Version classiqueVersion mobile

Toponymie et défrichements

 | 
Charles Higounet

Rapports

L’essart en France du Nord : toponymie et réalités

Robert Fossier

Texte intégral

  • 1 Je me permets de renvoyer le lecteur à mon travail sur : La terre et les hommes en Picardie jusqu’ (...)
  • 2 Arbois de Jubainville (H. d’), Recherches sur l’origine de la propriété foncière et des noms de li (...)
  • 3 Baudot (M.), « Les noms de défrichement dans la toponymie de la France », dans IIP Congrès intern. (...)
  • 4 Mulon (M.), L’onomastique française, Paris, 1977 (classement par départements).
  • 5 On tirera peu de choses de Perrier (A.), « Artige et essart ; deux toponymes appliqués à des défri (...)

1A première vue, l’étude des essarts dans la France septentrionale ne devrait pas poser de graves problèmes de recherche. On compte près de 700 mentions qui les concernent entre le xie et la fin du xiiie siècle sur le plateau picard ; dans les censiers et les terriers du moment, le mot sart lui-même apparaît presque 200 fois1. Cependant, un rapide sondage montre vite qu’il faut séparer la question des défrichements et celle de leur incidence toponymique : la superposition n’a pas lieu, la discordance est générale. Or, l’apport de la bibliographie est des plus décevants : depuis l’exposé général d’Arbois de Jubainville en 18902, on ne peut compter que sur la mise au point de Marcel Baudot en 19493. Jusqu’en 1960, l’excellent répertoire de Marianne Mulon permet un tour d’horizon exhaustif, que complétera la Bibliographie annuelle de l’Histoire de France4. Mais il n’y sera trouvé que quelques articles relatifs à un coin de terre dans le nord de la France ou des notions par trop générales5. Il faut donc, dans un premier temps, rassembler les matériaux, et l’on devient dès lors esclave de ses sources.

  • 6 Je me suis servi de : Dauzat (A.) et Rostaing (Ch.), Dictionnaire des noms de lieux de France, Par (...)
  • 7 Matton (A.), Dictionnaire topographique du département de l’Aisne, 1871 ; Boutiot (T.) et Socard ( (...)
  • 8 Debrie (R.), Corpus des lieux-dits cadastraux de la Somme, Amiens, 1964 ; Lambert (E.), Dictionnai (...)

2La région choisie recouvre huit départements : le Pas-de-Calais, la Somme, la Seine-Maritime, l’Oise, l’Aisne, les Ardennes, la Marne et l’Aube : à l’exception de quelques placages tertiaires ou l’apparition du socle cristallin, les roches secondaires dominent, la craie surtout. J’ai éliminé à dessein des zones au faciès contrasté, voire partagées entre deux influences linguistiques : Nord et Belgique, Seine et Marne. Je ne sous-estime pas l’aspect artificiel du cadre départemental mais, cette fois encore, je suis soumis aux répertoires toponymiques qui l’adoptent. En effet, les dictionnaires ne peuvent fournir que des exemples épars s’ils sont généraux6, ou s’ils sont locaux ont choisi ce cadre. Malheureusement, ce bagage est des plus hétérogènes, la collection des dictionnaires topographiques n’est pas complète et très inégale : les volumes sur le Pas-de-Calais et surtout celui, tout récent, de la Seine-Maritime, sont les meilleurs et descendent jusqu’aux lieux-dits ; mais l’Aisne, l’Aube et la Marne sont médiocres et ne touchent que les lieux habités7 ; Ardennes, Oise et Somme manquent : ces deux derniers départements sont cependant couverts par des travaux différents dans leur esprit, et on peut s’aider aussi de la Nomenclature des écarts de l’I.N.S.E.E. pour la Champagne8. Mais il faut convenir qu’il n’est pas toujours possible de descendre jusqu’aux noms des cantons de terre, et il ne pouvait être question de consulter les plans cadastraux ou même toutes les feuilles de l’I.G.N. au 1/25 000e. Ces précautions prises et sous bénéfice d’un autre inventaire, il demeure possible d’aborder l’étude des noms de défrichements, et je me placerai à trois niveaux successifs.

