Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

La croissance agricole du haut Moyen Age : le maçonnais au xe siècle

p. 37-52


Texte intégral

1Partons de deux séries de remarques, sur le champ d’observation choisi et sur la problématique adoptée.

2Le champ paraîtra peut-être singulièrement étroit. La plupart, en effet, des pièces ici produites se rapportent à une commune mâconnaise, Lournand, qui jouxte celle de Cluny. Soit environ 1150 hectares de petites collines calcaires et de vallons où, depuis le Haut Moyen Age, céréales et vignes occupent la majeure partie du sol et où s’entremêlent, comme en une charnière, les influences du Nord et celles du Midi (nous sommes à moins de 10 kilomètres au sud de la frontière linguistique, des limites séparant le biennal du triennal, les tuiles rondes des tuiles plates et à la pointe méridionale des zones d’implantation franque). Le choix d’un échantillon aussi restreint est, précisons-le, délibéré. Il ne procède pas d’une conversion subite au genre de la monographie locale dont on a si souvent et à juste titre souligné les limites et les dangers. Il s’agit d’un choix de méthode, doublé d’un pari. Convaincu de notre ignorance à peu près totale des ressorts de la croissance médiévale ou, si l’on préfère, de la dynamique du féodalisme européen, j’ai cru devoir adopter, à l’égard d’un problème aussi complexe, un angle d’attaque nouveau : la combinaison de la micro-analyse et de l’approche dans la longue durée, l’une ne pouvant d’ailleurs être conduite sans l’autre, pour des raisons très évidentes. Le pari résidant dans l’espoir que l’examen de l’infiniment petit (les cellules élémentaires du corps social), puisse ouvrir la voie à certains progrès, comme il l’a fait dans d’autres disciplines scientifiques. Quant au choix de l’échantillon lui-même, il tient à la qualité exceptionnelle de la principale source disponible (le cartulaire de Cluny)1 et au fait que Lournand, en raison de sa proximité vis-à-vis du monastère, est le village pour lequel notre information est la plus riche.

3S’agissant maintenant de la problématique de la croissance agricole, on partira d’idées simples. La première consiste à écarter résolument les explications unilatérales, lesquelles sont toujours des explications en trompe-l’œil, molles et paresseuses, même quand elles sont doctement assénées. La remarque s’applique, à titre d’exemple, à la démographie que l’on ne cesse, ici et là, avec une consternante obstination, de placer à l’origine de tout processus de croissance. Qu’elle en soit le meilleur indicateur n’est évidemment pas douteux ; qu’elle en soit aussi un facteur, prenant place dans une chaîne de causalités, ne l’est pas davantage. Mais décréter a priori qu’elle en est le moteur est inadmissible sur le plan intellectuel. On remarquera aussi que le recours à des interprétations unilatérales peut emprunter des cheminements moins grossiers. Il en va ainsi fréquemment à propos des rapports entre progrès technique et types d’exploitations. Il importe certes au plus haut point d’apprécier le rôle respectif à cet égard du “grand domaine” et de l’exploitation paysanne. Mais fonder un schéma explicatif sur une alternative de ce type, en attribuant à l’un ou à l’autre les mérites de la croissance, reviendrait à s’enfermer dans le ghetto de la micro-économie, à ignorer la dimension macro-économique du problème, à isoler enfin le fonctionnement de ces unités de production d’un contexte aux facettes multiples (politique, mentale…). Bref, on ne s’engagera pas dans une telle voie.

4A l’inverse, posons au départ l’exigence d’une interprétation plus globale de la croissance du Haut Moyen Age. S’il agit bien, comme l’exemple étudié le laisse à penser, d’une tendance lourde, pluriséculaire, touchant à de multiples aspects de la société, il est dès lors impensable qu’elle ne soit pas en rapport direct avec les autres tendances lourdes qui déploient leurs effets tout au long de la période : le déclin de la ville, l’affaiblissement de l’Etat, la pénétration du christianisme, les profondes inflexions sociales (dans la condition paysanne ou les rapports de parenté). Poser cette exigence revient à dire qu’aucune interprétation de la croissance n’est satisfaisante si elle ne rend pas compte des articulations et corrélations entre ces divers ordres de phénomènes. C’est aussi refuser toute explication prématurée et maintenir une délimitation aussi rigoureuse que possible entre le descriptif et l’explicatif, entre le comment et le pourquoi. On partira donc d’un simple diagnostic de la croissance, pour aller plus avant dans l’examen des conditions sociales de la croissance, rejetant in fine les tentatives de globalisation.

I. — Le diagnostic

5La croissance agraire peut revêtir des aspects fort différents selon qu’elle procède d’une simple extension de l’espace cultivé (croissance extensive) ou d’amélioration d’ordre technique (outillage et façons agricoles). La grille de lecture appliquée à notre documentation retiendra donc successivement trois critères : l’occupation du sol, le nombre des hommes, le progrès technique.

A) L’occupation du sol

6Nos sources ne permettent pas de se faire une idée précise du degré d’occupation du sol avant le Xe siècle. Par contre, l’installation des moines à Cluny jette subitement une vive lumière sur notre terroir. Les transactions foncières, sous leurs diverses formes (ventes, donations, échanges), se comptent par centaines et les actes sont en règle générale d’une grande précision : indication des lieux-dits, superficie des parcelles, mention des confronts et de la nature des cultures. Source d’une grande richesse en elle-même donc, mais dont l’exploitation peut encore être valorisée par le recours aux sources plus tardives (notamment l’immense série d’actes notariés des XVIIe et XVIIIe siècles, fort utiles pour les repérages toponymiques) et par l’examen des étapes ultérieures de l’occupation du sol.

