Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Le clergé paroissial aux ixe-xe siècles dans les Pyrénées orientales et centrales

p. 153-166


Texte intégral

Le clergé paroissial dans les pyrénées catalanes

1La région ici étudiée correspond au très vaste diocèse de la Seu d'Urgell qui s'étendait de la Cerdagne à l'est jusqu'au Pallars à l'ouest et qui, jusqu'en 956 (fondation de l'évêché de Roda), incluait même la Ribagorça. Il s'agit là d'une large zone montagneuse dont les axes principaux sont constitués par les hautes vallées du Sègre (et de son affluent andorran, le Balira) et de la Noguera Pallaresa.

2La documentation concernant cette région est exceptionnelle pour les IXe-Xe siècles : à s'en tenir aux seuls actes impliquant des clercs ruraux, on peut réunir un corpus de deux cent cinquante chartes environ, toutes éditées d'ailleurs aujourd'hui2. Ces actes se rapportent en majorité à des transactions (ventes, donations, échanges de propriétés) et présentent donc un caractère assez répétitif. Parmi eux se rencontrent toutefois des documents tout à fait rares pour l'époque, tel le testament d'un prêtre de campagne daté de 9013, telle aussi la liste des prêtres ayant desservi les neuf églises du Val de Lord entre 880 environ et 9484. Se distingue surtout une catégorie de chartes d'un intérêt capital pour l'histoire du culte paroissial : les actes de consécration d'églises, lesquels nous indiquent clairement qui a construit (ou reconstruit) le sanctuaire et qui en détient le patronage (les deux choses étant évidemment liées).

3Quarante-neuf actes de consécration ont été conservés pour les IXe et Xe siècles, dont quarante-deux se rapportent à des églises paroissiales : douze pour le IXe siècle (le plus ancien datant de 833), trente pour le Xe siècle5. Dans seize cas sur quarante-deux, l'initiative de la construction revient — comme c'est, semble-t-il, habituel ailleurs à l'époque — à de hauts personnages : comtes, évêques, abbés, abbesses, nobles qualifiés de viri inlustres. Mais ce sont les vingt-six autres cas (la majorité donc) qui appellent une attention particulière : ils nous montrent des églises édifiées soit par la communauté des habitants de la nouvelle paroisse, soit par les prêtres eux-mêmes.

4La construction par les habitants est le type le plus fréquent : seize des églises mentionnées ont été bâties de la sorte, dont les cinq plus anciennes (antérieures à 890).

Les constructeurs d'Églises 1. Données globales

Image 100000000000027E0000015B0F3B544E915CB2DC.jpg

Les constructeurs d'Églises - 2. Détail des informations (réf. : Ba = Baraut ; Ab = D'Abadal)

Image 100000000000028A00000208B8959340280A25B1.jpg
Image 100000000000028D0000041DA577FFE4A40F5261.jpg
Image 100000000000028F000004025756BE6D5281620B.jpg

5Dès leurs premières formules, les chartes relatant leur consécration sont généralement très claires : « L'an de l'Incarnation 900, l'évêque Nantigis vint au lieu dit Canalda, appelé par le peuple des habitants de ce lieu qui y ont construit une église et l'ont amenée au terme de sa consécration en l'honneur du martyr saint Julien6 ». L'acte poursuit généralement en donnant les noms des constructeurs : leur nombre varie de quatre à trente-trois, mais la liste est souvent incomplète car se terminant par l'expression vel alii plures. Puis vient l'énoncé des donations effectuées au profit du sanctuaire par chacun des paroissiens : en général un champ, un pré ou une vigne7. L'évêque confère aux paroissiens eux-mêmes le patronage de l'église, en particulier le droit de choisir son desservant : « que les hommes qui ont construit cette église aient le pouvoir d'en choisir le clerc »8. Ce schéma général comporte néanmoins un certain nombre de variantes dont il importe de tenir compte. Tout d'abord, la clause attribuant le patronage aux paroissiens, habituelle au IXe siècle, devient plus rare au Xe et disparaît au début du XIe, le choix du desservant étant dès lors dévolu exclusivement à de hauts personnages. D'autre part, il n'est pas certain que le patronage, même au IXe siècle, ait été exercé par tous les paroissiens sans distinction : il semble plutôt réservé, au moins dans certains cas, à ceux d'entre eux qui, nominativement cités, dotent l'église en biens fonciers et qui sont parfois qualifiés de boni homines (les plus pauvres seraient donc, dès l'origine écartés)9. Enfin, parmi les constructeurs et en tête de liste, figure généralement un prêtre (onze cas sur seize)10. C'est lui qui d'ailleurs fait le plus souvent à l'église la donation la plus importante, à savoir, habituellement, une maison (qu'il va habiter) et plusieurs parcelles de terre (qu'il va travailler ou faire travailler).

