Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Toponymie et défrichements

 | 
Charles Higounet

Avant-propos

Charles Higounet

Texte intégral

1Charles Higounet nous a quittés le 8 avril 1988. Il n’avait pas encore écrit l’avant-propos des Actes des Huitièmes Journées internationales d’histoire comme il l’avait fait pour les sept précédents volumes. Nous avons pensé introduire ce recueil Flaran 8 par l’allocution qu’il avait prononcée le vendredi 19 septembre 1986 pour l’ouverture de ces Huitièmes Journées.

*

2Nous sommes heureux, en ouvrant ces Huitièmes Journées internationales d’histoire (médiévale et moderne) du Centre culturel de l’abbaye de Flaran, d’accueillir pour la première fois, officiellement et à part entière, des linguistes venant collaborer avec les historiens sur une des questions-clé de l’histoire de l’occupation des sols de l’Occident européen.

3Pour nos auditeurs non spécialistes, vous me permettrez de dire quelques mots sur la toponymie, science auxiliaire de l’histoire. Que l’on m’entende bien : il est incontestable que la toponymie est en premier lieu une science linguistique. Un nom de lieu est d’abord un vocable et, comme tel, il relève du génie de la langue et il appartient à un groupe linguistique bien déterminé. Ainsi, là où le Gascon pense et dit Artiguelongue, le Bavarois dira Langenried. Mais ta toponymie est aussi une science géo-historique. Par définition, le nom de lieu est lié au sol, il est attaché à une topographie, à une forme d’occupation du sol, à un habitat ; il recouvre de ce fait une réalité géographique, laquelle peut bien souvent renseigner sur sa signification. C’est, par exemple, par leur terroir ouvert en pointe ou en coin à la lisière des forêts que l’on a pu expliquer les Cornau bordelais et landais. En outre, quand le nom de lieu se rattache à un type de peuplement ou qu’il accède au document écrit ou cartographique, au mieux avec une date, il devient réellement un « fait » de l’histoire parmi tant d’autres. Dès lors, peut-on dire que la toponymie sous sa double étiquette est une science auxiliaire de l’histoire : elle est le miroir des civilisations historiques, des couches historiques successives du peuplement, des phénomènes les plus divers de l’occupation du sol, sans compter celui de groupes d’événements religieux et politiques, voire de toute la superstructure économique et matérielle de nos activités. Et ce miroir, à condition de le bien observer et interpréter, devient à son tour une source incomparable de l’histoire.

4Deux principales méthodes s'ouvrent par là à la toponymie. La méthode analytique est généralement celle des linguistes qui, dans une aire donnée, commune, canton, département, petite région, recueillent tout le matériel toponomastique et en approfondissent la signification, ou encore qui se penchent sur tel ou tel nom de lieu considéré isolément. Elle aboutit à des monographies ou à des dictionnaires topographiques et étymologiques. De toute façon, c’est par là qu’a toujours commencé la recherche et qu’elle doit nécessairement commencer. La méthode des ensembles convient mieux aux historiens, car c’est en s’attachant à des toponymes ayant une même signification générale ou une signification approchée dans une aire linguistique, géographique ou historique beaucoup plus vaste, qu’ils peuvent déceler les relations directes ou indirectes qui ont pu exister entre ces groupes toponomastiques et la réalité du phénomène qu’ils étudient.

5C’est dans cet esprit que nous souhaitons travailler pendant cette session. Certes, nous sommes bien conscients des difficultés que l’on peut éprouver en passant du toponyme à la réalité. Les mentions attestées et datées sont relativement rares et elles ne permettent de saisir le phénomène du défrichement qu’avec un retard peu commode à évaluer — et sans doute souvent considérable et, d’autre part, l’utilisation d’un même vocable pendant plusieurs siècles rend incommode l’approche chronologique. Néanmoins, il était important de s’attacher à ces questions, comme nous l’avons proposé, aux toponymes qui expriment directement l’action de défricher et d’ouvrir le sol à la culture.

6Je remercie tout particulièrement d’abord M. Marcel Baudot, inspecteur général honoraire des Archives, un des piliers vivants de la toponymie française, d’avoir bien voulu se joindre à nos travaux, et outre M. Dossier, autre pilier, inconditionnel, des Journées de Flaran, nos collègues rapporteurs étrangers qui apportent les lumières comparatives qui renforcent assurément nos méthodes : la signora Petracco Sicardi pour l’Italie, M. Bauer et Mme Weber pour l’Allemagne (texte exposé par Mme Angela von Treuberg) ; malheureusement, mon ami Aleksander Gieysztor, sur lequel je comptais beaucoup pour animer le débat, est retenu à Varsovie, je lirai moi-même son rapport. Quelques habitués de nos réunions ou quelques collègues n’ont pu cette année se joindre à nous : le professeur Dietrich Lormann, M. André Chédeville, de l’Université de Rennes, notre ami toulousain Pierre Bonnassie, M. Antoni Badia Margarit, recteur de l’Université de Barcelone, et Rodney Hilton, de Birmingham.

7Enfin, je voudrais dire combien nous sommes toujours reconnaissants au département du Gers, au président du Conseil général au Comité du tourisme qui, d’année en année, favorisent nos réunions et nos publications le fascicule Flaran 6 sorti dernièrement est d’une facture et d’un contenu toujours de haute qualité et il sera certainement d’une haute diffusion scientifique. Quant à l’organisation matérielle de notre séjour, la nouvelle animatrice, Mlle Burgues, s’y est révélée à la fois d’une grande gentillesse et d’une parfaite compétence, dans la tradition de son prédécesseur, notre ami M. Faget.

© Presses universitaires du Midi, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.