Version classiqueVersion mobile

Toponymie et défrichements

 | 
Charles Higounet

Communications

La toponymie des défrichements dans la région parisienne (xe-xiiie siècles)

Simone Lefèvre

Texte intégral

1Certains toponymes qui semblent évidents, tels que l’essart, ne donnent pas forcément les éléments de datation. Ils doivent donc être complétés par l’étude des textes, des cartes et plans anciens. En revanche, d’autres rendent compte du mode de défrichement.

I. — Toponymes issus d’opérations de défrichements

A. Ecobuages

2Ils furent assez nombreux, si l’on en juge par les toponymes évoquant le feu, à moins qu’il ne s’agisse d’incendies accidentels.

1) Ardere, ars1

  • 1 De ardere (brûler). Voir G. Plaisance, « La toponymie des défrichements et déboisements », dans Re (...)
  • 2 Arsy, Transloy (Le), éc. de Moyvillers, tous deux Oise, arr. Compiègne, c. Estrées-Saint-Denis. Le (...)
  • 3 Bois d’Arcy, Yvelines, arr. Versailles, c. Trappes ; voir M. Baltus, « Toponymie du pays de Cruye (...)
  • 4 Loge Arties, act. Loge-Arthus (La), comm. Haute-Maison (La), Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Crécy- (...)

3Citons au nord : Arsy, à l’est du Transloy et de Bois de Lihus, domaine de Chaalis2 ; à l’ouest : Bois d’Arcy3. A l’est, notons La Loge Arties, ferme, Les Arceris, lieu-dit, au sud de la forêt du Mans, près de Meaux, dont nous savons, par les comptes de Saint-Denis, qu’une partie fut brûlée4.

Toponymie des défrichements dans la région parisienne :
1) échouages ; 2) essarts ; 3) désert ; 4) la route ; 5) clairières ; 6) résidus ; 7) redevances

2) Brûlé, brûlis

  • 5 Lamorlaye, forêt du Lys, Coye-la-Forêt, tous trois Oise, arr. Senlis, c. Creil ; voir E. Muller, « (...)

4Au sud de Lamorlaye, dans la trouée séparant la forêt du Lys de la forêt de Coye, nous trouvons : Les Brûlis, P. des Brûlis, R. des Brûlis, entourés du Bois Brandin et d’une route du Bois Brandin5.

  • 6 Brûlins (Les), ferme, comm. Vieille-Eglise-en-Yvelines, Yvelines, arr. et c. Rambouillet ; Saint-B (...)
  • 7 Villiers-le-Bacle, Essonne, arr. Palaiseau, c. Bièvres. En juillet 1234, un conflit relatif aux no (...)

5A l’ouest, en forêt d’Yveline, citons Les Brûlins, ferme entre Vieille-Eglise-en-Yvelines et Saint-Benoît, Bois-Brûlé, clairière au nord de Gazeran6 ; un lieu-dit du même nom à Villiers-le-Bacle7.

  • 8 Avrainville, Essonne, arr. Palaiseau, c. Arpajon. Des essarts y furent plantés en vignes, à Montev (...)
  • 9 Forêt-Sainte-Croix (La), Bois-Herpin, tous deux Essonne, arr. Etampes, c. Méréville. La Forêt-Sain (...)

6En Beauce : Les Brûlis, au sud d’Avrainville et du hameau de La Forêt8 ; Les Brûlés et Les Vieux-Brûlés, lieux-dits entre La Forêt-SainteCroix et Bois-Herpin9.

  • 10 Brûlis (Les), ferme et canton de bois, comm. Vendrest ; Raroy, comm. Crouy-sur-Ourcq, tous deux Se (...)
  • 11 Orbies (Les), comm. Jouy-le-Châtel ; Plessis-Hainault (Le), comm. Saint-Just-en-Brie, tous deux Se (...)

7A l’est, notons également : Les Brûlis, ferme et canton de bois au nordest de Vendrest et à l’est du bois de Raroy10. Une partie de la forêt de Jouy, située au sud-ouest, est nommée Les Bruslis, peut-être en relation avec les défrichements des Templiers entre Les Orbies et Le Plessis-Hainault11.

  • 12 Champigny (bois de), Saint-Agnan, tous deux Yonne, arr. Sens, c. Pont-sur-Yonne ; Montbéon, prieur (...)

8Enfin, au sud de la Seine, une clairière des bois de Champigny, au sud-est de Saint-Agnan, est appelée Bois-Brûlé ; dans la même région, se trouve un lieu-dit, Les Brûlis. Des défrichements furent réalisés, de 1121 à 1230, par le prieuré de Montbéon, dépendant de l’abbaye de Saint-Victor et l’abbaye de Preuilly12.

3) Rosty, Roty

  • 13 Courville-sur-Eure, Eure-et-Loir, arr. Chartres, ch.l. c. ; voir E. Lefèvre, Documents historiques (...)
  • 14 Pommeuse, Guérard, tous deux Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Coulommiers ; voir Arch. dép. Seine-et (...)

9Dans la région de Courville, Les Rostys sont situés dans une zone de défrichement13. A l’est, citons : Le Roty, sur la commune de Pommeuse et à l’est de Guérard14.

  • 15 M. Houth-Baltus, « Toponymie..., 2e partie, Dictionnaire... », p. 77 ; du même, « L’expression en (...)

104) Les Flambertins doivent se ranger également dans cette catégorie. Nous avons noté autour d’Orgeval : Les Flambertins d’Orgeval (au sud de cette localité), Les Flambertins de Crespières et le bois des Flambertins15.

B. Essartages

  • 16 A. Pégorier, Glossaire des thèmes dialectaux permettant de trouver le sens d’un grand nombre de to (...)

111) Le terme l’essart, issu du latin classique sarire, déformé au bas-latin en exsarire (tous deux signifiant sarcler), avec toutes ses variantes et orthographes, peut s’appliquer aussi bien à une terre défrichée qu’à une friche mise en culture après défrichement16.

  • 17 Essarts (Les), l.d. à Villers-Saint-Frambourg, Oise, arr. et c. Senlis. Des lieux-dits Les Grands (...)
  • 18 Droiselles, comm. Versigny, Oise, arr. Senlis, c. Nanteuil-le-Haudouin ; Bibl. nat., ms. lat. 9902 (...)
  • 19 Lessart, hameau, comm. Marchemoret, Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Dammartin-en-Goële ; Chantemerl (...)
  • 20 L’Essart-L’Abbesse, comm. Morienval, Oise, arr. Senlis, c. Crépy-en-Valois. L’abbaye de Morienval (...)

12Au nord, nous trouvons un lieu-dit, Les Essarts, au sud de Villers-Saint-Frambourg17. Lessart, ferme, au nord de Droiselles et du Grand chemin de Nanteuil à Crépy18 ; une autre ferme, dite Lessart, au sud de Chantemerle et dans la même région, un lieu-dit Les Essarts, au nord de Charny19. Citons aussi, au nord de Morienval, L’Essart-L’Abbesse20.

  • 21 Essars (Les), l.d., près de Marly-le-Roi, Yvelines, arr. Saint-Germain-en-Laye, ch.-l. c. ; Cruye, (...)

13A l’ouest, dans l’ancienne forêt de Cruye, un lieu-dit Les Essarts existait au xviiie siècle, près de Marly21.

  • 22 Jumeauville, Yvelines, arr. Mantes-la-Jolie, c. Guerville. Un accord relatif aux droits d’usage de (...)
  • 23 Les Essarts-le-Roi, Yvelines, arr. et c. Rambouillet ; J. Maillard, Les Yvelines, histoire de Ramb (...)
  • 24 Clairefontaine-en-Yvelines, Yvelines, arr. Rambouillet, c. Saint-Arnoult-en-Yvelines ; voir A. Gra (...)
  • 25 Gazeran, Yvelines, arr. et c. Rambouillet ; voir G.-M. Claise, Dictionnaire de l'ancien départemen (...)

14A l’ouest, également, un lieu-dit Les Essarts se trouve sur la commune de Jumeauville, pointe nord des défrichements de l’Yveline22. Dans cette forêt, Les Essarts-le-Roi attestent le regroupement, par Hugues Capet, des essarteurs dispersés dans l’Yveline23. Nous remarquons aussi un lieu-dit, Les Essarts, au sud de Clairefontaine24, et un lieu-dit, L’Essart, au nord-ouest de Gazeran25.

  • 26 Prunay-sous-Ablis, Yvelines, arr. Rambouillet, c. Saint-Arnoult-en-Yvelines. En fait, les novales (...)
  • 27 Verigny, Eure-et-Loir, arr. Chartres, c. Courville-sur-Eure ; voir R. Merlet, Cartulaire de Saint- (...)

15En Beauce, un lieu-dit Les Essarts, au sud-ouest de Prunay-sous-Ablis26 et Les Essarts, ferme au sud de Vérigny27.

