Version classiqueVersion mobile

Toponymie et défrichements

 | 
Charles Higounet

Communications

Étude sur quelques toponymes de défrichement en Béarn

Jean Louberge

Texte intégral

1L’essentiel de la documentation vient du dépouillement des censiers et terriers allant du xvie siècle à la fin du xviiie siècle, et des états de sections ou matrices cadastrales du xixe siècle. Cette documentation n’est pas exhaustive, mon propos s’appuie donc sur des groupes de localités (125 sur un total de 387) choisies comme représentatives de chaque secteur.

2Le Béarn est riche en toponymes de défrichement. Les plus répandus sont les « artigues » et les « treytures » ou « tregedis », dont il est longuement question dans d’autres articles. Mais « essart », considéré comme toponyme du nord de la France, n’est pas absent, sous des formes différentes : Les Eschartes (qui est un hameau de Louvie-Soubiron complètement séparé du village par une chaîne de montagne), Escharticq et son diminutif Chartigot (que l’on trouve en montagne et surtout dans les collines du nord-est), peut-être même Issarte qui est un quartier de culture à Mazerolles et nom de quelques parcelles de terre dans le village voisin d’Uzan. Outre ces quatre toponymes, on en relève une bonne demi-douzaine d’autres que l’on peut classer d’après le mode de défrichement. D’abord, ceux qui indiquent un défrichement par le feu, c’est-à-dire un écobuage. Fornet ou Hournat (c’est le même mot puisque, en langue béarnaise, le son f se transforme souvent en h aspiré) vient de « fornat », c’est-à-dire « brûlé ». Toustets, qui pourrait venir de « tostat » (grillé), est plus problématique et bien moins fréquent. Enfin, il y a Usclade, participe passé du verbe roman « usclar », qui vient lui-même du latin « ustulare » (brûler) ; ce toponyme est très présent en Provence et en Languedoc, mais on en trouve quelques exemples en Béarn, localisés presque uniquement en zone de collines. Une deuxième catégorie de termes de défrichement est liée aux verbes latins rumpere et frangere, ce qui laisse supposer qu’on a brisé une couche superficielle dure. Le plus répandu est Routure ou Arrouture (c’est le même nom, dans le second on a ajouté, ce qui est fréquent en Béarn, le son ar au début du mot pour amplifier l’accent tonique sur l’r initial) ; l’origine du mot est le bas-latin ruptura, qui signifie terre nouvellement défrichée. On peut en rapprocher Roulis ou Arroutis, qui n’en est peut-être qu’un doublet. Enfin, le toponyme Freitet ou Reytet pourrait venir du roman « Fraturo » ou « Fraitura », lui-même issu de frangere ; mais il est peu répandu, et dans les dictionnaires béarnais, le mot reyte veut dire également pauvre ou misérable. Dernier toponyme qui ne rentre pas dans les catégories précédentes, Navailles ou Nabera, qui qualifie en béarnais les novales, c’est-à-dire les terres nouvellement défrichées. Il est probable qu’il indique un défrichement quand il s’applique à une commune comme Navailles au nord de Pau, citée dès le xiie siècle, ou à un ancien village comme Fes Navailles, qui n’est plus aujourd’hui qu’un hameau d’Angous, près de Navarrenx ; par contre, quand il s’applique à des parcelles de terre, on peut se demander s’il ne s’agit pas de terres portant des cultures nouvelles, devenues novales pour raison fiscale.

3Il est évident que le mode de défrichement, par le feu ou par défonçage, dépend de l’état du sol en friche : le défrichement par le feu se conçoit dans un terrain boisé, le défrichement par défonçage du sol dans un terrain plus découvert. Si l’on se borne à ce point de vue, on peut opposer en Béarn, d’une part les collines ou coteaux qui étaient autrefois couverts de bois, d’autre part les grandes vallées des Gaves, et les terrasses fluvio-glaciaires du nord du pays issues des grands glaciers quaternaires, ces vallées et terrasses étant bien plates, moins favorables à l’arbre par la nature de leurs sols et couvertes, avant défrichement, de landes buissonneuses. Peut-on trouver une liaison entre les toponymes de défrichement et les grands types de paysage primitif ? Nous nous bornerons à quelques réflexions sur Roulure et Arroutis, Fornet ou Hournat.

