Version classiqueVersion mobile

Les revenus de la terre

 | 
Charles Higounet

Rapports

Mezzadria et Mezzadri en Italie Centrale et Septentrionale (xiiie-xve siècles)

Gabriella Piccini

Texte intégral

1L’histoire des origines de la mezzadria doit être considérée dans le contexte de la grande variété des campagnes italiennes au Moyen Age, marquées par des événements institutionnels, économiques, juridiques différents, ayant produit une distribution de la propriété foncière différente, une organisation du sol différente, des types d’implantation différents. Non seulement l’évolution du contrat de mezzadria en ce qui concerne quelques questions fondamentales (par exemple l’apport du cheptel) ne fut pas la même, mais la mezzadria n’eut pas le même succès dans tous les endroits où elle se diffusa, et elle engendra des changements d’importance variable dans la société rurale.

  • 1 Ph. Jones, Per la storia agraria italiana net Medioevo : lineamenti e problemi, dans Econamia et so (...)
  • 2 Pour la mise au point et la synthèse, voir G. Cherubini, Qualche considerzione sulle campagne dell’ (...)

2Philip Jones a écrit : « Nonostante i limiti e le fluttuationi dello sviluppo economico, persistette immutato per tutto il Medioevo, il contrasto regionale fra un’Italia industriale, principalmente settentrionale, e un’Italia agricola, principalmente meridionale. »1 C’est pourtant la première et non pas la deuxième qui a été le théâtre de changements profonds intéressant les campagnes italiennes pendant les derniers siècles du Moyen Age et concernant la subdivision de la propriété, la répartition des cultures, l’affermage des exploitations agricoles, les relations entre ville et campagne2.

  • 3 Le lien entre l’évolution des contrats de bail italiens et l’extension de la circulation marchande, (...)
  • 4 Cherubini, Qualche considerazione..., p. 52, 99-116.
  • 5 Les villes ont souvent favorisé les populations rurales pour des raisons politiques, puisque la lib (...)
  • 6 Le cas du territoire pérugin est emblématique : la mezzadria s’y répand à partir du xive siècle dan (...)

3L’évolution des contrats agricoles italiens est étroitement liée à la présence d’une solide économie urbaine3. En effet, même à l’intérieur des régions du Centre-Nord, là où le développement des communes eut moins de force et où l’érosion de la structure féodale fut moins décisive (par exemple dans le Trentin, le Cadore ou dans certaines vallées de l’Appennin émilien ou ligure, au Frioul, dans le Tyrol ou dans une partie du Piémont) les changements en matière d’agriculture furent plus faibles4. La liberté retrouvée de la terre et des personnes, accomplie aussi au moyen d’affranchissements par plusieurs communes urbaines, le processus de restructuration foncière mis en place là où il y eut un afflux de capitaux citadins, purent se joindre à des caractéristiques du sol favorables à la coltura promiscua et à d’anciennes traditions agricoles fondées sur la dispersion de l’habitat, pour confluer ensuite vers l’affermage et la mezzadria poderale. Cette dernière mezzadria poderale se présente ainsi comme une forme d’affermage de la terre, liée à une économie urbaine, laïque et bourgeoise, même si le modèle fut transplanté sur les terres, désormais libres, des institutions religieuses ou dans les domaines de la noblesse56.

  • 7 Jones, Le origini medievali della moderna società rurale. Un caso tipico : il passaggio dalla curti (...)
  • 8 Giovanni Cherubini écrit : « Fissare le origini temporali della mezzadria poderale vuol dire fissar (...)

4La mezzadria n’existe que sur la terre délivrée des liens féodaux ou emphytéotiques (redécouverte comme moyen d’enrichissement, après avoir été la base d’une puissance seigneuriale)7 et en présence de deux parties contractantes, juridiquement libres et formellement égales8. Mais pour que la mezzadria existe, il faut des paysans libres, bien sûr, mais dépourvus aussi de la propriété de la terre, ou bien de la tenure dont, en principe, ils jouissaient grâce à des droits hérités des anciens baux de location à longue ou à très longue durée, les emphytéoses (livelli, ficti perpetui).

  • 9 Le thème des altérations de la propriété rurale est largement traité par l’historiographie italienn (...)
  • 10 Le processus de redistribution des fonctions économiques allant de pair avec la redistribution de l (...)

5L’augmentation du nombre des paysans dépourvus de terre avec le progrès de l’économie des villes est documentée en plusieurs domaines des plaines et des collines soumises à l’influence des villes : en Lombardie, en Toscane, dans les Marches, autour de Padoue et de Pérouse9. La nouvelle implantation de la population et la nouvelle distribution des rôles économiques (faites au profit de la ville entre le xe et le xie siècle)10 firent en effet progresser le nombre des citadins propriétaires fonciers à la campagne, dans la plupart des cas aux dépens des petits propriétaires ruraux.

  • 11 Cherubini, Qualche considerazione..., p. 78.
  • 12 M. Montanari, Campagne medievali. Strutture produttive, rupporti di lavoro, sistemi alimentari, Tor (...)

6Il faut se rappeler que la mezzadria s’insère dans un contexte tout à fait nouveau. La progression de l’économie des villes, en contribuant à la dissolution du fief et à l’instauration de la libre propriété, affranchit peu à peu la terre des baux à long terme des anciennes emphytéoses11. En effet, les contrats à court terme cassèrent la tradition de la longue durée qui avait été le fondement des contrats du Haut Moyen Age12.

  • 13 Philip Jones observe que l’Italie est une des zones où les redevances en nature se répandirent le p (...)
  • 14 Le partage garantissait naturellement au propriétaire la participation immédiate de toute augmentat (...)
  • 15 Voir, par exemple, Leicht, Livellario nomine..., p. 289, 399 sq. ; I. Imberciadori, Le scaturigini (...)

7On a cherché à juste titre dans le passé les causes de la faveur dont la mezzadria jouit en certains endroits, dans la diffusion des loyers en nature13, dans la tradition italienne de la subdivision du produit par moitié14, dans une tradition agricole fondée sur la dispersion de l’habitat. Pourtant, la mezzadria ne commence pas là : là sont seulement des conditions qui ont favorisé sa rapide diffusion. Aujourd’hui, on considère comme dépassée toute interprétation visant à faire remonter au ixe siècle le début de la mezzadria15 et l’on souligne aussi son absolue nouveauté par rapport aux contrats emphytéotiques, même s’ils prévoyaient un paiement à mi-fruit et si, renouvelables de père en fils, ils garantissaient dans la réalité la possession viagère et héréditaire de la terre.

  • 16 Vito Fumagalli soutient que la durée de cinq ans était la plus répandue en Italie centrale et septe (...)

