Version classiqueVersion mobile

Toponymie et défrichements

 | 
Charles Higounet

Communications

Toponymie et défrichements dans la Corse médiévale

Jean-André Cancellieri

Texte intégral

  • 1 Sur un plan d’ensemble, voir P. Toubert, « Considerazioni generali sul tema : rapporti tra document (...)

1Comme on le souligne plus souvent aujourd'hui, l’étude du Moyen Age corse, frustrée d’archives locales abondantes ou cohérentes, tend à privilégier de manière croissante, aux yeux de l’historien, la part relative des premières démarches de l’archéologie médiévale insulaire. Fruit d’un « transfert » méthodologique, sinon aussi affectif, cette surévaluation précoce d’une discipline encore adolescente est donc pour l’heure, et par définition, de portée plus problématique qu’instrumentale. Outre naturellement les premiers siècles médiévaux, elle touche en priorité le champ de l’économie et de la société rurales des xie-xve siècles, dont la connaissance par l’écrit demeure fort en retrait, comme on sait, par rapport à la Toscane, la Provence ou la Sardaigne voisines. Dans cette perspective, on doit fonder de grands espoirs, en particulier, sur des sciences nouvelles en Corse comme la céramologie, la palynologie ou l’archéozoologie. A plus court terme, il faut surtout compter sur des disciplines « extensives » plus immédiatement accessibles à l’historien, telles l’« archéologie des paysages » et l’« histoire forestière », notamment à travers une approche systématique et raisonnée de la toponymie insulaire1.

  • 2 Paysages et villages neufs du Moyen Age, recueil des articles de Ch. Higounet, Bordeaux, 1975.
  • 3 Voir, sous ce titre, l’article de portée générale de C. Becker, dans Annales. Economies, Sociétés, (...)
  • 4 Voir cependant, pour la fin du xviiie siècle, les acquis concrets de l’ouvrage récent de J. Defranc (...)
  • 5 Sans même faire état des innombrables références inédites de la documentation notariée d’époque mod (...)

2Précisément, à titre d’exemple et dans les voies comparatives tracées par Charles Higounet2, on cherchera à cerner, dans cette note monographique, les aspects régionaux corses de « la lutte éternelle du bois et du plain3 », largement sous-étudiés pour la période médiévale et même moderne, y compris dans la bibliographie récente4. Ceux-ci se réfèrent à une nomenclature romane des défrichements, relativement diversifiée et très proche, on le verra, des vocabulaires agraires de l’Italie centrale et spécialement du cas toscan. Pour des raisons de brièveté avec, il est vrai, l’inconvénient de graphies toscanisées ou francisées, à rectifier aussi souvent que possible, cette première présentation s’appuiera sur la seule toponymie cadastrée, même si les matériaux disponibles pour un approfondissement ultérieur de l’enquête en cours abondent par ailleurs5.

3Il faut avoir claire conscience, en commençant, des limites et des embûches d’une étude régressive sur les formes toponymiques de l’occupation de l’espace rural dans la Corse traditionnelle. La fixité pluriséculaire de désignations de défrichements, dictée par les contraintes du milieu insulaire et l’archaïsme des techniques, rend parfois le départ fort ardu, en l’absence d’élément déterminant, entre mises en cultures médiévales et reconquêtes ou extensions modernes. On est obligé de convenir qu’à l’exclusion d’un petit ensemble documentaire antérieur à 1500, le vaste stock toponymique sur lequel l’historien du Moyen Age prétend statuer offre bien des formes vagues ou douteuses, sémantiquement et chronologiquement, y compris parmi les plus représentées.

  • 6 Voir G. Ravis-giordani, Bergers corses. Les communautés villageoises du Niolu. Aix-en-Provence, 198 (...)

4Ainsi, en langue corse, navale (nivale) peut désigner, à côté d’une terre issue d’opérations de défrichement, une parcelle ou un quartier de terroir succédant à la jachère dans le cadre de la culture céréalière. Il est vrai, cependant, comme le suggère Emilio Sereni pour l’ensemble du cas italien, que la cristallisation toponymique de ce terme a toutes chances de dériver de la seule première acceptation. En Corse, d’ailleurs, la plupart des compléments qui accompagnent ce déterminé (à commencer par les formes relatives au relief ou au climat local, comme Nuvali Piani ou Nuvali Caldi) confirment la priorité de cette interprétation dans la désignation des lieux6.

5Mais, le sens de terre défrichée une fois solidement acquis, la distinction chronologique reste malaisée, même si, assurément, la majorité de ces toponymes est d’origine médiévale, en particulier pour les noms de villages ou d’habitats anciens : ainsi Novale, commune de Castagniccia, Novale, quartier de Rosazia, Nevalone, hameau d’Altagène, ou encore Nove Piane, hameau de Crocicchia (Casinca), ou Novella, commune de Balagne.

