Version classiqueVersion mobile

Toponymie et défrichements

 | 
Charles Higounet

Rapports

Les noms de défrichement en Allemagne occidentale

Reinhard Bauer et Angela Von Treuberg

Texte intégral

Le point de départ

  • 1 Voir Leister (Ingeborg), « Poströmische Kontinuität im ländlichen Raum », dans Berichte zur deutsc (...)

1Au bas Moyen Age, le territoire de l’actuelle République Fédérale Allemande était constitué de trois différentes aires culturelles. Au Sud et à l’Ouest, se trouvaient des régions ayant appartenu à l’empire romain, où le développement économique et intellectuel reposait sur la civilisation romaine. C’était surtout dans des villes comme Trêves, Cologne et Augsbourg que la continuité était évidente. Mais c’est aussi à la campagne que les conséquences culturelles de Rome sont affirmées par des trouvailles archéologiques, des toponymes et des modes de production1. L’église, en utilisant le latin parlé et écrit, jouait un rôle important dans cette situation.

2Une deuxième aire était située au cœur de l’Allemagne, dans les plaines fertiles de la « Germanie libre ». A l’est du Rhin et du limes, en Westphalie, en Basse-Saxe, en Hesse et en Franconie de l’Est, des tribus germaniques s’étaient installées, à la fin des migrations des peuples, pour y cultiver la terre. Depuis la fin du vie siècle, ils se trouvaient de plus en plus sous l’empire du royaume franc, formé par l’héritage culturel romain, et ils furent christianisés.

3Une troisième aire s’était formée aux marges du royaume franc, c’est-à-dire au Nord et à l’Est, dans des forêts et dans certaines régions montagnardes. Il s’agissait là de régions presque inhabitées. Ces territoires étaient peuplés, en partie, aussi par des Slaves, comme c’était le cas au nord-est de la Bavière et au sud-est de Schleswig-Holstein. Dans ces régions, le peuplement systématique par les Allemands ne s’est fait, partiellement, qu’à l’époque de Charlemagne.

  • 2 Voir Schlüter.

4Si l’on reconstruit, pour le vie siècle, les aires peuplées et, de ce fait, non boisées, tout en se basant sur des découvertes archéologiques et sur des toponymes datant de cette époque, il en résulte que plus de 90 % du pays étaient couverts de bois (avec prédomination des bois feuillus et des forêts mixtes) avec, toutefois, un décalage net entre l’Est et l’Ouest et le Sud et le Nord2. Pourtant, on peut y observer de très grandes différences régionales. L’occupation du sol était très poussée, notamment dans plusieurs vallées, le long des cours d’eau et dans les territoires à l’ouest du Rhin. Par contre, dans d’autres régions, il n’avait même pas été entamé.

  • 3 Voir Mantel, p. 36 sq.

5Si l’on compare l’état des choses du xie siècle avec celui du xiiie, on constate une différence prononcée : au Moyen Age finissant, il existait moins de contrées boisées que de nos jours ; plus des trois-quarts du pays étaient non boisés, constituant ainsi des surfaces cultivables3. La densité de la population, le peu de rendement qui pouvait en être tiré, en étaient la cause.

L’importance de la forêt pour l’homme du Moyen Age

  • 4 Bitterauf, LXXXIII.
  • 5 Mantel, p. 38 sq.

6La forêt était d’une très grande valeur, dans la mesure où elle pouvait servir à avoir des essarts. Ainsi, elle assurait à ses propriétaires des redevances provenant des lotissements4. Il existait des forêts dont le défrichement avait été libéré. Il en existait d’autres dont le défrichement était interdit. Celles-là appartenaient, le plus souvent, au souverain. Ces forêts étaient d’une grande importance pour les habitats ruraux du voisinage, puisqu’on y pouvait mener paître le bétail (les cochons, mais aussi les vaches). De plus, on en pouvait tirer le bois et y aller à la chasse5. La chasse jouait un rôle important à cette époque peu riche en divertissements et fêtes. Elle servait, non seulement à l’approvisionnement en viande et en fourrure, mais aussi à l’amusement seigneurial. Ne serait-ce que pour s’assurer la chasse gardée, les seigneurs et les hommes d’Église accordaient une grande importance à la protection de la forêt située à proximité de leurs résidences. En partie, de telles forêts étaient entourées d’une clôture.

