Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Le contrôle du clergé rural dans le Sud-Ouest de la France au Bas Moyen Âge

p. 205-227


Texte intégral

1Dans le rapport qu'il présentait en 1989 au XXe Congrès de la société des historiens médiévistes1, le Professeur A. Vauchez soulignait un revirement historiographique de taille : la vieille problématique des abus du clergé du Bas moyen-âge a pratiquement vécu.

2Il est évident que la publication quasi concomitante de Répertoires spécialisés (sous l'égide du CNRS), de statuts synodaux2 et de visites pastorales3 a joué un grand rôle dans ce sens. La seule importance quantitative des sources ainsi mises en évidence a permis de mieux mesurer l'ampleur du contrôle qui pouvait s'exercer sur ce clergé. Le synode diocésain et la visite pastorale, en effet, ne se contentent pas d'être de simples prescriptions du droit, mais sont bien les moyens fondamentaux d'un contrôle, voire d'une réforme, comme en témoigne l'action de quelques évêques de cette époque.

3Paradoxalement cependant, il nous semble que l'exploitation systématique du contenu de ces sources a un peu occulté des aspects plus institutionnels, la complémentarité et même l'interdépendance de ces deux formes de contrôle. Il nous a donc paru intéressant de montrer comment le synode diocésain et la visite pastorale, en l'absence de véritable formation initiale, concouraient à former, après l'accession au sacerdoce, un corps de desservants globalement satisfaisant, selon les normes mêmes des statuts synodaux. De ce phénomène, les procès-verbaux des visites se font assez largement l'écho.

Le synode diocésain : un contrôle global

4Les statuts synodaux de l'évêque de Paris Eudes de Sully, publiés entre 1198 et 1215, relayés par le quatrième concile de Latran et la constitution Sicut olim d'innocent III4, sont bien connus pour marquer le renouveau de l'institution dans l'ensemble de la France.

5Pour autant, dans la région qui nous intéresse, ce « renouveau pastoral5 » que R. Foreville date globalement de 1250 n'intervient qu'avec une bonne cinquantaine d'années de retard, notamment dans la partie la plus méridionale.

Tenue du synode, assistance du clergé

6Néanmoins, les prescriptions minimales de la constitution — à savoir un synode d'obligation chaque année — ont été globalement tenues, et le nombre des synodes très souvent porté à deux. En tout état de cause le synode diocésain se réunissait beaucoup plus fréquemment que ne le donnent à penser les textes — statuts ou ordonnances — déjà fort nombreux qui nous sont parvenus. Cela se comprend d'autant plus facilement que la tenue de ces assemblées était une source non négligeable de revenus dans la mesure où tous ceux dont la présence était requise se voyaient astreints au paiement d'un droit spécifique, le synodaticum recognitif d'une juridiction épiscopale ou archidiacale. Ainsi on peut signaler qu'entre septembre 1459 et octobre 1460, l'évêque de Clermont6, Jacques de Comborn, réunit trois synodes.

7Le plus important reste bien entendu le synode pascal qui, selon les dires mêmes de l'évêque de Rodez, Pierre de Castelnau7, était censé répercuter aux sujets des suffragants les décisions arrêtées par les conciles provinciaux dont le droit prescrivait la tenue tous les trois ans.

8Que peut-on dire de la présence des curés ruraux à ces assemblées ? Un élément plaide en faveur de leur déplacement. En fait, les seuls documents qui peuvent nous renseigner véritablement sont les listes synodales prévues pour la perception du synodaticum. La plus intéressante de ces listes, à notre point de vue, est celle qui concerne le diocèse de Clermont et le synode de la Pentecôte 1373. Il est vrai qu'elle était surtout prévue pour répondre à l'enquête commandée par le Pape Grégoire XI qui, à des fins strictement financières, souhaitait savoir quels bénéfices avaient été visités depuis le pontificat d'Urbain V et par quelles autorités8. Sur les 794 bénéfices qui ont fait l'objet de l'enquête, 11 cures sont vacantes9 (1,5 %) et 22 bénéficiers n'ont pas comparu soit un peu moins de 3 %. Encore faut-il décompter les excusés, au nombre de 8. Les bénéficiers restants, font, sans doute, purement et simplement de l'opposition à l'évêque puisqu'ils relèvent tous de l'archiprêtré de Cusset.

9Pourtant, la présence à ces assemblées n'a, semble-t-il, pas toujours été aussi massive, comme en témoigne le synode rouergat de 143710. Il est vrai que les relations entre l'évêque et son chapitre, qui est un très puissant patron dans le diocèse sont alors très tendues.

10Quoi qu'il en soit, le synode reste de toute façon un des moyens de contrôle du clergé rural. En effet c'est là que sont promulgués sinon élaborés les statuts synodaux qui sont la clef de voûte de tout contrôle de la hiérarchie dans la mesure où ils en fixent la norme en élaborant le portrait du clerc idéal.

Les statuts synodaux : la norme du contrôle

11Pour une bonne partie du clergé rural qui, en dépit des prescriptions de la Pragmatique sanction, n'avait pas suivi d'études universitaires poussées, les statuts synodaux contenaient la scientia sufficiens au sens où l'entendait Thomas d'Aquin11, ce savoir minimal qui venait compléter une formation « sur le tas » auprès de prêtres plus âgés qui avaient accepté de les employer en guise de clercs, avant de résigner leur bénéfice en leur faveur12.

12Les Constitutiones et Institutiones de Guillaume Durand13, qui sont bien représentatives des synodaux de la région, sont parfaitement explicites à ce propos : après un rapide préliminaire qui vise à justifier l'importance de ce savoir par les Écritures l'auteur déclare : « Quadruplici autem scientia vos convenit exornari », et il traite immédiatement des quatre domaines dont doit s'occuper un bon prêtre : l'administration des sacrements, la garde et l'entretien des objets sacrés, la célébration des offices divins, le soin des âmes et la bonne administration des églises.

13La structure de son ouvrage est bien formelle, elle est cependant immédiatement parlante et correspond parfaitement aux axes retenus par les visiteurs lorsqu'ils se rendent dans les paroisses pour pratiquer une forme de contrôle moins théorique qu'en synode.

14Du point de vue du contenu, les synodaux du sud-ouest de la France ne présentent guère que quelques particularismes qu'il n'est pas de notre propos d'étudier ici. On y retrouve donc tout à la fois, un exposé rapide des principaux points de dogme, des problèmes juridiques que les recteurs peuvent rencontrer dans l'exercice de leur fonction, et surtout un manuel de pratique sacramentelle car l'exposé théologique qui accompagne l'instruction sur le septénaire sacramentel est des plus rudimentaires.

