Version classiqueVersion mobile

Les revenus de la terre

 | 
Charles Higounet

Rapports

Les redevances à part de fruits dans l’Espagne du Nord au Moyen Âge

Pascual Martinez Sopena

Texte intégral

  • 1 Les Espagnes médiévales. Aspects économiques et sociaux. Mélanges offerts à Jean Gautier Dalché, N (...)

1Notre rapport intéresse un sujet concret dans un cadre géohistorique plein de nuances. Dans le Nord de l’Espagne, des sociétés suffisamment variées coexistèrent tout au long du Moyen Age, pour que nous puissions justifier pleinement le titre Les Espagnes Médiévales qui est l’en-tête d’un ouvrage récent1. Notre exposé se centrera sur les territoires du Nord-Ouest de l’Espagne, que dominaient les rois de Castille et du León, et spécialement sur la Meseta, la vaste vallée que traverse le Duero. Ce plateau, entouré de cordillères, constitue un milieu physique particulier, où la vie agraire et la société rurale ont eu une importance durable jusqu’à nos jours. La Meseta s’élève d’un niveau moyen de 700 mètres au-dessus de la mer au centre du bassin, jusqu’à des hauteurs supérieures à 1.000 mètres dans beaucoup de ses régions habitées, et atteint 2.400 ou 2.500 mètres sur ses rebords montagneux.

  • 2 C. Sanchez Albornoz, « Contratos de arrendamiento en el reino asturleonés », dans Cuadernos de His (...)
  • 3 S. de Moxo, « En torno a una problemática para el estudio del Régimen Senorial », dans Hispania, X (...)

2Pour nous situer par rapport au thème, il convient d’avancer que le problème des revenus de la terre est bien loin d’être étudié en profondeur. Du point de vue bibliographique, on peut dire qu’entre les années 1940 et nos jours, on est passé de l’analyse des institutions contractuelles à celle des régions ou domaines concrets — en somme, à l’analyse territoriale. Dans la première perspective ressortent les travaux de Sanchez Albornoz, Gibert, Garda Gallo et Garcia de Valdeavellano qui eurent pour but les types contractuels de l’époque astur-léonaise, les formes de complantatio et le contrat de services, la signification des fueros comme contrats agraires et l’institution du prestimonium2. A partir des années 60, la tâche méthodologique de Moxó et les études pionnières de J. Gautier Dalché et Garcia de Cortâzar mirent l’accent sur l’analyse territoriale, perspective très différente de celle qui avait animé les historiens antérieurs, liés en grande mesure à l’histoire du droit3.

3Les sources castellano-léonaises, en général, ne connaissent pas les inventaires de biens et de droits seigneuriaux avant la fin du xiiie siècle, contrairement à ce qui arrive dans d’autres parties de l’Europe. C’est pourquoi nous avons pris comme point de départ, à la manière d’un flash photographique, une série de textes qui nous offrent une vision d’ensemble des revenus de la terre dans la première moitié du xive siècle, nous permettant de connaître le poids relatif des redevances à part de fruits et les problèmes généraux. En deuxième lieu, nous analyserons l’évolution des redevances du xe au xiiie siècle, époque qui a vu le développement des fueros et des baux agraires. Finalement, nous ébaucherons comme conclusion les tendances dominantes à la fin du Moyen Age, grâce à un groupe réduit mais significatif d’études.

1. Les revenus de la terre : l’état de la question au xive siècle

  • 4 Il faut attendre le xve siècle pour trouver des systématisations semblables dans les seigneuries l (...)

4Différentes informations sur les biens et les droits relatives aux dernières années du xiiie siècle et la première moitié du xive nous permettent une approche des caractères fondamentaux de l’exploitation de la terre dans la vallée du Duero et dans quelques régions voisines d’un point de vue synchronique. Pendant ces dernières années, une bonne partie de l’intérêt des spécialistes en histoire agraire de la Castille et du Léon s’est attachée à l’analyse de ce type de documentation. Il faut pourtant ajouter que presque toutes se réfèrent aux domaines ecclésiastiques4 et que les caractéristiques des textes sont assez différentes.

  • 5 Il a été l’objet d’une étude dans l’ouvrage collectif coordonné par J.L. Martin Rodriguez, Proprie (...)
  • 6 Etude et publication par A. Barrios, Documentación Medieval de la catedral de Avila, Salamanca, 19 (...)
  • 7 Gautier Dalché, op. cit. ; T.F. Ruiz, « Une note sur la vie rurale dans la région d’Aguilar de Cam (...)
  • 8 C. Estepa, « El dominio de San Isidoro de León segun el Becerro de 1313 », dans León y su historia (...)

5Quelques-uns d’entre eux sont des inventaires des biens immeubles qui composent un patrimoine. C’est le cas de celui qui se rapporte aux propriétés du Chapitre de la cathédrale de Ségovie, datable d’entre 1291 et 12965, et celui des propriétés de la cathédrale d’Avila en 13036. D’autres constituent les inventaires des droits que l’institution perçoit dans une série de villages, ainsi que les personnes soumises à ces charges : le travail de J. Gautier Dalché s’en tient aux différentes informations de ce genre provenant de Santo Toribio de Liébana, prieuré du monastère bénédictin d’Oña, et dans ce groupe se trouve l’enregistrement des contributions dues par les paysans dépendant de l’abbaye prémontrée de Santa María de Aguilar de Campóo dont Theo F. Ruiz nous a donné un aperçu récemment7. Les documents inclus dans le troisième groupe ont une structure qui comprend plus ou moins les caractères des deux précédents : inventaire des biens par localités et enregistrement des droits à percevoir. Le Becerro de 1313, confectionné pour l’administration des chanoines réguliers de San Isidoro de León, ainsi que son homologue se rapportant aux bénédictins de San Pedro de Montes, partagent ces traits8.

  • 9 Il a été l’objet d’études par J.J. Garcia Gonzalez, (Vida económica de los monasterios benedictino (...)

6Une idée différente, celle d’obtenir une sorte de bilan financier, amena le Saint-Siège à exiger la comptabilisation des recettes et dépenses des abbayes bénédictines appartenant à la province dite de Tolède en 1338. Neuf institutions parmi lesquelles figuraient les plus importantes des moines noirs dans la vallée du Duero (Sahagún, San Zoilo de Carrión, Cardeña, Silos et celle, déjà mentionnée, de San Salvador de Ona) présentèrent un état de leurs comptes9.

  • 10 Le Becerro de las Behetrias a été l’objet d’études depuis longtemps ; dans la perspective qui nous (...)

7Finalement, et avec un caractère différent de tous les documents antérieurs, apparaît le répertoire dit Libro Becerro de las Behetrías de Castilla, élaboré sur l’ordre du roi Pierre Ier en 1352, où sont indiqués les villages et villes castillanes du Nord du Duero avec mention des seigneuries auxquelles ils appartenaient et des tributs auxquels ils étaient assujettis10.

8Malgré la discordance d’objectifs des enquêteurs, on extrait de l’ensemble des documents une série de conclusions utiles du point de vue agraire en général. Dans les terres plates ou dans les vallées abritées qui constituent une partie essentielle de la région, les cultures de céréales ont un rôle prédominant : le blé et l’orge sont cultivés partout et plus spécialement sur les terres plates du Nord du Duero ; au Sud de ce fleuve, sur les terres de la campagne de Ségovie, prédomine le seigle, dont la prépondérance est aussi marquée dans les hautes vallées de León. Il s’agit d’une agriculture basée sur le labour avec des bœufs, où le système de la jachère dut jouer un rôle considérable, partagé avec des systèmes plus extensifs. A côté des céréales, le vignoble a une importance incontestable dans la plupart de la région, qui reflète son poids sur chacune des économies considérées. Les marges montagneuses, d’autre part, donnent de l’importance à l’élevage, visible dans l’existence de prés et pâturages. Près des villages ou des cours d’eau, parfois à côté des maisons, prolifèrent les cultures maraîchères, les plantations de lin et d’arbres fruitiers.

