Version classiqueVersion mobile

Les revenus de la terre

 | 
Charles Higounet

Rapports

Redevances à part de fruits et métayage dans la Provence médiévale : tasque et facherie

Louis Stouff

Texte intégral

  • 1 Par pays rhodaniens, il faut comprendre la partie rhodanienne de la Provence, la région d’Arles et (...)
  • 2 M. Hébert, Tarascon au XIVe siècle. Histoire d’une communauté urbaine provençale, Aix-en-Provence, (...)
  • 3 G. Duby, « La seigneurie et l’économie paysanne dans les Alpes du sud en 1338 », Etudes Rurales, 1 (...)
  • 4 R. Bellon, La seigneurie foncière de l’abbaye de Montmajour du Xe au XIIe siècle, 1954 ; P.-P. Pas (...)
  • 5 B. Guérard, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, 2 vol., Paris, 1857 ; H. Moris et (...)

1Les redevances à part de fruits et le métayage ont été deux réalités très répandues dans la Provence et les pays rhodaniens de la période médiévale1. Mais ce sont aussi deux réalités difficiles à présenter faute de travaux d’ensemble sur les campagnes provençales du Moyen Age, ou même seulement du bas Moyen Age, comparables à ceux publiés sur le Bordelais, la région parisienne, le Lyonnais, l’Anjou ou le Hainaut. Les thèses les plus récentes concernent des villes : Aix, Arles, Grasse, Tarascon2. Elles se sont toutes, fort heureusement, intéressées à l’exploitation de la terre aux xive et xve siècles. Il y a l’article fondamental de Georges Duby sur la seigneurie et l’économie paysanne en Provence et dans le sud du Dauphiné en 1338, le livre de Thérèse Sclafert sur les Alpes du sud, le travail de Jean-Jacques Letrait sur les actes d’habitation, les écrits de l’historien du droit Roger Aubenas3. Il y a enfin plusieurs mémoires de maîtrise ou diplômes d’études supérieures consacrés à des seigneuries ou à des localités rurales : abbayes de Montmajour et de Silvacane, villages ou petites villes de Saint-Rémy, Salon, Meyreuil, Pourrières4. Cette énumération ne doit pas faire illusion : les études menées jusqu’à aujourd’hui éclairent de façon très insuffisante les redevances paysannes et les modes d’exploitation du sol, métayage ou fermage. Il a donc fallu, pour la préparation de ce rapport, avoir recours aux sources imprimées : cartulaires des abbayes de Saint-Victor et de Lérins, cartulaire de la Chartreuse de Montrieux, cartulaire de la commanderie des Hospitaliers de Saint-Thomas de Trinquetaille, chartes de l’abbaye de Montmajour, statuts d’Arles (fin xiie-début xiiie siècles), enquête sur les possessions et les droits du comte de Provence, Charles Ier d’Anjou (1252), enquête menée dans les commanderies de l’Hôpital dépendant du Grand Prieuré de Saint-Gilles (1338)5. A ces textes, il eut fallu ajouter l’énorme masse de registres de notaires !... Seuls ceux d’Arles ont pu être utilisés.

2Il a été possible, à partir de ces matériaux divers, d’esquisser une présentation des redevances à part de fruits qui grèvent les tenures, et du métayage qui concerne les terres de la réserve seigneuriale, de rechercher l’origine et les débuts de ces deux types de concession du sol, de voir le lien possible entre les redevances à part de fruits et les défrichements, de s’intéresser au rapport existant entre les progrès du métayage et les difficultés de la deuxième moitié du xive siècle, en définitive de poser quelques-unes des grandes questions de l’histoire rurale de l’Occident médiéval à propos de la Provence.

3Il s’agit de présenter la tasque et la facherie. Le premier de ces termes désigne une redevance à part de fruits, le second une forme de métayage.

La tasque

  • 6 Du Cange, Glossarium Mediae et infimae latinitatis, t. VIII, p. 36. L’histoire de ce mot et de l’in (...)
  • 7 J.-F. Niermeyer, Mediae latinitatis lexicon minus, Leiden, 1964, p. 1014.
  • 8 P. Bonassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle. Croissance et mutation d’une soc (...)

