Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Le clergé rural dans la Révolution française

p. 129-149


Texte intégral

1Présenter sur le clergé rural sous la Révolution, sinon une synthèse, du moins un état de la question, n'est pas se plier à un exercice académique. Le sujet pourrait paraître rebattu, investi depuis le siècle dernier de multiples approches, souvent monographiques, par une érudition qui n'échappait pas toujours à une vision hagiograpique, mais n'en reste pas moins précieuse. Ecclésiastiques ou non, ces érudits se sont attachés aux tribulations des confesseurs de la foi, aux prêtres réfractaires, souvent sévères à l'égard du clergé constitutionnel, anathématisant et plus souvent ignorant la poignée de « curés rouges » que notre époque a redécouverts. S'il convient de sortir des clichés reçus dans le cadre d'une historiographie plus sereine qui n’a à condamner ni à réhabiliter personne, on ne saurait non plus négliger l'information rassemblée, dans ces fichiers patiemment rassemblés en plus d'un département.

2Mais ce chantier ancien a été amplement renouvelé. Dès 1906, dans un article qui fit date de la Revue d'histoire moderne et contemporaine, Philippe Sagnac avait ouvert la voie à une étude générale des grandes mutations révolutionnaires en proposant un bilan global du serment constitutionnel de 1791 accompagné — grande audace — d'une carte qui en révélait les contrastes. Synthèse incomplète, incertaine et qui fut critiquée, sans que le paysage d'ensemble ainsi révélé ait été remis en cause. Enrichies des approches de la sociologie religieuse du XXe siècle, telles que les études de Le Bras ou Boulard nous y ont introduit, ces recherches ont connu récemment un regain d'intérêt, en s'adaptant aux problématiques de la nouvelle histoire religieuse. Timothy Tackett, dans une brillante synthèse, a revisité le dossier du serment constitutionnel, apportant non seulement une mise au point que l'on peut considérer comme définitive, sur la géographie et la sociologie du serment, mais une problématique nouvelle pour en interpréter les causes et les significations. Dans une voie ouverte dès les années 1960 par Marcel Reinhard, je me suis, pour ma part, attaqué au problème longtemps mal perçu de la déchristianisation de l'an II, tant dans sa géographie, là encore, que dans ses différentes manifestations. Il reste beaucoup à faire sur la période post-thermidorienne de reconstruction hésitante et contrariée du culte jusqu'à la fin de la Révolution : mais là encore, des approches monographiques ont commencé à défricher le terrain. Au rang de ces nouveaux regards jetés sur la période, on ne saurait négliger l'optique nouvelle qui prévaut dans nombre d'études actuelles d'histoire religieuse, attentives non seulement aux destinées du corps ecclésial, mais aux aspects de la vie religieuse, du « vécu » des laïcs durant la Révolution. Ce thème, qui a fourni matière à un important colloque organisé à Chantilly par Bernard Plongeron dans le cadre des recherches suscitées par le bicentenaire, nous intéresse directement, posant le problème des rapports du clergé et du peuple chrétien.

3De tous ces apports, anciens et nouveaux, nous n'ambitionnons pas dans cette brève synthèse, d'extraire une vision panoramique de l’histoire religieuse de la Révolution, fut-elle limitée au monde rural, à travers le groupe clérical, mais une mise au point, un état de la question, en insistant sur les aspects problématiques, et les perspectives de recherche.

Réalités du clergé rural en 1789

4Que représente le clergé rural à la veille de la Révolution ? Sans prétendre dresser un tableau général, on peut tenter une pesée globale, du moins pour le clergé séculier qui en constitue la plus grande part, la grande majorité des réguliers étant, depuis la Contre Réforme, concentrée dans les villes et bourgs, à l'exception des abbayes et des prieurés ruraux. Sur 170 000 clercs, auxquels on peut estimer, à partir de ses effectifs reconstitués en 1791, l'ordre du clergé au début de la Révolution, les séculiers s'élèvent à 90 000. Un tiers d'entre eux, des chanoines aux prêtres habitués, généralement urbains, sont sans charge paroissiale, ce qui permet d'estimer à quelque 60 000 le nombre des curés et vicaires. Les 40 000 paroisses que compte l'espace français en absorbent la majorité, les deux tiers peut-être, mais cet ordre de grandeur est très variable d'une région à l'autre. Dans le diocèse d'Aix, villes et bourgs, à commencer par le siège épiscopal, concentrent le moitié de ces effectifs, Toulouse 1 200 des 5 300 prêtres de son diocèse. Proportionnellement, surtout peut-être dans le Midi, la ville est mieux desservie que la campagne. Des contrastes apparaissent d’une région à l’autre : le curé de campagne exerce souvent seul dans le Bassin Parisien, en Champagne, en Berry et en Poitou, mais aussi dans une partie de l'Aquitaine ou du Languedoc. En contrepoint, il est généralement assisté d'un vicaire en Provence, dans le Massif Central. Cette diversité tient pour une part à la complexité des règles qui régissent d'une région à l'autre, le recrutement d'un clergé rural dont les évêques sont souvent loin d'être les maîtres : l'évêque de Chartres contrôle beaucoup moins de curés que son chapitre cathédral, le patronage tient une place importante en bien des lieux, la pratique de la resignatio in favorem consolide de véritables dynasties cléricales... certaines régions pratiquent la nomination sur concours, de la Bretagne à l'Artois, la Lorraine et la Franche Comté, ou au Roussillon.

5Le statut matériel du clergé rural est aussi diversifié, rendant assez vaine la vieille querelle sur sa richesse ou sa pauvreté. Les revenus des curés, comme le complément qu'apporte le casuel sont éminemment variables. Les curés semblent à l'aise et assez bien dotés dans l'Ouest, de la Bretagne à l'Anjou et au Poitou. Par contraste, ce clergé paroissial est pauvre dans le Sud-Est, des Alpes à la Provence, comme par ailleurs dans une partie des Pyrénées : ici plus de moitié des curés sont à « portion congrue ». Ce qui pose le problème de la dîme, qui a vocation à répondre à la desserte du service divin : prélèvement très inégal suivant les sites, de 3 à 10 ou 12 %, pour une moyenne nationale de l'ordre de 8 %, et plus encore inégalement réparti, du fait de l'existence de dîmes inféodées, et surtout de la présence des gros décimateurs, qui ne laissent au clergé de la paroisse que cette portion congrue dont le montant annuel a été relevé à 700 livres en 1786. Curés riches, curés pauvres : on peut estimer que la grande majorité d'entre eux reçoivent entre 700 et 3 000 livres.

6La fonction cléricale n'en reste pas moins attractive si l'on en juge par la sociologie du recrutement à la fin du XVIIIe siècle : les études monographiques qui se sont multipliées, à partir des registres d'ordination et de titres cléricaux dans plus de vingt-cinq diocèses, confirment majoritairement l'image d'un clergé largement originaire des villes et bourgs, d'origine bourgeoise plus ou moins modeste, s'ouvrant chichement aux éléments issus de l'échoppe et de la boutique, et moins encore au monde rural. Mais ce verdict tolère des exceptions : le monde rural fournit une part importante, et parfois majoritaire dans certaines régions : en Bretagne, en Basse Normandie, dans le Nord, dans le Sud du Massif Central, en Béarn et en Dauphiné. Plus encore, cette « ruralisation » du recrutement eclésiastique tend à se développer dans la dernière partie du siècle.

