Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Le clergé rural et les mouvements paysans dans l'Angleterre médiévale

p. 237-242


Texte intégral

1L'image des gens d'Église qui ont participé aux mouvements rebelles, surtout aux mouvements paysans, dans l'Europe du Moyen Âge est souvent celle de prédicateurs itinérants plutôt que celle de curés de paroisses. John Ball, l'un des trois principaux leaders de la révolte anglaise de 1381, en est un exemple. Les chroniqueurs contemporains ont écrit beaucoup de mensonges au sujet de ce prêtre, en particulier qu'il était un adhérent de l'hérésie de John Wyclif. Mais il fait peu de doute qu'il a été un prédicateur itinérant pendant au moins quinze ans, dans les comtés du Sud-Est, avant 1381. On l'a appelé un « hedge priest », un prêtre des haies.

2Mais bien d'autres clercs se sont identifiés aux rebelles de 1381. Quelques-uns sont nommés dans les chroniques, mais la plupart nous sont connus par les registres judiciaires établis après la défaite de la révolte. Nous avons les noms de plus d'une vingtaine, avec leurs attaches paroissiales. Ils ne ressemblaient en rien à John Ball. Une quinzaine étaient des curés de paroisse, environ huit étaient des chapelains. D'après ce que nous savons de leurs revenus paroissiaux, ces curés, s'ils n'étaient pas opulents, n'étaient du moins pas pauvres, alors que John Ball l'était certainement. Quant aux chapelains de paroisse, ils devaient recevoir un salaire.

3Ces clercs qui ont participé à la rebellion n'étaient sans doute qu'une petite minorité des ecclésiastiques. Mais comme tous les curés de paroisse, ils devaient tenir leur emploi de par le patronage des seigneurs de manoir ou des monastères qui possédaient le droit de collation aux cures. Leur soutien aux rebelles n'en est que plus frappant. Quels motifs les ont poussés ?

4Évidemment ils avaient leurs propres griefs, tels les impôts cléricaux de mai 1379, février et décembre 1380, lesquels, comme les impôts laïques, étaient plus lourds pour les pauvres que pour les riches. Les chapelains ont aussi souffert, comme les autres salariés, du Statut des Travailleurs, dont le but était de faire baisser les salaires au niveau d'avant la Peste Noire. Mais, de manière générale, on doit reconnaître que la révolte de 1381 fut un mouvement qui se dressa non seulement contre ce qui fut perçu comme le troisième impôt injuste de capitation (Poll Tax) et contre l'appareil judiciaire qui fortifia sa perception, mais aussi contre un régime impopulaire. Beaucoup de gens étaient influencés par des idées générales, telles que « liberté pour tout le monde », demande fréquente des paysans avant 1381, tout autant que par leurs griefs propres.

5Cette révolte ne fut pas un incident isolé. On peut dire qu'elle constitua le point culminant d'un grand nombre de révoltes rurales, depuis le XIIe siècle. Ce qui fut important en 1381, ce fut son étendue considérable, car auparavant les mouvements paysans étaient normalement limités à un village. La question qui se pose est de savoir si le clergé rural s'est impliqué dans ces petites rebellions villageoises, avant et après 1381. Des clercs ruraux figurent-ils parmi ces « conseillers, entremetteurs, soutiens et instigateurs » que condamne le Statut de 1377, statut dans lequel les représentants de la classe des propriétaires fonciers au Parlement indiquent leur peur d'une répétition en Angleterre de la Jacquerie de 1358. Naturellement, les clercs ne furent pas les seuls « gens du dehors » à avoir encouragé les paysans. Il y eut aussi des laïques. On peut citer deux exemples. Des hommes libres de Methley (Yorkshire) ont poussé, en 1340, des tenanciers serviles à ne pas accomplir les corvées dues à leur seigneur. On a accusé un homme de Hatherleigh (Devon) d'avoir délivré, en 1353, une femme emprisonnée par les Juges des Travailleurs...

6La documentation relative aux actions du clergé rural, avant et après 1381, n'est pas abondante : en effet, les descriptions des mouvements paysans ne se trouvent pas normalement dans les instructions brèves que le gouvernement adressait aux fonctionnaires locaux. Mais on trouve des informations dans les archives des cours de justice et elles sont très intéressantes car contenant beaucoup de détails. Les exemples que nous connaissons datent du milieu du XIVe siècle et des années suivantes, c'est-à-dire de l'époque de crise qui a suivi la Peste Noire. Nous ne devons pas en conclure que le clergé n'a apporté aucun soutien aux manifestations du mécontentement paysan aux XIIe et XIIIe siècles, ou au XIVe siècle avant 1349. Cependant, à l'époque de la croissance économique, alors qu'augmentait le produit des dîmes, on peut penser qu'en général le clergé n'était pas très hostile aux exigences des seigneurs visant à accroître les redevances et les services d'une paysannerie perçue comme prospère. Mais à l'époque de la crise économique, après le milieu du XIVe siècle, il est peu douteux que certains éléments du clergé rural — comme d'autres groupes — aient mis en question la justice de l'ordre établi.