6Mais l'initiative de la construction peut aussi revenir exclusivement aux prêtres : on en a dix exemples. Le cas le mieux connu est celui de l'église de Guils del Cantó pour laquelle a été conservée le testament du prêtre desservant. Celui-ci, Deodonat, relate ainsi les faits : il est allé un jour à la cathédrale d'Urgell pour se faire ordonner prêtre ; il a obtenu de l'évêque cette ordination en promettant de reconstruire l'église de Guils qui était « petite et vile » ; la reconstruction de l'édifice, avec adjonction d'un clocher, a duré deux ans (de 899 à 901) ; le prêtre a effectué ce travail « avec ses parents » (cum parentibus meis) ; le chantier terminé, l'évêque est venu consacrer la nouvelle église et l'a remise ad decantandum au prêtre Deodonat ainsi « qu'à sa postérité, à ses neveux et petitsneveux » (posterita mea sive neptis et proneptis)11.

7Ces constructions opérées par des prêtres apparaissent en général comme des entreprises familiales : le futur clerc desservant se fait aider par son ou ses frères. Il peut s'agir aussi de l'œuvre commune de plusieurs prêtres : en 959, à la Vall Axen, en Ribagorça, trois clercs (peut-être parents ?) construisent ensemble une église12. La contrepartie de ces initiatives est que les sanctuaires ainsi édifiés restent dans la famille des constructeurs. En 940, par exemple, il est expressément prévu que l'église de Ponts d'Arcavell, bâtie par le prêtre Christian ira, après sa mort, à son frère Daco, prêtre, puis à son neveu Sanla, prêtre, puis à son autre neveu Bonhom (pas encore prêtre, mais qui le deviendra), puis de uno in alio restera dans la consanguinité (ad consanguinitatem meam) jusqu'à la fin des temps13.

8Qui sont ces prêtres qui, tantôt en famille, tantôt au milieu de leurs (futurs) paroissiens, construisent ainsi des églises ? Leur condition sociale semble assez diverse. On connaît un cas de clerc de condition servile : il s'agit d'un certain Salomo presbiter qui figure dans la liste d'hommes et de terres achetés vers 900 par le futur évêque Radulf14. A l'inverse, on trouve un prêtre de paroisse qualifié de vir inluster, ce qui paraît marquer son appartenance à une famille noble15 ; un autre est le frère d'un abbé, ce qui indique aussi un rang élevé dans la société16. La plupart cependant semblent issus de la paysannerie, mais de la couche la plus aisée de celle-ci, si on en juge par les donations qu'ils effectuent aux églises qu'ils font consacrer.

9Ces donations comportent des éléments variés (qui ne se rencontrent pas tous dans chaque cas), mais qui permettent néanmoins de se faire une idée de la fortune moyenne de ces prêtres. En premier lieu vient généralement une maison, près de l'église, que le clerc habite (ou va habiter) avec sa famille. Suivent des biens fonciers : entre un et six champs, et, là où l'altitude le permet, une ou deux vignes (mais, dans un cas, vingt-trois parcelles de vigne)17. Au total, lorsque les superficies sont indiquées, on peut estimer que l'ensemble de la donation représente entre un demi-hectare et quinze hectares. S'ajoutent des bêtes de trait (pas toujours) : il peut s'agir d'une paire de bœufs, parfois plus (le prêtre Déodonat, de Guils del Cantó, possède deux juments, deux vaches et un âne)18. Des meubles apparaissent dans deux cas : Déodonat a un coffre, un autre prêtre donne un lit et un matelas (madrafo I°), ce qui, à cette époque (948) est assurément un signe de luxe19.