  • 6 Voir Sporhan-Krempel (Lore), Von Stromer (Wolfgang), Die Nadelholzsaal in den Nürnberger Reichswäl (...)

7C’est ainsi que les forêts au sud de Munich, par exemple, ont été conservées ; seuls, des défrichements peu importants avaient été autorisés et les défrichements anciens avaient été reboisés. Mais aussi des villes impériales, comme Nurenberg, avaient grand soin des domaines impériaux. Là, on développait aussi la mise en valeur systématique des bois6, puisque les forêts fournissaient les matières premières indispensables à l’économie de la ville, tels le bois et le miel. Encore, de nos jours, on y trouve un des centres les plus renommés de jouets et de pain d’épices.

8Le défrichage des forêts est considéré comme l’activité la plus importante des hommes ayant vécu au bas et haut Moyen Age. Le roi, l’aristocratie et, avant tout, l’Église profitaient de cette occasion pour trouver de l’argent et pour augmenter leur influence. Les hommes simples se voyaient obligés d’accepter un travail dur et de supporter de fortes privations pour subvenir à leurs besoins et pour faire accroître leur influence.

Le déroulement d’un défrichement

  • 7 Chonradi Chronicon Schirense, MGSS, XVII, p. 615 sq. Voir Sturm, p. 145 sq.

9Malheureusement, nous n’avons pas de documents de cette époque primaire décrivant le déroulement exact d’un défrichement. Il nous faut donc nous référer, d’une part, aux toponymes et, d’autre part, aux quelques rares textes que nous présentent les documents d’une époque plus récente. Par une chronique datant du xiie siècle, nous savons comment se déroulait un défrichement dans les Préalpes bavaroises vers l’an 11007.

10Un comte dépassait les limites de son propre village (appelé Willing) pour s’approprier un terrain boisé et inoccupé, selon la vieille coutume suivante : on encochait les arbres, allumait des feux, bâtissait des maisons et y restait enfin pendant trois jours afin de prétendre à l’héritage, selon le droit successoral. Quelque temps après, ce même comte s’y rendait de nouveau avec ses paysans et ses serfs, répétait les coutumes mentionnées afin de prouver qu’il en était le maître. On commençait alors à défricher la forêt, à cultiver le pays, ainsi qu’à le rendre habitable. Selon le droit canonique, les colons appartenaient toujours à leur ancienne paroisse, Willing, à laquelle ils devaient payer la dîme jusqu’à ce que l’évêque compétent leur laisse bâtir une église. La forêt portait avant le nom Helingerswenga, le village celui d’Innerzell (aujourd’hui, Bayrischzell). Il reçut son nom d’une Klosterzelle, c’est-à-dire d’une cellule d’un couvent, offert en sacrement à Sainte-Marguerite. Voici donc l’exemple d’un village, dont l’origine est prouvée par défrichement et dont le nom ne se rapporte qu’indirectement à ce défrichement.

11Lorsqu’on connaît une localité et ses alentours ou même lorsqu’on ne la regarde que sur une carte topographique, on peut reconnaître si, et souvent quand, elle prit son origine par défrichement. Le plan d’une localité et de ses champs est une indication importante pour ce qui concerne le défrichement, ainsi que le nom de lieu et celui des champs des alentours. En règle générale, on découvre nettement ces paysages qui ont été défrichés de manière systématique par leur parcellement régulier. On en trouve des exemples typiques dans les montagnes moyennes comme, par exemple, la forêt bavaroise et les territoires de l’Est, qui appartenaient au Moyen Age au royaume allemand. Le plus souvent, ces localités ainsi créées portent des noms de défrichement se terminant par -reut ou des noms que nous pouvons classifier comme nom de défrichement indirect.

