Version classiqueVersion mobile

Foires et marchés

 | 
Christian Desplat

Foires et marchés fréquentés par les emboucheurs bas-normands (1750-1850)

Bernard Garnier

Texte intégral

  • 1 Encore que le Pays d’Auge au début du XIXe siècle présente 2/3 de surfaces en herbe « naturelle » (...)
  • 2 Il n’est pas rare de trouver des exploitations dont l’embouche des bœufs procure plus de 95 % du r (...)

1Un type d’activité très particulier : l’embouche des bovins adultes, une spécialisation poussée à l’extrême, moins au niveau régional1 qu’au niveau de l’exploitation paysanne2, un niveau d’activité impressionnant pour l’époque – la Basse-Normandie expédie vers Paris plus de 60 000 bœufs gras au début du XIXe siècle-, une agriculture régionale utilisant plus le cheval que le bœuf comme animal de trait, donc un fort déficit d’élèves, bref, les herbagers normands doivent parcourir les foires et les marchés pour s’approvisionner en animaux maigres. En suivant quelques exploitants à la trace, je me propose, très succinctement :

  • de présenter une géographie des foires et marchés que ces emboucheurs fréquentent ;
  • de rappeler quelques-unes des modalités pour « aller et commercer en foires » ;
  • enfin de décrire les zones de rayonnement des dites foires.

Foires et marchés pour les animaux maigres

2En simplifiant à l’extrême, on oppose le marché qui se tient une ou plusieurs fois par semaine et la foire ayant une périodicité moins rapprochée, cette dernière ayant un impact géographique et commercial nettement plus important que le marché.

  • 3 Annuaire du département de la Manche, St-Lô, 1833, p. 121.
  • 4 J.R. Pesche, Dictionnaire historique et statistique de la Sarthe, 6 volumes, t. 3, 1831.

3Pour ce qui concerne les animaux maigres, les choses sont moins nettes. Deux exemples : l’annuaire du département de la Manche détaille les foires de Gavray et précise que celles qui se tiennent le 1er samedi de chaque mois « ne sont que de forts marchés », par opposition aux autres foires qui sont beaucoup plus considérables3 ; dans le dictionnaire de la Sarthe, J.R. Pesche, en 1831, décrit le marché du vendredi au Mans et particulièrement ceux des vendredis blancs, c’est-à-dire les marchés qui se tiennent de quinze jours en quinze jours de la Mi-Carême à la Pentecôte, comme des marchés qui sont de « petites foires pour ces sortes de marchandises ». Comme si cela n’était pas suffisamment clair, lorsqu’il décrit les foires mancelles Pesche précise à nouveau que la foire de la Mi-Carême, remarquable par le grand nombre de bœufs maigres vendus, est suivie par de forts marchés équivalents à des foires4. Je pourrais multiplier les exemples, bref, sauf nécessité, je ne distinguerai pas ici les foires des marchés, d’autant que mes sources ne l’autorisent pas toujours et, qu’en définitive, les herbagers déclarent fréquenter d’abord et avant tout des foires.

4Foires et marchés dans les campagnes… La distinction avec l’urbain est là aussi sujette à interprétation. Par exemple, l’antique Guibray se tient dans une communauté incontestablement rurale, mais cette dernière est contiguë de l’urbaine Falaise. En clair, j’ai préféré analyser toute l’activité des emboucheurs, quitte à ventiler ensuite villes et campagnes, s’il y a matière à opposition.

  • 5 Archives privées de M. Michel Cottin provenant du fonds Laniel.
  • 6 Archives privées de M. le comte de Monts de bavasse, AU du calvados, 1 Mi 243, Registre des recett (...)
  • 7 Archives privées, Un contrat moral nous ne avec les propriétaires de ce fonds et nous ne révéleron (...)

5Les sources sont constituées par trois livres de comptes d’herbagers bas-normands : un bessin et deux augerons. Savoir les achats de Gabriel Simon de 1746 à 1748 dirigeant une ferme à St-Germain-du-Pert pour le compte de la famille de Vassy5, ceux de Pierre Prout, facteur (intendant) du comte Dubois de 1816 à 1829 pour le manoir du Bais situé à Cambremer6, enfin ceux de Désiré et de son fils Ferdinand, herbagers de la Viette dont les transactions couvrent la période 1844-1885, mais nous n’exploiterons ici que la décennie qui encadre le milieu du siècle7.

