêves, dans un village nommé Elyzacia, un clerc voit un prêtre tué par la foudre au cours d'une tempête7. Le dominicain Etienne de Bourbon rapporte ce récit qu'il a entendu de la bouche de frère Philippe, premier prieur du couvent dominicain de Reims. Un prêtre célébrait dans une église où l'on avait dansé, quant il y eut soudain un grand bruit et la foudre tomba sur l'église ; elle brûla les ornements de l'autel et si le prêtre et l'hostie qu'il tenait à la main restèrent saufs, elle tua un grand nombre de gens dans l'église8.

  • 9 Éd J-Th. Welter « Un nouveau recueil franciscain d'exempla de la fin du XIIIe siècle », (Paris, Bib (...)
  • 10 Éd. citée, no°197, p. 617.

4Un recueil franciscain de la fin du XIIIe siècle offre un curieux témoignage de la foudre en boule, phénomène par ailleurs toujours contesté. A Saragosse, en Espagne, la foudre s'abattit un jour, alors qu'un grand nombre de personnes se trouvaient sur la place. Et toutes de voir de façon très nette (sensibiliter) la foudre brillante et brûlante faire le tour de la place, et serpenter à travers les pieds des gens qui se trouvaient là ; ne tua toutefois qu'une seule personne : un usurier, naturellement9. Enfin, un exemplum de ce même recueil évoque la chute de la foudre sur le château de Montferrant, situé près de Saint-Matthieu-de-Tréviers (Hérault)10.

5Si les exempla fournissent des renseignements factuels, précis et circonstanciés, sur les orages et la foudre, ils informent – bien que gauchis par le discours théologique et moral – sur les comportements de l'homme devant ces fléaux.

L'homme face à la foudre

  • 11 Libri VIII Miraculorum, III, 48 (éd. Aloys Meister, Die Fragmente der Libri VIII Miraculorum des Ca (...)

6Dans les Huit livres de miracles, œuvre inachevée de Césaire de Heisterbach, un récit met en scène le curé du village de Polch (dans le diocèse de Trêves) souffrant d'une crainte maladive de l'orage, mais ayant l'habitude de chanter souvent le Salve Regina. Se trouvant dans un champ alors qu'il rend visite à une recluse habitant près d'une église, un orage éclate. Apeuré, il entre dans l'église consacrée à la Vierge. Celle-ci lui dit qu'il n'a rien à craindre car il chante régulièrement le Salve Regina. C'est ainsi qu'il est débarrassé de la crainte des tempêtes11.

  • 12 Dialogus miraculorum, 10, 27 (Éd. citée, p. 237).
  • 13 Éd. citée, no°96, pp. 87-88.

7Au-delà de la perception individuelle de la calamité, les exempla peuvent rendre compte de la solidarité du groupe face à l'adversité : un grand nombre de citoyens se précipitent pour éteindre le sinistre provoqué par la foudre, à Cologne12. Les récits montrent également comment la population se protégeait contre les calamités : en Savoie, note Etienne de Bourbon, les montagnards élèvent des croix au sommet des montagnes pour éloigner les vacarmes diaboliques13. Mais ils expriment souvent, à travers le prisme de la réécriture cléricale, des croyances issues de la culture folklorique.

Le diable et les démons, facteurs de foudre

8Dans les exempla, si les raisons naturelles des catastrophes ne sont pas niées, elles le cèdent vite aux causes morales et théologiques. Et le diable et les démons sont ici les facteurs privilégiés des orages et de la foudre.

  • 14 Éd. citée, no°462, pp. 398-399. Jean des Vignes était probablement prieur de Saint-Jean des Vignes, (...)
  • 15 Bonum universale de apibus, II, 57, 2 (Éd. citée, p. 538).

