Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

La vie du clergé rural dans le nord de l'Espagne médiévale d'après les actes synodaux

p. 167-186


Texte intégral

Les limites des sources

1Les actes des synodes célébrés entre le XIIIe et le XVe siècle dans les évêchés de Galice, Asturies et León constituent la documentation qui a servi à l'élaboration de ce travail. Les documents attestent d'environ 121 synodes tenus au cours de cette période : 12 au XIIIe siècle, 58 au XIVe et 51 au XVe siècle1.

2Ces actes reprennent et rendent publique la règlementation émanant des conciles généraux et provinciaux. Toutefois, certains actes synodaux renferment des dispositions qui semblent viser à l'élaboration d'un Code local tels, comme le soulignent les auteurs du Synodicum, les synodes de Saint-Jacques-de-Compostelle de 1289 et 1309 où l'on note une volonté de codification du droit particulier de l'église de Compostelle2.

3Les actes synodaux abordent des sujets très variés, néanmoins ils sont, comme le fit remarquer Le Bras, d'un grand intérêt pour (l'étude de) l'histoire du droit et de l'Église, de la civilisation, des coutumes et des idées3. En effet, ils constituent un témoignage précieux et fidèle de la Societas Christiana et des relations complexes existant dans la société féodale.

4Dès lors, ils s'avèrent indispensables pour connaître de nombreuses facettes de l'Église chrétienne et de son organisation et, plus concrètement, pour préciser certains aspects de la situation des membres du corps ecclésiastique tant séculier que régulier. C'est pourquoi nous avons choisi ces actes pour nous aider à connaître certaines caractéristiques de la vie du clergé rural à l'époque médiévale. Une étude plus en profondeur exigerait l'analyse et la comparaison de sources autres que la législation ecclésiastique de l'époque.

5Cette documentation, source intarissable d'information sur les sujets de nature économico-sociale relatifs au clergé, s'avère beaucoup plus exiguë lorsqu'il s'agit de pénétrer dans la sphère la plus privée de la vie des prêtres. En effet, en dépit de la richesse de cette source, on ne peut passer sous silence ses importantes limites. Tout d'abord, le caractère prescriptif, normatif qui lui est propre, entraîne le risque de tomber dans le cliché qui présente ces actes comme des dispositions universelles n'ayant pas d'application ou pas de valeur régionale, voire comme un desideratum sans application réelle dans la société. Plus important encore est le fait de constituer une source partielle et partiale, biaisée dès lors qu'elle nous informe sur certains aspects de la vie quotidienne des prêtres dans le Bas Moyen Âge d'un point de vue institutionnel canonique. Enfin, c'est une source qui ne nous autorise même pas à hasarder des appréciations sur les comportements les plus communs du clergé rural4.

6Parmi les nombreux aspects de la vie du clergé rural évoqués dans les actes, ceux de nature économique — « ration », dîmes, nominations, relations avec les patrons laïcs, etc. — sont ceux qui ont le plus retenu l'attention et ont fait l'objet des plus nombreux travaux5. Cependant, vu l'objet de ce congrès, cette communication s'est principalement axée sur les modes de vie de ce clergé rural : du niveau et des formes d'instruction à l'habillement, des comportements sociaux et des coutumes les plus anciennes aux tenants et aboutissants de leurs fonctions. Nous avons attaché un intérêt tout particulier à l'étude des relations entretenues avec la société laïque dans le milieu rural où ces religieux exerçaient leurs compétences et surtout à celle des changements les plus significatifs qu'ont subis ces relations.

7Étant donné la durée de la période étudiée (du XIIIe au XVe siècle), il va sans dire que les comportements des prêtres se sont sensiblement modifiés conformément à l'évolution de la société. Aussi s'est-il avéré intéressant d'analyser tant les dispositions, prescriptions ou recommandations des synodes que la persistance au fil du temps des transgressions les plus fréquentes de la discipline ecclésiastique. La comparaison des sanctions et des peines imposées tout au long de cette période, bien qu'il soit difficile de les apprécier à leur juste valeur, nous ont également fourni des indications sur les changements significatifs qu'ont connus les milieux religieux et sociaux.

Le clergé rural

8En principe, il est loin d'être un groupe homogène. À la lecture des actes synodaux, on note des différences appréciables dans la condition des prêtres. D'un côté, entre les prêtres des évêchés des grandes villes épiscopales telles que Braga, Saint-Jacques, León et les clercs ruraux plongés dans la vie quotidienne des villages où ils exercent leur fonction. Même entre ces derniers, on souligne des différences d'origine, de formation et d'instruction. Ces différences, bien qu'il soit difficile de les saisir à la lecture des documents, se traduisent par l'existence au sein du clergé de diverses catégories avec des attributions et des compétences distinctes6.

9À partir du XIIe siècle, on peut dire que les prêtres sont intégrés dans le milieu rural où ils vivent et qu'ils participent de manière active aux activités quotidiennes du village. Vivant au village, en général dans l'église même ou dans une maison proche, tel que le prescrivent les synodes7, les prêtres partagent les rythmes et le mode de vie de la communauté qui les accueille. Souvent liés par des liens de parenté avec certains habitants du village, ils bénéficient de dons de la population. Ils jouent un rôle social important au sein de la communauté : les cartulaires nous révèlent qu'ils étaient principalement témoins d'actes juridiques.

10Intégrés dans un monde fondamentalement rural, il n'est pas rare de les voir concilier leurs devoirs religieux avec l'exercice d'autres fonctions plus en rapport avec leur propre subsistance. Il ne faut pas oublier, en effet, que la dotation de l'église rurale avait la composition classique de l'exploitation agricole, c'est-à-dire avec des biens mobiliers et immobiliers.

11Toutefois, la tendance qui prévaudra à partir du XIVe siècle sera celle d'un éloignement progressif et d'une volonté de différenciation de la personne du prêtre, voulus et encouragés par l'Église elle-même. De la stricte observance des règles vestimentaires, de la tonsure à l'exigence de qualités déterminées ou de vertus propres, de l'interdiction d'exercer certaines activités ou professions, de participer aux festivités de la communauté, que ce soit banquets, mariages ou fêtes, à la différenciation juridique... tout se conjuguait pour obtenir une séparation nette entre les prêtres et les fidèles, renforcée plus tard par la division au sein de la société chrétienne.