  • 28 Les Essarts-Grandchamp, comm. Jaignes et Tancrou, Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Lizy-sur-Ourcq, v (...)
  • 29 Barbeau (abbaye cistercienne), ferme, comm. Fontaine-le-Port, Seine-et-Marne, arr. Melun, c. Le Ch (...)
  • 30 Montigny-Lencoup, Seine-et-Marne, arr. Provins, c. Donnemarie-Dontilly ; voir A. Catel et M. Lecom (...)
  • 31 Egligny, Seine-et-Marne, arr. Provins, c. Donnemarie-Dontilly ; voir A. Catel et M. Lecomte, op. c (...)
  • 32 Beautheil, Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Coulommiers ; A. Dauzat et M. Rostaing, Dictionnaire éty (...)

16A l’est, notons quelques mentions d’essarts-témoins : au sud-est de Lizy-sur-Ourcq et au nord-est de la ferme de Grandchamp, ancien prieuré : Les Essarts28. A l’ouest de Barbeau, la ferme Les Essarts29. Sur la commune de Montigny-Lencoup, le château des Essarts et un lieu-dit Les Essarts, dans le bois de Fresnoy30. Un lieu-dit Les Essarts, au sudouest de l’abbaye de Preuilly et au nord-ouest d’Egligny31. Remarquons aussi un Champ des Essarts, au nord des Bordes et de Beautheil32.

  • 33 Cressonsacq (Cressonium essartum, Cressum Assardi, Cressonessart), Oise, arr. Clermont, c. Saint-J (...)
  • 34 Mortcerf, Seine-et-Marne, arr. Melun, c. Rozay-en-Brie ; voir A. Dauzat et Ch. Rostaing, op. cit.,(...)
  • 35 Serris, Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Crécy-en-Brie ; Villeneuve-Saint-Denis, Seine-et-Marne, arr (...)

172) Par corruption, le terme essart a pu se déformer en des noms variés qui, souvent, ne rappellent que de très loin l’essart primitif. Ainsi, Cressonsacq (Oise), autrefois Cressonessart33, Mortcerf, qui fut Moressart jusqu’au xviiie siècle34. Serris, au nord de Villeneuve-Saint-Denis35.

  • 36 Abondant, Eure-et-Loir, arr. Dreux, c. Anet ; voir R. de Lépinois et L. Merlet, Cartulaire de Notr (...)
  • 37 Voir supra, note 26.
  • 38 Briquessart, comm. Orcemont, Yvelines, arr. et c. Rambouillet ; Sonchamp, Yvelines, arr. Rambouill (...)
  • 39 Crécy-en-Brie, Seine-et-Marne, arr. Meaux, ch.-l. c. Ce ru ne figure d’ailleurs ni sur les cartes (...)
  • 40 Bois de Lihus, comm. Moyvilliers, Oise, arr. Compiègne, c. Estrées-Saint-Denis. Voir supra, note 2

18Nous pouvons citer aussi : Brissart ou Brissard, sur la paroisse d’Abondant36 et Le Muid de Brissard, entre Marchais-Parfond et Prunay-sous-Ablis37. De même, Briquessart ou Briquessard, autrefois Bricq-Sart, au nord-ouest de Sonchamp38 et le ru de Vaudessart, affluent du GrandMorin, confluant à Crécy-en-Brie39 ; ainsi que Les Esserty, lieu-dit, au nord d’Arsy, à l’est de Bois de Lihus et de Transloy, grange de Chaalis40.

193) Les essarts disparus :

  • 41 L’Essart-Nantier, bois jadis situé entre Valence-en-Brie (Seine-et-Marne, arr. Melun, с. Le Châtel (...)
  • 42 Grandpuits, Seine-et-Marne, arr. Melun, c. Mormant. Nous ne les avons trouvés que sur le plan d’in (...)

20Le plus important était certainement L’Essart-Nantier, situé entre Valence-en-Brie et la Seine ; il est signalé à plusieurs reprises par le cartulaire de Barbeau41. En Brie, également, notons les Grands et Petits Essarts, au sud-ouest de Grandpuits42.

  • 43 Joyenval, abbaye Saint-Barthélémy (Prémontrés), comm. Chambourcy, Yvelines, arr. Saint-Germain-en- (...)
  • 44 Essart-Chenard (L’), l.d. disparu aux environs de La Celle-les-Bordes, Yvelines, arr. Rambouillet, (...)
  • 45 Saint-Robert (ancien Essart-Robert), comm. Cernay-la-Ville, Yvelines, arr. Rambouillet, c. Chevreu (...)
  • 46 Magny-les-Hameaux, Yvelines, arr. Rambouillet, c. Chevreuse ; voir O. Tulippe, L’habitat rural en (...)

21A l’ouest, Les Essarts, sur lesquels fût bâtie l’abbaye de Joyenval43 ; L’Essart-Chenard, dans les environs de La Celle-les-Bordes44 ; L’Essart-Robert, devenu actuellement Saint-Robert, ancienne grange de l’abbaye des Vaux de Cernay45. Quant à Magny-l’Essart, devenu actuellement Magny-les-Hameaux, il est difficile d’y reconnaître son origine46.

224) Les déserts :

  • 47 M. Baudot, Les noms de défrichements..., p. 592-593.
  • 48 Désert de Retz, comm. Chambourcy, Yvelines, arr. Saint-Germain-en-Laye, c. Saint-Germain-en-Laye ; (...)
  • 49 Villeblevin, Yonne, arr. Sens, c. Pont-sur-Yonne ; Arch. nat., LL 1450 A, fol. 152 v° ; carte I.G. (...)

23Issus aussi de sario, sarire, ils correspondent également à des zones de défrichements47. Ainsi Le Désert de Retz, près de Chambourcy48 ; Les Déserties, à l’est de Villeblevin49.

245) Rumpere, ruptoria, routis, routure :

  • 50 A. Carnoy, « Le défrichement dans la toponymie belge », dans Revue internationale d’onomastique, 1 (...)
  • 51 Néanmoins, les différentes orthographes nous font opter plutôt pour la première hypothèse : Ruptor (...)

25Selon A. Carnoy, rumpere (briser) et le substantif ruptura auraient donné en français les mots routure et roture ; rupta (la route) aurait évolué en routis ou rotteux (chemin de campagne)50. L’Artoire ou Laretoire pourrait provenir des deux origines : autrefois La Rotoire, d’après les textes de Saint-Magloire, il est situé en bordure de la R.N. 1051.

C. Défrichements axés sur la route

  • 52 Passoir (Le), autrefois « Le Pascur », comm. La Boissière-Ecole, Yvelines, arr. et c. Rambouillet, (...)
  • 53 Petite rue verte (La), comm. Le Perray-en-Yvelines, Yvelines arr. et c. Rambouillet ; voir R. de L (...)

26L’exemple le plus typique est Le Passoir, autrefois Le Pascur52 ; mais la forêt de Rambouillet comporte de nombreux toponymes de ce genre : Le Perray-en-Yvelines, correspondant à l’ancienne chaussée romaine, empierrée, La Rue Verte, La Grande Rue Verte, La Petite Rue Verte, La Rue du Rotoir, Le Chemin Vert, La Rue Neuve53.

  • 54 Verneuil-en-Halatte, Oise, arr. Sentis, c. Pont-Sainte-Maxence ; voir M. Roblin, « Le plan cadastr (...)
  • 55 Rue-des-Bois (La), comm. Echouboulains, Seine-et-Marne, arr. Melun, c. Le Châtelet-en-Brie ; voir (...)
  • 56 Rue-du-Bois (La), ferme, comm. Bannost, Jouy-le-Châtel, tous deux Seine-et-Marne, arr. Provins, c. (...)
  • 57 Grande-Rue (La), hameau, comm. La Haute-Maison, Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Crécy-en-Brie ; voi (...)

27D’autres exemples nous sont offerts dans le nord, à Verneuil-en-Halatte, où nous trouvons La Rue des Bois, à la lisière nord-ouest de la forêt d’Halatte54. En Brie, où le lieu-dit La Rue des Bois, au nord d’Echou, résulte peut-être des essarts de l’abbaye de Preuilly ou du chapitre de Notre-Dame de Paris55. Une ferme, nommée La Rue-du-Bois, est située au nord de la forêt de Jouy, elle fut vraisemblablement aménagée par l’abbaye du même nom56. Notons aussi La Grande Rue, hameau de La Haute-Maison, dans la forêt du Mans, déjà important carrefour routier avant son défrichement57.

D. Clairières de défrichements

1) Ialo (en gaulois, clairière)

  • 58 Rambouillet, Yvelines, ch.-l. arr., voir A. Dauzat et Ch. Rostaing, op. cit., p. 555 ; une bonne s (...)

28Selon A. Dauzat et Ch. Rostaing, Rambouillet proviendrait de cette étymologie et du nom d’homme germanique Rambo, Rampo58.

  • 59 Mareil-Marly, Yvelines, arr. Saint-Germain-en-Laye, c. Saint-Germain-en-Laye sud ; Mareil-sur-Maul (...)

29De même que Mareil : Mareil-Marly et Mareil-sur-Mauldre seraient d’anciens essarts59.

2) Cernois

  • 60 G. Plaisance, Les formations végétales en milieux ruraux, Paris, 1959, p. 62, où l’auteur note la (...)

