Version classiqueVersion mobile

Toponymie et défrichements

 | 
Charles Higounet

Rapports

Les noms de défrichement dans l’Italie du Nord

Giulia Petracco Sicardi

Texte intégral

  • 1 Giandomenico Serra, « Appunti sulla storia linguistica del diboscamento in Italia », dans Serra, L (...)

1Les études de Giandomenico Serra et de Emilio Sereni1 ont relevé dans l’Italie du Nord au moins 40 types lexicaux (noms communs, toponymes et verbes) qu’on peut rapporter au défrichement du sol.

2Cette situation pose des questions méthodologiques très importantes pour classer correctement les types toponymiques, pour expliquer leur distribution dans l’espace et dans le temps, dans le but de restituer un tableau terminologique, qui pourra servir soit aux historiens, soit aux géographes et aux topographes, et pour éviter les méprises dans l’analyse et l’évaluation des données toponymiques historiques et dialectales.

3L’étymologie nous fournit d’abord un critère de division des noms en trois groupes : ceux qui désignent l’abattage des arbres, ceux qui se rapportent au défrichement par le feu, et ceux qui signifient proprement l’ouverture du sol.

I

4Dans le premier groupe, il y a cinq types toponymiques : caesa, fracta, taliata, *caeda, *caedita.

51. Cesa, sesa ou sisa de caesa. Dans la Vénétie (Olivieri, TV, 213, 316), il y a : Siesa lunga, Battaglia, Bellune (1150, Cesa longa) ; Cesias de Silva (Ceneda di Vittorio Veneto, Trévise, 1348) ; Cese, Cesis (Erbé, Vérone, xiiie siècle) ; Encesa (Ronco, Vérone, 1215) ; Intercesa (Loréo, Rovigo, 972). Dans la Lombardie (Olivieri, DTL, 172) : Cesàre (Gonzaga, Mantoue) ; Cesale (Milan) ; Cesàtico (Giussago, Pavie). Dans le Piémont (Olivieri, DTP, 124, 321, 323) : Césara (Novare, 1138, loco Cisare, de *caesula) ; Cesa del Marrone (Ivrée) ; Sesèlla (Grondana, Alexandrie, xie siècle, Sisilla, de *caesella) ; Sisòla (Rocchetta Lig., Alexandrie, de *caesiola). Dans la Ligurie, peut-être Alpe Sisa, dans la montagne de Gênes ; pas d’exemples sûrs en Emilie.

6A voir CDL, t. II, p. 177, Milan, 765 : campo iuris mei petza una... una cum cesa, arvoribus et accessione sua (où cesa peut signifier « taillis ») ; t. III, p. 175, curte Lemennis, près de Bergame, 755 : donamus... omnes scuvias et utilitatis, quas homenis exinde in publico habuerunt consuitudinem faciendum, excepto quando utilitas fuerit cesas faciendas ubi consuitudinem habuerunt (cesasfacere, « tailler » ou « nettoyer périodiquement le bois » ?) ; CP, p. 81, Rustigazzo, Val d’Arda, Plaisance, 835 : de terra aratoriapecia una... uno caput in cesa ipsius Arioaldi (cesa, « pièce de bois, où les arbres ont été abattus » ou « taillis » ? ou déjà « haie » ?).

7A partir du xiiie siècle (Bosshard, p. 131 sq.), caesa vient à signifier « haie » : donc, seulement les toponymes documentés avant cette époque et ceux qui désignent des établissements ruraux (qui sont pour la plupart antérieurs au xiie siècle) peuvent être rapportés avec beaucoup de probabilité au défrichement ; mais aussi les textes les plus anciens, que j’ai cités plus haut, sont ambigus : ils semblent se rapporter plutôt à l’activité périodique du bois taillis qu’au défrichement primaire.

  • 2 A voir surtout Olivieri, TV, 213, où sont cités : Castel Ciés (en 1283, Ceso), Col Ciés (Trévise) (...)

8Du point de vue formel, le type caesa était à l’origine un participe passé passif, concordé au féminin avec silva. Il y a des formes correspondantes du masculin2 qui présupposent la concordance avec un nom masculin comme locus ou bosco, mais il n’y a aucun exemple de l’usage de cisinum comme nom commun dans les textes médiévaux.

  • 3 Op. cit., p. 85 sq. (Serra), et p. 7, note 17 (Sereni).

9Serra et Sereni3 rapprochent caesa de incisa sur la base du rapport entre Passa della Cisa et Passo dell’Incisa. Serra cite aussi Incisa Scapaccino, près d’Asti, nom d’une commune à hameaux éparpillés, sans un centre principal, qui n’a pas de documentation historique. Mais Incisa désigne en premier lieu, et dans la plupart des cas, une coupure naturelle de la montagne ou un passage artificiel, taillé dans le rocher. Il faut pourtant décider cas pour cas si les types cisa doivent être rapportés à caesa ou à incisa.

