Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Curés de campagne d'ancien régime

Le cas du diocèse de Vence au xviiie siècle

p. 271-278


Texte intégral

1Le clergé paroissial d'Ancien Régime nous est maintenant familier. L'intérêt du diocèse de Vence, outre sa petitesse qui en rend l'encadrement plus exigeant, résulte de sa position à l'extrémité de la Basse-Provence orientale, aux confins du Comté de Nice, et de sa sensibilité particulière bien connue par les travaux de Michel Vovelle et de Marie-Hélène Froeschlé-Chopard. Mais l'appréhension des protagonistes eux-mêmes dans le cadre des institutions diocésaines et communales restait à faire. Une micro histoire à confronter avec les grands courants du moment1.

Le curé dans son diocèse

2Ce n'est qu'au traité de Turin de 1760, qui simplifiait la frontière acrobatique séparant la Provence du Comté de Nice, que le diocèse de Vence regroupa la totalité de ses 21 paroisses sur le sol français2. 22 curés dont deux pour Vence et 13 secondaires assuraient le service des 13 000 âmes de communion recensées par l’abbé Expilly. Dix relevaient de l’évêque, cinq du chapitre et sept de différents sièges canoniaux. Le taux d’encadrement de 373 peut être considéré comme bon au vu des normes nationales, encore que, comme dans toute moyenne, il faille péréquer : deux villages-paroisses sont inhabités et cinq autres ont moins de cent âmes. Par contre Saint-Paul avec sa collégiale et ses prêtres de la ville et du bourg de La Colle, chacun assisté d’un secondaire, se détache du lot. Mais pourquoi le siège épiscopal lui-même se contente-t-il de deux desservants ? Là encore malgré tout l’on reste dans la moyenne nationale citadine d’un prêtre pour 1 500 habitants3.

3125 curés ont pu être identifiés de la fin du XVIIe siècle à celle du XVIIIe. 70 % d’entre-eux sortent du séminaire fondé par le célèbre Godeau en 16694. Leur formation pourrait apparaître légère si elle n’était soumise à une sorte de contrôle continu : des stages de un à deux mois par an, mais intenses puisque de 14 heures d’études et de pratiques quotidiennes, et poursuivis durant sept années, sans compter le stage spécifique de formation d’un mois réservé au curé ou au secondaire entrant en charge. Le tout était sous la responsabilité des R.P. de la Doctrine chrétienne, du moins jusqu’en 1785, car l’on assiste à un déclin généralisé des vocations en cette fin du XVIIIe siècle, tout comme à celui des revenus.

4Ce déclin semble déjà amorcé en 1760 avec ses deux ordinations annuelles, ce qui faisait dire alors à l’évêque que ce n’était plus qu’une ombre de séminaire. Une fusion avec celui de Grasse fut envisagée à plusieurs reprises, en vain. Le dernier évêque, Pisani, tenait cependant à la survie de son séminaire arguant qu’il est bien prouvé que

« l'éducation dans les grands séminaires des villes, loin de préparer aux diocèses de la montagne de bons sujets pour le service des églises, est le moyen le plus sûr d'en être privé »5.

5Toutefois ce ralentissement du recrutement n'a pas encore d'effet visible sur le terrain par suite de la longévité des curés, 84 % exerçant jusqu’à leur mort ; mais il se révèle par voie de conséquence par leur vieillissement. Alors que l'âge moyen d'accès à la prêtrise est normalement de 27 ans, celui des curés en exercice passe de 49 ans en 1762 à 55 en 1790. Ce phénomène n'affecte pas les secondaires dont le renouvellement continue à tourner comme par le passé (âge moyen 36 ans). Le maintien de l'afflux au séminaire de Vence aurait-il incité les curés à renoncer avec la vieillesse ? Rien n'est moins sûr.