  • 7 Voir, par exemple, P. Lamotte, « Baux emphytéotiques et mise en valeur des biens ecclésiastiques en (...)
  • 8 ADCS, 1 H 20, no 5 : uno pezzo de terreno... a pastinare a vigna (1454) ; Le carte del monastero di (...)
  • 9 Carle dell’archivio della Certosa di Calci, II (1100-1150), éd. S.S.P. Scalfati, Rome, 1971, n” 108 (...)
  • 10 ADCS, I G7, fol. I v° (sans date mais attribuable au xiiie siècle), et 2 v° (1254).

6On retrouve une incertitude chronologique du même ordre pour la fixation toponymique de Pastinu, Pastini (champ houé destiné le plus souvent à la vigne). La forme simple, au singulier ou au pluriel, est de loin la plus fréquente avec, souvent, des suffixes diminutifs ou péjoratifs (sur lesquels on reviendra) ; des adjectifs (exemple : Pastinu Magru, Luri, D) et quelques anthroponymes (exemple : Pastinu Michelanu, Piedicorte, G). Sans doute l’ambiguïté est-elle pleinement levée pour certains terroirs bien connus dans leur occupation médiévale (Cap Corse) et surtout dans les quelques cas où cet appellatif est à l’origine d’un centre d’habitat ancien, tel que Pastina, hameau de Meria, par exemple. Mais, au contraire, les baux emphytéotiques conclus encore aux xvie-xviiie siècles, sous le nom de contrats de pastinu, a pastinera ou a pastinenda, incitent à envisager pour certains Pastini de la toponymie une origine moderne7. A plus forte raison, n’est-on pas surpris de trouver ce terme couramment employé comme forme verbale dans des baux du bas Moyen Age, conjointement à l’existence de formes déjà bien cristallisées dans la toponymie8. Pour autant, on ne saurait négliger que beaucoup des Pastini cadastrés remontent en tant que lieux-dits aux défrichements médiévaux des xie-xiie siècles, quelques attestations documentaires nous en étant conservées du nord-ouest jusqu’à l’extrême sud de l’île9. De même, une égale continuité séculaire d’emploi ne permet pas de nier l’origine médiévale de termes d’essouchage, tels que Dirudu (exemples : Ortiporio, D ; Tallone, D ; Valle di Rostino, B) et, naturellement, Diceppu10. Il en va de même, vraisembablement, des désignations qui s’attachent à la terre herbeuse ou labourée (et surtout nouvellement labourée), à l’araire, à la bêche ou à la houe : ainsi Ghjerba (Cognocoli, C ; Palneca, A ; Serra di Fiumorbo, E), Vangatu (Venzolasca, A) et Zappolu (Lumio, A ; Montemaggiore, C ; San Nicolao, E ; Arbellara, A ; Cardo-Torgia, A...) et formes voisines, par exemple Zappili(Canari, I) ou Zappatu, qui a donné son nom à un hameau de Prunelli di Fiumorbo.

  • 11 Voir, pour rester dans le cadre italique, E. Conti, La formazione della struttura agraria moderna n (...)
  • 12 G. Serra, « Appunti sulla storia linguistica del diboscamento in Italia. A proposito delle voci cet (...)
  • 13 Terra nuova..., p. 12-13 et 65, note 52.
  • 14 G. Plaisance, « Les toponymes forestiers de Provence-Côte d’Azur et leur signification en paleophyt (...)

7Dans l’île, comme ailleurs, les différences de fréquence et de localisation toponymiques de la nomenclature des termes de défrichement ne laissent pas d’être significatives, d’où la nécessité de relevés systématiques, réalisés par l’historien (et non par le seul linguiste) par référence à sa propre problématique11. En Corse, par exemple, la base latine cesa ou cisa, avec sa part d’incertitude — est-ce bien toujours silva cisa ? —, n’est pas largement représentée. On ne peut citer qu’assez peu d’exemples cadastrés, certains douteux, ainsi : Cesa (Aregno, A) ; L’Incise (Corte, E ; Vivario, A), Campo d'Incese (Sisco, E), L’Aghja Incisa (Sari d’Orcino, E) ou peut-être (mauvaise graphie du cadastre français), Scise (San Nicolao, C). Cette répartition sporadique d’un terme correspondant aux défrichements du haut Moyen Age12 est, pour la Corse, un indice de chronologie économique et linguistique à retenir. Même rareté relative, mais présence cependant, du roncu dont E. Sereni13 a bien retracé l’évolution sémantique de la notion de « sarcler » à celle de « défricher-déboiser », souvent par écobuage. On peut ainsi livrer quelques cas, assez dispersés : Roncu, Rongu (exemples : Calvi, B ; Monte, B ; Palasca, D) ; Ronche (Pila Canale, C), Roncatoghju (Lugo di Nazza, A ; Loreto di Tallano, B), Ranchella (Sisco, C) ou peut-être Rancicaghja (Isolaccio di Fiumorbo, B). Mais le terme évocateur de clairière créée à la hache qui revient le plus souvent est formé sur la base romane taglia, dont la bibliographie italienne s’accorde à reconnaître un usage toponymique plus récent que le type cesa, et toujours postérieur, lui, voire très postérieur à l’an 1000. Plus que le féminin Tagliata (Riventosa, A, par exemple), on trouve le masculin Tagliatu (Lento, D ; Morosaglia, A ; Prunelli di Fiumorbo, B ; San Gavino d’Ampugnani, B ; Santa Reparata di Moriani, A [nom d’un écart toujours existant]) et quelques dérivés. Notamment dans l’En-Deça-des-Monts (nord-est de l’île, régions de la Castagniccia ou du Moriani), où ils se sont opérés au détriment du chêne et au profit du châtaignier, ces abattis d’arbres évoquent en majorité des déboisements à finalité agricole, même si le cas provençal semble nous inciter à quelque prudence à ce propos14.

