Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Le clergé rural gascon de l'an Mil à la fin du xiiie siècle

p. 29-40


Texte intégral

1Le présent rapport nécessite, plus qu'une introduction, un véritable avertissement. Il était nécessaire, conformément aux vœux de Charles Higounet, que la terre d'accueil de ces Journées fût également présente dans les rapports scientifiques. Or, la Gascogne que nous identifions ici à la province ecclésiastique d'Auch (soit onze évêchés), ne bénéficie ni des gisements documentaires, ni des travaux érudits qui justifient, pour cette période et sur ce thème, un rapport particulier. Faute de pouvoir présenter une synthèse de travaux publiés (pratiquement inexistants), nous avons procédé au dépouillement de l'ensemble des sources, de sorte que notre contribution constitue davantage un essai qu'un état de la question1.

2Nous avons délibérément laissé de côté les temps antérieurs à l'an Mil, qui pour notre sujet sont en Gascogne terra incognita. Pour les XIe et XIIe siècles, on doit se contenter de glaner dans le corpus des cartulaires des mentions éparses, souvent réduites à un simple nom2. La Gascogne est riche en chartes de coutumes, généralement concédées ou mises par écrit au XIIIe siècle, mais pour notre propos, la collecte de données se révèle décevante, hormis dans les fors du Béarn3. Les plus anciens pouillés nous ont apporté par contre de très précieuses informations4. Enfin, il y a beaucoup à apprendre dans l'ensemble des statuts synodaux d'Aire, Dax et Auch couvrant le XIIIe et le début du XIVe siècle (avec au passage un coup d'œil sur la très riche série des statuts de Bordeaux)5.

3Les bribes d'information qu'on peut ainsi rassembler sont seulement suffisantes pour entrevoir toute la complexité de la question qui nous occupe. Une complexité d'abord liée à la géographie : les choses se présentent différemment dans les sociétés pastorales des vallées pyrénéennes et dans les sociétés paysannes du piémont. Une complexité surtout liée au statut des églises, souvent incertain et mouvant au regard même des contemporains et, a fortiori, du nôtre6. Or, une évaluation correcte de la situation sociale du clergé rural suppose résolues, pour chaque pasteur, les trois questions suivantes : quel est son grade dans l'ordre ? Qui l'a fait prêtre de telle église ? Quel est le statut de cette église ? Comme c'est rarement le cas, disons d'emblée que pour le Moyen Âge central nous ne pourrons cerner, de façon impressionniste, que quelques aspects limités de la question mise au programme de ces Journées de Flaran.

Le prêtre, les moines, les alleutiers et l'aristocratie

4Bien au-delà de l'an Mil, l'encadrement clérical de vastes secteurs des campagnes gasconnes est resté profondément marqué par le rôle évangélisateur éminent joué par les moines du haut Moyen Âge. Et là, il a fallu sans doute beaucoup de temps pour que la présence dominante du clergé cesse d'être identifiée à celle des Bénédictins, appuyant leur action sur les mirabilia des saints locaux dont ils détenaient les reliques7. Ce phénomène semble avoir particulièrement affecté les régions méridionales, telles que l'Astarac, le Nébouzan ou la Bigorre (notamment dans le Lavedan où les moines de Saint-Savin ont longtemps exercé un quasi monopole dans la vallée de Cauterets)8. En tout état de cause jusqu'au XIIe siècle, on ne sait rien des desservants séculiers que les moines ont dû utiliser pour conférer les sacrements.

5Mais à partir du milieu du XIe siècle cet ancien réseau de monastères bénédictins s'est trouvé complété par de nouvelles fondations d'obédience clunisienne, tandis que la vague de donations d'églises aux réguliers va souvent faire de ces derniers les simples héritiers des patrons laïcs. On voit alors l'abbé ponere et eligere capellanus tanquam coheres patronus9 au prix parfois de sérieuses controverses avec l'évêque10. Dans nombre de cas pourtant, les moines, souvent prêtres, ont assuré dans les villages une présence pastorale effective11. Ainsi en Armagnac le monastère de Saint-Mont, fondé vers 1050, et peu après transformé en prieuré clunisien, donne-t-il lui même naissance à plusieurs cellae périphériques. Il s'agit de minuscules prieurés peuplés de deux ou trois moines, qui sont autant de relais de la présence bénédictine dans les villages alentour, dont ils prennent en charge l'église paroissiale : Barcios, Bernède, Goueyte, Lapujolle, Margouet, Mormès, Romboeuf, ou encore Courrensan. Ici Raimond, le moine qui tient l'église, a rang de doyen et semble controler une schola (une des rares écoles en milieu rural dont il soit fait mention12. Cependant, si on prend en considération la nature du recrutement des monastères, il s'avère bien que la présence des moines dans les villages n'est que l'aspect d'un trait de caractère général : la forte emprise des familles aristocratiques sur le clergé rural.

