Version classiqueVersion mobile

Toponymie et défrichements

 | 
Charles Higounet

Communications

Les treytures

Toponymes modernes des défrichements en Béarn

Geneviève Celhay-Lizotte

Texte intégral

  • 1 Lizotte (G.), Toponyme et défrichement en Béarn, du xe au xixe siècles, T.E.R. réalisé sous la dir (...)
  • 2 Ce chiffre a pu surprendre par son ampleur. Celle-ci s’explique par le choix qu’on a été amené à f (...)

1Les défrichements ont donné naissance à plusieurs toponymes en Béarn1. Le dépouillement des 398 états de section ou tableaux indicatifs du cadastre, réalisé dans la première moitié du xixe siècle, a permis de recueillir 3 162 treytures qui sont, par conséquent, des noms de parcelles2.

  • 3 Séguy (J.), Atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne, Paris, 1954-1973, t. 11.

2Les limites assignées à cette étude pourraient laisser croire qu’il s’agit d’un nom particulier à cette province. En fait, l’examen de la carte du verbe défricher, dressée par J. Séguy3, montre que la Gironde a employé le verbe treitina, et qu’une deuxième région, constituée par le sud des Landes, l’est du Gers et le nord des Pyrénées-Atlantiques, emploie trois formes verbales différentes mais voisines : treitia, treitina et treitura. En ce qui concerne le Béarn, on dit treitura à l’ouest (Entre-Deux-Gaves), treitia au centre et treitina à l’est de la zone concernée. Le toponyme étudié n’est donc pas propre au Béarn qui en constitue la marge méridionale.

3On essaiera d’abord de présenter ce microtoponyme d’un point de vue linguistique, puis de le situer géographiquement et topographiquement, avant d’essayer de le dater.

Doc. 1. — Tableau récapitulatif des diverses formes du toponyme treytin d’après les états de sections des premiers cadastres (1811-1847)

Doc. 1. — Tableau récapitulatif des diverses formes du toponyme treytin d’après les états de sections des premiers cadastres (1811-1847)

I. — L’étymologie et les formes prises par le toponyme

1) L'étymologie (doc. 1)

  • 4 Du Cange, Glossarium mediae et infimae latinatis, nouv. éd., 1946, p. 150. La première mention indi (...)

4Le nom de lieu treyture a pour racine le verbe trahere (vulgairement tragere) ou son participe passé tractus. Le dictionnaire Du Cange indique l’emploi de ce verbe avec le sens de défricher dès 8864. De ce radical dérive le verbe béarnais trege(r) ou treye(r) et son participe passé treyt. C’est sur le premier qu’a été formé le toponyme tregedis (qui pourrait être le plus ancien), et sur le second les autres formes (treyti, treyture, treytis, treyte, treytin). Ces substantifs auraient ensuite suscité les verbes de la troisième couche linguistique : treytiar, treytinar, treyturar.

  • 5 Nous tenons à remercier M. Boisgontier pour la gentillesse avec laquelle il a bien voulu nous four (...)

5Tiradis (toponyme rarissime employé à Bordères et Escot pour désigner deux parcelles seulement) serait plus récent, formé sur le radical tirar5.

2) Les formes

6On se contentera de remarquer ici la nette domination de la forme treyture (1 615 noms de parcelles). C’est pourquoi, il semble que l’on puisse l’adopter en Béarn comme terme générique. La présence fréquente d’articles (449) ou de prépositions (101) prouve qu’il s’agit d’une dénomination féminine. Les treyty sont, par contre, masculins. Ils ont donné naissance à 179 appellations à valeur péjorative : les treytia(s), dont 144 pour la seule commune d’Arance. Treytis semble aussi masculin alors qu’au pluriel on hésite entre las ou lous treyt(e)s pour le vocable treyte.