Les modes de vie

La formation des prêtres : l'insuffisante instruction du clergé rural

12La culture était le premier élément qui différenciait le prêtre. Néanmoins, en dépit du fait que la règlementation synodale de chaque diocèse fixait le niveau de connaissances requis, élaborait divers systèmes afin de promouvoir une meilleure instruction du clergé rural et établissait divers mécanismes de contrôle, l'instruction du clergé rural dans le Nord de la péninsule ibérique était, à cette époque, largement insuffisante et très élémentaire.

13Les causes de cette insuffisance culturelle du clergé médiéval sont très complexes et d'origines diverses. L'une d'elles, liée au système même de formation et de préparation des prêtres conçu par les institutions ecclésiastiques, est l'absence de centres de formation du clergé, tels que les séminaires, qui n'apparaîtront qu'au XVIIe siècle. De tels centres n'existant pas, c'était donc le titulaire de la paroisse qui instruisait, formait et préparait les futurs prêtres. Le manque de préparation des prêtres a également été attribué à l'importante détérioration que subissaient certaines églises, contrôlées par les laïcs qui en confiaient la charge à des personnes n'ayant pas reçu l'ordination et dont la formation ecclésiastique était fortement incomplète8. À cela s'ajoutent les irrégularités, les abus ou excès commis par la hiérarchie ecclésiastique elle-même, comme la pratique de la simonie : parfois, les ecclésiastiques les mieux formés pour le poste s'absentaient de leur paroisse et choisissaient de la confier à un remplaçant qui ne réunissait pas les conditions requises9. Certains prêtres n'ayant pas reçu l'ordination se voyaient confier la charge d'églises paroissiales, c'est-à-dire qu'on leur conférait le titre de charge d'âmes alors qu'un délai d'un an était généralement nécessaire10.

14L'instruction des prêtres, très élémentaire, s'axait essentiellement autour d'une connaissance parfaite de la lecture, de l'écriture et des pratiques de la liturgie chrétienne11. Seuls ceux qui désiraient poursuivre la carrière ecclésiastique devaient approfondir leurs connaissances dans les écoles de la cathédrale ou dans les centres de vie en commun.

15C'est précisément à travers les réunions synodales que se poursuivait la formation du clergé : tous les prêtres étaient tenus d'y assister12. Au cours de ces réunions, on lisait les nouvelles directives émanant des conciles généraux et provinciaux et l'on précisait les devoirs pastoraux des prêtres : on exposait avec détails les paroles qu'ils devaient prononcer et les gestes qu'ils devaient faire dans l'exercice de leur charge, notamment lors de l'administration de sacrements tels que le baptême et l'extrême-onction ; on récitait des prières telles que le Notre Père et l'Ave Maria ou les préceptes de l'Évangile, les dix commandements... on décidait quelles étaient les Heures et quand elles devaient être lues, etc. Tout cela dans le but de faire respecter les règles élémentaires de la doctrine et de la pratique chrétienne et, comme le souligne O. Pontal, d'assurer ainsi la discipline13.

16Au cours de ces réunions synodales, l'accent était mis également sur la nécessité d'une meilleure formation culturelle des prêtres. De même, afin de promouvoir cette meilleure instruction, des bénéfices ecclésiastique étaient accordés à ceux qui poursuivaient leur formation et certains même étaient déchargés de l'obligation de résidence. Il ne faut pas oublier également que le fait d'être étudiant ou de se rendre en pèlerinage étaient les seules raisons qui, avec l'accord de l'évêque, libéraient le prêtre du devoir d'habiter dans son église14.

17Le travail des synodes était complété par les visites pastorales effectuées par les archidiacres. Ces contacts réguliers avaient pour but de contrôler la vie et l'honnêteté des prêtres, vérifier l'état de l'église et de ses biens ainsi que le travail du clergé rural qui vivait dans l'isolement intellectuel. On s'assurait que les prêtres connaissaient le canon de la messe : quelles paroles prononçaient-ils lors de la consécration, comment administraient-ils les sacrement ?15.

18La connaissance du latin, afin de bien pouvoir lire et chanter, était l'élément essentiel dans la formation de tout homme d'église. Les constitutions synodales sont intransigeantes sur ce point : personne ne doit être promu au sous-diaconat s'il ne sait prononcer les mots latins, lire et chanter correctement en latin. Mais en fonction du rôle qu'ils exerçaient dans les églises rurales, on distinguait deux grades qui correspondaient à deux niveaux d'étude et de connaissance différents. Ceux de l'ordre d'épître étaient tenus de connaître le latin pour lire, chanter et réciter les heures canoniques en tant qu'auxiliaires du culte et ceux de l'ordre sacerdotal, étant donnée leur fonction de charge d'âmes, devaient outre cela, apprendre la grammaire et connaître les sciences et, plus précisément, la théologie et le droit canonique16. Toutefois, même pour ces derniers, des exceptions existaient. Ainsi, certains pouvaient recevoir l'ordination s'ils savaient lire et chanter correctement, étaient de bonnes mœurs mais, faute de moyens, ne pouvaient étudier la grammaire ou si, pour raison de forte mortalité, l'Église devait faire face à une carence de prêtres17. Outre la connaissance du latin, étant donnée l'importance du chant dans la liturgie chrétienne, tous les hommes d'église devaient savoir chanter « por arte música ».

19Néanmoins, si tel était le niveau d'instruction théoriquement recommandable, en réalité, la majorité des prêtres ne répondaient pas à ce critère. En effet, bon nombre d'entre eux ne connaissaient pas le latin. Dès lors, ils éprouvaient des difficultés à comprendre les dispositions apostoliques et employaient un jargon qui n'avait quasiment plus rien de commun avec la langue latine. Par ailleurs, certains actes insistent sur la nécessité de bien prononcer les mots lorsque l'on chante ou l'on lit, de faire des syncopes, etc. : en effet, même d'autres ecclésiastiques ou experts de la langue latine ne comprenaient pas certains prêtres18.

20Ainsi, au début du XIVe siècle, il fut établi que, dans le but d'assurer une diffusion correcte des dispositions émises au cours des réunions synodales, tous les prêtres devaient être en possession d'une copie en langue vulgaire (« romance ») de ces dispositions et en donner lecture régulièrement. Cette décision montre clairement que, en ce qui concerne la doctrine et les pratiques chrétiennes, les synodes choisissent délibérément de faire face à la réalité et évitent ainsi que soient ignorées leurs directives relatives à l'administration des sacrements, de la messe et autre fonctions des prêtres19. D'autre part, l'attention spirituelle était également préservée étant donné que la langue employée pour s'adresser aux fidèles et les endoctriner, principalement par la prédication, était la langue vulgaire20.