  • 11 Barrios, Estructuras agrarias..., II, p. 101.

9Dans ce paysage agraire, ce qui nous frappe c’est la fragmentation profonde du terroir, formé à chaque endroit par un amas de parcelles qui ont fréquemment des dimensions très réduites. Par exemple, dans le diocèse d’Avila, plus de la moitié des parcelles ont moins d’un hectare ; 25 % oscille entre 1 et 2 hectares et le reste entre 2 et 10 hectares. Dans les vignes, ces dimensions sont encore inférieures, et plus encore dans les jardins et les champs de lin11.

  • 12 Sur le concept de solar et son évolution et sur celui de palacio, voir A. Faci, « Vocablos referen (...)

10Du point de vue des revenus, il faut souligner qu’un grand nombre des domaines qui appartenaient à une institution n’étaient pas gérés par l’institution elle-même. Parfois, ils avaient été affermés ; d’autres fois, ils étaient concédés de façon semi-gratuite et viagère (c’étaient ceux qu’on appelait prestimonios), ou ils avaient été usurpés. Différentes personnes en jouissaient — surtout des nobles de la région —. Ces faits sont spécialement visibles dans les monastères bénédictins en 1338, ou dans le Becerro de Behetrías. Les biens des Chapitres d’Avila et Ségovie étaient répartis entre les membres de l’institution ou leurs proches, moyennant des concessions viagères pour lesquelles ceux-ci payaient une quantité plutôt symbolique... Mais ces circonstances n’avaient pas grand-chose à voir avec les modes d’exploitation des domaines : les fermiers des grands domaines ou ceux qui les possédaient en prestimonio jouissaient des redevances de ces biens au lieu de leurs propriétaires et, en réalité, cela supposait une forme de redistribution des revenus agraires entre les groupes les plus favorisés de la société. Du point de vue que nous souhaitons considérer, celui des modes d’exploitation et du type de redevances dues par les cultivateurs de la terre, il faut souligner la supériorité des petites exploitations familiales qu’on appelle solares, unités productives et tributaires constituées par la maison, des dépendances annexes et une série de parcelles attribuées à chaque unité productive sous le nom de prestarnos, composées de vignes et terres à céréales. En second lieu, on constate l’existence d’autres parcelles cédées à des cultivateurs qui étaient indépendants de l’exploitation familiale, bien que leurs titulaires puissent coïncider. En troisième lieu, il existait le faire-valoir seigneurial direct, des zones de réserve appelées généralement le Palacio ou la heredad de palacio12.

11Le revenus obtenus de ces cellules de production aux caractéristiques diverses variaient par leur durée et par leurs types, car.il existait des cens en nature ou en espèces, des redevances à part de fruits, des contrats de services, et on pourrait ajouter à tout cela des corvées. En combinant ces données, il faut remarquer dans cet ensemble les types de redevances qui provenaient :

  1. d’exploitations familiales soumises à cens (où un vaste groupe est assujetti à des corvées).
  2. d’exploitations soumises à des redevances à part de fruits et fixes.
  3. de concessions de parcelles moyennant une redevance à part de fruits.
  4. de concessions de parcelles moyennant un cens.
  5. enfin, les revenus du faire-valoir direct moyennant un contrat de services.

a) Les exploitations familiales à cens

  • 13 Vaca, op. cit., no°42, spécialement p. 300-331.

12Sur la petite exploitation paysanne, le tribut qui pèse de la façon la plus courante c’est la infurcion ou ofercion, cens annuel imposé en reconnaissance de la seigneurie du propriétaire féodal sur la terre et ses habitants. La infurcion est présente, au moins, dans 70 % des villages des terres plates selon le Becerro de las Behetrías13 et elle était usuelle dans les domaines de Santo Toribio de Liébana, San Isidoro, Santa Maria de Aguilar de Campóo et chez les bénédictins... La infurcion a une composition variable selon les villages et s’exprime en produits agraires le plus souvent, ou bien en espèces et en nature. Son montant est habituellement faible, même si, à maintes reprises, il varie chez les membres d’une collectivité en fonction du nombre d’animaux de labour que possèdent les paysans dépendants, ce qui veut dire selon la quantité de biens qu’ils ont du seigneur au nom de prestamo.

13L’obligation de donner au seigneur quelques journées de travail gratuit chaque année fait son apparition, associée au versement de la infurcion. Ce sont les semas. On a l’impression qu’elles allaient en diminuant au début du xive siècle, mais sans doute elles persistaient dans un grand nombre de cas.

b) Exploitations qui associent redevances à part de fruits et cens

  • 14 Sur les dix villages qui s’acquittaient des redevances à part de fruits, seulement dans deux on ét (...)

14Mais parfois, on trouve redevances à part de fruits à côté de la infurción. Une grande proportion des villages qui dépendent de San Isidoro de León (25 %) sont obligés d’ajouter une partie de leurs récoltes au cens. Les paysans versaient des quantités qui oscillaient entre 1/8e et 1/4 du produit recueilli, généralement 1/5e ou 1/4. Certains produits, comme le lin, étaient taxés plus fortement, car on arrivait jusqu’à la moitié. Les cultivateurs de la Valdueza, domaine de San Pedro de Montes, délivraient aussi le quart des céréales. Quelquefois, les redevances à part de fruits remplaçaient la infurcion traditionnelle : selon l’opinion de T.F. Ruiz, 30 % des dépendants livraient à Santa Maria de Aguilar une partie de leurs récoltes, peut-être le quart. Ailleurs, comme dans le village d’Alcabon, seigneurie de l’évêque d’Avila proche des terres de Tolède, elle était beaucoup plus petite : les habitants versaient comme señorio 1/10e de céréales et 1/6e du vin récolté. L’association redevances à part de fruits/cens ajoutait rarement les corvées, selon nos données. Elles manquent presque dans tous les villages de San Isidoro cités précédemment14.

15Tous ces renseignements se réfèrent à de petites exploitations soumises à des charges coutumières, c’est-à-dire soumises à des préceptes contenus dans les coutumes locales appelées fueros, qui avaient une durée perpétuelle et se transmettaient de génération en génération. La cession de parcelles, qu’on verra tout de suite, pose d’autres problèmes.

c) Parcelles moyennant des redevances à part de fruits

16La documentation sur ce type de concessions concerne spécialement le vignoble. Dans ce cas, elle comprend différentes formules, parmi lesquelles se détache le complant.

  • 15 Archives de S. Isidoro de León, code LVII, folios 23 v-25 r.
  • 16 Gibert, « La complantatio... ».
  • 17 Estepa, op. cit., p. 141.

