Version classiqueVersion mobile

Foires et marchés

 | 
Christian Desplat

Foires et marchés en Allemagne à l’Époque moderne

Jürgen Schneider et Markus A. Denzel

Texte intégral

1Ce travail a pour but de présenter des résultats récents de la recherche sur la question des marchés et des foires dans les pays de langue allemande. Les traits principaux du développement des marchés et des foires, leurs fonctions et les interactions entre ces deux phénomènes sont envisagés dans le cadre du Saint Empire romain germanique et des régions voisines. L’étude du début du XVIIIe siècle est au centre des observations qui suivent, par référence au récit de Marperger concernant les marchés et des foires de l’Europe centrale (aux alentours de 1710).

Marchés et foires de l’espace allemand au Moyen Âge et au début de l’époque moderne à la lumière des recherches récentes

  • 1 F. Irsigler, Fernhandel, Märkte und Messen in vor- und frühhansischer Zeit, Die Hanse. Lebenswirkl (...)
  • 2 Cf. W. Stein, Verkehrsgeschichte der deutschen Kaiserzeit, Darmstadt 1979, pp. 170 et suivantes.
  • 3 K. Rathgen, Die Entstehung der Miirkte in Deutschland, thèse, Strasbourg, 1881, pp. 23-65. Voir au (...)
  • 4 Herborn, Mittelalterliche Messen, Revue historique, 23/67,1898, p. 53.

2Franz Irsigler a démontré par ses recherches que c’est avec le groupe de foires de la vallée inférieure du Rhin qu’a vu le jour, au cours du XIIe siècle, le plus ancien système de foires en Allemagne1. Comme en Champagne, dans les Flandres et dans l’est de l’Angleterre2, il existait aux alentours de 1160 quatre foires : Cologne, Ütrecht, Aix-la-Chapelle et Duisburg. Parmi les nombreuses foires existantes, celles-ci ont atteint une importance particulière. Ainsi s’installa pour la première fois dans les pays rhénans un système de foires dont les calendriers étaient synchronisés et qui prit le dessus sur les marchés hebdomadaires ou les foires de villages et des petites villes, les uns et les autres d’importance purement locale. Ce système relia entre eux les marchés locaux3 d’une région (et des contrées directement voisines), mais également son propre système avec des systèmes comparables dans le Nord-Ouest de l’Europe. Par cet intermédiaire même les marchés locaux commencèrent à être liés aux courants commerciaux supra-régionaux. C’est Cologne qui s’imposa dans ce système comme la ville la plus importante et au fur et à mesure elle écarta les autres villes de foire au sein des relations supra-régionales4.

  • 5 Andreas Ryff ; Reisebüchlein (Reiss Biechlin), F. Meyer éd., avec une contribution de E. Landolt, (...)
  • 6 M. Koerner, Das System der Jahrmärkte und Messen in der Schweiz im periodischen und permanenten Ma (...)
  • 7 Ibid.

3Au moyen du « petit livre de voyage » (Reiss Biechlin) du marchand bâlois Andreas Ryff5, l’on peut démontrer comment, durant le XVIe siècle, les marchands utilisèrent des foires et des marchés différents à l’intérieur d’une même région, mais aussi les liens entre ces foires et marchés et ceux des régions avoisinantes. Au début de son activité, il fréquenta au total durant l’année vingt-deux marchés d’importance différente dans toute la région alémanique, tout particulièrement la région du Rhin supérieur et du haut Rhin, dans le sud du pays de Bade, le nord-ouest de la Suisse et l’Alsace voisine. Au terme d’une vie active couronnée de succès, Ryff ne fréquente plus que les foires de Carême et d’automne de Francfort-sur-le-Main et les foires régionales de Zurzach pour s’approvisionner sur le marché du commerce international. Les biens provenant de ce commerce étaient commercialisés soit depuis ces grandes foires, soit depuis son entrepôt bâlois vers des foires urbaines qu’il fréquentait encore lui-même comme Strasbourg, Mulhouse, Lucerne ainsi que dans sa ville natale de Bâle. Il arrivait également, mais plus rarement, que ces produits soient distribués sur des foires rurales plus restreintes, à Stauffen en haute Forêt Noire ou à Thann dans les hautes Vosges, ou exceptionnellement sur des marchés de durée d’une journée dans des villages et des petites villes. Körner conclut : « Par son activité Andreas Ryff accéda à un niveau supérieur : il passa de l’échelle inférieure du système des foires locales et régionales à une échelle supérieure, pour ne plus fréquenter que des centres d’importance internationale et supra-régionale et en agissant en même temps de plus en plus à l’échelle du marché permanent. Vu la coexistence évidente des différentes « échelles » durant le XVIe siècle il serait probablement plus adéquat de parler de catégories de marchés liés les uns avec les autres. Ryff, qui n’est sûrement pas un cas isolé de sa profession, a su profiter de tout ce registre d’activités : les grandes foires internationales avec leurs fonctions d’approvisionnement et de crédit (messe), les foires régionales – lieux de rencontre exceptionnelle d’une clientèle orientée vers l’approvisionnement (jahrmarkt), et aussi sa propre échoppe à Bâle, pour satisfaire une demande locale permanente toujours existante, ainsi que des commandes et livraisons par des expéditions entre les dates des foires6. Le cas du marchand Ryff illustre que déjà au XVIe siècle, que des « villes d’une importance moindre... furent visiblement incorporées au commerce supra-régional permanent, sans que pour autant le marché périodique soit tombé en désuétude. Bien au contraire, les deux domaines se stimulaient réciproquement ».7

