Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Le clergé rural anglais au Bas Moyen Âge (vers 1300-vers 1530)

p. 61-100


Texte intégral

1L'Église anglaise des siècles précédant la Réforme a été bien étudiée. La masse des archives, touchant tous les aspects de la structure ecclésiastique, a permis des enquêtes très détaillées sur la vie cléricale, mais on peut en attendre beaucoup plus. À cause notamment de la richesse des sources administratives — surtout des registres épiscopaux — qui ont le plus attiré l'attention, les études ont surtout porté sur les hommes qui ont tenu des offices formels dans l'Église : les évêques et les autres bénéficiers, tels les curés (en anglais rectors), les vicaires perpétuels et les prêtres des chantreries. Ce n'est que récemment que les historiens ont consacré des travaux à ceux qui se trouvaient hors du système des bénéfices, pour considérer le grand nombre des non bénéficiers, employés à des tâches diverses1.

2Les deux provinces de l'Église anglaise du Bas Moyen Âge — York et Cantorbéry — comprenaient au total vingt-et-un diocèses (dont quatre au Pays de Galles, rattachés à Cantorbéry). Le total des paroisses était probablement d'environ 9 500 en 1291, date de la compilation de la Taxatio du pape Nicolas IV ; et en 1535, date de l'enquête suivante effectuée dans un cadre national, le Valor ecclesiasticus, le total des paroisses était à peu près de 8 8002 Le processus de l'incorporation avait aussi transformé entre-temps le statut de beaucoup de bénéfices individuels, les faisant passer du rang de rectorat à celui de vicariat.

3De siècle à siècle, le nombre des clercs avait aussi changé, mais d'une manière différente. La recherche concernant ces effectifs reste incomplète, mais, dans l'ensemble, il semble que le recrutement ait été fort pendant le dernier quart du XIIIe siècle et durant les premières années du XIVe, jusqu'à ce que la Peste Noire modifie toutes les équations économiques et sociales. Par la suite, le nombre des clercs a diminué, mais les effets les plus graves du déclin ont été retardés jusqu'aux années vingt du XVe siècle. Après 1470, les chiffres remontèrent, et dans les années vingt du XVIe siècle le recrutement retrouva un niveau approchant (sinon égalant ou dépassant) celui des premières années du XIVe siècle. Un palier s'ensuivit ; mais les ruptures provoquées par la Réforme empêchent une analyse détaillée ; étant donnée l'incertitude des chiffres — hormis la tendance générale — le nombre des clercs à n'importe quelle date reste une estimation. Les données fournies par les Poll Taxes sur le Clergé au cours des années 1377-81 indiquent un chiffre approximatif de 24 000 prêtres séculiers. D'autres calculs et extrapolations suggèrent un nombre d'environ 40 000 prêtres séculiers en 1300, peut-être 20 000 en 1430, et environ 33 000 en 1520, chiffres auxquels il faut ajouter les réguliers et les mendiants3.

4Ces clercs devaient être employés. L'économie anglaise était pour l'essentiel une économie agricole ; le royaume était peu urbanisé (l'activité urbaine étant même en recul pendant le XVe siècle) ; à première vue il pourrait sembler justifié de compter presque tous les clercs anglais dans le clergé rural. Mais cela pose problème. Les thèmes abordés dans ce colloque (recrutement, mode de vie, liens avec les paysans) semblent simples ; mais avant de les examiner, se présente une première question qui est très importante dans le contexte anglais : pour ce qui concerne le clergé, qu'est-ce que la ruralité ?

5Cette question mérite considération, en raison des situations diverses dans lesquelles le clergé se trouvait. En particulier, il faut la poser au sujet des paroisses. Certaines paroisses étaient explicitement limitées à un milieu urbain : cela est sans ambiguïté dans les villes qui contenaient plusieurs paroisses, telles Londres, York, et Norwich. Néanmoins, beaucoup d'autres paroisses urbaines comportaient un élément rural dans leurs responsabilités et dans leurs revenus ; d’autres pouvaient être considérées comme rurales, mais englobaient des villes. Ainsi, quelques-unes des paroisses de Shrewsbury (Salop) possédaient des territoires ruraux étendus, dont certains assez loin de la ville. Au contraire, la paroisse de Hessle (Yorks) bénéficiait de sa chapellenie urbaine de Hull4. La paroisse typique, si on peut postuler qu'elle ait jamais existé, devait ressembler à celle qu'occupait le « Parson » de Chaucer : étendue, avec des hameaux et fermes dispersés, d’un caractère essentiellement agricole, mais avec une ville en son centre5. Mais faut-il considérer ce « Parson » comme un clerc « rural » ou un clerc « urbain » ?

6La question de la ruralité touche aussi d’autres aspects. S'agit-il d'une question de résidence, ou de revenus ? La non résidence et la pluralité des bénéfices étaient des problèmes fréquents dans l'église anglaise du Bas Moyen Âge, et ils étaient aggravés par l'intégration des bénéfices dans les mécanismes du patronage et par l'exploitation des revenus paroissiaux pour des affaires non-paroissiales (monastères, bureaucratie royale, administration ecclésiastique). Pour beaucoup de clercs, leurs paroisses n'étaient qu'une source de profit, et elles devaient se débrouiller elles-mêmes6. Mais, étant donné que leurs revenus provenaient de paroisses rurales, les clercs qui en bénéficiaient étaient-ils des « clercs urbains » ou « clercs ruraux »? La question est particulièrement pertinente dans les cas ou l'absence était intermittente, par exemple dans le cas d'un étudiant universitaire : si son rectorat était rural, dans quelle catégorie faut-il placer l'absent qui a renvoyé un formulaire à son bailli (ou, plus probablement dans ce contexte, à son fermier) afin de se faire remettre le montant de sa ferme à l'université7 ?

7Un problème comparable de définition se pose quand des domaines étaient attachés aux offices, et aussi en relation avec les propriétés privées des clercs, qu'elles aient été reçues en héritage ou acquises. Les évêques péripatéticiens, visitant leurs domaines et vivant de leur production, étaient-ils des « clercs ruraux », ou seulement de temps en temps8 ? Quand Edmond Stafford hérite des domaines de son père, mais continuant sa carrière ecclésiastique, devient évêque d'Exeter, comment faut-il le caractériser9 ? Quand un curé, comme Jean Stannford de Rushall (Wilts), rassemble un bloc de domaines seigneuriaux en les prenant à bail autour de son rectorat, comment faut-il le définir10 ?

8Au cours même d'une carrière cléricale, il faut souligner que les liens avec la campagne n'étaient pas toujours permanents. Les bénéficiers déménageaient, des postes urbains aux postes ruraux, de la résidence à la campagne à la non-résidence dans les villes (surtout pour se rendre à la cour royale, et aux universités). De même le bas clergé avait sa propre mobilité. Les familles de ces clercs pourraient rester en ville, et c'est en ville aussi que se maintenait le réalité de leurs liens sociaux, alors même qu'ils occupaient des postes temporaires dans des paroisses rurales11. Ils pouvaient alterner entre des périodes d'activité urbaine et rurale : pour eux, la mobilité était plus importante que pour les bénéficiers car il leur fallait se déplacer là ou étaient les postes — et l'argent. Il serait faux cependant d’exagérer la mobilité des non-bénéficiers : ils pouvaient avoir des carrières très stables, tels certains chapelains qui sont restés dans le même endroit pendant des décennies12. Il est possible qu'en bien des lieux la continuité spirituelle se soit fondée principalement sur la résidence stable de ces non-bénéficiers, par contraste avec la présence intermittente et les fréquents changements de tenure des titulaires.

9Beaucoup de questions sont ainsi soulevées lorsqu'on tente de caractériser le clergé « rural ». Il y a une distinction évidente à établir entre les titulaires de beaucoup de bénéfices paroissiaux, et ceux qui ont assuré réellement la cure des âmes, à savoir généralement les salariés employés comme chapelains paroissiaux. À coup sûr, les premiers ont rempli les archives ; mais on a la nette impression, surtout au XVe siècle et au-delà, que leurs liens avec leurs bénéfices ne sont plus que nominaux. Ce sont les hommes que nous trouvons dans les registres épiscopaux ; ce sont eux qui ont reçu les dispenses papales pour la pluralité des offices, et les autorisations pour les unions temporaires de bénéfices13 ; mais ils semblent fort peu apprécier les obligations imposées par leur statut. Au contraire, les dispenses papales et les autorisations épiscopales pour la non résidence doivent insister pour qu’ils assurent la continuité de l'office divin14. La preuve de la généralisation de cette attitude est donnée par les lettres de compulsion émises par plusieurs évêques de l'époque, qui exigent que les non bénéficiers se substituent aux titulaires absents dans la cure paroissiale15. La ligne de démarcation entre les bénéficiers et les non-bénéficiers est sans-doute le clivage fondamental dans le clergé séculier de l’Angleterre de cette époque, sous réserve bien sûr d'exceptions. Une de ces exceptions est personnifiée par Thomas Philipps, qui en 1518 paraît comme desservant à Wootton (Oxon), mais qui était aussi curé de Silton (Dorset), et qui tenait une chantrerie dans le château de Woodstock (Oxon). Sa cure de Wootton constituait évidemment son centre d'intérêt principal : selon le compte-rendu d'une visite, il soignait ses moutons aux champs chaque jour avant de dire la messe ; un de ses paroissiens qui voulait se confesser arriva pendant qu'il ferrait son cheval ; il était marchand d'agneaux et de vaches, gardant les agneaux dans le cimetière. Pour notre propos, et en dépit de ses autres postes, Philipps doit être compté parmi les non bénéficiers salariés. Ce sont des hommes comme lui qui, dans le bas clergé, ont établi le contact réel entre l'Église et le peuple, et ce sont eux qui doivent être considérés comme composant le clergé rural proprement dit. Cependant, sauf quelques exceptions notables, tel Thomas Philipps, leur répartition — et même leur identité — n’est rapportée que d'une manière très vague16.

10Se lancer dans une analyse détaillée du statut et des obligations de ces clercs n'est pas nécessaire ; cela impliquerait une dissection détaillée de cas individuels, et cela engendrerait inévitablement des complications qui nous détourneraient du thème principal. De manière générale, je définis le « clergé rural » comme l'ensemble des clercs qui sont occupés (aussi bien bénéficiers que non-bénéficiers) dans un milieu essentiellement agricole ; c'est-à-dire des hommes qui, comme clercs, tiraient la plus grande partie de leurs revenus directement ou indirectement des activités agricoles. Je me limiterai à ceux d'entre eux qui avaient rang de recteur ou un rang inférieur (ceci incluant les vicaires perpétuels, les prêtres des chantreries, les autres clercs gagés, et les sous-diacres et diacres qui travaillaient dans une paroisse avant leur prêtrise). En outre, je voudrais mettre l'accent sur les seuls résidents — mais s'assurer de la résidence est très difficile, et dans plusieurs cas il faudra fermer les yeux sur la pluralité des charges. De telles restrictions limitent nécessairement le champ d'étude, mais pas trop. Les réguliers ne sont pas automatiquement exclus. Des chanoines prémontrés ont servi des cures, et des membres d'autres ordres et maisons ont reçu permission (institutionnellement ou individuellement) d'acquérir des bénéfices. Les témoignages de cette activité paroissiale sont, bien sûr, limitées ; mais il est certain, par exemple, que Jean Dytton, chanoine prémontré, servait à Kirby Malham (Yorks) en 1454-5, quand il a établi ses comptes comme vicaire17. En outre, il semble que les mendiants aient été communément employés pour assurer, pendant de brèves périodes, la suppléance de clercs pluralistes, ou pendant les vacances. Les activités paroissiales des moines apostats doivent être aussi intégrées dans le tableau ; des hommes tels que Robert Cornewell, cistercien de Kirkstead (Lincs), qui acquit une dispense papale en 1492 pour terminer une carrière d’apostat de trente ans environ, avaient passé un certain nombre d’années comme curés d'une paroisse18. Parmi les groupes qu’on doit inclure dans le clergé rural, mais dont la contribution à la vie rurale est extrêmement insaisissable, se trouvent les chapelains domestiques : en plus de leurs responsabilités dans le contexte de la maison, il est possible qu’ils aient joué un rôle comme directeurs de conscience et comme célébrants pour une population plus large. Il n’est pas possible d’en dire beaucoup à leur sujet, à cause du manque de documentation. Qu’il y ait eu un grand nombre d’oratoires privés dans l’Angleterre du Bas Moyen Âge est incontestable même si tous les diocèses ne conservent pas les registres où étaient consignées leurs licences (mais il y en a une série très importante pour le diocèse de Lichfield au XIVe siècle19). Beaucoup de ces oratoires étaient ruraux, et étaient liés à des manoirs particuliers. Mais ce qui se passait dans ces oratoires est presque inconnu, parce qu’il n’y avait aucune raison de l’enregistrer. Le brouillon d’une liste préparée pour la levée d’un impôt clérical dans le Staffordshire en 1407, semble identifier de tels clercs : ainsi Thomas Grene, qui est inscrit pour la paroisse de Chebsey, mais dont il est dit qu'il demeure avec la lady de Delves20. De même, des licences autorisant la non-résidence pendant que des clercs servaient leurs patrons répondaient souvent à une situation comparable. En dehors de leur rôle domestique21, on connaît peu ces chapelains. Il est possible qu'ils aient assuré un service spirituel très important, surtout dans les parties éloignées de la paroisse qui n'avaient pas de chapellenie. Ceci est suggéré, par exemple, dans une cause jugée en 1414, alors que le prieuré de Bridlington s'opposait à la tentative de Guillaume de Sewardeby pour construire ce qu'il craignait être une chapelle privée à Sewerby (Yorks). Le prieuré redoutait que cette chapelle ne se montre un centre spirituel en opposition avec l'église paroissiale, dont il était le possesseur ; mais, au vu des témoignages, on admit que la chapelle préexistante, que Sewardeby possédait déjà, était fréquentée par la population locale pour l'office divin quand le mauvais temps empêchait l'accès à Bridlington22. Étant donné le grand nombre de plaintes portées au sujet de routes impraticables pour justifier la création de chapelles autonomes devant d'autres instances (même si de telles plaintes doivent être considérés plus comme un topos que comme reflétant la réalité), il est inconcevable que Sewerby ait été le seul lieu en Angleterre ou une chapelle privée ait desservi un public plus large23.

11Une étude exhaustive du clergé rural est impossible ici ; mais il y a des points importants qui méritent une analyse plus approfondie. Dans la suite de ce rapport je m'intéresserai à trois questions principales : les origines et la formation du clergé rural ; ses revenus et les conflits liés à leur perception ; et son intégration dans la société locale. Ce sont là des matières relativement peu explorées jusqu'à présent, surtout en ce qui concerne les non-bénéficiers. Ce qui suit est donc en grande partie de nature anecdotique ; j'espère néanmoins que ce sera utile.