15Plus que le sens profond du sacrement, son importance spirituelle, ce sont les aspects formels qui préoccupent les rédacteurs des statuts. Ainsi, en matière de pénitence, les statuts synodaux s'attachent surtout :

  • à l'énumération des cas réservés aux ordinaires, liste qui ne cesse de s'allonger au fil du temps,
  • à l'attitude que doit adopter le confesseur vis-à-vis du pénitent et notamment aux interrogations qu'il doit formuler précisément sur les sept péchés capitaux et sur les circonstances du péché résumées en ce raccourci : « Quis, quid, ubi, per quos, quotiens, cur, quomodo, quando ».
  • à la formule précise de l'absolution dans laquelle réside toute l'efficacité du sacrement.

16À travers cet exemple, il apparaît clairement que les statuts synodaux ont un but très nettement pédagogique puisqu'ils tentent par des moyens mnémotechniques d'imprimer dans l'esprit des prêtres l'essentiel de ce qu'ils doivent savoir pour remplir correctement leur fonction. Celle-ci doit se traduire par un mode de vie spécifique sur lequel les statuts insistent énormément dans les rubriques De vita et honestate clericorum. Ils abordent l'obligation de chasteté à compter du sous-diaconat, traitent des questions vestimentaires, des interdits professionnels ou de loisirs. Elles traitent également de tout ce qui touche l'entretien des objets liturgiques et de ce qui matérialise l'emprise qu'exerce l'Église sur le chrétien de la naissance jusqu'à la mort.

17Ces prescriptions, les prêtres des campagnes doivent les connaître presque par cœur, c'est en tout cas ce que réclamme Guillaume de Flavacourt au premier synode diocésain qu'il tient en tant qu'archevêque d'Auch en 1324 : ses prêtres devront en connaître la substance par cœur dans l'année qui suit la promulgation car il procédera ou fera procéder à des examens une fois ce délai écoulé. Cet examen nous semble devoir se dérouler au cours d'une visite pastorale qu'il fera en personne ou par commissaire14.

18Et nous sommes intimement convaincu qu'il en était ainsi, mieux, que les prêtres en diffusaient le contenu à leurs paroissiens, selon les termes mêmes des prescriptions synodales. De fait, comment expliquer autrement, dans le Registre d'Inquisition de Jacques Fournier, les dépositions — en 1321 — de Jean Rocas de la Salvetat, paroissien du diocèse de Cahors ? Comment ce simple laïc pourrait-il avoir une opinion personnelle sur une question doctrinale en vogue15 si son proprius sacerdos n'avait pas précisément commenté16 les statuts synodaux de Guillaume de Labroue (Cahors 1318) qui y font explicitement référence en reprenant la doctrine élaborée sur ce point au Concile de Vienne ?

Le synode : une tribune de lancement pour une politique de réforme :

19Une fois cette norme promulguée sous forme d'un synodal cohérent, il n'était pas nécessaire de le refondre chaque année. Tout au plus convenait-il de le modifier de temps à autre par des ordonnances synodales ponctuelles17. Alors, à quoi bon des synodes aussi fréquents ? En fait, ledit synode permettait de vérifier que les statuts synodaux avaient bien atteint chaque paroisse puisque tout prêtre qui s'y rendait devait y venir muni de l'exemplaire de sa paroisse, conforme au synodal original conservé à la cathédrale. Chacun devait en connaître le contenu puisque l'évêque se réservait le droit de demander à l'un de ses prêtres d'en lire un extrait et de le commenter, d'en interroger un autre sur tel ou tel devoir incombant à sa charge18.

20D'autre part, le synode permettait à l'évêque d'annoncer sa politique pastorale et les moyens qu'il pensait employer pour la mettre en œuvre. À cet égard le diocèse de Rodez est un excellent exemple. Ainsi, c'est au synode de 1341 que Gilbert de Cantobre officialise son ordonnance du 24 octobre 1340, qui révoque toutes les autorisations de non-résidence largement accordées par ses prédécesseurs19. Les contrevenants ont deux mois pour se mettre en règle. C'est au cours de ce même synode qu'il annonce que tout candidat au sacerdoce devra être muni d'un certificat de bonnes mœurs et de bonne vie signé de six probi homines de sa paroisse d'origine20.

21En résumé, le synode apparaît comme un excellent moyen pour l'évêque de se faire une idée générale de son clergé, de jouer un instant son rôle de pasteur, d'édicter les statuts ou ordonnances qui seront aussi bien un guide dans ses futures visites qu'un moyen de réforme de son clergé. C'est donc dans un système dynamique qu'il faut inscrire le contrôle du clergé, un système où le synode et la visite fonctionnent en relation permanente sans qu'on puisse déterminer laquelle de ces institutions est le véritable moteur du système.

Le contrôle au cours de la visite pastorale

22Les visites pastorales ont été beaucoup plus nombreuses que ce que le Répertoire ne laisse penser à première vue. Pour notre part, nous pouvons affirmer avec certitude que dans les provinces d'Auch, Bordeaux, Bourges, Narbonne et Toulouse il y en eut environ une centaine entre 1280-150021. Un tiers à peine sont mentionnées dans le Répertoire. Sans pouvoir affirmer qu'elles eurent bien lieu selon la périodicité annuelle prévue par le Droit, nous pensons que chaque évêque en réalisa ou en fit réaliser au moins une au cours de son épiscopat, généralement au moment de la prise de possession de l'évêché. C'était un moyen simple pour se faire connaître et affirmer ses droits de seigneur temporel22. Le diocèse de Limoges — qui a conservé une bonne documentation23 — permet de se faire une première idée de leur fréquence : 36 visites attestées dont 31 pour le seul XVe siècle avec un rythme quasi annuel sous l'épiscopat de Pierre de Montbrun et à partir de 1474 jusqu'à la fin de la période. Est-ce à dire que toutes étaient menées par l'évêque ? Loin s'en faut, car le droit de visite était partagé sinon âprement disputé. À cet égard la liste synodale du diocèse de Clermont pour la Pentecôte 1373 est de nouveau d'un grand intérêt : elle nous confirme ce que Ton néglige trop souvent, à savoir qu'archiprêtres et archidiacres24 exerçaient également leur droit de visite avec plus ou moins de bonheur selon le cas. Ce droit s'exerçait même parfois au grand dam des évêques comme en témoigne l'affaire tranchée en 1320 par le Pape lui-même et qui opposait l'archidiacre d'Outre-Dordogne, chanoine de Périgueux, au tout récent évêque de Sarlat Raymond de Roquecorn25. Contre toute attente, l'archidiacre périgourdin fut maintenu dans son droit de visite en Sarladais26. Qu'en est-il de ce droit au XVe siècle ? C'est un autre problème, mais tant qu'ils l'ont pu les archidiacres ont défendu leur droit et surtout les procurations qui l'accompagnaient.

