Version classiqueVersion mobile

Foires et marchés

 | 
Christian Desplat

Le problème des marches locaux en Picardie aux xie et xiie siècles

Robert Fossier

Texte intégral

1Si le titre de cette communication comporte le mot « problème », c’est parce qu’en effet le sujet de nos journées, en apparence des plus communs, pose au médiéviste une interrogation pressante, et particulièrement à celui qui s’intéresse aux temps centraux de ce millénaire. Qu’on ait vendu au village le surplus d’une production locale ou même des produits travaillés sur place paraît une évidence. Et pourtant – voilà l’objet de mon interrogation – les textes sont muets : on ne voit rien, ou le peu qui va suivre ; et il y a là un problème historiographique majeur. Je vais parler de la Picardie qui m’est familière, mais je me demande s’il n’en serait pas de même ailleurs. Naturellement on peut invoquer la modestie des sources, et je vais y revenir, mais on peut se demander aussi si ces échanges villageois avaient vraiment quelque importance. Je vais tenter d’éclairer quelque peu cette question.

  • 1 G. Sivery, Structures agraires et vie rurale dans le Hainaut à la fin du Moyen Âge…, Lille, 1977-19 (...)
  • 2 La majeure partie des données sur lesquelles s’appuie cette communication a été tirée soit de ma re (...)
  • 3 On trouvera une liste des vitae, miracula, et translationes, ainsi que des quelques chroniques util (...)

2La région sur laquelle va porter mon regard, et que j’appelle Picardie, représente la zone de plateaux calcaires crétacés à fort et fertile limon, qui va de Boulogne à Cambrai et du Tréport à l’Oise. Le survol des données utilisables pour notre enquête est vite fait : ni mercuriales, ni comptes de fabrique ou de communauté avant le XIVe siècle, où Gérard Sivery en a étudié plusieurs pour la Thiérache proche1, et comme j’entends me tenir avant 1300 ou 1350, je ne dispose que d’actes de coutume ou d’allusions littéraires forcément impures. On sait d’ailleurs que ces sources elles même restent douteuses puisqu’elles concernent les riches, les puissants, l’élite cléricale ou guerrière, dont on soupçonne bien qu’ils ne venaient pas vendre une geline le jeudi sur le parvis de l’église paroissiale2. Et pour rendre mon propos plus décevant encore j’ajouterai que l’on est, somme toute, mieux renseigné sur ce qui se passait aux VIIIe ou IXe siècles qu’ensuite dans les villages picards ; grâce à une riche hagiographie, on apprend ainsi qu’on vendait du vin à Saint-Riquier, des chevaux à Arras, du poisson à Saint-Valery, des chemises à Saint-Bertin, du blé à Amiens3. Du moins ces maigres lueurs nous incitent-elles à croire à la poursuite des échanges en campagne. Et comme, de 1050 à 1350, est atteinte l’apogée du monde rural d’Occident, et particulièrement là où je me place, il vaut bien d’enquêter sur ce « trou » documentaire.

  • 4 Le repérage des voies romaines quelques fois encore utilisées aujourd’hui en desserte rurale(« chau (...)
  • 5 La recherche de ces axes de circulation, en général alignés selon les traits du relief (interfluves (...)

3La « plaine picarde », comme disait Demangeon, est une des terres les plus prometteuses de notre pays. Une végétation boisée assez modeste, laissant place à de grandes étendues labourées, un sol sec mais franc avec de l’eau accessible sans trop de peines, une surface plane entaillée de larges rubans humides, bref, et on le sait encore aujourd’hui, le principal grenier céréalier de France, une zone de pacage importante, du bois et même du fer. En outre, et sans s’y attarder trop, une région où les axes de circulation, pour les hommes, leur argent, leurs marchandises s’entrecroisent intimement : un réseau navigable ouest-est, Canche, Authie, Somme, Bresle, et nord-sud Escaut, Scarpe, Oise ; un maillage de voies romaines, à finalité certes militaire et administrative, mais durable tout au cours du millénaire4, tranchant en diagonale sur cet ensemble, Beauvais-Amiens-Boulogne, Amiens-Arras-Bavai, Cambrai-Arras-Gris nez, et multipliant ainsi les points de rencontre, de contrôle ou de ruptures de charge. Si l’on ajoute que les temps médiévaux ont développé les itinéraires seconds, d’ailleurs souvent préromains5, et tout spécialement le chevelu de sentes joignant la Flandre à Paris ou la Champagne, par Bapaume et Péronne, on est en présence d’une région où aucun canton de terre reclus, où aucune zone dédaignée ne se remarquent.