***

12Faire une distinction rigide entre les carrières des clercs ruraux et urbains serait faux. Les clercs ruraux, comme leurs frères urbains, devaient se soumettre aux épreuves et aux examens qui étaient préliminaires à l'acquisition des ordres et des postes, et étaient également sujets aux caprices du patronage dans leurs recherches d'emploi24. Mais il existait des différences. Il est possible — mais jusqu'ici non vérifié — que le clergé rural bénéficié du commencement du XIVe siècle ait été particulièrement sujet au patronage des seigneurs locaux (gentry), de la haute noblesse (nobility), et des maisons religieuses ; tandis que les patrons du clergé urbain avaient des origines plus spécifiquement urbaines (y compris les grandes églises collégiales, surtout les cathédrales). Il est dangereux de trop accentuer ce point de vue ; mais ces implications ont pu avoir un effet sur les relations de patronage du clergé rural et, avec le développement de l'appropriation, sur le niveau de leur emploi. Avec le temps, il est probable que le rôle des seigneurs devint de plus en plus important, surtout quand les maisons religieuses leur donnèrent le droit de présentation aux bénéfices (ceci a pu aussi augmenter le rôle des évêques diocésains dans certains cas25). Bien sûr, le mouvement pour l'établissement des chantreries, et le statut différent des patrons de ces fondations perpétuelles influèrent aussi sur la différenciation entre clergé urbain et clergé rural26.

13Le statut et les origines des clercs ruraux posent des questions spécifiques, mais, là encore, sans les rendre trop différents de leurs confrères urbains. Les exigences théoriques pour accéder au statut clérical, telles qu'elles sont détaillées dans les injonctions d'ordination, ne définissaient pas précisément la qualité des ordinands. Quoique les clercs dussent être nés libres et légitimes, les bâtards et les serfs n'étaient pas complètement exclus de cette promotion. Les bâtards n’étaient pas un phénomène exclusivement rural, mais les enfants de serfs étaient peut-être pour la plupart ruraux. Cependant, comme il n'était pas obligatoire de noter le fait d'affranchissement quand on enregistrait une ordination, il reste impossible d'estimer combien des clercs étaient de naissance servile. Même quand les affranchissements apparaissent dans les archives seigneuriales, nous ne pouvons, faute de travaux de recherche sur ce sujet, les mettre en corrélation avec les listes d’ordinations et les autres archives relatives aux carrières cléricales, et nous ne pouvons déterminer si les clercs nés à la campagne restaient des clercs de campagne27.

14Bâtardise et servitude étaient des catégories juridiques plus qu’économiques, et n'induisaient pas une position sociale précise. En termes de rang social, la situation d’un clerc est déterminée par deux questions : celle de son origine, et celle de son emploi. Quant a l’origine, quoique en théorie toute l’échelle sociale ait pu être représentée parmi le clergé rural, en vérité il est raisonnable de penser qu’il se recrutait surtout dans la paysannerie moyenne ou aisée. Bien sûr, on trouve des représentants de la grande et de la petite noblesse dans le clergé ; quant à savoir s’il comptait des représentants des couches les plus basses de la société paysanne, la réponse est incertaine — mais c’est improbable. Étant donné les exigences financières que réclamait l’ordination, il est probable que la plupart du clergé venait de la couche des tenanciers les plus riches, des familles qui, après 1400, se dénomment yeomen. Même dans le cas des serfs, l’achat d’une licence d’affranchissement pour recevoir les ordres demandait un investissement qui, sans être prohibitif, n’était pas négligeable28. Néanmoins, avant 1350 (et peut-être entre 1480 et 1530), quand il y avait un taux élevé de recrutement, il est possible que l’éventail des conditions représenté parmi le clergé ait été un peu plus large. Faire entrer un fils dans une carrière cléricale pouvait être considéré comme un moyen d’échapper aux pressions sociales et économiques de l’époque. Il est significatif que Chaucer ait indiqué la condition de son Parson en lui donnant un laboureur pour frère, donc en le situant parmi les paysans aisés ; et des contemporains se sont quelquefois plaints que des hommes d'un rang inférieur à celui de laboureur soient admis dans les rangs du clergé29. Quand la documentation éclaire la provenance des titres d’ordination, et les liens sociaux du clergé, il apparaît que ces clercs se recrutaient parmi les paysans les plus aisés, les officiers seigneuriaux, et parmi ceux qui avaient pu aliéner des terres et des rentes en dotation. Par exemple, quand Thomas de Halterwrthe fut ordonné diacre en 1317, il présenta un titre de son père Jean, dont il était l’héritier ; et en 1328 Richard Golafre montra un titre d’une pension annuelle de 40 sous assise sur les terres de son père Guillaume à Longdon (Heref)30.

15Une fois entré dans le clergé, le problème de la position se posait en d'autres termes ; d'autres considérations entraient en jeu, avec la recherche d'un emploi, et avec l'acquisition de postes qui avaient leurs propres dotations. Un rectorat opulent conférait automatiquement un rang important à son occupant, sans considération de naissance. Le statut social des clercs se conformait donc à une stratification déterminée par leur richesse et leur pouvoir, plutôt que dictée par leur origine familiale. Dans de telles conditions, le clergé était inséré dans l'ordre social local : certains clercs entraient ainsi dans le groupe récemment identifié comme celui de la petite noblesse de paroisse — parish gentry — et quelques-uns accédaient même à un rang plus élevé31. Mais tous n'atteignaient pas automatiquement ce rang : les vicaires perpétuels avaient probablement une condition inférieure aux curés ; quant à la position des prêtres des chantreries et les autres, elle est peu claire. Le problème pouvait encore se compliquer, surtout si un clerc restait dans la région de sa naissance : on pouvait avoir du mal à concilier l'appréciation portée sur le rang de son emploi et la connaissance de ses véritables origines sociales. D'autres nuances pouvaient s'ajouter si plusieurs membres d'une famille exerçaient des fonctions cléricales différentes dans la même paroisse. Des liens de parenté entre les clercs sont difficiles à établir, mais la tradition familiale et l'exploitation des opportunités offertes si on avait un parent bien placé qui pouvait offrir un emploi à ses parents non-bénéficiers, affectaient évidemment les perspectives de recherche d'un emploi32. Du point de vue de la condition sociale, la mobilité des carrières cléricales doit aussi être considérée, avec les possibilités qu'elle offrait de changement de position. Les raffinements de ces mutations sont maintenant presque oubliés, mais ils étaient sans doute évidents à l'époque. Le clerc qui, à 26 ans, travaillait comme chapelain paroissial à Gedling (Notts) au nom du curé, qui, deux ans après, était prêtre d'une chantrerie et qui, âgé de 50 ans, était curé à Arnold (Notts), avait changé de rang a chacun de ces changements et à d'autres qu'il avait pu faire33. Les relations sociales ou familiales ont pu aussi jouer dans les arrangements en vue d'un emploi, surtout lorsque c'étaient les laïques qui faisaient les choix et payaient. Ce fut là une tendance croissante au Bas Moyen Âge, avec la nomination des prêtres de chantreries et de confréries, et l’engagement des clercs assistants chargés d'effectuer le travail paroissial.

16Un aspect fondamental de la position d'un clerc était son rôle comme instituteur. Bien sûr, on ne doit pas ignorer les responsabilités cultuelles et spirituelles du clergé paroissial, bien qu'il ne soit pas possible de s'étendre ici sur ce sujet. Il suffit de dire que les clercs ruraux, comme ceux des villes, avaient leurs obligations : dire la messe, écouter les confessions et donner l'absolution, imposer des pénitences, dispenser les sacrements, et en général surveiller la vie spirituelle des paroissiens34. Ils avaient en outre des responsabilités liées à leurs devoirs spirituels : offrir l’hospitalité, contribuer à aider les pauvres, peut-être aussi agir en intermédiaires entre leurs paroissiens et les autorités extérieures35. La capacité — et même la volonté — de chaque clerc de remplir ces obligations variait, naturellement. Tout cela mériterait plus d'attention que la simple allusion qui en est faite ici, d'autant qu'il faudrait considérer les attentes des paroissiens et la capacité du clergé à y répondre36.

17Malgré la nécessité de passer vite, il convient de considérer la formation des clercs. Ils avaient vraisemblablement les compétences demandées pour l'ordination et pour leur première institution37 ; mais il est difficile de savoir dans quelle mesure ils étaient efficaces à communiquer la foi. Vers 1300, et pendant les siècles suivants, le clergé rural fut certainement affecté par la masse de la législation promulguée par les évêques en réponse au programme d'instruction chrétienne du quatrième concile du Latran (1215), avec la production de nombreux livres d'instruction, destinés a leur propre édification, ou à celle des laïcs qu'ils avaient à instruire. Cette production va des manuels canoniques de Guillaume de Pagula et de ses successeurs, tel le Pupilla oculi de Johannes de Burgo, jusqu'aux livres didactiques en anglais, comme le Layfolks catechism, qui dérive d'un concile provincial d'York tenu pendant les années 1350, ou les Instructions for parish priests, composées par Jean Mirk dans les premières années du XVe siècle38. L'efficacité de ce matériel est impossible à vérifier. Peut-être la religion communiquée par le clergé rural était-elle celle que demandait la population rurale : l'absence de plaintes sur la qualité théologique du clergé paroissial est un des aspects notables des récits des visites pastorales de la dernière période du Moyen Âge39. Il y a d'autres questions qui se posent touchant l'activité du clergé rural dans l’enseignement, dont l'une est liée à son statut. Il est hors de doute que certains étudiants universitaires utilisaient leurs bénéfices ruraux pour s'assurer les ressources nécessaires à leur carrière universitaire40. Mais il est peut-être trop facile d'en conclure que ce qu'ils avaient appris ne profitait pas en retour à la campagne. Il s'agit là d'une fausse présomption. Depuis Guillaume de Pagula, on a des preuves — mais nous en voudrions davantage — de licenciés se retirant dans leur rectorat rural et s'y engageant dans leur travail pastoral. Des membres de collèges universitaires se retiraient dans les bénéfices pourvus par leurs collèges ; pour beaucoup, les années universitaires n'étaient qu'un entracte dans une carrière paroissiale rurale (et, de plus, un intermède qui ne conduisait pas forcément à des grades, ce qui augmente l'incertitude touchant le niveau d'instruction des bénéficiers). Au XVe siècle, par ailleurs, le nombre de licenciés semble augmenter parmi les non-bénéficiers : salariés, prêtres des chantreries, etc. De ce fait encore, il y avait des opportunités pour la transmission de leur érudition au peuple41.

18Mais la nature de la science transmise pouvait être trop avancée, ou même dangereuse. Parmi les professeurs des universités qui se sont retirés dans leur bénéfice rural on trouve John Wycliffe, qui passa les dernières années de sa vie à Lutterworth (Leics). Il n'y a pas de preuves que Lutterworth soit devenu un centre de l'hérésie wycliffite ; néanmoins il se peut que les liens ainsi établis entre appartenance universitaire et emploi paroissial rural aient pu ouvrir une voie à la transmission des idées wycliffites dans le dernier quart du XIVe siècle42. Les clercs ruraux, avec leur fonction d'enseignement, pouvaient certainement disséminer l'hétérodoxie dans leur troupeau, et il y a des preuves qu’ils le firent. Un certain nombre de clercs anglais du XVe siècle ont, comme Pierre Clergue à Montaillou à une date antérieure, profité de leur position dans l'Église pour saper l'autorité et les doctrines de cette même Église — mais il est hautement improbable qu'ils se soient considérés eux-mêmes comme hérétiques43. Encore une fois, de telles possibilités n'étaient pas limitées à la campagne ; mais c'était peut-être à la campagne qu'il y avait le moins de danger de découverte, sauf par mésaventure.

***

19Les ressources de ces clercs ruraux étaient très variables, et dépendaient dans une grande mesure de leur rang dans la hiérarchie ecclésiastique. À une extrémité se trouvaient les très riches, qui accumulaient les biens patrimoniaux et les bénéfices ecclésiastiques ; à l'autre étaient ceux qui composaient le « prolétariat clérical », des clercs tels que ceux que l'on rencontre quelquefois dans les listes de contribuables et d’autres répertoires, décrits comme âgés et décrépits, dépourvus de ressources assurées ; c'est pour ce type de clercs qu'ont été fondés des instituts de charité44.

20Mais ces cas extrêmes sont atypiques : c'est la condition d'ensemble qu'il faut examiner45. Ici, apparaissent des complications. D'un point de vue théorique, les plus aisés des clercs ruraux auraient été les curés, qui percevaient la totalité des revenus de leur église, depuis les grosses dîmes de blé jusqu'aux petites sommes reçues pour les purifications etc., et qui pouvaient exploiter les terres de leur église (en anglais, « glebe »), lesquelles pouvaient être étendues46. Après eux venaient les vicaires perpétuels, qui n'étaient dotés que d'une partie des revenus — les grosses dîmes exclues, de même que la plus grande partie des terres — mais qui recevaient des sommes suffisantes pour leur assurer un niveau de vie raisonnable. Au bas de la liste on trouverait les non-bénéficiers, ainsi que ceux dont le bénéfice n'était rien de plus qu'une chapelle perpétuelle. Mais, il est sans doute imprudent de réunir tous ces derniers : il vaut mieux les différencier. Bien sûr, les chapelains bénéficiés, de même peut-être que ceux qui occupaient des chapelles inféodées à vie, avaient une sécurité de tenure et avaient accès à la dotation en terres (mais la distribution géographique de cette dotation affectait la sécurité des rentrées financières)47. D'autres ne détenaient cette dotation que temporairement, en tant que chapelains, ou en tant que prêtres de chantreries, seulement pour un délai de quelques années. La situation la plus précaire était celle des salariés, qui manquaient de toute garantie de tenure. Les contrats à court terme, sans assurance de renouvellement, devaient rejeter ces hommes bien souvent sur le marché de l'emploi. Passer du modèle à la réalité est difficile. En théorie, aucun prêtre ne devait craindre l'appauvrissement : son titre d'ordination en principe l'excluait. Mais, étant donné les doutes touchant la véracité de ces titres dans l'Angleterre de cette époque, de telles garanties de stabilité financière sont sujettes à caution48 : le clerc donc ne pouvait compter que sur ce qu'il pouvait gagner. Néanmoins, une carrière ecclésiastique n'était nullement une source d'appauvrissement. Les curés ruraux, presque par définition, étaient bien pourvus. Bien sûr, ils avaient des dépenses considérables ; mais un rectorat solide était probablement une entreprise très profitable, ouvrant presque toujours des opportunités d'accumulation. Le patrimoine de l'église (« glebe ») pouvait être fort étendu, et son exploitation dépassait le niveau d'une simple agriculture de subsistance. L'extension de cette activité agricole est suggérée dans les descriptions détaillées des rectorats (même si plusieurs de ces descriptions sont motivées par le délabrement de ces bâtiments). À Middleton in Pickering Lythe (Yorks) en 1411, les bâtiments de l'enclos ecclésial comportaient une brasserie et une boulangerie, un « hall », une chambre, une cuisine, une grande grange, une écurie, une étable avec des dépendances, et un colombier ; à Harthill (Yorks) en 1397, il y avait une bergerie, une étable, et deux granges (dont une pour le foin)49. Les inventaires dressés lors des transferts de possession témoignent aussi de la nature agricole des rectorats ; mais déterminer leur valeur exacte est plus difficile. Les Nonarum inquisitiones de 1340, et le Valor ecclesiasticus de 1535, quand ils donnent des détails, suggèrent que les curés avaient des ressources suffisantes. Jean Bredhill, curé de Kingswinford (Staffs) au XVe siècle, avait certainement accumulé des richesses considérables (selon ses propres allégations dans la plainte qu'il formule contre ceux qui avaient envahi son rectorat)50. Mais on aurait tort de dépeindre cette situation comme statique, ou nécessairement stable. Comme tous les agriculteurs, les curés étaient sujets aux caprices du temps et à la conjoncture économique ; ils durent faire face à la crise qui, selon toute probabilité, affligea certains de leurs pairs laïques de la petite noblesse après la Peste Noire51. Mais, à la différence de ces laïques, les ressources des cures étaient directement affectées par les aléas de la production agricole de leurs paroissiens. L'importance des influences régionales — à long et à court terme — est évidente dans les Nonarum inquisitiones, ou sont notées les plaintes nombreuses au sujet de la baisse de l’élevage des moutons et des abandons de culture dans le Yorkshire, du nombre des terres incultes, de l'effet des hivers froids sur les troupeaux, et de l'impact des étés secs sur la récolte dans le Bedfordshire, et des méfaits causés au blé par les tempêtes dans le doyenné rural de Wenlock (Shrops)52.

