Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Le clergé paroissial du Maresme (évêché de Barcelone) d'après les visites pastorales (1305-1447) : recherches sur le thème du concubinage

p. 187-203


Texte intégral

1Le concubinage des clercs en tant que thème historiographique, a souvent été abordé dans des perspectives quantitatives. Ainsi, on a trouvé intéressant de calculer quel était, le pourcentage de clercs concubinaires dans un diocèse donné, mais aussi d'en déterminer l'évolution dans la longue durée, entre les débuts de la Réforme Grégorienne et le concile de Trente1. En revanche, l'étude qualitative des phénomènes qui à tous niveaux — économique, social, politique, mental... — gravitent autour du concubinage et de la morale sexuelle prise au sens large — formes de comportement, habitudes, conceptions... — est loin d'être aussi avancée. Dans cette communication, nous souhaitons présenter les conclusions d'une étude menée sur ces aspects de la question à partir des visites pastorales de la région du Maresme aux XIVe et XVe siècles2. L'aire retenue, ne comprenant qu'un ensemble de neuf paroisses, et les limites chronologiques définis pour les deux périodes par les registres de visites qui ont été conservés3, ont déterminé le choix préférentiellement qualitatif de l'étude. L'ensemble des enquêtes qui ont fait l'objet du décompte est de cent quarante-cinq, correspondant à une vingtaine de visites pratiquées par les évêques ou leurs délégués au cours des deux périodes signalées.

2Les visites de Ponç de Gualba (1305-1326) sont essentiellement des enquêtes, leur objectif étant de dénoncer les fautes de comportement des clercs et des laïcs qui supposaient une transgression de la morale officielle de l'Église. La première question est de savoir si ces cas d'immoralité que les visites mettent en lumière sont représentatifs des comportements de l'ensemble de la population. L'impression qui ressort de la documentation laisse penser que ces cas constituent un comportement marginal dans la société locale et que les visiteurs comptent sur l'alliance d'une frange représentative de la population — particulièrement sur les témoins synodaux — pour mener à bien leurs projets de réforme. En raison de la nature même de la source, la visite insiste de façon quasi exclusive sur les cas de contravention de la morale sexuelle établie par l'Église, c'est-à-dire sur des situations peut-être exceptionnelles, en tout cas peu représentatives. Si les enquêtes menées au cours de visite nous donnent certains détails sur les clercs et les laïcs désobéissants, elles nous laissent dans l'ignorance du comportement du restant de la communauté paroissiale, dont nous pouvons seulement supposer qu'elle observait la morale de l'Église. Mais, c'est parce que ces cas d'immoralité explicitent des éléments qui demeurent latents dans d'autres sources, qu'ils nous intéressent particulièrement pour l'étude de l'ensemble de la société locale.

Les témoins synodaux : leur réticence à dénoncer les clercs

3Dans le plus grand nombre de visites, ce qui dénoncent les prêtres et les laïcs transgressant la morale établie sont les témoins synodaux cités (vocati) par le visiteur. Il s'agit de chefs de famille ou de maison jouissant d'une condition socio-juridique qui les distingue du reste de la communauté (probi homines, proceres), dont ils sont les représentants auprès du chatelain et de l'évêque. Le nombre de ceux qui dénoncent le concubinage des clercs varie entre deux et onze paroissiens par visite. Quelques cas très significatifs révèlent qu'il existait des réticences à dénoncer les concubinages. En 1379, le visiteur Bernat Maler fut obligé de constater que les paroissiens d'Argentona et de son annexe d'Orrius, ne voulurent pas se rassembler pour la visite en dépit du fait qu'ils avaient été régulièrement convoqués « à son de cloche »4. Il est tentant de voir dans la réticence des paroissiens la crainte de futures représailles de la part du recteur concubinaire. Dans deux enquêtes, les témoins synodaux, conscients de l'insuffisance de leurs propres déclarations, signalent d'autres paroissiens qui connaissent mieux qu'eux-mêmes l'objet de l'accusation. On peut facilement imaginer qu'ils cherchent aussi à transférer sur une base plus étendue de paroissiens les embarras et les responsabilités entraînés par ces accusations5.

Phénoménologie du concubinage

4La quasi totalité des dénonciations portant sur le comportement moral des clercs ont pour objet le concubinage6. Nous avons décompté un total de 32 dénonciations (26 entre 1305 et 1326 et 6 entre 1379 et 1447). 25 cas concernant des clercs concubinaires (20 entre 1305 et 1326 et 5 entre 1379 et 1447). Les 20 clercs concubinaires de la première période se distribuent par paroisse et par catégorie de bénéficiers comme suit dans le tableau 1.

Tableau 1. Les clercs concubinaires : catégories de bénéficiers

Image 10000000000002B9000001F4054A9B6543BF30B4.jpg

5On peut aisément constater que le concubinage touche davantage les bénéficiers curés (recteurs) que les bénéficiers sans cure d'âmes (d'autel ou de chapelle). Cette différence devient encore plus nette lorsque l'on tient compte du fait que la catégorie des vicaires ou des régents s'assimile dans deux cas à celle des recteurs pour ce qui est de l'exercice des fonctions relevant de la cure d'âmes. Il apparaît donc que le relâchement moral est plus général chez les bénéficiers curés que chez les simples bénéficiers de l'autel ou d'une chapellenie. Ce phénomène est d'autant plus marqué que les recteurs détiennent de manière viagère le bénéfice de la cure d'âmes au cours de cette première période. Toutes les paroisses connaissent, au cours du premier tiers du XIVe siècle, un recteur ou un vicaire concubinaire.

6Dans les 31 dénonciations analysées, 21 (67,7 %) associent le concubinage et l'existence d'une descendance (prolem) ; dans 7 cas (22,5 %), cette descendance n'existe pas ou n'est pas dénoncée. La moyenne des enfants illégitimes chez les prêtres concubinaires est de 1,75 (avec un minimum d'un enfant et un maximum de 4). Il est fréquent que les concubines des clercs soient enceintes au moment où l'accusation est portée. Dans deux cas, les enfants et la concubine aident le prêtre dans l'office divin, à l'autel, en présence des paroissiens7.

7En ce qui concerne la durée des relations illégitimes, les enquêtes menées au cours des visites pastorales sont en général peu explicites. Le plus grand nombre des accusations mentionne l'existence de ce type de relation au moment de la visite sans toutefois indiquer depuis combien de temps elles existent. Les références à des absolutions et au nombre d'enfants sont les seuls renseignements qui permettent de dater approximativement l'ancienneté des relations. La mémoire des clercs, ne remontant pas au-delà de quinze ans, contredit plusieurs fois les déclarations des témoins synodaux qui dénoncent le concubinage comme un problème du moment. Le point de départ et la durée de ces relations sont étroitement liées au nombre d'enfants dont le rythme des naissances est généralement bisannuel. La continuité des registres de visite durant le premier tiers du XIVe siècle permet de constater la persistance des concubinages dans le temps malgré les prescriptions et les peines imposées par les visiteurs8.