8La mezzadria peut tout au plus être rapprochée des contrats de location à court terme qui s’instaurèrent au moment où les propriétaires enlevèrent ou rachetèrent aux paysans les droits à la tenure perpétuelle ou héréditaire de la terre et qui se diffusèrent peu à peu en Italie dès le xie siècle et se généralisèrent au xiiie siècle16. Par leurs baux (d’ordinaire en nature), reévalués tous les deux à cinq ans, les propriétaires se mirent à l’abri contre toute possible dévaluation des rentes et eurent leur participation aux hausses de la production et aux améliorations mises en œuvre sur le fond par le cultivateur.

  • 17 Voir, par exemple, L. Ticciati, Sulle condizioni dell’agricoltura del contado cortonese, dans Archi (...)
  • 18 On en rencontre presque partout. Dans les régions de Florence et de Milan (xiie siècle), en Brianza (...)
  • 19 Giorgetti, Contudini..., p. 160.

9Quelquefois, enfin, le bail de location pouvait prévoir une redevance à part de fruits17, souvent en cas de guerre ou de mauvaise saison18. Quelquefois, on prévoyait des formes mixtes où l’on ne partageait par moitié que les fruits des oliviers, des vignobles, des arbres fruitiers : dans ce cas là, le propriétaire tirait un revenu sûr de l’emblavure, mais en même temps, par le partage, il poussait le paysan vers la culture des arbres, d’ordinaire négligée, au profit de celles qui étaient liées directement à la subsistance. Mais les redevances à moitié, même insérées dans un contrat à court terme, ne sont pas des mezzadrie. La mezzadria (appelée « classique » ou « poderale ») prévoit aussi le partage du cheptel et de la semence : l’équipement ne représente donc plus une possession du laboureur installé en permanence sur le fond (ce qui arrivait souvent dans le contexte productif précédent), mais il n’appartient pas non plus à un entrepreneur bourgeois (ce qui allait arriver dans l’affermage capitaliste)19.

  • 20 Trois contrats siennois de 1221 sont édités par D. Bizzarri, Imbrevialure nolarili. I. Liber imbrev (...)
  • 21 G. Chittolini, I beni terrieri del Capitolo della cattedrale di Cremona fra il XIII et il XV secolo (...)
  • 22 B. Andreolli, Valle Nemorosa : paesaggio, economia, contratti agrari nel territorio mirandolese dei (...)
  • 23 Grohmann, Problemi..., p. 211 ; G. Cherubini, La proprietà fondiaria di un mercante toscano del Tre (...)
  • 24 Pour Vérone, voir les exemples étudiés par Cipolla, Nuove considerazioni..., p. 200 ; pour la Romag (...)
  • 25 De ce point de vue, les considérations de G. Pinto sont très intéressantes : G. Pinto, Forme di con (...)

10Les plus anciens des contrats à court terme arrivés jusqu’à nous, où le versement de la moitié du produit est contrebalancé par l’apport de la moitié de la semence et parfois de la moitié des animaux de trait, se trouvent dans la campagne de Sienne dès 1221 et dans celle de Florence20. Des contrats assez complexes, mais rares, ont été passés par le chapitre de la cathédrale de Crémone depuis 127621. Au début du xive siècle, il y a des mezzadrie aux alentours de Reggio et S. Gimignano22 et, dans la moitié du siècle, aux alentours de Pérouse, quand elle est désormais largement documentée dans les campagnes d’Arezzo et de la Lombardie23. Au xve siècle, il y a la mezzadria dans les campagnes de Vérone ; elle est désormais enracinée dans celles de Pérouse, en Romagne, et dans les Marches, et elle règne partout dans les collines centrales de la Toscane24. Pourquoi donc cette diffusion, vu que la mezzadria est moins rentable pour les propriétaires que Vaffitto, si Ton considère la question du strict point de vue de la rentabilité annuelle ?25 Elle permettait au propriétaire de jouir en des délais réduits des améliorations de cultures rendues possibles, soit par le travail plus intense du cultivateur (étroitement contrôlé et résidant sur le terroir), soit parce que les capitaux engagés par le propriétaire, en prévision d’une rapide contrepartie, permettaient l’implantation de cultures, telles que les vignobles, plus coûteuses mais plus rentables, et le large emploi des bœufs. La production du podere géré en mezzadria était plus aisément dirigée par le propriétaire vers des produits d’écoulement plus facile qu’en général refusaient les paysans et qui étaient donc peu cultivés sur des fonds donnés en local ion. La mezzadria satisfaisait aussi le désir du maître du fonds, qui exigeait que Ton se suffît à soi-même. Le contrat, souple et à brève durée, pouvait changer selon les différentes situations et avec l’accroissement du ménage du paysan.

  • 26 Le problème est analysé par moi-même, pour la campagne toscane, dans G. Piccinni, I mezzadri davant (...)
  • 27 Cammarosano, Le campagne..., p. 180-181 ; Cherubini, La mezzadria..., p. 144-148 ; D. Herlihy, C. K (...)

11La mezzadria permettait d’ailleurs au paysan de compter sur un partage plus sûr du produit en période de mauvaise saison ou de guerre. Il pouvait encore avoir recours aux prêts du maître, quelquefois même prévus dans le contrat et largement documentés dans les livres de comptes. Les propriétaires, dans certains endroits, obtinrent pour les mezzadri des décharges fiscales, qui déclenchèrent, en plus d’une occasion, au cours des xive et xve siècles, de sérieux conflits entre mezzadri et communautés villageoises26. En revanche, le mezzadro était sur le fonds à n’importe quel moment de la journée (on lui défendait en effet de prêter ailleurs son travail contre rémunération) ; il jouissait de peu de liberté dans la gestion de son fonds et acceptait les cultures imposées par son maître27.

  • 28 Le processus de recomposition foncière a été soutenu par l’intervention publique qui a favorisé les (...)
  • 29 « Raramente — écrit Elio Conti à propos du territoire florentin — (il podere) era la conquista defi (...)
  • 30 Là où la fragmentation des premières années de l’époque communale se maintint, il fut plus difficil (...)

12Parallèlement à la diffusion de la mezzadria se développe le processus d’appoderamento (c’est-à-dire le processus de restructuration foncière et de remembrement des parcelles en poderi) favorisé soit par les communes urbaines, soit par l’endettement des paysans28. Un processus net en général, mais souvent lent et contradictoire dans des cas particuliers29. Le podere est une propriété ayant des caractères fondamentaux de cohésion, de polyculture, d’autonomie, dotée de bâtiments en maçonnerie : pour le travail et la vie du paysan et de sa famille, susceptible ainsi de rendre le travail plus rationnel et de lui fournir les moyens de subsister et de reproduire la plupart du cheptel nécessaire à la culture du fonds30.

  • 31 Jones, Le origini..., p. 411-412. Voir aussi Pinto, Ordinamento..., p. 230-233.
  • 32 Dans la région de Pérouse, étudiée par Grohmann, la diminution des taux de profit de l’ordre artisa (...)
  • 33 Le tableau des diverses structures culturales des aires de mezzadria est décrite, de façon détaillé (...)