21De telles influences ont aussi affecté les ressources des vicaires perpétuels ; mais la condition des vicaires pose différents problèmes — problèmes assez compliqués qui concernent tous les clercs ruraux. Par définition, les vicaires n'étaient pas aussi bien dotés que les curés, ceci est évident. Leur rang relatif est illustré, par exemple, dans le contraste existant entre la maison rectorale d'Harlow (Essex) en 1398, qui comportait un grand enclos agricole, de quatre « acres » et demi (à peu près 2 hectares), produisant une rente potentielle de 24 sous, et la maison qui, dans la paroisse, était affectée au vicaire, dont le rapport n'était que 2 sous53. Beaucoup de propriétaires d'églises incorporées cherchèrent à retenir l'ensemble des bâtiments rectoraux pour leur propre exploitation agricole de la « glebe » ; mais dans quelques cas, comme à Farnborough (Warw), le vicaire reçut une partie de l'ensemble pour sa demeure54.

22Comme les curés, les vicaires furent inévitablement affectés par les changements économiques du Bas Moyen Âge changements qui, en raison du caractère variable de leur impact selon les circonstances locales, ont pu provoquer une augmentation de valeur, pas nécessairement une réduction55. Les curés étaient principalement touchés par la variation de valeur des grosses dîmes, mais si ces dîmes diminuaient de valeur ils pouvaient trouver quelque compensation dans les changements intervenant dans la distribution du revenu de ces dîmes et, en mettant les choses au pire, ils pouvaient largement subvenir à leurs besoins par l'exploitation des terres du bénéfice (en supposant qu'ils aient pu engager suffisamment d'ouvriers agricoles pour cela). La majorité des vicaires, à l'inverse, manquait de tels moyens. En général, leur part de la « glebe » était petite, et, même s'ils percevaient en général les menues dîmes (normalement celles des agneaux, de la laine, et du foin), leur répartition variait d'un vicariat à l'autre. À East Meon (Som) en 1318, l'augmentation de la dotation du vicariat a été réalisée selon une division particulièrement complexe : le vicaire a reçu des portions de dîmes, grosses et menues, en des lieux nommément désignés de la paroisse, les oblations de l'église et des chapelles, un don annuel d'œufs à Pâques, des amendes pour des infractions judiciaires (la paroisse étant une juridiction particulière), une allocation en froment des granges de l'évêque de Winchester et 10 « âcres » (à peu près 4 hectares) de terres arables. En plus, il reçut les menues dîmes de la paroisse, du lait, du fromage, des veaux, des poulains, des porcelets, des oies, des œufs, des moulins, du miel, du foin, des colombiers, du lin, du chanvre, et des jardins. Mais les dîmes de la laine, des agneaux et des pommes étaient exclues, de même que les dîmes concernant les domaines et les animaux épiscopaux56. La complexité d'une telle division ouvrait la possibilité de conflits futurs ; elle déterminait certainement la capacité du vicariat de répondre aux changements économiques postérieurs. Les bénéficiers pouvaient se trouver aussi astreints à des obligations extraordinaires. Lors d'une visite pastorale à Waghen (Yorks) en 1510, les paroissiens déclarèrent que le vicaire devait fournir au village un taureau et un verrat57. De tels devoirs compliquaient encore le problème des liens entre le clergé et la communauté locale.

23La dépendance du vicaire à l'égard des menues dîmes (si elles comprenaient les agneaux et la laine) entraînait un changement dans ses revenus lorsque se produisait une redistribution radicale dans la balance de la production dîmable dans la paroisse : cela se produisit en particulier lorsque l’élevage des moutons augmenta après la Peste Noire. Mais une chute du prix de la laine pouvait réduire cet avantage ; de même, le déclin de la population — qui pouvait tomber jusqu'à un seul paroissien — réduisait les recettes de l’autel, qui constituaient probablement une grande partie des revenus vicariaux. De tels changements sont presque impossibles à démontrer, en l'absence presque complète de longues séries de comptes. Mais il apparaît que les changements dans les équilibres économiques ont rendu de plus en plus difficile pour les vicaires de se maintenir dans beaucoup de paroisses incorporées. Ils sont donc entrés en conflit avec les propriétaires ; le vicaire a pu chercher un changement de sa condition en devenant salarié (ce qui n'était pas une garantie de paix permanente, étant donné les effets de l'inflation après 1450), ou bien il a réclamé une augmentation de sa dotation vicariale et une modification de l'ordonnancement originel. C'est à un tel conflit, et à l'accumulation de témoignages qui en résulta, qu'est due la survie des comptes du vicariat de Hornsea (Yorks)58. Des vicariats et des rectorats ont disparu par suite de la fusion des bénéfices, rendue nécessaire par de tels changements économiques. En 1437, par exemple, la pétition destinée à unir Hameringham et Dunsthorpe (Lincs) a catalogué tous les maux économiques contemporains pour expliquer la pauvreté de Dunsthorpe : le manque de paroissiens, la rareté des agriculteurs, leurs salaires excessifs, la stérilité de la terre, l'abandon des cultures, la peste, les épidémies. La paroisse manquait donc de paroissiens, n'était plus desservie par un curé, et était abandonnée car aucun clerc n'en voulait59.

24Mais les vicaires perpétuels n'étaient pas toujours pauvres. Comme les chapelains paroissiaux, et de fait tous les non bénéficiers, ils avaient aussi des opportunités. Au dessous des vicaires, de nombreux clercs étaient simplement salariés, payés ou par le bénéficier (comme chapelains paroissiaux ou diacres), ou par les paroissiens (comme prêtres de chantreries, pour n'importe quelle durée, et sur n'importe quelle base)60 ; mais ils n'étaient pas, eux non plus, nécessairement pauvres. Certains avaient d'autres ressources et pouvaient exploiter leur position. Un grand nombre des non-bénéficiers (peut-être, aussi, certains des bénéficiers) survivaient comme fermiers de la paroisse où ils travaillaient : des vicaires perpétuels louaient les dîmes et les terres rectorales ; des chapelains paroissiaux louaient le bénéfice complet d'un titulaire absent. Même les chapellenies pouvaient être données à ferme, et le chapelain en recevait tous les revenus, ou du moins une partie d'entre eux, contre un paiement fixe. De telles activités — surtout si la ferme était payée d'avance — nécessitaient des réserves d'argent ; mais elles offraient l'occasion d'un profit61. De plus, la participation des clercs à l'exploitation de la terre ne se bornait pas aux bénéfices. Certains clercs rassemblaient de grandes tenures à ferme, utilisant un bénéfice comme centre de l'opération62.

25Cet esprit d'entreprise est difficile à démontrer. Quelques baux survivent — par exemple pour Holme-next-the-Sea (Norf), Great Wolford (Warws), et pour les chapellenies de Snaith à Selby (Yorks) et Burmington (Warws)63. Les activités menées par les clercs à leur propre compte sont plus difficiles à démontrer ; mais pour le XIVe siècle les archives de la juridiction du Peak (Derbs), incorporée au doyenné et au chapitre de la cathédrale de Lichfield, offrent des aperçus intéressants. Ici, il y avait non seulement des vicariats formels — à Bakewell, Hope, et Tideswell — mais aussi beaucoup de chapellenies et chantreries, et avec elles une population variée de clercs qui apparaissent dans les documents. Naturellement, ils avaient leurs fonctions locales, et agissaient de temps en temps comme représentants du doyen et du chapitre (particulièrement comme vendeurs du blé des dîmes)64. Mais ils apparaissent aussi comme fermiers : louant des chapelles (telle que Chapel-en-le-Frith)65 ; louant ou achetant des parts spécifiées de dîmes66 ; achetant les animaux dévolus au doyen et au chapitre comme droits mortuaires67 ; et même payant des dîmes eux-mêmes sur leurs propres agneaux, sur leur propre laine. Ce sont les archives des dîmes des agneaux et de la laine qui, quoique maigres, donnent l'indication la plus intéressante sur cet esprit d'entreprise clérical, comme dans le cas du vicaire perpétuel de Bakewell : celui-ci possédait un troupeau assez grand, qu'il exploitait à son propre profit68. Dans cet aspect agricole de la vie cléricale rurale, il y a toute une strate d'expérience et d'intégration dans la communauté locale qui est, en général, invisible. De temps en temps elle fait surface : dans les accusations portées contre les clercs pour leurs activités marchandes ; dans les griefs qu'on leur fait de trop se comporter comme laboureurs et ainsi de se dégrader ; dans les plaintes relatives à la location par eux de terres séculières69. Si les archives des cours seigneuriales sont examinées plus soigneusement pour rechercher les activités cléricales dans les communautés locales, cet aspect de la vie cléricale recevra plus d'attention mais cela demandera du temps.

***

26Les conséquences de l'exploitation de ces ressources peuvent être classées en deux catégories ; dont l'une est facilement démontrable dans les archives, dont l'autre est pour le moment plus hypothétique. Pour l'essentiel, les relations entre le clergé et les laïques étaient, en ce qui concerne les revenus ecclésiastiques, de nature parasitaire (quoique les contemporains ne l'aient pas vu ainsi). Il y avait donc beaucoup de risques de conflit. En général, ces conflits dérivaient plus de la pratique des relations que des débats touchant à la justification théorique des impôts — encore que les conflits au sujet des dîmes aient pu se justifier en termes d’évaluation des mérites du prêtre, avec le développement du « Lollardisme » après 138070. Les disputes pratiques seront examinées un peu plus loin.

27Un peu plus théorique est la question de savoir comment des clercs ruraux en tant qu'exploiteurs s'intègrent dans le contexte économique de l’Angleterre du Bas Moyen Âge. C'est là une époque dans laquelle on a détecté des signes de proto-capitalisme, dans les activités à grande échelle des monastères, dans la stratification grandissante de la paysannerie et dans l’émergence d'une classe de paysans tenanciers d'une importance assez grande71. Avec les opportunités dont ils disposaient, il faut aussi envisager la possibilité de compter certains clercs ruraux parmi ces proto-capitalistes. Il est évident qu'ils avaient accès aux terres, et pouvaient les exploiter (et les acquérir) ; ils pouvaient produire pour le marché ; et, surtout, ils avaient un accès facile à des quantités relativement grandes de produits primaires — principalement des aliments — qu'ils obtenaient à peu de frais, grâce à leur perception des dîmes72. Ils étaient donc bien placés pour exploiter une position de pourvoyeurs en gros pour le marché : toute une recherche est à développer pour déterminer si c'est ce qu'ils faisaient, et dans quelle mesure. Quelques comptes les montrent comme vendeurs de grandes quantités de produits à des individus ou des groupes (qui, eux-mêmes, pouvaient être des proto-capitalistes). En 1454-5, par exemple, le vicaire de Kirby Malham (Yorks) a vendu 147 agneaux à 8 deniers la pièce à Jean Wynsour et à ses associés, et de la laine d'un poids de 54 pierres, 3 toisons, à Henri Robynson73. Le bénéficiaire en ce cas était le monastère dont le vicaire était chanoine ; mais les clercs séculiers prenaient les profits pour eux-mêmes. Il est possible que l'Acte de Parlement de 1529 qui essaya de limiter la participation des clercs dans la location des bénéfices, dans les activités de commerce, et dans des entreprises capitalistes telles que brasseries et tanneries, doive être considéré comme un compliment à rebours pour le succès de cette participation cléricale dans ces sphères d'activité, et comme une expression de jalousie de la part de leurs rivaux laïques74. Le seul grand obstacle à l'émergence de proto-capitalistes parmi le clergé rural séculier était la durée, par nature courte, de cette participation. Comme bénéficiers ils n'avaient qu'un accès temporaire aux sources de leurs richesses ; il n’y avait aucune garantie de continuité. (Cette remarque ne s'appliquant pas aux concentrations de terres qui n'étaient pas attachées au bénéfice, et qui pouvaient devenir des terres familiales)75.

28La nature des relations financières entre les clercs et ceux qui les payaient suggère souvent que leur implication dans les affaires locales était une source de désaccord. Bien sûr, le degré de conflit touchant le clergé rural ne doit pas être sous-estimé, en particulier en ce qui concerne les bénéficiers. À chaque pas, il y avait l'occasion d'un conflit. Les terres du bénéfice posaient un genre de problème. Si elles étaient situées dans une autre paroisse, il pouvait y avoir des débats avec les clercs voisins et les gardiens des églises concernant les impôts. Leur affermage produisait des difficultés, aussi ; en particulier si les terres étaient louées illicitement à un laïque (ce qui pouvait entraîner une action devant la cour ecclésiastique), ou si le fermier manquait de probité, plus attentif à son propre profit qu'à l'entretien des biens ; de plus, il y avait toujours menace d'usurpation76. L'entretien des bâtiments était aussi une cause de difficultés : les réparations étaient une dépense constante et importante, mais l'incompétence, surtout dans le contexte des mauvaises circonstances économiques, conduisait au délabrement progressif et durable des biens, et même du sanctuaire, en dépit des instructions des autorités ; il arrivait aussi que le successeur dans le poste fasse une réclamation au sujet des dégradations77. Dans la paroisse, des conflits pouvaient, également, naître de la conduite dissolue du clergé : clercs fornicateurs et prêtres qui négligeaient les offices, ou qui fréquentaient les tavernes et en général se comportaient d'une façon peu ecclésiastique78. Les causes les plus générales des conflits étaient d'ordre financier. Quelques-uns étaient exclusivement relatifs aux finances, à la perception des dîmes en particulier : d'autres étaient d'une nature plus juridictionnelle, se confondant avec d'autres conflits qui résultaient de l'existence des chapellenies.

