Version classiqueVersion mobile

Toponymie et défrichements

 | 
Charles Higounet

Rapports

Toponymie de l’occupation du sol et des franchises en Pologne médiévale

Aleksander Gieysztor

Texte intégral

1Les toponymes, signes d’essarts et de franchises bien lisibles dans leur nombre assez réduit de formes, et dans l’immense quantité d’applications, recouvrent des signifiants dont la valeur exacte, dans le temps et dans l’espace, est loin d’être facile à mesurer.

  • 1 H. Lowmianski, Podstawy gospodarcze formowania sie panstw Slowianskich (Les bases économiques de l (...)
  • 2 Sur la technique des essarts, K. Moszynski, Kultura ludowa Slowian, 1. Kultura materialna (La civi (...)

2Commençons par l’inventaire des noms de lieux susceptibles de nous intéresser comme témoignages directs de la colonisation des espaces forestiers en Pologne et dans quelques pays limitrophes. Nous n’entrerons pas dans le problème du passage, effectué à l’époque archaïque, de l’économie agraire basée exclusivement sur les essarts et la culture temporaire1, à celle où le labourage permanent prédomine tout en conservant la technique de brûlis pour rendre propre à la culture continue une terre couverte de bois2.

3Ce système médiéval de défrichement a laissé des témoignages dans les sources écrites et, en particulier, dans la toponymie. Le terme correspondant de lazy, terres défrichées, et ses dérivés, se sont bien conservés dans les pays des Slaves occidentaux et chez les Slovènes, tandis que parmi les Slaves orientaux un autre mot apparenté, celui de lado, lada, a eu un succès parallèle. L’étymologie, à première vue, me paraît claire : on faisait dériver les Lazeki, attestés au début du xiiie siècle en Pologne, comme ceux qui s’occupent des défrichements, du verbe lazic, se traîner, voyager à pied, d’où lazega, vagabond en polonais moderne. On était enclin à y voir des explorateurs itinérants à la recherche du sol arable.

  • 3 F. Slawski, Slownik etymologiczny jezykapolskiego (Dictionnaire étymologique de la langue polonais (...)
  • 4 Première mention en Bohême en 1177, mais beaucoup plus ancien qu’à la frontière slavo-germanique, (...)
  • 5 Cité par le Slownik Staropolski (Dictionnaire de vieux polonais), Wroclaw, 1963, t. 4, p. 105.

4Mais le même verbe lazic a une autre connotation qui nous semble être plus ancienne, celle de creuser, fouir, bêcher la terre3. D’où le laz, terre cultivée dans la forêt, gagnée sur celle-ci par des essarts, terme courant encore au xviiie siècle chez les Tchèques et les Polonais4, comme celui de lado chez les Russes ; il est bien illustré par une charte de 1498 aux confins sud-est de la couronne de Pologne, où la colonisation des forêts marchait toujours : sunt plerique qui postpositis et neglectis agris propriis, terrulas sibi in silvis nostris et nemoribus vulgo lazy faciunt et conseminant5. Cette pratique, dès ses débuts, présentait, à côté de son aspect économique, un certain attrait social, celui des franchises, au moins temporaires, accordées ou usurpées par les paysans colonisateurs.

  • 6 Codex dipl. necnon epist. Silesie, éd. C. Maleczynski, t. 3, Wratislaviae, 1964, p. 45, charte d’H (...)
  • 7 Codex dipt.. Silesie, op. cit., p. 163, décret des commissaires apostoliques au sujet des dîmes co (...)

5En 1223, on constate en Silésie l’existence d’une catégorie paysanne servile, dite lazeki, en transcription latine lazanki, remontant probablement au plus tard à la seconde moitié du siècle précédent, et non seulement en Silésie. Ce terme désignait les agriculteurs pourvus d’un droit particulier (ius quod lazanki dicitur) et d’une organisation propre, sous l’autorité d’un starosta, préposé ducal au lazanki officio6. Ils se libéraient, conformément à leur volonté, de la servitude en vue de l’exploration et du défrichement des forêts. A côté des franchises accordées de la part du duc, ils se croyaient aussi libérés des dîmes, ce qui leur a été finalement refusé7. L’organisation des groupes défricheurs, à partir de la crise générale du régime ancien du ius ducale, au xiiie siècle, revêtait des formes fort différentes, correspondant à la spontanéité des initiatives et aux voies diverses de la melioratio terrae, but à atteindre par la grande propriété princière, ecclésiastique et laïque de l’époque.

  • 8 Les noms de lieux en question, avec des formes hypocoristiques, comme Laziska, et diminutives, com (...)

