Version classiqueVersion mobile

Toponymie et défrichements

 | 
Charles Higounet

Communications

Le vocabulaire du défrichement en Basse-Normandie

(Étude de quelques étymons attestés dans la toponymie)

Dominique Fournier

Texte intégral

Introduction

1Ce bref exposé devait se limiter à étudier quelques étymons attestés dans la microtoponymie du Pays d’Auge. Il nous a cependant paru nécessaire de tenir compte de leur distribution — parfois révélatrice — en Normandie, et particulièrement dans les départements du Calvados, de l’Orne et de l’Eure, sur lequel s’étend le Pays d’Auge.

2Nous avons opéré un regroupement sémantique des étymons, selon le type d’activité évoqué : brûler la végétation ; arracher la végétation ; briser la terre.

1. Brûler

1.1. Etymon g.r. ardere, « brûler » (← lat. arere, « être sec ») :

3P.p. arsu> a.f. ars, « brûlé » ; on peut supposer une dérivation galloromane arsu *arsare (ou romane ars arser), « brûler », d’où g.r. *ars-aticiu (ou a.f. arser + -eis) > a.f. arseis, « incendie, brûlure, cuisson »

4NL Arcis, parfois Ercis (action fermante du [r] au Moyen Age). Les microtoponymes de ce type apparaissent dans l’extrême sud de l’Orne (Normandie-Maine, Perche) et de la Manche (Avranchin, Mortainais) :

  • M. : Larcy, Saint-Aubin-de-Terregatte, 1954 INSEE ; les Arcis, Saint-Ovin, 1978 PTT.

  • O. : l’Arcis, Mâle, 1986 PTT ; les Arcis, Chahains, 1954 INSEE ; les Arcis, Condé-sur-Huisne, 1986 PTT ; les Arcis, Mantilly, 1954 INSEE ; Arcisses, Mauves-sur-Huisnes, 1954 INSEE ; Arcis, 1986 PTT ; Arcis, Neuilly-sur-Eure, 1954 INSEE ; les Arcis, 1986 PTT ; les Arcis, Mantilly, 1954 INSEE ; les Arcis, Saint-Germain-des-Grois, 1954 INSEE ; les Arcis, les Ercis, 1986 PTT ; les Arcis, Saint-Nicolas-des-Bois, 1954 INSEE.

1.2. Etymon g.r. ustulare, v. expr. ← p.p. ustum de lat. urere « brûler » (FEW XIV, 78) :

51.2.1. p.p. ustulatu > a.f. uslé, NL *Ulé.
Hulé,
Illeville-sur-Montort (E.), 1877 DTE.

61.2.2. p.p. ustulata (terra)> a.f. uslée, NL Ulée.
Les Ulées,
Vaubadon (C.), 1883 DTC, Ullies, 1946 INSEE.

71.2.3. * ustul-aticiu (ou a.f. usler + -eis)> a.f. usleis « brûlure », « action de brûler » > NL Ulis.
Les Ulis,
Coquainvilliers (C.), 1883 DTC ; le Bois des Ulis, Saint-Germain-la-Campagne (E.), 1985 PTT ; les Hulis, Saint-Roch-sur-Egrenne (O.), 1986 PTT.
Les Ulies, Vieux-Pont (C.), 1946 INSEE, représente peut-être le même étymon ou bien le g.r. *ustul-ia (ou a.f. usl- + -ie), ainsi que te Hulies, les Authieux-Papion (C.), 1883 DTC, et Landigou (O.), 1954 INSEE.

81.2.4. a.f. usler + -ine (< g.r. -ina) → NL *Uline ? Mais Huline est également un matronyme (= Heuline Heude).
La Huline,
Thuit-Hébert (E.), 1877 DTE.

91.2.5. ustulare (>a.f. usler) + frq. brôjan, « brûler, griller » (> a.f. bruir)g.r. *brustulare> a.f. brusler (cf. B.W. « brouir »).