10Caesa est un type ancien, probablement passé dans la toponymie vers la fin du Haut Moyen Age, plus répandu en Vénétie et en Lombardie, presque absent en Emilie et en Ligurie.

112. Fracta. Formation analogique sur caesa, qui présuppose un *silva fracta. Ce type n’est pas documenté dans le Haut Moyen Age, ni comme toponyme, ni comme nom commun. Il désigne des localités habitées seulement dans l’Italie nord-orientale : dans la forme du singulier (Fratta) ou du pluriel (Le Fratte), j’ai trouvé 5 hameaux en Vénétie, 4 en Frioul, 1 en Romagne, et un seul commun, Fratta Polesine, Rovigo, pas loin du Pô, à la hauteur de Ferrare. Sous les formes Fracchia - qu’on lit fracia - Fracce, qui sont régulières selon la phonétique dialectale lombarde (de *fraita, par palatalisation), Olivieri (DTL, 234) cite un Fracchia (Spino d’Adda, Crémone, 1261, Fracta) et un Fracce (Cittiglio, Varèse). Les dérivés en Vénétie et en Lombardie sont nombreux (Fratelle, Fratoline, Frattarole, Olivieri, TV, 326 ; Fracetta, Fraiassa, Frachiacce, DTL, l.c.), ce qui prouve que fracta est entré aussi dans les patois.

12Bosshard (p. 162 sq.) cite plusieurs textes de statuts médiévaux dans lesquels toutefois fracta a aussi d’autres significations, comme celle de « haie » (fratas seu cesas altiores tribus brachiis in civitate vel districtu Cremonae teneantur incidere ; de sepibus vel fratis, Statuts de Crémone, 1387) ou de « petite porte dans les murs de la ville » (à Novare, xiiie siècle). Dans le sens de « terre défrichée de frais », on trouve fracta seulement dans les Statuts de Riva del Garda (1274 : de bestiis pasculantibus in alienis vineis, bladis... et in frottis ; si quis inciderit ligna a carbonaria sive ad calcheram seu ad fractam faciendam...) ; comme toponyme, sous la forme fragia dans le Tessin (1321, 1339) et à Côme (1335), sous la forme frata à Asola, Mantoue (1220). Cette dernière citation est particulièrement utile, parce que les lieux-dits frata sont définis comme runcos : ad runcos Frata tonga vel de Frata lata ; ad predict os runcos ad Fratalata.

13Comme noms de fleuves ou de montagnes ou comme noms de lieux-dits, on trouve quelques toponymes de ce type aussi dans la montagne de Bologne (le fleuve Fratta, près de Loiano) et de Modène (le mont Frattaria, près de Pieve Pelago). Olivieri (DTP, 164) signale un Fracia, près de San Sebastiano da Pô, Turin, anciennement ad Fraitam (cité d’après Massia, sans datation). Ceci serait le cas le plus occidental de fracta, mais Olivieri nous prévient qu’en piémontais fraccia signifie un lieu de fourrés, de ronceraies, non pas un lieu défriché. En Ligurie, les quelques toponymes du type Fraccia ont une signification tout à fait différente, celle de « pierre fendue », qu’on relève de manière certaine dans Pietrafaccia (*petra fracta), près de Ronco Scrivia, Gênes (cf. Ferro, 75, 101).

14Enfin, Faire de fracta reste en Italie nettement nord-orientale et ce type, à mon avis, est nettement plus récent que caesa.

  • 4 Alfred Ernout et Antoine Meillet, Dictionnaire étymologique de la tangue latine, 4e éd., Paris, 19 (...)
  • 5 Serra, Lin., t. III, p. 86.

153. Taliata. Du participe passé de taliare, un synonyme de caedere qui vient du bas-latin4. Ce type toponymique est encore plus récent que fracta, puisque la documentation historique manque presque entièrement. Il est aussi modelé sur caesa (*silva caesa *silva taliata), mais il est répandu surtout où il n’y a pas fracta, c’est-à-dire en Emilie et en Ligurie. Parmi les 12 toponymes cités par Serras5, 4 sont des hameaux des communes de Cervia (Ravenne), Guiglia (Modène), Guastalla (Reggio d’Emilie), et Fossano (Cuni), 4 sont précédés par l’article défini (La Tagliata), ce qui prouve qu’ils sont des formations récentes, 2 sont des oronymes (Monte La Tagliata). En Ligurie, selon Ferro (p. 123), seulement toponymes, tous placés dans l’arrière-pays de Saône (Quiliano, Mallare, Stella, Pontinvrea, Sassello), sur terrain boisé, peuvent être rapportés sûrement au découpage du bois, lorsque dans d’autres cas le même nom désigne autre chose : par exemple, à Pigna (Imperia) a Tagliàa est une coupe dans l’enceinte des murailles du bourg fortifié, et dans la Grigna septentrionale (Lombardie), une voie coupée dans la montagne est nommée Monte della Tagliata (Olivieri, DTL, 527 sq.).