29Les disputes proprement financières étaient les plus complexes. Dans la totalité des paiements qu'impliquait le fonctionnement du système paroissial, il y avait place pour des débats considérables et pas mal d'incertitudes. Un bénéficier pouvait avoir levé la dîme d'une mauvaise façon, ou demandé plus que d'habitude79. Plus sérieux étaient les mécanismes de la perception des dîmes : des dispositions détaillées étaient nécessaires pour régler les rivalités relatives à la levée de dîmes sur les mêmes terres, surtout quand une paroisse contenait des terres d'un ordre exempt tel que les Hospitaliers, ou une chapelle seigneuriale privée dotée de dîmes domaniales, et aussi lorsque des aliénations établies depuis longtemps avaient partagé les dîmes entre le bénéficier et des monastères. Les dîmes en blé n'étaient pas trop difficiles à déterminer : mais les dîmes sur les animaux étaient plus compliquées, spécialement si les mêmes troupeaux avaient pâturé dans plusieurs paroisses au cours d'une année. Des ordonnances détaillées, comme celle promulguée à Beckford (Glos) au cours des années 1480, ou comme l'accord très long et très précis fait en 1412 entre le curé de East Hendred (Berks) et le chapelain d'une chapellenie seigneuriale, cherchaient à résoudre ces problèmes, pas toujours avec succès80. Les dîmes restaient une cause majeure des procès devant les cours d'Église, pour des affaires grandes et petites, et quelques cas étaient même portés devant les cours royales81. De tels litiges étaient très perturbateurs dans une paroisse, et coûtaient cher. Les comptes de Kirby Malham de 1454-5 font connaître qu'il s'est déroulé là une grande dispute, avec au centre un des paroissiens, Thomas Malgham. On ne sait pas la vraie cause du conflit, mais il semble qu'il touchait aux dîmes. Les grandes dépenses et les pertes que Malgham était accusé d'avoir causées, se rapportaient aux granges des dîmes, et se montaient à 10 livres 12 sous 10 deniers, avec 32 sous en plus pour la réparation des dommages infligés à la grange de Malham pendant le conflit82. Chacune de ces disputes avait des ramifications : dans la dispute qui s'est déroulée à Hayes (Middx) dans les années 1530, les dîmes ne constituaient qu’une partie de l'enjeu d'une plus grande série de conflits concernant des relations entre personnes et comportant des plaintes en justice83. Moins dramatiques (selon notre opinion actuelle) furent deux cas dans le Yorkshire. En 1399 Jean Poleyn, prêtre paroissial de Hemingbrough, fut puni parce qu'il n’avait pas effectué un arrêt contre un paroissien qui avait retenu les dîmes des pâturages dues à son curé ; un peu différent apparaît le cas des habitants de Foston in Holderness, menacés d'éviction par un propriétaire au commencement du XVIe siècle au cas où ils tenteraient d'appliquer contre lui une saisie pour des dîmes84. La question des dîmes ne se limitait pas à un problème de territorialité. La grande complexité des droits de juridiction s'étendait aussi aux biens, et les débats qui en résultaient pouvaient être très compliqués, si un ordre exempt était impliqué dans l'affaire. Dans les années 1520, alors que le vicaire de Masham (Yorks) se disputait les dîmes des veaux et du lait avec ses paroissiens, l'abbé et le couvent de Fountains étaient aussi en cause : les paroissiens niaient être les vrais possesseurs des animaux dont on se disputait le produit, et disaient qu'ils les avaient loués au monastère, maison cistercienne, dont les biens étaient libres de dîmes85. De tels problèmes portant sur la possession véridique de certains animaux rendaient le paiement de la dîme encore plus aléatoire que l'incertitude des contributions à verser pour des animaux itinérants.

30Par ailleurs, la nature des débats concernant les dîmes conduit à gommer quelques-unes des distinctions entre « clergé rural » et « clergé urbain » qui ont été imposées à ce rapport. Après tout, les conflits qui concernaient le propriétaire lointain d'une église incorporée restaient d'origine rurale. Celui cité ci-dessus pour Masham n'était qu'un procès parmi d'autres ayant affecté la paroisse pendant cette décennie. Ceux dans lesquels figurait le vicaire peuvent être considérés comme explicitement ruraux, mais quand on trouve au rang des parties le curé, prébendier à la cathédrale d'York, la distinction est moins claire86. De pareille manière, quand le fermier de Kniveton (Derbs) ne pourvoyait pas la paroisse de chapelain pendant neuf mois en 1424, le doyen et le chapitre de Lichfield, propriétaires de l'église et de la juridiction, agissaient contre lui ; douze ans plus tard, c'était l'abbé de Bury St Edmunds qui pressait l'évêque de Norwich d’agir contre le vicaire de Thurston (une des paroisses incorporées à l’abbaye) pour cause de dilapidation de biens87.

31D'autres impôts étaient des causes de conflit, et provoquaient des procès ; les plus notables étaient peut-être les droits mortuaires. Dans tous les cas, le défaut de paiement pouvait durer quelques années avant qu'il ne s'ensuive un conflit formel. Dans la juridiction du Peak, du doyen et chapitre de Lichfield, des arriérés de droits mortuaires et de dîmes portaient quelquefois sur une décennie et même plus, au XIVe siècle88.

32Les droits mortuaires étaient, semble-t-il, après les dîmes, la source principale de conflit ; mais dans un contexte rural les questions qu'ils posent sont compliquées en raison des distinctions qu'il faut faire entre les catégories de droits mortuaires et le statut du bénéficier. Les curés, naturellement, recevaient tout ; mais, dans les bénéfices incorporés, on payait en général les droits mortuaires « vivants » — c'est-à-dire, les animaux — aux propriétaires, et les droits mortuaires « morts » (consistant en vêtements et autres biens) au vicaire89. La responsabilité de payer les droits mortuaires, et leurs procédures de perception, n’étaient pas des choses simples, et pouvaient interférer avec des droits seigneuriaux. Les comptes qui survivent et qui mentionnent les droits mortuaires en général n'enregistrent que des paiements en argent pour les ventes ; ils suggèrent donc le dommage qui était imposé à une tenure agricole par la saisie d'un bœuf ou d'un autre animal — ou plus, s'il y avait plusieurs morts dans une famille ; mais ils ne montrent pas les aspects les plus mesquins de tels droits90. Et ils étaient mesquins. Il est possible que la nécessité d'un partage des droits mortuaires, en reconnaissance des exigences de l'Église et du seigneur, soit révélée par quelques notes dans les comptes de la juridiction du Peak, qui comprennent des moitiés d'animaux parmi les droits mortuaires. Vraiment, certains procédés en usage dans la seigneurie d'Alrewas (Staffs) étaient d'une mesquinerie frappante, si on en juge par deux cas enregistrés dans les rouleaux de la cour seigneuriale pour l'année 1386. Dans ces deux cas des femmes mortes — il faut les présumer veuves — durent payer leurs droits mortuaires en vêtements, à savoir une tunique d'une valeur de dix-huit deniers de chacune. Mais la même tunique devait aussi satisfaire le droit seigneurial de mainmorte, dû pour leurs tenures. La coutume de la seigneurie dicta une division : la portion du seigneur devait valoir quatre deniers de plus que celle du vicaire ; le seigneur a donc reçu onze deniers dans chaque cas, et le vicaire sept deniers91.

***

33Les conflits engendrés par les questions fiscales ne se limitaient pas aux disputes entre le clergé et les laïques. Beaucoup d'entre eux étaient dus à la structure même de l'Église anglaise de cette époque et à la nature de sa réaction aux pressions économiques contemporaines. Le système paroissial d'Angleterre, quoique formalisé et même, peut-on dire, fossilisé avant 1300, n'était pas absolument statique. Il n'était, non plus, ni logique ni cohérent. Le processus par lequel les paroisses avaient été fondées, pièce à pièce, avait abouti à la constitution de très grandes paroisses qu'il fallait sectionner en unités plus petites, les chapellenies, qui seront au nombre de 2 500 environ en 153592. Beaucoup d'autres avaient des territoires disjoints ou étaient fragmentées, comme Pendock (Worcs)93. Quelques-unes étaient excessivement divisées, leur territoire se mêlant inextricablement à celui de la paroisse voisine. Deux exemples peuvent rendre compte de cette situation dans le Yorkshire. La paroisse de Treeton comprenait de nombreuses enclaves de la paroisse de Wales94 ; et les deux paroisses de Heslington (St Paul et St Laurent) étaient d'une semblable complexité95. Dans chaque cas s'ajoutaient des complications dues aux divisions juridictionnelles : Wales était une parcelle d'une juridiction privée, tandis que Treeton dépendait de l'archidiacre de Doncaster ; à Heslington, St Paul appartenait aux Templiers, et St Laurent au prébendier d'Ampleforth dans la cathédrale d'York96. Une telle complexité, liée aux incertitudes qui résultaient de l'imbrication des assiettes de dîmes, explique quelques fusions de paroisses qui ont lieu de 1300 à 1530. Par exemple, en 1402 on fit les premiers pas pour l'union de Kneesall et Boughton (Notts). On justifia cela en constatant que les paroisses étaient inextricablement entremêlées, que le partage et la collecte des dîmes et des autres impôts paroissiaux étaient très difficiles, et qu'il était impossible de distinguer les limites des deux paroisses. Il semble que l'imbroglio était dû à la division des paroisses entre des seigneuries temporelles différentes ; mais les considérations fiscales étaient sans doute les plus importantes. Les revenus de Boughton, affirma-t-on, ne se montaient qu'à quarante sous par an, et les trois-quarts de la population du village étaient déjà paroissiens de Kneesall. Selon le décret de l'union, en février 1404, Kneesall devint la seule église paroissiale, Boughton étant réduit au rang d'une chapellenie desservie par un chapelain les dimanche, mercredi, et vendredi de chaque semaine97.

34La question des relations entre les églises n'a pu qu'accentuer les problèmes de l'identification de statut qui pouvaient naître de la perception fausse qu'avaient les habitants du rang de leur église. Si — comme il paraît — les paroisses furent de plus en plus abandonnées à des prêtres salariés a partir de 135098, il devint difficile de s'assurer du statut précis d'une église. Certains procès suggèrent cela : des chapellenies sont dites posséder des « paroissiens » ; on affirme que des chapellenies sont en vérité des églises paroissiales. Dans un cas, en Yorkshire, on déclare que l'église de Cumberworth est paroissiale, mais le curé de Silkstone la réclame en tant que simple chapelle99. Les conflits touchant les chapellenies étaient évidemment liés à des intérêts matériels, mais ils soulevaient beaucoup d’autres problèmes100 et mettaient en jeu une multiplicité d'influences extérieures. Dans leur recherche d'un emploi permanent, les clercs faisaient intervenir leurs relations locales pour arriver à leurs fins ; quelquefois ils encourageaient la fondation de chapelles et soutenaient leur revendication d'autonomie juridique contre l'église mère. Cela provoquait des réactions, en particulier à cause de l'effet d'une telle déclaration d'indépendance sur les revenus de la paroisse mère. À partir de 1300 on note de nombreuses tentatives d'émancipation de la part des chapellenies, bien que pas toujours à l'instigation de leurs clercs. Néanmoins à Ditchford Frary (Warws) une lutte pour l'autonomie contre l'église mère de Great Wolford commença vers 1400, et continua pendant presqu'un demi siècle. Quoique les prêtres de la chapellenie ne paraissent que rarement dans les documents du procès, il semble bien que l'initiateur du conflit fut Nicolas de Wenlok, chapelain de Ditchford, qui finit par être excommunié. Le débat concernant le statut de Ditchford affecta en particulier le collège de Merton à Oxford, propriétaire de l'église de Great Wolford, qui dut faire face à un refus de dîmes et à d'autres problèmes, et surtout aux dépenses considérables du procès101. Sa détermination à vaincre est évidente dans le bail des dîmes de Wolford qu'il concéda à Guillaume Saunders dans les années 1420. Auparavant Saunders avait été chapelain salarié à Great Wolford, et il devint vicaire en 1427 ; mais le bail stipula qu'il ne fasse aucune concession pouvant suggérer que le statut juridique de Ditchford était autre que celui d'une chapellenie de Great Wolford102. Néanmoins, Ditchford finit par gagner : le collège de Merton dut reconnaître son statut de rectorat indépendant103.

35Dans cet exemple, le conflit entre les deux églises ne semble pas avoir de grands enjeux en dehors du prestige. Mais d'autres cas avaient des implications plus importantes. À Slaidburn (Yorks) le curé dut combattre un intrus qui s'était établi comme bénéficier indépendant de Whitwell Lodge pendant les années 1490, et qui s'était emparé d'une grande part des revenus paroissiaux. Il est peut-être significatif que l'usurpateur portait le même nom de famille que plusieurs de ceux dont il collectait les dîmes ; cela suggère que les habitants désiraient non seulement l'autonomie, mais aussi qu'un des leurs soit leur prêtre. D'autre part, cette affaire nous donne une idée de la menace que comportaient de telles revendications d'indépendance : le curé prétendait que l'intrus levait des dîmes d'une valeur de plus de 10 livres par an104. C’était, sans doute, une exagération ; mais la menace était significative : en 1535, la valeur du rectorat était estimée à 28 livres105.

36Le fait essentiel dans ces cas, c’était en général que les clercs cherchaient à garantir leur situation financière, mais ils nous suggèrent en outre le rôle du clergé rural comme porte-parole des plaintes et des aspirations locales, comme médiateur avec les autres autorités, et même comme leader d'une révolte (rôle démontré très clairement dans le soulèvement des paysans en 1381)106. Au-delà de ces questions, et pendant toute la période, la recherche de la sécurité de tenure à engendré de nombreux conflits au sujet de la possession des bénéfices, soit directement entre des clercs, soit entre les patrons (pour lesquels les aspirations des clercs n'étaient pas en général pertinentes). Dans ces épreuves, on se servait de tous les moyens, y compris des cours royales et ecclésiastiques, pour obtenir la victoire107. Pendant le XIVe siècle, peut-être surtout avant 1350, la demande excessive de bénéfices a été un grand stimulant aux conflits quand interféraient les provisions pontificales. Quoique les mandats de provision à des bénéfices nommément désignés aient concerné en général les canonicats et prébendes dans les cathédrales et grandes églises collégiales, dont la majorité était en ville, les provisions mineures — in forma pauperum108 — affectaient en général des bénéfices à la collation des maisons religieuses, souvent leurs paroisses appropriées. Le but de l'appropriation étant d'assurer aux propriétaires les revenus des grosses dîmes, la plupart des bénéfices appropriés étaient nécessairement ruraux (de même que la plupart des bénéfices dont les monastères ne possédaient que la présentation). L'exécution des provisions pontificales était elle-même une source de conflit, mais du fait des problèmes liés à l’enregistrement de leur exécution (on ne trouve pas, en général, les collations papales dans les registres épiscopaux) la documentation relative à ces débats est dispersée et peu concluante. Néanmoins, les usurpations ont suscité des réactions et précipité la dissension. Quant à savoir si les bénéficiaires des provisions avaient l'intention de vivre dans leurs paroisses, et s'ils peuvent donc être classés parmi le vrai « clergé rural », ce n'est pas là la seule question laissée sans réponse par ces documents. Les causes engendrées par les provisions pontificales étaient diverses. Quelquefois, un monastère agissait contre un clerc qui, au moyen de la provision, s'était établi dans un bénéfice à son insu, comme le déclare le prieuré de Wormesley contre Jean Mercer à Lyonshall (Heref) en 1385109. Il y avait quelquefois des différends entre les récipiendaires des grâces : en 1386 Nicolas Burton, qui avait acquis le rectorat de Sprotley (Yorks) à la suite d’une provision pontificale, dut se défendre contre Robert Wymark, qui l’usurpait en vertu d’une provision in forma pauperum à lui conférée par le pape Urbain VI110. Il est possible que certaines contestations aient été seulement soulevées pour s'assurer un accommodement financier ; mais d'autres avaient été plus mûrement réfléchies, et étaient plus spécifiquement organisées. Peut-être une ruse commune (dont le caractère général reste à vérifier) était-elle de défier les propriétaires d'une église incorporée en prétendant qu'ils avaient perdu leurs droits de présentation. En déclarant que le propriétaire (auparavant patron, maintenant curé en titre) n'avait pas nommé au bénéfice, et que la collation s'était trouvée dévolue à l'ordinaire qui, à son tour, n’avait pas nommé au bénéfice, on adressait une pétition à la curie, en alléguant que le pape avait regagné le droit de faire la nomination, et qu'il fallait donc un mandat de provision. La question de la possession était donc débattue en Angleterre entre les requérants, les patrons, et les exécuteurs du mandat. Un exemple frappant d'un tel cas se rencontre à Mitton (Yorks) dans les années 1360, quant l'abbaye de Cockersand dut défendre ses droits contre l'intrusion de Thomas Sotheron : les débats sont bien documentés dans les archives pontificales. Un cas semblable s'est présenté en 1380, à Braithwell (aussi dans le Yorkshire), où Thomas de Castelford demanda l'exécution d'une provision apostolique pour cause de dévolution du patronat, contre le propriétaire, l'abbaye de Kirkstead111.