8À côté d'une majorité de relations stables et permanentes qui peuvent durer jusqu'à trente ans (l'intervalle d'une génération), on trouve aussi des relations intermittentes, qui peuvent éventuellement être régulières. C'est généralement le cas de clercs qui ont leur concubine en dehors de la paroisse et qui se voient obligés de se déplacer9.

9Pour ce qui est du lieu des relations illicites, le plus grand nombre des procès-verbaux désigne implicitement la maison du clerc (hospice ou rectorie, maison du bénéfice) comme lieu de rencontre ou de vie commune10. Certains prêtres ont leur concubine en dehors de la paroisse et vont lui rendre visite occasionnellement11. Lorsque la concubine est de la même paroisse, ou bien qu'elle y habite, normalement c'est elle qui se rend au presbytère ou à la maison du bénéficier, ou y demeure en permanence. Il est significatif que dans le seul cas où des allées-et-venues réciproques (de la maison de la femme au presbytère et viceversa) sont soupçonnées, la concubine, Elicsenda Verdaguer d'Argentona, appartient à la haute paysannerie du village12.

10Le plus grand nombre de prêtres concubinaires entretient ce type de relations publice, c'est-à-dire que la population les connaît de manière manifeste13. Cependant, certains d'entre eux tentent d'éviter la notoriété de celles-ci en maintenant la plus grande discrétion possible14. Le meilleur moyen pour cela consistait à conserver l'anonymat de la concubine en l'envoyant dans une paroisse voisine, comme le fit le vicaire de Mataro en 137915.

Aspects socio-économiques du concubinage

11Les procès-verbaux de visites consignent généralement le nom de la concubine et plus rarement, son âge, son origine géographique et sa condition sociale. Néanmoins, il existe un rapport entre les renseignements que nous fournit l'anthroponymie et la condition sociale de ces femmes. Lorsque la dite concubine est simplement désignée par son prénom, il s'agit très probablement d'une personne étrangère et inconnue dans la paroisse, sans doute de basse extraction. Le concubinage signifie pour elle un déracinement de sa paroisse d'origine16. Par contre, lorsque le surnom ou bien le nom du père ou du mari est précisé, il s'agit en général d'une femme de la paroisse17. On peut savoir par la filiation anthroponymique que certaines d'entre elles sont issues des strates supérieures de la paysannerie locale18.

12Dans trois cas déjà tardifs, les visites mentionnent que le vicaire ou le curé vit avec une femme rejettent les soupçons de concubinage de diverses manières19. On a affaire, au cours de cette seconde période à la figure de la gouvernante, normalement une dame seule ou veuve qui se charge du service domestique du recteur ou du vicaire. La cohabitation d'une femme et d'un recteur n'est donc pas nécessairement un signe d'immoralité ; en revanche, l'âge, la renommée et la condition apparaissent comme trois indices pouvant motiver des soupçons de concubinage20.

13Le concubinage engendre un rapport économique entre la concubine et le prêtre à nature diverse, le plus généralement il s'agit d'un lien de dépendance de la concubine envers le clerc, eu égard à l'origine sociale de celle-ci ou à son détachement de la cellule familiale qui l'exclut des mécanismes du droit coutumier régulant la transmission de l'héritage au sein de la parentèle. Néanmoins, pour un certain nombre de femmes cela peut représenter une espérance et la promesse d'une certaine stabilité économique.

14Dans le plus grand nombre de cas de cohabitation dans les presbytères, il est évident que le clerc entretient sa concubine à partir de ses rentes. Cet état de fait apparaît de manière plus explicite lorsque le curé se voit obligé de se séparer de sa concubine en raison des soupçons véhiculés par la rumeur publique. Il est alors obligé de l'installer à Barcelone ou hors de son village où il fait des séjours temporaires21. Les rapports initiaux de concubinage engendrent un nouveau lieu de dépendance économique, selon lequel le curé est moralement tenu de subvenir aux besoins de sa concubine (du moins pour ce qui concerne sa nourriture et ses vêtements), par cette même rumeur publique qui l'avait conduit à s'en séparer physiquement.

15Cependant cette pression sociale n'existe pas toujours et il est fréquent que le clerc abandonne sa concubine, surtout quand celle-ci est enceinte22. La ville apparaît comme l'ultime destination de ces femmes qui, dans certains cas sont rejetées par les recteurs — pour des raisons économiques ou d'opinion publique — et dans d'autres par leur père ou la communauté paroissiale. Avant d'avoir recours à l'abandon pur et simple, les clercs tentent, selon une stratégie fort répandue à l'époque, de marier leur concubine moyennant une dot constituée par leur père et de placer les enfants illégitimes23. Il arrive également que le recteur tente de rentabiliser son concubinage, en faisant travailler sa concubine à son service et parfois en lui confiant un rôle important dans les affaires du centre paroissial24.

Attitudes et réactions des paroissiens et du visiteur. les sanctions

16Il ressort de la lecture attentive des enquêtes que les paroissiens, ou du moins, certains d'entre eux sont conscients du caractère délictueux et moralement réprouvable de ce type de relations. Les paroissiens de Mataró n'ont pas permis au vicaire Ferrer de Solsona de vivre avec sa concubine, lorsque celle-ci est arrivée ; pour cette raison, le vicaire a dû la chasser du lieu et la renvoyer dans la paroisse de Cabrera, où elle habitait en 137925.

17À Llavaneres ce fut l'attitude de la concubine, plus que le concubinage en lui-même, qui fit réagir les paroissiens. Ceux-ci déclarèrent en 1305 que Maria Lledó dissipait les biens du recteur et de l'église, de telle sorte que nul prêtre desservant ne pouvait cohabiter avec elle, et qu'elle vilipendait et diffamait les paroissiens de fait et de parole. Cette situation étant devenue insoutenable, ils ont demandé de l'éloigner du lieu26.

18On ne notait une attitude rigoureuse du visiteur face au concubinage des clercs que lorsqu'il se voyait contraint d'imposer des peines. Cependant, ce n'est que rarement en cas de persistance dans le péché ou de gravité manifesté à cette extrêmité. En règle générale, le visiteur ordonne aux clercs concubinaires de régulariser la situation en renvoyant leur concubine. L'ordre est accompagné d'une pénitence salutaire (penitentiae salutaris)27 et de la menace d'appliquer les peines prévues contre les clercs concubinaires dans les Constitutions Provinciales au cas où ils n'obtempéraient pas28.

19Ponç de Gualba n'a imposé des sanctions pécuniaires que dans des cas de persistance dans le péché ou de négligence des ordres qu'il avait édictés auparavant29. Malgré l'apparente rigueur des peines imposées, les visiteurs restaient généralement modérés dans leurs applications et parfois même indulgents30.

