Version classiqueVersion mobile

Les revenus de la terre

 | 
Charles Higounet

Rapports

Teilpacht (métayage) et Teilbauverträge (baux a part de fruits) en Allemagne Occidentale au Moyen Âge et aux Temps Modernes1

Karl-Heinz Spiess

Texte intégral

  • 1 Je remercie Mme Hildegard Ernst et M. Martin Schoebel pour la traduction.
  • 1 Wilhelm Abel, Geschichte der deutschen Landwirtschaft vom frühen Mittelalter bis zum 19. Jahrhunde (...)

1Même dans la dernière édition de son ouvrage Geschichte der deutschen Landwirtschaft, paru il y a plus de vingt ans, Wilhelm Abel, l’historien agraire connu, constate avec résignation : « Il n’y a pas encore de chemin tracé dans le domaine des rendements et des charges de l’agriculture. Une profusion de paroles, de formules et de symboles cache les circonstances réelles. »1.

  • 2 Voir, par exemple, Karl Lamprecht, Deutsches Wirtschaftsleben im Mittelalter, 3 vol., 1885-1886, r (...)
  • 3 La monographie d’E. Jenny, Der Teilbau nebst der Monographie eines Teilbaugroßbetriebes in Russlan (...)

2Ce qui se réfère au fermage en général vaut également pour le métayage. Bien qu’il y ait quelques ouvrages qui mentionnent cette forme d’affermage2, il n’existe aucune étude particulière sur le métayage en Allemagne3. Par conséquent, cette étude se base sur de nombreuses observations individuelles qui sont le résultat d’une étude des sources et de la littérature de l’histoire économique des seigneurs ecclésiastiques et laïques au Moyen Age.

3Puisqu’on ne peut pas suivre un système, il faut d’abord définir le métayage et traiter ses différents aspects. Ensuite, il convient d’examiner le développement du métayage au Moyen Age et les raisons de sa substitution par les redevances fixes aux Temps modernes.

  • 4 Ainsi, par exemple, les redevances de forêts défrichées appelées Landrecht, Waldrecht, Medem ou te (...)

4Les termes de « métayage » et de « bail à ferme à part » désignent une adjudication des cours et des terrains d’un seigneur à un tenancier. Celui-ci a l’obligation de verser au seigneur, comme fermage, une quote-part de la récolte, ainsi que de remplir d’autres obligations. On ne pourra pas considérer ici les cas peu fréquents où la redevance de la récolte est versée sans qu’on puisse parler d’un véritable bail à ferme4.

  • 5 Voir Werner Rosener, « Die spätmittelalterliche Grundherrschaft im südwestdeutschen Raum als Probl (...)
  • 6 Foin : Wilhelm Kraft, Das Urbar der Reichsmarschälle von Pappenheim (Schriftenreihe z. bayer. Land (...)
  • 7 Voir ci-dessous, p. 125.
  • 8 Lamprecht (note 2), vol. I, 2, p. 963, note 7 (1479).
  • 9 Mittelrhein. UB, vol. 3, no°1339, p. 964-965 (1256).

5Théoriquement, le métayage est applicable à tous les produits agraires. C’est surtout dans la viticulture5 et ensuite dans la céréaliculture qu’il a été le plus largement employé. Beaucoup plus rares sont les quote-parts de foin, de fruits, de légumes, de la rave, du chou, du chanvre, du lin et du houblon6. Des conditions particulières s’appliquaient aux baux à ferme pour les cours avec du bétail. Ici, on partageait aussi les revenus de l’élevage7. L’amodiation du droit de pêche au saumon dans le Rhin contre la remise du cinquième poisson tombe sous la même catégorie8. Un bail à ferme de 1256 nous démontre jusqu’où cette quote-part pouvait arriver : le fermier ne devait pas seulement partager par moitié les revenus de la vendange avec son seigneur, mais également le sable et les pierres qu’il prenait de ses vignobles9.

  • 10 Un aperçu du métayage en viticulture se trouve dans : Bader (note 4), p. 89-90, et Otto Gönnenwein (...)
  • 11 Voir les sources citées, ainsi que Bader (note 4), p. 89-90.
  • 12 L’examen rapide de la littérature n’a pas fourni d’exemples pour le métayage, mais seulement pour (...)
  • 13 Du moins, cette impression est créée par Walther Arlt, Die bäuerliche Leihe im Recht des Klosters (...)

6L’état de recherches présent ne permet pas encore de savoir dans quelles limites géographiques le métayage était répandu. En tout cas, le métayage en viticulture se trouve au bord du Rhin et de la Moselle, en Franconie et Wurtemberg, en Autriche et autour du lac de Constance10. Le métayage des céréales était connu dans toute l’Allemagne11, sauf dans les régions de colonisation de l’est12. Mais il faut souligner qu’il y a eu toujours de nombreuses seigneuries en Allemagne de l’ouest qui semblent ne pas avoir appliqué le métayage13.

  • 14 Il faut donc corriger l’affirmation de Rösener (note 5), p. 58, qu’en viticulture le seigneur ne r (...)
  • 15 Voir Sohn (note 14), p. 59 ; Lamprecht (note 2), vol. I, 2, p. 910, vol. III, p. 6-7, 9 ; Bader (n (...)
  • 16 Bader (note 4), p. 90 ; Lamprecht (note 2), vol. I, 2, p. 910 ; Otto-Günter Lonhard, Das Kloster B (...)

7Le montant de la quote-part, payable au seigneur, est d’une grande importance pour l’estimation du métayage. Pour le vin, il se chiffre pour la plupart des cas à la moitié ou au tiers des revenus14. Le quart était aussi habituel15, tandis qu’on ne rencontre que rarement des quote-parts allant du cinquième au neuvième16.

  • 17 Dans les cas où le seigneur recevait les deux tiers de la vendange, il s’agissait d’une situation (...)
  • 18 Wolf-Heino Struck (Ed.), Das Cistercienserkloster Marienstatt im Mittelalter (Veröffentl. d. Hist. (...)
  • 19 Voir Neuscheler (note 14), p. 161. Le monastère de Blaubeuren donnait des vignobles avec et sans p (...)
  • 20 Spieß (note 14), p. 45*. On fumait toutes les sept annés.
  • 21 Franz (note 6), no°163, p. 428 sq. (1323). Les deux partenaires portent chacun la moitié des frais (...)
  • 22 Pour cette expression, voir note 19 et ci-dessous p. 124.
  • 23 Imprimé dans Lamprecht (note 2), vol. 3, no°272, p. 302-303.

8La remise de la moitié de la production du vin semble avoir été le maximum à supporter par le métayer17, vu qu’il devait en plus la dîme sur sa part18. Il n’est donc pas étonnant que surtout au métayage à la moitié le seigneur ait contribué à la fumure des vignobles19. Dans la région de la Moselle, par exemple, le métayer ne devait aucune part de la récolte au seigneur pendant une année où il devait fumer les vignobles20. Le seigneur subventionnait également les frais des surveillances et de la vendange21. Bien qu’on ne puisse pas faire de calculs exacts, on peut toutefois supposer que le métayage à la moitié « avec perte » (mit Schaden)22, c’est-à-dire avec participation du seigneur, pesait toujours plus lourdement sur le tenancier que la remise d’un tiers sans subvention seigneuriale. Ceci résulte d’une charte de 1497 dans laquelle l’archevêque de Trèves réduisait sa part de la moitié au tiers, à cause des grandes charges qui pesaient sur ses tenanciers ; d’autre part, il annula sa contribution aux salaires et à la nourriture des aide-moissonneurs, qui s’élevait à la moitié23.

  • 24 Monumenta Boica, vol. 37, München, 1864, no°485, p. 579 (1286) : 4 ans 1/3, ensuite 1/2. Bader (no (...)
  • 25 Lamprecht (note 2), vol. I, 2, p. 1916, note 2.

9Puisque la plantation des nouveaux vignobles représentait un investissement important, les seigneurs consentaient à réduire leur quote-part ou même à renoncer complètement pendant les premières années24. Pendant les années des mauvaises récoltes qui étaient assez fréquentes en Allemagne à cause des conditions climatiques, même les seigneurs ne recevaient qu’une quote-part infime, mais c’étaient toujours les métayers qui souffraient le plus. Ceci donne lieu à un cercle vicieux, car les vignerons négligeaient par conséquent les vignobles, ce qui diminuait encore la récolte. Pour remédier à cela, le monastère de Saint-Maximim réduisit en 1490 sa quote-part d’un tiers à un quart et y renonça totalement pendant les quatre années suivantes pour donner lieu à une amélioration des vignobles25. Ces exemples démontrent que l’emploi du métayage était assez flexible dans la viticulture, car les seigneurs devaient affronter la destruction des vignes précieuses. Même pour les vignobles donnés en tenure héréditaire, la quote-part peut être considérée comme un mécanisme de régulation efficace.

  • 26 Braun (note 6), p. 101 : le plus souvent à moitié, mais aussi au tiers, au quart et au cinquième. (...)
  • 27 Comp. les tableaux 10, 15 et 42 dans Müller (note 26), p. 130-131, 136-137, 170-171. On donnait 1/ (...)
  • 28 Thieme (note 13), p. 231 ; Franz (note 4), p. 45 (1392) ; Neuscheler (note 14), p. 133 ; Lamprecht(...)
  • 29 Voir M G H, Capitularia I, no°81, p. 179. De plus, Wopfner (note 17), n" 142, p. 190-191 (1247) : (...)

10En métayage de céréaliculture, les seigneurs recevaient normalement la moitié ou le tiers de la récolte, occasionnellement le quart26. Dans des cas exceptionnels, la quote-part des seigneurs était réduite de la cinquième part jusqu’à la trentième27. La quote-part pouvait également dépendre de l’espèce de céréale cultivée, ainsi, par exemple, la quote-part du semis d’automne qui était plus précieux, était fixée à la moitié, tandis que celle des blés de mars (principalement de l’avoine) était fixée à un tiers28. Le métayer devait en plus payer la dîme sur les céréales29.

  • 30 Voir la note d’un censier des comtes palatins rhénans de 1369 dans Generallandesarchiv Karlsruhe A (...)
  • 31 Voir la remarque dans un censier du duc de Bavière de 1280 : curiam in Alshoven... solvit terciam (...)
  • 32 Cet argument est souligné par Richtering (note 30), p. 157-158. Mais il faut aussi tenir en compte (...)
  • 33 Lamprecht (note 2), vol. I, 2, p. 962 ; Zotz (note 6), p. 197 ; Deutsches Rechtswörterbuch sub ver (...)
  • 34 Georg von Below, Geschichte der deutschen Landwirtschaft des Mittelalters, Stuttgart, 21966, p. 76 (...)

11Les charges effectives du métayage en céréaliculture sont difficiles à estimer. Elles dépendaient — beaucoup plus qu’en viticulture — des unités d’exploitation, de la qualité du sol30 et des services à effectuer. En général, on peut estimer qu’en métayage à la moitié le seigneur portait la moitié des frais de la semence et de la récolte, tandis qu’en métayage au tiers il ne contribuait rien aux frais31. Le métayage à la moitié était appliqué surtout aux grandes cours parce que les petites unités pouvaient difficilement céder la moitié de leur récolte, car elles avaient besoin d’un pourcentage considérable de leur revenu pour leur propre consommation32. Pour les tenanciers de ces cours, se formaient des désignations spéciales comme ius semicolarum, Halfen et Helbener33. Ces noms étaient utilisés surtout en Rhénanie, même si le métayer payait une part inférieure à la moitié ou des redevances fixes34, de façon qu’on doit se garder de tirer de fausses conclusions de la seule terminologie.

  • 35 Voir les exemples cités dans la note 6.
  • 36 Gustav Heinrich Schmidt, Zur Agrargeschichte Lübecks und Ostholsteins, Zürich, 1887, Urkundenanhan (...)
  • 37 Urkundenbuch der Stadt Lübeck, vol. 4, Lübeck, 1873, no°21, p. 218 sq. (1374) : le seigneur met 11 (...)

12Ce qu’on produisait à côté des céréales était soumis à la même quotepart que les céréales mêmes35. Pour le bétail, le seigneur contribuait généralement la moitié des frais du fourrage, tandis que le rendement était partagé selon la part que le seigneur possédait36. Si le bétail appartenait entièrement au seigneur, le tenancier recevait une petite part du rendement comme salaire pour l’élevage37.

  • 38 Rudolf Kotzschke (Ed.), Die Urbare der Abtei Werden a.d. Ruhr, A. Die Urbare vom 9./13. Jahrhunder (...)
  • 39 Franz (note 6), no°164, p. 420 sq. (1324). Franz Herberhold, Das Bickelspergsche Lagerbuch der Gra (...)
  • 40 Franz (note 6), no°163, p. 428 sq. (1323) : chaque année, deux hébergements pour l’abbé en compagn (...)
  • 41 Ainsi Ernst Klebel, « AUS der Verfassungs-, Wirtschafts- und Siedlungsgeschichte der Hofmark Vogta (...)
  • 42 Landeshauptarchiv Koblenz, Bestand 144, no°1426, p. 76 (1348) : annuellement 1 Mark zu wvsungin. J (...)
  • 43 Wülfing (note 6), p. 500.

13Il faut aussi tenir en compte que le métayer n’avait pas seulement à payer la quote-part et à entretenir sa ferme, mais qu’il avait en plus d’autres charges plus ou moins considérables. Le contrat de métayage de 1050, le plus ancien qu’on connaisse, demandait déjà, en plus de la quotepart, douze boisseaux de petits pois, neuf boisseaux de blé, trois boisseaux de malt pour la brasserie, un saumon, quatre oies, deux porcs, deux moutons, un servitium d’un jour et l’élevage d’un cheval38. Le métayage au tiers connaît également des charges supplémentaires élevées. En 1324, par exemple, ce sont 12 porcs, 62 poulets, 12 oies, 1 200 œufs et un marc39. Le seigneur n’avait pas seulement droit aux redevances mentionnées, mais dans quelques cas, il avait aussi le droit de gîte dans la cour, un droit dont les seigneurs ecclésiastiques usaient souvent40. Les paiements en argent sont interprétés comme le rachat des services hebdomadaires ; quelquefois,41 ils ont aussi pour but de rappeler au métayer qu’il dépend de son seigneur puisqu’ils portent la dénomination explicite de signum dominii ou wisunge42. A Lübeck, par contre, on chargeait les métayers de payer les impôts fonciers dus à la ville43.

  • 44 De nombreux exemples se trouvent dans Patze (note 2), index sub verbo Eigenwirtschaft.
  • 45 Services illimités : Franz (note 4), p. 47 (1526-1533). Services coutumiers : Braun (note 6), p. 1 (...)

14Les recherches récentes ont démontré que d’un côté le bail à ferme était très répandu aux xive et xve siècles, et d’un autre côté, l’exploitation directe par le seigneur existait encore44. Pour cette dernière, on avait besoin de main-d'œuvre à prix modérés. Il n’est donc pas surprenant que les métayers aient été soumis à la corvée. A la rigueur, la corvée n’était pas limitée ou dépendait de la coutume ; généralement, il s’agissait de services de transport45.

  • 46 Naturellement, les autres produits étaient également partagés sous surveillance. Pour partager les (...)

15Les conventions sur la récolte et sur la remise de la part seigneuriale étaient de la même importance que le montant de la quote-part et le règlement des services supplémentaires. Le système de métayage ne pouvait pas fonctionner sans un mécanisme de contrôle raffiné. Pour la viticulture, on en appliquait un autre que pour la céréaliculture46.

  • 47 Lamprecht (note 2), vol. I, 2, p. 905-906. Mentionné souvent dans des coutumes, voir Hugo Loersch,(...)
  • 48 Mittelrhein. UB, vol. 2, no°182, p. 223-224 (1200) et vol. 3, no°633, p. 482-483 (1238). Voir Spie (...)
  • 49 Voir 1 Helmut Weigel, Studien zur Verfassung und Verwaltung des Grundbesitzes des Frauenstiftes Es (...)
  • 50 Söhn (note 14), no°5, p. 137 sq. (1451).
  • 51 Thiele (note 49), p. 141 ; Franz (note 6), no°200, p. 509 sq. (1406) ; Christoffel (note 49), p. 1 (...)
  • 52 Spieß (note 14), p. 46*.

16Dans la viticulture, la condition principale pour un contrôle efficace était l’annonce de la date de la récolte au seigneur. Celui-ci envoyait alors un contrôleur qu’on appelait Windelboten47 et qui était nourri par le tenancier pendant la durée de la récolte48. Quant au partage de la récolte, on discerne deux procédés différents selon le cas où existait ou non un pressoir seigneurial sur place. Si le pressoir manquait, on partageait la récolte am Pfad, c’est-à-dire à côté du vignoble. S’il s’agissait d’un métayage au tiers, on mettait les raisins en trois cuves pareilles, placées près du vignoble. Le contrôleur seigneurial en choisissait une que le tenancier livrait au dépôt central le plus proche du seigneur49. Un seigneur bien orienté vers le marché comme l’abbaye d’Eberbach faisait transporter sa quote-part de la récolte tout de suite sur son bateau ou permettait la vente directe aux marchands. Mais en ce cas le monastère réclamait la présence d’un contrôleur pendant le paiement de la recette50. En général, tous les raisins étaient transportés au dépôt central et on les versait dans le pressoir seigneurial. Après le pressage, on partageait le contenu du tonneau51. Le marc appartenait au tenancier soit entièrement, soit en quantité correspondante à sa quote-part52.