30D’après G. Plaisance, étudiant ce terme dans le Jura, ce serait « une clairière ouverte par défrichement dans une forêt de résineux »60.

  • 61 A. Dauzat et Ch. Rostaing, op. cit., p. 162, font remonter à 768 l’origine de Cernay-la-Ville, sou (...)

31Nous supposons que cette définition peut s’appliquer également à Cernay-la-Ville, Les Vaux de Cernay, l’abbaye étant installée sur un essart préexistant61.

II. — Résidus de défrichements

A. Tronchée, tronchoi, tronchoy

  • 62 G. Plaisance, Formations végétales..., p. 239 ; A. Pégorier, op. cit., p. 403.
  • 63 Tronchet (Le), ferme ou Tronchet-Galette (Le), éc. de Courville-sur-Eure, Eure-et-Loir, arr. Chart (...)
  • 64 Tronchet (Le), ferme, comm. Chalo-Saint-Mars, Essonne, arr. et c. Etampes ; voir abbé Ch. Métais, (...)
  • 65 Tronchet (Le), comm. Pommeuse, Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Coulommiers. Bien que nous y ayons t (...)

32Les troncs constituaient les éléments les plus récupérables, mais les plus encombrants, c’est pourquoi tronchée (oi, oy) servait à désigner, en ancien français, un lieu rempli de troncs ou d’abattis d’arbres, résultant de défrichements62. Ainsi : à l’ouest, Le Tronchet, ferme au nord de Courville-sur-Eure et Le Tronchay-Maquereau, au sud de Saint-Arnoult-des-Bois63 ; Le Tronchet, manoir-ferme sur la commune de Chalo-Saint-Mars64 ; à l’est, Le Tronchet, sur la commune de Pommeuse65.

B. Stirps (souche)

  • 66 Etréchy, Essonne, arr. Etampes, ch.-I. c. ; voir G.-M. Claise, op. cit., p. 148 ; R. Sindou, « Not (...)

33Nous n’avons guère trouvé qu’Etréchy qui corresponde à cette étymologie, ce fut d’ailleurs le premier établissement des moines de Mortigny. En 1173, on y mettait encore des friches en valeur66.

C. Ventes, touches, gâtines

1) Vente, ventes, vendu, vendue

  • 67 A. Pégorier, op. cit., p. 415 ; M. Baudot, « Les noms de défrichements... », p. 593.
  • 68 Salins (autrefois Villeneuve-la-Cornue), Seine-et-Marne, arr. Provins, c. Montereaufaut-Yonne ; vo (...)

34Il s’agit de « l’aire d’une coupe de bois » ou de « la partie du bois en cours de défrichement et dont les arbres sont marqués pour la mise en vente »67 ; ainsi, nous avons trouvé : La Grande Vente, ferme, entre Salins, Montigny-Lencoup et Egligny68.

2) Tosca, tusca, touche

  • 69 M. Baudot, Le toponyme Tusca dans l’onomastique de la France, Napoli, 1959, p. 125 (Estralto da... (...)
  • 70 M. Devèze, « Forêts françaises et forêts allemandes... », dans Revue historique, t. CCXXXV, 1966, (...)
  • 71 G. Plaisance, « Les appellations des forêts et lieux boisés », dans Bulletin philologique et histo (...)

35On a donné de ce mot toute une gamme de définitions, dont un bon nombre sont résumées par M. Baudot69. Formé sur la même racine préceltique que « toc et stock », il signifierait souches à l’origine70. Ce peut être « une réserve de bois entre deux défrichements » ou un « petit bois de haute futaie »71.

  • 72 Touche (La), comm. Le Perray-en-Yvelines, Yvelines, arr. et c. Rambouillet ; voir E. de Lépinois e (...)
  • 73 Touche (La), comm. Saint-Maurice-Montcouronne, Essonne, arr. Etampes, c. Saint-Chéron ; voir L. Me (...)

36Citons notamment, dans la forêt d’Yveline, un lieu-dit de la commune du Perray, La Touche72 ; un autre, au nord-est de Saint-Chéron et au nord-ouest de Breuillet73.

  • 74 Voir supra, note 26.
  • 75 Touche (La), comm. Fruncé, Eure-et-Loir, arr. Chartres, c. Courville-sur-Eure, voir supra, note 13

37En Beauce, La Grande Touche et La Petite Touche, lieux-dits à l’ouest de Marchais-Parfond74 et La Touche, au sud de Courville75.

  • 76 Epinay-sous-Sénart, Essonne, arr. Evry, c. Brunoy ; voir Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 356, fol. 343 (...)
  • 77 Touche (La), comm. Beautheil, Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Coulommiers ; voir J. Depoin, Chartri (...)
  • 78 Rozay-en-Brie, Seine-et-Marne, arr. Melun, ch.l. c. ; voir B. Guérard, Notre-Dame de Paris, t. I, (...)

38A l’est, une « Voie de La Touche » existe à Epinay-sous-Sénart76, un hameau de La Touche, à l’est de Beautheil77 et un Bois des Touches, au sud-est de Rozay-en-Brie, où des défrichements étaient envisagés dès 102578.

3) Gâtine (du latin vastare)

  • 79 Plaisance, Les appellations des forêts..., p. 46.
  • 80 Faverolles, Saint-Laurent-la-Gâtine, Les Pinthières, tous trois, Eure-et-Loir, arr. Dreux, c. Noge (...)
  • 81 Gâtine (La), comm. de La Villeneuve-en-Chevrie, Yvelines, arr. Mantes-la-Jolie, с. Bonnières-sur-S (...)

39Il s’agit d’une « forêt récemment exploitée, forêt dégradée », remplacée par une lande79. Il n’en existe que peu d’exemples, situés à l’ouest, sur les confins dégradés de l’Yveline, dans la région de Faverolles, où nous avons observé quelques défrichements ; citons : La Gâtine, entre Faverolles et La Boissière-Ecole, Saint-Laurent-la-Gâtine, à l’ouest des Pinthières80 et La Gâtine, au sud de La Villeneuve-en-Chevrie81.

III. — Redevances relatives aux défrichements

A. Les novales

  • 82 A. Pégorier, op. cit., p. 285, 287.

40Les terres défrichées depuis quarante ou cinquante ans, ou novales, ont donné, par extension, naissance à deux types de localités : Neuilly et Nesles82.

1) Neuilly, Les Neuillis

  • 83 Neuillis (Les), comm. Doue ; Bois-Baudry, tous deux Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Rebais ; antéri (...)
  • 84 Neuilly-sur-Marne, Seine-Saint-Denis, arr. Le Raincy, c. Neuilly-Plaisance ; Nogent-sur-Marne, Val (...)
  • 85 Neuilly-en-Thelle, Oise, arr. Senlis, ch.l. c. Des novales de Saint-Vincent de Senlis y sont attes (...)

41L’étymologie issue de Noa, admise par G. Réthoré, en ce qui concerne Les Neuillis, au nord de Bois-Baudry83, est formellement récusée par J.-E. Dufour, qui admet, de même que M. Roblin, l’influence de l’adjectif novalis et du substantif novalia ; l’ancienneté des « Neuilly », dont certains dériveraient de Nobiliacus, pourrait s’expliquer par contamination, selon G. Souillet. Neuilly-sur-Marne, par exemple, s’intégrerait dans un « défrichement plus vaste comprenant également Nogent-sur-Marne, d’après R. Sindou »84. Cette localité, de même que Neuilly-en-Thelle, serait donc bien antérieure aux novales constatées85. En ce qui concerne cette dernière, elle remonterait à la fin du viie siècle.

2) Nesle (en latin Nigella)

  • 86 G. Souillet, dans Annales de Bretagne, t. 61, 1954, p. 349, 355-357 ; t. 62, 1955, p. 365-366, 369
  • 87 Nesles-la-Gilberde, actuellement Nesles, Seine-et-Marne, arr. Melun, c. Rozay-en-Brie. Un prieuré (...)
  • 88 Nesle, ferme, comm. Pierre-Levée, Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. La Ferté-sous-Jouarre. Voir supra (...)

42Nesle proviendrait de Nigella, par contamination avec novalia, et s’appliquerait à des localités anciennes, gauloises ou gallo-romaines, situées dans les bas-fonds marécageux86 Nesles-la-Gilberde correspond assez bien à cette définition87 ; de même que la ferme de Nesle, sur la commune de Pierre-Levée, dans la forêt du Mans88.

  • 89 Choqueuse, comm. Jouarre, Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. La Ferté-sous-Jouarre ; voir G. Réthoré, (...)

433) Les souches, en particulier, faisaient l’objet d’une redevance spéciale, le chocagium, socagium ou soucage, celle-ci a laissé son nom à Choqueuse, hameau de clairière né après défrichement par les serfs de Jouarre89.

44Une grande part d’incertitude demeure donc. En effet, si certains toponymes gaulois ou germaniques sont assez faciles à discerner, il n’en est pas de même du latin classique et du latin médiéval, d’autant que certaines interprétations restent douteuses. Enfin, même si nous possédons des textes datés attestant des défrichements, il faut compter, bien souvent, avec un habitat antérieur, dont l’origine reste inconnue.

