Version classiqueVersion mobile

Les revenus de la terre

 | 
Charles Higounet

Rapports

Pourquoi il y avait si peu de redevances à part de fruits en Angleterre médiévale

Rodney H. Hilton

Texte intégral

1Dans le cadre général des redevances payées aux seigneurs par leurs tenanciers, il est assurément aussi important de considérer le cas où il y avait peu de redevances à part de fruits (ad campipartem), comme en Angleterre, que celui où ces redevances se sont très répandues, comme en France et ailleurs en Europe.

2En Angleterre, comme partout en Europe occidentale au Moyen Age, les redevances demandées étaient ou en nature, ou en travail (corvée), ou en argent. On espère montrer dans ce rapport qu’on peut comprendre les choix qu’ont fait les seigneurs en considérant seulement les avantages à telle époque et dans telles circonstances auxquels ils ont dû faire face. Je m’excuse donc si ce rapport ressemble un peu trop à une histoire agraire assez banale, mais pas du tout complète, de l’Angleterre médiévale, et si, étant donné le fait qu’il y avait, en effet, très peu de redevances à part de fruits, il est un peu bref.

  • 1 F.M. Stenton, Anglo-Saxon England, Oxford, 1947, p. 275-276.

3Dans l’Angleterre anglo-saxonne, et même à l’époque du Bas-Empire, il paraît que la plupart des redevances ont été rendues en nature, sous le nom de feorm (firma)1. La feorm, exigée d’abord plus d’un groupe de paysans que d’individus, était, en effet, plus analogue à un tribut qu’à une redevance. On la trouve payée aux rois ambulants pour les maintenir avec leur maisonnée en voyage, sous la forme d’une redevance qui s’appelle quelquefois firma unius noctis, indiquant bien la mobilité de ceux qui ont reçu ce tribut. Les nobles laïques et surtout les institutions ecclésiastiques ont aussi reçu ce genre de tribut, souvent donné par les rois aux monastères qui se sont beaucoup enrichis, surtout au xe siècle. Les feorms sont souvent décrites dans les lois et les chartes anglo-saxonnes. Ce sont surtout des vivres pour les hommes, les femmes et les chevaux des suites royales ou nobles, ou pour les moines ou moniales. Normalement, il y avait de la cervoise, du miel, du pain, du beurre, du fromage, des bœufs, de la volaille, du poisson et du fourrage. Mais ces vivres étaient toujours rendus en quantités fixes (tant de tonneaux de cervoise, tant de fromage, etc.), jamais par proportion de produits.

  • 2 H.P.R. Finberg éd., The Agrarian History of England and Wales, A. D. 43-1042, I. 11, Cambridge, 19 (...)
  • 3 D.C. Douglas and G.W. Greenaway ed., English Historical Documents 1042-1189, London, 1953.
  • 4 Stenton, op. cit., p. 476.
  • 5 R.V. Lennard, Rural England 1086-1135, Oxford, 1959, cap. V-VI1.

4A la fin du ixe siècle, avec le développement du système domanial, nous trouvons une diversification des redevances, exprimées en corvées et même en argent, quoique les redevances en nature restaient toujours importantes. On aperçoit cette diversité dans la charte célèbre de Hurstbourne Priors (c. 900)2. Le texte du commencement du xie siècle, les Rectitudines Singularum Personarum3, montre même mieux le développement des corvées. Mais il paraît bien aussi que, quoique les redevances en nature continuent, il y avait déjà une commutation en argent des feorms en nature4. Le Domesday Book de 1086 (qui reflète aussi les conditions d’avant 1066) est assez décevant quant aux détails des redevances payées par les paysans, tandis qu’il y a des exemples des redevances payées par les fermiers de manoirs entiers. Ceux qui ont fait les enquêtes se sont intéressés surtout à la valeur des manoirs, exprimée en argent. Mais quand il y avait des descriptions des redevances en nature, il paraît qu’elles étaient fixes, comme c’est aussi le cas dans les censiers du xiie siècle.5

  • 6 Rotuli Hundredorum, Record Commission, 1812-1818. Leur contenu est très bien analysé par E.A. Kosm (...)

5Après le xie siècle, nous avons une documentation des grandes propriétés et laïques et (surtout) ecclésiastiques qui nous permet de calculer le mouvement des redevances. Les structures seigneuriales, laïques et ecclésiastiques (surtout monastiques) étaient assez analogues. En conséquence, les chiffres que nous pouvons citer sont tout à fait comparables, tirés des censiers, des coutumiers, des rouleaux de cours et des comptes des manoirs individuels ou de toute la propriété domaniale. Ce qui nous manque, ce sont des chiffres analogues pour les moyennes et petites propriétés. Il y a, cependant, quelques sources pour indiquer les taux de redevances de celles-ci, surtout les Rotuli Hundredorum de 1279-806. Ces Rotuli contiennent des descriptions très détaillées des habitants et tenanciers de villages et de manoirs de six comtés typiques du centre-est de l’Angleterre, et même des sous-tenanciers. Les réserves des seigneurs sont décrites, les noms des tenanciers, la grandeur de leurs tenures, de leurs redevances, etc. En plus, il y a d’autres sources des modestes propriétés, quoique bien plus éparses que celles des grands domaines.