7On possède une relation très intéressante et assez détaillée d'un procès relatif à des clercs qui n'ont pas seulement soutenu mais qui ont dirigé une révolte rurale. De plus, les paysans qu'ils ont aidés n'étaient pas des paysans prospères mais des salariés. En avril 1356, un jury d'une localité de l'Hertfordshire inculpe devant les Juges des Travailleurs (connus aussi comme Juges de Paix) Robert Gérard, curé de la paroisse d'Alderbury, et son compagnon Richard de Fulham, décrit comme « ermite ». On leur reproche d'avoir parlé, tous les jours, ouvertement et avec dédain, du Statut des Travailleurs. Ils disaient que nul statut ne devait restreindre le droit, pour les travailleurs, les artisans et les serviteurs de prendre pour leur travail et leurs services autant qu'ils voulaient. Ils disaient aussi que ceux qui avaient élaboré le statut ou l'avaient renforcé en traduisant devant les tribunaux les travailleurs, artisans et serviteurs, devaient être excommuniés et que le statut devait être aboli. Le jury qui a inculpé le curé déclare qu'en conséquence de ses sermons les méfaits des travailleurs et artisans ont été encouragés. Ceux-ci sont devenus de plus en plus rebelles, commettant des délits insupportables et refusant d'obéir aux procédures et aux jugements des cours. Ces sermons ont effrayé les autres propriétaires du comté qui n'ont pas osé appliquer les dispositions du Statut. Quant à l'ermite, le jury se montre très venimeux à son égard. Il est accusé d'avoir menacé les juges du roi et leurs officiers de mort, de mutilation et d'incendie : de fait, la seule preuve était que Termite avait accompagné le curé en tenant un long bâton. Comme on pouvait s'y attendre, la cour les condamne : le curé doit payer une amende, Termite est mis hors la loi.

8Une autre cause judiciaire, en 1371, présente un intérêt particulier car elle se réfère à Lakenheath (Suffolk), où, en 1381, Sir John Cavendish, juge principal de la Cour royale, sera tué par les rebelles. En 1371, le comte de Pembroke, qui était le sénéchal de la liberté de Saint-Edmond, se plaint de ce que, lorsqu'il a envoyé ses ministériaux à Lakenheath pour lever de l'argent pour le roi et pour arrêter certaines personnes selon les instructions du roi, vingt-six individus, nommément cités, ont attaqué ces agents, se sont emparé des objets mobiliers qu'ils détenaient et ont cassé une baguette que l'un des ministériaux portait en symbole de sa fonction. L'un des accusés est le curé de Lakenheath.

9En 1373, nous trouvons un autre exemple du soutien du clergé aux villageois en rébellion contre le Statut des Travailleurs. Selon l'enregistrement des sessions des Juges de Paix en Lincolnshire, le connétable du village de Wyberton avait emprisonné un certain Richard Rote, qualifié de « vagabond », ceci parce que Richard n'avait pas voulu se louer pour un an comme serviteur. Deux chapelains et un serviteur du curé de Wyberton ont attaqué le connétable et ont sorti Richard de prison. On peut penser que le curé a bien su ce qui se passait et l'a sans doute approuvé.

10En 1377, dans le comté de Wiltshire, un membre du clergé est cité par les Juges de Paix et est accusé d'avoir donné des conseils subversifs aux paysans de statut servile (nativi). Il leur a conseillé d'obtenir des exemplaires du Domesday Book pour prouver le statut libre de leurs ancêtres. C'était là un expédient bien connu en ce temps-là, mentionné dans le Statut de 1377. Mais, déclare-t-on, cette liberté aurait été nuisible aux seigneurs et aux magnats du comté. Ce qu'a fait le curé est décrit comme un exemple pernicieux pour les nativi et les autres tenanciers en villainage.

11Évidemment la défaite de la révolte de 1381 n'élimine pas les diverses formes de protestations des ruraux ni le soutien que leur apportent certains clercs. Le gouvernement montre son inquiétude à propos de la participation du clergé. En 1381, après la révolte, le roi enjoint aux percepteurs des impôts en Essex de s'abstenir de poursuivre les chapelains et les clercs qui se cachent par peur d'être impliqués dans les procédures visant les rebelles. On peut citer un exemple de ce soutien clérical aux rebelles : en 1385, à Thurston, près de la ville abbatiale de Bury St. Edmunds, le curé de la paroisse, son chapelain et plusieurs autres sont accusés d'avoir prodigué leurs conseils aux nativi de sanguine et aux autres vilains. Pendant trois ans, ces paysans avaient cessé d'accomplir leurs services dus au seigneur du manoir, n'avaient pas voulu payer plus de quatre deniers par acre pour leurs tenures et avaient réclamé leur liberté. Ils s'étaient groupés en « conventicules », avaient créé un fonds pour financer leurs activités, parmi lesquelles figurait l'acquisition d'un exemplaire du Domesday Book, sous le Grand Sceau.