Notes

1 De ardere (brûler). Voir G. Plaisance, « La toponymie des défrichements et déboisements », dans Revue géographique de l’Est, 1962, 3, p. 226 ; A. Dauzat, Le village et te paysan de France, Paris, 1941, p. 101.

2 Arsy, Transloy (Le), éc. de Moyvillers, tous deux Oise, arr. Compiègne, c. Estrées-Saint-Denis. Le Transloy était, à l’origine, une grange de l’abbaye de Chaalis, abbaye de Cisterciens, comm. Fontaine-Chaalis, Oise, arr. Senlis, c. Nanteuil-le-Haudouin ; texte dans Bibl. nat., ms. lat. 11003, fol. 306 v°-307, no 1256 : « nemus vero quod prefate de Lehus adherebat, quod tunc temporis non fuerat extirpatum... » (1186) ; carte I.G.N. au 1/50.000e, XXIV-II ; carte Cassini, no 2, 6 H (Arcy et Bois d’Arcy).

3 Bois d’Arcy, Yvelines, arr. Versailles, c. Trappes ; voir M. Baltus, « Toponymie du pays de Cruye et du Val de Galie, 1re partie », dans Revue de l’histoire de Versailles, 1938, p. 66 ; M. Houth-Baltus, « Toponymie du pays de Cruye et du Val de Galie, 2e partie. Dictionnaire topographique », dans Commission des antiquités... de Seine-et-Oise, 1941, p. 38 ; carte I.G.N. au 1/20.000e, Versailles 7-8 ; carte Cassini no 1 ; carte des chasses, Versailles.

4 Loge Arties, act. Loge-Arthus (La), comm. Haute-Maison (La), Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Crécy-en-Brie ; Arceriis (Les), lieu-dit au sud de la forêt du Mans ou Arcery, m.i. et bois ; voir J. Depoin, « Comptes de la préceptorerie de l’abbaye de Saint-Denis en France, xiiie-xve siècles », dans Revue Mabillon, t. XIII, 1923, p. 249 : « Pro domo ad carbonum locanda (22 s.) ; Pro nemore de Moreillois quando combustum fuit (58 s.) ; Pro carbone faciendo (101 s.) ». Carte I.G.N. au 1/25.000e, Coulommiers 1-2 ; carte Cassini, no 45, 7 J (Loge Artus, Arsety).

5 Lamorlaye, forêt du Lys, Coye-la-Forêt, tous trois Oise, arr. Senlis, c. Creil ; voir E. Muller, « Analyse du cartulaire, des statuts, etc. de Notre-Dame de Senlis (1041-1395) », dans Comptes rendus et mémoires du Comité archéologique de Senlis, 4e série, t. VII, 1904, et tirage à part, Senlis, s.d., p. 87-88 ; E. Guillemot, « Les forêts de Senlis... », dans Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, t. XXXII, 1905, p. 99. Carte de la forêt de Chantilly, Arch. nat. N2 Oise 49. Ces toponymes ne figurent ni sur la carte de l’I.G.N. (Creil), ni sur celle de Cassini, no 2, 6H.

6 Brûlins (Les), ferme, comm. Vieille-Eglise-en-Yvelines, Yvelines, arr. et c. Rambouillet ; Saint-Benoît, comm. Auffargis, Yvelines, arr. et c. Rambouillet ; Bois Brûlé, clairière au nord de Gazeran, Yvelines, arr. et c. Rambouillet ; voir Boisvillette, Statistique archéologique d'Eure-et-Loir. I. Indépendance gauloise et Gaule romaine, Chartres, 1864, p. 225-227 ; A. Moutié et A. de Dion, « Cartulaire de Saint-Thomas d’Epernon et de Notre-Dame de Maintenon », dans Mémoires et documents publiés par la Société archéologique de Rambouillet, t. IV, 1877-1878, et tirage à part, Rambouillet, 1878, p. 26, no XXII ; M. Baltus, « Toponymie..., 1re partie », p. 64, 66 ; Bieuville, Carte des environs de Versailles (Bibl. nat., Ge CC47) ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Nogent-le-Roi, 7-8.

7 Villiers-le-Bacle, Essonne, arr. Palaiseau, c. Bièvres. En juillet 1234, un conflit relatif aux novales de Villiers-le-Bacle était réglé entre les prieurés d’Orsay (Essonne, arr. Palaiseau, ch.l. c.) et de Châteaufort (Yvelines, arr. Versailles, c. Versailles-sud) ; voir Bibl. nat., nouv. acq. lat. 932, fol. 31, no 72 ; plan d’intendance, Arch. dép. des Yvelines, C 1, no 49.

8 Avrainville, Essonne, arr. Palaiseau, c. Arpajon. Des essarts y furent plantés en vignes, à Montevrain, cf. Arch. nat., L 781, no 12 ; LL 1025, fol. 184 ; LL 1026, fol. 14 ; plan d’intendance, Arch. dép. des Yvelines, C 1, no 10 ; plan d’Avrinville (xviiie siècle), Arch. nat. N3 Seine-et-Oise 2142 ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Etampes 1-2.

9 Forêt-Sainte-Croix (La), Bois-Herpin, tous deux Essonne, arr. Etampes, c. Méréville. La Forêt-Sainte-Croix fut fondée en 1155 par Sainte-Croix-d’Orléans ; voir J. Thillier et E. Jarry, Cartulaire de Sainte-Croix d’Orléans (814-1300), Paris, 1906, p. 146-148, no 75 et no 115 ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Malesherbes 1-2 ; carte Cassini, no 7, 8H.

10 Brûlis (Les), ferme et canton de bois, comm. Vendrest ; Raroy, comm. Crouy-sur-Ourcq, tous deux Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Lizy-sur-Ourcq. J. Depoin, Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, Paris, 1912-1925, t. II, p. 260, no 358 ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Meaux 3-4.

11 Orbies (Les), comm. Jouy-le-Châtel ; Plessis-Hainault (Le), comm. Saint-Just-en-Brie, tous deux Seine-et-Marne, arr. Provins, c. Nangis ; Arch. nat., S 5183, no 4 ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Rozay-en-Brie 7-8 ; carte Cassini, no 46, 8 J ; carte de la forêt de Jouy, Arch. dép. Seine-et-Marne, H 164.

12 Champigny (bois de), Saint-Agnan, tous deux Yonne, arr. Sens, c. Pont-sur-Yonne ; Montbéon, prieuré Notre-Dame, dépendant de Saint-Victor de Paris, sur la commune de Saint-Agnan ; voir Arch. nat., LL 1450 A, fol. 152 v° ; A. Catel et M. Lecomte, Chartes et documents de l’abbaye cistercienne de Preuilly, Paris, 1927, p. 6, no II ; p. 12, no IX ; p. 20-21, no XX ; p. 60, no LXX ; carte I.G.N. au 1/20.000e, Montereau 5-6.

13 Courville-sur-Eure, Eure-et-Loir, arr. Chartres, ch.l. c. ; voir E. Lefèvre, Documents historiques et statistiques sur les communes du canton de Courville, Chartres, 1870-1874, t. I, p. 4-5 ; carte I.G.N. au 1/50.000e, Courville, XX-16 ; carte Cassini, no 27, 8G.

14 Pommeuse, Guérard, tous deux Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Coulommiers ; voir Arch. dép. Seine-et-Marne, H448, p. 1366-1367 ; J. Le Braz, « Faremoutiers », dans Sainte-Fare et Faremoutiers, treize siècles de vie monastique, Faremoutiers (Seine-et-Marne), 1956, р. 196, no 65. Ce lieu-dit était, cependant, situé dans une zone marécageuse ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Coulommiers 5-6 ; carte Cassini, no 45, 7 J (Rosty).

15 M. Houth-Baltus, « Toponymie..., 2e partie, Dictionnaire... », p. 77 ; du même, « L’expression en toponymie de quelques aspects de l’occupation du sol d’une région d’Ile-de-France (Cruye et Val-de-Galie) », dans Bulletin philologique et historique, année 1962 (paru en 1965), p. 218 ; Orgeval, Crespières, tous deux Yvelines, arr. Saint-Germain-en-Laye, с. Poissy sud ; carte I.G.N. au 1/20.000e, Versailles 1-2 ; carte des chasses (Versailles) ; carte Cassini, no 1 ; Dom G. Coutans, Tableau topographique des environs de Paris, carte 3 (Bibl. nat., Ge, CC 1218).

16 A. Pégorier, Glossaire des thèmes dialectaux permettant de trouver le sens d’un grand nombre de toponymes de la nouvelle carte de France, Paris, 1963, polytypé, p. 167 ; J. Soyer, Recherches sur l’origine et la formation des noms de lieux du département du Loiret, Orléans, 1938-1952, t. VIII, p. 3, no 118.

17 Essarts (Les), l.d. à Villers-Saint-Frambourg, Oise, arr. et c. Senlis. Des lieux-dits Les Grands Essarts y existaient encore au xvu'siècle ; voir E. Guillemot, « Les forêts de Senlis... », p. 98 ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Senlis 1-2.