37Les litiges engendrés par les revendications d'autonomie se déroulaient soit entre clercs, soit entre clercs et laïques ; dans les deux cas ils ne causaient que confusion. Les chapellenies pouvaient provoquer des frictions entre clercs et laïques pour d'autre raisons : non pas parce qu'elles recherchaient l'autonomie, mais parce qu'elles visaient à exister ou à continuer d'exister. En pareils cas, les laïques insistaient pour que le curé maintienne les chapellenies traditionnelles, ou qu'un chapelain demande à être payé en propre pour son travail112. L'essentiel, c'était l'argent : les chapellenies coûtaient trop cher. Si les chapelains étaient entretenus par des moyens autres que les collectes locales (beaucoup de chapelains étaient en effet salariés, engagés par les gens de la localité), leurs salaires devaient sortir des poches du bénéficier. Mais après la Peste Noire, quand le montant des gages d'un clerc renchérit, alors que la valeur des bénéfices paroissiaux diminuait, les curés se trouvèrent pris au piège : ils n'avaient plus les moyens de payer ni pour les chapelles ni pour les chapelains, ou du moins ils le prétendaient. Si la population de la chapellenie elle-même diminuait, diminuait aussi la justification de l'existence de la chapellenie, et le bénéficier en toute raison pouvait estimer qu'il ne valait plus la peine d'employer un chapelain. Sur ce point, malheureusement, la documentation est en général insuffisante ; mais il est clair que certains de ces conflits ne s'apaisaient sous un bénéficier, que pour se réveiller sous son successeur113. La résolution des litiges pouvait même ajouter d'autres complications à cette situation déjà complexe. Un concordat du dernier quart du XVe siècle, entre le vicaire de Kettleby et les habitants de Holwell (les deux dans le Leicestershire) en donne les détails pour la chapellenie à Holwell. Le vicaire devait payer 40 sous par an pour le salaire du chapelain ; mais les habitants de Holwell avaient pouvoir de le choisir, avec seulement l'accord du vicaire114.

***

38Se cantonner dans des généralités ne fait pas beaucoup avancer le débat : chaque carrière était individuelle, soumise à ses propres contraintes. De plus, aucun individu ne peut servir de modèle pour caractériser les clercs ruraux. Recourir à l'anecdotique, à l'individuel, entraîne toujours de graves limitations. Il y eut des histoires de grand succès parmi le clergé rural ; la plus souvent citée est celle de Jean Hody, fils d'un serf de Woolavington (Som) qui, par une combinaison de patronage effectif et de bonne fortune, fut promu au poste important de chancelier de la cathédrale de Wells, accumulant en chemin assez de richesse pour acheter l'affranchissement de ses neveux, qui tour à tour acquirent de grands offices séculiers115. Presque par définition, l'expérience de Jean Hody fut anormale. Néanmoins, elle offre un modèle, en quelque sorte. Celui d'un fils de serf qui saisit ses opportunités cléricales pour en faire bénéficier sa famille : rien la de tellement exceptionnel ; c'est un cas que l'on rencontre assez fréquemment, précisément en milieu rural.

39Mettre cette affirmation à l'épreuve exige des recherches plus approfondies que celles qui ont été menées jusqu'ici ; c'est là un travail pour lequel les historiens de l'Église doivent étendre leurs recherches au delà des archives liées au seul contexte ecclésiastique. Le contexte social, économique, et mental dans lequel vivaient la plupart des clercs ruraux — aux différents niveaux où ils étaient actifs — était défini autant par la seigneurie que par la paroisse : la seigneurie dans laquelle ils étaient nés ; dans laquelle ils tenaient des terres et des maisons ; dans laquelle ils participaient aux activités agricoles ; dans laquelle ils étaient impliqués dans des disputes multiformes ; dans laquelle ils avaient hérité, organisé, et transféré leurs terres suivant l'usage de la communauté locale ; et dans laquelle (particulièrement pour tout ce qui se rapportait au « frankpledge » et à l'exercice de la juridiction du « hundred ») ils étaient sujets à des amendes et à d'autres contraintes116. En dépit de l'importance que tenait la seigneurie dans leur vie, jusqu'à présent la participation des clercs à la vie de la seigneurie a peu retenu l'attention. Si donc ce rapport est conçu comme une initiation à la recherche sur les différents aspects de l’histoire du clergé, je pense que le plus urgent est de faire porter les investigations sur l'intégration du clergé dans cet élément fondamental de la vie rurale anglaise qu'est le manoir. On a étudié les clercs-seigneurs, mais uniquement comme seigneurs, pas comme clercs ; et comme seigneurs beaucoup plus que comme tenanciers117. Pourtant on ne doit pas ignorer cette autre perspective, celle de clercs tenanciers, qui mérite beaucoup plus d'attention. La survie, en quantité considérable, d'archives seigneuriales dans l'Angleterre de 1300 à 1530 offre l'opportunité d'étendre largement les analyses portant sur le clergé rural, analyses qui permettront d’enrichir nos connaissances non seulement sur les activités des clercs ruraux, mais aussi sur la société dans laquelle ils vivaient. Il se peut aussi que de telles recherches nous offrent le complément souhaité aux archives administratives d'origine spécifiquement ecclésiastique, et permettent d'éclairer et de résoudre les questions touchant à l’identification de ces clercs et au développement de leurs carrières : on pourrait apprécier alors plus largement leur rôle dans la société aussi bien que leurs activités ecclésiastiques.

40Ce n’est pas le lieu ici de faire un exposé approfondi sur les archives seigneuriales anglaises et sur les promesses qu'elles comportent d'augmenter nos connaissances sur le clergé anglais du Bas Moyen Âge. Mais, arrivant au troisième thème de ce colloque, celui de l'intégration du clergé rural dans la société locale, je voudrais prendre l'exemple de la vie d'un individu pour indiquer combien ces archives seigneuriales peuvent ajouter aux renseignements fournis par les sources ecclésiastiques. Pendant quelques instants, réfléchissons à la vie de Thomas Faleyn, d'Alrewas, dans le Staffordshire118.

41Si nous n'avions que les informations contenues dans les registres épiscopaux, Thomas Faleyn resterait presque inconnu. Il n'apparaît dans ces registres qu'à l’occasion de ses ordinations successives : sous-diacre (1344), diacre (1345), prêtre (1347)119. Des recherches dans d'autres archives ecclésiastiques nous donnent plus de renseignements, celles effectuées en particulier dans les registres capitulaires de Lichfield. Au bout d'un dizaine d'années, quelqu'un de ce nom (le nom de famille me fait croire que c'est le même homme) apparaît comme prêtre d'une chantrerie à la cathédrale de Lichfield ; bien vite il entre dans les rangs des vicaires du chœur ; en même temps il est actif sur le marché des propriétés de la ville. Nous manquons de preuve indiscutable, mais il n'y a guère de doute que l'ordinand de 1344-7 ou le vicaire du chœur (que j'ai trouve actif depuis le milieu des années soixante du XIVe siècle jusqu'à 1381) soit le Thomas Faleyn qui apparaît dans les rouleaux de la cour seigneuriale d'Alrewas.

42Ces rouleaux fournissent une documentation concernant presque tout le XIVe siècle120. Il y a des lacunes — naturellement, dont quelques-unes portent sur des points importants — et il y a aussi toutes les difficultés attendues pour assurer les identifications. Mais, encore une fois, il n'y a guère de doute sur le fait qu’il n’y avait qu'un seul Thomas Faleyn agissant comme chapelain dans la seigneurie.

43La date exacte de la naissance de notre Faleyn est inconnue ; mais, ordonné prêtre en 1347, sa naissance peut être placée entre 1315 et 1323. Sa première apparition est de 1332, comme fils du serf Robert Faleyn, qui tenait une « half-virgate » (8 hectares environ) dans la seigneurie d'Alrewas. Son père paya 12 deniers pour obtenir le permis de mettre Thomas à l'école, et de lui faire recevoir la tonsure121. En qualité de « half-virgater », Robert Faleyn n'était pas parmi les plus pauvres ; il apparaît avec régularité dans les court rolls du demi-siècle suivant, en tant que participant actif aux affaires de la seigneurie.

44Où Thomas a reçu son éducation est inconnu ; hasarder une conjecture ne servirait à rien. Son titre d’ordination — à savoir, la garantie supposée de son indépendance économique, destinée à prévenir qu'il ne devienne un fardeau pour l'évêque — provient de l’abbaye de Burtonon-Trent. Mais selon toute probabilité ce n'était qu'une garantie formelle : si l'on tient compte de sa carrière ultérieure, et de son arrière-plan familial, la garantie réelle dérive en vérité des terres familiales, de son patrimoine122.

45La survie des rouleaux de la cour seigneuriale d'Alrewas nous offre la chance de retracer la vie de Thomas Faleyn de manière inhabituellement détaillée. Il resta probablement à Alrewas dans les années suivant 1332 : sa présence est notée plusieurs fois dans les rouleaux de la cour seigneuriale123. En 1346 il apparaît dans un groupe contre lequel le seigneur du lieu (Philip de Somerville) porta plainte à la cour royale, pour des atteintes à son foin. Il semble que ce fut là une petite révolte de village. Thomas étant nommé avec son frère Jean et d’autres, il est probable qu’il continuait à participer à la vie communale124. Peut-être passait-il une partie de son temps comme assistant du clergé paroissial, peut-être — comme Jean fils de Jeanne Askern de Campsall (Yorks) en 1403 — servait-il comme clerc paroissial avant d'être admis à la prêtrise125. Devenu prêtre, son premier poste connu à Alrewas fut celui de prêtre de la chantrerie de Sainte-Marie dans l’église paroissiale. La charte de dotation de cette chantrerie date de 1332, mais il semble que cette chantrerie n'était pas un vrai bénéfice. Il semble que c'était une fondation informelle, contournant la réglementation du Statut de Mainmorte de 1281, et consistant en une dotation de terres et de cens donnés par les habitants du village et remis selon le processus de concession en vigueur dans la seigneurie. Quelquefois il semble que ces terres aient été tenues par des groupes des villageois constitués en une sorte de syndicat ; mais le point essentiel reste que la chantrerie était une fondation informelle, hors des structures normales d'administration et de juridiction ecclésiastiques126.

46Faleyn apparaît comme occupant de la chantrerie pour la première fois en juillet 1349. Il en garde la possession jusqu'en août 1365, date de sa résignation des terres à son successeur127. Mais cela n'a pas signifié son départ du village. De 1349 à 1370 il apparaît régulièrement dans les rouleaux de la cour, comme prêtre de la chantrerie et comme tenancier des terres tenues en propre128. Il participe à des transactions foncières (y compris à des processus d'« enclosures ») ; il poursuit un serviteur qui (dit-il) a rompu un contrat d'emploi ; il prête en mort-gage ; il acquiert une tutelle ; etc.129. Il intente des procès tantôt à son propre compte, et tantôt au nom du syndicat qui gérait les terres de la chantrerie130. Une des transactions, un échange, n’a pas abouti, les participants n’étant pas d'accord131 ; dans un autre cas, un villageois fut frappé d'une amende pour l'avoir insulté en pleine cour132 (ceci à l'époque d'un litige foncier : peut-être les passions étaient-elles surexcitées dans le village). Il est évident que Faleyn réalisa une grande concentration de terres, auxquelles s'ajoutèrent les terres héritées de son père en 1367133. Il était un membre relativement riche de la communauté. À cause des possessions foncières, il resta impliqué dans la vie d'Alrewas même après sa démission de la chantrerie : on a de nombreuses mentions de ses activités dans les rouleaux de la cour. Il y est fait référence à deux grandes dispersions de ses biens, en 1364 et 1368-9, mais ni l'une ni l'autre ne constituèrent une liquidation totale134. Il n’était pas un fermier inactif ; il avait des cochons, difficiles à contrôler ; il cultivait au moins des pois, dont il lui fallut une fois payer un boisseau d'indemnité. Une de ses cessions de terres a exclu les peupliers qui s'y trouvaient : il voulait les garder pour lui135. Sans insister trop sur le parallèle — on ne trouve mention à son propos ni d'hérésie, ni de délits sexuels — Thomas Faleyn ne nous présente-t-il pas une version anglaise de Pierre Clergue ?

47Quoiqu'il reste actif dans le village, les dernières années de la carrière ecclésiastique de Thomas Faleyn nous ramènent à la question posée au commencement de ce rapport : faut-il distinguer strictement entre un clergé rural et un clergé urbain ? En ce qui concerne Faleyn, sa résignation de la chantrerie d'Alrewas fut suivie de son transfert à Lichfield, où il fut le chapelain de la fondation de Saint Chad dans la cathédrale en février 1357, date de sa nomination comme gardien de la fabrique de la cathédrale. Plus tard il devint vicaire du chœur, et cette participation à la communauté de la cathédrale se poursuivit, semble-t-il, jusqu'à sa mort. Mais il n'avait pas rompu ses liens avec la campagne, comme le démontrent ses apparitions continues dans les court rolls d'Alrewas136. La date précise de sa mort n’est pas connue : il contribue à la capitation cléricale en 1380, et est encore vivant en septembre 1381, date à laquelle il est mentionné dans une charte de Lichfield137. À cette date il semble que ses liens avec Alrewas soient devenus plus ténus.