12Comment cette activité de défrichement se reflète jusqu’à nos jours dans la toponymie, voilà le sujet de cet exposé. Nous nous appuyons sur des sources écrites provenant du haut Moyen Age et du Moyen Age finissant.

Les noms de défrichement au sens large du terme

  • 8 Schroder (Edward), « Bachnamen und Siedlungsnamen in ihrem Verhältnis zueinander », dans Deutsche (...)

13Puisqu’on peut dire que la presque totalité des lieux habités, nés entre le vie et le xiiie siècle, ont été créés à la suite d’opérations de défrichement de la forêt, on pourrait en effet qualifier les toponymes, datant de cette époque, des noms de défrichement au sens large du terme. Ainsi, les noms se terminant par le suffixe -bach (ruisseau), disent que, dans une région près d’un ruisseau, qui avait autrefois le même nom, il y avait eu défrichement et installation d’habitation8. Ce suffixe se retrouve, avec des différences régionales, entre le viiie et le xe siècle et il indique ainsi le défrichement. La même régularité s’applique, avec des différences dans le temps et dans l’espace, à beaucoup d’autres mots de base, comme par exemple -brunn (qui signifie « source »), -stetten (« lieux »), -hausen (« maison ») et - wang (« pente »).

  • 9 Bach, II, §618.
  • 10 Bach, II, §621.
  • 11 Bach, II, §622.

14Dans cette catégorie, nous incluons aussi quelques catégories de noms qui sont, pour la plupart des noms savants, regardés comme les vrais noms de défrichement, parce qu’ils étaient souvent utilisés pour des établissements de défrichement, alors que leur sens n’indique pas le défrichement. Ce sont surtout les suffixes -hagen (ou -hain) signifiant d’abord « lieu entouré d’une clôture de haies d’épines » en Allemagne du Nord et en Allemagne centrale9, -seifen (ou -siefen,-sieperi) avec le sens de « colonie près du marais » dans l’ouest de l’Allemagne10, -zell (originairement des cellules monastiques) dans l’est de la Bavière11, et les toponymes elliptiques qui sont surtout fréquents en Allgäu et en Hesse.

  • 12 Bach, II, §623, sq.
  • 13 Laur, p. 279 sq.

15Cette dernière catégorie de noms n’est formée que du génitif d’un nom de personne12 sans suffixe (par exemple Eckharts qui signifie « d’Eckhard ») ou Sterbfritz (qui signifie « du Starkfried »). Aussi les noms finissant par -mark (venant de l’ancien haut allemand marcha qui signifie « frontière, région frontière, forêt frontière ») sont considérés comme des noms de défrichement dans certaines régions13.

Les noms de défrichement au sens étroit du terme

16En outre, il y a des noms de défrichement directs qui, très souvent, sont uniquement appelés noms de défrichement. C’est la catégorie de noms desquels nous voulons surtout parler ici, parce qu’ils révèlent la manière du défrichement. Dans la région très étendue dont nous parlons, il existe toutes sortes d’espèces de noms de différentes époques, et c’est pourquoi nous ne pouvons que nous efforcer de résumer les phénomènes les plus importants.

  • 14 Bach, II, §615 sq.

17L’activité la plus caractéristique et la plus ardue du défrichement était le déterrement des racines, c’est-à-dire le défrichement proprement dit. Celui-ci se révèle aussi bien dans le vocabulaire appellatif que dans les toponymes. Les noms se terminant par -rod(e) ou -roda (surtout en Allemagne centrale), -rad(e) (en Allemagne du Nord et de l’Ouest), -reut (en Allemagne du Sud), réduit souvent à Rütli ou collectivisé à Greut, Kreut, Riet (aussi -richt en Bavière) avec un grand nombre de variations dialectales, sont très répandus14.