7Ces noms sont assez fréquemment différenciés par l’ajout d’un qualificatif (540 sur 3 162 toponymes). Ceux-ci renseignent sur l’aspect de la treyture (par exemple : treyty petit, treyture nabe) ; sa situation géographique (treyture de haut, treyty deu lions, à la treyture deou becq) ; son utilisation agricole (bigne de la treyture, cam deu treyti) ; son environnement (treyture deu boscq, treyture de la heuguere ou de la saligue) ; le nom de son propriétaire à un moment donné, ou bien, enfin, sur un événement passé (un partage de communaux [partille deu treitias]). Quelques-uns restent difficiles à expliquer. On notera qu’ils s’appliquent essentiellement à la forme treyture et treyti, et ignorent complètement les tregedis. On a parfois rencontré des redoublement étonnants : par exemple, dans l’état de section d’Ossenx (1828), les toponymes suivants : à la treyture de l’artigue, et dans le terrier d’Arance (1776) : tregedis de las treytures.

  • 6 « Cascun pot far... treytius, fornats en los herems comuns... » (chacun peut faire des défrichemen (...)
  • 7 Le partage des biens communaux de la commune d’Ogeu (1586) mentionne des terres que son estadas tr (...)
  • 8 Berenx, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, C 1036 (acte de partage des bois et herms entre Berenx et (...)

8On a cherché, aux Archives de Pau, de plus anciennes attestations (sans pouvoir, hélas, quitter les xvie-xviiie siècles). Treytiu est mentionné dans la coutume de Soule en 1520, ou treytis dans le terrier de Garlin en 1685, en tant que nom commun signifiant défrichement, sans qu’il soit possible d’en préciser le mode6. On a trouvé l’emploi du verbe treyta dans l’acte de partage des biens communaux d’Ogeu (1586), avec le sens de défricher7. Des toponymes ont été rencontrés dans les terriers des xvie et xviie siècles, mais ils sont beaucoup plus nombreux dans ceux du xviiie siècle. Il n’y a pas de patronyme formé sur le nom étudié dans le censier de 1385, et le premier que nous ayons relevé est un Cap de treyture de Salles, cité dans l’acte de partage des bois de Berenx8.

Doc. 2. — Les treytures en Béarn au début du xixe siècle.

Doc. 2. — Les treytures en Béarn au début du xixe siècle.

II. — Localisation et datation

1) Situation géographique du toponyme en Béarn

9La carte des treytures (doc. 2) montre que :

  • l’emploi de ce vocable est particulièrement fréquent dans l’angle nord-ouest du Béarn. Le phénomène touche surtout le nord de l’Entre-Deux-Gaves et des deux vallées qui l’encadrent, ainsi que les coteaux situés entre le Gave de Pau et le Luy de Béarn. Il s’atténue assez progressivement sur les marges de ce noyau central ;
  • la zone ainsi décrite est plus vaste que celle où, selon J. Seguy, défricher se dit treyturar au début de la deuxième moitié du xxe siècle, soit 150 ans plus tard. Le béarnais a, on le voit, perdu du terrain ;
  • des zones semblent ignorer complètement ce toponyme. Ce sont la zone blanche du canton de Lescar (imputable vraisemblablement à l’imprécision du cadastre), celles du Vic-Bilh et du Montanerès (marges nord et est), et enfin celles des vallées et montagnes pyrénéennes. On remarque que le vocable est particulièrement faible dans la « plaine » du Gave de Pau, en amont de cette ville, et inexistant dans les deux cantons de Navarrenx et Monein (le cadastre ne mentionnant que le nom de vastes quartiers).

10Il semblerait que l’on puisse en partie expliquer ces zones blanches par l’emploi d’un autre toponyme. La carte des artigues (ici fort nombreuses, puisque atteignant le chiffre de 4 363) montre qu’elles se massent principalement dans la plaine de Nay et la montagne pyrénéenne où les treytures sont justement absentes ou rares. On constate, cependant, qu’elles sont parfois présentes, même dans le domaine d’élection des treytures. Elles y cohabitent, mais les artigues y prennent alors une allure de parcelles dispersées sur les terrains communaux, et non plus concentrées en vastes quartiers comme dans la plaine de Nay. De même, les 311 escharticqs se pressent surtout dans le nord-est du Béarn et, secondairement, dans le piémont pyrénéen où les treytures sont absentes.