13Dans les dernières années du Moyen Age, même en Toscane où pourtant le processus de constitution du podere apparaît assez précoce même dans ses débuts incertains, il n’existe pas une superposition mécanique entre mezzadria et podere. Au xiiie siècle, ce dernier est la typique unité de fonds concédé en affitto31. Toutefois, dans les domaines où se diffusèrent aussi bien l’appoderamento que la mezzadria, les changements de cultures furent plus profonds que sur les terres données en affitto (où les propriétaires avaient moins de possibilités de pousser le paysan à l’innovation) et que sur celles travaillées directement par de petits propriétaires, dépourvus des capitaux nécessaires à l’innovation. On peut ainsi remarquer que là où le capital des citadins créa des structures amples et organiques fut réalisée une intégration entre céréaliculture et arboriculture (c’est-à-dire que la coltura promiscua progressa)32. En ce qui concerne la Toscane, on peut aussi dépasser ce niveau, c’est-à-dire que l’on peut distinguer entre des zones à mezzadria, à l’intérieur desquelles la culture de blé était plus diffusée, et des zones de petite propriété foncière ou d’affitto dans lesquelles on cultivait davantage les céréales inférieures (orge, panic, millet, sorgho)33. Les choix culturaux différents des zones de mezzadria marquent l’intérêt des propriétaires pour le « pain blanc » et pour les produits plus appréciés sur le marché. Le contraste entre les intérêts des deux parties se traduit par des conflits sur le choix des céréales à semer, sur l’exploitation trop intense à laquelle est soumis le terrain par le mezzadro. sur la méfiance du mezzadro pour les cultures arbustives. Les propriétaires imposent par exemple la culture des fèves, pour leur pouvoir d’enrichir les terrains exploités ; ils mettent à l’amende les mezzadri qui endommagent les arbres ou bien ils indiquent minutieusement les opérations à accomplir dans le vignoble ou dans le verger. A l’intérieur de la mezzadria, le conflit entre les contractants est donc pratiquement la situation « normale ».

  • 34 Herlihy, Klapisch, Les Toscans..., p. 269-270, et C. Klapisch Zuber, Mezzadri e insediamenti rurali (...)
  • 35 Pour le rapport entre aménagements et mezzadria, voir G. Pinto, Per una storia delle dimore mezzadr (...)

14Le podere est en général doté de la maison d’habitation du mezzadro. En 1427 dans le territoire soumis à la domination de Florence, on remarque la plus forte diffusion de la mezzadria et la dispersion de l’habitat dans les zones de plaine et de colline où le peuplement se présente structuré en mailles serrées et par petites unités, tandis que les zones de haute colline et de montagne présentent de gros villages où le travail agricole se fait souvent loin de la maison34. Et pourtant l’identification entre la mezzadria et la ferme isolée sur le domaine compact du podere n’est pas encore automatique, même là où elle concerne les trois quarts de la population rurale35.

  • 36 Cherubini, La mezzadria..., p. 131. Mais aussi Pinto, Per una storia..., p. 153-157, attire l’atten (...)

15D’ailleurs, il ne semble pas que les maisons isolées, où les mezzadri étaient souvent obligés d’habiter, aient été bâties ex novo pour la mezzadria. Le peu de bâtiments neufs documentés est presque toujours antérieur à la moitié du xive siècle, excepté pour les endroits transformés en poderi à la fin du xve siècle. La mezzadria imprima pourtant un élan décisif au réemploi des bâtiments abandonnés après la crise démographique parce que la maison sur le podere soutint un projet d’appropriation complète de la part du propriétaire de la force-travail constituée par la famille du mezzadro. Au Moyen Age, les maisons isolées n’ont jamais fait défaut, mais ce qui change c’est leur fonction : la maison de la mezzadria est nouvelle quant aux rapports de production et non pas du point de vue du paysage de la campagne36.

  • 37 Herlihy, Klapisch, Les Toscans..., p. 233-234, 275 ; Klapisch Zuber, Mezzadria..., p. 160-161 ; Pin (...)
  • 38 A.K. Isaacs, Le campagne sensi fra Quattro e Cinquecento : regime fondiario e governo signorile, da (...)
  • 39 Au xviie siècle, sur les crêtes argileuses au Sud de Sienne, où dominait la mezzadria et un aménage (...)

16Bien qu’il y ait encore des mezzadri habitant le village, leur isolement sur le podere pour le temps du bail est une tendance évidente qui entraîne à l’éclatement de la vie rurale et la destructuration des communautés37. Il est de plus en plus difficile, au fur et à mesure que la mezzadria s’étend à de larges couches de la population rurale, de garder une organisation sociale des services : au début du xvie siècle dans la campagne siennoise, on ne trouve plus l’organisation de la commune que là où il existe encore des terres non structurées en poderi3839.

  • 40 A propos du vol, voir avant tout G. Cherubini, Il mondo contadino nella novellistica italiana dei s (...)

17L’isolement du paysan dans tous les moments de la vie associative (y compris peut-être les pratiques du culte)34 rend plus étroits les rapports entre propriétaire et cultivateur et plus fréquents les conflits entre eux : cette tension est évidente dans la littérature (anti-paysanne) qui, dans les milieux où la mezzadria est déjà répandue, place obsessionnellement parmi les sujets de la satire le rôle du paysan accusé de vol40.

  • 41 Giorgetti fait remarquer qu’il n’existe pas de garanties pour une coïncidence exacte entre le table (...)
  • 42 Dans ce sens, le corpus des contrats toscans de mezzadria en cours de préparation. Prochaine public (...)

18A la fin du xive siècle, on lit de plus en plus souvent dans les contrats le rappel des façons culturales et des systèmes de partage du cheptel en usage à l’intérieur d’une zone déterminée : « suivant la coutume locale » (ad uso della contrada, ad usum contrate). Il serait intéressant de définir ces confins de territoires et de comprendre s’ils sont de simples survivances verbales41. Il est quand même certain que, pendant 1e siècle suivant, on se réfère souvent aux statuts du centre urbain : il est évident que l’intérêt du maître — donc l’intérêt citadin — pour la mezzadria a augmenté et que la région, à l’intérieur de laquelle agit un modèle contractuel déterminé, s’est élargie à tout le territoire soumis à la ville42.

19Il faut maintenant comparer les contrats de mezzadria avec les sources littéraires, cadastres, statuts ruraux et urbains, livres de comptes du maître, qui mettent en évidence la façon de gérer le rapport de travail formalisé dans un contrat. Un poids croissant du maître, dans le cheptel par exemple, peut aussi se réaliser à cause de l’endettement du mezzadro et peut montrer que ce dernier va perdre toute autonomie dans la gestion du podere. D’ailleurs les dettes (dont la famille paysanne répond solidairement) peuvent aussi changer les conditions d’un éventuel renouvellement du contrat.