La délégation du droit de visite et la professionnalisation qui en découle

23Pourtant, le plus souvent ce sont des commissaires qui pratiquent la visite car depuis Boniface VIII les autorisations, d'abord exceptionnelles, de faire visiter se sont multipliées moyennant une contribution financière27. Pour autant il ne faut pas croire que ces visiteurs s'acquittaient plus mal de leur tâche que les visiteurs traditionnels ; la visite du diocèse de Narbonne par Jean Corsier en 1404 tendrait même à prouver le contraire. De fait, les visiteurs délégués que nous avons rencontrés nous semblent avoir été particulièrement aptes à exercer cet office puisqu'il s'agit pour l'essentiel de vicaires généraux au spirituel, d'officiaux ou même d'évêques in partibus. Ces derniers présentaient l'avantage de pouvoir s'acquitter en visite de devoirs incombant normalement à l'évêque comme les tonsures, les confirmations ou les bénédictions d'ornements.

24Arrêtons-nous un instant sur le cas de ces évêques in partibus qui deviennent de véritables spécialistes (mercenaires ?) de la visite comme en témoigne le cas de Michel Pradolo, évêque de Nio, qui visite vers 1443 le diocèse de Cahors pour le compte de Jean de Castelnau, puis passe au diocèse de Limoges où il visite en 1454, 1455 et 1456 pour le compte du vieil évêque Pierre de Montbrun. Il passe à son successeur Jean Barthon de Montbas I sans que l'on puisse d'ailleurs affirmer qu'il ait participé à la visite de 145928. Parallèlement, on assiste à une rationalisation de la visite qui devient bientôt excessive. De fait les visiteurs connaissent toutes les astuces d'une visite rondement menée. Divers textes — questionnaires pré-établis, vademecum... — et même le très sérieux De cultu vineé29 de Pierre Soybert les leur enseignent. Chacun des éléments de l'ordo ad visitandas parrochias du Pontifical est repris et exploité au mieux.

25L'importance de la procession permet de se faire une idée générale de l'influence qu'exerce le prêtre sur ses paroissiens, du respect ou de la peur qu'inspire l'Église puisque les paroissiens sont censés assister à la messe célébrée par le prélat en visite. Elle permet également de juger de la décence des vêtements sacerdotaux, de la richesse et de la beauté des ornements puisque ladite procession est l'occasion de sortir la croix processionnelle et les reliquaires.

26Quand l'ordinaire visite en personne, il peut dire la messe en utilisant les vêtements liturgiques du curé — un prélat aussi soucieux de ses prérogatives et de l'importance des ornements pontificaux que Simon de Beaulieu n'hésite pas à recourir à une telle méthode — et voilà encore du temps gagné dans son inspection. De même en utilisant les livres de l'office il peut juger de leur conformité avec ceux en usage dans son diocèse, de leur état — on voit Jean Corsier demander de faire réécrire certaines lettres qui se sont abîmées — et de la notation musicale. Enfin, en prescrivant au prêtre du lieu de faire l'instruction aux fidèles requise par l'ordo de la visite30 il peut juger de la façon dont il domine le contenu des statuts synodaux.

27Si le visiteur n'est pas l'ordinaire, il n'est pas tenu de dire la messe. D'ailleurs en écoutant celle du desservant, il peut se faire une idée de son aptitude professionnelle.

28Bien sûr, il lui reste encore à réaliser un travail d'inspection, à procéder à un interrogatoire des paroissiens — bien souvent très rapide puisque limité aux familiers et aux consuls — et le tour est joué dans la mesure où le prêtre ne se signale pas par une particulière inconduite. Nous sommes, il faut en convenir, bien loin du visiteur idéal campé par Pierre Soybert dans son De cultu vinee : celui-ci, en effet, est comparé à un nouveau Christ entrant dans Jérusalem, symbolique que l’ordo du Pontifical véhicule également.

Le sérieux du contrôle

29Dans ces conditions, que penser du sérieux de ces visites du point de vue du contrôle du clergé ? Tout dépend évidemment de la personnalité du visiteur, mais en la matière il ne convient pas d'établir une distinction entre les visiteurs de droit et les commissaires délégués à la visite.

30Un premier élément d'appréciation nous est fourni par les procès-verbaux qui nous sont parvenus. Leur longueur n'est pas signe de qualité : les procès-verbaux des visiteurs de Charles de Bourbon en 149031 sont extrêmement verbeux pour un résultat très décevant. Au contraire, les notes rapides contenues dans le registre de chancellerie de Pierre de Castelnau sur les visites menées dans l'évêché de Rodez entre 1327 et 132932 sont riches de renseignements sur la conduite des clercs. Cependant, ces notes devaient être suivies d'ordonnances épiscopales et les rares qui nous sont parvenues sont tout aussi verbeuses que les procès-verbaux des délégués de Charles de Bourbon. L'idéal en la matière, ce sont les procès-verbaux de la visite menée par Jean Corsier en 140433 dans le diocèse de Narbonne. Ils allient longueur et contenu et reflètent certainement l'attention consacrée à chacune des paroisses.

31Le meilleur critère pour juger du sérieux d'une visite nous paraît, en effet, être le nombre moyen de paroisses visitées en une journée : au-delà de trois, on ne peut plus véritablement parler de visite et de contrôle, tout au plus de tournée à but lucratif. La palme en la matière revient incontestablement à Bernard Blanc visitant le diocèse de Toulouse en 1484 au nom de l'archevêque : il atteint un record de onze paroisses en une seule journée. N. Lemaître34 qui retient ce critère dans ses travaux, a établi des moyennes pour le diocèse de Rodez : 1,18 en 1418, 1,25 en 1446 et 1,83 en 1453. En 1455 au diocèse de Clermont, Jean de Nemoreclaro visite 22 paroisses en 7 jours soit une moyenne de 3,14 avec un maximum de 5 paroisses le 18 avril ; le chancelier Antoine de Comborn 40 paroisses en 19 jours soit une moyenne de 2,1 par jour. C'est à notre avis le seuil que ne doit pas dépasser un contrôle sérieux : Jean Corsier ne visite jamais plus de trois églises en une seule journée et dans ce cas la troisième se trouve être une annexe dépendant d'une église plus importante.