6Cette emprise est d'abord indirecte de très nombreuses églises sont possédées ou contrôlées par des familles de l'aristocratie locale qui exercent ainsi leur droit de patronage. Ce droit est généralement hérité d'une fondation ancienne, mais on voit encore à l'orée du XIIe siècle quelques sires fonder une église sur leurs terres13. Dans les pays de l'Adour, ce phénomène prend l'aspect particulier des « abbés lais », héritiers du système d'encadrement carolingien14. Ceux-ci ont probablement dans leur main le desservant à la manière de ce Dold de Lay qui, dans le cartulaire de Lucq, se donne à l'abbaye cum suo capellano nomine Espagnol de Ori15.

7Mais pour notre propos, la question est de savoir dans quelle mesure cette aristocratie rurale ne s'est pas bornée à contrôler les églises, mais a pris une part active à la cura animarum. Le climat culturel n'y faisait pas obstacle. Dès les premières décenies du XIe siècle des indices attestent le goût des études qui règnait dans certaines familles de milites16. Et au XIIe siècle, un acte du petit cartulaire de Moncassin nous met en présence d'une donation faite au prieuré des Hospitaliers de Gavarnie par un couple de seigneurs locaux pro Petro filio sua in etate VI annorum... ut docerent ilium litteras17. Malheureusement, jusqu'à la seconde moitié du XIIe siècle, il n'est guère possible de recouper des données suffisantes pour évaluer la participation de l'aristocratie à l'encadrement pastoral des campagnes. En fait, la situation se présente de façon plus ambiguë.

8Certaines donations du XIe siècle et du début du XIIe siècle mettent un terme à de véritables dynasties de prêtres : près de Sorde, Constantin presbyter d'Escos, père d'Arnaud18 ; près de La Réole Étienne, presbiter et son fils Guérin19. Avec ou sans enfant, apparaît alors dans les campagnes un curieux groupe « seigneurs-prêtres » à la manière de cet Orbita, clerc de Baliracq, qui regebat propriam ecclesiam... mirabiliter constructam20, ou encore de ce Jean, prêtre de Sévignacq, qui donne l'église de ce lieu et totum honorem qui ad illam pertinet21.

9Cette figure sociale du prêtre disposant parfois de son église ou de son alleu sans avoir, apparemment, à recueillir la laudatio parentum est, dans nos sources, caractéristique du XIe siècle22. Une rapide vérification dans les chartes de l'abbaye de Lézat, dans la proche mouvance toulousaine, montre qu'il s'agit d'une situation héritée23. Les quelques jalons qu'on peut réunir pour le Xε siècle suggèrent en effet l'image d'un clergé rural souvent alleutier, riche et nombreux, et qui pouvait se trouver horizontalement soudé par des fraternités prenant la forme ici, à SaintFrajou, d'une sorte de collégiale24 et ailleurs, près de Lézat, d'une groupe d'amici se lèguant mutuellement leurs biens25. Toute la question est de situer ces personages et ces « dynasties » presbytérales dans le spectre de la société, entre notables paysans et petite aristocratie de village : affaire sans doute de période, notre hypothèse étant un basculement progressif de ces familles dans le camp de l'aristocratie militarisée dans le courant du XIe siècle.