9La présence de démons sur les lieux d'une catastrophe atteste dans plusieurs exempla l'intervention diabolique dans son déclenchement. Césaire de Heisterbach, à propos de la foudre tombée sur l'église du village d'Elyzacia note que le clerc témoin du drame vit des démons dans ce lieu sacré. Etienne de Bourbon rapporte, toujours à propos d'une église foudroyée (pour avoir été profanée par des danses), que l'un des survivants qui s'enfuyait vit un grand nombre de démons qui sautaient au-dessus d'un fossé et dansaient ; battu à mort par les démons, il fit le signe de la croix et les mit de justesse en fuite. L'un des démons, de rage, mordit une pierre : on voit encore la marque de ses dents. Les hommes du lieu montrèrent tout cela à l'informateur d'Etienne de Bourbon, le prieur Philippe. L'homme battu rapporta quant à lui la chose devant Jean des Vignes, l'un des plus brillants prédicateurs qui fût en France14. Dernier exemple : Thomas de Cantimpré, parlant des tempêtes qui ravagèrent la région de Trêves vers 1256, note qu'il y en eut pour dire qu'ils avaient vu des démons, comme des bêtes sauvages, arriver de tous côtés du fait des vents contraires15.

  • 16 Bonum universale de apibus, II, 57, 3 (Éd. citée, pp. 538-539). Sur le thème du dialogue des démons (...)
  • 17 J. Klapper, éd. Erzählungen des Mittelalters..., Breslau, 1914, no°114, p. 324.

10Non seulement les démons sont là, mais ils parlent. Ou plutôt ils se parlent. Thomas de Cantimpré, après avoir évoqué les dommages causés par de terrifiants orages survenus près de Limoges, en vient à exposer brièvement « comment s'est manifesté Satan ». Un gardien de vignes, devant l'imminence des tempêtes, s'était caché sous une tente dans les champs. Il entendit les voix de ceux qui criaient dans l'air : « Attention, attention ! ». Et l'autre de répondre : « Attention à quoi ? ». Le premier : « À la vigne de Pierre Richard, ne l'abîme pas ! ». La tempête calmée, seule la vigne de Pierre Richard était intacte. Pierre Richard était en effet le pire des usuriers et enclin à tout mal. Il avait donc eu, parmi les mauvais esprits qu'il fréquentait, des démons qui avaient préservé ses biens16. L'intervention diabolique se lit ici en creux : les démons protègent les biens d'un pécheur (encore un usurier). Un exemplum du XVe siècle rapporte encore un dialogue de démons. Trois compagnons cheminaient quand survint une tempête. Le premier fut bientôt foudroyé, puis le deuxième. Le troisième, terrorisé, se souvint du mot de Dieu, se signa et dit : Verbum caro factum est. Il entendit alors une voix dans l'air qui disait : « Pourquoi ne le frappes-tu pas ? ». Une autre voix lui répondit : « Je n'y arrive pas car ce survivant a dit la parole salvatrice, c'est-àdire Verbum caro factum est »17.

11Dans l'étiologie des catastrophes naturelles, les démons sont bien présents. Mais il reste que la principale cause des calamités est bien la réponse de Dieu aux péchés des hommes.

La foudre, sanction divine

12Si les péchés des hommes sont la cause première des calamités, celles-ci peuvent également en être les révélateurs et mettre par là en lumière les raisons de la colère divine. La foudre, à en croire nos récits, frappe plus spécialement quatre sortes de pécheurs : les usuriers, les danseurs, les fornicateurs et les blasphémateurs.

  • 18 Exode 15, 20-21 ; Nombres 12, 1-15.
  • 19 Éd. citée no°195, p. 170. Voir J.-Cl. Schmitt, « ″jeunes″ et danse des chevaux de bois. Le Folklore (...)
  • 20 Bonum universale de apibus, II, 57, 4 (éd. citée, pp. 539-540).