101.2.5.1. g.r. *brustulare → p.p. *brustulatu > NL Brûlé (mais ce dernier mot est également un NP) :

  • M. : Bruslay, Saint-Ovin, 1954 INSEE ; le Bruley, Condé-sur-Vire, 1954 INSEE ; les Brulés, Saint-Martin-de-Cenilly, 1954 INSEE ; le Brûlé, 1978 IGN ; les Brûlays, Sourdeval, 1954 INSEE ; les Brûlés, Bricqueville-sur-Mer, 1954 INSEE.

  • C. : Brûlé, Criqueville-en-Bessin, 1984 PTT.

  • O. : le Brulay, Lonlay-l'Abbaye, 1954 INSEE ; Le Brulay, Chanu, 1954 INSEE ; le Brûlé, La Ferrière-aux-Etangs, 1954 INSEE ; le Brulé, MénilFroger, 1954 INSEE ; le Brulay, Saint-Aubin-de-Courtraie, 1954 INSEE ; les Brulés, Fontenay-les-Louvets, 1982 IGN, mais aussi les Bru(l)lis, 1986 PTT.

  • E. : Brulez, Le Tilleul-Lambert, 1877 DTE ; les Bridés, 1946 INSEE ; les Brûlés, Normanville, 1985 PTT ; les Brulez, Acon, 1877 INSEE ; les Brulés, 1946 INSEE ; les Brûlés d’Acon, id., 1985 PTT.

111.2.5.2. g.r. *brustulare → p.p. *brustulata (terra), « (terre) brûlée » > NL Brûlée :

  • C. : la Bridée, Cahagnes, 1982 PTT.

  • O. : la Brûlée, Reuilly (O.), 1985 PTT ; les Bridées (O.), Igé, 1954 INSEE ; les Brûlées, Bretoncelles (O.), 1954 INSEE, les Brûlés, 1986 PTT.

121.2.5.3. a.f. brusler + suf. dim. -et/-ette « g.r. -ittu/-itta) → NL Brulet/Brulette :

  • les Brulets, Chaumont (O.), 1977 IGN ; les Brulets, Ri (O.), 1954 INSEE ; mais on peut aussi penser à une cacographie pour « brûlé ».

  • la Brûlette, Bailleul (O.), 1954 INSEE ; la Brulette, Bures-les-Monts (C.), 1984 PTT ; la Brulette, Brix (M.), 1978 PTT.

131.2.5.4. a.f. brusler + suf. -in/-ine (<g.r. -inu/-ina) NL Brûlin(e) (notons que Brûlin est également un NP) ;

  • M. : les Brulins, Bion, 1954 INSEE ; les Brulins, Lingeard, 1954 PTT ; Brulins, la Glacerie, 1954 INSEE ; les Brulins, 1978 PTT ; les Brulins, Ger, 1954 INSEE.

  • C. : les Brulains, Saint-Paul-du-Vernay, 1883 DTC, les Brulins, 1946 INSEE ; les Brulains, Bellou, 1883 DTC ; les Brûlins, Lécaude, 1979 IGN ; les Brulinés, 1982 PTT.

  • O. : les Brulins, Silly-en-Gouffern, 1954 INSEE ; les Brulins, Tourouvre, 1954 INSEE ; les Brûlins, la Coulonche, 1954 INSEE ; Bois des Brulins, Saint-Martin-d’Ecublei, 1977 IGN.

  • E. : les Brulins, les Andelys, 1877 DTE ; Bois des Brulins, Condé-sur-Iton, 1983 IGN ; les Brulins, Morgny, 1877 DTE ; les Brulins, le Plessis-Grohan, 1877 DTE ; les Brulins, Saint-Aubin-sur-Gaillon, 1877 DTE ; les Brulins, Sainte-Barbe-sur-Gaillon, 1877 DTE ; les Brulins, le Tronguay, 1877 DTE ; les Brulins, Hondouville, 1985 PTT ; les Brulins, Criquebeuf-sur-Seine, 1946 INSEE ; Bois des Brulins, Courdemanche, 1983 IGN ; les Brûlins, les Bottereaux, 1977 IGN ; les Brûlins, Chambord, 1977 IGN ; les Brulins, Neauf-les-Risles, 1946 INSEE ; les Brulins, l’Habit, 1877 DTE.

