Version classiqueVersion mobile

Toponymie et défrichements

 | 
Charles Higounet

Communications

Note sur le vocabulaire du défrichement en toponymie basque médiévale au nord des Pyrénées

Jean-Baptiste Orpustan

Texte intégral

1Remarque liminaire. — Cette étude est limitée à la toponymie d’habitat (pays, agglomérations et domaines ruraux), la seule à être suffisamment (et abondamment) documentée au Moyen Age, et au territoire des actuelles trois provinces du nord : Basse-Navarre, Labourd et Soule. Or, on sait depuis longtemps, et davantage depuis les derniers travaux de Joan Coromines sur la toponymie catalane et occitane, que la langue basque ou les langues anciennes apparentées au basque actuel, en se retirant des territoires pyrénéens et aquitains au profit des langues romanes, a ou ont laissé de très nombreux vestiges toponymiques.

2L’abondance de la documentation toponymique basque médiévale contraste avec la rareté des textes suivis antérieurs au xvie siècle : pour le seul domaine des trois provinces actuelles, sont connus par de nombreuses citations non seulement les 250 à 260 noms de pays et vallées, et de hameaux, quartiers et paroisses, ces derniers souvent regroupés aujourd’hui dans les communes modernes, mais encore plus de 3 500 noms de domaines ruraux et maisons (dont l’étude linguistique et historique a été le sujet de ma thèse d’Etat en 1984), parmi lesquels se retrouvent un certain nombre de noms des hameaux et paroisses (des domaines nobles surtout, et quelques autres). Je cite pour mémoire, puisque je n’en parlerai plus, une toponymie mineure surabondante, parcelle par parcelle, quelquefois documentée, elle aussi, dès le Moyen Age.

3Dans cet ensemble, les principaux éléments lexicaux pouvant faire allusion à des défrichements me paraissent être les suivants :

  1. l’adjectif berri, « neuf », et ses dérivés ;
  2. une partie des toponymes composés dans lesquels entre ce mot berri ;
  3. peut-être (et ceci demande encore discussion) le radical du mot moderne labaki, qui veut dire « terre en friche travaillée pour la mise en culture » ;
  4. des mots pouvant se référer indirectement au défrichage, moins aisés à identifier.

4Avant de passer rapidement en revue ces quatre catégories, je signale que tous ces noms sont documentés au plus tard vers 1400, mais que les tout premiers documents de la région qui sont du xe siècle et surtout du xie, et en faisant abstraction des très rares mentions assez incertaines des géographes et auteurs antiques, contiennent déjà de tels toponymes.

1. Berri, « neuf », et ses dérivés

5Ce mot entre dans une série de termes toponymiques où la finale-i est peut-être la marque d’une ancienne dérivation adjectivale, comme gorri, « rouge », sarri, « épais », et en toponymie « fourré, broussailles ». Il n’est jamais employé seul, mais avec un certain nombre de suffixes, un peu comme le français « nouvelline » auquel ces toponymes doivent correspondre :

6 Berrio : domaine médiéval bas-navarrais (pays de Cize) ; le nom est composé, comme d’assez nombreux toponymes basques archaïques, du radical berri et d’un suffixe -o, inconnu de la langue moderne (depuis les premiers textes écrits importants du xvie siècle tout au moins) et dont le sens ne peut être précisé. Les toponymes de même morphologie ne sont pas rares et certains sont répandus : Luro (radical lurr, « terre »), Elorrio (radical el(h)orri, « aubépine »), Zabalo (radical zabal, « terrain plat »), Arbero (radical arbel, « ardoise »), etc.

7 Berriaga : domaine médiéval bas-navarrais (pays de Cize) ; ici le thème berri s’adjoint un des suffixes locatifs les plus répandus de l’ancienne toponymie et du lexique basques, -aga, à valeur déterminée et au sens très vague de « lieu, territoire ». On peut admettre le sens de « le territoire du défrichement ».

8Dans la plupart des toponymes basques anciens, comme dans ceux-ci, le nom évoque très directement la configuration, la destination agricole, la nature géologique et surtout végétale du terrain ou de ses environs immédiats, ce terrain étant, pour les domaines, plus précisément celui où est édifiée la maison rurale ; ainsi, sur le même modèle que Berrio, Garro (maison noble du Labourd) évoque, par le fameux radical pré-indo-européen, le sol rocheux et élevé.