10Passé le milieu du XIIe siècle, on ne rencontre plus de prêtres alleutiers, mais un grand nombre de prêtres possesseurs de parts de revenus d'églises ; celle qu'ils gouvernent, ou bien d'autres26. En fait, dans la majorité des cas, l'église n'est qu'un des éléments du patrimoine d'un groupe parental, et sa desserte peut être assurée par un des membres, qui a hérité, en outre, d'une part des biens. Le prêtre est alors l'oncle qui est à même d'obtenir un bénéfice ou un revenu pour un neveu entré dans la cléricature27, et d'assurer à l'occasion un rôle de tutelle dans les périodes de minorité28. Et par dessus tout, le fait de réserver un ou plusieurs enfants à la cléricature a permis de freiner le processus de pulvérisation des patrimoines. C'est ainsi que le seigneur de Lobcascha, près de Berdoues, a duos filios clericos in domo sua29. Certes, ces deux enfants sont admis comme moines à Berdoues, mais contrairement à ce qu'on pouvait imaginer a priori, les monastères n'ont pas été les uniques bénéficiaires de ce mouvement.

11C'est ce que confirme, de façon quasi quantitative, l'analyse des données du pouillé de deux archidiaconés du diocèse d'Auch (daté généralement des années 1265), qu'il est possible de croiser avec celles du cartulaire de Berdoues30. En résumé, il s'avère que la majorité des capellani dont le nom est donné appartiennent aux familles de l'aristocratie locale, avec pour certaines, comme les Samaran, une tradition plus marquée. Certains capellani desservent l'église de leur propre seigneurie (A. de Nenous, par exemple), la plupart des églises des environs, et quelques uns pratiquent le cumul. Plusieurs possèdent en outre une part de dîmes dans d'autres églises que celle qu'ils régissent (par exemple Guilhem Raimond de Salles et Pierre de Fontarrau, sacerdotes, possèdent la dîme de l'église de Puységur qui est vacante de chapelain). En bref, et du moins pour le XIIIe siècle, la prise en charge du soin des âmes des villageois par les familles de l'aristocratie rurale participe indubitablement de la stratégie de reproduction sociale de ce groupe.

Le prêtre, les rustres, les paroissiens

12On peut affirmer cela sans pour autant tomber dans un déterminisme social simpliste. Car le clergé rural s'est aussi recruté parmi les rustici, et qu'en tout état de cause, si le pasteur du village appartient le plus souvent au groupe des notables, il n'a pas affaire à un troupeau passif.

13Voici d'abord, vers 1060, un rusticus nommé Filius Paucus, placé par l'abbé de Sorde Guillaume de Gordon à la tête de l'église de Saint-Dos. Un demi siècle plus tard, un clerc, Filius Bonus, et sa soeur, descendants de ce rustre (de progenie ipsius) vinrent réclamer au successeur de Guillaume une part du revenu de l'église, et reçurent en fin de compte un dédommagement31. Ainsi assiste-t-on à la naissance d'une « dynastie cléricale » au sein de la strate de la paysannerie proche des seigneurs. Le second exemple, daté des années 1163-1175, nous est donné par le cartulaire de Madiran et nous met en présence de Guillem Mazone, rusticus abbas ecclesie Sancti Martini de Bidos, qui, ayant mis en gage l'église, se vit promptement excommunié quia ipse tenebat et quod laicus esset32. Voici donc un rustre, devenu on ne sait comment abbé laïque, mais qui, au nom des principes grégoriens, constitue pour la hiérarchie cléricale une cible autrement facile à atteindre que les multiples seigneurs locaux qui sont dans la même situation. En aurait-il été de même dans la période précédente ? En tout état de cause, la cléricature et le contrôle du revenu d'une église représentent bien dans les deux cas pour les rustres (entendons par là la strate supérieure de la paysannerie) une opportunité d'ascension sociale.

14Si les recteurs des églises rurales sont contrôlées par l'ordinaire, les seigneurs laïques ou les abbés, ils le sont aussi dans une certaine mesure par leurs paroissiens. On ne peut d'abord passer sous silence une pratique sans doute fort minoritaire, sinon exceptionnelle, l'élection du recteur par le peuple, attestée dans la première moitié du XIIe siècle dans un article des coutumes de Castelnau-Barbarens33. De quelque autorité que provienne sa nomination, le curé se trouve confronté en bien des endroits à des paroissiens qui, précocement, font figure de partenaires exigeants, voire récalcitrants. Vers 1131-1134, ceux de Marsous, près de Saint-Savin, refusant la réglementation sur les sépultures, procèdent à une inhumation laïque, sine clerico34. Dans le dernier tiers du XIe siècle, l'autorité de Bergond Aner de Saint-Jean, prêtre de l'église d'Urist paraît solidement fondée : ne tient-il pas son église en alleu ? Or, ayant commis un homicide, il s'attira les foudres de ses paroissiens : judicaverunt parrochiani sui, cum se vellet iterum intromittere de sacerdocio, ilium indignum esse sacerdotali ministerio. Notre homme, à l'issue d'un voyage à Rome, fut tenu pour quitte en prenant l'habit monastique à Sorde. Dans son nouvel état, il procréa un second fils, ce qui aggrava encore la complexité de l'héritage, et conduisit à scinder matériellement l'église deux parties35. Cette anecdote, contemporaine du mouvement patarin, révèle l'existence d'une dynastie presbytérale, et, face à elle, d'une contestation laïque, sorte de donatisme, qui ne se porte ni sur la simonie ni sur le nicolaïsme, mais se focalise sur le tabou de l'effusio sanguinis.

