Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Le bon pasteur et le mauvais prêtre au temps de la Réforme Catholique : l'exemple catalan

p. 259-269

Note de l’éditeur

Abréviations : acls : Archives capitulaires de La Seu d'Urgell ; adg : Archives diocésaines de Gérone ; apav : Archives paroissiales d'Andorra la Vella.


Texte intégral

1Le mauvais prêtre, c'est l'antithèse du bon pasteur qui connaît ses brebis et que ses brebis reconnaissent (Jean 10, 14). Si le bon prêtre est l'icône de l'unique prêtre qui est le Christ, le mauvais prêtre est semblable à ces pasteurs d'Israël contre lesquels prophétise Ezéchiel (Ez. 34,8 & 19) « Par ma vie, oracle du Seigneur Yahvé, je le jure : parce que mon troupeau est mis au pillage et devient la proie de toutes les bêtes sauvages [...] voici, je me déclare contre les pasteurs, je leur reprendrai mon troupeau et désormais je les empêcherai de paître mon troupeau ». Le thème du mauvais prêtre est ainsi lié à celui de la déchéance de l'Église romaine, ce qui en fait un sujet polémique, arme des Protestants et des anticléricaux contre les Catholiques, ou bien, confondu avec la notion d'abus, il sert aux historiens catholiques à justifier le mouvement de Réforme du catholicisme, aux XVIe-XVIIe siècles, tout en invalidant les schismes luthérien et calviniste, car si la Réforme se limite à la correction des abus, celle-ci est effectuée, par l'Église catholique elle-même, avant ou après le concile de Trente.

2C'est ici qu'intervient notre propos : 1. étudier ces abus, ce que j'ai appelé dans un article des Annales du Midi1 « la délinquance ecclésiastique » à l'époque de la Réforme catholique et jusqu’au début du XIXe siècle ; 2. ne pas alimenter une littérature de combat anti-catholique mais mieux connaître la réalité quotidienne de la vie du bas clergé en confrontant les sources normatives, le plus souvent utilisées, en particulier les statuts synodaux, avec la répression des manquements du clergé que les sources judiciaires permettent d'appréhender.

3L'enquête que j'ai menée en Catalogne se fonde principalement sur les archives des diocèses d'Urgell et de Gérone, notamment sur les archives d'une juridiction catalane originale, le tribunal du Bref, cour ecclésiastico-civile, chargée de punir « les crimes atroces » commis par les ecclésiastiques catalans et sur laquelle Mn. J-M Marquès avait attiré l'attention au Ier Congrès d'història moderna de Catalunya en 19842.

4Je vous propose donc un va-et-vient entre le bon pasteur et le mauvais prêtre, non certes pour évaluer quantitativement la moralité du clergé catalan, mais pour saisir qualitativement le type même du bon ou du mauvais prêtre : un être préservé, mis à l'écart de la société des laïcs ou au contraire, un Catalan parmi d’autres Catalans ses semblables ; un homme chaste, prudent, consciencieux ou au contraire débauché, violent et sans scrupule ; une comparaison avec d’autres sources espagnoles, pour d'autres régions, permettra enfin de faire ressortir l'originalité du cas catalan.

Un être préservé, mis à l'écart de la société des laïcs, ou, au contraire, un catalan parmi d'autres catalans, ses semblables ?

5La formation reçue par le futur prêtre tend d'emblée à le soustraire au Siècle en lui faisant mener une vie de type monastique. Le règlement du séminaire de la Seu d'Urgell prévoit la tonsure, l’habit ecclésiastique, une messe quotidienne, la confession mensuelle, chaque jour à la chapelle la récitation du rosaire, des litanies et de l'office de la Sainte Vierge, au déjeuner celle du bénédicité et des grâces, une lecture pieuse pendant le dîner pris en silence, l'oraison solitaire chaque matin etc. ; une nuit hors de la clôture constitue un motif de renvoi3. En deux ans, en moyenne, on forme un clergé pieux, soumis et instruit4 ; une visite ad limina apostolorum de 1762 mentionne les épreuves écrites que le séminariste doit réussir pour être ordonné prêtre5 ; mais l’évêque d'Urgell Simó de Guardiola reconnaît, au début du XIXe siècle, leur niveau intellectuel médiocre.