6La base statistique est fiable en raison de l’importance des transactions – 342 achats au milieu du XVIIIe, 574 pour la décennie retenue pendant la Restauration, près de 3 000 bœufs négociés au milieu du XIXe siècle –, plus encore du fait de l’homogénéité des résultats qui pallie la relative étroitesse de l’échantillon : trois registres. En effet, les foires fréquentées et les périodes d’approvisionnement, tout en tenant compte des spécificités de chaque entreprise, se recoupent nettement, elles sont parties intégrantes d’un système d’élevage original.

7Les foires de sept régions, définies arbitrairement, régions de taille et de force variables contribuent à l’approvisionnement : le Pays d’Auge, le Bessin-Cotentin, le Bocage du centre et du sud Manche et son cousin virais, la Bretagne – plus précisément l’Ille-et-Vilaine –, le Maine (Sarthe et Mayenne), l’Anjou et le Poitou.

  • 8 J.-M. Valiez, « Le commerce des bestiaux en Normandie : l’activité de la famille Mollet (1680-1730 (...)

8Au milieu du XVIIIe siècle, les foires bretonnes fournissent près de 60 % des bœufs, le nord et le centre de la Manche respectivement 10 et 30 %. Cette situation est ancienne. La famille Mollet, qui de 1680 à 1730 engraisse des bœufs dans le Pays d’Auge, s’approvisionne très largement en Bretagne, Rennes d’abord, mais aussi Fougères, Pontivy, Vannes, Nantes, Fibré…8. On remarque surtout la différence avec les vaches, moins de 20 % venant de Bretagne. L’élevage local est suffisamment puissant pour fournir nombre d’animaux de réforme. La ferme de St-Germain-du-Pert produisant aussi du beurre, il n’est pas impossible que les bretonnes viennent reconstituer le cheptel des laitières.

  • 9 Il est vrai que nous ne connaissons pas l’origine exacte de 30 bœufs d’hiver. F. Rault, « Les Roge (...)

9Trois quarts de siècle plus tard, Pierre Prout est amené à entreprendre de longs périples, les foires et marchés augerons fournissant à peine plus de 5 % et ceux du bocage profond 9 à 10 % des bœufs maigres nécessaires. Les foires de la Manche dépassent les 20 % (18 pour le nord, 5 pour le centre), mais la Bretagne a été ici remplacée par le Maine qui fournit 61 % des bœufs maigres achetés. Signalons les quelques animaux provenant du Poitou. Les pourcentages d’achats ne sont pas totalement représentatifs du rapport de force entre les foires, chaque éleveur ayant ses habitudes. Le Poitou, par exemple, semble ici sous-représenté. Dès le XVIIIe siècle, les subdélégués insistent sur la place de cette région. Pendant la Révolution, avec une sécurité parfois incertaine, les Roger, en 1793, se rendent en Poitou pendant la « Petite Semaine » (avant les Rameaux) et pendant la semaine sainte (dite « Grande Semaine »), raflant 54 bêtes, soit 29,5 % des 183 bêtes achetées cette année-là9. Si les achats ne reflètent pas exactement la force des foires, l’évolution pourrait bien être significative. Ainsi, la ventilation des achats par période quinquennale met en évidence l’effondrement des foires et marchés du Pays d’Auge, de 10 à moins de 1 %, la perte d’influence des foires manchotes et l’essor remarquable du Maine, de 47 à 73 %. Ce qui confirme tous les indices indirects que nous avons rassemblés par ailleurs, précisons bien qu’il s’agit de relatif et non de stock.

10En effet, si les foires du Pays d’Auge ne fournissent plus de bœufs maigres, Désiré et Ferdinand fréquentent assidûment les foires de la Manche, ils y acquièrent plus de 40 % de leurs approvisionnements alors que le Maine plafonne à 20 %. La Bretagne, du nord et du sud, réapparaît, l’Anjou surgit (16 %), le Poitou est plus difficile à cerner. Là encore, une ventilation quinquennale ferait apparaître une perte relative d’influence de la Manche au profit des régions plus au sud. En fait, le milieu du XIXe siècle enregistre les premières modifications du système d’élevage. Ce n’est pas notre objet ici.