15Plus généralement, la lecture du cartulaire de Sorde révèle une présence constante des vicini ou parrochiani, dont l'assentiment est demandé. L'acte 1 du cartulaire, daté du début du XIIe siècle fournit une des clés : on y voit le seigneur de Bonnut édifier une église sur son alleu cum vicinis suis. Ceux-ci sont donc en sorte moralement copropriétaires de ce lieu de culte, et, en tant que tels ont prise sur le desservant. Les voisins interviennent également à La Réole, où, vers la fin du XIε siècle, ils imposent une concordia dans une affaire d'intérêt (prise de gage) qui oppose le prêtre de leur paroisse au comte de Poitiers36.

16Ce type d'affaire n'est pas isolé. Plusieurs actes mettent en jeu des prêtres ou des clercs qui se livrent à des opérations spéculatives : acquisitions de deux parts d'église contre un cheval ferré37 ; prise à cens d'une vigne38, d'un casai ; prise en gage d'un verger contre un prêt de quatre vaches à un homme aux abois39... Manifestement, au miroir des cartulaires, le clergé rural gascon du Moyen Âge central ne présente pas le moindre trait de misérabilisme. Mais on sait aussi ce miroir déformant et réducteur.

Du « presbyter » au « capellanus »

17J'ai laissé pour la fin le fait que les cartulaires permettent de retracer avec un maximum de certitude : la mutation qui intervient entre le XIIe et le XIIIe siècles à la fois dans la désignation et dans le statut du clergé des villages. En premier lieu, la présence des prêtres dans les actes se fait brusquement plus forte, principalement dans les listes de témoins. Prenons l'exemple des cartulaires d'Auch, qui ont le mérite de couvrir la période qui s'étend du milieu du Xe siècle aux années 1270. Après avoir pris soins d'exclure, autant que faire se pouvait, les clercs de l'église cathédrale, un rapide pointage fait apparaître que sur les cent quarante actes antérieurs à 1200, dix seulement attestent la présence d'un clerc ou d'un prêtre (soit 7 %), tandis que ceux-ci sont présents dans quarante-huit des cent dix actes du XIIIe siècle (soit 44 %).

18Dans le même temps, la qualification de ces personnages change dans des proportions également considérables. L'éventail des termes utilisés combine et parfois mélange deux échelles de référence : au grade dans l'ordre (clericus, diaconus, levita, sacerdos, presbyter), et au statut bénéficiai (vicarius, rector, capellanus). Globalement, trois termes dominent largement les autres : sacerdos, presbyter, capellanus. Or, tandis que les deux premiers sont largement majoritaires jusque vers 1150-1200, le siècle suivant est marqué par le triomphe du troisième. Cette mutation de langage n'est que le reflet de la recomposition de la texture du peuplement qui intervient alors. Et l'histoire sociale rejoint ici l'histoire du peuplement.

19La corrélation entre l'avènement du capellanus (en langue gasconne le caperan) et la concentration de la population dans des bourgs ecclésiaux (sauvetés) ou castraux (castelnaux) peut être établie à l'aide du pouillé des deux archiciaconés d'Astarac déjà utilisé plus haut. Ce document est particulièrement précieux, parce que, quoique de façon non systématique, les enquêteurs font état des renseignements suivants : 1. Le territoire de l'église est-il cultivé et peuplé ? ; 2. Qui sont les détenteurs des dîmes ? ; 3. Par qui est assurée la desserte ?