7Le dépouillement de ces sources est sans surprise : il confirme les conclusions développées par Georges Duby à l’échelle du Mâconnais2 : une occupation du sol presque complète, des paysages agraires fort proches de leur état actuel, un habitat déjà fermement enraciné et qui ne subira guère de modifications par la suite, y compris dans l’importance relative des divers hameaux. Il est parfaitement clair que la mise en valeur des sols cultivables a été réalisée pour l’essentiel avant 900, si ce n’est pas dès l’époque romaine. Le pointage des parcelles mentionnées (chaque fois qu’il est possible de le faire grâce à la mention d’un lieu-dit ou de tel ou tel élément du paysage) révèle une remarquable continuité jusqu’à nos jours dans la physionomie du terroir. L’examen des étapes ultérieures du défrichement en apporte d’ailleurs une confirmation supplémentaire :

  1. La progression du XIe au XIIIe siècle concerne la seule fraction du terroir où le cartulaire trahissait une faible occupation. Il s’agit des hauteurs de la Crâ séparant Lournand de Cluny : des terres caillouteuses et ingrates dont une bonne part retourneront à la friche lors de la grande tourmente de la fin du Moyen Age. Des hommes cependant s’y étaient fixés, laissant une triple empreinte : un parcellaire plus régulier, un habitat dispersé et une chapelle dédiée à saint Claude (fort honoré au XIIIe dans les deux Bourgognes).

  2. La deuxième avancée des cultures se situe dans les années 1750/1760. Ultime grignotage des bois relevant des communautés de Lournand et Collonge, dont on trouve un inventaire précis dans les archives de la subdélégation de Cluny. Des manouvriers et vignerons sont alors autorisés à exploiter des lots de vingt ares environ dans les communaux : réponse à la brutale surcharge démographique qui vient alors de se manifester.

8Ne surestimons pas pour autant la portée de ces deux dilatations de l’espace cultivé. Sans qu’il soit possible de la chiffrer avec précision, on imagine mal une augmentation, au total, de plus de 10 % des labours. Des conquêtes marginales et au surplus médiocres. L’essentiel avait été fait dès avant le Xe siècle. Au cours du Haut Moyen Age ? Ni l’examen de la toponymie, ni celui du parcellaire ne permettent d’apporter à cette question de réponse suffisamment précise. On retiendra donc seulement que le modèle classique plaçant l’expansion agraire et les grands défrichements dans la phase centrale ne saurait être appliqué ici sans précautions particulières. Dans des régions de peuplement précoce (telle le Mâconnais) l’occupation du sol avait été poussée assez loin pour que l’expansion ultérieure ne puisse revêtir une dimension autre que marginale.

B) La démographie

9L’approche démographique corrobore ce résultat et permet en outre de l’affiner. Parler de démographie peut paraître excessif au regard des sources disponibles. Il n’est pas inutile cependant de les exploiter avec toutes les précautions d’usage pour tenter d’apprécier d’une part le niveau atteint au Xe siècle et d’autre part le mouvement antérieur.

  1. On ne prétendra pas établir, à partir du cartulaire, le nombre précis d’habitants vivant vers 900 sur le territoire de l’actuelle commune de Lournand. Tentons seulement d’évaluer le seuil au-dessus duquel ce nombre se situe. L’opération est au demeurant fort simple : elle consiste à relever entre 915 et 950 (soit une période de 35 ans, supposée correspondre à l’espérance de vie) les noms de tous les propriétaires fonciers figurant dans les actes, soit directement (vendeurs et donateurs), soit indirectement (mentionnés dans l’énumération des confronts). La liste ainsi obtenue comporte soixante-quinze noms, dont soixante-sept pour les trois principaux hameaux (vingt-neuf à Lournand, vingt-quatre à Collonge, seize à Chevagny), le reste s’éparpillant dans des habitats secondaires. Elle représente un seuil inférieur car on peut raisonnablement penser que quelques propriétaires passent entre les mailles du filet tendu par le cartulaire. Il nous faut tenir compte en outre de ceux qui ne possèdent rien : des servi d’une part et des dépendants ou colons travaillant une terre qu’ils ne possèdent pas et que nous apercevons occasionnellement sans pouvoir les dénombrer avec précision. L’analyse de la structure sociale de ce village nous a conduit à évaluer la place des esclaves à environ 15 % de la population totale et celle des colons entre 5 et 10 %. Le correctif nécessaire pour procéder à une évaluation grossière de la population de Lournand est donc de l’ordre de 20 à 25 %. Sans perdre de vue le caractère approximatif d’un tel calcul et les inévitables sources d’erreur qu’il comporte, on parvient ainsi à une estimation de l’ordre de quatre-vingt-dix familles ; en termes de densité, en rapportant ces chiffres à la superficie cadastrale, nous serions autour de quarante habitants au km2 ; densité, remarquons-le, qui n’aurait rien d’incongru puisque, pour le nord de la Gaule, les polyptyques nous livrent des résultats analogues. Nous n’attribuerons naturellement pas à ce chiffre de 40 h/km2 une valeur mathématique rigoureuse ; il ne s’agit que d’un ordre de grandeur, plus significatif, à tout prendre, que de vagues impressions. Il indique que les campagnes mâconnaises sont déjà fortement garnies dès l’an 900. Il exclut aussi toute hypothèse de doublement (voire davantage) ultérieur de la population puisque le sommet, en matière de densité rurale (il sera atteint à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle) se situera aux alentours de 70 h/km2 dans ce même village. Nous voici, par conséquent, devant un monde, sinon “plein”, du moins presque plein.

  2. Peut-on se faire une idée de ce que fut la croissance démographique durant l’époque franque, du VIe au Xe siècle ? Les sources écrites, on l’imagine aisément, sont d’un faible secours. Le cartulaire de Saint-Vincent de Mâcon, seul point d’appui pour la période considérée n’apporte qu’une maigre moisson de données : quelques mentions d’essarts, des toponymes dont l’interprétation est toujours hasardeuse ; ici et là, l’indication du nombre d’enfants vivant dans un ménage (comment les utiliser quand nous ignorons tout des conditions dans lesquelles leur présence est enregistrée ?).