  • 15 Bauer.
  • 16 Schröder (Edward), « Zur Geschichte der Ortsnamen auf-rode », dans Deutsche Namenkunde, Gottingen, (...)
  • 17 Schnetz, p. 59.
  • 18 Bach, II, §622 et Schnetz, p. 60.
  • 19 Schnetz, p. 59.

18Alors que cette catégorie de noms se retrouve d’une façon sporadique dès les premiers documents datant du viiie siècle (par exemple, Gerwinesrode en 77915) la plupart des lieux accusant ce suffixe ont été fondés ultérieurement, comme le prouve leur situation relativement défavorable. Ces noms sont formés d’une façon prépondérante d’après les noms des fondateurs du lieu et chefs de défrichement16. L’extraction des racines a également formé d’autres noms comme ceux finissant par -zorn (venant du verbe zerren, qui signifie « tirailler »)17, -räum (venant de räumen, au sens de roden, c’est-à-dire « défricher »)18 et -stock (de Wurzelstock, « racine », indiquant une « région où les racines dépassent encore la surface du sol »)19.

  • 20 Bach, 11, §622.

19D’autres catégories de noms se rapportant à l’abattage des arbres se trouvent surtout en Allemagne du Sud, où le défrichement a été le plus intense20. Ainsi, les noms finissant par -schlag signifient qu’en ce lieu on a abattu la forêt. Les suffixes -hau (aussi Gehau, Kai, dérivé du verbe hauen, « battre ») et -mais (venant du moyen haut allemand meizen, qui signifie « couper ») ont la même signification. De tels noms existent surtout dans la forêt bavaroise et dans la forêt de Bohême, c’est-à-dire dans des régions qui n’ont été défrichées qu’au haut Moyen Age. Les noms finissant par -schwend, qui sont également surtout répandus dans la partie méridionale de l’Allemagne, remontent au substantif ancien haut allemand swendi, qui signifie « anéantissement », et ils caractérisent ces lieux où on a fait disparaître la forêt.

  • 21 Bitterauf, nos 70 et 207.
  • 22 Schnetz, p. 58.

20Déjà, de l’an 775, nous est transmis une forêt au nom de Archinswenti et, de l’an 804, au même endroit, un village nommé Archinswente21. Il s’agit en l’occurence du défrichement d’une forêt par un homme s’appelant Archo. De ce défrichement, est née l’agglomération rurale nommée aujourd’hui Airischwand. Le verbe schwenden était apparemment utilisé différemment d’après les régions. Ce terme technique se réfère à la méthode pour faire mourir les arbres : soit en les décortiquant, soit en détruisant la forêt par un feu, afin de rendre le sol cultivable22.

  • 23 Bach, II, §622.
  • 24 Bauer.
  • 25 Bach, II, §370, avec d’autres explications et une bibliographie.

21Outre ces toponymes et microtoponymes construits avec -schwend, on trouve le nom G(e)schwend, dont le préfixe ge- a une signification collective (préfixe de généralisation). Le sens de ces deux expressions est le même, c’est-à-dire « lieu où on a fait disparaître les arbres »23. La catégorie des noms provenant du défrichement par le feu nous paraît assez problématique parce que ces noms sont partiellement sujets à discussion, en ce qui concerne leur signification. Les toponymes se terminant par -brand (« feu »), -brunst (dérivé du verbe brennen, « brûler ») et -sang (de sengen, « flamber ») ne paraissent, à quelques exceptions près (en 914, Adolfesbrunst)24, que vers l’an 110025. Bien qu’en Allemagne, le défrichement par le feu soit documenté en l’an 1150 et que, plus tard, il soit attesté par des actes d’interdiction, il n’était sans doute pas utilisé souvent. Le fait qu’une forêt vivante ne brûle que difficilement, que des racines ne peuvent pas être extraites par le feu et que les arbres de haute futaie étaient assez précieux déjà au Moyen Age, ce fait est en contradiction avec l’affirmation antérieure de la recherche. A notre avis, les noms se terminant par -brand pourraient partiellement remonter à des événements isolés comme, par exemple, un incendie de forêt. Il est également possible d’interpréter les noms indiquant le défrichement par le feu d’une autre manière : on brûlait l’ensemble des racines et des morceaux de branches résultant du défrichement ainsi que les buissons inutiles, pour fertiliser les champs avec leurs cendres. Une méthode semblable est encore toujours en cours dans certaines régions, par exemple au Brésil.

  • 26 Bach, II, §619.
  • 27 Bach, II, §622.

22Les types de noms que l’on trouve dans l’ouest de l’Allemagne peuvent peut-être montrer les préparatifs du défrichement. On peut faire probablement remonter les noms se terminant par -scheid (ou -schied,-sched) au terme scheiden, qui signifie « séparer »26. Comme nous le savons de sources écrites, on a séparé la région que l’on voulait défricher avant de la défricher. C’est au suffixe -bracht (ou -brecht, -bert) que l’on donne également la signification « d’une région séparée par des bornes en vue du défrichement »)27.

  • 28 Bauer.
  • 29 Schnetz, p. 38.
  • 30 Schnetz, p. 62.
  • 31 Voir Schnetz, p. 59.

23Quelques toponymes décrivent le défrichement par sa forme. Ainsi, le toponyme Zant apparaît en Bavière de nombreuses fois, comme par exemple, en 914, Richgeraszanta28. On le met en rapport avec l’ancien haut allemand zand, qui signifie « dent » ; il est probable que ce nom indiquait les défrichements ayant la forme d’une dent. De même, il faut interpréter quelques-uns des toponymes du type Gern (dérivé du moyen haut allemand ger, « pointe »)29 et Riem(en), signifiant « bande étroite »)30, comme des noms qui montrent la forme du défrichement ou des champs. Une fois la forêt défrichée, on a créé des noms comme -platten (« chauve »), -kahl (« pelé »), -bar (« nu »), -bloss (« découvert ») ou -licht (« clair »)31.

  • 32 Bach, II, §622, et Degen, p. 117 sq.

24Parmi les toponymes de l’ouest de l’Allemagne Centrale, le suffixe -griin (« vert ») est très fréquent32. Parce qu’il s’applique uniquement aux défrichements postérieurs dans les montagnes moyennes, on présume que ce terme indiqua le vert clair des prés et des champs germant après le défrichement de la forêt sombre. Des noms de familles sont souvent la partie déterminante de ce type de nom, indiquant ainsi la fondation de ces localités à la fin du Moyen Age.

Dénominations slaves et danoises

  • 33 Eichler, p. 368 sq.
  • 34 Eichler, p. 369.
  • 35 Eichler, p. 371.

25Dans certaines régions allemandes, des noms slaves datant de 700 à 900 se sont conservés. On trouve aussi, parmi eux, des noms de défrichement comme, par exemple, Isaar (district Hof) ; apparaissant en 1422 sous la forme Iser, dérivé du mot slave *izzar, qui signifie « défrichement par le feu »33. De même, Wasserknoden (district Kulmbach), apparaissant en 1071 sous la forme Kloden, venant du mot slave klod, qui signifie « souche, tronc »34, et Lesau, Losau, ou Lesten, venant de lès, qui signifie « forêt » ou de laz, qui signifie « essart »35.

  • 36 Eichler, p. 374.
  • 37 Eichler, p. 375 et 388.

26D’autres exemples d’origine slave : Posseck (district Kronach), en 1180, Pascik, venant de pasëka, « abattage du bois »36, Schreetz (district Bayreuth), venant de cretez, qui signifie « essart »37.

  • 38 Schwarz, p. 326 sq.