7Sommairement rappelées, car généralement connues, ces données introduisent directement au problème qui nous intéresse au premier chef, en préambule à l'étude de la période révolutionnaire : prospérité ou crise de ce clergé rural à la veille de 89 ? « Il faut bien aimer l'odeur empestée de l'ail pour se plaire dans la compagnie de ces médiateurs du ciel et de la terre » écrit Monseigneur de Boisgelin à l'une de ses correspondantes en parlant de ses subordonnés du diocèse d'Aix. Cette formule cruelle, de la part d'un pasteur au demeurant attentif et bon gestionnaire, ne donne pas le ton juste du discours que porte la fin du siècle sur le curé de campagne. L'image qui prévaut dans la littérature, comme dans une bonne partie de l'opinion est au contraire celle du « bon prêtre », proche de ses ouailles, souvent petit notable en son village, tel que Restif de la Bretonne l'évoque en la personne de son frère... sans parler même du portrait, peu orthodoxe certes mais significatif que propose Rousseau du « Vicaire Savoyard ». Ce cliché répond pour bonne part à une réalité. Les visites pastorales des prélats ou de leurs envoyés se font certes moins précises qu'au siècle précédent sur la personne du prêtre, dont elles étaient naguère attentives à réprimer les défauts et les manquements. Mais c'est que le prêtre concubinaire, ivrogne, ignorant et négligent des devoirs de sa charge, s'est fait rare. Une formation plus poussée, à laquelle la multiplication des séminaires a contribué, une surveillance exacte au temps de la répression antijanséniste, ont contribué au progrès global d'un corps dont les responsables reconnaissent sinon le haut niveau de formation théologique ou spirituelle, du moins l'exactitude et la docilité dans la majorité des cas. Ces curés de campagne sont-ils cultivés, ouverts sur le monde ? Reconnaissons que les études des inventaires de bibliothèques cléricales, telles qu'elles ont été menées nous renseignent essentiellement sur le clergé urbain, et bien peu sur le monde rural. Mais les exemples existent — le curé Chaix en Haut Dauphiné, le curé Albert en Haute Provence — de prêtres qui sont non seulement érudits mais ouverts aux courants nouveaux de la connaissance. N'invoquons pas celui du curé Meslier qui, dès le début du siècle, avait laissé à sa mort, sur la cheminée de son presbytère, le sulfureux testament-profession de foi d'athéisme que devait diffuser plus tard Voltaire : atypique sans doute, il n'en révèle pas moins chez certains une capacité de réflexion et une liberté de pensée que d'autres partagent, sans aller aussi loin...

8Le bon prêtre, estimé de ses paroissiens, proche de leurs préoccupations comme les cahiers de doléances en témoignent à maintes reprises, reste l'agent d’une pastorale stricte, exigeante sur la surveillance des mœurs, focalisée souvent, dans la tradition de la Contre Réforme, sur la pastorale de la mort, attentive aux manifestations suspectes de la culture populaire telle qu'elle s'exprime à travers la fête et le carnaval. Curés, ou plus souvent vicaires, jouent en maintes régions un rôle direct dans l'enseignement primaire qu’ils assurent ou régentent, comme aussi dans l'assistance et les charités : ceci, les cahiers de doléances n'omettent pas de le rappeler. Ils tiennent une place centrale dans ce qu'on désignerait aujourd'hui en termes d’organisation du laïcat : attentifs aux velléités d'indépendance des pénitents méridionaux, gérant les confréries plus dociles du Saint Sacrement ou du Rosaire, qui restent prospères et parfois encore dynamiques en certaines régions (Haut Dauphiné).

9Ce bilan pastoral n’est pas uniformément positif. À suivre les indications, souvent bien sommaires, que donnent les visites pastorales, on peut certes constater la régularité de la pratique dans le respect des sacrements, comme d'après les taux de pascalisants, beaucoup plus unanimes que dans les villes. Il faut pousser plus loin l'indiscrétion pour détecter, à travers l'étude des pratiques contraceptives naissantes dans certaines régions (Bassin Parisien, Normandie, Sud-Ouest) les libertés qu'on prend dans le secret des chaumières avec les disciplines de l'église.

10En fait, la symbiose entre groupe clérical et communauté villageoise est inégalement poussée, en fonction de la diversité des milieux d'accueil, comme d'héritages historiques contrastés. Des études récentes (A. Croix, T. Tackett, R. Dupuy) ont insisté par exemple sur l'originalité du modèle présenté par la France de l’Ouest. En simplifiant beaucoup, une pastorale religieuse réussie, dans ces pays travaillés par les missions de la Contre Réforme, riches en vocations religieuses, assure ici au curé une place centrale dans une communauté dans laquelle il est intégré et joue un rôle essentiel. Tel n'est pas le cas dans une autre France, une bonne partie du Bassin Parisien, où la présence d'un prêtre rare en fait un interlocuteur plus lointain, moins stable. Plus distant aussi : on a traditionnellement incriminé, en explication du fossé qui semble en plus d'un lieu s’être creusé entre le prêtre et les fidèles, les exigences d'une pastorale doloriste, pour ne pas dire terroriste, imprégnée de la sensibilité janséniste qui fut celle d'une partie de ce clergé du XVIIIe siècle. Et l'on n'a pas manqué de relever la coïncidence de certaines aires d'agitation janséniste (ainsi dans le Sud-Est du Bassin Parisien) avec les zones de précoce détachement rural. L'exigence janséniste aurait éloigné des autels une partie des fidèles. Argument discutable, reflet parfois d'une vieille rancune antijanséniste qui eut la vie dure... Il reste que le constat de l'existence de bons et de mauvais pays nous introduit à l'autre terme du bilan contrasté que l'on peut dresser à la veille de la Révolution : ce clergé est-il en crise ?

11On en découvre les indices non équivoques dans les courbes des vocations cléricales (ordinations, titres cléricaux) que nous avons évoquées. Rassemblant les données des diocèses connus, on enregistre une chute générale après 1750, de l'ordre de 15 % entre la décennie 1740-49 et 80-89, avec des décrochements significatifs après 1760 et 1785, malgré une légère reprise (sur laquelle il faudrait s'interroger) in extremis dans certains diocèses du Nord de la France. Certains diocèses doivent faire appel au recrutement extérieur : Paris, Bordeaux, Auxerre, l'ensemble de la Basse Provence. Ils en puisent les éléments dans des régions excédentaires, qui se dessinent comme autant de réservoirs de vocations : Basse Normandie, Rouergue, Haut Dauphiné, Comminges... Il serait trop simple d'en déduire un déséquilibre ville campagne ; des régions pauvres, peuplées, montagneuses parfois venant combler le déficit urbain, car il existe aussi des déserts de vocations rurales. Mais on doit convenir que les zones dans lequelles nous avons relevé le relais du recrutement « bourgeois » majoritaire par des fils de paysans sont celles aussi où le dynamisme reste le plus fort. Derrière ces contrastes géographiques, une modification sociologique commence à s'esquisser, reflet d'un changement dans l'attitude des élites, et qui prendra toute son ampleur au siècle suivant. Les groupes sociaux les plus aisés régressent, l'apport des classes moyennes urbaines (d'un terme volontairement vague) reste stable, celui des ruraux progresse : en 1770, estime-t-on, 70 % du clergé jeune est originaire des campagnes et des petits bourgs. Car le vieillissement du clergé, à la campagne presqu'autant qu'à la ville, est la conséquence de ce mouvement général. On peut sommairement esquisser une carte des clergés vieillissants en 1789, mettant en évidence Paris et sa région, le Centre de la France (Orléanais, Berry, Nivernais) mais aussi la Provence et le Languedoc. La situation est plus satisfaisante dans l'Ouest (Normandie, Maine, Anjou, Poitou) ou dans le Nord (Artois, Picardie).