L'habit, reflet de l'âme

21Outre la formation et l'instruction, les prêtres en voie de recevoir l'ordination devaient répondre à d'autres exigences21. Ainsi, l'habillement devait également permettre de différencier immédiatement l'homme d'Église du laïc.

22L'aspect extérieur revêtait une grande importance dans la vie cléricale car, comme l'explique le synode de Tui de 1484, les hommes ne peuvent juger que l'aspect extérieur et « de l'extérieur, ils déduisent l'intérieur »22. Aussi, les synodes se sont-ils efforcés de définir avec précision l'image que le prêtre devait donner de lui-même. Son aspect extérieur, c'est-à-dire ses vêtements, ses cheveux et sa barbe, devait permettre de le reconnaître au sein de la communauté et, tel un miroir, devait laisser transparaître ses qualités morales.

23Ces marques extérieures qui différenciaient les prêtres devaient être plus ou moins prononcées selon le rang qu'ils occupaient dans la hiérarchie ecclésiastique. Pour la tonsure, par exemple, il est stipulé que : los que no fueran sacerdotes a lo menos tamaña como una hostia, e los sacerdotes las tengan mayores como dos hostias23.

24Parmi les marques extérieures spécifiques aux prêtres, on trouve les cheveux et la barbe de même que les couronnes et tonsures : il est stipulé que les prêtres ne peuvent avoir ni barbes ni cheveux longs et que leurs couronnes et tonsures doivent être bien visibles.

25Tout au long de la période étudiée, on note une tendance à une plus grande rigueur dans ce domaine. Ainsi, si la législation synodale du XIIIe siècle relative aux couronnes et tonsures n'est qu'indicative et n'établit aucune sanction, au cours du XIVe et du XVe siècles, la législation se veut beaucoup plus stricte et prévoit des sanctions pour ceux qui ne respecteraient pas ces règles24.

26Les dispositions synodales prescrivent également les formes et couleurs que doivent revêtir les habits sacerdotaux, les chaussures, les coiffures et parures cléricales. De même, elles établissent la différence entre les normes à respecter au sein de l'Église et à l'extérieur.

27Au début, les indications relatives aux habits sacerdotaux qui ne sont pas portés lors de la célébration des actes liturgiques sont assez vagues, voire permissives : couleurs foncées, de préférence noir, gris ou vert, amples, descendant jusqu'à la cheville25, en drap — la soie était expressément interdite, sauf pour la doublure des chapeaux. Les coiffures, chaussures et brodequins devaient répondre aux mêmes critères de couleur — de préférence noirs — et de sobriété — pas de dentelle ou autres décorations. Il en allait de même pour les autres accessoires tels que les fibules, les ceintures, etc. qui, par exemple, ne devaient pas être d'or ou d'argent. Par ailleurs, les prêtres n'étaient pas autorisés à porter des bagues26.

28Au fil du temps, la règlementation synodale se voulut plus stricte et introduisit des indications précises sur la manière dont devaient être portés les habits sacerdotaux. Elle alla jusqu'à exiger que l'habit clérical, cape ou pèlerine, se ferme différemment de celui des laïcs afin que les prêtres soient reconnus comme des ministres de Dieu et, à partir du XVIe siècle, de sèvères sanctions furent imposées à quiconque ne respectait pas cette règle27.

29Les réunions synodales établissent également des règles relatives aux habits non-sacerdotaux dont la couleur et la forme ne doivent en rien s'apparenter à ceux des laïcs.

30La législation synodale s'avère encore plus restrictive en ce qui concerne un accessoire particulier des habits sacerdotaux : les armes. Pratiquement tous les synodes — Saint-Jacques, Orense, Tui, Braga, León — stipulent que les prêtres ne doivent porter aucune arme d'aucun type, ne doivent participer à aucun conflit ou émeute — armés ou non — et, surtout, ne doivent pas prendre les armes contre l'archevêché ou tout autre autorité ecclésiastique, que ce soit seuls ou avec l'appui des pouvoirs séculiers. Ainsi, le synode de León établit que quiconque portera une arme ou sympathisera avec des hommes malhonnêtes sera excommunié et se verra privé de tous ses bénéfices28.

31Les raisons qui justifient de telles mesures sont doubles. D'une part, il est « indécent et malhonnête » qu'un religieux c'est-à-dire un homme qui prêche la paix soit armé et d'autre part, le port d'armes chez les prêtres aurait inévitablement débouché sur des conflits avec les autorités civiles en ce qui concerne les compétences des juridictions. Aussi, les prêtres étaient seulement autorisés à porter une arme défensive lorsqu'ils devaient passer dans des lieux dangereux. Cependant, ils ne pouvaient l'utiliser avec l'intention de tuer ou blesser mais uniquement pour mettre en fuite leurs agresseurs29.

Les comportements sociaux des prêtres : leurs péchés et peccadilles

32Étant donnée la sécularisation de l'institution ecclésiastique et de ses membres, les habitudes et coutumes des prêtres dans la vie quotidienne sont quasiment identiques à celles des laïcs. En ce qui concerne la vie privée des prêtres, une des coutumes les plus répandues au sein du clergé rural du Bas Moyen Âge était celle du concubinage.

33Considéré comme un péché, morbo pestifero selon les termes de D. Berengario de Landoira, archevêque de Compostelle, le concubinage posait un grave problème non seulement en soi mais surtout par la généralisation du phénomène30.

34Le concubinage était un délit important car il rompait le vœu de chasteté, allait à l'encontre des saintes écritures et, de plus, avait des conséquences morales, sociales et économiques ignominieuses. Du point de vue de l'Église, ce comportement était encore plus grave lorsqu'il était public et notoire, c'est-à-dire lorsque la faute était prouvée car non seulement le prêtre était tombé dans le péché mais, en outre, il provoquait un scandale et montrait le mauvais exemple.

35Scandale public qui avait de multiples conséquences. Non seulement le prêtre perdait sa respectabilité, mais en outre, les enfants de ces prêtres, fruit de leur péché, ne cessaient de rappeler par leur présence la faute commise par leurs parents. L'archevêque de Braga, D. Luis Pires, résume les conséquences de cet acte : il portait préjudice à la personne des prêtres, à leur dignité et à la mission qu'ils devaient mener parmi les fidèles (aucun d'eux ne pouvait être blâmé pour ses péchés) et nuisait à l'Église elle-même. Par leur attitude, ces prêtres réduisait à néant les biens et les rentes de l'Église ainsi que son pouvoir de censure et de juridiction : ils ne pouvaient défendre leur personne ou leur église contre les laïcs et, à plus forte raison, contre les autorités laïques31.