  • 7 E. Miller and J. Hatcher, Medieval England : Rural Society and Economic Change, 1086-1348, London, (...)
  • 8 R.H. Du Boulay, The Lordship of Canterbury, London, 1966, p. 176-181 ; R.A.L. Smith, Canterbury Ca (...)

6Ce qui frappe surtout, c’est une grande augmentation des redevances entre 1100 et 1300. Cette augmentation est due, certes, à la multiplication des tenures, en partie à cause de défrichements, en partie à cause de quelque fragmentation des tenures paysannes — la conséquence d’une haute augmentation de la population, multipliée entre deux et trois fois pendant ces deux siècles7. Mais l’augmentation totale des revenus seigneuriaux résulte aussi de l’augmentation des redevances de chaque tenure, que ça soit en argent, en corvées ou (moins souvent) en nature, une augmentation liée, on va le voir, à l’importance de la condition servile de la majorité des paysans. On a pu calculer la hausse des revenus des redevances de plusieurs grandes propriétés dont je vais citer quelques-unes, typiques de leur région. Au sud-est, les redevances de l’archevêché et du prieuré de la cathédrale de Cantorbéry sont multipliées quatre à cinq fois entre 1100 et 1300 ; celles de l’évêque de Worcester, au centre, cinq fois aussi pendant les deux siècles ; celles de l’évêché d’Ely, en Est-Anglie, trois fois entre 1200-13008.

7Pendant cette époque, donc, il y avait une augmentation des redevances bien plus forte que la hausse de la population. Nous savons bien ce qui était le fardeau des obligations des paysans, libres et vilains serfs, grâce à la documentation mentionnée en haut. On trouve déjà, au commencement du xiie siècle, assez de censiers et de coutumiers, qui se multiplient pendant le xiiie siècle et qui sont renforcés par d’autres sources, surtout des rouleaux des cours de manoirs et des comptabilités. Dans les censiers, évidemment, on trouve des listes de tenanciers, de leurs tenures et de leurs redevances ; dans les coutumiers, il y a des descriptions des obligations collectives des gens du manoir ; dans les rouleaux des cours, on trouve l’enregistrement de locations de terrains, du seigneur au tenancier, mais aussi entre tenanciers ; dans les comptes qui sont rendus chaque année par les percepteurs et les prévôts au seigneur, on trouve la somme totale des redevances payées — et aussi une liste des redevances non payées. Le poids principal des redevances était en corvées et en argent, avec quelque alternance entre les deux. Car, selon les besoins de la réserve d’année en année, les corvées — ou quelques-unes d’entre elles — ont pu être commuées en argent. Et les commutations temporaires ont pu devenir permanentes. Il y avait naturellement des différences importantes entre les redevances payées par les libres et les non-libres (les vilains). Ceux-là ont payé, la plus grande partie ou tous, leurs redevances en argent ; quelquefois, c’était un petit cens ; d’autres redevances en argent payées par des libres pourraient être en fermage et donc assez lourdes. Il faut mentionner ici qu’en Angleterre, les cens payés pour les défrichements (assarts) étaient en argent. On trouve à peine ce phénomène européen de redevances en champart pour les défrichements. Pour la plupart, c’étaient les non-libres qui ont dû rendre les corvées. Mais surtout, vers la fin du xiiie siècle, quand les salaires des manouvriers étaient très bas, on a commué les corvées en argent pour pouvoir employer une main-d’œuvre salariée aux réserves. Cette prépondérance de redevances en corvées/argent se trouve dans les grandes, les moyennes et les petites propriétés.

  • 9 R.H. Hilton, A Medieval Society : the West Midlands at the End of the Thirteenth Century, Cambridg (...)

8Il y avait, certes, des redevances en nature. Mais celles-ci ont été surtout des obligations traditionnelles qui ont survécu depuis l’époque anglo-saxonne, quoiqu’elles ne soient pas uniques pour l’Angleterre. On trouve des redevances en œufs et de volailles à Pâques et à Noël (comme en Gascogne...). On peut en citer beaucoup d’exemples. Je sélectionne quelques-uns pour indiquer leurs divers lieux d’origine. On trouve, par exemple, que les paysans de Minchinhampton (Gloucestershire), manoir du couvent de la Sainte-Trinité de Caen, ont dû rendre des volailles ; obligation trouvée aussi pour les paysans de la cathédrale de Norwich (Norfolk). De paysans de ses propriétés des Midlands, l’abbaye de Bec Helouin a reçu des cochons au lieu du pannage que les paysans auraient dû payer pour faire paître leurs cochons. Un petit propriétaire qui nous a laissé son Estate Book du commencement du xive siècle, Henry de Bray (Northamptonshire) a reçu de ses paysans des volailles et du poivre. De ses tenanciers aux manoirs en Oxfordshire et Surrey, Merton College de l’Universite d’Oxford a reçu des redevances fixes en froment, orge et avoine9. En effet, quand il y avait des redevances en nature, elles étaient, pour la plupart, traditionnelles et fixes.

