Version classiqueVersion mobile

Toponymie et défrichements

 | 
Charles Higounet

Rapports

Les Artigues du Midi de la France

Charles Higounet

Texte intégral

  • 1 Ch. Higounet, « Les artigues des vallées luchonnaises », dans Mélanges géographiques offerts en hom (...)
  • 2 G. Lizotte, Toponymie et défrichement en Béarn du ixe au xixe siècle, Mém. maîtrise Faculté des let (...)

1On sait, depuis longtemps, que le toponyme le plus fréquent et le plus caractéristique pour dénommer les défrichements anciens dans le Midi de la France, spécialement le Sud-Ouest aquitain, et le Nord de l’Espagne, est issu du vocable artiga qui est, en quelque sorte, l’homologue d’essart dans la France du Nord. J’ai entrepris depuis 1948 une série d’enquêtes sur sa répartition géographique et sur la réalité des paysages qu’il a recouverts dans le temps et dans l’espace1, et j’ai aussi encouragé quelques travaux dans ce même sens2. Mais la recherche exhaustive que j’aurais souhaitée n’a pas abouti. Aussi bien, cette mise au point ne saurait encore qu’être provisoire, quoiqu’elle repose sur de nombreux dépouillements.

  • 3 Du Cange, Glossarium, éd. Favre, t. I, p. 412.
  • 4 E. Ruben, « Recherches étymologiques sur l’Artigue », dans Bull. Soc. arch. et hist. du Limousin, I (...)
  • 5 [M. Allègre], Rev. de l'Agenais, 1916, p. 481.

2Et d’abord, donnons la parole aux linguistes. Ils sont loin d’être d’accord sur l’origine du terme. Citons pour mémoire, en premier lieu, les éditeurs bénédictins du lexicographe Du Cange (1736) qui rattachaient artiga au « saxon » astigan, « monter », parce que les artigues, pensaient-ils, étaient « peut-être des champs montueux »3. Pour mémoire aussi, l’opinion d’un érudit limousin du siècle dernier qui voyait dans artiga, le grec αρτι-γη, « terre nouvellement défrichée »4, suivi par un autre chercheur agenais pour qui artiga passait par l’adjectif αρτιχυτoς évoquant une « récente ouverture du sol »5. Mais, d’une façon générale, le débat se partage entre les partisans de l’origine celtique ou latine, et les partisans de l’origine ibéro-aquitaine, les uns et les autres plus ou moins affirmatifs d’ailleurs.

  • 6 L. Sorbets, « Origine des noms de lieu dans le département des Landes », dans Bull. Société de Bord (...)
  • 7 W. Meyer-Lübke, Romanisches etymologisches Wörterbuch, no 3066.
  • 8 A. Griera, « Sobre’l mot “artiga” », dans Butlleti de dialectologia catalana, II, 1914, p. 63-70.
  • 9 J. Hubschmid, Pyrenäenwörter vorromanischen Ursprungs, Salamanca, 1954, p. 18.
  • 10 E. Legros, « Le Nord de la Gaule romaine », dans Bull. Commission royale de toponymie et dialectolo (...)
  • 11 E. Nègre, Les noms de lieu du canton de Rabastens, Paris, 1959, p. 287 ; et Les noms de lieu en Fra (...)
  • 12 F. Falc'hun, Les noms de lieux celtiques, premières séries. Vallées et plaines, Rennes, 1966, p. 77
  • 13 F.R. Hamlin, Les noms de lieux du département de l’Hérault, éd. A. Cabrol Poussan, Montpellier, 198 (...)

3Voici d’abord un ancien auteur landais qui classait, sans plus, artigo dans les vocables de l’époque « gauloise »6. Meyer-Lübke penchait aussi pour l’origine celtique à raison du suffixe -ica7. C’est en observant le procédé employé naguère dans les Pyrénées pour créer des artigues en brûlant des tas de bois recouverts de terre en forme de petites cabanes, que Mgr Griéra a également opté pour le rapprochement avec le nom celtique latinisé aretegias désignant la maison primitive8. Récemment, cette étymologie celtique a été relancée par J. Hubschmid9 en rapprochant un artika gaulois, « friche », de l’ancien wallon artiwe, « guéret », attesté dans les Ardennes10 ; mais quoiqu’elle ait été présentée de façon dubitative, cette origine a été adoptée par l’abbé Nègre11, par F. Falc’hun d’après un art-ia, « oursière »12, et par F.R. Hamlin13.

  • 14 Du Cange, Glossarium, éd. Favre, t. III, p. 339-340.
  • 15 H. Schuchardt, « Zum Iberischen, Romano-baskischen, Ibero-romanischen », dans Zeitschrift für rom. (...)
  • 16 J. Lemoine, Toponymie du Languedoc et de le Gascogne, Paris, 1975, p. 68 ; et Toponymie du Pays bas (...)
  • 17 P. Fénelon, Vocabulaire de la géographie agraire, Gap, 1970, p. 48.

4Par ailleurs, H. Schuchardt a voulu apparenter un exarticare au verbe bas-latin exartare14 qui exprime l’action de défricher, hypothèse suggestive faisant d’artica le doublet et synonyme d’exartus15. A cette filiation latine, certains préfèrent cette autre qui serait dérivée du verbe ardere, « brûler », en raison de la pratique de l’écobuage souvent associée aux défrichements16 ; elle a, en particulier, la faveur des géographes17.

  • 18 E. Bourciez, « Les mots espagnols comparés aux mots gascons », dans Bulletin hispanique, III, 1901, (...)
  • 19 A. Lognon, Les noms de lieu de la France, 4 fasc., Paris, 1920-1929, § 31, 32, 2769.
  • 20 A. Dauzat, Les noms de lieux, Paris, 1928, p. 95.
  • 21 A. Vincent, Toponymie de la France, Bruxelles, 1937, p. 308-309.
  • 22 Voir aussi J. Ronjat, Grammaire historique des parlers provençaux modernes, Montpellier, 1930-1941, (...)
  • 23 R. Lizop, Histoire de deux cités gallo-romaines. Les Convenae et les Consoranni, Toulouse-Paris, 19 (...)
  • 24 J. B. Bergez, « Esquisse d’enquête étymologique sur les noms de lieux de la vallée d’Aspe en Béarn  (...)
  • 25 G. Rolhfs, « Baskische Reliktwörter im Pyrenaengebiet », dans Zeitschrift für rom. Philologie, XLVI (...)
  • 26 G. Rolhfs, Le gascon. Etudes de philologie pyrénéenne, Halle (Beihefte zur Zeitschrift für rom. Phi (...)
  • 27 Ch. Rostaing, Essai sur la toponymie de la Provence, Paris, 1950, p. 61-63. Le dernier article de P (...)

5Cependant, depuis E. Bourciez18, les grands toponymistes Longnon19, Dauzat20, Vincent21, ont admis, avec beaucoup de prudence, que artiga pourrait être d’origine « ibère »22, suivis de R. Lizop qui préférait le qualificatif « aquitanique »23. Dès 1911, J.-B. Bergez avait introduit dans cette option le basque arthegi, « montagne boisée »24, mais sans beaucoup convaincre. C’est G. Rohls qui, dans un premier article, a proposé le rapprochement avec le bas-navarrais arteaga, « défrichement », lui-même peut-être dérivé de arte, « chêne-vert » et du collectif -aga25. Puis, il est revenu sur la question dans son ouvrage sur Le Gascon26, en essayant de tenir compte des divers éléments linguistiques en jeu. On peut supposer, conclut-il, que derrière arteaga, artiga, artigo se cache un ancien mot ibérique qui à l’époque de la romanisation peut avoir subi l’influence du verbe latin exsartare < exsarticare. Ch. Rostaing s’est rangé à cette opinion en élargissant l’origine du vocable au thème pré-indo-européen art qui, de « montagne », aurait glissé à « lande », puis à « terre défrichée »27.

Fig. 1. — Carte schématique des plus anciennes mentions d’Artigues et de l’extension du toponyme Artigue. Les trames de 1 à 5 indiquent la densité décroissante du toponyme.

6Je ne prendrai pas parti dans ce débat purement linguistique. Néanmoins, il semble bien qu’à l’heure actuelle, il doive se réduire à l’alternative « celtique » ou « basco-ibérique » ; et il ne sera pas interdit, en outre, de faire intervenir, le moment venu, l’argument de la géographie.

  • 28 Griera, art. cit., p. 63.
  • 29 Bibl. mun. Bordeaux, ms 770, Grand cartulaire de La Sauve, fol. 50 v° (éd. A. et Ch. Higounet, en p (...)
  • 30 Arch,. nat., JJ65A, no 217 (voir Le Languedoc et le Rouergue dans le Trésor des Chartes, par Y. Dos (...)
  • 31 Arch. dép. Haute-Garonne, 52 B, vol. 141, fol. 21.
  • 32 R. Dion, Essai sur ta formation du paysage rural français, Tours, 1934, p. 142, no 1.
  • 33 J.-B. Laborde, « La fondation de la bastide de Bruges en Béarn », dans Rev. hist. et arch. du Béarn (...)
  • 34 Voir, plus haut, l’article de Griera, p. 64, et, en outre, Ch. Higounet, « Le Larboust. Etude géogr (...)