10Plus intéressantes encore sont, dans ces donations, les références à des objets, vêtements et livres de caractère liturgique. Nous connaissons le détail de dix legs de ce type, effectués par six prêtres à leurs églises respectives et s'échelonnant de 857 à 94920. En voici l'inventaire global :

  • objets liturgiques : 7 calices (dont 3 d'étain), 6 patènes, 5 crucifix (dont 4 de métal), 1 autel portatif ;

  • vêtements : 7 chasubles, 23 étoles, 24 manipules, 7 vêtements de nature indéterminée ;

  • livres : au total 43 (soit une moyenne de 7 livres par église), se répartissant ainsi : 7 missels, 6 antiphonaires, 6 psautiers, 6 lectionnaires, 4 hymnaires, 4 codices contenant des livres de l'Ancien Testament, 4 sermonnaires ou homiliaires, 2 passionnaires, 1 évangéliaire, 1 ordo, 1 cronica, 1 codex contenant les Moralia in Job de Grégoire le Grand.

11À partir de ces quelques données, il ne paraît pas aventuré de dessiner au moins quelques traits de la personnalité de ces prêtres de la montagne catalane.

12Première évidence : ces hommes savent lire. Ils savent aussi écrire : sur les originaux que Ton conserve, leurs souscriptions — au contraire de celles de leurs paroissiens — sont autographes. On sait bien par ailleurs que ce sont eux qui ont rédigé la plupart des chartes, exceptionnellement nombreuses, que détiennent, pour cette époque, les archives catalanes. Certes ces actes sont écrits le plus souvent dans un latin exécrable. Mais là n'est pas l'essentiel : si ces prêtres écrivent mal, ils écrivent beaucoup.

13Autre constatation : s'ils font à leur église des donations d'objets, d'habits, de livres liturgiques, c'est bien qu'ils les possèdent en propre. On en a d'ailleurs la preuve formelle dans le testament du prêtre Déodonat : si celui-ci donne l'essentiel de sa bibliothèque (sept livres, peut-être huit) à son église de Guils, il lègue aussi un passionnaire à l'abbaye de Santa Cecilia d'Elins : c'est donc qu'il en a l'entière disposition. De qui ces prêtres tiennent-ils donc ces chasubles, ces calices, ces psautiers et autres lectionnaires ? Une seule réponse possible : de leur famille. On peut être ainsi quasiment assuré qu'il existe des lignées sacerdotales : ce sont elles qu'on voit souvent à l'œuvre dans les travaux de construction ou de reconstruction d'églises et qui se transmettent, de génération en génération, à la fois le sacerdoce et le matériel nécessaire à l'exercice du culte.

14Mais ce qu'elles se transmettent de plus précieux, c'est un savoir. Et un savoir-faire. De la même façon que les forgerons, par exemple, autres spécialistes, se passent de père en fils leurs outils et leurs secrets de fabrication. En quoi consiste donc cette culture sacerdotale aussi soigneusement préservée ? Elle se fonde sur deux pratiques, qui suffisent à distinguer très nettement les familles de prêtres des familles paysannes au milieu desquelles elles vivent. La première est celle du chant : decantare ntissam, voilà l'essentiel. D'où le nombre important d'antiphonaires, d'hymnaires, de psautiers qui figurent parmi les ouvrages de liturgie. La seconde est celle de l'écrit. On peut parler d'une véritable dévotion envers les livres, indéfiniment lus et relus. Certains sont quasiment immémoriaux, tel cet Ordo toletano que conserve le prêtre Déodonat. C'est là un calendrier liturgique encore conforme au rituel tolédan, c'est-à-dire wisigothique, donc périmé depuis quatre générations au moins, depuis que la Catalogne a adopté le rituel romain. Sa conservation prouve que pendant au moins trois siècles (du VIIe au Xe), les hautes vallées catalanes ont, par l'entremise de leurs familles de prêtres, joué le rôle d'un véritable conservatoire culturel.

15Il reste enfin une question que l'on ne peut pas ne pas se poser. Cette culture, ces traditions se transmettent-elles de père en fils ou d'oncle à neveu ? On ne peut guère répondre de manière sûre. Les documents du diocèse d'Urgell ne font état, pour les IXe-Xe siècles, d'aucun prêtre marié et mentionnent même a contrario, dans deux cas, une succession assurée par nepti et pronepti21. Il se peut — sans qu'il soit possible de l'affirmer absolument — que nous soyons là dans une région où la règle du célibat des prêtres ait été mieux observée qu'ailleurs. Mieux, en tout cas, que dans la région barcelonaise où les clercs mariés ou concubins ne sont pas rares (là, sur huit clercs dont on garde les testaments, quatre — un évêque et trois prêtres — font des legs à leurs amies et à leurs fils)22. Mieux aussi que sur le versant Nord de la chaîne, où on rencontre aussi des prêtres vivant en concubinage et pourvus d'enfants.