18 Droiselles, comm. Versigny, Oise, arr. Senlis, c. Nanteuil-le-Haudouin ; Bibl. nat., ms. lat. 9902, fol. 129-130 ; J. Moreau, La Nonette et la Thève, Senlis, 1908, p. 40, note 2 (Bibl. nat., 8°, L19 119) ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Senlis 7-8 ; carte Cassini, no 2, 6 H ; Arch. nat., N3 Aisne 95 (La Cousture, Lessart) ; Arch. nat., N3 Oise 43, 47, 190 (à noter sur ce dernier plan : « champ de l’Essart, bois de l’Essart, mont de l’Essart, route de l’Essart »).

19 Lessart, hameau, comm. Marchemoret, Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Dammartin-en-Goële ; Chantemerle, ferme, comm. Lagny-le-Sec, Oise, arr. Senlis, c. Nanteuil-le-Haudouin ; Essarts (Les), l.d., ancien fief relevant de l’évêché de Meaux ; Charny, tous deux, Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Claye-Souilly ; Arch. nat., S5173, no 65, 67-68 ; Arch. nat. N2 Seine-et-Marne 22 (plan de la terre et seigneurie de Lessart, paroisse de Marchemoret, 1772) ; carte I.G.N. au 1/20.000e, Dammartin-en-Goële 3-4, 7-8.

20 L’Essart-L’Abbesse, comm. Morienval, Oise, arr. Senlis, c. Crépy-en-Valois. L’abbaye de Morienval réalisa, en effet, en 1223, des essarts entre Morienval et Pierrefonds (Oise, arr. Compiègne, c. Attichy). Voir Peigné-Delacourt, Cartulaire de Morienval, s.l.n.d. (Publication du Comité archéologique de Senlis), p. 28-29, no XLVI ; d’après E. Lambert, Toponymie du département de l’Oise, Amiens, 1963, p. 153, §339, le bois « fut achevé de défricher en 1820, dans la queue ou haie (nommée La Haie-Labesse) plantée sous François Ier pour unir les forêts de Compiègne et de Retz... » ; voir aussi C. Fauqueux, Géographie de l’Oise, Beauvais, 1951, p. 101 ; carte I.G.N. au 1/50.000e, Villers-Cotterêts XXV-12.

21 Essars (Les), l.d., près de Marly-le-Roi, Yvelines, arr. Saint-Germain-en-Laye, ch.-l. c. ; Cruye, ancienne forêt de Marly ; M. Baltus, « Toponymie..., 1re partie », p. 65, 2° ; Arch. nat., N2 Seine-et-Oise 28 (carte du duché de Montmorency et des pays adjacents, fin xviiie siècle). Ce lieu-dit ne figure d’ailleurs ni sur la carte de Cassini, no 1, ni sur celle de l’I.G.N. (Versailles).

22 Jumeauville, Yvelines, arr. Mantes-la-Jolie, c. Guerville. Un accord relatif aux droits d’usage de cette localité fut conclu en novembre 1221, entre l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés et ses hommes de Dammartin-en-Serve (Yvelines, arr. Mantes-la-Jolie, c. Houdan) ; Arch. nat., L777, no 6 ; LL 1025, fol. 59-60 ; LL 1026, fol. 80-81 ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Houdan 3-4 ; plan d’intendance, Arch. dép. des Yvelines, C 44, no 51. Ce lieu-dit ne figure pas sur la carte de Cassini, no 26, 7 G.

23 Les Essarts-le-Roi, Yvelines, arr. et c. Rambouillet ; J. Maillard, Les Yvelines, histoire de Rambouillet, Paris, 1891, p. 48 ; carte I.G.N. au 1/20.000e, Rambouillet 1-2 (un lieu-dit La Sartelle se trouve à proximité) ; carte Cassini, n° 1 (Les Essarts-le-Roy).

24 Clairefontaine-en-Yvelines, Yvelines, arr. Rambouillet, c. Saint-Arnoult-en-Yvelines ; voir A. Granger, Les limites comparatives de l’ancienne forêt d’Yveline et des forêts de Rambouillet d’aujourd’hui, Paris, 1927, p. 4 (extrait du Bulletin de la section de géographie, 1927, Bibl. nat., 8°S, pièce 14426) ; A. Rhein, « La seigneurie de Montfort-en-lveline (xe-xive siècles) », dans Mémoires de la Société archéologique de Rambouillet, série in-8°, t. XXI, 1910, et tirage à part, Versailles, 1910, p. 38 ; carte I.G.N. au 1/20.000e, Rambouillet 5-6 ; carte Cassini, no 7, 8H ; Dorn Coutans, op. cit., carte 16.

25 Gazeran, Yvelines, arr. et c. Rambouillet ; voir G.-M. Claise, Dictionnaire de l'ancien département de Seine-et-Oise, s.l., 1965, p. 153 (conservé au Service d’onomastique des Arch. nat.) ; A. Moutié et A. de Dion, « Saint-Thomas d’Epemon... », p. 26, no XXII ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Nogent-le-Roi 7-8 ; carte Cassini, no 26, 7 G (Le Sard) ; Dom Coutans, op. cit., carte 9 (Les Essards).

26 Prunay-sous-Ablis, Yvelines, arr. Rambouillet, c. Saint-Arnoult-en-Yvelines. En fait, les novales de cette paroisse se trouvaient au nord, à Marchais-Parfond, comm. de Prunay-sous-Ablis, mais cela n’empêche pas qu’il y en ait au sud ; E. Lefèvre, Documents historiques et statistiques sur les communes du canton d’Auneau, arrondissement de Chartres, Eure-et-Loir, Chartres, 1867, (extrait de l'Annuaire d’Eure-et-Loir, 1867-1868), p. 102-103 ; G.-M. Claise, op. cit., p. 243 ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Chartres 3-4 ; carte Cassini, no 27, 8G ; Dom Coutans, op. cit., carte 14.

27 Verigny, Eure-et-Loir, arr. Chartres, c. Courville-sur-Eure ; voir R. Merlet, Cartulaire de Saint-Jean-en-Vallée de Chartres, Chartres, 1906, p. 172, no 351 ; carte I.G.N. au 1/50.000e, Courville-sur-Eure XX-16 ; carte Cassini, no 27, 8 G (Les Essars).

28 Les Essarts-Grandchamp, comm. Jaignes et Tancrou, Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Lizy-sur-Ourcq, voir abbé A. Bonno, Notice historique sur le prieuré de Grandchamp, ordre de Cluny, diocèse de Meaux, Mayenne, 1888, p. 4-5 ; carte I.G.N. au 1/25.000', Meaux 7-8 ; carte Cassini, no 45, 7 J ; Dom Coutans, op. cit., carte 8 ; Bibl. nat., coll. d’Ainville (Ge DD 2987), carte 866 : Pays le long de l’Ourcq (Les Essarz).

29 Barbeau (abbaye cistercienne), ferme, comm. Fontaine-le-Port, Seine-et-Marne, arr. Melun, c. Le Châtelet-en-Brie ; voir Bibl. nat., ms. lat. 5466, p. 193 ; carte I.G.N. au 1/25.000', Melun 7-8. Cette ferme ne figure pas sur la carte de Cassini, no 7, 8 H.

30 Montigny-Lencoup, Seine-et-Marne, arr. Provins, c. Donnemarie-Dontilly ; voir A. Catel et M. Lecomte, op. cit., p. 123-124, no CLXXXII ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Nangis 5-6.

31 Egligny, Seine-et-Marne, arr. Provins, c. Donnemarie-Dontilly ; voir A. Catel et M. Lecomte, op. cit., p. 6, no II (des défrichements y étaient envisagés en 1121-1122) ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Nangis 7-8. Ce lieu-dit, ainsi que les précédents, ne figurent pas sur la carte de Cassini, no 46, 8 J.

32 Beautheil, Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Coulommiers ; A. Dauzat et M. Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, 1963, p. 65 ; J. Depoin, Chartrier de l’abbaye de Saint-Martin de Pontoise, Pontoise, 1911, p. 19, no 267 ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Rozay-en-Brie 3-4 ; carte Cassini, no 45, 7 J ; plan d’intendance, Arch. dép. de Seine-et-Marne, C 30 (1778).

33 Cressonsacq (Cressonium essartum, Cressum Assardi, Cressonessart), Oise, arr. Clermont, c. Saint-Just-en-Chaussée ; voir M. Baudot, « Les noms de défrichements dans la toponymie de la France », dans iiie Congrès international de toponymie et d’anthroponymie, Bruxelles, 1949, vol. III, Actes et mémoires, Louvain, 1951, p. 593 ; E. Lambert, op. cit., p. 153, nos339-340 ; C. Fauqueux, op. cit., p. 101 ; carte I.G.N. au 1/50.000e, Compiègne XXIV-II ; carte Cassini, n° 2, 6H.