6Le costume et la tonsure distinguent le bon prêtre du troupeau dont il a charge d'âme. Le synode tenu à La Seu d'Urgell en 1689 condamne les prêtres en espadrilles et barretina rouge ou en costume de marin, parce qu'on les confond avec les laïcs6. Le Livre des visites d'Andorra la Vella rapporte qu'en 1767 l’évêque du diocèse, s’adressant à tout le clergé des Vallées, interdit absolument l'habit court de style militaire, sauf « pour une promenade ou une honnête récréation aux champs »7.

7A contrario, le tribunal du Bref dénonce les faux prêtres qui se revêtent de l'habit ecclésiastique afin d'usurper la qualité de clerc et d’échapper ainsi à la juridiction laïque, tandis que la plupart des accusés réellement ecclésiastiques ont probablement commis leurs forfaits revêtus de l’habit de leur ordre. L’habit ecclésiastique n’est pas un tabou que le mauvais prêtre respecterait, pas plus que le caractère sacré des lieux et des personnes. Le chanoine Advart, qui guette à la sortie de l'office son collègue le chanoine Tamarro, l’attrape par l'habit alors qu'il est encore en camail et rochet et le blesse de plusieurs coups de couteau8. Quelques instants avant les vêpres, en pleine collégiale d’Ager, deux chanoines, que les circonstances permettent de supposer revêtus des ornements sacrés, se mettent à s'insulter et à se colleter ; l’un brandit un pistolet dissimulé sous la soutane et tire ; au moment de son arrestation on découvre sur lui une dague, une épée et une autre arme à feu9.

8Les actes d'accusation des procès du tribunal du Bref ne mentionnent généralement pas l'absence de vêtement ecclésiastique, mais on peut toutefois la supposer lorsque les prévenus sont inculpés pour banditisme ou quand on leur reproche de fréquenter assidûment les bordels.

9Outre les mandements sur le costume, les interdictions touchant le travail contribuent à placer le bon prêtre à la fois en marge et au dessus de sa paroisse, quoique la longue résidence l'y enracine ; on lui proscrit toute activité professionnelle autre que celle propre à son ministère : un synode diocésain d'Urgell en 168910 lui interdit de se livrer au négoce, de traiter des affaires avec des laïcs ; un autre en 174811, d'être berger, majordome, administrateur de biens d'un laïc ; et, en 179812, d'assister aux foires et aux marchés.

10Le tribunal du Bref se réservant les seuls cas qu'il estime « atroces », ses archives ne permettent pas d'évaluer si ces interdictions sont respectées. Mais il est intéressant de noter que parmi les ecclésiastiques jugés par cette cour pour des crimes plus graves, rares sont les inculpés à qui on reproche d'avoir enfreint en plus cette règle ; ce pourrait être simple négligence si le reproche n'était adressé à certains accusés dont il confirme la mauvaise vie et donc la culpabilité comme c'est le cas pour Francesc Godola, prieur de Valldaura, prêtre de St. Miquel de Viver, diocèse d'Urgell : non seulement associé à une bande de malfaiteurs il fait la contrebande de chevaux avec la France et cambriole les presbytères, mais en plus il ne porte pas l'habit ecclésiastique13. Le plus souvent, donc, le mauvais prêtre se dissimule sous la soutane et ne déroge pas à son rang en pratiquant une activité séculière ; par contre, c'est le manque de dignité et de respect de sa charge qui vont établir le clivage.

11D'après le synode d'Urgell de 168914, le mauvais prêtre est celui qui « oublie la modestie et la circonspection » qui siéent à son état et « joue aux cartes et à d’autres jeux publics avec des laïcs en se tutoyant et se disputant de façon indigne », perdant ainsi la dignité qui convient à un ministre de Dieu. Par contre, le bon prêtre, selon le synode d'Urgell de 174815, ne doit ni aller à la chasse, ni hanter les tavernes, ni danser les jours de fête ; même chez des particuliers, le jeu, la chasse, le chant lui sont interdits. L'usage du tabac est proscrit à l'église ainsi qu'une heure avant et une heure après la messe, sous peine d'excommunication mineure16.