4Körner conclut qu’« au début de l’époque moderne le réseau de foires – jahrmarkt et Messe – hérité du Moyen Âge s’est intensifié à la fois chronologiquement et géographiquement, mais aussi qualitativement et quantitativement :

  1. chronologiquement la plupart des villes de marché déjà existantes se voyaient octroyer la possibilité de tenir le marché à des dates supplémentaires ;
  2. géographiquement dans des villages possédant l’infrastructure nécessaire la création de nouvelles foires distantes l’une de l’autre seulement de 10 à 15 km ;
  3. qualitativement les foires sont devenues plus rurales par l’apparition de nombreux marchés villageois et quelques unes d’entre elles se spécialisèrent dans le commerce du bétail lors de marchés d’automnes ;
  4. quantitativement : à la demande, stimulée par l’augmentation de la population, répondait une offre de plus en plus riche dûe à la présence plus importante de marchands et de boutiquiers et dûe aussi à l’intensification des foires périodiques.8

Les foires et marchés en Europe vus par Paul Jacob Marperger (1710)

  • 9 P.J. Marperger, Beschreibung der Messen und Jahr-Märckte, in welcher vornehmlich enthalten, ob, un (...)

5C’est au cours de son activité dans l’administration des domaines prussiens à Berlin (1708-1711) que Paul Jacob Marperger (1656-1730) a rédigé sa « Description des foires et de leur utilité, des autorités qui les administrent, et du bon comportement des marchands »9

6Dans sa description, il dresse l’inventaire de tous les marchés de l’Europe centrale, des foires les plus importantes du reste de l’Europe et celles des régions non européennes de son temps. Il indique à l’aide des tables de taux des changes quelles places commerciales étaient plus particulièrement liées aux foires de l’Europe centrale.

  • 10 Les produits du district producteur de draps du Rhin moyen ont été commercialisés à l’occasion des (...)
  • 11 J.F. Bergier, Genèse et l’économie européenne de la Renaissance, Paris, 1963, p. 224. Pour la diff (...)
  • 12 Herborn, Mittelalterliche Messen, Nuova Rivista Storica, 75, 1991, pp. 54-59.

7Le marchand de l’époque moderne pouvait utiliser pour l’établissement de son commerce tous les marchés qui s’étaient développés dans l’aire de langue allemande depuis le Bas Moyen Âge. Cet espace a connu, après le déclin des foires de Champagne au début du XIVe siècle, la transformation de foires de moindre importance (Jahrmarkt) en places privilégiées (Messeplätze) : Francfort-sur-le-Main (comme initialement Fried berg10) dans la région du Rhin moyen, Zurzach pour la région allémanique, Nördlingen pour l’Allemagne moyenne, Linz pour le Sud-Est et Leipzig (ensemble avec Erfurt, Halle et Magdeburg jusque vers 1500) pour l’Allemagne orientale. Étant donnés les périmètres qu’elles desservaient, ces foires étaient des foires régionales (Landschaftsmessen), c’est-à-dire qu’elles répondaient aux besoins d’une région (Landschaft) tout en assurant le contact avec les régions voisines. La position de ces foires a été décrite par Jean-François Bergier : « Il existe d’ailleurs, à un niveau intermédiaire, des foires régionales qui sont un peu plus que de simples marchés, mais n’ont pas acquis les caractéristiques, financières surtout, des grandes foires »11. Dans la plupart des cas on commercialisait sur ces foires régionales des marchandises d’un intérêt particulier pour la région. Ainsi Nördlingen constituait jusqu’au début du XVIe siècle la foire du fer la plus importante pour les trois centres de l’Allemagne supérieure Nuremberg, Augsbourg et Ulm spécialisé dans le commerce et le métier artisanal du fer12.

  • 13 B. Schneidmüller, Die Frankfurter Messen des Mittelalters. Wirtschaftliche Entwicklung, herrschaft (...)

8Les foires de Francfort-sur-le-Main atteignirent au XIVe siècle une importance internationale. Elles servaient de relais pour la plus grande partie du commerce entre l’Allemagne supérieure et les Flandres et le Brabant – et plus tard également entre les Flandres et l’Italie. C’est seulement à l’aide des privilèges impériaux de 1497 et de 1507 que Leipzig put rassembler les conditions nécessaires pour le développement de sa foire régional et au cours du XVIe et le XVIIe siècle et devint finalement une foire à caractère international13.

Les foires et les circuits de paiements internationaux

  • 14 À cause de l’enchevêtrement très intense avec l’Italie qui caractérise Bolzano, on ne prendra pas (...)
  • 15 Marperger, Messen, t. II, pp. 115-178 et t. I, pp. 170-174, citation p. 174.

9Marperger cite Francfort-sur-le-Main, Leipzig, Brunswig, Francfort-sur-l’Oder, Dantzig, Breslau, Vienne, Munich, Zurzach et Bolzano14 comme étant les foires les plus importantes de Faire linguistique allemande. Pour lui, Arkhangelsk était la foire centrale de l’espace russe, Lyon la foire centrale de l’espace français – Bordeaux ayant un caractère plutôt à part en tant que foire internationale des alcools – et Novi la foire centrale de l’espace italien. Du Levant il lui semble qu’Alexandrie, Smyrme et Alep sont les plus importantes. « Porto Belo est la plus fameuse foire de l’Amérique ou des Indes occidentales » ; mais des marchés importants existent par ailleurs au Mexique et à La Havane, où se trouve l’entrepôt général pour toutes les marchandises en provenance des Indes15.