6Peut-on alors déjà émettre l'idée que ce curé interminablement calé dans sa paroisse lui a imprégné sa marque et l'esprit donné au séminaire vençois ? Ce n'est pas bien entendu dans les procès-verbaux des visites pastorales que l'on trouvera les indices d'une réponse. Classiquement reviennent les formules stéréotypées habituelles : la paroisse est bien gouvernée ; le curé remplit bien ses fonctions ou bien fait bien son devoir. Tout au plus assure-t-on ici et là qu'il fait régner la paix et l'union. En ce XVIIIe siècle administrativement bien géré sous l'autorité morale et spirituelle d'un évêque résidant en une cité et une région peu propice aux évasions et autres tentations, tout au plus ne relève-t-on que les cas de deux desservants critiquables : un vicaire de Gréolières, village montagnard, qui « se prend pour un évêque », indispose par sa morgue distante une masse de paysans plus que besogneux, et comme Gréolières intègre aussi une paroisse inhabitée aux taux décimateurs différents, la voix publique l'accuse de trafiquer sur les produits de la dîme. L'autre est plus banalement un curé suborneur et grand coureur de jupons, vivant en concubinage avec sa bonne, véritablement « tête brûlée »6. Mais Gattières fut jusqu'en 1760 du Comté de Nice. Ce point explique-t-il par une généralisation audacieuse tout ce que l'on a pu écrire sur le curé « carnale » ? Faut-il alors accepter la réflexion de Pisani : un séminaire austère, à la vie collective réduite mais forte et propice aux vocations sincères et profondes en ce diocèse miséreux ? La marque des grands évêques prenant leurs fonctions et leur apostolat au sérieux, ainsi que l'efficacité des Pères de la Doctrine feraient pencher la balance vers cette hypothèse7.

Le curé dans la société

7L'origine sociale de nos 125 curés, grossis de leurs 102 secondaires est décelable grâce aux titres cléricaux déposés à l'officialité et relevés dans les registres du contrôle des actes. Un sous-diaconat, étape indispensable, exige en effet la possession d'un bénéfice ou une pension garantie sur un bien-fonds de 2 000 livres, soit 100 livres annuelles de rentes. De ce fait une certaine sélection sociale est imposée, 55 % de ces prêtres sont des fils de bourgeois d'Ancien Régime, vivant noblement de l'exploitation de leurs terres et dont certains sont aussi gradués en judicature et 23 % proviennent de familles marchandes ; les exploitants ménagers réduisent leur apport à 10 % et les artisans à 5 %. Il n'y a là rien de bien original à première vue, bien que le diocèse de Vence dépourvu de véritables villes ne compte que 10 % de bourgeois pris dans leur état au plus large et 3 % de marchands pour l’ensemble de la population8. La pauvreté de ce milieu rural rend peu plausible l'hypothèse d'une campagne peu sensibilisée à la vie et à la vocation religieuse.

8L'origine géographique peut-elle affiner ces premières données ? Les deux-tiers des curés proviennent bien des seuls Vence et Saint-Paul. En moyenne sur un siècle il faudra se contenter de deux prêtres issus des campagnes. Pour les cas d'espèce, la fréquence d'un site peut s'expliquer par des traditions familiales : les Michelis à Bouyon, les Funel à Caille, les Escudier à Cagnes. Mais plutôt que de sous-estimer l'influence du curé, vaudrait-il mieux considérer l'insuffisance des réserves foncières pour satisfaire l'impératif du sous-diaconat dans la plupart des villages.

9En ce qui concerne les curés étrangers au diocèse, trois points sont à relever. Fort peu proviennent des grands séminaires provençaux ou niçois (6 et 2). On notera les huit curés des diocèses avoisinants de montagne, Glandèves et Senez et la présence de quatorze Grassois. La pauvreté des cures vençoises semble écarter la concurrence des fils de familles citadines provençales et contenter au contraire les séminaristes de Grasse, de Glandèves et de Senez logés à la même enseigne que ceux de Vence9. Si l'on considère les vicaires, à la demi-congrue, aucun Provençal, cinq Grassois seulement, mais trente-sept du Comté de Nice et de Glandèves. Le diocèse de Vence servirait ainsi de refuge aux secondaires en surnombre et les plus pauvres des diocèses de montagne. Et comme cette charge n'apparaît être que transitoire, puisque seuls dix d'entre-eux parviendront à prendre une cure, celle-ci apparaît bien comme réservée d'abord aux séminaristes vençois.