  • 43 G. Cherubini, intervention sur le rapport de Klapisch Zuber, Mezzadri..., p. 165-166.
  • 44 Cherubini, Signori..., p. 392.

20Il nous reste quelques doutes sur le rapport qui passe entre l’expropriation foncière des paysans et la conjoncture démographique. En effet, quand la main-d’œuvre est insuffisante, on soustrait davantage au paysan les moyens de production. Après 1348, par exemple, il obtient de réduire son apport à l’achat du cheptel43. Quand il a plus de poids contractuel, il veut être un peu plus prolétaire. Pourquoi ? Peut-être parce que, au moment où il participe à l’apport du cheptel, il partage aussi les risques de sa détérioration ou de sa perte ? Ou encore, parce que le mezzadro n’a pas intérêt à posséder le bœuf ou le blé au moyen desquels il fait fructifier une terre qui n’est pas à lui ? On a finalement la confirmation que la déchéance du paysan de la condition de propriétaire à celle de salarié (c’est-à-dire la dégradation de la condition paysanne en général) s’est réalisée dans certaines régions d’Italie par la formule de la mezzadria qui est en apparence seulement une formule d’association : « servendosi cioè di una specie di finzione storica »44.

21Il y a encore une question à poser : étant donné la nouveauté absolue de la mezzadria par rapport aux baux du haut Moyen Age, cette dernière est-elle à l’origine d’un processus de transformation ou de cristallisation, dans la longue marche du monde paysan ? La question est légitime parce que les études de ces dernières années fournissent des éléments en partie contradictoires.

    • 45 E. Sereni, Note per la storia del paesaggio agrario italiano, dans Le campagne emiliane nell’età mo (...)

    La mezzadria est un élément de conservation des formes de peuplement car elle accentue la tendance ancienne à l’éclatement des habitats. En même temps, elle transforme le paysage agricole, par exemple en Emilie et en Toscane où elle est accompagnée d’un progrès des cultures arbustives et de l’aménagement de la plaine et de la colline45.

    • 46 L’extrait de Paolo di Pace da Certaldo (1360) sur la solidarité parmi les paysans et la méfiance de (...)

    La mezzadria transforme le ménage paysan en une unité de production et de consommation, structurée hiérarchiquement où tout — le nombre des enfants aussi — est réglé selon les dimensions du podere. En même temps toutefois elle fait naître une solidarité profonde à l’intérieur du noyau domestique : c’est sur cette solidarité que va se cristalliser le ménage du mezzadro de l’époque moderne. J’ose dire aussi que cet isolement sur le terroir vise à détruire — et c’est le maître qui le veut — la solidarité parmi les paysans et donc toute potentialité de changement naissant de l’intérieur du milieu rural46.

  1. L’entreprise de la mezzadria s’étant accoutumée à faire face de manière autarcique aux exigences de la menuiserie, du tissage, du filage, à la production de fromage, de vin, va-t-elle entraîner un retard, dans la période moderne, au développement d’activités « industrielles » différenciées dans les zones où elle s’est diffusée davantage ?

  2. Autour de la mezzadria, provenant d’un milieu de paysans aisés, gravitent vers la fin du xve siècle les premiers intendants (fattori) : un élément nouveau mais visant à la conservation et non pas, bien sûr, à la transformation du système.

    • 47 L.V. de Angelis, O. Muzzi, Due contratti « collettivi » di mezzadria in Toscana all’-inizio dell’et (...)

    Un élément tout à fait nouveau est représenté par la marche de la mezzadria vers la structure de la fattoria de l’époque moderne, qui est attestée aussi par la coutume de stipuler des baux écrits entre un seul propriétaire et plusieurs mezzadri, pour plusieurs poderi, coutume que l’on vient de signaler, dès la fin du xve siècle, dans les campagnes siennoises et florentines47 : or, jusqu’à ces dernières années, on ne connsaissait ce type de baux qu’à partir du xviie siècle seulement, pour l’Emilie, la Vénétie et la Toscane.

    • 48 Voir, par exemple, Grohmann, Problemi..., p. 213, et G. Piccinni, « Seminare, frutlare, raccogliere (...)

    Enfin, peu à peu, changent la subdivision du cheptel et les modalités de la livraison du produit. Au xve siècle, augmente le nombre des amendes, des défenses et des corvées pour l’amélioration du terroir imposé au mezzadro48.

  • 49 En Toscane, par exemple, le bétail est fourni généralement par le propriétaire à la fin du xive siè (...)

22L’identité de ces transformations et leur signification dans la longue durée pourront être détectées seulement par des études conduites en différentes régions d’Italie, prenant comme base d’analyse le modèle toscan, mieux connu. Les territoires structurés en mezzadria peuvent être différents entre eux pour le niveau d’organisation des poderi, pour l’importance donnée aux cultures de base (céréales, vignobles), pour le rôle de l’élevage49.

  • 50 A propos de la variabilité des conditions des mezzadri (bien qu’ils représentent 47 % de ceux qui p (...)

23Les modèles de mezzadro changent aussi : certains sont sans ressources, mais il y a aussi de petits propriétaires ; on connaît des mezzadri endettés et d’autres assez riches50 ; ils sont enracinés sur un fonds ou bien ballottés d’un fonds à l’autre, différemment dépourvus des moyens de production, parfois plus semblables à des éleveurs qu’à des laboureurs.

24Il faut, au tout premier abord, pénétrer davantage à l’intérieur de la société rurale et du milieu villageois en des régions caractérisées par des niveaux différents de diffusion de la mezzadria, examiner la disposition des couches des propriétaires fonciers à l’intérieur de la société paysanne en observant avec plus d’attention le xve siècle qui, en bien des régions à mezzadria, marque la fin d’une différenciation sociale claire.

25Si l’on place les mezzadri au milieu des autres composantes de la société rurale et si l’on choisit comme échantillon des milieux dans lesquels la mezzadria a eu des poids variés, on peut esquisser le portrait de ces mezzadri-petits propriétaires pour comprendre laquelle des deux activités (le travail sur leur propre fonds ou le travail sur le fonds du maître) rend l’autre nécessaire pour son incapacité à donner seule la subsistance du mezzadro et de sa famille : la présence de mezzadri-propriétaires reflète-t-elle une phase d’ascension sociale de milieux ayant sans doute assez de capitaux pour l’achat de terrains, mais pas assez pour le rachat des fonds gérés en mezzadria, ou bien, au contraire, est-ce le fonds qui ne peut plus répondre complètement au principe de l’autoconsommation paysanne ?

  • 51 Le territoire, à l’intérieur duquel la mezzadria se déplaçait, ne dépassait pas, en général, cinq o (...)