4Le vocabulaire désignant les redevances à part de fruits est très limité. Quelques parcelles de vignes sont astreintes au versement de la moitié ou du tiers de la récolte. Plus souvent, le quart est prévu et celui-ci est appelé le quarton. Mais un vocable l’emporte de loin : la tasque, tasca dans les documents latins ou provençaux. Du Cange la définit comme une prestation agraire fréquente dans les chartes de Languedoc et de Provence6. Niermeyer cite des mentions de tasque en Languedoc au ixe siècle et en Catalogne au xe siècle7. Pierre Bonassie confirme le fait pour la Catalogne. Il écrit des grands propriétaires fonciers : « Ils louèrent leur terre contre versement d’une part déterminée des récoltes... » et plus loin : « A l’instar des cens fixes, la redevance partiaire demeura donc d’un taux modeste : ce fut la tasque. Attestée dès le début du xe siècle, mais apparue sans doute antérieurement, celle-ci devint bien avant l’an mil la forme d’imposition du sol la plus généralement répandue dans les zones pionnières. Quant à son montant, les documents fournissent tous des informations concordantes : du Xe au xve siècle, la tasque représente en Catalogne un prélèvement du onzième des récoltes8. » La Provence se rapproche du Languedoc et de la Catalogne. Sept siècles durant, de l’an mil à la fin du xviiie siècle, la tasque existe en Provence ; elle est par excellence la redevance à part de fruits. Elle mérite donc que sa nature et son histoire soient ici présentées.

  • 9 Aubenas, op. cit., p. 70.

5Le bail à tasque, pour les historiens du droit, est un cas particulier du bail à acapte. Le preneur, le tenancier, a le domaine utile de la parcelle de terre, mais a un certain nombre d’obligations : payer à l’entrée un droit d’acapte, ne pas sous-accenser le bien, n’aliéner le bien qu’avec l’autorisation du concédant et à condition que soit versé par l’acquéreur un droit de mutation, verser au bailleur une part des fruits. C’est sur ce dernier point seulement que le bail à tasque se différencie du bail à cens9.

  • 10 Chantelou, op. cit., p. 105.
  • 11 Baratier, op. cit., p. 97, note 2 ; Guérard, op. cit., no°988 ad tascham que nona pars appelatur.
  • 12 J.-J. Letrait, op. cit.
  • 13 Arch. dép. B. du Rh. IIIG31 ...percipit dicta mensa capitularis sextant partem videlicet tascam ra (...)

6Cette part des fruits est variable. Une charte de l’abbaye de Montmajour concernant son prieuré de Correns, près de Brignoles, indique comme en Languedoc le 1/1 1e10. Dans l’enquête du comte de Provence de 1252 et dans le cartulaire de Saint-Victor, on rencontre de nombreux exemples de tasque au 1/9e qui rappellent les nones de l’époque carolingienne11. Edouard Baratier signale que, dans l’enquête de 1252, les taux vont de 1/9e au 1/20e, et Jean-Jacques Letrait qu’à l’extrême fin de la période médiévale et au début du xvie siècle, ils vont du 1/6e au 1/25e12. Sur les terres du Chapitre Saint-Trophime d’Arles, en 1340, le prélèvement est du 1/6e13.

  • 14 Moris, op. cit., t. 2, p. 129.

7Les productions concernées par la tasque sont très diverses. Apparemment, tous les produits de l’agriculture provençale peuvent être soumis à cette redevance. L’acte d’habitation de Valbonne de 1519 prévoit la tasque de tous « les blés, annone, seigle et autres grains, fèves, lentilles, gesses et autres légumes, du chanvre, du lin, du raisin » à raison de 1/15e14. L’enquête de 1252 mentionne la tasque sur les vignes à Eze, en Camargue ; sur les figues à Nice et à Eze. Le censier de Salon de 1304 signale la même redevance sur les vignes. Un document de 1297 et l’enquête des Hospitaliers de 1338 indiquent qu’elle frappe le chanvre en Haute-Provence. A Senez, au xie siècle, Saint-Victor la perçoit sur les champs, les vignes, les arbres, les prés et les jardins. Vers l’an mil à Correns, elle frappe les terres, mais aussi les jardins et les prés14. Au-delà de cette diversité, il faut retenir que ce sont avant tout les champs, les terres à blé qui sont soumises à la tasque et ces terres sont parfois appelées terra tasquiera.