20Les divers aspects traités jusqu'ici — problèmes économiques et sociaux, condition de la concubine, environnement social du clerc, relations de parentèle, attitudes et réactions des paroissiens — se combinent différemment dans chaque cas. Les enquêtes de Ponç de Gualba montrent un cas singulier, celui de Jaume Ferrer, recteur de Sant Feliu de Cabrera. L'étude de sa biographie qui apparaît clairement dans la visite qu'effectue l'évêque Ponç à Cabrera en 131031, nous permet de replacer dans son contexte la problématique du concubinage, de voir quels aspects y sont associés, de voir comment ils s'articulent et se combinent, de découvrir en définitive comment se vit un cas de concubinage au niveau local. La présentation que nous en donnons est volontairement descriptive pour respecter la structure et l'organisation logique du texte dont nous reproduisons les fragments les plus significatifs.

Le cas de Jaume Ferrer, recteur de Cabrera [...1299-1341]

21Ponç de Gualba se rend personnellement le 25 mai 1310 dans la paroisse de Sant Feliu de Cabrera pour interroger diligenter les premiers cinq paroissiens cités à comparaître pour témoigner, à savoir Jaume Aler, Berenguer de Quarsà et Arnau de Quarsà, frères, Arnau sa Canal et Bernat Sala. Ceux-ci commencent par accuser leur recteur d'avoir aliéné 40 sous appartenant à la fabrique pour s'acheter une maison. Le recteur reconnaît ce fait et promet de rendre cet argent à la fabrique.

22Les témoins continuent leurs dépositions en affirmant que le dit recteur « tient publiquement dans les maisons de l'église une femme nommée Jacmeta, dont il a des fils et des filles et qui est enceinte, tout en la pourvoyant à la table et dans le lit comme le ferait un mari à sa femme. Et il est bien connu de tous les paroissiens et des voisins que c'est le recteur qui lui a donné ces maisons, bien que celles-ci soient des propriétés de l'église, et qu'elle y tient la boulangerie et la taverne pour vendre le vin du recteur. Ils passent pour avoir quasiment leurs biens en commun »32.

23Ce qui, plus que le concubinage lui-même, devait surtout choquer les paroissiens, c'est l'usage personnel que faisait le recteur des biens propres de l'église, de même que l'utilisation de sa concubine pour vendre le pain et le vin, produits élaborés à partir du blé et des vendanges fournis par les paroissiens au recteur au titre de la dîme. Sur ce point les dépositions des paroissiens constituent pour l'évêque un instrument de lutte face à la confusion des biens propres des recteurs et des biens de l'église paroissiale dont le contrôle revient à la curie épiscopale.

24Les paroissiens déclarent en outre que le recteur a eu auparavant deux pedissetes en sa maison, deux sœurs, originaires de Lliçà de Vall, nommées Elisenda et Raimunda. Après avoir engrossé Raimunda, Jaume Ferrer l'a renvoyée de sa demeure puis celle-ci a contracté mariage avec un homme en la paroisse de Sant Andreu de Palomar33.

25Plus tard il devient « compère » d'Elisenda, fille de Berenguer Català, de la paroisse de Cabrera, qui veut la doter de 50 livres pour son mariage. Elisenda accepte d'être la marraine d'un des fils que le recteur avait eu avec Jacmeta. Mais Jaume Ferrer l'engrosse deux fois, consécutivement. On ignore ce qu'il advint de la première grossesse. Cependant, au moment du second accouchement, Elisenda se rend à Barcelone « et on raconte qu'elle y accouche et qu'elle abandonne son enfant dans un hospice. Puis elle revient à Cabrera et les voisins la blâment et la menacent des pires maux si quelqu'un maltraite l'enfant. Craignant cela, elle repart à Barcelone et revient avec sa fille dans les bras, mais son père ne veut plus la recevoir. Le recteur, avec discrétion, lui fait la charité quand il peut. Et ainsi la dite Elisenda, fille de Berenguer Català, a perdu l'amour de son père et de son futur époux par la faute du dit curé, qui l'avait déflorée, et elle erre vagabonde avec sa fille dans les bras34. Le sort d'Elisenda Català est d'autant plus pitoyable qu'elle était promise à un bel avenir avant de connaître charnellement son recteur : 50 livres était une dot très importante à l'époque (la remarque en est faite par un des habitants de Cabrera, Pere d'Apília, qui la qualifie de bona dote), et montre que les Català appartenaient à la haute paysannerie du village.

26L'affaire concernant Elisenda a dû impliquer tout le village qui y a pris une part active dès le départ. L'attitude menaçante des voisins envers Elisenda et son rejet par son propre père et son futur époux se sont combinés pour en faire une fugitive et une vagabonde qui va et vient entre Barcelona et Cabrera, avec son enfant dans les bras, à la recherche de moyens de subsistance. Le rejet paternel, difficile à admettre dans notre mentalité actuelle, montrerait qu'un partie des paroissiens a parfaitement intégré la morale officielle de l'Église, à moins que celle-ci ne soit qu'un prétexte à des motivations économiques et familiales que nous ignorons, en dépit de la prolixité de l'enquête. On apprend ensuite qu'Elisenda trouva à se loger à Cabrera, chez Pere Pons, qui accepta de l'accueillir : « ... la dite femme est abritée par Pere Pons, qui sur les faits susdits doit en savoir plus, tout comme Elisenda, femme de Guillem Pons, ce même Guillem Pons, Pere Ferrer, Marti Ferrer, Guillem d'Apilla, Guillem Bartomeu et Berenguer Català »35. Dès lors, nous imaginons volontiers la population de Cabrera divisée face à cette affaire comme l'était à pareille époque la population du Montaillou36.

27Les déclarants font ici un saut dans le temps et se reportent trois ans en arrière (c. 1307) : « ... le dit recteur prêchait une fois dans l'église le jour de Notre Dame, il y a bien trois ans — au temps même où il était accusé de connaître les deux sœurs —, et il parla du péché et de la pénitence, et entre autre chose, il déclara que "quiconque forniquerait avec sa mère ou une bête, pourvu qu'il se confesse, Dieu lui pardonnerait". De tels propos entraînèrent une grande rumeur dans l'église et tous considérèrent ceux-ci comme maudits et furent très effrayés »37.