10Reste l’archéologie, seule susceptible d’apporter quelque lumière sur le point de départ du VIe siècle. Or, par chance, nous disposons d’un travail de qualité sur cette même région, grâce à H. Gaillard de Sémainville3. Ce travail, consacré aux garnitures de ceinture, a exigé l’établissement d’un répertoire des sites de cimetières mérovingiens et la fouille de l’un d’entre eux, à Curtil-sous-Burnand, village situé à quelque dix kilomètres au nord de Lournand. Du point de vue démographique, deux résultats de la plus haute importance s’en dégagent. D’abord, la plupart des villages ou hameaux actuels ont eu leur cimetière à tombes sous dalles d’époque mérovingienne. Preuve que le peuplement présentait dès le VIe siècle l’aspect d’un réseau à mailles très serrées et que l’habitat a manifesté par la suite une remarquable stabilité. L’idée selon laquelle les habitats ruraux ne se seraient fixés que tardivement, au XIe siècle, par suite de l’“encellulement des hommes” (Robert Fossier)4 apparaît ici (Mâconnais et Chalonnais) dénuée du moindre fondement. Mais le résultat le plus important est celui fourni par la fouille du cimetière de Curtil : sept cents tombes sur une période de 150 années (début VIe-milieu VIIe). Par le nombre des morts Gaillard de Sémainville tente d’approcher celui des vivants. En supposant une espérance de vie de l’ordre de trente ans et en introduisant le correctif rendu nécessaire par l’absence de restes d’enfants de moins de 5 à 6 ans, il attribue à cette localité une population de cent-cinquante habitants qui, rapportée à la superficie du finage, nous donnerait une densité d’environ 20 habitants au km2. Ce résultat fournit un point de comparaison fort utile. Car non seulement Curtil est très proche de Lournand mais les deux finages sont en tous points semblables : même importance relative des bois et des friches, même distribution du sol, à l’époque moderne, entre céréales, vignes et prés. Du reste, les densités rurales au sein des côtes mâconnaise et chalonnaise présentent du XVIIe au XIXe siècle une grande homogénéité : Curtil atteindra une densité record identique à celle de Lournand (70 h/km2) au même moment, sous la Monarchie de Juillet, à l’instar des campagnes environnantes. Dans ces conditions, on a toute raison de penser que ce résultat, grosso modo, vaut aussi pour le Lournand de l’époque mérovingienne. En d’autres termes, la population du village aurait doublé à l’époque franque. Il devient difficile dès lors de rejeter d’un simple revers de main l’hypothèse d’une forte croissance agraire dans cette période et de tout mettre au crédit du Moyen Age central. Etant bien entendu que l’on ne saurait généraliser imprudemment une telle hypothèse : nous sommes ici devant un petit morceau de la France centrale présentant des caractéristiques particulières. L’occupation du sol y fut précoce ; la présence gauloise et romaine, l’une et l’autre très marquées ; les invasions germaniques n’y ont pas revêtu un caractère catastrophique… Autant de conditions que l’on retrouve sans doute souvent dans la France méridionale mais de façon moins évidente dans la France du Nord. Le déplacement vers le nord du centre de gravité de la vieille Gaule, au cours des siècles suivants pourrait bien trouver là sa principale explication : dans le Midi, les possibilités offertes à la croissance agraire ont été épuisées plus tôt qu’ailleurs. Il va sans dire que ce point de vue n’est nullement une négation des grands progrès ultérieurs. Il récuse seulement, et sans la moindre hésitation, le point de vue selon lequel le démarrage se situerait après l’An Mil et son corollaire indispensable : le sombre tableau des campagnes carolingiennes (populations mal fixées dans des habitats incertains et fragiles, inertie technique…).

11En définitive, la sous-estimation de la croissance agraire du Haut Moyen Age pourrait bien procéder d’une triple illusion d’optique. D’abord, elle se voit moins parce que les sources sont plus rares qu’elles ne le seront par la suite ; ensuite, il s’est agi d’une croissance de caractère interne, au sein du finage, sans l’aspect spectaculaire qui apparaîtra plus tard, avec la création de terroirs neufs ; enfin le déclin de la ville à l’époque franque, contrastant avec l’explosion urbaine ultérieure, a certainement induit des jugements pessimistes sur l’état des campagnes à partir du postulat implicite (mais totalement injustifié, comme j’ai essayé de le montrer par ailleurs5) selon lequel l’activité de la ville refléterait plus ou moins l’état des campagnes environnantes, ce qui me paraît être le pire contresens que l’on puisse commettre dans la mesure où, nous le verrons plus loin, l’étiolement de la ville purement parasitaire, léguée par l’Antiquité, a été sans doute l’une des conditions les plus favorables à l’essor des campagnes. Qu’à ces facteurs objectifs d’erreur s’ajoute quelque jugement de valeur mal réprimé sur les Carolingiens, le dérapage est assuré6

C) Le progrès technique

12Il y a, rappelons-le, croissance et croissance. Davantage d’hommes et de terres cultivées, autrement dit une simple croissance extensive, n’implique pas nécessairement le progrès technique ; et, dans ce cas, elle ne saurait être durable car elle s’accompagne inévitablement d’une tendance à la baisse de la productivité du travail, ce qu’aucune société ne peut supporter indéfiniment. Est-ce le cas ici ? tel est l’enjeu du diagnostic technique, le plus délicat entre tous à établir.

13Sur un point au moins, du reste fort important, celui de l’énergie hydraulique, la réponse est claire : la réseau des moulins à eau est en place au début du Xe siècle. L’abbaye de Cluny s’est bornée à les récupérer un à un, non sans difficultés ni conflits, comme ce fut le cas précisément pour le moulin de Merzé qui desservait Lournand. Dans le cadre d’un “grand domaine” la présence de moulins à eau n’aurait évidemment rien de surprenant. Dans une campagne reculée, où la structure domaniale est absente, elle est le signe que la révolution énergétique a déjà fait sentir profondément ses effets et elle contredit l’hypothèse d’une stagnation technique.

14Les données relatives à l’outillage et aux façons culturales sont bien plus fragiles. En fait, on ne dispose pas d’éléments précis avant le document de gestion de 1156, établi par Henri de Winchester à la demande de Pierre le Vénérable, dans le but d’améliorer les revenus du temporel abbatial7. La pratique de la rotation triennale y est formellement attestée, non seulement sur les champs seigneuriaux mais aussi sur des terres paysannes ; la présence d’un train de culture lourd, formé de six bœufs, s’en dégage aussi. Autant d’indices d’une réelle modernité technique. Notre information est trop tardive pour en tirer des conclusions fermes sur la chronologie du progrès technique. Qui a introduit la rotation triennale ? et quand ? Le mérite en revient-il aux moines ? ou ceux-ci ont-ils été, comme ce fut le cas en matière de moulins, les héritiers d’avancées antérieures ? Le fait que le Mâconnais présente alors, sur le plan technique, une grande homogénéité accrédite plutôt la dernière hypothèse. En outre, les densités rurales observées plus haut impliquaient une intensification dans la mise en valeur des terroirs et suggèrent l’idée d’un progrès technique précoce.