  • 53 Neuscheler (note 14), p. 133. Pour donner au contrôleur la possibilité de bien répondre à son devo (...)
  • 54 Pour le procédé lors de la moisson, voir Hugo Ott, Studien zur Geschichte des Klosters St. Blasien (...)
  • 55 Neuscheler (note 14), p. 133.
  • 56 Braun (note 6), p. 103 (1395) ; Reimer (note 38), no°629, p. 557 sq. (1392) ; Zotz (note 6), p. 20 (...)

17Dans la céréaliculture, on devait aussi annoncer au seigneur la date de la récolte. Mais là, le contrôleur seigneurial aidait souvant au fauchage, parce que, pendant la moisson, une fraude était beaucoup plus difficile que pendant la vendange53. Après la mise en gerbe, on comptait les meules. On mettait d’abord de côté le tas pour la dîme, et après on partageait les meules restantes par rapport à la hauteur de la quote-part. Après le séchage, la part du bailleur devait être transportée à la grange domaniale. En automne, les tenanciers devaient battre le blé du seigneur et souvent le transporter à la ville la plus proche ou même sur le bateau54. Si le partage de blé avait lieu sur une aire, il fallait recourir à nouveau à un procédé de contrôle compliqué55. La paille de valeur restait souvent au tenancier, mais uniquement pour améliorer le sol56.

  • 57 Pour les réductions sur la quote-part des vignobles récemment plantés, voir p. 123.
  • 58 Des détails se trouvent souvent dans des coutumes. Voir Spieß (note 14), p. 45* ; Loersch (note 47 (...)
  • 59 Spieb (note 14), p. 48*-49* ; Loersch (note 47), p. 349 ; Christoffel (note 49), p. 106, 108 ; Soh (...)
  • 60 Voir Spieß (note 14), p. 11*, 43* sq. Quand l’abbaye de Mettlach introduisait, en 1325, le métayag (...)
  • 61 Pratiquement chaque contrat de métayage contenait l’obligation de fumer. La terre bien fumée devai (...)
  • 62 Voir p. 128.

18Il faut aussi tenir en compte l’amélioration et l’entretien de la métairie, car la quote-part du seigneur dépendait essentiellement d’une culture convenable de la ferme. Non seulement la plantation des vignes57 était une tâche difficile, mais aussi leur entretien demandait une grande compétence. Les baux à ferme énumèrent les travaux nécessaires. Une ou deux fois par an, on contrôlait si le tenancier remplissait ses devoirs58. En cas de négligence, le métayer devait restituer la perte au seigneur ou même perdait sa quote-part. Il existait aussi des amendes et, à la rigueur, le tenancier risquait l’éviction59. Au moins une fois par an, on inculquait ces instructions aux tenanciers pendant le plaid seigneurial60. En sus de l’entretien permanent de la vigne, on prêtait une grande attention à la fumure des vignobles61. Le fumier était d’une grande valeur dans les régions viticoles, surtout dans les vallées étroites où on avait peu de place pour l’élevage du bétail et où il fallait en plus monter le fumier sur les pentes raides. C’est pour cela que les seigneurs offraient souvent de l’aide pour le fumage62.

  • 63 Reimer (note 38), no°629, p. 557 sq. (1392) ; Neuscheler (note 14), p. 135 ; Zotz (note 6), p. 204 (...)
  • 64 Schnorrenberger (note 45), p. 61 ; Sohn (note 14), p. 35 ; Gerß (note 54), p. 88-89 (1438) ; Reime (...)
  • 65 Presque tous les contrats de métayage contiennent des fixations à cet égard. Il convient de mentio (...)
  • 66 Le marne est mentionné dans Hilliger (note 29), no°32, p. 160 sq. (1251) et Franz (note 6), no°141 (...)

19Dans la céréaliculture, il s’agissait surtout de ne pas laisser en friche la terre exploitable63. En plus, il fallait creuser et déblayer les rigoles, abattre les arbres morts et en planter d’autres64. Même ici, le fumage était très important. On fumait les terres avec le fumier provenant de la ferme ou avec du fumier acheté65. On connaissait aussi le marne et le labourage à grande profondeur66.

  • 67 Des exemples de la Rhénanie se trouvent dans Irsigler (note 31), p. 306 sq. ; un exemple de la rég (...)
  • 68 Schnorrenberger (note 45), p. 61.
  • 69 Voir Ott (note 54), p. 9 ; Wisplinghoff (note 49), no°216, p. 355-356 (1307) ; Neuscheler (note 14 (...)
  • 70 Zotz (note 6), p. 204-205 ; Franz (note 6), no°200, p. 509 sq. (1406).

20Le métayage passe pour être hostile aux innovations. Cependant, il faut constater que les témoignages les plus anciens de l’assolement moderne — il s’agit de la Besömmerung de la terre en jachère — se trouvent dans des contrats de métayage67. A ce sujet, il faut aussi mentionner la défense de planter le même fruit deux ans de suite sur un même champ68. Si le métayer négligeait ses devoirs, il était évidemment puni69. Pour éviter une punition, on interdisait aux métayers de cultiver d’autres champs en dehors de la métairie ou d’exercer un travail accessoire70.

  • 71 Schnorrenberger (note 45), p. 60 ; Reimer (note 38), no°629, p. 557 sq. (1392) ; Wisplinghoff (not (...)
  • 72 Lamprecht (note 2), vol. 3, no°245, p. 278-279 (1466) ; Schnorrenberger (note 45), p. 60. Un cas s (...)

21Les tenanciers des grandes fermes devaient respecter de nombreuses instructions concernant les bâtiments qu’ils utilisaient. Le fermier était responsable de l’entretien des bâtiments71. Si le tenancier causait un incendie, il devait reconstruire la propriété, et s’il perdait la ferme à cause d’une querelle de son seigneur, celui-ci devait la faire reconstruire72.

  • 73 Franz (note 6), no°164, p. 430 sq. (1324) ; Schnorrenberger (note 45), p. 63.
  • 74 Wisplinghoff (note 49), no°200, p. 340 sq. (1298).
  • 75 Une autre opinion est soutenue par Thieme (note 13), p. 241 sq. spécialement pour le droit des Lan (...)
  • 76 Voir p. 124.
  • 77 Aubin (note 31), p. 128 ; Irsigler (note 31), p. 303 (1316). Les métairies pouvaient aussi être re (...)
  • 78 Franz (note 6), no°141, p. 366 sq. (1277) : 2 Tagwerk dans le champ en jachère ; Wisplinghoff (not (...)

22Dans les baux à ferme, on trouve la clause que la métairie devait, le jour de l’échéance du contrat, se trouver dans un état égal ou meilleur qu’elle n’avait été lors de la conclusion du contrat73. Dans une charte de l’abbaye de Siegburg, les seigneurs prescrivaient que les métayers qui tenaient à ferme leurs cours pour quinze ans dicta bona conservare et colere debeunt, prout boni patres-familias facere consueverunt, c’est-à-dire qu’ils occupaient leurs biens en bons pères de famille74. Mais il semble qu’on n’a pas payé aux tenanciers une récompense pour l’amélioration des biens à la fin du délai de l’affermage75. La participation des seigneurs aux frais d’exploitation, qui était enregistrée aux contrats, offrait un certain équivalent. Il a déjà été mentionné qu’en métayage à la moitié, il était d’usage de restituer au tenancier une part des semences et des frais de la récolte76. Quelquefois, les seigneurs accordaient une aide de départ. Ils fournissaient les semences et ne les réclamaient qu’après la récolte77. Souvent, on constate que les seigneurs accordaient aux tenanciers des champs que ceux-ci pouvaient exploiter sans restriction78. De cette façon, le seigneur aidait le métayer à subsister.

  • 79 Dans une seule charte par laquelle une cour était affermée à vie à une femme, le mobilier et les u (...)
  • 80 Schnorrenberger (note 45), p. 63, note 76 (1441).

23Il est difficile d’estimer dans quelle mesure on équipait le tenancier de bêtes de trait, d’ustensiles et de mobilier. Un tel équipement ne se faisait probablement que lors de la cession de la métairie. Or, les chartes ne mentionnent que la cession elle-même79. Il paraît qu’on utilisait des protocoles spéciaux qui énuméraient l’inventaire de la ferme. Une telle liste nous fait connaître tout le mobilier et les ustensiles d’une cour, lesquels devaient être restitués lors de l’expiration du contrat après vingt ans de métayage ; la moins-value devait être compensée par le métayer, la plus-value par le seigneur. Il s’agissait de 6 chevaux, 3 vaches, 1 chariot à foin, 1 corde à chariot, 1 fourche à foin, 1 voiture avec ses accessoires, 1 charrette, 3 charrues, 4 socs à charrue, 1 paire de roues à charrue et 3 chariots, 2 sacs, 8 chariots de foin et 1 500 balles de paille80.

  • 81 Dopsch (note 2), p. 276. Plus tard (voir sa note 79, p. 149) Dopsch dit que le métayage était d’us (...)
  • 82 Voir Karl Theodor von Inama-Sternegg, Deutsche Wirtschaftsgeschichte bis zum Schluß der Karolinger (...)
  • 83 Dopsch (note 79), p. 150 : « Nous pouvons donc observer une restriction du métayage plutôt qu’un s (...)
  • 84 Dollinger (note 2), p. 122-123.
  • 85 Dopsch (note 2), p. 276-277.
  • 86 Ainsi Dollinger (note 2), p. 122, note 196, connaît très bien les sources bavaroises qui ont fourn (...)
  • 87 Il s’agit de l’Edelini abbatis liber possessionum du monastère de Wissembourg en Alsace, où sont m (...)
  • 88 Karl Glöckner, (Ed.), Codex Laureshamensis, vol. 3, Darmstadt, 1936, no°3659, p. 165 : in Hohunsta (...)
  • 89 Schwab (note 17), p. 256 : De Binge... Sund ibi pecioles de vineis, quas tenent supra-dicti homine (...)

24Voilà pour les clauses les plus importantes des contrats de métayage. La catégorie temporaire négligée jusqu’ici sera considérée maintenant dans un examen du développement du métayage. Allons Dopsch, dans son œuvre sur le développement économique sous les Carolingiens, a affirmé que le métayage était très répandu en Italie et en France de l’ouest, et qu’il était « considérablement » répandu en Allemagne81. Cet énoncé de Dopsch doit être regardé à la lumière de sa discussion des hypothèses de Inama-Sternegg et de Lamprecht. Ceux-ci parlaient d’un tournant économique au xiie siècle qui se manifestait dans la disparition du faire-valoir direct et dans la donation de la réserve aux tenanciers82. Dopsch niait un tel tournant. D’après lui, la réserve grandissait plutôt au xiie siècle, pendant que le métayage devenait moins important qu’il n’était au temps des Carolingiens83. Philippe Dollinger se tient entre les deux positions extrêmes. Il soutient Dopsch qui ne croit pas que la réserve ait été totalement annulée comme le disait Lamprecht. Par contre, Dollinger trouve que les preuves pour le métayage carolingien ne sont pas assez nombreuses pour nier, comme Dopsch le fait, l’accroissement poussé du métayage au xiie siècle84. En effet, Dopsch ne donne que quatre preuves pour le métayage en Allemagne carolingienne85, dont une ne convainc pas86 et une deuxième appartient probablement au xe siècle87. Il ne reste que deux indications pour le métayage et elles sont totalement isolées dans les censiers de Lorsch88 et de Prüm89 parce que ces censiers ne connaissent généralement que les redevances fixes. On peut donc constater que le métayage était connu en Allemagne au ixe et au xe siècles, mais qu’il n’était pas du tout répandu à cette époque.

  • 90 Kotzschke (note 38), p. 147.
  • 91 Wopfner (note 17), no°74, p. 111-112. D’autres 8 Joch étaient cependant affermés contre un cens fi (...)

25L’évolution ne se préparait que lentement à partir de la deuxième moitié du xie siècle. Dans le censier de Werden, qui date d’environ 1050, un maire remet la moitié de la récolte90. En 1092, le prévôt Poppe de Saint-Simon de Trèves suivait l’exemple de son prédécesseur qui avait cédé en ferme sept journaux de la réserve à Hönningen pour la plantation de vignes, en échange de la moitié de la récolte. Poppe donne d’autres huit journaux destinés à planter des vignes, avec l’obligation de remettre la moitié de la récolte après huit ans, et cela sans d’autres redevances91.

  • 92 Dollinger (note 2), p. 123, 131-132. Des exemples pour la viticulture très vieille dans Mittelrhei (...)
  • 93 Thieme (note 13), p. 224 pense aux archevêques mayençais Konrad von Wittelsbach (1161-1165), Chris (...)
  • 94 Dollinger (note 2), p. 121 sq., 131 sq. ; Friedrich Lütge, Geschichte der deutschen Agrarverfassun (...)
  • 95 En viticulture, c’est la tenure héréditaire qui domine ; si l’on convient d’un délai, celui-ci est (...)
  • 96 On trouve des indications dans les censiers puisqu’ils offrent un aperçu de la seigneurie entière. (...)

26Au xiie siècle, les indications pour l’existence du métayage se multiplient fortement92. On a cherché une explication de ce phénomène dans les nombreux Allemands en Italie, qui y faisaient la connaissance de la mezzadria et l’introduisaient en Allemagne93. Il n’y a aucun besoin d’une telle hypothèse parce que le métayage était déjà connu en Allemagne avant le xiie siècle, et d’ailleurs, la redevance d’une quote-part de la récolte, comme par exemple la dîme, était en usage dans toutes les grandes seigneuries. La cause de la croissance du métayage était plutôt le changement de la structure économique dû à la dissolution de la réserve94. Chaque seigneur devait réfléchir comment il allait affermer ses biens qui étaient exploités directement jusqu’alors. Il pouvait choisir entre les redevances fixes en nature, le fermage en argent fixe ou le métayage avec des durées très différentes95. En général, les seigneurs se décidaient pour un mélange de ces trois formes d’affermage. Mais la relation entre ces formes variait. Entre 25 % et 70 % des cours étaient données en métayage. Quant aux manses, le pourcentage était beaucoup plus petit96.

  • 97 Braun (note 6), p. 106, note 20, souligne que le monastère de Michelsberg n’avait introduit le mét (...)
  • 98 Quant à la prépondérance des cours, voir note 96. Ce sont surtout les anciens centres de villicati (...)
  • 99 Ceci est explicitement prévu dans Mitterlrhein. UB, vol. 2, no°15, p. 398 (environ 1220), et aussi (...)
  • 100 Ceci résulte d’un examen comparé des exemples cités dans les notes 95 et 98. Voir aussi Martin Las (...)
  • 101 Dollinger (note 2), p. 131. Une position intermédiaire dans le développement existe dans l’emploi (...)
  • 102 Quelquefois, il est souligné que l’exploitation directe a causé un dégât considérable. Franz (note (...)

27On se pose maintenant la question, quel était l’avantage du métayage. Le métayage était très attrayant pour ceux des seigneurs qui avaient le désir et la possibilité de continuer à participer directement à l’exploitation de la réserve. Pour la surveillance des tenanciers, il était avantageux d’avoir les biens tenus à part à proximité du centre domanial97. Puisque les contrôles étaient coûteux, ils étaient profitables surtout pour les cours98. En plus, on pouvait convenir d’un délai bref pour avoir la possibilité de reprendre la terre en réserve ou de prendre un autre métayer99 En effet, le métayage se rencontre souvent sous ces conditions idéales pour le seigneur : une cour, qui est souvent l’ancienne cour de maire, se trouve en métayage à la moitié pour trois à neuf ans100. Le maire n’avait, dans le système de villication, jamais donné au seigneur le rendement entier des champs domanials, mais en gardait une partie pour les dépenses à faire pour la cour. Ainsi, il était raisonnable de lui laisser la cour ou une partie de la cour contre une quotepart du revenu101 pour se libérer de la charge de l’exploitation directe102.

  • 103 Voir Hartmut Gries, Winzer und Ackerbauern am oberen Mittelrhein (Rhein-Mainische Forschungen 69), (...)
  • 104 Voir p. 127.

28Quant à la viticulture, le métayage était intéressant à cause des grandes variations des rendements, car il imposait les risques aux deux parties. Les vignes à cens étaient impopulaires parce qu’une série de mauvaises récoltes pouvait menacer sérieusement les tenanciers103. Le seigneur pouvait plus facilement exercer un contrôle s’il avait un pressoir sur place, d’un autre côté, l’existence d’un pressoir domanial évitait au tenancier des frais considérables104.