  • 6 Voir Olivieri, TV, DTL, DTP, s.u.

164. *Caeda. Serra (p. 77) fait venir directement du latin caedes, dans le sens de « abattage des arbres », les toponymes Ceda, dont il cite deux exemples (Ceda, Morchio della Corte, Parme, et Valle di Ceda, Molveno, Trente) et le dérivé Cedra (de *caedula), nom du torrent qui s’écoule par la vallée au pied du village émilien de Ceda. Ces trois toponymes, dont la distribution sporadique prouve qu’ils sont probablement très anciens, restent séparés des continuateurs de caedes dans l’ancien vénitien et dans les patois trévisans (ceda) et bolonais (tseda) avec le sens de « haie »6. Toutefois, l’évolution sémantique parallèle (de « découpage » à « haie »), qui est commune à caesa et caedes, et le rapport de dérivation entre le nom du hameau et le nom du fleuve (Ceda : Cedra), qui rappelle d’autres cas, anciens, de dérivation du nom du fleuve du nom d’un village, rendent l’hypothèse de Serra acceptable. Malheureusement, on ne peut pas vérifier si caedes continue aussi dans la toponymie de l’Italie du Nord-Ouest (Piémont, Ligurie, Lombardie), parce qu’ici -d- intervocalique est tombé et les types Cea, Ceva restent d’origine incertaine.

17Pour ce qui concerne les toponymes lombards Cedate et Cedègolo (Serra, p. 78, Olivieri, DTL, 165), il n’est pas possible, pour manque de documentation historique, de vérifier si -d- est conservé, parce que les formes de ces toponymes sont demi-savantes (dans les patois lombards -d- > 0) : le rapport avec caedes est donc très douteux.

185. *Caedita. L’hypothèse d’un participe passé vulgaire de caedere, substantivé au féminin dans la forme *caedita (REW, 1463), est fondée sur le toscan cetina « pièce de terre où périodiquement le bois est abattu et brûlé pour fumer le terrain et cultiver les céréales ». Cetina serait un dérivé en -ina-, à rapporter de cesina, frattina (*caeditina, Serra, p. 82). En partant de ce mot, qui est déjà documenté dans le registre de l’abbaye de Farfa, à l’année 813, Serra a proposé que la base supposée *caedita soit l’étymologie des deux toponymes liguriens : montanea Cete, mons de Ceta (nom historique, maintenant disparu, d’une zone boisée très étendue dans l’arrière-pays de Gênes) et Cetta (nom d’un village dans la Ligurie occidentale, Triora, Imperia).

  • 7 Giulia Petracco Sicardi, « Ricerche topografiche e linguistiche sulla Tavola di Polcevera », dans (...)

19Cette proposition est plus douteuse que celle de ceda, parce qu’il n’y a pas, dans ce cas ici, l’appui de la continuation de la base latine, soit même dans un sens divers, dans les patois romans. Au contraire, les deux toponymes *cetta pourraient être d’origine préromaine : moi-même, j’avais déjà rapporté ceta à la base *kaipta- du toponyme ligurien Caeptiema, cité dans la Sententia Minuciorum, de 117 av. J.C., CIL, V, 7749, Gênes7.

  • 8 Voir Arturo Ferretto, Documenti genovesi di Novi e Valle Scrivia. I (944-1230), Pignerol, 1909, p. (...)

20Toutefois, la montanea Cete et le village de Ronco (aujourd’hui Ronco Scrivia), qui est très proche, jouent un rôle important dans l’histoire de la terminologie du défrichement en Ligurie pendant le Moyen Age. Dans le Liber Iurium, c’est-à-dire le code qui rassemble les documents officiels de la République génoise, il y a trois documents concernant la montanea Cete qui intéressent plus ou moins directement le défrichement8.

21Dans le premier, il s’agit d’une controverse entre Gênes et deux hommes de Publeto, qui représentent aussi l’évêque de Tortona, à propos de la dîme de la montagne de Ceta. A ce moment-là, le tenumentum de Runcho faisait encore partie du domaine de la montagne, mais le jugement sur les discordes, en ce qui concernait Ronco, fut déféré à quatre boni homines des villages de Vultabio et Flacono (aujourd’hui, Voltaggio et Fracconalto), sièges de fiefs qui appartenaient autrefois au marquis de Gavi et qui étaient parvenus, après quelques années (1121), à la République de Gênes.