10Séminaire intime et austère, diocèse misérable, exutoire du trop plein d'autres diocèses guère mieux favorisés, longévité d'un clergé d'origine locale rivé aux paroisses, constituent un faisceau de facteurs ou d'indices significatifs d'une réelle identité.

Le curé dans sa paroisse

11La misère du diocèse de Vence apparaît avec l'appréciation du niveau de vie des prêtres de paroisse. Des huit curés congruistes qui dépendent tous de l'évêque, seuls ceux de Vence et de Saint-Paul peuvent espérer un revenu relativement amélioré par le casuel et les rentes de constitution. Les quatorze autres perçoivent une fraction de la dîme — un ou bien deux-tiers outre le produit de quelques pièces de terre données par fondation lors de la grande époque post-tridentine du milieu du XVIIe siècle et celui du jardin attenant à la maison curiale10. Comme tous ces terroirs sont généralement d'une modeste valeur agricole, comme les paroisses des hauteurs sont dépourvues de vignes et d'oliviers et ne tirent quelque profit que du bétail et de grains au faible rendement, la moyenne des revenus calculés place ces desservants à peu de chose près au même niveau que celui des congruistes : 375 livres pour une congrue de 300 livres en 1730 ; 730 livres pour une congrue de 700 en 1790. Quatre paroisses seulement émergent du lot dans le bas-pays et cinq autres sont nettement en dessous de la congrue : le curé de Saint-Jeannet se trouve ainsi moins rémunéré que son vicaire à la demi-congrue.

12Cette situation qui est le propre des diocèses exsangues avait d’ailleurs provoqué la déclaration de 1768 qui offrait aux curés décimateurs dont les revenus n'atteignaient pas la congrue, la possibilité de renoncer à ce régime. Ceux du Broc et de Tourrettes acceptèrent, mais les trois autres et notamment celui de Saint-Jeannet persistèrent. Faut-il y voir la volonté de faire sentir par un prélèvement direct sur les récoltes la supériorité par investiture divine d'un desservant au genre de vie bien proche de celui de ses fidèles ?

13Ce qui est clair par contre, c'est le moindre mal que représente une demi-congrue pour ces séminaristes venus de leurs montagnes et en attente d'une situation plus florissante. Malgré tout le diocèse de Vence offre des paroisses plus attractives que certaines des hautes vallées du Comté de Nice ou de la Haute Provence orientale. Il reste que la faiblesse des revenus des cures vençoises attirent peu les séminaristes provençaux et que la même médiocrité qui caractérise le plus grand nombre de celles de Grasse explique le déversement de curés venus combler les vides laissés par un foyer vençois insuffisant à pourvoir tous les besoins du diocèse. Cette situation si médiocre puisse-t-elle nous paraître, s'identifie à celle de bien des paroisses villageoises de France et engendre une grande stabilité des prêtres en place.

Le curé et la communauté d'habitants11

14Le concile de Trente avait recommandé aux gens d'église de prendre leurs distances avec les affaires civiles des communautés d'habitants. Les statuts synodaux de Monseigneur Crillon en 1703 font bien

« défense sous peine d'interdit à tous les prieurs, vicaires et curés de se mêler des affaires de la communauté. Rien n'est plus opposé à leur état qui demande au contraire d'eux qu'ils soient des Médiateurs et des Juges de Paix qui travaillent à calmer les esprits »12.

15Le rôle du curé, outre son sacerdoce et son contact personnel avec les fidèles, se borne à alerter l'évêque ou son décimateur du mauvais état des bâtiments religieux, des négligences des confréries et de la moralité des sages-femmes et des régents des écoles. La visite pastorale qui fait une grande place à l'observation formelle de l'état cultuel et spirituel de la paroisse, peut cependant offrir à l'évêque ou à son grand vicaire l'occasion d'admonester les consuls et de fustiger les laïcs responsables de l'emploi des rentes de fondation.