Doc. 3. — Artigue au début du xixe siècle.

Doc. 3. — Artigue au début du xixe siècle.

Doc. 4. — Berenx : les treytures en 1834.

Doc. 4. — Berenx : les treytures en 1834.

2) Répartition spatiale des formes principales

  • La forme treyture se masse au nord de l’Entre-Deux-Gaves et entre le Gave de Pau et le Luy de Béarn, c’est-à-dire dans les cantons de Sauveterre et de Salies, et au sud de ceux d’Orthez, Lagor et Arthez. Cette implantation correspond à la zone où défricher se dit treitura.
  • Le vocable treyty prédomine en deux secteurs : la frontière béarnolandaise au nord (nord des cantons d’Orthez, Arthez et Arzacq) et, au sud, la partie méridionale de l’Entre-Deux-Gaves (cantons de Pau, Lasseube et Oloron). La zone affectée est plus vaste que la précédente.
  • Le vocable treytis se masse en un secteur plus original que les deux précédents (entre le Luy de France et le Gros Lhez), et ne connaît que quelques foyers secondaires, très faibles.
  • Le vocable treyedis connaît deux centres principaux : le premier dans les cantons de Lagor et Arthez au nord, le second sur les franges est et ouest de la plaine de Nay. Ce sont des secteurs où l’on trouve peu de treyture, treyty ou treytis.

11Tout se passe donc comme si chaque région du Béarn avait modelé son propre substantif à partir du même radical, en fonction de ses propres habitudes linguistiques, ce qui n’exclut naturellement pas l’emploi de plusieurs formes différentes dans une commune (par exemple : Bougarber).

3) Situation géographique et datation

a) Le cas de Berenx (doc. 4) :

12Cette commune, située à l’ouest du Béarn, sur la rive gauche du Gave de Pau, s’étend sur deux terroirs : la plaine du Gave de Pau au nord, les coteaux de l’Entre-Deux-Gaves au sud. Elle est aussi assez riche en documents8.

13L’examen de la carte de répartition des toponymes (doc. 4) montre que les treytures sont éparpillées sur le territoire, en plaine comme sur les coteaux. On peut, cependant, distinguer trois secteurs principaux :

  • Un premier ensemble de parcelles, peu nombreuses (10 sur 87), se situe à proximité du village, dans la plaine. C’est le résultat de défrichements souvent antérieurs à 1675. En effet, les deux lartigot (nos 89 et 90) et la treyture (no 116) sont mentionnés dans les terriers de 1675 et 1780, les deux treytures (nos 72 et 73) peut-être dans le deuxième.
  • Un deuxième ensemble existe à proximité d’un hameau de Berenx, dans la plaine du Gave. Les treytures proches de la maison Poeytie et les artigues peu éloignées de la demeure Lartigue existaient avant 1675, mais les toponymes nos 420 et 429 ne sont mentionnés qu’en 1780, les autres semblent correspondre à des défrichements encore plus tardifs (entre 1780 et 1835).
  • Le troisième ensemble est constitué par les coteaux dont on sait qu’ils ont longtemps été occupés par de vastes bois, affiévés à Berenx et Salles-Mongiscard en indivis par Gaston Phoebus.

14On note que les toponymes s’y concentrent le long de la Birabouteille, de la rivière de Mondran et s’éparpillent le long de la longue terre qui domine Berenx. Qu’apprennent les textes conservés ?

