Version classiqueVersion mobile

Foires et marchés

 | 
Christian Desplat

Foires et marchés ruraux dans les pays de la couronne de Castille et Léon du xe au xiiie siècle

Pascual Martinez Sopena
Traduction de Véronique Van Damme

Texte intégral

1À la fin du XIe siècle, Alphonse VI de Léon et Castille était dénommé par la prose protocolaire « Empereur des deux religions » parce qu’il avait réussi à imposer son pouvoir jusqu’à Tolède, ville autrefois cour des Wisigoths, et alors carrefour de cultures. Pourtant, comme les faits allaient le démontrer, la conquête de Tolède ne signifia la consolidation des domaines chrétiens sur les rives du Tage que bien après sa mort. Par contre, on parvient, durant le long gouvernement de ce prestigieux monarque, à organiser et à coloniser un large frange de terres depuis le Duero jusqu’à la ligne montagneuse du centre de l’Espagne, en créant, plus au sud, un système de défenses avancées dont Tolède constituait la clé. L’étude qui suit est consacrée à l’analyse du marché médiéval à l’intérieur du vaste espace constitué par le quadrant nord-ouest de la péninsule Ibérique, c’est-à-dire de puis le Golfe de Biscaye jusqu’aux chaînes des montagnes centrales – les pays qui intégraient de droit les royaumes de la Castille et du Léon à l’époque considérée.

2Le thème proposé par les organisateurs de ce colloque implique de se situer par rapport à deux visions des faits élémentaires. La première est la vision d’un marché rural opposé au marché urbain avec pour postulat que chacun posséderait ses propres caractéristiques. L’autre vision des faits consiste à apprécier l’existence du fait du marché dans le milieu rural, en considérant l’existence d’échanges dans le monde médiéval comme un fait général dont la valeur devra se préciser en accord avec les époques, les espaces et autres circonstances. Le point de vue de ma contribution va dans le sens de cette seconde proposition.

3En effet, dans les territoire considérés, les caractères du peuplement, la société et l’économie du Xe au XIIIe siècle, m’empêchent de concevoir les faits autrement, c’est-à-dire d’imaginer une relative autonomie de la campagne et de la ville. À cela, deux raisons essentielles, dont la première est que ces pays se sont forgés au Moyen Age en l’absence d’une tradition urbaine. Au temps de l’Antiquité romaine, aucun réseau de villes solide n’existait dans le quadrant nord-ouest de la péninsule Ibérique, et ce qu’il y avait de tissu urbain s’estompa avec l’invasion musulmane au début du VIIIe siècle, après avoir traîné une vie languissante depuis la crise du IIIe siècle. La seconde raison est que le marché médiéval – considéré à l’époque de sa maturité – est un phénomène relativement centralisé, qui s’organise à partir d’un réseau de villes de fondation. Cela n’implique nullement, comme nous aurons l’occasion de le voir, qu’il s’agisse d’un phénomène dissocié de son environnement agricole. Sommairement considérées, beaucoup de ces villes sont de grands bourgs ruraux où l’élevage, l’agriculture et les butins de guerre pèsent habituellement davantage que d’autres facteurs d’activité économique, tels ceux associés au développement de manufactures destinées à un rayonnement plus ou moins étendu.

  • 1 J. Gautier Dalché, L’étude du commerce médiéval à l’échelle locale, régionale et interrégionale : l (...)

4Il y aura bientôt vingt ans, Jean Gautier Dalché dressait le bilan des connaissances et des problèmes liés à l’étude du commerce dans les pays de la Couronne de Castille. À quelques unes de ses observations, comme celles qui ont trait à la pénurie des sources, il est possible de souscrire encore en termes semblables aux siens. Mais d’autres, en particulier celles relatives aux conditions du développement des échanges durant la période s’étendant entre le XIe et le XIIIe siècle, peuvent aujourd’hui s’expliquer de manière plus précise grâce aux multiples travaux qui ont été réalisés depuis lors, dans le cadre de monographies d’histoire régionale ou d’histoire urbaine, notamment, mais aussi sur des aspects précis de l’évolution du monde rural ou des réseaux commerciaux1.

5L’étude de Gautier Dalché distinguait deux étapes dans le progrès des échanges, aussi bien en ce qui concerne leur volume que leur envergure. La première, qui couvre les IXe et Xe siècles, est caractérisée en négatif par son obscurité ; la seconde, qui va du XIe au XIIIe siècle, est caractérisée par une croissance soutenue. Cette chronologie continue dans son principe à être acceptable, en la retouchant peut-être légèrement de manière à prolonger la première étape jusqu’au cœur du XIe siècle. Cette nuance a son importance pour le sujet qui nous occupe puisque, en fait, elle réévalue l’extrême souplesse des points de marché du haut Moyen Âge au moment où commence à se déployer un vaste réseau de villes nouvelles. C’est sur ces villes, destinées à devenir les éléments articulateurs du marché rural, que va se focaliser cette contribution. Mais pour bien mettre en relief leur signification, il me semble opportun de préciser pour commencer les caractères que revêtait le commerce avant leur création.

L’étape primitive des marchés ruraux

  • 2 Telle est l’appreciation ae v. uonnassie, La Laiaiugne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle. Croi (...)
  • 3 Quelques années plus tard, on fait de nouveau allusion au marché de Cea comme un espace bien délimi (...)
  • 4 C. Estepa Diez, Estructura social de la ciudad de León (siglos xi-xiii), León, 1977, pp. 121-122, 4 (...)
  • 5 C. Estepa Diez, « Burgos en el contexto del nacimiento de la ciudad medieval castellano-leonesa », (...)

6Comme on le sait, au début du Xe siècle, les monarques chrétiens des Asturies réussirent à s’établir de manière durable jusqu’à la ligne du Duero, c’est-à-dire que le nord-ouest de la péninsule Ibérique passa au pouvoir des rois d’Oviedo qui, immédiatement, déplacèrent leur capitale à Léon, une ville située plus au sud et mieux centrée par rapport aux territoires qu’ils dominaient. Les références aux marchés de ces premiers siècles sont aussi accidentelles que celles qui ont été notées pour d’autres espaces2. Parmi les plus expressives, on trouve celles qui font allusion à l’exercice d’activités commerciales dans différents centres du pouvoir territorial. Ainsi, en 951, on relève à Cea l’existence d’un certain lieu ubi exercitur mercimonia iuxta Sancti Verissimi cimiterio. Cea, au sud-est de Léon, était l’oppidum depuis lequel les comtes de la famille de Vermudo Nuñez exerçaient leur contrôle sur une vaste région, et c’est probablement pour cette raison que le document en question et d’autres contemporains n’hésitent pas à lui attribuer la qualification de civitas, un titre de prestige appliqué à une fonction politique non exempte d’implications économiques. En tous cas, on constate ici la définition d’un espace commercial et son association à un lieu de culte, bien qu’on ne puisse préciser si l’espace commercial coïncidait avec les dextros de l’église San Verisimo3. Nos informations sur la ville de Léon sont plus précises : depuis le milieu du Xe siècle, on connaît l’existence d’un noyau commercial intra muros, les tendas, mentionnées par quelques documents et situées dans la zone sud-est de l’enceinte. Près d’elles, mais déjà en-dehors des remparts, on installera à la fin du siècle le marché. Là proliféreront de nouvelles boutiques et là, surtout, sera le siège de la réunion commerciale hebdomadaire du mercredi4. Burgos, capitale des comtes de Castille devait présenter une image semblable, tout comme, peut-être, Nájera, la capitale des rois de Navarre qui passa aux mains du pouvoir castillan dans le dernier quart du XIe siècle5.

  • 6 F. Lopez Alsina, La ciudad de Santiago de Compostela en la Alta Edad Media, Santiago de Compostela, (...)
  • 7 J. I. Ruiz de la Peña Solar, op. cit., p. 290

7Mais ce n’est pas seulement autour des centres du pouvoir politique que se développèrent au cours du Xe siècle des zones de marché. Ainsi la ville naissante de Compostelle, articulée par l’ensemble des édifices religieux qui entouraient le tombeau de l’apôtre Saint Jacques, semble avoir également disposé d’un marché au voisinage immédiat de ses murs6. Par ailleurs, la connexion physique entre la ville et le marché ne s’établissait pas toujours de manière aussi stricte. À Oviedo, siège primitif de la royauté, le marché se trouvait relativement loin de la ville : en réalité, son emplacement correspondait au point de confluence des anciennes voies romaines qui traversaient les Asturies7. Ce fait introduit un nouveau problème, celui de l’association entre certains marchés de cette époque et les réseaux de communications ; ici, la perspective des centres de pouvoir passe au second plan.