16Les procès-verbaux de ces visites pastorales n'apportent rien de bien spécifique aux relations des communautés d'habitants, en tant que corps constitué, avec leurs curés. Comme partout en Provence, ces derniers sont considérés comme des agents de service public. Qu'ils répondent aux exigences de la liturgie selon le vœu épiscopal soit, mais il leur faut aussi se plier aux usages particuliers dont la plupart ont leurs racines dans les fondations de nature post-tridentine du milieu du XVIIe siècle et dont les aspects les plus remarquables se trouvent dans les manifestations patronales et festives communales aux imprégnations plus ou moins païennes aux yeux d'un Surian par exemple. Ces procès-verbaux semblent faire état d'un compromis favorable aux désirs des habitants-paroissiens. Ils reconnaissent volontiers la messe de l'aube quotidienne pour les travailleurs, les vêpres votives et les offices propres à chaque confrérie et dénoncent ça et là à l'instigation des consuls, un curé peu empressé à satisfaire ces demandes locales. Rien de notable n'apparaît en ce qui concerne certaines processions, comme si l'évêque se contentait de ce que l'Église soit associée à ces pratiques sous le contrôle des consuls. Dans trois cas seulement, il s'élève contre des excès de paganisme latent notamment à Villeneuve-Loubet avec ce Saint-Marculf suspect dont la clef passait pour favoriser la fécondation des jeunes mariés si l'on en baisait l'anneau et celle des brebis si on leur présentait les dents ! Une sorte de modus vivendi fait de tolérance et cela, semble-t-il, depuis que Godeau caractérise ce diocèse dont les dérives ultramontaines sont à rechercher hors le cadre et l’esprit de cette étude.

17Par contre si l’évêque traque sans relâche le prêtre négligent ou oublieux de satisfaire la raison d’être d'une fondation anachronique dont il ne subsiste plus que quelques sols, il est non moins attentif à ce que les consuls observent les impératifs de certaines fondations charitables dont les capitaux ont été placés sur leur hôtel de ville astreint à soutenir « l’hôpital », une école ou autre dot pour les jeunes filles pauvres et méritantes à marier. Aussi partout en Provence bon nombre de règlements communaux introduisaient les édiles dans la gestion de ces fondations. « Le bon sens veut que les établissements de charité soient administrés par ceux-là qui les payent »13. C’est ainsi que des bureaux se sont constitués avec des consuls, des trésoriers, des arbitres estimateurs sortant de charge, le curé et tout au plus deux ou trois marguilliers quand ceux-ci n’étaient pas eux-mêmes élus par le conseil14. Il est clair que les curés n’avaient qu’à surveiller le bon emploi des fonds et à faire respecter l’usage de la religion dans ces établissements. Les évêques de Vence en firent leurs observateurs et imposèrent même une réorganisation des hôpitaux de Vence et de Saint-Paul qu’ils présidaient en théorie eux-mêmes. Cette dérive est significative du XVIIIe siècle. Il apparaît que les communautés semblent de plus en plus vouloir se dégager de ces responsabilités pour les confier à l'Église en même temps que s'affaiblissait l'esprit communautaire.

18Ce glissement se confirme dans l’éducation. Affaire communale et laïque — il suffisait d'obtenir du curé un certificat de bonne vie et mœurs pour le régent pressentir ; on repère dans les procès-verbaux du XVIIIe siècle la présence de plus en plus fréquente de maîtres d'école religieux, des abbés sans affectation précise ou des réguliers dans le siècle. Autrefois les habitants considéraient que le curé n'avait pas à distraire son temps sacerdotal pour apprendre à lire, écrire et compter. Les rémunérations ne dépassant pas 120 à 150 livres, les régents laïcs exerçaient plus ou moins un autre métier et devinrent de plus en plus difficiles à trouver. La solution de l'abbé contenta tout le monde. Il reste que seules les communautés d'importance purent en bénéficier, les 62 % des paroisses devant se rabattre sur le seul catéchisme.

19Ce désengagement communal souligne moins une certaine déchristianisation des populations laissant dépérir les fondations charitables qu'un affaiblissement de l'esprit communal. Les édiles intégrés aux gestions revalorisant l'autorité et le rayonnement du prêtre se comportent alors comme des hommes de devoir, et peut être encore de piété.