  • 6 Voir croquis, Ter. et hom., p. 147. Dates d’apparition des plus anciens tonlieux : Arras (920), Lam (...)
  • 7 La zone de péage de Saint-Vaast d’Arras a été étudiée par Lestocquoy, mais semble-t-il abusivement (...)
  • 8 Une étude détaillée de la position des mottes castrales par rapport aux itinéraires mériterait atte (...)
  • 9 Le tarif d’Arras a été édité en 1946 par R. Doehaerdt ; sa première rédaction pourrait être de 868  (...)

4Dès lors des échanges, faciles et rapides, animent ces itinéraires ; de gros marchés urbains soutiennent le ravitaillement des clientèles comtales ou d’Église, Amiens, Saint-Omer, Arras, Cambrai, Saint-Quentin : sur tous ces itinéraires, par moitié sur les voies romaines, par tiers aux gués et ponts, ou à l’orée d’un bois difficile comme l’Arrouaise, se multiplient les lieux de perception, péages, tonlieux, travers. Avant 1250 j’en ai relevé huit d’importance internationale, Lambres et Guise, Bapaume et Péronne, Picquigny et Boves, Daours et Nesle, et près de cent trente autres, comtaux ou seigneuriaux, certains du Xe siècle comme Arras (920), Cambrai (940), ou du XIe dont je donne la liste en note6. En outre, les plus importants de ces points de taxation, au XIIIe siècle du moins, finissent par prendre l’aspect d’une large zone de perception, plus que d’un lieu isolé, et on l’a montré pour Arras et pour Bapaume7. L’intérêt matériel présenté par ces lieux de contrôle est assez fort pour qu’abondent dans nos textes d’innombrables allusions aux convoitises, saisies, procès ou restitutions que les « seigneurs de la route », ou du fleuve mènent ou acceptent8. De surcroît la variété des produits qui circulent est un témoin irréfutable d’une intense activité d’échanges : le tarif de tonlieu d’Arras qu’on date de 1030 ou 1040, avec des passages plus anciens, taxe la laine et le vin, le sel et le drap, les poissons et les fromages, le fer et l’huile, le blé, la boisserie, et les cuivres. Et les textes plus tardifs, notamment ceux de Bapaume, sont à cet égard plus diserts encore9.

5Très bien ! voilà qui satisfait les dévots de l’histoire urbaine, et ceux du « commerce international ». mais voilà aussi qui ne répond pas à mon enquête. Car dans tous ces produits il y en a, certes, de locaux, mais comment sont-ils arrivés en ville ? Ont-ils été d’abord exposés au marché campagnard ? Il nous faut donc tourner le dos à Arras et s’enfoncer au plat pays.

6Le premier domaine d’étude sera capital : la campagne picarde est-elle inerte ? Je veux dire : vit-elle dans une autosubsistance immobile ? Il faut évidemment répondre « non », et sur deux plans essentiels.

  • 10 Ter. et hom., pp. 290-294 et 599.
  • 11 Les étapes et l’ampleur de l’équipement des paysans sont évidemment largement étudiés en toute hist (...)