  • 8 L. Garcia de Valdeavellano, El mercado en León y Castilla durante la Edad Media, Madrid, 1931(2e ed (...)
  • 9 Del Alamo, Colección Diplomática de San Salvador de Oña, Madrid, 1950, I, no 95.
  • 10 T. F. Glick, Islamic and Christian Spain in the early Middle Ages, Princeton, 1979, p. 119, l’auteu (...)
  • 11 Au sujet de Puentelarrá, voir A. Ubieto Arteta, Cartulario de ban Minan de la cogolla (759-1076), V (...)

8En Vieille-Castille et dans la Rioja, les mentions de chemins (vias) conduisant à des marchés sont relativement fréquentes durant les Xe et XIe siècles ; elles sont documentées par exemple près de Pancorbo, Oña et Aguilar de Campoo8. Or, l’emplacement des marchés en question n’est spécifié qu’à des dates tardives, comme dans le cas de cette via, qualifiée de publica, qui discurrit ad mercado de Lebrana, et qui est mentionnée en 10899. Il est peut-être possible de voir une évolution entre ces deux formulations. Le marché a commencé à être un lieu de réunion périodique, choisi pour ses bonnes conditions de communication à l’intérieur d’un pourtour rural déterminé, et il a fini par devenir un lieu d’habitat stable grâce à l’appui des pouvoirs territoriaux. Ainsi à la fin du XIe siècle, dans l’exemple retenu, Lebrana était-il déjà un village. Ce fut aussi le cas de Talatel, une localité de la région de Medina de Pomar, dont le nom, à l’origine, avait pour sens « la marché du mardi » (arabe : al-thalatha)10. La manière selon laquelle le passage d’une situation à l’autre s’effectua est bien illustrée par l’exemple de Puentelarrá, un des franchissements les plus anciens et les plus connus de l’Ebre entre l’Alava et la Castille : en 1045, le roi García de Nájera et Pampelune indiquait qu’il y avait peuplé un marché ad fuero de Cereso. Cette circonstance ne fut d’ailleurs pas particulière à la Castille11.

9Les origines du marché sont donc diverses. Elles ne semblent pas spécifiquement liées aux principales agglomérations du pays, au demeurant très modestes. Et il est possible, dans la mesure où les références sporadiques dont on dispose rendent ce fait observable, que les marchés se soient multipliés au cours du XIe siècle dans les zones rurales.

  • 12 Les aspects juridiques du marché médiéval continuent à être débiteurs de l’étude classique de L. Ga (...)

10Les données apportées par ces références suscitent au minimum trois questions. La première est d’ordre institutionnel. Il existe pour le moins, et dans la mesure réduite où nous pouvons l’établir, une présence de l’autorité publique. C’est elle qui a institué le marché, qui perçoit le portaticum – impôt sur l’entrée et la sortie des marchandises – et qui est, éventuellement, propriétaire des boutiques permanentes. Nous possédons, au moins en ce qui concerne les marchés de Léon et de Nájera au XIe siècle, une ordonnance de paix de marché, garantie par les officiers urbains, les alcaldes. À Léon, on mentionne de manière plus spécifique le zabazoque – version romane de l’arabe sahib as-suq, ce qui atteste une fois de plus, le courant des transferts culturels qui atteint le nord de la Péninsule grâce à une importante immigration mozarabe12

  • 13 J. Gautier Dalche, L’histoire monétaire de l’Espagne septentrionale et centrale du IXe au XIIe sièc (...)

11La seconde question, plus générale, a trait à l’insertion du marché dans le système économique et social de l’époque. Ainsi que le faisait remarquer Gautier Dalché, une grande partie du territoire considéré fut, aux IXe et Xe siècles, l’objet d’une intense colonisation par de petites exploitations tenues par des hommes libres qui, dans un premier moment, se virent obligés de « se procurer les vivres, les semences, le matériel dont ils avaient besoin », ce qui dut créer une série de courants d’échanges avec les régions septentrionales – et, ajouterons-nous, avec ceux qui s’étaient antérieurement établis dans la même contrée. En même temps qu’ils mettaient en valeur leurs exploitations, ces paysans formèrent – surtout sur les larges franges frontalières – des contingents mobilisables dont une partie, celle qui servait à cheval, constituait la « caballería villana ». Ils augmentèrent de la sorte leurs ressources grâce aux butins de guerre, et tout cela dut encourager les marchés dans les villes et dans d’autres lieux. Ainsi également se justifie la relative abondance de monnaie qui apparaît dans les documents de la Castille et du Léon, en tenant compte du fait que les monarques chrétiens ne battaient pas encore monnaie à cette époque13. Il conviendrait de se demander si l’évolution sociale modifia ces perspectives. La soumission progressive de la paysannerie libre à partir du milieu du Xe siècle ne donna généralement pas le jour à une grande propriété où se serait développée une économie strictement domaniale. Les seigneurs les plus importants possédaient des domaines aussi dispersés qu’étendus, fréquemment constitués par l’annexion de micropropriétés paysannes, dont les possesseurs continuaient à travailler leurs anciennes terres, et qui, dans la mesure des possibilités du travail familial, augmentaient leur pécule grâce à de nouveaux défrichements. Même en admettant le poids croissant de l’ensemble de l’aristocratie, on ne peut mettre en doute, semble-t-il, la participation continue des paysans dans les petites transactions. D’autre part, depuis la fin du Xe siècle, divers faits, tous en rapport avec l’Espagne islamique, contribuèrent à maintenir le flux d’apport monétaire : l’activité mercenaire d’une partie de l’aristocratie au service d’Al Mansour, les luttes qui marquèrent la lente agonie du califat, et enfin les tributs payés par les petits États issus de la fragmentation de Al Andalus (les Taifas). On admettra donc que les effets de la seigneurialisation ont pu freiner les formes primitives de l’initiative paysanne, et que ces prélèvements ont pu être complétés par les bénéfices des boutiques et des droits de marchés reçus par les seigneurs des mains de leurs souverains. Pour autant, au total, les entrées monétaires en provenance d’Al Andalus n’eurent pas à cette époque un effet révolutionnaire ; d’où on peut déduire qu’il n’exista pas, dans la forme que revêtit le marché rural, de coupure par rapport aux temps initiaux.

  • 14 Les transactions dans le cadre d’un petit marché se reflètent dans la description du tonlieu qui ét (...)
  • 15 M. Carbajo Serrano, El monasterio de los santos Cosme y Damián de Abellar. Monacato y sociedad en l (...)

12Enfin, une dernière question concerne la zone d’influence de ces marchés. Il semble évident que beaucoup d’entre eux n’ont servi qu’à centraliser les modestes échanges d’une petite contrée14. À l’extrême opposé, la nette monétarisation de la périphérie de Léon et l’existence de toponymes formés à partir de noms de métiers indiquent que cette zone fut mise à contribution pour satisfaire les besoins de la capitale du royaume, que le marché urbain fut bien approvisionné tant en vivres qu’en certains produits artisanaux, et qu’en somme, une partie des ressources accumulées à la cour se répandit dans les campagnes environnantes15.

Les villes neuves et le processus d’urbanisation

13La profonde réorganisation du réseau de peuplement qui s’amorce au cours du dernier quart du XIe siècle constitue le cadre de référence du nouvel aspect qu’offrira désormais le marché dans les pays du Léon et de la Castille. Le principal résultat de ce processus démographique est la mise en place de plus de deux cents villes dans la vaste territoire situé entre la côte cantabrique et les systèmes montagneux du centre de l’Espagne.

  • 16 L’ensemble de l’œuvre de Ch. Higounet reflète bien l’amplitude du phénomène ; à propos du concept d (...)

14Il paraît évident que nous nous trouvons ici en présence de la manifestation régionale d’un phénomène d’ampleur européenne. Pour le définir, on a parlé de processus d’inurbamento. Ce terme peut s’appliquer sans restriction à l’ensemble des pays ibériques16, car ce processus qu’on voit apparaître dans le Léon et la Castille est également bien visible tant dans les royaumes d’Aragon et de Navarre qu’au Portugal.

15À la fin du XIe siècle, l’urbanisation a atteint une envergure significative dans deux zones. D’une part, le Chemin de Saint-Jacques, ce couloir qui unit les principaux sièges de pouvoir dans le territoire situé au nord du Duero, où les cités épiscopales et les villes royales et comtales du haut Moyen Âge acquièrent progressivement une nouvelle configuration. Mais, de plus, apparaissent sur cette route de nouveaux centres dont le plus marquant est Sahagún, une ville de seigneurie monastique, née à l’ombre du plus important des monastères dans lesquels on imposa les normes de Cluny. D’un autre côté, l’expansion chrétienne dépassait définitivement la frontière du Duero. Rappelons qu’en 1085 eut lieu la conquête de Tolède. Entre les anciens territoires de la monarchie castillano-léonaise et la vieille capitale wisigothique, il y avait un grand espace qu’on organisa en s’appuyant sur de nombreuses villes-forteresses. Ce nouveau territoire situé entre le Duero, les montagnes du Système Central, et, au-delà de celles-ci, la Transierra fut baptisé les Estrémadures.