34 Mortcerf, Seine-et-Marne, arr. Melun, c. Rozay-en-Brie ; voir A. Dauzat et Ch. Rostaing, op. cit., p. 481. Cette localité fut érigée en paroisse en mars 1218 (n. st.), après les défrichements opérés dans la forêt de Crécy par Saint-Martin de Pontoise. Voir j. Depoin, Chartrier, p. 16, no 257 ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Coulommiers 5-6 ; carte Cassini, no 45, 7J.

35 Serris, Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Crécy-en-Brie ; Villeneuve-Saint-Denis, Seine-et-Marne, arr. Melun, c. Rozay-en-Brie ; voir S. Lefèvre, « Une famille de promoteurs de défrichements au Moyen Age : la maison de Châtillon », dans La forêt privée, no 132, mars-avril 1980, p. 98, 100-101, 103, 105, 108 ; Arch. nat., L859, no 41 ; S2304, no 10 ; LL 1157, р. 823b-824a (1193-1196) ; B. Guérard, Cartulaire de l’église Notre-Dame de Paris, Paris, 1850, t. I, p. 99-100, 109-110 ; carte I.G.N. au 1/20.000e, Lagny 7-8 ; carte Cassini, no 1.

36 Abondant, Eure-et-Loir, arr. Dreux, c. Anet ; voir R. de Lépinois et L. Merlet, Cartulaire de Notre-Dame de Chartres, Chartres, 1862-1865, t. II, p. 40-41, no CLXXXII ; carte de Cassini, no 26, 7G (Brissart) ; Dom Coutans, op. cit., carte 9 (Brissart) ; Arch, nat., N3 Eure-et-Loir 28 (Brissac).

37 Voir supra, note 26.

38 Briquessart, comm. Orcemont, Yvelines, arr. et c. Rambouillet ; Sonchamp, Yvelines, arr. Rambouillet, c. Saint-Arnoult-en-Yvelines ; Arch. nat., S 1179, no 4 ; LL46, fol. 23 v° ; M. Prou et A. VIDIER, Recueil des chartes de l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire, Paris, 1907-1932, t. II, p. 222-223, no CCCXXXVI ; carte I.G.N. au 1/20.000e, Rambouillet 5-6 ; carte Cassini, no 7, 8 H ; Dom Coutans, op. cit., carte 16.

39 Crécy-en-Brie, Seine-et-Marne, arr. Meaux, ch.-l. c. Ce ru ne figure d’ailleurs ni sur les cartes de l’I.G.N., ni sur la carte de Cassini, mais sur la carte hors-texte de l’ouvrage de S. Gervais et R. Bi Aise, Crécy-en-Brie et la vallée du Morin, Crécy-en-Brie, 1955 ; il est mentionné comme centre de défrichement par A. Barrault, L’église de La Chapelle-sur-Crécy, Crécy-en-Brie, 1961, p. 15-16.

40 Bois de Lihus, comm. Moyvilliers, Oise, arr. Compiègne, c. Estrées-Saint-Denis. Voir supra, note 2.

41 L’Essart-Nantier, bois jadis situé entre Valence-en-Brie (Seine-et-Marne, arr. Melun, с. Le Châtelet-en-Brie) et la Seine ; voir Bibl. nat., ms. lat. 5466, p. 195-200 ; ms. lat. 10943, fol. 274 v°-275 ; H. Stein et J. Hubert, Dictionnaire topographique de Seine-et-Marne, Paris, 1954, p. 192 ; M. Lecomte, « Une famille de seigneurs briards aux xiie et xiiie siècles, Les Britaud, seigneurs de Nangis-en-Brie », dans Bulletin de la Société d’archéologie de Seineet-Marne, t. XII, 1907, p. 187-188, P.J. no 2 ; G. Leroy, « Un diplôme inédit de Louis VII en faveur de l’abbaye de Barbeau », dans Bulletin de la Société d'archéologie de Seine-et-Marne, t. XI, 1907, p. 131 ; E. Richemond, Recherches généalogiques sur la famille des seigneurs de Nemours, Fontainebleau, 1908, t. I, p. XVIII-XIX, no XIV.

42 Grandpuits, Seine-et-Marne, arr. Melun, c. Mormant. Nous ne les avons trouvés que sur le plan d’intendance, Arch. dép. de Seine-et-Marne, C 52 ; outre la villeneuve, fondée en 1186, on envisageait de défricher près de Grandpuits, en 1230, au lieu-dit « Queue Levée », actuellement disparu ; voir Arch. nat., LL 1158, p. 340-341.

43 Joyenval, abbaye Saint-Barthélémy (Prémontrés), comm. Chambourcy, Yvelines, arr. Saint-Germain-en-Laye, c. Saint-Germain-en-Laye sud ; voir M. Houth-Baltus, « Toponymie..., 2e partie. Dictionnaire... », p. 54 ; A. Dutilleux, « L’abbaye de Joyenval au diocèse de Chartres », dans Mémoires de la Société historique et archéologique de l’arrondissement de Pontoise et du Vexin, t. XIII, 1890, p. 81, no X ; p. 83-84, no XIV (avril 1223).

44 Essart-Chenard (L’), l.d. disparu aux environs de La Celle-les-Bordes, Yvelines, arr. Rambouillet, c. Saint-Arnoult-en-Yvelines ; voir G.-M. Claise, op. cit., p. 143, d’après le Cartulaire des Vaux de Cernay, t. I, p. 601 (1263).

45 Saint-Robert (ancien Essart-Robert), comm. Cernay-la-Ville, Yvelines, arr. Rambouillet, c. Chevreuse ; voir L. Merlet et A. Moutié, Carlulaire de l’abbaye de Notre-Dame-des-Vaux de Cernay, Paris, 1857-1858, t. I1, p. 1-3, no I-II ; S. Lefèvre, « Les granges de l’abbaye des Vaux de Cernay dans les Yvelines », dans Pays d’Yvelines, de Hurepoix et de Beauce, no 28, 1985, p. 25, 30, notamment p. 28 : plan de la ferme et du parc de Saint-Robert (extrait du plan de l’abbaye et des bois des Vaux de Cernay, xviiie siècle, Arch. nat. N3 Seine-et-Oise 5541) ; carte I.G.N. au 1/20.000e, Rambouillet 5-6 ; carte Cassini, no 1.

46 Magny-les-Hameaux, Yvelines, arr. Rambouillet, c. Chevreuse ; voir O. Tulippe, L’habitat rural en Seine-et-Oise, Liège, 1934, p. 61-128. Il figure encore sous le nom de Magny-l’Essart sur la « carte des environs de Paris », dans P. Duval, Cartes de géographie, Paris, 1688, carte 85 bis (Bibl. nat., Ge DD gr. 1174).

47 M. Baudot, Les noms de défrichements..., p. 592-593.

48 Désert de Retz, comm. Chambourcy, Yvelines, arr. Saint-Germain-en-Laye, c. Saint-Germain-en-Laye ; voir M. Houth-Baltus, « Toponymie..., 2e partie. Dictionnaire... », p. 53 ; carte I.G.N. au 1/20.000e, Versailles 3-4 ; carte Cassini, no 1 (Retz et Le Désert) ; carte des chasses (Versailles : Retz, dit Le Désert et Le Désert) ; Bieuville, Carte des environs de Versailles... (Fe de Retz, Bibl. nat., Ge CC47).

49 Villeblevin, Yonne, arr. Sens, c. Pont-sur-Yonne ; Arch. nat., LL 1450 A, fol. 152 v° ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Montereau 7-8.

50 A. Carnoy, « Le défrichement dans la toponymie belge », dans Revue internationale d’onomastique, 13'année, 1961, p. 85-86 ; selon J. Soyer, op. cit., t. VIII, p. 78, il s’agirait plutôt d’un étang ; voir aussi A. Pégorier, op. cit., p. 357.

51 Néanmoins, les différentes orthographes nous font opter plutôt pour la première hypothèse : Ruptoriam (Arch. nat., S 1144, no 8 ; Bibl. nat., ms. lat. 5413, fol. 166 v° ; ms. lat. 5414, p. 340) ; Ruthoriam (Bibl. nat., ms. lat. 5413, fol. 155) ; Ructoriam (ms. lat. 5414), p. 315 ; carte I.G.N. au 1/20.000e, Rambouillet 1-2, sur laquelle on note également La Rue du Rotoir ; carte Cassini, no 1 (Laresteir) ; sur la carte de Bieuville (citée note 48), le château de Lartoire est situé à proximité de la R.N. 10 et de l’ancienne route de Rambouillet.

52 Passoir (Le), autrefois « Le Pascur », comm. La Boissière-Ecole, Yvelines, arr. et c. Rambouillet, voir A. de Dion, « Le prieuré Saint-Laurent de Montfort-l’Amaury », dans Mémoires de la Société archéologique de Rambouillet, t. 8, 1887-1888, P. J. no 10, p. 169-171 ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Nogent-le-Roi 3-4 ; carte Cassini, no 26, 7 G.