26On peut aussi se demander si parfois un petit propriétaire ne devient pas mezzadro parce que les prêts que le propriétaire lui consent pour la terre à mezzadria le protègent en partie des risques qu’entraîne la gestion de son propre fonds. On peut encore se demander de quelle façon il réussit à organiser la gestion de deux exploitations en évitant des superpositions de travail. On pourrait enfin voir, sous l’hostilité paysanne envers les vignobles du propriétaire, la volonté d’épargner sa capacité de travail pour la dédier à son propre fonds.51

27Dans la société rurale, on peut ainsi dénombrer des mezzadri, des petits propriétaires, des fermiers, des salariés, des artisans, puis observer où ces catégories entrent simplement en contact, se superposent, ou entrent en conflit, comme il arrive, par exemple, sur le problème du paiement des impôts. Dans un milieu profondément paysan tel que le Val d’Eisa du côté florentin, entre le xiiie et le xive siècle, on peut trouver aussi des mezzadri parmi les fils de notaires et d’épiciers, bien que dans la plupart des cas être mezzadro soit là une activité transmise de père en fils.

  • 52 Voir D. Balestracci, La zappa e la retorica. Memorie familiari di un contadino toscano del Quattroc (...)

28Ces mezzadri savaient-ils lire et écrire ? Des études récentes ont en effet mis en évidence des figures de mezzadri écrivant ou faisant écrire des livres comptables. S’ils n’ont pas appris les rudiments de l’écriture dans les écoles du village, quelles sont alors les voies par lesquelles a percé cette alphabétisation52 ? En définitive, on sait peut-être assez de la mezzadria, mais on sait encore trop peu des hommes et des femmes qui vivent de la mezzadria et autour de la mezzadria, même si l’on connaît bien la dimension du ménage et son organisation : les zones de mezzadria se distinguent en effet par une plus grande complexité domestique, par une population plus jeune et une plus grande cohésion des ménages. Il est intéressant aussi d’évaluer dans quelle mesure le travail des femmes, le nombre des enfants, les hiérarchies domestiques, le fréquent recours par misère à l’abandon des enfants légitimes auprès des institutions d’assistance, l’âge du mariage, l’allaitement mercenaire comme intégration du revenu, se modèlent sur les exigences de cette structure économique particulière.

29On devrait encore entrer à l’intérieur de l’entreprise domestique et de cette technologie élémentaire ou privée qu’elle représente, car elle est à la fois productrice de céréales, de raisin, d’olives, de légumes et de fruits, lieu où l’on file, on tisse, on travaille le bois, où se trouvent la fromagerie, le cellier, le pressoir.

30Enfin, il faut conduire parallèlement l’étude de la mezzadria et celle de la société comprises en interaction avec la typologie des rapports de production, en repérant les différences à l’intérieur de la société paysanne, là même où la mezzadria, étendue à la plus grande partie de la population rurale, en absorbe toutes les spécialisations et, peu à peu, en nivelle les inégalités à leur niveau le plus bas.

Notes

1 Ph. Jones, Per la storia agraria italiana net Medioevo : lineamenti e problemi, dans Econamia et società nell’Italia medievale, Torino, 1980, p. 198.

2 Pour la mise au point et la synthèse, voir G. Cherubini, Qualche considerzione sulle campagne dell’Italia centro-settentionale tra l’XI e il XV secolo, dans Signori contadini borghesi. Ricerche sulla società italiana del basso medioevo, Firenze, 1974, en particulier p. 53.

3 Le lien entre l’évolution des contrats de bail italiens et l’extension de la circulation marchande, de la production et de la population urbaine ainsi que de l’accumulation des richesses mobilières a été mis en évidence depuis longtemps. A ce propos, voir les considérations et les renvois aux notes de G. Giorgetti, Contadini e proprietari nell’Italia moderna. Rapporti di produzione e contratti agrari dal secolo XVI a oggi, Torino, 1974, p. 138-139. Par contre, l’auteur fait aussi remarquer que d’autres aspects du problème n’ont pas été étudiés de manière adéquate, en particulier certains changements dans l’économie rurale qui ont devancé ou accompagné le développement urbain.

4 Cherubini, Qualche considerazione..., p. 52, 99-116.

5 Les villes ont souvent favorisé les populations rurales pour des raisons politiques, puisque la libération des serfs facilitait la lutte contre la féodalité rurale. Par exemple, lorsque la ville de Florence détruisit, en 1440, la dernière branche de la famille féodale des Contiguidi, dans le Casentino, elle remit des ficti perpetui aux paysans et, de cette manière, elle reconstitua en leur faveur la propriété absolue de la terre (Cherubini, Qualche considerazione..., p. 71). Pour certaines études sur la reconstitution de la libre propriété de la terre par la dissolution des liens féodaux, voir G. Salvioli, Studi sulla storia della proprietà fondiaria in Italia. La proprietà fondiaria nell’agro modenese durante il medioevo, Modena, 1917, p. 17 sq. ; P. Vaccari, Le affrancazioni collettive dei servi della gleba, Milano, 1939 ; G. Volpe, Toscana Medievale. Massa marittima, Volterra, Sarzana, Firenze, 1963, p. 70-78.

6 Le cas du territoire pérugin est emblématique : la mezzadria s’y répand à partir du xive siècle dans les propriétés bourgeoises, à partir du xve siècle dans celles des nobles et à partir du xvie siècle dans celles des organismes religieux. Dans les territoires des nobles ou des religieux, on enregistre la permanence de contrats de livello et d’emphytéoses jusqu’au xviie siècle (A. Grohmann, Problemi inerenti alla ruralizzazione e all'affermasi della mezzadria in territorio perugino (du XVe au XVIIe siècle), extrait de Rapporti tra proprietà, impresa e mano d’opera nell’agricoltura italiana dal IX secolo all’Unità, s.d., p. 188, 211-212). La comparaison des données relatives aux formes de location de la terre dans certaines zones modèles de la campagne florentine, en 1427 et en 1498, met en évidence le fait suivant : entre ces deux dates, on remarque un ajustement de la propriété ecclésiastique à la propriété urbaine (E. Conti, La formazione della struttura agraria moderna nel contado fiorentino, IIIe partie, 2° Monografie e tavole statistiche, secoli XV-XIX, Roma, 1965).

7 Jones, Le origini medievali della moderna società rurale. Un caso tipico : il passaggio dalla curtis alla mezzadria in Toscana, dans Economia e società..., p. 385.

8 Giovanni Cherubini écrit : « Fissare le origini temporali della mezzadria poderale vuol dire fissare anche il momento in cui le terre e gli uomini hanno, per cosi dire, conquistato la libertà. » G. Cherubini, La mezzadria toscana delle origini, dans Contadini e proprietari nella Toscana moderna. Atti del convegno di studi in onore di Giorgio Giorgetti, vol. I, Dal medioevo all’età moderna, Firenze, 1979, p. 141.