  • 9 Longnon (A.), op. cit., p. 216 ; Vincent (A.), op. cit., p. 150.
  • 10 Des terres « retournées en riez », Terre et hommes, p. 328.
  • 11 Vincent (A.), op. cit., p. 300, l’identifie formellement à « plessis », lui aussi très fréquent ; (...)

3C’est le semis général qu’il faut, tout d’abord, tester. Le mot essart, ou son équivalent sart, plus fréquent au Pas-de-Calais, ne paraît pas poser de problèmes de sens ; rarement isolé dans le cas des lieux habités, il entre volontiers en combinaison avec un radical, nom d’homme le plus souvent ; mais il est parfois dissimulé par une évolution phonétique en -sacq ou en -sat. Il est avéré que son emploi est particulièrement fréquent en France du Nord, mais on le trouve dans l’Yonne, la Nièvre, l’Ain, le Rhône, la Drôme et la Savoie, en Charente comme en Vendée ou en Indre-et-Loire, et même en Dordogne. D’autres formations l’accompagnent, dont la recherche complètera le semis. Ainsi, dans les zones du Pas-de-Calais romanisées à partir du xe siècle, le mot -laar, la clairière défrichée, donne des finales en -tiers ou en -lers, une petite vingtaine dans les départements septentrionaux9. J’hésite à rattacher à cette racine, à l’origine germanique, le mot larris ou leri, dans le sens de mauvaise terre et dont l’emploi est particulièrement fréquent dans la Somme (143 exemples sur 157). Marcel Baudot, dans son article de 1951, « ratisse » large : il propose de placer dans le groupe des toponymes de déboisement les mesnils, les molliens, les gast ou wastines ; je ne le suivrai pas dans cette quête probablement incertaine. En revanche, deux mots me semblent dignes d’être repérés : la finale -rupt, si nettement localisée en terre lorraine que j’en fais la limite orientale de l’extension d’essart, ne me semble pas provenir de rivus, mais de ruptare, défricher ; la transformation -reulx apparaît au Pas-de-Calais ; je propose d’y rattacher riez, qui ne provient certainement pas de rivus et désigne un sol mal défriché10. D’autre part, le plouy picard, le plix cauchois désignent un enclos cultivé : c’est un mot probablement celtique, avec une connotation de terre neuve et seigneuriale ; il me paraît digne d’intérêt11.

Toponymie des défrichements dans le nord de la France : 1) nom d’essart ; 2) rupt ; 3) mouvance.

  • 12 Par départements : Aube, 9 écarts ; Marne, 5 villages et 4 écarts ; Ardennes, 1 village et 20 écar (...)
  • 13 En Picardie, au sens large, il est apparu un peu moins de 500 localités neuves entre le xe et le x (...)

4Comme je ne me dissimule pas l’aspect aléatoire des remarques qui précèdent, je m’en tiendrai sur le terrain au seul mot essart. Sur l’ensemble de la région considérée, je l’ai rencontré 137 fois pour qualifier un habitat, sans distinction de taille ; 31 de ces mentions sont en Champagne, 21 au pays de Caux, 85 en Picardie et en Artois12 ; les sondages effectués au pourtour de cette zone témoignent de deux aspects importants : au nord et au sud, zone du Hainaut et de la Meuse, zone d’Ile-de-France, la nappe des essarts s’étend très régulièrement au sud de la limite linguistique et autour de Paris ; j’aurais donc pu étendre plus largement mon enquête si le temps ne m’avait été compté. D’autre part, en Meuse et Haute-Marne, le mot s’efface, -rupt apparaît, comme je l’ai dit plus haut, pour former une barrière toponymique solide le long d’une ligne Mézières-Langres. Cependant, la répartition sur la carte n’est pas uniforme ; il apparaît des taches blanches, des zones vierges : autour d’Amiens, de Saint-Quentin, de Beauvais, de Soissons et, très visible au premier coup d’œil, de Vervins à Saint-Dizier, de Sedan à Troyes. Il ne semble pas qu’une explication unique puisse être invoquée : car si la rareté de la végétation forestière peut s’admettre en Champagne, tel n’est pas le cas plus à l’ouest. Au reste, les textes pour ces régions annoncent des défrichements, et ils n’ont pas provoqué l’apparition de toponymes en essart. Pour l’ouest au moins, je suggèrerai que le semis d’habitat ancien y était déjà très dense avant le départ du déboisement, qu’il s’y est agi d’une extension des vieux terroirs plus que d’une conquête de vastes zones sauvages. J’y suis enclin par le fait que ce sont des chefs-lieux de cité romaine, voire de tribus gauloises qui sont au centre de ces taches et attestent l’ancienneté et la densité du peuplement13. Comme cette observation ne vaudrait guère pour la Champagne crayeuse, force est de renoncer à une explication univoque.