28Il s'agit là de la première et unique fois où il est fait référence, dans les registres étudiés, au contenu de la prédication des clercs : le recteur devait faire écho aux commentaires des paroissiens à propos de l'affaire qui le liait aux deux sœurs de Lliçà de Vall et il mettait à profit le sermon d'une fête fortement suivie pour couper court aux diffamations en exposant sa doctrine. C'est la messe mariale du quinze août qui est ainsi utilisée par Jaume Ferrer, lequel ne joue pas seulement sur l'importance religieuse du dit jour, mais également sur le fait que ce jour là se célèbre la virginité de Marie et la fertilité des champs, ce qui était étroitement lié au monde de l'élevage. Pour le recteur il était facile de mettre en rapport la liturgie de la parole avec la réalité de la paroisse et, plus concrètement, avec le thème du concubinage qui préoccupait ses paroissiens. Le résultat ne fut pas la justification attendue de ses actions mais une surprenante apologie des relations sexuelles illicites considérées par lui même comme peccamineuses, mais transcendées par un sacrement de la pénitence utilisé comme moyen d'expiation de tous les péchés.

29Jaume Ferrer fut également accusé d'avoir blessé à mort l'un de ses paroissiens, Bernat Sala, avec le coin d'une arbalète. L'indemnité due pour la blessure fut estimée à plus de 30 sous, mais ne fut jamais versée. Le coup avait été porté de nuit en présence de Marti Ferrer, Bernat Jaume et Amicó s'Abellá38.

30Neuf autres paroissiens confirmèrent la déclaration précédente et ajoutèrent que le recteur avait baptisé le fils premier-né de Jacmeta, Arnau, tout en ayant celle-ci pour concubine. Jaume Ferrer admit avoir baptisé le nouveau-né, mais par ignorance, ne croyant pas que celui-ci était son fils, et déclara avoir installé Jacmeta dans les maisons appartenant à la fabrique parce que celles-ci menaçaient de tomber en ruine.

31Les paroissiens dénoncèrent également le fait que le recteur contredisait la volonté des testateurs en refusant de recevoir des testaments lorsque ceux-ci faisaient des legs à leurs seigneurs temporels ou à l'autel de Sant Feliu. La fabrique en effet bénéficiait de la moitié des legs faits à l'autel de Sant Feliu selon l'ancienne coutume de la paroisse ; dans ce cas, Ferrer détournait ces legs au profit de l'autel de Santa Maria afin d'en être le seul bénéficiaire39. Le ressentiment des paroissiens devant le refus de leur recteur de recevoir leurs testaments devait revêtir une acuité spéciale, dans le cas où ils étaient soumis au droit féodal d'intestia, un « mauvais usage » qui réservait aux châtelains le tiers des biens de leurs sujets décédés intestats40.

32Enfin, ils assurèrent que le recteur et sa concubine Jacmeta, en présence de la mère de celle-ci et de ses frères, s'étaient mutuellement juré foi et assitance à jamais devant l'autel de Sant Feliu, « ... cela fait bien douze ans qu'ils persévèrent publiquement dans leur péché et le dit recteur a eu cinq enfants d'elle et elle est pour l'heure grosse. Il la garde chez lui comme sa concubine »41. Pere d'Aplía ajoute encore qu'il a entendu expliquer cela par l'une des pedissetes du recteur, Ramona. Et il est certain du fait parce qu'il a vu un soir Ramona se disputer avec le recteur et lui faire « mauvaise figure » : or c'était la veille du jour où le recteur et Jacmeta, sa mère et son frère sortirent ensemble de l'église42.

33La longueur du procès-verbal de visite, l'importance qu'ont prise toutes ces affaires dans la vie sociale du village contrastent étrangement avec la peine infligée par l'évêque à la fin de son enquête. Ponç de Gualba se contente de suspendre Jaume Ferrer de l'office pour un an, du bénéfice et de l'administration des biens et des droits de l'église de Cabrera pour deux ans, et de lui interdire de rester dans le doyenné du Vallès et du Maresme, à l'exception de sa paroisse natale de Santa Maria de Caldes (Vallès Occidental)43. Les limites de l'exil ne sont pas fortuites : d'une part, le Vallès, là où Ferrer avait connu ses premières concubines (y avait-il développé son premier ministère ?) ; d'autre part, le Maresme, où il habitait depuis douze ans. Mais, même sur ce point l'évêque a été magnanime ; pour Ferrer, la possibilité de revenir au lieu de son enfance, au milieu de ses proches et de ses voisins, ce n'était pas seulement l'assurance d'un bon climat pour l'exercice d'une pénitence salutaire, mais c'était aussi une façon de lui éviter, privé d'office et de bénéfice, de tomber dans une situation économique pénible. En ce qui concerne sa concubine stable, Jacmeta, il n'y eut pas de ménagements : l'évêque ordonna à Ferrer de la chasser de la paroisse et de rendre à l'église les maisons qu'il lui avait accensées.

34L'enquête exceptionnelle de 1310 est suivie d'un silence inquiétant : ni Ponc de Gualba ni son vicaire général, Hug de Cardona, ne visitèrent à nouveau la paroisse de Cabrera. Jaume Ferrer fut remis dans sa charge — après son exil ? — et il mourut recteur de Cabrera en 134144.

Notes de bas de page

1 Voici quelques exemples tirés du traitement statistique des enquêtes pastorales : pour l'évêché de Rouen, 86 clercs d'un ensemble de 705 sont dénoncés comme concubinaires dans l'enquête menée par Eudes Rigaud entre 1261 et 1269. Dans la région comprise entre Soleure et Montbrisson (diocèse de Genève), entre 1378 et 1450 un prêtre sur cinq est accusé de concubinage (L. Binz, Vie religieuse et réforme ecclésiastique dans le diocèse de Genève, 1378-1450, Genève, 1973, p. 364). Dans le diocèse de Gérone le clergé concubinaire représente 30 % du total en 1314 (93 sur 308) et descend jusqu'à 4 % (15 sur 350) dans les années 1402-1403 (Immaculada Puig I Aleu, Les visites pastorales al Baix Empordà, Mémoire de licence inédit, Université de Barcelone, 1985, pp. 199-200). Marti Bonet chiffre à 25 % le pourcentage de prêtres concubinaires de l'évêché de Barcelone pour les années 1303-1304 (J. M. Marti I Bonet, L. Niqui I Puigvert, F. Miquel I Mascort, Processos de l'Arxiu Diocesà de Barcelona, Barcelone, Departament de Cultura de la Generalitat de Catalunya, 1984, t. I, p. 28).

2 Cet article fait partie d'une étude plus large que nous avons consacré au fait paroissial dans cette comarca côtière qui s'étend au nord de la ville de Barcelone. Pere Benito I Monclús, Les parròquies del Maresme a la Baixa Edat Mitjana. Una aproximació des de les visites pastorals (1305-1447), Mataró, Caixa d'Estalvis Laietana, 1992. Je remercie Fabrice Ryckebusch (Toulouse) et Cécile Crabot (Paris) de m'avoir aidé pour la traduction française du texte original catalan.