20Le nombre d'églises qui ne sont plus peuplées ou cultivées est considérable. J'avais jadis observé que ces églises se trouvaient souvent prope castrum (dans le territoire d'un castrum), tandis que les églises castrales étaient toujours bien peuplées. On a là un jalon infiniment précieux des effets de l'incastellamento en Gascogne vers le milieu du XIIIe siècle. Or, tous les chapelains énumérés dans le pouillé desservent les églises suivies de la mention incolitur et inhabitatur : essentiellement des églises de castelnaux40. De façon générale, l'apparition massive des capellani est un bon indicateur des progrès de l'incastellamento gascon, qui a donc provoqué plus d'abandons que de créations d'églises, et qui semble plus précoce et plus massif à l'est qu'à l'ouest.

21À la faveur de l'incastellamento, la fonction du chapelain a donc changé : il n'est plus, habituellement, le mercenaire placé par un monastère à la tête d'une église subordonnée, ou le desservant d'un oratoire privé seigneurial, mais le prêtre qui assure la desserte de la communauté d'un bourg. Il a charge d'âme d'un groupe de fidèles autrement plus nombreux que celui de la plupart des anciennes paroisses. Il semble usuel que celles-ci regroupent seulement huit à dix parrochiani41, alors que les castelnaux comptent normalement entre quarante et quatre-vingt feux42. L'importance sociale et les revenus du caperan se sont accrus en proportion, par rapport aux anciens desservants d'églises champêtres.

22Au cours du XIIIe siècle, on peut les voir en divers endroits exercer un rôle d'arbitrage et de représentation43. Dans la vicomté de Béarn, qui se dote alors de structures nouvelles, le rôle du caperan va se trouver institutionnalisé, au point de devenir un des rouages locaux de cet État naissant44. Or, comme les statuts synodaux le confirment, en dehors de bénignes et occasionnelles fonctions de « service public », il a pour charge primordiale de faire respecter les « banalités paroissiales » et la conformité de la morale et des croyances45. Et, bien sûr, il a pour mission première de dispenser les sacrements et d'accomplir les gestes liturgiques indispensables pour assurer la protection de Dieu sur ce monde et le salut des âmes dans l'autre. À bien des égards, le caperan est, dans le village, la clé de voûte du nouvel ordre civil et religieux qui s'impose au XIIIe siècle ; un ordre que symbolise la construction de plus en plus fréquente d'une domus presbytériale jouxtant l'église. Il n'est pas bien sûr, pour autant, exempt de faiblesses humaines, ainsi qu'en témoignent les dispositions des divers statuts synodaux prohibant concubinage, sorties nocturnes, jeux de tavernes, luxe vestimentaire...

23Qu'à l'issue d'une longue phase de croissance et de mutation de la texture du peuplement l'encadrement rural des campagnes gasconnes se trouve dominé par la figure du caperan, ne va pas sans soulever des interrogations. Tout d'abord, s'agit-il véritablement du clerc ayant la charge d'âmes ? Examen fait de multiples attestations, cela n'est point douteux ; on a à faire à un capellanus curatus46. La désaffection de multiples églises champêtres a-t-elle entraîné une crise démographique du clergé, crise aggravée par la pratique du cumul des paroisses par certains caperans ? Nous ne le pensons pas, pour plusieurs raisons. D'abord parce que l'accroissement du revenu bénéficiai a eu pour corollaire la multiplication des desservants et le recours au vicariat (à commencer dans les cas de cumul), tandis que s'amorce la vogue des chapellenies47. Ensuite parce que l'incastellamento gascon est loin d'avoir provoqué l'abandon de toutes les anciennes paroisses ; beaucoup ont perduré, avec un nombre souvent infime de paroissiens (3, 4), et donc un revenu dérisoire48. L'existence d'un clergé rural socialement déprimé, occulté par les cartulaires qui laissent massivement dans l'ombre les catégories sociales dépourvues de biens, est confirmé par les statuts synodaux du début du XIVe siècle, qui se préoccupent du sort des recteurs nécessiteux49. Et il semble y avoir eu par ailleurs en Gascogne un certain afflux de clercs pauvres venus des régions voisines en quête d'un bénéfice50.

24Cet aspect des choses reste largement conjectural en attendant l'éclairage des actes notariés, qui permet de dresser un bilan beaucoup plus concret et étoffé du clergé rural dans les derniers siècles du Moyen Âge, au terme il est vrai d'un long hiatus documentaire durant lequel la conjoncture comme les structures ont pu se modifier profondément.