7Quoi qu’il en soit, l’accord est fait, à quelques nuances locales près, sur la signification du vocable et sur sa cristallisation toponomastique. Une « artigue » était un espace, un terroir, un lieu qui, au moment où ils ont été ainsi désignés, venaient d’être nouvellement défrichés. Dans la toponymie, artigue signale donc un défrichement plus ou moins ancien, sans préjuger de l’état antérieur, forêt, bois, friche, lande, palus, et de la façon dont l’ouverture du sol a été pratiquée. Artiga, nom commun, était bien compris au Moyen Age comme un défrichement de terres hermes ou de forêts. Ainsi, une charte catalane de 978 mentionne ipsam articam quam Samuel ibidem de heremo traxit28 ; à quoi correspond, à la fin du xie siècle dans l’Entre-deux-Mers unam artigam quam de silva traxit29. Le verbe artigare était aussi ressenti comme l’action de défricher ainsi qu’il apparaît dans les lettres de la chancellerie royale de 1328 pour les communautés du Pays de Sault : habent usum artigandi in predictis nemoribus30. Dans le langage populaire, des Pyrénées surtout, artiga, artigo, artigue ont perduré jusqu’au xviiie siècle, voire au xixe. Un règlement forestier de la Maîtrise de Quillan de 1561 fait défense à toute personne... de faire artigues31 et deux édits, pour le Béarn en 1728 et pour le Roussillon en 1779 interdisent, pour protéger les pacages, de pratiquer le labour « vulgairement dit artiarti-quar»32. Mais à Bruges en Béarn, ce même règlement de 1728 prévoyait le pacage dans toutes les terres et prés encore appelés artigues33. Le Diccionario de la lengua castellana retenait aussi en 1726 le terme d’artiga. Quant à Mistral, il notait, dans son Trésor dou Filibrige (1878), que c’était un mot « vieux ». Aujourd’hui, dans la quasi-totalité de son ancienne aire d’extension, artigue est certes presque devenu un mot fossile. En Périgord, en Bordelais, en Albigeois, en Languedoc, il n’est plus usité comme nom commun. S’il résiste un peu en Haute-Catalogne, en Luchonnais, en Bigorre et en Béarn, c’est en perdant son sens premier et en étant désormais perçu comme un plateau, une prairie dans la montagne, voire un terrain fertile dans une vallée ou même un jardin34.

  • 35 Recueil des actes de l’abbaye cistercienne de Bonnefont en Comminges, éd. Ch. Samaran et Ch. Higoun (...)
  • 36 Arch. dép. Haute-Garonne, H, Malte, cartul. de Villemartin, fol. 14 v° ; voir J.-B. Marquette, « La (...)
  • 37 Griera, art. cit., p. 64.
  • 38 A. Lagrèze-Fossat, La ville, les vicomtes et la coutume d’Auvillar (Tarn-et-Garonne), Paris-Montaub (...)

8Comme nom commun, la langue des xie-xiie siècles a souvent préféré à artiga le diminutif artigal qui semble bien, effectivement, avoir correspondu à des séries de petits défrichements. Ce sont, par exemple, les possessionculas atque artigalia du terroir donné à l’abbaye de Bonnefont, en Comminges, en 113635 ou encore les artigals que les hommes de Villemartin an irait ni trairan du terroir de la commanderie de ce lieu36. Le mot, très commun en Gascogne, y est devenu artigau. De même qu’artigue a donné artigaïre pour désigner le défricheur37, il s’est formé sur artigal le substantif artigalier qui, au xiiie siècle à Auvillar, a fini par englober la plupart des travailleurs agricoles38.

  • 39 Hist. gén. de Languedoc, éd. Privat, t. II, preuves, col. 114 ; Dont Brugèles, Chroniques ecclésias (...)
  • 40 Bull. Soc. archéol. du Gers, 1966, p. 59. Dom Brugèles identifiait l'Exartigat de 817, à nouveau ci (...)
  • 41 Hist. gén. de Languedoc, éd. Privat, t. II, preuves, col. 412.
  • 42 Recueil des actes de Charles II le Chauve, t. 11, Paris, 1952, no 290, p. 141-143 (22 février 860)  (...)
  • 43 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du xe siècle. Croissance et mutations d‘une société, Toulouse, (...)

9Le passage du nom commun au toponyme ne peut, évidemment, s’observer qu’avec les premiers actes datés, mais cela n’empêche pas que la cristallisation du terme ait pu avoir lieu bien auparavant. A ma connaissance, la plus ancienne dénomination d’un lieu issu d’une artigue se trouve dans le diplôme de Louis le Pieux pour le monastère de Sorèze du 27 avril 817 : in pago Ausciensi... villain quae dicitur Exartigat39, lieu qui a été identifié par H. Polge avec Chartigat, dans la commune de Castelnau-Barbarens (Gers)40 ; auquel cas nous serions probablement en présence de défrichements intervenus dans cette partie de la Gascogne orientale au cours des viie-viiie siècles ; et cette première mention illustrerait l’influence qu'exsartare a pu avoir sur le vieil artigare. En Catalogne, une des premières mentions d’un toponyme d’artigue se rapporte à la dotation de l’église du monastère de Riudaura, au diocèse de Gérone, du 1er octobre 90841 : il s’agit d’une villula dénommée Artigas dans lepagus de Besalu, un territoire exartatum au milieu du ixe siècle par « des Goths et des Gascons »42 et où l’activité des défricheurs s’est exercée durant des décennies encore43.

Fig. 2. — Le terroir de Chartigat (comm. de Castelnau-Barbarens, Gers) d’après la carte au 1/25 000e I.G.N.

  • 44 Dict. topogr. : Aude, Cantal, Corrèze, Haute-Loire ; Hamlin, Hérault, p. 17 ; Rostaing, Provence, p (...)

10Malgré ces deux exemples précoces, l’enracinement toponomastique d’artiga est resté relativement rare aux xe et xie siècles, du moins à la lumière des documents qui subsistent, et, curieuse constatation, c’est aux limites extrêmes de l’extension du vocable qu’il s’est surtout manifesté. Citons d’abord Artiga de Girolmo (l.d. de Saint-André de Roquelongue, Aude) en 965 et Artigas (vers Sauvian, Hérault) avant 1100, puis Arliges (hameau, comm. de Mauriac, Cantal), attesté au xe siècle (Artigias) et Arliges (comm. de Sexles, Corrèze) qui apparaît au xie siècle (Artigias) ; ce sont encore Artigues (comm. du canton de Rians, Var) qu’atteste le cartulaire de Saint-Victor de Marseille (Artiga, 994-1032) et Artias (hameau, comm. de Retournac, Haute-Loire) dans le cartulaire de Chamalières (Artigiac, 1040). En Gascogne, une église de Lartigolle (Artigola), un lieu-dit Artigas et une Artigula vetula sont cités au xie siècle dans le cartulaire de SaintMont ; un Lartiga est enfin mentionné à la fin du siècle dans les biens de Saint-Pierre de La Réole44.

  • 45 Artiga vetula, ci-dessus, cart. de Saint-Mont, no 1 (xie siècle) ; Artiguevielle, hameau, comm. de (...)

11A partir du xiie siècle, les mentions d’artigues datées s’épaississent. Il n’est plus question, dès lors, d’en donner une liste, qui serait d’ailleurs loin d’être exhaustive ; mais un sondage chronologique relatif n’est pas sans intérêt pour l’image des défrichements qu’il renvoie avec le décalage que comporte le passage de l’oral à l’écrit. Ainsi, ai-je relevé 25 nouvelles mentions au xiie siècle ; 49 au xiiie ; 40 aux xive-xve siècles ; ce qui donne, avec les 12 plus anciennes, un total de 126. Cela nous apporte, assurément, à la période des « grands » défrichements des xe-xiiie siècles dans l’ensemble des pays du sud-ouest de la France. On a fait remarquer, à ce propos, qu’au xie siècle déjà, comme au xiiie siècle, certaines artigues étaient aux yeux des contemporains des Artiguevieille45, ce qui reporte aussi la période d’activité des pionniers entre xe et xiie siècles surtout. Cette approche peut fournir une indication pour classer chronologiquement les toponymes du même thème qui ne sont connus que par les cartes, les cadastres ou par des documents très postérieurs.

  • 46 Gallia Christiana, t. II, col. 888.
  • 47 Dicc. corografico.

12L’importance de ces défrichements se mesure par ailleurs à la richesse des variations toponymiques sur la base commune artiga. La forme actuelle la plus fréquente est Artigue, tout court, avec souvent l’article agglutiné ou non, L’Artigue, Lartigue. Le dialecte limousin en a fait Artige, Artije, Lartije ou encore Artigas et Artigeas. Le pluriel Artigues, Artiges, Lartigues ou Les Artigues de... révèle un quartier ou un groupe de petits défrichements,parfois au voisinage d’un terroir plus ancien, comme sont les Artigues de Lussac en Bordelais (1232)46. Sur le versant navarrais, aragonais et catalan, Artica, Articas, Artiga et Artigas47 correspondant à ces formes simples. Artigal, Artigau, L’Artigal, Lartigau sont presque aussi abondants qu’Artigue, en Gascogne surtout, et, au pluriel, les Artigals spécialement dans la microtoponymie ; il faut leur rattacher les Artigol, Lartigolle et Artigoules. D’autres diminutifs ne manquent pas : Artigou, Artigalou, Artigalets, voire, plus récents, Artiguette et Lartiguette. L’augmentatif Artigasse est rare ; on lui préfère pour un terroir défriché Artigat, Lartigat ou Artigade. Enfin, aussi bien en Béarn qu’en Périgord et Languedoc, on rencontre les formes Artic, Lartic, Artix, Les Artix.