Le clergé paroissial dans les pyrénées garonnaises

16La documentation ici considérée se refère au ministerium Bavartense, c'est-à-dire à la région de Saint-Béat, sur le cours supérieur de la Garonne, à la limite du Val d'Aran. Elle consiste, en tout et pour tout, en dix-neuf actes qui, bien que non datés, peuvent être attribués à la période précédant ou entourant l'an 100023. Ce corpus peut apparaître très maigre ; il est cependant loin d'être inintéressant pour l'étude du clergé paroissial. Sur les dix-neuf chartes conservées, dix, en effet, concernent des donations ou des ventes d'églises ou de parts d'églises24.

17La première observation qu'elles inspirent rejoint celles faites à propos du diocèse d'Urgell. Sur ces dix actes en effet, six émanent de prêtres, les quatre autres étant souscrits par deux moines et par deux laïcs. La proportion est en fait encore plus forte si l'on considère que l'un des deux moines et l'un des deux laïcs déclarent tenir de prêtres les droits qu'ils détiennent sur les églises qu'ils lèguent. À l'origine donc, huit sur dix des églises concernées sont entre les mains de prêtres. Et il s'agit bien de leur propriété : ils affirment très clairement posséder ces églises ou parts d'églises comme leur alleu propre : dono aliquid de meum proprium alode, id est una ecclesia...25.

18Mais, à la différence de ce qui se passe sur l'autre versant de la chaîne, cette propriété est le plus souvent (six cas sur dix) fractionnée : dans trois cas, la donation (ou la vente) porte sur la moitié d'une église, dans deux sur un tiers, dans un sur un quart. De plus, ces parts sont elles-mêmes divisées : deux prêtres, par exemple, se partagent la moitié de l'église de Ladivert26 ; quant au quart de celle de Ferrère, il est pour moitié donné et pour moitié vendu27. Cette situation fait que — cas très rare dans le diocèse d'Urgell — plusieurs prêtres co-propriétaires peuvent desservir en même temps la même église. C'est certain à Ladivert où, par deux fois, deux prêtres s'intitulent ensemble « prêtres de Ladivert »28 : il est même probable, si les deux actes sont contemporains (ils ne sont bien sûr pas datés), que cette paroisse ait été desservie au même moment par quatre clercs, chacun en possédant un quart. Par ailleurs, des prêtres peuvent posséder des parts dans des églises autres que celles qu'ils desservent : l'un des prêtres de Ladivert déjà cité, vend, par exemple, la moitié de l'église de Galié (pour le prix d'une jument, un bœuf et trois vaches)29 ; un prêtre de Saint-Martory vend la moitié de celle de Saint-Médard30.

19Cette extrême dissémination de la propriété des lieux de culte ne peut être que le résultat de partages successoraux. En ce sens, le versant Nord et le versant Sud des Pyrénées nous présentent deux images du même phénomène (des églises majoritairement possédées par leurs prêtres), mais à deux stades différents de l'évolution. Au Sud, il apparaît à l'état naissant : les églises viennent d'être construites ou sont en cours de construction et le prêtre maître d'œuvre n'en partage généralement le contrôle avec personne, si ce n'est avec le groupe des commanentes qui a participé à l'édification et à la dotation du sanctuaire. Au Nord, il s'agit d'édifices déjà anciens qui ont subi la loi des héritages et, de plus, ont été et sont l'objet de fréquentes transactions. À la propriété pleine et entière des débuts s'est substitué un régime de copropriété.

20Mais cette fragmentation des patrimoines ecclésiaux est corrigée par les fortes solidarités qui soudent le milieu presbytéral. Solidarité familiale : les prêtres du Bavartès sont unis, c'est certain, par de nombreux liens de parenté : l'anthroponymie en fait foi, qui nous montre les mêmes noms revenir pour les désigner : Eles, Sailan, Solman, Solmus, Gaston... De plus, dans un cas au moins, à Galié, est attestée une succession d'oncle à neveu31 ; ailleurs, à Saint-Mamet, le prêtre Dato fait une donation en faveur de l'âme de son prédécesseur, dénommé comme lui Dato, mais il n'oublie pas sa concubine (serviente mea Sulmane) et son fils (filium meum Oriolo)32. Solidarité de groupe : chaque fois qu'un prêtre fait une transaction, d'autres prêtres figurent parmi les témoins, certains se portent caution.