  • 17 Au sujet des régions situées au sud du Duero, voir L.M. Villar Garda, L’Extremadura castellano-leon (...)

16Le XIIe siècle constitua la grande époque du processus d’urbanisation. Avant 1230, des douzaines de villes neuves, débordant de partout les étroites limites du Chemin de Saint-Jacques, virent le jour au nord du Duero. À la même époque, on compléta le réseau des villes des Estrémadures. Toutefois, il faut ajouter qu’au nord, on continuera, dans la seconde moitié du XIIIe siècle, et même au XIVe, à établir de nouvelles villes dans les régions littorales, surtout dans les Asturies et au Pays Basque, mais aussi en Galice17.

  • 18 Pour ces aspects, voir les travaux inclus dans le volume de Concejos y ciudades en la Edad Media Hi (...)
  • 19 R.H. Hilton, English and French towns in feudal society. A comparative study, Cambridge, 1992. Auto (...)
  • 20 J. Gautier Dalche, « Les colonies étrangères en Castille : I. Au nord du Tage », dans Anuario de Es (...)

17En somme, le grand élan urbanisateur qui transforme les pays de la Castille et du Léon correspond à l’époque de la plénitude médiévale. Étant donné la modestie de l’héritage urbain haut-médiéval et les progrès territoriaux du XIe siècle, cet élan s’est surtout traduit par la constitution d’un réseau compact de villes neuves. Comme instrument juridique de la nouvelle organisation, apparaissent les fueros municipaux, comparables aux chartes de franchises d’autres latitudes. Ils règlent les relations entre vecinos, ainsi que les relations desdits vecinos avec les communautés voisines. Les fueros instituent aussi des formules de gouvernement municipal jouissant d’un degré d’autonomie variable18. C’est ainsi que naissent les concejos, destinés à jouer un rôle de premier plan dans la vie sociale et économique du pays. En tous cas, il convient de signaler qu’il s’agit généralement de villes de taille réduite, presque toujours comparables, quant à leurs fonctions, à ce qu’on a appelé les « petites villes »19. En ce qui concerne leur composition sociale, ces villes se nourrissent d’une immigration variée : jusqu’au début du XIIIe siècle il existe un apport important de gens venus d’outre-Pyrénées20, tandis que, par ailleurs, l’attraction exercée sur la proche campagne est toujours demeurée primordiale. À mi-chemin entre ces deux courants, les flux interrégionaux occupent une grande place dans les villes des Estrémadures.

  • 21 R. Pastor, Resistencias y luchas campesinas en la época de crecimiento y consolidación de la formac (...)

18Le succès du processus d’urbanisation paraît être associé à l’évolution du monde rural. Certaines études régionales ont mis en valeur l’importance de la croissance agricole du pays depuis le XIe siècle, en soulignant l’augmentation des zones de culture et le développement de l’élevage. Le régime seigneurial se généralise, mais, presque simultanément – c’est-à-dire depuis les années 1130 – on perçoit une nette tendance à la réduction du taux de prélèvement sur les paysans dépendants. « C’est en raison des conditions générales de la croissance, du développement et de l’expansion de la formation sociale féodale – écrit Reina Pastor – qu’on a pu arriver, simultanément et sans contradiction apparente, à l’augmentation générale de la rente féodale et à la baisse du taux de prélèvement exigé de chaque petit producteur »21.

  • 22 C. Estepa Diez, « El realengo y el señorío juridiccional concejil en Castilla y León, siglos XII-XV (...)
  • 23 P. Martinez Sopena, « Réorganisation de l’espace et conflits de pouvoir. Les pueblas reales au nord (...)
  • 24 H. Franco Junior a dernièrement réfléchi à cette question dans Peregrinos, monges e guerreiros. Feu (...)

19La présence dominante de la royauté caractérise la politique d’urbanisation durant toute cette période : l’immense majorité des villes sont des villes du roi. En situant ce processus dans le cadre de la monarchie féodale, on a soutenu que les villes neuves signifiaient « une authentique réorganisation de la propriété et des droits seigneuriaux, une réorganisation du domaine royal (realengo) par l’intermédiaire des concejos »22. Replaçons en effet l’action de la Couronne dans le contexte économique et social sommairement décrit. Il faut probablement mettre en rapport le rôle dynamique exercé par les monarques dans la mise en place des nouvelles villes avec l’intérêt qu’ils mettaient à contrôler les autres pouvoirs du royaume, comme à participer d’une manière effective aux bénéfices de la croissance. Il semble évident que, dans cette perspective, on se situe bien sur le plan d’une concurrence entre les différents pouvoirs féodaux23. L’importance de ce facteur dans la réduction du taux de prélèvement paraît indubitable, surtout dans un pays où la croissance démographique semble être allée, des siècles durant, à la remorque de l’expansion territoriale24. Pour la Couronne, la réalisation de ses objectifs a dépendu dans une bonne mesure de la mise en place progressive d’un réseau de villes ; ces villes lui étaient indispensables pour développer la fiscalité royale, et pour assurer à l’institution monarchique un rôle politique central.

Villes et districts ruraux. un modèle centralisé de marché

  • 25 Il est possible que les alfoces les plus primitifs aient été organisés à partir de contrées naturel (...)
  • 26 Parmi les plus grands alfoces de l’Estrémadure castillane, on compte ceux d’Avila (9000 km2), Ségov (...)

20Les villes exercent leur autorité sur un territoire d’étendue variable qu’on dénomme alfoz (mot arabe désignant le district rural dépendant d’une ville). On observe l’emploi de ce terme aux siècles précédents pour désigner les circonscriptions territoriales militaires, judiciaires, et fiscales. Au fur et à mesure du développement des villes, les concejos assumèrent le contrôle de vastes espaces ruraux, de telle sorte qu’un réseau dense de nouveaux alfoces soumis à l’autorité des communes s’étendit des Estrémadures au Golfe de Biscaye25. Les dimensions de ces territoires municipaux étaient très variées. Les plus étendus se trouvaient généralement dans les terres d’incorporation plus récente, c’est-à-dire les Estrémadures, mais on rencontre déjà quelques districts de plusieurs centaines de kilomètres carrés dans les régions situées au nord du Duero26.

21Ces données étant posées, interrogeons-nous sur le rôle du marché. Grâce à l’utilisation et au développement du vieux droit dont ils disposaient depuis le Xe siècle, les rois établissent des marchés dans toutes les nouvelles villes, en soulignant la différence entre le marché journalier, l’azogue (arabe : as-suq), qui se trouvait en germe dans les tendus du haut Moyen Âge, et le marché hebdomadaire. C’est sur ce dernier que nous allons concentrer notre attention : sa qualification occasionnelle de mercado mayor, à Villafranca del Bierzo, témoigne de son importance.

  • 27 L. Garcia de Valdeavellano, op. cit.; C. Gonzalez Minguez, El portazgo en la Edad Media. Aproximaci (...)

22Du point de vue juridique, le statut du marché hebdomadaire revêt différents aspects dont les fondements proviennent, semble-t-il, de l’époque antérieure. Certains de ces aspects se retrouvent un peu partout avec une relative unanimité. Tel est le cas de tout ce qui a trait à la paix du marché – aussi bien en ce qui concerne la personne que les lieux-depuis l’amende de 60 sous pour qui provoque des bagarres le jour du marché et dans son enceinte (suivant une vieille tradition germanique), jusqu’à l’interdiction d’opérer ce jour-là des saisies, en passant par la sûreté personnelle dont bénéficie le négociant au cours de son voyage. Il est à noter que les fréquentes violations de cette dernière clause suscitèrent la conclusion de pactes inter-municipaux destinés à mieux la garantir. On peut aussi qualifier de général le ressort des magistrats municipaux et de leurs agents sur le marché, ressort qui n’a presque jamais impliqué l’établissement de fonctionnaires spéciaux, sauf pour la perception des impôts. De même, on rencontre couramment l’obligation de vendre dans l’enceinte du marché ; cette obligation ne s’atténue qu’en de rares occasions au bénéfice des habitants de la ville qui sont autorisés à vendre dans leurs propres maisons. Beaucoup plus complexe se révèle la question des droits perçus sur le marché, dont l’ensemble n’a pas été encore clairement identifié. Les plus répandus sont les portazgos, déjà connus antérieurement, assimilables aux tonlieux, et qui reçoivent des noms différents. C’est précisément ce fait, peut-on penser, qui a pu introduire une complexité purement formelle dans le panorama des impôts commerciaux27.