13Comme nous l'avons vu plus haut, un usurier est seul frappé par la foule, au beau milieu d'une foule, sur la place de Saragosse. Les danseurs forment aussi une cible privilégiée pour le feu du ciel. Selon Césaire de Heisterbach, qui tenait l'information d'un prêtre, un théâtre, en Saxe, fut frappé par la foudre. Ainsi furent punis ceux qui cherchaient à s'amuser. Vingt hommes furent tués, à l'exception d'un prêtre qui put fuir alors qu'il voyait les autres brûler. « Il est normal en effet, ajoute le cistercien, que le feu – car rien n'est plus léger que lui – punisse les amateurs de légèreté ». Au novice qui s'étonnait de ce que le prêtre n'avait point été puni, alors qu'il avait péché plus que les autres, le moine répondit que souvent Dieu épargnait les prêtres : ainsi Aaron fut-il épargné, mais pas sa sœur alors qu'il n'est point dit qu'il avait moins péché qu'elle18. Etienne de Bourbon montre à plusieurs reprises des danseurs abattus par la foudre. Ainsi dans le diocèse d'Elne, en Roussillon, de nombreuses personnes étaient allées à Vigiles et au pèlerinage d'un saint et avaient dansé toute la nuit à travers le cimetière au mépris de l'interdiction du curé. Comme le matin elles étaient venues dans une chapelle, à l'aurore, pour entendre la messe, quand le prêtre entonna le Gloria in excelsis, il se produisit un coup de tonnerre, et un tremblement de terre tels que le prêtre eut l'impression que, de ses genoux, il touchait le dessus de l'autel. Il crut qu'il allait perdre le sens si une colombe ne l'avait pas réconforté. La foudre, entrant dans l'église, frappa ceux qui avaient été les chefs et les capitaines de la danse ; les uns elle les tua par l'odeur, à d'autres elle rompit les bras et à d'autres les jambes et elle en blessa d'autres de diverses manières19. Thomas de Cantimpré rapporte lui aussi dans un exemplum proprement hallucinant qu'il dit tenir d'un certain maître Guillaume, prêtre d'une grande bonté et d'une excellente culture, comment un joueur de flûte dans une ville de Flandre entraîna des jeunes gens à entonner des chants obscènes. L'orage approcha, chacun rentra chez soi, à l'exception du joueur de flûte qui continua de chanter et de sauter ; la foudre tomba et, sous les yeux de deux jeunes bergers qui s'étaient réfugiés sous des arbustes, arracha au joueur de flûte un bras dont s'emparèrent aussitôt deux chiens noirs. Le cadavre du pécheur fut enterré. Mais le lendemain, il avait disparu, sans doute emporté par les démons. « Note bien, lecteur, conclut Thomas, que de tels faits sont dignes de vengeance, même si, par la miséricorde de Dieu, un tel sort ne punit pas toujours ceux qui souillent les autels et les églises par des chants ou des jeux honteux »20.

  • 21 Une fois l'objet frappé, le courant électrique de la foudre cherche toujours le chemin de moindre r (...)
  • 22 Éd. citée, no°320, pp. 269-270.

14La foudre n'épargne pas les fornicateurs. Ainsi Etienne de Bourbon, arrivé dans son recueil à ceux qui profanent les lieux saints, propose deux récits se déroulant respectivement au Puy-en-Velay (Haute-Loire) et dans une abbaye qu'il se refuse, par discrétion, à nommer. Dans le premier récit, que nous résumons ici, Etienne rapporte que l'archevêque Renaud de Forez (1193-1226) avait récemment visité l'église Notre-Dame du Puy ; la foudre était tombée sur cette église, avait brûlé les pierres du pavement, à la stupeur générale21. Il s'en revenait et se dirigeait avec l'évêque du Puy vers Seauve-Bénite, pour visiter une moniale, ravagée par la goutte et une fistule, que la Vierge avait guérie et qui tous les samedis était ravie en extase et recevait ainsi beaucoup de révélations. Les prélats lui demandèrent la cause du foudroiement. Elle dit que deux personnes, un adultère et une adultère, qui n'avaient d'autre lieu pour se voir sans éveiller les soupçons, avaient contaminé le lieu de leur péché. Ainsi le Seigneur avait-il voulu purger ce lieu par ce feu. L'évêque du Puy lui confirma plus tard, par la confession des deux pécheurs, la véracité des dires de la moniale22.

  • 23 Voir J. Berlioz, Saints et damnés. La Bourgogne du Moyen Âge dans les récits d'Étienne de Bourbon, (...)
  • 24 Voir J.A. Herbert, Catalogue of romances in the department of manuscripts, 3, Londres, 1910 (réimpr (...)
  • 25 Voir J.A. Herbert, op. cit., p. 132 (Londres, British Library, Royal 7CI, no°114).