  • 10 Kosminsky, op. cit., p. 100 ; M.M. Postan, The Medieval Economy and Society, London, 1972, p. 96-9 (...)
  • 11 M.M. Postan and E.E. Rich ed., The Cambridge Economic History of Europe, 11 Cambridge, 1952, p. 16 (...)

9Un caractère très important des structures agraires de l’Angleterre médiévale était la continuité des réserves domaniales depuis le xe siècle ou plus tôt. A la fin du xiiie siècle, la proportion des terrains de la réserve, aux terrains tous ensemble du manoir, a varié entre 25 % et 40 %. Il se peut qu’il y ait eu une diminution, difficile à mesurer, au xiie siècle10. La grande augmentation de la surface cultivée aux réserves, au xiiie siècle, était encouragée sans doute par la hausse des prix agricoles. On a calculé qu’entre 1160 et 1320, le prix du froment s’est multiplié 3,7 fois ; et la plus grande hausse a été entre 1160 et 1220, 2,3 fois. Cette dernière est précisément la période d’élan de l’économie de la réserve11.

  • 12 E. Miller, « The Twelfth and Thirteenth Centuries : an Economie Contrast ? », Econommic History Re (...)
  • 13 Les sénéchaux aux grands domaines étaient d’habitude de la petite noblesse, quelquefois experts à (...)
  • 14 D. Oschinsky ed., Walter of Henley and other Treatises on Estate Management and Accounting, Oxford (...)

10La gestion de la réserve a beaucoup changé entre le xiie et le xve siècle. Au xiie, pour la plupart, les réserves ont été louées en bloc à un fermier pour un terme de quelques années et sous redevance fixe12. Du commencement du xiiie siècle jusqu’à mi-xive, la gestion a changé surtout dans les manoirs proches des marchés ou de l’institution possédante. A cette époque, il y avait une gestion directe. Le seigneur a employé des baillis (bailiffs) ou des prévôts paysans (reeves) dont les responsabilités étaient surtout financières et administratives, et des sénéchaux (stewards) qui présidaient à la gestion générale mais surtout aux tribunaux seigneuriaux13. Il est significatif que c’était l’époque précisément de ces ouvrages écrits pour conseiller aux seigneurs une gestion compétente de leur propriété — le Husbandry de Walter de Henley, les Reules de l’évêque de Lincoln pour la comtesse de Lincoln et d’autres ouvrages anonymes14. Il vaut la peine de remarquer en passant que ces ouvrages s’occupent exclusivement de la gestion des réserves ; ils ne s’occupent pas du tout des tenanciers, sauf quand il s’agit de corvées sur la réserve. Enfin, et surtout à partir d’environ 1370, il y avait encore une fois la location des réserves aux fermiers.

  • 15 J.A. Raftis, The Estates of Ramsey Abbey, Toronto, 1957, p. 84 sq. ; Miller, op. cit. (Ely), p. 38 (...)
  • 16 W. Hale Hale ed., The Domesday of St. Paul’s, Camden Society, London, 1858, p. XLVIII.

11La location des réserves aux fermiers nous intéresse naturellement à cause des redevances à part de fruits. Tôt et tard, nous trouvons des contrats de location, souvent pour redevances en nature. Ce sont surtout les institutions ecclésiastiques qui ont trouvé convenable pour leur ravitaillement de recevoir de telles redevances, par exemple l’abbaye bénédictine de Ramsey (Huntingdonshire) ; le prieuré de la cathédrale d’Ely (Cambridgeshire) ; le prieuré de la cathédrale de Cantorbéry15. Un exemple très intéressant est celui des propriétés de la cathédrale de Saint-Paul à Londres. A la cathédrale, il y avait des chanoines et d’autres personnes, comme les scriptores et les bibliothécaires, au total 46 personnes au milieu du xiiie siècle. Dans les comtés environnant Londres, la cathédrale a possédé treize réserves, d’où elle a reçu des redevances fixes et en nature : par an, 720 quartiers de froment ; 720 quartiers d’avoine ; 135 quartiers d’orge (le quartier = 2,9 hl). La valeur en argent aux prix de 1250 était de 277 livres. En même temps, les redevances en argent de leurs tenanciers n’étaient que de 113 livres.16

  • 17 Annales Wigornie, in Annales Monastic !, IV, ed. H.R. Luard, London, 1849, p. 423 ; Hilton, op. ci (...)