  • 105 Thieme (note 13), p. 243, et Pongratz (note 83), p. 12 soulignent le lien étroit entre le défriche (...)

29Finalement, le métayage était aussi intéressant pour les terres à défricher parce qu’on ne pouvait pas fixer d’avance le rendement105. En plus, le seigneur pouvait, de cette façon, profiter plus facilement de l’augmentation en valeur de sa terre.

  • 106 Braun (note 6), p. 99-100 (xiie-xiiie siècles) ; Ingrid Joester, « Die Wirtschaftshöfe der Prämons (...)
  • 107 Voir Müller (note 26), tableau no°42, p. 170*-171* ; no°45, p. 175*. L’élargissement du terrain do (...)
  • 108 Des indications à cet égard se trouvent chez Hoffmann (note 40), p. 719 sq., lequel cependant ne p (...)
  • 109 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428 (...)
  • 110 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428 (...)
  • 111 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428 (...)
  • 112 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428 (...)
  • 113 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428 (...)
  • 114 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428 (...)
  • 115 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428 (...)
  • 116 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428 (...)
  • 117 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428 (...)
  • 118 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428 (...)
  • 119 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428 (...)
  • 120 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428 (...)

30L’abandon de l’exploitation directe ne s’effectuait pas en même temps dans les différentes seigneuries, et même à l’intérieur d’une même seigneurie, ce changement n’était pas uniforme106. Dans quatre districts administratifs des comtes de Wurtemberg, le rapport entre la terre en exploitation directe et les métairies était, en 1350, 1 à 1, 1 à 4, 1 à 5 et 5 à 11. Pour le district où le rapport était 1 à 4, il existe des chiffres dans un censier établi trente ans plus tard. Maintenant, le rapport est 1 à 36107. L’abandon successif de l’exploitation directe se voit bien dans les cas des abbayes cisterciennes. Dans les résolutions des chapitres généraux se trouvent des déclarations normatives sur ce problème108. Les statuts de l’ordre de 1134 interdisaient expressément le métayage109. En 1200, le chapitre général se voyait contraint de rappeler cette ancienne prescription110 — un signe infaillible du début d’un changement. En 1201, on parle de quelques abbés qui avaient violé la défense111. Un assouplissement considérable suivait en 1208. Maintenant, on pouvait céder en métayage ou en affermage les biens qui ne rendaient pas assez ou qui étaient trop éloignés112. En 1214, on avait encore une fois enjoint de ne pas oser d’acquérir des champs, des vignobles, des fours et des moulins qui ne se trouvaient pas en exploitation directe mais dans la possession d’étrangers auxquels ils avaient été rendus ou qui les exploitaient. On exceptait les aumônes et les donations solennelles. La clause des statuts de 1134 qui s’y référait était en plus renforcée113. En 1215, les deux défenses étaient renouvelées, en 1216 la première défense était retirée. La même année, on remettait la demande d’annuler la défense du métayage à la moitié de 1134 au prochain chapitre général114. Mais, en 1217, on renvoyait la décision à plus tard — on voulait d’abord convenir d’une nouvelle définition115. En 1220, le chapitre général donnait la permission de céder des granges et des terres peu utiles à des tenanciers pour un délai fixe, à condition que d’autres abbés le tenaient pour bon116. En 1224, on renouvelait la permission mais on annulait l’additif « pour un délai fixe » 117. Ceci entraînait le danger de la perte de la possession. Le chapitre général réagissait en 1312 par une résolution qui défendait l’affermage à vie ou héréditaire des granges et des celliers118. Les renouvellements de 1313 et 1314119 paieraient leur effet en 1315 parce que maintenant le chapitre général permettait même d’affermer des terres fertiles à vie et avec droit à l’héritage, à condition qu’on puisse en tirer un avantage évident120. Ceci ouvrit définitivement la voie à l’affermage.

  • 121 franz (note 4), p. 42-43 ; schaab (note 26), p. 53-54 ; Wolfgang Wiessner, Das Gesamturbar des Zis (...)
  • 122 Voir les exemples cités dans la note 121.
  • 123 Voir Hans Wiswe, « Grangien niedersächsischer Zisterzienserklöster. Entstehung und Bewirtschaftung (...)

31La tendance au fermage que l’on peut voir dans les résolutions des chapitres généraux était aussi adoptée par les abbayes cisterciennes allemandes121. Elles utilisaient d’abord le métayage122 parce qu’il était le système qui ressemblait le plus aux principes économiques de l’ordre. Mais il supposait moins de travailleurs que le faire-valoir direct. Le manque de main-d'œuvre est considéré généralement comme la cause principale de l’abandon des principes économiques cisterciens123.

  • 124 Il convient de constater que. par principe, ce sont des nobles, des ecclésiastiques, des bourgeois (...)
  • 125 C’est ce groupe que visent Jan A. van Houtte, « Europäische Wirtschaft und Gesellschaft von den gr (...)
  • 126 Si le seigneur était content du métayer, on renouvelait facilement le bail. Voir BAUR (note 29), n(...)
  • 127 Zotz (note 6), p. 203, 205. C’était sans doute un cas semblable auquel Neuscheler (note 14), p. 15 (...)

32Le problème des travailleurs agricoles me pousse à poser la question, pas encore soulevée dans la littérature, qui étaient les gens qui s’offraient comme tenanciers aux seigneurs124 ? La suite du présent examen s’occupera seulement des métayers des cours, parce que les sources ne donnent pas beaucoup d’informations sur les tenanciers des manses. Le métayer d’une cour se trouvait dans une situation spéciale. Il était obligé de vivre quelques années sur la cour et devait y appliquer toute sa puissance de travail. C’est-à-dire qu’il était presque totalement séparé de son existence précédente. Puisque le seigneur équipait les métairies, on peut supposer que les métayers provenaient de la classe pauvre. Les candidats valables étaient probablement les membres des cours domaniales, devenus superflus au cours de l’abandon du faire-valoir direct125, et les fils cadets de paysans. Sur une métairie, ils pouvaient appliquer leurs connaissances et peut-être accumuler un petit capital126. En plus, la tenure à part permettait à une jeune paysan, qui ne pouvait pas exister sur la ferme de son père, de devenir indépendant avant la mort de son père et de faire des expériences comme chef d’une entreprise. D’autre part, un père pouvait s’installer sur une telle cour pour laisser très tôt les biens de la famille à son fils. On peut supposer que c’étaient ces raisons-là qui avaient mené au contrat de métayage de 1503 pour une cour des comtes de Leiningen. Le contrat était conclus pour douze ans. L’inclusion des enfants comme successeurs dans le cas du décès du métayer permet de supposer que le métayer était déjà vieux. 11 promettait d’employer toute sa force dans la cour, mais on lui permettait de faire cultiver 18 Morgen de ses propres champs par une autre personne — fils ou garçon — tout en utilisant son propre fumier et sa grange127. Le métayer possédait donc une propre ferme, qui était probablement entretenue par son fils pendant la durée du contrat du métayage.

  • 128 Bader (note 4), p. 22, note 22, souligne que la tenure à délai fixe donnait au paysan « une libert (...)
  • 129 Pour le sujet en général, voir Gero Kirchner, « Landflucht und bäuerliches Erbrecht », dans Zeitsc (...)
  • 130 Voir p. 135.
  • 131 Hans-Jörg Gilomen, Die Grundherrschaft des Buster Cluniazenser Priorities St. Alban im Mittelalter(...)
  • 132 Thieme (note 13), p. 249-250 ; Neuscheler (note 14), p. 147 ; Zotz (note 6), p. 198.
  • 133 Voir note 129.
  • 134 Wolfgang von Hippel, Die Bauernbefreiung im Königreich Württemberg (Forschungen zur dt. Sozialgesc (...)
  • 135 Voir Wilhelm Abel, Agrarkrisen und Agrarkonjunktur, Hamburg, Berlin, 3, 1978, p. 57 sq. ; Neithard (...)
  • 136 Le calcul se base sur les dates trouvées dans Zotz (note 6), p. 201, 204, note 154a. On était conv (...)

33Dans ces cas, la fixation d’un délai était probablement favorable aux tenanciers128, mais pour l’affermage en Bas Moyen Age, on constate une tendance générale vers une prolongation des termes d’affermage jusqu’au fermage à vie ou héréditaire129. Avec l’exception de la viticulture comme culture spéciale130, la tenure héréditaire s’arrange mal avec le métayage. Un seigneur devait reculer devant le risque d’une liaison illimitée dans une communauté économique tellement étroite. La mauvaise gérance d’un tenancier diminuait tout de suite les rendements du seigneur131. C’est pour cela que la tenure héréditaire était souvent accompagnée par le changement du métayage en affermage en redevances fixes132. Si, en dépit de cela, on cédait la tenure héréditaire, c’est parce que la grande peste, au milieu du xive siècle, avait diminué la population. Les seigneurs devaient consentir à cette mesure pour assurer l’exploitation de leurs terres133. C’est pour la même raison qu’on diminuait les quote-parts du métayage134. Le manque de main-d’œuvre faisait augmenter les salaires135 ; en conséquence, la participation aux salaires devenait plus chère pour le seigneur. Des indices pour ces tendances nous sont donnés par les cours dont les comptes ont été conservés. Un bon exemple nous est donné par la seigneurie des comtes de Leiningen. La quote-part seigneuriale d’une cour tenue en métayage à Hassloch montait en 1430 à 144 Matter de céréale, dont 24 étaient des semences. Les 120 Matter restants devaient servir en partie pour payer les salaires des faucheurs et des contrôleurs. Au début du xvie siècle, la même cour donnait en redevances fixes 120 Matter, c’est-à-dire que les comtes de Leiningen ont épargné, tout en recevant les mêmes redevances, les frais d’exploitation136.

  • 137 Wisplinghoff (note 78), p. 146-147, 164-165. La cour de Wiesdorf avait en 1337-38 des frais de réc (...)
  • 138 Ibid. p. 156.
  • 139 Janssen (note 131), p. 335-336. La cour archiépiscopale Hoeningen rapportait en 1442-43 152 Malter(...)
  • 140 Wisplinghoff (note 78), p. 147, note 92.

34Les livres de compte de l’abbaye de Brauweiler montrent que les dépenses du seigneur pour l’exploitation des terres et pour la récolte sur les cours tenues en métayage doublaient entre 1332 et 1352137, tandis que les rendements du métayage se réduisaient à cause de la diminution du nombre des travailleurs pendant les deux ans qui suivirent la peste, au moins d’un tiers par rapport aux années précédentes138. Une métairie de l’archevêque de Cologne au xve siècle rendait le double après être affermée en redevances fixes, une autre même le triple, parce que les frais de la semence et des salaires étaient supprimés139. Les travailleurs devaient être relativement nombreux. Le cellérier de l’abbaye de Brauweiler payait pour une seule cour 634 jours de travail pour la battage qui commençait au milieu du mois de septembre140.

  • 141 Ainsi, on ne voit pas clairement si les taux de gains différents sont dus à des élargissements ou (...)
  • 142 L’économie de main-d’œuvre est, d’après Weigel (note 49), p. 92 et Neuscheler (note 14). p. 150, l (...)
  • 143 Voir p. 124.
  • 144 Le calcul se base sur les listes des possessions imprimées par Neuscheler (note 14), p. 181 sq. Po (...)
  • 145 Neuscheler (note 14), p. 133 dispose d’une audition de témoin en 1542 qui contient des dates sur l (...)

35Bien que les exemples cités contiennent l’une ou l’autre faute méthodique141, ils montrent quand même une tendance générale : c’est à cause de l’augmentation des salaires que le métayage n’était plus rentable en comparaison avec les redevances fixes142. Même l’affermage en tiers, où il n’y avait pas de frais pour la semence et la récolte143, restait une affaire coûteuse parce que le seigneur devait payer le système de contrôle très compliqué. Il faut imaginer le grand nombre de contrôleurs qu’une grande seigneurie, dont les terres étaient dispersées, devait payer et coordonner, parce qu’ils étaient nécessaires en divers endroits pendant la courte période de la récolte. D’après une estimation en gros, l’abbaye cistercienne de Bebenhausen avait besoin d’au moins 180 contrôleurs pour les vendanges et la récolte des grains de l’intégrité desquels tout dépendait144. Ici, se trouve un point faible du système de métayage. On le voit très bien dans les abbayes cisterciennes où, au xve siècle, le nombre des convers diminuait et l’abbaye devait, par conséquent, employer des journaliers moins efficaces comme contrôleurs145.

  • 146 Aussi dans les années de mauvaises récoltes, les salaires étaient élevés. Là où il fallait payer d (...)

36Il ne faut pas sousestimer le moment psychologique qui contribuait également au recul de la tenure à part. Le métayage demandait un seigneur engagé, prêt à porter le risque des redevances médiocres après une mauvaise récolte, pour gagner dans les bonnes années beaucoup plus que les redevances fixes auraient pu apporter. Puisque la dépression agraire du xve siècle imposait aux seigneurs des pertes considérables de revenu, ceux-ci sont probablement devenus plus prudents146, et ont préféré se contenter de redevances fixes garanties. La redevance fixe facilitait aussi les calculs des seigneurs qui avaient, dans les temps de la crise agraire, beaucoup plus de dettes et d’obligations à terme fixe à payer qu’auparavant. Finalement, il faut tenir en compte que le métayage, qui avait pris la place de l’exploitation directe, ne pouvait plus être élargi au moment où toute la réserve était affermée.

  • 147 Weigel (note 49), p. 92 : depuis le début du xve siècle. Braun (note 6), p. 104-105 : pendant le x (...)
  • 148 Voir note 23 et 134. Comparer la liste de Neuscheler (note 14), p. 148, qui contient toute une sér (...)

37Tous ces facteurs ont contribué à la disparition du métayage. Le processus de sa suppression en faveur des redevances fixes commença à la fin du xive siècle et était plus ou moins terminé à la fin du xvie147. Si l’on essaye de tirer une conclusion des nombreuses observations singulières pour dessiner le développement typique, on peut supposer qu’il y avait d’abord le métayage à la moitié, où le seigneur contribuait aux frais, et ensuite le métayage au tiers, sans contribution du seigneur148. Après, on arrivait aux redevances fixes.

  • 149 Ibid., p. 147 et Willi Alfred Boelcke, « Bäuerlicher Wohlstand in Württemberg Ende des 16. Jahrhun (...)
  • 150 Neuscheler (note 14), p. 126 ; Aubin (note 31), p. 129 ; Krämer-Spieß (note 14), no°39, p. 176-177 (...)

38Ce stade était quelquefois précédé par une phase transitoire où le seigneur vendait au tenancier, peu avant la récolte, la part qui lui était due pour éviter des frais de récolte et de contrôle149. C’est uniquement dans la viticulture que le métayage dominait jusqu’à la fin du premier empire, parce qu’il s’y adaptait spécialement à cause des oscillations importantes des rendements150.

  • 151 Roscher-Dade (note 79), p. 268-269. Jenny (note 3), p. 171-172, convainc s’il déclare que ces taux (...)
  • 152 Voir August Skalweit, Das Pachtproblem (Bonner Agrarpolit. Unters. 1), Bonn, Leipzig, 1922, p. 42, (...)
  • 153 Ibid., p. 40 sq.

39Après la dissolution des seigneuries ecclésiastiques à la fin du Vieil Empire, le métayage disparaissait presque complètement au xixe siècle. En 1895, il n’y avait plus que 0,69 % des fermes, équivalant à 0,11 % de la superficie totale, qui étaient données en métayage151. Il est significatif que ces entreprises se trouvaient surtout dans les régions de viticulture de la Moselle, de l’Ahr et du Rhin, et qu’elles disparaissaient peu à peu152. La tentative de faire revivre le système pendant l’inflation après la première guerre mondiale153 est restée sans succès. Il y avait longtemps que l’époque du métayage était finie.

40Il convient de tracer un court résumé : Quand les seigneurs commençaient, au xiie siècle, d’affermer leurs terres jusqu’alors exploitées par eux-mêmes, ils avaient le choix entre les redevances fixes et le métayage. Le métayage leur permettait de participer au processus de production et à l’augmentation probable de la rentabilité. Si le métayage était lié à un court délai, il laissait au seigneur un maximum de liberté d’action. Comparée avec les nécessités personnelles et matérielles de l’exploitation directe, la participation aux frais de culture, dans le système du métayage, se supportait sans doute plus facilement. Le contrôle des métayers était plus facile que celui des corvéables, le risque des oscillations du rendement était maintenant porté par les deux côtés. Il y avait aussi un désavantage : les rendements ne pouvaient pas être calculés d’avance. Mais ceci était un peu compensé par la possibilité d’un gain nettement supérieur à celui d’une redevance fixe. On comprend que, pour les cours, on ait préféré le métayage à temps limité parce que les seigneurs ne voulaient certainement pas se séparer pour longtemps de leurs meilleures propriétés.