11Au total, les foires et marchés fréquentés par les Augerons couvrent huit départements. Du Pays d’Auge aux foires de la Manche, il faut parcourir au moins 100 km et bien souvent 150. Le Mans n’est pas plus loin, mais le sud de la Mayenne, l’Anjou, et plus encore le Poitou peuvent entraîner le franchissement de distances considérables pouvant dépasser les 500 km aller-retour. Nous reviendrons sur les conditions matérielles pour aller en foire, mais examinons dès maintenant une chronologie très succincte des dites foires.

12Les premières ventes d’animaux gras sont souvent les plus rémunératrices d’où l’intérêt d’acheter des trembleurs, c’est-à-dire des animaux qui vont rester dans les herbages tout l’hiver, s’habituer à la haute qualité de l’herbe normande, mieux prendre la graisse au printemps donc être vendus précocement. Les choses sérieuses démarrent avec la Saint-Mathieu le 21 septembre à Avranches (ou le 20 si le 21 est un dimanche), continuent avec la Saint-Côme (du-Mont) le 27, se poursuivent le 1er octobre à La Haye-Pesnel (Saint-Rémy) et se terminent le 18 octobre à la Saint-Luc de Gavray. En vérité, en fonction de la charge des herbages, et de la pousse de l’herbe, les premiers achats peuvent commencer à la foire de Saint-Lô le 1er jeudi de septembre, se poursuivre le 5 novembre à Rauville-la-Place et le 7 à Carentan, sans oublier la foire intermédiaire de Coutances (30 septembre). Bref, avant l’hiver, les foires de la Manche seules procurent des bœufs maigres.

  • 10 C’est-à-dire la semaine des Rameaux.

13En plein hiver, mais dans nos régions celui-ci est rarement très rigoureux, l’herbager enfourche sa monture et repart dans la Manche chercher des cotentins. Dès le 3 février, il est à la Chandeleur à Montebourg. S’il est nécessaire, l’emboucheur complétera ses achats aux foires mobiles d’Avranches (2e mardi de février, mardi qui suit la mi-carême…), il pourra même revenir à Montebourg, Avranches, Coutances, Périers… en mars et avril mais c’est devenu très accessoire. Dorénavant, il se dirige vers le Maine, l’Anjou et la Bretagne. Son calendrier reste parfaitement clair mais il devient plus difficile à suivre car les foires sont souvent basées sur l’année pascale. Pour une foire rennaise le 1er mars (mais aussi le 1er avril), une autre à Combrée le 20 avril, deux autres à Belligné le 22 mai et Saint-Mars-la-Jaille au même moment…, combien de premier lundi de carême (Montsûrs), de mi-carême (Le Mans), de Passion (Mayenne, vendredi avant), de Rameaux ou de Pâques fleuries (Le Mans)10, sans oublier Quasimodo (Montsûrs), voire la Pentecôte (le surlendemain au Mans) et la Trinité (Mayenne, lundi après). Bref, en mars-avril, les foires du Maine sont prédominantes. En mai et juin, l’éleveur peut compléter ses approvisionnements en retrouvant le chemin de la Manche (La Haye-Pesnel le 2 mai, Lithaire le 7, Bricquebec le 9, Folligny le 12 juin…) et en s’adressant au marché local, par exemple la Saint-Ursin à Lisieux le 11 juin.

14Au total, si on compare les foires effectivement fréquentées avec les foires recensées dans diverses sources (almanachs, Bottin…), on s’aperçoit : que les herbagers utilisent quasiment toutes les possibilités offertes par le réseau des foires établies de « temps immémorial » selon la formule consacrée ; que ces foires semblent avoir été fréquentées d’abord par les « maquignons » (marchands de chevaux) mais l’importance du commerce des herbagers a fortifié, ou revivifié, puis spécialisé nombre des dites foires ; enfin, il y a même eu création de foires destinées au commerce des maigrages (cf. décret de 1806), ces créations, autant politiques qu’économiques ne réussirent qu’à la condition de s’inscrire dans le « planning » des herbagers décrit précédemment.