  • 28 La position radicalement centrale des villes des Estrémadures par rapport a leur alfoz est souligné (...)
  • 29 Vers la fin du XIIe siècle ou au début du XIIIe, le marché qui se tenait dans la banlieue d’Oviedo (...)

23Dans la perspective qui est la nôtre, le fait majeur est que, depuis le XIIe siècle, le marché rural s’organise au travers du binôme ville-alfoz. Il s’agit d’un modèle relativement centralisé qui jouit d’une protection juridique spécifique, puisque l’alfoz constitue un territoire soumis à la ville correspondante : ville de fondation dans la majorité des cas, ou bien cité épiscopale. Ce modèle du marché va devenir exclusif. Au sud du Duero, l’implantation des villes des Estrémadures s’accompagna sans problème de l’établissement de nouveaux marchés : il n’y en avait pas de préexistants28. Mais dans les territoires où la colonisation était plus ancienne, les marchés ruraux primitifs, mentionnés dans la documentation des Xe et XIe siècles, disparurent au fur et à mesure de la création de villes neuves. Ce fut même le cas pour ceux d’entre eux qui correspondaient à de vieux centres du pouvoir territorial ; sans être absorbés par les nouvelles villes, ils entrèrent dans leur zone d’influence. Cette intégration, qui n’alla pas sans violences, se fit avec l’appui résolu des monarques qu’on voit, occasionnellement, décider dans quels centres d’une région donnée auraient dorénavant lieu les marchés29.

  • 30 J.I. Ruiz de la Peña, Las « polas » asturianas…, p. 197 ; et J. Gautier Dalche, « Fonction et dével (...)
  • 31 P. Martinez Sopena, « Las pueblas reales de León, y la defensa del reino en los siglos XII y XIII » (...)

24La ville dans laquelle est établi un marché voit ses fonctions productives stimulées. La fondation de la puebla de Muros (1286), nous offre un exemple très parlant du lien existant entre les deux phénomènes. Dans la charte de franchises octroyée par le roi Sancho IV, il est prohibé à quiconque de vendre ou acheter quelque chose en-dehors de la ville ou de son marché hebdomadaire, auquel doivent se rendre obligatoirement les habitants de l’alfoz pour faire leurs affaires. Dans le but d’assurer l’importance névralgique de Muros, il fut aussi prescrit que tous les artisans habitant dans l’alfoz déplaceraient leur résidence dans les murs de la ville. On n’a peut-être pas toujours établi des mesures aussi tranchantes, mais Muros illustre bien une tendance à l’association du commerce et de la production artisanale dans le cadre des villes, une association qui renforça, comme on l’a écrit « leur rôle ordonnateur et intégrateur de la vie économique de leurs alfoces »30. Une telle logique impliquait une réciprocité. Les vecinos de la ville et les habitants des villages de l’alfoz jouissaient du libre accès au marché, c’est-à-dire qu’ils étaient exonérés de tonlieu. Mais en contrepartie de ce droit, les fueros du royaume de Léon et certains fueros castillans (comme celui de Miranda) établirent l’obligation de collaborer aux travaux de construction et d’entretien des remparts de la ville. Notons au passage qu’un certain monopole territorial paraît avoir été également exercé par la ville en ce qui concerne les fortifications31.

  • 32 J. Gautier Dalche, « L’étude du commerce… », p. 348.

25Les caractéristiques du commerce auquel nous nous référons sont facilement imaginables. Le marché hebdomadaire est le point de rencontre d’un échange différentiel : la concentration des artisans dans les villes offre une contrepartie opportune aux marchandises qui proviennent de l’alfoz. Prenons comme exemple la description du tarif des portazgos de Sahagún a la fin du XIIe siècle faite par J. Gautier Dalché. On trouve sur ce marché « […] Du bétail, des produits alimentaires destinés soit aux animaux (herbe, paille), soit aux hommes (fruits, céréales, poisson, légumes, miel, beurre, fromage…). Tout cela provenait de la campagne proche. […] Des matières premières : lin et linasse, laine, bois, cuirs, peaux, fourrures, de la chaux, qui ne venaient sans doute pas de très loin. […] Des produits fabriqués […]. Parmi (ceux qui étaient fabriqués dans la ville), on peut ranger les socs et les instruments aratoires, les récipients en bois et en terre ou en métal, les chaussures et les vêtements, les lits, les cordes, les écus et les lances… On est bien plus hésitant en ce qui concerne le charbon de bois, les meules de moulins et de forgerons, la poix »32.

L’articulation régionale des marchés et des foires

26Jusqu’à maintenant, nous avons envisagé les échanges dans le cadre des villes et de leurs alfoces. Le plat-pays assure l’approvisionnement de la ville en matières premières et en produits de première nécessité, sans exclure quelques produits manufacturés (en particulier des textiles). Dans l’autre sens, les villes se chargent de pourvoir leurs environs en produits fabriqués par un artisanat dont le dénominateur commun semble d’être majoritairement voué aux spécialités du métal, du cuir et de la confection. Tout se déroule à travers les marchés hebdomadaires. Les autorités municipales fixent les prix des produits, et établissent le système de poids et mesures auquel doivent se soumettre les transactions.

  • 33 Il serait intéressant de relever systématiquement ce genre de références. Les ouvrages déjà cités o (...)

27Cependant, comme on pouvait s’y attendre, les situations concrètes se révèlent beaucoup plus nuancées. C’est que, d’abord, il existe entre les différents centres de marché une hiérarchie. Le rayonnement des produits des villes les plus importantes, normalement associé à leur rôle de centres de distribution des marchandises d’origine lointaine, dépasse amplement le cadre de leurs propres territoires. En même temps, elles monopolisent la fonction commerciale dans le but de s’assurer un approvisionnement constant qui, à certains moments, peut être soutenu par les ressources de zones rurales externes. Par ailleurs, beaucoup de marchés ne disposent pas d’une diversification professionnelle assez poussée pour satisfaire tous leurs besoins, tout en étant insuffisants pour soutenir isolément les activités commerciales de certains spécialistes. En troisième lieu, dans l’espace considéré coexistent deux zones écologiques différenciées, ce que les géographes dénomment l’Espagne humide et l’Espagne sèche, auxquelles il convient d’ajouter les aptitudes propres à la façade maritime. Il s’agit d’espaces aux économies différenciées et complémentaires : le vin et les céréales des terres de la Meseta et de la vallée de l’Ebre font l’objet de courants d’échanges avec les produits de la forêt atlantique et les fibres végétales importées des Asturies, de la Galice ou du Pays Basque, en plus du poisson de mer, universellement présent dans les terres de l’intérieur33.

28Ces considérations introduisent de nouveaux éléments d’articulation dans le marché rural. Deux de ces éléments me semblent d’une singulière importance : l’établissement d’un échelonnement régional des marchés tout au long de la semaine, et l’existence de foires annuelles.

  • 34 J.I. Ruiz de la Peña Solar, Las « polas » asturianas…, pp. 212 et 222-223.
  • 35 Les réseaux régionaux de marchés ne sont pas suffisamment étudiés. Pour la relation commerciale de (...)

29L’échelonnement hebdomadaire se vérifie dans de nombreuses régions du pays considéré. On a pu, à propos du centre des Asturies, identifier sa double finalité. Il permet aux paysans qui le désirent de participer, outre à leur propre marché, à celui d’autres villes ; en même temps, il facilite dans chacun de ces marchés la présence de marchands ambulants, les bufones des documents (esp. actuel, buhoneros), qui y apportent les marchandises dont est dépourvue l’industrie locale, et dont ils se fournissent sûrement à Oviedo, le principal marché des Asturies (ce qui permet d’imaginer cette vieille ville comme le centre d’une région étendue, articulée par des marchés secondaires)34. D’autres contrées semblent avoir connu le même phénomène car l’échelonnement des marchés au long de la semaine s’observe aussi dans la Tierra de Campos orientale et occidentale, dans la Bureba, en Alava, en Haute-Rioja et aux alentours de la ville de Léon. D’une manière différente, certaines des villes qui connaissent un développement majeur semblent exercer leur fonction commerciale sur un large rayon, supérieur même aux limites de leur district, ce qui a été clairement le cas de Burgos, et peut-être aussi celui de Valladolid35.

30Comment concilier le particularisme local avec ces tendances intégratrices à l’échelle régionale ? depuis le XIIe siècle, on assiste à des concessions royales qui facilitent la stabilité de chaque petit réseau grâce à l’exemption d’impôts sur le trafic accordée aux habitants des villes qui l’intègrent. Dans le cas de la Rioja, c’est assez évident au long d’un circuit articulé autour du tronçon du Chemin de Saint-Jacques compris entre Burgos et Logroño. Au cours du XIIIe siècle, les exemptions s’étendent ; le roi Alphonse X concède à de nombreuses villes les exemptions qui élargissent de manière uniforme celles du siècle précédent. Les marchandises de leurs habitants sont exemptées d’impôts dans tout le royaume, exception faite de quelques villes notables du sud : Tolède, Murcie et Séville. Cela n’implique pas, pour autant, que le trafic aurait acquis dans toutes les villes une dimension semblable, ou qu’on se trouverait en présence d’un trafic de produits agricoles ; en fait il s’agit là d’un échantillon de législation unificatrice qui aspirait fondamentalement à faciliter les échanges en général.