Principaux massifs forestiers actuels.

Les défrichements : 1) défrichements par le feu ; 2) par essartage.

Vocabulaire du défrichement en Basse-Normandie : 1) les Arcis ; 2) l’Arcis.

Vocabulaire du défrichement en Basse-Normandie : 1) Brûlé, -e ; 2) Brûlon ; 3) Brûlin, 4) Brûlis ; 5) Brûlet, -te ; 6) Brûlerie ; 7) Ebrûlée ; 8) pluriel.

Vocabulaire du défrichement en Basse-Normandie : 1) Rôt, -s ; 2) Rôti(e), -s ; 3) Brande, 4) Tôtes ; 5) Grillé ; 6) (H)uli(e), -s ; 7) (H)ulé(e), -s.

Vocabulaire du défrichement en Basse-Normandie : 1) Essartiers ; 2) Essart, -s ; 3) Essert(e), -s.

141.2.5.5. a.f. brusler + suf. -on (< g.r. -one) → NL Brûlon :

  • O. : Brulan, Rouperroux, 1954 INSEE, Brulon, 1982 IGN ; le Brûlon, 1986 PTT ; les Brulons, Condé-sur-Huisne, 1986 PTT.

151.2.5.6. a.f. brusler + suf. -eis (ou g.r. *brustulare *brustul-aticiu)
> a.f. brusleis, NL Brulis :

  • E. : les Brulis, Suzay, 1877 DTE.

  • O. : les Brulis, Fontenai-les-Louvets, 1954 INSEE ; impasse des Perils Brûlis, Saint-Germain-des-Grois, 1986 PTT.

161.2.5.7. g.r. *brustulare *exbruslulare → p.p. *exbrustulata (terra) > NL Ebrûlées :
Les Ebrulées
(O.), Saint-Ellier-des-Bois, 1954 INSEE.

1.3. Etymon g.r. torrere, « dessécher, brûler, griller, rôtir » ; p.p. tostu → tostas (terras) > NL Tôles :

  • C. ; les Tôtes, Bonneville-la-Louvet, 1883 DTC ; Tostae, 1219 DENLF, Tôtes, 1982 IGN.

  • E. : Sainte-Anne-de-Totte, 1722 DTE ; Tôtes-la-Forêt, 1828 DTE, Tostes, 1877 DTE.

1.4. Etymon g.r. craliculu, « gril, grille » (← lat. cratis, « treillis »)> a.f.
grail, gril griller « cuire sur le gril », puis « brûler, roussir »), le Grillé, La Ferrière-Béchet (O.), 1984 IGN.

1.5. Etymon germ. *brand, « tison » → brander, « embraser » :

17Nous rapprocherons le NL Brundel attesté dans le Bessin de l’a.f. brander, issu de *brand, d’où le déverbal brande, « flamme, embrasement » et, par métonymie, « bruyère » (défrichées par le feu ; cf. DAF 81, DEH 107-108), à moins que ce terme ne désigne la végétation secondaire issue d’un tel défrichement (on a également invoqué une étymologie gauloise pour brande = « bruyère »).

  • M. : Brande, Bricqeboscq, 1954 INSEE ; Brandais, Braudais, Carnet 1978 PTT (= brandel ?).

  • C. : Brandel, Maisons, 1883 DTC ; le Petit Brandel, Maisons, 1982 PTT.

1.6. Etymon frq. *raustjan, « rôtir » (ou germ. *rosten, FEW XVI, 682b) → a.f. rostir :

181.6.1. Déverbal rost>NL Rôt :
les Rôts,
Faverolles (O.), 1954 INSEE.

191.6.2. p.p. rosti(e) > NL Rôti(e) (notons que les mots du type rôtir présentent dans les dialectes d’oïl de nombreuses variantes en rou- (cf. FEW, loc. cit., ce qui peut provoquer une confusion avec le type Routil, examiné plus bas) :

  • M. : Roti, La Haye-d’Ectot, 1954 INSEE ; le Rosty, Saint-Martin-d’Aubigny, 1954 INSEE ; les Rotis, Bérigny, 1954 INSEE.