15Au total, en dépit de zones d’ombres difficilement réductibles, la croissance agricole du Haut Moyen Age est loin d’être un mythe en Mâconnais. Sous son double aspect quantitatif et qualitatif, elle pose même un problème d’ensemble d’une portée considérable. On s’égarerait à n’y voir qu’un effet de la future révolution féodale, car dans une large mesure (dont l’étendue reste certes à préciser) elle a précédé la mise en place des nouvelles structures sociales, politiques et idéologiques ; et, sans doute même, a-t-elle pris place dans le processus qui conduisait à la mutation globale de la société franque. Raison supplémentaire pour ne pas évacuer ce problème ou le reléguer dans le chapitre clos d’une histoire économique conçue de manière étroite : voici bien une question centrale.

II. — Les conditions sociales de la croissance

16On abordera l’examen du contexte social en prenant appui sur le support documentaire le plus solide, le cartulaire de Cluny. Non pas pour esquisser un tableau d’ensemble de la société mâconnaise au Xe siècle, mais pour souligner seulement trois éléments de ce contexte, en raison de leur incidence directe sur le problème de la croissance agraire.

A) Une société esclavagiste

17La société mâconnaise est demeurée profondément esclavagiste jusqu’au Xe siècle, le tournant véritable (en ce domaine comme dans bien d’autres) coïncidant avec la révolution féodale des alentours de l’An Mil. Il s’agit là du seul point important de désaccord avec les conclusions développées par Georges Duby dans sa thèse publiée en 1953. Une brève mise au point s’impose donc ici sur la condition juridique, l’importance numérique et le rôle économique du groupe servile.

18Pas de divergence sur les aspects principaux de la condition servile : le servus est la propriété de son maître, il est exclu de la vie publique… Le désaccord porte uniquement sur le rapport de l’esclave à la terre. Si l’on admet, comme le pensait Georges Duby, que le servus a le droit d’acquérir des biens ou qu’il dispose de droits reconnus sur la terre qu’il cultive, cela signifierait effectivement qu’il ne relève plus de la condition servile traditionnelle, laquelle a toujours associé l’exclusion de la propriété et la non-citoyenneté de l’esclave. Cependant, tel n’est pas le cas, me semble-t-il. A la veille de l’An Mil, les servi du Mâconnais, dans leur immense majorité, n’accèdent toujours pas à la propriété. Ils n’interviennent jamais en tant qu’acteurs dans les transactions foncières et ne figurent pas davantage parmi les très nombreux propriétaires mentionnés dans l’énumération des confronts. A une exception près, qui peut induire en erreur : les servi de Saint-Pierre (c’est-à-dire ceux de l’abbaye) possèdent effectivement des biens. Ceux-ci ne sont plus, à proprement parler, des esclaves. D’ailleurs, les textes le précisent très clairement : ils ont été arrachés à l’infamie du lien personnel envers un autre homme, au nexus de la servitude. Jalon important dans la dissolution de la servitude antique mais cette étape n’a pas encore été franchie par les esclaves dépendants de maîtres privés.

19Peu importe, pensera-t-on peut-être, si la réalité sociale de l’esclavage s’est déjà modifiée et si le servus est devenu un tenancier héréditaire, engagé dans un “rapport de production nouveau” vis-à-vis de son maître. N’est-il pas dès lors plus proche du tenancier libre que de l’esclave antique ? Rien dans l’exemple étudié ne justifie ce point de vue et tout laisse même à penser le contraire. La seule chose que l’on puisse affirmer est que le couple servile vit, avec ses enfants, sur un petit lot de terre (“manse” ou “courtil”) pour lequel il doit un “servitium” non défini et probablement arbitraire. Ceci n’autorise nullement à voir dans l’esclave un tenancier sauf à extrapoler hâtivement à partir de la situation que nous connaissons pour les “grands domaines” carolingiens. Pas la moindre trace de mainmorte, ni d’un quelconque droit sur la terre, ni d’une transmission héréditaire de fait de cette terre. Un détail, à cet égard, est significatif. Dans une vingtaine de cas, nous connaissons de façon précise la composition de la famille servile quand celle-ci est donnée par un maître à l’abbaye, avec la terre qu’elle cultive. Il s’agit d’une famille démographiquement opulente : trois ou quatre enfants (parfois davantage) sont chose fréquente. Or, pas une seule fois n’est mentionnée la présence sur ce même lopin d’un deuxième couple issu du mariage de l’un des enfants. Une régularité aussi parfaite du modèle une exploitation/un couple ne peut être obtenue autrement que par un strict contrôle de la famille servile, les maîtres ne constituant de nouveaux ménages qu’en fonction de leurs besoins, c’est-à-dire de la vacance d’un manse. Si les droits des descendants étaient acquis ne verrait-on pas ici et là, quand les parents atteignent un âge élevé, l’un des fils prendre femme et prendre en charge l’exploitation ? Sans doute certaines de ces familles serviles ont-elles tendance à s’enraciner (et à enraciner leur descendance) dans l’exploitation qui leur a été confiée, car tel est l’intérêt compris de leurs maîtres. Il n’empêche que nous sommes en présence d’un groupe d’hommes et de femmes qui sont propriété d’autres hommes et qui sont dépourvus de tout droit sur la terre. La présence du mot servus dans les textes n’est donc pas un simple archaïsme de langage ; elle exprime un archaïsme social bien réel.