7D’abord les hommes bougent. Cette « immuable sérénité des champs » qui charmait nos aïeux n’a pas de sens au Moyen âge. Non seulement on se déplace, mais on arrache ses racines. L’examen que j’ai tenté des mouvements de population dans certaines régions de Picardie est, à cet égard, fort instructif10 : entre 1125 et 1175 on ne s’éloigne guère que de deux à quinze kilomètres de son village, plutôt en jetant son regard sur les terres hautes, probablement moins occupées ; les cinquante années qui suivent voient un mouvement intense : toutes les barrières, forestières ou politiques, sautent ; on va jusqu’à vingt kilomètres ou plus, et l’immigration en ville a là son acmé ; puis, de 1225 à 1275, le mouvement se calme : on reste dans son cadre géographique, vallée ou plateau et on ne s’éloigne guère ; sans doute la pression démographique a-t-elle faibli ; la campagne est « pleine », l’équilibre atteint. On voit, j’espère, s’esquisser ainsi, pour la période centrale au moins, le rythme de la vitalité villageoise. Encore n’ai-je parlé que de ceux qui quittent tout pour tenter leur chance ailleurs, et ce n’est pas mon seul propos ; mais sur les sentes circulent journellement les hommes : nous avons l’abondante mention de leurs chariots, de leurs chevaux ferrés, de leurs harnais : en 1095 le comte d’Hesdin décrit le départ des charrois (bigae) de vin et de blé vers la mer, leur retour avec du sel et du poisson11 ; et que de fois Renard, ce goupil picard, guette-il des anguilles ou la volaille au bord du chemin.

  • 12 L’édit de Pitres (864) prétendait ne connaître que Quentovic en Picardie ; mais la numismatique dén (...)
  • 13 L’effet sur le loyer de la terre est sensible des le Xe siècle (cf. J er. et hom., pp. 250-252) ; l (...)
  • 14 Sur les frais croissants, où la croisade n’intervient pas sans poids, cf. Ter. et hom., pp. 448-454 (...)

8Ensuite l’argent arrive. Même si le troc et le paiement au marc de poids ont la vie dure, les piécettes envahissent les chaumières. Et c’est parce que cette question est évidemment liée aux échanges marchands que je m’y arrête un instant. Les signes abondent : la multiplication des lieux de frappe d’abord. On en comptait dans la région déjà douze avant 900, vingt deux avant l’an mille, comme une coulée tout au long de l’Escaut et de la Scarpe vers l’Oise et la haute Somme, ou en bord de mer12. S’agit-il d’une « liquidation » des trésors arrachés à la convoitise normande, ou encore du retour monnayé des tributs livrés aux Vikings ? En tous cas d’autres signes éclatent : la montée progressive des exigences en espèces – un croît de 200 % en cent cinquante ans en certaines régions13, la hausse des besoins et des frais, qu’il s’agisse de rançons à verser – des exemples de trente marcs, la valeur de vingt chevaux–, de terres à acquérir – à cet égard Saint-Georges d’Hesdin débourse cent soixante dix livres en numéraire sur quarante années -, ou encore de tout autre « investissement noble »14. et si l’on met en contrepoint le début du rachat ou de la fixation des exigences seigneuriales, gênantes et vagues, corvées, service d’ost, taille, on voit que les deniers sont en toutes mains, et qu’au marché maîtres et paysans pourront « commercer ».

  • 15 L’essor démographique, bien maîtrisé aujourd’hui par les historiens (cf. Histoire de la population (...)
  • 16 On a calculé par exemple que Saint-Bertin percevait chaque année 3406 œufs, 524 poules et 108 chemi (...)
  • 17 Chartes, p. 84 (avec renvois aux actes, et Ter. et hom., p. 416 et note 184.
  • 18 Sur la guède récoltée essentiellement aux bords de l’Arve et de la Scarpe, cf. Ter. et hom., pp. 42 (...)
  • 19 Hariulf, Chronique de l’abbaye de Saint-Riquier, éd. F. Lot, Paris, 1894, pp. 307-308 ; en 1075 l’a (...)
  • 20 Cartul. Saint-Georges d’Hesdin, p. 29 avec renvois aux actes. Les autres recherches faites dans le (...)