27En outre, il existe également des noms de défrichement ayant un mot de base allemand, mais dont le mot déterminant est slave. Cela prouve que, dans l’ouest de l’Allemagne, les Slaves participaient au défrichement aux côtés des Allemands, et qu’ils occupaient une position prépondérante. On trouve aussi, très fréquemment dans ce domaine, des toponymes avec le mot de base -reuth, comme Radansreuth (en 1185, sous la forme Radanisruth, qui signifie « défrichement du Radan »), Tauchersreuth (en 1109, Tuchanesruit, « défrichement du Tuchan ») et Lesmannried (en 1184, Levansried, « défrichement du Levan »)38.

  • 39 Laur, p. 274 sq.

28Dans le Schleswig-Holstein, existent aussi des noms de défrichement danois se terminant, par exemple, par -tved (venant du vieux nordique bveit, qui signifie « frapper, pousser », par -fellae (venant du terme dialectal suédois fellci, qui signifie « défrichement par destruction de l’écorce » et par rod, qui signifie « défricher »)39.

Des noms de défrichement plus récents

29Une grande partie des toponymes allemands sont des noms de défrichement ; dans certaines régions, ils en constituent même la presque totalité. Beaucoup d’entre eux existaient autrefois, mais ont disparu avec la localité qu’ils désignaient. La plupart des villages, qui ont été abandonnés à la fin du Moyen Age ou au cours de la guerre de Trente Ans, étaient mal situés. Ils avaient été fondés pendant la dernière phase du défrichement et portaient ainsi des noms correspondant à cette époque.

  • 40 Voir Fehn et Eigler.
  • 41 Topographischer Allas, carte 82.

30Dans certaines régions, dans la plupart des cas, celles des hautes couches des montagnes moyennes, c’est à la fin du Moyen Age qu’on défrichait encore méthodiquement de grands territoires. Puisque nous en possédons des sources écrites, nous sommes bien informés du cours de ces processus de peuplement40. Ce n’est que dans certaines occasions que des noms de défrichement furent attribués à ces lieux de défrichement comme, par exemple, -reut, -greut et Reutern. Apparemment, ces noms n’ont pas été donnés systématiquement, mais ils furent le résultat spontané des noms existant déjà. Dans les temps modernes, les noms finissant par -reut s’imposèrent de nouveau avec force. Il en fut ainsi pour la forêt bavaroise pendant les peuplements méthodiques organisés par les princes-évêques de Passau. C’est ainsi que furent créés Leopoldsreut en 1618, Philippsreut en 1692, Bischofsreut en 1705 et Firmiansreut en 1764. Ce type de mots déterminants offrait ainsi une sorte de monument à la mémoire des seigneurs, souverains, et autres évêques, qui organisèrent le défrichement. Plus tard, lorsque ces terrains firent partie du royaume bavarois, un nouveau lieu s’y ajouta, en 1830, Theresienreuth, ainsi nommé d’après l’épouse du roi Louis Ier41.

  • 42 Reitzenstein, p. 373.

31De telles formes de dénomination se répartirent aussi dans d’autres couches de la population. C’est ainsi qu’au siècle dernier, les bourgeois obtenaient la permission de donner leur propre nom, accolé au suffixe -kreut, aux villages qu’ils avaient fondés aux alentours de Munich. Les noms Höllriegelskreut et Holzapfelkreut en tiraient leur origine. En 1950, une ville nouvellement fondée reçut le nom Traunreut, car « auparavant, tout son territoire avait été couvert de bois, de sorte que le nom Traunreut « défrichement près du fleuve Traun » convenait très bien42.

Le défrichement dans les microtoponymes

32Outre les noms de défrichement typiques servant de dénomination aux localités, on trouve également beaucoup de microtoponymes qui décrivent de façon directe ou indirecte le défrichement. Dans de nombreux cas, ces microtoponymes sont devenus des noms de lieux ; bien souvent, ces deux types de noms sont difficiles à discerner.

  • 43 Schnetz, p. 57 sq.

33Aux champs obtenus par défrichement, on donnait le mot déterminant Neu (qui signifie « neuf ») comme, par exemple, Neuacker ou Neubruch43, mais aussi beaucoup de formes avec -reut, -schwend et -brand. Dans certains territoires, ils font même très souvent partie des microtoponymes. Quelques-uns d’entre eux remontent aux noms des anciennes localités. C’est-à-dire qu’ils ont les noms des vestiges d’un village abandonné, mais la plupart d’entre eux ont été formés du xvie au xvie siècle.

34Les forêts dans lesquelles les tribus germaniques adoraient leurs dieux étaient sacrées. Elles étaient pour eux la base de leur existence, car ils en tiraient presque toutes leurs matières premières et une grande partie de leur nourriture. En outre, la forêt constituait le pâturage le plus important des animaux domestiques.

  • 44 Voir Lex Baiuvariorum, éd. de Konrad Beyerle, München, 1926, Eitel XXII.
  • 45 Mantel, p. 41.

35Ainsi, il ne faut pas s’étonner si les lois populaires des Germains punissaient l’abattage des arbres productifs44. Au cours du Moyen Age, cette attitude s’est profondément transformée. L’homme était probablement fier de pouvoir arracher ses champs et ses prés à la forêt sauvage et inhospitalière et décrivit ce travail dans les noms de lieux. La tournure allemande auf dem Holzweg sein (traduit mot à mot par être sur le chemin forestier, qui signifie faire fausse route) montre bien comment l’homme ressentait, jadis, la forêt : pour lui, c’était un endroit où mieux valait ne pas se rendre. Mais, jusqu’à la fin du Moyen Age, la superficie des forêts fut réduite par les nombreux défrichements d’une manière si inquiétante qu’on ne pouvait trouver de forêt riche que dans quelques parcs forestiers seigneuriaux ou dans des régions à peine accessibles. Luther, comme beaucoup d’autres, déplora cette situation et prédit qu’on manquerait bientôt de trois choses, « de bons amis, d’une bonne pièce de monnaie et de bois vert »45.

36Aujourd’hui, notre attitude vis-à-vis de la nature s’est profondément transformée. Non pas seulement les organisations pour la sauvegarde et la protection de la nature, mais aussi tout le public donnerait l’assaut contre les mesures de défrichement qu’on célébrait jadis.

Bibliographie

Bibliographie

Bach (Adolf), Deutsche Namenkunde, Band II, Heidelberg, 1953.

Bauer (Reinhard), Die altesten Grenzbeschreibungen in Bayern als Quellen für Geschichte und Namenforschung (Die Flurnamen Bayerns, 8), München, 1987.

Bayerischer Geschichtsatlas, éd. Max Spindler, München, 1969.

Bitterauf (Theodor), éd., Die Traditionen des Hochstifts Freising (Quellen und Erörterungen zur bayerischen und deutschen Geschichte, N.F. 4.5), München, 1905-1909.

Degen (Eva-Maria), Die Rode-Siedlungsnamen des Frankenwaldes (Diss. Freiburg), München, 1967.

Dertsch (Richard), Schwabische Siedlungsgeschichle (Schwabische Heimatkunde, 2), Kempten, 1949.

Dollinger (Philippe), L’évolution des classes rurales en Bavière depuis la fin de l’époque carolingienne jusqu’au milieu du xiie siècle (Publications de la Faculté des lettres de l’Université de Strasbourg, 112), Paris, 1949.

Eichler (Ernst), « Zur Etymologie und Struktur der slawischen Orts-und FluBnamen in Nordostbayern », dans Wissenschaftliche Zeitschrift der Karl-MaxUniversität Leipzig, 11 (1962), p. 365-395.

Eigler (Friedrich), Die Entwicklung von Plansiedlungen auf der südlichen Frankenalb (Studien zur bayerischen Verfassungs-und Sozialgeschichte, 6), München, 1975.

Fehn (Klaus), Siedlungsgeschichtliche Grundlagen der Herrschafts-und Gesellschaftsentwicklung in Mittelschwaben aufgezeigt am Beispiel der spatmittelalterlichen Rodungssiedlungen (Studien zur Geschichte des Bayerischen Schwabens, 9), Augsburg, 1966.