12En revanche, les ecclésiastiques délinquants que le Bref est amené à connaître n'agissent pas avec cette réserve. Antoni Maura, curé de Les Preses, diocèse de Gérone, commet l'erreur d'inviter une noce dans son presbytère ; mal lui en prend17. Nous sommes le 18 janvier 1699, une mission est prêchée au village, les fidèles vont passer en procession sur la place où une noce s'apprête à organiser un bal. Ce spectacle licencieux gâcherait tous les bienfaits du pieux exercice ; mais peut-on empêcher une noce de danser ? Pourquoi ne pas faire la fête au presbytère, à l'abri des regards ? Le soir venu, le curé renvoie la noce mais retient à dîner le batlle, son épouse et une certaine Maria Fageda. L'époux de celle-ci rentre chez lui, point de femme à la maison, de soupe sur la table. Maria a dansé toute la journée, et maintenant avec le curé... Il fait irruption chez Antoni Maura, s'en prend vivement à son épouse ; le prêtre s'interpose, menace d'étriper le mari qui doit se retirer. Mais il revient bientôt en force, deux pistolets à la main, accompagné de ses voisins. Le curé tire le premier à travers la fenêtre, tue un des paysans et prend la fuite.

13Un autre inculpé du Bref, Fra. Narcis Terrades, est un habitué des bordels de Gérone où il se serait rendu 27 fois d'après les témoins18.

Un homme chaste, prudent et consciencieux ou au contraire violent, débauché et sans scrupule ?

14Le bon prêtre, comme le mauvais, demeure par sa position sociale au dessus de la société villageoise ; ce sont les qualités morales, chasteté, prudence, qui font le bon prêtre et la violence, la débauche, le mauvais.

15La question cruciale est celle de la chasteté et de l'abstinence sexuelle. « Le principal indice de la vocation est la chasteté » affirme l'évêque d'Urgell D. Francisco Joseph Cathalan de Ocon en 175919. La chasteté et la bonne réputation doivent être préservées par des moyens prophylactiques : le prêtre ne peut avoir à son service une femme jeune et célibataire ; l'âge canonique de la servante est fixé à 40 ans par le synode d'Urgell de 168920 ; un prêtre ne saurait sous aucun prétexte se rendre seul chez une femme âgée de moins de 50 ans21, ni bien sûr, pénétrer dans un couvent de religieuses22 ou se promener seul avec une femme quels que soient son âge et sa condition.

16Parmi les ecclésiastiques inculpés par le Bref, 10 % se voient reprocher, en plus de l'inculpation principale, un commerce malhonnête avec des femmes. On se serait attendu à un chiffre beaucoup plus fort. Derrière le banditisme, la luxure n'est que la seconde cause des meurtres, actes de violence et voies de fait ; c'est alors la jalousie qui engendre le crime : celle du mari dans le cas d'Antoni Maura, dont on a parlé, ou celle du prêtre-amant dans celui de Joan Illa ; ce curé de Besclanò, au diocèse de Gérone, tire un dimanche sur l'hôtelier de la ville, Benet Texidor ; or Joan Illa est l'amant de l'épouse de la victime ; il est aussi celui d'une autre femme dont il a une fille. La mauvaise réputation de l'accusé, ivrogne, nicolaïte et brutal, constitue un présomption de culpabilité23. Il en est de même pour Joan Pons, prieur de Foxa, diocèse de Gérone, qui blesse un de ses voisins en sortant d'un bordel et qui cohabite d'autre part avec une « femme de mauvaise vie »24. Le cas du chanoine Jaume Ventallol, de Besalu, diocèse de Gérone, s'aggrave du fait qu'il est le confesseur de sa maîtresse, femme mariée qu'il introduit dans l'enceinte canoniale, tandis qu'il pourvoit aux frais d’éducation d'un fils qu’il a eu d'une autre femme25.

17La maison d'une maîtresse est quelquefois utilisée comme lieu de rendez-vous pour les ecclésiastiques acoquinés à des bandits, puis, le forfait accompli, comme refuge ; Francesc Masdeu, par exemple, bénéficier de Gérone26, est surpris chez la veuve Salomò, avec qui il a longtemps entretenu une relation, peu de temps après qu'on a vu sortir de chez la veuve quatre personnes louches avec fausse barbe, masque, sombrero, grande cape de berger et armes à feu ; vers midi ces individus étranges tirent plusieurs coups de feu et tuent un citadin.