12Crise latente, secrète, même si certains en prennent dès lors conscience : mais nous sommes sur ce point plus savants que les contemporains eux-mêmes. Toutefois, la hiérarchie lors des assemblées du clergé s'interroge sur le recrutement, sur une réforme des revenus, elle s’est préoccupée dès 1768 d'une augmentation de la portion congrue dont nous avons vu qu'elle a été portée à 700 livres en 1786. Dans ce débat, le bas clergé n'est pas resté passif. Doit-on placer au rang des contentieux anciens, et somme toute dépassés, la querelle janséniste qui a divisé le corps ecclésial durant une partie du siècle, avec ses poussées fébriles encore dans les années 30, puis 50 (au temps des billets de confession) ? Il reste des braises sous la cendre. L'esprit gallican, dont le mouvement janséniste avait été une des expressions, reste enraciné, et point simplement dans les milieux urbains. La bibliothèque de l'abbé Grégoire, curé d'Embermesnil avant de devenir le protagoniste que l'on sait de la Révolution, témoigne de la continuité de l'esprit de Port Royal, ce cas n'est pas tout à fait exceptionnel. Dans le cadre des vieilles querelles, on a accusé ce jansénisme attardé d'avoir été l'un des fouriers de l'esprit révolutionnaire et de la « trahison » d'une partie du clergé. C'est aller bien loin dans la polémique. En fait, la fin du siècle a plutôt vu la résurgence d'une attitude « richériste » modernisée, c'est-à-dire d'une défense des droits des curés, de leur rôle pastoral comme de leurs conditions de vie : mouvement syndical qui a pris une réelle importance dans les régions où le statut social des desservants est le plus précaire, et les prêtres à portion congrue, majoritaires, ainsi dans le Sud-Est, principalement en Dauphiné. Nombre de curés de campagne partagent la critique contre le parasitisme des gros bénéficiers, des abbayes et des chapitres cathédraux et souhaitent une réforme du clergé en ce sens. De ce courant et de son importance, les élections des représentants du clergé aux États Généraux offrent l'illustration, puisque le clergé du second ordre a su se tailler une part majoritaire dans la représentation de l'ordre, au détriment des prélats et des abbés, parfois à l'issue d'affrontements vifs ; mais aussi le contenu même des cahiers du clergé. Au-delà des revendications communes, sur la défense de l'Église, contre les progrès de l'irreligion, la voix des curés a su se faire entendre en plus d'un lieu, même si l'on doit convenir avec T. Tackett, que la carte des revendications « progressistes » du clergé ne permet pas d'anticiper sur les prises de position ultérieures qui seront prises sous la Révolution.

13Si les doléances des curés restent encore ambiguës, celles que les cahiers du Tiers État formulent sur le fait de la religion sont plus explicites. Dénonçant souvent avec vivacité les abus de l'Église-institution, dans sa hiérarchie, comme dans son parasitisme lorsqu'il s'agit des ordres religieux, ils réservent leur sympathie au clergé de la paroisse, allant parfois jusqu'à anticiper sur ce que sera la Constitution civile du clergé. Mais, ce discours lui-même réserve des surprises, ainsi le « progressisme » affiché par les bourgeoisies de l'Ouest de la France (alors que le Nord-Est est beaucoup plus réservé). On peut, sans anticiper, y déceler les germes d'un conflit dont les aspects apparaîtront ultérieurement.

14L'examen des cahiers de doléances introduit ainsi, en conclusion de ce tableau, aux aspects directs du grand bouleversement révolutionnaire.

Étapes : de la lune de miel aux premiers affrontements

15« Ce sont ces foutus curés qui ont fait la Révolution » : la remarque hargneuse d'un aristocrate dépité rappelle le rôle que le clergé du second ordre a joué aux prémisses de la crise de 89. Il n'est pas de notre propos, qui s'en tient aux réalités de terrain, d'évoquer l'importance du ralliement du clergé du second ordre dans la victoire du Tiers État aux États Généraux devenus Assemblée Constituante entre juin et juillet, tout au plus peut-on rappeler l'initiative du curé poitevin, Jallet, pour entraîner ses pairs aux côtés des députés du Tiers, malgré les admonestations des prélats. Attitude représentative de l'esprit qui règne initialement, non seulement à l'Assemblée mais dans le pays.

16C'est dans sa grande majorité, visiblement, que le bas clergé rural accueille favorablement le nouveau régime dans les premiers temps, disons jusqu'à la fin de 1790. En témoignent les prônes et prêches patriotiques, la participation aux premières fêtes et célébrations civiques, ainsi dans le cadre des fédérations locales qui s'enchaînent depuis l'hiver 89-90 jusqu'aux célébrations officielles du 14 juillet. Et l'abbé Grégoire, dans son essai sur les arbres de la liberté, montait en épingle l'initiative de ce curé de Civray, dans le Centre de la France, présenté comme l'inventeur de ce symbole, destiné à un grand avenir. Jusqu'en 1792, et parfois jusqu'en 1793, les festivités villageoises de la Révolution se feront avec participation du clergé, et le plus souvent dans le cadre d'une cérémonie sanctionnée par un office religieux.

17Un autre indice significatif est la présence des prêtres non seulement comme électeurs désignés par leurs concitoyens, dans le cadre des nouveaux pouvoirs locaux, mais dans les administrations, municipales ou locales : souvent greffiers, parfois maires. Des sondages opérés dans le corps électoral de 1790 révèlent des taux de participation des prêtres parfois élevés : 1 % dans 3 départements du Bassin Parisien, mais 7 % dans 7 départements de l'Ouest. Illustration de la place que tiennent dans ces communautés de l'Ouest des curés nombreux, et surtout influents, qui n'ont point encore rejoint le camp de la Contre Révolution.