13Pour distinguer de si nombreux défrichements, on a eu recours à tout un répertoire de qualificatifs. A Artiguevieille s’est, naturellement, opposé Artiguenave. La fréquence des Artiguelongue doit répondre à un usage d’ouvrir les bois et les friches par grandes parcelles allongées en forme de lanières. Au contraire, les artigues longues, Artigueronde, ou courbes, Artiguetorte, semblent exceptionnelles. Quant à Artigueardoune, c’est une artigue « brûlée », c’est-à-dire gagnée par le feu. L’importance ou la situation médiane expliquent Artiguemayou et Artiguemezan. Avec Artiguemale, Artiguegelade et Artiguepelade, on touche à des terroirs dont la conquête a dû être difficile ou dont les conditions d’exploitation sont restées précaires. D’autres qualificatifs ne sauraient se comprendre que dans un contexte très local, comme Artiguebarrade, Artiguelouve (Artigueloba, 1286), Artigueloutan (Artigueloptaa, 1385), Artiguedieu.

  • 48 Ainsi, une Artiga Letgerii (près de Tuzan, Gironde) est attestée au début du xiiie siècle (Grand ca (...)
  • 49 2e Cartul. de l’abbaye de Sainte-Croix de Bordeaux, éd. L. Drouyn (Arch. hist. de la Gironde, XXVII (...)

14Un autre type très commun des dénominations a consisté à adjoindre à l’article le nom du pionnier qui l’a ouverte. Appartiennent à cette série les Artigue Guilhem, Artigascou, Artiguemartin, Artiguemerly, Artigue Rampnol, Artigue Vital, Artigue du Prince ; mais ces dénominations sont de toutes les époques, attestées tant au xiie siècle qu’au xviiie48. L’appartenance à un établissement religieux peut aussi apparaître, telle l'Artiga Senta Crois, près de Bordeaux (1257)49. Très banales et généralement récentes sont les désignations d’ordre topographique comme Artiguedessus, Artigue de darré, Artigue de la carrère, Artigue de la Hon, ou Artigue du pont.

  • 50 Gallia Christiana, t. XIII, col. 260.
  • 51 Lizotte, Béarn, p. 24 ; Du Buisson, Hist. monasterii S. Seven libri X, éd. L-F. Pédegert et A. Luga (...)

15On retiendra encore les constructions d’artigue avec un premier terme déterminatif, telles que Malartigue et Malartic, mais aussi la curieuse Bellartigue donnée à l’abbaye cistercienne de Belleperche en 117550, et par ailleurs Bouffartigue, Genoartigue, Filiartigue et Lucartigue dont la signification n’est pas toujours évidente. Il faut faire un sort enfin aux formes Erartigue, Sartigues, Sartigous, Escharticq, Leschartigade, qui proviennent soit de l’agglutination des articles cha, er, es, ets, las, soit de mauvaises coupures, soit de la contamination moderne d’essart qui a donné le verbe eschartiga51.

16La répartition géographique générale et la densité régionale d’un toponyme fournissent des arguments à la question de ses origines et à l’histoire de l’occupation du sol. Mais encore faut-il pouvoir établir, avec une certaine précision et avec une documentation équilibrée, les cartes nécessaires. Malheureusement, dans le cas qui nous occupe, je ne peux apporter qu’une documentation très inégale : une partie, tirée des dictionnaires topographiques existant ou manuscrits et du dépouillement de cartes anciennes ou topographiques, ne donne, en effet, que les noms de lieux Artigue habités, ce qui limite beaucoup la recherche ; l’autre partie, reposant sur le dépouillement exhaustif du cadastre, procure, au contraire, une masse de microtoponymes qui pèse, peut-être trop lourdement, au regard de la chronologie, et peut ainsi fausser les perspectives linguistiques et historiques.

  • 52 Lizotte, Béarn, p. 29.
  • 53 Dict. topogr. Basses-Pyrénées (1863), p. 14.
  • 54 Higounet, Vallées luchonnaises, p. 556.
  • 55 Ch. Higounet, Le comté de Comminges, de ses origines à son annexion à la Couronne, Toulouse-Paris, (...)
  • 56 Lizotte, Béarn, p. 77, 112 sq.

17On commencera ce parcours géographique des artigues par les pays et vallées des Pyrénées occidentales, Béarn, partie de la Bigorre et du Comminges, pour lesquels le cadastre a fourni la base de l’enquête et qui démontrent, de ce fait, l’écart parfois énorme entre les lieux habités et les microtoponymes du même thème. Ainsi le cadastre napoléonien, malgré quelques lacunes, a donné pour le Béarn 4272 toponymes du type Artigue52, alors que le Dictionnaire topographique53 n’en avait retenu pour tout le département que 8 à peine ! Dans les deux vallées bigourdanes d’Aures et de Louron, j’ai relevé au cadastre 52 Artigue tandis que la carte topographique au 80000e en mentionnait 10 seulement. Les vallées de Luchon et du Bavartès m’ont permis de découvrir 140 Artigue54, une densité comparable à celle des vallées précédentes, là où l’administration ne connaît que la commune d’Artigue — la plus élevée des Pyrénées — attestée comme paroisse en 122655. En Béarn, la carte met en évidence une très grande densité d’artigues ainsi que dans la plaine du Nay en amont de Pau, voire dans les vallées des deux Gaves, tandis que les plateaux et les collines du Nord restent relativement plus vides — là où les Trestis les ont relayés à partir de la fin du xvie siècle56. A Sarrance, en vallée d’Aspe, on compte une quarantaine de quartiers et de lieux-dits du type Artigue-, à Montaut, dans la vallée du Gave au sud de Nay, le parcellaire en révèle une centaine !

  • 57 Legrand, Gers, d’après le fichier de toponymie établi par H. Polge aux Arch. dép. du Gers.
  • 58 Benouville et Ph. Lauzun, L’abbaye de Flaran en Armagnac, Auch, 1890.
  • 59 Voir deux identifications d’anciennes paroisses de Lartigue en Bas-Armagnac dans G. Loubès, « Ident (...)

18L’enquête est actuellement moins avancée pour la Gascogne, depuis les Landes jusqu’aux confins du Toulousain. Une première approche est fournie par une liste de 108 toponymes Artigue existant ou localisables dans le département du Gers57. Le répertoire des formes y paraît assez peu varié ; l’agglutination Lartigue et la série des Artigolle, Lartigolle y sont très fournies ; par contre, il ne semble guère connaître le type à noms de personnes, ce qui pourrait indiquer une fossilisation précoce par rapport aux régions pyrénéennes. Les mentions anciennes sont ici particulièrement nombreuses, on l’a vu, avec l’Exartigat de l’Astarac au ixe siècle et les Artigues et Artigals fournies par les cartulaires des xie et xiie siècles. Mentionnons expressément le nemus quod vocatur Artigaberd donné en 1158 à l’abbaye de Flaran58. La plus forte densité du toponyme, à cette recension, se situe dans les cantons de l’Ouest (Cazaubon, Nogaro, Aignan, Riscle), c’est-à-dire dans l’ancienne région forestière de l’Armagnac noir. Mais un sondage extrêmement précis révèle, dans une partie seulement des communes de Manciet et d’Espas au cadastre de 1836, 10 toponymes Artigau ; ce qui laisse entrevoir dans cette région une densité qui pourrait être comparable à celle du Béarn59. Quoique plus dispersées, les Artigues forment aussi d’intéressants points de référence pour les défrichements anciens en Astarac et en Gimois autour de Mirande, Saramon et Gimont sur les hauts reliefs entre les vallées.

  • 60 Du Buisson, Hist. mon. Sancti Severii, t. II, p. 305, et t. I, p. 283.
  • 61 Recogniciones feodorum in Aquitania, éd. Ch. Bémont, Paris, 1914, nos 633 et 695.
  • 62 B. Bovrie-Fénié, La toponymie de la Grande Lande et la microtoponymie du canton de Pissos, thèse de (...)

19Les Landes de Gascogne fournissent quelques appellatifs anciens, comme les paroisses de Sainte-Marie d'Artiguenave (1266) et de Saint-Etienne d’Artigola, possession de l’abbaye de Saint-Sever60, un Artiguemeyra en Born et un Artigola aux confins du Marsan et du Bazadais61. Mais il manque encore ici un relevé général cadastral : le canton de Pissos, qui a fait l’objet d’une monographie, n’a cependant révélé qu’un seul L’Artigat dans la commune de Moustey62.

  • 63 Higounet, Bordelais, p. 595 sq.
  • 64 Artigue, Artiguemale (La Teste), Lucartigue (Mios) ; les artigues du Cartulaire de La Sauve : Artig (...)
  • 65 R. Boutruche, « Les courants de peuplement dans l’Entre-Deux-Mers », dans Annales d'histoire économ (...)

20Le Bordelais et le Bazadais, pratiquement le département de la Gironde, moins riches que les pays pyrénéens occidentaux et que la Gascogne gersoise, m’ont donné cependant, au dépouillement du cadastre et des documents anciens, une moisson de quelque 138 noms du type Artigue, dont 60 lieux habités et 78 lieux-dits, quartiers, terroirs ou parcelles63 — auxquels j’ai pu ajouter récemment une douzaine d’autres64. Les formes sont ici très variées. Le nom commun artiga y est couramment utilisé au xiie siècle ; mais dès le milieu du xiiie, quatre paroisses l’avaient adopté : Artigues en Médoc, Artigues de Bordeaux, Artiguevielle et Artigolles. Cependant au nord du Bordelais, Artigue s’effaçait déjà devant Essart : la colonisation du Blayais et du Landais, entre Dordogne et Isle, s’est faite par essarts, c’est-à-dire après le grand recul de la langue d’oc en Saintonge. Par contre, la recolonisation de l’Entre-Deux-Mers après la guerre de Cent Ans, qui a tellement bouleversé la microtoponymie de cette région65, n’a pratiquement pas fait gagner du terrain à essart.