15En 1644, un Cap de treyture de Salles est déjà installé dans un lieu qui est la maison Bordenave. Le terrier de 1675 nous apprend que J. Bordenave, dit Cap de treyture de Salles, « tient en la censive du guarde une pièce de terre labourable et inculte appelée las treytures, contenant 7 arpents... laquelle a été vendue conjointement par les communautés de Berenx et de Salles ». Nous saisissons ici le début d’une entreprise de défrichement lancée contre le bois de Berenx. Mais cette entreprise ne reste pas isolée puisque le même terrier nous apprend que neuf habitants ont des « lopins sortis de la communauté ». Parmi eux : Cantegrigt et Cantou. Ce Cantou y est même décrit comme venant « d’y bâtir sa maison ». Il y a là un nouveau centre de défrichement, mais aucun de ces nouveaux lopins ne porte de nom caractéristique.

16L’essartage semble s’être accéléré par la suite puisqu’en 1728 Berenx reconnaît avoir vendu deux quartiers de son bois (62 arpents), le deuxième « en faveur de quelques particuliers sous forme de partage ». Or, le plan cadastral de 1835 montre un parcellaire très caractéristique des partages dans tout l’angle sud-est de la commune. Les lots 1079 à 1095 portent d’ailleurs le nom d’artigue. La maison Lartigue-Peyron est citée dans le terrier de 1675, mais elle n’est pas encore entourée de treyture et d’artigue. La mise en valeur de la vallée du Mondran semble donc dater des années 1675-1728. En 1740, Berenx déclare encore que 22 habitants ont, depuis 1730, « fermé pour y produire du grain » des lopins incultes qu’ils ont pris sur les « terres incultes joignant leurs fonds », ou bien le long du Gave. Les 24 terres nouvelles qui en résultent (31 arpents) n’ont pas encore de nom, mais aucun de leurs propriétaires ne possède de treyture dans le terrier de 1780. Par conséquent, tous les défrichements ne donnent pas naissance à un toponyme le traduisant. Ce document montre aussi l’établissement d’un cadet de la maison Treyture. Il précise, en effet, que « Pedeboscq et Treyture ont fermé deux lopins de terre sur les herms communs où ils ont baty chacun une maisonnette et un peu de jardin, et produisent quelque peu de grain ». Le défrichement de la vallée de la Birabouteille semble, quant à lui, postérieur au terrier de 1780.

17Berenx offre, par conséquent, l’exemple de deux types de défrichement. Le premier résulte d’efforts isolés, souvent antérieurs à 1675 pour la terrasse proche de Berenx, et généralement postérieurs pour les sols plus lourds des coteaux. Ils aboutissent à une certaine dispersion du vocable. Le deuxième est la conséquence d’un partage ou d’une vente d’un bien communal.

18Ces entreprises expliquent l’augmentation du toponyme : il passe, en effet, de 6 treytures en 1675 à 19 en 1780, et à 64 treytures et 2 treyty en 1835. On remarque, par contre, une évolution plus déconcertante des artigues : elles atteignent les chiffres de 19 en 1675, de 5 seulement en 1780, et de 21 en 1835. Elles occupent à Berenx (comme dans les autres communes de la région, d’ailleurs) les mêmes sites — plaines, versants, fonds de vallées — et semblent avoir les mêmes liens que les treytures avec les partages ou ventes de communaux. En fait, elles sont généralement voisines.

Doc. 5. — Arance : les treytures en 1812.

Doc. 5. — Arance : les treytures en 1812.

b) Le cas d’Arance (doc. 5)

  • 9 Arance conserve un « acte de partage » daté de 1786 et concernant deux quartiers de la Saligue non (...)

19Petite commune de la plaine du Gave de Pau (près de Lacq), elle s’étend sur deux milieux naturels : au nord la terrasse moyenne du Gave qui réunit 3 « campagnes » (autrefois vouées au froment et au seigle), au sud la saligue. La commune ayant conservé ses archives, et grâce à l’amabilité de son maire, nous avons pu essayer de rechercher l’origine des toponymes récoltés dans le cadastre de 18139.