18L'image du prêtre, telle qu'on la voit reflétée par l'iconographie profuse de ces premiers temps de la Révolution, est résolument positive : et singulièrement celle du curé de campagne, illustrée dans des séries sur la réconciliation des trois ordres, où il se range aux côtés du paysan, représentant emblématique de l'ancien Tiers État, laissant, parfois sans regret, partir le noble « Adieu l'abbé, je m'en vais... ». Moment de grâce, qui ne doit pas masquer les premières tensions. Celles-ci apparaissent assez tôt en certains sites, et particulièrement dans le Midi, là où rejoue dès le printemps 1790 la vieille cassure confessionnelle entre catholiques et réformés. D'avril à juin, ce sont certes les villes, Nîmes ou Montauban, qui connaissent les troubles les plus violents : mais les campagnes se mobilisent, dans l'un et l'autre camp, comme en témoignent les premiers camps de Jalès, et dans ce contexte, les prêtres sont amenés à prendre parti souvent dans le camp du refus de la nouveauté révolutionnaire.

19Sans entrer dans le détail d’un parcours narratif, il convient pour marquer les étapes, d’apprécier l'importance de la césure qu'a marquée la constitution civile du clergé, votée le 12 juillet 1790, et l'obligation du serment civique imposée aux prêtres fonctionnaires publics le 3 janvier 1791. Événement « traumatisme », ou « événement structurant » (T. Tackett) selon que l'on voudra, c'est bien le tournant majeur qui va infléchir pour dix ans et au-delà les destinées du clergé rural comme de l'Église de France toute entière. Sans reprendre la discussion, toujours ouverte, sur le caractère contingent ou nécessaire de cette mesure — erreur d’appréciation pour les uns par sous-estimation des risques, conflit inévitable pour d’autres, entre deux visions du monde — et passant sur le récit même des épisodes de son élaboration comme de sa mise en pratique, tentons de mesurer l’impact qu'elle a eu dans le monde rural.

20La mise au point précise de Timothy Tackett autorise des conclusions fermes : un peu plus de la moitié des clercs astreints au serment — 52,2 % — l'ont prêté, constituant le groupe des prêtres constitutionnels. Curés (57,3 %) et desservants (54 %) se sont exécutés dans une proportion supérieure à la moyenne nationale, les vicaires étant plus réticents (47,8 %). Distinguer villes et campagnes, en retenant la frontière communément admise de deux mille habitants, conduit à constater que le monde rural a prêté le serment dans une plus forte proportion que les villes dont le taux n'est que de 43 %, avec un dégradé significatif des petites villes, encore dans la norme (52 %) aux villes moyennes (32 %) et aux grandes villes (25 %), Paris massivement constitutionnel représentant un cas à part. La valeur médiane, dans l'espace français, se situerait autour de 59 % de constitutionnels. On peut s'interroger sur le conformisme plus grand des campagnes, l'explication généralement avancée étant la plus grande capacité de résistance qu'offraient aux prêtres les concentrations urbaines. Si l'on ajoute que la mise au point de T. Tackett a permis d'apprécier à sa juste proportion — de 6 à 12 % — l'ampleur des rétractations enregistrées jusqu'à l'automne 92 que l'historiographie traditionnelle avait imaginées beaucoup plus massives, on peut estimer que l'instantané proposé par la carte du printemps 1791 reflète une réalité assez stable. Mais quelle réalité ? On est sensible d'entrée à l'importance des contrastes, que le maillage par districts permet de percevoir plus finement que la ventilation par départements... de moins de 10 % à plus de 90 % de prêtres constitutionnels, toute la gamme des attitudes se dessine, mais sans rien d'aléatoire, opposant les France du refus à celles du serment massivement prêté. Dans la première catégorie, un grand Ouest atlantique, de la Basse Normandie à la Vendée, les départements du Nord, le Nord Est de la Lorraine à la Franche Comté, puis une large tache couvrant tout le sud du Massif Central, et englobant le Languedoc, prolongée à l'ouest dans un Bassin Aquitain beaucoup plus partagé, jusqu'à la Gascogne et au Béarn. En contrepoint, la France où le serment domine englobe un Bassin Parisien largement taillé, annexionniste même puisqu'il inclut la France centrale jusqu'au Bourbonnais et au Limousin, se prolonge au Sud Ouest du Poitou jusqu'aux portes de Bordeaux et à la moyenne Garonne. Des Pyrénées Centrales jusqu'à l'Aude un autre Sud-Ouest a majoritairement rallié le clergé constitutionnel. Mais un axe majeur se dessine, de la Bourgogne à la Méditerranée, sur l'axe séquano-rhodanien, englobant le Lyonnais, le Dauphiné et la Provence. Cette carte, dont la lisibilité même défie toute interprétation partielle n'a point fini d'interroger les chercheurs, ne serait-ce que par l'air de famille qu’on n'a pas manqué de relever avec les cartes les plus contemporaines de la sociologie religieuse ou de la sociologie électorale. Révèle-t-elle, comme en instantané, dans cette France que l'on disait toute chrétienne en 1789, des « tempéraments » beaucoup plus lointainement enracinés qu'on ne l'aurait cru ?

21Elle nous éclaire d'abord — et c'est ce que nous en attendons ici en premier — sur les comportements et les stratégies cléricales. À vrai dire, moins que nous ne pouvions l'espérer sous certains aspects, notamment celui de la sociologie des acceptations et des refus. L'analyse minutieuse de T. Tackett ne discerne pas de différence significative dans le comportement des prêtres suivant qu'ils sont d'origine urbaine ou rurale, quant à leur milieu d'origine, si les nobles sont enclins au refus, et les fils d'artisans plus portés au serment, la différence globale n'est pas grande. Lorsqu'on peut mesurer l'aisance des individus, il apparaît que les plus pauvres, mais aussi les plus aisés — qui avaient peut-être plus à perdre — ont été plus portés à prêter le serment. Rien dans tout ceci de véritablement décisif : l'explication serait-elle ailleurs ?

22On a prêté beaucoup d'attention, localement, à la personnalité des évêques : bons prélats exemplaires contre évêques de cour ; et il semblait naturel que le clergé du diocèse d'Autun, dont un Talleyrand était le pasteur, ait basculé dans le schisme constitutionnel. Malgré l'existence d'ilots réfractaires assez évidemment liés à l'influence de certains prélats, l'étude à l'échelle de l'espace français, ne révèle cependant aucune corrélation significative entre l'influence de la hiérarchie et la prise de position collective du clergé. Les grandes aires massives qui délimitent sur la carte les tempéraments régionaux récusent d'ailleurs toute interprétation ponctuelle de ce genre, et T. Tackett rappelle qu'à cette date la majeure partie des évêques sont émigrés, ce qui diminue leurs moyens d'influence.

23À défaut des évêques, les relations entre prêtres — grands vicaires restés sur place, réseaux, voire clans localement constitués — ont-ils joué un rôle dans un sens ou dans l'autre ? Les exemples ne manquent pas, d'un site à l'autre (Valognes). Mais il semble qu'au début, c'est-à-dire au moment même de la prestation du serment, les hésitations liées à la politique dilatoire de la papauté, n'ont pas facilité la constitution d’un front uni des opposants ; il en va tout autrement neuf mois plus tard, après la condamnation sans appel par le Saint Père : en Bretagne, dans le Nord et le Nord-Est, la résistance est plus organisée, mais on l'a vu, pour un résultat modeste dont témoigne le taux relativement faible de rétractations.

24C'est au niveau le plus modeste de la paroisse que les solidarités cléricales semblent avoir été les plus efficaces : en témoigne le taux de corrélation élevé entre les attitudes des curés et des vicaires en un même lieu.