48Quoique uniques, comme chaque carrière, les expériences vécues par Thomas Faleyn ne sont pas sans parallèles. Les rouleaux de la cour d'Alrewas laissent entrevoir les richesses qui restent à sonder dans les autres archives seigneuriales. En fait, par delà Thomas Faleyn, les archives d’Alrewas elles-mêmes offrent de nombreux autres exemples. Peut-être la proximité de Lichfield, et le fait que le curé de la paroisse était un prébendier de la cathédrale avait-il pour effet d’accroître ici la population cléricale138 ; mais on constate néanmoins une présence continue et remarquable des clercs dans les court rolls ; leurs activités portent témoignage du rôle et de la participation du clergé dans la société rurale. D’autres chapelains de la chantrerie de Sainte-Marie ont tenu des terres, et ont donc été impliqués dans des transactions et des litiges ; des curés sont venus d’autres lieux pour réclamer leur patrimoine ; des clercs ont été frappés d’amendes à la cour seigneuriale pour cause de fausses prétentions et de petits méfaits ; des bénéficiers de paroisses voisines ont pêché du poisson illégalement ; des droits de mainmorte ont été payés pour des successions de clercs139. Notables parmi ces individus furent les deux Henri Swan, l’un vicaire perpétuel d’Alrewas, l’autre vicaire de chœur à la cathédrale de Lichfield, tous les deux actifs dans la seigneurie en même temps. Le déplacement progressif de Thomas Faleyn de la campagne vers la ville ressemble aux déplacements du vicaire de chœur Henri Swan. Comme Faleyn, les deux Swan ont participé à la société villageoise, tous deux ayant joué un rôle remarquable comme intermédiaires dans les transactions foncières. On leur cédait des tenures, puis ils les rétrocédaient, à la session suivante de la cour, au donateur originel ou à quelqu'un d'autre, sous des conditions spécifiques. En général le procédé servait à permettre à un mari de transférer un droit de tenure à sa femme ; mais ce n'est pas toujours le cas140.

49L’usage des clercs locaux de servir de curateurs lors des transferts de terres a pu être un aspect important de leur participation aux affaires villageoises141 ; mais il est difficile de savoir si la situation à Alrewas est typique en raison du manque de recherche ailleurs pour trouver les clercs dans les rouleaux des cours seigneuriales, et pour examiner leurs activités comme clercs142. Néanmoins, la vie de Thomas Faleyn suggère des possibilités, et des problèmes ; car les rouleaux subsistants des cours seigneuriales sont tellement dispersés que leur utilité exacte dans cette enquête reste à déterminer.

50Les rouleaux de la cour d'Alrewas signalent aussi un aspect presque ignoré de la position des clercs en tant que tenanciers en des circonstances spécifiques. Certains des clercs étaient nés bâtards et cela amenait des inconvénients. La disposition des terres était rarement affaire de libre choix, mais était souvent déterminée d'avance par la coutume. Pour un bâtard — un bâtard célibataire — l'acquisition de terres pouvait être une activité vaine dans le système de la seigneurie. À la mort du chapelain Jean Kemp à Alrewas en 1361, toutes les terres de basse tenure qu'il avait acquises retournèrent au seigneur : Kemp était né bâtard et donc, suivant la loi, il n'avait pas de proches qui puissent hériter de ses terres143.

***

51Le clergé rural en Angleterre depuis l’an 1300 jusqu'à la Réforme a été une partie intégrante de la société locale. La vie des clercs, avec les exigences du patronage, l'assujettissement aux forces changeantes de l'économie, et la possibilité de conflits avec leurs ouailles aussi bien qu'avec d’autres clercs, était faite de combinaisons complexes d'aspirations et d'accomplissements. Quant à savoir si les clercs ruraux anglais menaient une vie distincte de celle de leurs pairs continentaux, ce n'est guère là une question à examiner ici ; mais j'estime qu'ils n'étaient pas très dissemblables. Naturellement, il y avait des différences, engendrées par des attitudes et des circonstances diverses, surtout, peut-être, par une conception différente de la spiritualité : il y a peu de témoignages en Angleterre sur les bénédictions des champs et du temps, bénédictions qui ont aidé à l'intégration du clergé allemand dans la société paysanne, par exemple144 ; d'autre part, les différences du système patronal ont eu leurs propres effets sur le déroulement des carrières. Ce n'est pas non plus le lieu ici d'examiner les changements survenus avec la Réforme ; encore qu'il y eut alors clairement bien des transformations145. Ce qui est évident, c'est qu'il faut faire davantage de recherches sur l'intégration du clergé rural anglais dans la société rurale, en les fondant surtout sur une exploitation extensive des ressources des cours royales et seigneuriales. On ne doit pas, par ailleurs, établir une distinction rigide entre clergé rural et clergé urbain dans l'Angleterre d'avant la Réforme, à cause en particulier de la faiblesse de l'urbanisation et aussi du fait que chaque vie de clerc avait à la fois des composantes rurales et urbaines. Néanmoins, il faut élargir l'analyse de la perspective de cette intégration rurale. Pour la plupart des clercs, la société dont ils étaient issus et dans laquelle ils passaient leur vie, c'était la société rurale, la société paysanne.

Notes de bas de page

1 R. N. Swanson, Church and society in later medieval England, Oxford, 1989, en particulier ch. 2 ; A.H. Thompson, The England clergy and their organisation in the later middle ages, Oxford, 1947, ch. 3-5 ; P. Heath, The English parish clergy on the eve of the Reformation, Londres et Toronto, 1969 ; A. Mc Hardy, « Careers and disappointments in the late medieval church, some English evidence », dans Studies in church history, t. 26, 1989, pp. 111-130 ; P.E.H. Hair, « Chaplains, chantries and chapels of north-west Herefordshire, c. 1400 », dans Transactions of the Woolhope naturalists' field club, t. 46,1988, pp. 35-40 ; L.M. Stevens Benham, « The Durham clergy, 1494-1540 : a study of continuity and mediocrity among the unbeneficed », dans The last principality : politics, religion and society in the bishopric of Durham, 1494-1660, ed. D. Marcombe, Studies in regional and local history, no 1, Nottingham, 1987, pp. 6-32.

2 R. N. Swanson, Church and society, p. 4.

3 J. R. H. Moorman, Church life in England in the thirteenth century, Cambridge, 1955, pp. 52-53. Swanson, Church and society, pp. 30-36. V. G. Davis, « Rivals for ministry ? Ordinations of secular and religious clergy in southern England, c. 1300-1500 », dans Studies in church history, t. 26, 1989, pp. 99-109. Hair, « Chaplains, chantries, and chapels », p. 64.

4 J'ai abordé ces questions, dans une perspective urbaine, dans « Incomes of urban rectories in late medieval England » (à paraître). Pour les cas cités, S. Bassett, « Anglo-Saxon Shrewsbury and its churches », dans Midland history, t. 16, 1991, pp. 3-13. Victoria County History : A history of the county of York, East Riding, t. I, Londres, 1969, p. 287, et la carte p. 3.

5 L. Benson, ed., The Riverside Chaucer, Oxford et Boston, 1989, p. 31.1.491. Voyez aussi R. N. Swanson, « Chaucer's Parson and other priests », dans Studies in the age of Chaucer, t. 14, 1991, p. 46, 64-66, 80.

6 R. N. Swanson, Church and society, pp. 52-54, 60.

7 H. E. Salter, W. A. Pantin, et H. G. Richardson, ed., Formularies which bear on the history of Oxford, c. 1204-1420. Oxford Historical Society, n.s. 4-5, 1942, t. II, pp. 375-376. L'autorisation de s'absenter d'un bénéfice n'était pas toujours accompagnée de la permission de l'affermer : voyez par exemple W. P. Marett, ed., A calendar of the register of Henry Wakefield, bishop of Worcester, 1375-1395, Worcestershire Historical Society Publications, n.s. 7,1972, nos 453, 592.

8 C. Dyer, Lords and peasants in a changing society : the estates of the bishopric of Worcester, 680-1540, Cambridge, 1980, pp. 133,146-147, SRO, D(W)1734/3/3/264.

9 Pour l'héritage : Calendar of inquisitions post mortem and other analogous documents preserved in the Public Record Office, vol. XV, 1-7 Richard 11, Londres, 1970, nos 413-418 ; Calendarium inquisitionum post mortem sive escaetorum, vol. IV, temporibus regum Henri V, Henri VI, Edward IV & Richard III, Londres, 1828, p. 39. Son itinéraire d'évêque l'empêche presque totalement de visiter personnellement ses domaines : F. C. HingestonRandolph, ed., The register of Edmund Stafford (A.D. 1395-1419) : an index and abstract of its contents, Londres et Exeter, 1886, pp. 476-479. Pour sa carrière, A. B. Emden, A biographical register of the University of Oxford to 1500, 3 vol., Oxford, 1957-1959, t. III, pp. 1749-1750.

10 J. N. Hare, « The demesne lessees of fifteenth-century Wiltshire », dans Agricultural history review, t. 29, 1981, pp. 8-9.

11 Cf. Bihr, CP. F82 : le vicaire perpétuel de Givendale (Yorks) avait engagé Robert Norton comme chapelain paroissial, mais il avait abandonné son poste pour rejoindre sa famille à Howden. C'est un échange manqué d'un rectorat rural et d'une chantrerie urbaine, qui promettait à l'un la retraite, et à l'autre l'avancement : Bihr, CP. F11 (voyez aussi R. N. Swanson, Church and society, p. 76). En 1393 John de Dorem, chapelain à Newark (Notts), se souvient qu'il a passé dix-huit mois comme prêtre dans la paroisse rurale de Gedling (Notts) : Bihr, CP. E208.

12 M. Bowker, ed., An episcopal court book for the diocese of Lincoln, 1514-1520, Lincoln record society, 61,1967, pp. 38-39. Stevens Benham, « Durham clergy », pp. 10-11.

13 Sur de telles unions et dispenses, voyez par exemple M. J. Haren, ed., Calendar of papal letters relating to Great Britain and Ireland, volume XVIII : Pius III and Julius II, Vatican registers (1507-1513), Lateran registers (1503-1508), Dublin, 1989, passim.

14 Des rappels exceptionnellement détaillés de cette obligation, datant de 1323, se trouvent dans F. J. Baigent, ed., The registers of John de Sandale and Rigaud de Asseriuo, bishops of Winchester (A.D. 1316-1323), with an appendix of contemporaneous and other illustrative documents, Hampshire Record Society Publications, Londres et Winchester, 1897, pp. 513,517.

15 R. N. Swanson, Church and society, p. 51. R. L. Storey, « Recruitment of English clergy in the period of the conciliar movement », dans Annuarium historiae conciliorum, t. 7, 1975, pp. 300-302.

16 A. H. Thompson, ed., Visitations of the diocese of Lincoln, 1517-1531, Lincoln Record Society, 33, 35, 37, 1940-47, t. 1, p. 131. Une source très importante, mais jusqu'à présent non utilisée, touchant le bas clergé est fournie par les listes des contribuables pour les impôts cléricaux. Quelques-un de ces documents pour le diocèse de Hereford sont signalés dans Hair, « Chaplains, chantries, and chapels », pp. 62-64.

17 BL, Add. roll 32957.

18 K. Wood-Legh, ed., Kentish visitations of archbishop William Warham and his deputies, 1511-1512, Ken records, 24, 1984, pp. 18-10, 39, 64-5, 95-96, 99, 126, 129, 140, 184 ; Thompson, Visitations, t. 1, pp. 35-6, 49, 56-7, 67, 79, 82, 89, 91-2, 94, 125, 134, t. II, p. 53, 57, 69 ; Bihr, CP. G593 ; R. N. Swanson, Church and society, p. 86 ; Hair, « Chaplains, chantries, and chapels », p. 37-8,53-4 ; A. P. Fuller, ed., Calendar of entries in the papal registers relating to Great Britain and Ireland : papal letters, vol. XVI. Alexander VI (1492-1503), Lateran registers, part one : 1492-1498, Dublin, 1986, no 6.

19 Hair, « Chaplains, chantries, and chapels », pp. 32-3, 48-9 ; R. A. WILSON, ed., The registers or act books of the bishops of Coventry and Lichfield, book V, being the second register of Bishop Robert de Stretton. A.D. 1360-1385 : an abstract of the contents, Collections for a history of Staffordshire, n.s. 8, 1905, pp. 6-89 ; LJRO, B/A/l/6/fos 122r-136r ; B/A/l/7/, fos 124r-127r, 140r-158v, 159v, 195r, 196r-7v, 198v-201r, 202r-204r.

20 SRO, D630/ADD/A/1928.

21 K. Mertes, The English noble household, 1250-1600 : good governance and politic rule, Oxford, 1988, pp. 46-8,140-4.

22 Bihr, CP. F66.

23 De telles rivalités sont peut-être reflétées dans les clauses des permis qui interdisent la présence dans une chapelle d'individus qui ne sont pas membres de la maisonnée, par exemple J. M. Horn, ed. The register of Robert Hallum, bishop of Salisbury, 1407-17, Canterbury and York society, 72,1978-9, no 880.

24 R. N. Swanson, Church and society, pp. 58-9, 67-79.

25 R. N. Swanson, Church and society, pp. 74-5.

26 K. Wood-Legh, Perpetual chantries in Britain, Cambridge, 1967.

27 V. infra. Il est probable que les affranchissements ne sont pas tous enregistrés sur les Manorial Rolls : voyez le commentaire sur ce point de J. A. Raftis, Tenure and mobility : studies in the social history of the mediaeval English village, Pontifical institute of mediaeval studies : studies and texts, 8, Toronto, 1964, pp. 183-4.

28 Sur le problème de l'origine sociale des clercs, R.H. Hilton, Bondmen made free : medieval peasant movements and the English rising of 1381, Londres, 1973, p. 212 ; M. J. Bennett, Community, class, and careerism : Cheshire and Lancashire society in the age of Sir Gawain and the Green Knight, Cambridge studies in medieval life and thought,3e ser., 18, Cambridge, 1983, pp. 137-8 ; R. N. Swanson, Church and society, pp. 36-40.

29 R. N. Swanson, « Chaucer's Parson », pp. 51-2.

30 Baigent, Registers of Sandale and Asserio, p. 191 ; voyez aussi R. M. Haines, ed., Calendar of the register of Adam de Orleton, bishop of Worcester, 1327-1333, Worcestershire historical society, n. s. 10, 1979, p. 9 (avec les évaluations des patrimoines aux pp. 9-10, 12-13, 19, 24). De tels documents ne sont en général disponibles qu'avant c.1350. Cependant, les archives du diocèse de Hereford possèdent des titres fondés sur des patrimoines et des terres jusqu'au XVe siècle, mais les liens entre les ordinands et les donateurs des titres ne sont que rarement exposés : voyez par exemple J. H. Parry, ed., Registrum Johannis Gilbert, episcopi Herefordensis, A.D. MCCCLXXVMCCCLXXXIX, Canterbury and York society, 18, 1915, pp. 144, 148-54, 160-2, 168, 172-5,178-9,181 ; A. T. Bannister, ed., Registrum Thome Myllyng, episcopi Herefordensis, A.D. MCCCCLXXIV-MCCCCXCII, Canterbury and York society, 26, 1921, pp. 154-160.