36Afin d'enrayer l'expansion de ce comportement, les réunions synodales édictent un nombre important de règles préventives et de sanctions. Tous les synodes étudiés consacrent plusieurs dispositions à déterminer les sanctions imposables aux prêtres concubins, à leurs concubines ou leurs maîtresses et à trouver une solution au problème des enfants nés de cette relation. Dans le même temps, les actes reprennent certaines recommandations ou interdictions afin de prévenir les éventuelles tentations.

37En général, les sanctions appliquées à ces délits étaient les plus sévères du droit pénal synodal — bien qu'il soit difficile d'en juger étant données les contradictions mises en évidence par l'étude de ces sanctions et la difficulté d'évaluer la répercussion de ces dernières dans la société de l'époque. La plupart du temps, la peine spirituelle était l'excommunication. Toutefois, cette sanction était tellement répandue que bon nombre de prêtres avaient déjà encouru cette peine et devaient alors subir d'autres sanctions plus sévères encore, telles que la suspension et la suppression des bénéfices, voire le paiement de peines pécuniaires32. Les prêtres étaient tenus de se séparer de leur concubine et il leur était défendu du cohabiter avec toute femme suspecte, même si elle n'était pas leur concubine. Cette prudence s'étendit aux parents du quatrième degré car, comme on le dit dans la province de León, « muchas veces acontece quel diablo persuadiendo se comete delito con ellas et Dios se ofende »33.

38D'autres moyens de dissuasion existaient, telles les peines infligées aux concubines : en principe, elles ne pouvaient rien hériter de leur compagnon et ne pouvaient prendre part aux offices divins34.

39Quant à l'attitude adoptée par l'Église envers les enfants des prêtres, la législation présente à ce sujet certaines contradictions. D'une part, elle tente d'effacer le souvenir permanent de la culpabilité du prêtre et adopte donc des dispositions qui visent à éloigner les enfants : les prêtres ne doivent pas mener leurs enfants dans l'église où ils exercent ; les enfants des prêtres ne sont pas autorisés à prendre part aux actes liturgiques avec leur père afin, notamment, d'éviter de ramener à la mémoire de tous leur manque de vertu. Il est également stipulé que les enfants ne seront pas élevés dans l'église où leur père exerçait sa fonction avant de commettre son péché. Seuls les enfants dignes de recevoir l'ordination pourront être élevés dans Tune des églises dont la charge était revenue à leur père par le passé. Il s'agissait sans doute d'éviter « l'héritabilité » du poste et, dans le même temps, d'étouffer le scandale. Finalement, il leur était interdit d'hériter : les enfants ou les concubines n'étaient pas autorisés à faire don des biens des prêtres. Cependant, des documents attestent des cas dans lesquels les prêtres transmettent leurs biens à leurs enfants35. Ainsi, le synode de Compostelle de 1320 décrit une curieuse pratique destinée à sauvegarder l'héritage des prêtres, une pratique par laquelle les prêtres s'engageaient par écrit à répartir leurs biens entre leur concubine et leurs enfants36.

40Toutefois, ces mesures semblent quelque peu contradictoires avec la reconnaissance de certains droits aux enfants des prêtres. Ainsi, en dépit des préjudices moraux et matériels causés par les enfants des prêtres à l'Église, on observe la généralisation d'une certaine « coutume » : la plupart d'entre eux exerçaient la même charge que leur père car, comme l'Église le justifie elle-même, pour être les fils de qui ils étaient et pour devoir ce qu'ils devaient à l'Église, ils se devaient de suivre la voie ecclésiastique37.

41Cette pratique montre comment l'Église faisait face à la réalité : une telle attitude évitait des problèmes bien plus importants comme celui de devoir recourir aux biens de l'Église pour élever ces enfants ou, pire encore, les mettre aux mains d'hidalgos38.

42Ces éléments montrent combien l'Église hésitait de moins en moins entre sa volonté de supprimer l'un des éternels vices du clergé médiéval, vice qui pouvait avoir de graves conséquences morales, sociales et économiques, et la nécessité de faire face à une réalité toute autre à laquelle elle devait irrémédiablement se conformer.

43Outre le concubinage, la divination et toute forme de spiritisme constituaient des délits sévèrement punis par l'Église. Les sanctions imposées étaient plus ou moins rigoureuses selon la gravité du délit : suppression des bénéfices, excommunication, emprisonnement, déposition et anathème39. Il semble que ces pratiques aient été rapidement contrôlées car dans le cas contraire, elles auraient certainement fait l'objet d'autres synodes.

44De même, le jeu était puni par la loi et, étant donné les conséquences que pouvait avoir un tel comportement, les prêtres n'étaient pas autorisés à prendre part aux jeux en public. Les synodes de Saint-Jacques, Braga et León de la fin du XIIIe siècle et du début du XIVe font référence à la condamnation d'un de ces jeux : les dés40. De la même manière, en raison de l'indécence du lieu, la consommation de boissons dans les tavernes était interdite aux prêtres, exception faite pour ceux qui voyageaient41. Seuls les actes du synode de Braga de 1281 font référence à la pratique d'activités théâtrales par les prêtres42. Si le théâtre, le jeu et la boisson semblent être des pratiques autorisées aux laïcs ou, du moins, des péchés de moindre gravité que la divination, ce n'étaient pas là les seules activités condamnées par l'Église. En effet, toutes les activités en rapport avec l'argent telles que les pratiques d'échange, de prêts sur gage ou d'aliénation étaient interdites par l'Église, bien que de nombreux synodes n'aient pas établi de sanctions relatives à ces activités43.

45En ce qui concerne les autres activités ludiques de la communauté telle que la chasse, la législation synodale est beaucoup plus tolérante. En principe, et c'était parfois le cas, la protection des cultures et des biens du village contre les bêtes nuisibles exigeait une solidarité entre les membres de la communauté et la capture de tels animaux, à laquelle participaient certains prêtres, était même encouragée par certains archevêchés. Toutefois, sans doute en raison des connotations ludiques et de prestige qu'acquit peu à peu la pratique de la chasse et de l'orgueil dont faisaient montre certains prêtres — selon certains synodes, ils parcouraient le village exhibant les oiseaux et les animaux tués et allaient même jusqu'à entrer dans l'Église avec leur gibier — diverses objections furent émises à l'encontre de cette pratique ; principalement en raison du fait que les prêtres négligeaient les offices religieux. Néanmoins, il était communément admis que cette activité pouvant soulager la douleur tant physique que morale pouvait, en de rares occasions, être pratiquée par les prêtres44.