17Sur les fréquentes concessions de complant, le Becerro de San Isidoro fournit un précieux témoignage : le monastère avait donné des lopins de terre à 54 personnes du village de Fuentes de Ropel, afin qu’elles les plantent de vignes qui, quelque temps après, furent partagées entre le propriétaire et les cultivateurs, ceux-ci ayant plein droit sur les lots respectifs15. Les éléments de base du bail à complant y sont mis en relief, tels qu’ils ont été répandus en Castille et León dès le Haut Moyen Age16 ; ce bail, qui s’appliquait à des plantes vivaces et aussi à la construction de moulins, avait une durée relativement déterminée ; les témoignages signalent de 4 à 10 ans, mais ils peuvent aussi être à vie pour le cultivateur ou jusqu’à ce que le propriétaire en décide la répartition, dès le moment où les plantes (les moulins le cas échéant) se trouvent en pleine production. Dans l’intervalle, le cultivateur percevait généralement la totalité des fruits qu’y étaient produits. A l’expiration du bail, le cultivateur conservait une partie de la plantation — normalement la moitié — bien que la relation avec l’ancien propriétaire ne disparût pas dans la mesure où le cultivateur continuait à travailler toute la vigne, remettant une partie de la récolte comme il semble qu’il arrivait dans l’exemple déjà mentionné de Fuentes de Ropel17 et, où, en cas de vente du lot du cultivateur, l’ancien propriétaire avait une option préférentielle d’achat.

  • 18 M Bonaudo, « El monasterio de San Salvador de Ona. Economía agraria, Sociedad rural », C.H.E., LI- (...)

18Le monastère d’Oña présente d’autres variantes, dont la principale consiste à répartir seulement les fruits par moitié, et lors de l’expiration du bail les cultivateurs doivent remettre l’exploitation entière au monastère. La durée de ce bail oscille entre 6 et 24 ans18.

  • 19 Gautier Dalché, op. cit., p. 89 ; I. Alfonso, La colonización cisterciense en el Valle del Duero : (...)

19Une troisième variante est donnée par le type de baux pour la plantation et l’exploitation du vignoble qu’on observe à Santo Toribio de Liébana ou dans d’autres monastères comme celui des cisterciens de Moreruela au début du xive siècle. Ici, la terre est cédée héréditairement aux cultivateurs, qui devront remettre chaque année le 1/3 ou le 1/4 de ce que les vignes produisent19.

20Le cas des parcelles de céréales concédées contre des redevances à part de fruits apparaît peu dans les divers documents cités auparavant. De toutes façons, nous savons que les champs cultivés proches de l’abbaye de San Zoilo de Carrión se trouvaient sous ce régime en 1338 ; ceux qui les possédaient devaient remettre une redevance annuelle d’un quart ou d’un cinquième du produit.

d) Parcelles cédées à cens

  • 20 Pour les cas d’Oña, voir Bonaudo, op. cit., p. 91-92.

21Comme nous faisions allusion au début, à la fin du premier tiers du xive siècle, d’autres seigneurs jouissaient des nombreux domaines que les monastères bénédictins possédaient sur le territoire. Mais toutes les concessions ne correspondaient pas à des membres de la classe supérieure. Les archives d’Ona révèlent que des concessions à cens et pendant des délais divers — souvent viagers — se produisaient au profit des petits et moyens fermiers ; à leur obligation de cultiver les terres avec soin, le propriétaire répondait en partageant les pertes possibles provoquées par le climat. Sans doute, sous les références de redevances fixes perçues pour les terres dans différents endroits de cette seigneurie-ci et dans d’autres, peut se cacher ce type de concessions20.

22En général, et contrairement à ce qui arrivait aux petites exploitations assujetties à fuero, les cultivateurs des parcelles, quel que fût leur type de contribution, n’étaient pas soumis à d’autres obligations à l’égard du propriétaire, excepté celle du paiement de la rente pendant le temps du bail. Nous reviendrons plus tard sur cette dichotomie.

e) Les contrats de services

  • 21 Gibert, « El contrato de servicios... », spécialement p. 65 sq., et J.C. Martin Cea, « Una pequena (...)

23Le faire-valoir direct seigneurial renferme des contrats particuliers. Dans les réserves — qui dans presque tous les monastères bénédictins étaient constituées à cette époque par un pourcentage élevé des vignes, propriété de chaque couvent, et des champs de céréales les plus proches ou les mieux groupés sous un prieuré — le travail était basé sur celui des serviteurs de la maison, sur les corvées des paysans dépendants et sur le travail salarié. Il convient de s’arrêter sur ce dernier aspect car, quoiqu’il ne présente pas de problèmes dans le cas des vignes (on embauche des ouvriers pour un salaire en nature et/ou en espèces), dans le cas des cultures de céréales il faut remarquer la forme contractuelle nommée yuguería, dont le nom est dû à la yunta de bueyes (paire de bœufs) qui est à la charge du travailleur. Gibert, qui a étudié ce personnage du point de vue juridique, le situe dans les contrats de services, où il constitue un cas spécial ; le seigneur fournit les animaux et l’outillage pour labourer une terre et prend en charge les frais de l’exploitation ; en contrepartie, le yuguero reçoit une partie de la récolte que les documents estiment à 1/5e, auquel s’ajoute une sorte de pourboire appelé añafaga, estimé principalement à 12 fanègues ou 12 almudes de grain. Le personnage du yuguero a été réglementé depuis longtemps et sa présence est généralisée. Dans les terres de Burgos, dans celles de Ségovie ou dans la Tierra de Campos, on mentionne ces travailleurs, appelés parfois quinteros dans le Becerro de Behetrías en fonction de la partie de la récolte qu’ils reçoivent21.

24En somme, les documents de la première moitié du xive siècle nous offrent — en petit nombre, il est vrai — des témoignages variés sur la présence de redevances à part de fruits dans différents points de la Meseta du Duero et de ses zones immédiates. En synthétisant, nous pourrions oser parler d’une géographie de la redevance à part de fruits à cette époque. On la trouve surtout sur les marges septentrionales, dans les hautes terres de León et de Palencia. Il n’est pas question de modes d’exploitation qui soient propres à des seigneuries déterminées ; on s’aperçoit, en tenant compte du fait que San Isidoro de León possédait une vaste seigneurie dans toute la zone occidentale qui couvrait des espaces de montagne et de plaines du centre du bassin du Duero ; les redevances à part de fruits ne s’y rencontrent que dans les zones montagneuses, tandis que dans les plaines, on se régissait selon des formes comparables à celles des monastères bénédictins les plus importants, dont les domaines étaient surtout situés dans les plaines du bassin ; il en était de même à San Pedro de Montes, un couvent établi dans les montagnes du Bierzo, dont les principaux domaines dans les hautes terres connaissaient un contraste semblable par rapport aux biens qui étaient situés près du Duero. Au contraire, tandis que les redevances fixes étaient la norme dans le monastère de Sahagun vers 1338, un domaine — concrètement celui de la contrée montagneuse du Curueno — contribuait avec une redevance à part de fruits à ses obligations seigneuriales.

25Parfois, la redevance à part de fruits n’est appliquée qu’à quelques cultures. Le cas du vignoble semble être le plus fréquent : il est ainsi dans la seigneurie de Santo Toribio de Liébana et on le repère dans quelques exploitations de San Isidoro.

26Quant au pourcentage de fruits remis, les témoignages présentent des variétés locales. Mais ce qui est le plus généralisé, c’est la cession à 1/4 ou à 1/5e. Quelques données indiquent que les parcelles qui rapportaient 1/5e étaient généralement situées dans les terrains les moins favorables aux travaux agricoles. Les autres cas de redevances (au 1/3 ou au 1/8e) apparaissent beaucoup moins souvent.