Helbok (Adolf), Grundlagen der Volksgeschichte Deutschlands und Frankreichs, Kartenband, Berlin, 1938.

Laur (Wolfgang), Die Ortsnamen in Schleswig-Holstein (Gottorfer Schriften, 6), Schleswig, 1960.

Mantel (Kurt), Wald und Forst. Wechselbeziehungen zwischen Natur und Wirtschaft, Reinbek bei Hamburg, 1961.

Reitzenstein (Wolf-Armin Frhr. von), Lexikon bayerischer Ortsnamen, München, 1986.

Schlüter (Otto), Die Siedlungsraume Mitteleuropas in frühgeschichtlicher Zeit (Forschungen zur deutschen Landeskunde, 63), 1952.

Schnetz (Joseph), Flurnamenkunde, München, 1952.

Schwarz (Ernst), Sprache und Siedlung in Nordostbayern (Erlanger Beitrage zur Sprach-und Kunstwissenschaft, 4), Nürnberg, 1960.

Sturm (Josef), Die Rodungen in den Forsten um München, Frankfurt am Main, 1941.

Topographischer Atlas Bayern, Herausgegeben vom Bayerischen Landesvermessungsamt, Kartenauswahl und Interpretation von Hans Fehn, München, 1968.

Notes

1 Voir Leister (Ingeborg), « Poströmische Kontinuität im ländlichen Raum », dans Berichte zur deutschen Landeskunde, 53, 1979, p. 415-469.

2 Voir Schlüter.

3 Voir Mantel, p. 36 sq.

4 Bitterauf, LXXXIII.

5 Mantel, p. 38 sq.

6 Voir Sporhan-Krempel (Lore), Von Stromer (Wolfgang), Die Nadelholzsaal in den Nürnberger Reichswäldern zwischen 1469 und 1600 (Altnürnbergerlandschaft 18, Sonderheft), Nürnberg, 1969.

7 Chonradi Chronicon Schirense, MGSS, XVII, p. 615 sq. Voir Sturm, p. 145 sq.

8 Schroder (Edward), « Bachnamen und Siedlungsnamen in ihrem Verhältnis zueinander », dans Deutsche Namerkunde, Gottingen, 19442, p. 356-367, et Bach, II, § 498.

9 Bach, II, §618.

10 Bach, II, §621.

11 Bach, II, §622.

12 Bach, II, §623, sq.

13 Laur, p. 279 sq.

14 Bach, II, §615 sq.

15 Bauer.

16 Schröder (Edward), « Zur Geschichte der Ortsnamen auf-rode », dans Deutsche Namenkunde, Gottingen, 19442, p. 273-281.

17 Schnetz, p. 59.

18 Bach, II, §622 et Schnetz, p. 60.

19 Schnetz, p. 59.

20 Bach, 11, §622.

21 Bitterauf, nos 70 et 207.

22 Schnetz, p. 58.

23 Bach, II, §622.

24 Bauer.

25 Bach, II, §370, avec d’autres explications et une bibliographie.

26 Bach, II, §619.

27 Bach, II, §622.

28 Bauer.

29 Schnetz, p. 38.

30 Schnetz, p. 62.

31 Voir Schnetz, p. 59.

32 Bach, II, §622, et Degen, p. 117 sq.

33 Eichler, p. 368 sq.

34 Eichler, p. 369.

35 Eichler, p. 371.

36 Eichler, p. 374.

37 Eichler, p. 375 et 388.

38 Schwarz, p. 326 sq.

39 Laur, p. 274 sq.

40 Voir Fehn et Eigler.

41 Topographischer Allas, carte 82.

42 Reitzenstein, p. 373.

43 Schnetz, p. 57 sq.

44 Voir Lex Baiuvariorum, éd. de Konrad Beyerle, München, 1926, Eitel XXII.

45 Mantel, p. 41.

© Presses universitaires du Midi, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search