18Plus cependant que l'incontinence sexuelle des mauvais clercs, c'est leur violence et leur conduite scandaleuse qui les distinguent des bons pasteurs prudents et réglés. Si on prend pour base les visites pastorales effectuées en Principauté d'Andorre aux XVIe-XIXe siècles27, les qualités habituellement reconnues aux vicaires perpétuels sont d’être : zélés, réglés, prudents, mûrs, exempts de scandale et consciencieux ; les vicaires conductius sont eux : doux, paisibles, affables ; les simples prêtres bénéficiers sont : consciencieux ; il est exceptionnel de trouver dans une de ces visites pastorales un jugement négatif comme sur ce vicaire de Pal, paroisse de La Massana, trouvé « nuisible et peu capable » en 1818 ou tel prêtre de St. Julià de Lòria trop zélé, imprudent et peu entreprenant, dans la même visite.

19C'est ainsi la violence qui caractérise le mauvais prêtre. Presque la moitié des inculpations par le Bref concernent le port, l'usage ou la détention d'armes à feu ; le meurtre ou la tentative de meurtre, un quart des procès ; et environ 10 % des menaces et voies de fait à coups de poing, coups de bâton ou à l'arme blanche.

20Cette violence est souvent liée à la luxure ou à des rivalités anciennes : tuer un adversaire ou commanditer son assassinat permettent de mettre fin à un procès. La chicane judiciaire est en effet le travers du mauvais prêtre ; la contestation d'un bénéfice peut conduire deux chanoines à s'empoigner sans vergogne. Une dispute entre Dominicains et Jésuites, probablement sur un problème de mitoyenneté, conduit en, 1638, deux Dominicains, envoyés par leur prieur, à faire sauter le mur du jardin du collège des Jésuites de Gérone28. En 1699, le chanoine Josep Simò y Andana tente de pénétrer par effraction dans une chapelle dont il exerce le patronage ; il insulte ses collègues qui en ont fermé la porte et menace d'y mettre le feu29.

21D'autres fois, la violence semble naître d'une pulsion irrépressible et soudaine30 ou bien constitue un acte de résistance à l’autorité, comme pour Josep Cardonna, curé de St. Pere de Premia, qui s'oppose en 1662 à une saisie opérée par un aguazil et d'autres officiers31.

22Débauché, violent, le mauvais prêtre peut aussi être un rebelle. Le crime de lèse-majesté est un crime atroce du ressort du Bref qui juge notamment des clercs qui se sont rangés du côté français pendant les guerres du XVIIe siècle. Leur engagement va de paroles imprudentes à la transmission de lettres, voire à la participation à des combats : en 1658, Fra. Francesc de Sta. Coloma de Queralt, qui se trouve à la tête des Capucins d'Olot, diocèse de Gérone, est accusé d'avoir tenu des propos hostiles à l'Espagne, ripaillé avec les troupes françaises, « buvant à la santé du roi de France », et communiqué avec les Français, pendant que les Espagnols tenaient la ville, par l'intermédiaire de frères capucins porteurs de messages32.

23Ces manquements à la discipline n'empêchent pas forcément le mauvais prêtre de remplir scrupuleusement sa fonction : célébrer dignement le culte divin, distribuer les sacrements, enseigner la Parole de Dieu et la foi catholique, en résidant dans la paroisse de son bénéfice. De même que le mauvais prêtre n'est pas habituellement le plus ignorant, il n'est pas le moins assidu à son ministère. Le cas de Jaume Bosch, recteur de Sadernes, diocèse de Gérone, est un bon exemple33. Il est accusé d'avoir engagé deux sicaires pour tuer une veuve et en hériter, mais les témoignages disent qu'il a résidé vingt ans dans la paroisse sans jamais manquer à dire la messe et distribuer les sacrements. Le plus souvent, il est vrai, l'enquête ne précise pas si l'accusé remplit les devoirs de sa charge, mais le silence ne joue-t-il pas en la faveur de celui-ci ? Au contraire, le cas de Fra. Narcis Terrades34 est exceptionnel par la liste des crimes dont il est accusé : outre plusieurs meurtres ou tentatives de meurtres, c'est un voleur, un séducteur de femmes mariées, il sème des enfants un peu partout, fréquente les bordels, s'associe à des bandits, passe la nuit hors de son monastère ou y introduit des femmes, il utilise des hosties consacrées pour des préparations magiques, s'adonne à des pratiques proches de la sorcellerie, dit la messe sans se confesser en sortant du lit de sa maîtresse ou en célèbre plusieurs le même jour au mépris des règles canoniques.