22Le deuxième document regarde un pourcentage sur le labore crosi boschi de Ceta que les seigneurs de Flacone prélevaient dans la mesure d’un seizième. Les consuls gênois décidèrent que ad proprium et presens sextum et decimum supranominati laboris omnium personarum que laborent a iuvo in intus sit comunis Ianue. Ce passage n’est pas trop clair : nous ne savons pas si labor est le coupage des arbres du bois ou le revenu des grains, labor a aussi le signifié de « frument » dans le latin médiéval et dans les langues romanes (REW, 4809 ; CP, 39, 58). Dans le premier cas, la montagne de Ceta devait être, au moins en partie, un taillis ; dans le deuxième, ce document prouverait que, pendant le xiie siècle, on faisait dans la montagne des opérations de défrichement et des activités de culture temporaires.

23Selon le troisième document, la même famille de Pobleto soutient, comme représentant de Ronco, qu’une partie de la montagne de Ceta (vallis de Potacrosa) appartient, pour la dîme, à Ronco. Le jugement est contraire à ceux de Ronco : on établit que la dîme de Ceta sera partagée par moitié entre Gênes et la montagne de Ceta, à l’exclusion de Ronco. Donc, à ce moment, la tenuta de Runcho et la montanea Cete étaient désormais deux tenures indépendantes.

24C’est donc possible, mais pas démontrable, que le nom de Ceta soit aussi lié, du point de vue étymologique, au coupage du bois pour le défrichement ; ce qui est sûr, c’est que le lieu appelé Ronco, au commencement du xiie siècle, était déjà un endroit habité, qui révélait son origine d’une zone boisée en voie de défrichement.

II

25Sereni a étudié en particulier les noms relatifs à l’écobuage, mais son étude (Terra nuova e buoi rossi, cité), qui a été publié après la mort de l’auteur, manque malheureusement de plusieurs notes et, par conséquent, de la documentation historique et des renseignements bibliographiques. Le deuxième groupe de toponymes demande pourtant encore des recherches. Je me borne ici à signaler les types qui peuvent se rapporter avec de bonne chance à l’écobuage, même si presque tous peuvent être expliqués aussi autrement.

261. Arsus (attribut de bosco, terra, campo, valle) et ses dérivés, *arsicus, arserium, arsetum. Olivieri (TV, 210) en donne une riche série pour la Vénétie : Camparso, Boscàrs, Boscarsi, Terrarsa ; Arsego, nom d’un fleuve, Teràrsega ; Arsiero, Arsiera, Arsié ; pas d’exemples en Piémont, Lombardie et Ligurie. Mais arsus peut signifier simplement « sec ». Le type Casarsa, « maison brûlée », veut dire autre chose. Le cas le plus sûr est celui de Terrassa Padovana, en 1104, Terrarsa, qui se trouve dans un endroit marécageux.

272. Germ. brasa, « braise ». Brasile, près de Gênes, documenté du xiie siècle (RA, 21), *locum brasile ; un autre Brasile en Romagne (Misano Adriatico, Forli).

  • 9 Dans le sens de « brûler le bois », *brusare revient plusieurs fois dans les Statuts lombards (Bos (...)

283. *Brusare9. Plusieurs dérivés des types brusata (Vénétie : Brusà, Castel Bruxati, le Brusade, Brusadél, Olivieri, TV, 212 ; Lombardie : Brusada, Brusade, Brusàa, Brusà, Olivieri, DTL, 113 ; Brusati, de 1158, dans le Chartularium Imolense, Sereni, 27-28) et brusinum (Brusimpiano, Varèse, xiie siècle, Brosino, Brusino piano ; Brusino Arsizio, dans le Tessin, xiie siècle, Brosino).

294. Bustum, « brûlé ». Même si bustum, substantif, est un mot latin ancien et technique, passé en bas-latin avec la signification de « tombeau », les toponymes Busto Arsizio et Busto Garolfo, dans les environs de Milan, et aussi, peut-être, Bustighera (Mediglia, Milan, DTL, 118) ont des chances de remonter à un *bustum, participe passé refait sur combustum, qui pouvait signifier « terrain boisé, soumis à écobuage ».

  • 10 Toutefois, dans la tradition orale, les deux Busto se distinguaient simplement comme Busto grande (...)

30Busto Garolfo est attesté dès 922 comme Bustes Caruffi, plus tard Busti Garulfi, xiiie siècle : il est formé par *bustis, abl. pl. de bustum, et d’un nom de personne lombard Garulf ou Carulf (avec k- de g- par la deuxième rotation consonantique du germanique). Selon Serra (Contr., 92 sq.), les toponymes fixés dans la forme du pluriel, comme noms collectifs, remontent au bas-latin ou à la phase romane primitive. D’autre part, la répétition du même toponyme (bustum) dans une aire limitée exclut, à mon avis, que bustum soit à rapporter à un incendie quelconque. L’addition de Arsizio ou Arsizia, qui date, selon Olivieri, l.c., du xiiie siècle, peut être un fait de tautologie10.