12Du nord au sud de l’Angleterre, pour la plupart, les redevances des réserves en nature étaient fixes. Quand même, il y avait quelques rares exemples de locations de réserve en champart. De temps en temps, on les trouve dans les manoirs du prieuré bénédictin de la cathédrale de Worcester. En 1230, par exemple, la réserve du manoir de Pensax a été louée pour la troisième gerbe ; à Wolverley, au commencement du xive siècle, on a loué les terrains engraissés pour la deuxième gerbe et les terrains non engraissés pour la troisième gerbe. La veuve d’un propriétaire modeste du Warwickshire, en 1249, a loué la réserve à un prieuré de la région pour la troisième gerbe. Et il y a d’autres cas, sans détails, de locations de réserves des propriétés de l’abbaye de Westminster et du duché de Lancastre au commencement du xive siècle, tous à champart17.

  • 18 Comptes d’Elmley Castle, Worcester County Record Office, 899 : 95 ; Coventry Priory Cartulary, Pub (...)

13Ces très rares exemples, tirés de l’époque de la gestion directe des réserves, sont presque uniques. Mais il y a d’autres — très rares aussi — de cette époque, plus tard, quand la location des réserves aux fermiers s’est généralisée. Ce qui intéresse, c’est que nous trouvons que, en général, on loue à un seul tenancier/fermier ; de temps en temps, on loue aussi à tous les tenanciers du manoir. Par exemple, le comte Guy de Warwick a loué, en 1380, sa réserve du manoir héréditaire des Beauchamps d’Elmley Castle (Worcestershire) à tous les tenanciers pour la deuxième gerbe. Il y a un groupe de onze locations de réserve du prieuré de la cathédrale de Coventry (Warwickshire) en 1411. Dix d’entre elles ont été louées à un seul fermier ou en argent ou en nature, fixe. Mais la onzième location a été à tous les tenanciers du manoir pour la troisième gerbe. Pendant le xve siècle, de plus en plus, les locations ont été en argent18.

  • 19 Ce marché est décrit dans beaucoup de monographies mais, plus récemment, P.D.A. Harvey ed., The Pe (...)
  • 20 R.H. Hilton, « Reasons for Inequality among Medieval Peasants », Class Conflict and the Crisis of (...)

14La location en champart de ces réserves à tous les tenanciers a un intérêt spécial quant au problème de redevances à part de fruits, ou plutôt de ce qui paraît en être un manque en Angleterre médiévale. Jusqu’à ce moment, nous avons considéré seulement les redevances payées par les tenanciers, pour la plupart de la classe paysanne, ou par les fermiers de réserve, aux propriétaires des grands domaines. Mais il y avait aussi un marché de terrains entre paysans19. Les évidences de ce phénomène assez bien connu sont les chartes pour les tenures libres et les enregistrements des cours de manoir pour les tenures coutumières (c’est-à-dire des vilains). Ce marché a été interprété par des historiens de divers points de vue, mais on peut en discerner deux des plus importantes — et qui ne sont pas, en effet, exclusifs. On pourrait dire d’abord que le marché des terrains suit naturellement le développement de la production de commodités agricoles pour les marchés et qui mène vers une différenciation sociale entre les riches paysans et les pauvres. Mais on peut aussi expliquer le marché de terrains comme moyen de rajustement de la grandeur des tenures selon le chiffre changeant des membres de la famille paysanne20.

  • 21 G.C. Homans, English Villagers of the Thirteenth Century, New York, 1941, 1960, p. 202 ; Harvey, o (...)

15Quelles que soient les causes de ces locations entre paysans, nous apercevons dans nos sources des ventes fréquentes de lopins de terre et même, peut-être, plus fréquentes, des locations à courts termes, souvent exprimées comme trois ou quatre récoltes. Ces locations pourraient bien être légales du point de vue du seigneur, mais en ce cas les parties à la location devraient payer une somme, analogue aux lods et ventes en France. Pour cette raison, les locations étaient souvent cachées et donc illégales. Nous connaissons leur existence parce que les amendes pour ce délit sont enregistrées. Et sans doute beaucoup de locations illégales n’étaient pas aperçues par les officiers du manoir. Quand ces locations sont enregistrées, la quantité de terre louée et l’étendue de la terme sont indiquée, mais très rarement la redevance. G. C. Homans, qui a bien exploité plusieurs rouleaux de cours de manoir, a cité une location en 1272 entre paysans à Methwold (Norfolk), d’un demi-acre pour trois années ad campipartem — et sans mentionner plus de détails (par exemple, la proportion de la récolte). C’est le seul exemple que cite Homans, mais il nous dit que c’était « normal ». 13. Harvey, dans son étude minutieuse des domaines de l’abbaye de Westminster, a trouvé un cas de location à champart entre tenanciers dans chacun de trois manoirs de l’abbaye en Oxfordshire et Worcestershire. Selon B. Harvey, ces accords n’étaient en général pas écrits mais oraux dans les manoirs de Westminster et, pour cette raison, les conditions de location sont rarement mentionnées. Tout de même, elle aussi nous dit que les locations à champart entre paysans étaient normales21.