20Ces esclaves sont-ils nombreux ? L’estimation grossière à laquelle on est parvenu pour la deuxième moitié du Xe siècle est d’environ 15 % de la population totale. C’est dire qu’ils ne travaillaient qu’une faible partie du sol cultivé, la majeure part restant entre les mains de petits et moyens alleutiers. La paysannerie libre est par conséquent à la base de la production agricole. On n’hésitera pas pour autant à maintenir le concept de société “esclavagiste”. D’abord parce que le travail servile représente ici la forme dominante de travail dépendant, le recours, de la part des maîtres, à une main d’œuvre réputée libre ne revêtant qu’un caractère marginal ou complémentaire (environ un “colon” pour trois esclaves). Ensuite parce qu’il s’agit d’un élément décisif de la structure sociale : l’hégémonie des maîtres vis-à-vis de la paysannerie libre repose avant tout sur la possession de ces servi. Enfin, parce qu’il s’agit aussi d’un élément décisif au niveau des représentations mentales : le système de valeurs dominant (conception de la vie publique, du travail et des loisirs, des hiérarchies sociales) reste profondément esclavagiste. La prégnance du modèle est telle que l’on peut rencontrer de modestes alleutiers, ne possédant qu’un seul manse mais le faisant cultiver par une famille servile malgré l’aberration économique que cette solution représente.

21Une première constatation se dégage donc des observations précédentes : dans le cas étudié, il est exclu d’établir une corrélation entre croissance agraire et déclin ou disparition de l’esclavage. Le fait mérite peut-être d’être souligné car une longue tradition historiographique et même sociologique (Max Weber) pousse en ce sens, en suggérant que le travail servile est par nature peu productif. On ne voit pas sur quoi se fonde une telle affirmation, sinon sur de vagues considérations morales, au demeurant fort respectables. On serait même tenté d’inverser la proposition et de voir dans le maintien de l’esclavage un facteur du progrès technique dans les campagnes. Force est de constater que les esclaves sont alors associés au secteur le plus dynamique de l’économie rurale, dans le cadre des petits domaines possédés par les maîtres. Qui donc, sinon eux, pouvaient avoir construit, entretenu et exploité les moulins à eau pour le compte de ces derniers ? Quelle autre solution pour la main d’œuvre servile excédentaire que le travail artisanal, quand l’accès à la propriété du sol lui est interdite et quand toutes les autres portes de la vie civile et religieuse lui étaient fermées ? Pourquoi l’institution romaine du peculium était-elle toujours présente sinon pour permettre aux maîtres de tirer profit de ce travail ? N’étaient-ils pas, tout simplement, les héritiers naturels, depuis l’Antiquité, d’une tradition “mécanique” dont l’idéologie dominante leur avait conféré le quasi monopole ? N’est-ce pas ce rôle technique qui, combiné à l’autonomie conférée par le chasement sur une terre, a favorisé leur promotion sociale et ouvert la voie à la fin de l’esclavage ? N’est-ce pas enfin le glissement de cette main d’œuvre qualifiée vers les nouveaux noyaux urbains médiévaux, au lendemain de la révolution féodale, qui a transféré les forces vives du progrès technique, de la campagne vers la ville ? Simple questionnement, reposant, je le reconnais volontiers, sur un faisceau de présomptions plus que sur des preuves ; invitation, néanmoins, à ne pas trop négliger le rôle des esclaves dans le problème qui nous concerne. Etant bien entendu que ce rôle ne saurait être considéré isolément, c’est-à-dire indépendemment du rôle des maîtres pour qui ils travaillaient.

B) Les maîtres

22La deuxième donnée du contexte social est la prédominance d’un petit groupe de familles (sept sur le territoire étudié). Il s’agit de gros alleutiers dont on évoquera brièvement les caractéristiques sociales avant d’examiner leur rôle sur la plan économique.

23Aucune limite précise ou directement visible ne les sépare alors de la masse des hommes libres. Pas d’appellation spécifique, pas de solution de continuité dans le spectre des fortunes foncières. Les deux familles les plus puissantes peuvent posséder jusqu’à sept ou huit exploitations, les plus modestes deux ou trois ; mais toutes ont en commun de vivre du travail de leurs esclaves.

24Ce groupe se distingue ensuite par de fortes solidarités familiales parfaitement visibles dans les souscriptions des actes chaque fois qu’une donation d’une certaine importance intervient. Les liens de parenté en sont donc le ciment social principal et lui donnent sa cohésion face aux communautés paysannes voisines. On notera enfin qu’une proportion notable (environ le 1/3) de leurs enfants sont voués à l’état clérical. De toute évidence, les liens unissant ces familles à Mâcon, spécialement à l’évêque, et les revenus qu’elles en tirent, entrent pour une bonne part dans la reproduction sociale de cette élite locale.

25On les désignera ici par le terme de “maîtres” pour souligner l’importance que revêt pour eux la possession d’esclaves et pour éviter le terme de “seigneurs”, s’agissant d’hommes n’exerçant aucune autorité légitimée sur les paysans du voisinage. Ce n’est que dans la deuxième moitié du Xe siècle que nous voyons ces hommes, ou du moins une partie d’entre eux, se comporter en petits chefs locaux, imposant des “coutumes” nouvelles, contraignant les villageois à des corvées, plongeant du même coup le pays dans une ère de désordres et de violences d’où surgira, au bout du compte, un ordre social et politique nouveau. Réponse au déclassement auquel les condamnaient le naufrage des armatures carolingiennes et la montée de pouvoirs locaux nouveaux (ici, celui des moines).

26Quelle était la place, dans l’activité économique, de ce groupe social ainsi circonscrit ? Précisons d’abord dans quel cadre cette activité s’inscrivait. Pas la moindre trace de régime domanial au sens classique du terme. Pas même de grande exploitation, à proprement parler, puisque le patrimoine de ces maîtres est formé d’une addition de manses ou courtils, confiés le plus souvent à des ménages serviles et formant autant d’unités d’exploitation distinctes. Parlons plutôt de “petits domaines” pour désigner ces modestes nébuleuses (sans cesse remaniées par les hasards successoraux) placées sous l’autorité d’un maître.

27Tout laisse à penser que ces petits domaines représentaient le secteur le plus dynamique de l’économie rurale. La localisation des biens relevant des maîtres présente en effet une singularité frappante. Peu nombreux sur les parties anciennes des terroirs, coteaux calcaires aux terres légères vouées presque exclusivement au blé et à la vigne, ils se pressent au contraire dans la dépression de la Grosne où les prés et les bois sont abondants. Face à l’agriculture traditionnelle de type romain apparaît ainsi un secteur où l’activité pastorale a une tout autre dimension et où l’élevage et les cultures sont plus étroitement associés. D’autant que les terres lourdes de la vallée exigent des attelages d’une certaine puissance. Si les progrès techniques évoqués plus haut (train de culture lourd, rotation triennale) étaient en œuvre dès le Xe siècle, voire plus tôt, c’est évidemment dans ce secteur qu’ils se sont frayé un chemin. Les maîtres ne font-ils pas preuve par ailleurs d’initiative en matière économique ? Ils manifestent le souci d’augmenter les surfaces cultivées en négociant avec des paysans des contrats de complant ; ils tiennent entre leurs mains le réseau des moulins à eau.