27Finalement, il faut souligner que la géographie des concessions à part de fruits ne coïncide pas avec celle du maintien des corvées. Le rapport entre le manque de services dans une réserve seigneuriale improbable et l’existence de redevances à part de fruits est, avec le problème des origines de celles-ci, l’un des thèmes qui seront ensuite abordés.

2. L’évolution du système des baux du xe au xiiie siècle

28Après avoir analysé la situation des redevances de la terre dans la première moitié du xive siècle, nous verrons les lignes évolutives dont cette situation est le résultat. La problématique sera centrée sur trois questions : tout d’abord les origines de la redevance à part de fruits ; puis les fueros du xie au xiiie siècle et le rôle qu’on leur attribue ; enfin, le fait de la redevance à part de fruits comme remplaçant du faire-valoir direct.

a) Au xe siècle : les origines

  • 22 Document publié par G. del Ser, Documentation de la Catedral de León (siglos IX-X), Salamanca, 198 (...)
  • 23 Sanchez Albornoz en publie quelques-uns dans « Contratos de arrendamiento... ».
  • 24 Estructura Social de la ciudad de León (siglos XI al XIII), León, 1977, p. 239.

29La connaissance de l’évolution des revenus de la terre au début de l’existence du royaume de León se heurte à l’inconvénient de la pénurie de sources et à la carence de bibliographie actualisée. La brève analyse consacrée au thème par C. Sanchez Albornoz date de 1948, et on peut en déduire la variété typologique des témoignages contractuels qui, dans certains cas, se basaient sur des concessions ad laborandum ou ad partionem, qui dans d’autres présentaient certaines relations avec le complant, et qui en plus ajoutaient l’existence du contrat ad populandum comme formule propre motivée par le besoin de repeupler le pays. Par ce dernier — dont la caractérisation juridique semble à l’auteur difficile à préciser —, les paysans auraient reçu « d’authentiques concessions emphytéotiques » du propriétaire de la terre, payant une redevance fixe pour la jouissance des biens et étant autorisés à les transmettre à leurs héritiers, moyennant le paiement de taxes comme le nuncio, ou s’ils n’avaient pas d’enfants, moyennant la mañeia. A ce type de concessions collectives peut appartenir la situation de la villa de Bercianos, dont les habitants devaient payer aux évêques de León, en 917, une certaine quantité d’orge et de lin et 6 socs d’araire22. On montre dans les documents que dans les concessions ad laborandum, les paysans (parfois collectivement) décident avec le seigneur de la terre qu’ils vont défricher, la remise annuelle d’une partie des fruits qu’ils obtiendront, entre le 1/4 et 1/2, d’après les documents dont nous disposons23. Mais, en tout cas, il ne s’agit que d’indications très brèves sur un thème que C. Estepa a souligné justement comme manquant d’analyses systématiques24.

b) Les fueros

  • 25 De nombreuses études sur les monastères bénédictins coïncident sur le fait de signaler le xie sièc (...)
  • 26 Il y a plus de 250 textes de fueros publiés concernant la région de la vallée du Duero. Les princi (...)

30La question présente un autre aspect à partir du xie siècle, et la cristallisation de la grande propriété féodale est un fait qui contribue à l’éclairer tout particulièrement25. Les fueros, règlements locaux octroyés par les seigneurs à une communauté concrète, atteignent leur plus grand nombre au xiie siècle et dans la première moitié du xiiie ; ils ont une facette comme contrats agraires qui a été suffisamment mise en valeur26. Du point de vue qui nous intéresse ici, la confluence de ces deux faits, socio-économique et juridique, permet d’entrevoir la réalité des caractères acquis par la rente féodale et découvrir le chemin de ses transformations.

  • 27 La géographie des infurciones dérivées du Fuero de León est encore à faire. Dans les répertoires d (...)

31La situation que nous avons observée ci-dessus pour le xive siècle a son précédent évident au xie siècle. La infurción se trouve régularisée dans les fueros de ce siècle et nous savons bien qu’elle représente la plupart du temps une quantité fixe annuelle en nature, en espèces ou mixte. Dans bon nombre de cas, on voit dans la composition de la infurción l’empreinte d’un texte forai de la plus grande importance : celui qui a été octroyé par Alphonse V à la ville de León établit que ceux qui habitent sur un terrain appartenant à un autre sont obligés de lui remettre annuellement 12 pains, 2 mesures de vin et 1 filet de porc. Des obligations semblables, parfois égales, parfois nuancées, sont exprimées dans d’autres textes des xie et xiie siècles se rapportant à un grand nombre d’endroits situés au Nord du Duero27.

  • 28 Sur la Rioja, voir Garcia De Cortazar, op. cit., p. 137. Sur les Asturies, voir Estepa, Estructura (...)

32La rarification de ce modèle tributaire au xiiie siècle est parallèle à la transformation progressive de la infurción en une quantité exprimée en espèces, d’après ce que l’on observe dans les fueros accordés plus tardivement ou dans les commutations d’autres plus anciens. D’une façon ou d’une autre, la infurción n’est pas en général un poids onéreux pour la petite exploitation paysanne dans la grande propriété. A côté d’elle, plus fort semble le poids des services obligatoires dans la réserve seigneuriale, les corvées qui, néanmoins, ont aussi tendance à diminuer tout au long de la période qui va du xie au xiiie siècle. Effectivement, parmi les témoignages dont on dispose au xie siècle des Asturies, la Rioja ou la Tierra de Campos, les services de un ou deux jours par semaine sont relativement fréquents28. Au xiie siècle déjà, le pourcentage moyen se situe entre une corvée toutes les deux semaines ou une par mois, et diminuera encore dans les fueros plus tardifs, de sorte qu’au xiiie siècle, il n’est pas rare de trouver des textes qui ne les mentionnent pas ou les substituent par une quantité en espèces. A travers cet aperçu, il faut souligner que dans les fueros des xie et xiie siècles, la rente féodale, quant à la petite exploitation, s’exprime au moyen de la somme de deux éléments : cens peu élevés et corvées.

33Mais bien que la majorité ou la grande majorité des fueros connus se décante par un schéma du type de celui que l’on a signalé, quelques textes du xiiie siècle établissent des redevances à part de fruits. Certains textes qui les rendent fixes se réfèrent aussi à des redevances à part de fruits comme une forme alternative à celles qui y sont habituelles. Il convient de s’arrêter sur chacun de ces deux points.

  • 29 Documents publiés par Rodriguez, Fueros... León, II, nos 68, 69 et 91.
  • 30 Casado Lobato, Colección... Carrizo, I, no°79 ; Rodriguez, Fueros... León, no°67.

34Il nous est parvenu des textes de concessions de fueros à deux des localités qui faisaient partie du domaine de San Isidoro de León au xive siècle : celui d’Espinosa, octroyé par Alphonse IX avant 1209, et celui d’Alcoba, que donna le grand maître de Saint-Jacques en 121829. La constatation de la ressemblance entre les obligations contenues dans ces textes et ce que nous en savons un siècle plus tard nous permet d’insister sur leur caractère coutumier. A ceux-là, s’ajoute le fuero de Quintanilla de Kiro en 1207, domaine de l’abbesse de Carrizo, et le fuero d’Abelgas de 1218, concédé par l’évêque de León30. C’est dans les terres du Nord de ce royaume, dans les hautes landes et dans les montagnes que sont situés ces endroits. Ils présentent tous les caractéristiques indiquées auparavant dans ce genre de contrats : oscillation de la redevance entre le 1/4 et le 1/5e avec accompagnement de cens comme la infurción, le yantar ou la fonsadera peu élevés, et la faiblesse ou l’inexistence de prestations personnelles.