Notes de bas de page

1 À défaut de travaux d'histoire régionale, il n'y a pas lieu de donner à cette place une bibliographie générale du sujet (rarement envisagé au demeurant comme une question d'histoire sociale) ; nous nous bornons à rappeler la dette contractée envers Olga Dobiache-Rojdtevensky, La vie paroissiale au xiiie siècle, d'après les actes épiscopaux, Paris, 1911 ; Odette Pontal, Les statuts synodaux français au xiiie siècle, Paris, 1971 ; Gabriel Le Bras et Jean Gaudemet, Histoire du droit et des institutions de l'Église en Occident, 8-2 : le gouvernement local, Paris 1980 ; Jacques Chiffoleau, « Pour une économie de l'institution ecclésiale à la fin du Moyen Âge », dans Mélanges École Française de Rome (Moyen Âge-Temps Modernes), 1984, pp. 247-279 ; Michel Aubrun, La paroisse en France, des origines au xve siècle, Paris, 1986.

2 Sont seulement données ici les références des cartulaires cités dans le corps de l'article, en suivant l'ordre alphabétique. Auch : C. Laclave-Laplagne-Barris, Cartulaire du chapitre de l'Église métropolitaine de Sainte-Marie d'Auch, Archives historiques de la Gascogne, fasc. 3 (cartulaire Noir), et fasc. 4 (cartulaire Blanc), Paris-Auch, 1899 ; Berdoues : J.-J. Cazauran, Cartulaire de l'abbaye de Berdoues, La Haye, 1905. Bonnefont : Ch. Samaran, ch. Higounet, Recueil des actes de l’abbaye cistercienne de Bonnefont-en-Comminges, Paris, 1970 ; Condom : Cartulaire de l'abbaye de Condom, Archives départementales du Gers, G. 61 bis, (il s'agit là de la transcription Gardère, qui se présente comme le ms préparatoire d'une publication) ; Gimont : A. Clergeac, Cartulaire de l'abbaye de Gimont, Archives historiques de la Gascogne, fasc. 9, Paris-Auch, 1905 ; La Réole : Ch. Grellet-Balguerie, Cartulaire de La Réole, dans Archives historiques de la Gironde, t. V, pp. 99-186 ; Lavedan : G. Balencie, Cartulaire des vicomtes de Lavedan, dit Livre Vert de Bénac, Tarbes, 1910 ; Lézat : P. Ourliac, A.-M. Magnou, Cartulaire de l'abbaye de Lézat, Paris, 1986-1988, 2 vol. ; Lucq-de-Béarn : L. Barrau-Dihigo et R. Poupardin, Cartulaire de Saint-Vicent-de-Lucq, dans Revue du Béarn et du Pays-Basque, Pau, 1904 ; Madiran : Cartulaire de Madiran, Bibliothèque nationale, collection Doat, t. 152, f° 146-225 ; Moncassin : Cartulaire de Moncassin (dépendance du prieuré de Gavarnie), Archives départementales de la Haute-Garonne, H 346 ; Morlaas : L. Cadier, Cartulaire de Sainte-Foi de Morlaas, Pau, 1884 ; Saint-Mons : J. de Jaurgain, J. Maumus, Cartulaire du prieuré de Saint-Mons, Archives historiques de la Gascogne, fasc. 7, Paris-Auch, 1904 ; Ch. Samaran : Le plus ancien cartulaire de Saint-Mont, dans Bibliothèque de l'École des Chartes, t. CX, 1952, pp. 5-56 ; Saint-Savin : A. Meillon, Histoire de la vallée de Cauterets, vol. 1 : Les origines. Le cartulaire, Cauterets, 1920. Sorde : P. Raymond, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Jean de Sorde, Paris-Pau, 1873.

3 P. Ourliac et M. Gilles, éd. et trad., Les anciens fors de Béarn, Paris, 1990.

4 Ch. E. Perrin, J. de Font Réaulx, O. de Saint-Blanquat, Pouillés des provinces d'Auch, de Narbonne et de Toulouse, Paris, 1972.

