Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jardins et vergers

 | 
Charles Higounet

Avant-propos

Charles Higounet

Texte intégral

1Depuis près de dix ans, les mises au point, les réflexions, les petites avances de l’histoire médiévale et moderne que nous réalisons ici dans ce havre de tranquillité hors de toutes les agitations, propice aux échanges amicaux, pourraient avoir comme dénominateur commun le titre d’une collection bien connue : les hommes et la terre.

2Après les peuplements castraux, les Cisterciens et la terre, les Ordres militaires et la terre, les revenus de la terre, le jardin est un de ces thèmes qui devait donc retenir notre attention, tant il est évident qu’il colle au sol et qu’il doit tout à l’intervention des hommes.

3Certes, on a beaucoup écrit sur l’histoire des jardins. Mais il y a encore beaucoup à écrire. En fait, l’essentiel de la bibliographie touche à l’art des jardins, cher à Pierre Grimal ; et il n’est pas douteux pour l’historien que, dans l’histoire humaine, toutes les civilisations ont éprouvé le besoin et le plaisire de se regarder et de s’exprimer dans ces constructions fragiles d’architecture végétale. Nous n’ignorons pas cet aspect de l’histoire des jardins, qui donne lieu depuis quelques années à la publication de magnifiques albums de photographies. Mais en proposant le thème des jardins et des vergers, nous avons voulu surtout faire passer dans l’histoire le jardin potager, le jardin maraîcher, l’horticulture non plus d’agrément, mais l’horticulture vivrière. Dès 1967, notre ami Noël Coulet nous invitait à cette histoire du potager et c’est pourquoi nous lui avons demandé de ramsser nos conclusions. Plus récemment, la grande Deutsche Agrargeschichte nous proposait un modèle quasi exhaustif pour l’Allemagne, en opposant au Gartenkünst le Gartenbaü. Je ne sais pas encore si notre projet donnera une bonne récolte, du moins valait-il la peine de semer — et je remercie très cordialement tous les rapporteurs et auteurs de communications qui ont bien voulu répondre à notre appel.

4Mais ce thème des jardins a trouvé aussi tout naturellement sa place cette année-ci où nous inaugurons la reconstitution partielle encore du jardin de l’abbaye. Le département du Gers, propriétaire des lieux, toujours soucieux de mettre en valeur ce petit joyau où il nous abrite, a chargé, en effet, le Comité départemental du tourisme et une commission spécialisée de redonner à l’enclos monastique une physionomie architecturale et florale digne de son loitain passé. Ainsi, ce jardin — non pas médiéval mais classique — nous révèlera-t-il quantité de plantes aromatiques et médicinales dont la vertu pourra si bien s’allier avec les délices de la gastronomie gasconne.

5Avant d’ouvrir nos travaux, il faut que nos hôtes — les nouveaux du moins — sachent que c’est grâce au Conseil général de ce département du Gers, que préside M. Joseph, et à son émanation le Comité départemental du tourisme et des loisirs, animé par le Dr Garcia et M. Courtès, que ces Journées d’histoire médiévale et moderne ont pu être organisées, qu’elles sont désormais une des manifestations annuelles d’histoire françaises et internationales les plus suivies et que leurs publications constituent une série, une documentation de fonds, pour la recherche en histoire rurale et sociale, qui fait autorité. Les “Amis de Flaran” sont aussi toujours là pour participer à cet accueil chaleureux de la Gascogne que chacun se plaît à trouver à Flaran, et Mlle Catherine Burgues assure avec compétence notre intendance et est toujours prête avec le sourire à faciliter notre séjour.

© Presses universitaires du Midi, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter