Versión clásicaVersión móvil

Foires et marchés

 | 
Christian Desplat

Avant-propos

Benoît Cursente

Texto completo

  • 1 F. Braudel, Civilisation matérielle et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, t. 2, Les jeux de l’échange (...)

1Le thème de la ruralité des foires et marchés proposé à la réflexion des historiens qui ont participé en septembre 1992 aux XIVe Journées d’histoire de Fiaran, et dont les travaux sont publiés ici, pouvait d’emblée paraître aussi marginal que problématique à cerner, tant il est vrai que la ville est le lieu de marché par excellence, et que tout lieu de marché qui se développe devient ipso facto un centre urbain. Cependant, il suffit de relire les belles pages que Fernand Braudel consacre à ce sujet pour se convaincre que le marché d’avant l’ère industrielle constitue un phénomène multiforme articulé et hiérarchisé dans le temps et dans l’espace, qui comporte une vaste partie immergée dans le monde rural1. C’est sur ce volet que les historiens ici rassemblés ont délibérément concentré leur regard, sans méconnaître la part d’arbitraire que supposait la définition de ses contours, et en veillant à ne se point couper de la réalité englobante.

2Il s’agissait donc d’apporter de nouvelles lumières sur l’aspect le moins connu de l’économie d’échanges ; celui qui « souffre du déficit documentaire comparable à celui qui frappe en général l’histoire des petites gens » (Ch. Desplat). En outre, la plupart des contributions comportent une mise au point historiographique qui en dit long sur le médiocre intérêt des historiens pour ce thème, à quelques exceptions près. Naturellement, la carence en sources observée à la fin de l’époque moderne affecte d’une plus épaisse obscurité encore les origines médiévales des foires et des marchés. Pour autant, il faut se garder de se représenter l’histoire de la documentation de façon excessivement linéaire : R. Fossier rappelle, à propos de la Picardie, que l’on est « somme toute mieux renseigné de ce qui se passait aux VIIe ou IXe siècles » que dans les trois siècles qui ont suivi.

3L’obscure germination des marchés ruraux antérieurement au XIIe siècle se situe, selon ce même auteur, au moment où une vigoureuse croissance économique a coïncidé avec un impérieux mouvement d’émiettement des pouvoirs publics. Or, et on le vérifie dans la longue durée au miroir de toute la documentation ultérieure, ces rencontres périodiques pour se tenir, nécessitent deux conditions : l’une matérielle (de la marchandise en excédent), l’autre immatérielle (de la sécurité en suffisance). La plus humble et la plus commune forme de marchés à avoir vu le jour – la plus éphémère aussi, souvent – semble ainsi avoir été l’aître des cimetières, aire de paix garantie par la législation conciliaire, et lieu de rassemblement privilégié de la communauté des vivants et de celle des morts, garante de la loyauté de l’échange. Marché rural et Paix de Dieu : le thème méritera sans doute de plus amples explorations. En tout état de cause, originellement, la foire et le marché des pays d’Europe associèrent souvent, et d’organique manière, la marchandise et la religion. Le XIIIe siècle semble avoir constitué un moment décisif dans l’amorce de leur « désenchantement », avec la multiplication des interdictions pesant sur le jour (le dimanche) et sur le lieu (l’enclos cimitérial). Dès le bas Moyen Âge, le jour de marché est ainsi devenu une sorte de dimanche profane, plus important encore pour la sociabilité paysanne que le jour du Seigneur, ainsi que le note G. Cherubini.

4La carence documentaire des Xe-XIIe siècles ouvre une autre question fondamentale : celle des rapports entre le fait et l’institution. C’est une vision institutionnelle des faits que les sources tendent à imposer à l’historien. À leur miroir, les foires et les marchés répondent à une triple règle : un lieu déterminé, une date fixe (dans la semaine pour ceux-ci, dans l’année pour celles-là), un rapport de subordination formel à l’autorité. Or, Richard Britnell démontre que, dans les îles Britanniques, le marché comme fait a précédé le marché réglementé, mais que l’institution a oblitéré la situation antérieure, en donnant à voir les foires et les marchés comme un apport de la conquête normande.

5Cependant, si l’institutionnalisation a eu pour effet, dans un premier temps, de masquer les héritages anciens, J.A. Chartres montre minutieusement, pour l’Angleterre moderne, qu’elle a eu ultérieurement un effet inverse, celui figer artificiellement la situation et de faire écran à la recomposition permanente de la géographie et de la hiérarchie des marchés. Certaines foires ou marchés tombés en désuétude ont ainsi longtemps continué à figurer dans les almanachs, d’où par contre pouvaient être absentes de vivantes manifestations, non déclarées pour échapper aux griffes du fisc.

6On trouvera donc dans cet ouvrage les éléments convergents d’un discours de la méthode permettant d’identifier les biais documentaires qui s’opposent à une saine restitution de l’histoire des foires et des marchés. Les éléments de consensus et le débat qui se dégagent des différentes contributions prennent dès lors un plus vigoureux relief.

  • 2 F. Irsigler, Jahrmärkte und Messen im Rhein-Mosel-Raum, 10-13 Jahrhundert, dans Les petites villes (...)

7Nul, bien sûr, ne songe à nier l’existence, antérieurement au Moyen Âge classique, de lieux d’échanges périodiques dans les campagnes européennes. Cela admis, il reste que la mise en place du réseau de foires et marchés appelé à perdurer des siècles durant est concomitante des phénomènes d’incastellamento et d’inurbamento qui ont accompagné la longue phase de croissance des XIe-XIIIe siècles : bourgs monastiques, bourgs castraux, et toutes sortes de villes neuves... À l’orée du XIVe siècle, temps du premier monde plein des campagnes européennes, ce réseau de lieux centraux est pour l’essentiel en place ; ce que les historiens anglais nomment la « commercialisation » de la société rurale s’est massivement et parfois systématiquement opérée. Quant aux foires proprement dites, s’il s’agit bien, selon Fernand Braudel, de « vieilles institutions... plongeant... dans le passé d’interminables racines », J. Schneider et M.A. Denzel, observant le cas de figure allemand et citant les travaux de Franz Irsigler2, rappellent que c’est très précisément à partir du XIIe siècle que se met en place un premier système de foires.

8Dans le cadre général, naturellement, prennent place une multitude de cas de figure régionaux, parfois très contrastés. Voici en effet d’un côté la Castille et le Léon, dépourvus à l’orée du XIe siècle d’armature urbaine, et qui vont se couvrir d’un réseau de villes nouvelles royales. Le marché institué dans chacune de ces localités monopolise l’activité d’échanges dans l’alfoz correspondant, espace rural subordonné (P. Martinez Sopeña). Rien de tel dans la péninsule italienne, étudiée par G. Cherubini, qui a hérité de l’époque romaine d’un dense tissu urbain : le marché rural hebdomadaire, plus ou moins toléré par la ville-Etat jalouse de dominer son contado, vient en complément du flux d’échanges permanents. En France, la marque de la féodalité est souvent plus forte, par exemple dans le Berry, où F. Michaud-Fréjaville observe que la géographie des foires « reflète la situation féodale de la fin du Moyen Age ».

9Entre la phase de mise en place et l’histoire moderne des foires et des marchés s’intercale la longue période de crises du bas Moyen Age, en sorte que, pour reprendre la métaphore de J.A. Chartres, le réseau des foires et marchés apparaît comme « une plaque photographique... exposée à la lumière du XIVe siècle, mais n’ayant été développée que deux siècles plus tard ». Sur la base du réseau hérité du Moyen Âge central, les historiens de l’âge moderne s’emploient à restituer les modulations complexes répercutant la sensibilité des échanges périodiques à la conjoncture générale ou régionale, mais aussi aux changements structurels.

  • 3 D. Margairaz, Foires et marchés dans la France préindustrielle, Paris, 1988.

10Jack Thomas, enrichissant de ses propres recherches les travaux de D. Margairaz3, montre qu’en France le devenir du réseau de foires et marchés résulte du solde des déchéances et des créations nouvelles, mais aussi du compromis entre la demande sociale (expression des multiples intérêts campanilistes), et les décisions de l’autorité royale (plus soucieuse de l’intérêt général). Toutes pondérations faites, la résultante peut exprimer à sa façon les crises majeures, ainsi la mauvaise conjoncture des décennies 1680-1720, mais l’interprétation des données chiffrées exige une grande sagacité. Derrière l’apparence de permanences ou de conjoncturelles fluctuations, se cachent parfois des modifications fondamentales de la structure des échanges. L’Angleterre du XVIIIe siècle, ainsi que le montre J.A. Chartres, se prête à cet égard à une démonstration exemplaire : avec une illusoire pérennité les transactions locales « au juste prix » s’effectuent sur la place du marché, tandis que, dans les auberges, les agents achètent des échantillons de céréales dans une perspective de marché international spéculatif.