24Le mauvais prêtre catalan, saisi à travers les archives du Bref, c'est-à-dire accusé des crimes les plus graves, ne se définit pas par l’absence d’habit de clerc, ou une négligence particulière à l’égard de son ministère, mais par le scandale causé par une violence extrême et une propension à manquer à l’abstinence sexuelle. Mis à part les cas des curés bandits de grands chemin, fornicateurs et sorciers comme celui, exceptionnel, de Fra. Narcis, le mauvais prêtre est aussi un prêtre de la Réforme catholique, passé par le séminaire ; non un révolté, une personnalité picaresque, mais un ecclésiastique presque ordinaire dont la vie soudain se détourne du droit chemin, un homme des temps modernes, impulsif, coléreux, sensuel, qui n'a pas appris à maîtriser ou à éteindre ses passions. Mais le Bref ne connaît qu’une certaine catégorie de mauvais prêtres, il faut confronter nos sources à d’autres enquêtes en Catalogne et dans le reste de l’Espagne.

La spécificité du cas catalan

25Les travaux d'Élisabeth Balancy nous permettent une comparaison entre les prêtres jugés par le Bref et ceux jugés par l'Inquisition de Barcelone, en restant ainsi dans le cadre catalan35 ; il s'agit de douze prêtres d'origine française, en général accusés d'avoir prononcé des paroles blasphématoires, hérétiques ou inconvenantes à l’égard de l'Église catholique ; parmi eux, Étienne Sener, natif de Limoges, est accusé en, 1576-78, d’avoir dit : « Les bulles pontificales ne sont rien », « pour absoudre j'ai autant de pouvoir que le Pape », « on ne doit pas avoir confiance en l'intercession des saints en raison de l'autorité qui dit : maledictus homo qui confidet in homine ». Les peines encourues dans ces cas sont d’ordre ecclésiastique : abjuration souvent de levi, jeûne, aumônes, participation à un autodafé... Un seul prêtre, Frère Pierre Julien, natif de Prades, au diocèse d’Elne, est accusé de subornation de ses pénitentes ; il est condamné à des peines ecclésiastiques : privé à tout jamais du droit de confesser, banni de Madrid, Barcelone, Dos Rios et à huit lieues alentour, durant huit ans dont quatre passés au pain et à l’eau, dans un couvent, et quatre là où il conviendra à la cour. Un dernier est encore poursuivi pour bestialité.

26Il ne s'agit donc ni du même type de délinquance, ni du même type de procès : le Saint Office ne poursuit pas les mêmes délits que le Bref ou l'officialité. Quitter la Catalogne permet de confronter le type du mauvais prêtre que nous avons établi avec les cas d'autres diocèses espagnols.

27Pour Cordoue et son diocèse au XVIIe siècle, nous disposons du livre de José Cobos Ruiz de Adana36 : grâce à la visite secrète de l'évêque Domingo Pimentel en 1638, l'auteur calcule un taux de criminalité (nombre de délits/nombre d'ecclésiastiques) qui fait apparaître en tête le nicolaïsme : 14,25 % du clergé, puis le port de vêtements laïcs : 10,05 %, le trafic de vin et de viande : 10,75 %, le jeu : 3 %, l'usage d'armes pour seulement 2 % et l'usure pour 1,6 %. Non seulement il s'agit ici de manquement à la discipline, surtout à la chasteté, et non de véritables crimes, mais ces chiffres montrent l’originalité du cas catalan en ce qui concerne la violence, le port et l'usage d'armes, en particulier d'armes à feu. Les chanoines cordouans sortent souvent en habit laïc et armés d'une épée plutôt que d'un pistolet comme les prêtres catalans.

28Le diocèse de Coria fournit un autre élément de comparaison37. Lorsque l'évêque Pedro Garcia de Galarza annonce en 1591 une enquête et une visite solennelle de son diocèse, enjoignant à chacun de rapporter les abus qu'il connaît, les pieux fidèles concentrent leurs dénonciations sur les prêtres concubins et les cas d'adultère : 75 % des dénonciations.

29À Cáceres38, des procès criminels, jugés par l'ordinaire ou l'Inquisition entre la deuxième moitié du XVIe et le XVIIIe siècles, il ressort que les trois quarts des procédures concernent des prêtres concubins ou sollicitants, des insultes et des actes de violence : une mauvaise formation, l'ignorance et l'impiété, les bagarres vont de pair avec les sérénades où les clercs courent le guilledou, la guitare en bandoulière et l'épée au côté. Les clercs concubins forment, eux, des couples stables et fondent des familles comme Juan Llanos de Valdes, prêtre à Arroyo, qui vit depuis 20 ans avec la même femme.