  • 15 Dizziunariu corsu fruncese. Dictionnaire corse-français, II, Lévie, 1984, p. 452.

8Certains vocables évocateurs de trouées dans le couvert végétal, d’origine naturelle (ou, souvent, humaine), comme Scopertu, Scoperta ou Chjarata, ou encore le lieu-dit Diraschera (« lieu débroussaillé ») (Alando, B), ne posent guère de problèmes d’interprétation autres que chronologiques15.

9Il n’en va pas de même de Fratta,/'mile (Omessa, F ; Tralonca, A ; Zuani, A ; Cargiaca, A ; Murzo, B), au double sens initial ou acquis, de silvafracta et aussi, et sans doute surtout, de buissons, ce qui conduit en Corse aux mêmes incertitudes que celles signalées par E. Sereni pour d’autres régions italiques.

  • 16 Voir D. A. Geronimi, « Perception et organisation de l’espace dans le village corse (essai d’interp (...)
  • 17 Dizziunariu..., IV, p. 1377.

10Les techniques de l’essouchage sont d’abord représentées par un type comme Radicata (exemple : Borgo, A) — mais non point les formes Radica, Radicale ou Radice, évocatrices de la notion de relief brutal16 ou encore, peut-être, Stirpiccia17 (hameau de Taglio-Isolaccio, A).

  • 18 G. Plaisance, Les formations végétales et les paysages ruraux (lexique et guide bibliographique), P (...)

11Le terme de loin le plus répandu est cependant Diceppu, parfois à l’origine du nom d’un habitat (exemple : Vezzani, F). Il s’accompagne souvent d’un suffixe (diminutif ou péjoratif) ou d’un complément descriptif (ainsi : Diceppi Longhi : Zalana, E). Il est rarement déterminé par un nom d’homme (exemple : Diceppu di Taddeu, vezzani, F). Lorsqu’il ne résulte pas simplement d’une mauvaise transcription cadastrale de Diceppu, le terme Ceppu et dérivés, comme en français « souche »18, peut être la trace d’un ancien défrichement, ainsi Ceppi Foschi (Ortiporio, B), Ceppu Niellu (Argiusta, A), Cippata (Santa Lucia di Mercurio, B) ou Cippatella (Morosaglia, F).

  • 19 Voir surtout, en dernier lieu, après les synthèses pionnières de Kunholtz-Lordat et de Sereni, cell (...)
  • 20 Voir, notamment, de manière spécifique, A. Marchini, « Routine et innovation : la mise en valeur de (...)

12Les pratiques de l’écobuage (feu courant ou feu couvert, défrichement primaire par la flamme ou cycles secondaires de nettoyage du sol par le feu à usage agricole ou pastoral) sont également désignées de plusieurs noms19. Le plus fréquent, présent dans toute l’île, est représenté par les innombrables Debbi de la toponymie, évoquant la pratique ancestrale de cultures itinérantes sur brûlis, au gré de l’épuisement des cendres des maquis séchés et brûlés sur place. Ce type d’écobuage extensif est décrit dans la littérature agronomique relative à la Corse du xviiie et, avec plus de précision terminologique, de la première moitié du xixe20. Certains de ces toponymes, qu’on peut situer avant la strate d’époque moderne, ont donné leur nom à des habitats anciens, y compris à des hameaux ou quartiers de villages (Asco, C).

  • 21 Sereni, op. cit., p. 29.

13Il est à noter que, si l’augmentatif Debbione est bien représenté (Morosaglia, A ; Ogliastro, C ; Scolca, B...), les termes au diminutif sont bien plus rares que les nombreux Dicipellu ou Pastinellu, ce qui peut aisément s’expliquer par la disproportion de l’effort humain à mettre en œuvre dans les deux types de défrichement, par la hache et par le feu. Dans l’ordre des debbi, on notera le grand nombre des Fornelli de la toponymie et dérivés, souvent à entendre, sans doute, au sens agraire ancien d’entassements végétaux à incinérer et à répandre à l’entour à la fin de l’écobuage21, même si cette acception ne semble plus guère comprise dans la langue actuelle.

  • 22 Exemples : Le carte del monastero di San Venerio..., nos XXXI-XXXII (1316) ; campus de Cuncarsa, no(...)