6Le résultat toponomastique, c’est plus de deux centaines de noms de lieux qui ont survécu jusqu’à nos jours comme vestiges de ce mouvement, et d’une certaine technique de colonisation des forêts : Laz, Lazy, Laziska, Lazany, Lazeki, Laziec, Zalazy qu’on retrouve dans les différents territoires. Plus marqués en Pologne méridionale, ils y accusent, jusqu’à l’époque moderne, des survivances de la poussée de l’habitat dans les forêts de montagnes et de collines8.

  • 9 Spis..., op. cit., p. 143-144, 177.
  • 10 Environ 260 noms de lieux : Spis..., op. cit., p. 508-511 ; kopac aussi comme essarter, voir Slaws (...)

7Le procédé consistait à abattre les arbres avec des haches de deux espèces (l’une pour les troncs, l’autre pour les branches), à arracher les souches à l’aide d’un hoyau, et à brûler les broussailles plus ou moins desséchées. Il n’est pas étonnant que les phases consécutives de ce dur travail ont pu servir à créer un éventail assez large de noms de lieux. Dans la montagne, ce sont les Cerla, Cyrla, Cerhla (sept cas existent toujours) qui dérivent du verbe, dans le patois local, cerhlic, abattre le bois afin de les préparer par dessèchement au feu9. Des très nombreux Kopacz, Kopalina, Kopana, Kopanina, Kopanka, Kopan — Zakopane y appartient aussi — ne sont compréhensibles qu’à partir du verbe kopac dans le sens de bêcher la terre pour l’essarter10.

  • 11 Praga : 23 noms de lieux en Pologne, aussi Prazuchy, Spis..., op. cit., p. 916-997 ; Slownik Geogr (...)
  • 12 Zar et pareils : Spis..., op. cit., p. 1368-1369, Zdzar et pareils, ibid., p. 1371 : 40 localités  (...)

8L’autre étape préparatoire et son effet, le brûlis, ont donné plusieurs noms de lieux : Praga (en tchèque Praha) du verbe prazyc, brûler, et nous connaissons une catégorie paysanne médiévale, celle de popraznicy, analogue aux lazeki11 ; Zar, Zary, Zarki, Podzar {zar, braise) représentés par trois dizaines de toponymes parsemés dans le pays ; aussi des nombreux Zdzar, Zdzary, Zdziary de la même racine ; Zagan (Sagan), forêt brûlée, du verbe zec, zegac, mettre le feu12.

  • 13 Aussi Polanica, Polanka : Spis, op. cit., p. 893-894 ; Brückner, Slownick, op. cit., p. 429 ; la m (...)

9L’homme, dans sa recherche d’un terrain favorable pour son habitat et son agriculture, trouvait parfois des clairières naturelles au milieu de la forêt. La polana, chez tous les Slaves, un endroit dégarni d’arbres, est devenue un nom de lieu. Moins fréquent dans la plaine polonaise, il l’est beaucoup plus dans le pays de collines et dans la montagne où ce lieu servait de point de départ pour rendre propre à la culture des terrains boisés voisins13.

  • 14 Aux soins de l’Institut d’Histoire de l’Académie, jusqu’ici, par exemple : Slownik historyczno-geo (...)

10En terminant la revue du lexique toponymique portant sur les défrichements, il nous semble encore difficile, voire impossible, d’en établir une chronologie précise. Les noms de lieux en question émergent tous d’un passé lointain slave indéfini — toutes les racines appartiennent au slave commun — et accusent leur utilité aussi bien au Moyen Age qu’à l’époque moderne. La grande vague de colonisation, commencée au xiie siècle, en a profité en changeant les termes techniques, hérités des significations nouvelles. Les vagues successives, comme celle du xive et xve siècles, dans les territoires sud-est du royaume de Pologne, en faisaient de même. Il faut attendre le Dictionnaire de géographie historique, en cours de publication, par territoires, de la Pologne médiévale, pour juger un peu mieux sur la fréquence des termes utilisés dans la toponymie et leur ancienneté14.

  • 15 T. Wierzbowski (éd.), PrzywUeje miasta stolecznego Starej Warszawy, 1376-1772 (Privilèges de la vi (...)
  • 16 Slawski, Slownik, t. 4, p. 214 ; Spis, op. cit., p. 593-594 ; ces noms de lieux sont groupés en Ha (...)
  • 17 R. Grodecki, Wole i Lgoty. Przyczynek do dziejów osadnictwa w sresniowiecznej Polsce (Contribution (...)