  • 15 G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, 2 vol., Paris, 1962, (...)
  • 16 Chantelou (Dom), op. cit., p. 105.

8Il est traditionnel de lier la tasque aux grands défrichements15. Or, en Provence, deux caractéristiques de la tasque s’imposent : son universalité, sa précocité. Les cartulaires attestent son existence partout, aussi bien dans la Provence rhodanienne que dans les Alpes, aussi bien dans la basse-Provence intérieure que dans la Provence maritime. Ils montrent aussi qu’elle est répandue très tôt. Le cartulaire de Saint-Victor en referme trente mentions : vingt pour le xie siècle, six pour le xiie siècle, quatre pour le premier tiers du xiiie siècle. Il en existe quatorze pour les trois premiers quarts du xie siècle. Le cas de la Provence paraît se rapprocher de celui de la Catalogne, mais l’absence de documents pour le xe siècle interdit de l’affirmer. En tout cas, au moment où s’achève le premier millénaire, la tasque existe et est sans doute une réalité ancienne. Le témoignage le plus intéressant sur ce point est un accord passé entre l’abbé de Montmajour et le prieur de Correns : In terris cultis qui in territorio Corrensi existunt seu modo vel antea fuerint talis usus longevus apud nos habetur, ut decimant et undecimam que undecima apud nos nos (sic) vulgariter tasca nuncupatur, dominis suis monachis habitatores ejusdem loci reddant, quia rationibus consuetudinariis cantam est et legalibus ut decima Deo, undecima domino de omnibus que possident persolvantur. De pratis vero seu ortis similiter decima et undecima pars persolvitur de omnibus que ibi nascuntur seu seruntur seu persolvantur16. Les origines, les conditions d’apparition et d’expansion de cette tasque du xie siècle sont obscures. Les nombreuses mentions des années 1000-1070 sont antérieures aux grands défrichements. Deux hypothèses pourraient être envisagées : les plus anciennes tasques figurant dans les chartes pourraient être un témoignage indirect sur une première vague de défrichements ignorés, mais elles pourraient aussi être simplement le prolongement d’une réalité antérieure carolingienne, voire mérovingienne.

  • 17 Guérard, op. cit., no°345 : ipsam terrain... cum omni decimo el tascha ; no°343 : El ego Rostagnus (...)

9Dans les actes des xie et xiie siècles, la tasque peut concerner tous les habitants d’un village, lorsque celui-ci fait partie de la seigneurie foncière de Saint-Victor ou de Montmajour : c’est le cas de Correns cité plus haut ; elle peut aussi ne s’appliquer qu’à un ou plusieurs manses ou terres donnés à l’une ou à l’autre de ces deux abbayes17.

  • 18 Ibid., no°949 : Item mando ut decimarius quern prior ibi posuerit qui congregaverit dictam deciman (...)

10Elle est, le plus souvent, liée à la dîme. Les formules qui reviennent sont tasqua et decima, in taschis et decimis. Cette association est parfaitement logique : il s’agit de deux prélèvements qui se font au même moment, lors de la récolte et, lorsqu’il s’agit de grain, au même endroit, sur l’aire. Elle existe encore au début du xive siècle, comme le montre l’enquête des Hospitaliers de 1338. Dans les premières du xiiie siècle, un accord est conclu entre l’archevêque d’Aix et le prieur du prieuré victorin de Saint-Antonin. Le decimarius rassemblera les revenus de la dîme et de la tasque ; ensuite, le prieur prendra la moitié du total au titre de la tasque et l’autre moitié sera partagée entre le prieur et l’archevêque (1/4 à l’archevêque, 3/4 au prieur) au titre de la dîme. Dans cette localité, le même taux s’applique aux deux redevances18.

11La tasque est souvent partagée entre plusieurs seigneurs. Saint-Victor reçoit à plusieurs reprises la moitié de la tasque d’un village, de terres ou d’un manse.