14Avec les réserves dues à la possible évocation d’une aridité pédologique naturelle — mais il se trouve des formes comme Debbiu Seccu (San Nicolao, B) —, on peut retenir en première analyse, au titre du debbiu, les types Camparsu, Campersu (exemple : Tox, C), Arsa, Ersa, L’Arsa, l’Ersa (Sant’Andrea di Bozio, F ; Palasca, C ; Zuani, A ; Bocognano, F ; Olivese, B...), L’Arzinche (Monticello, D) ou des diminutifs : Arsella (Albertacce, A), L’Arzelli (Olcani, B), L’Ersiccia (San Gavino di Tenda, D) ou L’Erserella (Vivario, D). L’ancienneté de ces types est d’ailleurs confortée par des attestations proprement médiévales22. Fréquente, et encore plus sûre dans notre perspective, est la forme Malarsa Malersa, Malarsu Malersu (Chiatra, C ; Erone, A ; Novale, B ; Omessa, F ; Piedicroce, E...), à laquelle on peut ajouter des types plus rares, également évocateurs de brûlis, comme Usculacce (Novale, A) ou Pughjale Uschiatu (Tarrano, A). Quelques toponymes peuvent se référer aussi à la végétation sur laquelle l’écobuage s’est appliqué, ainsi de Fai Brusgiati (Isolaccio di Fiumorbo, E, ou Palneca, C), Valdu Brusgiatu (San Gavino di Tenda, D), Valdachjolu Brusgiatu (Zicavo, E), Leccia Brusgiata (Figari, A), Quarci Usciati (Pioggiola, D). Mais, comme ailleurs en Europe, le feu inscrit dans la toponymie traditionnelle corse peut n’être lié qu’à un simple incendie et n’avoir, en tant que tel, aucune signification particulière pour l’histoire agraire. Ainsi en va-t-il à l’évidence de certaines formes comme Alivetu Brusgiatu (Piedicorte, C) ou Polloni Brusgiati (Pastricciola, B). On doit voir aussi un thème anecdotique, et non point fonctionnel, dans Novellerse (Ersa, G), Pastinarsu (Olmeto, D) ou Chjosu Brusgiatu (Pastricciola, C), alors que Diceppu all’Arsina (Vezzani, F) — doublet caractéristique — semble évoquer, au contraire, la succession de deux modes de défrichement. Plus généralement le domaine des anciennes cultures extensives sur brûlis livre plusieurs toponymes de rattachement hypothétique, comme Tizzone (Pruno, A), Tizzonaccia (Pietricaggio, B) et plus encore Tizzese (Azzana, C), Teppe à i Fochi(Lun, H), Focus Accesu (Rosazia, B) ou Serba Focu(Sant’Antonino, A).

  • 23 Sereni, op. cit., p. 16 et 70, note 81.
  • 24 Sur la presa corse traditionnelle, voir surtout, comme point de départ bibliographique, P. Lamotte,(...)
  • 25 Dizziunariu..., IV, p. 1378.
  • 26 Sur le passage, en Corse, de l’onomastique « médiévale » à l’onomastique « moderne » et sur les pes (...)

15Du point de vue de l’évolution morphologique des paysages humanisés, plusieurs termes peuvent être évocateurs d’anciennes clairières de défrichement. On peut citer par exemple des formes comme Valle Tose (Corte, E), Tusella (ibid.) et surtout Maltosu-Maltusa (Salice, B ou San Gavino di Carbini, F), qui suggère un défrichement incomplet ou réinfesté par les broussailles ou la sylve naturelle. On pourrait en rapprocher, en Corse comme en Italie centrale, des toponymes bâtis sur les adjectifs calvu (naturellement), mais aussi barbatu (exemple : Monte Barbatu, Olmeto, F)23 ou lignosu, celui-ci pouvant évoquer — quand il ne s’agit pas d’un hydronyme pré-latin — des déboisements par taches dans la continuité du couvert végétal. Plus liée à la notion de nouvelle mise en culture et de création d’un établissement humain, on peut ajouter à Navale, déjà présenté, la forme Piazza et dérivés (Stazzona, B ; Zalana, C ; Zilia, D...), parfois devenue nom de hameau (Canari, Ersa, Luri...). On peut lui rattacher les toponymes du type Presa24 (Monaccia d’Orezza, D ; Moita, A ; Zalana, A), zone céréalière circonscrite, par opposition au furestu (incuit) ou encore sloppia25 (chaume, terre pâturée) — surtout pour la partie centrale de ces terroirs qui a des chances d’avoir été la plus anciennement cultivée. On pourrait également chercher à relier, au moins dans certains cas, mises en culture primitives et topo-anthroponymes de type archaïque. Il faudrait recenser, dans cette perspective, les différents Campu di Lupu ou Chjosu a Lupu (San Giovanni di Moriani, B ; Vivario, C ; Marignana, B), Campu di Rusticu (Lopigna, C), Nival di Vivolu (Pastricciola, C) ; Rusticaccia, Assaldaccia, Bertolaccia..., tout en sachant que, souvent, ces noms d’hommes pré-modernes26 peuvent ne se référer qu’à une ancienne propriété foncière et non point spécifiquement à la toponymie des défrichements.