9 Le thème des altérations de la propriété rurale est largement traité par l’historiographie italienne. Pour la Lombardie du xve siècle, le phénomène de spoliation des paysans par les citadins, qui rassemblaient de petites propriétés en blocs fonciers, est documenté par C.M. Cipolla, Per la storia delle terre della « Bassa » lombarda, dans Studi in onore di Armando Sapori, Milano, 1957, vol. I, p. 671. Pour la Toscane, voir G., Pinto, Ordinamento colturale e proprietà fondiaria cittadina nella Toscana del tardo medioevo, dans Contadini e proprietor…, vol. I, p. 223-227, et Cherubini, Qualche considerazione..., p. 75-76. Pour les Marches, S. Anselmi, Mezzadri e terre nette Marche. Studi e ricerche di storia dell’agricoltura fra Quattrocento e Novecento, Bologna, 1978. Pour la région de Padoue, V. Lazzarini, Beni carraresi e proprietari veneziani, dans Studi in onore di Gino Luzzatto, Milano, 1950, vol. I, p. 277. Pour la région de Pérouse, Grohmann, Problemi..., p. 209-210. Pour une synthèse sur la situation italienne, voir Jones, Per la storia agraria..., et G. Cherubini, La proprietà fondiaria nei secoli XV-XVI nella storiografia italiana, rapport présenté au VIIe Congrès des historiens italiens et soviétiques (Moscou, 16-18 mai 1977), Società e storia, I (1978), p. 9-33. p. 9-33.

10 Le processus de redistribution des fonctions économiques allant de pair avec la redistribution de la population entre ville et campagne est tracé par Jones, Per la storia agraria..., p. 192-194. Pour les siècles qui suivirent l’an 1000, l’auteur fait remarquer le rétablissement progressif de l’ancienne division du travail entre campagne et ville qui se brouillait peu à peu durant le haut Moyen Age.

11 Cherubini, Qualche considerazione..., p. 78.

12 M. Montanari, Campagne medievali. Strutture produttive, rupporti di lavoro, sistemi alimentari, Torino, 1984, p. 91. Montanari précise que la longue durée du rapport de travail, justifiée par une civilisation comme celle du haut Moyen Age qui privilégiait la possession de la propriété et par une agriculture « de conquête » qui demandait un temps prolongé, était diamétralement opposée à la nouvelle mentalité économique qui exigeait un temps bref en vue d’une gestion dynamique et d’un contrôle réel de la terre, des cycles productifs et du travail des paysans.

13 Philip Jones observe que l’Italie est une des zones où les redevances en nature se répandirent le plus précocement (Jones, Le origini..., p. 392 et note 406, 412). Pour un exposé utile d’une réalité particulière, voir les redevances siennoises de la fin du xiie siècle étudiées par

14 Le partage garantissait naturellement au propriétaire la participation immédiate de toute augmentation de la production. Le partage à moitié des récoltes est un élément très ancien. Il existe des exemples lucquois qui datent de 772 (C. Sardi, Le contrattazioni agrarie del Medio Evo studiate sui documenli lurchesi, Lucca, 1914, p. 126 sq.) ; les contrats de l’Amiata de 821 sont eux aussi très précoces (I. Imberciadori, Un contralto di mezzadria stipulato nel giugno 821 « in territorio senense », dans Studi Senesi, XLVII, 1933, p. 277-289), ainsi que ceux en Lombardie en 882 (P.S. Leicht, Livellario nomine, dans Studi Senesi, XXII, 1906, p. 308). Dans la curtis lombarde, là où les prestations étaient en nature, la part du propriétaire tendait peu à peu à augmenter pour arriver à la moitié (P.S. Leicht. Studi sulla proprietà fondiaria nel modioevo, rééd. avec introd. de C.G. Mor, Milano, 1964), à Padoue en 895 (A. Gloria, Codice diplomatico padovano, dans Monumenti storici pubblicati dalla Deputazione Veneta di Storia Patria, vol. II, Venezia, 1877, p. 33 sq.) ; en Romagne, à partir du xiie siècle (Montanari, Campagne..., p. 89-90), à Udine, à partir de 1213 (C. Cipolla, Nuove considerazioni sopra un contratto di mezzadria del secolo XV, dans Memoria della Accademia di Agricoltura, Arti e Commercio di Verona, LXVII, 1891, p. 200). Paolo Cammarosano relève, dans les campagnes siennoises, des concessions ad medium de moulins déjà dans les conventions entre seigneurs et communautés (Cammarosano, Le campagne..., p. 174-175). P. Cammarosano, Le campagne senesi dalla fine del secolo XII agli inizi del Trecento ; dinamica interna e forme del dominio cittadino, dans Contadini e proprietari..., p. 169-170.

15 Voir, par exemple, Leicht, Livellario nomine..., p. 289, 399 sq. ; I. Imberciadori, Le scaturigini della mezzadria poderale nel secolo IX, dans Economia e storia, V, 1958, p. 7-19, et Un contratto di mezzadria..., p. 277-289 ; Sardi, Le contrattazioni agrarie..., p. 120 sq. ; G. Donna D’oldenico, Un precedente storico del contratto di mezzadria in Piemonte, Torino, 1939. V. Visocchi, Origine ed evoluzione della mezzadria in Italia, dans Atti del Convegno agrario italo-americano, Firenze, 1946, p. 515, 520, et G. Luzzatto, Contributo alla storia della mezzadria nel Medio Evo, dans Nuova Rivista Storica, XXXII, 1948, p. 69-84, corrigeaient déjà ce point de vue. Plus récemment, Massimo Montanari, en examinant le passage du livello à la mezzadria dans l’organisation romagnole, découvre des hybrides qu’il appelle livelli mezzadrili (le premier conservé date de 1131), une sorte d’essai d’innovation qui se transforme en un échec et que l’on abandonne : « il fatto è — précise cependant Montanari — che la filosofia mezzadrile (chiamiamola cosi) era fondamentalmente estranea a quella del livello, e che, nonostante ogni possibile tentativo di innesto, i due modelli rimanevano incompatibili. Soprattutto rimaneva, a caratterizzare come ‘antica’ la logica del livello, l’elemento del lungo termine contrattuale : di norma ventinove anni, come si è detto, con possibilità di rinnovo e di trasmissione agli eredi ; di fatto dunque, anche se non di diritto, il contratto di livello garantiva al contadino un possesso vitalizio ed ereditario della terra » (Montanari, Campagne..., p. 90-91). Dans le même sens, me semble-t-il, G. Pasquali, Agricoltura e società rurale in Romagna nel medioevo, Bologna, 1984, p. 286-287.

16 Vito Fumagalli soutient que la durée de cinq ans était la plus répandue en Italie centrale et septentrionale : par exemple, des locations stipulées au xve siècle entre le monastère de San Prospero à Reggio et les cultivateurs, 140 d’entre eux eurent cette durée (V. Fumagalli, L’evoluzione dell’economia agraria e dei patti colonici dall’Alto al Basso Medioevo. Osservazioni su alcune zone dell’ltalia Settentrionale. dans Studi medievali, IIIe série, 1977, p. 489).