31En réalité, les échanges à longue portée qui intéressent le monde rural se déroulent en ce moment dans un autre cadre. Les premières foires naissent au début du douzième siècle. Il s’agit de marchés extraordinaires qu’on « célèbre » un jour ou quelques jours par an. Il est probable qu’elles jouissaient d’exemptions supplémentaires, mais ce fait n’est prouvé que pour celle de Valladolid, où Ton indique, lors de sa fondation au milieu du XIIe siècle, que tous ceux qui s’y rendraient seraient exemptés de tonlieu. En tous cas, la durée de ces foires primitives, le moment de leur tenue et leur emplacement sont des critères à retenir.

  • 36 A. Ladero Quesada, « Las ferias de Castilla. Siglos XII a XV », dans Cuadernos de Historia de Españ (...)

32Leur durée oscille entre les trois jours de Miranda et les trente de Carrión. Le moment de leur « célébration » corrobore leur caractère rural. Les périodes les plus significatives sont celles qui suivent les récoltes (préparation pour les semailles et l’hiver), et celles de la soudure (difficultés de la fin du printemps et des débuts de Tété). Quant à leur emplacement, on observe que les premières foires du XIIe siècle et les débuts du XIIIe (Belorado, Miranda, Valladolid, Sahagún, Carrión, et Castrogonzalo), sont associées à deux grandes régions productrices de grains et de vin : la Rioja et la Tierra de Campos. Situées à la périphérie de ces deux zones et sur les chemins naturels qui conduisent vers le nord et vers le sud, de telles foires ont servi à articuler les échanges entre les grands espaces naturels doués de capacités productives différentes36. De fait, ces caractéristiques vont persister pendant longtemps. En effet, si les nouvelles fondations de foires par Alphonse X le Sage et ses successeurs jusqu’au milieu du XIVe siècle ont contribué à dilater la durée de chacune des foires, à doubler les foires de chaque endroit et à augmenter le nombre des sites autorisés, les coordonnées fondamentales – périodes de l’année, régions de prédilection et emplacement dans les villes – ne subiront pas de grandes modifications.

Les agents sociaux du commerce

  • 37 E. Portela Silva, La región del obispado de Tuy en los siglos XII a XV, Saint-Jacques de Compostell (...)

33En tout dernier lieu, il convient de s’interroger au sujet des agents sociaux du commerce, et d’esquisser les lignes d’évolution qu’on perçoit dans cette sociologie. Comme je l’ai déjà indiqué, les paysans sont placés dans un cadre concret qui leur permet de canaliser leurs excédents mais qui, en même temps, les y contraint. Quelques auteurs soulignent particulièrement cette condition forcée du marché qui s’associe au besoin de disposer d’argent pour faire face, entre autres choses, au paiement des impôts. Cependant, en même temps, ils mettent en relief l’importance de la participation de la noblesse laïque et ecclésiastique dans le marché37.

  • 38 P. Martinez Sopena, « Réorganisation de l’espace et conflits de pouvoir… », op. cit., p. 14.

34Pour cerner cet aspect, il est utile de revenir au moment de la constitution du réseau des villes. On se rappelle que, dans leur immense majorité, elles appartenaient au roi. Or, cela n’impliqua pas l’exclusion des seigneurs. En plus des villes proprement seigneuriales, j’ai déjà indiqué, à une autre occasion, « qu’à l’intérieur des alfoces subsistaient de nombreuses enclaves seigneuriales. Leurs propriétaires s’empressèrent de solliciter du roi des privilèges d’immunité qui devaient les préserver, totalement ou en partie, de relever du pouvoir naissant des concejos, de leur juridiction et de leur fiscalité »38. Par ailleurs, les membres de la noblesse territoriale étaient investis comme délégués du roi dans les villes (tenentes), ce qui facilita le transfert à leur profit de nombreuses rentes royales.

  • 39 C’est ce qui advient à Sahagún, Palencia, Orense, Puerto Marin et Tuy ; cf. A. Huetz de Lemps, Vign (...)
  • 40 P. Martinez Sopena, La Tierra de Campos…, pp. 493-498. Comme texte particulièrement expressif, on p (...)

35À l’échelle du marché, ces éléments se traduisent de la manière suivante. Il y eut, pour ainsi dire, une intervention constante et indirecte des nobles et des institutions ecclésiastiques. Avec une certaine fréquence, ceux-ci obtinrent une participation dans les impôts perçus par les différents marchés des villes, les portazgos. Dans l’autres cas, ils réussirent à en être exemptés. Mais beaucoup plus importante apparaît leur contribution directe à la vie du marché. Dans les villes seigneuriales dépendantes de monastères et un assez grand nombre de villes épiscopales, les seigneurs disposèrent de droits de banvin39. D’une façon plus générale, les seigneurs veillèrent à s’introduire dans le marché urbain en obtenant de se domicilier dans les villes, tantôt à titre de concession gracieuse, et tantôt avec les charges inhérentes. Cela leur permettait de participer à un marché, qui, en principe, réservait ses privilèges à ceux qui jouissaient de la condition de vecinos, comme on l’a déjà indiqué40. Grâce à cela, ils pouvaient canaliser vers les villes les produits de leurs rentes agricoles et des biens qu’ils exploitaient directement, à l’intérieur et au dehors de l’alfoz. C’est la raison pour laquelle ils établirent des centres de perception de leurs rentes débouchant directement sur le marché urbain.

  • 41 Leyes de Alpfonso X. Il Fuero Real, éd. critique de G. Martinez Diez, J.M. Ruiz Asensio et C. Herna (...)
  • 42 Les problèmes se multiplient à partir de l’époque d’Alphonse X, aussi bien dans la Castille et le L (...)

36Une telle situation devait produire, à court et à long terme, un heurt d’intérêts avec les autres parties-prenantes du marché. Ce fut particulièrement le cas avec la classe des chevaliers urbains qui était en train d’accroître son pouvoir et d’obtenir progressivement un statut différencié au sein des villes. Aux côtés de ces chevaliers (et quand ceux-ci n’avaient pas le monopole du pouvoir municipal), on trouvait des gens d’origine diverse provenant, soit du groupe des boni homines – artisans et commerçants – soit de la petite noblesse progressivement établie dans les villes. Le Fuero real d’Alphonse X consacra au milieu du XIIIe siècle leur prééminence41. À cette époque, ils partageaient déjà avec l’aristocratie territoriale l’intérêt pour la terre ; ils disposaient de vastes patrimoines dans le cadre des alfoces, et aspiraient à utiliser les leviers que le gouvernement urbain leur donnait pour supplanter leurs rivaux. Jusqu’au milieu du XIIIe siècle, leurs protestations eurent pour seul effet la suppression totale ou partielle du banvin dans les villes seigneuriales, mais, passé cette date, on observe un mouvement généralisé à l’encontre des privilèges dont l’aristocratie jouissait dans les marchés. C’est particulièrement visible dans le cas des grands propriétaires ecclésiastique (ceci s’expliquant en bonne partie par l’origine des documents conservés) : on restreint leur accès au marché urbain au nom des intérêts communaux, en faisant obstacle, surtout, au transport de leurs produits provenant des domaines extérieurs à l’alfoz.42

  • 43 C. Gonzalez Minguez, « Algunos aspectos del abastecimiento de Vitoria en la Edad Media », dans Vito (...)
  • 44 Il faut tenir compte du fait que ce groupe social agit de même dans les autres domaines, et notamme (...)

37Il ne fait aucun doute que cela manifeste un caractère commun au marché médiéval : le protectionnisme local. On peut signaler, pour la même époque, des actions parallèles, depuis les obstacles posés à l’accès de certains produits qu’on estime excédentaire, jusqu’à l’action obstinée conduite par les villes de la Rioja pour protéger leurs débouchés viticoles sur les marchés basques43. Mais, quelle qu’en soit la manifestation, le protectionnisme local n’est pas une question purement économique. Il répond à des intérêts sociaux qui, avant tout, manifestent l’émergence d’un groupe de nouveaux propriétaires terriens. En même temps qu’il consolide sa situation juridique et politique dans les villes, celui-ci organise à son profit, et en conflit avec les anciens fournisseurs, les perspectives futures du marché44.