15Dans le second exemplum, Etienne de Bourbon raconte qu'il a entendu dire de la bouche de l'abbé Jean de Belleville que dans une abbaye, qu'il lui avait citée, les moines étaient réunis dans le chœur, quand un vacarme énorme se fit entendre. La foudre tomba dans l'église, brûlant le plancher et d'autres endroits. Elle blessa grièvement quelques moines parmi les plus âgés, épargnant les jeunes, qui étaient innocents. Elle pénétra les premiers tout en finesse par le nez, rasa et brûla les poils du bas de leur corps ainsi que leurs parties inférieures, leur infligeant de graves blessures. Etienne de Bourbon ne se souvient pas si quelques uns en moururent23. Dans un monastère en Pologne, rapporte un recueil du XIVe siècle, un scribe voulut séduire une nonne. Quand il entreprit d'avoir des rapports avec elle, l'arbre sous lequel ils étaient assis fut frappé par la foudre. La moniale vola de terreur jusqu'à son couvent24. De même, un homme forniqua le jour de Pâques et, le jour suivant, communia sans se confesser. Trois jours plus tard la foudre l'abattit25.

  • 26 Sur le foudroiement du bétail dans les champs, voir Cl. Gary, op. cit., pp. 150-151.
  • 27 Dialogus miraculorum, 4, 21 (Éd. citée, 1, p. 192).
  • 28 En latin classique, fulgur signifie tant l'éclair que la foudre. Le Moyen Âge reprend ce double sen (...)
  • 29 Éd. citée, no°138, pp. 598-599.
  • 30 Éd. citée, no°389, pp. 342-343.

16Pour finir, la foudre vise les blasphémateurs. Et sont tout d'abord punis ceux qui blasphèment autour de la cause même des orages, ce qui n'est pas sans nous informer sur les dictons ou expressions tournant autour de l'orage. « Il y a cinq ans de cela, rapporte Césaire de Heisterbach, éclatèrent des orages très forts qui empêchèrent toute moisson. Un chevalier de notre province, homme libre, d'une ville assez proche, voyant le ciel s'obscurcir vers l'Ouest et des nuages porteurs de pluie se rassembler, dit : ʺVoici où le diable monte de nouveauʺ. À peine avait-il dit ces mots que les coups de tonnerre survinrent et frappèrent son fils dans les bras de sa nourrice, laissant cette dernière indemne. Mais en d'autres choses, dans ses édifices et son troupeau, ce blasphémateur fut bien puni, pour apprendre à ne plus blasphémer de nouveau26. Cela se passa à la même époque où notre ferme dans le village de Casselle fut foudroyée. Et il est bien sot, en tant qu'homme mortel, cendre et vers, celui qui pose sa bouche sur le ciel »27. Il faut sans doute comprendre le blasphème du chevalier en référence aux paroles du Christ adressées à ses disciples : « Je voyais Satan tomber du ciel comme la foudre » (Videbam Satanam sicut fulgur de caelo cadentem, Luc 10,18)28. Le pécheur, détournant ces mots pour faire remonter le diable au ciel, se voit donc attirer la colère divine. Le recueil franciscain de la fin du XIIIe siècle rapporte un fait comparable. Dans le diocèse de Nîmes, deux chrétiens et un sarrasin coupaient du bois quand il se mit à tonner. « Tiens, dirent les chrétiens comme pour plaisanter, Dieu secoue sa carafe ». La foudre tomba sur le chêne sous lequel ils avaient trouvé refuge, tua les deux chrétiens et épargna le sarrasin. Ce même recueil propose un autre récit sur le même thème, sous la rubrique concernant les avocats. Un avocat ou un juge des environs de Limoges allait plaider dans un procès engagé contre un noble avec une autre personne. Alors qu'ils se trouvaient dans un bois, le tonnerre gronda et la foudre s'abattit plusieurs fois. Ils se réfugièrent alors dans un arbre creux, leurs montures restant à l'extérieur. La foudre tomba parmi eux et ne blessa personne. L'avocat dit en langue vulgaire : « Peccatz ses Dieux » (« Dieu s'est trompé »), alors que les autres remerciaient Dieu, lui rendaient grâces et reprochaient à l'avocat ses paroles sacrilèges. Mais tous reprirent la route. Ils arrivèrent au village qui était leur destination, et alors qu'une foule s'était rassemblée devant la porte principale, voici qu'un nuage apparut au-dessus d'eux ; la foudre en surgit et abattit l'avocat, le brûlant. L'écuyer du noble dit : « Mado Dieus non se pequet » (« Là, Dieu ne s'est pas trompé »)29. Etienne de Bourbon, sous l'intitulé « Parfois les blasphémateurs sont foudroyés », cite l'exemple suivant, qu'il dit avoir entendu de plusieurs personnes. Un cocher conduisait un grand nombre de personnes de Paris à Saint-Denis, quand un incident se produisit en route. Il blasphéma honteusement. La foudre tomba du ciel subitement et le tua en le perforant, laissant indemnes chevaux et passagers30.