  • 31 Sur les caractéristiques du foro, voir par exemple Durany, San Pedro de Montes..., p. 86-87.
  • 32 Le roi Fernando II de León donne le lieu de Foyos, exploité par les habitants d’Abelgas, à la cath (...)

35Cette discordance par rapport à l’ensemble entraîne une certaine problématique. Etant donné le synchronisme et la localisation commune aux alentours de l’Orbigo, s’agit-il d’un nouveau type de contrat qui s’implante au début du xiiie siècle, en fonction d’un processus défricheur ? D’autres témoignages de la même époque nous en parlent. Est-ce une variante influencée par la proximité de la Galice, où nous voyons se multiplier les foros dès ces dates31 ? Les deux hypothèses peuvent être complémentaires et offrent même une explication acceptable. Cependant, une question reste encore : peut-être ces fueros ont codifié des usages anciens ; à Abelgas, un document antérieur de 40 ans au fuero souligne un type d’exploitation identique à celui qui est consacré par le texte légal, avec le qualificatif de coutume antiqua32. De ce point de vue, les redevances à part de fruits de cette zone pourraient être aussi la survivance des contrats ad laborandum, à l’existence desquels nous nous sommes référés auparavant, et dans ce sens il y aurait un fil conducteur du xe au xive siècle pour l’instant pratiquement inconnu qui, en même temps, séparerait les redevances agraires à caractère coutumier des territoires nord-occidentaux des autres appartenant à l’ensemble de la région et spécialement du centre du bassin.

  • 33 Il faut souligner que le mot vasallo est utilisé en Castille et León pour désigner les paysans dép (...)
  • 34 Textes publiés par J. Rius Serra, « Nuevos fueros de tierras de Zamora », dans A.H.D.E., VI, 1929, (...)
  • 35 Textes publiés par E. de Hinojosa, Documentas para la Historia de las Instituciones de León y Cast (...)
  • 36 Texte publié par E. Staaff, Etude sur l’ancien dialecte léonais d’après des chartes du XIIe siècle (...)

36Parfois, les redevances à part de fruits font leur apparition quand le paysan quitte son seigneur et ne se considère plus son vasallo33. Si on admet habituellement que l’abandon du seigneur (soit parce que le paysan en adopte un autre, soit parce qu’il part du village) entraîne la perte de tous les biens immeubles qu’il en a reçus et qui reviendront a palacio en attendant d’autres paysans qui respectent le fuero, ou devront être vendus par le tenancier même à qui observera cette condition, il y a des cas où la norme adopte un caractère tout à fait différent. Selon le fuero accordé aux habitants de Villar de Ciervos, Ceonal et Manzanal par le monastère cistercien de Moreruela en 1187, ceux qui abandonneront le pouvoir du seigneur pourront continuer à cultiver les terres qu’ils ont reçues de celui-ci, non plus en tribuant les cens qu’ils lui devaient annuellement mais le 1/5 des fruits. Sans quitter les domaines de Moreruela, il en est de même en 1234 avec le fuero de Noz, où les 4 sous qui doivent payer les paysans se transforment également en le 1/5 du fruit pour ceux qui abandonnent la protection du monastère34. Dans ce sens, on peut interpréter certaines prescriptions d’autres fueros de Tierra de Campos : celui de Pozuelo de 1157 et celui de Villabaruz de 1181 signalent la même chose dans de telles circonstances ; le cultivateur pourra continuer à avoir certains biens, mais en donnant le 1/4 du fruit au lieu du cens coutumier35. Et, au-delà des textes légaux, il nous arrive un autre exemple, cette fois de la zone de Saldaña : l’accord concerté entre les habitants de Villa Roano et l’abbé de Sahagùn, leur ancien seigneur. Les premiers avaient perdu les terres dont ils jouissaient pour être allés vivre sous un autre seigneur. Malgré cela, ils demandaient qu’on les leur donne à cultiver, moyennant le 1/5 des fruits produits dans lesdites terres. L’abbé consentit, non sans leur garantir que, si eux ou leurs descendants décidaient de retourner à nouveau à leur seigneurie, on leur restituerait les fueros — moins coûteux sans doute — et ils seraient dispensés du paiement de la redevance à part de fruits36.

37A travers ces témoignages, on peut distinguer deux conclusions. En premier lieu, la différence de conditions dans l’attribution de terres ; la deuxième, que ce fait documenté n’est pas plus spécifié peut être parce que les fueros, nos principaux informateurs pendant ces siècles, n’ont pas pour but de souligner ces anomalies.

c) Recul du faire-valoir direct et métayage

  • 37 Il y a de nombreux contrats où des nobles et ecclésiastiques prennent à ferme des domaines entiers (...)

38Jusqu’à maintenant, nous avons centré notre intérêt sur les rapports de la petite exploitation familiale avec le grand propriétaire, en nous occupant de la perspective de celle-là. La dernière question que nous voulons exposer dans ce chapitre évolutif, c’est le rôle joué par les baux à part de fruits comme remplacement de l’exploitation seigneuriale directe pendant cette période. On admet habituellement le recul de celle-ci dès la seconde moitié du xiie siècle dans toute l’Europe et on établit généralement un rapport entre ce fait et l’augmentation progressive des affermages de biens qui étaient avant attribués à des réserves seigneuriales. En ce qui concerne la Castille et le León, il y a un parallélisme chronologique notable. Il convient de nuancer, néanmoins, que ce processus a pu ou non entraîner un changement dans la structure de l’exploitation, comme on y a fait allusion au début37. Par ailleurs, il ne s’agit pas toujours de fermages : les métayages apparaissent aussi.

  • 38 Sur Bolanos de Campos, voir Archives de la Cathédrale de León, code XL, folio 103.

39Vue de la perspective que nous souhaitons considérer, la nouvelle façon d’exploiter les biens revêt deux types : la concession de parcelles à divers cultivateurs pour qu’ils les travaillent moyennant le paiement du 1/4 ou le 1/5 des fruits (comme on voyait à San Zoilo de Carrion en 1338, ou dans le domaine que l’Ordre de Calatrava possédait à Bolanos de Campos au milieu du xiiie siècle)38, et les baux de métayage des terres que le seigneur possédait dans un endroit déterminé, sur lesquels nous nous arrêterons en particulier.

40En vertu de ceux-ci, les grands propriétaires louèrent à des paysans des unités d’exploitation de dimension moyenne — pour être cultivées avec deux ou trois paires de bœufs —, composées par les biens fonciers (champs et vignes) que le seigneur possédait dans un village ou plusieurs limitrophes, et on les appelait fréquemment casas parce qu’une maison servant d’habitation et entrepôt était le centre organisateur de l’ensemble. Il s’agissait d’exploitations d’une certaine complexité, consacrées simultanément à la production de céréales et de vin comme éléments prioritaires.

41Les conditions de tels métayages présentent une variété limitée. D’un point de vue général, on observe que la durée est habituellement de dix ans ou pour toute la vie du preneur, le travail retombant sur celui-ci et sur sa famille auxquels s’ajoutent des mancebos salariés. Le preneur fournit les bœufs pour le labourage ou reçoit du bailleur un prêt pour les acquérir et s’engage à bien labourer les terres ; les travaux de labourage et la jachère qu’il devra laisser à la fin du bail sont stipulés. Du point de vue juridique, le preneur devient vasallo du bailleur tant que dure le bail, et comme preuve de cette dépendance, il est obligé de lui fournir un ou deux repas annuels — les yantares ou pitanzas — à l’occasion des visites que le bailleur fera ou il les lui enverra avec la redevance. Du point de vue spirituel, les baux à vie signalent que le tenancier a le droit d’être enterré dans le cimetière du monastère (quand il s’agit d’une institution religieuse), moyennant le versement d’une quantité fixe ou d’une partie de ses meubles pour les suffrages ; tout cela est indiqué dans les baux à terme fixe au cas où le tenancier mourrait pendant ce temps.