Aller et commercer en foires

15De 100 à 250 km constituent le lot des emboucheurs pour aller puis revenir de la foire. L’herbager voyage à cheval, longtemps il fut dit qu’il utilisait un animal allant l’amble, c’est-à-dire avançant en même temps l’antérieur et le postérieur droits puis les deux membres gauches. Rien n’est démontré. Les foires sont parfois proches dans le temps mais pas dans l’espace, quels sont les temps de parcours ? Au milieu du XVIIIe siècle, le livre de comptes de Gabriel Simon permet de retracer au jour le jour les voyages du régisseur. Nous avons distingué les jours entiers, les jours pouvant être entiers, en général le premier et le dernier jour du voyage, enfin les portions de journées, ces dernières n’ont pas été prises en compte. Les distances ont été relevées sur les cartes touristiques au 1/100000e et au 1/250000e de l’IGN. L’incertitude n’est pas négligeable, le réseau routier ayant changé mais d’un autre côté je ne connaissais que les lieux d’arrêt de fin de journée et pas l’itinéraire exact. Bref, il s’agit de distances minimales.

  • 11 Le trotte-menu des moutons est autrement plus efficace que la pesante démarche des bœufs car ils f (...)

16Lorsque Gabriel Simon voyage seul, il parcourt environ 70 km par jour avec des pointes à 85 voire 88 km. Ces résultats résolvent l’impression d’ubiquité résultant d’une lecture cursive du registre avec un emboucheur virevoltant dans le Maine. Les bœufs maigres, convoyés par ceux que nous appelons des « cacheux d’bœufs » ou des « piqueux » vont d’un pas beaucoup plus pesant, ils n’en font pas moins une moyenne qui approche les 30 km par jour, avec des pointes à 35. J’ai également calculé, bien qu’il ne s’agisse plus de la foire, la vitesse des bœufs gras vers Le Neufbourg et Paris. Ces derniers semblent aller moins vite, autour de 27 km. On remarque sutout que la moyenne journalière pour aller au Neufbourg est de 28,5 km contre 25 pour aller à Poissy. La loi qui veut que les temps de parcours augmentent proportionnellement plus vite que la distance semble se vérifier pour les animaux, mais de façon peu sensible, 10-15 %. Surtout, il faut alors comparer les temps de parcours des gras et des maigres sur des distances équivalentes, le Neufbourg d’un côté, Rennes-Fougères de l’autre, 28,5 et 29 km. Gras ou maigre, le bœuf abat ses 30 km par jour11. En vérité, la foire, c’est aussi un réseau d’auberges pour trouver le vivre et le coucher des hommes et surtout des animaux, ce qui influe sur les distances parcourues. Plus encore, la présence d’animaux folâtres, qu’il ne suffit pas d’encorder mais qui doivent être « brêlés » (attacher une patte avant et la tête ou une patte avant et une patte arrière), retarde la marche, sans parler des bêtes malades. Il est surtout intéressant de constater que les voyages vers les marchés de gras, pour lesquels le jour et même l’heure d’arrivée sont impératifs n’ont jamais connu de retard, c’est dire qu’il était alors plus facile d’assurer l’approvisionnement en viande que celui des grains. Rejoindre les herbages augerons peut donc prendre de quatre à dix jours. Les frais risquent d’être importants et ils le sont mais les herbagers peuvent fréquenter des foires très éloignées car ces dépenses de voyage sont proportionnellement limitées, moins de 3 % du prix d’achat.

  • 12 Cf. B. Garnier, Annales ESC, op. cit., p. 337.
  • 13 Ces pourcentages sont rapportes au nombre total de transactions, sans faire entrer en jeu le nombr (...)

17À la foire, les transactions ont lieu au comptant, l’herbager transporte dans ses fontes, de la monnaie sonnante et trébuchante. Dans les années 1820, les pistoles sont d’ailleurs toujours utilisées. Notre herbager voyage donc armé, avec un voire deux pistolets. Les transactions sur les animaux maigres se font majoritairement par couple12. Les achats portant sur des animaux seuls sont de 11 % au milieu du XVIIIe siècle, 21 % vers 1820 et 44 % au milieu du XIXe siècle pour l’ensemble des trois échantillons13. La Bretagne avait moins de 5 % de ventes individuelles, trois quarts de siècle plus tard, il y en a 6 % en Maine et Poitou, enfin vers 1850 ces achats sont inférieurs à 3 %, belle stabilité séculaire. En clair, il s’agit d’achats d’animaux âgés, de paires de bœufs d’attelage mis à la réforme. À l’inverse, le Bessin-Cotentin recensait déjà 20 % d’animaux seuls vers 1750, puis 44 % pour le Bais, enfin plus de 77 % avec les entrepreneurs de la Viette. S’il n’était pas rare de rencontrer dans la Manche un attelage constitué d’un bœuf et d’un cheval, il est certain que pendant le siècle étudié le cheval a progressé au détriment du bœuf pour tirer la charrue. Plus encore, le système d’élevage a changé, les Augerons commençant à engraisser des bêtes plus jeunes en raison d’un double impératif : pénurie d’animaux maigres à cause, entre autres, de la concurrence des nouvelles régions d’élevage, mise en marché de jeunes veaux mâles par les éleveurs du Bessin et du Cotentin qui s’orientent de plus en plus vers une production de beurre fin pour les marchés urbains. Le système d’élevage commence à changer, les types paysans qui fréquentent les foires aussi.