  • 22 11 serait trop lourd de les citer tous, mais pour indiquer l’étendue géographique, disons qu’ils v (...)

16Après un examen de quelques dizaines de rouleaux et d’autres témoignages de manoirs au nord, à l’ouest, à l’est et au sud de l’Angleterre, j’ai pu trouver très peu d’exemples de locations à champart entre paysans, malgré l’évidence considérable du marché en lopins de terre22. Est-ce que l’on doit donc nier l’hypothèse et de Homans et de Harvey, que les locations de ce genre étaient normales ? Pas du tout, parce qu’il y avait très peu d’enregistrement des détails de la redevance payée d’un paysan à l’autre. Evidemment, ces détails ne touchaient pas les intérêts seigneuriaux. La normalité de champart entre paysans est donc tout à fait possible, mais l’« évidence », il paraît, n’existe pas.

17Comme nous l’avons déjà dit, il apparaît que les seigneurs de tous rangs se sont très peu intéressés aux redevances à part de fruits. Il y avait plutôt une forte préférence pour les redevances en argent ou en corvées commuables. Et, quand il y avait des redevances en nature, elles étaient fixes. Il faut maintenant essayer une explication de ce manque d’intérêt des seigneurs pour le champart. Pour cette explication, il faut considérer l’arrière fonds essentiel de l’économie et de la société.

  • 23 R.H. Hilton, « Medieval Market Towns and Simple Commodity Produetion », Past and Present, no°109, (...)
  • 24 G.L. Harriss, King, Parliament and Public Finance in Medieval England to 1369, Oxford, 1975 ; J.R.(...)
  • 25 J.R. Maddicott, « Law and Lordship : Royal Justice as Retainers in the Fourteenth and Fifteenth Ce (...)

18Pour pouvoir demander des redevances en argent, il fallait qu’il y ait une production agricole pour le marché assez étendue23. On ne prétend pas qu’une grande partie de la production paysanne ne se soit pas consommée sur place, mais il est évident que, même au xiie siècle (sinon plus tôt), les paysans ont dû vendre un surplus signifiant, et pour satisfaire leurs propres besoins (sel, fabrications de l’artisanat) et pour les redevances, les impôts et les amendes aux cours de manoir. Les impôts, surtout, sont devenus très lourds vers la fin du xiiie siècle24. Mais cette production simple pour le marché n’est pas unique à l’Angleterre. Peut-être plus importante a été la puissance des seigneurs anglais envers leurs tenanciers, une puissance soutenue par un état monarchique assez fort. Les seigneurs en Angleterre n’ont pas possédé la haute justice, sauf aux frontières écossaises et galloises. Mais, dans les manoirs, ils ont possédé une justice vis-à-vis de leurs tenanciers qui était en combinaison domaniale et banale. La haute justice était le monopole des cours royales, dont les assises se tenaient souvent aux chefs-lieux de comtés et où il était notoire que les juges et les jurés se permettaient d’être fortement influencés par les seigneurs de la région. On a même pu montrer que beaucoup de juges ont été sous le patronnage des grands nobles. Et à part la puissance juridictionnelle des seigneurs, ils ont pu toujours compter sur l’appui des sheriffs du comté (eux-mêmes de la classe seigneuriale) — officiers principaux du roi — pour pourchasser les serfs en fuite25.

  • 26 Les chiffres sont calculés par Kosminsky, op. cit., cap. IV. Ils dérivent des Rotuli Hundredorum ( (...)

19Il faut insister aussi qu’à la fin du xiiie siècle, 60 % des tenanciers des manoirs n’étaient pas libres, car le vilainage anglais était servile. Les vilains n’ont pas pu avoir recours à la loi au dehors du tribunal manorial. En plus, 50 % des tenanciers libres étaient des manouvriers, possédant moins de 2 ha, très faibles donc en face des pressions seigneuriales26. En effet, les seigneurs ont pu exercer une maîtrise assez dure vis-à-vis de leurs tenanciers, ce qui leur a permis de choisir le genre de redevance qui leur était convenable. Mais il faut aussi insister sur le fait que, quel que soit leur intérêt à la gestion profitable de leurs réserves, ils ont montré très peu d’intérêt aux techniques agricoles des terrains paysans — un intérêt que certainement ils auraient dû avoir s’ils devaient recevoir des redevances à part de fruits.