9 Berriotz : domaine noble du Labourd, l’un des 60 à 70 domaines de damoiseaux, domicellus, qui formaient la noblesse de cette province ; la terminaison -otz, l’une des plus abondantes et des plus commentées de la toponymie aquitaine, y compris basque, admet deux explications Si le thème le permet, il peut s’agir du nom-adjectif hotz, « froid », comme dans Ithurroiz, « fontaine froide », nom de domaines et d’un hameau souletin ; à la rigueur, « défrichement exposé au froid » est acceptable, puisque ce domaine est dans un versant tourné vers l’Est. La deuxième explication, et s’agissant toujours de thèmes géographiques en toponymie basque, et non d’anthroponymes comme le pensait G. Rohlfs (voir, par exemple, Le Gascon, p. 29-33), renvoie à un suffixe basco-aquitain archaïque, -os ou - osse en graphie romane, diphtongué en -uès au sud des Pyrénées, dont on ne sait si le sens est fréquentatif (« abondance de ») ou seulement locatif (« lieu de ») : le second paraît mieux convenir ici.

10Il n’y a aucun nom d’agglomération construit sur ce seul mot berri. Mais on le retrouve en dehors du territoire que j’ai retenu ici (noms de villages et domaines du nord des Pyrénées), soit dans la répétition des mêmes noms (Berriaga, Berrioçaar ou Berriozahar, « le vieux défrichement »), soit avec d’autres suffixes (Berras, Berridi, Berriz : quelquefois berro, « taillis, buisson », peut se confondre avec le radical berri).

2. Berri, « neuf », élément de noms composés

11Le plus évident de ces composés où berri peut faire allusion à des défrichements, est le très ancien et très connu Iriberri, qui était entre autres, diton, le nom antique d’Auch (je ne rappellerai pas plus longtemps que le nom de la cité aquitaine des Auscii est peut-être de même radical que celui des Uascones...), phonétiquement latinisé en Elimberris.

12Sa traduction exacte en basque ancien, où iri est l’équivalent du latin villa, « domaine rural », et par extension rapide « habitat », enfin depuis le Moyen Age « ville » (Iriberri est alors systématiquement traduit Villanova en navarro-aragonais et Biellenabe en gascon), est « domaine nouveau ». Très curieusement, ce nom est porté soit par des domaines particuliers écartés de toute agglomération (comme beaucoup d’autres composés de iri), nobles ou non, soit par des agglomérations, assez petites toutefois (de 5 à 10 maisons et domaines), dans les vallées bas-navarraises de Cize et d’Ossès, où une maison particulière (noble en Cize, franche en Ossès), probablement la plus ancienne, porte le même nom. Il s’agit de peuplements très anciens, puisque le hameau de Cize est l’un de ceux où tous les domaines médiévaux étaient nobles « depuis toujours » (1350), et que les deux noms sont documentés dès le xiie siècle.

13Il est probable que c’est encore le même nom qui a donné en Labourd Saint-Pierre-d’Irube, documenté d’abord Yruber (1170), le radical iri prenant aussi la forme iru et même, en zone méridionale, uri et uli.

14Je ne crois pas, en revanche, qu’il faille attribuer à de nouvelles fondations faisant suite à des défrichements, sauf exception, le plus répandu de tous les toponymes médiévaux basques : etxeberri, « maison neuve », cette appellation ayant dû être le plus souvent et étant du reste encore la conséquence des réédifications périodiques des maisons.

15L’allusion à un défrichement est plus probable, quoique très indirecte, quand le nom Etxeberri est donné non à une seule maison, mais à une agglomération groupant plusieurs domaines : ainsi Etcharry en Soule (ce nom de village se répète au sud de la frontière), contraction par haplologie du composé régulier etxaberri ou etxabarri (assimilation vocalique). Dans ce cas, le nom doit être compris « habitat nouveau », avec un sens ancien de etxe à peu près synonyme de iri, et l’allusion au défrichement ayant précédé la fondation — si toutefois une fondation est toujours précédée d’un défrichement, ce qui paraît probable dans nos régions à végétation dense — peut être perçue.

16Le nom Lecumberry ou Lekunberri contient une référence qui me semble nettement plus précise : c’est leku-berri, littéralement « lieu nouveau », avec une anticipation nasale de la bilabiale propre à la toponymie basque (et qui a peut-être des antécédents dans les inscriptions antiques d’Aquitaine). C’était au Moyen Age, outre le village de la Haute-Navarre bien connu, un nom de domaine de Cize. Plus tard, les hameaux cizains de Janitz et Latartza (aujourd’hui noms de quartiers) ont aussi reçu le nom de Lecumberry, peut-être à la suite de quelque mise en valeur post-médiévale.