  • 19 Amargier, op. cit., nos 19, 30, 287 et 221.

12La tasque apparaît enfin comme le signe de la propriété éminente d’une terre. Dans le cas d’une donation, il arrive que le donateur se réserve la tasque. Le « Cartulaire de Trinquetaille » renferme deux actes de ce type. En 1137, un laïque confirme à l’Hôpital un honor, excepta tasca illius honoris quam mihi retineo. En 1192, il est écrit que l’abbesse de Saint-Césaire a concédé aux Hospitaliers une terre en Camargue salva monasterii Sancti Cesarii tascam fructum ejusdem terre19.

  • 20 Pascalet, op. cit., p. 81-82.

13Un acte, isolé il est vrai, du fonds de l’abbaye cistercienne de Silvacane permet de se demander si la tasca n’est pas une redevance banale. En 1221, Béatrice, fille du seigneur de Fuveau, vend à l’abbaye le territoire de Valbonette ; il est précisé : ecclesie Beate Marie de Silvacana et universitati eiusdem per stipulationem quod de terris quas homines ibi habent quas dicunt esse liberas et de quibus dicunt se non debere facere ullam prestationem nec censum aliquem dari quod de illis et de omnibus aliis faciemus dari tascas20. La tasque frappant des terres qui ne sont pas des tenures mais des alleux ? Il y a là une obscurité de plus sur cette redevance à part de fruits.

14Passé 1070, les mentions de tasques sont nettement moins nombreuses puis, à la fin du xiie siècle, elles se multiplient à nouveau et sont fréquentes jusque dans la première moitié du xive siècle. C’est alors la grande époque de la tasque et du quarton sur les vignes.

  • 21 Amargier, op. cit., no°8.
  • 22 Sclafert, op. cit., p. 27 sq.

15On rencontre alors le lien entre la tasque et les défrichements. En 1192, Hugues de Baux renonce à la dîme et à la tasque en faveur de l’Hôpial sur six terres situées dans le nord de la Camargue, en Corrège ; il s’agit de terres qui viennent d’être conquises sur le marais et pour plusieurs d’entre elles est inscrite la formule : ... cum omni incremento quod poterit fieri in paludem...21. La tasque apparaît dans les régions de relief accidenté, en liaison avec les défrichements de la terre gaste. Thérèse Sclafert a très bien étudié cet aspect ; elle cite, entre autres, une enquête de 1246 à Cagnes : Item est sciendum quod de omnibus gastis que rumperetur per homines dicti comitis percepit dominus cornes tascham22. Il serait possible de citer des dizaines d’exemples de tasques frappant des parcelles gagnées sur la terre gaste, notamment dans ces deux remarquables sources que sont l’enquête comtale de 1252 et celle menée chez les Hospitaliers en 1338. En 1252, on utilise l’expression in tasquis de gastis.

  • 23 Baratier, op. cit., p. 97, note 3, et Sclafert, op. cit., p. 27 sq.

— La tasque frappe les terres mises en culture dans les forêts. En 1296, dans la haute vallée du Var à Saint-Martin-d’Entraunes, le comte la percevait ainsi sur le bois de la Tardessa. Dominus habebat in bosco de la Tardessa scilicet taschas dum bladum est in terris ibidem sitis23. Ce passage est intéressant : il montre la tasque levée sur des cultures temporaires.

  • 24 Baratier, op. cit., p. 97, note 3.
  • 25 Beaucage, op. cit., p. 271 : hem, habet, de terris in montibus, que modici valoris existant ( ?) t (...)

— Elle frappe fréquemment les montagnes. En 1297, à Méailles, village de la vallée de la Vaire, il est question de montanea que dantur ad tasquam24. En 1338, à Montfort, l’Hôpital perçoit la tasque sur des terres de peu de valeur sises dans les montagnes et labourées par les hommes du lieu25.

  • 26 Beaucage, op. cit., p. 243 : hem habet dicta domus unum ubac seu gastaria nunquam laboratur, tamen (...)
  • 27 Baratier, op. cit., p. 251.