38En résumé, le développement des villes neuves a assuré la création d’un réseau dense de marchés qui encadre le commerce rural. Ces marchés ont traduit la domination de la ville sur le plat-pays. Au point de vue économique, ils servent à garantir des échanges stables entre la ville – n’oublions pas qu’il s’agit en général de petites villes – et la campagne. Au point de vue sociopolitique, ils se convertissent en éléments-clés pour favoriser la progression d’une oligarchie urbaine qui s’impose, non seulement dans le gouvernement de la ville, mais aussi sur l’espace rural environnant.

Les marchés en Castille – Léon, Xe-XIIIe siècles : 1. zones au-dessus de 1 000 m.

Notes

1 J. Gautier Dalché, L’étude du commerce médiéval à l’échelle locale, régionale et interrégionale : la pratique méthodologique et les cas des pays de la Couronne de Castille, dans Actas de las primeras Jornadas de Metodología Historica, Santiago de Compostela, 1973, Saint-Jacques de Compostelle, 1975, t. 2 (Historia Medieval), p. 329-351.

2 Telle est l’appreciation ae v. uonnassie, La Laiaiugne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle. Croissance et mutations d’une société, Toulouse, 1975-1976, 2 vol. À titre d’exemple parmi les autres références on peut relever la confirmation de l’église de Sancte Marine de Mercato, faite à la cathédrale d’Oviedo par le roi Ordoño II en 921 (J.I. Ruiz de la Pena Solar, El comercio ovetense en la Edad Media, Oviedo, 1990, p. 192) : un lieu de culte se trouve ici associé, au centre des Asturies (village actuel de Santa Marina de los Cuquiellos), à la réalisation d’activités commerciales peut-être périodiques et de rayonnement réduit ; il est difficile d’en tirer d’autres conclusions.

3 Quelques années plus tard, on fait de nouveau allusion au marché de Cea comme un espace bien délimité (…in intriotu de mercato) ; cf. J.M. Minguez Fernandez, Colección Diplomática del monasterio de Sahagún. siglos ix y x. Léon. 1976. no 130 et 315.

4 C. Estepa Diez, Estructura social de la ciudad de León (siglos xi-xiii), León, 1977, pp. 121-122, 418-419.

5 C. Estepa Diez, « Burgos en el contexto del nacimiento de la ciudad medieval castellano-leonesa », dans La ciudad de Burgos. Actas del Congresso de Historia de la ciudad de Burgos (MC Aniversario de la fundacion de la ciudad, 884-1984), Madrid, 1985, p. 30. Le marché et les boutiques de Nájera sont documentées à l’occasion de la fondation du monastère de Santa Maria de la Real en 1052. D’autres sièges comtaux, comme c’est le cas de Grajal possédaient également – au moins au xie siècle – un marché.

6 F. Lopez Alsina, La ciudad de Santiago de Compostela en la Alta Edad Media, Santiago de Compostela, 1988, p. 265.

7 J. I. Ruiz de la Peña Solar, op. cit., p. 290

8 L. Garcia de Valdeavellano, El mercado en León y Castilla durante la Edad Media, Madrid, 1931(2e ed. Sevilla, 1975, p. 41), recueille plusieurs de ces mentions ; on peut y ajouter celles qui apparaissent dans divers cartulaires plus récemment édités.

9 Del Alamo, Colección Diplomática de San Salvador de Oña, Madrid, 1950, I, no 95.

10 T. F. Glick, Islamic and Christian Spain in the early Middle Ages, Princeton, 1979, p. 119, l’auteur reprend l’opinion de J. Oliver Asín, qui posait l’hypothèse de la présence berbère dans le nord de la Castille.

11 Au sujet de Puentelarrá, voir A. Ubieto Arteta, Cartulario de ban Minan de la cogolla (759-1076), Valencia, 1976, no 237. Quelques année plus tard, en 1060, la référence au marché qui existe non loin de Tiedra, en territoire léonais, est aussi associée à une certaine populatura, c’est à dire un lieu récemment peuplé ; cf. M. Herrero de la Fuente, Colección Diplomática del Monasterio de Sahagún (857-1230), León, 1988, vol. II, no 611.

12 Les aspects juridiques du marché médiéval continuent à être débiteurs de l’étude classique de L. Garcia de Valdeavellano, El mercado en León y Castilla…, qui souligne l’étroit parallélisme entre certaines normes castillano-léonaises et celles en vigueur au nord des Pyrénées – c’est le cas de celles relatives à la paix du marché. L’autorité du souverain protège l’espace du marché, d’où, probablement, l’insistance des documents à dénommer mercato de rege celui de Léon, quoique d’autres opinions préfèrent mettre cette expression en relation avec « le lieu où l’on écoulait les excédents des domaines royaux », le réduisant à une partie de l’étendue totale du marché (C. Estepa Diez, op. cit., p. 122). Dès les débuts, la perception de portazgos et autres impôts spécifiques (comme les albaras qui grevaient le trafic du sel) fut une prérogative du souverain ; mais déjà durant le Xe siècle, on observe son aliénation partielle à des particuliers (c’est le cas des monastères), ou la concession de privilèges d’exemption).

13 J. Gautier Dalche, L’histoire monétaire de l’Espagne septentrionale et centrale du IXe au XIIe siècle, dans Anuario de Estudios Medievales, 6,1969, pp. 43-95.

14 Les transactions dans le cadre d’un petit marché se reflètent dans la description du tonlieu qui était perçu à Villavicencio de los Caballeros ; cf. E. Gonzalez Diez, El régimen foral vallisoletano, Valladolid, 1986, no VI – la date du document se situe entre 1091 et 1136. Au marché arrivaient des navets, des radis, des aulx et des oignons, transportés en charrette, à dos d’âne, ou par leurs producteurs. On y apportait aussi du sel, des grains, du vin, du bois – éventuellement travaillé-, de la poix, du fer (les socs d’araires), en plus des chevaux et des bovins.

15 M. Carbajo Serrano, El monasterio de los santos Cosme y Damián de Abellar. Monacato y sociedad en la época astur-leonesa, Léon, 1988, pp. 258-269.

16 L’ensemble de l’œuvre de Ch. Higounet reflète bien l’amplitude du phénomène ; à propos du concept de l’inurbamento, on rappellera son « Congregare populationem. Politiques de peuplement dans l’Europe Méridionale (Xe-XIVe siècles) », dans Annales de Démographie historique, 1979, pp. 135-144.

17 Au sujet des régions situées au sud du Duero, voir L.M. Villar Garda, L’Extremadura castellano-leonesa, 711-1252. Guerreros, clérigos, y campesinos, Valladolid, 1986. Dans les terres du nord du Duero, le processus d’urbanisation acquiert durant la seconde moitié du XIIe siècle une singulière importance ; voir une longue énumération de ces initiatives dans J. Gonzalez, Regesta de Fernando II, Madrid, 1943, et Alfonso IX, Madrid, 1944. On trouvera une vue d’ensemble très attentive à la dynamique juridique dans J.I. Ruiz de la Peña Solar, « Repoblaciones urbanas tardías en las tierras del norte del Duero », dans Revista de Historia del derecho, I,1976, pp. 71-124. À l’échelle régionale, plusieurs travaux approfondissent la signification de l’urbanisation, comme F. Lopez Alsina, Introduccion al fenómeno urbano medieval gallego a travès de tres ejemplos : Mondonedo, Vivero y Ribadeo, Santiago de Compostela, 1976 ; P. Martinez Sopena, La Tierra de Campos occidental. Poblamiento, Poder y Comunidad del siglo x a xiii, Valladolid, 1985 ; « El Fuero de Santander y su época », dans Actas del Congreso conmemorativo de su Vilcentenario, Santander, 1989 ; M. Durany Castrillo, La región del Bierzo en los siglos centrales de la Edad Media, 1070-1250, Santiago de Compostela, 1989. En ce qui concerne les zones qui présentent une croissance plus tardive, sont à consulter les travaux de J.I. Ruiz de la Peña Solar, « Poblamientos y cartas pueblas de Alfonso X y de Sancho IV en Galicia », dans Homenaje a J.M. Lacarra de Miguel con motivo de su jubilación del profesorado, Zaragoza, 1977, III, pp. 27-60, et Las polas asturianas de la Edad Media. Estudio y diplomatario, Oviedo, 1981. Pour le Pays Basque, B. Arizaga Bolumburu, El nacimiento de las villas guipuzcanas en los siglos XIII y XIV : morfología y funciones urbanas, Saint-Sébastien, 1978 ; J. Gautier Dalche, « Formation et développement du réseau urbain médiéval en Alava », dans Vitoria en la Edad Media, Vitoria, 1981, pp. 219-237.

18 Pour ces aspects, voir les travaux inclus dans le volume de Concejos y ciudades en la Edad Media Hispánica (II Congreso de Estudios de la Fundación Sanchez-Albornoz), Madrid, 1990.