  • O. : le Rôti, Saint-Jean-de-la-Forêt, 1954 INSEE ; le Rôti, Neuilly-le-Bisson, 1954 INSEE ; les Roties, Gâprée, 1986 PTT.

  • E. : Rotiers, Boissey-le-Châtel, DTE, les Rotis, 1877 DTE.

2. Arracher

2.1. Etymon g.r. sarire, « sarcler » (p.p. sar(i)tu) > g.r. *ex-sarire :

202.1.1. p.p. exsartu > a.f. essart, NL l’Essart :

  • M : Lessard, Ger, 1954 INSEE ; les Essarts, Argouges, 1954 INSEE ; les Essarts, Braffais, 1954 INSEE ; les Essarts, la Haye-d’Ectot, 1954 INSEE ; les Essarts, la Glacerie, 1954 INSEE ; les Essards, Fresville, 1978 PTT.

  • C. : Lessart en Auge, 1234 DTC ; Essarta Evrardi, XIVe siècle, DTC, Lechesne Lessard, 1791 DTC, Lessard-et-le-Chêne, 1982 IGN ; Lessart, Chahagnolles, 1946 INSEE ; Lessard, Ussy, 1946 INSEE ; Lessard, la Villette, 1983 DTC, l’Essard, 1946 INSEE ; les Essarts, Campagnolles, 1883 DTC ; les Essarts, Grandcamp-Maisy, 1883 DTC ; les Essarts, Hermival-les-Vaux, 1883 DTC ; les Essarts, Moyaux, 1883 DTC ; les Essarts, Lessard-et-Lechêne, 1946 INSEE ; les Essarts, Montchamp, 1883 DTC ; les Essarts, la Bazoque, 1883 DTC ; Essarts, le Plessis-Grimoult, 1946 INSEE, les Essarts, 1984 PTT ; les Essarts, Saint-Paul-du-Vernay, 1883 DTC ; les Essarts, Saint-Matin-de-Blagny, 1883 DTC ; les Essarts, Trévières, 1883 DTC ; les Essarts, Roullours, 1883 DTC ; les Essarts, Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont, 1883 DTC ; les Essarts-de-Langrune, Saint-Aubin-sur-Mer, 1887 DTC ; les Essarts, le Tronquay, 1946 INSEE ; les Essarts, Agy, 1883 DTC ; les Essarts, Longraye, 1883 DTC ; les Essarts, Bernières-sur-Mer, 1984 PTT ; les Essarts, Torteval-Quesnay, 1883 DTC ; rue des Essarts, Courseulles-sur-Mer, 1984 PTT ; les essarts ; le pré des essarts, Sainte-Marguerite-de-Viette, 1835 AC, matrices ; les essarts, Berville, 1913 AC, matrices ; les Essarts-Saint-Gratien, Saint-Gatien-des-Bois, 1310 DTC ; la Butte-aux-Essarts, la Butte-des-Essarts, Torteval-Quesnay, 1883 ADC (village à Torteval) ; Courbe-Essart, 1189 DENLF, Couppesard, Coupessart, 1585 DTC, Coupesarte, 1883 DTC ; le Montessard, Pennedepie, 1978 IGN ; Brichersard, Livry, 1148 DTC ; Brixard, 1166 DTC, Briquessart, 1245 DTC, Briquessard, 1883 DTC ; Briquesard, Saint-Marin-de-Blagny, 1946 INSEE.