Les résultats de ce contrôle

32En dépit des nombreuses visites dont on a la certitude qu'elles ont bien eu lieu, en définitive il n'y a que celle de Corsier pour Narbonne en 140435, celle de Bernard Blanc pour Toulouse en 1484 dont on puisse tirer des renseignements quelque peu généraux sur l'état du clergé rural, en y ajoutant pour les compléter sur certains points le registre de chancellerie de Pierre de Castelnau pour les années 1327-1329 et, paradoxalement, les comptes de procuration de Limoges pour les années 1329-1331 et 1459 qui nous donnent des renseignements sur les sanctions prises envers les clercs délinquants. C'est bien peu pour tirer des conclusions définitives et affirmer que le clergé rural était d'un niveau globalement satisfaisant, mais puisque la voie est ouverte en la matière, nous souscrivons à cette opinion. Ne versons pas pour autant dans un optimisme béat sur la seule base des procès-verbaux de visite. Nicole Lemaître a en effet parfaitement montré que les chiffres qu'on pouvait en tirer, notamment en matière de concubinage, étaient trop faibles pour être crédibles36. Ainsi, si la visite de Corsier dans le diocèse de Narbonne en 140437 donne une image plutôt favorable de ce clergé, il n'en reste pas moins que les procédures engagées contre des clercs narbonnais pendant la période 1382-1432 occupaient 26 registres qui étaient encore conservés dans les archives de l'archevêché en 1640. Qu'on se rassure donc, on pourra toujours trouver des équivalents du Jaume Ferrer que nous a présenté Pere Benito38 ou du Pierre Clergue de Montaillou. On peut d'ores et déjà leur adjoindre Dominique Lalande, prêtre à Muret, qui défraye la chronique toulousaine en 148439 ou encore, pour prendre un exemple dans le diocèse de Narbonne, le cas de Pierre Géraud qui, au dire de ses paroissiens, est tellement fantasque qu'il se prend pour le roi de France alors que chacun sait qu'il est né à Thézan.

33Il n'en demeure pas moins que nous considérons l'état de ce clergé globalement satisfaisant. Ainsi dans quelque 705 églises — auxquelles correspondent au moins autant de bénéficiers — qu'ils visitent en 1329, l'évêque de Limoges et ses commissaires ne condamnent à une amende que 32 clercs, toutes catégories confondues, soit moins de 5 % de l'effectif minimal des clercs dudit diocèse. Au cours de la tournée suivante (1330-1331) qui porte, elle, sur 587 églises, le nombre de clercs condamnés est de 19, soit 3,25 % seulement. Dans le diocèse de Rodez à la même époque, dans les notes de visites qui nous ont été conservées, le taux de délinquance atteint environ 12,5 % mais du moins a-t-on là des certitudes sur le sérieux de l'enquête menée sur les prêtres. En 1404 à Narbonne, dans les paroisses dépendant du patronage de Lagrasse, sur 67 prêtres qui devraient théoriquement faire résidence dans les 27 paroisses au titre de la cure d'âmes ou d'une quelconque chapellenie, 56 sont effectivement présents et parmi eux, 8 peuvent encourir un reproche si l'on applique strictement les normes synodales, soit 14,3 %. Au diocèse de Toulouse enfin, c'est une vingtaine de prêtres environ qui peuvent être repris dans 155 paroisses visitées, autrement dit moins de 20 % de l'effectif des prêtres qui résident effectivement dans ces paroisses. Ce qui veut dire qu'un très grand nombre de prêtres est exempt de défauts graves connus, autrement dit qu'une très large majorité de prêtres, sans être remarquables, assurent convenablement les charges de leur fonction en menant une vie dans l'ensemble conforme à leur état. Examinons plus avant.

La formation intellectuelle

34À vrai dire les procès-verbaux ne nous donnent que très peu de renseignements sur ce point : une fois, à Saint-Étienne de Cépie qu'il visite le 13 juin 1404, Jean Corsier nous signale que le recteur — entendez ici le bénéficier initial — non seulement réside dans sa paroisse mais est bachelier ès-lois et instruit ses paroissiens par des sermons qu'il prononce quasiment chaque dimanche40. C'est le seul cas où le niveau d'instruction est explicitement mentionné dans les procès-verbaux de visite que nous avons dépouillés. Mais, et bien que ces renseignements ne soient pas issus de visites, on peut se faire une idée du niveau intellectuel des ecclésiastiques du diocèse de Cahors pour la période 1301-1500. En effet, le chanoine Sol, en annexe à son Histoire de l'Église de Cahors41 a publié, paroisse par paroisse, la liste des bénéficiers qu'il avait rencontrés au cours de ses recherches. Sur 2093 ecclésiastiques différents, on connaît le titre universitaire précis de 74, soit pour environ 3,6 % d'entre eux, pourcentage qui ne représente pas la totalité des ecclésiastiques ayant reçu une formation universitaire un peu poussée et que l'on peut repérer grâce aux fonctions qu'ils occupent (évêques d'autres diocèses, officiaux...). En incluant ces derniers on parvient à un pourcentage total de 6,5 %. Nous n'avons pas le temps d'énumérer ici leur répartition en fonction de la catégorie de diplômes42, mais ce sont les juristes qui l'emportent de manière très évidente. En revanche, si l'on répartit ces gradués en fonction de la date de la Pragmatique Sanction, on s'aperçoit que le niveau global de ces ecclésiastiques a progressé : en effet ce sont 34 ecclésiastiques sur 1379 qui sont gradués avant 1438 soit 2,5 % environ contre 40 sur 714 après 1438, soit 5,6 %, c'est-à-dire plus du double. Ces pourcentages n'ont bien entendu qu'une valeur relative mais donnent une première indication. En revanche, nous serions bien en peine de dire lesquels de ces gradués résidaient et desservaient effectivement leur bénéfice.

La résidence

35C'est, selon les normes de l'historiographie traditionnelle, le plus grave des défauts du bas clergé. Effectivement, des taux de non-résidence variant entre 40 % à Rodez au temps de Vital de Mauléon43 et 88 % à Toulouse en 148444, en passant par un taux de 70,5 % dans le diocèse de Narbonne en 1404, cela a de quoi faire peur. Cependant nous pensons que de tels calculs déforment totalement la réalité : le vrai problème en la matière est celui de la résidence du desservant effectif. En effet, dans la mesure où le bénéfice permet de faire vivre décemment45 et le bénéficier initial et le vicaire qu'il a présenté pour desservir en ses lieu et place, où celui-ci remplit bien toutes ses obligations, il n'y a pas de raison de se scandaliser puisque les sacrements peuvent être administrés. Une tentative d'évaluation de ce phénomène pour la visite de Corsier nous donne les résultats suivants : dans 27 paroisses, 8 recteurs seulement résident et 19 sont donc desservies ; dans deux paroisses se pose effectivement le problème de la résidence du desservant cette année-là. Ainsi, à Saint-Étienne de Camplong46, le curé est reconnu être un honnête homme qui dessert bien son église et administre bien les sacrements mais il se rend chaque jour à Fabrezan, situation dont il pourrait naître un scandale. Le cas est donc limite. Le second cas, à Saint-Martin de Tréviac47, aucun doute, le curé est en faute, il est absent et excommunié. À cela nous ajouterons le cas de Notre-Dame de Belvèze48, où deux ans avant la visite de Corsier, s'est posé un grave problème. En raison de l'absence du desservant de l'époque il a fallu recourir au curé d'une paroisse voisine pour procéder à un baptême d'urgence. En cumulant tous ces cas, c'est-à-dire en nous mettant dans la pire des situations puisque deux d'entre eux peuvent prêter à discussion, on n'atteint pas 20 % de non-résidence des desservants. La cause nous paraît entendue et nous sommes persuadé que si Ton faisait ce type de calculs pour d'autres diocèses on ne trouverait pas des résultats différents. En revanche, il convient de signaler un problème particulier à ces desservants : celui de la possession ou non d'une licentia regendi. Sur ce point les visiteurs sont très stricts et ce pour deux raisons : cela leur rapporte — chaque lettre de regimine est taxée — et leur permet de contrôler le clergé. Les ordonnances de Jean Corsier sont très rigoureuses sur ce point : faute de les avoir obtenues au synode suivant ou de l'official dont ils relèvent, Corsier suspend préventivement les prêtres en situation irrégulière de toute célébration et administration des sacrements49.