19 R.H. Hilton, English and French towns in feudal society. A comparative study, Cambridge, 1992. Autour de 1200, beaucoup de ces villes devaient à peine dépasser le millier d’habitants ; c’est ce qui ressort notamment du cens de l’une d’elles, Santo Domingo de la Calzada (éd. C. Lopez de Silanes y E. Sainz Ripa, Colección Diplomática Calceatense. Archivo Catedral (1125-1397), Logroño, 1985, no8), et aussi des prévisions faites pour quelques-unes au moment de la concession de leur fuero, (comme pour Laguna de Negrillos, éd. J. Rodriguez Fernandez, Los fueros del reino de León, Léon, 1981, vol. II, no 58). Léon et Burgos, qui figuraient parmi les villes les plus importantes du territoire, n’ont pas dû compter plus de 5 000 et 7 000 habitants au cours du xiiie siècle.

20 J. Gautier Dalche, « Les colonies étrangères en Castille : I. Au nord du Tage », dans Anuario de Estudios Medievales, no 10,1980, pp. 469-486.

21 R. Pastor, Resistencias y luchas campesinas en la época de crecimiento y consolidación de la formación feudal. Castilla y León, siglos X-XIII, Madrid, 1980, p. 233. Notons par ailleurs que cet ouvrage montre de manière suggestive l’influence exercée par les conflits sociaux qui parsemèrent le premier tiers du XIIIe siècle sur l’amélioration des conditions paysannes. En ce qui concerne la dynamique de la croissance à l’échelle régionale, son témoignage le plus systématique est apporté par les nombreux travaux que J.A. Garcia de Cortazar et ses collaborateurs ont consacrés aux terres hautes et moyennes de l’Ebre, et en particulier à la Rioja. Par contre, nous ne disposons pas pour les territoires de la Meseta d’un ensemble d’études suffisamment éclairant ; c’est pourquoi, nous nous contenterons d’indiquer quelques pistes suggestives. Un indice significatif est constitué par la fréquence des mentions du système de rotation biennale, lesquelles se multiplient au cours du XIIe siècle face à des régimes plus extensifs ; par ailleurs, s’il est pratiquement impossible de connaître les taux de productivité de l’époque, quelques références locales sont pourtant très expressives, comme celles qui ont trait au village de Boada de Campos au début du XIIIe siècle, et qui indiquent que le rendement céréalier n’était alors pas inférieur à celui qu’on obtiendra vers le milieu du XVIIIe siècle ; c’est ce que prouve la comparaison entre les données fournies par B. Yun Casalilla (Sobre la transición al capitalismo en Castilla. Economía y sociedad en Tierra de Campos, 1500-1830, Valladolid, 1987, p. 502), et celles qu’a restitué J.M. Ruiz Asensio (« Apuntes de contabilidad agrícola en un pergamino leonés de principios del siglo xiii », dans Archivios leoneses, no 85-86, 1989, pp. 267-285). L’exportation des grains depuis le centre du bassin du Duero vers la périphérie – de Léon aux Asturies, de la Tierra de Campos jusqu’au Bierzo et en Galice – est documentée au XIIe siècle ; cf. J. Gonzalez, « Aranceles del portazgo de Sahagun en el siglo XII », dans Anuario de Historia del Derecho Español, 14, 1942-1943, pp. 574-575 ; et M. Durany, op. cit., p. 146, note 496.

22 C. Estepa Diez, « El realengo y el señorío juridiccional concejil en Castilla y León, siglos XII-XV », dans Concejos y ciudades…, p. 478.

23 P. Martinez Sopena, « Réorganisation de l’espace et conflits de pouvoir. Les pueblas reales au nord du Duero », dans A. Rucquoi, dir., Genèse médiévale de l’Espagne Moderne. Du refus à la révolte : les résistances, Nice, 1991, pp. 7-20.

24 H. Franco Junior a dernièrement réfléchi à cette question dans Peregrinos, monges e guerreiros. Feudo, clericalismo e religiosidade en Castela medieval, Sâo Paulo, 1990, pp. 238-246.

25 Il est possible que les alfoces les plus primitifs aient été organisés à partir de contrées naturelles, mais leur caractère varia au fur et à mesure du repeuplement des territoires situés au nord du Duero. Au XIe siècle, ils semblent correspondre à des démarcations placées sous l’autorité d’un agent du monarque, et encadrer les villages d’un espace déterminé. Leur centre est fréquemment constitué par un castrum, dont le nom identifie le territoire, ce qui est également le cas quand la capitale de l’alfoz a son siège dans une des rares civitates du pays. Pour les tentatives de définition de la géographie des anciens alfoces, on consultera G. Martinez Diez, Pueblos y alfoces burgalesas de la repoblación, Valladolid, 1986 ; le processus de constitution des juridictions municipales est analysé par C. Estepa Diez, « El alfoz y las relaciones campo-ciudad en Castilla y Leon durante los siglos XII y XIII », dans Studia Historica, II-2,1984, pp. 7-26.

26 Parmi les plus grands alfoces de l’Estrémadure castillane, on compte ceux d’Avila (9000 km2), Ségovie (6 600), et Soria (3 000). La moyenne est représentée par les concejos qui dominent entre 200 et 750 km2 (suivant les données fournies par G. Martinez Diez, Las Comunidades de Villa y Tierra de la Extremadura castellana, Madrid, 1983, pp. 674-682). L’Estrémadure léonaise semble présenter dans son ensemble le même tableau. Par contre, les concejos situés au nord du Duero possèdent des territoires plus réduits ; en Tierra de Campos, par exemple, les plus grands dépassent 400km2, mais en général, ils n’excèdent pas 150 km2 (P. Martinez Sopena, op. cit., p. 195). Dans les Asturies, le plus étendu atteint 800km2 et les plus réduits 65 km2 (J.I. Ruiz de la Pena, Las polas asturianas…, p. 148).

27 L. Garcia de Valdeavellano, op. cit.; C. Gonzalez Minguez, El portazgo en la Edad Media. Aproximación a su estudio en la corona de Castilla, Bilbao, 1989.

28 La position radicalement centrale des villes des Estrémadures par rapport a leur alfoz est soulignée par L.M. Villar, op. cit., et en outre par A. Barrios Garcia et A. Martin Exposito, « Demografía medieval : Modelos de poblamiento en la Extremadura castellana a mediados del siglo XIII », dans Studia Historica, I-2,1983, p. 125, ainsi que par M. Diago Hernando, La Extremadura soriana y su ámbito a fines de ta Edad Media, Madrid, 1992,I, p. 679. C’est un fait auquel il conviendrait de réfléchir en tenant compte de l’énorme étendue de certains alfoces. Pour le moment, on peut simplement indiquer qu’au cours des derniers siècles médiévaux, apparaissent quelques marchés secondaires dans les zones les plus éloignées des villes-capitales des alfoces les plus étendus, là où l’on vérifie déjà au XIIIe siècle l’existence de centres d’une certaine importance démographique, qui sont considérés par Barrios et Martin comme des chefs-lieux cantonaux. Tel serait le cas de Piedrahita, qui appartenait à l’origine au territoire d’Avila ; mais la première référence à ce marché hebdomadaire correspond à une époque où cette grosse bourgade avait échappé à la juridiction d’Avila et faisait partie d’une seigneurie nobiliaire, un facteur à prendre en considération ; cf. C. De Luis Lopez, Coleccion Documental del Archivo Municipal de Piedrahita, 1372-1549, Avila, 1987, no 2.

29 Vers la fin du XIIe siècle ou au début du XIIIe, le marché qui se tenait dans la banlieue d’Oviedo fut transféré à la ville par Alphonse IX de Léon (J.I. Ruiz de la Peña Solar, El comercio ovetense…, pp. 195-198). On peut percevoir les conflits occasionnés par les déplacements de marchés à travers le cas de Grajal, un ancien siège comtal, dont les habitants maintinrent au cours de la première moitié du XIIe siècle une attitude prolongée de rebellion. En effet, son marché avait été transféré par Alphonse VI en 1093 à la ville neuve de Sahagún, distante de 5 km, sur les instances du seigneur-abbé. La résistance des habitants de Grajal au paiement du tonlieu, commun aux autres villages des environs, se transforma en une conjuration communale qui sabota les interêts du monastère de Sahagün pendant un demi-siècle (P. Martinez Sopena, op. cit., pp. 552-556). D’autres marchés connurent une évolution erratique jusqu’à leur fixation définitive dans un lieu donné : l’ancien marché de Lebrana dans la Bureba, fut transféré en 1175 à la ville neuve de Cornudilla, d’où il passa au bourg d’Oña avant 1203 ; récupéré immédiatement par Cornudilla, il s’installait définitivement en 1215 à Oña. Ce va-et-vient qui ne se produisit pas sans violences compta en outre un élément supplémentaire qui dut être assez fréquent : les habitants d’Oña payèrent une somme respectable au seigneur-abbé d’Oña afin qu’il soutînt l’établissement du marché dans leur ville. Par ailleurs, il existait depuis 1203 dans la Bureba une réglementation royale rigoureuse qui autorisait uniquement les marchés d’Oña, Pancorbo et Frías (données recueillies par F. Ruiz Gomez, Las formas de poblamiento rural en la Bureba en la Edad Media : la villa de Oña, Madrid, 1988, I, p. 197).