5Le deuxième niveau d’observation, une fois établie la carte des essarts, doit rassembler les données textuelles afin de les confronter avec le semis toponymique. J’ai pris le parti de concentrer mon observation sur une zone dont je connais mieux le langage écrit, Pas-de-Calais, Somme, nord de l’Oise et de l’Aisne, la Picardie au sens large. En tentant de ne pas perdre de vue le problème toponymique, pénétrons dans la masse documentaire.

  • 14 Carte et données numériques, Terre et hommes, p. 310 sq.

6Entre 1100 et 1325, près de 700 mentions d’essart peuvent être relevées dans les chartriers ; environ un acte sur trois dans la période 1160-1180 concerne un essart fait ou à faire, véritable psychose de la terre neuve. Sur la carte, ces mentions se répartissent très inégalement : 120 entre la Somme et la Canche, 150 sur l’ancienne Vicogne, 240 dans l’Arrouaise, soit plus de 500 sur la bande forestière encore aujourd’hui discernable qui séparait les Ambiant des Atrebates ; ailleurs, les chiffres sont des plus bas, 50 sur la Bresle, 40 en Vermandois, 60 en Artois même. Dans le temps, la ventilation de ces données fournira la preuve de deux phases essentielles de défrichements, entre 1130 et 1170, 1210 et 1250. Comme ce que l’on sait de la croissance démographique incite à en placer l’acmé entre 1170 et 1250, on voit que cette cause n’est pas valable pour expliquer le premier essor14. La qualité de ces essarts n’est pas non plus la même selon la date : au cours de la première phase, les deux-tiers des mentions concernent des entreprises isolées avec des contrats d’association pour la mise en valeur du sol, une prépondérance de l’église et de personnages d’un haut niveau social, mais les massifs forestiers sont seulement attaqués sur leur pourtour. Dans la deuxième phase, et notamment après 1220, l’essart semble davantage le fait de petites gens pénétrant dans le bois ; au même moment, gonfle le nombre des procès particulièrement sur les dîmes novales.

  • 15 Lohrmann (D.), op. cit., conteste ces chiffres qu’il estime trop bas pour les Cisterciens.

7Le deuxième élément à placer devant nous louche aux conditions même du travail. La nature essentiellement ecclésiastique de nos sources altère la réalité, comme l’on sait : l’Église apparaît dans 86 % des documents, mais à y regarder de plus près, la part est égale ou presque entre sa position de donataire et celle de donateur. De surcroît, il existe une grande disproportion entre l’Église régulière pratiquant le faire-valoir direct, Cisterciens, Prémontrés et chanoines réguliers (22 et 41 %), et les autres éléments ecclésiastiques, séculiers (10 %), Bénédictins (25 %), moines soldats (2 %)15. Naturellement, et même dans le cas des religieux qui valorisent l’opus manuum, le travail lui-même est largement abandonné à des ouvriers laïcs, sartores, comparticipes, dont j’ai avancé qu’ils pouvaient, en temps plein, défricher un journal, 40 ares, par an. Le fait que ces paysans ne devaient, sauf les « hôtes », travailler à l’essart qu’aux temps morts des tâches agricoles, montre qu’en définitive l’essart est une affaire de petites gens et qu’il n’y a pas lieu de s’étonner de l’extrême modestie des « vols de royes », ces essais pour rogner sur la friche seigneuriale voisine quelques verges si l’on croit force procès du xiiie siècle.

  • 16 Pour toutes ces questions, voir Terre et hommes, p. 325 sq.