  • 66 A. Higounet-Nadal, Histoire du Périgord, Toulouse, 1983, p. 72-74 (carte) ; De Gourgues, Dictionnai (...)
  • 67 Avec cependant un Brunexart dès 1188 dans les possessions de l’abbaye de Ligueux (Papsturkunden in (...)
  • 68 L. Massip, « Toponymie agenaise », dans Rev. de l'Agenais, 1926. p. 47-48.
  • 69 Papsturkunden in Frankreich, t. VII, Gottingen, 1913, p. 124, no 77.
  • 70 C. Brunel, Les plus anciennes chartes en langue provençale, Paris, 1926, t. I, p. 330, no 333 : Le (...)

21L’aire d’expansion d'Artigue se continue en Périgord, mais presque exclusivement au sud de l’Isle66. Le vocable est représenté avec ses variantes habituelles, dont Artiguelongue et Malartigue, et il est attesté à la fin du xiie et au xiiie siècle, correspondant à des défrichements antérieurs. Sa pointe extrême vers le Nord est un Artix, dans la commune de Saint-Paulla-Roche, déjà limousine. Ces 19 Artigue sont ici en concurrence avec 22 Labatut, sans doute plus récents. Mais dans cette zone, Essart a fait une avancée foudroyante au xve siècle67. Agenais et Bas-Quercy sont aussi des pays d’artigues ; mais je n’oserai pas dire, sans démonstration cadastrale, d’artigues « si répandues partout »68. De bons jalons y sont constitués par la paroisse d’Artigues, au nord-est d’Agen, connue dès 116969, par Malartic (1271) ; un Lartigue, au sud de Castillonès, et une Artiga Sordil, près de Moissac, dont le nom n’était plus qu’un souvenir en 120070.

  • 71 Le cartulaire de La Selve. La terre, les hommes et le pouvoir en Rouergue au xiie siècle, par P. Ou (...)
  • 72 Nègre, Canton de Rabastens, p. 287-288.
  • 73 Cartulaire de l’abbaye de Lézat, éd. P. Ourliac et A.-M. Magnou, Paris, 1984, t. I, no 352 ; plus t (...)
  • 74 P. Ourliac, Les sauvetés du Comminges, Toulouse, 1947 (cartulaire de Saint-Clar), no XXV.
  • 75 Recueil des actes... de Bonnefont, éd. Samaran et Higounet, nos 228, 573 et 616.
  • 76 Arch. dép. Haute-Garonne, H, Malte, Lautignac, I, 5.
  • 77 Ch. Higounet, « L’occupation du sol du pays entre Tarn et Garonne au Moyen Age », dans Annales du M (...)
  • 78 Saisimentum comitatus tholosani, éd. Y. Dossat, Paris, 1966, p. 168, note 7.

22L’auréole : Rouergue, Albigeois, Toulousain, Pays audois, Pays de Foix, marque une diminution sensible de l’utilisation ancienne du vocable. En Rouergue, deux paroisses Artigues s’avancent bien au-delà du Lot jusqu’à la Truyère et à l’Aubrac, mais dans le vieux cartulaire de La Selve rien ne rappelle une ancienne artiga71. Dans le département du Tarn n’ont été relevées que 5 Artigues, 3 Artigou et 3 Lartigue, outre le Lartigou du canton, privilégié, de Rabastens ; les Essarts n’ayant fait leur apparition, comme en Périgord, qu’à la fin du xve siècle72. En Haute-Garonne, passée la montagne commingeoise, c’est surtout la partie gasconne qui a retenu le terme. On est surpris néanmoins de rencontrer si peu d’Artigue dans les documents qui intéressent le territoire forestier de la Bouconne et les terrasses de la rive gauche de la Garonne où l’activité colonisatrice a été si dense aux xie et xiie siècles. Signalons pourtant : Artigolas, vers Peyrissas à la fin du xie siècle73 ; Lubartiga, près de Cazeneuve74 ; le casai de Lartigue (1189), près de Boulogne-sur-Gesse ; Artiguefeinte (1209) ; les Artigaux à Aulon75 ; les Artigalles (1274) de Lautignac76. Quelques Artigue dépassent aussi la Garonne toulousaine vers Castelsarrasin77 et un Artiguelongue s’ouvrait dans la forêt de Montech (1275)78. Evidemment, un relevé cadastral donnerait peut-être ici une meilleure densité.

  • 79 Voir notamment Arch. dép. Haute-Garonne, C 3775 et 3777 ; Cartulaire des Templiers de Montsaunès, é (...)
  • 80 Hist. gén. de Languedoc, éd. Privat, t. VIII, col. 959.

23Seule, la montagne ariégeoise, dans le prolongement du haut Couserans apparenté aux vallées luchonnaises — on dénombre en Castillonnais quelque douze lieux-dits Artigue, Artiguemale, Artiguepla et les anciens censiers des xve-xvie siècles y indiquent des quartiers d’artigues dans presque toutes les paroisses79 — jette vers l’Est un nombre assez élevé de nos toponymes : la villa de Artiguis (1236)80, aujourd’hui Artigues en Quérigut, divers hameaux dans la Barguillière (Artigues, Lartigue), à Saurat, dans le haut Vic-Dessos (L’Artigue), à Mérens, sous Monségur (Lartique), auxquels il faudrait encore ajouter Artigat dans la vallée de la Lèze et les microtoponymes du cadastre.

  • 81 Dict. topogr. Aude (1912), p. 13.
  • 82 Dict. topogr. Hérault (1865), p. 7, et Hamlin, Hérault, p. 17.
  • 83 Dict. topogr. Gard (1868), p. 13.

24Avec les Pays audois, on aborde les dernières avancées du phénomène en direction de l’Est-Nord-Est. Une douzaine d’Artigue, Artigues se rencontrent dans le département81, quasiment tous concentrés dans la haute vallée de l’Aude ou dans l’arrière-pays du Carcassès et du Minervois. Puis l’Hérault n’en connaît que quatre (dont un Artix), en voie d’oubli82, et le Gard, sous réserve d’un nouvel inventaire, un seul (le ruisseau de l'Artige, affluent du Vidourle)83. La Lozère et l’Ardèche ont aussi chacun un Artigues.

  • 84 Voir G. de Senneville, « Cartulaire des prieurés d’Aureil et de l’Artigue en Limousin », dans Bull. (...)
  • 85 Dict. topogr. Cantal (1897), p. 15 et 267.
  • 86 Dict. topogr. Haute-Loire (1907), p. 9.
  • 87 A. Dauzat, La toponymie française, Paris, 1939, p. 216.
  • 88 Dict. topogr. Drôme (1891), p. 11.
  • 89 Rostaing, Provence, p. 61, qui élimine par contre Artignosc (Var), dérivé de artos, « ours ». Dauza (...)

25En direction du Nord, les Artigue s’avancent jusqu’aux limites, voire au-delà, de la langue d’oc. Lartiga à Jarnac (Charente) et peut-être Lartigault à Lezay (Deux-Sèvres) sont aujourd’hui en plein pays d’oïl. Artigue, dans la commune de Chauvigny (Vienne), et Artigue, près de Lussac-lesChâteaux, constituent une pointe exceptionnelle en Poitou. Le prieuré de l’Artige, fondé en 1106 dans la forêt de Moularon, près de Saint-Léonard, leur fait suite en Limousin84. Puis la limite se maintient avec Plainartige (comm. de Nedde) et une douzaine d’Artige dans l’ouest du Cantal, dont deux Artigias des xe-xiie siècles85, et dans le nord du Velay, Artigetas (Artites) et Artigiae (Artias) attestées dès 1016-104086. Enfin le hameau d’Artiges, près de Bourg-Lastic, en Auvergne, et Artiges dans la commune du Teillet au sud de Montluçon terminent cette série septentrionale d'Artica. Mais A. Dauzat disait qu’il serait intéressant d’étudier dans cette zone encore la répartition du mot dans les noms de terroir87. Il reste, pour terminer, les deux projections d'Artigue à l’est du Rhône : Artigoule, attesté en 1413, quartier d’Aouste dans la basse vallée de la Drôme88, et Artigues (Artiga, 994-1032), près de Rians, Var89.

  • 90 Diccionario corografico.
  • 91 S.A. Garcia Larragueta, El gran priorado de Navarra de la Orden de San Juan de Jerusalem, Pamplona, (...)
  • 92 J. Costa, Colectivisma agrario en Espana, Madrid, 1915, t. I, p. 391-393 (Bonansa en Ribagorza ; Us (...)
  • 93 F. Udina Martorell, El Archiva condal de Barcelona en los siglos IX-X, Barcelona, 1951, no 103 ; H.(...)
  • 94 [J. Pons i Marquès], Cartulari de Poblet, Barcelona, 1938, 27 septembre 1171.
  • 95 J. Ma Font Rius, Cartas de poblacion y franquicia de Cataluna, t.I, Madrid Barcelona, 1969, no 153. (...)
  • 96 Région de convergences des colonisations aragonaises et catalanes au sud-est de Teruel.