11Avec les défrichements, mais pas nécessairement avec eux, il faut lier un autre groupe de toponymes, peu différencié dans ses formes, mais représenté par un nombre imposant de localités. Ce sont les Lgota et les Wola. En effet, les Wola, et leur dérivatifs, existant aujourd’hui en Pologne, comptent jusqu’à quinze cents villages, tandis que les Lgoto ou Ligota atteignent une soixantaine. Le sens étymologique est hors de doute : wola médiévale, c’est la liberté, comme le dit le nom latin du village Wielka Wola, près de Varsovie, dans une charte de 1379 : Magna Libertas15 ; Lgota médiévale, c’est l’allègement, la franchise16. En effet, dans l’économie rurale de Pologne, les deux termes signifiaient une franchise temporaire (10-20 ans) accordée aux colons formant un nouveau village, de leur cens et labeurs dus au seigneur et, souvent aussi, de la dîme ecclésiastique ; le régime de ce nouveau village pouvait être celui du droit censitaire teutonique (ius Sredense, ius Culmense), mais aussi celui du droit censitaire polonais (ius Polonicum)17.

  • 18 Grodecki, Wole, p. 49.
  • 19 Sur la-colonisation, accrue à partir du milieu du xiiie siècle, voir aussi la synthèse de A. Rutko (...)

12A côté de nombreuses Wola et Lgota tout court, fréquemment on ajoutait à ces noms de lieux le nom de personne, celui du maire chef de l’entreprise de colonisation ou celui du seigneur propriétaire de la terre, par exemple Elgotha Goczhalti ; Elgotha Sventoslai ; Marcussii Libertas, Wola Gotfridi ; parfois, le nom du village ancien dont la forêt adjacente formait le terrain de la colonisation (Wola Zawada). Des changements fréquents, dans les dénominations, sont visibles aux xive et xve siècles18, aussi bien que leur disparition pour des raisons différentes (échec de l’entreprise ; attrait d’un village voisin)19.

  • 20 Grodecki, op. cit., p. 58 : les Lgota, aux xiiie et xive siècles, payaient leurs dîmes more Poloni (...)
  • 21 J.W. Schulte, « Ujazd und Lgota. Ein Beitrag zur schlesischen Orts namenforschung », dans Zeitschr (...)

13La chronologie des Lgota commence en Silésie (1228) : un village de ce nom, existant avant 1289, reçut, à cette date, le ius teutonicum20. Il paraît qu’au milieu du xive siècle, le phénomène des Lgota s’est ralenti pour disparaître rapidement. Au contraire, les Wola faisant leur apparition dans la seconde moitié du xiiie siècle (à partir de 1254), et dans toute la Pologne, prennent leur essor aux xive et xve siècles et continuent leur formation à l’époque moderne. Profitant du droit coutumier polonais ou fondés, très souvent, au droit teutonique, avec la population autochtone ou d’expression allemande, transférés à ce dernier droit après des années d’existence coutumière, ces villages sont aussi nés de la marche des défrichements. Tandis que le terme de Lgota accuse l’origine tchèque — en Bohême et en Moravie, on connaît environ trois cents Lhota à partir de la fin du xiie siècle21 — celui de Wola est né dans l’espace linguistique polonais et est resté dans les limites du royaume de Pologne et de ses fiefs, comme la Masovie.

14Tous les deux, ainsi que les toponymes de défrichement, sont des variantes propres au pays, et apparemment, en même temps, au grand phénomène du départ, en décalage dans l’espace et dans le temps de la civilisation européenne vers un nouvel essor démographique et vers un nouveau paysage rural et urbain.

Notes

1 H. Lowmianski, Podstawy gospodarcze formowania sie panstw Slowianskich (Les bases économiques de la formation des Etats slaves), Warszawa, 1953 ; du même auteur, Poczatki Polski (Les origines de la Pologne), vol. 1-6, Warszawa, 1964-85 ; du même auteur, Rolnictwo u Slowian (L’agriculture chez les Slaves), dans Slownik Starozytnosci Slowianskich (Lexicon Antiquitatum Slavicarum), t. 4, Waroclaw, 1972, p. 526-533, avec une ample bibliographie ; l’auteur date du ve-viie siècle la transformation de l’agriculture des essarts temporairement cultivés, en labourage permanent ; les réserves des archéologues ont été exprimées par K. Jazdzewski, « Z problematyki poczatkôw Slowianszczyzny i Polski » (Problèmes des origines des Slaves et de la Pologne), dans Acta Archaeologica Lodzensia, t. 16, 1968.

2 Sur la technique des essarts, K. Moszynski, Kultura ludowa Slowian, 1. Kultura materialna (La civilisation des peuples slaves, 1. Culture matérielle), Kraków, 1929, p. 139 sq.