20En définitive, les curés de ce diocèse, comme beaucoup d'autres ailleurs, vivent en osmose avec les habitants de par leurs conditions de vie matérielles et de par l'imprégnation des fidèles sur celui qui est là pour le restant de ses jours. Des prêtres sans scandales apparents et dont les travers et les défauts intègrent ceux d'une population indulgente aux faiblesses humaines ; des desservants enfin au service de la communauté d'habitants dans un cadre institutionnalisé laïc aux pouvoirs de moins en moins coercitifs et tendant dans le domaine para-religieux vers un esprit associatif.

21La situation frontalière du diocèse donne un élément possible de réponse aux infléchissements particuliers des sensibilités religieuses par suite d'un recrutement de prêtres resté majoritairement local et renforcé par un nombre non négligeable de secondaires formés au séminaire de Nice. L'homogénéité résultant de l'imprégnation sous-jacente des mentalités crée en tout cas un facteur puissant d'identité.

22Enfin l'étroitesse économique apporte un argument aux abbés-historiens de la césure du XIX-XXe siècle qui font de ce type de « diocèse crotté » un milieu « d'austérité biblique »15. Une vision qui ne saurait être vraisemblablement point totalement inexacte et qui sous réserve des nuances qui s'imposent, contribuerait au maintien de pratiques religieuses simples, pragmatiquement insérées dans le milieu socio-psychologique de la paroisse et pérennisées par un système communal dont la collaboration apparaît comme indispensable à la bonne marche générale de l'Église.

Notes de bas de page

1 On se bornera à rappeler les deux ouvrages fondamentaux : M. Vovelle, Piété baroque et déchristianisation en Provence au xviiie siècle. Paris, 1973. M.-H. Froeschle-Chopard, La religion populaire en Provence orientale au xviiie siècle. Paris, cnrs, 1980. Les archives départementales des Alpes-Maritimes possèdent un riche fonds sur le diocèse de Vence, exploité partiellement notamment par F. Hildesheimer, La grande misère du diocèse de Vence à la fin de l’Ancien Régime, Annales de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Nice, 1983 ; C. Plessis, Le clergé du diocèse de Vence au xviiie siècle, Recherches régionales, Archives départementales des Alpes-Maritimes, 1989 ; M. Derlange, dans l'optique des Communautés d'habitants en Provence au dernier siècle de l'Ancien Régime, Toulouse, 1987.

2 Recensement de 1 765 en âmes de communion. Gattières 415, Bouyon 473, Dos Fraires 153.

3 T. Tackett, Priest and Parish in eighteenth century France : A social and political study of the cures in diocese of Dauphine 1750-1791. Princetown, New Jersey, pu 1977.

4 Godeau évêque de Grasse et de Vence 1636-1653, puis de Vence seul 1653-1672, des quarante de l'Académie française lors de sa création.

5 Projet de réunion du séminaire de Vence à celui de Grasse, Archives départementales (ad) des Alpes-Maritimes (am) 4 G 3.

6 Visites pastorales de Bourchenu 1719-1722.

7 Outre Godeau, Crillon (1698-1714), Bourchenu (1715-1728), Surian, un autre académicien (1728-1754).

8 Relativité des états sociaux d'après les rôles de la capitation, ad des am, C 99.

9 F. Muyard, Le gouvernement spirituel et temporel d'un diocèse sous l'Ancien Régime : Grasse au xviiie siècle, Nice, 1977 (thèse de droit).

10 Taux de la dîme au 1/14e pour les grains et au 1/20e pour le vin.

11 Cf. M. Derlange, op. cit., Les transferts de la solidarité communautaire, p. 502 et sq.

12 1703, AD des am, G 1289.

13 Le consul de Beaumont (diocèse d'Apt).

14 « Les recteurs sont toujours les consuls » (le curé de Tourette), cf. aussi le célèbre dicton provençal : « Après le chaperon, l'hôpital ».

15 Abbé E. Tisserand, Histoire de Vence, Paris, 1860.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.