28On ne peut donc se les représenter sous les traits de guerriers plus ou moins indifférents aux réalités économiques. Ce groupe social a certainement tenu un rôle actif dans la croissance agraire, spécialement dans sa dimension technique ; un rôle que, selon Moses Finley, ne tenaient pas leurs prédécesseurs romains du Bas Empire, leurs revenus étant alors essentiellement d’origine politique. D’où venait donc cet intérêt nouveau pour la sphère de l’économie, au sein de la société dirigeante ? La réponse à cette question – nous y reviendrons plus loin – pourrait bien fournir l’une des clés du problème posé par le démarrage de l’économie occidentale.

C) De vieilles communautés paysannes

29La majeure partie de la population est constituée de petits paysans cultivant eux-mêmes la terre qu’ils possèdent. L’omniprésence de l’alleu paysan au début du Xe siècle ne fait en effet aucun doute, étant bien entendu que, par la suite, on assiste à l’entrée continue de petits alleutiers dans la dépendance de Cluny. Autant dire que, arithmétiquement parlant, la croissance agricole, ne serait-ce que dans sa dimension démographique, a d’abord été le fait de ce groupe. Dans l’examen des conditions sociales de la croissance, deux données sont ici à retenir :

  1. Le rôle de la communauté de village ou de hameau en tant que structure d’encadrement majeure de la vie rurale. Affirmer l’existence de ces communautés ne présente rien de nouveau. De longue date, on a relevé les fréquentes mentions dans le cartulaire des “terres des francs” ou des “terres communes”, de même que les mentions des droits d’usage découlant de la possession d’un manse ou d’un courtil. Dans l’exemple étudié, nous sommes en présence de trois communautés distinctes (Lournand, Collonge, Chevagny) disposant chacune de son finage et de terres “communes” propres (bois ou près). Mais pourquoi insister sur la force et l’ancienneté de ces structures d’encadrement ? Tout simplement parce que la consultation des sources ultérieures (médiévales, modernes et contemporaines) montre de façon évidente que la régulation de la vie rurale s’est maintenue dans le cadre de ces cellules de hameau comme en autant de cadres infrangibles, en dépit de toutes les modifications intervenues dans les structures englobantes (seigneurie, paroisse, commune…). La continuité, en matière de pratiques communautaires est stupéfiante. La pratique de l’affouage, encore vivante de nos jours, a toujours pour cadre le hameau et respecte l’antique distribution des bois entre les diverses communautés. L’organisation du pâturage des moutons sur les friches et les jachères, au siècle dernier, s’effectuait encore au sein de chacun de ces finages bien qu’ils aient été regroupés en une même commune. Mieux encore, tel pré sur une rive de la Grosne, qualifié au Xe siècle de terre commune des francs de Chevagny, est aujourd’hui propriété de la commune de Lournand, mais les revenus qu’ils procurent restent affectés à des dépenses propres au hameau de Chevagny… Pour que ces formes d’organisation paysanne aient ainsi perduré avec pareil acharnement, indifférentes aux divers remaniements politiques et sociaux intervenus depuis l’an 900, il fallait bien que leurs racines fussent déjà anciennes et leur cohésion très tôt affirmée. Sans ouvrir ici le débat, complexe et obscur, relatif aux origines de ces communautés, on se bornera à constater que le déclin de l’autorité publique au cours du Haut Moyen Age n’a pu que renforcer ces solidarités locales dont l’essor est une réponse classique à l’acéphalie croissante d’une société. Et ceci n’expliquerait-il pas que la même période ait été décisive en matière d’aménagement des terroirs : une phase d’intensification dans la mise en valeur, favorisée précisément par la cohésion grandissante des communautés ? La force du lien communautaire expliquerait aussi que l’expansion agraire se soit alors inscrite dans les limites des finages, à l’exclusion de tout essaimage extérieur ou individuel, et qu’elle ait engendré les très fortes distorsions démographiques observées si souvent d’un lieu à un autre. Différence de nature avec la croissance agraire de la période suivante, quand la mise en place d’une autorité seigneuriale ferme sur un territoire d’une certaine étendue rendra à nouveau possible une certaine mobilité de la population et une sorte d’“aménagement du territoire”. Cette forme seconde du développement agraire, illustrée par la création de terroirs neufs, a peut-être fasciné les historiens, comme la lumière les papillons ; elle n’est cependant que le simple prolongement de la précédente et repose sur elle comme sur un socle qui, bien que moins visible, ne semble pas mériter le dédain ou l’ignorance que certains lui témoignent encore.

  2. Ces communautés paysannes ont connu, du point de vue de leurs rapports avec la société dominante, un véritable âge d’or pendant l’époque franque. Certes ont-elles subi la pression multiforme des maîtres locaux ; une nouvelle forme d’impôt foncier, la dîme, a aussi alourdi les charges de la paysannerie. Mais ceci n’avait rien de comparable à la terrible étreinte fiscale subie par la paysannerie gallo-romaine, étreinte dans laquelle on s’accorde généralement à voir la cause majeure du déclin agraire du Bas Empire. Peut-on comprendre la croissance agraire du Haut Moyen Age, au moins dans sa dimension démographique, si l’on omet de voir qu’une partie importante du produit brut de chaque village n’était plus drainée par un appareil fiscal emporté par la débâcle de l’Etat ? Il s’agit là d’une donnée majeure, tant en termes macro-économiques (ratio population rurale/ressources) qu’en termes micro-économiques (la “reproduction” au sein de chaque exploitation paysanne est rendue plus facile).