53 Petite rue verte (La), comm. Le Perray-en-Yvelines, Yvelines arr. et c. Rambouillet ; voir R. de Lépinois et L. Merlet, Notre-Dame de Chartres, t. II, p. 132-133, no CCLXXXIII ; A. Moutié, Recueil de chartes relatives au prieuré de Notre-Dame des Moulineaux, membre dépendant du prieuré de Notre-Dame de Louye-les-Dourdan de l’Ordre de Grandmont, Paris, 1846, p. 23, no XXI ; carte I.G.N. au 1/20.000e, Rambouillet 1-2, 5-6 ; carte Cassini, no 1 ; plan d’intendance, Arch. dép. des Yvelines, C 97, no 46.

54 Verneuil-en-Halatte, Oise, arr. Sentis, c. Pont-Sainte-Maxence ; voir M. Roblin, « Le plan cadastral de Verneuil-en-Elalatte... », dans Revue internationale d’onomastique, 1964, p. 195 ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Sentis 1-2 ; carte Cassini, no 2, 6H.

55 Rue-des-Bois (La), comm. Echouboulains, Seine-et-Marne, arr. Melun, c. Le Châtelet-en-Brie ; voir A. Catel et M. Lecomte, op. cit., t. II, p. 190-191, no CCCXI ; p. 218-220, no CCCXLIX, CCCL-CCCLI ; G.-R. Delahaye, « La prise de possession de la forêt d’Echou (Seine-et-Marne) par les religieux cisterciens de Preuilly aux xiie et xiiie siècles », dans Paris et Ile-de-France. Mémoires, t. 28, 1977, p. 85-96, notamment la carte, p. 87 ; carte I.G.N. au 1/25.000', Nangis 5-6 ; carte Cassini, no 46, 8 J ; plan d’intendance, Arch. dép. de Seine-et-Marne, C 49 (1789).

56 Rue-du-Bois (La), ferme, comm. Bannost, Jouy-le-Châtel, tous deux Seine-et-Marne, arr. Provins, c. Nangis ; voir abbé A.-M. Bonno, Histoire de l’abbaye de la forêt de Jouy-le-Châtel, Provins, 1902. (Extrait du Bulletin de la Société archéologique de Provins, t. VI à VIII, 1902-1905, passim ; Chanoine M. Veissière, Une communauté canoniale au Moyen Age, Saint-Quiriace de Provins, xie- xiiie siècles, Provins, 1961, p. 256-257, no 24. Cette ferme ne semble pas avoir été une ancienne grange de l’abbaye ; voir S. Lefèvre, « Les granges de l’abbaye de Jouy-en-Brie et la Voie aux moines », dans Provins et sa région, no 137, 1983, p. 33-43 ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Rozay-en-Brie 5-6, 7-8 ; carte Cassini, no 45, 7 J ; carte de la forêt de Jouy (Arch. dép. de Seine-et-Marne, H 164).

57 Grande-Rue (La), hameau, comm. La Haute-Maison, Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Crécy-en-Brie ; voir G. Réthoré, « La forêt du Mans », dans Almanach historique, topographique et statistique du département de Seine-et-Marne, 1887-1896 ; M. Bur, « Le défrichement et le partage de la forêt du Mans, près de Meaux (1150-1250) », dans 88e Congrès national des Sociétés savantes, Clermont-Ferrand, 1963, paru dans le Bulletin philologique et historique, 1963, p. 93-127 ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Coulommiers 1-2 ; carte Cassini, no 45, 7 J.

58 Rambouillet, Yvelines, ch.-l. arr., voir A. Dauzat et Ch. Rostaing, op. cit., p. 555 ; une bonne synthèse des étymologies possibles de Rambouillet est fournie par J. Depoin, « L’origine du nom de Rambouillet », dans Conférence des sociétés savantes de Seine-et-Oise, t. III, 1906, p. 109-112, qui donne la première orthographe de 768 : Rumbolitum ; commentaire de Dujardin, « Sur l’étymologie du nom de Rambouillet », dans Commission des antiquités et des arts du département de Seine-et-Oise, t. XXVIII, 1908, p. 53-54, dont les opinions ne rallièrent pas les suffrages de ses collègues. Il semble donc qu’il faille s’en tenir à l’hypothèse de A. Dauzat et Ch. Rostaing, d’autant que nous n’y avons trouvé que des novales tardives, en 1230, date à laquelle elles étaient partagées entre les abbayes de Saint-Magloire et de Marmoutier ; voir Bibl. nat., ms. lat. 5413, fol. 152 v°, p. 298 ; ms. lat. 5414, p. 309-310 ; F. Lorin, « Rambouillet », dans Mémoires de la Société archéologique de Rambouillet, t. XIX, 1906, p. 280. En 1241, lors d’un procès entre Unfroid, curé de Rambouillet, et l’abbaye de Saint-Magloire, celle-ci, qui percevait la moitié des novales, dut finalement y renoncer, moyennant le versement annuel par le curé de six muids, moitié blé, moitié avoine, à la mesure d’Epernon ; carte I.G.N. au 1/20.000e, Rambouillet 5-6 ; carte Cassini, n” 1.

59 Mareil-Marly, Yvelines, arr. Saint-Germain-en-Laye, c. Saint-Germain-en-Laye sud ; Mareil-sur-Mauldre, Yvelines, arr. Mantes-la-Jolie, c. Aubergenville ; voir M. Houth-Baltus, « Toponymie..., 2e partie. Dictionnaire... », p. 104, 107 ; cartes I.G.N., Versailles 1-2 (Mareil-sur-Mauldre), 3-4 (Mareil-Marly) ; carte Cassini, no 1.

60 G. Plaisance, Les formations végétales en milieux ruraux, Paris, 1959, p. 62, où l’auteur note la forme circulaire de la clairière et la carte, p. 83, avec des références à la région parisienne.

61 A. Dauzat et Ch. Rostaing, op. cit., p. 162, font remonter à 768 l’origine de Cernay-la-Ville, sous la forme Sarnetum et hésitent entre l’étymologie Sarnacum et Circinum (cerne) adoptée par M. Roblin, Le terroir de Paris, aux époques gallo-romaine et franque. Peuplement et défrichement dans la Civitas des Parish, Paris, 1951 ; Cernay-la-Ville, Yvelines, arr. Rambouillet, c. Chevreuse ; carte I.G.N. au 1/20.000e, Rambouillet 5-6 ; carte Cassini, no 1.

62 G. Plaisance, Formations végétales..., p. 239 ; A. Pégorier, op. cit., p. 403.

63 Tronchet (Le), ferme ou Tronchet-Galette (Le), éc. de Courville-sur-Eure, Eure-et-Loir, arr. Chartres, ch.-l. c. ; Tronchay-Maquereau (Le), comm. Saint-Arnoult-des-Bois, Eure-et-Loir, arr. Chartres, c. Courville-sur-Eure, voir supra, note 13 ; voir R. Merlet, Saint-Jean-en-Vallée, p. 152, no 316 ; carte I.G.N. au 1/50.000e, Courville-sur-Eure XX-16 ; carte Cassini, n° 27, 8G (Tronche Gallet, Le Tronché-Maquereau).

64 Tronchet (Le), ferme, comm. Chalo-Saint-Mars, Essonne, arr. et c. Etampes ; voir abbé Ch. Métais, Cartulaire de Notre-Dame de Josaphat, Chartres, 1911, t. I, p. 364, no CCCLX, t. II, p. 93, no CCCCXLV ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Dourdan 7-8 ; carte Cassini, no 7, 8 H.

65 Tronchet (Le), comm. Pommeuse, Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Coulommiers. Bien que nous y ayons trouvé une possibilité de drainage, voir Arch. dép. de Seine-et-Marne, H 448, p. 1366-1367 ; carte I.G.N. au 1/25.000', Coulommiers 5-6 ; carte Cassini, no 45, 7 J.

66 Etréchy, Essonne, arr. Etampes, ch.-I. c. ; voir G.-M. Claise, op. cit., p. 148 ; R. Sindou, « Notes de toponymie occitane. II. Latin stirps (souche) », dans Revue internationale d’onomastique, t. III, 1951, p. 363 ; E. Menault, Essai historique sur tes villages de la Beauce, Morigny, son abbaye, la chronique et son cartulaire suivis de l’histoire du doyenné d’Etampes, Paris, 1867, p. 166-167, no XXIV ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Etampes 5-6 ; carte Cassini, no 7, 8 H (Estrechy).

67 A. Pégorier, op. cit., p. 415 ; M. Baudot, « Les noms de défrichements... », p. 593.

68 Salins (autrefois Villeneuve-la-Cornue), Seine-et-Marne, arr. Provins, c. Montereaufaut-Yonne ; voir A. Catel et M. Lecomte, op. cit., p. 1 ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Nangis 5-6 ; carte Cassini, no 46, 8 J.

69 M. Baudot, Le toponyme Tusca dans l’onomastique de la France, Napoli, 1959, p. 125 (Estralto da... da Raccolta di studi linguistici in onore di G.D. Serra).

70 M. Devèze, « Forêts françaises et forêts allemandes... », dans Revue historique, t. CCXXXV, 1966, p. 363 ; E. Nègre, Les noms de lieux en France, Paris, 1963, p. 33.

71 G. Plaisance, « Les appellations des forêts et lieux boisés », dans Bulletin philologique et historique, 1959, p. 50 ; du même, Formations végétales..., p. 235 ; A. Pégorier, op. cit., p. 396 ; J. Soyer, op. cit., t. X, p. 96, no 318.