  • 16 K. Heller, Der Handel mit dem Listen in der frühen Neuzeit, Brücke zwischen den Völkern, pp. 205-2 (...)

10En se basant sur les relevés des cours de changes, la cartographie met en relief les relations entre les foires les plus importantes de l’Europe centrale (cf. carte 3). La carte montre que parmi les foires allemandes, Francfort-sur-le-Main et Leipzig entretiennent les relations les plus nombreuses et les plus lointaines dans le domaine des circuits de paiements entre foires et sur d’autres foires (comme Hambourg, Amsterdam, Anvers, Paris et d’autres) dans Faire linguistique allemande. Ainsi les foires de ces deux villes étaient intégrées fermement dans le système des circuits de paiements du début du XVIIIe siècle. Durant les décennies qui suivent la situation resta inchangée, car la foire de Leipzig n’atteint sa position phare dans le commerce est-ouest qu’après 1770.16

  • 17 Statistik der Geld- und Wechselkurse in Deutschland und im Ostseeraum (18. und 19. Jahrhundert), J (...)

11Ainsi Amsterdam cota des lettres de change des foires sur Francfortsur-le-Main au moins partiellement jusqu’en 1734, sur Leipzig jusqu’en 1742, sur Hambourg et Leipzig même jusqu’en 1793, alors que déjà les cotations d’Hambourg s’arrêtent sur les changes des foires de Naumburg (qui étaient annuelles) après 1723.17

Fig. 1. Relations et échanges entre les villes centres de foires les plus importantes d’Europe aux environs de 1710 (d’après Marperger)
1. Ville centre de foire ; 2. Ville située en dehors du système organisé des foires ; 3. Relations que les villes centres de foires entretiennent entre elles ; 4. Relations que les villes centre de foires entretiennent avec des localités situées en dehors du système organisé des foires, essentiellement avec :
– Gènes et Saint Gall, du fait que des foires dépendent étroitement de ces deux centres ;
– Venise en raison de la grande importance que les monnaies revêtent pour les foires ;
– Hambourg et Amsterdam, centres les plus importants d’échanges monétaires de l’Europe du Nord-Ouest.
Les relations entretenues avec d’autres centres font l’objet d’une indication sommaire dans des encadres.
Source : P.J. Marperger, Description des foires et des marchés annuels, Leipzig, 1711 (rééd. Francfort/Main, 1968), pp. 115-178.

  • 18 Heller, Handel, Brücke zwischen den Völkern, p. 207.

12L’influence des autres foires citées par Marperger pour l’aire allemande resta principalement limitée à leur propre région. Ainsi Brunswig, autre ville allemande de foire, ne gardait essentiellement qu’une relation avec Leipzig. Francfort-sur-l’Oder conserve jusqu’au début du XVIIIe siècle une position clé dans le commerce avec ses voisins orientaux (la Russie, la Pologne, la Bohème, la Valachie, etc.), mais on n’y note pas l’existence de commerce de lettres de changes avec des échéances autres que sa propre foire18. Zurzach ne cota, selon Marperger, aucune autre ville, et ne fit pas l’objet d’une cotation : son lien au système international était Saint-Gall. Les foires de Dantzig, Breslau et Vienne n’avaient dans le circuit des paiements internationaux aucune importance particulière.

  • 19 A. Emminghaus, Märkte und Messen, Vierteljahrsschrift Für Volkswirtschaft, Politik und kulturgesch (...)
  • 20 Parperger, Messen t. II, pp. 168-169.

13Selon Marperger, aucun commerce de lettres de changes supra-régionales existait lors des foires de Munich (appelées Dulten19)20

Marchés urbains et ruraux

  • 21 L’inventaire intégral est édité dans : Währungen der Weot, t. III : Geld und Währungen in Europa i (...)
  • 22 Emminghaus, Märkte, pp. 62-65, et 70-77.
  • 23 A. Allix, The Geography of Fairs : Illustrated by Old-World Examples, Geographical Review, 3,1922, (...)

14L’importance des marchés dans l’aire allemande n’était toutefois pas seulement constituée par des foires internationales et supra-régionales, mais aussi par une multitude de marchés moyens et petits, urbains ou ruraux, comme par exemple les marchés agricoles, au bétail ou de pacotilles. Marperger en a également dressé l’inventaire avec leur calendrier21. Ces marchés étaient des institutions du commerce local, entre la ville ou le lieu de marché et la campagne environnante (marchés hebdomadaires et foires)22. Pour cette raison ils étaient beaucoup plus soumis que les foires supra-régionales aux cycles naturels de la vie rurale (et nettement moins aux besoins du commerce international). En tant que tels ils peuvent être considérés comme des institutions d’une continuité particulière dans l’Europe du XIIIe jusqu’au XVIIIe siècle23.

  • 24 Marperger, Messen, t.I, pp. 253-255 : « So ordnen und wollen wir, daß an statt der vorhin allhier (...)