  • 11 Voir Silvio Pieri, Toponomastica dette valli del Serchio e delta Lima, Torino, 1898, p. 146 ; Topo (...)
  • 12 Vittore Pisani, « Il linguaggio degli antichi Liguri », dans Storia di Genova datte origini at tem (...)

315. *Deblum, « écobuage » (it. debbio) a une documentation très ancienne : un ablatif pl. debelis dans la Table alimentaire de Véleia (CIL, XI, 1147, 3.73, 7.37, 4.38) ; un isula, ubi vocabulum est in Debla de l’époque lombarde (CDL, 118, Griciano près de Lucques, 755). Peu d’exemples en Ligurie, limités à la section orientale (La Debbia, Rocchetta Vara ; Debbio, Zignago et Riccò del Golfo, La Spezia ; Serra, Contr., 134 ; Ferro, 123), avec continuation en Lunégiane (Filattiera, Fivizzano, où Debicô sera un *debli caput, « la fin du deblum »). Il y a aussi un Debbia en Emilie (Baiso, Reggio), mais le centre de diffusion de ce type, et du nom commun italien debbio, est certainement à Lucques et dans la vallée Garfagnana11. Plusieurs auteurs ont proposé, pour debelis, une origine prélatine, ligurienne, de la racine indo-européenne *dheghw-, « brûler », mais cette étymologie n’est pas accueillie par tous12.

326. Ustus, ustulare. Olivieri (DTL, 555) rapporte à ces mots, avec le sens de « lieu brûlé », trois toponymes de la Lombardie : Ustecchio (Tremosine, Brescia, de *usticulum), Uschione (Chiavenna, Sondrio, de *ustulone), Uschioso (Borgarello, Pavie, de *ustulosum).

33Du point de vue sémantique, dans ce deuxième groupe, il faudra distinguer les cas où il y a eu un incendie occasionnel qui a donné le nom au lieu, des cas où l’écobuage a réduit pour la première fois le bois à pré ou à champ et aussi des cas où on brûle par coutume l’herbe des prés et les chaumes des champs pour fumer la terre. Seulement dans le deuxième cas, les toponymes cités se rapportent directement au défrichement primaire, bien que aussi l’écobuage périodique, surtout où on pratique l’assolement, peut revenir au défrichement secondaire et révèle l’existence d’une tradition locale de remise en culture par le feu.

III

34Dans le troisième groupe, je comprends aussi les noms qui désignent l’introduction de la culture comme un fait nouveau (le type novellus, etc.) ou comme élimination du bois (types *exarborasca, calvus, etc.). Les textes statutaires médiévaux attestent beaucoup de mots qui appartiennent à cette catégorie, mais seulement neuf (eradicata, exarborasca, novus et ses dérivés, pastinum, rancum, runcum, rupta, svegrum, zerbum et ses dérivés) sont entrés dans la toponymie ; je me bornerai à parler de ceux-ci.

351. *Eradicata. Participe passé du verbe latin eradicare (REW, 2887), concordé au féminin avec terra. Rare et ancien : villa Radicata, liions de Radikata, 916, près de San Sebastiano, Pô, Turin, Serra, Lin., t. I, p. 207 ; in locis et fundis Raigada prope Urcasale, 990, aujourd’hui Raigada, Oscasale, Crémone (Olivieri, DTL, 455).

362. * Exarborasca. Adjectif en-asco- d’un verbe *ex-arborare, « dépouiller des arbres ». Un seul exemple, malheureusement sans documentation historique : Sciarborasca, hameau de la commune de Cogoleto, Gênes.

373. Dérivés de novus. a) de novalis : 2 Novale (Vicence, Bolzano), Novaglie (Vérone), Novaglio (Novare), Novagli (Brescia), Novaledo (Trente, de *novalentum), Novalesa(Turin,de *novalicia), 3 Novate (Come, Sondrio, Milan) ; b) de novellus : Novellara (Reggio d’Emilie), Novelle (Brescia), Novello (Cuni) ; en Ligurie, San Pietro di Novella (Rapallo, Gêne, Ferro, 156) ; in Novelleto (987, RA, 182, Molassana, Gênes) ; c) de *noviculum : Noveglia (Parme), 2 Noviglio (Milan) ; d) de *novulus : Novoledo (Venice) ; e) de *novetum : 2 Novedo (Pavie, Brescia), Novedrate (Milan, de *novetulum), Novégolo (Côme), Novegro (Milan), Olivieri, DTL, 379. Ces noms sont presque tous noms de communes ou d’écarts, donc d’origine ancienne.

384. Pastinum, « champ passé à la houe, particulièrement pour implanter la vigne ». Pàstene (Vénétie, Olivieri, TV, 336) ; Pàstini, Pàstine : 4 localités dans la Ligurie orientale (Ferro, 123). Il n’est pas attesté comme toponyme dans les sources gênoises les plus anciennes (RA, CG) et son aire est limitée à la Vénétie et à la Ligurie : c’est donc un type marginal.