20L’importance des réserves dans l’économie seigneuriale peut bien expliquer le poids des corvées mais aussi, en partie, l’indifférence des seigneurs aux redevances en nature, ou fixes ou à part de fruits. Ils ont reçu pour leurs maisonnées, au cas des laïques et des évêques, ou pour la communauté, au cas des monastères, assez de grains et de bétail. En plus, ils ont souvent vendu beaucoup de leurs produits. Le but, naturellement, était de faire un profit monétaire, ce qu’ils ont souvent fait en manipulant la fluctuation des prix. Par exemple, ils achetaient les grains au marché après la moisson, quand les prix étaient déprimés, et vendaient avant la moisson, quand les prix étaient élevés. Et, comme nous l’avons vu, les prix des grains entre 1160 et 1420 se sont multipliés 3,7 fois. Tout de même, en passant, on peut remarquer que, quelle que soit l’orientation commerciale des réserves, le fait que les seigneurs ont reçu beaucoup de redevances en argent a mis sur les épaules de la paysannerie le fardeau de commercialiser les produits agricoles. Et puisque la plupart des marchés étaient possédés par les seigneurs, ceux-ci ont reçu, en outre, le profit des droits de marché.

  • 27 D. Knowles, The Religious Orders in England, II, Cambridge, 1955, p. 291.
  • 28 Les chiffres calculés du Valor Ecclesiasticus de 1535 se trouvent dans A. Savine, « English Monast (...)
  • 29 R.A.L. Smith, The Estates of Pershore Abbey (thèse non publiée, Univ. of London, 1939), p. 236-242 (...)

21On a remarqué, plus haut, le manque d’intérêt des seigneurs anglais à l’égard des détails de l’économie paysanne. Cette indifférence va plus loin. Malgré leur grande puissance, ont-ils été très susceptibles à la tricherie paysanne ? Considérons cette autre redevance à part de fruits qu’est la dîme ecclésiastique. Pour beaucoup de monastères, un élément très important de leurs revenus — comme en France — était la dîme paroissiale. A la fin du Moyen Age, plus qu’un tiers (37 %) des paroisses ont été appropriées par les institutions ecclésiastiques — surtout monastiques — avec le consentement des papes27. Le monastère est devenu comme curé collectif, recevant grandes dîmes (surtout les grains), tandis que le vicaire ne percevait que les petites dîmes (foin, etc.). A la fin du Moyen Age, la proportion des revenus spirituels a pu être 44 % (prieuré de la cathédrale de Norwich), souvent près d’un quart, par exemple à Evesham et Saint-Pierre-de-Gloucester, et 12 % à Ramsey28. En général, les propriétaires de dîmes ont essayé d’éviter la perception sur place par leurs officiers. Ils les ont vendues aux marchands locaux, comme ont fait l’abbaye de Pershore et la cathédrale de Worcester. L’abbaye de Ramsey a commué ses dîmes en lopins de terre aux villages dans ses paroisses appropriées29. Vers la fin du xive siècle, les dîmes, comme les réserves, ont été louées à des fermiers.

22Il reste à suggérer que, si vraiment les locations de lopins de terre entre paysans ont été normalement à champart, c’est peut-être parce que l’écart que nous avons mentionné n’existait pas entre les paysans loueurs et locataires. Les loueurs ont bien pu savoir ce qui s’est passé aux terrains loués.

  • 30 M. Prestwich, War, Politics and Finance under Edward I, London, 1972. Naturellement, en temps de g (...)

23Les grands propriétaires nobles de l’Angleterre médiévale, les rois inclus, ont eu toujours besoin de l’argent, comme ceux de France, voire de tout le monde féodal européen. La guerre, qui est tellement entrée dans leur manière de vivre, est devenue de plus en plus chère, malgré les profits du pillage. C’est le cas surtout à partir du xiiie siècle ; d’abord avec la hausse des prix de l’équipement militaire et puis avec les invasions du Pays de Galles, de l’Ecosse et de la France par les rois Plantagenêts. Les impôts (payés plutôt par la masse de la population que par les nobles), la participation des nobles aux campagnes de leurs rois ont nécessité non seulement des frais d’équipement et de transport, mais aussi des salaires en argent et des chevaliers et des fantassins de leurs suites30. Avec les frais de la guerre, on doit aussi mettre l’accent sur ceux de la vie fastueuse qu’ils ont menée avec leurs gens — une nécessité politique de la féodalité. Cette vie fastueuse a dû être maintenue en achetant les objets de luxe du commerce international — les tissus, les épices, le vin. On comprend bien, donc, que les seigneurs propriétaires en Angleterre ont choisi les moyens les plus directs de l’appropriation de l’argent — c’est-à-dire les redevances.