9Or si le chaland abonde de plus en plus au cours des XIIe et XIIIe siècles15, le marché lui n’est pas désert, il s’en faut. On connaît le principe du « système seigneurial » : contre justice et protection, le maître exige un surplus de production vivrière ou artisanale, dont, en réalité, il n’a pas le plein emploi, ce qui le conduit à la revente. Correctement équipés et habiles gestionnaires, les plus gros laboureurs auront, eux aussi, leur marge de disponibilités. La dîme, qu’elle reste laïque, ou qu’elle revienne à l’Église, figure en bonne place dans le stock des produits à écouler, et elle touche le blé comme l’agneau ou les planches ; que faire des innombrables œufs, gelines, toisons ou chemises exigés par le maître, sinon tenter de les replacer au marché ou en ville16 ; et cette étrange coutume des « queutes », ces couvertures grossières, pour hommes ou bêtes, que le sergent du seigneur va quérir « de coron en coron » : qui en aura l’emploi ?17. Et la guède dont aura besoin l’atelier urbain, mais qu’on vendra au village au waisdier qui passe ?18. Encore ne fais-je pas allusion au produit de la transformation artisanale : déjà au XIe siècle Hariulf décrivait autour de Saint-Riquier les « rues » où s’affairaient forgerons, selliers, pelletiers, ouvriers du cuir et du textile, marchands de vin19. Au même moment, à peine plus au nord, boucher, charpentier, boulanger, et naturellement fèvre se hissent parmi les témoins aux côtés des gros paysans, voire des hommes d’armes20.

10Concluons cette revue. Au maître comme au paysan il faudra du sel, du pain, du vin, de la viande, des œufs, du poisson, que la forêt ne leur fournira pas. Il leur faut du fer, des harnais, du cuir, de la laine à filer ou tisser, qu’on aura au village sans doute, contre cet argent dont, désormais, on ne manque pas. Peut-être faudra-t-il aller en ville pour quelque étoffe de prix, une parure, une bête de race, du poivre ou de l’encens, mais c’est là chose secondaire. C’est bien au marché campagnard que s’effectueront les échanges ; de là que les revendeurs gagneront la cité proche pour aller vendre à la halle.

11Tout ce qui précède va de soi. La suite l’est moins. Car, le principe établi, la pratique nous échappe, et je l’ai dit pour débuter. Il faut pourtant tenter de cerner quelques cas.

  • 21 Il faut user des allusions dans les textes (neuf cas), des patronages anciens (huit cas), de la pos (...)
  • 22 Pour Poix, 1209 (Chartes no64), 1289 (Oise, H 172, Somme 44 HI).
  • 23 Pour Airaines, 1255 (B.N. latin 10112, 217 v°), 1295 (Abbeville AA 130, 32v°) ; voir composition de (...)
  • 24 Pour Rue, 1210 (Chartes no 70), 1273 (A.N. R1 110).

12Deux premiers types de marchés ruraux nous apparaissent mieux que d’autres, mais ils ne donnent pas toute satisfaction dans mon enquête. Le premier concerne les vici, ces gros « bourgs », comme nous dirions aujourd’hui ; souvent déjà là à l’époque antique sur un nœud de routes ou un gué, devenus au Moyen âge pour la plupart siège de doyenné ou de châtellenie, aujourd’hui parfois chef-lieu de canton. J’en ai compté vingt sept en Picardie, assez régulièrement répartis sur la région21. Quel qu’ait été leur destin ou leur rôle face aux capitales de cité ou de comté proches, ils ont la particularité d’y abriter un détenteur de l’autorité publique : il y exerce la vicomté, veille à la police du marché, règle la mesure, prélève les taxes ; au besoin il se réserve un monopole, le sel par exemple ou la vente des armes, comme à Rue ou à Saint-Riquier. Quelques cas sont alimentés par les textes de privilèges ou les conflits avec une puissance rivale, l’Église généralement, ce qui nous vaut des documents. J’en citerai trois : Poix où la famille Tirel domine durant deux siècles et ergote sur les taxes à lever sur les charrettes allant au marché du jeudi22 ; Airaines, où le seigneur, qui se donne du « consul et princeps », a dû consentir aux bourgeois d’Abbeville une part de ses travers de Longpré, d’Airaines ou de Saint-Maxent, mais contrôle toujours la navigation et le transport du sel au long de la Somme23 ; Rue, enfin, où la charte octroyée en 1210 par le comte de Ponthieu est d’une surprenante précision sur les conditions de vente de la viande à l’étal, ou la taxation des cargaisons au port24. Lueurs satisfaisantes sans doute ; mais, après tout, ne sommes nous pas là en présence de petites villes et non plus de villages ?

  • 25 Avec dates et numéros d’actes dans Chartes : Ham et Encre (1179, no 26), Pas (1185, no 29), Hiermon (...)