  • 13 Nino Lamboglia, Toponomastica dei comuni di Alassio e Laigueglia, Albenga, 1938, p. 103, pense que(...)

395. *Rancum13. Ranco, Ranchi, plusieurs fois en Ligurie (Lamboglia) ; Rancate (Milan), Ranco (Varèse), 1 Rancò (de *rancati, Olivieri, DTL, 456) ; pas d’exemples en Piémont, Vénétie, Emilie.

406. *Runcum, déverbal du latin runcare, « sarcler ». Attesté dès l’époque lombarde (Runcho ad Lambro, 761, Pavie ; terrain meam ad Runcho, 771, Lucques, CDL, 155, 250). C’est le type le plus répandu dans l’Italie du Nord, où il y a, à niveau de lieux habités (communes et écarts) : 17 Ronco, 19 Ronchi, 2 Ronca (fém.), 3 Ronche (fém. pl.), 2 Ronchis (frioulan). A ajouter les nombreux dérivés, dont les types les plus fréquents sont : *roncata (terra), dont viennent Roncà, Roncade, Roncate et 6 Roncadella, -e, -o ; *runcula, dont 6 Roncola, -e, -o ; *runcalia, dont Roncaglia, Roncaia, Roncaiola, Roncaiette, Roncaglio, -i, au total 14 ; *runcarium, dont Roncaro, Roncarolo. Il y a aussi un bon nombre de composés : par exemple, Roncalto, Vicenza ; Roncanova, Vérone ; Roncopascolo, Parme ; Roncobello, Bergamo, Vicenza ; Roncofreddo, Forli ; Roncovero, *r. vetere, Plaisance. Les continuateurs de runcum sont, pour la plupart, dans l’Italie du Nord, d’où débordent les régions les plus proches, les Marches et la Toscane (Massa, Pise). La plus grande concentration est dans la vallée du Pô, tandis qu’en Ligurie, il y a seulement trois exemples, dont deux sont au-delà des Apennins.

41En ce qui concerne la chronologie des toponymes qui viennent de runcum, il faut relever d’abord que runcum, lorsqu’il désigne un lieu habité, est très probablement plus ancien que runcare ou runcum facere, qu’on lit dans les Statuts médiévaux et qui signifient « défricher ». Parallèlement, runcum est entré dans les patois, et parfois a changé de sens (par exemple dans les patois lombards du nord-ouest) pour signifier « terrain en terrasses » et « vigne ». A ce moment, il est possible que runcum (sous les formes Ronchi, Ronchetti) soit passé une autre fois dans la toponymie ; ces nouveaux toponymes, qu’on trouve presque partout dans la Lombardie nord-occidentale et dans le Piémont oriental, ne rappellent plus des terrains défrichés, mais plutôt des terrasses et des vignes.

42De ces considérations, on doit déduire que, aussi pour un terme comme runcum, dont l’étymologie est sûrement liée au défrichement, il faut être prudent en évaluant les données toponymiques relevées sur les cartes topographiques : on ne peut pas construire tout court, sur la base de la distribution actuelle des toponymes du type runcum, une carte des défrichements médiévaux.

43Une autre question qui mérite un approfondissement est le rapport qu’il y a entre le toponyme de base (runcum), son féminin (ronca) et les nombreux dérivés. En procédant d’abord à l’analyse formelle des dérivés (forme et fonction du suffixe, époque dans laquelle ceci a été productif), il est possible de vérifier si le dérivé est passé ou non aussi dans le patois et, dans l’affirmative, quel est son sens. Cette recherche donne des résultats intéressants : exception faite pour le diminutif Ronchetto et l’augmentatif (ou péjoratif) Roncazzo, les dérivés de Ronco se trouvent seulement dans la toponymie, non pas dans les patois, et les suffixes dont ils sont formés ont été productifs dès l’époque romaine tardive et pendant le haut Moyen Age. Ce fait, à ma vue, confirme que runcum est le plus ancien et le plus caractéristique des noms de défrichement dans l’Italie du Nord, mais aussi que l’on doit faire une distinction entre deux périodes de son utilisation et de productivité de ces toponymes, c’est-à-dire :

  1. runcum, lorsqu’il désigne un établissement rural, et ses dérivés *runcata, *runcula, *runcarium, peuvent être considérés comme la trace des défrichements du haut Moyen Age jusqu’aux xe-xie siècles ;
  2. ronco, ronchetti, roncazzo, lorsqu’ils nomment des lieux-dits ou se trouvent dans des endroits où ronco est passé dans le patois et y a changé de sens, sont très probablement des toponymes bas-médiévaux ou modernes ; il ne faut donc pas tenir compte de ces toponymes pour relever les défrichements.