26En l’état actuel de ma documentation, je ne me hasarderai pas à établir une pareille géographie de la répartition d’Artiga au sud des Pyrénées. Très sommairement, on trouve le toponyme de la Biscaye et l’Alava jusqu’à Majorque et aux confins septentrionaux du royaume de Valence90. Citons Artigas, faubourg de Bermeo en Biscaye, et un Articas dans le diocèse de Vitoria. En Navarre, nous retiendrons le basque Arteaga, à l’ouest d’Estella, ancienne possession des Hospitaliers91, Artica à Ansoain, près de Pampelune, et Articuza à Goizueta, dans le val de l’Urumea. La « frontière » des artigues se déplace vers le Sud en Aragon avec l'Artigazo de Aguilôn, près de Carinena, et, de là, elle a même poussé jusqu’aux sierras au-delà de Teruel : Las Artigas de Salvacanete, sous la Muela de San Juan, et de La Artiga de Olba au sud de Mora de Rubielos. Mais dans les vallées du haut Aragon pyrénéen et de la sierra de Guara où la pratique des artigues communales a existé jusqu’à la fin du siècle dernier92, la récolte des noms de terroirs devrait être payante. En Val d’Aran, l'Artiga de Lin, sur le chemin du port de Vénasque, offre un paysage semblable à celui des vallées commingeoises. On a déjà vu l’ancienneté de la mention des artigues en haute Catalogne. On peut encore y citer ad ipsas Artigas, dans le val de Ripoll en 932, Artikes, dans les possessions de l’abbaye de Camprodon en 101793, et Artiga à Llesp, dans la province de Tremp. Elles ont progressé en Nouvelle Catalogne comme en témoigne l'honor dicitur Artigas Montis Agudel, possession de l’abbaye de Poblet (1171)94, et l'Aquam de Artichis, limite de Vilanova de Prades (1175)95. Enfin, la reconquête barcelonnaise a implanté Les Artigues d’Alarô à Majorque et Artiguillas de Puebla de Areno, dans la haute vallée du Mijares96.

27Malgré son caractère chaotique et franchement incomplet, cette géographie de notre toponyme suggère un certain nombre d’observations. D’abord et essentiellement : la propagation du phénomène linguistique suivant une série d’ondes enserrant des densités de moins en moins fortes incline à penser que ces ondes sont parties d’un épicentre qui, à la vue de la carte générale — encore une fois en dépit de ses défauts —, ne peut être que le Pays basque. Par là, se renforce, semble-t-il, la thèse de l’origine ibéro-basque du vocable, et même les très fortes densités pyrénéennes occidentales et les densités encore élevées et moyennes dans la courbe de la Garonne pourraient être un bon argument en faveur de sa progression par le véhicule des migrations « gasconnes », aussi bien avant le vie siècle qu’après. Néanmoins, la concentration béarnaise et pyrénéenne est un peu illusoire par rapport à la densité moindre du centre de la Gascogne, car en montagne la pratique des artigues, donc leur implantation toponomastique, a duré au moins jusqu’au xviiie siècle, tandis que, dans le sud-ouest garonnais, elle n’a guère perduré au-delà du xiiie.

  • 97 A. Debord, La société laïque dans les pays de la Charente, xe-xiie s., Paris 1984 p. 324-326.

28Artiga a été adopté, en tout cas, par l’ensemble des dialectes d’oc et il a subi de toute évidence leurs reculs successifs. Ainsi Lartigue de Jarnac est-il un témoin du temps antérieur à l’extension du français et de la multiplication des « essarts » en Saintonge-Angoumois au xie siècle97. Artige du Poitou et du Limousin font aussi figure d’enfants perdus quand, à l’arrière-plan, tout le nord du Périgord était déjà envahi par les premiers « essarts » au xiiie siècle. Et les Artiges auvergnates montrent bien encore la concurrence des parlers provençaux et français dans cette zone de flottement linguistique.

Fig. 3. — Le terroir de Lartigue (Gironde) d’après la carte de Belleyme.

29Si donc le toponyme peut bien être considéré comme l’expression de divers défrichements, médiévaux pour la plupart, la carte générale de répartition, établie dans les conditions d’information très inégales que l’on sait, ne saurait permettre de définir avec précision les zones et les étendues boisées qui ont fait l’objet de ces entreprises. Ce n’est qu’au niveau régional et après enquête exhaustive, comme nous avons pu le faire en Bordelais, que la chose est possible. Mais, ceci étant, les repérages effectués à l’occasion de cette cartographie conduisent néanmoins à une typologie des paysages d’artigues, paysages qui peuvent aider à approcher les époques et les caractères des défrichements.

  • 98 Voir plus haut note 40.

30De grands terroirs d’artigue correspondent d’abord à des entreprises collectives de défrichement, que ce soit dans le cadre d’une villa ou d’une nouvelle communauté d’habitants, comme celui d’habitats marginaux, voire dans le cas d’une colonisation du sol dirigée. Remarquons que le premier Exartigat de 817 est qualifié de villa ; que l’on l’identifie avec Chartigat ou avec Lartigue98, et il en est résulté un vaste finage encore délimité par bois et bosquets résiduels, celui de la section de Saint-Guiraud, quelque 750 hectares, dans la commune de Castelnau-Barbarens, ou celui au cœur de la paroisse puis commune de Lartigue, environ 400 hectares. Parmi les communes dénommées aujourd’hui Artigue, Artiges ou Lartigue, plusieurs présentent de tels types de grands terroirs. Un bel exemple en est encore fourni par Lartigue, commune du canton de Captieux dans la lande girondine, qui a à peu près gardé dans la nouvelle forêt son aspect primitif. De hauts villages pyrénéens, comme Artigue de Luchon ou Aydius en vallée d’Aspe, ont aussi de proches terroirs de ce type, le premier cerné de trois côtés par la forêt, le second où une dizaine de parcelles portent un nom d'Artigue.

  • 99 Laborde, art. cil. (plus haut, note 33), et Lizotte, Béarn, p. 103-104.

31D’autres grands terroirs d’artigue sont issus de la croissance et de l’essaimage de communautés plus anciennes. Ainsi la vieille paroisse de Saint-Germain d’Esteuil en Médoc a-t-elle projeté le nouvel habitat d’Artiguillon dont le finage s’est inscrit dans le grand bois du Plantier. Par contre, à l’autre extrémité de l’aire de notre toponyme, le hameau de Artiges avec son terroir semble avoir précédé la formation du village-rue de Bourg-Lastic. Quant au terroir de la bastide de Bruges, fondée par le vicomte de Béarn en 1357-1358 dans la forêt et les vacants de la grande paroisse d’Asson, il ne compte pas moins de trente parcelles du nom d’Artigue, localisées près du village, très probablement témoins du défrichement initial99. Il apparaît ainsi que ces grands terroirs d’artigue, relativement homogènes, associés à des habitats, villages ou hameaux, plus ou moins groupés, doivent appartenir à la grande période des défrichements médiévaux du ixe au début du xive siècle.

Fig. 4. — Le terroir d’artigues d’Aydius (Aspe) :
a)
les artigues à proximité du village ; b) les artigues de la Soulane. (Photo G. Lizotte, 1967.)

Fig. 5. — Le terroir d’Artiguillon en Médoc (comm. de Saint-Germain-d’Esteuil) d’après la carte de Belleyme.

  • 100 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 394, no 1076, éd. Arch. hist. Gironde, III, 1861-1862, p. 272 ; (...)
  • 101 Higounet, Vallées luchonnaises, p. 568.

32Opposé à ces paysages d’entreprises collectives, de très nombreux Artigue se présentent comme des semis de quartiers ou de parcelles, associés ou non à un habitat isolé. Dans cette catégorie, les attaques des lisières forestières dessinant de petites coupes aux limites rectilignes n’ont pas toujours résisté au retour du boisement. C’est le cas des artigues gagnées au xiiie siècle sur le rebord nord-est de la forêt des Graves, au sud de Bordeaux : l’Artigue de Saint-Médard d’Eyrans a été reprise par les bois ; Artigueberney au sud-ouest de Portets a perdu son nom et, toute proche, Artiguemigot n’est plus aussi qu’un taillis ; l'Artigue à Arbanatz est un quartier de forêt ; on ne retrouve plus à Cérons l’Artiga en P. Assarit où s’enfonçait un petit vignoble en 1230100. En montagne, les artigues créées à la lisière inférieure de la forêt ont mieux persisté. A l’ombrée de la vallée d’Oueil, se poursuit un paysage de quartiers défrichés aux lignes « construites », mordant les bois, portant successivement les noms d’Artigueboussus, Artigues, Artiguepardin, Artiguelongue, Artigourdonne et encore Artiguelongue101.

Fig. 6. — Les artigues de l’est de l’après la carte au 1/25 000e I.G.N.

  • 102 Voir ci-dessus, note 45.
  • 103 Lizotte, Béarn, p. 68-74.
  • 104 Voir note 59.
  • 105 Ci-dessus, note 35 : infra istos terminos Raimundus Volen de Casteles... corrigiam unam possidebat, (...)
  • 106 Brunel, Les plus anciennes chartes, t. I, no 172, p. 160 (1179).
  • 107 Ci-dessus, note 36. Cartulaire, fol. 9 r°-v° : novos artigals et artigals de Sancto Gervasio.
  • 108 Cartulaire de l’abbave de Berdoues, éd. Cazauran, La Haye, 1905, no 94, p. 70 : artigale de Camorte (...)
  • 109 Higounet, Vallées luchonnaises, p. 577-579. Voir aussi M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyréné (...)
  • 110 L. de Froidur, Lettres, éd. P. de Castéran, Auch, 1899, p. 43.
  • 111 L.F.E. Ramond, Observations faites dans les Pyrénées, 2 vol., Paris, 1789.