L'incontinence des clercs

36Une constatation s'impose, cela ne semble pas être une préoccupation majeure des visiteurs de notre région, surtout à la fin de la période, car seuls les registres de Pierre de Castelnau y prêtent encore une attention particulière. Il est vrai que certains visiteurs d'alors — l'évêque Charles de Bourbon par exemple50 — sont mal placés pour faire des reproches en ce domaine. Il semble qu'il y ait eu sur ce point une évolution significative des mentalités entre le XIVe et le XVe siècle : autant au début de notre période, les mauvaises fréquentations des prêtres, leur concubinage sont mal perçus, autant à la fin, les paroissiens semblent penser que ce type d'infraction relève plus de la communauté villageoise et d'un arrangement interne que d'une dénonciation auprès de l'évêque, si, par ailleurs, le prêtre remplit bien son rôle. En revanche, quand il s'agit d'un recteur non-résident, les langues se délient, comme à Saint-Martin de Tréviac ou à Belvèze où le vicaire perpétuel qui réside à Mirepoix a marié sa maîtresse à un paroissien, leur à fait vendre leurs biens à Belvèze et les a entraînés à Mirepoix où il a eu un enfant de ladite femme51. À vrai dire, pour les visiteurs, plus que le fait lui-même, ce sont la publicité et la notoriété qui importent car sans elles il n'y a pas d'enquête. Et, à la limite, on peut se demander si ce n'est pas la stupidité du prêtre qui s'est laissé surprendre plutôt que la faute qui est sanctionnée. En effet, dans certains registres d'officialité on voit condamner des prêtres pour incontinence alors que celle-ci n'a pas été prouvée, uniquement parce que le fait est public. Rendons justice aux visiteurs : quand il le faut, ils mènent une enquête et ne se contentent pas d'un témoignage unique. Les témoins amenés à déposer sont alors, prioritairement, les ouvriers, les consuls, les autres prêtres de la paroisse s'il y en a, et enfin les paroissiens52.

L'administration des sacrements et la garde des objets sacrés

37Les cas signalés sont extrêmement rares. Les plus nombreux devaient certainement avoir trait à la confession come on peut le déduire de l'interdiction qui est faite en 1404 à Raymond Comenge, curé d'Ouveillan, de confesser à la sacristie53. C'est en tout cas ce manquement aux devoirs de la confession qui pouvait avoir les conséquences les plus graves quand le secret était trahi : ainsi, une paroissienne de « lo rectorat », ce prêtre de Muret dont nous avons déjà parlé, se voit, le lendemain de sa confession, abordée par des sergents qui lui font des propositions malhonnêtes parce que ledit prêtre avait, au cours d'une de ces beuveries dont il était coutumier, raconté la vie de sa pénitente.

38Le reste des défauts relève plus de l'entretien du matériel que des fautes graves : ainsi on voit de l'eau bénite d'une saleté repoussante, ou contenant des vers54, des hosties conservées dans du papier à la place de corporaux de lin55, mais ce sont des cas rares et lourdement sanctionnés. Ainsi, en 1328, le recteur de Monteils, pour avoir mal conservé le Corpus Christi, se voit condamner à acheter pour son église une custode d'un marc d'argent, charge qui incombait normalement à la fabrique.

39Nous ne croyons pas que de ce tableau où figurent les cas extrêmes il faille conclure à un état catastrophique du clergé rural au Bas Moyen Âge, bien au contraire. Nous aimerions pour terminer dire quelques mots des vingt-deux curés visités par Corsier en 1404 et pour lesquels nous disposons de renseignements extrêmement précis : huit sont exempts de tout défaut, soit environ 37 % ; quatre obtiennent même un satisfecit explicite de leurs paroissiens, essentiellement du reste parce qu'ils prononcent de bons sermons chaque dimanche. Sept ont pour seul défaut de ne pas posséder de lettre de regimine valable mais ont toutes les autres qualités qui, aux yeux des paroissiens, font un bon prêtre56. À vrai dire deux seulement mériteraient de très lourdes sanctions, parce qu'ils n'instruisent pas les paroissiens et administrent mal les sacrements, soit 9 %. Quant aux recteurs qui ne résident pas, il nous faut tout de même signaler le cas, même s'il est exceptionnel, de Nicolas du Bosc, chanoine et préchantre de Montréal au diocèse de Carcassonne qui vient souvent dans sa paroisse et principalement pour les fêtes majeures57.

40Si nous avions eu davantage de temps, nous aurions aimé insister sur l'interdépendance du synode et de la visite et en particulier comment les visites réalisées amènent à réunir des synodes diocésaires ou des conciles provinciaux qui modifient, en fonction des besoins, les normes même qui président au contrôle. Il serait intéressant pour cela de comparer la chronologie des synodes diocésains et des visites pastorales diocèse par diocèse. Il serait également intéressant de rechercher dans les statuts synodaux les éléments qui les écartent du modèle que constitue le CAROTUL58. Nous sommes persuadé que certaines de ces prescriptions un peu originales ont été motivées par des visites : ainsi l'intérêt que porte le synodal de Castres de 1358 à l'état matériel des livres et en particulier l'amende de cinq sous qu'il inflige pour chaque page déchirée nous paraît être consécutive à une visite du diocèse qui aurait mis en évidence une carence de livres et un état déplorable de ceux qui étaient possédés dans les paroisses. Quand Dominique Grima prescrit à ses prêtres bénéficiant de plus de cinquante livres de revenus de faire construire des demeures pour accueillir convenablement l'évêque en visite, ne pense-t-il pas tout simplement à son confort et à quelque expérience personnelle de vieux presbytère mal entretenu ? Pour l'instant ce ne sont que conjectures de notre part que nous nous emploierons à vérifier, mais il nous paraît d'ores et déjà qu'en matière de contrôle du clergé il ne faut plus dissocier visites et synodes mais au contraire considérer qu'ils fonctionnent en un système dynamique, voire qu'ils sont une seule et même institution comme à leur origine.