16Parallèlement aux nuvali, les types Chjosu Novu, Ortu Novu, Sual Novu ou Vigna Nova pourraient être, dans certains cas, des indicateurs de terres précocement défrichées mais sans référence sûre à une chronologie relative, sauf pour les formes ayant donné lieu à un habitat ancien, comme Terra Nova, hameau de Ficaja ou Stoppia Nova, hameau de Morosaglia (Castagniccia). Mais — paradoxe apparent — on doit aussi avancer, avec circonspection, à l’appui d’une origine médiévale, des noms évocateurs de vétusté ou d’abandon des cultures, composés avec l’adjectif vechju ou anticu (exemple : Mandria Antica : Olmeta di Capocorso, A) ou le suffixe -acciu, précisément porteur de cette nuance.

  • 27 Sur la montée de la pression démographique et la rupture des niveaux traditionnels de production ag (...)
  • 28 Voir, par exemple, G. Ravis-Giordani, « Espaces et groupes sociaux : organisation objective et appr (...)

17A côté des remarquables Nivale Vechju, Nivali Vechji (Altiani, C ; Bustanico, B ; Alata, B ; Tasso, A ; Cargèse, C...), il faudrait étudier cas par cas la situation dans les terroirs ou par rapport à l’ancienne viabilité des nombreux Debbiu Vechju, Pastinu Vechju, Sual Vechju, Presa Vechju, Vigna Vechja... et des Debbiacciu, Dicippacciu, Pastinacciu ou Nuvalacciu. Mais ces désignations elles-mêmes peuvent donner lieu à des interprétations divergentes : formes anciennes abandonnées après un long usage traditionnel ou, au contraire, mais plus rarement, tentatives sans longévité correspondant parfois à des situations-limites post-médiévales27. D’autre part, des formes en Vechju du type Terre Vechje (Porto-Vecchio, I) ou Sloppie Vechje (Pietra Corbara, D) peuvent ne point porter le souvenir d’un abandon ancien, mais faire plus simplement référence au vechjettu, désignation corse d’une longue jachère28. Toujours dans le domaine d’une possible fossilisation toponymique de la morphologie d’anciens paysages pionniers, il faudrait scruter les parcellaires offrant des noms évocateurs de champs à forme ronde (Campuritondu, Campudundicu, Chjosu Tondu...) ayant pu correspondre à un noyau initial de défrichement, étendu ensuite en tache d’huile. Par ailleurs, à côté d’éventuelles références gromatiques romaines, les Quadru, Quadratu pourraient aussi conserver la trace toponymique de vieilles clairières conquérantes du Moyen Age, en coin ou en carré celles-là, blocs anciennement reconnaissables dans le paysage rural par leurs formes géométriques nettes. Ils ont laissé leurs noms à des établissements humains (Quadru : hameau de Rosazia), et surtout à d’assez nombreux toponymes agraires (Diceppu Quadru, Vigna Quadra, Chjosu Quadratu...). Enfin, autre aspect d’une archéologie forestière à approfondir, on devrait également prendre en compte quelques noms pouvant évoquer les ombrages primordiaux d’anciennes tentatives de pénétration d’un milieu forestier : Foscu, Fosculi, Nivale Foscu, Niellone, Campu Niella, Vigna Niella, Campa Neru... Beaucoup se seront appliqués à des zones progressivement gagnées par l’avancée de l’arboriculture ou des cultures permanentes ou, au moins, par les reconquêtes cycliques des debhi et des diceppi.

18On achèvera cette communication en faisant état de quelques aspects problématiques liés à l’étude de la toponymie, qui apparaissent plus notables et qui, parfois rencontrés de biais dans les lignes qui précèdent, méritent d’être mieux fixés en conclusion. Insistons d’abord à nouveau sur la notion d’insuffisance ou d’opacité de cette « science auxiliaire » de l’histoire rurale, non plus quant à la chronologie, cette fois, mais même d’un point de vue simplement thématique.

  • 29 A. Amadei, « L’exploitation de la terre dans le nord de la Corse aux xiie et xme siècles », dans Bu (...)

19On est frappé, par exemple, que soient sous-représentées — et, naturellement indatables — les formes toponymiques de création de nouvelles structures agraires non directement liées à l’acte de l’écobuage, de l’essart ou du premier labour. En particulier, échappe largement à l’enregistrement toponymique ancien la constitution du premier réseau de terrassements collinaires et de murets de délimitation, qui fut très caractéristique de l’aménagement des campagnes italiennes pendant le Moyen Age central. En Corse, précisément, cette dimension du travail paysan ressort fort bien des quelques chartes monastiques du xiie et xiiie siècles, dont nous disposons29.