15Marperger donne un exemple nous permettant de savoir comment de tels marchés locaux furent organisés24. Le duc Georg Wilhem de Brunswig et Lüneburg ordonna le 17 juin 1680, par lettre de privilège, l’installation de foires dans sa seigneurie de Wilhelmsburg. À cette date, se tenait annuellement à Zell, résidence du Prince, un marché au bétail et aux chevaux. Le duc ordonna donc que ces marchés et les foires ayant lieu auparavant à des dates différentes se tiennent à l’avenir le même jour (ce qui revint, en fait, à une augmentation du nombre des jours de marché). Pour les nouveaux rendez-vous marchands, le duc institua de nouvelles dates : le lundi après Quasimodo, le lundi après la fête de l’Élévation de la Croix, et le lundi avant Noël. Comme auparavant, les foires durent trois jours et les marchés un seul (soit le premier jour des foires). Les lieux fixés sont, pour les marchés au bétail et aux chevaux, le devant de la « Porte Blanche », et, pour les foires, la place de la ville. Le document précise également l’endroit où les marchands et artisans exposent leurs marchandises. Seuls les selliers, bourreliers et maréchaux-ferrants ont le droit de vendre leur marchandise à l’entrée du marché au bétail. Les autres artisans et marchands doivent s’installer sur la place du marché de la ville. Les privilèges traditionnels du marché, selon la coutume du Frey Märckte, restèrent intacts. Et, pour inciter les marchands à venir aux nouveaux marchés, le duc octroya une prime de cinquante reichstaler à qui mettrait en vente les meilleurs chevaux.

16La plupart du temps, les foires urbaines se distinguent à peine des marchés permanents des villes. Elles ne constituaient que des périodes extraordinaires bénéficiant de conditions juridiques ou fiscales, durant lesquelles les conditions d’approvisionnement en biens commerciaux étaient plus favorables pour les habitants du pays avoisinant.

Le cycle annuel des marchés

  • 25 Ibid., t. I, pp. 86-153.

17L’analyse des jours de fêtes ecclésiastiques donnant lieu aux marchés cités par Marperger25 aboutit au résultat suivant :

Nombre de marchés selon les fêtes de l’Église

Michel, 143

Pierre et Paul, 43

Epiphanie, 28

Martin, 92

Judica, 41

Quasimodo, 28

Jean, 80

Laurent, 41

Mardi gras, 25

Gall, 75

Jacques, 39

Cantate, 24

Pentecôte, 72

Toussaint, 36

Miséricorde, 24

Barthélémy, 70

Elév. de la Croix, 36

Assomption, 23

Nais. de Marie, 66

Gilles, 35

Denis, 22

Trinité, 55

Exaudi, 34

Philippe et Jacques, 22

Invocavit, 53

Marguerite, 34

Mathieu, 21

Ascension, 50

Oculi, 32

Reminiscere, 21

Simon Jude, 50

Nicolas, 31

Jubilate, 20

Rameaux, 49

Purification, 30

Laetare, 44

Gui, 30

  • 26 Körner, System der Jahrmärkte, p. 16.

18La liste démontre que des marchés se tinrent durant toute l’année et durant toutes les saisons. Toutefois on constate quelques temps forts : c’est en automne, après les récoltes, que la plupart des marchés avaient lieu au moment des fêtes de saint Michel (29 septembre), de saint Martin (11 novembre) et la fête de la nativité de sainte Marie (8 septembre). Mais les mois de mai et juin occasionnaient également beaucoup de marchés avec la fête de saint Jean (24 juin). Les fluctuations saisonnières ne changent que de manière insignifiante après 1500. Ce n’est qu’à partir du XVIIIe siècle, que les marchés gagnent de l’importance à la fin de l’hiver et au printemps (février/mars, carême).26

  • 27 E. Köhler, Einzelhandel im Mittelalter. Beiträge zur betriebs- und zosialwirtschaftlichen Struktur (...)

19Ces différentes dates correspondaient aux jours de paiement. Les commerçants et boutiquiers de Bâle accordèrent vers 1500 ainsi aux paysans des crédits pour tous leurs achats jusqu’après les récoltes. Les dates de paiement les plus importantes étaient – différentes selon la région – les fêtes des saints Michel, Martin, celle de la conversion de saint Paul (25 janvier), du Laetare (quatrième dimanche du Carême), de saint Gui (15 juin), de saint Jacques (25 juillet), ainsi que les trois fêtes majeures de Pâques, Noël et la Pentecôte.27

Foires et marchés hebdomadaires

  • 28 J.G. Krünitz, Oeconomische Encyclopädie, Article Markt, t. 89, Brünn 1806, pp.106-224, citation p. (...)
  • 29 Ibid., article Kleidermarkt, t. 40, p. 315 ; article Naschmarkt, t. 101, p. 309 ; article Trödelma (...)