13Ce sont des villages en revanche dans le deuxième cas. Mais quels villages ! ceux dont les paysans sont dits « bourgeois », la palissade appelée « muraille », les garçons pourvus de gourdins « milice communale » ; bref ceux sur lesquels a été plaqué tel quel le texte d’une commune urbaine proche. Les « lois » de Saint-Quentin, d’Abbeville, d’Amiens, de Cambrai, de Saint-Pol, en tout ou partie, touchent des dizaines de localités, quelques unes non négligeables comme Pas, Ham ou Encre, d’autres misérables, à Crécy, Hiermont, Waben et tant d’autres25. On y lit que le marchand qui se rend aux nundinae (les foires !), aura quinze jours de délai, après dépôt de caution, en cas de litige, que la circulation sera libre en « banlieue », que les échevins assureront le contrôle des mesures et le règlement des taxes ; mais en quoi la petite centaine d’habitants d’Ergnies ou de Wavans pouvait-elle se sentir concernée par ces « privilèges », trop vaste habit pour leurs modestes besoins ?

  • 26 Parfois il peut s’agir d’une affaire de famille, les membres d’un même lignage s’accordant pour éte (...)
  • 27 Pour Moreuil, 1249 et 1255, BN latin 17758,123v° ; composition de la seigneurie, Ter. et hom., p. 7 (...)
  • 28 Pour Hesdin, Chartes no 100.
  • 29 Pour Lesquelles, Rome, Reg. lat. 21115,17.

14C’est pourquoi ce sont les deux autres catégories qui nous importent davantage, mais ce sont celles justement que l’on saisit le plus mal. En tête viennent les marchés organisés par le maître, ou, plus souvent – ce qui nous vaut un texte – à la suite d’un accord entre deux seigneurs26. Ce que nous en savons alors est, en général, un partage des droits marchands, une réglementation sur les mesures et les « fausses denrées », un calendrier sur la tenue des échanges. Cette fois nous voici en face d’une réalité congrue, mais les exemples sont malheureusement bien rares : en voici trois. Moreuil au sud-est d’Amiens dont le seigneur dispute à Corbie les estacades où embarquer la guède et prétend taxer les nefs chargées de blé des dames du Paraclet27 ; Hesdin, où le comte, la ville, le prieuré Saint-Georges se disputent à ce point le contrôle du marché du jeudi, que le futur Louis VIII, excédé, vend les « halles » pour mille livres à la ville et contre un meilleur et plus sûr revenu, le péage d’Aix en Issart28 ; Lesquelles, enfin, où Saint-Vincent et l’évêque de Laon organisent dès 1171 des foires, avec « conduit » des marchands, huit jours avant, huit jours après la tenue des nundinae, dont on précise bien qu’elles ne se tiendront pas dans l’atrium, l’espace d’asile de la paroisse29.

  • 30 Cartulaire de Saint-Georges, p. 35 avec renvois aux actes.
  • 31 Pour Ver, Chartes no 16 ; à Quiévy également ibid. no98.
  • 32 Pour Fauquembergues, Chartes no 104.

15Et ce dernier exemple fait rebondir notre curiosité. Car voici enfin le quatrième cas, sans doute le plus commun. C’est probablement dans l’atrium où règne la Paix qu’auront lieu les échanges ; on y maniera l’argent cela est vrai, mais le serment y aura tout son prix ; et si ce n’est pas le cimetière, ce sera le parvis de l’église comme devant Saint-Georges d’Hesdin – et aussi, après tout, au Lendit devant Saint-Denis. J’ai peu de preuves à avancer : vers 1100 à Hesdin c’est soit in foro, soit in atrio que sont passées nombre de transactions, immobilières il est vrai30 ; en 1164 à Ver, les marchands qui vendront dans l’atrium, de proprio suo, ne paieront pas de taxes, mais les étrangers devront le travers31 ; en 1220 à Fauquembergues, la protection du seigneur s’étend sur les marchands qui se rendront le jeudi in foro et atrio32. Maigres indices, mais satisfaisants pour l’esprit puisqu’ils allient la notion de l’échange « en bonne marchandise », chère aux hommes de ces temps, et la « paix du village ». Voilà qui rend, je crois, plus frappante la forte augmentation des restitutions d’églises privées, contemporaines de l’essor économique : le mouvement a bien débuté à la fin du Xe siècle, s’est enflé jusqu’en 1150, explose dans la deuxième moitié du XIIe, se stabilise ensuite, à l’instar du mouvement commercial dans la Picardie « profonde » ; et je le considère comme lié à l’histoire du marché villageois.