17Si la foudre est l'instrument du châtiment divin – on trouve par ailleurs dans les récits hagiographiques repris comme exempla de nombreuses allusions à des bourreaux victimes du feu du ciel – il peut arriver de la voir exprimer symboliquement la grâce divine. C'est le cas dans le recueil des Gesta Romanorum (XIVe siècle) : « Sénèque rapporte que dans les corps empoisonnés, du fait du poison et d'une trop grand froideur, aucun vers ne peut naître. Mais si ces corps sont frappés par la foudre, peu de temps après ils produisent des vers ». Et l'auteur de proposer l'allégorie suivante, quelque peu laborieuse : « Chers frères, dans les corps empoisonnés je comprends l'homme empoisonné par le péché mortel ; à cause de la froideur, il ne peut produire le vers du péché ; ainsi Dieu les frappe de la foudre, et répand sa grâce sur lui ; si le pécheur l'accepte, il peut être converti rapidement. C'est donc une sage décision que de se tourner par la contrition vers le Christ, pour acquérir la vie éternelle, etc. ». L'ambivalence symbolique de la foudre – elle semble ici un feu purificateur et créateur, et non plus destructeur – s'affirme bien ici. Il resterait naturellement à explorer les textes de façon plus systématique pour mieux déterminer la place de la foudre dans le système symbolique médiéval.

Se protéger de la foudre

  • 31 Prov. no°72, traduction M. Dumontier, dans Revue du Moyen Âge lutin, 9, 1953, p. 122.

18Se protéger de la foudre consiste d'abord à éviter de se placer dans des endroits à risque. Au milieu du XIIe siècle, le cistercien Galand de Reigny ne l'ignore pas et fournit des observations précises. Dans son Petit livre de proverbes – un recueil de sentences allégorisées, proches des exempla – il écrit en effet : « Quand le tonnerre et l'éclair menacent, n'escalade ni mont, ni tour, mais reste le plus bas possible, car la foudre tombe plus souvent sur les hauts lieux que dans les bas fonds ». Et il poursuit : « Le tonnerre et l'éclair jaillis des hauteurs du ciel avec une lueur et un fracas terrifiants représentent le jour du jugement. Notre meilleure sauvegarde contre le menace du jugement dernier sera la pratique personnelle, aussi poussée que possible, de l'humilité, car la foudre s'abat plus souvent sur les sommets ; autrement dit, la colère de Dieu châtie plus lourdement les orgueilleux »31.

  • 32 Éd. citée, no°197, p. 617.

19Les saints et surtout la Vierge sont les plus sûrs alliés des hommes. Nous avons déjà évoqué le cas de ce prêtre souffrant d'une crainte maladive de l'orage et qu'avait guéri la Vierge. Un exemplum du recueil franciscain de la fin du XIIIe siècle raconte comment un culte régulier rendu à Marie peut être utile pour se préserver de la foudre. Dans le château de Montferrant, dans le diocèse de Maguelonne, un châtelain qui craignait la foudre qui tombait très souvent tenait une lampe en l'église de la Vierge en l'honneur de la mère de Dieu. Tant qu'il l'entretint, la foudre ne tomba pas sur le château. Le châtelain qui lui succéda négligea de l'entretenir. La foudre tomba et tua un mulet. Quant à lui et ses proches, ils furent abattus au point que quasiment personne n'en réchappa. Le châtelain entretint ensuite la lampe et la foudre ne tomba plus32.