24Nous avons démontré que la classe seigneuriale en Angleterre a possédé une puissance sociale et juridictionnelle considérable. Les structures économiques de la paysannerie étaient telles qu’ils n’ont pas voulu s’engager dans le détail de la culture des tenures. Mais les seigneurs ont choisi le genre de redevance le plus convenable à leur époque, et aussi ils ont fait monter le niveau des redevances, afin qu’elles ne perdent pas leur valeur à la suite à la hausse générale des prix. On sait bien que la hausse des prix ne peut pas s’expliquer seulement par les conditions monétaires, mais ces conditions ont été, sans doute, importantes au Moyen Age. De plus, le choix de redevances à part de fruits a été quelquefois expliqué comme résultat de la dévaluation monétaire à une époque où il y avait des difficultés à faire hausser les cens. Ces conditions monétaires doivent donc entrer dans l’explication de l’importance des redevances en argent en Angleterre.

  • 31 M. Prestwich, « Edward I’s Monetary Policies and their Consequences », Economic History Review, 2n (...)
  • 32 C. Cipolla, « Currency Depreciation in Medieval Europe », Economic History Review, 2nd Series, XV, (...)

25En discutant les monnayages à la fin du xiiie siècle en France et en Angleterre, Michael Prestwich a fait la comparaison entre la politique monétaire de Philippe IV et celle d’Edouard Ier31. Entre 1295 et 1303, le poids d’argent contenu dans le sous tournois a été coupé par la moitié. En Angleterre, il y avait deux monnayages, en 1279 et en 1303, sans aucune dévaluation de la monnaie sterling. Prestwich a conclu — et c’est cette question qui nous concerne — « que les seigneurs anglais n’ont pas eu à s’inquiéter que leurs redevances en argent seraient payées en pièces dévaluées ». Mais il discute seulement la situation à la fin du xiiie siècle. Est-ce qu’on peut présenter des chiffres à long terme ? En effet, Carlo Cipolla a fait une comparaison entre le contenu d’argent aux monnaies de l’Angleterre, de la France et de Milan entre 800 et 150032 :

26On ne prétend pas, certes, qu’une explication monétaire du manque de redevances à part de fruits soit du tout complète. On aurait dû expliquer en plus pourquoi la monnaie sterling avait pu retenir ce haut niveau. Mais enfin, n’est-ce pas cette combinaison d’une monnaie forte, une forte seigneurie et un système domanial à grandes réserves qui a persuadé les seigneurs anglais à faire le choix de redevances en argent ?

Notes

1 F.M. Stenton, Anglo-Saxon England, Oxford, 1947, p. 275-276.

2 H.P.R. Finberg éd., The Agrarian History of England and Wales, A. D. 43-1042, I. 11, Cambridge, 1972, p. 453.

3 D.C. Douglas and G.W. Greenaway ed., English Historical Documents 1042-1189, London, 1953.

4 Stenton, op. cit., p. 476.

5 R.V. Lennard, Rural England 1086-1135, Oxford, 1959, cap. V-VI1.

6 Rotuli Hundredorum, Record Commission, 1812-1818. Leur contenu est très bien analysé par E.A. Kosminsky, Studies in the Agrarian History of England in the Thirteenth Century, Oxford, 1956. Ceux du sixième comté (Warwickshire) ne sont pas publiés.

7 E. Miller and J. Hatcher, Medieval England : Rural Society and Economic Change, 1086-1348, London, 1978, p. 28-33 ; R. Fossier, Le Moyen Age, II, Paris, 1982, p. 234-236.

8 R.H. Du Boulay, The Lordship of Canterbury, London, 1966, p. 176-181 ; R.A.L. Smith, Canterbury Cathedral Priory, Cambridge, 1943, p. 113-127 ; C.C. Dyer, Lords and Peasants in a Changing Society : the Estates of the Bishopric of Worcester 640-1540, Cambridge, 1980, p. 53 ; E. Miller, The Abbey and Bishopric of Ely, Cambridge, 1951, p. 109-111.

9 R.H. Hilton, A Medieval Society : the West Midlands at the End of the Thirteenth Century, Cambridge, 1983, p. 162 ; W. Hudson, « Traces and Primitive Agricultural Organization (Martham, Norfolk) », Transactions of the Royal Historical Society, 4th Series, I ; M. Morgan, English Lands of the Abbey of Bec, Oxford, 1946, p. 76 ; D. Willis ed., Henry de Bray's Estate Book, Camden Society, London, 1916, p. xv ; P.D.A. Harvey, A Medieval Oxfordshire Village : Cuxham, 1240-1400, Oxford, 1965 ; Ralph Evans, Merton College and its Tenants in Thorncroft and Cuxham, manuscrit non publié.

10 Kosminsky, op. cit., p. 100 ; M.M. Postan, The Medieval Economy and Society, London, 1972, p. 96-99.

11 M.M. Postan and E.E. Rich ed., The Cambridge Economic History of Europe, 11 Cambridge, 1952, p. 166.

12 E. Miller, « The Twelfth and Thirteenth Centuries : an Economie Contrast ? », Econommic History Review, 2nd Series, XXIV, 1971.