20Le récit de Marperger permet de préciser les particularités de certaines foires. En outre, il mentionne des marchés aux chevaux et au bétail comme par exemple ceux de Quedlinburg, Brême, Königsberg (Neumark), Coesslin, Delmenhorst, Harburg sur Elbe, Jever, Reetz, Neugarten et Stargard en Poméranie, Ottersberg, Altona, Greiffenberg, Gosla, Halberstadt, Pyritz, Neuruppin et bien d’autres. Il existait aussi d’autres marchés spécialisés comme les marchés de la laine par exemple ceux de Neu-Stettin (Poméranie orientale), Harburg et Teupitz, les marchés du lin, par exemple à Harburg, ainsi que les marchés de la toile et de la soie mentionnés par von Krünitz (par exemple à Greiffengerg)28. Marperger mentionne, en outre, divers marchés de pacotilles (Krammärkto) qui se tenaient généralement en même temps ou du moins au même endroit que les marchés au bétail. En plus, il mentionne les marchés au fromage et au beurre, comme ceux d’Erfurt ou de Gotha, les marchés de la cire (à Harburg) ou du bois (à Hoya). Krünitz fait part de l’existence de marchés aux vêtements (vêtements usés), des marchés de sucreries, des marchés de friperies (trödelmärkte) et de marchés de blé et de fruits.29

  • 30 Les marchés du bétail avaient lieu trois ou quatre fois par an à un endroit.
  • 31 Ibid., article Wochenmarkt, t. 239/240, p. 497. Voir aussi Emminghaus, Märkte, pp. 62-65.

21La fréquence des foires est de une à cinq fois par an, mais certaines se tenaient jusqu’à sept fois par an30. Des marchés de type hebdomadaire se distinguent au XVIIIe siècle assez nettement de ces foires. Krünitz les caractérise ainsi : « Dass in einer Stadt wöchentlich an einem oder mehreren Tagen Krämer und verschiedene Handwerker auf öffentlichem Markte feilhalten, und die Landleute der Umgegend an demselben Tage zur Stadt kommen, um ihre Produkte auf öffentlichem Markte zu verkaufen. »31 (« Dans une ville se rassemblent sur le marché public un jour ou plusieurs jours par semaine les boutiquiers et des divers artisans de cette ville et les gens de la campagne avoisinante pour écouler leur production [traduction assez libre du texte du XVIIIe siècle] »).

Fig. 2. La formation de réseaux

22Les échanges fréquents et directs entre la ville et son pays d’une part, entre artisans, boutiquiers et paysans d’autre part étaient donc le but principal de ces marchés hebdomadaires.

Les marchés : base d’une organisation spatiale

  • 32 À l’époque où Marperger a rédigé son œuvre il travaillait dans l’administration des domaines du Br (...)
  • 33 W. Christaller, Die zentralen Orte in Süddeutschland. Eine ökonomisch-geographische Untersuchung ü (...)
  • 34 Ainsi, Korner pouvait résumer pour l’espace allémanique du XVIe siècle comme suit : « L’étude du s (...)

23Le choix de l’inventaire de Marperger montre qu’il y avait des foires couvrant tout l’ancien Empire ; l’accent est surtout porté sur le Brandebourg32 et ses voisins la Saxe et la Thuringe ainsi que sur les contrées allémaniques (Suisse, Alsace, Souabe supérieure). Si à partir de la liste dressée par Marperger on établit une carte, des concentrations apparaissent dans ces régions. Les places de marché ou de foires se distribuent de façon assez régulière dans l’espace et c’est pourquoi on peut reconnaître une logique spatiale basée sur un enchaînement structurel de peuplement à l’aide de chorêmes (figure 2)33. Le réseau de médiatrices entre deux centres comparables dans leur fonction de marché ou du moins similaires (par rapport aux centres de grande importance et ceux seulement subordonnés), donne une répartition approximative de l’espace sur la base des marchés urbains et ruraux.34

Fig. 3. Espaces économiques et implantation de marchés dans l’Allemagne moyenne vers 1710 (d’après Marperger)
1. Centres régionaux ; 2. Implantations de marchés.

24Ceci apparaît sur la carte (fig. 3) concernant l’exemple de l’Allemagne moyenne.

  • 35 O. Schwarzer et M.A. Denzel, Wirtschaftsräume und die Entstehung Versuch eines historisch-systemat (...)

25La carte montre que les places de marché dans une certaine région – par exemple la Thuringe – sont en relation entre elles. Elles sont pour ainsi dire « intégrées ». Des zones frontalières les séparent des régions voisines. La distance entre les centres, c’est-à-dire des places où se tenaient des foires, dépendant de la structure des coûts des transactions. La limite moyenne dûe aux coûts de transport, dépendant des données naturelles, par voie terrestre se situe entre 20 et 60 kilomètres. Les espaces ainsi trouvés peuvent être appelés « espaces économiques ». La totalités des « espaces économiques » liés entre eux – des espaces « intégrés » – constitue ce qu’on appelle un « espace économique intégré ».35

Conclusion

  • 36 Körner, Das System der Jahmärkte, p. 16.

26Ainsi, déjà vers 1200 un système dans lequel les foires s’enchevêtrent est né dans la région du Rhin inférieur. De nouvelles foires ont été intégrées au noyau préexistant et ont ainsi élargi le système des foires. La relation entre les grandes foires de Francfort-sur-le-Main et les petits marchés est étayée par les écrits du marchand Ryff de Bâle, c’est-à-dire l’approvisionnement central à Francfort-sur-le-Main, le stockage à Bâle et la redistribution jusqu’aux petits marchés ruraux. Le calendrier de Ryff fut déterminé par les dates des foires — c’est pourquoi l’on peut parler d’un véritable « tour de foires ». Le fait de disposer d’une structure de liaison postale et de transport de biens permettait au marchand d’agir indépendamment de sa centrale à Bâle. La concentration géographique des marchés au début du XVIIIe siècle, selon les dires de Marperger, et la répartition en forme de nid d’abeille, montre la rationalité des marchés liés dans un réseau. « L’apparition en force du commerce permanent n’a pas écarté les foires. Tout au contraire, le commerce mondial, les foires et marchés annuels et hebdomadaires, ainsi que le commerce des biens journaliers se sont développés ensemble de façon complémentaire en s’appuyant l’un sur l’autre pour vivre et pour se stimuler mutuellement. Les acteurs utilisent selon leur besoin ces niveaux et espaces qui servent pour leurs commerces »36.