20Le tragedis existe déjà dans les deux terriers de 1776 et 1764, mais il porte dans le premier, bien que « terre de seigle », le nom de las heugueres (les fougeraies). Il s’avère que c’est le nom du quartier, et que le défrichement est donc antérieur. Les 16 trejedis aux tilhs se retrouvent dans le terrier de 1776, certaines parcelles étant appelées aux tilhs (aux tilleuls), d’autres tregedis. Mais, en 1764, elles se nomment toutes tilhs et sont déjà des labours. L’une d’elles, possédée par la maison Dufau, est désignée sous le nom d’artigau en 1776, et de trejedis aux tilhs en 1813 ! On a donc, ici aussi, un défrichement antérieur aux années 1760, et un toponyme qui, lui, semble bien hésiter à se fixer.

21La saligue, bien communal, a été l’objet de plusieurs partages entre les habitants. L’un d’eux a donné 144 parcelles portant le nom de partilles de treitias. Les archives communales n’ont pu permettre de le dater, néanmoins on peut le situer avec certitude entre 1776 et 1813. Peut-être pourrait-il, d’ailleurs, coïncider avec le partage de darré Berdot (1782). On remarque que, dans ce cas (fort rare), le microtoponyme a pris un sens péjoratif et collectif (il désigne un ensemble de parcelles). Ajoutons que son existence a été brève puisque la S.N.P.A. a racheté la plupart des terres d’Arance (dont le treitias), qui ont disparu sous les installations de Lacq. Le treitias s’est effacé des mémoires et du nouveau cadastre (année 1970), qui ne mentionne plus qu’un quartier Lious à la place du treitias !...

22Mais l’examen des terriers permet aussi de constater que le cadastre du xixe siècle n’a pas forcément enregistré toutes les treytures qui existaient du xviiie siècle. Ainsi, Pierre de Loustalot, dit Hardeu, possède une pièce de terre labourable dite treyture en 1764, campagne de Mont en 1776, et cam de Mont en 1813, campagne de Mont étant le nom d’un quartier d’Arance, frontalier de la commune de Mont. On pourrait citer d’autres exemples.

23Les noms des champs ne sont donc pas aussi fixes qu’on pourrait le penser. Ces variations s’expliquent par l’inscription sur les registres du nom du champ ou bien de celui du quartier. Notons que le cadastre du xixe siècle s’est appauvri puisque ne mentionnant que le treitias (forme qui apparaît dans ce document) et les trejedis, ignorant les quelques treytures, treyturas ou artigaux qui existaient dans les terriers. Seule la forme trejedis a traversé cette période (1764-1813), passant, d’ailleurs, de treyadis (1764) à tragedis (1776), à treyedis et tragedis en 1813.

Doc. 6. — Communes de Saint-Gladie et Arrive (réunies en 1841).

Doc. 6. — Communes de Saint-Gladie et Arrive (réunies en 1841).

24A Arance, comme dans les exemples précédents, les treytures ont donc augmenté passant de 2 treytures, 1 treytura, 2 treyadis en 1764, à 1 treytura, 5 tragedis, 2 artigues en 1776, à 3 treyedis, 1 tragedis et 144 treytias en 1813. On peut, enfin, se demander si il n’existe pas de grands quartiers de treyture, analogues à ceux qui existent pour les artigues dans la plaine de Nay, et portant, eux aussi, le nom de quartier de la treyture. On en a trouvé un seul exemple, dans la plaine du Gave d’Oloron, dans la petite commune d’Arrive (près de Sauveterre).

c) Le cas d’Arrive

  • 10 Terriers d’Arrive, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, 0067 (1759), et Saint-Gladie, C 1202 (1780).