  • 30 J.-A. Cancellieri, « Formes rurales de la colonisation génoise en Corse au xiiie siècle : un essai (...)

20On sait qu’elle coïncide avec l’essor de la culture de la vigne, surtout dans le Cap Corse, dont elle commençait à façonner des terroirs entiers30.

  • 31 J.-R. Pitte, Terres de Castanide. Hommes et paysages du châtaignier de l'Antiquité à nos jours, Par (...)

21Un décalage analogue se retrouve, à un moindre degré cependant, entre l’apport de la toponymie et celui, beaucoup plus précis, de la palynologie et même des textes en ce qui concerne l’extension des châtaigneraies. De ce point de vue, l’étude des pollens apporte la contribution de loin la plus exacte. Elle semble attester, notamment en Castagniccia, la raréfaction sensible du chêne et son remplacement progressif par le châtaignier, à partir du xiiie siècle et surtout pendant le bas Moyen Age. On peut avancer l’existence de vergers de châtaigniers dans le nord de l’île avant 1300, mais « ce n’est que leur multiplication à la fin du Moyen Age qui permit aux pollens de leurs fleurs de faire une timide apparition dans les tourbières montagnardes ». De leur côté, les documents écrits « datent » mieux que le simple recours à la toponymie l’extension de la châtaigneraie insulaire : ainsi, les chartes de l’abbaye de Montecristo, faux chronologiques du haut Moyen Age, mais dont la confection a pu être fixée au xiiie siècle, attestent la naissance, au début du bas Moyen Age, de véritables couverts cohérents de châtaigniers dans l’Orezza et l’Ampugnani31. Or, les données de la toponymie sont loin d’atteindre ce degré de précision, pourtant très relatif. Issues d’aires étendues, mais souvent groupées dans la zone des villages, elles livrent, sans possibilité de distinction chronologique, des lots de Nuvale, Pastinu, Debbiu... Parmi ceux-ci, certains doivent dériver, non du Moyen Age, mais des « plantades » génoises des xvie-xviiie siècles, périodes pour laquelle l’abondance des textes laisse espérer la possibilité de recherches détaillées d’archéologie forestière. Par contraste, la plantation de la « préchâtaigneraie médiévale » (J.-R. Pitte) pourrait surtout se trouver exprimée dans les lieux-dits, nombreux aussi, du type Silva, Quercetu, Salvatica... Leur survie même comme toponymes forestiers, désignant pourtant des zones castanéicoles, refléterait alors la lente transformation des chênaies en forêts mixtes chênes-châtaigniers, par simple complantage disséminé le long des talwegs ou, plus tardivement, par création d’aires concentriques à faible évolution.

  • 32 Voir, par exemple, J.-A. Cancellieri, « Directions de recherche sur la démographie de la Corse médi (...)

22Il est enfin un dernier domaine, statistique celui-là, où l’apport de la toponymie à l’histoire du progrès des cultures insulaires ne peut être récusé32. Le comptage parallèle des principaux termes du vocabulaire des défrichements pour la Corse du Nord-Est et celle du Sud-Ouest (régions historiques de l’En-Deçà et de l’Au-Delà-des-Monts) laisse apparaître une supériorité quantitative écrasante de la première par rapport à la seconde (rapport de 3 à 1 environ). Pour être bien connue — au moins depuis les travaux de Raoul Blanchard — l’opposition des deux Corses traditionnelles, l’une peuplée et majoritairement agricole, l’autre à faible population et surtout pastorale, devait être vérifiée à travers le décompte différentiel des debbi et des diceppi, des pastini et des nuvali (cartes 1 et 2). A un niveau moins global, celui-ci indique aussi (rapport de 4, 5, voire 10 à 1 avec le Sud) combien la Balagne, le Nebbiu et surtout le Cap s’affirmaient comme régions agricoles de pointe dans le cadre de l’inégal développement corse du Moyen Age.

Notes

1 Sur un plan d’ensemble, voir P. Toubert, « Considerazioni generali sul tema : rapporti tra documentazione scritta e dati archeologici », dans Tavola rotonda sulla archeologia medievale (Roma, 11-13 marzo 1975), Rome, 1976. Pour la Corse et en dernier lieu : sur l’archéologie en général : Ph. Pergola, « La Corsica tra la tarda antichità e il Medioevo », dans Mediterraneo tardoantico e medievale. Scavi e ricerche, 3, Tarente, 1986, p. 65, et sur « archéologie extensive et toponymie », J.-A. Cancellieri, « Toponymie et topographie de la Corse médiévale : un programme d’enquête », dans Actes de lu Table Ronde : Structures de l'habitat et occupation du sol dans les pays méditerranéens : les méthodes et l'apport de l’archéologie extensive, Rome, 1988.

2 Paysages et villages neufs du Moyen Age, recueil des articles de Ch. Higounet, Bordeaux, 1975.

3 Voir, sous ce titre, l’article de portée générale de C. Becker, dans Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, V, 1950.