  • 33 Première analyse dans Cl. Gary, op. cit., pp. 3-17 ; sur la foudre dans les croyances populaires, v (...)
  • 34 Cette idée est développée dans notre article « Calamités », dans J. Le Goff et J.-Cl. Schmitt, Dict (...)

20Dans l'étude de la foudre et de ses effets, les exempla médiévaux forment une source non négligeable. Mais ces documents devront se fondre parmi d'autres – textes hagiographiques, prières, images encyclopédie, etc. – pour dresser l'histoire de l'attitude de l'homme devant la foudre et ses effets33. D'ores et déjà Ton perçoit à travers ces récits que l'image de populations médiévales soumises aux caprices de la nature, impuissantes et passives, est à battre en brêche34. Une certaine prévention, Galand de Reigny en est témoin, une solidarité villageoise bien réelle, voilà autant de facteurs qui prouvent que la résistance aux fléaux naturels fut plus forte qu'on ne le croit généralement.

Notes

1 Cette courte relation reprend en la résumant — mais avec toutefois des éléments nouveaux — les données principales intéressant la foudre contenues dans notre intervention : « Les récits exemplaires, sources imprévues de l'histoire des catastrophes naturelles au Moyen Âge », dans Histoire des catastrophes naturelles. Paysages. Environnement, Rencontres de Toulouse, 15 juin 1991, dans Sources. Travaux historiques, no°33,1993, pp. 7-24.

2 Sur les sources historiques des catastrophes naturelles, nous nous permettons de renvoyer à notre article : « Histoire des catastrophes au service de la prévention », dans Aménagement et nature, no°90, été 1988, pp. 7-9.

3 Thomas de Cantimpré, Bonum universale de apibus, II, 57, 2 (éd. Douai, 1627), p. 538.

4 Ibid., II, 57, 3, pp. 538-539.

5 Dialogus miraculorum, 10, 27, éd. J. Strange, Bonn, 1851, 2, p. 237. Les modèles de foudroiement dont on dispose aujourd'hui montrent clairement que la fréquence du foudroiement augmente avec la hauteur de la proéminence et aussi avec son « élongation ». Voir Cl. Gary, La foudre. Des mythologies antiques à la recherche moderne, Paris, 1994, pp. 61-72.

6 Dialogus miraculorum, 10, 28 (éd. citée, 2, p. 238).

7 Dialogus miraculorum, 10, 29 (Éd. citée), 2, pp. 238-239).

8 Éd. A. Lecoy de la Marche, Anecdotes historiques... d’Étienne de Bourbon, dominicain du XIIIe siècle, Paris, 1877, no°462, pp. 398-399.

9 Éd J-Th. Welter « Un nouveau recueil franciscain d'exempla de la fin du XIIIe siècle », (Paris, Bibliothèque nationale, lat. 3555), dans Études franciscaines, 42, 1930 no°111, p. 471. Sur l'énigme de la foudre en boule, voir Claude Gary, op. cit., pp. 81-89 et « La foudre », dans La Recherche, no°211, juin 1989, pp. 724-733.

10 Éd. citée, no°197, p. 617.

11 Libri VIII Miraculorum, III, 48 (éd. Aloys Meister, Die Fragmente der Libri VIII Miraculorum des Caesarius von Heisterbach, Rome, 1901, p. 175). Le troisième livre auquel appartient cet exemplum n'a sans doute pas été rédigé par Césaire de Heisterbach.

12 Dialogus miraculorum, 10, 27 (Éd. citée, p. 237).

13 Éd. citée, no°96, pp. 87-88.

14 Éd. citée, no°462, pp. 398-399. Jean des Vignes était probablement prieur de Saint-Jean des Vignes, à Soissons, vers 1220.