— Elle frappe, d’une façon générale, les terres de mauvaise qualité. En 1338, à la Faye, au nord de Grasse, les Hospitaliers ont un ubac ; il est dit à son sujet :... ubac seu gastaria que numquam laboratur... Si dictum ubac rumperetur et laboraretur, dicta domus de omnibus hiis qui ibidem seminarentur haberet tascam...26. Les terres concédées contre des redevances à part de fruits sont les plus difficiles à travailler, celles situées à la périphérie des terroirs, celles que les seigneurs renoncent à exploiter directement ou pour lesquelles ils ne trouvent pas de métayers. C’est ainsi, semble-t-il, que l’on peut interpréter une phrase de l’enquête de 1252, à propos du village d’Aspremont : De quibus habetur tasca solum propter defectum populi27.

  • 28 Sclafert, op. cit., p. 27 sq.
  • 29 Stouff, Un aspect de la Haute-Provence à la fin de la période médiévale : Peuplement, économie et (...)

16Pour les paysans provençaux du temps de la pression démographique, la terre gaste est une tentation permanente. Ils souhaitent pouvoir l’utiliser pour y ramasser du bois, y faire paître leurs troupeaux, mais aussi pour y défricher quelques pièces de terre. Il arrive que le seigneur refuse le défrichement : c’est ce que fait, en 1260, à Salgues, le commandeur de l’Hôpital de Ruou28. En agissant ainsi, le seigneur renonce à percevoir les tasques. Les rustres, pour leur part, apprécient le faible taux de la tasque. En 1287, les habitants de Banon, au pied de la montagne de Lure, luttent pour conserver les terres qu’ils ont défrichées dans la vallée de Visco. Ils obtiennent finalement gain de cause et les gardent contre le paiement de la tasque29.

  • 30 Chantelou (Dont), op. cit., p. 443.
  • 31 Baratier, op. cit., p. 97.

17Un texte arlésien montre indirectement la relative modicité de la tasca. Une transaction de 1215 entre l’archevêque d’Arles et l’abbé de Montmajour, à propos de terres à assécher situées entre la ville et le monastère, révèle une crainte commune aux deux parties : le prélat et l’abbé ont chacun pour leur part peur que l’autre attire des défricheurs en leur faisant des conditions trop favorables. Ils décident qu’aucun des deux ne concédera de terres ad minorent partem quam ad tascham et decimam30. Edouard Baratier écrit dans son introduction à l’enquête de Charles d’Anjou : « Pour les enquêteurs cette redevance d’un maigre rapport apparaît presque comme une quantité négligeable. » Certains passages de ce document confirment ce jugement ; à Figanières, on note : Item circa LX sestariatas de quibus nihil potest haberi nisi tasca. Mais Edouard Baratier ajoute : « ... pourtant, comme les tasques sont innombrables, elles représentent un revenu appréciable, à condition d’être régulièrement perçues »31.

18La place de l’ensemble des redevances à part de fruits, tasque et quarton, dans l’ensemble des revenus fonciers seigneuriaux, est difficile à saisir de façon précise. D’après l’enquête de 1252, le comte de Provence possède des terres et des droits fonciers dans 54 localités ; dans 44 d’entre elles, il perçoit des tasques. En 1338, sur les 33 commanderies de l’ordre de l’Hôpital visitées, 20 comptent la tasque parmi leurs revenus. Il est possible de voir, à l’intérieur de quelques seigneuries particulières, la place des parts de fruits dans l’ensemble des revenus perçus. Cette place apparaît variable.

  • 32 Ibid., p. 403-408.

19Dans le nord de la Camargue, à l’intérieur du territoire d’Arles, le comte reçoit des redevances sur 349 biens (268 terres et 76 vignes). Les cens sont 33, les combinaisons de parts de fruits et de redevances fixes 47, les redevances à parts de fruits 269, dont 214 tasques. Dans cette zone de la Provence conquise sur les surfaces aquatiques, il y a, au milieu du xiiie siècle, une prépondérance écrasante des prélèvements proportionnels aux récoltes : 77 % du total32 (tableau 1).

TABLEAU I. — Tenures appartenant au comte de Provence dans le Nord de la Camargue en 1252

TABLEAU I. — Tenures appartenant au comte de Provence dans le Nord de la Camargue en 1252
  • 33 Le tableau 2 a été dressé à partir des mémoires de maîtrise cités plus haut dans la note 4 de C. M (...)