33Les semis d’artigues proprement dits se rencontrent aussi bien en plaine, dans les collines ou qu’en montagne. Le quartier d’Artigolles (aujourd’hui comm. d’Escaudes) et celui d’Artiguevieille (comm. de Cudos) en Bazadais ont été ouverts par de petits défrichements apparemment individuels, les derniers réunis au xiiie siècle dans une paroisse102. Artigues et Artigaux isolés sont partout en Gascogne. Dans les coteaux béarnais s’y mêlent cependant des défrichements plus récents de Treytis103. C’est un véritable mitage de petites et minuscules artigues et autres Trétin que montre de façon exemplaire le plan du terroir de Manciet invoqué plus haut104. Les parcelles de défrichement dispersées y oscillent entre 0,5 hectare (l’Artigau) et 6 à 8 hectares (Artigau viaux et Grand Artigau). Du même ordre devaient être les artigals sans nom du premier terroir de Bonnefont105, ceux du Temple de Montsaunès106, ceux de Villemartin107 et de Génissac en Bordelais, ceux que mentionnent les cartulaires de Berdoues, de Gimont et de Grandselve108. Ces paysages de semis d’artigues, ce sont ceux que l’on trouve essentiellement encore sur les ombrées et sur les hauts replats des vallées pyrénéennes. Certains se rejoignent pour former des quartiers de prairies de fauche à l’allure bocagère ; d’autres, la plupart, sont de minuscules clairières ; au-dessus de la forêt, quelques artigaux ou artigalets, aujourd’hui abandonnés, sont les vestiges des cultures temporaires encore pratiquées ici et là jusqu’il y a un siècle109. Les xviie et xviiie siècles ont beaucoup contribué à cette ouverture des artigues en montagne, déplorée d’un côté, encouragée de l’autre. Louis de Froidour, commissaire réformateur des Eaux et Forêts, qui en décrit la pratique en 1667110, condamnait ces « brûlements et défrichements » pour faire des prés et des terres labourables, tandis que la déclaration royale de 1766 les favorisait pour accroître la production. Malgré le « triste spectacle » des forêts détruites, les observateurs de la fin du xviiie siècle et du début du xixe décrivent encore ce paysage des artigues pyrénéennes au maximum de son extension111. En somme, quartiers et semis d’Artigues n’ont pas cessé d’être ouverts et aménagés du xiie siècle jusqu’au milieu du xixe, avec, évidemment, des périodes de plus ou moins grande poussée suivant la conjoncture démographique et économique.

  • 112 Cartulaire de Sainte-Geneviève de Fronsac, éd. Tallet et De la Martinière, dans Arch. hist. de la G (...)
  • 113 Rôles gascons, éd. Ch. Bémont, t. II, Paris, 1900, no 970 : unum fossatum... ab artiga seu terra su (...)

34Un dernier type d’artigue est celui des artigues qui ont été gagnées sur les terres marécageuses et sur les fonds des vallons humides ou caillouteux. Deux exemples anciens en sont donnés par les artigues des palus de la Dordogne et de la Garonne. Un acte de 1258 énumère en effet des séries de petites artigues, entre la mar et la bosc, dans les terres de l’abbaye SainteGeneviève de Fronsac au palus Marcenais sur la rive droite de la Dordogne en aval de Libourne112. L’autre acte, de 1289, intéresse Lartigue de Tréget, dans le palus de la rive droite de la Garonne à Bordeaux : le roi-duc autorise son possesseur à construire un « fossé » pour dériver l’eau de cette artigue vers la Gironde, c’est-à-dire à accomplir un travail de drainage113.

Fig. 7. — Les artigues de Frayche (comm. de Beautiran, Gironde) d’après la carte au 1/25 000e I.G.N.

35La basse Dordogne jalonnée par de pareilles artigues, comme l'Artiguere-donne d’Izon, l'Artigue de Saint-Loubès et l’Artigue-Martin de Saint-Vincent-de-Paul. De même, les rives de la Garonne bordelaise et de la Gironde sont piquetées de petites artigues dont on ignore l’âge, comme VArtigue de la Tresne et Lartigue de Quinsac sur la Garonne, et Lartigue dans les marais de Tayac et Lartigue de Baleyron à Saint-Seurin-de-Cadourne en Médoc. Les Artigues de Frayches, dans la commune de Beautiran (Gironde), offrent un type encore aujourd’hui parfait de ces artigues de palus qui ont régulièrement drainé et gagné les basses terres des fleuves.

  • 114 Lizotte, Béarn, p. 41 sq.
  • 115 Ibid., p. 65.
  • 116 Higounet, Vallées luchonnaises, p. 573.

36Ce phénomène se retrouve en Béarn, dans la plaine de Nay, en amont de Pau où des terres nouvelles ont été conquises sur les « barthes » humides qui frangent le Gave et ses affluents : ainsi à Bordes, le quartier des Artigues et Barthots et, à Lagos, le quartier de Palus, où les parcelles de prés à forme régulière, séparées par des haies arbustives, constituent autant d’Artigue ou Artigotte114. Dans les petits bassins montagnards, les cultures et les prés irrigués qui ont aussi été gagnés parfois sur les tramées alluviales, caillouteuses et humides, portent également le nom d’artigue, telles Artigue Bernat à Aydius115, les anciennes Artigues de Juzet, près de Luchon, redevenues marécages116, et les prés d’Artiguelongue à Loudenvielle et à Bareilles, en Louron et Aure. La plupart de ces artigues de fond, comme celles de la plaine sous-pyrénéenne, sont sans âge : je les rapporterais volontiers à l’époque moderne. Mais avec les conquêtes de palus girondines, cela fait encore une longue chaîne de toponymes et de défrichements d’un caractère que l’on n’envisage pas habituellement sous le vocable d'Artigue.

Fig. 8. — Le quartier de Palus à Lagos (Pyrénées-Atlantiques). (Photo G. Lizotte, 1967-68.)

37Artiga, artigue, voilà donc un très vieux mot, probablement d’origine basco-ibérique ou « aquitaine », qui avait dû se conserver dans le latin parlé et qui est entré au moins dès les viiie-ixe siècles dans le vocabulaire roman et de là dans la langue d’oc, avec le sens général de « terre défrichée ». Dans la toponymie, il a donné leur nom à seize communes actuelles de la France et à des milliers d’anciennes paroisses, de hameaux, quartiers et lieux-dits dans vingt-quatre départements. Il est resté vivant pendant douze siècles et, si le temps a souvent oblitéré les paysages qu’il a servi à dénommer et a affaibli son sens, il n’en appartient pas moins encore au trésor de notre patrimoine linguistique et historique, sans compter à celui de l’anthroponymie. Pourquoi, alors qu’essart y figure toujours, aucun dictionnaire de la langue française depuis Littré ne l’a-t-il plus retenu ? Sans artigue, on ne peut rien comprendre au défrichement, au peuplement et aux paysages du Midi de la France.

Notes

1 Ch. Higounet, « Les artigues des vallées luchonnaises », dans Mélanges géographiques offerts en hommage à M. le doyen D. Faucher, Toulouse, 1948-1949, t. II, p. 555-582 : et « Contribution à l’étude de la toponymie du défrichement : les artigues du Bordelais et du Bazadais », dans Troisième Congrès intern. de toponymie et d’anthroponymie, 1949, Louvain, 1951, vol. 3, p. 595-603. Ces deux articles ont été repris dans Ch. Higounet, Paysages et villages neufs du Moyen Age, Bordeaux, 1975.

2 G. Lizotte, Toponymie et défrichement en Béarn du ixe au xixe siècle, Mém. maîtrise Faculté des lettres de Bordeaux, 3 vol. dact., 1968 ; F. Legrand, Recherches sur les artigues dans la toponymie du Gers, Mém. maîtrise Faculté des lettres de Bordeaux, 1 fasc. dact., 1959.

3 Du Cange, Glossarium, éd. Favre, t. I, p. 412.

4 E. Ruben, « Recherches étymologiques sur l’Artigue », dans Bull. Soc. arch. et hist. du Limousin, IX, 1859, p. 5-10.

5 [M. Allègre], Rev. de l'Agenais, 1916, p. 481.

6 L. Sorbets, « Origine des noms de lieu dans le département des Landes », dans Bull. Société de Borda, 1883, p. 256.

7 W. Meyer-Lübke, Romanisches etymologisches Wörterbuch, no 3066.

8 A. Griera, « Sobre’l mot “artiga” », dans Butlleti de dialectologia catalana, II, 1914, p. 63-70.

9 J. Hubschmid, Pyrenäenwörter vorromanischen Ursprungs, Salamanca, 1954, p. 18.

10 E. Legros, « Le Nord de la Gaule romaine », dans Bull. Commission royale de toponymie et dialectologie, XVI, 1942.

11 E. Nègre, Les noms de lieu du canton de Rabastens, Paris, 1959, p. 287 ; et Les noms de lieu en France, Paris, 1963, p. 55-56.