12Au XVe siècle, il y a très peu de révoltes villageoises analogues à celles du XIVe. Malgré la défaite de la révolte de 1381, les propriétaires ont fait bien des concessions à leurs tenanciers durant plusieurs décennies. Ceci est dû en partie à l'affaiblissement de leur position économique en raison du changement survenu dans le rapport terre/travail ; mais ceci s'explique aussi par le maintien de la pression des communautés villageoises. Il y a eu certes des mouvements de rébellion au XVe siècle, mais en général ils ont été socialement composites, incluant des paysans mais plutôt comme force d'appoint, et leurs finalités ont été plutôt politiques. La rébellion de Jack Cade en 1450 en est un bon exemple : comme on peut s'y attendre, des prêtres et d'autres clercs y ont participé, avec des paysans, des artisans, des marchands et des propriétaires terriens qui, pour diverses raisons, étaient hostiles au gouvernement.

13Mais revenons au XIVe siècle pour nous demander pourquoi certains membres du clergé ont encouragé les revendications et même les révoltes des paysans. Après tout, le clergé paroissial dépendait du patronage des seigneurs. Il percevait des dîmes et d'autres revenus dans les paroisses et on pouvait s'attendre de sa part à ce qu'il soit solidaire des seigneurs. Sans doute ce fut là l'attitude de la majorité des clercs. Pourquoi donc certains d'entre eux ont-ils abandonné leur fidélité traditionnelle ?

14Il semble que la majorité du clergé paroissial, dans l'Angleterre médiévale, était issu de familles de paysans assez prospères. De plus, son existence — dans le cas des clercs qui ne jouissaient pas de plusieurs bénéfices — s'apparentait à celle du commun des villageois. Il faut se souvenir aussi que les prêtres possédaient une tenure, dépendant de la cure, analogue à une tenure paysanne. Cette proximité dans les modes de vie a donc pu pousser quelques-uns de ces clercs à s'impliquer dans les mouvements paysans. Mais la grande majorité des curés de village n'a sans doute pas partagé ce point de vue. Pour eux, le statut clérical les rangeait du côté des seigneurs. La doctrine des Trois Ordres était bien connue et elle était exprimée dans beaucoup de sermons prêchés par le clergé. Elle était exposée aussi par beaucoup d'écrivains, surtout ecclésiastiques.

15Mais il y avait d'autres interprétations de la doctrine chrétienne. L'histoire de la participation des clercs aux mouvements radicaux et aux rébellions dans l'Europe médiévale ne peut pas s'expliquer en dehors d'un contexte idéologique. La Bible et les écrits des théologiens contiennent beaucoup de leçons sociales. Les interprétations que les autorités ecclésiastiques ont souvent condamnées comme hérétiques étaient aussi souvent celles qui posaient la question de la justice de l'ordre social existant. Peut-on dire pour autant que les clercs de la paroisse qui se sont impliqués dans les mouvements paysans en Angleterre étaient des hérétiques, comme cela s'est produit assez souvent en Europe ? Il semble que non. Il n'y a pas eu de mouvements hérétiques importants en Angleterre avant Wyclif et les Lollards à la fin du XIVe siècle. Aucun des prêtres ou des autres clercs que nous avons cités comme solidaires des paysans rebelles n'était hérétique, malgré ce qu'ont dit de John Ball les chroniqueurs monastiques après 1381. Le mouvement Lollard, pour sa part, a beaucoup critiqué la richesse de l'Église et il a voulu démanteler la hiérarchie ecclésiastique, mais nullement l'ordre social. Quant à Wyclif, il a écrit, au sujet des serviteurs et des seigneurs (« Of seruandis et lordis ») que chacun devait tenir son rang, « son degré » (« eche schal kepe his degree »). Il semble bien que les clercs dont nous avons évoqué les activités étaient plus radicaux que Wyclif et les Lollards.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Bibliographie

10.1007/978-1-349-16990-0 :

Dobson, R. B. (éd.). 1970. The Peasants Revolt of 1381, London, (recueil de documents).

Faith, R. 1984. The « Great Rumour of 1377 and peasant ideology », in R. H. Hilton and T. H. Aston, éd., The English Rising of 1381, Cambridge.

Hilton, R. H. 1990. The Change Beyond the Change. A Dream of John Ball, William Morris Society, London.

Hilton, R. H. 1979. Les Mouvements paysans au Moyen Âge, Paris.

Krien, G. 1892. The English Rising in 1450, Strasbourg.

Powell, E. 1896. The Rising in East Anglia in 1381, Cambridge.

Reville, A. et Petit-Dutaillis, C. 1898. Le Soulèvement des travailleurs d'Angleterre de 1381, Paris.

Swanson, R. N. 1989. Church and Society in Late Medieval England, Oxford. Workman, H. B. 1926. John Wyclif, Oxford.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.