31 Swanson, Church and society, pp. 57-8 ; C. Given-Wilson, The English nobility in the later middle ages : the fourteenth century political community, New York et Londres, 1987, pp. 71-4.

32 Voyez les observations suggestives de McHardy, « Careers and disappointments », pp. 126-7.

33 Bihr, CP. E208.

34 Swanson, « Problems of the priesthood », pp. 836-7, 855-9.

35 F. Heal, Hospitality in early modern England, Oxford, 1990, pp. 223-8, 246, 252-6 ; B. Tierney, Medieval poor law : a sketch of canonical theory and its applications in England, Berkeley et Londres, 1959, pp. 76-9, 97-109,121-5,128-9.

36 Swanson, « Problems of the priesthood », pp. 847-9, 859-60 ; Dyer, Standards of living, pp. 247-8. La position du clerc rural était aussi affectée par le statut du bénéfice : voyez J. E. T. Rogers, ed., Loci e libro veritatum, Oxford, 1881, pp. 3-4,148-9,198-9.

37 Swanson, « Chaucer's Parson », pp. 50-5.

38 Swanson, « Chaucer's Parson », pp. 71-5 ; R. N. Swanson, « The origins of the Layfolks' Catechism », dans Medium Aevum, t. 60, 1991, pp. 92-100 ; L. E. Boyle, « The Fourth Lateran Council and manuals of popular theology », dans The popular literature of medieval England, ed. T. J. Hefferman, Tennessee studies in literature, 28, Knoxville, Tennessee, 1985, pp. 30-43 ; J. Shaw, « The influence of canonical and episcopal reform on popular books of instruction », dans ibid., pp. 44-60 ; W. A. Pantin, The English church in the fourteenth century, Cambridge, 1955, pp. 189-219.

39 Swanson, « Chaucer's Parson », pp. 77-8.

40 R. N. Swanson, « Universities, graduates, and benefices in late medieval England », dans Past and present, no 106, février 1985, pp. 31-5, 39-40.

41 Swanson, « Universities, graduates, and benefices », pp. 53-8 ; R. N. Swanson, « Learning and livings : university study and clerical careers in late medieval England », dans Historical of universities, t. 6,1986-7, pp. 98-9.

42 A. K. McHardy, « The dissemination of Wyclif's ideas », dans From Ockham to Wyclif, ed., A. Hudson et M. Wilks, Studies in church history : subsidia 5, Oxford, 1987, pp. 361-8.

43 M. Aston, England’s Iconoclasts, volume I : Laws against images, Oxford, 1988, pp. 137-8 ; J. A. F. Thomson, The later lollards, 1414-1520, Oxford, 1965, pp. 15-16, 24-6, 31-2, 37-9, 44, 56, 63-4, 80, 82, 85-6, 98-9, 114-15, 125, 148-9, 173-5, 179-80 ; E. Leroy Ladurie, Montaillou ; Cathars and Catholics in a French village, 1294-1324, Londres, 1978.

44 SRO, D630/ADD/A/1928 ; N. Orme, « A medieval almshouse for the clergy : Clyst Gabriel hospital near Exeter », dans Journal of ecclesiastical history, t. 39,1988, pp. 3, 7-8,10,14. Les demandes de pensions pour les titulaires en retraite donnaient comme justificatif que le bénéficiaire ne soit pas réduit à l'indigence : F.R.H. du Boulay, ed., Registrum Thome Bourgchier, Cantuariensis archiepiscopi, A.D. 1454-1486, Canterbury and York Society, 54,1957, pp. 287, 341-2.

45 Swanson, Church and society, pp. 206-17 ; Heath, English parish clergy, ch. 8.

46 Des témoignages détaillés de tels revenus (et dépenses) ne subsistent en général que dans les paroisses incorporées ; voyez par exemple D. Postles, « Problems in the administration of small manors : three Oxfordshire glebe-demesnes, 1278-1345 », dans Midland history, t. 4,1977-8, pp. 1-14 ; Windsor, St George's chapel archives, XV.53.35.

47 Stevens Benham, « Durham clergy », pp. 19-20.

48 R. N. Swanson, « Titles to orders in medieval English episcopal registers », dans Studies in medieval history presented to R.H.C. Davis, ed., H. Mayr-Harting et R. I. Moore, Londres, 1985, pp. 233-45.

49 Birh, CP. E230, F125 ; voyez aussi le partage à Farnborough (Warw), dans SRO, D593/A/1/9/16.

50 Nonarum inquisitiones in curia scaccarii temp, regis Edwardi III, Londres, 1807 ; J. Hunter, ed., Valor ecclesiasticus, 6 vol., Londres, 1810-34 ; pour les sommes nécessaires à l'entretien d'un clerc, Heath, English parish clergy, p. 173. Voyez aussi Birh, CP.E230 ; J. H. Fisher, M. Richarson, et J. L. Fisher, ed., An anthology of Chancery English, Knoxville, Tennessee, 1984, no 197 ; et les détails des dotations attachées aux prébendes (et, donc, au bénéfice paroissial), dans T. C. B. Timmins, ed., The register of John Chandler, dean of Salisbury, 1404-17, Wiltshire record society publications, 39, 1984, nos 2-103, passim.

51 C. Dyer, Standards of living in the later middle age : social change in England, c.1200-1520, Cambridge, 1989, pp. 107-8.

52 Nonarum inquisitiones, pp. 11-21, 186, 220-43 ; A. R. H. Baker, « Evidence in the "Nonarum inquisitione" of contracting arable lands in England in the early fourteenth century », dans Economic history review, 2e ser., t. 19, 1966, pp. 518-32 ; C. R. Elrington, « Assessments of Gloucestershire : fiscal records in local history », dans Transactions of the Bristol and Gloucestershire archaeological society, t. 103, 1985, pp. 7-13.

53 Cambridge, Cambridge University Library, MS Add. 6847, fos 78v-79r.

54 SRO, D593/A/1/9/16.

55 Pour une analyse régionale comparant les données de 1291 et de 1535, voyez J. L. Proudfoot, « Parochial benefices in late medieval Warwickshire : patterns of stability and change, 1291 to 1535 », dans Field and forest : and historical geography of Worcestershire, ed. T. R. Slater et P. J. Jarvis, Norwich, 1982, pp. 203-31, en particulier 224-5. Je ne suis pas certain de la validité de telles comparaisons de ces deux enquêtes, étant donné les incertitudes touchant leur utilisation comme archives, et le caractère également incertain des nuances des changements économiques dans les années qui les ont séparées : R. N. Swanson, « Standards of livings : parochial revenues in pre~Reformation England », dans Religious belief and ecclesiastical careers in late medieval England, ed. C. Harper-Bill, Woodbridge, 1991, pp. 153-4.

56 Baigent, Registers of Sandale and Asserio, pp. 103-4. L'exclusion de la laine des agneaux de la portion vicariale n'est pas une particularité : on la trouve aussi dans le Peak District dans le Derbyshire, et à Great Wolford (Warws), où le vicaire perpétuel était aussi (exceptionnellement) chargé des réparations du sanctuaire : R. N. Swanson, « Economic change and spiritual profits : the revenues of the Peak jurisdiction in the fourtheenth century », dans Harlaxton Medieval Studies, II, ed. N. Rogers (à paraître, 1992), a. n. 88-110 ; R. N. Swanson, « Standards of livings », p. 173.

57 York, York Minster Library, L2(3)c, f° 124r ; voyez aussi Timmins, Register of Chandler, no 367.

58 R. N. Swanson, Church and society, pp. 52, 214 ; R. N. Swanson, « Standards of livings », pp. 152-63 ; Heath, Medieval clerical accounts, St Anthony's hall publications, 26, York, 1964, pp. 6, 11.

59 Lincoln, Lincolnshire Archives Office, Reg. XX, f° 77r.

60 Sur les arangements relatifs aux paiements, voyez ljro, KK2-4 ; Wood-Legh, Kentish visitations, p. 107 ; voyez aussi Bowker, Episcopal court book, p. 39. Pour les débats touchant la rémunération des chapelains, voir ci-dessus.

61 Ci-dessous (no 63) ; pour paiement par avance, SRO, D593/A/1/12/16.

62 Hare, « Demesne lessees », pp. 8-9.

63 sro, D593/A/1/12/16-18 ; Merton, 751, 1112-14 ; BL, MS Cotton Vitellius E.xvi, fos 146r-147r. Quelquefois des clercs s'associaient avec des laïques pour un bail, par exemple sro, D593/A/1/12/15. Voyez aussi Thompson, Visitations, t. I, pp. 77, 84-5, 87, 92, 108 ; Wood-Legh, Kentish visitations, pp. 95-6, 103, 146.

64 ljro, D30/E37.

65 ljro, D30/E24-26.

66 ljro, D30/E6, E14, E24-27, E37.

67 ljro, D30/E15, E26, F8.

68 ljro, D30/E18, E21, E22 présentent trois années consécutives de telles archives, au cours desquelles le vicaire a payé tour à tour 11, 13 et 12 agneaux, avec 44, 48, et 32 toisons. Ces paiements sont parmi les plus élevés enregistrés dans ces listes. Voyez aussi les indications des activités comme éleveur de moutons de M. Hug Evers à Thixendale (Yorks) dans le premier quart du xvie siècle : il n'était pourtant pas le bénéficier de la paroisse : J. S. Purvis, ed., Select XVI century causes in tithe from the York Diocesan Registry, Yorkshire Archaeological Society Record Series, 114, 1949, pour 1947, pp. 25, 28.

69 Swanson, Church and society, p. 61 ; Timmins, Register of Chandler, nos 81 (a p. 41), 234, 260 ; A. T. Bannister, « Visitations returns of the diocese of Hereford in 1397 », dans English historical review, t. 44, 1929, pp. 285-6, t. 45, 1930, pp. 93-4, 96, 447, 457 ; Thompson, Visitations, t. I, pp. 48-9, 59, 63-, 67, 73, 75-6, 79, 86, 88-9, 93, 100, 109, 122, 131, 134, 136, 138.

70 Swanson, « Problems of the priesthood », pp. 849-50, 860.

71 C. Dyer, « Were there any capitalists in fifteenth-century England ? », dans Enterprise and individuals in fifteenth-century England, ed. J. Kermode, Stroud et Wolfeboro Falls, 1991, pp. 1-24, en particulier 10-20 ; P. Glennie, « In search of agrarian capitalism : manorial land markets and the acquisition of land in the Lea Valley, C.1450-C.1560 », dans Continuity and change, t. 3, 1988, pp. 11-40.

72 Les curés remplissaient certainement quelques-unes des conditions requises pour le capitalisme agricole catalogués dans Glennie, « In search of agrarian capitalism », p. 34.

73 BL, Add. roll 32957.

74 Statutes of the realm, t. III, Londres, 1817, pp. 293-3, 295-6.

75 Ils se trouvent donc parmi les tenanciers du « groupe A », établi dans Glennie, « In search of agrarian capitalism », p. 23. Si un tel « protocapitaliste clérical » était actif dans la région natale du clerc, son exploitation de telles opportunités pouvait consolider et stimuler l'ascension séculière de sa famille : Hare, « Demesne lessees », p. 9.

76 bihr, CP. F150. Pour un autre exemple de patrimoine d'une église située dans la paroisse voisine, M. D. Lobel, ed., A history of the County of Oxford, vol. VI : Ploughley hundred, Londres, 1959, p. 308 ; voyez aussi Wood-Legh, Kentish visitations, pp. 128-9 ; pro, E135/24/46 ; Bannister, « Visitations returns », t. 44, pp. 287-8, t. 45, pp. 94, 98, 449, 461 ; Thompson, Visitations, t. I, pp. 18, 41, 78, 86-8, 94, 108-9, 112-3, 115.

77 bihr, CP. E204, E230, F125 ; Baigent, Registers of Sandale and Asserio, pp. 417-18. Voyez aussi les inventaires de défauts des biens, appréciations des frais des réparations, et paiements pour les dégradations de biens, dans G. G. Coulton, « A visitation of the archdeaconry of Totnes in 1342 », dans English historical review, t. 26, 1911, pp. 108-24. Pour les dépenses touchant les réparations dans une paroisse pendant plusieurs années, Swanson, « Standards of livings », pp. 176-7, 196.

78 Wood-Legh, Kentish visitations, Timmins, Register of Chandler, nos 2-102, passim ; Thompson, Visitations, t. 1, pp. 91, 108.

79 Wood-Legh, Kentish visitations, pp. 97, 177 ; Bowker, Episcopal court book, pp. 43-4 ; Thompson, Visitations, t. I, pp. 91, 108.

80 Gloucester, Gloucestershire Record Office, gdr 40/T2 (Prof. C. C. Dyer m'a donné cette référence) ; bihr, CP. E222 ; Bowker, Episcopal court book, p. 42 ; horn, Register of Hallum, no 918.

81 Worcester, Worcester Cathedral Library, D364A, f° 6v.

82 BL, Add. roll 32957.

83 G. R. Elton, Star chamber stories, Londres, 1958, ch. 6.

84 R. N. Swanson, A calendar of the register of Richard Scrope, archbishop of York, 1398-1405, Borthwick texts and calendars : records of the northern province, 8, 11, York, 1981-5, t. I, no 670 ; bihr, CP. G3344.

85 bihr, DC/CP.1522/2-3, 1523/3, 1524/8. D'autres documents dans Purvis, Select causes in tithes, pp. 1-7.

86 bihr, DC/CP.1524/1-3, 1525/2-4. Il s'agit d'un procès tenu à quelques années de là, dans lequel le curé réclamait un droit mortuaire, bihr, DC/CP.1530/1.

87 ljro, D30/I, f° 101r ; BL, MS Add. 14848, f° 185r-v.

88 ljro, D30/E17, E28. Un aspect frappant des comptes-rendus des visites est le délai, souvent prolongé, qui s'est écoulé avant qu'on ait poursuivi les délinquants.

89 Quelques bails des chapellenies faisaient les mêmes distinctions, avec la réservation des droits mortuaires « vivants » au curé : Bowker, Episcopal court book, pp. 38-9.

90 Swanson, Church and society, pp. 216-7 ; Swanson, « Standards of livings », pp. 165-6 ; ljro, D30/E15 : relevé des paiements de droits mortuaires en vêtements usagés, dont on a fait des cadeaux, sans doute parce qu'ils étaient de qualité inférieure, et ne valaient pas d'être vendus.

91 ljro, D30/E15, E27 ; sro, D(W)0/3/81 : Samedi, St Mathias l'apôtre, 9 Richard II ; Samedi après St Ambroise, 9 Richard II. Voyez aussi D(W)0/3/36 : Samedi après l'Assomption, 23 Édouard III ; D(W)0/3/82 : Samedi après St Denis, 10 Richard II ; D(W)0/3/83 : Samedi après St Ed. l'évêque, 11 Richard II.