3 Les visites pastorales des paroisses du Maresme apparaissent pour la première fois en 1305 et perdurent avec une périodicité plus ou moins régulière jusqu'en 1326 durant l'épiscopat de Ponç de Gualba. Elles reprennent en 1379 sous l'épiscopat de Pere de Planella et cela de manière systématique et plus ou mions régulière jusqu'en 1447, date à laquelle la pratique de la visite dans le diocèse de Barcelone disparaît pour plus d'un demi-siècle.

4 Dans la paroisse d'Argentona :...fuerunt vocati in predicta visitatione parrochiani infrascripti, videlised Iacobus Roqueta et Guillelmus Ferrarii, et non plures, quia vocati noluerunt venire (Archives diocèsaines de Barcelone, Visites Pastorales, v. 8, f. 14r-v). Dans l'annexe d'Orrius : Parrochiani non potuerunt interrogari si contentabantur de redore, ex eo quia non voluerunt venire ad dictam visitationem, cum fuissent vocati pulsatis campanis (ADB, Visites Pastorales, v. 8, f. 15r-v).

5 En 1310 à Cabrera, après avoir décrit le sort de Jacmeta Català, concubine du recteur, et son accueil chez Pere Pons, les témoins ajoutent : in predictis omnibus debet iste Petrus Poncii multa scire et Elicsen, uxor Guillelmi Poncii, et ipse Guillelmus Poncii, et Petrus Ferrer, et Martinus Ferrer, et Guillelmus de Apilia, et Guillelmus Bartholomei, Berengarius Cathalani. (ADB, Visites pastorales, v. 1bis, f. 136v-139r). Les deux paroissiens appelés à Alella en 1307 ont déclaré que le recteur, Pere Ribaforta, avait à Barcelone une amasia, dont ils ignoraient le nom. Mais ils ont ensuite ajouté que Berenguer dez Ferrer, Berenguer dez Roure, Berenguer dez Colomer et Pere dez Fornel sciunt vel scire debunt ad hec fortius veritatem, cum sunt homines ecclesie. Qui ad hec vocati et iurati, dixerunt quod dicta mulier, de qua dictus rector est diffamatus, vocatur Maria et moratur Barchinone iuxta mare, et dixerunt quod dicta mulier est de Vicho. Dans ce cas là, il s'agit de quatre témoins spéciaux, des hommes propres de l'église, qui sont dans un rapport de dépendance personnelle envers le recteur. Et c'est dans ce rapport de dépendance, qui peut être se traduisait par des services de transport du recteur à Barcelone, chez la concubine, que se trouve la clé de la délation. Ces quatre hommes connaissaient mieux que personne le nom, l'adresse et l'origine de la concubine. Il ne manquait que la confession du recteur... (Id., v. 1bis, f. 70r-v).

6 Nous adoptons ici la définition canonique du terme concubinage, à savoir l'entretien de relations conjugales plus ou moins stables entre un homme et une femme (désignée dans nos sources concubina, amassia, pedisseta...). La concubine apparaît comme une épouse avec laquelle les clercs entretiennent une union illicite parce qu'elle suppose la transgression du vœu du célibat.

7 En 1305, Jaume Ferrer, recteur de Cabrera, confesse qu'il n'avait jamais célébré avec son seul fils, mais toujours avec d'autres enfants au même temps, et quod stabat filius iuxta altare et administrat sibi urceolos et siliam (ADB, Visites Pastorales, v. 1bis, f. 13v-14r). En 1310, Bartomeu Bragat, recteur de Caldes d'Estrac, fut accusé de célébrer l'office divin avec sa concubine Alemanya depuis dix ou douze ans, et avec son fils, depuis qu'il était âgé de huit ans (Id., v. 1bis, f. 140r).

8 En 1305 les paroissiens de Llavaneres accusent leur curé, Pere Amic, de tenir chez lui depuis 30 ans une femme appelée Maria Lledó : celui-ci le confesse (adb, Visites Pastorales, v. 1bis, f. 14v-15r). Pendant la même enquête, Pere de Ribaforta, recteur d'Alella, accusé de concubinage, déclare que depuis sept ans il n'est plus allé voir Maria à Barcelone (Id., f. 12v-13r). Mais, devant la récurrence des accusations dans les enquêtes de 1307 et 1309, il reconnaît qu'il se rend à Barcelone chez sa concubine toutes les semaines (Id., f. 70r-v et 98r). Arnau de Fonolleda, recteur de la chapelle de sant Vicenç de Burriac, est dénoncé pour concubinage à Vilassar en 1305 : il déclare avoir fait abjuration de Gueraua une année et demie auparavant (Id., f. 13v.). En 1310 il se trouve à Mataró avec une nouvelle concubine, Guillema Torroella, dont il a déjà deux fils : il le confesse (Id., f. 139v). En 1305, Bartomeu Bragat, recteur de Caldes, est accusé de concubinage avec Alemanya et d'avoir deux ou trois fils d'elle (Id., f. 14v-15r). Cinq années plus tard, il confesse vivre avec elle depuis dix ou douze ans, mais assure ne plus avoir péché depuis la dernière visite (Id., f. 140r). Les paroissiens appelés à Llavaneres en 1323 nous informent que ce couple a des fils et des petit-fils et datent de trente ans l'ancienneté de leurs relations (Id., v. 3, f. 23r-v).

9 Le déplacement fréquent (occasionnel d'après la défense) du recteur d'Alella, Pere de Ribaforta, à Vilanova de la Ribera (Barcelone) éveille les soupçons et motive les accusations de leurs paroissiens (adb, Visites Pastorales, v. 1bis, 70r-v). En 1310 Guillem Soler habite à Argentona et lorsqu'il se rend à Mataró, où il dessert, il visite Ermessenda Moreta (Id., f. 139v). En 1382 les témoins d'Argentona déclarent que depuis la dernière visite de 1379, la concubine que Pere Bous avait tenue dans son presbytère pendant longtemps, y fait périodiquement des séjours de quinze jours : fuit cum dicto redore in domo sua multotiens per spatium quindecim dierum (Id., v. 7, f. 192v).

10 Parfois on l'indique de façon explicite : ainsi pour le régent de Tiana, Pere Cortès en 1314 (Id., v. 2, f. 47v-48r). En 1310 les paroissiens de Cabrera affirment que le recteur antiquas domos ipsius ecclesie stabiluit seu dedit cuidam mulieri nomine Guillelme Iacmete in dampnum et preididum ecclesie. Quam quidem Iacmetam publice tenet in concubinam et prolem habet ex ea (Id., v. 1bis, f. 136v-139r). Le témoignage de Bernat Joan, un des prêtres qui en 1379 cohabite dans le presbytère avec le recteur concubinaire d'Argentona, Ramon Bous, nous fournit une approche encore plus précise. Lorsque le visiteur lui demande les raisons de ses soupçons, il répond quia ipse vidit quod per multa tempora idem rector et mullier dormierunt in eadem camera. Ignorat tamen an in eodem lecto, tamen ianuis clausis (Id., v. 8, f. 14r-v).