41Les avantages mentionnés assuraient au métayage une place sûre à côté de l’affermage à redevances fixes. Il n’était supplanté qu’au moment où les conditions économiques commençaient à évoluer, dès la deuxième moitié du xive siècle. Des frais de salaire montant par suite à la diminution de la population réduisaient le revenu. Mais si le métayage ne donnait plus de rendements plus élevés que l’affermage à redevances fixes, il devenait gênant. Même si le gain était le même, l’affermage à redevances fixes était plus avantageux pour le seigneur, parce qu’il n’y avait plus à porter les frais de contrôle et les risques de mauvaises récoltes. La révolution économique du xiie siècle avait fait s’épanouir le métayage ; la crise agraire de la fin du Moyen Age causait son déclin.

  • 154 Voir Rösener (note 5), p. 58.
  • 155 Voir Friedrich-Wilhelm Henning, Landwirtschaft und ländliche Gesellschaft in Deutschland, vol. 1 : (...)
  • 156 Lamprecht (note 2), vol. 2, p. 188 sq. ; Richtering (note 30), p. 135 ; Wilhelm Abel, Die Wüstungen (...)
  • 157 Wisplinghoff (note 78), p. 151 sq.
  • 158 Huppertz (note 34), p. 103.

42Pour terminer, il convient de discuter si le métayage représentait pour les paysans réellement un affermage peu favorable154 ou peut-être même « la forme la plus aigue de la dépendance économique »155, comme on peut le lire dans la littérature. Il convient, à la base des connaissances actuelles, d’arriver à un jugement plus nuancé. D’après les calculs effectués jusqu’ici, le cens fixe s’élevait à environ 30 % des revenus bruts de la récolte du paysan156. La charge équivalait donc à peu près au métayage au tiers. Le métayage à la moitié chargeait le paysan de redevances bien plus élevées. D’un autre côté, la contribution du seigneur aux frais de la métairie a certainement compensé plus au moins ce désavantage. La symbiose étroite entre le seigneur et le métayer privait, il est vrai, ce dernier de son indépendance, mais lui offrait, en même temps, des avantages. Le contrôle permanent du seigneur évitait que le métayer néglige ses champs et introduisait, le cas échéant, de nouvelles méthodes de culture ; au moins, ce contrôle assurait-il un équipement suffisant de la cour. Seul, le métayage amenait le seigneur à s’intéresser spécialement à la bonne gérance de l’exploitation, de façon à ce qu’on puisse supposer qu’il était, dans des cas d’urgence, plus facilement disposé à prêter de l’aide. Le risque d’une mauvaise récolte était, de toute façon, porté par les deux côtés. Etant donné que les métairies à délai fixe ne se partageaient pas en cas d’héritage, elles offraient une base suffisante pour soutenir une famille. Actuellement, on ne dispose que d’un seul calcul des revenus de la quote-part d’un paysan métayer à la moitié, qui se base sur un cas de la première moitié du xive siècle. Il en résulte que les treize personnes qui vivaient dans la cour disposaient d’un surplus de 105 quintaux de seigle, ce qui équivaut à 7 100 calories journalières par personne157. Ces revenus répondent bien à l’image du Halfen aisé de la Rhénanie158. On peut donc supposer que, en général, le système du « donnant, donnant » était, en métayage, bien équilibré, de manière que la charge ne pesait pas trop sur le métayer. Le rendement réduit d’un métayer famélique aurait tout de suite entraîné des pertes à la récolte et, par là, une diminution du revenu du seigneur.

43Finalement, il faut signaler que l’abolition du métayage n’a pas été obtenue à force d’obstination par les paysans ; elle est, au contraire, le résultat d’un développement par suite de l’introduction de la tenure héréditaire, ou bien parce que le seigneur a voulu augmenter ses revenus à l’aide de redevances fixes. Voilà un autre argument contre ceux qui supposent que les charges étaient déséquilibrées. Bien que les connaissances actuelles ne permettent pas encore de comparer la distribution des revenus dans les systèmes de métayage et de l’affermage fixes, on peut déjà constater que le métayage a été jugé d’une façon trop dure jusqu’ici.

Notes

1 Wilhelm Abel, Geschichte der deutschen Landwirtschaft vom frühen Mittelalter bis zum 19. Jahrhundert (Deutsche Agrargeschichte 2), Stuttgart, 3 1978, p. 98-99.

2 Voir, par exemple, Karl Lamprecht, Deutsches Wirtschaftsleben im Mittelalter, 3 vol., 1885-1886, réimpr. Aalen, 1960, ici vol. I, 2, p. 905 sq. ; Alfons Dopsch, Die Wirtschaftsentwicklung der Karolingerzeit vornehmelich in Deutschland, 2 vol., Weimar, 21921, vol. 1, P. 276 sq. ; Philippe Dollinger, L’évolution des classes rurales en Bavière depuis la fin de l’époque carolingienne jusqu’au milieu du XIIIe siècle, Paris, 1949 (trad. : Der baverische Bauernstand vont 9. bis zum 13. Jahrhundert, München 1982, p. 121 sq., 131 sq.). On trouve de nombreuses indications dans Die Grundherrschaft im späten Mittelalter, 2 vol. (Vortrage u. Forschungen 27), Sigmaringen, 1983, recueil édité par Hans Patze. Voir Teilpacht dans le registre.

3 La monographie d’E. Jenny, Der Teilbau nebst der Monographie eines Teilbaugroßbetriebes in Russland aus der Zeit von 1891-1910, München und Leipzig, 1913, souligne l’aspect économique et ne traite pas le développement historique en Allemagne. De même, le livre de Lucien’ Rerolle, Du colonage partiaire et spécialement du métayage, Paris, 1888, n’est pas d’utilité pour ce domaine.

4 Ainsi, par exemple, les redevances de forêts défrichées appelées Landrecht, Waldrecht, Medem ou terragium. Elles étaient à payer par les colons défricheurs. Puisqu’elles se basaient sur la régale du sol, il ne s’agissait pas de fermage dans ce cas-là. En général, le seigneur recevait la septième gerbe. Voir Lamprecht (note 2), vol. I, p. 104 sq. ; Wolfgang Metz, « Waldrecht, Hägerrecht und Medem », dans Zeitschrift f. Agrargeschichte und Agrarsoziologie, 1, 1953, p. 105-109 ; Karl Kroeschell, « Waldrecht und Landsiedelleihe im Kasseler Raum », dans Hessisches Jahrbuch f. Landesgeschichte, 4, 1954, p. 117-154 ; Eckhart G. Franz, « Grangien und Landsiedel », dans Heinz Haushofer und Willi A. Boelcke (Ed.), Wege und Forschungen der Agrargeschichte. Festschrift z. 65. Geburtstag von Günther Franz, Frankfurt, 1967, p. 28-50, en particulier p. 48-49. Parmi les contrats à redevances à part de fruits sans bail de fermage, il y a aussi à mentionner les precaria oblata, dans le cas où le donateur partageait les revenus avec le monastère déjà de son vivant. Voir Heinrich Beyer, Leopold Eltester, Adam Goerz (Ed.), Urkundenbuch zur Geschichte der... mittelrheinischen Territorien, 3 vol., Koblenz, 1960-1874 (cité Mittelrhein. UB), ici vol. 2, no°268, p. 307-308 (1192-1210). Ici et par la suite, l’année de l’établissement de la charte citée est mise entre parenthèses dans les cas où elle est d’un intérêt particulier. Le terme « métayage » est employé ici et pour la tenure héréditaire et pour la tenure à délai fixe, bien que le mot Teilpacht (métayage) en allemand s’applique seulement à la tenure à délai fixe.

5 Voir Werner Rosener, « Die spätmittelalterliche Grundherrschaft im südwestdeutschen Raum als Problem der Sozialgeschichte », dans Zeitschrift f.d. Geschichte d. Oberrheins, 127, 1979, p. 17-69, ici p. 58. Quant aux raisons, voir p. 126.

6 Foin : Wilhelm Kraft, Das Urbar der Reichsmarschälle von Pappenheim (Schriftenreihe z. bayer. Landesgesch. 3), München, 1929, réimpr. Aalen, 1974, p. 115 (13. Jh.) ; fruits : Rainer Braun, Das Benediktinerkloster Michelsberg 1015-1525 (Die Plassenburg 39), Kulmbach, 1978, p. 106, note 21 (1432) ; pommes, noix : Günther Franz (Ed.), Quellen zur Geschichte des deutschen Bauernstandes im Mittelalter (Ausgewahlte Quellen z.dt.Gesch. d. Mittelalters 31), Darmstadt, 1974, no°141, p. 366 sq. (1277) ; noix : Thomas Zotz, « Zur Grundherrschaft der Grafen von Leiningen. Güterbesitz, bäuerliche Dienste und Marktbeziehungen im 15. Jahrhundert », dans Patze (note 2), vol. 2, p. 177-228, ici p. 201 (1430) ; raves, petits pois et pois de senteur : ZOTZ, loc. cit., p. 201 (1430) ; raves, choux, chanvre et lin : Braun, loc. cit., p. 102 (1395). Les produits mentionnés étaient dus en plus des céréales. Pour le métayage appliqué aux petits pois, voir Lamprecht (note 2), vol. 3, no°194, p. 228-229 (1356) ; au houblon : Inge-Maren Wülfing, « Grundherrschaft und städtische Wirtschaft am Beispiel Lübecks », dans Patze (note 2), vol. 1, p. 415-518, ici p. 464 (1378).

7 Voir ci-dessous, p. 125.

8 Lamprecht (note 2), vol. I, 2, p. 963, note 7 (1479).

9 Mittelrhein. UB, vol. 3, no°1339, p. 964-965 (1256).

10 Un aperçu du métayage en viticulture se trouve dans : Bader (note 4), p. 89-90, et Otto Gönnenwein, « Zur Geschichte des Weinbaurechts », dans Zeitschr. f. Rechtsgesch., Germ. Abt., 80, p. 157-196, ici p. 164 sq. Puisque Dollinger (note 2) n’a pas trouvé d’exemples pour le métayage pour le vin, le chanvre et le bétail, il est arrivé à la fausse conclusion : « De sorte qu’une tenure en métayage se caractérise sans doute par l’obligation de verser une part proportionnelle des céréales récoltées, mais aussi par le paiement de nombreuses redevances fixes » (p. 134).

11 Voir les sources citées, ainsi que Bader (note 4), p. 89-90.

12 L’examen rapide de la littérature n’a pas fourni d’exemples pour le métayage, mais seulement pour les redevances fixes. D’après Friedrich Lütge, Die mitteldeutsche Grundherrschaft und ihre Auflösung, Stuttgart, 21957, p. 168, presque toutes les redevances étaient fixées. Voir aussi Josef Joachim Menzel, « Formen und Wandlungen der mittelalterlichen Grundherrschaft in Schlesien », dans Patze (note 2), p. 591-602, ici p. 596.

13 Du moins, cette impression est créée par Walther Arlt, Die bäuerliche Leihe im Recht des Klosters Heilsbronn, Jur. Diss., Erlangen, 1938, ainsi que par Horst-Detlef Illemann, Bäuerliche Besitzrechte im Bistum Hildesheim. Eine Quellenstudie unter besonderer Berücksichtigung der Grundherrschaft des ehemaligen Klosters St. Michaelis in Hildesheim (Quellen und Forschungen z. Agrargesch. 22), Stuttgart, 1969, p. 33-34. Dans la région de Kassel, les Landsiedel payaient des redevances fixes exclusivement, tandis qu’ailleurs en Hesse on se servait du métayage. Voir Kroeschell (note 4), p. 140, et Flans Thieme, « Zum hessischen Landsiedelrecht », dans Walther Merk (Ed.), Festschrift Alfred Schultze zum 70. Geb., Weimar, 1934, p. 207-250, ici p. 212 sq. En ce qui concerne le métayage dans le territoire des villes, on a très peu de connaissances jusqu’ici. A Stralsund, à Greifswald et à Rostock, il n’y avait que les redevances fixes ; à Lübeck et à Francfort-sur-le-Main par contre, on constate l’existence du métayage. Voir Konrad Fritze, Bürger und Bauern zur Hansezeit (Abhandl. z. Handels- u. Sozialgesch. 16), Weimar, 1976, p. 73 ; sur Lübeck, Wülfing (note 6), p. 498 sq. ; sur Francfort, Karl Bucher, Die Bevölkerung von Frankfurt am Main im 14. und 15. Jahrhundert, Tübingen, 1886, p. 694.

14 Il faut donc corriger l’affirmation de Rösener (note 5), p. 58, qu’en viticulture le seigneur ne recevait souvent que la quatrième ou la cinquième part ou même moins. Voir BADER (note 4), p. 89-90 : « Le métayage à moitié est exceptionnellement répandu » (Bader cite des sources). D’autres exemples se trouvent dans Gönnenwein (note 10), p. 164 sq. Dans la région de la Moselle, le métayage à la moitié prédominait. Voir Karl-Heinz Spieß, « Die Weistümer und Gemeindeordnungen des Amtes Cochem im Spiegel der Forschung », dans Christel Krämer und Karl-Heinz Spieß, Ländliche Rechtsquellen aus dem kurtrierischen Amt Cochem (Geschichtl. Landeskunde 23), Wiesbaden, 1986, p. 1*-56*, ici p. 46*. En Alsace, c’était pour la plupart le métayage à la moitié ou au tiers. Voir Medard Barth, Der Rebbau des Elsaß, Strassburg, 1958, p. 70-71. En 1356, les 39,03 % des vignobles donnés en métayage par le monastère de Bebenhausen livraient la moitié de la vendange. Voir Eugen Neuscheler, « Die Klostergrundherrschaft Bebenhausen », dans Württembergische Jahrbücher f. Statistik und Landeskunde, 1928, p. 115-185, ici p. 160, avec un tableau p. 184. Les vignobles du monastère d’Eberbach donnaient le plus souvent le tiers ou le quart. Voir Johannes Sohn, Geschichte des wirtschaftlichen Lebens der Abtei Eberbach im Rheingau (Veröffentl. d. Hist. Kommission Nassau 7), Wiesbaden, 1914, p. 59. Les vignobles des comtes palatins du Rhin qui se trouvaient au bord du Neckar livraient généralement le tiers. Voir Generallandesarchiv Karlsruhe Abt. 66, no°3484 de l’année 1476.

15 Voir Sohn (note 14), p. 59 ; Lamprecht (note 2), vol. I, 2, p. 910, vol. III, p. 6-7, 9 ; Bader (note 4), p. 90.

16 Bader (note 4), p. 90 ; Lamprecht (note 2), vol. I, 2, p. 910 ; Otto-Günter Lonhard, Das Kloster Blaubeuren im Mittelalter (Veröffentl. d. Kommission f. geschichtl. Landeskunde in Baden-Württemberg B25), Stuttgart, 1963, p. 128.

17 Dans les cas où le seigneur recevait les deux tiers de la vendange, il s’agissait d’une situation spéciale. Une charte de 1176 nous apprend que les vignerons à Mesenich devaient livrer à leur seigneur 10 Last de vin de chaque vignoble. Du reste de la vendange, le seigneur recevait les deux tiers. Mais, pour compenser cette charge, les métayers tenaient d’autres vignobles qui étaient libres de toutes redevances. Voir Herman Wopfner, Urkunden zur deutschen Agrargeschichte, Stuttgart, 1928, no°102, p. 151-152. Un règlement semblable existait apparemment pour les possessions de l’abbaye de Prüm à Mehring. L’abbé Caesarius raconte, dans son commentaire du censier de Prüm de 893, que les vignerons de Mehring livraient les deux tiers de la vendange au monastère et devaient en plus payer un cens du tiers qui leur revenait. Si le tiers ne couvrait pas le cens dû, ils devaient le payer de leur pictura dont les redevances étaient, en principe, à leur libre disposition. Impression récente dans : Ingo Schwab (Ed), Das Prümer Urbar (Publikationen d. Gesellschaft f. Rhein. Geschichtskunde 20), Düsseldorf, 1983, p. 187, note 6. Voir aussi Dieter Hägermann, « Eine Grundherrschaft des 13. Jahrhunderts im Spiegel des Frühmittelalters », dans Rhein. Vierteljahrsbll. 45, 1981, p. 1-34, ici p. 23-24. Neuscheler (note 14) p. 161, mentionne pour Bebenhausen des Vorlehen libres de redevances qui servaient probablement aux mêmes fins. On peut difficilement trouver une autre explication pour la quote-part des huit neuvièmes mentionnée. Les tenanciers étaient tentés à appliquer plus de soins aux vignobles libres de redevances qu’aux autres. Voilà la raison pour la délivrance de la charte pour Mesenich. Il y a un autre cas mentionné dans Neuscheler (note 14), p. 162.

18 Wolf-Heino Struck (Ed.), Das Cistercienserkloster Marienstatt im Mittelalter (Veröffentl. d. Hist. Kommission f. Nassau 18), Wiesbaden, 1965, no°943, p. 345 sq. (1444) un tiers et la dîme ; Wopfner (note 17), no°99, p. 149-150 (1168) : 1/2 et la dîme ; Aloys Schmidt (Ed.), Quellen zur Geschichte des St. Kastorstifts in Koblenz (Publikationen d. Gesellschaft f. rhein. Geschichtskunde 53), vol. 2, Köln-Bonn, 1974, no°2045, p. 195 (1455) : 1/4 et la dîme.