25Pour conclure sur les hypothèses explicatives qui, à l'intérieur même du corps clérical peuvent aider à rendre compte de attitudes des desservants, on ne peut éviter de se référer au poids des héritages de longue durée, ou des frayages et prédispositions dans le temps court. Nous avons abordé plus haut le problème de l'empreinte du jansénisme et de ses séquelles dans certaines régions (Bassin Parisien, Bourgogne), elle reste limitée. Incontestablement plus efficace a été le souvenir des luttes syndicales du bas clergé dans la seconde partie du siècle ; et la massivité du serment prêté du Dauphiné à la Provence peut lui être en partie imputée. Reste que, dans le temps court de la crise finale de l’Ancien Régime, il faut bien constater avec T. Tackett qu'il n'y a aucune corrélation à l'échelle nationale entre le « progressisme » des cahiers de doléances du clergé et la prestation du serment, et conclure avec lui que « l'opinion collective du clergé n'avait en aucune région véritablement anticipé les transformations révolutionnaires de l'Église ».

26Au check-list des interrogations enchaînées que nous pose ce document essentiel qu'est la carte du serment constitutionnel, il semble donc bien qu’aucune explication limitée aux problèmes internes du corps ecclésial n'apporte plus que des éclairages partiels ou des retouches. Reste alors à se demander s'il ne faut pas voir dans les prises de position de nos prêtres de campagne (autant et plus que de ceux des villes) le reflet des attitudes de leurs paroissiens, et si le succès ou l'échec du serment constitutionnel ne représente pas, d'un terme que prudemment Tackett risque et récuse tout à la fois, une sorte de « referendum » des attitudes collectives des populations, non seulement vis-à-vis de la religion mais de la Révolution.

27Que les paroissiens aient eu leur mot à dire dans l'affaire est évident, et trop connu pour qu'on s'y attarde. Il y a eu localement de vives réactions hostiles, dans le Pas de Calais (Frévent), le Gard (Le Vigan), en Vendée, en Bretagne, où les paysans marchent sur Vannes. Elles sont restées, sur le moment ponctuelles et limitées. Inversement, l'activisme jacobin s'est exercé dans l'autre sens, surtout dans les villes il est vrai. Mais plus sourdement, le serment constitutionnel a mis en jeu tous les ressorts de la politique au village : vieilles rivalités, contentieux anciens, formes naissantes d’une politisation nouvelle. Incontestablement la symbiose est poussée entre les attitudes des curés et de leurs paroissiens. Elle ne s'exprime que localement en termes d'attitudes ouvertement politiques, bien que le lien soit parfois évident dans le Midi déjà mobilisé depuis des mois par l'affrontement confessionnel entre patriotes, protestants et catholiques : mais Tackett, là encore, fait remarquer que si la Lozère avec 16 % des jureurs s'affirme comme l'un des épicentres du refus, la Drôme, où cohabitent les deux religions, présente un taux de 85 % de prêtres constitutionnels.

28En fait, il semble bien que des comportements plus enracinés que ceux que suscitait (ou réveillait) le moment présent aient conditionné les prises de position collectives à l'échelle nationale. C'est en termes de vitalité religieuse, et plus spécifiquement d'intensité de la « cléricalisation » (T. Tackett) que se sont définies les populations et leurs pasteurs. Si l'on se reporte aux cartes de la densité cléricale à la fin de l'ancien Régime, les régions où elle est la plus forte (Basse Normandie, Bretagne, Maine, Anjou, Massif Central, Lorraine, Franche Comté) s'affirment comme autant de pôles de refus. Inversement, les déserts de vocations, desservies souvent par des prêtres étrangers à la communauté villageoise, plus mobiles ou plus distants (Bassin Parisien, France Centrale) ont été plus accueillantes au serment. Hypothèse de travail qui renvoie à des explications d'ordre religieux et historique (la pastorale « réussie » des pays de l'Ouest) mais aussi sociales (l'intégration dans le tissu communautaire d'un clergé abondant et autochtone).

29Ce qui ne veut pas dire que le Serment Constitutionnel, épreuve de vérité pour les populations comme pour les clercs n'ait pas eu de portée politique, il s'en faut de beaucoup : car la Constitution Civile qui n'avait dans l'esprit de ses promoteurs que l'objectif de réorganiser le Clergé dans l’esprit des nouvelles institutions devient, d'entrée, l'origine d'une césure profonde opposant partisans et adversaires de la Révolution, révélatrice de tensions profondes. C'est dans l'Ouest, on l'a vu, que les bourgeoisies locales dans les cahiers de doléances du Tiers État avaient émis les revendications les plus audacieuses en matière de religion, c'est dans l'Ouest aussi que le serment est le plus massivement refusé par le clergé, révélation d'une opposition culturelle qui s'inscrira dans l'opposition villes-campagnes, aux origines pour une part des révoltes à venir. À ce titre, on comprend l'expression d'« événement structurant » qui a pu être employée : il conditionne largement l'évolution ultérieure, non seulement dans la décennie révolutionnaire, mais bien au-delà.

Le temps des conflits (1791-1793)

30L'optique dans laquelle nous nous plaçons, dans un parcours inévitablement synthétique, nous amène à privilégier les temps forts, comme on vient de le voir pour le serment constitutionnel, comme on le découvrira à travers l'épisode de la déchristianisation : évitant d'entrer dans le récit événementiel, il convient toutefois de résumer les aspects majeurs des séquences intermédiaires. De 1791 à l'automne 1793, l'application de la Constitution civile confronte le clergé rural, devenu clergé fonctionnaire à tout un ensemble de problèmes, les uns prévisibles, d'autres moins. Celui du redécoupage des paroisses, moins spectaculaire sans doute que dans les villes, mais vivement resenti par les populations, intimement lié d'ailleurs à celui de leur desserte. La désignation des curés se fit dans le contexte du schisme commençant, qui marginalisait presque la moitié des desservants devenus « réfractaires ». Si elle n'entraîna que peu de bouleversements immédiats dans les régions de serment majoritairement voire massivement prêté, elle posa ailleurs de gros problèmes de recrutement, et plus encore de mise en place. Ce n'est qu'à travers des approches monographiques précises que l'on peut prendre la mesure du brassage sans précédent qui s'ensuivit — promotion de vicaires, accès de religieux au service de la paroisse, mobilité de départements mieux pourvus à départements déficitaires. Au bilan, une desserte globalement réduite mais qui reste satisfaisante jusqu'en 1792 au moins dans la majorité des départements, mais fait apparaître des aires de refus, dans l'Ouest, dans le Sud du Massif Central, et exacerbe les conflits entre constitutionnels et réfractaires.

31Ces conflits sont sans doute connus, pour avoir nourri nombre de monographies locales ; il nous manque — ambition peut-être irréaliste — une vision d'ensemble des aires de contestation vive. On doit pour lors se contenter du récit des formes d'affrontement, le refus des communes d'accueillir le nouveau curé, que la garde nationale de la ville voisine doit installer de façon précaire, la fidélité au prêtre réfractaire qui exerce ouvertement ou par tolérance, parfois clandestinement, les débuts du départ en émigration qui dans le milieu qui nous intéresse prendra une réelle importance surtout à partir de l'été 1792, en certains sites, enfin les premières manifestations d'anticléricalisme paysan.