42Du point de vue de la redevance, la proportion de la récolte qu’on doit remettre varie presque toujours entre le 1/3 et la moitié. Certaines nuances semblent indiquer que la contribution du seigneur à l’exploitation est plus grande dans ce cas, procurant à ses frais la semence, participant au paiement des salariés ou envoyant quelque serviteur pour aider aux travaux de la moisson, laissant l’utilisation de l’outillage agricole de l’exploitation et assumant dans certains cas les frais de la moitié des bœufs nécessaires. Une variante, c’est que les biens de la casa seigneurial aient été travaillés avec ceux qui appartiennent au preneur et que les fruits aient été partagés par la moitié tant que durait le contrat : dans ce cas, on l’appellait plus exactement medianedo. En conséquence, on stipulait que le paysan ne pourrait rien vendre de son pécule pendant la durée du bail. En ce qui concerne les métayages au 1/3, il convient de signaler que le preneur recevait parfois tous les profits des vignes, le contrat étant centré sur les revenus de céréales

  • 39 Un bail pour Sandoval (G. Castan Lanaspa, Documentas del monasterio de Villaverde de Sandoval, Leó (...)
  • 40 Phénomène bien documenté, par exemple dans les domaines du monastère de Vega : a. 1268 et a. 1317 (...)

43Chronologiquement, ces métayages se concentrent dans les dernières années du xiie siècle et la première moitié du xiiie, tandis qu’on voit progressivement croître le nombre des affermages. Mais même à cette époque, ils semblent avoir été pratiqués occasionnellement dans les domaines des cisterciens de Sandoval et des chanoines augustins de Benevivere et, plus fréquemment, dans le monastère de Vega ou celui de Sahagún39, sans qu’on trouve trace dans les documents et les études concernant d’autres domaines de la vallée du Duero et des zones limitrophes : ce bail semble surtout exister dans la Tierra de Campos et les zones immédiates. L’importance de ce type de contrats semble avoir été relativement réduite d’après les témoignages, d’autant plus si nous considérons que les biens cédés moyennant cette formule sont affermés à nouveau plus tard, moyennant des redevances fixes40.

3. Conclusion : les étapes de l’évolution au Moyen Age

44Vu ce qui est exposé et pour conclure, nous pouvons tenter de faire un bilan. Jusqu’au milieu du xive siècle, les redevances à part de fruits ne semblent avoir eu dans les territoires du bassin du Duero qu’une valeur relative, comparées avec le poids qu’eurent les cens en nature ou en espèces, tant au niveau de la petite exploitation familiale que des affermages de biens liés, à l’origine, à des réserves seigneuriales. Il convient de nuancer cette affirmation en fonction de l’existence de redevances à part de fruits sur le territoire astur-léonais pendant le xe siècle et de la présence de redevances a part de fruits dans les fueros octroyés postérieurement, surtout aux territoires du Nord et du Nord-Ouest du bassin du Duero. D’autre part, dans certaines cultures comme le vignoble, et associées à leur plantation, il semble que plusieurs formules à part de fruits se soient propagées beaucoup plus. Enfin la désagrégation des réserves seigneuriales a motivé l’apparition de redevances à part de fruits pendant le xiiie siècle, tout au moins dans certaines zones comme la Tierra de Campos, mais ces initiatives ne paraissent pas avoir duré.

45Toutefois, ce bilan est très provisoire. Sur ce thème, on n’est pas encore arrivé à un nombre suffisant de monographies qui permettraient d’offrir un panorama plus achevé de la situation régionale et, en outre, il est bon de réviser les problèmes institutionnels avec une nouvelle méthodologie et davantage de documents. Quelques problèmes de recherche ont surgi tout au long de ces pages. Nous soulignerons, à cause de son intérêt, la connaissance actuellement très confuse des redevances à part de fruits à l’époque astur-léonaise et leur survivance possible postérieure ; la dichotomie incertaine de concessions ad laborundum et ad populandum ; ou les redevances à part de fruits comme condition qui peut peser sur les parcelles dont les cultivateurs ne sont pas homines ou vasallos du seigneur. Ce dernier problème entraîne différentes considérations : il semble que le schéma offert par les fueros est insuffisant pour établir les modes d’exploitation de la terre aux xie-xiiie siècles et qu’il pose le problème de la complexité de la petite exploitation, où on a pu réunir à côté des biens du cultivateur et prestamos pour lesquels il paie fuero à son seigneur et se considère son vasallo, d’autres terres de différents propriétaires pour lesquelles il paie une simple rente.

  • 41 Alfonso, Moreruela..., I, p. 343.
  • 42 A la fin du xviiie siècle, on payait encore 43 cens emphytéotiques, souscrits au xve et au début d (...)
  • 43 H. Casado Alonso, qui réalise sa thèse doctorale sur la vie rurale dans la région de Burgos à la f (...)

46Les redevances à part de fruits ne semblent pas non plus avoir été un phénomène plus important dans le Bas Moyen Age castillan et léonais. L’évolution postérieure de la grande propriété laïque et ecclésiastique s’oriente dans le sens de compléter la transformation des propriétaires de la terre en rentiers. Ce fait, qu’on observe dans les fueros plus tardifs comme ceux qui sont accordés par le monastère de Moreruela pendant la deuxième moitié du xive siècle41, trouve sa concrétisation plus significative dans les cens emphytéotiques qui se développent tout au long du xve siècle dans tout le pays. A cause de ceux-ci, des paysans individuellement et beaucoup plus souvent des municipalités, c’est-à-dire les concejos, prennent en emphytéose d’un grand propriétaire les biens qui étaient encore assignés de façon plus ou moins vague à l’exploitation directe ou ces autres biens qui s’affermaient auparavant, moyennant un cens payé en nature ou en espèces. Dans les domaines de la cathédrale de Ségovie, le processus commence avec le xve siècle ; leur valeur se prolongera séculairement. Les municipalités bénéficiaires distribuaient ces biens en lots égaux entre les habitants qui leur payaient un cens annuel42. Ce schéma semble avoir été commun dans tout le bassin du Duero plus ou moins immédiatement ; le chapitre de la cathédrale de Burgos, par exemple, le développe dès les années 50-60 du xve siècle43.

  • 44 Sur Matallana, voir le travail de J. Valdéon, « Cîteaux en Castille au Bas Moyen Age. L’exemple de (...)
  • 45 P. Martinez Sopena, El Estado Senorial de Medina de Rioseco bajo el Almirante Alfonso Enriquez (13 (...)

47Les études sur les monastères cisterciens à cette époque, comme celles qui se rapportent à Matallana et Valbuena de Duero, indiquent cette même évolution44. On voit la même chose à travers les grands domaines de la noblesse, comme les Amiraux de Castille et les Comtes de Benavente45.

48Le xve siècle, et surtout sa deuxième moitié, introduisent des formules d’exploitation de la terre qui, contrairement aux anciens fueros, mettent en relief l’importance de la municipalité dans la gestion des biens, reléguant les grands propriétaires au plan de la simple perception de cens, tandis que fournissent aux concejos une véritable capacité de disposition de l’espace agraire.