Les zones d’attraction

  • 14 Evidemment, nous avons éliminé les références multiples quant au lieu de vente – Champigné et envi (...)

18Nous avons jusqu’ici suivi les acheteurs, voyons les vendeurs. Les registres des entrepreneurs de la Viette sont exceptionnels à cet égard, Désiré et Ferdinand, précisant, outre les dates et les lieux d’achats, le nom des vendeurs, les communes de leur domicile et parfois même le nom des métairies ou des lieux-dits. L’achat de 2 947 bœufs en dix ans a donné lieu à 1 841 transactions, nous avons identifié 1 720 communes, plus de 93 %. Un doute subsiste pour certaines identifications, lorsque nous avions une commune portant un nom particulièrement courant. Systématiquement, on a estimé qu’il s’agissait de la commune la plus proche du lieu de la foire. Cela concerne moins de 1,5 % des transactions, c’est dire que les chiffres extraits de notre échantillon sont fiables, même s’il semble rester quelques scories qui devront être ultérieurement éliminées. Les distances ont été calculées à vol d’oiseau, toujours sur les cartes de l’IGN, enfin l’aire d’attraction a été mesurée de deux manières : avec la distance moyenne des trois communes les plus éloignées du lieu de vente (A), plus encore en tenant compte de tous les vendeurs avec la distance moyenne parcourue par chacun d’eux (B)14.

19Les quinze premiers résultats concernant les foires ayant enregistré plus d’une dizaine de transactions sont particulièrement homogènes. Certes, St-Aignan-sur-Roë se distingue avec une moyenne supérieure à 20 km alors que les plus faibles tournent autour de 8 km. Il n’empêche qu’une moyenne générale de 12 km équivaut à moins d’une demi-journée de marche. Bien rares sont les paysans qui font plus d’une journée de marche (les plus éloignés de La Haye-Pesnel, Rennes et St-Aignan-sur-Roë). Sauf exception, le paysan part et revient chez lui dans la journée. Les foires de maigrages sont de quasi-marchés quant à l’aire géographique des vendeurs.

20Mieux, il n’est pas possible d’opposer foires urbaines et foires rurales, les unes et les autres se retrouvant avec des distances moyennes parmi les plus élevées et les plus faibles.

21Reste évidemment le problème des intermédiaires. En clair, nos résultats sont-ils biaisés par des apports provenant de marchands ayant rassemblé des animaux venant de beaucoup plus loin ? Un tri des noms des vendeurs ne permet pas de déceler un tel phénomène. La faiblesse globale de la zone d’attraction et plus encore la quasi-absence de communes qui fourniraient des bœufs à toutes les foires situées à une distance raisonnable les unes des autres constituent un deuxième indice in direct de l’absence d’intermédiaires. Enfin, la structure des ventes, par tête ici, par paire là, va dans le même sens, un ou des marchands auraient facilement constitué des lots relativement importants.

22Les foires de maigrages ont, au milieu du XIXe siècle, un rayon d’attraction particulièrement limité pour les vendeurs.

23Les almanachs et les descriptions des contemporains parlent tous de foires d’ampleur exceptionnelle… Nombre d’aspects analysés ici font plutôt penser à de forts marchés.

24Il semble que les foires de maigrages ont frappé les esprits :

  • par les quantités monétaires mises en jeu ;
  • par l’animation engendrée : les bœufs bougent, folâtrent parfois, s emballent aussi ; les beuglements assourdissent la foire, les bouses réveillent l’odorat, bref tous les sens sont mis à contribution. Quelle différence avec une foire où l’on vend des grains ou des produits artisanaux.