20La comparaison de trois seigneuries : Saint-Rémy au comte en 1299, Salon à l’archevêque d’Arles en 1304, Meyreuil aux Dominicaines d’Aix en 1318-1319, met en lumière l’importance des parts de fruits avec, toutefois, des situations diverses33 (tableau 2) :

  • 34 Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, Paris, 1962, p.

— Georges Duby écrit : « La perception fixe paraissant à tous beaucoup plus commode, seigneurs et paysans, d’un commun accord, l’étendirent aux labours lorsque les essarts parvinrent à leur plein rapport. En fait, vers le milieu du xiie siècle, on voit dans les textes champarts et tasques se raréfier considérablement, et se multiplier les cens »34. Il est possible qu’une pareille évolution se soit produite en Provence. Dans les terroirs de plaine, les plus anciennement mis en valeur, les redevances fixes ont dû à un certain moment remplacer les parts de fruits : à Saint-Rémy, les cens représentent 61,5 % du total des redevances ; à Salon, 70 %.

— A Meyreuil, village de colline au défrichement tardif, la proportion des terres soumises à la tasque représente près de la moitié des parcelles.

21Les redevances à part de fruits ont ensuite été victimes de la crise du Moyen Age finissant. Le témoignage des censiers, livres de reconnaissances, cadastres du xve siècle est très clair. La tasque et le quarton ont disparu. Le livre terrier — ancêtre du cadastre — d’Arles de 1437 montre que dans le nord de la Camargue les 317 parts de fruits ou combinaisons de cens et de parts de fruits de 1252 ne sont plus perçues. Lorsque les tenanciers versent des produits agricoles, raisin ou grain, il s’agit de quantités fixes. Lorsqu’on donne une parcelle en acapte, c’est toujours contre un cens. Lorsqu’on donne une parcelle de vigne à planter, il n’est jamais question de quarton. On utilise, dans ce cas, le bail à complant, qui aboutit au bout de quelques années au partage de la parcelle. La plantation de vigne au xve siècle n’entraîne pas la multiplication des redevances à part de fruits.

TABLEAU II. — Redevances fixes et redevances à part de fruits

TABLEAU II. — Redevances fixes et redevances à part de fruits

1. Enquête sur les possessions et droits du comte Charles II de 1299. Arch. dép. B. du Rh. B 1022. 2. Censier de Salon. Fonds de l’archevêché d’Arles. Arch. dép. B. du Rh. 3G 124. 3. Reconnaissances faites aux Dominicaines de Notre-Dame-de-Nazareth d’Aix. Arch. dép. B. du Rh. 68 H 6.

  • 35 N. Coulet, Les Ordres militaires, la vie rurale et le peuplement dans le sud-est de la France au M (...)

22L’enquête sur les commanderies de l’ordre de l’Hôpital de 1373 montre que tasques et quartons ne rentrent plus. Le rapport présenté à Flaran en 1984 par Noël Coulet révèle que dans la commanderie de Bras, en 1338, la tasque rapportait 40 setiers, après la première épidémie de peste 20 setiers, en 1373 1 setier. A Mallemort, à Calissane, à Royère, les quartons de vignes ne rapportent plus rien. Alors que les cens résistent, les prélèvements proportionnels aux récoltes s’effondrent35.

23Dans l’ensemble de la Provence, la tasque recule ou disparaît. En ces temps difficiles, les seigneurs acceptent des réductions de cens, ils se résignent aussi au passage de la tasque à des redevances fixes. A Pourrières, au pied de la Sainte-Victoire, au début du xve siècle, des ferrages passent du régime de la tasque à un cens d’un denier. La disparition de la tasca est liée au dépeuplement et aux conditions plus favorables consenties aux tenanciers.

  • 36 Stouff, op. cit., p. 89.