19 Voir Neuscheler (note 14), p. 161. Le monastère de Blaubeuren donnait des vignobles avec et sans perte, c’est-à-dire avec et sans des contributions du seigneur. Voir Lonhard (note 16), p. 129. Contributions seigneuriales à moitié au transport du fumier : STRUCK (note 18), no°1374, p. 578 (1495). Le seigneur donne deux Simmer de seigle comme contribution au fumier : Braun (note 6), p. 106, note 22 (1424). Maren Rehfus, Das Zisterzienserinnen-kloster Wald. Grundherrschaft, Gerichtsherrschaft und Verwaltung (Arbeiten zur Landeskunde Hohenzollerns 9), Sigmaringen, 1971, p. 246 : Le monastère donne le fumier et le fait transporter dans les vignobles par ses garçons de ferme.

20 Spieß (note 14), p. 45*. On fumait toutes les sept annés.

21 Franz (note 6), no°163, p. 428 sq. (1323). Les deux partenaires portent chacun la moitié des frais des Banwarten, ibid., no 200, p. 509 sq. (1406). Le coût de la vendange est partagé.

22 Pour cette expression, voir note 19 et ci-dessous p. 124.

23 Imprimé dans Lamprecht (note 2), vol. 3, no°272, p. 302-303.

24 Monumenta Boica, vol. 37, München, 1864, no°485, p. 579 (1286) : 4 ans 1/3, ensuite 1/2. Bader (note 4), p. 90 : 10 ans 1/4, ensuite 1/3 (1294) ; 1/3 du premier métayer, 1/2 de ses héritiers (1330). Jean-Michel Boehler (Ed.), Histoire de l’Alsace rurale, Strasbourg et Paris, 1983, p. 88 : 10 ans libre, ensuite 1/2 (ca. 1170). Lamprecht (note 2), vol. III, no°2, p. 3 : 5 Joch de vignoble sont donnés, dont 3 à un tiers, 2 restent libres, après trois années, ils donnent tous la moitié (1202).

25 Lamprecht (note 2), vol. I, 2, p. 1916, note 2.

26 Braun (note 6), p. 101 : le plus souvent à moitié, mais aussi au tiers, au quart et au cinquième. Karl Otto Müller, Altwürttembergische Urbare aus der Zeit Graf Eberhards des Greiners (1344-1392) (Württemberg. Geschichtsquellen 23), Stuttgart et Berlin 1934, p. 53 : 53 % en métayage à la moitié, 32 % au tiers, 7,5 % au quatrième (ca. 1350). Neuscheler (note 14), p. 133 : Des 57 cours du monastère de Bebenhausen, 15 donnent la moitié, les autres le tiers ou le quatrième (1356). Ferdinand Geldner, Das atteste Urbar des Cistercienserklosters Langheim (ca. 1390) (Veröffentl. d. Gesellschaft f. frank. Gesch. X,3), Würzburg, 1952, p. 39 : métayage à la moitié et au tiers. Hildegard Weiß, « Das Agrarwesen vom Spätmittelalter bis zum Ende des 18. Jahrhunderts », dans Max Spindler (Ed.), Handbuch der bayrischen Geschichte, vol. 3 : Franken, Schwaben, Oberpfalz, Teilband 1, München, 21979, p. 456-477, ici p. 459 : le plus souvent, un tiers de la récolte, rarement la moitié ou le quart. Ph. Dollinger, Les transformations du régime domanial en Bavière au XIIIe siècle d’après deux censiers de l’abbaye de Baumburg, Strasbourg, 1949, p. 26-27, 113 : le 70 % des cours et le 22 % des manses se trouvent en métayage ; ils donnent tous le tiers. Meinrad Schaab, « Die Grundherrschaft der südwestdeutschen Zisterzienserklöster nach der Krise der Eigenwirtschaft », dans Patze (note 2), p. 47-86, ici p. 66 : métayage au tiers était en règle. Franz Weibels, Die Grossgrundherrschaft Xanten im Mittelalter (Niederrheinische Landeskunde 3), Krefeld, 1959, p. 100 : on trouve très souvent le métayage pro tertia gerba. Joseph Milz, Studien zur mittelalterlichen Wirtschafts-und Verfassungsgeschichte der Abtei Deutz (Veröffentlichungen d. Köln. Geschichtsvereins 30), Köln, 1970, p. 98 : beaucoup de métayages à la moitié ou au tiers.

27 Comp. les tableaux 10, 15 et 42 dans Müller (note 26), p. 130-131, 136-137, 170-171. On donnait 1/30 p. 164. Comparer Georges Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’occident médiéval, vol. 3, Paris, 1962, p. 522-523. Pour la méthode de ne fixer la quote-part qu’après la récolte, voir Dollinger (note 2), p. 133, et Erich Freiherr von Guttenberg, « Die alteste Landesbeschreibung der Herrschaft Plassenberg (1398), dans Plassenburg-Jahrbuch 1938, p. 12-27, ici p. 15.

28 Thieme (note 13), p. 231 ; Franz (note 4), p. 45 (1392) ; Neuscheler (note 14), p. 133 ; Lamprecht (note 2), vol. I, 2, p. 866 (1435).

29 Voir M G H, Capitularia I, no°81, p. 179. De plus, Wopfner (note 17), n" 142, p. 190-191 (1247) : le quart et la dîme ; Ludwig van Laak, Kloster Kamp. Seine Entwicklung bis zum Anfang des 14. Jahrhunderts, Rheinberg, 1904, p. 48 sq. (1298) : le tiers et la dîme ; Benno Hilliger (Ed.), Die Urbare von St. Pantaleon in Kôln (Publikationen d. Gesellschaft f. rhein. Geschichtskunde XX, 1), Bonn, 1902, no°32, p. 160 sq. (1251) : la moitié et la dîme. Ludwig Baur, Hessische Urkunden, vol. 1, Darmstadt, 1860, réimpr. Aalen 1979, no°321, p. 230 (1302) : redevance de la dîme seulement des animaux.

30 Voir la note d’un censier des comtes palatins rhénans de 1369 dans Generallandesarchiv Karlsruhe Abt. 66, no°3480, p. 41 : Nota von den guten eckern git man das halbe teyl, dannoch gehorent ahtzehen morge(n) ackers in den selben hof, die liegent uf dem Sande, dovon git man daz virteyl. Lamprecht (note 2), vol. I, 2, p. 866, décrit un bail de 1435 fixé à un délai de neuf ans. Si l’on cultivait le seigle, tous les champs donnaient la moitié. Un seul champ de 3 Morgen donnait le tiers, là où on cultivait l’avoine, tous les champs devaient la moitié — cela veut dire que, quand il s’agissait d’avoine — céréale peu exigeante —, on ne tenait pas compte de la qualité du sol. A ce sujet, voir aussi Helmut W. Richtering, Bäuerliche Leistungen im miltelalterlichen Westfalen mit besonderer Berücksichtigung der Naturalabgaben und ihrer Verbreitung, Phil. Diss. Münster, 1949, p. 159.

31 Voir la remarque dans un censier du duc de Bavière de 1280 : curiam in Alshoven... solvit terciam frumenti, si autem datur semen, solvit medietatem frumenti. Cité d’après Wolfgang Metz, Staufische Güterverzeichnisse, Berlin, 1964, p. 22. Des exemples pour la contribution à moitié du seigneur aux frais de la semence et de la récolte se trouvent dans Braun (note 6), p. 102-103 (1395) ; Hermann Grees, Die bäuerliche Kulturlandschaft der Ostalb, Phil. Diss. Tubingen, 1961, p. 204 ; Abel (note 1), p. 92-93 ; Franz Irsigler, « Die Auflösung der Villikationsverfassung und der Übergang zum Zeitpachtsystem im Nahbereich niederrheinischer Städte währen des 13./14. Jahrhunderts », dans Patze (note 2), vol. 1, p. 295-312, ici p. 303 (1316). Le sujet est traité plus généralement par Rösener (note 2), p. 154 et Hermann Aubin, « Agrargeschichte », dans Geschichte des Rheinlandes von der altesten Zeit bis zur Gegenwart, Bonn, 1922, p. 115-148, ici p. 128-129. Pour des livraisons fixes de semences par le seigneur, voir Josef Hopfenzitz, Studien zur oberdeutschen Agrarstruktur und Grundherrschaft. Das Urbar der Deutschordenskommende Oettingen von 1346/47, München, 1982, p. 86, 151 ; Hilliger (note 29), no°32, p. 160 sq. (1251) ; Zotz (note 6), p. 201 (1430) ; Franz (note 6), no°141, p. 366 sq. (1277). Des métayages sans contribution du seigneur se trouvent dans Müller (note 26), p. 130-131, 144-145, et Erich Wisplinghoff, « Zur Lage der Landwirtschaft und der bauerlichen Bevölkerung im Klever Land während des spâten Mittelalters », dans Edith Ennen und Klaus Funk (Ed.), Soziale und wirtschaftliche Bindungen im Mittelalter am Mittelrhein (Klever Archiv 3), Kleve, 1981, p. 37-54, ici p. 41. Quant aux contributions du seigneur, voir ci-dessous p. 130, 139.

32 Cet argument est souligné par Richtering (note 30), p. 157-158. Mais il faut aussi tenir en compte les charges supplémentaires des cours. Toujours est-il que les dix cours données en métayage, mentionnées dans le censier des comtes palatin rhénans de 1369, comprennent en moyenne 140 Morgen de champs. Quant au bilan économique de quelques cours de métayers, voir ci-dessous p. 139, 143.

33 Lamprecht (note 2), vol. I, 2, p. 962 ; Zotz (note 6), p. 197 ; Deutsches Rechtswörterbuch sub verbo Halber, Halbwinner, Halfe, Halfleute, Halfmann.

34 Georg von Below, Geschichte der deutschen Landwirtschaft des Mittelalters, Stuttgart, 21966, p. 76 ; Barthel Huppertz, Räume und Schichten bäuerlicher Kulturformen in Deutschland, Bonn, 1939 ; Irsigler (note 31), p. 295-296.

35 Voir les exemples cités dans la note 6.

36 Gustav Heinrich Schmidt, Zur Agrargeschichte Lübecks und Ostholsteins, Zürich, 1887, Urkundenanhang, no°20, p. 150 (1419). Les archevêques de Cologne avaient dans les cours de leurs métayers du bétail qu’ils payaient à moitié. Voir les instructions données à un administrateur de l’archevêque : Vort so sall hey unse andere hoeve besetzen mit halffluyden, swynen, schaeffen und vehe, die gebuwet syn umb halffscheit ind die swyne und schaiffe uns(er) kelner halffgelaen ind bezalen sall. HStA Düsseldorf, HS L V 2, p. 76. Un exemple du comté de Clève se trouve dans Wisplinghoff (note 31, p. 43.

37 Urkundenbuch der Stadt Lübeck, vol. 4, Lübeck, 1873, no°21, p. 218 sq. (1374) : le seigneur met 11 cochons dans la cour et reçoit les deux tiers de rendement de l’élevage, le métayer reçoit un tiers.

38 Rudolf Kotzschke (Ed.), Die Urbare der Abtei Werden a.d. Ruhr, A. Die Urbare vom 9./13. Jahrhundert, Bonn, 1906, réimpr. Düsseldorf 1978, p. 147. Un autre exemple dans Braun (note 6), p. 102 (1395) : la moitié, 1 jambon, 1 charretée de vin, 24 fromages, 1 poule de Mardi-Gras et 2 servitia. De même, Heinrich Reimer (Ed.), Urkundenbuch zur Geschichte der Herren von Hanau und der ehemaligen Proving Hanau, Leipzig, 1897, réimpr. Osnabrück, 1965, vol. 4, no°629 sq. (1392) : la moitié de la récolte d’hiver, le tiers de la récolte d’été, 1 pain de Noël, 100 œufs à Pâques, 1 livre de cire à la Saint-Martin, 1 poule de Mardi-Gras.

39 Franz (note 6), no°164, p. 420 sq. (1324). Franz Herberhold, Das Bickelspergsche Lagerbuch der Grafschaft Zollern von 1453 (Arbeiten z. Landeskunde Hohenzollerns 1), Sigmaringen, 1978, p. 32 : le tiers, 10 Schilling Heller, 2 poules d’automne, 1 oie, la moitié d’un Vierteil d’œufs, 1 poule de Mardi-Gras, 1 jambon.

40 Franz (note 6), no°163, p. 428 sq. (1323) : chaque année, deux hébergements pour l’abbé en compagnie de trois personnes et d’un garçon. no°200, p. 509 sq. (1406) : droit illimité d’hébergement pour les membres de l’Ordre et leurs messagers. Ils reçoivent du bois et de la lumière, du foin et de la paille pour les chevaux, pendant qu’ils se trouvent à la cour. En 1261, le chapitre général de l’ordre de Cîteaux ordonnait que le bail de granges devait comprendre le droit de gîte pour les membres de l’Ordre. Voir E. Hoffmann, « Die Entwicklung der Wirtschaftsprinzipien im Cisterzienserorden wahrend des 12. und 13. Jahrhunderts », dans Hist. Jahrb., 31, 1910, p. 699-727, ici p. 725. Pour le déroulement en pratique, voir SOHN (note 14), p. 36-37.

41 Ainsi Ernst Klebel, « AUS der Verfassungs-, Wirtschafts- und Siedlungsgeschichte der Hofmark Vogtareuth bei Rosenheim », dans Zeitschrift f. baver. Landesgesch., 6, 1933, p. 27-59, ici p. 45.

42 Landeshauptarchiv Koblenz, Bestand 144, no°1426, p. 76 (1348) : annuellement 1 Mark zu wvsungin. Je dois la connaissance de cette charte à M. Dr. Johannes Mötsch que je remercie beaucoup. Adolf GOERZ (Ed.), Mittelrheinische Regesten, vol. 4, Koblenz, 1886, no°2087, p. 466 (1292) : annuellement à Pâques 3 Schilling in signant dominii.

43 Wülfing (note 6), p. 500.

44 De nombreux exemples se trouvent dans Patze (note 2), index sub verbo Eigenwirtschaft.

45 Services illimités : Franz (note 4), p. 47 (1526-1533). Services coutumiers : Braun (note 6), p. 102 (1395) ; Lamprecht (note 2), vol. 3, no°245, p. 278-279 (1466) ; Christina Vanja, Besitz-und Sozialgeschichte der Zisterzienserinnenklöster Caldern und Georgenberg und des Prämonstratenserinnenstiftes Hachborn in Hessen im späten Mittelalter (Quellen u. Forschungen z. hess. Gesch. 45), Darmstadt, Marburg, 1984, p. 74, 78 (16. J h.). Services de charriage : Gabriele Schnorrenberger, Wirtschaftsverwaltung des Klosters Eberbach im Rheingau 1423-1631 (Veroffentl. d. Hist. Kommission f. Nassau 23), Wiesbaden, 1977, p. 62 (1426) : annuellement 8 jours avec une voiture ou une charrue avant la récolte ou, en cas d’urgence, après la récolte avec un ou deux chevaux. D’autres exemples, voir Söhn (note 14), p. 35-36. Reimer (note 38), no°629, p. 537 sq. (1392) : transporter du fumier sur les champs du seigneur pendant 4 jours et du foin pendant 2 jours. Plusieurs exemples dans Neuscheler (note 14), p. 134-135.

46 Naturellement, les autres produits étaient également partagés sous surveillance. Pour partager les noix, le seigneur envoyait une servante. Voir Zotz (note 6), p. 201 (1430).

47 Lamprecht (note 2), vol. I, 2, p. 905-906. Mentionné souvent dans des coutumes, voir Hugo Loersch, Die Weistümer der Rheinprovinz, Abt. 1, vol. 1 : Oberamt Boppard, Hauptstadt und Amt Koblenz, Amt Bergpflege (Publikationen d. Gesellschaft f. rhein. Geschichtskunde 18), Bonn, 1900, p. 155 (1554), p. 158 (1634), et SPIEB (note 14), p. 46*. Zotz (note 6), p. 203, prouve que le mot Windelbole qui dérive du latin vindemia était aussi employé pour les contrôleurs dans le métayage en céréales.

48 Mittelrhein. UB, vol. 2, no°182, p. 223-224 (1200) et vol. 3, no°633, p. 482-483 (1238). Voir Spieß (note 14), p. 46*.