32Le prêtre constitutionnel n'est pas dès lors l'intrus que l'on dénoncera plus tard. Sans doute, assez tôt la participation des clercs aux instances administratives se restreint : mais l'image du curé patriote, que l'estampe, voire l'assiette décorée nous présente n'est pas simplement l'expression d'un idéal rêvé. Les prêtres constitutionnels s'inscrivent à la campagne comme à la ville dans les sociétés populaires dont le réseau se constitue et y tiennent leur place. On ne saurait passer sous silence le rôle de ces intermédiaires culturels par vocation qui se mettent à la tête de leurs communautés, tels qu'on les rencontre en particulier lors des mouvements paysans du printemps et de l'automne 1792, ainsi dans les émeutes taxatrices des plaines de grande culture où ils sont dénoncés à maintes reprises. Le personnage de Dolivier, curé de Mauchamp qui prend la défense de ses concitoyens au lendemain de l'émeute sur le marché où le maire d'Etampes Simonneau avait trouvé la mort, n'a rien d'atypique, sinon par le projet de collectivisme agraire qui prolonge son plaidoyer. Et encore n'est-il point isolé dans ce groupe des curés patriotes qui ont alors épousé la cause révolutionnaire dans ses attitudes extrêmes. L'attention se fixe cependant sur l'autre camp, celui du refus, à mesure que la marche de la Révolution durcit les attitudes, surtout dans le tournant de l'été 1792 qui voit prendre les mesures de déportation contre les prêtres réfractaires, et s'enfler le mouvement d'émigration. 30 000 prêtres déportés ou émigrés (la distinction est souvent difficile) : inévitablement parmi eux une majorité de prêtres ruraux, encore que le décompte soit difficile. Les zones frontières de la Franche Comté ou du Lyonnais à la Provence, des Pyrénées au littoral et à la frontière du Nord ont été particulièrement touchées par cette diaspora. La France centrale, ou profonde selon que l'on voudra, a interné ses prêtres réfractaires, ou les a cachés dans la clandestinité, principalement dans les zones montagneuses.

33Le prêtre réfractaire, protégé par les uns, devient pour les autres l'incarnation du suspect, une des figures de l'aristocrate. Des prêtres réfractaires, en route pour l'exil, ont été massacrés, ainsi près de Manosque, lors de la crise de l'été 92 : moins connue, car moins spectaculaire que ses épisodes urbains, l'étude de la montée d'un anticléricalisme rural durant cette période reste pour une part à faire.

La déchristianisation de l'an II

34L'onde déchristianisatrice qui couvre l'espace national de l'hiver 1793 au printemps 1794, soit, en gros, de Brumaire à Floréal an 11, présente le second temps fort dans les tribulations du clergé rural. Point n'est question d'en reprendre l'analyse, mais simplement d'en esquisser le bilan, en tenant compte de son caractère spécifique : ni une mesure officielle, venue d'en haut (on sait qu'elle fut désavouée dès Frimaire an II par le gouvernement révolutionnaire), ni un pur produit de spontanéité à la base, mais l'action d'une minorité militante décidée à frapper de façon radicale la religion établie. D'où la relative lenteur de propagation d'un mouvement qui se propage en tache d'huile sur six mois de ses épicentres initiaux — la région parisienne et le Centre de la France — vers la périphérie, comme l'extrême inégalité de son impact suivant les régions, réceptives ou rebelles.

35En simplifiant à l'extrême, la campagne déchristianisatrice revêt deux aspects : destructeur, elle a voulu faire table rase de l'Église en place, mais en contrepoint elle a tenté, par le culte de la Raison, de lui substituer le nouveau cadre d'une religion civique. Nous nous limiterons volontairement au premier qui intéresse directement le sort du clergé rural.

36Il a été frappé dans l'exercice de son ministère par la fermeture des lieux de culte, transformés en temples de la Raison, comme par le dépouillement des églises de leurs cloches, de leur argenterie et du mobilier sacré. La mesure a-t-elle été générale ? On ne dispose pas des éléments sûrs d'un inventaire exhaustif, permettant de contrôler les déclarations des autorités ou des sociétés populaires, mais il est légitime d'estimer qu'au printemps 1794 le culte était interrompu dans la quasi totalité de la France.

37L'attaque contre les hommes, en la personne des prêtres, est susceptible d'une statistique beaucoup plus précise, telle que nous l'avons menée à travers les tableaux établis généralement par district des prêtres qui ont abdiqué leurs fonctions de prêtrise, suivant des modalités au demeurant variables. Sans qu'on s'étonne, c’est le clergé constitutionnel, le seul encore en place, qui a été essentiellement touché par cette mesure le plus souvent subie, même si l'on peut estimer à un dixième le pourcentage des abdications spontanées. De 15 à 20 000 abdicataires, le second chiffre étant le plus plausible, la ponction est spectaculaire : si l'on se reporte au chiffre estimé de ce clergé en exercice en 1793, elle représente au moins la moitié des effectifs. Encore a-t-elle pu localement être beaucoup plus forte : la carte que nous avons dressée du nombre des abdicataires par rapport non seulement au clergé constitutionnel mais aux effectifs des clercs astreints au serment en 1791 met en évidence l'intensité du phénomène autour de Paris, mais plus encore dans la France centrale Berry, Nivernais, Lyonnais — et aussi dans le Sud-Est — le Nord des Alpes, une partie de la Provence et du Bas Languedoc. Moins fortement affectée, la majeure partie du Bassin Parisien fait transition avec les zones épargnées : la Bretagne, le Nord et le Nord-Est, une bonne partie du Bassin Aquitain et du sud du Massif Central. Un espace grossièrement similaire apparaît sur la carte des prêtres mariés. Le mariage des prêtres, qui ne se confond pas totalement avec l'impact des abdications (il avait débuté plus tôt, de façon spontanée, et se poursuivra plus tard) est l'autre mesure qui a touché le plus directement le corps pastoral. Mesure souvent imposée par les représentants en mission en l'an II, il affecte une population plus réduite mais non négligeable — 5 à 6 000 cas peut-on estimer : de la Nièvre au Lyonnais, il pèse sur un sixième ou plus des clercs astreints au serment constitutionnel, population de référence, et 8 à 14 % dans une bonne partie du Bassin Parisien et de la France centrale.

38Pour s'en tenir à la sècheresse des chiffres, il apparaît bien que le mouvement déchristianisateur de l'an II a affecté au moins autant que le schisme constitutionnel le clergé rural, déstructurant et en de nombreuses régions réduisant à peu de choses les effectifs de l'église constitutionnelle. La confrontation des deux cartes — 1791 et 1794 — est d'ailleurs pleine d’enseignements : si l'on se reporte non seulement aux bilans des abdications et des mariages de prêtres sur lequels nous nous sommes appuyés, mais à la carte synthétique de l'intensité de la déchristianisation dans ses différentes manifestations, on ne peut manquer d'être frappé par leur étroite ressemblance. De l'une à l'autre, une continuité se dessine, opposant les Frances des fidélités et des refuges, à celles qui ont accueilli la déchristianisation, après avoir été majoritairement favorables au serment constitutionnel. Les divergences — il y en a — ne sont pas sans enseignements : ainsi la région intra-alpine où le serment avait été massivement prêté est sensiblement moins touchée par le courant déchristianisateur : suggérant une région de fidélité religieuse où l'attitude face au serment répondait au statut particulier de prêtres souvent congruistes.