4 Voir cependant, pour la fin du xviiie siècle, les acquis concrets de l’ouvrage récent de J. Defranceschi, Recherches sur la nature et la répartition de la propriété en Corse de la fin de l’Ancien Régime au milieu du xixe siècle, Ajaccio, 1986, 2 vol.

5 Sans même faire état des innombrables références inédites de la documentation notariée d’époque moderne (xvie-xixe siècles), voir par exemple le fonds circonscrit des vestiges du cadastre de la période révolutionnaire (Archives départementales de la Haute-Corse, ADHC) et surtout les 39 rouleaux de plans (plus esquisses) du « Terrier général de l’Isle de Corse » (1770-1795), conservés aux Archives départementales de la Corse-du-Sud (ADCS) et présentés dans A, Albitreccia, Le Plan Terrier de la Corse au xviiie siècle, Paris, 1942. On s’est donc limité ici à indiquer, à partir de la lecture exhaustive des « États de sections » et de beaucoup de plans du cadastre du xixe siècle (ADHC et ADCS, série 3 P), la commune et la section cadastrale intéressées par les toponymes examinés. N’ayant pu vérifier cas par cas in situ la forme orale de ces lieux-dits, et aussi pour abréger, on a préféré omettre l'article défini précédant les différents substantifs, ainsi que l’ont fait, le plus souvent, les rédacteurs du cadastre. Il conviendrait toutefois, sans doute, de restituer cet article dans beaucoup de cas. Enfin, il est à peine besoin d’indiquer la prudence supplémentaire qu’implique, pour le toponymiste-historien, l’existence diffuse dans les lieux-dits corses de bases pré-latines ou de substrats, souvent de sens oronymique. Malgré d’éventuelles similitudes formelles, il faut naturellement prendre garde de ne pas les comptabiliser avec des toponymes de défrichement.

6 Voir G. Ravis-giordani, Bergers corses. Les communautés villageoises du Niolu. Aix-en-Provence, 1983, p. 63-65, d’après G. Bottiglioni, Allante linguistico ed etnografico della Corsica, V, Pise, 1947, carte 844 ; plus généralement, E. Sereni, « Terra nuova e buoi rossi : le tecniche del debbio e la storia dci diboscamenti e dissodamenti in Italia », dans Annali dell’Istituto Alcide Cervi, 1, 1979, repris dans Terra nuova e buoi rossi (e altri saggi per una storia dell’agricoltura europea), Turin, 1981, p. 17 et note 86.

7 Voir, par exemple, P. Lamotte, « Baux emphytéotiques et mise en valeur des biens ecclésiastiques en Corse du xiiie au xviiie siècle », dans Eludes corses, 5, 1955, p. 35.

8 ADCS, 1 H 20, no 5 : uno pezzo de terreno... a pastinare a vigna (1454) ; Le carte del monastero di San Venerio del Tino relative alla Corsica (1080-1500), éd. G. Pistarino, Turin, 1944, no XXXVIII (p. 74) : unam peciam terre loco dicto ad Pastenellum (1382), mais, à quelques mois d’intervalle, ibid., no XXXV, p. 65 : vineam Guircinuculli et Reffasoli, quant pastinant pro ecclesia (1381).

9 Carle dell’archivio della Certosa di Calci, II (1100-1150), éd. S.S.P. Scalfati, Rome, 1971, n” 108 : partent suant quam ipse habebat nel Pastino (1100-1500 environ) ; S.P.P. Scalfati,« Les documents du “Libro Maestro G di Gorgona” concernant la Corse (xie-xiie siècles) », dans Mélanges de l'Ecole Française de Rome. Moyen Age - Temps Modernes, LXXXVIII, 1976, no 13 : le vigne du ta Eiacaiolu col pastini e lo campo del Salice, 1121 ; V. Vitale, « Documenti sul castello di Bonifacio nel secolo XIII », dans Atti della R. Deputazione di storia patria per la Liguria, I, 1936, no 300 : in loco ubi dicitur Pastinus, aliam peciam terre vineate, 1239.

10 ADCS, I G7, fol. I v° (sans date mais attribuable au xiiie siècle), et 2 v° (1254).

11 Voir, pour rester dans le cadre italique, E. Conti, La formazione della struttura agraria moderna net contado fiorentino. I. La campagne nell’età precomunale, Rome, 1965, p. 14 ; P. Toubert, Les structures du Latium médiéval. Le Latium méridional et la Sabine du ixe à la fin du xiie siècle, I, Rome, 1973, p. 158-174 ; A. A. Settia, « La toponomastica corne fonte per la storia del popolamento rurale », dans Medioevo rurale. Sulle tracce della civiltà contadina, V. Fumagalli, G. Rossetti (éd.), Bologne, 1980, p. 35-36.

12 G. Serra, « Appunti sulla storia linguistica del diboscamento in Italia. A proposito delle voci cetina e cesina e affini, dans Romanistiches Jahrbuch, VIII, 1957, repris dans Lineumenti di una storia linguistica dell’Italia medioevale, III, Naples, 1965, p. 86 et passim.