8Peut-on avancer des résultats globaux ? On dispose d’une quarantaine de contrats, et d’environ 60 indications de surface défrichée ; 250 autres essarts peuvent être localisés avec quelque précision ; le reste est flou. Elément qui confirme ma dernière remarque sur le défrichement paysan, la moyenne des superficies connues baisse régulièrement au cours du xiiie siècle ; après 1260, elle s’établit à moins de dix hectares ; encore ce chiffre dissimule-t-il de fortes oppositions entre quelques gros essarts seigneuriaux et le tout venant des déboisements modestes. Au total, en s’appuyant sur ces textes, sur ceux qui évoquent les novales, sur les procès, sur les zones où se pressent champarts et toponymes nouveaux, on atteint 600 à 800 km2. C’est peu, et il est logique de penser que toutes les mentions vagues ont accru ce chiffre, mais dans des proportions indiscernables et par petits efforts individuels16.

  • 17 Exemples étudiés, ibidem, p. 347 sq., et Lohrmann (D.), op. cit.

9Ces observations étaient nécessaires au moment d’aborder l’effet toponymique de l’essart. Sur la surface que j’étudie, on compte 19 villages en -sart et 56 écarts. J’hésite à y joindre les 29 villeneuve ou neuville, à plus forte raison les 38 villers ; pour les premières, l’octroi de franchises peut justifier le nom autant qu’un défrichement générateur d’habitat neuf. Les seconds sont parfois plus anciens, xe-début xie siècle, avant l’essor du déboisement. En tout état de cause, et dans l’optique la plus optimiste, nous trouvons un peu moins de 150 lieux nouveaux, ce qui est très faible en regard de l’importance et de la densité du peuplement ancien. En revanche, l’implantation topographique se calque assez bien sur celle des actes parlant d’essart ; on fera seulement observer que dans les zones d’antique implantation humaine, ce sont les écarts qui prédominent, ce qui ne surprendra pas. Une première constatation peut donc être faite : modérément générateur d’installations neuves, l’essart picard semble bien donner la primauté aux entreprises modestes. Au reste, une preuve a contrario peut en être donnée : j’ai choisi cinq exemples de déboisement « seigneurial » s’accompagnant parfois d’une fondation d’habitat, Villers-l’Hôpital au Ponthien (1172), Villers-le-Sec en Vermandois (1140), Fienvillers en Vicogne (1204), Coullemelle en Amienois (1185), Troussure en Beauvaisis (1176)17. Dans ces cinq cas, la détermination de l’essart est assez nette, comme celle du lieu nouveau ; or, l’examen de la carte montre qu’autour de ces villages n’apparaît aucun toponyme ou microtoponyme en -sart. En d’autres termes, un lien existe, au reste assez ténu, entre le déboisement et le baptême des lieux, mais le mot essart n’est qu’accidentellement utilisé pour désigner la zone gagnée à la culture.

  • 18 La surface couverte par les cartes au 1/25 000, numéros : 2205 (O. et E.), 2305 (O et E) 2206 (O. (...)

10Pour avoir une vue plus complète du phénomène que j’étudie, il faut aller jusqu’à la microtoponymie. En effet, là du moins où les dictionnaires atteignent ce niveau, on est frappé par l’abondance des noms de cantons de terre conservant le souvenir du déboisement, non seulement sous la forme essart, mais aussi sous celles de vocables attestant un travail de mise en valeur incomplète ou particulière, et dont j’ai dit quelques mots plus haut, larris (143 exemples dans la Somme), riez (94 exemples dans la Somme), avesnes (10 exemples dans la Somme), plouy (22 exemples dans le Pas-de-Calais). Pour vérifier la répartition et la nature de ces termes, j’ai choisi une région particulière d’environ 2 500 km2, 60 km sur 40, contenue dans un quadrilatère dont le nord de Montreuil, Abbeville, les sources de l’Authie et le sud de Thérouanne représentent les angles18.

11On peut tout d’abord noter que sur les 432 localités englobées dans cette zone, 85, soit environ 20 %, possèdent sur leur terroir un vocable de cette sorte ; ce pourcentage est élevé, eu égard à l’ancienneté du peuplement en Picardie ; comme on remarque que les vocables en question sont beaucoup moins rares au sud de l’Authie, ceci donnerait, pour la région boisée de Crécy à la Vicogne, environ un village sur deux. L’intensité du défrichement dans cette dernière région est manifeste. Au reste, c’est là aussi que se rassemble l’essentiel des 135 mentions de défrichement retenues par les textes sur toute la zone. Outre 8 villages en -lers, témoins d’une phase ancienne de déboisement, on rencontre 7 hameaux ou fermes isolées dont le toponyme comporte le mot -sart, sans que leur forme ou leur localisation appellent d’observations particulières, à l’exception, pour les écarts, d’un semis d’habitat échelonné au long d’un itinéraire de pénétration sur les friches selon le schéma bien connu du Waldhufendorf.