La diversité des compétences et des devoirs des prêtres

46Le ministère du prêtre comptait de nombreuses fonctions : du devoir d'assurer le bien-être spirituel de ses fidèles à l'entretien des édifices religieux et des biens de l'Église.

47Le premier devoir du prêtre dans sa paroisse était de montrer l'exemple. Sa manière de penser et d'agir, son mode de vie devaient toujours être un modèle pour la communauté d'âmes qu'il avait à sa charge : « Espelho em que se os leigos ham de veer et per que se ham de reger »45. Car si la société laïque devait être remise dans le droit chemin, les premiers à devoir leur montrer la voie à suivre devaient être les membres de l'Église.

48Le manque de vertu ou la mauvaise conduite du prêtre lui était préjudiciable car on estimait que el sacerdote... pecador fard pecar a seu poboo et, du point de vue de la morale, il n'était plus autorisé à reprendre ou corriger ses fidèles. Si de surcroît il était l'objet d'un scandale, les conséquences ne faisaient que s'accroître. En effet, si un prêtre ne tenait pas ses engagements religieux mais le faisait en secret, il n'avait à en répondre que devant Dieu. Mais si son action était rendue publique, elle causait le mépris des fidèles qui perdaient toute confiance en la personne du prêtre et en arrivaient finalement à perdre la foi en l'Église, en la doctrine chrétienne et en Dieu lui-même46.

49Cette instruction à travers le comportement du prêtre devait évidemment être complétée par l'enseignement de la doctrine chrétienne et ses pratiques. Cet enseignement était donné à l'église où les enfants apprenaient les prières. Cependant, l'enseignement des principes de la chrétienté se faisait essentiellement à travers la prédication dominicale. À travers le sermon et les autres formes d'endoctrinement tels que les programmes sculpturaux et picturaux, on rappelait avec insistance aux fidèles les péchés desquels il fallait se garder et las bonus obras que deven husar porque han de ser salvos47. C'est-à-dire que depuis leur chaire, comme le signale un synode de Saint-Jacques, les prêtres devaient annoncer, rendre public et exhorter le peuple chrétien.

50Bien sûr, les fondements religieux des fidèles dépendaient de la propre formation des prêtres et de l'intérêt qu'ils montraient à transmettre leur savoir. Toutefois, selon les Constituciones Antiguas de Orense, ce savoir semble très élémentaire : Otrosy mandamos que los rectores de las yglesias ensenen a los sus feligreses el Pater Noster e Credo in Deum e el Avemaria e los artículos de la fee e los diez mandamientos de la ley48. Le synode de Braga de 1477 visait à ajouter à cette simple base de la doctrine l'enseignement des œuvres de miséricorde et des sept péchés mortels49, dont on parlera beaucoup vers la fin du Moyen Âge lorsqu'ils seront associés à la pratique de la confession. Les précisions relatives à l'emploi du latin et de la langue vulgaire dans l'enseignement de la religion chrétienne sont également très significatives : pour l'enseignement des préceptes de loi, des articles de foi, des œuvres de miséricorde et des péchés mortels, c'est la langue vulgaire qui était employée50.

51Cependant, la principale fonction du prêtre était la bonne administration des sacrements : baptêmes, mariages, confessions, admonestations, enterrements... ainsi que bien d'autres actes liturgiques tels que dire la messe, chanter et accomplir les Heures de l'Office Divin... Les actes synodaux s'avèrent être une source inappréciable pour l'étude des caractéristiques des sacrements et des pratiques religieuses mais ce ne sera pas ici notre propos51.

52Il incombe également au prêtre de superviser, surveiller et réprimer la conduite de ses paroissiens. Dans l'exercice de son ministère, il sera amené à conseiller, corriger, menacer et infliger des peines en accord avec les fautes. Les « péchés » commis par les fidèles sont rigoureusement identiques tout au long de la période étudiée : tous les péchés de luxure et d'avarice — inceste, adultère, concubinage, usure — et bien sûr, la divination qui, très souvent, allait de pair avec l'usure. Aux XIVe et XVe siècles, avec l'expansion de la consommation de viande dans les milieux urbains, on insiste beaucoup sur des pratiques telles que le jeûne ou l'abstinence de viande.

53Dans sa fonction de surveillance, le prêtre devait porter une attention particulière aux dimanches et jours de fête car il devait veiller à ce que les paroissiens se rendent à l'office religieux du dimanche, ne s'adonnent pas à des activités méprisables ni ne travaillent pendant la célébration des actes liturgiques52. Il était tenu également d'éviter que ses paroissiens n'entrent en contact avec d'autres membres de la communauté locale de religion différente et, plus précisément, des musulmans ou des juifs. Et à partir du XVe siècle, il devait également protéger ses fidèles des « hérétiques » — terme s'appliquant également aux excommuniés —, des chrétiens qui ne se rendaient pas à l'église et des blasphémateurs53.

54Une autre fonction des titulaires d'une paroisse était celle de guider, instruire et former les futurs prêtres. C'est précisément dans les églises paroissiales que l'on initiait le jeune à la langue latine, à la lecture et au chant. Très souvent le jeune partageait la vie du prêtre c'est-à-dire qu'il vivait chez lui et était donc élevé par le prêtre qui l'accueillait54.

55Par ailleurs, le prêtre, en tant que dirigeant de l'église, était le seul à pouvoir veiller à l'entretien du bâtiment et était responsable des biens et ornements de son église. Il devait établir un inventaire détaillé de tous les biens, ornements et livres de l'église en donnant une description précise de chacun d'eux55.

56L'église était le lieu de célébration du culte par excellence mais d'autres activités pouvaient être réalisées dans son enceinte. Aussi le prêtre était-il tenu de surveiller ces activités et interdire celles qui devaient l'être56.

Les relations avec la communauté paysanne

57Il semble que les relations du prêtre avec la communauté étaient très intenses. Les prêtres dans leurs attitudes et leur manière de vivre ressemblaient aux laïcs chrétiens et participaient avec eux à la vie de la communauté. Bien souvent, en dehors des liens affectifs qui, de par leur origine, les liaient aux villageois, leur fonction leur permettait de nouer d'autre amitiés. L'exercice de leur charge, la transmission de la doctrine, de l'administration des sacrements et des actes liturgiques au maintien de la discipline de l'Église, impliquait une relation continue avec les familles et resserrait les liens entre la société civile et religieuse.