39Au-delà du sort des prêtres eux-mêmes, c'est leur rapport aux populations qui a été bouleversé : s'il n’entre pas dans notre propos d'aborder le chapitre des résistances à la déchristianisation, parfois violentes, du Forez à la Drôme, au Gard... ou à la Brie, aux portes de Paris, le plus souvent passives, mais généralisées sur une grande partie de la France, nous ne pouvons sous-estimer l'impact de ce statut de « chrétiens sans Église » qui a été celui d’un grand nombre de Français en l’an II, voire plus durablement encore. Le culte clandestin des prêtres réfractaires, et parfois des constitutionnels, voire d'abdicataires du bout des lèvres auxquels des communautés restent fidèles, n'a pallié que partiellement ce manque. Messes blanches célébrées par des laïcs, prières collectives devant l'autel, mais aussi formes de prophétisme féminin telles qu’on les signale dans l'Ariège, dans les Basses Alpes, circulation dans le Forez de la missive en lettres d’or rédigée de la main de Dieu : autant de manifestations d'une religiosité parfois panique, et, de facto, expression d'une promotion momentanée du laïcat (singulièrement des femmes, dénoncées par les autorités alarmées) qui ne peuvent manquer d'avoir un impact durable, cependant qu'ailleurs on s'accommode de cette absence. Ce qui ne pouvait manquer de peser sur la difficile reconstruction du clergé rural à l'époque post-thermidorienne.

Une reconstruction difficile

40Le cadre institutionnel dans lequel elle s'opère, de la Convention thermidorienne à la fin du Directoire, ne peut être évoqué ici que très brièvement, il pèse cependant d'un poids très lourd sur les conditions de la reprise : la séparation de l'Église et de l'État, si l'on veut bien me passer cet anachronisme commode, décrétée par une Convention Thermidorienne qui décide de ne plus salarier aucun culte, abandonnant une Église Constitutionnelle en déroute au lendemain de la déchristianisation. Le maintien dans les textes, dans la majeure partie de la période, de la législation répressive contre les prêtres émigrés et d'une attitude antireligieuse qui répond à l'esprit du courant dominant chez les Thermidoriens comme chez les hommes du Directoire. Mais, parfois simultanément, sous la pression du mouvement réacteur triomphant en l'an III et plus tard encore en l'an V, une tolérance de fait ou de droit qui autorise la réouverture des églises, leur rachat par des citoyens, l'exercice du culte privé, ou sans manifestations extérieures. De l'une à l'autre attitude, la politique officielle a oscillé, au gré des fluctuations de la conjoncture politique : favorisant la reprise du culte et les réfractaires en l'an III, et même jusqu'au tournant majeur du coup d'État du 18 Fructidor an V, réagissant brutalement à partir de l'an VI qui voit reprendre la chasse aux réfractaires et la déportation sur les pontons de Rochefort, voire à la Guyane, « la guillotine sèche » : le sursaut néo-jacobin de l'an VII s'inscrit en continuité avec cette politique. Sans doute convient-il de corriger ce que suggère ce cadre institutionnel par les réalités de terrain : il se trouve, certes, en plus d'un lieu, des autorités locales et des commissaires du Directoire pour appliquer avec rigueur les instructions officielles, et faire de la chasse aux réfractaires l'un de leurs objectifs essentiels. Mais la politique des yeux fermés, d'une tolérance qui va jusqu'à la complicité, l'emporte ailleurs, et surtout au niveau des villages qui retrouvent sans peine les rythmes traditionnels et sont bien aises de s'affranchir de la discipline d'un décadi fort peu respecté. Par crainte ou par prudence chez les uns, par conviction chez les autres, les détenteurs du pouvoir local se prêtent à cette restauration de fait.

41C'est que la pression est forte, qui vient des populations elles-mêmes, encouragées par le retour massif des prêtres émigrés. Il s'est fait en plusieurs phases, en l'an III d'abord, puis en l'an IV et V jusqu'à Fructidor. Les clercs de l'église « catholique et romaine » se réinstallent dans des conditions parfois précaires, voire menacées, prêts à repasser dans la clandestinité où ils se confondent, dans les zones montagneuses, dans les bandes de conscrits réquisitionnaires et déserteurs, assurés ailleurs bien souvent de la complicité active des populations.

42Dans le contexte de la reprise du culte, tantôt ouvertement pratiqué, tantôt clandestin, ils bénéficient d'une suprématie évidente sur le clergé constitutionnel, pour une part déconsidéré, à tout le moins sur la défensive.

43Abdicataires ou non, les prêtres constitutionnels ont tenté avec un succès inégal de reconstituer leur église. Une partie des premiers, considérant que l'abjuration forcée ne les avait pas engagés ont repris leurs fonctions. Dans quelle proportion ? Sur un chantier qui n'a guère été prospecté, sinon par quelques précieuses monographies, il est difficile d'avancer des chiffres. Un tiers, une moitié, si nous en jugeons par la Provence ? Missionnaires et émissaires des prélats encore émigrés ne font guère le détail entre constitutionnels et abdicataires, leur imposant des formules de rétractation drastiques, et de sévères pénitences. Tant et si bien que l'Église constitutionnelle, sur le terrain, s'effrite, se scinde en deux et peut-être même trois groupes : ceux qui restent fidèles à leur engagement initial, avec un réel courage dans les aires de Contre-Révolution où ils sont, au même titre que les acheteurs de biens nationaux, des cibles d’élection pour les égorgeurs royalistes ; ceux qui, malgré les efforts de Grégoire et de quelques autres pour restructurer cette armée défaite rentrent dans le giron de l'Église Romaine ; la troisième catégorie qui n'est pas la moins fournie rentrant dans la vie civile pour exercer une activité administrative, pédagogique, ou simplement se faire oublier. Dans ce contexte de la confusion, on ne saurait passer sous silence dans le monde rural l'action missionnaire des envoyés des prélats en exil pour reconstituer leur église : chantier ouvert là encore, bien que prospecté localement par des études, classiques ou récentes : ainsi pour les missions fort actives coordonnées par Linsolas dans le diocèse de Lyon, comme pour l'activité déployée dans les départements de la région alpine, Hautes et Basses Alpes, en site de frontière. De même, l'exploitation des registres clandestins de baptêmes, mariages ou de communion fournit-elle de précieuses indications sur les pérégrinations et les succès des missionnaires de terrain.