16Il m’est aisé de conclure et brièvement. Quand même notre documentation serait maigre et vague, la notion du marché campagnard est inévitablement au centre de la vie rustique. L’idée qu’une campagne aussi riche et active que celle de Picardie ait pu se cantonner dans une sorte d’autoconsommation, j’allais dire d’autarcie, paraît indéfendable, même s’il s’agit d’une zone où peu de choses manquent aux besoins du temps. Dès lors il est plausible d’avancer que les échanges ont eu lieu en un site protégé où le seigneur lui même entre sans armes : le cimetière, peut-être le parvis, tous deux jouxtant le siège paroissial ont dû jouer ce rôle, et l’intime union du spirituel et du quotidien, qui imprègne tant le Moyen Age, y trouverait un nouveau champ d’expansion.

Armature du commerce picard
1. Principales chaussées ; 2. Importants péages ; 3. Ateliers monétaires ; 4. La « voie de Flandre ».

Notes

1 G. Sivery, Structures agraires et vie rurale dans le Hainaut à la fin du Moyen Âge…, Lille, 1977-1980 ; l’étude de cet historien inclut aussi des données issues du Cambrésis ; voir à cet égard : H. Neveux, Vie et déclin d’une structure économique : les grains du Cambrésis, Paris, 1980. Avant 1330-1345, les comptes comme ceux de Thierry de Hérisson (J.M. Richard, Thierry d’Hireçon…, dans Bib. Ecole des chartes, 1892), sont de type seigneurial, donc d’intérêt marginal.

2 La majeure partie des données sur lesquelles s’appuie cette communication a été tirée soit de ma recherche doctorale, La terre et les hommes en Picardie jusqu’à la fin du XIIIe siècle, Paris-Louvain, 1968 (rappelé désormais sous le sigle Ter et hom.), soit de l’édition que j’ai donnée des plus intéressants documents coutumiers de la région avant 1300 : Chartes de coutumes en Picardie, Paris, 1974 (désormais rappelé sous le sigle Chartes). C’est dans ces ouvrages que le lecteur trouvera les références d’archives nécessaires ; les recopier serait ici pure coquetterie.

3 On trouvera une liste des vitae, miracula, et translationes, ainsi que des quelques chroniques utilisables, dans Ter. et hom., pp. 53-54. Pour les cas cités ici cf. ibidem p. 200 (note 83), 234 (note 176), 237 (note 189).

4 Le repérage des voies romaines quelques fois encore utilisées aujourd’hui en desserte rurale(« chaussée de César », « chaussée Brunehaut » etc.) a été fait depuis longtemps (cf. Ter. et hom., pp. 144-146). Des vici y ont gagné de survivre à l’effondrement du cadre administratif romain. Les scribes médiévaux ne se trompent jamais dans l’identification de ces vieux itinéraires, via petrosa, calceata, via gigantis (ibid., p. 146, note 81).

5 La recherche de ces axes de circulation, en général alignés selon les traits du relief (interfluves, flexures entre deux vaux) se fonde, outre de rares allusions, comme confortée dans la pérennité de leur rôle de limite de paroisses ou de communes aujourd’hui ; cf. Ter. et hom., pp. 145-147.

6 Voir croquis, Ter. et hom., p. 147. Dates d’apparition des plus anciens tonlieux : Arras (920), Lambres (923), Cambrai (940), Montreuil (1042), Vendeuil (1049), Corbie (1078), Lens (1090), Hesdin (1094), Longueau et Beaurain (1095) ; cf. Ter. et hom., p. 147, note 82 ; naturellement seule est ici notée la première apparition textuelle, ils peuvent être plus anciens. La répartition des points de taxation fait apparaître une forte concentration sur la Somme, la Scarpe et l’Oise (sept péages et quinze travers autour d’Amiens, six péages et cinq travers autour de Saint-Quentin, vingt péages et trois travers autour d’Arras par exemple).