11Un autre thème de réflexion qui traverse la plupart des travaux est celui de la dissymétrie de nature et de destin entre la foire et le marché. Chacune de ces manifestations, on le sait bien, fonctionne selon un cycle d’inégale ampleur ; leur signification économique diffère, leur rayon d’action est dissemblable, leur implantation géographique ne coïncide pas, et leur dynamique d’évolution peut diverger (ainsi dans l’Angleterre moderne, où le nombre de foires s’accroît, alors que celui des marchés diminue). Sans doute faut-il se garder de cloisonner pour autant l’étude de la foire et du marché. En prenant le parti d’observer l’économie d’échanges de l’Europe centrale allemande à travers le regard d’acteurs ou de témoins de l’époque moderne, Jürgen Schneider et Markus A. Denzel insistent sur le caractère inséparable de ces deux phénomènes et sur le caractère organique de la chaîne qui conduit du commerce international à l’échange local. Il demeure que foire et marché constituent bel et bien deux objets d’histoire distincts.

12Les études ici rassemblées livrent à cet égard toute une palette d’analyses. Contrairement au marché, la foire va de pair avec l’importance de l’élevage, la médiocrité des densités humaines, la faiblesse de l’urbanisation : le Pays de Galles est aussi richement pourvu en foires que pauvre en marchés (J.A. Chartres), tandis que la Toscane, richement nantie en marchés, n’a connu que de rares foires (G. Cherubini). De son côté, en Castille et Léon, P. Martinez-Sopena montre que les grandes foires se sont développées à l’articulation des espaces doués de capacités de production différents, ce que confirme F. Brumont en étudiant au XVIe siècle la foire de Castrillo de Villavega, implantée au contact de la montagne et de la plaine. Si cette étude de cas attire l’attention sur la remarquable plasticité des foires, et leur capacité de réagir, parfois à l’année près, aux caprices de la conjoncture, celle que B. Garnier consacre aux foires de « maigrage » de l’Ouest de la France met en évidence l’existence de grands cycles socio-économiques. Celui qui est très concrètement restitué ici est animé, entre le milieu du XVIIe et le milieu du XIXe siècle, par les emboucheurs bas-normands qui virevoltent de foire en foire à la recherche d’animaux à engraisser destinés au marché parisien, jusqu’à ce que le chemin de fer et le développement général de l’économie herbagère ne mettent un terme à cette activité bi-séculaire.

13Un des centres d’intérêt majeurs de l’étude des foires et des marchés est leur capacité à organiser durablement de façon rationnelle le temps et l’espace. La complémentarité de calendrier dans une région donnée à l’échelle de la semaine (pour le marchés) comme à celle de l’année (pour les foires) a été unanimement soulignée. Chacun admet que le marché constitue un instrument primordial de polarisation de l’espace ; ainsi que le formule J. Thomas « le bourg-marché accumule des fonctions centrales qui attirent des clients des villages où la demande n’est pas suffisante pour les faire vivre ». Dès le Moyen Âge, rappelle G. Cherubini, les Anglais avaient évalué à un rayon de six miles et deux tiers « la limite spatiale à l’intérieur de laquelle un nouveau marché pouvait nuire à ceux qui préexistaient ». Cependant, la façon dont se traduit concrètement cette polarisation donne lieu à des appréciations assez diverses.

  • 4 W. Christaller, Die zentralen Orte in Süddeustschland. Eine ökonomisch-geographische Untersuchung (...)
  • 5 Ch. Higounet, Centralité, petites villes et bastides dans l’Aquitaine médiévale, Les petites ville (...)
  • 6 Cf. en tout dernier lieu A. Radeff, « Découpages régionaux et changements d’échelle : les foires d (...)