13 Terra nuova..., p. 12-13 et 65, note 52.

14 G. Plaisance, « Les toponymes forestiers de Provence-Côte d’Azur et leur signification en paleophytogéographie », dans Bulletin philologique et historique, 1978 (1980), p. 215.

15 Dizziunariu corsu fruncese. Dictionnaire corse-français, II, Lévie, 1984, p. 452.

16 Voir D. A. Geronimi, « Perception et organisation de l’espace dans le village corse (essai d’interprétation à travers le parler de Marignana) », dans Hommage à Fernand Ettori, II, Etudes Corses, 20-21, 1983, p. 190, 195 et 196.

17 Dizziunariu..., IV, p. 1377.

18 G. Plaisance, Les formations végétales et les paysages ruraux (lexique et guide bibliographique), Paris, 1959, s.v.

19 Voir surtout, en dernier lieu, après les synthèses pionnières de Kunholtz-Lordat et de Sereni, celle de F. Sigaut, L'agriculture et le Jeu. Rôle et place du feu dans les techniques de préparution du champ dans l'ancienne agriculture européenne, Paris-La Haye, 1975.

20 Voir, notamment, de manière spécifique, A. Marchini, « Routine et innovation : la mise en valeur de la Corse et l'histoire des villages de la Casinca, xviie-xixe siècles », dans Longue durée et innovation dans le monde méditerranéen. Sociétés agricoles et techniques agraires (Actes du Colloque de Nice, 26-29 novembre 1981), Nice, 1983, p. 185-186 ; A. Casanova, « Techniques de labour et société en Méditerranée occidentale : le cas de la Corse à la fin du xviiie siècle », dans Etudes corses, 25, 1985, p. 27, 49-50 ; J. Defranceschi, op. cit., passim.

21 Sereni, op. cit., p. 29.

22 Exemples : Le carte del monastero di San Venerio..., nos XXXI-XXXII (1316) ; campus de Cuncarsa, no XXXVIII (1382) ; unum campum ad Cuncharsam, no XXXIX (1384) ; in villa Arse de Boticella...

23 Sereni, op. cit., p. 16 et 70, note 81.

24 Sur la presa corse traditionnelle, voir surtout, comme point de départ bibliographique, P. Lamotte, « Le système des prese et les assolements collectifs », dans Etudes corses, 10, 1956.

25 Dizziunariu..., IV, p. 1378.

26 Sur le passage, en Corse, de l’onomastique « médiévale » à l’onomastique « moderne » et sur les pesanteurs de la tradition, voir R. Emmanuelli, « Note sur les prénoms corses au xvie siècle », dans Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de la Corse, 607, 1973.

27 Sur la montée de la pression démographique et la rupture des niveaux traditionnels de production agricole dans la première moitié du xixe siècle, voir notamment A. Albitreccia, La Corse : son évolution au xixe siècle et au début du xxe siècle, Paris, 1942 ; F. Pomponi, « Population, structures agraires et production en Corse (1770-1914). Contribution à un atlas historique de la Corse », dans « Pieve e paesi ». Communautés rurales corses, Paris-Marseille, 1978 ; J. Defranceschi, op. cil.

28 Voir, par exemple, G. Ravis-Giordani, « Espaces et groupes sociaux : organisation objective et appréhension symbolique », dans « Pieve e paesi »..., p. 143.

29 A. Amadei, « L’exploitation de la terre dans le nord de la Corse aux xiie et xme siècles », dans Bulletin de la Société..., 603, 1972, p. 92-93 ; pour la péninsule, voir E. Sereni, Storia del paesaggio rurale italiano, Bari, 1972, p. 132, ou J. Jones, « La società agraria medievale all’apice del suo sviluppo, L’Italia », dans Storia economica Cambridge, trad. ital., Turin, 1977, p. 434.

30 J.-A. Cancellieri, « Formes rurales de la colonisation génoise en Corse au xiiie siècle : un essai de typologie », dans Mélanges de l’Ecole française de Rome..., XCIII, 1981, p. 126.

31 J.-R. Pitte, Terres de Castanide. Hommes et paysages du châtaignier de l'Antiquité à nos jours, Paris, 1986 (p. 85 pour la citation). L’auteur insiste aussi, plus loin, sur la vive accélération arboricole de l’époque moderne et contemporaine, en suivant notamment les deux articles importants de P. Lamotte, « Note sur la propriété arboraire en Corse », dans Etudes corses, 12, 1956, et P.-J. Perry, « L’arbre à pain : le châtaignier en Corse », dans Annales du Midi, 165, 1984.

32 Voir, par exemple, J.-A. Cancellieri, « Directions de recherche sur la démographie de la Corse médiévale (xiiie-xve siècles) », dans Strutture familiari, epidemie, migrazioni nell’Italia medievale, R. Comba, G. Piccinni, G. Pinto (éd.), Naples, 1984, p. 410 et passim.

© Presses universitaires du Midi, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search