12En revanche, l’étude des microtoponymes est instructive : j’ai relevé 33 mentions « Les sarts », « Le sart un tel », « L’essart ». Sans en faire une règle absolue, on peut constater que ces surfaces, dans l’ensemble modestes, 200 mètres sur 500 au maximum, sont placées à la périphérie des terroirs, en contact avec les limites communales, jadis paroissiales qui les cernent. Les 25 mentions de riez, qui s’effacent plus l’on va vers le Sud, ont une situation plus caractéristique encore : elles désignent des pentes raides et des surfaces laniérées, où l’on peut suggérer que l’arbre, une fois jeté bas, il s’est avéré difficile de mettre le sol en labours. Les avesnes, 9 au Nord ou les larris, 3 au Sud, sont dans une situation comparable. Enfin, 9 cas de plouy nous mettent en présence de surfaces de même taille, généralement en contact avec un lambeau forestier. Dans tous ces cas, qui ne font pas l’objet d’un rappel dans les textes, il semble bien que nous sommes en présence de ces essarts paysans, en général dédaignés de la documentation et remontant, pour l’essentiel, au milieu du xiiie siècle. De surcroît, un report sur la carte du tracé des bois, d’après les cartes de Cassini, montre qu’il ne s’agit pas d’un déboisement récent et qu’on peut penser sans risque majeur qu’il s’agit bien d’essarts médiévaux, voire « modernes ».

13Au terme de ce rapide survol du problème toponymique posé par les défrichements en France du Nord, un certain nombre de constatations peuvent être faites. Le nombre des noms de lieux formés sur le mot essart, voire sur d’autres vocables de même sens, est plus réduit qu’on ne s’y attendrait, eu égard au nombre important des mentions de déboisement retenues par les textes. Cette modestie provient sans doute d’une densité forte de peuplement antérieurement aux deux phases successives de défrichement. D’autre part, la discordance que l’on observe entre ces noms et la localisation des indications textuelles incline à penser que l’effort essentiel, que la documentation écrite n’a pas enregistré, émane des simples paysans, qu’ils aient agi subrepticement, en « rogneurs de royes », ou dans des opérations n’ayant pas justifié une rédaction formelle, ou encore à l’occasion d’un accord où l’Église, notre source quasi unique, n’était pas partie. Enfin, l’examen plus minutieux de la carte paraît bien confirmer cette observation : si, comme je le pense, ces microtoponymes témoignent de l’action des petites gens, il devrait être possible, au prix d’un relevé exhaustif et systématique des vocables en question, de dresser un état, peut-être même une statistique, de l’essartage. Nous sommes, malheureusement, loin du compte : tant que n’auront pas été dressées, cartes à l’appui, les nomenclatures de lieux-dits et de microtoponymes ruraux, les observations devront se tenir, comme cet essai, au niveau des généralités.

Notes

1 Je me permets de renvoyer le lecteur à mon travail sur : La terre et les hommes en Picardie jusqu’à la fin du xiiie siècle, Paris-Louvain, 1968, p. 310 sq., auquel je ferai désormais référence sous l’intitulé Terre et hommes.

2 Arbois de Jubainville (H. d’), Recherches sur l’origine de la propriété foncière et des noms de lieux habités en France, Paris, 1890.

3 Baudot (M.), « Les noms de défrichement dans la toponymie de la France », dans IIP Congrès intern. de toponymie et d’anthroponymie. Actes et mémoires, Louvain, 1951, t. III, p. 583-594.