21Il est enfin un cas de solidarité tout à fait exceptionnel dans une situation elle-même exceptionnelle. Les faits sont relatés dans une charte très étrange, sans doute unique en son genre, qui s'intitule elle-même « charte de rançon » (carta redemptionis)33. Un homme et une femme ont été capturés par un baron du voisinage, Raimond Eco (sans doute seigneur de Boutx), qui menace de les pendre, sauf versement d'une rançon de deux cents sous, somme énorme. Interviennent pour les sauver Gaston, prêtre de Ladivert, son père Solman et sa soeur Alodia, sans doute leurs parents les plus proches. La fortune de ceux-ci n'y suffisant pas, deux autres prêtres (deux frères) donnent tous leurs biens : maisons, terres et vignes situées aussi à Ladivert. L'ensemble, à savoir le patrimoine du prêtre Gaston et de sa famille et celui des deux prêtres amis, est remis au monastère de Saint-Béat qui, en contrepartie de cette donation, fournit les deux cents sous nécessaires.

Conclusion

22Tous ces prêtres pyrénéens — qu'ils résident sur le versant catalan ou sur le versant commingeois —, ces prêtres constructeurs d'églises, propriétaires ou copropriétaires d'églises, sont manifestement représentatifs d'une société d'hommes libres (encore libres). D'une société d'alleutiers — petits, moyens et gros —, déjà groupés dans des communautés cohérentes, même si elles ne sont pas égalitaires. Ces communautés elles-mêmes ont peut-être trouvé leur ciment dans la construction du sanctuaire paroissial, puis, au moins au début, dans le patronage exercé sur celui-ci.

23En tout cas, dans ces collectivités rurales, les prêtres jouent le premier rôle. Ils le doivent à leur culture, fondée sur leur savoir liturgique et sur leur maîtrise de l'écriture. Ils le doivent aussi à leur aisance matérielle qu'ils tirent à la fois de leur patrimoine familial, soigneusement préservé de génération en génération, et de ce qui leur revient des droits paroissiaux. De cette prospérité, au moins relative, on a bien des preuves, la meilleure étant peut-être que les preneurs d'otages ne se trompent pas de cible en s'en prenant à des familles de prêtres.

24Mais en l'An Mil, cette situation — dont il conviendrait de savoir si elle est ou non exceptionnelle — est proche de sa fin. La notoriété de ces prêtres, leur culture, leur cohésion ne suffiront pas à les protéger de la montée des violences qui caractérise les débuts de l'âge féodal (et en ce sens la charte de rançon de Ladivert est significative d'un nouveau climat). Dans les dernières années du Xe siècle, au début du XIe, la balance commence à pencher du côté de la force des armes, du côté des hommes de guerre, des milites, dont Raimond Eco de Boutx, le preneur de rançon, est un bon exemple. C'est sous le patronage de cette noblesse militaire que vont tomber la plupart des églises rurales : on sait justement que Raimond Eco possède déjà le tiers de l'église de Galié, paroisse sur laquelle il exerce le mandamentum de ipsos homines34. C'est encore, vers l'An Mil, le seul cas connu de patronage laïc dans les Pyrénées garonnaises, mais de telles situations vont se généraliser.

25Il en va de même sur le versant catalan. Là, les églises construites par les prêtres et les paroissiens (et consacrées à leur seule demande), très largement majoritaires au IXe siècle et encore pendant la première moitié du Xe, deviennent minoritaires après 950. Et la dernière église construite et consacrée de la sorte, celle de Pegueroles, date de 100835. Au-delà, la noblesse, haute et basse, laïque et ecclésiastique s'assurera le monopole tant de la construction des nouveaux lieux de culte que du patronage des églises existantes. Celles-ci deviendront dès lors, avec leurs dîmes, l'un des objets privilégiés des inféodations. L'office de prêtre lui-même, avec les revenus sans cesse amenuisés qui lui resteront attachés, sera considéré comme tenu en fief : le fevum presbyterale deviendra ainsi la tenure habituelle de l'officiant, tant au Nord qu'au Sud des Pyrénées36.

