Version classiqueVersion mobile

Foires et marchés

 | 
Christian Desplat

La foire de Castrillo de Villavega au xvie siècle

Francis Brumont

Texte intégral

  • 1 Archivo General de Simancas, Expedientes de Hacienda, (dorénavant AGS, EH) liasse 75, expediente 19 (...)
  • 2 Il ne faut cependant pas systématiser : de grandes foires se tiennent dans des villes appartenant a (...)

1La petite ville de Castrillo de Villavega, située à soixante kilomètres environ au nord de Burgos et de Palencia, aujourd’hui bien modeste village, a connu autrefois des foires animées que je me propose de faire revivre brièvement ici. C’était, au milieu du XVIe siècle, un petit bourg d’un peu plus de sept cents habitants à son apogée, au début des années 15601, appartenant à un grand seigneur, le duc de l’Infantazgo, qui en avait hérité dans les années 1530 de l’infante doña Mencia de la Vega. Et en cela il ne diffère guère d’autres villes de foires et de marchés de notre région, qui se tiennent dans des bourgs peu peuplés sous la protection de leur seigneur : c’est le cas de la grande foire de Villadiego, dont nous reparlerons, ou du marché de Frías, fiefs du connétable de Castille. D’autres ont lieu dans de petites villes, peuplées de trois mille à cinq mille habitants, mais toujours de señorío : Nájera (au duc du même nom), Belorado (au connétable), le marché de Villada et la foire de Benavente (au comte de ce nom)2.

  • 3 AGS, EH, liasse 75, expediente 20.
  • 4 Notons cependant que celle de Carrión de los Condes durait 20 jours (AGS EH, liasse 73, expediente (...)

2C’était autour du 28 octobre, sous l’invocation des saints Simon et Jude, que se déroulait notre foire qui durait une petite semaine : de cinq à sept jours nous disent les témoins interrogés lors d’une enquête en 15563. C’était là, et une époque de l’année et une durée4 tout à fait banales : citons, à cette même période de l’année, les foires de Saint Michel (29-IX) de Nájera, Saint-Luc (18-X) et Saint-André (30-XI) de Villadiego, SaintSimon et Saint-Martin (11-XI) de Belorado, Toussaint de Lerme, Aguilar de Campoó, Herrera de Pisuerga, Léon, Sainte Catherine (25-XI) de Castrojeriz, toutes foires de fin d’année agricole où les paysans peuvent se rendre munis de quelques liquidités. Il y a là, dans des lieux pas très éloignés et à des dates proches, une concentration de foires remarquable : c’est que, sans aucun doute, elles répondent à un besoin important d’échanges et ce, d’autant plus, que plusieurs d’entre elles sont spécialisées dans la même marchandise : le bétail.

  • 5 Archivo Municipal de Burgos, Sección Histórica, no 3651, fo 82 (1598).
  • 6 AGS, EH, liasse 73, expediente 63 (1586).
  • 7 Id., liasse 75, expediente 20.
  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid.

3C’est le cas, entre autres, de Villadiego où, nous dit-on, « l’affaire principale, c’est le bétail » (quatropea)5 et de Carrión où une taxe municipale porte sur le « bétail des vingt jours de foire »6. Quant à Castrillo, le doute n’est pas permis ; écoutons de nouveau les témoins interrogés en 1556 : Pedro Barrio, du village voisin de Bárcena, âgé de soixante ans, déclare : « Il venait se vendre à ladite foire beaucoup de paires de mules et mulets, des juments, des chevaux et beaucoup de porcs et beaucoup de bovins et de moutons »7. En fait, il semble bien que les plus nombreux soient les bovins : de mille à deux mille têtes, selon les années (et les témoins) ; ainsi, Alonso Martínez, habitant de la petite ville de Saldaña et qui a été pendant plusieurs années chargé de recouvrer le péage qui se paie aux portes de ce bourg, passage obligé pour une partie des vendeurs, déclare que « dans cette seule ville de Saldaña passaient pour ladite foire mille cinq cents têtes, et deux mille certaines années, sans compter celles qui passaient ailleurs »8. Ces animaux proviennent, pour la plupart, des zones montagneuses situées au nord de la meseta, aux confins des actuelles provinces des Asturies, de Léon, de Santander et de Burgos, ce que ne manquent pas de signaler tous les témoins : « de nombreux endroits des montagnes et d’Arguello, Valdeburón, terre de Rueda et comté de Pernía, du royaume et terre de Léon, du principat des Asturies d’Oviedo » précise Alonso Martín ; d’autres y ajoutent la Galice, la Liébana, le Campoó…9.