  • 1 Les quartiers réservés à la culture des grains, dans cette portion de vallée, portent le nom de La (...)

4Routure, Arrouture, Larrouture, très fréquents en Béarn, s’appliquent surtout aux terres labourées ; cependant, on le trouve quelquefois sur des pièces mises en pré ou en pâture. Le terme se localise principalement en deux régions. La première est la portion de la vallée du Gave de Pau, en amont de Pau. La deuxième est constituée par les terrasses fluvio-glaciaires du nord du Béarn, ainsi celle dite du Pont-Long qui est parcourue par le Luy de Béarn, ainsi celle qui suit la rive droite du Luy de France dans les communes de Gabaston, Lasclaveries ou Thèze. Donc, à la fois sur des terres réputées riches (vallée du Gave) et des terres réputées pauvres. Ce paradoxe s’explique si l’on sait que les terres de la vallée du Gave, dans sa partie la plus large en amont de Pau (voir croquis), n’ont été complètement défrichées que relativement tard. Entre les deux lignes de villages, entourés très tôt de champs cultivés, a longtemps subsisté un territoire indivis qu’on appelait les landes de Batbielle et qui servait de pacage commun ; il n’a été partagé entre les localités encadrantes qu’en 1582 par une patente du roi de Navarre (futur Henri IV) ; la mise en culture n’a donc commencé qu’à partir de cette date1. Une étude des plans cadastraux et matrices cadastrales de certains villages va nous aider à mieux poser le problème.

5Un premier exemple nous est fourni par le village de Beuste, à peu près à mi-chemin entre Pau et Nay, et situé en bordure du Gave mais sur le Lagoin, un petit affluent de droite. Les quartiers de culture, le long de ce cours d’eau, étaient réservés aux prés et portent le nom d’artigues, Artigues de Haut, Artigues du Milieu, Artigues de Bas. Le toponyme Larrouture ne se trouve que très loin du village, dans des quartiers de culture qui se trouvent à la limite communale vers Boeil et vers Baudreix et qui portent les noms suggestifs de parsan Larrouture ou parsan Batbielle. On ne trouve aucun champ appelé Larrouture à proximité du village où foisonnent, par contre, les microtoponymes tels que Bergé (verger), Casau (jardin) ou Cam (champ) accolés à un nom de personne.

  • 2 Beuzard (M.-S.), Etude toponymique de l’archiprêtré d’Aubin au xixe siècle.

6La position du toponyme Larrouture dans les villages situés sur les terrasses fluvio-glaciaires ou à proximité de celles-ci est encore plus intéressante à étudier. Dans son travail de maîtrise, daté de 1975-19762, MarieSylvie Beuzard a relevé que le toponyme Routure se trouve surtout à Uzein. Or, le territoire d’Uzein est complètement inclus dans l’ancien Pont-Long, qui fut longtemps occupé par les pasteurs de la vallée d’Ossau, et il n’a été mis en valeur qu’à partir de la fin du xviiie siècle où eurent lieu, préciset-elle, de grands défrichements ; un quartier de culture de 49 parcelles est d’ailleurs appelé Arrouturat. On retrouve ce même toponyme dans la commune voisine de Sauvagnon, où un « parsan » situé dans la lande du Pont-Long, loin du village, s’appelle Les Arroutures.

7De ce qui précède, on pourrait conclure que le toponyme Larrouture s’applique à des terres mises en culture relativement tard, et peut-être de façon collective. Ceci ne doit pourtant pas être généralisé, car il ne manque pas d’exemples où le terme routure ou arrouture s’applique à des champs isolés qui ont dû être mis en valeur individuellement.

  • 3 Le suffixe ure pourrait être un augmentatif.
  • 4 Même chose dans le livre censier de 1536 où les champs appelés Roture ou Lo Roturoo ne se trouvent (...)