Notes de bas de page

1 Cet article se veut un hommage à la mémoire de Jean-Pascal Illy, décédé en juillet 1989 dans un accident de montagne. Étudiant brillant, Jean-Pascal était sans nul doute promis à un bel avenir de chercheur. Toute la première partie du texte qui suit s'inspire directement de son mémoire de maîtrise, Les églises et paroisses rurales de l’évêché d'Urgell, du début du IXe siècle aux alentours de 1040, Université de Toulouse-Le Mirail, 1988. Je me suis contenté d'ajouter, en deuxième partie, quelques considérations tirées de la lecture du Cartulaire de Lézat et relatives aux Pyrénées garonnaises [P.B].

2 R. D'Abadal, Catalunya carolingia, vol. III, Els comtats de Pallars i Ribagorça, Barcelone, 1955. Et surtout les récentes publications de Cebrià Baraut, « Les actes de consagracions d'esglésies del bisbat d'Urgell (segles ix-xii) » (dans Urgellia I, 1978), « Els documents dels segles ix i x conservats a l'Arxiu Capitular de la Seu d'Urgell » (Urgellia II, 1979), « Els documents dels anys 981-1010 conservats a l'Arxiu Capitular de la Seu d'Urgell » (Urgellia III, 1980). Les livraisons suivantes d'Urgellia (t. IV à IX, 1981 à 1989) contiennent l'édition des documents du xie siècle.

3 Urgellia I, no 14. À noter qu'on possède deux autres testaments de prêtres du début du XIe siècle, l'un de 1013 et l'autre de 1021 (Urgellia IV, nos 328 et 370).

4 Editée dans Villanueva, Viaje literario a las Iglesias de España, 1803-1852, t. X, no 13.

5 Ils sont à consulter dans C. Baraut, Les actes de consagracions d’esglèsies de l’antic bisbat d’Urgell (segles ix-xii), La Seu d'Urgell, 1986, ouvrage qui reprend et complète la publication effectuée dans Urgellia I (citée ci-dessus n. 2). Les vestiges de certaines de ces églises subsistent : descriptions et analyses dans X. Barrai i Altet, L’art pre-romànic a Catalunya, segles ix-x, Barcelone, 1981.Il s'agit de très modestes édifices (cinq à sept mètres de longueur sur trois à cinq de largeur, en moyenne), à nef unique et à chevet plat. Les sept actes de consécration non retenus ici se rapportent à l'église cathédrale de La Seu d'Urgell, à l'église du palais comtal de Castellciutat et à des églises abbatiales.

6 Baraut, no 15 : Veniens venerabilis pontifex Nantigisus nomine in villa vocitata Kanavita rogatus a populo ibidem abitantium qui aeclesiam ibi edificaverunt et ad culmen sacrationis perduxerunt in honorem sancti Iuliani martiris Xpisti, vel ab aliis timentibus Deum infra ipsam parrochiam consistentibus, ut iamdictam aeclesiam consecraret et panoechiam constitueret... Autre formulation très voisine (ex. Baraut, no 5) : Nos comanentes in villa cuius vocabulum est Salices edificavimus eclesiam in honorem sancti Martini, sub pontificem nostrum domno Wisado episcopo... et tradimus ilium titulum in manus pontificis nostri iamdicti ut earn ad culmen sacrationis perduceret, sicuti et fecit.

7 Lorsqu'on a à la fois les noms des constructeurs et ceux des donateurs, on constate qu'il y a identification complète entre les deux groupes. Est à signaler toutefois le cas exceptionnel de l'église de Güell, en Ribagorça, dont l'acte de consécration (996) énumère quatre-vingt-onze donations : en fait, dans le corps du document avait été laissé en blanc un large espace où ont été consignées, au fil des ans, de nouvelles donations. L'éditeur du document, R. d'Abadal (Pallars-Ribagorça, no 316), considère qu'il est très difficile de distinguer entre les donations primitives, contemporaines de la consécration, et les donations ultérieures.

8 Habeant potestatem ipsi homines qui ipsa ecclesia edificaverunt ad clericum elegendum vel ad continendum (Baraut, no 4, église de Campelles, 857). Les paroissiens reçoivent aussi normalement le droit de disposer, en faveur de leur église, des dîmes qu'ils versent eux-mêmes.