17 Voir, par exemple, L. Ticciati, Sulle condizioni dell’agricoltura del contado cortonese, dans Archivio Storico Italiano, s. V, X. 1892, p. 262.

18 On en rencontre presque partout. Dans les régions de Florence et de Milan (xiie siècle), en Brianza (xiiie siècle), en Vénétie, en Lombardie et en Maremme (début de l’époque moderne) : voir E. Occhipinti, Il contado milanese nel secolo XIII. L’amministrazione della proprietà fondiaria del Monastero Maggiore, Bologna, 1982 ; B. Andreolli, I prodotti alimentari nei contratti agrari toscani dell’Alto Medioevo, dans Archeologia medievale, VIII, 1981, p. 119 ; G. Seregni, Del luogo di Arosio e de’suoi statuti nei secoli XII e XIII. Con appendice di documenti inediti, dans Miscellanea di storia italiana, 3e série, t. VII (XXXVIII du recueil), 1902, p. 244-245 ; G.B. Massia, Quattro documenti paleografici del secolo XV. Atti notarili, Sassari, 1901, p. 17-21 ; Giorgetti, Contudini..., p. 66, 118 et note.

19 Giorgetti, Contudini..., p. 160.

20 Trois contrats siennois de 1221 sont édités par D. Bizzarri, Imbrevialure nolarili. I. Liber imbreviaturarum Appulliensis Notarii Comunis Senarum, MCCXXI-MCCXXIII, Torino, 1934-1938, documents nos 14, 100, 149. Pour Florence, voir Jones, Le origini..., p. 412 et note.

21 G. Chittolini, I beni terrieri del Capitolo della cattedrale di Cremona fra il XIII et il XV secolo, dans Nuova Rivista Storica, XLIX, 1965, p. 16-17.

22 B. Andreolli, Valle Nemorosa : paesaggio, economia, contratti agrari nel territorio mirandolese dei secoli XI-XV, dans Mirandola e le terre del basso corso del Secchia, Modena, 1984, p. 131 (le numéro des mezzadri de 1315 est extrait de l’Estimo de Reggio) ; E. Fiumi, Storia economia e sociale di S. Gimignano, Firenze, 1961, p. 131, relatif aux années 1314-1315.

23 Grohmann, Problemi..., p. 211 ; G. Cherubini, La proprietà fondiaria di un mercante toscano del Trecento (Simo d’Ubertino di Arezzo), dans Signori..., p. 358-364 ; P. Toubert, Les statuts communaux et l’histoire des campagnes lombardes au xive siècle, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, LXXII, 1960, p. 461-462.

24 Pour Vérone, voir les exemples étudiés par Cipolla, Nuove considerazioni..., p. 200 ; pour la Romagne, Montanari, Campagne..., p. 98-99 ; pour les Marches, nous savons que la mezzadria est largement expérimentée dans la campagne de Fano, mais presque méconnue dans les alentours d’Ancône, comme le fait voir S. Anselmi, Organizzazione aziendale, colture, rese nelle fattorie malatestiane, 1398-1456, dans Quaderni Storici, 39, 1978, p. 806-807, 812, et E. Insabato, Rapporti agrari e proprietà terriera : il contado anconitano nel primo Quattrocento, dans Proposte e ricerche, 2, 1978, p. 36-37, 49-53 ; pour la région de Pérouse, voir Grohmann, Probiemi..., p. 211 ; pour la Toscane, la synthèse de Cherubini, La mezzadria..., p. 131-132.

25 De ce point de vue, les considérations de G. Pinto sont très intéressantes : G. Pinto, Forme di conduzione e rendité fondiaria nel contado fiorentino : le terre dell’Ospedale di San Gallo, dans Studi di storia medievale e moderna per Ernesto Sestan, Firenze, 1980, p. 259-337, é présent dans G. Pinto, La toscana net tardo medioevo. Ambiente, economia rurale, società, Firenze, 1.982, p. 247-329.

26 Le problème est analysé par moi-même, pour la campagne toscane, dans G. Piccinni, I mezzadri davanti al fisco. Primo esame della normativa senese del Quattrocento, en cours d’édition.

27 Cammarosano, Le campagne..., p. 180-181 ; Cherubini, La mezzadria..., p. 144-148 ; D. Herlihy, C. Klapisch, Les Toscans et leurs familles. Une étude du castato florentin de 1427, Paris, 1978, p. 270-271 ; Pinto, Forme di conduzione..., p. 302. A propos de la préférence des paysans pour la mezzadria par rapport à la location, voir JONES, Le origini..., p. 416.

28 Le processus de recomposition foncière a été soutenu par l’intervention publique qui a favorisé les achats (remembrements) par les plus importants propriétaires du voisinage et par la concentration des biens des débiteurs remis aux créanciers, généralement des marchands, bourgeois, ecclésiastiques, seigneurs. Voir A. LATTES, Le ingrossazioni nei documenti parmensi, dans Archivio Storico dette provincie parmensi, XIV, 1914, p. 212 sq., et du même auteur, L’ingrossazione nelle carte pavesi, dans Archivio Storico tombardo, XL1, 1914, p. 754-757 ; E. Nasalli Rocca, Note sulle ingrossazioni nell’Emilia occidentale, dans Rivista di storia del diritto italiano, XXVI-XXVII, 1953-1954, p. 163 sq.

29 « Raramente — écrit Elio Conti à propos du territoire florentin — (il podere) era la conquista definitiva di un solo individuo ; più spesso aveva bisogno del contributo di intere generazioni. Infatti finché nella zona continuavano ad esistere piccole unità di coltura non autosufficienti e appezzamenti isolati in quantità notevole, la struttura del podere restava provvisoria. Ogni spostamento era suscettibile di ridimensionarla. Solo dove si era raggiunto un equilibrio più stabile il podere poteva assumere la sua fisionomia pressoché definitiva. Allora la topografia del territorio tendeva a cristallizzarsi. La proprietà non cessava di circolare, ma si muoveva più per blocchi organici che per piccoli frammenti » (Conti, La formazione..., p. 5).

30 Là où la fragmentation des premières années de l’époque communale se maintint, il fut plus difficile d’améliorer les fonds et de diversifier les cultures, comme l’affirme Pinto, Ordinamento..., p. 230-233.

31 Jones, Le origini..., p. 411-412. Voir aussi Pinto, Ordinamento..., p. 230-233.

32 Dans la région de Pérouse, étudiée par Grohmann, la diminution des taux de profit de l’ordre artisanal et marchand favorisa, à partir du xve siècle, un afflux de capitaux vers le domaine de la rente ; dans ce sens : tandis que l’économie pérugine est en train de subir, dans son ensemble, une nette ruralisation, le retour en masse à la terre ne doit pas être interprété comme la stérilisation du capital. Le retour à l’investissement foncier signifie, au contraire, que le secteur agricole fut, pour l’économie pérugine, le plus attirant et le plus fructueux, et le taux de la rente avait tendance à devenir plus consistant que celui du profit (Grohmann, Problemi..., p. 187-188).