Les recteurs dans la visite de Jean Corsier

Image

1 Thézan
2 Ferrais
3 Cabrerisse
4 Palais
5 Ribeaute
6 Camplong
7 Fontcouverte
8 Buadelle
9 Lapalme
10 Cascastel
11 Tréviac
12 Prats
13 Champs
14 Mayronnes
15 Puits
16 Quintilian
17 Palairac
18 Nouvelles
19 Padem
20 Lairière
21 Molhet
22 Gréfeil
23 Cépie
24 Digne d'Aval
25 Digne d'Amont
26 Bellegarde
27 Alaigne
28 Belvèze
29 Malviès
30 Tournissan
31 Roubia
32 Lézignan

Les recteurs dans la visite de Jean Corsier

Image

1 Thézan
2 Ferrais
3 Cabrerisse
4 Palais
5 Ribeaute
6 Camplong
7 Fontcouverte
8 Buadelle
9 Lapalme
10 Cascastel
11 Tréviac
12 Prats
13 Champs
14 Mayronnes
15 Puits
16 Quintilian
17 Palairac
18 Nouvelles
19 Padern
20 Lairière
21 Molhet
22 Gréfeil
23 Cépie
24 Digne d'Aval
25 Digne d'Amont
26 Bellegarde
27 Alaigne
28 Belvèze
29 Malviès
30 Tournissan
31 Roubia
32 Lézignan

Les curés dans la visite de Jean Corsier

Image

1 Thézan
2 Ferrais
3 Cabrerisse
4 Palais
5 Ribeaute
6 Camplong
7 Fontcouverte
8 Buadelle
9 Lapalme
10 Cascastel
11 Tréviac
12 Prats
13 Champs
14 Mayronnes
15 Puits
16 Quintilian
17 Palairac
18 Nouvelles
19 Padem
20 Lairière
21 Molhet
22 Gréfeil
23 Cépie
24 Digne d'Aval
25 Digne d'Amont
26 Bellegarde
27 Alaigne
28 Belvèze
29 Malviès
30 Toumissan
31 Roubia
32 Lézignan

Les curés dans la visite de Jean Corsier

Image

1 Thézan
2 Ferrais
3 Cabrerisse
4 Palais
5 Ribeaute
6 Camplong
7 Fontcouverte
8 Buadelle
9 Lapalme
10 Cascastel
11 Tréviac
12 Prats
13 Champs
14 Mayronnes
15 Puits
16 Quintilian
17 Palairac
18 Nouvelles
19 Padem
20 Lairière
21 Molhet
22 Gréfeil
23 Cépie
24 Digne d'Aval
25 Digne d'Amont
26 Bellegarde
27 Alaigne
28 Belvèze
29 Malviès
30 Tournissan
31 Roubia
32 Lézignan

Notes de bas de page

1 Cf. in L'Histoire médiévale en France : Bilan et perspectives, Paris, Le Seuil 1991, « L'Histoire des mentalités religieuses » par A. Vauchez en collaboration avec J. Chiffoleau, G. Hasenhor, M. Sot, p. 155.

2 A. Artonne, L. Guizard, O. Pontal, Répertoire des statuts synodaux de l'Ancienne France du XIIe à la fin du xviiie, 2e édition revue et augmentée, Paris, cnrs, 1969.

3 Répertoire des visites pastorales françaises avant 1789, 4 volumes, publication du cnrs, Paris, à partir de 1977.

4 Décrétales de Grégoire IX, V, 1,25.

5 La formule est de R. Foreville, Cf. son article « Les statuts synodaux et le renouveau pastoral dans le Midi de la France » in Cahiers de Fanjeaux no 6, Le Credo, la Morale et l'Inquisition, pp. 119-150.

6 On est assez bien renseigné sur l'administration de cet évêque pour la période grâce à un registre dit de visites et conservé aux Archives départementales du Puy-de-Dôme, 1G 975, folios 30-32 et 46-58.

7 Cf. Martène, Thesaurus novus anecdotorum, t. IV, col. 767 à 775. Ces ordonnances synodales auraient été promulguées en 1336 par Bernard d'Albi à l'issue du concile provincial de Bourges où elles furent en réalité confirmées. Il semble cependant que le nouvel évêque se soit contenté de renouveler la législation de ses prédécesseurs. C'est du moins l'opinion de l'Abbé Servières (Histoire du Rouergue, 1874), qui, se fondant sur le statut des Juifs, réattribue ces statuts à Pierre de Castelnau.

8 Ce document enregistre les dépositions des prêtres présents au synode et permet de faire le point sur les visites effectuées, le montant des procurations perçues et sur qui elles l'ont été. Il devait permettre à la Chambre Apostolique d'estimer le montant des procurations qu'elle pourrait se réserver. Le texte de ce document est publié par J. Font-réaulx, Fouillés de la Province de Bourges, t. II, pp. 162-211.

9 Plusieurs depuis plus d'un an et deux au moins depuis plus de cinq ans. En raison de leur trop grande pauvreté elles ont été purement et simplement abandonnées par leur recteur.

10 N. Lemaître, Le Rouergue flamboyant, Paris, Cerf, 1981, p. 118. Sur 445 bénéficiers à charge d'âmes que compte le diocèse, il y en a seulement 62 autour de l'évêque. L'ordre du jour n'a pourtant rien de révolutionnaire.

11 Saint Thomas, Somme théologique, Ila-IIae, q. CLXXXIX, a.1, ad primum : « Opportet quod habeat tantum de scientia quae sufficiat ad hoc ut dirigatur in actu ilius ordinis..., plus et minus secundum quod ad plura vel pauciora se ejus officium extendit ».

12 C'est ce qui se produit, par exemple, à Escalquens où, sentant venir la mort, le recteur Guillaume du Puy résigne son bénéfice en faveur de Pierre-Raymond Fort. Un testament de quelques jours ultérieurs nous apprend que ce dernier n'est autre que son clerc et serviteur à qui il lègue, outre les meubles du presbytère, son meilleur surplis et un bréviaire (ad 31,4G 42, fol. 94).

13 G. Durand, Institutiones et constitutiones, édition Berthelé-Valmary, 1908.

14 « Addicientes quod redores predicti ecdesiarum et cappellani illorum statutorum saltern synodalium sciant substantiam cordethenus infra annum a die publicationis presentis ; elapso siquidem anno, ubicumque parrochiarum nos continget in propria persona et in aliis parochiis per comissos deputandos, dictos redores et cappellanos faciemus diligenter examinare. Et quos predicta statuta et praecepta reperimus ignorantes, absque remissione pene puniemus » in J. Duffour, Le livre rouge du clwpitre métropolitain Sainte-Marie d'Auch, Auch, 1908, p. 103.