17Il est certain qu’il y a quelque difficulté à clore la série des composés de berri pouvant nommer des fondations ou des peuplements nouveaux : par exemple, un nom de domaine labourdin (à Cambo), comme Olhaberriaga, peut se comprendre comme « lieu de la nouvelle cabane » (ol(h)a étant documenté dès le xiie siècle au sens de « habitat temporaire pour la saison des pâturages ») ou « lieu du défrichement de la cabane » : on ne sait pas si ol(h)a avait, dès le Moyen Age, le sens de « forge », ce qui exclurait ce nom de notre liste. Je n’ai pas rencontré l’expression moderne lur-berri, « terre neuve » (nom d’état-civil Luberriaga), en toponymie médiévale du nord des Pyrénées.

3. Le terme lab(e) en toponymie et le mot moderne labaki

18Le mot labaki du lexique moderne, qui a réellement le sens de « défrichement » et parfois « brûlis, écobuage », ce qui nous rapproche aussi, semble-t-il, du moderne labe, « four », pose de difficiles problèmes d’étymologie ; or, dans ce domaine, le basque, pourtant sans conteste la plus vieille langue d’Europe occidentale, et peut-être justement pour cette raison, a l’immense désavantage de ne posséder encore aujourd’hui aucun dictionnaire étymologique sérieux, ni même aucun travail partiel d’étymologie qui soit entièrement fiable. Vous me pardonnerez donc cette brève prospection étymologique, avec tous les risques qu’elle comporte.

19Le mot le plus proche étant le commun labe, « four », on peut supposer que labaki est, avec la même dérivation que de behi, « vache », à behiki, « viande de vache » (c’est-à-dire « boeuf » en français...), « ce qui sert au four, bois pour le four » ; effectivement, c’est à de tels usages que devait être utilisée la basse et moyenne végétation tirée des terres défrichées.

20Mais on peut supposer aussi que labaki est composé avec le segment locatif -oki, très bien identifié en ce sens en toponymie ancienne, et qu’on retrouve dans le lexique moderne sous la forme toki, après fixation de ce qui n’était d’abord qu’un phonème (consonne dentale) de liaison ou de transition des composés, devenu autonome et infiltré dans le lexique moderne à partir des dialectes méridionaux (Dechepare et Oyhénart l’ignorent encore aux xvie et xviie siècles). Il serait tout à fait naturel qu’un composé lab(a)-oki ou lab(e)-oki se soit assimilé en labaki. Ceci dégage un radical lab(a) ou lab(e) qui a pu avoir le sens de « défrichement », peutêtre plus ou moins lié à celui de labe, « four », par exemple par l’intermédiaire du procédé de brûlis et écobuage, dont j’ai dit que c’était l’un des sens de labaki.

21Si je pose le problème ainsi, c’est que la toponymie basque présente quelques noms composés sur le radical lab-, où j’ai senti quelque difficulté à admettre toujours l’acceptabilité du sens moderne de « four ».

22Le plus important de tous ces composés est Lapurdi (documenté ainsi en 1110), nom basque du Labourd, dont on connaît la forme antique latinisée Lapurdum (qui ne veut rien dire en latin).et ses dérivés (laburdensis, etc.), en gascon médiéval Labort. Or ce nom étant imperméable à toute autre analyse, je proposerais volontiers par hypothèse un composé de lab et de urd(a), terme toponymique basco-aquitain très bien identifié au sens probable de « plateau, terrain plat surélevé » : voir, par exemple, le toponyme basque et pyrénéen Urdos et beaucoup d’autres de même radical. Si cette hypothèse était acceptable, ce qui reste à démontrer, le Labourd serait « le plateau des défrichements ».

23Dans le pays de Mixe, on trouve le village de Labets : avec le même radical, le suffixe est soit le collectif -tz, soit -etz, qui entre dans la série des suffixes archaïques à vocalisme divergent -etz, -atz, -itz, -otz, -utz, extrêmement nombreux en toponymie basque surtout dans des noms d’analyse difficile en raison sans doute de cet archaïsme, et abondamment commentés par J. Hubschmidt.

24Voici maintenant les noms de quelques domaines médiévaux :

  • Labairi en Basse-Navarre (Baïgorry) : « Domaine du défrichement, brûlis, four( ?) » ;
  • Labaritz en Labourd, avec (h)aritz, « chêne » ;
  • Labarte à Bassussarry, village labourdin tard défriché selon les documents, avec arte, « situé entre » (cependant, le mot gascon barthe n’est pas exclu de cette zone) ;
  • Labeaga (documenté au xiie siècle), maison noble de Saint-Palais en Mixe, qui doit être « territoire du four » ou « du défrichement ».