44Une synthèse reste à faire sur ce qui est un patchwork d'informations discontinues. L'activité missionnaire n'a pas été universellement répartie dans l'espace national, elle n'a pas obéi partout aux mêmes stratégies, tant en fonction de la personnalité de ses acteurs et des instructions reçues, que du milieu qu'ils avaient à reconquérir. Pour ne prendre que quelques exemples, une présence discrète, et une réconciliation « en souplesse » semble avoir prévalu dans un département de Seine-et-Oise où les Constitutionnels étaient très majoritaires ; dans le Sud-Est, de Lyon à la Provence en passant par les Alpes, la reprise en main a été beaucoup plus organisée et sans compromis. Sans doute, doit-on tenir compte, pour apprécier la diversité, des comportements, des discordances, voire des tensions qui ont existé dans le camp de l'Église catholique et romaine entre ce que l'on pourrait définir avec quelque anachronisme comme la résistance de l'extérieur, figée dans son intransigeance doctrinale, et la résistance de l'intérieur plus proche des réalités de terrain, telles qu'elles se sont exprimées à l'occasion des différents serments que le Directoire a tenté d'imposer aux prêtres.

Tentative de bilan

45Dresser un bilan d'ensemble de la décennie, en ce qui concerne le clergé rural, conduit à se référer aux tableaux de la réorganisation concordataire, tels qu'ils nous livrent un état au vrai de la situation dans les premières années du XIXe siècle. Nous passerons volontairement rapidement sur les modalités mêmes de l'opération, nous contentant de rappeler les principes généraux qui y ont présidé : quoi qu’on ait dit du souci d'équilibre du gouvernement consulaire, une sévère épuration de ce qui restait du clergé constitutionnel, menée par les nouveaux évêques. Les monographies dont on dispose témoignent le plus souvent de la méfiance avec laquelle ils ont été réadmis dans l'exercice de la paroisse. Au cardinal Caprara revint la charge délicate de régler les milliers de dossiers, aux fins de réconciliation, de ceux qui avaient enfreint la discipline de l'Église, abdicataires laïcisés ou mariés. Mais ceux-ci étaient bien définitivement perdus pour l'Église. Dans l'autre camp, on connaît aussi la résistance obstinée des réfractaires qui refusèrent de se soumettre, constituant la petite Église dont l'implantation fut limitée et circonscrite dans certaines aires (diocèses de Vannes et de Poitiers, région lyonnaise).

46Maurice Agulhon, d'après l'exemple de la Provence, range la réorganisation du culte au rang des « restaurations bien reçues », au même titre que le retour à l’ordre. Le fait est incontestable, si l'on en juge par la demande générale des populations, et même s'il convient de mesurer les limites de la générosité de municipalités, heureuses de retrouver la régularité du culte, plus réticentes à en assumer les frais. Mais dans l'ensemble, on doit convenir que cette ultime redistribution des rôles s'opéra sans troubles autres que ponctuels.

47Il s'en fallait cependant de beaucoup pour qu'on put parler d'un retour à l'état initial. En fonction des atteintes subies, le réseau paroissial s’était considérablement étriqué : la Seine Inférieure passait de 1 077 paroisses à 457, le diocèse de Grenoble de 640 à 407. À l'échelle nationale, le nombre des paroisses était tombé de quelque 40 000 sous l’Ancien Régime à 27 000 en 1803,29 000 en 1807, soit une chute de 30 %.

48Cette réduction de la desserte paroissiale faisait écho à la chute des effectifs d'un corps qui ne s'était pas renouvelé pendant dix ans, et qui trahissait la trace des crises successives qui l'avaient affecté. L'abbé Godel, risquant pour le diocèse de Grenoble l'expression d'« explosion du corps pastoral » a, l'un des premiers, analysé précisément les causes du déclin : constitutionnels définitivement laïcisés ou non repris dans le service de la paroisse, émigrés non rentrés, morts naturelles ou par fait de Révolution (à l'échelle nationale 3 000 ecclésiastiques comptent au nombre des victimes), retrait du service de la paroisse par vieillissement...

49Un clergé rare et vieilli a pour conséquence une chute spectaculaire des effectifs : pour 100 curés en 1790, on n'en compte plus que 64 en 1815, pour 100 vicaires, 27, pour 100 prêtres habitués 10 à 15...

50Cette diminution globale se traduit, si l'on se reporte aux cartes établies par C. Langlois et T. Tackett, par une accentuation des disparités géographiques, telles qu'on peut les apprécier en termes de diminution du clergé paroissial ou de nombre de paroisses vacantes par circonscription. Certaines régions apparaissent intactes, ou peu touchées (moins de 20 % de chute) : l'Est de la France, l'Ouest, l'est du Massif Central et le Lyonnais, les Pyrénées occidentales, mais aussi les Alpes. En gros, la France de la fidélité religieuse et du serment massivement refusé, à l'exception du Sud-Est, dont nous avons évoqué le cas de figure spécifique. Mais à l'inverse, une perte considérable dans la majeure partie d'un bassin parisien largement taillé, englobant la France du Centre, et même la majeure partie de l'Aquitaine. On ne s'étonne pas d'une configuration qui rappelle en gros l'espace de la déchristianisation, mais on saisit également l'enchaînement qui va conduire à un sous encadrement propre à accentuer encore cette déchristianisation dans de vastes zones rurales.

51Ce serait s'engager trop loin sans doute, sur un autre chantier que de tenter de doubler ce bilan « quantitatif » d'un jugement qualitatif... Clergé épuré par l'épreuve, purgé de ses éléments douteux, si l'on reprend un argumentaire ancien ? Clergé docile en tous cas, solidement encadré par une hiérarchie attachée à la pastorale traditionnelle, et qui répudie les expérimentations comme les espérances qui avaient été celles de l'Église constitutionnelle. Ce corps clérical vieilli dont le rajeunissement ne s'amorcera que très lentement sous l'Empire se montrera pour la plupart également docile à l'égard du pouvoir napoléonien, jusqu'à une certaine date du moins, même si des rancœurs subsistent chez plus d'un réfractaire d'hier.

52Le rapport aux populations a-t-il changé en profondeur ? Tout un travail de reconquête est à faire, qui sera la tâche des décennies à venir. Sur le moment même, on peut apprécier, à partir de certains indices détournés mais massifs, l'ampleur du détachement ou de la fidélité vis-à-vis des gestes de la pratique saisonnière : la carte qui a été dressée du mouvement saisonnier des mariages en l'an X, moyen d'apprécier le respect de temps interdits — Avent et surtout Carême — fait apparaître avec netteté la constance dans les gestes traditionnels d'un grand Ouest très largement taillé. De même a-t-on pu étudier, mais dans un milieu urbain (Charpin à Marseille), l'inégal empressement des parents à faire baptiser leurs nouveaux-nés dans les trois jours qui suivent la naissance à partir de l'époque impériale.

53Plus encore que de se fier à ces instantanés, reflets des incertitudes d'un moment, il est légitime de se placer dans une perspective de longue durée, en revenant à ces cartes contemporaines de la sociologie religieuse ou politique du XXe siècle que nous avons évoquées et dont la préfiguration a été perçue à l'occasion du serment constitutionnel comme de la déchristianisation de l'an II. On mesure en s'y référant l'ampleur du clivage dont la Révolution a été le révélateur ou l'activateur : sans doute les deux à la fois.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.