5 Les principaux statuts du diocèse et de la province d'Auch se trouvent dans Le Livre Rouge du chapitre métropolitain de Sainte-Marie d'Auch. Archives historiques de la Gascogne, fasc. 11, Paris-Auch, 1907, publié par J. Duffour. Pour le diocèse de Dax,A. Degert, Les constitutions synodales de l'ancien diocèse de Dax, Dax, 1898. Pour Bordeaux, Bibliothèque nationale, Ms Lat. 1590, f° 1 ; 16 (1234-1267).

6 Un seul exemple : la charte de Tambielle du cartulaire de Condom (A. D. Gers, G. 61 bis, f° 23) où il apparaît nécessaire à l'abbé de préciser quelle est la hiérarchie entre deux églises d'une même villa.

7 Cf. par exemple, Cartulaire Noir d'Auch, acte 77.

8 A. Meillon, op. cit., note 1.

9 Cartulaire Sorde, acte 129 (1119-1136) et bien d'autres exemples, qu'il serait hors de propos d'énumérer ici.

10 Exemples dans le Cartulaire de La Réole, actes no CI, CXXIX.

11 Quand ce ne sont pas les prêtres qui intègrent le monastère, comme le montrent les actes 84 et 89 du cartulaire de Sorde.

12 Cartulaire de Saint-Mont (Jaurgain), actes 30, 31, 33.

13 Cartulaire de Sorde, acte 1.

14 D'une abondante mais souvent ancienne bibliographie, on peut extraire, sur ce sujet, deux articles récents : Ph. Araguas, Mottes seigneuriales et abbayes laïques en Vic-Bilh, dans Actes du 104e congrès national des sociétés savantes, Bordeaux, 1979, Bull. Phil. et hist., t. II, pp. 5-14. Paris, 1981 et J. Poumarède, À l'origine des paroisses de montagne dans le diocèse de Tarbes : les Fadernes du Lavedan, dans Tarbes et la Bigorre. Actes du congrès de la fédération des sociétés savantes Languedoc-Pyrénées-Gascogne, Tarbes, 1979, pp. 105-109.

15 Cartulaire de Lucq, acte 25.

16 Deux exemples dans le seul acte 134 du Cartulaire Noir Auch. D'abord ce « miles quidam... cognomento Paba, sic cognominatus quia litteras noverat » ; et ce troisième fils d'Arnaud de Mazères présenté comme litterali preditum et imbutum sciencia. début du xie s. ; dans l'acte 30 du cartulaire de Saint-Mont (Jaurgain), daté de 1068, on voit un miles faire une donation cum filio suo... scholastico.

17 Archives départementales de la Haute-Garonne, H 346 ; acte non daté. Pierre de Mesplède est cité comme moine dans un acte du cartulaire de Berdoues (no 221), daté de 1170.

18 Cartulaire de Sorde, acte 90 (1119-1136).

19 Cartulaire de La Réole, CLIV (990-1110) : Étienne, prêtre, a acquis deux parts de l'église de St Sever contre un cheval ferré, et les rétrocède à La Réole après la mort de son fils Guérin. Le cartulaire de Madiran (f° 170), montre un cas de figure comparable avec Bernard de Calzade, marié et père d'une fille.

20 Cartulaire de Lucq, acte 15.

21 Cartulaire de Saint-Mont, (Jaurgain), acte 89.

22 Cartulaire de Sorde, acte 25 ; Cartulaire de La Réole, acte LVIII.

23 Le cartulaire de Lézat, qui intéresse marginalement la province d'Auch est le seul cartulaire de la région à comporter un nombre significatif d'actes du xe siècle. Nombreuses sont ainsi les pièces antérieures au xiie siècle qui concernent des donations de prêtres : 47, 257, 299, 302, 327, 374, 391, 578, 812... Retenons ici l'exemple de la pièce 223 (milieu xe siècle), qui nous montre un prêtre du nom d'Astar, propriétaire de l'église, des maisons, des casaux et du territoire de Saint-Christaud en Volvestre.

24 Cartulaire Noir d'Auch, acte 47 (milieu xe siècle) : dans l'église de St Frajou donnée au chapitre d'Auch par Faquilène, épouse du comte d'Aure, apparaissent sept presbyteri.

25 Cartulaire de Lézat, acte 257 : vers le milieu du xe siècle, Bernard, presbyter, répartit ses biens entre ses « amis », à savoir un diacre, deux prêtres, et un quatrième personnage.