33 Le tableau des diverses structures culturales des aires de mezzadria est décrite, de façon détaillée, par Pinto, Ordinamento..., p. 233-247, et par le même auteur, Coltura..., p. 236-245. Dans les aires de métayage, en particulier, l’habitude de semer des mélanges à base de froment et d’autres céréales, système qui favorisait un produit de qualité médiocre mais à rendement unitaire élevé, n’était pas répandue.

34 Herlihy, Klapisch, Les Toscans..., p. 269-270, et C. Klapisch Zuber, Mezzadri e insediamenti rurali alla fine del Medio Evo, dans Civillà ed economia agricola in Toscana nei secoli XII-XV : problemi della vita delle campagne nel tardo Medioevo, Pistoia, 1981, p. 150-153 (à propos du volume de Herlihy et Klapisch et en particulier à propos des aspects de l’aménagement des aires de mezzadria, un débat s’est développé dans le no°12 (1981) de la revue Società e storia). Aussi dans la région pérugine, les premières aires où il se répandait sont celles de la petite ou de la moyenne colline (cf. Grohmann, Problemi..., p. 211).

35 Pour le rapport entre aménagements et mezzadria, voir G. Pinto, Per una storia delle dimore mezzadrili nella Toscana medievale, dans Archeologia medievale, VII, 1980, p. 163-164, et Klapisch Zuber, Mezzadria..., p. 149-156. Dans la région florentine, la mezzadria apparaît comme la prérogative de toutes les aires rurales.

36 Cherubini, La mezzadria..., p. 131. Mais aussi Pinto, Per una storia..., p. 153-157, attire l’attention sur la fonction économique de la mezzadria et sur les infrastructures qui l’entourent pour faire face à la polyculture et à l’élevage.

37 Herlihy, Klapisch, Les Toscans..., p. 233-234, 275 ; Klapisch Zuber, Mezzadria..., p. 160-161 ; Pinto, Per una storia..., p. 159 ; Cherubini, La mezzadria..., p. 141.

38 A.K. Isaacs, Le campagne sensi fra Quattro e Cinquecento : regime fondiario e governo signorile, dans Contadini e proprietari..., p. 385-386.

39 Au xviie siècle, sur les crêtes argileuses au Sud de Sienne, où dominait la mezzadria et un aménagement éparpillé, presque 60 % de la population paysanne se soustrayait au sacrement de la communion ; l’abstention touchait même jusqu’à deux tiers de la population. G. Giorgetti, La crete senesi nell’età moderna. Studi e ricerche di storia rurale, publié par Lucia Bonelli Conenna, Firenze, 1983, p. 105-106.

40 A propos du vol, voir avant tout G. Cherubini, Il mondo contadino nella novellistica italiana dei secoli XIV e XV. Una novella di Gentile Sermini, dans Medioevo rurale. Sulle tracce della civiltà contadina, par Vito Fumagalli et Gabriella Rossetti, Bologna, 1980, p. 417-459, et encore C. Bec, Le paysan dans la nouvelle Toscane (1350-1430), dans Civiltà ed economia agricola..., p. 29-52.

41 Giorgetti fait remarquer qu’il n’existe pas de garanties pour une coïncidence exacte entre le tableau obtenu par les éventuelles consuetudines loci et la réalité de l’époque prise en considération : des rapports nouveaux auraient pu naître entre temps, pas encore contrôlés par la coutume ou par la loi (Giorgetti, Contadini..., p. 27).

42 Dans ce sens, le corpus des contrats toscans de mezzadria en cours de préparation. Prochaine publication du premier volume Il contralto di mezzadria nella Toscana medievale. La campagne de Sienne (début XIIe siècle-1348), par Giuliano Pinto et Paolo Pirillo. Suivront à brève échéance le volume relatif aux campagnes florentines du xiiie siècle par Oretta Muzzi et Daniela Nenci et le mien sur la campagne siennoise entre 1348 et la fin du xve siècle.

43 G. Cherubini, intervention sur le rapport de Klapisch Zuber, Mezzadri..., p. 165-166.

44 Cherubini, Signori..., p. 392.

45 E. Sereni, Note per la storia del paesaggio agrario italiano, dans Le campagne emiliane nell’età moderna, Milano, 1957, p. 31 sq.

46 L’extrait de Paolo di Pace da Certaldo (1360) sur la solidarité parmi les paysans et la méfiance des propriétaires est significative et bien connue : « se la farrai [la ragione] in villa [i lavoratori] rauneranno quine tuttavia parecchie altri lavoratori e tutti fieno procuratori per lo tuo lavoratore contro a te : e non saprai si fare che co’loro non ne scapiti o abbi torto » (Paolo Di Pace da Certaldo, Libro di buoni costumi, par Alfredo Schiaffini, Firenze, 1945, p. 91-92).

47 L.V. de Angelis, O. Muzzi, Due contratti « collettivi » di mezzadria in Toscana all’-inizio dell’età moderna, dans Ricerche storiche, X, 1980, p. 415-432.

48 Voir, par exemple, Grohmann, Problemi..., p. 213, et G. Piccinni, « Seminare, frutlare, raccogliere ». Mezzadri e salariati suite terre di Monte Oliveto Maggiore, Milano, 1982, p. 98-99.

49 En Toscane, par exemple, le bétail est fourni généralement par le propriétaire à la fin du xive siècle et par le paysan durant le xve siècle, comme du reste dans la région bolonaise (Giorgetti, Contadini..., p. 164, 192 et note, et Piccinni, « Seminare... », p. 75-78.

50 A propos de la variabilité des conditions des mezzadri (bien qu’ils représentent 47 % de ceux qui possédaient des biens parmi la population des aires de mezzadria de la région florentine), voir les données relatives à 1427 reportées par Herlihy et Klapisch, Les Toscans..., p. 273-274. A propos de l’endettement et de la fuite pour insolvabilité, voir le procès publié par M. Ascheri, Una causa mezzadrile di fine Quattrocento alla Mercanzia di Siena, dans Studi di onore di Mario Delle Piane (Università di Siena, Facoltà di Giurisprudenza), Napoli, 1986.

51 Le territoire, à l’intérieur duquel la mezzadria se déplaçait, ne dépassait pas, en général, cinq ou six villages. Voir, par exemple, le Val d’Eisa étudié par C.-M. de La Roncière, Solidarité familiale et lignagère dans la campagne toscane au xive siècle : l’exemple d’un village du Val d’Eisa (1280-1350), dans Civiltà ed economia..., p. 133.

52 Voir D. Balestracci, La zappa e la retorica. Memorie familiari di un contadino toscano del Quattrocento, Firenze, 1985, et du même auteur, « Cilastro che sapea legere ». Considerazioni sui livelli di alfabetizzazione nelle campagne toscane. XIII-XVI secolo, en cours d’édition.

© Presses universitaires du Midi, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search