  • O. ; Lessart, Saint-Hilaire-le-Châtel, 1954 INSEE ; Laissard, les Graviers de Laissard, Saint-Michel-Tubeuf, 1980 IGN ; Lessart, Crulai, 1954 INSEE ; Lessart, Juvigny-sous-Andaine, 1954 INSEE ; l’Essart, Saint-Fraimbault, 1986 PTT ; les Essarts, Almenêches, 1954 INSEE ; les Essarts, Bellavilliers, 1954 INSEE ; les Essarts, Colonard-Corubert, 1954 INSEE ; les Essarts, Landigou, 1954 INSEE ; les Essarts, Saint-Cyr-la-Rosière, 1986 PTT ; les Essarts, Saint-Evroult-Notre-Dame-du-Bois, 1954 INSEE ; les Essarts, Torchamp, 1954 INSEE ; le Grand Essart, Laleu, 1986 PTT ; le Long Essart, Anceins, 1977 IGN ; le Petit Essart, Juvigny-sous-Andaine, 1986 PTT ; Bellesard, Almenêches, 1977, IGN ; les Neufs Essarts, Ménil-Erreux, 1982 IGN, 1986 PTT ; le Bénessard, Crouttes, 1986 PTT.

  • E. : l’Èssart, Guernanville, 1983 IGN ; Bois de l’Essart, Thomer-la-Sogne, 1983 IGN ; rue de l’Essart, Douville-sur-Andelle, 1985, PTT ; Côte de l’Essart, clos de l’Essart, Vandrimare, 1985 PTT ; Rue de l’Essart, Alizay, 1985 PTT ; l’Essart, le Manoir, 1946 INSEE ; Route de l’Essart, Anfreville-les-Champs, 1985 PTT ; les Essarts, Brionne, 1877 DTE ; les Essarls, Verneusses, 1946 INSEE ; les Essarls, lnfreville, 1201 DTE ; de Essartis (DENLF), les Essarls, 1877 DTE ; Bois des Essarts, l’Hosmes, 1983 IGN ; Bois des Essarts, Villez-sur-Damville, 1983 IGN ; les Essarts, Radepont, 1877 DTE ; les Essarts, Pont-Authou, 1985 PTT ; les Essarts, le Neubourg, 1877 DTE ; les Essarts, Pîtres, 1877 DTE ; les Essarts, Chéronvilliers, 1877 DTE ; les Essarts, la Boissière, 1877 DTE ; le Long Essart, Epinay, 1946 INSEE ; l’Essart Clément, la Boissière, 1946 INSEE ; Essart Mador, Lyonsla-Forêt, 1946 INSEE.

212.1.2. p.p. exsartu > NL l’Essert (action fermante du [r], surtout dans le nord de la Manche et l’ouest du Calvados) :

  • M. : les Esserts, Cosqueville, 1954 INSEE ; l’Essert, 1978 PTT ; Lesser, Sortosville-en-Beaumont, 1954 INSEE ; les Esserts, le Plessis-Lastelle, 1954 INSEE.

  • C. : l’Essert, le Molay-Littry, 1848 DTC ; les Esserts, 1946 INSEE ; les Esserts, Courvaudon, 1883 DTC.

  • E. : les Esserts, les Hogues, 1946 INSEE.

222.1.3. p.p. exsarta (terra) > NL l’Esserte (ou a.f. *esserter → p.p. esserté > NL l’Esserté (même remarque) :
les Essertes, les Essertés, Aviron (E.), 1985 PTT.

232.1.4. p.p. exsartu *exsart-ellu (ou a.f. essart + -eau)>NL l'Essarteau :
Boscus qui vocatur Essarteaux,
1200 DTC, Sartheaux, 1321 DTC.

242.1.5. pp. exsartu exsart-ariu > NL Essartier :
de Essarteriis
(C.), 1350 DENLF, Saint-Jean-des-Essartiers, 1883 DTC.

2.2. Etymon lat. radix, « racine » → g.r. *adradicare (pour eradicare) :

252.2.1. *a(d)radicata (terra) > arrachée > NL l'Arrachée (ou bien radicata (terra), « plantée, enracinée »>NL la Rachée ?) :

  • O. : l’Arrachée, Saint-Germain-de-la-Coudre, 1954 INSEE ; l’Arrachée, le Theil, 1954 INSEE ; la Rachée, Condeau, 1954 INSEE ; la Rachée, Dorceau, 1954 INSEE ; la Rachée, la Ferrière-Béchet, 1954 INSEE ; la Rachée, Saint-Maurice-du-Désert, 1954 INSEE.