447. *Rupta. Participe passé de rumpere, concordé au féminin avec terra et depuis substantivé : Rotta (Forli, Mantoue, Milan), La Rotta (Ferrare, Novare), Rottanova (Cavàrzere, Venise) ; mais Olivieri (TV, 239 ; DTL, 477) pense qu’il s’agit plutôt de la rupture d’une digue, parce que ces toponymes sont, pour la plupart, proches d’un fleuve. Type récent et pas sûr.

458. *Veteretum, « jachère », d’où vient le vénitien vegro, « terrain découvert mais pas cultivé », qui, selon Olivieri, TV, 241, est à la base de Vegro di Quarto, Padoue, et de Le Vegre, 1 Vegri (Vittorio Veneto, Trévis), trois toponymes vénitiens qui semblent récents et qui pourraient simplement signifier « lieu déjà cultivé et abandonné ».

469. Zerbum, proprement « champ non cultivé », qui se trouve souvent dans les documents du xe siècle, surtout en Emilie. Les toponymes dérivés (Zerba, Plaisance ; Zerba-Ponciona, Castellazzo Bormida, Alexandrie ; Zerbati, Altissimo, Vicence ; Zerbio, Caorso, Plaisance, Zerbo et Zerbolô, Pavie) pouvaient indiquer soit la terre dépouillée des arbres et pas encore défrichée, soit un endroit qui était autrefois cultivé, mais qui a été laissé inculte ; l’étymologie de zerbum n’étant pas encore établie, le type reste incertain, quoique les toponymes cités soient, pour la plupart, des établissements anciens.

47De ce que je viens d’exposer, on peut tirer déjà quelques conclusions. Dans l’ensemble, les types toponymiques probablement liés au défrichement sont concentrés dans l’aire padane, surtout à partir du Piémont oriental (Verceil, Novare) jusqu’à la plaine vénitienne. Le Piémont occidental et l’Emilie sont moins riches de termes et d’attestations. Dans la Lombardie orientale et la Vénétie, il y a la plus grande concentration de ronco et de ses dérivés ; ici aussi, il y a quelques types particuliers (cesa, fratta, ceda, vegro) qu’on ne trouve pas ailleurs. La section nord-orientale de l’Italie du Nord a donc une terminologie, au moins en partie, différente de la section occidentale.

48Où le type ronco (et ses dérivés) est rare, c’est-à-dire surtout en Ligurie, on relève une considérable variété de types, dont quelques-uns (deblo, pastino) sont certainement liés à la Toscane nord-occidentale (Lucques, Pise) et à la Lunegiane. Cette distribution porte à supposer que la formation et la productivité de ronco remonte à l’époque barbare, lorsque la position de la Ligurie par rapport à l’Italie du Nord était marginale.

49Il y a certainement des types plus anciens (cesa, busto, ronco) et des types plus récents (fratta, tagliata, brusata, rotta, vegro) mais les situations, comme je l’ai dit ci-dessus, doivent être évaluées cas par cas, en tenant compte du rapport entre toponymie et patois, entre toponymes et noms communs employés dans les textes statutaires.

50Le recueil des données toponymiques des sources médiévales et de la tradition orale est encore à faire d’une façon systématique. Selon nos connaissances actuelles, la terminologie des défrichements dans l’Italie du Nord reflète deux situations assez éloignées du point de vue de la chronologie : le retour à la culture des champs dans les grandes plaines après les bouleversements des invasions barbares (viie-viiie siècles), qui est représenté par la fortune de runco, et les petits défrichements locaux du bas Moyen Age, dus à la « faim de terres », par conséquence de l’accroissement de la population (types fratta, Tagliata, brusada).

51Plusieurs noms qui se rapportent au défrichement par l’étymologie montrent un haut degré d’ambiguïté du point de vue sémantique. Ce fait, à mon avis, s’explique en considérant que le sol de l’Italie avait été déjà mis, pour la plupart, en culture dès l’époque romaine : donc les défrichements du haut Moyen Age furent presque partout secondaires, c’est-à-dire une remise en état de culture des champs abandonnés pendant l’époque baslatine.

52C’est un fait surprenant que les défrichements des xie-xiie siècles n’aient pas laissé des traces évidentes dans la toponymie. Quelques sondages que j’ai faits sur les cartulaires des abbayes des Cisterciens dans le Piémont méridional (Tiglieto, Rivalta Scrivia, Lucedo) et sur les cartes topographiques de leurs domaines, n’ont pas fourni des résultats satisfaisants du point de vue linguistique, c’est-à-dire que de mes recherches n’est pas sorti quelque élément nouveau par rapport à la terminologie déjà connue.