58En effet, très souvent, le prêtre semble totalement intégré dans la communauté rurale, laïcisé tant dans son apparence extérieure — de nombreux synodes souligne le fait que les prêtres ne se différencient pas des laïcs — que dans ses comportements quotidiens, étant donné qu'ils sont soumis et succombent aux mêmes tentations que leurs fidèles : concubinage, usure, négligence de leurs devoirs et abus de pouvoir. C'est ce que l'on peut déduire des constantes allusions à leur présence dans les tavernes ou leur participation aux activités ludiques de la communauté telles que les jeux, les banquets, les fêtes ou de leur habitude de « correr los toros »57.

59Dans le monde paysan, tout événement est un prétexte à l'organisation de festivités qui rassemblent le village et, étant donné le niveau d'intégration des prêtres, leur présence à ces fêtes devait être chose courante. Les motifs de fête les plus fréquents étaient sans aucun doute les baptêmes et les mariages. Les réunions synodales expriment leur constante inquiétude face au gaspillage et aux excès commis lors de ces fêtes. Excès dont les prêtres ne se privaient pas. Les enterrements eux-mêmes étaient liés à une tradition particulière, douloureuse certes mais avec un certain air de fête. Tous les villageois se réunissaient dans la maison du défunt pour la veillée : certains pleuraient, d'autres riaient, on organisait des jeux, on racontait des histoires ou autres anecdotes, parfois on chantait, on dansait et finalement, après l'enterrement, on organisait un banquet funéraire. De même, les vigiles des morts ou les processions pouvaient se terminer par une fête populaire à laquelle participaient les prêtres. C'est au cours de ces festivités que le prêtre se devait d'être décent et réservé, de montrer l'exemple et pourtant, parfois, c'étaient eux qui commettaient les pires excès58.

60Il existait d'autres moyens pour unir le prêtre à la communauté rurale et l'un d'eux était un sujet de préoccupation pour l'Église : les rapports sociaux avec les laïcs. Les actes synodaux expriment une grande méfiance quant aux relations entre le clergé et la société laïque, relations de dépendance, droits de patronat... On comprend dès lors la dureté des sanctions visant à éviter que les enfants des prêtres soient élevés avec les enfants laïcs — nobles s'entend — coutume traditionnelle qui créait une relation de dépendance vis-à-vis des maisons nobiliaires59. De même, il était interdit à tout prêtre d'être le vassal, le précepteur, le majordome, le serviteur d'un laïc ou de se recommander à lui. De plus il n'était pas autorisé à fréquenter les demeures des chevaliers ou des seigneurs60.

***

61De ces décisions, on peut donc conclure que la règlementation synodale manifestait un évident et croissant intérêt à promouvoir une mise à l'écart du prêtre dans le but de prévenir les risques d'une trop grande fraternisation avec le monde laïc. En fait, on note dans les actes synodaux une volonté délibérée d'établir des différences et d'affirmer la supériorité du clergé face à l'état séculier.

62La théorie de l'Église part de prémisses selon lesquelles les prêtres sont des hommes « élus », sélectionnés pour exercer un ministère et considère donc que l'exercice de leur charge, l'office divin, revêt un caractère sacré61. Ensuite, elle établit les caractéristiques qui doivent les différencier : leur culture, leurs coutumes, leurs vertus et leurs mode de vie. La description d'un modèle de prêtre comme idéal à atteindre est présente dans toute la législation synodale.

63Ainsi, afin d'affirmer la singularité du clergé, l'Église accorde une importance grandissante au geste pris dans son sens le plus large, c'est-à-dire en tant qu'expression physique et extérieure de l'âme intérieure et surtout en tant que symbole et marque de distinction sociale, de hiérarchie du pouvoir.

64On note alors une rigueur croissante dans la règlementation des formes que doivent respecter les prêtres dans leur image extérieure, leurs vêtements, etc. Cette idéalisation gestuelle s'appliquera également aux paroles et signes sacrés que doivent employer les prêtres lors de l'administration des sacrements, de tout acte liturgique, allant même jusqu'à régulariser la manière de prononcer les mots : lentement et distinctement62.

65Par la suite, toute une règlementation synodale s'attachera aux comportements et attitudes des prêtres, préconisera une conduite caractérisée par la vertu, la mesure, la tempérance, le caractère exemplaire, etc., qui renforce l'honorabilité du prêtre. Dès lors, il devient nécessaire d'éviter le mimétisme laïc, les contacts avec la commauté laïque et progressivement, l'Église tentera de détruire les liens étroits qui existaient entre les prêtres et les laïcs.

66Tout d'abord, l'Église s'attachera à éviter les rapports sociaux laïcisants en réduisant ou interdisant toute relation avec les laïcs : exercice de charges publiques ou offices séculiers tels que ceux de bailli, majordome, percepteur, marchand... Cet isolement du clergé est également accentué par l'interdiction d'exercer des fonctions que les prêtres, en raison de leur instruction et de leur autorité, avaient traditionnellement exercées au sein de la communauté, telle celle de scribe63.

67Mais comme le montre le renforcement progressif des sanctions, l'Église s'efforce par dessus tout d'éloigner les prêtres des activités ludiques populaires : multiples recommandations quant à l'attitude discrète et prudente qui doit caractériser le prêtre lors des fêtes organisées par la communauté ; interdiction pour les prêtres de prendre part aux jeux, non seulement les plus dangereux — où l'on perd son temps et son argent — mais également ceux en apparence les plus innocents comme le jeu de paume64. Il leur fut également défendu de se rendre dans les tavernes ou à certaines fêtes du village car elles pouvaient entacher leur honorabilité. En effet, au cours de ces fêtes, ils pouvaient, sous l'emprise de la gaieté, chanter, danser, boire ou même participer à des « jeux malhonnêtes »65. Tout manquement à Tune de ces prescriptions pouvait entraîner la peine d'excommunication.