  • E. : la Rachée, Buis-sur-Damville, 1256 DTE.

262.2.2. *adradicare > arracher — déverbal * arrache> NL Arrache : Fonds d’Arrache, Bourg-Beaudouin (E), 1877 DTE.

272.2.3. *adradicare *adradic-aticiu ou arracher + -is « a.f. –eis < g.r. -aticiu) > NL Arrachis :

  • E. : l’Arrachis, Bus-Saint-Rémy, 1877 IGN ; les Arrachis, les Arachies, les Arachides, Saint-Léger-de-Rotes, 1985 PTT.

2.3. Etymon lat. cortex, « enveloppe, écorce » → g.r. ex-corticare a.f. escorcier, escorcher, « écorcher, arracher » → déverbal *escorche > NL Ecorche, « arrachage » ? Une forme normando-picarde d’écorce est impossible dans l’Orne :
les Ecorches (O.), Saint-André-de-Briouze, 1954 INSEE.

2.4. Etymon lat. pilus, « poil » → g.r. *pliluccare > a.f. peluchier, « nettoyer, éplucher » → NL Peluchette ( ?) :
les Peluchettes,
Carolles (M.), 1978 PTT.

2.5. Etymon lat. cooperire → g.r. *ex-coperire *ex-coper-aticiu (ou a.f. *escovrir + -eis > NL Ecouvris :

  • O. : Les Ecouvris, la Lande-sur-Eure, 1986 PTT ; les Ecouvris, Réveillon, 1954 INSEE.

2.6. Etymon g.r. nudu nudare « mettre à nu » :
Re- + nudare ( ?) *renudatas (terras) > NL Renudées ( ?). La forme serait une réfection savante de l’a.f. *renuer nuer < nudare ; on a bien la forme desnuder dans le psautier d’Oxford (1120), face à desnuer. Cependant, cette interprétation reste douteuse.
les Renudées, Gâprée (O.), 1986 PTT.

2.7. Etymon a.f. friche (< germ. frisk, FEW, III, 809b) défricher :
le Défriché,
Livarot (C.), 1946 INSEE ; chemin du Défriché, Calleville (E.), 1985 PTT.

3. Briser

283.1. Etymon g.r. frangere, « briser », p.p. fractu > a. f. fraindre, frail ; g.r. *fract-aticiu (ou a.f. frait + -eis) > a.f. fraitis, « terre brisée » > NL Fretil (avec attaction du suff. -il < g.r. -ile présent dans de nombreux microtoponymes).

  • E. : terra de fractis, les Bottereaux, xie siècle DTE ; les Fretiz, 1208 DTE ; les Fretils, 1877 DTE ; les Frétils, le Mesnil-des-Frétils, Juignettes, 1977 IGN.

293.2. Etymon g.r. rumpere, « briser avec force », p.p. ruptu *rupt-aticiu (ou *rupt-ile ?) > NL Routil. Confusion possible avec une forme en rou- de rôtir (cf. supra).

  • M. : les Routils, Saint-Hilaire-du-Harcouët, 1954 INSEE ; les Routils, Husson, 1954 INSEE ; les Routils, Reffuveille, 1954 INSEE ; les Routils, Virey, 1978 PTT.

  • E. : les Rouîtes, Marcilly-la-Campagne, 1523 DTE, les Routils, 1562 DTE.

  • O. : les Routils, Beaulieu, 1954 INSEE ; les Petits Routis, Irai, 1980 IGN.

303.3. Etymon g.r. *brisare, « briser » ;

313.1.1. p.p. *brisatu/-ata> NL Brisé(e) :

  • le Briset, (le) Brisé des Noës, Giel-Courteille (O.), 1986 PTT ; Brisay, Surtainville (M.), 1954 INSEE, le Brisay, 1978 PTT.