14Le poids de l’historiographie conduit à accorder une attention particulière à la contribution de J. Schneider et M.A. Denzel consacrée à l’Allemagne. La structure en nid d’abeilles des lieux centraux polarisant le sud de ce pays, mise en évidence dès 1933 par W. Christaller n’est pas remise en cause4, mais aujourd’hui complétée par l’identification « d’espaces intégrés » englobant un complexe hiérarchisé et complémentaire de foires et de marchés. Le géométrisme de la construction christallerienne laisse davantage sceptiques les historiens des places de marchés de l’espace français, et notamment J. Thomas, qui en lieu et place des polygones ne discerne que des cercles, qui en vérité « ne sont pas très circulaires ». En définitive, l’œuvre de Christaller, indissociable de l’étude des foires et des marchés, a fait l’objet de sérieuses critiques épistémologiques, ainsi que de remises en question empiriques, dont on trouvera plusieurs exemples dans ces pages. Il n’en reste pas moins qu’elle a continué de susciter des recherches sur des périodes plus anciennes5, et de féconder des méthodes d’analyse de l’espace toujours plus affinées6.

15En raison, donc, du caractère globalement harmonieux de la distribution des foires et des marchés, l’habitant des campagnes d’Europe a eu l’opportunité, des siècles durant, de se rendre chaque jour de la semaine dans un lieu d’échanges. Et là, par contraste avec la frugalité du quotidien, l’abondance et la variété des marchandises rassemblées donnent l’image d’un pays de cocagne, ainsi que le suggèrent certaines énumérations relatives à la Castille moderne, reproduites par A. Blazquez. Foires et marchés sont aussi des hauts lieux et des temps forts de la sociabilité des campagnes, à commencer pour la passation des contrats de toute nature : ventes ou baux de terres, contrats de mariages, louage de main d’œuvre... Ce sont aussi des lieux d’intense libération de la parole : bavardages bruyants, échanges d’informations, mais aussi murmures de la contestation, où le geste suit parfois de près le verbe (J. Thomas). Ces points de rencontre entre horizon local et horizons lointains sont enfin, aussi, des lieux de fête. On sait que le latin feria signifie à la fois la fête et la foire, mais G. Cherubini nous rappelle qu’en italien « faire la foire » se dit « faire le marché » ! L’on y côtoie des saltimbanques pittoresques, l’on y frôle des femmes de mauvaise vie, l’on y boit plus que de raison, et l’on y fait volontiers le coup de poing. Voilà bien le dernier paradoxe des foires et marchés : régis par une réglementation tatillonne spécifique, jalousement surveillés par les autorités, ce furent pourtant des lieux et des moments de transgression. En bref, comme le souligne Jack Thomas, ils constituèrent par excellence, dans nos campagnes pré-industrielles, « un fait social total ».

16Ce monde des foires et des marchés ruraux est aujourd’hui englouti. Il nous reste pourtant étrangement familier. Peut-être est-ce en raison des manifestations résiduelles – souvent perverties – qui nous le rappellent. Plus profondément, les historiens (J. Schneider et M.A. Denzel) nous suggèrent une autre raison possible : c’est cette conviviale économie des marchés ruraux qui nous aurait imperceptiblement préparés, durant les siècles passés, à accepter l’impitoyable économie de marché mondiale du temps présent.

Notas

1 F. Braudel, Civilisation matérielle et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, t. 2, Les jeux de l’échange, Paris, 1979, chap. 1.

2 F. Irsigler, Jahrmärkte und Messen im Rhein-Mosel-Raum, 10-13 Jahrhundert, dans Les petites villes en Lotharingie, 6e Journées lotharingiennes, Luxembourg, 1992, p. 521-544 (Publications de la section historique de l’Institut G.D. de Luxembourg, CVI1I).

3 D. Margairaz, Foires et marchés dans la France préindustrielle, Paris, 1988.

4 W. Christaller, Die zentralen Orte in Süddeustschland. Eine ökonomisch-geographische Untersuchung über die Gesets mdssigkeit der Verbreitung und Entivicklung der Siedlungen mit städtischen Funktionen, 1933, réed. Darmstadt, 1980.

5 Ch. Higounet, Centralité, petites villes et bastides dans l’Aquitaine médiévale, Les petites villes d’Aquitaine du Moyen Age à nos jours ? Paris, 1987, réed. dans Ch. Higounet, Villes, sociétés et économies médiévales, Bordeaux, 1991, pp. 207-211.

6 Cf. en tout dernier lieu A. Radeff, « Découpages régionaux et changements d’échelle : les foires de France, d’Angleterre et de Suisse au XVIIIe siècle », dans Itinera, fasc. 17. Histoire régionale et méthodes informatiques, Bâle, 1996, pp. 10-18.

© Presses universitaires du Midi, 1996

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search