25Ce qui fait l’originalité des foires, c’est avant tout l’acheteur : l’emboucheur bas-normand. À la fin de la période, celui-ci est menacé. Le chemin de fer permet des déplacements plus longs et moins fatigants (pour les hommes et les bêtes). Plus encore, le marché parisien des gras n’est plus l’apanage des Normands, d’autant que les transformations de 1’agriculture se font par extension des surfaces en herbe. Les régions de maigrages, l’Anjou particulièrement, vont développer l’embouche et dépasser le Pays d’Auge (qui va sinon se reconvertir du moins développer sa vocation fromagère). L’Augeron va déserter la foire et battre directement la campagne afin de trouver les animaux qui lui manquent avant de quasiment disparaître des foires ici recensées. De courtisé il est devenu courtisan. Un monde s’est écroulé.

26Nous avons partiellement décrit un système d’élevage qui se met en place au plus tard au milieu du XVIIe siècle, un système où les foires tiennent une place essentielle, des foires, urbaines ou rurales, à gradient géographique limité pour les vendeurs, nettement plus important pour les acheteurs, des foires où exercent fort peu d’intermédiaires, bref des foires à mi-chemin entre la foire « ancienne » et le marché qui fleurira jusqu’au milieu du XXe siècle. Mais, moins qu’un état intermédiaire, ce sont des foires spécifiques à un produit et une époque bi-séculaire.

ST-GERMAIN-DU-PERT 1746-1748

ST-GERMAIN-DU-PERT 1746-1748

LE BAIS (Pays d’Auge) 1817-1828

LE BAIS (Pays d’Auge) 1817-1828

ENTREPRISE DE LA VIETTE. Echantillon décennal, milieu du XIXe siècle

Bœufs

Têtes

 %

Nbre de transactions

Nbre d’origines connues

14 Billot (Le)

6

0,20

2

0

14 Caen

1

0,03

1

1

14 Guibray

3

0,10

2

2

14 Lisieux

7

0,24

6

3

14 Livarot

1

0,03

1

0

14 St-Georges-en-Auge

2

0,07

2

0

14 St-Pierre-sur-Dives

38

1,29

21

12

14 Vaudeloges

4

0,14

2

0

14 Vire

2

0,07

2

2

14 Ste-Marguerite-des-Loges

3

0,10

2

2

14 Ste-Marguerite-de-Viette

2

0,07

2

2

50 Avranches

417

14,15

360

356

50 Bricquebec

15

0,51

9

9

50 Carentan

36

1,22

27

24

50 Coutances

86

2,92

83

82

50 Folligny

27

0,92

23

23

50 Gavray

77

2,61

75

74

50 Haye-Pesnel (La)

169

5,73

161

148

50 Lithaire

4

0,14

4

3

50 Montebourg

148

5,02

79

78

50 Mortain

1

0,03

1

1

50 Périers

35

1,19

30

29

50 Rauville-la-Place

28

0,95

16

16

50 St-Côme-du-Mont

165

5,60

110

106

50 St-Lô

13

0,44

13

13

50 St-Hilaire-du-Harcouët

1

0,03

1

1

35 Fougères

91

3,09

46

38

35 Livré-sur-Changeon

12

0,41

6

6

35 Rennes

56

1,90

28

27

72 Brûlon

6

0,20

3

3

72 Lude (Le)

10

0,34

2

2

72 Mans (Le)

12

0,41

6

6

72 Sablé-sur-Sarthe

37

1,26

19

17

53 Château-Gontier

104

3,53

51

50

53 Cossé-le-Vivien

10

0,34

5

4

53 Craon

32

1,09

15

13

53 Ernée

2

0,07

1

1

53 Grez-en-Bouère

24

0,81

9

8

53 Grez-en-Bouère et environs

30

1,02

14

12

53 Laval

6

0,20

3

3

53 Mayenne

49

1,66

25

24

53 St-Aignan-sur-Roë

34

1,15

17

15

53 St-Denis-d’Anjou

12

0,41

6

4

53 St-Denis-d’Anjou et environs

65

2,21

31

26

49 Baugé

12

0,41

6

2

49 Candé

8

0,27

4

3

49 Champigné

84

2,85

37

34

49 Champigné et environs

143

4,85

68

67

49 Combrée

36

1,22

18

17

49 Combrée et environs

74

2,51

37

36

49 Anges (Les)

4

0,14

2

1

49 Ingrandes

2

0,07

1

1

49 Lion-d’Angers (Le)

33

1,12

16

16

49 Louroux-Béconnais (Le)

30

1,02

15

14

49 Segré

48

1,63

24

23

44 Belligné

102

3,46

52

50

44 St-Mars-la-Jaille

103

3,50

52

47

44 St-Mars-la-Jaille et environs

10

0,34

5

5

79 Thouars

2

0,07

1

1

 ? Manceau

157

5,33

73

68

 ? Poitou

216

7,33

108

89

Total

2947

1841

1720

1A. Origine géographique des bœufs maigres
St-Germain-du-Pert, 1746-1748

1B. Origine géographique des bœufs maigres
Le Bais, Cambremer, 1817-1828

1C. Origine géographique des bœufs maigres
La Vielle St Georges-en-Auge, milieu du XIXe siècle