9 Le terme de boni homines apparaît dans Baraut, 12, 14, 16, 17, 18, 44. Il s'applique aux membres du groupe dominant des chefs de famille constructeurs-donateurs. Qui exclut-il ? Bien sûr, les non alleutiers, incapables de souscrire une dotation foncière. Mais aussi certains alleutiers : en effet, dans de très nombreux cas, y compris dans les actes où figurent plus de vingt constructeurs, on relève, parmi les propriétaires des terres confrontant celles données à l'église, des noms qui n'apparaissent ni parmi les constructeurs ni parmi les donateurs. Certes on peut objecter qu'il s'agit de personnes résidant dans une paroisse voisine : c'est quand même fort douteux.

10 La place du prêtre parmi les constructeurs est signalée de deux manières différentes. Dans le cas le plus fréquent (sept fois sur onze), son nom n'est distingué de celui des autres constructeurs que par le fait qu'il est placé en tête et ceci ne modifie en rien le formulaire habituel (cité note 6) : Nos hommes commanentes in villa que vocabulum est Carexer, id est Deginus presbiter et Manco, Frondesina, Benedictus, etc. Mais dans quatre autres cas, seul le nom du prêtre est cité et il est suivi de l'expression et cunctus populus in ipsa parrochia habitantium.

11 Baraut, no 16.

12 R. D'Abadal, Pallars-Ribagorça, no 178.

13 Baraut, no 30.

14 M. Rovira, « Un bisbe d'Urgell del segle X : Radulf », dans Urgellia, t. III, 1980, p. 184, doc. no 18.

15 Baraut, no 30.

16 Baraut, no 31.

17 Baraut, no 31 : donation du prêtre Estfred, frère de l'abbé Daco (cité ci-dessus) à l'église de Paradis (948).

18 Baraut, no 16.

19 Il s'agit encore d'une donation du prêtre Estfred. C'est sans doute là la première apparition du mot « matelas » (de l'arabe matrah) en pays chrétien.

20 Baraut, no 4, 16, 30, 31, 32, 33.

21 Baraut, no 16.

22 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle, croissance et mutations d’une société, Toulouse, 1975-76, t. I, p. 261.

23 Ces actes nous sont parvenus par les copies du cartulaire de Lézat, monastère auquel celui de Saint-Béat a été ultérieurement rattaché (Cartulaire de l'abbaye de Lézat, éd. P. Ourliac et A.-M. Magnou, Paris, 1984-87, 2 vol.). Pour leur datation, se reporter aux arguments très convaincants des éditeurs du Cartulaire.

24 Ce sont les actes nos 446, 469, 1707, 1710, 1713, 1716, 1717, 1724 et 1727. Les neuf autres chartes de la série sont aux nos 447, 1686, 1687, 1695, 1705, 1706, 1708, 1709 et 1720.

25 Lézat, 1707. Formulations quasi identiques : nos 469, 1713, 1716, 1717, 1724, 1727.

26 Lézat, 446.

27 Lézat, 1713.

28 Lézat, 446 (prêtres Eles et Sailan), 447 (prêtres Gaston et Solmus).

29 Lézat, 1710.

30 Lézat, 1724.

31 Lézat, 1710.

32 Lézat, 1707.

33 Lézat, 447.

34 Lézat, 1685.

35 Baraut, no 44.

36 Sur le fevum presbyterale en Languedoc. : E. Magnou-Nortier, La société laïque et l'Église dans la province ecclésiastique de Narbonne de la fin du viiie à la fin du xie siècle, Toulouse, 1974. Cf. p. 430 : « Le risque réel bien qu'insaisissable qui n'a cessé de menacer la paroisse était que les protecteurs se muent en exploiteurs de la paroisse, qu'ils accaparent pour eux-mêmes la plus grosse part des revenus ecclésiastiques, dont ils n'étaient que les garants, ne laissant à leur desservant qu'un fevum très réduit ». Si l'on en juge par les documents catalans qui sont très nombreux à citer le fevum presbyterale, ce risque devient réalité, du moins à partir de 1050 environ. La règle, dans la deuxième moitié du xie siècle et au-delà, est que le seigneur patron de l'église inféode à ses milites dîmes et prémices, ne laissant en fief au prêtre que les quelques parcelles de terres et de vignes qui lui permettent de survivre.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.