26 Un exemple parmi bien d'autres dans le Cartulaire Blanc Auch, acte 30 ; deux prêtres, Guillaume de Ladevèze, chapelain de Ladevèze, et S. de Saint Martin, chapelain de Coutenx, possèdent chacun un quart de la dîme de Coutenx.

27 Cartulaire de Morlaas, acte 12 (1150-1170).

28 Cartulaire de Gimont, III, 2.

29 Cartulaire de Berdoues, acte 459.

30 Fouillés, op. cit., pp. 267-280.

31 Cartulaire de Sorde, acte 92.

32 Cartulaire de Madiran, f° 173.

33 Coutumes de Castelnau Barbarens, Bibliothèque municipale d'Auch, ms. 71, f° 450 et suiv. : deu esser elegit per lo poble un caperan suffisent. Ces coutumes, concédées vers 1140, ne furent mises par écrit qu'en 1248, de sorte que la date de cette disposition n'est pas absolument certaine.

34 Cartulaire de Saint-Savin, acte 36.

35 Cartulaire de Sorde, acte 25.

36 Cartulaire de La Réole, acte LXXII.

37 Cartulaire de La Réole, acte LXV.

38 Cartulaire de Saint-Mont, (Jaurgain), acte 4.

39 Cartulaire de Sorde, actes 148 et 99.

40 B. Cursente, Les castelnaux de la Gascogne médiévale, Bordeaux, 1980, pp. 67-69. Nous serons amenés, dans une prochaine publication, à compléter et nuancer cette première approche.

41 On glane de tels indices chiffrés dans l'acte 67 du Cartulaire de Saint-Mont, (Jaurgain), daté de 1062) (ecclesia Sti Martini de Heremo...cum octo parrochiani), ainsi que dans l'acte 287 du cartulaire de Bonnefont, daté de 1262 (décision d'abandonner l'église Saint-Julien, à condition de la reconstruire dès que le nombre de paroissiens dépassera dix feux). L'archéologie des plus anciennes églises rurales confirme l'existence de groupes paroissiaux de ce calibre (cf. par exemple le relevé de l'église Saint Martin (en Durban), effectué par H. Polge avant sa totale destruction (Archives départementales du Gers, dossiers archéologiques).

42 B. Cursente, Castelnaux, op. cit., pp. 102-103.

43 Exemples dans le Cartulaire de de Berdoues, actes 89, 732 ; dans le Cartulaire de Lavedan, actes 5 et 6 (dans le conflit les opposant en 1313 au seigneur de Castelloubon, 7 des 12 communautés on pour procureur leur caperan).

44 Fors de Béarn (op. cit.), articles 64 et 65 (les établissements de « feu et taille » de 1252) : le caperan joue un rôle crucial dans la procédure d'enquête aux côtés des jurats.

45 Pour l'ensemble de ce développement, nous renvoyons aux divers statuts synodaux, et aux travaux qui en exploitent les données, notamment l'article de A. Dupuy, « Constitutions synodales dans le diocèse de Dax », dans Bulletin de la société de Borda, 4e trimestre 1966, pp. 354-364.

46 C'est le second sens du mot identifié par Du Cange, à partir d'occurrences majoritairement empruntées au xiiie siècle et à l'Aquitaine.

47 Vogue durable qui entraînera un nouveau glissement sémantique du mot capellanus.

48 Cf. dans les pouillés du diocèse d'Auch (op. cit.), l’État des dîmes dues à l’archidiacre de Pardeillan (XIVe s.), qui fournit un état presque complet de la démographie des paroisses de cette circonscription : 11 des 49 églises ou paroisses pour lesquelles est donnée une valeur chiffrée ont pour ressort une population de 5 feux ou moins (sans compter les 7 églises ne dominant aucun feu).

49 Livre Rouge d’Auch, op. cit., p. 26, article De pauperibus rectoribus des Constitutions provinciales de 1326.

50 Livre Rouge d'Auch, op. cit., p. 7 (constitutions provinciales de l'an 1300), et Registres de Grégoire X et Jean XXI, publié par J. Guiraud et E. Cadier, Befar, 1960, no 464, lettre du pape en faveur d'un pauper clericus burdegalensis auprès de l'archevêque d'Auch pour lui trouver un bénéfice (1274).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.