30L'Inquisition du Logroño, étudiée par Bernard Fernandez39 fournit des exemples analogues à ceux de l'inquisition de Barcelone : sur 600 délits, environ les 2/3 concernent des délits liés à l'orthodoxie, 1/4 des délits sexuels ; rares sont les procès pour sorcellerie, superstition, violences : en général limitées à des insultes ou de simples coups ; le meurtre est exceptionnel, le port d'arme est rarement signalé ; encore s'agit-il de l’épée la plupart du temps ; le pistolet n’apparaît quasiment pas. Il est probable que ces délits sont sous-représentés dans cet échantillon puisque l'Inquisition ne cherche pas à les poursuivre systématiquement. Les peines sont en majorité (60 %) des pénitences ou des réprimandes ; 1/4 des accusés est condamné à l’abjuration ; 2 % subissent une peine lourde telle que la condamnation à mort, aux galères... Les accusés réprimandés, pénitenciés ou condamnés à une abjuration de levi sont assurés de la discrétion du tribunal ; la sentence est rendue devant une assistance choisie de quelques ecclésiastiques. Les sollicitants sont condamnés à ne plus confesser et subissent une abjuration de levi, une peine de réclusion dans un monastère... Les familiers de l’Inquisition coupables de violences ne subissent que des peines légères de type religieux, moindres que celles imposées par le tribunal du Bref40.

31Ce détour par Cordoue, Coria, Cáceres etc. montre la spécificité du cas catalan et du tribunal du Bref : celui-ci juge des délits beaucoup plus graves, en tout cas au regard de la justice civile, et prononce des peines plus lourdes ; la violence, le port et l’usage d’armes à feu apparaissent spécifiques de la criminalité des clercs catalans. Dans l’exemple catalan, le mauvais prêtre apparaît dans la réalité, non comme l’antithèse archétypique du bon pasteur, mais comme un homme très proche de ses contemporains, avec ses appétits, ses ambitions, ses impulsions non maîtrisées : la plupart du temps ni hérésiarque, ni sorcier, ni Don Juan, mais violent, passionné, chicaneur. Il donne du sang et de la couleur au froid portrait que les seules sources normatives font du prêtre de l’époque moderne. À tout prendre, dans une optique catholique, lui consacrer une communication n’est peut-être pas une œuvre impie puisque l'Église, l’ayant poursuivi devant ses tribunaux, a su écarter du troupeau le « mercenaire (... qui) ne se soucie pas des brebis » (Jean 10, 13).

Notes de bas de page

1 J. F. Galinier-Pallerola, La délinquance des ecclésiastiques catalans à l'époque moderne d'après les archives du tribunal du Bref, dans Annales du Midi, 1992, pp. 43-67.

2 J. M. Marques, Tribunals peculiars eclesiástico-civils de Catalunya : les contencions i el Breu, dans Actes del Primer Congrés d'Historia modema de Catalunya, Barcelone, 1984, pp. 381-392.

3 J. F. Galinier-Pallerola, Le sentiment religieux en Andorre du milieu du xvie au milieu du xixe siècle, Toulouse 1988, p. 88 sq. (thèse dactylographiée).

4 Cette instruction toutefois est centrée sur les règles pour la validité des sacrements, la prédication, le commentaire du catéchisme ; elle fait peu de place à l'étude de la Bible, de la spiritualité, de la théologie dogmatique proprement dite... Cf. J. F. Galinier-Pallerola, Le discours clérical en Andorre sous l'Ancien Régime dans Bulletin de Littérature Ecclésiastique, nos 3 et 4, Toulouse, 1990.

5 E. Moline, Les relacions de les visites ad limina apostolorum dels bisbes d'Urgell, 1597-1821, dans Urgellia, no 3, Andorre, 1980, et no 4, Andorre, 1981-82.

6 Synode de 1689 célébré par l’évêque d'Urgell D. Oleagry de Montserrat, V° session (acls).

7 Lettre pastorale de l'évêque d'Urgell Francesc Fernandez de Xàtiva au clergé d'Andorre en date du 18 avril 1767, llibre de visites d'Andorra la Vella (apav).