4 Mulon (M.), L’onomastique française, Paris, 1977 (classement par départements).

5 On tirera peu de choses de Perrier (A.), « Artige et essart ; deux toponymes appliqués à des défrichements... », dans Bull. Soc. archéol. et hist. du Limousin, 1967, p. 298-300 ; et de Plaisance (G.), « La toponymie des défrichements et déboisements », dans Rev. géographique de l'Est, 1962, p. 221-232. Pas de recensement spécifique, comme ceux de J. Rigault pour le Morvan (1963), de R. Baron pour le Nivernais (1964) ou de P. Bonnaud pour l’Auvergne (1971). Quelques données dans Baudot (M.), « La frontière linguistique dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais à la lumière des noms de rivière », dans CP Congrès nat. des Soc. savantes, Lille (1976), Paris, 1978, p. 393-407. Voir, en outre, Lefevre (S.), « Haies, bois clos, défens et garennes dans la région parisienne au Moyen Age », dans La forêt privée, 1982, p. 73-87 ; Lohrmann (D.), « La grange de Troussures-Sainte-Eusoye et le défrichement de la forêt de Noirvaux », dans Citeaux. Commentarii cistercienses, 1975, p. 175-184 ; Martel (J.), « Le défrichement des forêts en Artois », dans Bull. Soc. des Antiquaires de la Morinie, 1952-1957, p. 510-512 ; Schmittlein (R.), « Noms de lieux de la région lilloise », dans Rev. internat. d’onomastique, 1971 et 1972 ; Tamine (M.), « Histoire et toponymie : le vocabulaire des défrichements dans les noms de lieux à Gespunsart », dans Rev. hist. des Ardennes, 1978, p. 37-56 ; Veissière (M.), « Noms de lieux de l’arrondissement de Provins », dans Bull. Soc. archéol. de Provins, 1970, p. 123-126.

6 Je me suis servi de : Dauzat (A.) et Rostaing (Ch.), Dictionnaire des noms de lieux de France, Paris, 1963 ; Gysseling (M.), Toponymisch woordenbock van Belgïe, Nederland, Luxemburg, Noord Frankrijk en West-Duitsland, Bruxelles, 1960 ; Longnon (A.), Les noms de lieux de la France, Paris, 1920-1929 ; Vincent (A.), Toponymie de ta France, Bruxelles, 1937.

7 Matton (A.), Dictionnaire topographique du département de l’Aisne, 1871 ; Boutiot (T.) et Socard (E), Dictionnaire topographique de l’Aube, 1874 ; Longnon (A.), Dictionnaire topographique de la Marne, 1891 ; Loisne (comte de), Dictionnaire topographique du Pas-de-Calais, 1907 ; Beaurepaire (Ch. de), Dictionnaire topographique de la Seine-Maritime, 1982.

8 Debrie (R.), Corpus des lieux-dits cadastraux de la Somme, Amiens, 1964 ; Lambert (E.), Dictionnaire topographique du département de l’Oise, Amiens, 1982.

9 Longnon (A.), op. cit., p. 216 ; Vincent (A.), op. cit., p. 150.

10 Des terres « retournées en riez », Terre et hommes, p. 328.

11 Vincent (A.), op. cit., p. 300, l’identifie formellement à « plessis », lui aussi très fréquent ; mais les formes latines les plus anciennes ne coïncident pas.

12 Par départements : Aube, 9 écarts ; Marne, 5 villages et 4 écarts ; Ardennes, 1 village et 20 écarts ; Pas-de-Calais, 7 villages et 28 écarts ; Somme, 7 villages et 12 écarts ; Oise, 8 villages et 2 écarts ; Aisne, 5 villages et 16 écarts.

13 En Picardie, au sens large, il est apparu un peu moins de 500 localités neuves entre le xe et le xive siècle, à peu près 12 % du semis général ; Terre et hommes, p. 354.

14 Carte et données numériques, Terre et hommes, p. 310 sq.

15 Lohrmann (D.), op. cit., conteste ces chiffres qu’il estime trop bas pour les Cisterciens.

16 Pour toutes ces questions, voir Terre et hommes, p. 325 sq.

17 Exemples étudiés, ibidem, p. 347 sq., et Lohrmann (D.), op. cit.

18 La surface couverte par les cartes au 1/25 000, numéros : 2205 (O. et E.), 2305 (O et E) 2206 (O. et E.), 2306 (O. et E.), 2207 (O. et E.), 2307 (O. et E.).

Table des illustrations

Légende Toponymie des défrichements dans le nord de la France : 1) nom d’essart ; 2) rupt ; 3) mouvance.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

© Presses universitaires du Midi, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search