  • 10 Ibid.

4Les acheteurs sont, outre les paysans de la plaine qui n’élèvent pas les bœufs qu’ils utilisent pour les labours, des professionnels mandatés par les villes pour l’approvisionnement des boucheries municipales : fermiers de ces boucheries ou échevins chargés des achats, ils arrivent, selon l’un, « de Madrid, Valladolid et Logroño et Orduña et Burgos », il s’agit d’après l’autre « de marchands et bouchers très riches de la Cour [c’est-à-dire de Valladolid] et de Nájera, Logroño, Navarrete, Burgos et de beaucoup d’autres lieux »10. Autour de ces personnages gravite tout un petit monde d’intermédiaires, notamment des courtiers en bestiaux, comme Juan Hernández et Juan López qui sont appelés à témoigner lors de l’enquête de 1556.

  • 11 C’était une pratique habituelle des montagnards du Valdeburón au milieu du XVIIIe siècle : ils écha (...)

5L’affluence des chalands attire de nombreux marchands qui proposent toutes sortes de produits : draps, mercerie, bijouterie, confection… « et beaucoup d’autres marchandises ». Il est probable aussi que les montagnards en profitaient, car l’époque était propice, pour faire provision de grain et de vin qu’ils n’arrivaient pas à produire en quantité suffisante11. La foire de Castrillo est donc un lieu d’échanges entre deux zones d’économies complémentaires : la montagne et son piémont ; en cela encore, elle ne montre pas beaucoup d’originalité.

  • 12 Archivo Municipal de Burgos, Sección Histórica, no 3651, fo 93v°.

6À Castrillo, comme dans beaucoup d’autres foires, les échanges étaient soumis à l’impôt le plus répandu, l’alcabala son taux y étant fixé à 4 % de la valeur du bétail et à 5 % de celle des autres marchandises. La perception de ces droits nécessitait toute une organisation et supposait que les échanges se tinssent dans un lieu bien précis. À Villadiego, par exemple, la foire aux marchandises se tient sur la place à arcades de cette ville tandis que le bétail est vendu sur un terrain situé hors les murs, près de la maison du connétable, seigneur de la ville12.

  • 13 AGS, EH, liasse 75, expediente 20.

7Les ventes et les achats devaient être enregistrés, comme on le voit à contrario par ce témoignage décrivant une foire franche où l’on ne payait pas l’alcabala, celle de Léon : « Ce témoin, nous dit-on, a été une fois à la foire de ladite ville de Léon et il vit qu’elle était franche et que personne n’enregistrait les marchandises que l’on y apportait et qu’on ne donnait pas de certificat comme quoi on avait vendu ses marchandises pour s’en aller, sinon que les gens s’en allaient quand ils voulaient, sans payer aucun droit, aussi bien celui qui vendait que celui qui achetait »13. La perception de ces droits nécessitait donc tout un petit personnel, sans compter les gardes à pied et à cheval qui garantissaient la sécurité de la foire et des chemins alentour.

8Notre documentation permet de retracer assez bien le mouvement de l’alcabala perçue sur cette foire pendant une cinquantaine d’années entre 1520 et 1570. Il ne faut certes pas faire une confiance absolue à ces chiffres, surtout en ce qui concerne les années les plus anciennes, les témoins, voulant prouver le déclin des foires à partir de 1550, ayant sans doute tendance à embellir le temps passé. Quoi qu’il en soit, nous possédons deux types de chiffres : le montant de l’afferme des droits de la foire et des estimations du montant des droits effectivement perçus par les fermiers ou par la ville durant les années 1562-1567 où ils étaient en régie directe. Les données que nous avons pu extraire, avec la prudence nécessaire, des déclarations des témoins apparaissent résumées dans le tableau ci-dessous.