72 Touche (La), comm. Le Perray-en-Yvelines, Yvelines, arr. et c. Rambouillet ; voir E. de Lépinois et R. Merlet, Notre-Dame de Chartres, t. II, p. 132-133, no CCLXXXIII ; carte I.G.N. au 1/20.000e, Rambouillet 1-2 ; carte Cassini, no I ; Dont Coutans, op. cit., carte no 2.

73 Touche (La), comm. Saint-Maurice-Montcouronne, Essonne, arr. Etampes, c. Saint-Chéron ; voir L. Merlet et A. Moutié, Vaux de Cernay, t. I1, p. 137-138, no CXX, p. 166-167, no CLIII ; carte I.G.N. au 1/25.000', Dourdan 3-4 ; carte Cassini, no 7, 8H.

74 Voir supra, note 26.

75 Touche (La), comm. Fruncé, Eure-et-Loir, arr. Chartres, c. Courville-sur-Eure, voir supra, note 13.

76 Epinay-sous-Sénart, Essonne, arr. Evry, c. Brunoy ; voir Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 356, fol. 343 ; carte I.G.N. au 1/20.000e, Corbeil 3-4 ; carte Cassini, no 1.

77 Touche (La), comm. Beautheil, Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Coulommiers ; voir J. Depoin, Chartrier..., p. 19, no 267 ; R. Sindou, « [Touche, tosca, tusca] », dans Revue internationale d’onomastique, 1961, p. 65, fait observer que ce hameau ne figure pas dans le Dictionnaire des postes ; voir Arch. nat. N1 Seine-et-Marne 21 : carte du terroir de Beautheil (La Touche, Garenne de la Touche).

78 Rozay-en-Brie, Seine-et-Marne, arr. Melun, ch.l. c. ; voir B. Guérard, Notre-Dame de Paris, t. I, p. 258, 325, no XVII ; Monuments historiques. Cantons des rois, éd. J. Tardif, p. 162, no 258 ; voir Arch. nat. S 365, nos 14, 21, 24, 29 ; S 360, nos 3, 7 ; NIV Seine-et-Marne 22 : cartulaire en forme d’atlas, contenant les plans de la seigneurie de Rosoy (1787) ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Rozay-en-Brie 5-6 ; carte Cassini, no 45, 7 J.

79 Plaisance, Les appellations des forêts..., p. 46.

80 Faverolles, Saint-Laurent-la-Gâtine, Les Pinthières, tous trois, Eure-et-Loir, arr. Dreux, c. Nogent-le-Roi ; Boissière-Ecole (La), Yvelines, arr. et c. Rambouillet. Les défrichements de cette région avaient affecté le bois de la Ronce, sur la paroisse des Pinthières et la terre de Bruyères, sur la paroisse de Faverolles, ce qui atteste une forêt déjà dégradée ; voir abbé A.-E. Gautier, « Histoire de l’abbaye royale de Notre-Dame de Grandchamp », dans Mémoires de la Société historique et archéologique d'Eure-et-Loir, t. XIII, 1901-1904, р. 155-156 ; voir Arch. dép. des Yvelines, 47 H1 ; B. Guérard, Notre-Dame de Chartres, t. II, p. 591-592, no XCVIII ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Nogent-le-Roi 1-2 ; carte Cassini, no 26, 7G.

81 Gâtine (La), comm. de La Villeneuve-en-Chevrie, Yvelines, arr. Mantes-la-Jolie, с. Bonnières-sur-Seine ; voir Arch. dép. des Yvelines, fonds de Dion, 5F2, p. 126 (février 1240, n. st.) ; carte I.G.N. au 1/50.000', Mantes-la-Jolie XXI-13.

82 A. Pégorier, op. cit., p. 285, 287.

83 Neuillis (Les), comm. Doue ; Bois-Baudry, tous deux Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. Rebais ; antérieurement à 1620, Les Nulys, sources aux abords de ce lieu, ce qui confirme l’étymologie noa, acceptée par H. Cocheris. Nous savons que des novales étaient constatées à Bois-Baudry, en 1252 ; voir G. Réthoré, « Les noms de lieux de la commune de Doue », dans Bulletin de la Société d’archéologie de Seine-et-Marne, t. VIII, 1875-1877, p. 95 ; G. Réthoré et Thévenot, Doue, notice historique, Meaux, 1892, p. 62-64 ; d’après Arch. nat., S 5864 ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Coulommiers 3-4 ; plan d’intendance, Arch. dép. de Seine-et-Marne C32, 2, Doue (1787). La situation du hameau « Les Neuillis », en bordure du bois, laisse plutôt supposer qu’il résulterait du défrichement de celui-ci ; carte Cassini, no 45, 7J (Les Neuilly).

84 Neuilly-sur-Marne, Seine-Saint-Denis, arr. Le Raincy, c. Neuilly-Plaisance ; Nogent-sur-Marne, Val-de-Marne, arr. Sceaux, ch.l. c. ; voir J.-E. Dufour, « Neuilly, Neuillé et Noailleux, Nollieux, Nolhac, noms de lieux », dans Mélanges de linguistique et de littérature romane offerts à Mario Roques, Bade, Paris, 1950, t. I, p. 51-57 ; M. Roblin, Le terroir de Paris..., p. 61 ; G. Souillet, « Noyelle et Noyai. I. Noyelle, Nielle et Mielle, Nesle, Nigelle, Neau. II. Noyai, Nieul, Nueil et Neuilly, Neuillas, Nivillac, etc. III. Noyai, Neuillac, Nivillac, centres de défrichements », dans Annales de Bretagne, t. 62, 1955, p. 463 ; t. 63, 1956, p. 168 ; R. Sindou, « Le nom de lieu “Noviliacus” », dans Bulletin philologique et historique..., années 1951 et 1952, paru en 1953, p. 147-176. Des défrichements sont attestés à Neuilly-surMarne, vers 1160, dans un texte de Saint-Maur-des-Fossés, Arch. nat. LL 46, fol. 22 v° ; carte I.G.N. au 1/20.000e, Lagny 5-6 ; carte Cassini, no 1 (avec bois de Neuilly).

85 Neuilly-en-Thelle, Oise, arr. Senlis, ch.l. c. Des novales de Saint-Vincent de Senlis y sont attestées, en avril 1225, voir Arch. nat. LL 1470, p. 80 ; E. Lambert, op. cit., p. 21, d’après M. Roblin, op. cit., p. 61 ; carte I.G.N. au 1/25.000', Creil 5-6 ; carte Cassini, no 2, 6H.

86 G. Souillet, dans Annales de Bretagne, t. 61, 1954, p. 349, 355-357 ; t. 62, 1955, p. 365-366, 369.

87 Nesles-la-Gilberde, actuellement Nesles, Seine-et-Marne, arr. Melun, c. Rozay-en-Brie. Un prieuré bénédictin y existait depuis le xie siècle ; voir Dorn Cottineau, Répertoire topo-bibliographique des abbayes et prieurés, Mâcon, 1935-1970, t. II, col. 2057. Un conflit relatif aux novales dura de 1208 à 1235 ; voir Bibl. nat., ms. lat. 5466, p. 851-875 ; ms. lat. 10943, fol. 325-329 ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Rozay-en-Brie 1-2 ; carte Cassini, no 45, 7.J.

88 Nesle, ferme, comm. Pierre-Levée, Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. La Ferté-sous-Jouarre. Voir supra, note 57.

89 Choqueuse, comm. Jouarre, Seine-et-Marne, arr. Meaux, c. La Ferté-sous-Jouarre ; voir G. Réthoré, Recherches historiques sur Jouarre et ses environs... 2. Territoire de Jouarre, Meaux, 1895, p. 8, 42-43 ; du même auteur, « Recherches archéologiques et historiques sur le bourg de Jouarre et ses environs, Choqueuse », dans Bulletin de la Société d’archéologie de Seine-et-Marne, 6e vol., 1869-1872, p. 314-320 ; S. Lefèvre, « La clairière de Choqueuse », dans Photo-interprétation no2, mars-avril 1969, fasc. 5. Mais, M. Mulon, « Le suffixe-euse dans les noms de lieux du domaine d’oïl », dans xvie Congrès internacional de lingüistica filologia romaniques, Palma de Mallorca, 7-12 d’abrilde 1980, Actes, t. II, Palma de Mallorca, 1985, p. 289, pense que Choqueuse, Saugueuse, Sauqueuse proviendraient « des saules, comme il est visible d’après les formes anciennes... » ; carte I.G.N. au 1/25.000e, Coulommiers 3-4 ; carte Cassini, no 45, 7 J ; Arch. dép. de Seine-et-Marne, B231, fol. 18, plan de l’abbaye de Jouarre-en-Brie.

Table des illustrations

Légende Toponymie des défrichements dans la région parisienne :1) échouages ; 2) essarts ; 3) désert ; 4) la route ; 5) clairières ; 6) résidus ; 7) redevances
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Presses universitaires du Midi, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search