30Au total, quel que soit le groupe social considéré (esclaves, maîtres ou paysans) on observe des conditions sociales favorables à la croissance agraire. Des maîtres dont les comportements économiques s’affirment quand l’Etat ou la guerre ne suffisent plus à assurer leurs assises matérielles, des paysans plus autonomes et dégagés des contraintes les plus lourdes, des esclaves au seuil de la société des libres et pour qui le travail est le vecteur principal de la promotion sociale, tous ces facteurs convergent et participent au développement économique. Ce faisant, on n’explique rien ; on décrit seulement quelques modalités sociales de la croissance. La véritable question est dans le pourquoi de cette convergence. Peut-on y répondre sans une vision plus globale des transformations d’ensemble qui affectent alors la société ? Certainement pas. C’est dans cette direction qu’il convient de s’engager pour tenter d’esquisser une problématique de la croissance.

III. — Croissance agraire et système social

31La problématique proposée s’organise autour de deux axes principaux :

  1. Première proposition : l’économie et la société du Haut Moyen Age fonctionnent sur les mêmes principes, sur les mêmes bases que la société antique, à ceci près qu’il s’agit d’une société antique en voie de désorganisation dans laquelle les dysfonctionnements s’accumulent.

  2. Deuxième proposition : la croissance agraire s’inscrit pleinement (effet et cause) dans ce processus de déstructuration ; elle est l’image inversée de la contraction de la ville antique et du déclin de l’Etat, autres aspects du même processus. Ce qui revient à dire qu’il fallait que la ville de type antique dépérisse pour qu’un nouvel essor pénètre les campagnes et à dire aussi que la croissance agraire obéit alors à une logique foncièrement différente de celle qui sous-tendra la croissance ultérieure (liée aux nouvelles structures féodales).

A) Persistance du système antique

32La notion de système antique est prise ici dans le sens très précis que lui a donné Moses Finley et dont on trouvera l’exposé le plus concis et le plus complet dans son Economie antique8. En un mot, il s’agit d’un ensemble de structures (sociales, économiques, mentales) animé par une dynamique originale. Sur le plan des structures, retenons essentiellement l’esclavage, la séparation rigide entre ville et campagne (liées par le seul rapport tributaire), le rôle déterminant de l’Etat dans la vie économique et sociale (refoulement des mécanismes de marché, régulation des hiérarchies sociales au sein de la société dominante par la redistribution des produits du fisc). La dynamique du changement social est caractérisée par la primauté du politique avec pour corollaire une sorte d’encastrement de l’économie : dans cette perspective, le fil directeur de l’histoire du Bas Empire est le développement ininterrompu de la bureaucratie conduisant à une hypertrophie paralysante de l’Etat.

33L’examen de notre échantillon mâconnais met en évidence une remarquable continuité structurelle jusqu’au Xe siècle. On ne reviendra pas sur la question de l’esclavage sinon pour rappeler que l’idéologie et la charpente sociale reproduisent encore, au-delà de certaines inflexions, les modèles antiques. Il faudra l’idéologie des trois ordres de la mutation féodale pour qu’une rupture décisive intervienne en ce domaine. Autre illustration frappante des continuités : le rapport ville/campagne à l’époque franque est resté un rapport de type antique, unilatéral et exclusivement tributaire. Le paysan de l’époque franque n’a pas accès au marché urbain ; l’échange en milieu rural, demeure de caractère intra-villageois et repose fondamentalement sur le troc ; de même, le mécanisme du marché n’intervient que de façon marginale dans la circulation des produits et dans les modalités de transmission de la terre. Jusqu’à quand cette structure, dont on observera la très forte cohérence, s’est-elle maintenue ? On ne trouvera, me semble-t-il de meilleur révélateur que dans le mouvement des prix, celui des prix de la terre notamment (car le moins difficile à saisir). En Mâconnais, le résultat est spectaculaire : la décennie 970/980 connaît une véritable explosion des prix qui semble d’ailleurs avoir largement participé à la déstabilisation de la société mais qui est surtout le signe des changements intervenus en profondeur dans les rouages de l’économie. La suite est mieux connue. On assiste à un essaimage de bourgs marchands partant à la conquête de leur environnement rural et nouant avec lui un rapport bilatéral : la ville produisant, pour la première fois, à l’intention des campagnes et devenant un marché pour elles. A-t-on mesuré l’ampleur des effets induits par l’introduction de ce seul mécanisme ? Il s’agit d’un bouleversement d’une portée immense. Le paysan est désormais happé, peu ou prou, par le mécanisme du marché ; la ville “médiévale” (“féodale” conviendrait sans doute mieux) est proche de lui, à portée d’un déplacement journalier ; il doit vendre et donc produire plus, pour être en mesure d’acheter ; le désenclavement progressif des campagnes s’amorce ; l’expansion urbaine est-elle alors autre chose que la montée des activités secondaires et tertiaires au fur et à mesure que les paysans sont entraînés dans cette relation réciproque ? En d’autres termes, avant et après l’an mil nous sommes en présence de logiques différentes en matière de développement. Parler de systèmes sociaux, distinguer un système antique qui perdure du système féodal qui pointe à l’horizon, ne sont nullement des professions de foi de nature idéologique, comme certains seraient tentés de le croire ou de le faire croire. C’est tout simplement prendre en compte la réalité des changements intervenus et tenter d’en donner une traduction conceptuelle. Faute de quoi, on parlerait de la croissance agraire en termes généraux sans voir qu’elle s’inscrit dans des contextes radicalement différents et en mettant en quelque sorte la charrue devant les bœufs.

34Reste un point capital qui semble a priori contredire la thèse de la persistance des structures antiques : la brisure et le déclin de l’Etat. Finley, en effet, attribuait à l’Etat un rôle décisif dans le fonctionnement du système antique. Comment dès lors parler de continuité et de primat du politique ? On notera d’abord que brisure ne signifie pas disparition. L’Etat subsiste dans les royaumes barbares ou dans la monarchie carolingienne (vigueur du caractère public des institutions, maintien des rouages étatiques locaux que sont les cités). Par contre, sa fonction principale (la levée de l’impôt foncier) décline rapidement de sorte que la pièce maîtresse du dispositif est désormais défaillante. D’où le dysfonctionnement le plus grave du système : la guerre ou l’activité de conquête deviennent l’inévitable relais qui permet à l’instance politique de maintenir tant bien que mal sa capacité distributrice. La politique domine toujours l’évolution globale de la société, mais de façon inversée. A une logique dominée par l’hypertrophie croissante de l’Etat se substitue une logique dominée par son anémie constante et inexorable, chaque palliatif suscitant de nouveaux accès de faiblesse. Même système, même logique, mais dans une phase de déstructuration.