9Un rapide examen de ces chiffres permet de distinguer deux périodes : entre 1520 et 1550 l’alcabala rapporte entre 130 et 200 000 maravédis avec des fluctuations assez importantes. À partir de 1550 se produit une chute brutale : l’alcabala passe à 70-80 000 mrs, avec une forte hausse en 1566.

Castrillo : données chiffrées sur l’activité de la foire (maravédis)

Années

Montant de l’affermage

Valeur de l’alcabala

1520 et suiv.

200 000 ± 20 000

1530 et suiv.

130 000-160 000

1537-1540

130 000

+ de 130 000

1540

195 000

200 000

1544-1547

130 000

+ de 130 000

1547-1549

130 000

170 000

1550-1556

130 000

70 000 – 80 000

1562

71 377

1563

80 350

1564

106 919

1565

122 868

1566

247 190

1567

44 132

  • 14 Les 2/9 des dîmes qui revenaient à la Couronne, aliénées ici au seigneur de la ville.

10Interrogé en 1556, Antonio Dias, habitant de Saldaña, déclare qu’il y a quarante-cinq ans environ, dans les années 1520 donc, il était chargé, en tant que serviteur de doña Mencia de la Vega, de recouvrer les droits de la foire de Castrillo et ajoute qu’elle rapportait alors, bon an mal an, 200 000 maravédis ; passé naturellement au service du duc de l’Infantazgo, il recouvra, au début des années 1530, entre 130 et 160 000 mrs si bien que, fort de son expérience, il afferma au duc ses droits pendant trois ans à 130 000 mrs chaque année, durant lesquels il gagna de l’argent. Pour les années 1540, plusieurs témoins sont disponibles qui confirment tous la valeur de l’alcabala, entre 150 et 200 000 mrs, tant et si bien que, le 26 juillet 1547, trois habitants de Saldaña afferment foire et tercias14 pour dix ans et pour 175 000 maravédis ; les tercias étant tout aussitôt sous-affermées pour 45 000 mrs, le gain était sûr, certains témoins estimant la valeur de l’alcabala à 180 000 mrs. Si ces chiffres sont exacts et que le taux de l’alcabala est resté inchangé cela signifie que la foire avait au début du règne de Charles Quint une importance bien plus considérable qu’à la fin de celui-ci où elle rapporte moins alors que les prix ont augmenté entre les deux dates.

11La raison principale de la chute de l’alcabala en 1550 est la création de la foire de Léon : celle-ci dure un mois autour de Toussaint et fait donc une concurrence directe à celle de Castrillo, d’autant plus que les autorités de la vieille capitale n’ont rien négligé pour attirer les chalands. Non seulement cette foire est franche, comme nous l’avons vu, mais encore les marchands y sont hébergés gratuitement ; cependant, ces faveurs, que les Léonais avaient fait crier publiquement dans toute la région, n’auraient pas suffi sans l’avantage décisif que les témoins de Castrillo ne manquent pas de souligner : Léon se trouve beaucoup plus près des montagnes d’où les bovins sont originaires et donc ceux-ci ne se déplacent plus jusqu’à notre ville, certains d’entre eux devant même paser à Léon pour se rendre à Castrillo. Les conséquences ne se firent pas attendre : « Les marchands qui viennent à ladite foire de ladite ville [de Castrillo] voyant qu’il n’y a pas de bétail passent à celle de Léon » ; les chiffres qu’on nous donne à ce sujet sont éloquents : de 1 500 à 2 000 têtes de bovins avant cette création, nous tombons à 100 ou moins après 1550, 13 même une année, nous dit un témoin. La désertion des boutiquiers de draps et mercerie accompagne le départ du bétail. Cependant, il convient de nuancer ces affirmations car l’alcabala monte encore à quelques 70 ou 80 000 mrs ; cela signifie sans doute que si les bovins ne viennent plus, les autres animaux sont toujours présents, de même que les produits de l’agriculture. Le rayon de la foire s’est réduit et elle a perdu ce qui faisait sa spécificité : la vente en gros de bétail de boucherie.

12Il s’agit donc là d’un changement structurel et durable ; en revanche, l’épisode de 1566 où la foire semble retrouver son lustre d’antan est purement conjoncturel.