12 F. Falc'hun, Les noms de lieux celtiques, premières séries. Vallées et plaines, Rennes, 1966, p. 77.

13 F.R. Hamlin, Les noms de lieux du département de l’Hérault, éd. A. Cabrol Poussan, Montpellier, 1983, p. 17.

14 Du Cange, Glossarium, éd. Favre, t. III, p. 339-340.

15 H. Schuchardt, « Zum Iberischen, Romano-baskischen, Ibero-romanischen », dans Zeitschrift für rom. Philologie, 23, 1899, p. 187-189.

16 J. Lemoine, Toponymie du Languedoc et de le Gascogne, Paris, 1975, p. 68 ; et Toponymie du Pays basque et des Pays de l’Adour, Paris, 1977, p. 248.

17 P. Fénelon, Vocabulaire de la géographie agraire, Gap, 1970, p. 48.

18 E. Bourciez, « Les mots espagnols comparés aux mots gascons », dans Bulletin hispanique, III, 1901, p. 326-327.

19 A. Lognon, Les noms de lieu de la France, 4 fasc., Paris, 1920-1929, § 31, 32, 2769.

20 A. Dauzat, Les noms de lieux, Paris, 1928, p. 95.

21 A. Vincent, Toponymie de la France, Bruxelles, 1937, p. 308-309.

22 Voir aussi J. Ronjat, Grammaire historique des parlers provençaux modernes, Montpellier, 1930-1941, §236 ; A. Dauzat, G. Deslandes, Ch. Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de rivières et de montagnes en France, Paris, 1978, p. 109.

23 R. Lizop, Histoire de deux cités gallo-romaines. Les Convenae et les Consoranni, Toulouse-Paris, 1931, p. 127.

24 J. B. Bergez, « Esquisse d’enquête étymologique sur les noms de lieux de la vallée d’Aspe en Béarn », dans Union des Sociétés hist. et archéol. du Sud-Ouest. Congrès de Bayonne-Biarritz, 1911, [1912], p. 200.

25 G. Rolhfs, « Baskische Reliktwörter im Pyrenaengebiet », dans Zeitschrift für rom. Philologie, XLVII, 1927, p. 396-397.

26 G. Rolhfs, Le gascon. Etudes de philologie pyrénéenne, Halle (Beihefte zur Zeitschrift für rom. Philologie, Bd 85), 1935, p. 26.

27 Ch. Rostaing, Essai sur la toponymie de la Provence, Paris, 1950, p. 61-63. Le dernier article de P.-H. Billy, « Noms de défrichement d’origine préromane : artica, bodica, carrica, marrica », dans L’onomastique, témoin de l’activité humaine (Actes du Colloque du Creusot, 1984), Dijon, 1985, p. 19-29, penche, plutôt qu’à une origine ibère, pour une origine aquitaine qui ferait de arto, « chêne », un mot aquitain.

28 Griera, art. cit., p. 63.

29 Bibl. mun. Bordeaux, ms 770, Grand cartulaire de La Sauve, fol. 50 v° (éd. A. et Ch. Higounet, en préparation, no 426).

30 Arch,. nat., JJ65A, no 217 (voir Le Languedoc et le Rouergue dans le Trésor des Chartes, par Y. Dossat, A.-M. Lemasson et Ph. Wolff, Paris, 1983, no 806).

31 Arch. dép. Haute-Garonne, 52 B, vol. 141, fol. 21.

32 R. Dion, Essai sur ta formation du paysage rural français, Tours, 1934, p. 142, no 1.

33 J.-B. Laborde, « La fondation de la bastide de Bruges en Béarn », dans Rev. hist. et arch. du Béarn et du Pays basque, 1923, appendice, p. 52.

34 Voir, plus haut, l’article de Griera, p. 64, et, en outre, Ch. Higounet, « Le Larboust. Etude géographique d’une haute vallée pyrénéenne », dans Rev. géogr. Pyrénées et Sud-Ouest, 1936, p. 113 sq. ; Cénac-Moncaut, « Essai étymologique sur les noms de lieux du département du Gers », dans Rev. d’Aquitaine, II, 1857-1858, p. 491 et 544 ; P. Rondou, « Essai sur les toponymes de la vallée de Barèges », dans Bulletin pyrénéen, 1917-1919, p. 97 ; S. Palay, Dictionnaire du Béarnais et du Gascon modernes, Pau, 1932.

35 Recueil des actes de l’abbaye cistercienne de Bonnefont en Comminges, éd. Ch. Samaran et Ch. Higounet, Paris, 1970, no 1, p. 50.

36 Arch. dép. Haute-Garonne, H, Malte, cartul. de Villemartin, fol. 14 v° ; voir J.-B. Marquette, « La commanderie des Hospitaliers de Villemartin (fin xiie-début xiiie siècle), dans Rev. hist. de Bordeaux, 1967, p. 25.

37 Griera, art. cit., p. 64.

38 A. Lagrèze-Fossat, La ville, les vicomtes et la coutume d’Auvillar (Tarn-et-Garonne), Paris-Montauban, 1888, p. 135 et 249 : la coutume de 1280 prévoit pour le droit de pontonage d’ung buo ung testier, et artigulier una cartiera, et homme estranh meatha...

39 Hist. gén. de Languedoc, éd. Privat, t. II, preuves, col. 114 ; Dont Brugèles, Chroniques ecclésiastiques du diocèse d’Auch, Toulouse, 1746, preuves, p. 42.

40 Bull. Soc. archéol. du Gers, 1966, p. 59. Dom Brugèles identifiait l'Exartigat de 817, à nouveau cité dans un acte de 904, avec Lartigue (comm. du canton de Saramon, Gers). La phonétique donne certes raison à H. Polge ; mais Chartigat, dit d’ailleurs Chartigade en 1724, n’a jamais été une villa et la logique des actes de 817-904 plaiderait en faveur de Lartigue où, comme dans les autres lieux attribués au prieuré de Saramon, homines permaneant, locumque silvarum cornua cooperiunt, « exploitaient les cornaux des forêts » ; et où il y avait une église en 1143 (Cartulaire noir de Sainte-Marie d’Auch, éd. Lacave-Laplagne-Barris, Paris-Auch, 1899, p. 72). Mais il se pourrait aussi que le nom de la villa primitive ait été effacé par celui du château de Saint-Giraud, attesté en 1180 (Cartulaire de l’abbaye de Gimont, éd. Clergeac, Paris-Auch, 1905, p. 40-41). Au cours de l’excursion des Journées, il est apparu sur le terrain que le terroir de Chartigat était plus caractéristique, par sa topographie et son environnement arboré, que celui de Lartigue d’un défrichement bien localisé.

41 Hist. gén. de Languedoc, éd. Privat, t. II, preuves, col. 412.

42 Recueil des actes de Charles II le Chauve, t. 11, Paris, 1952, no 290, p. 141-143 (22 février 860) ; Hist. gén. de Languedoc, éd. Privat, t. VIII, p. 600 : in eodempugo a quibusdam Gotis et Guaconibus exartatum.

43 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du xe siècle. Croissance et mutations d‘une société, Toulouse, 1975, p. 99-106.

44 Dict. topogr. : Aude, Cantal, Corrèze, Haute-Loire ; Hamlin, Hérault, p. 17 ; Rostaing, Provence, p. 61 ; Ch. Samaran, « Le plus ancien cartulaire de Saint-Mont (Gers), dans Bibl. Ecole des Chartes, 1952, nos 1,5 et 45 ; Cartulaire de Saint-Pierre de La Réole, éd. Grellet-Balguerie (Arch. hist. de ta Gironde, V, 1863, no 91).

45 Artiga vetula, ci-dessus, cart. de Saint-Mont, no 1 (xie siècle) ; Artiguevielle, hameau, comm. de Cudos, Gironde (Arch. hist. de la Gironde, V, p. 247, 252), Artigavelha, 1274) ; Arliguevielle, ancien quartier de Saint-Seurin de Bordeaux (Arch. dép. Haute-Garonne, H, Malte, Bordeaux, 41, Artigavelha, 1313) ; Artiguebielle, comm. de Puyoo, Pyrénées-Atlantiques (Dict. topogr., 1385).

46 Gallia Christiana, t. II, col. 888.

47 Dicc. corografico.

48 Ainsi, une Artiga Letgerii (près de Tuzan, Gironde) est attestée au début du xiiie siècle (Grand cartulaire de La Sauve, no 540), tandis que l'Artigue de Prince (lieu-dit, comm. de Bagnères-de-Luchon, cadastre de 1837) doit son nom à un Despouy dit Prince, connu entre 1690 et 1700 (voir P. Barrau de Lorde, « La situation démographique de Bagnères-de-Luchon à la fin du xviie siècle », dans Rev. de Comminges, 1944, p. 56).

49 2e Cartul. de l’abbaye de Sainte-Croix de Bordeaux, éd. L. Drouyn (Arch. hist. de la Gironde, XXVII, 1892, p. 253).

50 Gallia Christiana, t. XIII, col. 260.

51 Lizotte, Béarn, p. 24 ; Du Buisson, Hist. monasterii S. Seven libri X, éd. L-F. Pédegert et A. Lugat, Aire-sur-Adour, 1876, t. Il, p. 378 ; L. Rouch, « Les noms de lieu du Haut Haut-Adour», dans Rev. géogr. Pyrénées et Sud-Ouest, XIV, 1943, p. 82, ets Artigaus ; Arch. dép. Haute-Garonne, C3775 (censives de Biros, Ariège), fol. 7 v°, es Artigues (1552).