15 Bonum universale de apibus, II, 57, 2 (Éd. citée, p. 538).

16 Bonum universale de apibus, II, 57, 3 (Éd. citée, pp. 538-539). Sur le thème du dialogue des démons, voir Ch. Abry, J. Berlioz et A. Joisten, « Le dialogue des esprits maléfiques dans la montagne » (Savoie, Dauphiné et Valais romand), dans Le Monde alpin et rhodanien, 1988,1-2, pp. 61-86.

17 J. Klapper, éd. Erzählungen des Mittelalters..., Breslau, 1914, no°114, p. 324.

18 Exode 15, 20-21 ; Nombres 12, 1-15.

19 Éd. citée no°195, p. 170. Voir J.-Cl. Schmitt, « ″jeunes″ et danse des chevaux de bois. Le Folklore méridional dans la littérature des ″exempla″ (XIIIe-XIVe siècles »), dans Cahiers de Fanjeaux, 11, 1976, pp. 127-158.

20 Bonum universale de apibus, II, 57, 4 (éd. citée, pp. 539-540).

21 Une fois l'objet frappé, le courant électrique de la foudre cherche toujours le chemin de moindre résistance : il passe par les interstices entre les pierres, volatilisant l'humidité contenue dans les fissures. Une évaporation produit ensuite une surpression considérable, qui éjecte les pierres et les projette quelquefois à plusieurs dizaines, voire une centaine de mètres du point d'impact. En revanche, quand le sol est très résistant (rocher, pavement devant une église), les courants de foudre peuvent s'écouler en surface, sous forme d'étincelles s'étirant sur des dizaines de mètres de longueur. On appelle cela le « cheminement superficiel » (voir Cl. Gary, op. cit., pp. 142-144).

22 Éd. citée, no°320, pp. 269-270.

23 Voir J. Berlioz, Saints et damnés. La Bourgogne du Moyen Âge dans les récits d'Étienne de Bourbon, inquisiteur (1190-1261), Dijon, 1989, p. 23. Lorsqu'une personne se trouve sous un arbre, ou adossée à un mur ou une colonne d'une église par exemple, son corps constitue un chemin de moindre résistance, et le courant « saute » vers le corps, par l'intermédiaire d'une étincelle ou d'un arc, puis s'écoule par le corps. Le courant électrique ne traverse pas nécessairement l'intérieur du corps, il peut s'écouler par sa surface, provoquant brûlures superficielles, brûlures du système pileux, désintégration des vêtements (voir Cl. Gary, op. cit., pp. 156-161).

24 Voir J.A. Herbert, Catalogue of romances in the department of manuscripts, 3, Londres, 1910 (réimpr. Bath, 1962), p. 592 (Londres, British Library, Add., 15 833, no°107).

25 Voir J.A. Herbert, op. cit., p. 132 (Londres, British Library, Royal 7CI, no°114).

26 Sur le foudroiement du bétail dans les champs, voir Cl. Gary, op. cit., pp. 150-151.

27 Dialogus miraculorum, 4, 21 (Éd. citée, 1, p. 192).

28 En latin classique, fulgur signifie tant l'éclair que la foudre. Le Moyen Âge reprend ce double sens, assignant clairement à fulgur le sens de foudre (Isidore de Séville, Étymologies, 13, 9, 1-2). Sur la conception de la foudre au XIIIe siècle, voir Vincent de Beauvais, Speculum naturale, IV, 59-72, éd. Douai, 1624, col. 268-276.

29 Éd. citée, no°138, pp. 598-599.

30 Éd. citée, no°389, pp. 342-343.

31 Prov. no°72, traduction M. Dumontier, dans Revue du Moyen Âge lutin, 9, 1953, p. 122.

32 Éd. citée, no°197, p. 617.

33 Première analyse dans Cl. Gary, op. cit., pp. 3-17 ; sur la foudre dans les croyances populaires, voir cette bonne mise au point : R.W. Brednich, « Blitz », dans Enzyklopädie des Märchens, II/1-2, 1979, col. 476-479.

34 Cette idée est développée dans notre article « Calamités », dans J. Le Goff et J.-Cl. Schmitt, Dictionnaire raisonné du Moyen Âge, Paris, sous presse.

© Presses universitaires du Midi, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search