24Il ne faut pas oublier qu’elle était levée sur les terres gastes, sur les zones les moins fertiles et les plus périphériques des terroirs. Ces parcelles ont été les premières abandonnées au temps des difficultés. Elles retournent au bois et à la broussaille. Les seigneurs les rattachent à la réserve et les utilisent comme pâturage. La région de Banon offre un exemple de ce type de situation. En 1287, les paysans avaient obtenu le droit de pénétrer dans la vallée de Visco pour y prendre du bois, y mener leurs bêtes et y cultiver des pièces de terre contre le versement de la tasque. Au xve siècle, le seigneur s’est réservé ce secteur, il y envoie son troupeau et des troupeaux étrangers. Les habitants protestent, invoquant la transaction de 1287, mais le seigneur réplique que les tasques n’ont plus été payées depuis longtemps36. Liées au défrichement sur la terre gaste, les tasques disparaissent avec l’abandon des cultures dans la terre gaste.

25Pourtant la tasque n’est pas morte. Dans les actes d’habitation de la fin du xve et du début du xvie siècle, elle figure. On représente en général les seigneurs, cherchant à repeupler leurs villages abandonnés, faisant de larges concessions aux hommes qu’ils veulent attirer. En réalité, les paysans ont profité des conditions avantageuses surtout au temps des difficultés. Mais, à la fin du xve siècle et au début du xvie siècle, les seigneurs font fixer par écrit dans les actes d’habitation les charges pesant sur les hommes et, à cette occasion, ils s’efforcent de faire revivre les charges anciennes, parmi elles la tasque sur les parcelles défrichées sur la terre gaste. Dans ces actes, la tasque est systématiquement indiquée.

  • 37 Moris, op. cit., t. 2, p. 170.

26On ne connaît pas les destinées de la tasque à l’époque moderne. Notons seulement qu’en 1732, l’abbaye de Lérins achète la seigneurie de Rougon ; celle-ci comporte un droit de tasque au 1/14e sur les biens défrichés de la terre gaste37. L’histoire de la tasque est une longue histoire : elle débute au plus tard avec l’expulsion des Sarrasins à la fin du xe siècle et se termine dans la Provence des Lumières. Mais elle est une réalité médiévale et n’est plus aux temps modernes qu’une survivance, à la différence de la forme provençale du métayage, la facherie, qui est un type de contrat aussi important dans la Provence moderne que dans celle du Moyen Age.

La facherie

  • 38 Ce mot viendrait du latin fructuaria donnant frucharia et par corruption facharia. Gaffiot cite un (...)

27En Provence, le terme qui désigne le métayage est le mot affacharia ou facharia, et celui qui désigne le métayer facherius. Il s’agit de vocables qui ne sont pas spécifiquement provençaux ; ils existent aussi en Languedoc38.

  • 39 Aubenas, op. cit.

28La facherie est un contrat par lequel le possesseur du sol concède la terre pour une courte durée (quelques années : les durées sont très variables), contre le versement d’une part de la récolte (1/2, 1/3, 1/4...) par le fachier et contribue à la fourniture de la semence et parfois à l’entretien de l’outillage39.

29Ce que l’on sait de la facherie en Provence permet de distinguer deux périodes dans son histoire : des origines au milieu du xive siècle, de 1350 à 1500.

  • 40 C. Giraud, Essai sur l’histoire du droit français au Moyen Age, 2 vol., Paris-Leipzig, 1846, t. 2, (...)
  • 41 Amargier, op. cit., nos 119, 175, 179, 180.
  • 42 Ibid., no°175.
  • 43 Guérard, op. cit., nos 949 et 962. On trouve aussi le mot facherius ; no°947 : facherii vel coloni (...)
  • 44 Baratier, op. cit., p. 95, et J.-H. Pryor, Business contracts of medieval Provence, Toronto, 1981, (...)
  • 45 P. George, La région du bas-Rhône. Etude de géographie régionale, Paris, 1935, p. 324.