53C’est pourtant dans cette direction aussi qu’il faut opérer, à mon avis : on devra repérer d’abord avec précision les endroits qui ont été défrichés par une institution monastique et puis procéder à l’analyse de la toponymie historique et moderne de cet endroit, afin d’en reconstituer le cadre toponymique, soit en positif (les éléments caractéristiques), soit en négatif (ce qu’il n’y a pas). C’est un travail qui n’a jamais été fait jusqu’à ce moment et qui pourrait mieux illustrer la situation italienne pendant les différentes époques de l’histoire.

Abréviations bibliographiques

Bosshard :

Hans Bosshard, Saggio di un glossario dell’antico lombardo, Florence, 1928.

CG :

Luigi Tommaso Belgrano, « Cartario Genovese », dans Atti della Società Ligure di Storia Patria, t. II, 1re partie, 1870, p. 1-233.

CDL :

Codice diplomatico longobardo, publié par Luigi Schiaparelli, 2 vol., Rome, 1929-1933.

CP :

Paola Galetti et Giulia Petracco Sicardi, Le carte private della cattedrale di Piacenza. I. (784-848), Parme, 1978.

Ferro :

Gaetano Ferro, La toponomastica ligure di interesse geografico, Gênes, 1964.

HPM :

Historiae patriae monumenta.

Olivieri, DTL :

Dante Olivieri, Dizionario di toponomastica lombarda, 2e éd., Milan, 1961.

Olivieri, DTP :

Dante Olivieri, Dizionario di toponomastica piemontese, Brescia, 1965.

Olivieri, TV :

Dante Olivieri, Toponomastica Veneta, 2e éd., Venise, 1962.

RA :

Luigi Tommaso Belgrano, « Registro della Curia arcivescovile di Genova », dans Atti della Società Ligure di Storia Patria, t. II, 2e partie, 1862.

REW :

Wilhelm Meyer-Luebke, Romanisches etymologisches Wörterbuch, 5e éd., Heidelberg, 1972.

Serra, Contr. :

Giandomenico Serra, Contributo toponomastico alla teoria della continuità nel medioevo delle comunità rurali romane e preromane dell’Italia superiore, Cluj, 1931.

Serra, Lin.

Giandomenico Serra, Lineamenti di una storia linguistica dell' Italia medioevale, 3 vol., Naples, 1954-1966.

Notes

1 Giandomenico Serra, « Appunti sulla storia linguistica del diboscamento in Italia », dans Serra, Lin., t. III, p. 73-91 ; Emilio Sereni, Terra nuova e buoi rossi, Torino, 1981, p. 3-100.

2 A voir surtout Olivieri, TV, 213, où sont cités : Castel Ciés (en 1283, Ceso), Col Ciés (Trévise) et Cesomarro (Tomba, Vérone, 1213). Je puis ajouter, pour la Ligurie, Cesino près de Gênes : in loco et fundo Cisino (1003 ; CG, 38).

3 Op. cit., p. 85 sq. (Serra), et p. 7, note 17 (Sereni).

4 Alfred Ernout et Antoine Meillet, Dictionnaire étymologique de la tangue latine, 4e éd., Paris, 1967, s.u. talea.

5 Serra, Lin., t. III, p. 86.

6 Voir Olivieri, TV, DTL, DTP, s.u.

7 Giulia Petracco Sicardi, « Ricerche topografiche e linguistiche sulla Tavola di Polcevera », dans Studi Genuensi, t. II, 1958-59, p. 31 sq.

8 Voir Arturo Ferretto, Documenti genovesi di Novi e Valle Scrivia. I (944-1230), Pignerol, 1909, p. 24 sq., 30, 50 sq.

9 Dans le sens de « brûler le bois », *brusare revient plusieurs fois dans les Statuts lombards (Bosshard, p. 110 sq.).

10 Toutefois, dans la tradition orale, les deux Busto se distinguaient simplement comme Busto grande et Busto piccolo.

11 Voir Silvio Pieri, Toponomastica dette valli del Serchio e delta Lima, Torino, 1898, p. 146 ; Toponomastica delta Valle dell’Arno, Rome, 1919, p. 309.

12 Vittore Pisani, « Il linguaggio degli antichi Liguri », dans Storia di Genova datte origini at tempo nostro, t. I, Milan, 1941, p. 389 ; Giacomo Devoto, « Pour l’histoire de l’indo-européanisation de l’Italie septentrionale : quelques étymologies lépontiques », dans la Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes, t. XXXVI, 1962, p. 202. Aussi, Serra (Contr., p. 134, note 5) pense que *deb(e)lu soit un mot ligurien-latin et s’oppose avec des arguments valables au REW (2627), qui rapportait debbio au francon diba, « combustion ».

13 Nino Lamboglia, Toponomastica dei comuni di Alassio e Laigueglia, Albenga, 1938, p. 103, pense que rancum est un substantif déverbal de arancà, « arracher », qui est très fréquent dans la Ligurie occidentale. Au contraire, Sereni (op. cit., p. 13) pense que runcum vienne de runcum par dissimilation.

© Presses universitaires du Midi, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search