49 Voir 1 Helmut Weigel, Studien zur Verfassung und Verwaltung des Grundbesitzes des Frauenstiftes Essen (852-1803) (Beitr. z. Gesch. v. Stadt und Stift Essen 76), Essen, 1960, p. 44 (1400) ; Augustinus Thiele, Echternach und Himmerod. Beispiele benediktinischer und zisterziensischer Wirtschaftsführung im 12. und 13. Jahrhundert (Forschungen z. Sozial u. Wirtschaftsgesch. 7), Stuttgart, 1964, p. 138, note 913 ; K. Christoffel, « Geschichte des Weinbaus der Abtei Sankt Maximin in Trier vom 7. bis 18. Jahrhundert », dans Trierer Heimatbuch. Festschrift zur rheinischen Jahrtausendfeier, 1925, Trier, 1925, p. 61-128, ici p. 112 ; Struck (note 18), no°935, p. 342 (1443) ; Erich Wisplinghoff (Ed.), Urkunden und Quellen zur Geschichte von Stadt und Abtei Siegburg, vol. 1, Siegburg, 1964, no°216, p. 355-356 (1307) : partage de la Vendange jusqu’à la réparation du pressoir. L’expression am Pfad se trouve souvent dans un censier de 1496 des comtes Palatins Rhénans (Generallandesarchiv Karlsruhe 66/3486) ; Söhn (note 14), p. 63, présente un cas où c’était le vignoble qui était divisé d’après la quote-part avant la vendange.

50 Söhn (note 14), no°5, p. 137 sq. (1451).

51 Thiele (note 49), p. 141 ; Franz (note 6), no°200, p. 509 sq. (1406) ; Christoffel (note 49), p. 112-113 ; Struck (note 18), no°257, p. 110 (1313) ; Wopfner (note 17), no°99, p. 149-150 (1168) ; Goerz (note 42), no°2087, p. 466 (1292).

52 Spieß (note 14), p. 46*.

53 Neuscheler (note 14), p. 133. Pour donner au contrôleur la possibilité de bien répondre à son devoir, on ne devait pas le charger de trop de travail. Le contrôleur était nourri par le métayer. A côté de l’expression Windelbote, on trouve aussi Herbstherr, Teilherr, Strohmeier, Wahrer, etc. Voir note 47, Braun (note 6), p. 103 (1395), et Schnorrenberger (note 45), p. 61.

54 Pour le procédé lors de la moisson, voir Hugo Ott, Studien zur Geschichte des Klosters St. Blasien im hohen und späten Mittelalter (Veröffentl. d. Kommission f. geschichtl. Landeskunde in Baden-Württemberg B27), Stuttgart, 1963, p. 16. Anm. 33 ; Fr. Gerß, « Zeitpachtgüter am Niederrhein », dans Zeitschr. d. Bergischen Geschichtsvereins, 15, 1879, p. 71-98, ici Beilage no°3, p. 88-89 (1438) ; Söhn (note 14), p. 35 ; Wülfing (note 6), p. 501 ; Reimer (note 38), no°629, p. 557 sq. (1392). Wisplinghoff (note 31) voit dans l’envoi d’un contrôleur dans les seigneuries de Bas-Rhin une exception. Il n’a certainement pas raison puisque les exemples cités, surtout l’étude de Gerß qui se réfère au Bas-Rhin, prouvent le contraire.

55 Neuscheler (note 14), p. 133.

56 Braun (note 6), p. 103 (1395) ; Reimer (note 38), no°629, p. 557 sq. (1392) ; Zotz (note 6), p. 201, 204.

57 Pour les réductions sur la quote-part des vignobles récemment plantés, voir p. 123.

58 Des détails se trouvent souvent dans des coutumes. Voir Spieß (note 14), p. 45* ; Loersch (note 47), p. 349. Voir aussi Christoffel (note 49), p. 109-110 ; Neuscheler (note 14), p. 160. Söhn (note 14), p. 51-52 donne un tableau des procédés réalisés du xiiie au xvie siècle et il conclut qu’il y a eu un progrès continuel en viticulture visible dans le raffinement successif.

59 Spieb (note 14), p. 48*-49* ; Loersch (note 47), p. 349 ; Christoffel (note 49), p. 106, 108 ; Sohn (note 14), p. 52, 137-138 ; Struck (note 18), no°935, p. 342 (1443), no°1374, p. 578 (1495). Si le métayer avait donné un gage, celui-ci était laissé au seigneur pour dédommagement, en plus la métairie. Voir les exemples dans : Franz (note 6), no°163, p. 428 sq. (1323) ; no°200, p. 509 sq. (1406), et Ingrid Joester (Ed.), Urkundenbuch der Abtei Steinfeld (Publikationen der Gesellschaft f. rhein. Geschichtskunde 60), Köln, Bonn, 1976, no°271, p. 210-211 (1344).

60 Voir Spieß (note 14), p. 11*, 43* sq. Quand l’abbaye de Mettlach introduisait, en 1325, le métayage héréditaire pour quelques possessions viticoles, on ne manquait pas de fixer qu’il fallait dorénavant aller singulis annis ad annale placitum ; Lamprecht (note 2), vol. 3, no°110, p. 132 sq.

61 Pratiquement chaque contrat de métayage contenait l’obligation de fumer. La terre bien fumée devait avoir une grande valeur puisqu’on défendait au métayer de prendre de la terre du vignoble. Voir Franz (note 6), no°200, p. 509 sq. (1406).

62 Voir p. 128.

63 Reimer (note 38), no°629, p. 557 sq. (1392) ; Neuscheler (note 14), p. 135 ; Zotz (note 6), p. 204-205.

64 Schnorrenberger (note 45), p. 61 ; Sohn (note 14), p. 35 ; Gerß (note 54), p. 88-89 (1438) ; Reimer (note 38), no°629, p. 557 sq. (1392).

65 Presque tous les contrats de métayage contiennent des fixations à cet égard. Il convient de mentionner qu’on enclosait les champs pour gagner le fumier des moutons qu’on y installait. Voir Zotz (note 6), p. 204 (1503).

66 Le marne est mentionné dans Hilliger (note 29), no°32, p. 160 sq. (1251) et Franz (note 6), no°141, p. 336 sq. (1277) ; le labourage à grande profondeur dans Irsigler (note 31), p. 303 (1316).

67 Des exemples de la Rhénanie se trouvent dans Irsigler (note 31), p. 306 sq. ; un exemple de la région de Moyen-Rhin dans Zotz (note 6), p. 203. Voir aussi note 6.

68 Schnorrenberger (note 45), p. 61.

69 Voir Ott (note 54), p. 9 ; Wisplinghoff (note 49), no°216, p. 355-356 (1307) ; Neuscheler (note 14), p. 135.

70 Zotz (note 6), p. 204-205 ; Franz (note 6), no°200, p. 509 sq. (1406).

71 Schnorrenberger (note 45), p. 60 ; Reimer (note 38), no°629, p. 557 sq. (1392) ; Wisplinghoff (note 49), no°216, p. 355-356 (1307) ; Braun (note 6), p. 103 (1395) Landeshauptarchiv Koblenz 44, no°1426, p. 76 (1348) ; Neuscheler (note 14), p. 136.

72 Lamprecht (note 2), vol. 3, no°245, p. 278-279 (1466) ; Schnorrenberger (note 45), p. 60. Un cas semblable dans Neuscheler (note 14), p. 139-140.

73 Franz (note 6), no°164, p. 430 sq. (1324) ; Schnorrenberger (note 45), p. 63.

74 Wisplinghoff (note 49), no°200, p. 340 sq. (1298).

75 Une autre opinion est soutenue par Thieme (note 13), p. 241 sq. spécialement pour le droit des Landsiedel. Il suppose que les métayers à délai fixe étaient tout bonnement attirés par la possibilité d’aquérir du capital, moyennant l’amendement du sol parce que le seigneur devait, le contrat expiré, compenser l’amélioration par de l’argent. Thieme compare le sol avec une tirelire que le métayer vidait après un certain temps. Il n’apporte pas des exemples et il n’explique pas la contradiction qui résulte de la tendance à rendre la tenure de Landsiedel héréditaire, qu’il cite p. 249-250. Une récompense pour l’amendement supposerait en plus un examen exact du sol avant la conclusion du contrat et à son expiration. Il s’y ajoute que, s’il s’agissait de baux à quote-part, le seigneur profitait de toute façon de l’amélioration du sol parce que sa quote grandissait avec celle du métayer. Le matériel examiné dans le cadre de l’étude ici présentée n’a pas apporté d’exemples pour la thèse de Thieme. Quelquefois, il se trouve la note explicite que la cour avec ses melioracionibus rentrait libere, donc sans charges, dans la possession du seigneur après l’expiration du bail. Voir Wisplinghoff (note 49), no°200, p. 340 sq. (1298). Aussi Hilliger (note 29), no°32, p. 160 sq. (1251). Un autre exemple est donné par Egon Moeren, « Zur sozialen und wirtschaftlichen Lage des Bauerntums im 12. bis 14 Jahrhundert », dans Nassauische Anna/en 59, 1939, p. 31-82, ici p. 62. Peut-être Thieme a-t-il appliqué par erreur au sol la récompense que le seigneur devait au métayer pour l’amelioration de la cour ou de l’inventaire. Un bilan de l’inventaire du bétail et des provisions était d’usage chez les métayers de l’abbaye d’Eberbach auquel se réfère l’étude de Thieme ; ce bilan devait éviter des pertes à l’abbaye et, en même temps, restituer au métayer les améliorations éventuelles. Voir Schnorrenberger (note 45), p. 63. De même, le cas cité par MOEREN, p. 62, en exemple d’une récompense pour un amendement, se révèle, quand on le regarde de plus près, comme une compensation pour l’édification de bâtiments :...curiam nostrum reedificandam, II jugera vinearum et agros nostros silos ibidem pro medietate fructuum cum officio nostre villicationis XX annis concessimus ea tamen conditione interposita, quod si post XX annos ei et nobis pariter commorari non expedit, edificia sua secundum estimationem bonorum virorum ei vel suis heredibus persolvantur. Wilhelm Sauer (Ed.), Nassauisches Urkundenbuch, I, 1, Wiesbaden, 1885, no°535, p. 338.

76 Voir p. 124.

77 Aubin (note 31), p. 128 ; Irsigler (note 31), p. 303 (1316). Les métairies pouvaient aussi être remises après la semence. Reimer (note 38), no°629, p. 557 sq. (1392).

78 Franz (note 6), no°141, p. 366 sq. (1277) : 2 Tagwerk dans le champ en jachère ; Wisplinghoff (note 49), no°216, p. 355-356 (1307) : 1/2 Morgen d’un pré comme pâturage ; Hilliger (note 29), no°32, p. 160 sq. (1251) : 4 ou 5 iurnales dans le champ en jachère ; Reimer (note 38), no°629, p. 557 sq. (1392) : 2 Morgen pois de senteur. Des subventions en argent et en produits pour le train de vie du métayer et la gestion de la métairie sont également mentionnées par E. Wisplinghoff, « Untersuchungen zur Wirtschafts-und Besitzgeschichte der Bencdiktinerabtei Brauweiler », dans Jahrbuch d. Köln. Geschichtsvereins, 43, 1971, p. 131-191, ici p. 146-147, et ZOTZ (note 6), p. 203-204.

79 Dans une seule charte par laquelle une cour était affermée à vie à une femme, le mobilier et les ustensiles étaient mentionnés spécialement : und sal in dem have laissen as sulchen husrait as ich drinne vant mit namen einen groissen croyben und einen cleynen, eyne brantreyde, eynen kessel und veix kersle. Joester (note 59), no°315, p. 254-255 (1366). La littérature suppose que le seigneur donnait l’équipement. Voir Wilhelm Roscher, Heinrich Dade, Nalionalökonomik des Ackerbaus, Stuttgart, Berlin14, 1912, p. 263 ; Alfons Dopsch, Herrschaft und Bauer in der deutschen Kaiserzeit, Jena, 1939, p. 76 mentionne que la cour recevait les ustensiles agraires, mais le bail de 1277 du monastère de Saint Géréon, qu’il cite en exemple, n’en contient rien. Voir la reproduction de cette charte dans Franz (note 6), no°141, p. 366 sq. Franz Steinbach, « Die Veranderungen der Agrarverhaltnisse vom 12. bis ins 18. Jahrhundert », dans Aloys Schulte (Ed.), Tausend Jahre deutscher Gesehichte und deutscher Kullur am Rhein. Düsseldorf, 1925, p. 163-173, ici p. 169. Cependant, Steinbach indique un développement puisqu’il dit que l’équipement appartenait au début au seigneur. Les commerçants de Lübeck mettaient souvent à la disposition de leurs métayers des ustensiles comme la charrue ou l’attelage. Voir Wülfing (note 6), p. 498.

80 Schnorrenberger (note 45), p. 63, note 76 (1441).

81 Dopsch (note 2), p. 276. Plus tard (voir sa note 79, p. 149) Dopsch dit que le métayage était d’usage déjà au temps des Carolingiens.

82 Voir Karl Theodor von Inama-Sternegg, Deutsche Wirtschaftsgeschichte bis zum Schluß der Karolingerperiode, Leipzig, 1909, Réimpr. Hildesheim, 1965, p. 498 qui nie explicitement l’existence du métayage à l’époque examinée par lui. Lamprecht (note 2), vol I, 2, p. 864 sq. parle d’une révolution des conditions économiques des grandes propriétés et du début de formes libres d’exploitation au xiie et xiiie siècles.

83 Dopsch (note 79), p. 150 : « Nous pouvons donc observer une restriction du métayage plutôt qu’un surgissement de celui-ci à cette époque avancée (xiie et xiiie siècles) ». Voir aussi l’étude de l’élève de Dopsch, Josef Pongratz, Das Eigenbau-Pacht-Problem im deutschen Hochmittelalter vornehmlich in den deutschen Rheinlanden, Phil. Diss. Wien, 1933, qui était chargé de prouver qu’on ne pouvait d’aucune manière parler d’un, déclin et d’une dissolution du système des villications.

84 Dollinger (note 2), p. 122-123.

85 Dopsch (note 2), p. 276-277.

86 Ainsi Dollinger (note 2), p. 122, note 196, connaît très bien les sources bavaroises qui ont fourni cet exemple.

87 Il s’agit de l’Edelini abbatis liber possessionum du monastère de Wissembourg en Alsace, où sont mentionnés plusieurs mansi absi inde venit III pars grani. Impression dans Johann Caspar Zeuß (Ed.), Traditiones Wizenburgenses, Speyer, 1842, p. 281, 290-291,294. La datation des différentes couches du Liber possessionum, compilé à la fin du xiiie siècle sous l’abbé Edelin, est controversée. Dopsch (note 2), p. 111 sq. date les mentions du métayage citées dans le temps des Carolingiens, tandis que des travaux récents les renvoient au xe siècle. Voir Henri Dubled, « Der landwirtschaftliche Grossbetrieb im Rheingebiet hauptsachlich im Elsaß vom 8. bis 10. Jahrhundert », dans Zeitschrift J. d. Gesch. d. Suargegend, 14, 1964, p. 11-55, ici p. 14-15, et Ludolf Kuchenbuch, Bäuerliche Gesellschaft und Klosterherrschaft im 9. Jahrhundert. Studien zur Sozialstruktur der Familia der Abtei Prüm (VSWG Beih. 66), Wiesbaden, 1978, p. 28-29. Pour l’expression mansus absus, voir J.-P. Devroey, « Mansi absi : indices de crise ou de croissance de l’économie rurale du haut Moyen Age ? », dans Le Moyen Age, 82, 1976, p. 421-452.

88 Karl Glöckner, (Ed.), Codex Laureshamensis, vol. 3, Darmstadt, 1936, no°3659, p. 165 : in Hohunstat. In pago spirensi in Hohnunstat sunt hube II una soluit pullos III oua V et dimidiam partem de laboratu SUO. Alia soluit denurios Xpullos IIII oua X. L’exemple date d’environ 800. Voir Kuchenbuch (note 87), p. 29, note 69.

89 Schwab (note 17), p. 256 : De Binge... Sund ibi pecioles de vineis, quas tenent supra-dicti homines et faciunt ad medietatem. Puisque dans le censier de Prüm, on ne trouve outre cet exemple que des redevances fixes en vin, Kuchenbuch (note 87), p. 132, doute qu’on puisse parler de métayage.

90 Kotzschke (note 38), p. 147.

91 Wopfner (note 17), no°74, p. 111-112. D’autres 8 Joch étaient cependant affermés contre un cens fixe.

92 Dollinger (note 2), p. 123, 131-132. Des exemples pour la viticulture très vieille dans Mittelrhein. UB, vol. 1, no°474, p. 531 (1132) ; no°484, p. 540 (1 136) ; no°568, p. 627-628 (1152) ; no°652, p. 708 (1 168). Le métayage appliqué à des cours au xiie siècle est prouvé par l’évêché de Freising, le monastère de Tegernsee et le monastère de Saint Ulrich et Afra à Ratisbonne par Karl Theodor von Inama-Sternegg, Deutsche Wirtschaftsgeschichte des 10. bis 12. Jahrhunderts, Leipzig, 1891, p. 269, 469 sq., 479, 485-486. Un exemple provenant d’une seigneurie profane pour l’année 1166 se trouve dans Elisabeth Noichl (Ed.), Codex Falkensteinensis. Die Rechtsaufzeichnungen der Grafen von Falkenstein (Quellen u. Erörterungen z. bayer. Gesch. N.F. 29), München, 1978, p. 29. Pour classer le phénomène dans l’histoire économique, voir Karl Ramp, Studien zur Grundherrschaft Neuburg-Falkenstein auf Grund des Codex diplomaticus Falkensteinensis, Phil. Diss. München, 1925, p. 27 sq.