B) Une croissance nourrie par le processus de déstructuration

35Il n’entre pas dans notre propos de suggérer ici une analyse, même schématique, du processus global de déstructuration du système antique. Il n’est encore qu’un horizon de recherche et l’on imagine aisément sa complexité. Il doit être perçu comme un ensemble de processus affectant une à une toutes les sphères de l’activité sociale ; des processus solidaires les uns des autres, mais obéissant en même temps à des rythmes différents (plus rapides dans l’ordre politique que dans celui de l’économie, plus lent encore dans le champ des mentalités) d’où des décalages qui freinent et parfois bloquent le processus global. De là ces mouvements de longue durée dont on observe aisément la continuité entre le Ve et Xe siècles, qu’il s’agisse de la ruralisation de la société, du déclin du grand commerce et de la ville, de la question servile, de l’affaiblissement des institutions publiques ou du renforcement de l’encadrement clérical. La cohérence entre tous ces phénomènes ne saurait être perdue de vue. Mais bornons-nous à constater que la croissance agraire est bénéficiaire de ces processus, par de multiples canaux.

36Evoquons quelques-uns d’entre eux comme autant de pistes à explorer :

  • Le déclin de la ville antique et de l’Etat (les deux faces d’un même processus) libère les campagnes du corset qui les étreignait. Sorte de facteur négatif : il atténue une charge parasitaire dont la lourdeur était un obstacle au développement.

  • L’évolution politique, répétons-le, insuffle un dynamisme économique nouveau dans chacun des groupes sociaux. Dans les communautés paysannes, plus cohérentes et autonomes, parce que livrées à elles-mêmes ; parmi les esclaves pour qui ce dynamisme se confond avec l’aspiration à la liberté quand les portes de l’intégration dans une communauté plus large s’entrouvrent pour eux ; parmi les maîtres qui doivent de plus en plus compter sur leurs ressources locales quand l’instance politique n’a plus grand chose à distribuer.

  • Plus fondamentale, même si on la devine à peine, est la lente et obscure émergence de comportements économiques plus individuels et autonomes. Si l’on veut bien accorder au grand domaine sa véritable place (une place secondaire, voire marginale) il est clair que l’économie rurale repose plus que jamais sur la petite exploitation familiale, y compris dans le secteur dominé par les maîtres, et que ce phénomène est en corrélation avec l’affirmation de la cellule conjugale. En termes économiques, cela signifie une plus grande mobilisation de la force de travail du groupe familial et probablement un esprit d’initiative plus prononcé. Tout ceci est difficilement cernable ou mesurable mais on ne comprendrait pas la brusque explosion de l’échange au sein des campagnes à la fin du Xe siècle si l’on ne prenait en compte la lente maturation antérieure qui tendait à faire de chacun (ou de chaque groupe familial) un agent économique à part entière. L’accès du paysan au marché n’est-il pas, en dernière analyse, le couronnement d’un processus d’individualisation croissante de la production ? On affirmera la même idée d’une façon un peu différente en voyant dans la période franque le temps de la naissance de l’économie, en tant qu’activité dotée d’une relative autonomie : elle se libère peu à peu ce cette corte d’encastrement dans laquelle elle était placée vis-à-vis du politique.

37En conclusion, je serais tenté de qualifier la croissance agraire du Haut Moyen Age de phénomène historique central que l’on ne saurait perdre de vue sans rendre inintelligible le monde médiéval. Pour deux raisons principales :

  1. Nous sommes devant le moment décisif dans l’essor de l’Europe : celui où le char est attelé et s’ébranle. Certes, la croissance restera-t-elle en quelque sorte “intravertie” pendant longtemps car prisonnière des conditions sociales qui l’ont rendue possible. Mais la deuxième phase ou phase “extravertie” du Moyen Age central (grands défrichements et explosion urbaine) est inconcevable sans la précédente, sans cette accumulation primitive de progrès technique, d’intensification du travail, d’individualisation de la production. Tout a été préparé par une profonde inspiration des campagnes, à la fois effet et cause de la déstructuration du système antique.

  2. Ce phénomène est central car il a pesé très lourd sur l’évolution sociale elle-même. Pourquoi tout bascule-t-il dans les deux dernières décennies du Xe siècle au point que l’ordre ancien s’effondre irrémédiablement et qu’un ordre nouveau (politique, social et idéologique) s’établit dans la violence ? Pourquoi, sinon parce que la croissance modifie la donne sociale et engendre des effets incontrôlables (le marché, par exemple) ? Sans elle, point de révolution féodale concevable.

Notes de bas de page

1 Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, formé par A. Bernard publ. par A. Bruel, 6 vol., Paris, 1876-1903.

2 Georges Duby, La société aux XIe et XIIe siècles dans la région mâconnaise, Paris, 1953.

3 Henri Gaillard de Semainville, “Les cimetières mérovingiens de la Côte chalonnaise et de la Côte mâconnaise” dans Revue archéologique de l’Est et du Centre-Est, 1980, 3e supplément.

4 Robert Fossier a développé maintes fois cette idée, notamment dans Enfance de l’Europe. Aspects économiques et sociaux, Paris, 1982.

5 Guy Bois, La mutation de l’an mil : Lournand, village mâçonnais de l’Antiquité au féodalisme, Paris, Fayard, 1989.

6 Robert Fossier semblant craindre que l’hypothèse de la croissance agraire ne procède que d’une volonté d’exalter la dynastie carolingienne, je précise ici, pour éviter toute confusion, que cette honorable famille n’a pu peser en aucune manière sur un processus aussi profond et que je ne me range ni dans le camp des thuriféraires des Carolingiens… ni dans celui de leurs pourfendeurs, préférant, à l’instar des Kharidjites, “sortir” d’un débat dont je ne parviens pas à saisir le sens ou l’intérêt.

7 Recueil des chartes de l’abbaye…, V, p. 490-505.

8 Moses I. Finley, L’Economie antique, Paris, 1974. Regrettons, en citant cet ouvrage, qu’il soit aussi systématiquement ignoré par les médiévistes français.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.