8 Procès de 1590 (adg, processos tribunal del Breu, 1538-1630).

9 Procès intenté à Antoni Otger en 1601 (adg, processos tribunal del Breu, arxiu de la Mitra, ca 24b, no 43).

10 Op. cit., note 6.

11 Constitudones synodales diocesi urgellensis D.D. Fr. Sebastiano de Victoria et Emparan, 1748, livre III (acls).

12 Silloge constitutionum in recentioriles synodis urgellensis, editorum D D Francisci A. Duena et de Cisneros episcopus urgellensis, 1798 (acls).

13 Procès contre Francesc Godola, 1587 (adg, processos tribunal del Breu, arxiu de la Mitra, ca 24a, no 3).

14 Op. cit., note 6.

15 Op. cit., note 11.

16 Op. cit., note 6.

17 Procès intenté à Antoni Maura en 1699 (adg, processos tribunal del Breu, 1636-1836, 6-10, no 48).

18 Procès intenté à Fra. Narcis Terrades en 1601 (adg, processos tribunal del Breu, arxiu de la Mitra, ca 24a).

19 Llibre de visites d'Andorra la Vella, texte imprimé daté de 1759 inclus dans le llibre de décrets (apav).

20 Op. cit., note 6.

21 Op. cit., note 7.

22 Op. cit., note 11.

23 Procès intenté à Joan Ilia en 1630 (adg, processos 1558-1630).

24 Procès intenté à Joan Pons en 1693 (adg, processos 1635-1836).

25 Procès intenté à jaume Ventallol en 1591 (adg, processos 1558-1630).

26 Procès intenté à Francesc Masdeu en 1630 (adg, processos tribunal del Breu, 1558-1630).

27 Op. cit., note 3, p. 113 sq.

28 Procès de 1639 (A.D.G., processos tribunal del Breu, 1635-1836).

29 D. J. Lopez, Suplemento al hecho de el papel de el fiscal de el S.S. y Real Consejo de los Reynos de la Corona de Aragón la juridicción de su Santitad, cometitad a instancia de el Rey N.S., Madrid 1698, Barcelone, 1699 (acls, processos, calaix jutge del Breu).

30 Procès intenté à Hipolit Manyol, de St. Andreu, en 1590 (adg, processos tribunal del Breu, 1558-1630, no 6) et procès intenté à Petrus Donat et Fr. Benet Conejo, de St. Genis, en 1590 (adg, processos tribunal del Breu 1558-1630, no 7). Hipolit Manyol est un récidiviste déjà inculpé en 1584 pour avoir refusé de livrer du blé au percepteur des dîmes de son monastère ; plusieurs autres délits lui sont reprochés : menaces avec armes à feu, relations avec une femme dont il aurait des enfants...

31 Memoria en defensa del doctor Joseph Cardonna rector de la parroquial iglesia de San Pedro de Premia contra la acusacion dei procurador fiscal del Breve apostolico, 1662 (acls, processos, calaix jutge del Breu).

32 adg, processos tribunal del Breu, 1635-1836, no 45. La même année deux Récollets du couvent de St. Sebastian de la Bisbal et un prêtre, Joan Navarro, de Verges, sont sous le poids de la même inculpation.

33 Procès intenté à Jaume Bosch en 1636 (adg, 1635-1836).

34 Procès intenté à Fra. Narcis Terrades en 1601 (adg, arxiu de la mitra, ca 24a).

35 Cas aimablement signalés par E. Balancy qui a étudié l'immigration française en Espagne à l'époque moderne (Archivo Histórico Nacional, Madrid, libro 730., f. 186 et 321 ; libro 735, f. 392).

36 José Cobos Ruiz de Adana, El clero en el siglo XVII, estudio de una visita secreta a la ciudad de Córdoba, Cordoue 1976.

37 Angel Rodriguez Sanchez, Inmoralidad y represión en Cória en el siglo xvi, dans Actos de las II jornadas de metodología y didáctica de la historia, Universidad de Extremadura, Cáceres, 1983, pp. 443-461.

38 Isabel Teston Nuñez, Mercedes Santillana Pérez, El clero cacereño durante los siglos xvi a xviii, ibidem, note 37 pp. 462-472. Les auteurs notent la diminution de ces délits au milieu du xviiie siècle ce qui coïncide avec la raréfaction de notre documentation sur le Bref au delà du xviie siècle.

39 Bernard Fernandez, Le tribunal basco-castillan de Logroño, 1538-1700, thèse Nouveau Régime, université de Toulouse-Le Mirail, 1991.

40 Op. cit., note 1.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.