15 Le débat porte sur la question de savoir si le Christ était mort ou non avant le coup de lance infligé par le soldat romain. Les Franciscains voulaient faire condamner sur ce point la doctrine de Pierre-Jean Olieu — qui soutenait dans la Postilla in Joannem que le Christ était encore vivant — afin de discréditer définitivement la branche Spirituelle de leur ordre. Clément V, à la suite des travaux menés par une commission du Concile, adopte une position modérée dans la Constitution Fidei Catholicae.

16 À ce propos, il nous paraît important de souligner que les statuts synodaux ne font que très rarement allusion à la prédication des simples prêtres. Seuls, parmi ceux que nous avons étudiés pour le xive, les statuts de l'évêque de Pamiers, Dominique Grima se penchent véritablement sur la question. Dans sa rubrique De fide catholica, poussé par sa solide formation de prédicateur, il n'hésite pas à proposer des trames de sermons sur le dogme qu'il agrémente d'exemples, Bibliothèque municipale de Toulouse, Ms 402.

17 Dans la version que nous avons étudiée, l'opusculum synodale de Dominique Crima comporte, d'une main différente de celle du scribe principal, des annotations marginales qui le corrigent ou le complètent. On y a adjoint, in fine, des ordonnances synodales prises sous l'épiscopat de Bertrand d'Ornezon en 1382 et 1406.

18 Cf. le synodal d'Albi. Le fait est également signalé par G. Le Bras in Institutions ecclésiastiques de la chrétienté médiévale qui, reprenant les travaux de Delsalle, montre que cet interrogatoire était également pratiqué par l'archiprêtre aux calendes décanales. Les statuts synodaux de Bayeux de 1317 rappellent l'importance de ces réunions « ad statuta synodalia recitanda ».

19 Sous le seul épiscopat de Pierre de Castelnau, Nicole Lemaître a relevé dans les registres de chancellerie 39 dispenses à titre onéreux pour études, affaires, vieillesse ou pèlerinage.

20 « Qui rector, capellanus seu curatus et alli predicti jurati deponant coram notario et testibus quod quantum humana fragilitas nosse finit, credunt quod talis qui ad sacros ordines desiderat promoveri est legitimus et bonae vitae et bonae conversationis et bonae famae et quod nullum impedimentum matrimonii vel aliud quodcumque patitur seu habet quominus possit ad sacros ordines promoveri », A.D. Aveyron, G. 50, no 38.

21 Encore n'est-ce là qu'un résultat provisoire, susceptible d'augmenter aux fil des lectures d'articles ou de livres d'érudits locaux. Pour une chronologie et un inventaire plus précis, nous renvoyons à notre dea. Visites canoniques au Bas Moyen Âge : premiers éléments pour une synthèse dans le Sud-Ouest de la France, Université de Toulouse-Le Mirail, Septembre 1991.

22 À cet égard, il est intéressant de voir qu'au cours de la visite de son diocèse en 1459, Jean Barthon de Montbas se fait prêter l'hommage qui lui est dû en tant que seigneur temporel ou en repousse le terme pour certains seigneurs. Cf. A.D. Haute-Vienne, G 681, folio 1, par exemple.

23 Cf. L. Perouas, « L'activité pastorale des évêques de Limoges aux xviie et xviiie siècles » in Bulletin de la société archéologique et historique du Limousin.

24 Nous renvoyons sur ce point à notre dea, pp. 34-35 pour l'archiprêtre et 41-43 pour l'archidiacre. L'archiprêtre nous paraît visiter de droit comme en témoignent les statuts de Gui de la Tour, évêque de Clermont, en 1268 : « Statuimus ut archipresbyteri quamlibet sibi subjectam ecclesiam visitent annuatim personaliter. Et si procurationem omittere voluerunt nullatenus visitationem omittant », Mansi, t. XXIV, col. 1211. Le droit de visite de l'archidiacre est, lui, beaucoup plus controversé : cf. par exemple les litiges fréquents entre les archidiacres de Razès et le monastère de Prouille pour la visite de l'église paroissiale Saint-Martin de Limoux, in A.D. Aude, H 514.

25 G. Mollat, Lettres communes de Jean XII, no 11920 en date du 13 août 1320, cité in J.-M. Maubourguet, Le Périgord méridional des origines à l'an 1370 : étude d’histoire politique et religieuse, Cahors, 1926.

26 L'affaire n'est pas unique mais a valeur exemplaire. Liée aux modifications de la carte ecclésiastique voulues par Jean XXII, elle démontre que les circonscriptions ecclésiastiques inférieures ne correspondent pas seulement à des titres honorifiques mais recouvrent des droits et des revenus réels.

27 On connaît le tarif de ces induits visitandi pour le xve siècle ; ils semblent avoir été proportionnés à la valeur de l'évêché et à la durée accordée. On connaît également des cas où cette faveur a été refusée, y compris à un évêque qui peu de temps auparavant avait obtenu d'autres faveurs. Ainsi, invoquant sa vieillesse et sa mauvaise santé, Arnaud Royard, évêque de Sarlat demande cette faveur à Jean XXII qui la lui refuse tout net. Suppliques, Vatican 116, no 1144.

28 Le cas n'est pas unique et mériterait une étude attentive. Nous en avons recensé quelques autres qui figurent dans un tableau de notre dea, pp. 59-61bis.

29 Ms 391 et 392 de la Bibliothèque municipale de Toulouse : donne de nombreuses indications sur la visite pastorale, et, au-delà, sur ce que devrait être un bon évêque au xve siècle.

30 Cette instruction doit porter sur un des points du dogme tel qu'il est enseigné par les statuts synodaux ou sur l'importance que revêt la visite. On ne doit pas la confondre avec le sermon que le visiteur est censé prononcer. L'une de ces instructions nous est parvenue dans la visite de Jean Corsier : il faut bien reconnaître qu'elle devait être parfaitement indigeste dans la mesure où elle reprend toute la partie dogmatique du synodal narbonnais du xive (A.M. Ginestas GG1, transcrit par Vital Chomel en 1958) y compris dans ses considérations théologiques particulières (sur le Quicumque vult). Cf. les extraits du procès-verbal de la visite de Roubia publiés par Vital Chomel dans son article de la Bibliothèque de l'école des Chartes. « Droit de patronage et pratique religieuse dans l'archevêché de Narbonne au début du xve siècle », 1957, pp. 58-137.