8Si Routure vient de « ruptura », Routis ou Arroutis vient de « rupta », et les deux mots ont la même signification, on peut remarquer qu’un autre toponyme de défrichement, très répandu en Béarn, présente le même phénomène, puisqu’à côté de treyture, on trouve fréquemment treytis ou treytin3. La géographie d’Arroutis est sensiblement différente de celle d’Arrouture. Parmi les localités où les deux toponymes coexistent (elles sont assez rares), celle d’Artigueloutan, situé à une dizaine de kilomètres à l’est de Pau, est la plus intéressante. Son terroir s’étend à la fois sur la terrasse fluvio-glaciaire du Pont-Long et sur la vallée de l’Ousse, affluent du Gave de Pau. Si l’on consulte le livre terrier de 1683, on constate que le « parsan » Larroutis se trouve « en la rivière ou plaine », c’est-à-dire dans la vallée, tandis que le « parsan » La Roture se trouve « hors la rivière », c’est-à-dire sur le plateau fluvio-glaciaire ; dans les deux cas, les pièces de terre recensées sont surtout des labours4. La différence de toponyme peut s’expliquer par une différence de date de mise en valeur, car les landes du plateau ont certainement été défrichées après les terres plus fines de la vallée où se situent les maisons du village.

9Y aurait-il une explication du même genre en ce qui concerne la vallée du Gave de Pau, dans la partie déjà étudiée. On pourrait le croire, car Larroutis est très représenté à Baudreix et Mirepeix, alors que Larrouture n’y existe pas. Si l’on consulte le croquis, on remarque que ces deux villages ont un terroir peu étendu, et que les terres de culture, se trouvant autour du groupement de maisons, ont dû être défrichées très tôt. On pourrait donc croire que Larroutis est un toponyme antérieur à Larrouture, et que celui-ci a été employé surtout dans les défrichements de secteurs éloignés des villages. La réalité est moins simple, car dans le même secteur les villages de Bénéjacq et Bordères ont des quartiers de culture appelés Arroutis ou Les Arroutis très éloignés des maisons, puisqu’ils sont dans la partie de la vallée mise en valeur tardivement. Ils sont exactement dans la même situation que le « parsan » Arrouture de Beuste, village dans lequel le toponyme Arroutis est inconnu, bien que l’importance de la localité et la nature du terroir soient identiques à celles de Bénéjacq. Ajoutons que, dans la vallée du Gave d’Oloron, la commune d’Aren a tout un quartier de culture appelé Arroutis, situé au bord du Gave et ne comportant que des terres labourées ; étant loin du groupement des maisons, il a dû être mis en valeur assez tard, sans doute de façon collective ; mais il est juste de dire que le toponyme Larrouture ne se trouve pas dans cette vallée.

  • 5 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, notaires de Denguin, E 1929, fol. 27. Denguin est un village situ (...)

10La prudence est donc de mise, d’autant plus que Larrouture, nous l’avons dit, est souvent nom de pièces isolées et qu’il se trouve, comme Larroutis, dans des textes anciens, ainsi dans les cartulaires provençaux et catalans du ixe siècle ; et, en Béarn, un acte notarié de 1489 fait mention à Denguin de deux pièces de terre nommées Roture qui se trouvent près du village, sur le chemin allant au Gave de Pau5. Compte tenu de ces réserves, il semble cependant indéniable que Larrouture a été utilisé, comme terme de défrichement, plus longtemps que Larroutis, jusqu’à la fin du xviiie siècle, comme le prouvent les noms de quartiers de culture défrichés dans la lande du Pont-Long, à Uzein et Sauvagnon. Et, en ce qui concerne Artigueloutan, on remarque que le toponyme Larroutis, qui est bien représenté aux xvie et xviie siècles, a complètement disparu de l’état des sections, fait au xixe siècle, où il n’y a plus que des Roture et Larrouture, aussi bien dans la vallée de l’Ousse que sur la terrasse fluvio-glaciaire.

  • 6 Coutume de Soule, publiée chez Millanges à Bordeaux en 1601 (dans un ensemble de textes concernant (...)
  • 7 Traduction : « Chacun peut faire des labaquis, treytins ou fornats dans lesdits herms communs... s (...)