52 Lizotte, Béarn, p. 29.

53 Dict. topogr. Basses-Pyrénées (1863), p. 14.

54 Higounet, Vallées luchonnaises, p. 556.

55 Ch. Higounet, Le comté de Comminges, de ses origines à son annexion à la Couronne, Toulouse-Paris, 1949, p. 382, note 107.

56 Lizotte, Béarn, p. 77, 112 sq.

57 Legrand, Gers, d’après le fichier de toponymie établi par H. Polge aux Arch. dép. du Gers.

58 Benouville et Ph. Lauzun, L’abbaye de Flaran en Armagnac, Auch, 1890.

59 Voir deux identifications d’anciennes paroisses de Lartigue en Bas-Armagnac dans G. Loubès, « Identification et localisation de quelques lieux-dits anciens », dans Bull. Soc. archéol. Gers, 1966, p. 364-366. Le sondage établi aussi par l’abbé Loubès n’est qu’une avance sur une recherche exhaustive sur le problème.

60 Du Buisson, Hist. mon. Sancti Severii, t. II, p. 305, et t. I, p. 283.

61 Recogniciones feodorum in Aquitania, éd. Ch. Bémont, Paris, 1914, nos 633 et 695.

62 B. Bovrie-Fénié, La toponymie de la Grande Lande et la microtoponymie du canton de Pissos, thèse de 3e cycle, Bordeaux III, 1984, p. 110.

63 Higounet, Bordelais, p. 595 sq.

64 Artigue, Artiguemale (La Teste), Lucartigue (Mios) ; les artigues du Cartulaire de La Sauve : Artiga (Listrac), Artiga Letgerii (Le Tuzan), Artiga Recusteira (Cursan), Als Artigals (Saint-Romain-de-Mazerat), Artigas (Nérigean), Artigaus (Carensac), les Artigaus (Génissac), Lartiga (près Roquetaille), Lartiga (La Réole ; voir note 44).

65 R. Boutruche, « Les courants de peuplement dans l’Entre-Deux-Mers », dans Annales d'histoire économique et sociale, 1935.

66 A. Higounet-Nadal, Histoire du Périgord, Toulouse, 1983, p. 72-74 (carte) ; De Gourgues, Dictionnaire topographique de la Dordogne, 1873, p. 6.

67 Avec cependant un Brunexart dès 1188 dans les possessions de l’abbaye de Ligueux (Papsturkunden in Frankreich, éd. Wiederhold, t. VI, Gottingen, 1911, p. 98, no 60.

68 L. Massip, « Toponymie agenaise », dans Rev. de l'Agenais, 1926. p. 47-48.

69 Papsturkunden in Frankreich, t. VII, Gottingen, 1913, p. 124, no 77.

70 C. Brunel, Les plus anciennes chartes en langue provençale, Paris, 1926, t. I, p. 330, no 333 : Le Mas de la Vidalia que hom solia apelar antigament Artiga Sordil.

71 Le cartulaire de La Selve. La terre, les hommes et le pouvoir en Rouergue au xiie siècle, par P. Ourliac et A.-M. Magnou, Paris, 1985, p. 35, note 55.

72 Nègre, Canton de Rabastens, p. 287-288.

73 Cartulaire de l’abbaye de Lézat, éd. P. Ourliac et A.-M. Magnou, Paris, 1984, t. I, no 352 ; plus tard dans la même région, l'Artigal d’En Sanctus (no 357, 1245).

74 P. Ourliac, Les sauvetés du Comminges, Toulouse, 1947 (cartulaire de Saint-Clar), no XXV.

75 Recueil des actes... de Bonnefont, éd. Samaran et Higounet, nos 228, 573 et 616.

76 Arch. dép. Haute-Garonne, H, Malte, Lautignac, I, 5.

77 Ch. Higounet, « L’occupation du sol du pays entre Tarn et Garonne au Moyen Age », dans Annales du Midi, 1953 ; repr. Paysages et villages neufs du Moyen Age, p. 138-140.

78 Saisimentum comitatus tholosani, éd. Y. Dossat, Paris, 1966, p. 168, note 7.

79 Voir notamment Arch. dép. Haute-Garonne, C 3775 et 3777 ; Cartulaire des Templiers de Montsaunès, éd. Ch. Higounet, dans Bull. Philol. et Hist. du Comité des travaux, 1955-1956, p. 252, no 49 : illam artigam de Ponto.

80 Hist. gén. de Languedoc, éd. Privat, t. VIII, col. 959.

81 Dict. topogr. Aude (1912), p. 13.

82 Dict. topogr. Hérault (1865), p. 7, et Hamlin, Hérault, p. 17.

83 Dict. topogr. Gard (1868), p. 13.

84 Voir G. de Senneville, « Cartulaire des prieurés d’Aureil et de l’Artigue en Limousin », dans Bull. Soc. archéol. et hist. du Limousin, XLVIII, 1900, p. 292 : in loco qui vocatur Artigia.

85 Dict. topogr. Cantal (1897), p. 15 et 267.

86 Dict. topogr. Haute-Loire (1907), p. 9.

87 A. Dauzat, La toponymie française, Paris, 1939, p. 216.

88 Dict. topogr. Drôme (1891), p. 11.

89 Rostaing, Provence, p. 61, qui élimine par contre Artignosc (Var), dérivé de artos, « ours ». Dauzat, Deslandes et Rostaing, Dict. étymologique, p. 109, citent en outre Artica en Corse.

90 Diccionario corografico.

91 S.A. Garcia Larragueta, El gran priorado de Navarra de la Orden de San Juan de Jerusalem, Pamplona, 1957, t. II, col. diplomatica, nos 452 et 473 (1279-1283).

92 J. Costa, Colectivisma agrario en Espana, Madrid, 1915, t. I, p. 391-393 (Bonansa en Ribagorza ; Used, au Nord de la sierra de Guara).

93 F. Udina Martorell, El Archiva condal de Barcelona en los siglos IX-X, Barcelona, 1951, no 103 ; H. Omont, Bibl. Ecole des Chartes, 1904, p.j. V, p. 379.

94 [J. Pons i Marquès], Cartulari de Poblet, Barcelona, 1938, 27 septembre 1171.

95 J. Ma Font Rius, Cartas de poblacion y franquicia de Cataluna, t.I, Madrid Barcelona, 1969, no 153. Il est curieux de rencontrer au même moment (1185) un document de Cervia donnant un lieu quern vocant Exart (J. Balary y Joveny, Origenes historicos de Cataluña, Barcelona, 1899, p. 322.

96 Région de convergences des colonisations aragonaises et catalanes au sud-est de Teruel.

97 A. Debord, La société laïque dans les pays de la Charente, xe-xiie s., Paris 1984 p. 324-326.

98 Voir plus haut note 40.

99 Laborde, art. cil. (plus haut, note 33), et Lizotte, Béarn, p. 103-104.

100 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 394, no 1076, éd. Arch. hist. Gironde, III, 1861-1862, p. 272 ; peut-être aujourd’hui Lartigalot.

101 Higounet, Vallées luchonnaises, p. 568.

102 Voir ci-dessus, note 45.

103 Lizotte, Béarn, p. 68-74.

104 Voir note 59.

105 Ci-dessus, note 35 : infra istos terminos Raimundus Volen de Casteles... corrigiam unam possidebat, Martinus de Mezons duo arligalia, Willelmus quoque de Mezons unum artigale... (1136).

106 Brunel, Les plus anciennes chartes, t. I, no 172, p. 160 (1179).

107 Ci-dessus, note 36. Cartulaire, fol. 9 r°-v° : novos artigals et artigals de Sancto Gervasio.

108 Cartulaire de l’abbave de Berdoues, éd. Cazauran, La Haye, 1905, no 94, p. 70 : artigale de Camorteras (1156) ; Cartul. de l’abbaye de Gimont, éd. Clergeac, p. 204 ; artigal de Ardizol (1158) ; Hist. gén. de Languedoc, éd. Privat, t. VIII, col. 1799 : artigal devant la grange du monastère (1170) ; col. 1808-1809 : artiga près de Roquefort (1174).

109 Higounet, Vallées luchonnaises, p. 577-579. Voir aussi M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, Paris, 1956, p. 128-148.

110 L. de Froidur, Lettres, éd. P. de Castéran, Auch, 1899, p. 43.

111 L.F.E. Ramond, Observations faites dans les Pyrénées, 2 vol., Paris, 1789.

112 Cartulaire de Sainte-Geneviève de Fronsac, éd. Tallet et De la Martinière, dans Arch. hist. de la Gironde, XXXVIII, 1903, no 19, p. 30-32 : l’artiga qui fuit en Bertran de Parssiers..., l'artiga Esteve Arquier qui es dever lo bosc..., quatra sazos de la mar ensi l’artiga Willem de Salabou, la quaus artiga es entre l’artiga Bonet Griaiat, d’una part, et l’artiga P. de Pomier, d’autra ; a Paulestier, en un loc, VI sazos del bosc et desia a la mar, la quaus artiga es entre l’artiga... — peut-être aujourd’hui la palus de Port de Pommier, au sud de Cadillac-en-Fronsadais (Gironde).

113 Rôles gascons, éd. Ch. Bémont, t. II, Paris, 1900, no 970 : unum fossatum... ab artiga seu terra sua quant habet apud Treget, juxta magnum iter quo itur a portu de Treget ad nemus de Cipresso... per quod esterium derivatur aqua ad Gyrundam vel mare...

114 Lizotte, Béarn, p. 41 sq.

115 Ibid., p. 65.

116 Higounet, Vallées luchonnaises, p. 573.

© Presses universitaires du Midi, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search