92 Pour un exposé sommaire du développement des chapellenies, P. E. H. Hair, « The chapel in the English lanscape », dans The local historian, 21, t. 1991, pp. 4-7. Pour le nombre des chapellenies : R. K. Morris, « The church in the contryside : two lines of inquiry », dans Medieval villages : a review of current work, ed. D. Hooke, Oxford University Committee for Archaeology, monograph no 5, Oxford, 1985, p. 51. Voyez aussi Hair, « Chaplains, chantries, and chapels », pp. 41-3, 56, n. 42 (j'arguerais plus pour un sentiment de territorialité dans une chapellenie) ; G. H. Tupling, « The preReformation parishes and chapelries of Lancashire », dans Transactions of the Lancashire and Cheshire antiquarian society, t. 67, 1957, pp. 7-10 ; D. M. Owen, « Bedfordshire chapelries : an essay in rural settlement history », dans Worthington George Smith and other studies presented to Joyce Godber, Publications of the Bedfordshire historical record society, 57, 1978, pp. 10-20.

93 C. Dyer, « Dispersed settlement in medieval England, a cause study of Pendock, Worcestershire », dans Medieval archaeology, t. 34, 1990, pp. 101, 107.

94 G. R. J. Jones, « The portrayal of land settlement in Domesday Book », dans Domesday studies : Papers read at the novocentenary conference of the Royal Historical Society and the Institute of British Geographers, Winchester, 1986, ed. J. C. Holt, Londres, 1987, pp. 198-9.

95 bihr, TA 11L, TA 11 AL.

96 D. M. Smith, A guide to the archive collections in the Borthwick Institute of Historical Research, Borthwick texts and calendars : records of the northern province, 1, York, 1973, pp. 116, 123.

97 Swanson, Register of Scrope, t. I, nos 600, 603.

98 Swanson, « Universities, graduates, and benefices », p. 57. Des dispenses pour le cumul de vicariats se trouvent partout dans les registres pontificaux des années 1450 à 1520.

99 bihr, CP. F60. Le sentiment d'identité était peut-être le plus fort dans les chapellenies qui étaient totalement extérieures au système paroissial normal, étant établies sur les domaines des ordres exempts : voyez, par exemple, l'exemple de Keele (Staffs), R. Studd, « A Templar colony in north Staffordshire : Keele before the Sneyds », dans North Staffordshire journal of field studies, t. 22, 1982-5, pp. 8-9, 13, mais ce cas est peut-être anormal. Plus ordinaire étaient des cas comme celui de Dinmore (Heref) : Hair, « Chaplains, chantries, and chapels », p. 39.

100 C. Kitching, « Church and chapelry in sixteenth-century England », dans Studies in church history, t. 16, 1979, pp. 281-4.

101 Swanson, « Standards of livings », pp. 173-5, 178. La supplique à la curie qui marque le début du conflit a été adressée, semble-t-il, par Wenlock : Merton, 747.

102 Pour ses comptes, Merton, 4420 (pour les années 6-16 Henri VI) ; pour son bail, Merton 751. Pour sa nomination au vicariat, Worcester, Hereford and Worcester County Record Office, BA 2648/5(iv), p. 43/f° 20r. (J'exprime ma reconnaissance à M. R. Whittaker qui m'a fourni cette référence).

103 Merton, 4435.

104 bihr, CP. G870. Pour d'autres allégations d'intrusion, bihr, CP. G105, G240 ; Bowker, Episcopal court book, pp. 4-5.

105 Valor ecclesiasticus, t. V, p. 143.

106 Hilton, Bondmen made free, pp. 207-12. Voyez aussi sa communication dans ce volume.

107 Pour un cas dans lequel l'intrus chercha à garantir sa position par un procès à la cour royale contre le vrai titulaire en alléguant un délit, et obtint un bref (« writ of prohibition ») interdisant la saisie du litige par une cour ecclésiastique, Worcester, Worcester Cathedral Library, D364A, f° 8r.

108 C. Tihon, « Les expectatives in forma pauperum, particulièrement au xive siècle », dans Bulletin de l'institut historique belge de Rome, t. 5, 1923, pp. 51-118.

109 Hereford, Hereford Cathedral archives, 2928, 3220.

110 bihr, CP. E133.

111 J. McNulty, « Thomas Sotheron v. Cockersand abbey : a suit as to the advowson of Mitton church, 1369-70 », dans Chetham miscellanies, new series, vol. VII, Remains historical and literary connected with the palatine counties of Lancaster and Chester [= Chetham society publications], 100, 1939 ; bihr, CP.F243.

112 bihr, CP. E151, E208, F260 ; Bowker, Episcopal court book, pp. 12, 37-40, 43-4, 74, 109-10, 114, 117-20 ; Bannister, « Visitations returns », t. 44, pp. 283, 288 ; t. 45, pp. 447, 455.

113 Le refus net de déduire les paiements effectués aux chapelains des impôts cléricaux dans le Valor ecclesiasticus est démontré dans le rejet de réclamations particulières, telle celle faite par le curé de Hambury (Staffs) pour le paiement du chapelain de Marchington : Valor ecclesiasticus, t. III, p. 150. Les salaires avaient été considérés comme déductibles des impôts lors de taxations antérieures, comme dans le diocèse de Lincoln en 1526 : H. E. Salter, ed., A subsidy collected in the diocese of Lincoln in 1526, Oxford historical society, 63, 1909. Lors du conflit concernant la provision d’un chapelain à Stoke Bardolph (Notts) en 1393, des témoins rapportèrent que le village ne comptait que 18 ou 20 habitants : bihr, CP. E208.

114 Lincoln, Lincolnshire Archives Office, FOR.3, fos 107r-108r.

115 H. Maxwell Lyte, « The Hody family », dans Notes and queries for Somerset and Dorset, t. 18, 1925, pp. 127-8 ; pour sa carrière, Emden, Biographical register of Oxford, t. II, pp. 941-2. Il est significatif que son premier bénéfice fut le vicariat de Woolavington.

116 Pour ce contexte, R. H. Hilton, « Les communautés villageoises en Angleterre au Moyen Âge », dans Flaran 4 : Les communautés villageoises en Europe occidentale, du Moyen Âge aux temps modernes, 1982, pp. 117-28.

117 Dyer, Lords and peasants, B. Harvey, Westminster abbey and its estates in the middle ages, Oxford, 1977.

118 Je veux remercier Jean Birrell qui m'a fait connaître Thomas Faleyn, et m'a donné des références concernant sa vie.

119 ljro, B/A/1/1/, fos 195v, 197v. 200r.

120 sro, D(W)0/3/l-88. Des transcriptions dactylographiées des nos 8-37 se trouvent à Stafford, William Salt Library, Transcript 73.

121 sro, D(W)0/3/15 : Samedi, veille de l'invention de la Sainte Croix, 6 Édouard III ; la tenure de son père est enregistrée dans l'état des fermages de 1342 dans BL, MS Stowe 880, f° 30v. Le « virgate » à Alrewas contenait 36-40 « acres » : C kelly, « The court rolls of Alrewas in the 14th century », thèse inédite pour MA à l'université de Durham., 1970, (copie à Stafford, William Salt Library, Thesis 13), p. 64.

122 Voir ci-dessus, no 119 ; il est nommé plus tard comme héritier de son père (ci-dessous). Cf. Swanson, « Titles to orders », pp. 243-4.

123 sro, D(W)0/3/18-36.

124 G. Wrottesley, « Extracts from the coram rege rolls of Édouard III and Richard II, A.D. 1327 to A.D. 1383, translated from the original rolls in the Public Record Office », dans Collections for a history of Staffordshire edited by the William Salt Archaeological Society, t. 14, 1893, p. 64.

125 J. L. Kirby, ed. Calendar of inquisitions post mortem and other analogous documents preserved in the Public Record Office, vol. XVIII : 1-6 Henry IV (1399-1405), Londres, 1987, p. 292 (Son ordination n'est pas enregistrée dans le registre épiscopal contemporain d'York : peut-être avait-il reçu sa prêtrise sous un nom différent).

126 Pour la charte de dotation, SRO, D(W)0/3/15, après la cour du Samedi avant St Luc l'évangéliste, 6 Édouard III. Pour des indications sur l'aménagement de la chantrerie, SRO, D(W)0/3/34 : Samedi, le lendemain de St Pierre in cathedra, 22 Édouard III ; D(W)0/3/37 : Samedi après St Ambroise, 24 Édouard III ; D(W)0/3/43 : Samedi après St Katherine, 27 Édouard III ; D(W)0/3/49 : Samedi après la Naissance de St Jean-Baptiste, 33 Édouard III ; D(W)0/3/63 : Samedi avant St George, 43, Édouard III ; D(W)0/3/69 : Samedi après St Valentin, 47 Édouard III ; D(W)0/3/74 : Samedi après St Wulfstan, 2 Richard II ; D783/5/2/4P. Une mention du partage des amendes entre le seigneur et le luminaire de Ste Marie (D(W)0/3/59) invite à une comparaison avec les dispositions existant ailleurs : W. O. Ault, « Manor court and parish church in fifteenth-century England : a study of village by-laws », dans Speculum, t. 42, 1967, pp. 53-67.

127 sro, D(W)0/3/36 (Henri Swan apparaît comme chapelain de la chantrerie de la cour précédente), D(W)0/3/45.

128 Il apparaît dans presque tous les rouleaux dans SRO, D(W)0/3/35-66. Après cela, dans D(W)0/3/67-73 (pour les années 1371-6) il n'est nommé que parmi ceux qui sont frappés d'amendes à cause de leur absence de la cour. Il semble que la dernière mention de sa parution en personne soit dans D(W)0/3/66.

129 Enclosure : sro, D(W)0/3/40 : Samedi, le lendemain de St Pierre in Cathedra, 27 Édouard III ; D(W)0/3/60 : Samedi après St Denis, 40 Édouard III. Engagement : D(W)0/3/37 : Samedi, fête de St Étienne, 23 Édouard III. Créancier hypothécaire : D(W)0/3/35 : Samedi après St Augustin, 23 Édouard III ; D(W)0/3/36 : Samedi après la translation de St Thomas martyr, 23 Édouard III. Tutelle : D(W)0/3/65 : Samedi, veille de la Purification, 45 Édouard III.

130 sro, D(W)0/3/37 : Veille de St Paul, 24 Édouard III ; D(W)0/3/56.

131 sro, D(W)0/3/56 : Samedi avant l'Annonciation, 38 Édouard III.

132 sro, D(W)0/3/56 : Samedi après l'Exaltation de la Sainte Croix, 38 Édouard III.

133 La succession de Thomas Faleyn aux terres de son père en qualité de fils et héritier est enregistrée dans SRO, D(W)0/3/60 : Samedi après [la Translation de] St Thomas martyr, 41 Édouard III. Il a payé une amende pour les terres plus tard dans le courant de cette année : D(W)0/3/62 : Mardi après St Martin, 41 Édouard III.

134 sro, D(W)0/3/57 : Samedi avant SS Simon et Jude, 38 Édouard III ; D(W)0/3/62.

135 sro, D(W)0/3/37 : Liste des paiements du panage, 23 Édouard III ; Samedi avant St Luc : 23 Édouard III ; D(W)0/3/38 : Samedi de St Léonard, 24 Édouard III ; D(W)0/3/62 : Samedi après l'Ascension, 42 Édouard III.

136 Voir aussi BL, Stowe charters, 92, 93. Des indications sur sa carrière à la cathédrale et sur ses relations se trouvent dans Oxford, Bodleian Library, MS Ashm. 794, fos 99v, 108r, 112r, 113r ; ljro, D30/XXIVa, fos 21r-v, 30r, 36r, 44r-v.

137 pro, E179/15/8B ; BL, Stowe charter 93.

138 La seigneurie du prébendier possédait ses propres Court Rolls, dont certains subsistent dans sro, D783/5/1. J'ai trouvé Thomas Faleyn seulement dans D783/5/1/3P, lors des cours tenues en 1351.

139 sro, D(W)0/3/69 : Samedi avant St George, 48 Édouard III ; D(W)0/3/71 : Lendemain de St Pierre in cathedra, 50 Édouard III ; D(W)0/3/60 : Samedi après St Chad, 41 Édouard III ; Lendemain de la Circoncision, 40 Édouard III ; Samedi après St Denis, 40 Édouard III ; Mercredi après l'Ascension, 41 Édouard III ; D(W)0/3/39 : Samedi après St Guillaume, 26 Édouard III.

140 Pour Henri Swan, vicaire perpétuel d'Alrewas, comme intermédiaire, voir par exemple SRO, D(W)0/3/48. Un exemple montrant bien le rôle joué par Thomas Faleyn : le 12 juillet 1354, Jean Franceys rétrocédait la chaumière à Jean Franceys, sa femme Isabelle, et leurs héritiers légitimes, avec réversion sur Jean et ses héritiers : D(W)0/3/41 : Samedi après la Translation de St Thomas ; Samedi veille de St Pierre ad vincula. Cette fonction d'intermédiaire n'était pas limitée aux clercs : selon D(W)0/3/4 Henri Swan, vicaire perpétuel d'Alrewas, agit de concert avec Geoffroi Partriche, et il y avait sans doute d'autres cas qui n'impliquait que des laïques.

141 Dans une intervention importante au cours du colloque, Mme N. Lemaitre a posé la question du rôle des clercs ruraux comme prêteurs dans l'économie d'une localité. Les activités de Thomas Faleyn comme prêteur sur gages donnent une indication incomplète de cette fonction ; mais je n'ai pu examiner la question dans tous les détails. Cependant, si les arguments proposés ici sont corrects, il y avait une place vraiment considérable pour les activités des clercs comme prêteurs d'argent. On peut aussi proposer que leur bonne volonté à tolérer des délais de paiement soit considérée comme une contribution à l'économie de crédit, compte non tenu des motifs de cette tolérance.

142 Pour d'autres biographies cléricales retracées avec de tels matériaux, M. C. Coleman, Downham-in-the-Isle : a study of an ecclesiastical manor in the thirteenth and fourteenth centuries, Woodbridge, 1984, pp. 64-6. A Downham il semble que les clercs n'aient guère participé au marché des terres coutumières, à en juger par le tableau des transactions donné ibid., pp. 137-55.

143 sro, D(W)0/3/52 : Lendemain de St Barthélémy.

144 C. Zika, « Hosts, procession, and pilgrimages in fifteenth-century Germany », dans Past and present, no 118, février 1988, pp. 33-7.

145 R. O'Day, The English clergy : the emergence and consolidation of a profession, 1558-1642, Leicester, 1979.

Notes de fin

* J'exprime ma reconnaissance à l'université de Birmingham et à la British Academy, qui ont subventionné les recherches effectuées en vue de ce rapport. Le Prof. Pierre Bonnassie, le Dr. R.A. Davies et Mme S. Wright m'ont assisté pour la traduction, le Dr. D.M. Smith a bien voulu vérifier les citations de quelques documents au Borthwick Institute à York. Les abréviations suivantes servent à l'identification des dépôts des archives : BIHR (York, Borthwick Institute of Historical Research). BL (Londres, British Library). LJRO (Lichfield, Lichfield Joint Record Office). Merton (Oxford, Merton College Archives). PRO (Londres, Public Record Office). SRO (Stafford, Staffordshire County Record Office).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.