27Depuis le XVIe siècle on peut parler d’expansion des marchés. Le système médiéval des foires a été remplacé aux XVIe-VIIe siècles par le système des bourses (ouest-européen). Ici, l’historien de l’économie peut travailler sur la théorie du changement institutionnel émis par Douglas C. North selon laquelle des formes économiques efficaces remplacent des formes moins performantes. Une métamorphose intervient durant laquelle les vieilles formes se meurent petit à petit et durant laquelle les formes plus efficaces s’imposent. L’économie de marché (dans le sens de « production pour le marché ») pénétrait dans l’Europe pré-industrielle de plus en plus, et même dans l’agriculture. L’intégration croissante des paysans dans l’économie de marché permet même de parler d’un processus historique d’apprentissage. L’abolition du système féodal suite à la Révolution française et les réformes de Stein et Hardenberg en Prusse supprimaient les derniers vestiges de Tordre économique ancien ; imposer et faire accepter l’économie du marché dans le secteur agricole n’était finalement faisable que par la pratique et l’acceptation croissante de ce modèle économique depuis des siècles sur les marchés ruraux.

Notes

1 F. Irsigler, Fernhandel, Märkte und Messen in vor- und frühhansischer Zeit, Die Hanse. Lebenswirklichkeit und Mythos. Eine Ausstellung des Museums für Hamburgische Geschichte inVerbindung mit der Vereins-und Westbank,, Hambourg, 1989, pp. 22-27 (réédité dans : Brücke zwischen den Volkern. Zur Geschichte der Frankfurter Messe, 3 volumes, R. Koch (dir.), tome 1 : Frankfurt im Messenetz Europzs. Erträge der Forschungen, H. Pohl (dir.), Frankfort 1991, pp. 85-96).

2 Cf. W. Stein, Verkehrsgeschichte der deutschen Kaiserzeit, Darmstadt 1979, pp. 170 et suivantes.

3 K. Rathgen, Die Entstehung der Miirkte in Deutschland, thèse, Strasbourg, 1881, pp. 23-65. Voir aussi H. Pirenne, « Villes marchés et marchands au Moyen Âge », Revue historique, 23/67,1898, pp. 59-70.

4 Herborn, Mittelalterliche Messen, Revue historique, 23/67,1898, p. 53.

5 Andreas Ryff ; Reisebüchlein (Reiss Biechlin), F. Meyer éd., avec une contribution de E. Landolt, Busier Zeitschrift für Geschischte und Alterumskunde, 72, 1972 ; Vita Ryffy, W. Vischer éd., Basler Beiträge zur vaterlandischen Geschischte, 9, Bâle, 1870 ; H. Ammann, Die Zurzacher Messen im Mittelalter, Taschenbuch der historischen Gesellschaft des Kantons Aargau, Aarau 1923, pp. 145 et suivantes, et du même auteur, Neue Beitrde zur Geschichte der Zurzacher Messen, Taschenbuch der Historischen Gesellschaft des Kantons Aargau, Aarau, 1929, pp. 1-208 ; et également H. Ammann, Nachträge zur Geschishte der Zurzacher Messen, Aargovie, 48,1936, pp. 101 et suivantes ; N. Roetlin, Die Basler Handelspolitik und deren Träger in der zweiten Halfte des 16. und im 18. Jahrundert, Bâle, 1986.

6 M. Koerner, Das System der Jahrmärkte und Messen in der Schweiz im periodischen und permanenten Markt 1500-1800, dans Jahrbuch für Regionalgschichte und Landeskunde, fasc. 19, 1993-1994, pp. 13-34.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 P.J. Marperger, Beschreibung der Messen und Jahr-Märckte, in welcher vornehmlich enthalten, ob, und wie weit dieselbe einer Stadt un einem Land profitable oder schädlich seyn, wer dieseibe anlegen... könne ; was... vor Requista erforderlich werden, sonderlich aber was ein accurater und rechtschaffener Kauffmann... zu beobachten habe, Leipzig 1711 (réimprimé Francfort sur le Main 1968).
Cf. P. Rupp, Barocke « Handlungswissenschaft » als sozialgeschichtliche Quelle : der Poeta Caesareus Kommerzienrat Marperger aus Nürnberg, ein « entsetzlicher Vielschreiber » (=Vorträge zur Wirtschaftsgeschichte, no 2), Nürnberg 1979, p. 9.

10 Les produits du district producteur de draps du Rhin moyen ont été commercialisés à l’occasion des foires de Francfort et de Friedberg et trouvèrent ainsi accès au commerce international dont le périmètre allait jusqu’en Hongrie, en Suisse, en Lorraine et dans les contrées de la Hanse. H. Ammann, Der hessische Raum in der mittelalterlichen Wirtschaft, Hessisches Jahrbuch für Landesgeschichte, 8,1958, pp. 40 et suivantes.