2A. Zone d’attraction des foires au milieu du XIXe siècle

2B. Zone d’attraction des foires au milieu du XIXe siècle

Notes

1 Encore que le Pays d’Auge au début du XIXe siècle présente 2/3 de surfaces en herbe « naturelle » pour 1/3 de labours.

2 Il n’est pas rare de trouver des exploitations dont l’embouche des bœufs procure plus de 95 % du revenu. Les revenus procurés par les labours sont généralement peu importants, seuls le cidre, le poiré et la « goutte » constituent, au moins dans le Pays d’Auge, une activité associée rémunératrice, cf. B. Garnier, « Comptabilité agricole et système de production : l’embouche bas-normande au début du XIXe siècle », Annales ESC, 1982, pp. 320-343.

3 Annuaire du département de la Manche, St-Lô, 1833, p. 121.

4 J.R. Pesche, Dictionnaire historique et statistique de la Sarthe, 6 volumes, t. 3, 1831.

5 Archives privées de M. Michel Cottin provenant du fonds Laniel.

6 Archives privées de M. le comte de Monts de bavasse, AU du calvados, 1 Mi 243, Registre des recettes et dépenses du manoir du Bais à Cambremer, 1816-1829. Louis Thibaud Dubois du Bais, régicide, est obligé de s’exiler lors de la Restauration. Pour plus de détails, on consultera : B. Garnier, op. cit.

7 Archives privées, Un contrat moral nous ne avec les propriétaires de ce fonds et nous ne révélerons rien qui puisse permettre une identification aisée de la famille concernée. Sur les résultats économiques de cette entreprise, voir : B. Garnier, « Modèle "labroussien" et embouche augeronne au milieu du XIXe siècle », in Recueil d’études offert à Gabriel Désert, Caen, 1992, pp. 145-159.

8 J.-M. Valiez, « Le commerce des bestiaux en Normandie : l’activité de la famille Mollet (1680-1730) », communication à la 45e Semaine d’Histoire du Droit Normand, Caen, 1987, c. r. in Annales de Normandie, 1988, pp. 342-343.

9 Il est vrai que nous ne connaissons pas l’origine exacte de 30 bœufs d’hiver. F. Rault, « Les Roger, herbagers augerons (1750-1850) », Le Pays d’Auge, avril 1968, pp. 14-18.

10 C’est-à-dire la semaine des Rameaux.

11 Le trotte-menu des moutons est autrement plus efficace que la pesante démarche des bœufs car ils font environ 50-55 km, il est vrai que la base statistique est faible (3 jours seulement).

12 Cf. B. Garnier, Annales ESC, op. cit., p. 337.

13 Ces pourcentages sont rapportes au nombre total de transactions, sans faire entrer en jeu le nombre total d’animaux négociés.

14 Evidemment, nous avons éliminé les références multiples quant au lieu de vente – Champigné et environs, Combrée et le Lion d’Angers, Poitou, Manceau… –, ainsi que les foires présentant un nombre de transactions trop faible pour être significatif.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23377/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre ST-GERMAIN-DU-PERT 1746-1748
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23377/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre LE BAIS (Pays d’Auge) 1817-1828
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23377/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende 1A. Origine géographique des bœufs maigresSt-Germain-du-Pert, 1746-1748
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23377/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende 1B. Origine géographique des bœufs maigresLe Bais, Cambremer, 1817-1828
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23377/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 1C. Origine géographique des bœufs maigresLa Vielle St Georges-en-Auge, milieu du XIXe siècle
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23377/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende 2A. Zone d’attraction des foires au milieu du XIXe siècle
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23377/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende 2B. Zone d’attraction des foires au milieu du XIXe siècle
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23377/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 191k

© Presses universitaires du Midi, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search