11 C'est le cas de Pere de Ribaforta, recteur d'Alella, qui a sa concubine dans le quartier de la Ribera de Barcelone ; de Guillem Soler, prêtre résidant à Argentona, dont la concubine habite à Mataró ; de Jaume Progaminer, recteur de Teià, dont la concubine a toujours habité Barcelone, d'abord dans le moulin « d'en Malla », ensuite près de Santa Anna. Mais, à Mataró, ce sont la femme et les fils du vicaire, Ferrer de Solsona, qui se rendent à son presbytère pour se munir de vivres (Id., v. 8, f. 16r-17r).

12 « ...en Munserrat », rector istius ecclesie, ut dicitur, cognovit Elicsendam Verdeguera, sed nullus vidit eum intrantem domum suam, nec ipsam venientem ad domum rectoris (Id., v. 1bis, f. 139v).

13 Ce fait est exprimé de diverses manières : est fama in tota parrochia apud bonos et graves (Id., v. 1bis, f. 13v-14r) ; prout fama publica est in loco (Id., f. 14r-v) ; est fama et credulitas omnium parroquianorum et vicinorum ; est fama et credulitas in tota illa terra (Id., f. 136v-139r) ; fuit fama et murmur in parrochia (Id., v. 3, f. 108v) ; est comunis vox et publica fama in tota parrochia (Id., v. 8,16r-17r). Le caractère public du concubinage résulte parfois du déplacement du prêtre. Guillem Soler, lorsqu'il se rend à Mataró, intrat palam et notorie domum ipsius Ermessendis (Id., v. 1bis, f. 139v).

14 Comme Ramon Bous, recteur d'Argentona, qui dormait dans sa chambre avec une concubine. Les portes demeurant fermées (ianuis clausis), le témoin de l'enquête de 1379, le prêtre Bernat Joan, ne peut pas assurer qu'ils couchaient dans le même lit (Id., v. 8, f. 14r-v). Trois ans après, la concubine ne cohabite plus avec le recteur, mais un de ses séjours occasionnels dans le presbytère coïncide avec l'arrivée du visiteur, le vicaire général Bonanat d'Ermedanes, recteur de la paroisse voisine de Premià. Celui-ci trouve que Constança die ista abscondit se, cum scivit nos venire ad dictam ecclesiam (Id., v. 7, f. 192v). Les rapports entre Montserrat, recteur d'Argentona, et Elisenda Verdaguera, sont pareillement mystérieux : personne n'a rien vu, mais tout le monde a des soupçons (Id., 1bis, f. 139v).

15 Id., v. 8, f. 16r-17r.

16 C'est le cas de Maria, concubine de Pere de Ribaforta, originaire de Vic et résidant dans le quartier de la Ribera de Barcelone, mais aussi de deux soeurs de Lliçà de Vall, Elisenda et Ramoneta, concubines de Jaume Ferrer (Id., v. 1bis, f. 70r-v, 136v-139r). De Barçaló, concubine de Berenguer de Bosc, recteur de Mataró, on sait qu'en 1326, elle était nourrice de Francesc de Sant Vicenç, châtelain de Burriac et de Vilassar (nutrix Francisci de Sancto Vicentio) (Id., v. 3, f. 108v). Ce n'est qu'en une occasion que l'on précise la condition sociale de la concubine : Llúcia, esclave de Berenguer Lledó, bénéficier de l'autel de Sant Llorenç de l'église de Sant Julià d'Argentona. En 1413 le visiteur, Jaume Merquilles, pro extirpando omni vicio et peccato, quod, instigante diabolo, omnis peccati zelatore, potest interveniri inter eundem beneficiatum et quandam mulierem nomine Luciam, servam et captivam suam, quam in domo sua publice tenet, a ordonné au bénéficier de la chasser : eiciat et expellat a domo sua, ipsam vendendo vel alias taliter quod de cetero, transacto dicto termino, non sit in aliquo loco suspecto (Id., v. 11, f. 100r-101r).

17 Par exemple, Elisenda, épouse de Pere de Llobera de Llavaneres et concubine de Pere Escolar, deodatus de la chapelle de Sant Pere del Morrell (Id., v. 1bis, f. 140r).

18 Gueraua, épouse de Guillem ses Eroles de Vilassar, concubine d'Arnau de Fonolleda, recteur de Sant Vicenç de Burriac (1305) (Id., v. 1bis, f. 13v) ; Elisenda Basseta et sa fille, Guillemona, de Vilassar, concubines de Pere Cayot, bénéficier dans l'église de Sant Gem's (1326) (Id., v. 3, f. 108r-v et 109v), et d'Arnau de Montserrat, recteur de Vilassar (1310) (Id., v. 1bis, f. 136r), respectivement, Elicsenda Verdaguera, concubine de Montserrat de Gumila, recteur d'Argentona (1310) (Id., v. 1bis, f. 139v) ; Elicsenda, fille de Berenguer Català de Cabrera, concubine de Jaume Ferrer (1310) (Id., v. 1bis, 136v-139r) ; Ermesenda Moreta de Mataró, concubine du coadjuteur Guillem de Soler (1310) (Id., v. 1bis, f. 139v), etc.

19 En 1379 Francesc d'Illes, vicaire régent de Llavaneres, vit avec une femme. Mais les paroissiens ne le soupçonnent pas parce qu'elle est aveugle et très âgée : « orba » et valde senex (Id., v. 8, f. 17v-19r). On ne soupçonne pas non plus Saura, paroissienne d'Alella, qui en 1413 cohabite avec Joan Munt, vicaire régent de Tiana, parce qu'elle est senex et bone fame ((Id., v. 11, f. 106v-107r). Dans son enquête à Sant Andreu de Llavaneres en 1421, le délégué Joan Julià consigne que le recteur, Pere Sinola, vit avec une femme appelée Francesca, âgée de 50 ans, bone fame et conditionis honeste (Id., v. 14, f. 107v-109v).

20 La sénilité de ces femmes contraste avec une Saurina Doya, concubine de Jaume Progaminer, recteur de Teià, qui en 1323 était satis iuvenis (Id., v. 3, 24r).