11 J.F. Bergier, Genèse et l’économie européenne de la Renaissance, Paris, 1963, p. 224. Pour la différenciation entre foire de grande envergure, foires et marchés hebdomadaires, voir aussi : M. Körner, Grandes et petites foires du Moyen Âge au XXe siècle. Conjoncture générale et cas vaudois, Nuova Rivista Storica, 75, 1991, pp. 329-348, citation p. 330.

12 Herborn, Mittelalterliche Messen, Nuova Rivista Storica, 75, 1991, pp. 54-59.

13 B. Schneidmüller, Die Frankfurter Messen des Mittelalters. Wirtschaftliche Entwicklung, herrschaftliche Privilegierung, regionale Konkurrenz, Brücke zwischen den Völkern, pp. 67-84.

14 À cause de l’enchevêtrement très intense avec l’Italie qui caractérise Bolzano, on ne prendra pas en considération ce cas particulier.

15 Marperger, Messen, t. II, pp. 115-178 et t. I, pp. 170-174, citation p. 174.

16 K. Heller, Der Handel mit dem Listen in der frühen Neuzeit, Brücke zwischen den Völkern, pp. 205-218, citation p. 211.

17 Statistik der Geld- und Wechselkurse in Deutschland und im Ostseeraum (18. und 19. Jahrhundert), J. Schneider, O. Schwarzer et P. Schnelzer (dir.), St. Katharinen 1992, pp. 91-94 et pp. 183-188.

18 Heller, Handel, Brücke zwischen den Völkern, p. 207.

19 A. Emminghaus, Märkte und Messen, Vierteljahrsschrift Für Volkswirtschaft, Politik und kulturgeschichte, 17,1867, pp. 67-84, citation p. 79.

20 Parperger, Messen t. II, pp. 168-169.

21 L’inventaire intégral est édité dans : Währungen der Weot, t. III : Geld und Währungen in Europa im 17. Jahrhundert, J. Schneider, O. Schwarzer, F. Zellfelder, M.A. Denzel (dir.), Stuttgart 1993.

22 Emminghaus, Märkte, pp. 62-65, et 70-77.

23 A. Allix, The Geography of Fairs : Illustrated by Old-World Examples, Geographical Review, 3,1922, pp. 532 et suivantes ; F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe- XVIIIe siècles. Les structures du quotidien : le possible et l’impossible, Paris, 1979 (édition allemande : Sozialgeschichte des 15. bis 18. Jahrhunderts, t. 2 : Der Handel, Munich 1986, pp. 19-51 et 89-91).

24 Marperger, Messen, t.I, pp. 253-255 : « So ordnen und wollen wir, daß an statt der vorhin allhier in Unserer Residentz nach und nach gehaltener unterschiedlicher so wohl Pferd-und Vieh-als auch jahrlicher Cram-Marckt von nun an ins künfftig beyderley Märckte jedesmal zusamm und auf einem Tag einfallen und gehalten werden sollen, und solchem nach der Erste auf den Montag nach Georgii vorhin gehaltene Cram-Marckt hinführo zugleich nach dem ersten Pferd-und Vieh-Marckt, auf den Montag nach Quasimodogeniti ; der Andere auf den Montag nach Maria Himmelfarth, vor diesen angesetzte Cram-Marckt zusamm den anderen Pferd-und Vieh-Marckt auf den Montag nach Creutz-Erhöhung, und der Dritte auf den Montag vor Martini, sonst gehaltene Cram-Marckt, nebenst einem Pferd-und Vieh-Marckt, auf den Montag vor Weynachten, da aber Weynachten auf einen Dienstag, Mitwoch, Oder Donnerstag einfiele, alsdann den Montag in der vorgehenden Woche, und zwar die Cram-Märckte der bißherigen Gewohnheit nach jedesmal drey Tage allhier in Unserer Fürstlichen Residenz Zell auf dem Stadt-Marckt, die Pierde-und ViehMarckte, aber vor dem weißen Zeller-Thor am ersten Marckt-Tage jahrlich zugleich angestellet, auch alsdenn ausser den Victualien an bemeldten ersten Tag so wohl Fremden als Einheimischen, Riemern, Sattlern, auch Huff-Schmieden, und was sonsten zum Pferd-Handel gehörig, mit ihren Boutiquen und Waaren sich ausser Thors nach Belieben zu stellen verstattet, alle übrige Kauffmannschaft aber und Handwerks-Boutiquen auf dem Stadt-Marckt, wie bißhero geschehen, verbleiben, und also bemeldete drey Cram-Pferd-und Vieh-Marckte, in und vor Unserer Residentz-Stadt Zelle auff abbestimmte Zeit und Weise angestellet und gehalten werden mögen, allermaßen wir dann gemeine Stadt und diejenige, die solche CramRoß-und Vieh-Marckte, mit ihren Gewerben, Kauffmannschafft, Haab und Gütern besuchen und zu feilen Kauff kommen, dahin und davon ziehen, und so lang sie auf solchen Cram- Pferd_ und Vieh-Märckten seyn werden, wie allerley Privilegien, Frey- und Gerechtigkeiten, wie der Frey- Märckte Recht und Gewohnheit ist, sich deren zu erfreuen, zu geniezsen und zu gebrauchen begnadet haben, und derjenige Roß-Händler, welcher die beste Koppel-Pierde, noch verstandiger Leute Urtheil, auf obangesetzte beyde zum erstenmal einfallende Roß- und Vieh-Marckte zu Marckt bringen wird, er verkauffte dieselbe gleich oder nicht, vor dießmal bey jeden derselben mit funffzig Reichsthl. Als einen besondern Genaden-Geschenck zur Ergetzlich-keit vor seine gehabte Müh angesehen, und begnadet werden solle. Gebieten und befehlen demnach etc. ».