25Le quartier de la treyture dont il s’agit est mentionné dans l’état de section de 1828. Il comprend 26 parcelles irrégulières et trapues et se continue, avec le même aspect, par 6 autres treytures dans la commune voisine de Saint-Gladie. Ces deux communes possèdent alors respectivement 33 et 11 treytures en tout. Or, leurs terriers (1759 et 1780) ne mentionnent que 3 treytures pour l’une et 2 treytures et 2 artigues pour l’autre10. La progression est nette et permet de dater le quartier de la treyture d’Arrive de la deuxième moitié du xviiie siècle. On n’a pu trouver d’autres renseignements à son sujet. Cet exemple montre donc qu’on peut rencontrer quelques cas de treytures agglomérées et ayant constitué un véritable quartier. Mais la répartition la plus fréquente, on l’a vu, consiste en un éparpillement de parcelles, isolées ou en petits groupes de quelques terres. L’étude de l’implantation de treytures dans les communes de coteaux et plateaux situés au nord du Gave de Pau ne donne pas de résultats différents.

Conclusion

26Ainsi, le toponyme treyture s’applique à deux types de défrichement : 1° à des essarts individuels, réalisés sur les marges des parcelles déjà cultivées ou sur les herms communs, et qui sont légitimés par la suite. Ils aboutissent à un éparpillement du toponyme et à des pièces irrégulières ; 2° à des mises en valeur plus vastes, résultant de la vente ou du partage des biens communaux. Ceux-ci sont précédés ou non d’un arpentage, ce dernier aboutissant à un paysage caractéristique (parcellaire très laniéré). Cette évolution des communaux s’explique par les difficultés financières des communautés (cas d’Arance qui n’a d’autre revenu que la vente annuelle aux enchères de chênes « vieux et vermoulus ») ; elle résulte aussi de l’essor démographique (modéré), de l’évolution de l’agriculture et de l’affaiblissement lent des contraintes communautaires pendant le xviiie siècle. Ces partages de communaux furent parfois assez précoces (1586 à Ogeu, par exemple), mais ils s’accentuent nettement pendant le xviiie siècle, et expliquent donc en partie l’essor des treytures pendant le même temps.

Doc. 7. — Evolution du nombre des toponymes aux xviie, xviiie et début xixe siècles, d’après les terriers des xviie et xviiie siècles, et le cadastre du xixe siècle.

Doc. 7. — Evolution du nombre des toponymes aux xviie, xviiie et début xixe siècles, d’après les terriers des xviie et xviiie siècles, et le cadastre du xixe siècle.

27Si l’on n’a guère pu rechercher l’éventuel usage du vocable treyture avant les xvie et xviie siècles, il semble néanmoins qu’il ne dut guère être très fréquent. En Béarn, il n’existe, en effet, pas de village ou même de hameau de ce nom, un seul quartier, semble-t-il, dans le cadastre du xixe siècle. Les personnes le portant en tant que patronymes se réduisent à sept abonnés sur l’annuaire du téléphone en 1982, alors qu’abondent en Béarn ceux qui dérivent d’artigue. L’emploi, de façon fréquente, de ce nom de lieu paraît donc tardif (doc. 7).

28C’est donc essentiellement un microtoponyme, à la différence d’artigue qui peut, lui, désigner aussi bien des villages que de vastes quartiers, ou des parcelles. Si l’ancienneté de treyture ne semble pas contestable, il paraît néanmoins avoir surtout avoir servi à désigner des défrichements modernes, même ceux du xixe siècle (à Bougarber, par exemple, il existe sur la carte au 1/25 000e un lieu-dit treyturas en bordure de la lande du Pont-long qui n’existe pas dans le cadastre de 1812).

  • 11 Tucoo-Chala (P.) et Desplat (Ch.), La principauté de Béarn, 1980, en particulier p. 508-511.

29Les 3 162 treytures du Béarn désignent, enfin, une superficie importante, environ 1 900 hectares (la treyture mesure en moyenne 0,6 hectare). Elles ne s’appliquent, pourtant, qu’à une assez faible partie des essarts réalisés à l’époque indiquée, comme le cas de Berenx l’a montré. Les défrichements du xviiie siècle, en Béarn, ne seraient-ils pas un peu plus importants qu’on ne l’a parfois cru11 ?

Notes

1 Lizotte (G.), Toponyme et défrichement en Béarn, du xe au xixe siècles, T.E.R. réalisé sous la direction du professeur Higounet, Université de Bordeaux III, 1968, et Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.