21 Par exemple, Pere de Ribaforta, recteur d'Alella, qui se rend à Barcelone pour voir Maria, intrat domum suam et bibit secum et comedit prolibus presentibus. Le recteur nie pécher avec elle et allègue qu'il va la visiter occasionnellement et tamquam amore Dei facit sibi bonurn (Id., v. 1bis, f. 70r-v). Jaume Ferrer, recteur de Cabrera, procède de la même façon avec la malheureuse Elisenda latalà, rejetée par son mari, par son père et par tous ses voisins, vagabonde et finalement accueillie par son voisin Pere Ponç. Le recteur lui fait la charité avec discrétion, mais seulement quand il le peut : facit sibi bonum segregatim ad partent quando potest. En ce qui concerne sa concubine stable, Jacmeta, les paroissiens témoignent que Ferrer a promis par un serment, prêté devant l'autel de Sant Feliu de Cabrera, sibi semper in sumptibus provideret (Id., v. 1bis, f. 136v-139r).
Ferrer de Solsona, vicaire de Mataró, a d'abord eu, de façon publique, une concubine, dont deux fils sont nés, mais devant les récriminations des paroissiens, il a décidé de la chasser du village et de l'envoyer dans la paroisse de Cabrera. Mais les paroissiens déclarent en 1379 que la femme aliquociens venit ad ospicium dicti vicarii. Qua quidem amasiam et filios dictus vicarius providet in victu et vestitu et in omnibus aliis eisdem necessariis, alors que la femme de son côté secum portat aliquociens ferinam, aliquociens alias res sibi neccesarias (Id., v. 8, f. 16r-17r).

22 C'est le cas de Morera, qui est sortie grosse de la maison de Terrades, bénéficier à Mataró en 1326 (Id., v. 3, f. 108v). Les témoins synodaux appelés à Vilassar en 1310 déclarent que le recteur, Arnau de Montserrat, a comme concubine Guillemona, fille d'Elisenda Basseta, et recessit pregnans a domo matris, et intravit Barchinonam ; et tunc post dus recessum, fuit farm et adhuc laborat in loco quod illa racione fuit missa extra parrochiam per dictum rectorem ; et peperit filium masclum qui decessit (Id., v. 1bis, f. 136r) ; un sort pareil à celui d'Elisenda Català, amie de Jaume Ferrer, qui s'est vue obligée de partir enceinte de Cabrera et d'accoucher dans un hôpital de Barcelone, (Id., v.1bis, f. 136v-139r).

23 Arnau de Montserrat, recteur de Vilassar, confesse en 1310 qu'après avoir quitté sa concubine enceinte, il lui a fait épouser Bernat Corelló : postmodum fecit earn nubere cum Bernado Coreyloni (Id., v.lbis, f. 136 r). On peut soupçonner que le recteur de Cabrera, Jaume Ferrer, avait essayé une stratégie similaire dans le cas de Raimona, qu'il avait laissée enceinte, timore cuius pregmtus eiecit earn de domo et nunc habet virum apud Sanctum Andream de Palomario... (Id., v. 1bis, f. 136v-139r). En 1326 les paroissiens d'Argentona déclarent que deux ans auparavant le prêtre Bernat Estaper, lorsqu'il habitait leur village, a défloré Guillema, fille de Bernat Fornells, et requirit pater dicte Guillelmone ut dotet ipsam presbiter antedictus ipsam impregnavit (Id., v. 3, f. 111r-v).

24 Jaume Ferrer donne ou accense des maisons, propriété de l'église paroissiale, à sa concubine, Jacmeta, pour qu'elle y tienne la taverne et la boulangerie (stationem panis et vini ad vendendum de vino) (Id., f. 136v-139r).

25 « ...ab inicio quando dicta amasia fuit in villa de Matarono, permittere noluerunt parrochiani quod idem vicarius teneret dictam amasiam in dicta villa, propter quod dictus vicarius expulit earn a dicta villa et misit eandem ad dictam parrochiam de Cabraria, in qua nunch degit ». (Id., v. 8, f. 16r-17r.).

26 « ...dissipat bona rectoris et ecclesie et nullus clericus servitor ecclesie potest durare cum ista, et vilipendit et deshonestat cum verbo et facto parrochianos... ». (Id., v. 1bis, f. 14v-15r.).

27 Dans le cas de Bragat (1305), cela a consisté à dire trois psautiers.

28 Dans son enquête à Sant Andreu de Llavaneres en 1305 Ponç de Gualba ordonne au recteur Pere Amic, sous peine de privation du bénéfice, de renvoyer sa concubine avant deux jours et de ne pas être de cetero in domo nec in aliquo loco in quo possit cum ea loqui seu confablari (Id., v. 1bis, 14v-15r). Cinq années plus tard, il a remis la peine à Pere Escolar, clerc tonsuré et deodatus de la chapelle de Sant Pere del Morrell, mais il l'a sévérement averti sous menace de le frapper de l'amende que les Constitutions Provinciales prévoyaient pour les clercs concubinaires et, au cas où il récidiverait ou ne pourrait pas la payer, d'une peine de trois mois de prison au pain sec (Id., v. 1bis, f. 140r).

29 En 1305 il a ordonné au concubinaire Bartomeu Bragat d'investir 40 sous dans des biens et des ornements de la chapelle de Caldes d'Estrac. Celui-ci ayant ignoré ses avertissements de privation du bénéfice, cinq années plus tard, l'évêque lui ordonne d'aller à Rome pour demander le pardon du Pape dans le délai d'à peu près un mois et de remettre 40 sous dans des ornements de la chapelle (Id., v. 1bis, f. 14v-15r et 140r). Il a aussi obligé Arnau Fonolleda, recteur de la chapelle de Sant Vicenç de Burriac, qui n'avait pas voulu lui acquitter la peine de concubinage, de demander la dispense du Pape (Id., v. 1bis, f. 139v). En 1326, il a imposé une peine de 40 sous à Pere Cayot, bénéficier de l'église de Vilassar, qui depuis douze ans, tout au moins, cohabitait avec Elisenda Basseta de Vilassar, et qui avait défloré une femme appelée Bertrana, et au prêtre Bernat Estaper de Sabadell, qui deux ans auparavant, lorsqu'il desservait l'église d'Argentona, avait défloré Guillema Fornells (Id., v. 3 f. 108r-v, 109v, 111r-v). En 1307, enfin, il a puni d'une sanction de 50 sous Pere de Ribaforta, recteur d'Alella, qui depuis plus de neuf ans avait à Barcelone une concubine appelée Maria (Id., v. 1bis, f. 70r-v). Pour la deuxième étape des visites, les impositions ont oscillé entre 5 florins (Ferrer de Solsona, 1379) et 10 florins (Bernat Agell, 1379 ; Francesc d'Illes, 1379 ; Pere Bous, 1382). Dans le cas de récidive ou de non accomplissement de la mesure édictée par le visiteur, la peine pouvait monter à 200 sous.