11Le toponyme Fornet ou Hournat, qui suggère l’écobuage, pose moins de problèmes. L’écobuage a dû être réalisé à l’origine pour faire de la culture temporaire, ainsi qu’on le lit dans la Coutume de Soule, province basque par la langue mais béarnaise par la géographie, puisque c’est la vallée du Gave de Mauléon. Dans cette Coutume6, mise noir sur blanc en 1520 mais qui affirme suivre les usages de toute ancienneté, on relève les phrases suivantes dans le chapitre traitant des « herms » communs : « Cascun pot far labaquis, treytins et fornats en losdeits heremps comuns... semenar et culhir de tote condition de graa... per l’espace de quoate ans consecutivs : et passats losdits quoate ans deu lexar losdeits fornats, labaquis et treytins francx et uberts per lo servitur comun... », et plus loin : « no es permes de barrar, de plantar brocs tal fornats7 ». Sur la localisation de Fornet ou Hournat, on peut faire deux constatations.

121° Le terme est surtout répandu dans les villages de l’ouest du Béarn, donc à proximité de la Soule, et surtout dans les villages situés dans la vallée du Gave de Mauléon.

132° Il ne concerne, le plus souvent, qu’une ou deux pièces de terre par village, comme si l’écobuage avait été chose exceptionnelle, sauf, cependant, dans deux villages du piémont pyrénéen, Buziet et Poey-d’Oloron, où tout un quartier s’appelle Fornegts (quartiers de bois et de landes) et sauf à Nabas, dans la vallée du Gave de Mauléon, où les pièces de terre appelées Le Fornat sont nombreuses et assez variées comme nature de culture, aussi bien dans le livre terrier de 1683 que dans celui de 1780.

  • 8 Par contre, dans le censier de Gaston Phoebus en 1385, on ne trouve, sur 12 000 noms de personnes, (...)

14Les termes de défrichement sont anciens et sont probablement devenus toponymes au cours des grands défrichements du Moyen Age, car on les trouve tous dans les censiers du xvie siècle8. Depuis la confection du cadastre, au xixe siècle, les toponymes ont été remplacés par des numéros dans les sections. Certains se maintiennent, et les agriculteurs savent, en général, que tel ou tel champ s’appelle Treyadis, ou Larrouture, ou Nabera. Mais pour combien de temps ? Les défrichements nouveaux ne portent pas de toponymes, et si quelques vieux agriculteurs savent encore que défricher se dit, en béarnais, treyteja, ou eschartiga, ou desbousiga, pour les jeunes, défricher un champ se dit plus simplement desfricha ou desfounça...

Notes

1 Les quartiers réservés à la culture des grains, dans cette portion de vallée, portent le nom de Lande ou Lanne (par exemple, Lanne dessus ou Lanne debat, Lande supérieure, Lande du milieu ou Lande inférieure).

2 Beuzard (M.-S.), Etude toponymique de l’archiprêtré d’Aubin au xixe siècle.

3 Le suffixe ure pourrait être un augmentatif.

4 Même chose dans le livre censier de 1536 où les champs appelés Roture ou Lo Roturoo ne se trouvent que « dans la lande », alors que, « dans la rivière », on trouve des Arotis ou Rotys, des Lartigau ou L’Artigaillot, un Tregedis et de nombreux La Codure.

5 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, notaires de Denguin, E 1929, fol. 27. Denguin est un village situé à 14 kilomètres à l’ouest de Pau, dans la vallée du Gave.

6 Coutume de Soule, publiée chez Millanges à Bordeaux en 1601 (dans un ensemble de textes concernant l’Aquitaine).

7 Traduction : « Chacun peut faire des labaquis, treytins ou fornats dans lesdits herms communs... semer et récolter toute sorte de grain... pendant quatre ans consécutifs : et, passés lesdits quatre ans il doit laisser lesdits fornats, labaquis et treytins francs et ouverts pour la servitude commune... », et plus loin : « il n’est pas permis de fermer de tels fornats, d’y planter des haies d’épines ». Le terme « labaqui » est le synonyme, en basque, de fornat, son radical « labe » veut dire four.

8 Par contre, dans le censier de Gaston Phoebus en 1385, on ne trouve, sur 12 000 noms de personnes, que sept noms qui ont pu être tirés d’un défrichement, dont 5 Lartigue, 1 Nabera et 1 Routis ; mais chacun sait que l’anthroponymie est bien postérieure à la toponymie.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22377/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 299k

© Presses universitaires du Midi, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search