Notes

1 Les Espagnes médiévales. Aspects économiques et sociaux. Mélanges offerts à Jean Gautier Dalché, Nice, 1983.

2 C. Sanchez Albornoz, « Contratos de arrendamiento en el reino asturleonés », dans Cuadernos de Historia de España (C.H.E.), XI, 1948 ; R. Gibert, « La complantatio en el derecho medevial espanol », dans Anuario de Historia del Derecho Español (A.H.D.E.), XXIII, 1953, et « El contracto de servicios en el derecho medevial español », C.H.E., XV, 1951 ; A. Garcia Gallo, « Aportacion al estudio de los l’ueros », dans A.H.D.E., XXVI, 1956, et « El hombre y la tierra en la Edad Media leonesa : el prestimonio agrario », dans Revista de lu Facultad de Derecho de la Universidad de Madrid, 1957, vol. I, no°1 ; L. Garcia De Valdeavellano, « El Prestimonio. Contribuciòn al estudio de las manifestaciones de feudalismo en los reinos de León y Castilla durante la Edad Media », dans A.H.D.E., XXV, 1955.

3 S. de Moxo, « En torno a una problemática para el estudio del Régimen Senorial », dans Hispania, XXIV, 1964 ; J. Gautier Dalché, « Le domaine du monastère de Santo Toribio de Liébana : formation, structure et modes d’exploitation », dans Anuario de Estudios Medievales, 2, 1965 ; J.A. Garcia de Cortazar, El dominio del monasterio de S. Millán de la Cogolla (siglos X al XIII). Introducción a la historia rural de Castilla alto-medieval, Salamanca, 1969.

4 Il faut attendre le xve siècle pour trouver des systématisations semblables dans les seigneuries laïques. Nous voulons profiter de l’occasion pour signaler que, outre les seigneuries laïques et ecclésiastiques, les concejos realengos constituèrent le troisième groupe des grands propriétaires du Moyen Age dans la vallée du Duero, à partir du xie siècle au Sud et un peu plus tard au Nord ; les rares références que nous avons sur la façon d’effectuer la répartition de la terre entre leurs habitants et les redevances qu’ils percevaient ne signalent pas le recouvrement de redevances à part de fruits. Sur le mode de gestion des biens au xve siècle, tant de la part de ces municipalités sous l’autorité du roi que de celles qui se trouvaient sous l’autorité seigneuriale, voir la troisième partie de ce travail.

5 Il a été l’objet d’une étude dans l’ouvrage collectif coordonné par J.L. Martin Rodriguez, Propriedades del Cabildo Segoviano. Sistemas de cultivo y modos de explotacion de la lierra a fines del siglo XIII, Sàlamanca, 1981. Dans ce document, on fait référence à l’affermage de ces dits biens chez les membres du Chapitre. En ce qui concerne cette époque, voir en plus : M. Santamaria, « Formas de propriedad, paisajes agrarios y sistemas de explotación en Segovia, siglos XIII y XIV », dans En la España Medieval, IV. Estudios dedicados al Profesor D. Angel Ferrari Nuñez, 1984, t. II, p. 916-962.

6 Etude et publication par A. Barrios, Documentación Medieval de la catedral de Avila, Salamanca, 1981 ; Estructuras Agrarias y de poder en Castilla : El ejemplo de Avila (1088-1320), 2 vol., Salamanca, 1983 et 1985.

7 Gautier Dalché, op. cit. ; T.F. Ruiz, « Une note sur la vie rurale dans la région d’Aguilar de Campóo », dans Les Espagnes médiévales..., p. 11-20.

8 C. Estepa, « El dominio de San Isidoro de León segun el Becerro de 1313 », dans León y su historia, III, León, 1975, p. 77-163 ; M. Durany et C. Rodriguez, « El senorio de un monasterio berciano (San Pedro de Montes) en el Valle de la Valdueza », dans Semana de Historia Monacalo Cantabro-Astur-Leonés, Monasterio de S. Pelayo de Oviedo, 1982, p. 335-359.

9 Il a été l’objet d’études par J.J. Garcia Gonzalez, (Vida económica de los monasterios benedictinos en el siglo XIV, Valladolid, 1972) et S. Moreta, (Rentas monásticas en Castilla : Problemas de método, Salamanca, 1974).

10 Le Becerro de las Behetrias a été l’objet d’études depuis longtemps ; dans la perspective qui nous intéresse ici, on peut souligner celle d’A. Vaca, se rapportant à la Tierra de Campos castillane et ses alentours (« Estructura socioeconomica de la Tierra de Campos a mediados del siglo XIV », dans les Publicaciones de la Institución Tello Tellez de Meneses de Palencia, no°39, 1977, p. 229-398, et no 42, 1979, p. 205-387).

11 Barrios, Estructuras agrarias..., II, p. 101.

12 Sur le concept de solar et son évolution et sur celui de palacio, voir A. Faci, « Vocablos referentes al sector agrario en León y Castilla durante la Alta Edad Media », dans Moneda y Crédito, no°144, 1978, p. 69-87.

13 Vaca, op. cit., no°42, spécialement p. 300-331.

14 Sur les dix villages qui s’acquittaient des redevances à part de fruits, seulement dans deux on était obligé à quelque corvée ; par contre, les corvées existaient dans onze des vingt-trois villages qui payaient des cens.

15 Archives de S. Isidoro de León, code LVII, folios 23 v-25 r.

16 Gibert, « La complantatio... ».

17 Estepa, op. cit., p. 141.

18 M Bonaudo, « El monasterio de San Salvador de Ona. Economía agraria, Sociedad rural », C.H.E., LI-LIII, 1970, p. 91.

19 Gautier Dalché, op. cit., p. 89 ; I. Alfonso, La colonización cisterciense en el Valle del Duero : Et ejemplo de Moreruela, Madrid, 1983, 2 vol. ; documents nos 169 et 205.

20 Pour les cas d’Oña, voir Bonaudo, op. cit., p. 91-92.

21 Gibert, « El contrato de servicios... », spécialement p. 65 sq., et J.C. Martin Cea, « Una pequena contribución al conocimiento del campesinado Castellano : El Yuguero », dans El Pasado Historico de Castilla y León, vol. I : Edad Media, Salamanca, 1983, p. 101-112. La réglementation de ce contrat dans le Fuero de Cuenca en 1190 coïncide avec les données exposées ainsi qu’avec l’Ordenamiento de Menestrales de 1353. Ce type de cultivateur était très répandu au Sud du Duero, le Nord le connut aussi depuis des temps très anciens : en 920, le roi Ordoño II accordait un privilège au monastère d’Abellar en ce qui concernait ses iugarios (cl. J. Guallart, « Algunos documentos de inmunidad en tierras de León », C.H.E., III, 1945, p. 172). Les fueros locaux en parlent fréquemment et indiquent, en outre, une nouvelle caractéristique : les yugueros peuvent aussi être embauchés dans les exploitations familiales. A côté de cette unanimité de conditions, visible dans le monastère de Silos en 1338 et dans la cathédrale de Ségovie en 1320, un témoignage léonais informe que les yugueros percevaient en terres de l’Orbigo le quart de ce qu’ils récoltaient (C. Casado Lobato, Colección Diplomática del Monasterio de Carrizo, León, 1983, 2 vol., doc. no°319, année 1258). Je remercie MM. Gautier Dalché et Sicard, qui ont souligné au cours des Journées les rapports entre le contrat de yuguería et le khammèssat berbère.