  • 15 AGS, EH, liasse 75, expediente 19.

13Les mouvements des années 1560 sont dus à la peste qui frappe de plein fouet la foire de Villadiego, en 1565 et surtout en 1566 où elle est interdite (alors qu’elle était sur le point de commencer) par une provision royale ; tout le monde, bétail et marchands, se replie alors sur Castrillo où la maladie ne sévit pas ; le chiffre de 1565 avait été également gonflé pour les mêmes raisons. De 80 à 10 0000 maravédis, on passe à 250 000 ce qui signifie sans doute que la foire de Villadiego était encore plus importante que celle de Castrillo, car il semble que malgré la peste on y a fait un peu de foire, plusieurs témoins racontant qu’ils y sont allés. L’année suivante la peste touche Castrillo de la Saint-Jean à Noël, d’où la forte chute de l’alcabala, mais remarquons que, malgré la peste, la foire rapporte la moitié d’une petite année normale ; les gens s’y sont donc rendus quand même malgré les interdictions15.

14Quelques conclusions semblent se dégager de cette étude : la nécessité de telles réunions périodiques qui mettent en contact les gens des montagnes, éleveurs et artisans, et ceux des plaines qui leur procurent le vin et le blé dont ils ont besoin et que même la peste ne suffit pas à interrompre.

15La création de la foire de Léon et son rapide succès montre qu’il s’agit de structures souples ; en effet, il suffit d’attirer les biens et les marchands pour déplacer la foire, ce changement pouvant se produire très rapidement, d’une année sur l’autre dans ce cas.

16Signalons enfin, même si cela déborde le cadre forcément limité de ce travail, que ces foires rurales s’intègrent parfaitement dans le grand réseau du commerce castillan articulé autour de l’axe Bilbao-Santander/Burgos/les foires de Medina, Ríoseco et Villalón, réseau dans lequel leur fonction est d’apporter auprès du consommateur final (ou du détaillant des villages) les produits importés, surtout des draps et des toiles de faible qualité, par les ports cantabriques pour les marchands de Burgos et des villes de foire.

Notes

1 Archivo General de Simancas, Expedientes de Hacienda, (dorénavant AGS, EH) liasse 75, expediente 19 :181 feux en 1563, dans les deux hameaux de Castrillo et de Villavega.

2 Il ne faut cependant pas systématiser : de grandes foires se tiennent dans des villes appartenant au roi comme Carrión de los Condes (sans parler de Burgos ou de Medina del Campo). Sur Benavente (et les foires de Medina de Ríoseco et Villalón), voir B. Yun Casalilla, Ferias y mercados ; indicadores y coyuntura comercial en la vertiente norte del Duero. Siglos XVI-XVIII, Investigaciones Históricas (Valladolid), vol. 4, 1983, pp. 53-82.

3 AGS, EH, liasse 75, expediente 20.

4 Notons cependant que celle de Carrión de los Condes durait 20 jours (AGS EH, liasse 73, expediente 63) et celle de Léon un mois : 15 jours avant Toussaint et 15 jours après (Id., liasse 75, expediente 20). Il s’agit de deux villes peuplées de plus de mille feux.

5 Archivo Municipal de Burgos, Sección Histórica, no 3651, fo 82 (1598).

6 AGS, EH, liasse 73, expediente 63 (1586).

7 Id., liasse 75, expediente 20.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 C’était une pratique habituelle des montagnards du Valdeburón au milieu du XVIIIe siècle : ils échangeaient leur bétail et les produits de leur artisanat (outillage agricole) contre le blé et le vin, de la Tierra de Campos notamment (J.L. Martin Galindo, Arcaísmo y modernidad en la explotación agraria de Valdeburon, Estudios Geográficos, no 83,1962, pp. 193-194).

12 Archivo Municipal de Burgos, Sección Histórica, no 3651, fo 93v°.

13 AGS, EH, liasse 75, expediente 20.

14 Les 2/9 des dîmes qui revenaient à la Couronne, aliénées ici au seigneur de la ville.

15 AGS, EH, liasse 75, expediente 19.

© Presses universitaires du Midi, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search