93 Thieme (note 13), p. 224 pense aux archevêques mayençais Konrad von Wittelsbach (1161-1165), Christian von Buch (1165-1183) et Siegfried II von Eppstein (1200-1230), qui étaient longtemps en Italie, pendant que Metz (note 31), p. 21, voit comme médiateurs les ministériaux d’Empire actifs en Italie. Huppertz (note 34), p. 103, n’est pas sûr si le métayage est un développement spécial provenant de la Méditerranée et du Midi français et qui s’est répandu jusqu’en Rhénanie, mais il le tient pour probable. IRSIGLER (note 31), p. 298, ne trouve pas que la thèse de Huppertz soit évidente. Bader (note 4), p. 89, croit que le métayage a peut-être été emprunté aux régions méridionales pour être influencé par des procédés de réception.
Si l’on croit à une réception, il n’y a pas que les personnes citées par Thieme et Metz qui entrent en ligne de compte comme médiateurs. Ce sont les Cisterciens qui, dans leur statut de 1134, parlent explicitement de dare vel accipere medietariam. Bien que le métayage à la moitié soit formellement interdit, on répandait de cette manière la connaissance du procédé comme tel. Quant à la prohibition, voir ci-dessous p. 136.

94 Dollinger (note 2), p. 121 sq., 131 sq. ; Friedrich Lütge, Geschichte der deutschen Agrarverfassung vont friihen Mittelalter bis zun 19. Jahrhundert. Stuttgart, 1963, p. 71 sq. 11 n’est pas rare qu’on mentionne explicitement que la métairie était auparavant exploitée par le seigneur. Voir note 91 et Mittelrhein. UB. vol. 1, no°474, p. 531 (1 132) ; no°484, p. 540(1136) ; no°652, p. 708 (1168). Puisque la dissolution de la réserve s’effectuait jusque dans le xive siècle, il existe des exemples de cette époque encore. Voir Franz (note 6), no°164, p. 430 sq. (1324). Le métayage ne doit cependant pas être vu exclusivement comme un développement issu de l’exploitation directe puisque les seigneurs utilisaient l’occasion du changement pour soumettre au métayage également des possessions qui leur devaient jusqu’alors un cens fixe. De cette manière, ils participaient à l’accroissement du revenu de celles-ci. Voir Dollinger (note 2), p. 132. Un exemple dans Wopfner (note 17), no°219, p. 271 (1348) : on transforme trois possessions abandonnées qui donnaient un cens fixe en argent et produits en une cour qui doit la moitié de la récolte.

95 En viticulture, c’est la tenure héréditaire qui domine ; si l’on convient d’un délai, celui-ci est assez long. Lamprecht (note 2), vol. I, 2, p. 966 (12 et 20 ans) ; Goerz (note 42), no°2087, p. 466 (14 ans) ; Struck (note 18), no°935, p. 342 (14 ans) ; no°1172, p. 469 (20 ans) ; no°1374, p. 578 (24 ans) ; Wisplinghoff (note 49), no°200, p. 340 sq. (15 ans). A cet égard, on doit corriger Clemens Bauer, « Probleme der mittelalterlichen Agrargeschichte im Elsaß », dans Alemannisches Jahrbuch 1953, p. 238-250, ici p. 248, qui lie le métayage en viticulture exclusivement à la tenure héréditaire et l’exclut pour cela du système des baux. Il existe aussi un mélange entre le bail à délai fixe et la tenure héréditaire : c’est la tenure de vignoble pour la durée de la vie du tenancier, de sa femme et de leurs enfants. Generallandesarchiv Karlsruhe 66, n" 3486 (1496), et Joester (note 59), no°345, p. 281 (1384) ; no°354, p. 297-298 (1390) ; no°377, p. 323-324 (1404). Pour des cours avec métayage en céréaliculture, un élève de Franz Irsigler a constaté, à la base de plusieurs centaines de baux à ferme d’avant 1600, que jusqu’en 1350 c’étaient des délais de 3, 6 et 9 ans comme habituels. Voir Irsigler (note 31), p. 304. Wülfing (note 6), p. 501, a constaté dans six contrats des délais de 1, 3, 5 et 6 ans. Le développement des délais dans une cour est démontré par Zotz (note 6), p. 203 : en 1430, il s’agit de 6 ans, de même en 1465 ; en 1469 — probablement après avoir terminé le contrat avant le terme — ce sont 10 ans. En 1503, ce sont déjà 12 ans. La prédilection pour des délais divisibles par 3 est peut-être due aux égards qu’on a pris pour la culture à trois assolements.

96 On trouve des indications dans les censiers puisqu’ils offrent un aperçu de la seigneurie entière. D’après Neuscheler (note 14), p. 133, en 1356, des 144 cours du monastère de Bebenhausen, 57 étaient données en métayage, 52 en affermage à redevances fixes en produits et 35 en affermage à redevances fixes en argent. D’après Guttenberg (note 27), p. 15, en 1398, il existait dans la seigneurie de Plassenburg 41 cours en métayage et 32 cours en affermage à redevances fixes. Un tableau détaillé pour l’abbaye de Baumburg en 1245 se trouve dans Dollinger (note 26), p. 113. 70 % des cours étaient données en métayage, 16 % en affermage à redevances fixes en produits, et 14 % payaient les redevances fixes en argent ; pour les manses, les taux s’élèvent à 22 %, 20 %, 58 % ; pour les petites possessions (predia) 7 %, 3 %, 90 %. D’après A. Dopsch, Die landesfürstlichen Urbare Nieder-und Oberösterreichs aus ricin 13. und 14. Jahrhundert (Österrcichische Urbare 1). Wien, Leipzig, 1904, p. CIX-CX, il existait des cours des maires à redevances fixes et en métayage ainsi que des Saighöfe, dont les redevances étaient fixées chaque année. Richtering (note 30), p. 155, constate qu’à Osnabrück 25 % de plus de 50 cours et 4 % des 400 manses environ se trouvaient en métayage. Dobsch (note 79), p. 163, donne un exemple de la seigneurie du monastère de Reichersberg, lequel possédait dans un village une cour en exploitation directe et deux autres en métayage et en affermage à redevances fixes.

97 Braun (note 6), p. 106, note 20, souligne que le monastère de Michelsberg n’avait introduit le métayage que pour les cours qui se trouvaient dans ses environs. Une carte dans Weigel (note 49), dans l’annexe no°V, qui reproduit les formes d’utilisation des cours vers 1500, montre clairement que les cours en métayage se groupent autour du Stift d’Essen, tandis que les possessions plus éloignées étaient données à redevances fixes. Les comtes de Leiningen préféraient également le métayage pour une cour située dans le voisinage d’un centre administratif. Voir Zotz (note 6), p. 201.

98 Quant à la prépondérance des cours, voir note 96. Ce sont surtout les anciens centres de villication, les cours de corvée et les cours des maires, chez les Cisterciens, ce sont les granges qu’on donne en métayage. Voir Braun (note 6), p. 103-104 ; Grees (note 31), p. 204 ; Guttenberg (note 27), p. 15 ; Müller (note 26), p. 52* ; Wisblinghoff (note 78), p. 145-146 ; Klebel (note 41), p. 45 ; Neuscheler (note 14), p. 133 ; Geldner (note 26), p. 39* ; Werner Rösener, « Grundherrschaften des Hochadels in Südwestdeutschland im Spätmittelalter », dans Patze (note 2), p. 87-176, ici p. 137 ; Ludwig Holzeurtner, Das Klostergericht Tegernsee (Hist. Allas v. Bayern, Teil Altbayern Heft 54), München, 1985, p. 116 sq. : reproduction du censier de Tegernsee de 1289 qui mentionne plusieurs cours qui, à côté de la troisième gerbe, devaient les services semainiers. Le droit (Meierrecht) des maires y répondait aux besoins du métayage. Voir Werner Wittich, Die Grundherrschaft in Nordwestdeutsehland, Leipzig, 1896, p. 137 sq. ; Leopold Schlitte, « Der villicus im spätmittelalterlichen Westfalen », dans Patze (note 2). p. 343-368 ; Hans Knut Schulze, « Art. Meierreeht » dans Handwörterbutch zur deulsthen Rechtsgeschichte, vol. 3, Berlin, 1984, p. 445-447.

99 Ceci est explicitement prévu dans Mitterlrhein. UB, vol. 2, no°15, p. 398 (environ 1220), et aussi vol. 3, no°393, p. 312-313 (1230). Généralement Schaab (note 26), p. 54.

100 Ceci résulte d’un examen comparé des exemples cités dans les notes 95 et 98. Voir aussi Martin Last, « Villikationen geistlicher Grundherren in Nordwestdeutschland in der Zeit vont 12. bis zum 14. Jahrhundert (Diözesen Osnabrück, Bremen, Verden, Minden, Hildesheim) », dans Patze (note 2), p. 369-450, ici p. 439 : l’affermage à quote-part était le signe distinctif de la tenure temporaire depuis la fin du xiiie et depuis le xive siècles.

101 Dollinger (note 2), p. 131. Une position intermédiaire dans le développement existe dans l’emploi d’un villicus pour un temps limité ; par un tel lonhofman, on pouvait différer l’abandon de l’exploitation directe. Voir BRAUN (note 6), p. 100.

102 Quelquefois, il est souligné que l’exploitation directe a causé un dégât considérable. Franz (note 6), no°164, p. 430 sq. (1324). Le chapitre de Trèves donnait en métayage un vignoble de la réserve qui était presque complètement ruiné. Mittelrhein. UB. vol. 1, no°484, p. 540 (1136).

103 Voir Hartmut Gries, Winzer und Ackerbauern am oberen Mittelrhein (Rhein-Mainische Forschungen 69), Frankfurt am Main, 1969, p. 65.

104 Voir p. 127.

105 Thieme (note 13), p. 243, et Pongratz (note 83), p. 12 soulignent le lien étroit entre le défrichement et le métayage. D’autre part, c’est justement dans les régions de colonisation de l’Est que l’on appliquait l’affermage à redevances fixes (voir note 12).

106 Braun (note 6), p. 99-100 (xiie-xiiie siècles) ; Ingrid Joester, « Die Wirtschaftshöfe der Prämonstratenserstifte Steinfeld und Knechtsteden im 12.-13. Jahrhundert », dans Walter Janssen U. Dietrich Lohrmann (Ed.), Villa-Curtis-Grangia. Landwirtschaft zwischen Loire und Rhein von der Romerzeil zum Hochmittelalter (Beihefte der Francia 11), München, 1983, p. 222-241, ici p. 241 (dès 1366 ou 1352) ; Dollinger (note 26), p. 24 : développement plus ou moins terminé au début du xiiie siècle. Pour des exemples chez les Cisterciens, voir note 109 sq.

107 Voir Müller (note 26), tableau no°42, p. 170*-171* ; no°45, p. 175*. L’élargissement du terrain donné en métayage est dû en partie à des acquisitions.

108 Des indications à cet égard se trouvent chez Hoffmann (note 40), p. 719 sq., lequel cependant ne pouvait pas encore se baser sur l’excellente édition de Joseph Canivez (Ed.), Statuta Capitulorum Generalium Ordinis Cisterciensis ah anno 1116 ad annum 1786, 8 vol. (Bibliothèque de la Revue d’Histoire Ecclésiastique 9-14), Louvain, 1933-1941.

109 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428, nos 54, 58 ; p. 448, nos 64, 65 ; p. 449, no°2 ; p. 463, no°66 ; p. 481, no°68 ; p. 517, no°5 ; vol. 2, p. 31, no°10 ; vol. 3, p. 326, no°9 ; p. 327, no°1 ; p. 330, no°4.

110 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428, nos 54, 58 ; p. 448, nos 64, 65 ; p. 449, no°2 ; p. 463, no°66 ; p. 481, no°68 ; p. 517, no°5 ; vol. 2, p. 31, no°10 ; vol. 3, p. 326, no°9 ; p. 327, no°1 ; p. 330, no°4.

111 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428, nos 54, 58 ; p. 448, nos 64, 65 ; p. 449, no°2 ; p. 463, no°66 ; p. 481, no°68 ; p. 517, no°5 ; vol. 2, p. 31, no°10 ; vol. 3, p. 326, no°9 ; p. 327, no°1 ; p. 330, no°4.

112 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428, nos 54, 58 ; p. 448, nos 64, 65 ; p. 449, no°2 ; p. 463, no°66 ; p. 481, no°68 ; p. 517, no°5 ; vol. 2, p. 31, no°10 ; vol. 3, p. 326, no°9 ; p. 327, no°1 ; p. 330, no°4.

113 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428, nos 54, 58 ; p. 448, nos 64, 65 ; p. 449, no°2 ; p. 463, no°66 ; p. 481, no°68 ; p. 517, no°5 ; vol. 2, p. 31, no°10 ; vol. 3, p. 326, no°9 ; p. 327, no°1 ; p. 330, no°4.

114 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428, nos 54, 58 ; p. 448, nos 64, 65 ; p. 449, no°2 ; p. 463, no°66 ; p. 481, no°68 ; p. 517, no°5 ; vol. 2, p. 31, no°10 ; vol. 3, p. 326, no°9 ; p. 327, no°1 ; p. 330, no°4.

115 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428, nos 54, 58 ; p. 448, nos 64, 65 ; p. 449, no°2 ; p. 463, no°66 ; p. 481, no°68 ; p. 517, no°5 ; vol. 2, p. 31, no°10 ; vol. 3, p. 326, no°9 ; p. 327, no°1 ; p. 330, no°4.

116 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428, nos 54, 58 ; p. 448, nos 64, 65 ; p. 449, no°2 ; p. 463, no°66 ; p. 481, no°68 ; p. 517, no°5 ; vol. 2, p. 31, no°10 ; vol. 3, p. 326, no°9 ; p. 327, no°1 ; p. 330, no°4.

117 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428, nos 54, 58 ; p. 448, nos 64, 65 ; p. 449, no°2 ; p. 463, no°66 ; p. 481, no°68 ; p. 517, no°5 ; vol. 2, p. 31, no°10 ; vol. 3, p. 326, no°9 ; p. 327, no°1 ; p. 330, no°4.

118 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428, nos 54, 58 ; p. 448, nos 64, 65 ; p. 449, no°2 ; p. 463, no°66 ; p. 481, no°68 ; p. 517, no°5 ; vol. 2, p. 31, no°10 ; vol. 3, p. 326, no°9 ; p. 327, no°1 ; p. 330, no°4.

119 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428, nos 54, 58 ; p. 448, nos 64, 65 ; p. 449, no°2 ; p. 463, no°66 ; p. 481, no°68 ; p. 517, no°5 ; vol. 2, p. 31, no°10 ; vol. 3, p. 326, no°9 ; p. 327, no°1 ; p. 330, no°4.

120 Canivez (note 108), vol. 1, p. 19, no°26 ; p. 251, no°11 ; p. 263, no°1 ; p. 346, no°5 ; p. 427-428, nos 54, 58 ; p. 448, nos 64, 65 ; p. 449, no°2 ; p. 463, no°66 ; p. 481, no°68 ; p. 517, no°5 ; vol. 2, p. 31, no°10 ; vol. 3, p. 326, no°9 ; p. 327, no°1 ; p. 330, no°4.

121 franz (note 4), p. 42-43 ; schaab (note 26), p. 53-54 ; Wolfgang Wiessner, Das Gesamturbar des Zisterzienserklosters Ebrach vont Jahr 1340 (Verüffentl. d. Gesellschaft f. frank. Gesch. X.8), Würzburg, 1973, p. 11 ; Geldner (note 26), p. 39* ; Werner Rosener, « L’économie cistercienne de l’Allemagne occidentale (xiie-xve siècle) », dans L’économie cistercienne. Géographie-Mutation du Moyen Age aux Temps modernes (Flaran 3), Auch, 1983, p. 135-156, ici p. 153 ; Wilhelm Janssen, « Zisterziensische Wirtschaftsführung am Niederrhein : Das Kloster Kamp und seine Grangien im 12. -13. Jahrhundert », dans Janssen-Lohrmann (note 106), p. 205-221, ici p. 221.

122 Voir les exemples cités dans la note 121.

123 Voir Hans Wiswe, « Grangien niedersächsischer Zisterzienserklöster. Entstehung und Bewirtschaftung spätmittelalterlich-frühneuzeitlicher landwirtschaftlicher Großbetriebe », dans Braunschweigisches Jahrb, 34, 1953, p. 5-134, ici p. 72-73 ; Wolfgang Ribbe, « Die Wirtschaftstätigkeit der Zisterzienser : Agrarwirtschaft », dans Kaspar Elm (Ed.), Die Zisterzienser. Ordensleben zwischen Ideal und Wirklichkeit (Schriften des Rheinischen Museumsamtes 10), Bonn, 1980, p. 203-215, ici p. 204-205 ; Schaab (note 26), p. 53 ; Franz (note 4), p. 42 ; Wiessner (note 121), p. 11.