7 La zone de péage de Saint-Vaast d’Arras a été étudiée par Lestocquoy, mais semble-t-il abusivement exploitée par cet historien (cf. Ter. et hom., p. 298, note 115). Pour Bapaume cf. mon étude dans Le Moyen âge en Picardie, CRDF Amiens, 1983.

8 Une étude détaillée de la position des mottes castrales par rapport aux itinéraires mériterait attention. Quelques cas sont évidents, comme Bailleulmont ou Querrieu (cf. Ter. et hom., p. 678 et sq.). J’ai opéré un relevé sur photographies aériennes avec quelques contrôles au sol, donnant 216 emplacements possibles (cf. Ter. et hom., p. 680, et » Les mottes castrales en Picardie » dans Les fortifications de terre ; Colloque de Caen 1980, Caen, 1981). Quant à l’intérêt des seigneurs pour ces lieux de taxation, on en trouvera des exemples soit au moment des exonérations dont profite l’Eglise dés le XIe siècle (cf. Ter. et hom., p. 449, note 31), soit dans les conflits qui les opposent : les textes en ont retenu portant sur les ponts, les chaussées, les péages, les gués, une trentaine entre 1201 et 1295 (cf. Ter. et hom., p. 622, note 125).

9 Le tarif d’Arras a été édité en 1946 par R. Doehaerdt ; sa première rédaction pourrait être de 868 ; il comporte même des indications sur le trafic des esclaves déjà douteux à cette date. Mais l’essentiel du texte est du début du XIe siècle (cf. Ter. et hom., p. 249, note 28, et 370, note 40). Les tarifs de Capi et Coupe-gueule, deux des postes de perception pour Bapaume, ont laissé de très riches textes du début du XIIIe siècle (J. Finot, Le commerce entre la France et la Flandre d’après les tarifs de péage de Bapaume, s.d., les a édités au début de ce siècle ; cf. Le Moyen âge en Picardie, p. 82).

10 Ter. et hom., pp. 290-294 et 599.

11 Les étapes et l’ampleur de l’équipement des paysans sont évidemment largement étudiés en toute histoire de l’économie médiévale. Pour la Picardie, cf. Ter. et hom., pp. 358-382, particulièrement p. 379 et note 71 et pp. 572-575. L’épisode d’Hesdin est dans mon édition Cartulaire-chronique du prieuré Saint-Georges d’Hesdin, Paris, 1988, acte 89, pp. 76-77.

12 L’édit de Pitres (864) prétendait ne connaître que Quentovic en Picardie ; mais la numismatique dénonce déjà dix ateliers au moins. Ceux qu’on repère autour de 1050 sont ceux de six capitales de cité, Amiens, Arras, Bavai, Cambrai, Saint-Quentin, Thérouanne, de cinq villae ou palais Boulogne, Lambres, Quentovic, Saint-Omer, Vermand, de six castra ou portas Condé, Famars, Ham, Péronne, Roye, Valenciennes, de quatre abbayes Saint-Furcy de Péronne, Saint-Géry de Cambrai, Saint-Martin d’Amiens, Saint-Pierre de Corbie, et d’un vicus Encre. On notera que la zone centrale, Ponthieu, Ternois, Vicogne est peu représentée. Cf. Ter. et hom., p. 249.

13 L’effet sur le loyer de la terre est sensible des le Xe siècle (cf. J er. et hom., pp. 250-252) ; les augmentations portent surtout sur les taxes indirectes, vinages, forages etc. qui atteignent des sommes élevées huit, douze sous qu’apparemment les paysans peuvent payer (ibid., pp. 621-622).

14 Sur les frais croissants, où la croisade n’intervient pas sans poids, cf. Ter. et hom., pp. 448-454 pour les XIe et XIIe siècles, pp. 606-613 pour le XIIIe siècle. Les recettes peinent naturellement à suivre mais la crise de trésorerie des biens aristocratiques n’est pas dans mon propos.

15 L’essor démographique, bien maîtrisé aujourd’hui par les historiens (cf. Histoire de la population française, t. I : Des origines à la Renaissance, Paris, 1988), est en Picardie particulièrement sensible entre 1075 et 1150, puis entre 1250 et 1300 (cf. Ter. et hom., pp. 282-286).