22 Document publié par G. del Ser, Documentation de la Catedral de León (siglos IX-X), Salamanca, 1981, p. 65-68.

23 Sanchez Albornoz en publie quelques-uns dans « Contratos de arrendamiento... ».

24 Estructura Social de la ciudad de León (siglos XI al XIII), León, 1977, p. 239.

25 De nombreuses études sur les monastères bénédictins coïncident sur le fait de signaler le xie siècle comme le moment le plus important d’expansion de la grande propriété féodale ; parmi elles, celles déjà citées de Garcia de Cortázar et M. Bonaudo, auxquelles s’ajoutent celles de S. Moreta, El monasterio de San Pedro de Cardena : Historia de un dominio monástico castellano, 902-1338, Salamanca, 1971, et M. Durany, San Pedro de Montes. El dominio de un monasterio benedictino en el Bierzo, siglos IX-XIII, León, 1976. De la perspective d’un territoire concret, nous avons observé le même phénomène dans notre ouvrage, La Tierra de Campos Occidental. Poblamiento, Poder y Comunidad del siglo X al XIII, Valladolid, 1985.

26 Il y a plus de 250 textes de fueros publiés concernant la région de la vallée du Duero. Les principaux répertoires sont ceux de J. Rodriguez, Los Fueros del reino de León, León, 1981, 2 vol., et Palencia. Panórámica foral de la Provincia, Palencia, 1982 ; G. Martinez, Fueros locales en territorio de la Provincia de Burgos, Burgos, 1982. Sur les rapports entre seigneurs et paysans à travers les fueros se détachent (à part les travaux de Garda Gallo cités dans la note 2) ceux de J.L. Martin Rodriguez, « Campesinos vasallos de la iglesia de Zamora », clans Estudis d’Història Agrària, no°1, Barcelona, 1978, p. 85-97, et Campesinos vasallos del obispo Suero de Zamora (1254-1286), Salamanca, 1981.

27 La géographie des infurciones dérivées du Fuero de León est encore à faire. Dans les répertoires déjà vus, on trouve de nombreux exemples pour l’établir. Notons que, dans beaucoup de contrats individuels accordés au xiie siècle, on exige la même infurcion.

28 Sur la Rioja, voir Garcia De Cortazar, op. cit., p. 137. Sur les Asturies, voir Estepa, Estructura... León, p. 239. Sur Tierra de Campos, voir les textes publiés par Rodri Guez, Palencia..., p. 219-221 (fuero de Santa Maria de Dueñas), et Sanchez Albornoz, « Contratos de arrendamiento... », p. 179 (fuero de Villarmildo). Une vision de l’ensemble des corvées dans I. Alfonso, « Las sernas en Castilla y León », dans Moneda y Crédito, no°29, 1974, p. 153-210 ; le problème a été révisé récemment par J.J. Garcia Gonzalez, « Rentas de trabajo en San Salvador de Oña : Las sernas, 1011-1550 », dans Cuadernos Burgaleses de Historia Medieval, no°1, 1984.

29 Documents publiés par Rodriguez, Fueros... León, II, nos 68, 69 et 91.

30 Casado Lobato, Colección... Carrizo, I, no°79 ; Rodriguez, Fueros... León, no°67.

31 Sur les caractéristiques du foro, voir par exemple Durany, San Pedro de Montes..., p. 86-87.

32 Le roi Fernando II de León donne le lieu de Foyos, exploité par les habitants d’Abelgas, à la cathédrale de León. Document publié par Risco, España Sagrada, XXXVI, ap. LVII, p. 123-124.

33 Il faut souligner que le mot vasallo est utilisé en Castille et León pour désigner les paysans dépendants de n’importe quel seigneur, en dehors de son sens dans le cadre de la féodalité.

34 Textes publiés par J. Rius Serra, « Nuevos fueros de tierras de Zamora », dans A.H.D.E., VI, 1929, p. 446-447 et 450-451.

35 Textes publiés par E. de Hinojosa, Documentas para la Historia de las Instituciones de León y Castilla (siglos X al XIII), Madrid, 1919, nos XLI, p. 64-68, et XLIX, p. 82-84.

36 Texte publié par E. Staaff, Etude sur l’ancien dialecte léonais d’après des chartes du XIIe siècle, Upsala, 1907, no°LXIV, p. 98-100.

37 Il y a de nombreux contrats où des nobles et ecclésiastiques prennent à ferme des domaines entiers en payant un cens ; dans lesdits affermages, on inclut les biens de palacio, les droits perçus par les paysans, les dîmes, etc. Le processus est documenté spécialement à partir des années 1175.

38 Sur Bolanos de Campos, voir Archives de la Cathédrale de León, code XL, folio 103.

39 Un bail pour Sandoval (G. Castan Lanaspa, Documentas del monasterio de Villaverde de Sandoval, León, 1981, no°76, a. 1251) et un autre pour Benevivere (Archivo Histórico Nacional [A.H.N.], Section Clero, carp. 1690, no°8, A. 1206-1211) ; ceux de Monasterio de Vega, dans L. Serrano, Cartulario de Monasterio de Vega, Madrid, 1927, nos 88 fa. 1226), 90 (a. 1227), 91 (a. 1227), et A.H.N., Clero, carp. 3429, no°3 (a. 1254) ; ceux de Sahagún, dans A.H.N., Clero, carp. 908, no°6 (a. 1199) ; carp. 911, no°15 (a. 1217) ; carp. 913, no°19 (a. 1231) ; carp. 915, no°23 (a. 1253) ; en plus, E. Staaff, op. cit., XXII, p. 29-30 (a. 1243), et XXVI, p. 34-35 (a. 1245). Voir aussi Casado Lobato, op. cit., I, nos 95 (a. 1215) et 280 (a. 1251).

40 Phénomène bien documenté, par exemple dans les domaines du monastère de Vega : a. 1268 et a. 1317 (Archives de l’abbaye de Montserrat, parchemins de Monasterio de Vega) ; a. 1373 (A.H.N., Clero, leg. 7602)...

41 Alfonso, Moreruela..., I, p. 343.

42 A la fin du xviiie siècle, on payait encore 43 cens emphytéotiques, souscrits au xve et au début du xvie siècle, la plupart par concejos. Sur ceci et la distribution entre les habitants du village des lots moyennant fetosines, voir l’étude de A. Garcia Sanz dans Martin, Las propiedades del cabildo segoviano..., spécialement p. 107.

43 H. Casado Alonso, qui réalise sa thèse doctorale sur la vie rurale dans la région de Burgos à la fin du Moyen Age, a communiqué que l’on conserve au moins 73 cens emphytéotiques des concejos de la région en faveur des grands propriétaires, tous du xve siècle.

44 Sur Matallana, voir le travail de J. Valdéon, « Cîteaux en Castille au Bas Moyen Age. L’exemple de Matallana », dans Les Espagnes médiévales..., spécialement p. 46-48. Sur Valbuena, voir Ma. Jesus Ortega, Santa Maria de Valbuena. Un monasterio cislerciense a orillas del Duero, siglos XII-XV, Valladolid, 1983, spécialement p. 151-178.

45 P. Martinez Sopena, El Estado Senorial de Medina de Rioseco bajo el Almirante Alfonso Enriquez (1389-1430), Valladolid, 1977, et I. Beceiro Pita, El Condado de Benavente en el siglo XV, thèse doctorale inédite, Université de Valladolid, 1980.

© Presses universitaires du Midi, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search