31 A.D. Puy-de-Dôme, 1G.5/28.

32 A.D. Aveyron, G.145, folios 121 à 142.

33 A.D. Aude H 9 folios 113 à 218, pour les procès-verbaux des paroisses dépendant du patronage de l'abbaye de Lagrasse ; G. 297 pour des notes — xviiie — prises sur le procès-verbal des visites de Saint-Just et Saint-Paul de Narbonne. L'intégralité du H9 concernant cette visite a été transcrite par M. Vital Chomel sous la cote A.D. Aude 2J 101, mais la transcription mériterait d'être collationnée avec l'original. On ne peut que déplorer la disparition de la copie intégrale de la visite réalisée au xviiie siècle.

34 N. Lemaître, Le Rouergue flamboyant : le clergé et les fidèles du diocèse de Rodez (1417-1563), Paris, 1984, p. 107.

35 Cette visite a été plusieurs fois utilisée, aussi bien par Vital Chomel dans son article déjà cité que par J. BLANC dans sa thèse sur L’abbaye de Lagrasse au Moyen Âge (1298-1502). Cependant, il ne nous paraît pas que tous les enseignements en aient été tirés, aussi nous a-t-il paru nécessaire d'en cartographier les résultats. (cf. notre dea, t. II, p. XXXII à XLV).

36 Cf. ses développements in Le Rouergue flamboyant, pp. 175-184, et notamment sa mise en perspective avec l'enquête commandée à Limoges en 1518 par Philippe de Montmorency. Cette enquête menée de manière très sérieuse pour les archiprêtrés de Saint-Junien et la Meyze donne des taux de concubinaires avérés ou diffamés de 19,4 et 16 % respectivement.

37 Tous les renseignements dont nous disposons sur ce clergé figurent en annexe à cette communication. On pourra ainsi se faire une idée des qualités et des défauts des recteurs et des desservants tels qu'ils sont énoncés par leurs paroissiens.

38 Pere Benito I Monclus, ci-dessus, p. 198.

39 Non content d'accumuler les bonnes fortunes, il séduit sa commère, puis une jeune femme qui va lui rendre visite, trahit le secret de la confession et pire encore, appelé au chevet d'un mourant s'en repart en volant un candélabre... Le cas est très bien commenté par F. Mirouse dans sa thèse de l'École des Chartes, Le clergé paroissial du diocèse de Toulouse (1450-1516), 1976, p. 156-157.

40 A.D. Aude, H9, pp. 189-192.

41 Pour la période qui nous intéresse consulter : L’Église de Cahors au temps de la lutte contre les Anglais, Paris, 1939, et L'Église de Cahors à l'époque moderne, Paris, 1943.

42 Répartition des gradués par type de diplôme : Bacheliers en droit civil : 32, Bacheliers en droit canon : 8 ; Bacheliers in utroque jure : 3 ; Bacheliers ès arts : 1 (également étudiant en sixième année de droit canon) ; Bachelier en médecine : 1 ; Bachelier en théologie : 1 (également maître ès-arts et étudiant in utroque jure) ; Licenciés en droit civil : 14 ; Licenciés en droit canon : 2 ; Licencié ès-arts : 1 ; Docteur en droit canon : 1 ; Docteurs en droit civil : 7 ; Professeurs en droit civil : 2 ; Professeur en droit canon : 1.

43 Cf. N. Lemaître, Le Rouergue flamboyant..., p. 170.

44 Cf. F. Mirouse, Le clergé paroissial..., p. 158.

45 Diverses sources recoupées donnent à penser que 10 livres, toutes charges supportées permettent d'assurer une vie décente à un prêtre dont la cure est théoriquement pourvue d'un presbytère.

46 A.D. Aude, H9 folios 143-147.

47 A.D. Aude, H9 folio 83.

48 A.D. Aude, H9 folios 204-207.

49 Par exemple à Saint-Étienne de Camplong : « Item instruxit eidem curato quod in sinodo habeat licenciam de regendo curam predictam alias ex nunc prout ex tunc interdicit sibi quod labsa dicta sinodo ulterius in dicta ecclesia non administret ecclesiastica sacramenta ».

50 Fils bâtard de l'archevêque de Narbonne Renaud de Bourbon, ayant de ce fait encouru une irrégularité de naissance dont il fut complaisamment relevé, ce prélat eut de nombreuses maîtresses et même des enfants dont une fille, Isabelle, qui fut légitimée par le Roi Charles VIII.

51 A.D. Aude, H9 folios 204-208.

52 Une question cependant reste pendante : les prêtres sont-ils alors astreints à la chasteté ou au célibat ? Sur ce point la législation diocésaine est des plus flottantes : bien souvent les peines qui sont censées être infligées aux concubinaires sont lourdes, mais on trouve aussi des statuts qui déclarent que les prêtres doivent s'efforcer de pratiquer la chasteté qui est contenue implicitement dans leurs vœux, tandis que les moines doivent la garder de manière stricte puisqu'ils s'y vouent expressement. Du reste, les Pères de l'Église qui ont édicté les règles en la matière ne l'ont pas instaurée comme inhérente à la nature du sacerdoce, mais simplement pour leur laisser toute liberté pour l'administration des sacrements, c'est très clair quand on les lit. Sur la question, cf. A. Jauchez, « L'Église et le mariage des prêtres », in L'Histoire, no 185, février 1995, pp. 56-63.

53 Cf. Mémoires du recteur Joseph Amadou, publiés avec un commentaire par G. Larguier.

54 Visite du diocèse de Toulouse en 1484.

55 Visite de Corsier en 1404 dans une paroisse où le recteur remplit pourtant ses fonctions avec soin depuis une bonne vingtaine d'années et est qualifié de scientificus par ses paroissiens ; il se voit suspendre de messe pour un an, peine qui est par la suite mitigée — on ne sait pas comment — tant le visiteur est satisfait de l'état de la paroisse. (Saint-Pierre des Champs). À Toulouse, en 1484, le vicaire de Pinsaguel compose à 16s, pour avoir mal conservé le Corpus, 8d.

56 Les paroissiens sont tout à fait aptes à juger de la capacité des prêtres à exercer leur ministère puisque lorsque se présente la seule véritable affaire grave dont la visite de Corsier nous a conservé une trace, ils proposent au visiteur les personnes susceptibles de remplacer le recteur. Pour chacun de leur candidat, ils présentent parfaitement ses points forts et ses faiblesses. Il faut dire que le cas de Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse est extrême : le recteur est belliqueux et ne s'entend avec personne dans la paroisse et le curé, son suppléant, est fou et ne peut donc pas décemment administrer les sacrements.

57 Visite de Corsier, paroisse de Saint-Julien de Cascatel.

58 Ce sigle est utilisé pour désigner les statuts de Raimond de Calmont d'Olt promulgués à Rodez en 1289, repris à Cahors en 1318 par Guillaume de Labroue et à Tulle par Arnaud de Saint-Astier en 1317.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.