16 On a calculé par exemple que Saint-Bertin percevait chaque année 3406 œufs, 524 poules et 108 chemises, dont il faut bien admettre la redistribution en aumônes ou la vente.

17 Chartes, p. 84 (avec renvois aux actes, et Ter. et hom., p. 416 et note 184.

18 Sur la guède récoltée essentiellement aux bords de l’Arve et de la Scarpe, cf. Ter. et hom., pp. 422-423.

19 Hariulf, Chronique de l’abbaye de Saint-Riquier, éd. F. Lot, Paris, 1894, pp. 307-308 ; en 1075 l’abbé Gervais acquiert des pallia et tapetia (p. 223 de l’édition de Lot) pour le trésor de son église ; mais Hariulf n’indique pas s’il s’agit de produits locaux, bien qu’on pense aux pallia artesiana qu’évoquait Pirenne ; quant aux « rues » de Saint-Riquier elles touchent des fèvres, selliers, tailleurs, boulangers, tisserands, foulons, pelletiers, vinetiers, tanneurs… et cavaliers armés ; il est vrai que ce texte n’est connu que par une copie du début XIIIe, bien qu’il se donne comme datant de l’an mille.

20 Cartul. Saint-Georges d’Hesdin, p. 29 avec renvois aux actes. Les autres recherches faites dans le même champ d’étude aboutissent toutes à un pourcentage de 8 à 10 % d’« artisans » au village.

21 Il faut user des allusions dans les textes (neuf cas), des patronages anciens (huit cas), de la position à des points stratégiques ou commerciaux(douze cas), de la seule toponymie(six cas), ces éléments pouvant se combiner évidemment. On trouvera une liste argumentée et l’étude détaillée d’une demie douzaine de cas dans Ter. et hom ; p. 179-197.

22 Pour Poix, 1209 (Chartes no64), 1289 (Oise, H 172, Somme 44 HI).

23 Pour Airaines, 1255 (B.N. latin 10112, 217 v°), 1295 (Abbeville AA 130, 32v°) ; voir composition de la seigneurie dans Ter. et hom., p. 520-523

24 Pour Rue, 1210 (Chartes no 70), 1273 (A.N. R1 110).

25 Avec dates et numéros d’actes dans Chartes : Ham et Encre (1179, no 26), Pas (1185, no 29), Hiermont (1192, no 33),Crécy (1194, no 35), Noyelle sur mer (1195, no 36), Waben (1199, no 42), Marquenterre (1199, no 43), Ponthoile (1201, no 49), Lucheux (1202, no 52), Wavans (1205, no 61), Eplessiers (1209, no 64), Flixecourt (1209, no 65), Mayoc (1210, no 69), Ergnies (1210, no 72), Villeroy (1211, no 73), Vismes (1211, no 73), Oisy (1216, no 84), Besny (1218, no 87), Port (1218, no 89), Somain (1219, no 94), Crévecouer (1219, no 97), Marquion (1238, no 134). Un des plus anciens accords concerne Haspres : en 1176 Saint-Vaast et le comte de Hainaut engagent leurs prévôts à s’entendre avec les échevins pour la taxation du pain, du vin et de la viande (Chartes no 24).

26 Parfois il peut s’agir d’une affaire de famille, les membres d’un même lignage s’accordant pour étendre les franchises à tous leurs villages, ainsi les Buridan, entre 1239 et 1241, pour Clary, Daours, Elincourt, Honcourt, Malincourt, Prémont, Selvigny, La Sotière (Chartes, actes no 135, pp. 140-141).

27 Pour Moreuil, 1249 et 1255, BN latin 17758,123v° ; composition de la seigneurie, Ter. et hom., p. 703-708.

28 Pour Hesdin, Chartes no 100.

29 Pour Lesquelles, Rome, Reg. lat. 21115,17.

30 Cartulaire de Saint-Georges, p. 35 avec renvois aux actes.

31 Pour Ver, Chartes no 16 ; à Quiévy également ibid. no98.

32 Pour Fauquembergues, Chartes no 104.

Table des illustrations

Légende Armature du commerce picard1. Principales chaussées ; 2. Importants péages ; 3. Ateliers monétaires ; 4. La « voie de Flandre ».
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23292/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 253k

© Presses universitaires du Midi, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search