30 J.I. Ruiz de la Peña, Las « polas » asturianas…, p. 197 ; et J. Gautier Dalche, « Fonction et développement… », qui souligne le même concept en prenant comme point de référence la ville de Treviño en Alava.

31 P. Martinez Sopena, « Las pueblas reales de León, y la defensa del reino en los siglos XII y XIII », dans Castillos Medievales del reino de León, Madrid, 1989, pp. 128-135. On peut interpréter dans le même sens les données apportées par J.A. Martin Fuertes, El concejo de Astorga, siglos XIII-XVI León, 1987, pp. 122-125. Le cas de la ville de Mansilla est très illustratif : vers la fin du XIIIe siècle, les villages qui en dépendaient avaient à leur charge divers tronçons des remparts, à l’entretien et à la réparation desquels ils devaient accourir lorsqu’ils étaient convoqués par le concejo.

32 J. Gautier Dalche, « L’étude du commerce… », p. 348.

33 Il serait intéressant de relever systématiquement ce genre de références. Les ouvrages déjà cités offrant des informations à ce sujet sont : F. Lopez Alsina, pour Mondodeño et Vivero, op. cit., p. 107 ; L.M. Villar, op. cit., p. 426 ; J.I. Ruiz de la Pena, Las « polas » asturianas »…, pp. 219-220. À propos de la Galice, on peut encore souligner l’apport de M.L. Rios Rodriguez, Relaciones contractuales agrarias en la Galicia Medieval : Los orígenes del foro (1150-1350), thèse doctorale inédite, Saint-Jacques de Compostelle, 1990, pp. 399-401.

34 J.I. Ruiz de la Peña Solar, Las « polas » asturianas…, pp. 212 et 222-223.

35 Les réseaux régionaux de marchés ne sont pas suffisamment étudiés. Pour la relation commerciale de Valladolid et de Burgos avec leur territoire, voir A. Rucquoi, Valladolid en la Edad Media, Valladolid, 1987, I, pp. 110-117, et H. Casado Alonso, Señores, mercaderes y campesinos. La comarca de Burgos a fines de la Edad Media, Valladolid, 1987, pp. 261-264. L’influence précoce et réelle de Burgos, qui dépassait amplement les limites de son alfoz, paraît avoir empêché la prolifération de villes neuves dans un large rayon autour de la ville. En ce qui concerne Valladolid, quelques petites villes surgirent dans les alentours au cours du XIIe siècle, mais le développement progressif de la capitale ruina leurs espoirs, de telle sorte qu’elles finirent par être annexées comme aldeas de son alfoz au cours du XIIIe siècle. La nécessité d’une articulation régionale a supposé des réajustements éventuels de date pour les marchés : c’est ainsi qu’Alphonse X accorda à l’évêque de León qu’on tînt le marché chaque jeudi dans sa seigneurie de Castrotierra de Valmadrigal. Au bout de trois ans, l’évêque demanda de la changer à un autre jour, à cause de la concurrence exercée par d’autres villes voisines qui entraînait une perte de profit pour le lieu en question (de fait, les marchés relativement proches de Mayorga et Benavente se tenaient les jeudis) ; le marché fut ainsi transféré au samedi ; cf. Estepa Diez, Estructura social de la ciudad de Leon…, p. 428.

36 A. Ladero Quesada, « Las ferias de Castilla. Siglos XII a XV », dans Cuadernos de Historia de España, 57-58,1982, pp. 275-277, et 283-285. Cependant, les foires ont aussi un net caractère régional comme l’observe pour celles d’Alba de Tormes A. Barrios Garcia, Estructuras agrarias y de poder en Castilla : el ejemplo de Avila (1085-1320), Salamanca, 1984, II, p. 75.

37 E. Portela Silva, La región del obispado de Tuy en los siglos XII a XV, Saint-Jacques de Compostelle, 1976, pp. 190-206, avec des références explicites au rôle croissant de la monnaie depuis le deuxième tiers du XIIe siècle. La fiscalité royale se profila au cours du XIIIe siècle, en particulier grâce aux réformes d’Alphonse X ; cf. D. Menjot, « L’établissement du système fiscal étatique en Castille, 1268-1342 », dans Génesis medieval del Estado Moderno. Castilla y Navarra, 1250-1370, Valladolid, 1987, pp. 149-172.

38 P. Martinez Sopena, « Réorganisation de l’espace et conflits de pouvoir… », op. cit., p. 14.

39 C’est ce qui advient à Sahagún, Palencia, Orense, Puerto Marin et Tuy ; cf. A. Huetz de Lemps, Vignobles et vins du nord-ouest de l’Espagne, Bordeaux, 1967, I, pp. 179-180. Ce droit également relevé par E. Portela, op. cit., était généralement connu sous le nom d’estaco, et, en Galice surtout sous celui de relego.

40 P. Martinez Sopena, La Tierra de Campos…, pp. 493-498. Comme texte particulièrement expressif, on possède certaine prescription contenue dans le Libro de los Fueros de Castiella (éd. G. Sanchez, Barcelone, 1926, p. 70), et qui se réfère à la ville de Belorado : les gens du dehors qui emmagasinaient en ville du pain et du vin durant de longues périodes devaient payer des quantités déterminées pour chaque cuve de vin et chaque arca de pain ; les vecinos de la ville et ceux des villageois qui jouissaient de cette condition en étaient exempts. On observera la gradation habitants de la ville/villageois voisins/gens de toute catégorie du dehors de l’alfoz.

41 Leyes de Alpfonso X. Il Fuero Real, éd. critique de G. Martinez Diez, J.M. Ruiz Asensio et C. Hernandez Alonso, Avila, 1989. À propos de la signification sociale de son application à une ville, voir T.F. Ruiz, Sociedad y poder real en Castilla, Barcelona, 1981, pp. 145-198.

42 Les problèmes se multiplient à partir de l’époque d’Alphonse X, aussi bien dans la Castille et le Léon que dans les Estémadures, et ils affectent autant la production non originaire du lieu que les seigneurs et leurs paysans dépendants, qu’ils soient ou non habitants de l’alfoz. Voyons plusieurs exemples des différentes situations énoncées, qui sont toutes en relation avec la commercialisation vinicole. En 1267, déjà, la ville d’Alba de Tormes et les habitants des villages qui en dépendaient avaient convenu que l’on ne vendrait sur tout leur territoire ni vin ni raisins produits hors de leur alfoz (A. Barrios Garcia, A. Martin Exposito et G. del Ser Quijano, Documentación medieval del Archivo municipal de Alba de Tormes, Salamanca, 1982, no 10). Depuis 1270, le concejo de Nájera interdisait aux moines clunisiens de Santa María d’introduire dans la ville de tels produits en provenance de leurs domaines (M. Cantera Montenegro, Santa María la Real de Nájera, siglos XI-XIV, Madrid, 1987, II, no 180). La cathédrale de Léon, à la même date, portait plainte contre la ville de Mansilla parce que celle-ci n’autorisait pas les habitants de Valmadrigal, seigneurie du chapitre, à apporter leurs crus au marché (C. Estepa Diez, Estructura social…, p. 429). Enfin, le concejo de Ciudad Rodrigo empêchait en 1350 les habitants de San Felices de los Gallegos – un village de leur alfoz qui avait été donné par le roi à son favori Juan Alfonso de Albuquerque – de pouvoir vendre du vin à la ville (A. Barrios, J.M. Monsalvo et G. del Ser, Documentación medieval del Archivo municipal de Ciudad Rodrigo, Salamanca, 1988, no 16).

43 C. Gonzalez Minguez, « Algunos aspectos del abastecimiento de Vitoria en la Edad Media », dans Vitoria en la Edad Media…, pp. 565-602.

44 Il faut tenir compte du fait que ce groupe social agit de même dans les autres domaines, et notamment le domaine juridictionnel : depuis le milieu du XIIIe siècle, les accords souscrits entre les seigneurs des villages de l’alfoz et les concejos dénotent la tendance de ces derniers à rendre effective leur autorité dans toute sa plénitude. Le marché est en somme un des aspects de ce phénomène.

Table des illustrations

Légende Les marchés en Castille – Léon, Xe-XIIIe siècles : 1. zones au-dessus de 1 000 m.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23307/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 293k

© Presses universitaires du Midi, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search