13 Les sénéchaux aux grands domaines étaient d’habitude de la petite noblesse, quelquefois experts à la loi.

14 D. Oschinsky ed., Walter of Henley and other Treatises on Estate Management and Accounting, Oxford, 1971.

15 J.A. Raftis, The Estates of Ramsey Abbey, Toronto, 1957, p. 84 sq. ; Miller, op. cit. (Ely), p. 38 ; Smith, op. cit., p. 128-133.

16 W. Hale Hale ed., The Domesday of St. Paul’s, Camden Society, London, 1858, p. XLVIII.

17 Annales Wigornie, in Annales Monastic !, IV, ed. H.R. Luard, London, 1849, p. 423 ; Hilton, op. cit., p. 108 ; P.R. Coss, « Sir Geoffrey de Langley and the Crisis of Knightly Class in Thirteenth Century England », Past and Present, no°68, 1975, p. 13 ; B. Harvey, Westminster Abbey and its Estates in the Middle Ages, Oxford, 1977, p. 153 ; archives du Duché de Lancaster au Public Record Office (Ministers’ Accounts, DL.1/3, 7-8, Edward II, Desford et Earl Shilton, Leicerstershire).

18 Comptes d’Elmley Castle, Worcester County Record Office, 899 : 95 ; Coventry Priory Cartulary, Public Record Office, E. 164, no°21, ff. CCIX sq.

19 Ce marché est décrit dans beaucoup de monographies mais, plus récemment, P.D.A. Harvey ed., The Peasant Land Market in Medieval England, Oxford, 1984.

20 R.H. Hilton, « Reasons for Inequality among Medieval Peasants », Class Conflict and the Crisis of Feudalism : Essays in Medieval Social History, London, 1985 ; A.V. Chayanov, The Theory of Peasant Economy, ed. D. Thorner, B. Kerblay and R.E.F. Smith, Homewood, Illinois, 1966.

21 G.C. Homans, English Villagers of the Thirteenth Century, New York, 1941, 1960, p. 202 ; Harvey, op. cit., p. 320.

22 11 serait trop lourd de les citer tous, mais pour indiquer l’étendue géographique, disons qu’ils viennent de Durham au nord, de Worcestershire à l’ouest, Lincolnshire (côtes maritimes) à l’est, et Bedfordshire au centre-sud. Plus au sud, voir Du Boulay (op. cit.) et J. Hatcher pour Cornouailles n’en trouvent pas (Rural Economy and Society in the Duchy of Cornwall, 1300-1500).

23 R.H. Hilton, « Medieval Market Towns and Simple Commodity Produetion », Past and Present, no°109, 1985.

24 G.L. Harriss, King, Parliament and Public Finance in Medieval England to 1369, Oxford, 1975 ; J.R. Maddicott, « The English Peasantry and the Demands of the Crown, 1294-1341 », Past and Present, Suppl., no°1, 1975.

25 J.R. Maddicott, « Law and Lordship : Royal Justice as Retainers in the Fourteenth and Fifteenth Centuries », Past and Present, Suppl., no°4, 1978 ; J.R. Birrell, C.C. Dyer and R.H. Hilton, « Les paysans et la loi en Angleterre médiévale », Etudes rurales, à paraître (1987).

26 Les chiffres sont calculés par Kosminsky, op. cit., cap. IV. Ils dérivent des Rotuli Hundredorum (6 comtés). Il y aurait d’autres proportions dans d’autres régions, mais les six comtés sont assez typiques pour la région où il y avait une grande densité de population.

27 D. Knowles, The Religious Orders in England, II, Cambridge, 1955, p. 291.

28 Les chiffres calculés du Valor Ecclesiasticus de 1535 se trouvent dans A. Savine, « English Monasteries on the Eve of the Dissolution », Oxford Studies in Social and Legal History, I, ed. P. Vinogradoff, Oxford, 1909.

29 R.A.L. Smith, The Estates of Pershore Abbey (thèse non publiée, Univ. of London, 1939), p. 236-242 ; J.M. Wilson and C. Gordon ed., Early Compotus Rolls of the Priory of Worcester, Worcester Historical Society, 1908 ; Raftis, op. cit., p. 190.

30 M. Prestwich, War, Politics and Finance under Edward I, London, 1972. Naturellement, en temps de guerre, les seigneurs ont reçu beaucoup de leurs dépenses militaires de la couronne, et donc des impôts.

31 M. Prestwich, « Edward I’s Monetary Policies and their Consequences », Economic History Review, 2nd Series, XXII, 3, 1969.

32 C. Cipolla, « Currency Depreciation in Medieval Europe », Economic History Review, 2nd Series, XV, 3, 1963.

© Presses universitaires du Midi, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search