68Cette ségrégation morale et physique des prêtres fut accentuée par l'adoption d'autres mesures ayant pour but d'accroître le respect qui leur était dû. C'est là l'interprétation que Ton peut donner de la règlementation synodale visant à préserver le caractère sacré de l'église en tant que lieu de célébration du culte. Les activités qui pouvaient se dérouler en son sein furent délimitées et il fut décidé, par exemple, que l'église pouvait être un lieu de refuge et d'accueil (León 1303, 1306). Les activités ne pouvant se dérouler dans le lieu sacré furent également déterminées : les fêtes de mariages et les banquets, les foires et marchés. D'autre part, l'église ne pouvait servir de lieu de dépôt et de répartition des dîmes66. Même à l'occasion des veillées ou des fêtes de Noël, les prêtres devaient éviter que Ton ne chante, danse ou joue d'un instrument. De même, la représentation d'une œuvre « pieuse et religieuse » n'était autorisée qu'en de rares occasions67. La volonté de préservation du domaine de l'église et des ermitages atteint son comble avec la prescription de León qui interdit les manifestations de joie populaire dans un périmètre inférieur à vingt pas de l'église68. Cette distinction ou scission entre le sacré et le profane est présente jusque dans les ornements de l'église : on exigera la construction de grands coffres où puissent être gardés séparément les objets sacrés tels qu'habits sacerdotaux, croix, vases sacrés, reliques, etc.69.

69En somme, la législation synodale, reflet des nouvelles attitudes voulues par l'Église, s'efforce de corriger, réformer, promouvoir les codes de comportement qui doivent caractériser la vie du clergé rural. Dans quelle mesure parvient-elle à imposer le modèle défini par les synodes ? Combien de prêtres étaient concernés par ces prescriptions ? La constante répétition des règles et des recommandations traduit le non-respect de ces dernières, la persistance des mêmes vices. Trop souvent, on observe des conduites qui s'éloignent fortement des principes établis : du manquement des engagements envers l'église ou du non-respect de l'obligation de résidence à la négligence dans les devoirs pastoraux. Mais surtout, la législation synodale se heurte à une forte opposition à la réforme ou à la modification des plus anciennes habitudes des prêtres. Cette opposition explique les diverses contradictions présentes dans cette législation. Rappelons le cas des enfants de prêtres ou l'ambigüité qui caractérise la notion de gravité du péché quand il est public... Autre exemple, le cas du concubinage : dans le synode de Braga de 1430, Ton peut lire « sier de tan grande husanza que ya non he reputado por pecado ». Et c'est là que réside la principale contradiction dans les dispositions synodales : la volonté d'imposer ce qui est souhaitable se heurte à la nécessité de faire face à une réalité beaucoup moins exemplaire.

Notes de bas de page

1 Les actes synodaux consultés ont été publiés sous la direction de A. Garcia y Garda dans Synodicum Hispanum, Biblioteca de Autores Cristianos, Madrid, 1982. Ceux qui ont servi de base à l'élaboration de ce travail sont les tomes I, Galicia ; II, Portugal ; III, Asturias y León. Nous nous référons à cette source par les initiales S.H. suivies du numéro de tome et des pages correspondantes.

2 S.H., I, p. 272.

3 Le Bras, dans O. Pontal, Les statuts synodaux, dans Typologie des sources du Moyen Âge Occidental, Dir. par L. Genicot, Fasc. 11, 1975, p. 9.

4 Limites soulignées notamment par le chercheur L. Binz, dans Vie religieuse et réforme ecclésiastique dans le diocèse de Genève pendant le grand schisme et la crise conciliaire 1378-1450, Genève, 1973, p. 358.

5 F. J. Fernandez Conde, La Iglesia en Asturias en la Baja Edad Media. Estructuras económico-administrativas. Oviedo, 1987 ; J. Sanchez Herrero, « Los Sínodos de la diocesis de León en los siglos xiii al xv » dans León y su historia, III, 191. J. Matías Vicente, « La clerecía en los Sínodos asturleoneses del siglo xii al xv », Revista Española de Derecho Canónico, 44, 1987, pp. 93-136.

6 Le synode d'Oviedo de 1377, S.H., III, p. 403 en donne une liste détaillée.

7 S.H., III, p. 414. Le Synode d'Oviedo de 1553 stipule : « le plus près possible de l'église dans une maison particulière », S.H., III, p. 513.

8 L'insuffisance culturelle du clergé médiéval a été mise en évidence par L. Paul, La Iglesia y la cultura en Occidente, t. 2, p. 487 et diverses raisons ont été données. Voir Binz, op. cit., p. 354.

9 La simonie est qualifiée de « morbo pestifero » et comparée à l'hérésie, S.H., II, p. 23.

10 S.H., I, p. 275, 302. En 1526, on insiste sur le fait que, dans l'archevêché de León, bon nombre de prêtres recevaient injustement l'ordination car ils n'avaient ni la « abilidad ni sufficiencia » pour la recevoir, S.H., III, p. 320.

11 Ningún clérigo non deve ordenar, se non sopier bien leer et cantar et se seer legltimo, S.H., II, pp. 100-101, S.H., III, p. 281.

12 S.H., III, pp. 263 et 310.

13 O. Pontal, op. cit., p. 26.

14 S.H., I, pp. 275 et 358 ; S.H., II, pp. 11, 15 et 29.

15 S.H., III, p. 266.

16 S.H., I, pp. 375-376 ; S.H., II, pp. 11, 12 et 29. Autre résultat : la production littéraire du Bas Moyen Âge, tels les encyclopédies morales, les manuels de prédication et de confession, les sermonnaires et autres ouvrages de dévotion.

17 S.H., I, p. 323.

18 En 1450, allusion est faite à la « niaiserie » de certains prêtres, S.H., III, p. 453. Cette situation pouvait avoir des conséquences d'ordre divers : de la lecture incorrecte des textes à la falsification de certains documents. S.H., I, pp. 119, 375, 376 et S.H., II, p. 42.

19 S.H., I, p. 290.

20 S.H., II, p. 42. Le Synode d'Oviedo établit qu'ils doivent posséder un « cahier en langue vulgaire » reprenant les commandements, les articles de foi, les sacrements, les vertus, les péchés... S.H., III, p. 396.

21 Dans la province de León, il fallait être en possession d'un mandat du supérieur et disposer d'un patrimoine supérieur à 1 200 mrs, étant donné qu'il était fréquent de faire don de possessions pour se faire ordonner, S.H., III, p. 282.