3 F. Slawski, Slownik etymologiczny jezykapolskiego (Dictionnaire étymologique de la langue polonaise), Kraków, t. 5, 1975, p. 56-67.

4 Première mention en Bohême en 1177, mais beaucoup plus ancien qu’à la frontière slavo-germanique, en Basse Styrie, ce toponyme est attesté 40 fois, Lowmianski, Rolnictwo, p. 530.

5 Cité par le Slownik Staropolski (Dictionnaire de vieux polonais), Wroclaw, 1963, t. 4, p. 105.

6 Codex dipl. necnon epist. Silesie, éd. C. Maleczynski, t. 3, Wratislaviae, 1964, p. 45, charte d’Henri, duc de Silésie, pour l’abbaye de Lubiaz : villain Sychouam (Sichów près de Jawor) nuncupatam ad claustrum prefatum contulissem pro eo, ut et eiusdem ville coloni mei videlicet decimi rustici bona voluntate villam iam dictam exirent, vitare cupiens, ipsorum coram Deo obiectionem a iugo servitutis, quo hactenus subiecti afuerant liberos esse deinceps concessi, concedens eisdem ius quod lasanki dicitur perpetuo habendum... (suit une liste de seize noms de personnes de la familia). Statut itaque homines supranominatos starozte Bogdano de Polkouic, qui et lasanki officio preest, esse subiectos.

7 Codex dipt.. Silesie, op. cit., p. 163, décret des commissaires apostoliques au sujet des dîmes contestées entre Henri, duc de Silésie, et Laurent, évêque de Wroclaw, 1227 : Cum enim ex abusu prave consuetudinis et antiquitate quidam homines wlgariter appellati smardones, lazaky, strozones, popraznici, aratores decimas non solverent, prefatus dux ad plenam solutionem decimarum pro bono pads ipsos astrinxit potestate principatus. Sur la politique de colonisation à l’aide des éléments autochtones et immigrés, voir B. Zientara, Henryk Bodaty i jego czasy (Henri le Barbu et son temps), Warszawa, 1975, p. 189 sq. Sur les catégories paysannes mentionnées, et en particulier sur les lazaki : K. Modzelewski, Organizacja gospodarcza panstwa piastowskiego, X-XIII wiek (l’organisation économique de l’Etat des Piast, xe-xiiie siècles), Wroclaw, 1975, p. 181.

8 Les noms de lieux en question, avec des formes hypocoristiques, comme Laziska, et diminutives, comme Lazek, en comptent plus de 230, dont une partie ne sont que des hameaux adjacents au village primordial, voir Spis miejscowosci Polskiej Rzeczypospolitej Ludowej (Liste de lieux de la République de Pologne), Warszawa, 1967, p. 622-625 ; aussi Slownik Geografisczny Królestwa Polskiego (Dictionnaire géographique du royaume de Pologne), Warszawa, t. 5, 1884, p. 616 sq. Leur importance historique a été mise en relief par R. Grodecki, « Lazy, Zalazy, Lazeki », dans Jezyk Polski, t. 10, 1925, p. 108-111 ; J. Los, ibid., p. 111 ; J. Czubek, ibid., t. 11, 1926, p. 21-26.

9 Spis..., op. cit., p. 143-144, 177.

10 Environ 260 noms de lieux : Spis..., op. cit., p. 508-511 ; kopac aussi comme essarter, voir Slawski, op. cit., t. 2, p. 450. Il existe un certain nombre de toponymes avec la racine trzeb ; trzebic (extirper, essarter, sarcler un champ, mais aussi châtrer) appartient à ce champ sémantique. La bulle de 1136 pour l’archevêché de Gniezno connaît les trzeblewicy, une catégorie paysanne probablement analogue aux lazeki, Codex dipl. et comm. Masoviae, ed. J.K. Kochanowski, t. I, Varsoviae, 1919, p. 45 : item plenarias decimationes super eos qui trebleuici el radlici dicunlur (radleuici du radio, araire). Il est probable que les Zareby, Zarebki, à une certaine mesure, appartiennent aussi à ce vocabulaire (du verbe zarebywac, marquer par une entaille, entailler). A. Brückner, Slownik etymologiczny jezyka polskiego, Krakôw, 1927, p. 455 ; K. Potkanski, « Podhale », dans Pisma posmiertne, t. 1, Krakôw, 1922, p. 239, qui cite, d’après les registres de 1564-81, les zarebniki, comme paysans aux pieds de Tatra et des Beskides en Pologne méridionale.