  • la Brisée, Montand (M.), 1954 INSEE.

323.1.2. brisare>briser + suf. -et/-ette (<g.r. -ittu,-itta) :

  • le Briset, Montaigu-la-Brisette (M.), 1954 INSEE (mais on peut penser aussi à une cacographie pour « brisé » sous l’influence du suivant).

  • Montaigu-la-Brisette, 1978 IGN ; la Brisette, Saint-Germain-de-Tournebut (M.), 1954 INSEE.

Conclusion

33Il ressort plusieurs points de ce rapide examen :

  • Tout l’abord, l’extrême prudence avec laquelle nous devons interpréter certains microtoponymes pour lesquels les formes anciennes manquent souvent. Sans documents anciens, il est parfois impossible de choisir entre deux ou plusieurs interprétations plausibles.

  • Ensuite, le phénomène de contagion qui contribue à l’apparition de zones lexicales sans motivations particulières : ainsi, brûlin, routil, etc., sont attestés partout, mais ne se manifestent que par « plaques » ; il en va de même, dans une moindre mesure, pour les zones singulier/pluriel.

  • Enfin, la question se pose de savoir si la répartition géographique, des trois types que nous avons dégagés est interprétable en termes chronologiques, ou tout au moins historiques. La concentration des «défrichements par le feu » autour de la plupart des anciens massifs forestiers, et la situation plutôt périphérique des zones essartées semblent le suggérer, mais cette étude nous semble trop restreinte pour pouvoir susciter une généralisation. C’est, bien sûr, la comparaison avec d’autres régions et d’autres systèmes toponymiques qui pourra, seule, permettre d’atteindre des conclusions plus fermes.

Abréviations et bibliographie

a.f. : Ancien français.

lat. : Latin.

AC : Archives communales.

M. : Manche.

C. : Calvados.

NL : Nom de lieu,

dim. : Diminutif.

NP : Nom de personne.

expr. : Expressif.

O. : Orne,

frq. : Francique.

p.p. : Participe passé,

g.r. : Gallo-roman(e).

PTT : Annuaire des PTT.

germ. : Germanique.

suf. : Suffixe.

IGN : Cartes de l’Institut Géographique National.

v. : Verbe.

INSEE : Nomenclature des Hameaux, Ecarts et Lieux-Dits de l’INSEE.

ALN

 : P. Brasseur, Atlas linguistique de Normandie, vol. I, CNRS 1980.

B.W.

 : O. Bloch et W. von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris, PUF, 1960.

DEO

 : P. Guiraud, Dictionnaire des étymologies obscures, Payot, 1982.

DTC

 : C. Hippeau, Dictionnaire topographique du Calvados, Paris, 1883.

DTE

 : Marquis de Blosseville, Dictionnaire topographique de l’Eure, Paris, 1877.

FEW

 : W. von Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch, Bâle, 1929.

PNV

 : R. Lepelley, Le parler normand du Val de Saire, Caen, 1974.

Table des illustrations

Légende Principaux massifs forestiers actuels.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Les défrichements : 1) défrichements par le feu ; 2) par essartage.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Vocabulaire du défrichement en Basse-Normandie : 1) les Arcis ; 2) l’Arcis.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22402/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Vocabulaire du défrichement en Basse-Normandie : 1) Brûlé, -e ; 2) Brûlon ; 3) Brûlin, 4) Brûlis ; 5) Brûlet, -te ; 6) Brûlerie ; 7) Ebrûlée ; 8) pluriel.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22402/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Vocabulaire du défrichement en Basse-Normandie : 1) Rôt, -s ; 2) Rôti(e), -s ; 3) Brande, 4) Tôtes ; 5) Grillé ; 6) (H)uli(e), -s ; 7) (H)ulé(e), -s.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22402/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Vocabulaire du défrichement en Basse-Normandie : 1) Essartiers ; 2) Essart, -s ; 3) Essert(e), -s.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22402/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© Presses universitaires du Midi, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search