22 S.H., I, p. 356 ; S.H., III, p. 331.

23 S.H., I, p. 356 ; S.H., II, pp. 39, 40.

24 S.H., I, p. 356 ; S.H., II, p. 111 ; S.H., III, pp. 233, 506.

25 S.H., I, pp. 120, 274, 283 ; S.H., II, pp. 40, 77, 78 ; S.H., III, pp. 332, 506.

26 Les prescriptions les plus détaillées sont celles de Braga de 1477 et de Tuy de 1482 ; S.H., II, pp. 77, 78.

27 Le port des vêtements ecclésiastiques est règlementé ; S.H., II, p. 78 et on précise également les circonstances dans lesquelles le port de l'habit est approprié ; S.H., III, pp. 331, 505, 506.

28 S.H., I, pp. 274 et 283 ; S.H., II, p. 122 ; S.H., III, p. 262. En outre, les actes nous offrent un intéressant échantillonage des divers types d'armes utilisées.

29 S.H., I, p. 299 ; S.H., II, pp. 22, 122.

30 A León, il est dit que le péché de chair était « très fréquent et inadmissible parmi les prêtres », S.H., III, p. 510. Mais il serait utile, comme le suggère Binz, op. cit., de consulter d'autres sources afin d'en avoir la confirmation.

31 S.H., I, p. 299 ; S.H., II, pp. 123 et suiv., 133 et suiv. ; S.H., III, p. 335.

32 S.H., III, p. 405. En 1333, l'archevêque de Braga, D. Gonzalo Pereira, se rendant compte que la peine spirituelle ne les affectait pas, décide de les obliger à payer un marc d'argent par mois d'excommunication et de les envoyer en prison si l'excommunication était supérieure à un an.

33 S.H., I, pp. 305, 306 ; S.H., III, pp. 334, 335.

34 S.H., III, pp. 248, 408, 422.

35 S.H., I, p. 265 ; S.H., II, pp. 12, 13, 19 ; S.H., III, pp. 247, 286, 320, 321. En ce qui concerne l'héritage des biens des prêtres, les Cartulaires font état de transmission des biens des prêtres aux héritiers et nous montrent donc comment les règles étaient contournées.

36 S.H., I, p. 299.

37 Les arguments de D. Luis Pires sont impressionnants : « servirent a Deus e a egregia cujo pan comeron » ; S.H., II, p. 125.

38 À Saint-Jacques, la peine d'excommunication fut appliquée à ceux qui acceptaient d'élever des enfants de prêtres. S.H., I, p. 282.

39 S.H., I, pp. 275, 284 ; S.H., II, p. 21 ; S.H., III, p. 236.

40 Il leur est interdit d'être des joueurs invétérés ; S.H., I, p. 283 ; S.H., III, pp. 262, 333. En principe il s'agissait d'éviter les jeux d'argent : « qu'ils ne jouent pas plus de deux réaux » ; S.H., III, p. 457.

41 S.H., II, p. 21 ; S.H., III, p. 234.

42 S.H., II, p. 21. « nimis et instrionibus non intendant ».

43 Defendemos que los clérigos que non demanden usuras nin vayan por ganancias que son torpes para clérigos (il est défendu aux prêtres de prélever l'usure car il s'agit là d'une pratique inadmissible pour un prêtre), S.H., I, p. 118.

44 S.H., I, pp. 279, 280 ; S.H., II, pp. 112, 113.

45 S.H., II, p. 126. De telles métaphores sont employées pour décrire le rôle du prêtre envers les laïcs de sa paroisse.

46 S.H., II, pp. 52, 60, 68, 123, 124.

47 S.H., III, p. 278.

48 S.H., I, p. 119.

49 À ce sujet, Bloomfield signale que l'apparition des vices en enfer est liée au malentendu créé par changement de nom à la fin du Moyen Âge. Ils furent alors appelés « péchés mortels » et on confondit alors ce que la théologie avait toujours clairement défini : les péchés capitaux —les plus importants, et les péchés mortels— ceux qui conduisent à la mort définitive. Le sacrement de la pénitence, en permettant que cette liste de vices soit utilisée pour la confession, fut responsable de ce malentendu. The seven deadly sins. An introduction to the history of a religious concept with special reference to the Medieval English literature, Michigan, 1952.

50 S.H., II, pp. 108, 109.

51 En ce qui concerne le clergé espagnol, les ouvrages mentionnés note 5 peuvent servir de référence.

52 Comment couper la viande, éviter le commerce, l'ouverture de tavernes et de boutiques... Ils devaient également veiller à ce que les fidèles ne restent pas dehors à discuter au lieu d'entrer à l'église ; S.H., II, pp. 106, 107, 127-129.

53 S.H., I, pp. 124, 126 ; S.H., II, pp. 43, 115, 117, 129-133. Ils étaient également tenus de dénoncer les usuriers, les incendiaires, les violeurs ; S.H., III, p. 249.

54 S.H., I, p. 275 ; S.H., III, p. 281.

55 Livre de « Tumbo » énumérant tous les biens et propriétés de l'Église bien que parfois les objets sacrés étaient gardés dans les maisons des laïcs ; S.H., II, pp. 88, 89.

56 Ils se devaient d'offrir l'hospitalité, propre à la religion chrétienne, S.H., I, p. 284. Cependant, par l'application excessive ou indiscriminée de cette pratique, les églises en arrivaient parfois à être converties en maison de brigands, S.H., II, p. 96. Les actes synodaux, face aux abus dont étaient victimes certains prêtres, exposent les situations où l'hospitalité n'était pas de mise.

57 S.H., III, p. 508.

58 S.H., II, pp. 125, 126.

59 S.H., I, p. 282.

60 Voir les Synodes de Compostelle de 1289 et 1309, ceux de Braga de 1281 et 1402 ainsi que celui de Tuy de 1482.

61 C'est ce qu'établit le Synode de Tuy de 1482 ; S.H., I, p. 356. En ce qui concerne le caractère sacré du ministerium, on peut consulter J. C. Schmitt, La raison des gestes dans l'Occident médiéval, 1990, p. 115 notamment.

62 S.H., I, p. 119 ; S.H., II, p. 42.

63 S.H., I, pp. 118, 122, 362 ; S.H., II, p. 21 ; S.H., III, pp. 235, 236.

64 S.H., III, pp. 335 et 507.

65 S.H., III, pp. 333, 334 et 508.

66 S.H., I, p. 125 ; S.H., II, pp. 96, 97, 119, 120.

67 S.H., II, pp. 87, 90, 97, 99, 108, 127.

68 S.H., III, p. 328.

69 S.H., I, pp. 276, 284 ; S.H., II, pp. 102 et 132.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.