2 Ce chiffre a pu surprendre par son ampleur. Celle-ci s’explique par le choix qu’on a été amené à faire de comptabiliser les parcelles concernées une à une, car on ne pouvait pas mettre sur le même plan les parcelles dispersées de certaines régions du Béarn et les grands quartiers de défrichement (de la plaine de Nay, par exemple). Dans ce dernier cas, on n’a compté que les parcelles portant le toponyme considéré et non tout le quartier. On a cru être ainsi le plus près possible de la réalité.

3 Séguy (J.), Atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne, Paris, 1954-1973, t. 11.

4 Du Cange, Glossarium mediae et infimae latinatis, nouv. éd., 1946, p. 150. La première mention indiquée est : « Vineas veteras quas Castetlanus presbyter et parentes sut et alii ceteri homines traxere de heremo » (886).

5 Nous tenons à remercier M. Boisgontier pour la gentillesse avec laquelle il a bien voulu nous fournir ces renseignements.

6 « Cascun pot far... treytius, fornats en los herems comuns... » (chacun peut faire des défrichements, des écobuages dans les vacants communaux...), cité dans le dictionnaire de béarnais ancien et moderne de Lespy et Raymond. Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, B 651. « Jean Camgran... tient par affièvement 8 arpents de terre touya et grabe alentour de son touya et treytis » (censier de Garlin, p. 179).

7 Le partage des biens communaux de la commune d’Ogeu (1586) mentionne des terres que son estadas treytas et possedidas deu terrador et herm com un..., Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 2327. Texte cité par Durand (H.), Histoire des biens communaux en Béarn et Pays Basque, thèse de droit, Pau, 1909, 121 p.

8 Berenx, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, C 1036 (acte de partage des bois et herms entre Berenx et Salles-Mongiscard, 1644) ; B 666 (terrier de 1675) ; C 1036 (copie de l’acte d’affièvement de Gaston Phoebus, 1690) ; C 1036 et B5932 (déclaration des biens de la communauté, 1691 et 1728) ; C 1049 (déclaration des défrichements de Berenx, 1740) ; C 1080 (terrier, 1780).

9 Arance conserve un « acte de partage » daté de 1786 et concernant deux quartiers de la Saligue non nommés, mais que l’étude des confronts permet d’identifier comme les partages tas cubes et de dela te Gave. Le quartier du Brousquissa semble avoir été distribué entre la confection des deux terriers (1764, 1776). En 1782, la communauté décide le partage de la Saligue de darré Berdot, puis en 1795 du bois, et parle de celui d'une autre partie de la Saligue. Elle ne semble pas réaliser ce dernier et afferme rituellement (et jusqu’en 1803) les joncs et herbes de la Saligue demeurant à partager, et en vend encore une partie (qui semble être l’ultime) en 1841 pour construire la nouvelle école. Le parcellaire du plan cadastral confirme ces partages successifs.

10 Terriers d’Arrive, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, 0067 (1759), et Saint-Gladie, C 1202 (1780).

11 Tucoo-Chala (P.) et Desplat (Ch.), La principauté de Béarn, 1980, en particulier p. 508-511.

Table des illustrations

Titre Doc. 1. — Tableau récapitulatif des diverses formes du toponyme treytin d’après les états de sections des premiers cadastres (1811-1847)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22367/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Doc. 2. — Les treytures en Béarn au début du xixe siècle.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22367/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Titre Doc. 3. — Artigue au début du xixe siècle.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22367/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Titre Doc. 4. — Berenx : les treytures en 1834.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22367/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Doc. 5. — Arance : les treytures en 1812.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22367/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Doc. 6. — Communes de Saint-Gladie et Arrive (réunies en 1841).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22367/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Titre Doc. 7. — Evolution du nombre des toponymes aux xviie, xviiie et début xixe siècles, d’après les terriers des xviie et xviiie siècles, et le cadastre du xixe siècle.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22367/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k

© Presses universitaires du Midi, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search