25En dehors de la toponymie d’habitat du nord des Pyrénées, ce radical apparaît assez souvent : Labaien, Labaka, Labaki, Labao (cf. Berrio), Labarrieta (avec le dérivé (h)arrieta, « lieu de pierres »)...

264. Il serait beaucoup plus long et difficile encore de rechercher, dans la masse de milliers de toponymes anciens, ceux qui désignent un défrichage plus indirectement. Voici tout de même quelques brefs exemples.

27 Lanevieille, en basque Landazahar et parfois, semble-t-il, anciennement en traduction intégrale (puisque le gascon lane et le basque landa sont le même emprunt au celtique landa par l’intermédiaire du bas-latin) Larrezahar, était une maison noble de Mixe : or cette appellation de « vieille lande » paraît évoquer un ancien espace inculte sur lequel a été défriché le domaine en question.

28Je ne saurais dire si le mot larre, « lande inculte servant éventuellement au pâturage libre des animaux », employé seul ou en composition dans d’innombrables toponymes, soit pour des domaines particuliers, soit pour des agglomérations (Larribar, Larrebieu, Larrory, etc.), se réfère de même ainsi à un espace d’abord inculte et en friche, ou s’il faut l’entendre toujours par rapport aux caractéristiques géographiques d’un territoire plus vaste que l’espace mis en valeur et cultivé, dont on sait bien qu’il était réduit à peu de parcelles ou à de petites pièces à l’intérieur d’un même domaine. Il est probable que, selon les lieux, et sans qu’on puisse le préciser aujourd’hui, ces noms peuvent se référer ou ne pas se référer à un réel défrichement.

29Beaucoup de toponymes basques ont ainsi un élément lexical qui nomme une végétation sauvage qu’il a fallu probablement éliminer pour la mise en valeur partielle d’un domaine, à plus forte raison d’un ensemble de domaines. Je cite rapidement quelques-uns de ces termes : sarri, « fourré, broussailles », à peu près de même sens que berro (Irissarry, commanderie de Malte et village de Basse-Navarre), noms d’épineux comme laharr, satarr, gaparr, « ronce », elhorri, « aubépine », arrantz, « prunellier », andarrai, « églantier », et arrai, « épineux », et encore ilharr, « bruyère » (village d’Ilharre en Mixe), goro et gorosti, « houx », ira, « fougère », et des végétaux comme urritz, « coudrier », ametz, « tauzin », arta et, en Soule, tarta (cf. Tartas), « chêne-vert, buisson ». Je citerai encore trois noms : xara, « bosquet, taillis », qui a donné le nom de Sare en Labourd (le bourg médiéval comprenait plus de 75 domaines), oihan, « forêt », dans les nombreux domaines (plusieurs nobles) dénommés Oihanarte, « au milieu de la forêt », et aujourd’hui loin de toute forêt en général, et enfin baso de même sens : celui-ci a donné le nom de Bassussary, « forêt épaisse », dont un document du xiie siècle nous apprend que c’est le nom qu’on donna à un village officiellement nommé en gascon, langue administrative de la vicomté de Labourd, Bilenabe ou « ville neuve ». Il me semble qu’ici, entre le nom basque et le nom officiel gascon, il y a peut-être le défrichement.

30Pour conclure très brièvement, je résumerai les remarques précédentes en deux points : d’abord, l’ancienne toponymie basque d’habitat (et ces observations ne sont pleinement valables que pour l’ancienne toponymie, car les mêmes modèles toponymiques ont pu être reproduits à toute époque par simple imitation et sans rapport avec la signification concrète des noms réutilisés), paroisses et hameaux ou domaines particuliers de toutes catégories, semble bien, par divers procédés d’appellation, se référer à l’acte du défrichement. Ensuite, et plus indirectement, de nombreuses références à certains types de végétation « sauvage », par eux-mêmes plus ou moins incompatibles avec la mise en valeur (cultures et édifices) paraît indiquer que les toponymes ont pu être inventés au moment même de ces mises en valeur, à une époque — ou à différentes époques comme le rappelle le nom Iriberri, par exemple — bien antérieure à la documentation médiévale, mais évidemment impossible à définir avec plus de précision.

© Presses universitaires du Midi, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search