25 Ibid., t. I, pp. 86-153.

26 Körner, System der Jahrmärkte, p. 16.

27 E. Köhler, Einzelhandel im Mittelalter. Beiträge zur betriebs- und zosialwirtschaftlichen Struktur der mittelalterlichen Krämerei, Stuttgart et Berlin 1938 (=Supplément à Vierteljahrsschrift für Sozial-und Wirtschaftsgeschichte, no 36), p. 93.

28 J.G. Krünitz, Oeconomische Encyclopädie, Article Markt, t. 89, Brünn 1806, pp.106-224, citation p. 109.

29 Ibid., article Kleidermarkt, t. 40, p. 315 ; article Naschmarkt, t. 101, p. 309 ; article Trödelmarkt, t. 188, pp. 567-572 ; article KORNMARKT, T. 45, P. 665 ; ARTICLE OBSTMARKT, T. 103, PP. 531-532.

30 Les marchés du bétail avaient lieu trois ou quatre fois par an à un endroit.

31 Ibid., article Wochenmarkt, t. 239/240, p. 497. Voir aussi Emminghaus, Märkte, pp. 62-65.

32 À l’époque où Marperger a rédigé son œuvre il travaillait dans l’administration des domaines du Brandebourg.

33 W. Christaller, Die zentralen Orte in Süddeutschland. Eine ökonomisch-geographische Untersuchung über die Gesetzmäβigkeit der Verbreitung und Entwicklung der Siedlungen mit städtischen Funktionen, 1933, 2e édition Darmstadt 1968 ; A. Losch, Die raumliche Ordnung der Wirtschaft, Stuttgart 1943, 3e réimpression 1962. La méthode utilisée dans cette contribution est présentée chez O. Schwarzer, Die raumliche Ordnung der Wirtschaft in Deutschland um 1910. ein historisch-systematischer Ansatz zu einer. Theorie wirtschaftlicher Entwicklung und slrukturellen Wandels, Stuttgart 1990 ; O. Schwarzer (avec collaboration de M.A. Denzel et F. Zellfelder), Das System des internationale, Zahlungsverkehrs, Währungen der Welt I : Europdische und nordamerikanische Devisenkurse, J. Schneider, O. Schwarzer et F. Zellfelder (dir.), 3 tomes, Stuttgart 1991, t. I, pp. 1-34, surtout pp. 29-30. Une tentative analogue, reposant également sur Christaller, a été entreprise pour l’Aquitaine médiévale par Ch. Higounet, Centralité, petites villes et bastides dans l’Aquitaine médiévale, Les petites villes du Moyen Âge à nos jours, Paris 1987 (article réédité dans Villes, sociétés et économies médiévales. Recueil d’articles de Charles Higounet, Bordeaux 1991, pp. 207-212). Voir également F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIe I siècles, t. 2 : Les jeux de l’échange, Paris 1979, p. 96 et suivantes.

34 Ainsi, Korner pouvait résumer pour l’espace allémanique du XVIe siècle comme suit : « L’étude du système des foires du début de l’époque moderne montre la complémentarité entre les caractéristiques des lieux centraux (théorie de Christaller) et le réseau des villes « intégrées (Netzwerksystem) d’une région urbaine », Korner, System der Jahrmärkte, p. 16.

35 O. Schwarzer et M.A. Denzel, Wirtschaftsräume und die Entstehung Versuch eines historisch-systematischen Ansatzes, SOWI, 20/3, 1991, pp. 172-178. Voir aussi : R. Gömmel, Transportkosten und ihr Einflub auf Integration von Wirt schaftsräumen, Economía, 1986, pp. 1-23.

36 Körner, Das System der Jahmärkte, p. 16.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Relations et échanges entre les villes centres de foires les plus importantes d’Europe aux environs de 1710 (d’après Marperger)1. Ville centre de foire ; 2. Ville située en dehors du système organisé des foires ; 3. Relations que les villes centres de foires entretiennent entre elles ; 4. Relations que les villes centre de foires entretiennent avec des localités situées en dehors du système organisé des foires, essentiellement avec :– Gènes et Saint Gall, du fait que des foires dépendent étroitement de ces deux centres ;– Venise en raison de la grande importance que les monnaies revêtent pour les foires ;– Hambourg et Amsterdam, centres les plus importants d’échanges monétaires de l’Europe du Nord-Ouest.Les relations entretenues avec d’autres centres font l’objet d’une indication sommaire dans des encadres.Source : P.J. Marperger, Description des foires et des marchés annuels, Leipzig, 1711 (rééd. Francfort/Main, 1968), pp. 115-178.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23347/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Légende Fig. 2. La formation de réseaux
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23347/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende Fig. 3. Espaces économiques et implantation de marchés dans l’Allemagne moyenne vers 1710 (d’après Marperger)1. Centres régionaux ; 2. Implantations de marchés.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23347/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 230k

© Presses universitaires du Midi, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search