11 Praga : 23 noms de lieux en Pologne, aussi Prazuchy, Spis..., op. cit., p. 916-997 ; Slownik Geograficzny, op. cit., t. 9, p. 13 ; popraznici dans la charte de 1227, citée à la note 7 ; village Poprezniki près de Turek, Slownik Geograficzny, op. cit., t. 8, p. 810.

12 Zar et pareils : Spis..., op. cit., p. 1368-1369, Zdzar et pareils, ibid., p. 1371 : 40 localités : Brückner, Slownik, p. 662. D’autre part, les Zgorzelec, Pogorzela, Zgierz et Zegrze, Gorzeh ainsi que Spala et leurs semblables, dérivant de gorzec, brûler, être embrasé, ou palic, brûler, sont sujets à caution à cause de leur origine possible non seulement du brûlis, mais aussi d’un incendie fortuit ou sinistre de l’habitat humain.

13 Aussi Polanica, Polanka : Spis, op. cit., p. 893-894 ; Brückner, Slownick, op. cit., p. 429 ; la même racine que pole, champ, et Polska, Pologne (Polonia comme Campania d’après Gervais de Tilbury vers 1211-1216, Otia SS.RR., Brit. 2, p. 764) ; les toponymes basés sur polana sont aujourd’hui au nombre de 66, dont dix dans la plaine ; voir aussi Slownik Geograficzny, t. 8, p. 561.

14 Aux soins de l’Institut d’Histoire de l’Académie, jusqu’ici, par exemple : Slownik historyczno-geograficzny województwa poznanskiego w sredniowieczu, I, 1-3, Wroclaw, 1981-1983 ; ...wojewôdztwa krakowskiego, I, 1-3, Wroclaw, 1980-1985 ; ...Mazowsze, wojewôdzlwo plockie, I, 1-2, Wroclaw, 1980-1981.

15 T. Wierzbowski (éd.), PrzywUeje miasta stolecznego Starej Warszawy, 1376-1772 (Privilèges de la ville capitale de Varsovie, vieille ville), Warszawa, 1913, p. 3 ; Spis..., op. cit., p. 1245-1267, aussi Wolica et Wólka ; Slownik Geograficzny, op. cit., t. 13 ; la répartition géographique est assez égale avec une représentation accrue en Petite Pologne.

16 Slawski, Slownik, t. 4, p. 214 ; Spis, op. cit., p. 593-594 ; ces noms de lieux sont groupés en Haute-Silésie (forme germanisée Ellguth-Elgot) et dans les districts limitrophes en Grande et Petite Pologne.

17 R. Grodecki, Wole i Lgoty. Przyczynek do dziejów osadnictwa w sresniowiecznej Polsce (Contribution à l’histoire de l’habitat humain en Pologne médiévale), dans Studia z historii spolecznej i gospodarczej..., F. Bujakowi, Lwów, 1931, p. 45-65 ; A. Gieysztor, « Les chartes de franchises urbaines et rurales en Pologne au xiiie siècle », dans Les libertés urbaines et rurales du xie au xivesiècle. Pro Civitate. Histoire, t. 18, Bruxelles, 1968, p. 113 sq. « Die ostdeutsche Ostsiedlung des Mittelalters als Problem der europaischen Geschichte », éd. W. Schlesinger, dans Vortrage und Forschungen, t. 18, Sigmaringen, 1975 ; pour la Bohême : F. Graus, Dejiny venkovského lidu v dobê predhisitské (Histoire de la population rurale à l’époque pré-hussite), t. I-II, Praha, 1953-1957.

18 Grodecki, Wole, p. 49.

19 Sur la-colonisation, accrue à partir du milieu du xiiie siècle, voir aussi la synthèse de A. Rutkowska-plachcinska, dans Historia kultury materialnej Polski, t. II, Wroclaw, 1978, p. 12 sq.

20 Grodecki, op. cit., p. 58 : les Lgota, aux xiiie et xive siècles, payaient leurs dîmes more Polonico en gerbes recueillies in campis ; avec le transfert au droit teutonique, la dîme devenait pécuniaire.

21 J.W. Schulte, « Ujazd und Lgota. Ein Beitrag zur schlesischen Orts namenforschung », dans Zeitschrift de Vereins für Geschichte Schlesiens, t. 25, 1891 ; le nom de lieu Ujazd dérive d’une institution du droit coutumier, dont le terme technique est exactement traduit en latin de chartes comme circuitio, circuitus, ambitus, circumequitatio, ce qui signifiait, dès le début du xiiie siècle, un tour d’un circuitor officiel, tour ordonné par le duc, d’un domaine avec ses forêts, pour établir les frontières et les droits de propriété. Ce toponyme (environ 25 cas) n’appartient donc qu’indirectement à notre sujet.

© Presses universitaires du Midi, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search