124 Il convient de constater que. par principe, ce sont des nobles, des ecclésiastiques, des bourgeois et des paysans qui apparaissent dans la fonction de métayer. Ceci est souligné par last (note 100), p. 423, qui donne des exemples pour le nord-ouest de l’Allemagne. Des chevaliers métayers dans Richard Dertsch, Die Urkunden des Stadtarchivs Mainz, vol. 1 (Beiträge z. Gesch. d. Stadt Mainz 20,1), Mainz, 1962, no°235, p. 87 (1280, vignoble en tenure héréditaire), et Struck (note 18), no°257, p. 110 (1313, vignoble en tenure héréditaire) ; des ecclésiastiques métayers dans Lamprecht (note 2), vol. 3, no°88, p. 111-112 (1309, cour, maison et vignobles à vie), et no°194, p. 228-229 (1356, terrain à 9 ans). Les personnes mentionnées se comprennent sans doute comme des métayers généraux qui employaient des salariés. Ainsi, la charte de 1309 mentionne explicitement que le métayer qui était le chapelain de Saint-Michel de Münstermaifeld, Henri, devait loger dans la maison un garçon de ferme (... et non concedam curium domumque alicui nobili, sed habebo in eisdem famulum meum et conservabo dicta bona in debita cultura). Voir aussi lamprecht (note 2), vol. I, 2, p. 981-982. Des bourgeois métayers dans Schmidt (note 18), no°2045, p. 195 (1455, vignoble en tenure héréditaire) ; franz (note 6), no°163, p. 428 sq. (1323, cours en tenure héréditaire).

125 C’est ce groupe que visent Jan A. van Houtte, « Europäische Wirtschaft und Gesellschaft von den großen Wanderungen bis zum Schwarzen Tod », dans Hermann kellenbenz (Ed.), Handbuch der europäischen Wirtschafts-und Sozialgeschichte, vol. 2, Stuttgart, 1980, p. 1-149, ici p. 114, et roscher dade (note 79), p. 264. Quelquefois, on trouve des exemples dans les contrats d’affermage. Mittelrhein. UB, vol. 1, no°484, p. 540 (1136) : le métayer est un homo eiusdem curie ; ibid., no°568, p. 627-628 (1152) : le vignoble est donné au villicus nosier ; ibid., no°652, p. 708 (1168) : la réserve est affermée duobus rusticis de familia nostra. Quant à la structure personnelle dans la seigneurie, voir Karl-Heinz Spieß, « Zur Landflucht im Mittelalter », dans Patze (note 2), p. 157-204, ici p. 164 sq.

126 Si le seigneur était content du métayer, on renouvelait facilement le bail. Voir BAUR (note 29), no°321, p. 239 du 18.1.1302. La charte contient la tenure d’une cour de l’abbaye de Seligenstadt à Hermann von Krotzenburg et à sa femme Metze pour 14 ans. Le 13 janvier 1316, la cour était cédée de nouveau à Hermann von Krotzenburg et à sa femme Jutta, sa femme Metze étant probablement morte entre temps. Quant à l’affermage à délai fixe appliqué par l’abbaye, voir Josef Koch, « Die Wirtschafts-und Rechtsverhallnis.se der Abtei. Seligenstadt im Mittelalter », dans Archiv f. hess. Gesch. N.F. 21, 1940, p. 209-312, ici p. 290 sq. Une belle cession de tenures pendant plus de 100 ans dans la même famille, moyennant la tenure à vie, se trouve dans Braun (note 6), p. 107-108. Quant au renouvellement régulier, voir Bader (note 4), p. 22. Un changement du métayer paraît avoir eu lieu dans une cour de l’abbaye de Steinfeld à Ellenz. Les baux de 1390, 1404, 1483 et 1520 nomment chaque fois un autre couple et l’un de leurs enfants comme tenanciers à vie, sans qu’on puisse. constater des liens de parenté entre les diverses familles. Le couple mentionné en 1390 avait d’ailleurs affermé à vie en 1384 la cour de l’abbaye à Ediger. Voir Joester (note 59), no°345 p. 281 ; no°354, p. 297-298 ; no°377, p. 323-324 ; no°564, p. 438-439 ; no°781, p. 565-567. La cour affermée pour la première fois en 1384 se trouve dans une situation semblable.

127 Zotz (note 6), p. 203, 205. C’était sans doute un cas semblable auquel Neuscheler (note 14), p. 153, note 382, a pensé. Le vieux Bartholomäus Fuchs n’accepta un contrat de métayage que pour échapper à une situation familiale désagréable.

128 Bader (note 4), p. 22, note 22, souligne que la tenure à délai fixe donnait au paysan « une liberté de mouvement qui ne lui déplaisait pas toujours :

129 Pour le sujet en général, voir Gero Kirchner, « Landflucht und bäuerliches Erbrecht », dans Zeitschrift f. bayer. Landesgesch., 19, 1956, p. 1-94, ici p. 10 sq., et Rösener (note 5), p. 56 sq. Pour la prorogation des tenures en métayage, voir note 95.

130 Voir p. 135.

131 Hans-Jörg Gilomen, Die Grundherrschaft des Buster Cluniazenser Priorities St. Alban im Mittelalter (Quellen und Forschungen z. Basler Gesch. 9), Basel, 1977, p. 207-208, informe sur des métayers qui n’ont pas soigné leurs métairies, ce qui a déterminé l’abbaye à leur imposer l’affermage à redevances fixes. Un autre exemple dans Wilhelm Janssen, « Die mensa episcopalis der Kölner Erzbischöfe im Spätmittelalter », dans Patze (note 2), p. 313-342, ici p. 335.

132 Thieme (note 13), p. 249-250 ; Neuscheler (note 14), p. 147 ; Zotz (note 6), p. 198.

133 Voir note 129.

134 Wolfgang von Hippel, Die Bauernbefreiung im Königreich Württemberg (Forschungen zur dt. Sozialgeschichte 1), vol. 1, Boppard, 1977, p. 128, note 269 : à la fin du Moyen Age, il y a changement de 1/2 et 1/3 à 1/3 et 1/4, pour les vignobles à 1/4 et 1/5. Neuscheler (note 14), p. 147-148 : la charge des cours est, à partir de 1350, souvent réduite de 1/2 à 1/3, pour les vignobles de 1/3 et 1/4 à 1/4 et 1/5 (p. 162). La complaisance des seigneurs pouvait se montrer aussi en d’autres aides supplémentaires ; ainsi, le chapitre de Sainte-Biaise acceptait d’effectuer grand nombre de répartitions dans les métairies pour éviter que les métayers abandonnent la cour. Voir Hartmut Hoffmann, « Das Braunschweiger Umland in der Agrarkrise des 14. Jahrhunderts », dans Deutsches Archiv f. Erforschung des Milletallers. 37, 1981, p. 162-286, ici p. 241-242.

135 Voir Wilhelm Abel, Agrarkrisen und Agrarkonjunktur, Hamburg, Berlin, 3, 1978, p. 57 sq. ; Neithard BULST, « Der Schwarze Tod. Demographische, wirtschafts-und kulturgeschichtliche Aspekte der Pestkatastrophe von 1347-1352. Bilanz der neueren Forschung », dans Saeculum, 30, 1979, p. 45-67, ici. p. 56.

136 Le calcul se base sur les dates trouvées dans Zotz (note 6), p. 201, 204, note 154a. On était convenu d’un salaire de 4 lbd pour le faucheur.

137 Wisplinghoff (note 78), p. 146-147, 164-165. La cour de Wiesdorf avait en 1337-38 des frais de récolte qui s’élevaient à presqu’un cinquième de la valeur du revenu (p. 146).

138 Ibid. p. 156.

139 Janssen (note 131), p. 335-336. La cour archiépiscopale Hoeningen rapportait en 1442-43 152 Malter de céréales et 149 Mark de revenus du bétail et de la laine, ce qui donnait en tout 569 Mark. Il y avait des frais de 380 Mark pour la semence et des salaires. Le gain des 189 Mark restant équivalait à 63 Malter de seigle. En 1444-45 cependant, cette cour rapportait 100 Malter de seigle et 100 Malter d’avoine en redevances fixes. La cour de Zwingenberg rapportait en 1401-1402 un gain de 11 Malter, en 1403 c’étaient 32 Malter, et en 1412 18 Malter, la quote-part en semences restant toujours la même : 10 Malter. Par contre, cette cour rapportait en 1462, après être affermée à redevances fixes, un gain de 48 Malter.

140 Wisplinghoff (note 78), p. 147, note 92.

141 Ainsi, on ne voit pas clairement si les taux de gains différents sont dus à des élargissements ou des diminutions de la surface des cours. Dans l’exemple de la cour de Zwingenberg mentionné par Janssen, il y a 50 ans d’espace entre le contrat de métayage et celui d’affermage à redevances fixes. L’exemple de la cour de Hoeningen a le désavantage qu’on ne connaît pas la somme dépensée pour le salaire dans l’élevage du bétail et la tonte des moutons. Combien il est difficile d’obtenir des résultats à peu près sûrs est démontré par un calcul de gain effectué par Wisplinghoff (note 31), p. 44 sq. concernant une cour du Stift Xanten donnée en métayage au tiers vers 1400.

142 L’économie de main-d’œuvre est, d’après Weigel (note 49), p. 92 et Neuscheler (note 14). p. 150, la raison pour l’adoption du système des redevances fixes.

143 Voir p. 124.

144 Le calcul se base sur les listes des possessions imprimées par Neuscheler (note 14), p. 181 sq. Pour les cours qui étaient assez grandes, on peut supposer deux contrôleurs. Neuscheler, p. 133, mentionne dans un cas isolé trois contrôleurs pour une cour ; Zotz (note 6), p. 201 mentionne 2 Windelboten pour le Bangut Haßloch. On peut donc supposer au moins 104 personnes pour les 52 cours. Le contrôle était encore plus difficile pour les champs isolés ; leur étendue totale s’élève, pour deux villages, à plus de 300 jugera. Pour chacun des 35 villages qui comprenaient des champs en métayage, on a supposé qu’un seul contrôleur parce que l’étendue des possessions varie beaucoup. Le calcul étant donc très prudent, on peut se permettre de laisser de côté les champs qui, dans la culture à trois assolements, se trouvaient en jachère. Les vignobles en métayage comprenaient au total environ 700 Morgen dans 29 villages. On avait certainement besoin d’un Windelboten pour chaque 20 Morgen, les vignobles ne permettant pas d’embrasser tout d’un coup d’œil. Si l’on suppose une vendange de 10 jours seulement, il fallait payer 1 800 jours de travail. Si le gain était partagé sur l’aire, c’est-à-dire pendant le battage, ce chiffre doit être augmenté considérablement.

145 Neuscheler (note 14), p. 133 dispose d’une audition de témoin en 1542 qui contient des dates sur la vie de trois contrôleurs. Il s’agit de trois journaliers qui travaillaient depuis 12 et 15 ans dans la cour dont ils avaient à surveiller la récolte. Neuscheler a raison de douter de ce que ces journaliers aient eu l’autorité nécessaire pour forcer le métayer à observer les droits du seigneur.

146 Aussi dans les années de mauvaises récoltes, les salaires étaient élevés. Là où il fallait payer des contrôleurs, les salaires étaient plus élevés pendant une mauvaise récolte que pendant d’autres années parce que les deux côtés renforçaient leurs efforts pour obtenir des avantages.

147 Weigel (note 49), p. 92 : depuis le début du xve siècle. Braun (note 6), p. 104-105 : pendant le xve siècle ; il cite les années exacts pour 10 cours. OTT (note 54), p. 16 : changement graduel ; premiers signes au xive siècle. Neuscheler (note 14), p. 147 : de 57 métairies de l’année 1356, ne subsistent en 1527 que 18 ; ce développement est dû au changement commencé en 1414. Pour les champs isolés, ce changement est déjà visible entre 1356 et 1390 ; jusqu’en 1527, il n’y a presque plus que des redevances fixes. Geldner (note 26), p. 39* : les redevances fixes introduites vers 1400. Weiss (note 26), p. 460 : le changement commence à la fin du xive siècle, il est presque complètement terminé au milieu du xve siècle. Schaab (note 26), p. 66 : vers 1500, des redevances fixes. Zotz (note 6), p. 226 : le métayage à la moitié existe ça et là jusqu’au xvie siècle. D’après AUBIN (note 31), p. 129, le règlement des domaines de Clève de 1431 prescrivait l’affermage à redevances fixes comme but à atteindre. Janssen (note 131), p. 335-336, par contre, a trouvé dans les instructions pour les fonctionnaires de l’archevêque de Cologne, rédigées au milieu du xve siècle, une recommandation du métayage. Janssen présume que, tout en sachant que le métayage rapportait peu en céréaliculture, on voulait le conserver parce qu’on attribuait une importance grandissante à l’élevage du bétail dans les cours. Cette supposition est soutenue par le texte de l’instruction mentionnée, qui exige qu’on mette des métayers, des cochons, des moutons et des bovins dans les cours ; ce qui range d’ailleurs le métayer à côté du bétail. HStA Düsseldorf HSL V2, p. 76 ; semblable p. 93. Si l’on date le changement en faveur des redevances fixes à la période entre la fin du xive siècle et la fin du xvie siècle, on ne peut, de toute façon, embrasser que la tendance générale. LAST (note 100), p. 423, donne des exemples pour le rachat de quote-parts en métayage par un cens en argent, lesquelles se situent au tournant du xiie au xiiie siècle, de même qu’on rencontre le métayage au Wurtemberg jusque dans le xixe siècle. Voir Hippel (note 134), p. 128. La surface cultivée de cette manière au Wurtemberg ne comprenait, en 1895, que 752 hectares. Voir Theodor Knapp, « Die Grundherrschaft im südwestlichen Deutschland vom Ausgang des Mittelalters bis zur Bauernbefreiung des 19. Jahrhunderts », dans Idem, Gesammelte Beiträge zur Rechts-und Wirtschqftsgeschichte, Tübingen, 1902, Réimpr. Aalen, 1964, p. 389-448, ici p. 405. Le métayage se conservait surtout là où la perception de la quote-part ne causait pas des problèmes.

148 Voir note 23 et 134. Comparer la liste de Neuscheler (note 14), p. 148, qui contient toute une série de métairies à la moitié, transformées après 1350 en métairies au tiers.

149 Ibid., p. 147 et Willi Alfred Boelcke, « Bäuerlicher Wohlstand in Württemberg Ende des 16. Jahrhunderts », dans Jahrbücher für Nationalökonomie u. Statistik, 176, 1964, p. 266-267, qui voit dans la transformation du métayage à la moitié en métayage au tiers et du métayage au tiers à la redevance fixe « deux diminutions du cens considérables », ce qui est une vue trop étroite. Toujours est-il que le métayer devait porter le poids de plus de travail et d’un coût augmenté pour la semence.

150 Neuscheler (note 14), p. 126 ; Aubin (note 31), p. 129 ; Krämer-Spieß (note 14), no°39, p. 176-177, no°40, p. 178 sq. ; Loersch (note 47), no°45 sq, p. 135 sq. ; Gries (note 103), p. 64-65.

151 Roscher-Dade (note 79), p. 268-269. Jenny (note 3), p. 171-172, convainc s’il déclare que ces taux sont bien trop hauts, les chiffres comprenant aussi des salaires effectués en produits.

152 Voir August Skalweit, Das Pachtproblem (Bonner Agrarpolit. Unters. 1), Bonn, Leipzig, 1922, p. 42, 64 sq.

153 Ibid., p. 40 sq.

154 Voir Rösener (note 5), p. 58.

155 Voir Friedrich-Wilhelm Henning, Landwirtschaft und ländliche Gesellschaft in Deutschland, vol. 1 : 800-1750, Paderborn, München, Wien, Zürich, 1979, p. 45.

156 Lamprecht (note 2), vol. 2, p. 188 sq. ; Richtering (note 30), p. 135 ; Wilhelm Abel, Die Wüstungen des ausgehenden Mittelalters (Queilen u. Forschungen zur Agrargesch. 1), Stuttgart3, 1978, p. 125 sq. ; Id., Strukturen und Krisen der spätmittelalterlichen Wirtschaft (Quellen u. Forschungen zur Agrargesch. 32), Stuttgart, New York, 1980, p. 20-21 ; Werner Rösener, « Zur sozialökonomischen Lage der bauerlichen Bevölkerung im Spätmittelalter », dans Bäuerliche Sachkultur des Späitmittelalters (Veröffentl. des Instituts für mittelalterl. Realienkunde Osterreichs 7), Wien, 1984, p. 9-48, ici p. 26-27.

157 Wisplinghoff (note 78), p. 151 sq.

158 Huppertz (note 34), p. 103.

Notes de fin

1 Je remercie Mme Hildegard Ernst et M. Martin Schoebel pour la traduction.

© Presses universitaires du Midi, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search