Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Avant-propos

p. 9-11


Texte intégral

1Le thème abordé cette année est un peu inhabituel en ces journées de Flaran, jusqu'ici plutôt consacrées à l'histoire de l'occupation du sol ou de l'économie agraire. Il répond à un vœu du comité d'organisation désireux, dans un souci de renouvellement, d'orienter, au moins occasionnellement, nos rencontres vers des sujets d'histoire sociale. Faut-il rappeler d’ailleurs que nos XIe Journées, il y a deux ans, portaient tout autant sur l'histoire des vignerons, en tant que groupe social, que sur celle de la viticulture ? Après les vignerons, voici donc les prêtres.

2Assez curieusement, leur histoire, celle des curés de campagne, est assez mal connue. Peu de travaux universitaires leur ont été consacrés. Rien de comparable, par exemple, aux thèses récemment publiées sur le clergé urbain, sur les chanoines en particulier, telles celle d'Hélène Millet pour le Moyen Âge1 ou celle de Philippe Loupès pour l'époque moderne2. Ainsi en va-t-il du moins en France ; à l'étranger, l'état de la recherche est souvent plus avancé : qu'il suffise de citer ici le travail de notre collègue Robert Swanson sur le clergé anglais de la fin du Moyen Âge3. On doit donc se référer le plus souvent, au moins pour la France, à des monographies, mais elles sont très inégales4. Cette relative faiblesse des études sur le clergé rural s'explique peut-être par le fait que ce champ de recherches se situe à la jonction de deux disciplines : l’histoire religieuse et l'histoire sociale. Situation inconfortable.

3Pourtant la matière ne manque pas. Les sources sont même surabondantes. Je me garderai bien d'en tenter ici une typologie ; je me contenterai de citer, un peu au hasard et dans le désordre, les textes normatifs (actes conciliaires, statuts synodaux...), les visites pastorales, les documents judiciaires, qu'ils émanent de tribunaux extraordinaires (ceux de l'Inquisition, par exemple, et on pense au curé Clergue de Montaillou...) ou des juridictions épiscopales, les registres fiscaux, sans parler de l'énorme masse des actes notariés, au rang desquels on pourrait peut-être placer en premier lieu les testaments et les inventaires après décès. N'oublions pas enfin les écrits provenant des prêtres eux-mêmes, ces journaux de curés de campagne qui ne relèvent pas seulement de l’histoire littéraire, mais peuvent constituer un témoignage exceptionnellement vivant sur les réalités vécues du sacerdoce.

4Les sujets d'étude sont donc fort nombreux : ils ont été regroupés ici autour de trois grandes questions : recrutement, modes de vie, rapports avec la société paysanne.

5Recrutement : le problème est vaste. Qui choisit le desservant ? Quels sont les pouvoirs respectifs en la matière du patron — laïc ou ecclésiastique, de l'évêque, de la communauté paroissiale ? Sur quels critères ce choix est-il effectué ? Selon quelles modalités ? Se pose aussi la question essentielle de l'origine sociale des prêtres ruraux, comme celle de leur milieu familial. Les réponses peuvent varier en fonction des catégories de prêtres, qu'il s'agira aussi de définir : bénéficiers, curés desservants, vicaires... Enfin qu'en est-il de leur formation ? Dès 529, le concile de Vaison-la-Romaine avait inscrit cette question à son ordre du jour. Où, auprès de qui les prêtres de campagne acquièrent-ils le minimum de connaissances théologiques et liturgiques nécessaires à leur sacerdoce ? Et peut-on apprécier le niveau et la nature de leur culture ?

6Modes de vie. Leur étude implique de prendre en considération tant les cadres de vie (la cure, le presbytère) que le niveau de vie. Et ceci amène à répertorier les revenus du clergé rural, que ceux-ci consistent en fractions des droits paroissiaux (et on rencontre là l'épineuse question de la dîme), en rentes foncières, en salaires ou qu'ils prennent encore d’autres formes, parfois inusitées et pittoresques. Cette recherche doit enfin déboucher sur une description des comportements, licites et illicites, tels qu'ils permettent de distinguer selon les lieux et les époques le bon et le mauvais prêtre.

7Quant aux rapports avec la société paysanne, il est aussi de multiples façons de les envisager. Bien sûr, ils sont d'abord à évaluer dans le champ du spirituel : le prêtre apparaît avant tout en tant que curatus, chargé d'âmes, pasteur pour les vivants, intercesseur pour les morts. Mais il est aussi intégré (dans quelle mesure ?) dans la communauté villageoise : quelle y est sa place, quel rôle y joue-t-il ? Sa fonction peut être tout aussi bien celle d'un instituteur que celle d'un intermédiaire entre la communauté et les autorités supérieures, lorsqu'elle n'est pas, à l'occasion, celle d'un prêteur sur gages... Enfin doit être examinée au plus près la position du prêtre face aux aspirations, aux revendications de la société paysanne. Cette position, nous l'évoquerons au cours de deux époques de grande tension. Aux XIVe et XVe siècles tout d’abord : en Angleterre, à l'époque des grandes révoltes paysannes, celle de 1381 en particulier, et en Bohême au temps des mouvements hussites. Et d'autre part, lors de la Révolution française.

8Il avait été dans l'intention de Charles Higounet de consacrer les Journées de 1989 au bi-centenaire de la Révolution dans les campagnes. Il avait finalement renoncé à ce projet, eu égard, cette année-là, à la prolifération de congrès et colloques sur ce thème. Mais en 1991, il n'est certes pas trop tard : l'exposé de Michel Vovelle, qui clôturera ces Journées, sera en quelque sorte notre contribution au bi-centenaire.

9Un regret pour finir : celui que ces Journées soient consacrées au seul clergé catholique. C'est là une lacune involontaire. Un rapport était prévu sur les ministres réformés du Saint-Empire : un empêchement malencontreux nous prive de l'entendre. C'est peut-être partie remise...

Notes de bas de page

1 H. Millet, Les chanoines du chapitre cathédral de Laon (1272-1412), École française de Rome, 1982.

2 Ph. Loupès, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècles, Bordeaux, 1985.

3 R.N. Swanson, Church and society in later Medieval England, Oxford, 1989.

4 Il en est d'excellentes. Citons en exemple celle de Jean Lartigaut, Un curé de campagne au xve siècle : Roger d'Orgueil, recteur de Toufailles, dans xliie Congrès de la fédération des sociétés savantes Languedoc-Pyrénées-Gascogne, 1987, Cahors, 1988.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.