30 Ponç de Gualba, par exemple, dans son enquête menée à Mataró en 1305, à la prière du vénérable Guillem de Sant Vicenç, la peine imposée au concubinaire Bertran, qui était déjà âgé (Id., v. 1bis, f. 14r-v). En 1326 il suspend à nouveau la peine infligée à Berenguer de Bosc, recteur de Mataró (Id., v. 3, f. 108v). En 1379 le visiteur Bernat Maler diminue la sanction pécuniaire de Bernat Agell, bénéficier de Mataró, pour cause de concubinage et d'autres délits par le fait qu'il est centenaire : Qui pro dicto concubinato et aliis delictis composuit cum dicto venerabile domino visitatore, qui secum in composicione misericorditer se habuit quia erat centenarius, ad decem florenos... Dans la même enquête, le vicaire Ferrer de Solsona fait foi de la rémission qu'il avait obtenue pour ses deux premiers fils ; pour le concubinage postérieur et pour son troisième fils, il déclare avoir été absous en paroles par Francesc Botella, prieur de Santa Eulàlia del Camp et Bernat Maler se montre miséricordieux envers lui (Id., v. 8, f. 16r-17r).

31 Id., v. 1bis, f. 136v-139r.

32 « Item, dixerunt quod dictus rector tenet publiée in domibus ecclesie quandam mulierem, nomine lacmetam, ex qua habet filios et filias, et modo est pregnans, secum in eadem domo pro videndo sibi in mensa et in lecto sicut vir uxori. Et est fama et credulitas omnium parrochianorum et vicinorum quod illas domos dedit sibi dictus rector, quamquam sint de proprietate ecclesie, et in eis tenet dicta mulier stacionem panis et vini ad vendendum de vino etiam dicti rectoris. Et ambo videntur habere bona quasi comunia ».

33 En cinq années la mémoire des paroissiens s'est oblitérée. Les paroissiens appelés en 1305 — dont quatre étaient aussi présents dans l'enquête de 1310 — avaient précisé que le recteur avait amené Elisenda Ponsa lorsqu'il était arrivé à l'église de Cabrera (provenait-il de Lliçà ?), et il l'avait eue pendant plus de trois ans avec lui jusqu'à son mariage. Ensuite, sa sœur, Ramoneta, est venue et a passé quelque temps avec le recteur jusqu'à son départ, conséquence de sa grossesse. Son mariage à Sant Andreu de Palomar doit, donc, être postérieur à 1305 (Id., v. 1bis, f. 13v-14r).

34 « ...et dicitur quod peperit ibi. Et ibidem reliquid partum in aliquo hospitali. Et revenit ad locum de Capraria ventre vacuo, ut vicini reprehenderunt eam et minati fuerunt quod male posset sibi accidere si dictum pregnatum maletractasset. Et ipsa, de hoc timens, reversa fuit Barchinonam. Et rediit ad Caprariam cum filia lactante in brachio, et pater eius noluit eam postea recipere. Sed rector facit sibi bonum segregatim ad partem quando potest. Et sic dicta Elicsenda, filia dicti Berengarii Cathalani perdidit amorem patris et virum propter culpam dicti rectoris, qui defloravit eam, et vadit vagabundam per terram cumfilia in brachio... ».

35 « Item, dixerunt quod dicta mulier, filia dicti Berengarii Cathalani condeclinat et hospitatur in domo Petri Poncii, et in predictis omnibus debet iste Petrus Poncii multa scire et Elicsen, uxor Guillelmi Poncii, et ipse Guillelmus Poncii, et Petrus Ferrer, et Martinus Ferrer, et Guillelmus de Apilia et Guillelmus Bartholomei, Berengarius Cathalani ».

36 E. Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan, de 1294 à 1324, Paris, Éditions Gallimard, 1975.

37 « Item, dixerunt et denunciaverunt quod dictus rector predicabat quadam vice in ecclesia die Sancte Marie bene sunt. III. anni, ut eis videtur, tempore videlicet illo quo ipse rector erat inculpatus et diffamatus de dictis duobus sororibus, et fecit mentionem de peccatis et de penitentiam et, inter alia, dixit "que ab sa mare o ab una béstia podia horn jaer e pecar, e que Déu ho perdonava ab que sen confessas". Et de istis verbis fuit magnus rumor in ecclesia et omnes reputaverunt maledictum et fuerunt valde perteriti ».

38 « Item, dixerunt quod idem rector percussit letaliter cum cornu cuiusdam balliste Bernardum Sala, parrochianum suum, cuius vulneris cura, ut idem Bernardus asseruit per sacramentum, bene.XXX. solidos et ultra sibi decostitit, et numquam habuit ab eo emendam. Et predicta percussio fuit facta de nocte, persentibus turn Martino Ferrer, Bernardo Iacobi et n'Amichó z'Abeylà ».

39 « Item, quando volunt relinquere altari, rector hec prohibet et facit legatum dimiti altari Sancte Marie pro eo ne sacristia ipsius ecclesie, quae de legatis factis ecclesie Sancti Felicis, medietatem habere debet, iuxta antiquam ecclesie consuetudinem. Ipse rector non vult recipere eorum testamenta nisi altari Sancte Marie fiat legatum huiusmodi a testatore. Immo, dixit quod magis vult eos decedere intestatos quant si taliter, ut predicitur, sua legata ordinarent ».

40 D'après Hinojosa le châtelain recevait un tiers des biens du défunt, mais éventuellement le recteur lui-aussi pouvait y avoir quelque part. Eduardo de Hinojosa y Naveros : El régimen señorial y la cuestión agraria en Cataluña en la Edad Media, dans Obras Completas, Madrid, Ministerio de Justicia, csic, 1955, t. II, p. 128.

41 « ...et sunt bene XII anni quodambo perseverant publice in peccato. Et habet dictus rector. V. filios ab ea, et modo est pregnans, et tenet earn secum in domo, et pedissetam sibi tenet ».

42 « Interrogato si scit vel audiit quod dictus rector prestitisset iuramentum dicte Iacmete quod numquam deficeret sibi et ipsa eidem quod numquam dimitteret eum pro alio, dixit se audivisse a multis, et specialiter a quandam pedisseta ipsius rectoris, et credit esse verum. Interrogato quare credit, et dixit quod, id est, quare quadam node ambo habuerunt rixam, et ipsa fecit sibi malam faciem. In crastinum vidit ipsum rectorem, et dictant Iacmetam, et matrem eius et fratrem exeuntes de ecclesia, et presumit ut a dicta pedisseta audivit quod tunc pristitissent sibi ad invicem sacramentum predictum, et talis fuit tunc fama in loco ».

43 « ...quod per totum dictum biennum non sis nec audeas in toto Maritimo titra civitatem Barchinone nec in decanatu Vallensis, praeter quam in villa et parrochia Sancte Marie de Calidis, unde oriundusfuisti, personaliter remanere invidimus... ».

44 Le 7 novembre 1341, le bénéfice de la chapelle de Santa Margarida étant vacant suite à la mort de Jaume Ferrer, son patron et bénéficiaire, une dispute s'éleva entre Bernat Sabater, proposé par le nouveau recteur de Cabrera, et Bernat Pascal, proposé par les syndics de l'université de la paroisse. [acb, Speculum Officialatus, f. 222r-v.].

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.