30La facherie est une forme de contrat ancienne. L’article 176 des statuts d’Arles, vraisemblablement des années 1215-1235, oblige les possesseurs du sol et les fachiers à faire rédiger par écrit, par un notaire, le contrat conclu40. Quatre actes du cartulaire de Saint-Thomas de Trinquetaille la mentionnent entre 1190 et 119841. L’un d’eux indique même que la part de récolte versée par les Templiers au propriétaire de la terre était le quart : ...domus Militiae tenebat ad quartum nomine facharia42. Deux chartes du cartulaire de Saint-Victor de 1218 et 1219 renferment le mot facharia43. Le plus ancien registre de Marseille contient une facherie de 1248 et Edouard Baratier signale deux facheries de terres de 1278 et 1279 pour six et huit ans et contre versement du quart et de la moitié des fruits44. La facherie est, au xiiie siècle, un contrat largement répandu et il faut rejeter l’opinion du géographe Pierre George, selon laquelle elle serait une institution importée d’Italie au moment de la Renaissance et des guerres de religion45.

31L’enquête comtale de 1252 fait connaître le mode d’exploitation des terres des réserves dispersées en Provence que le prince n’exploite pas directement. Ces fonds ruraux dont la Cour a la gestion directe sont évalués avec précision. Pour apprécier la qualité des terres, le rapport à en espérer, les enquêteurs précisent qu’elles sont données à moitié, au tiers, au quart... On distingue celles qui rapportent des parts de fruits nettes (megira sine expensis) et celles pour lesquelles la Cour doit faire les frais du labourage, des semailles, parfois des moissons (à Auzet, en Haute-Provence : una megira posita semine et factis expensis in messibus ; à Orgon :... ferrago... megira levato semine).

  • 46 Baratier, op. cit., 267.

32Les meilleures terres sont données à moitié : elles sont une soixantaine, aussi bien en Haute qu’en Basse Provence. Edouard Baratier fait remarquer qu’elles sont plus nombreuses dans les régions de collines que dans les plaines, aujourd’hui zones de culture intensive, mais trop marécageuses alors pour être d’un excellent rapport. On désigne ces terres par les expressions mejeria, megira ou encore de qua potest haberi medietatem. Les terres au tiers sont 70, réparties dans tout le pays ; elles sont dites tercia, tercira, ad tertiam partem. Une centaine d’autres sont concédées au quart ou au cinquième ; elles sont surtout situées dans les terres accidentées et pauvres de la baillie de Digne et de la viguerie de Nice (quartira, quarteria, quartoneria, que datur ad quartonem, quintira, quintineria). Une vingtaine seulement sont au sixième. Quelques terres sont données au septième et au huitième. Pour une seule localité sont indiquées les superficies représentées par chaque catégorie : à Châteaurenard, il y a 23 sétérées de terres megires, 405 de terres tercires, 183 de terres quartonières. Sur les biens ruraux tenus en réserve seigneuriale par le comte, l’usage de la facherie est répandu. Le mot lui-même apparaît ; par exemple, au lieu-dit Saint-Nazaire, à Villeneuve-Loubet : Item habet terras supra Sanctum Nazarium que dantur facheriis XII cestariatarum46.

  • 47 G. Duby, outre « La seigneurie et l’économie paysanne. Alpes du Sud. 1338 », Etudes Rurales, 1961, (...)

33L’enquête menée en 1338, dans les commanderies de l’ordre de l’Hôpital dépendant du Grand Prieuré de Saint-Gilles, utilisée par Georges Duby dans des études classiques parmi les médiévistes, reprise par Noël Coulet dans son rapport présenté à Flaran en 1984 sur « Les ordres militaires, la vie rurale et le peuplement dans le sud-est de la France au Moyen Age », permet de faire un certain nombre d’observations sur la facherie en Provence et dans le sud du Dauphiné, à dix ans de la Peste noire47.

Trois constatations s’imposent :
— La facherie se rencontre dans toutes les régions, à Orange et à Nice, en Camargue et dans les Alpes.
— Les parts de récoltes prélevées par les Hospitaliers sont très diverses : elles vont du huitième à Grasse à la moitié en Camargue ; sur les terres de la seule commanderie d’Orange, le taux va de la moitié au sixième.
— La facherie est très inégalement utilisée dans les 32 commanderies possédant une réserve. Seize l’ignorent complètement. Dans huit autres, le pourcentage des terres données à des fachiers ne dépasse pas 20 %. Dans une seule, il y a un partage égal entre les terres données en facherie et celles conservées ad manus. Dans trois, la facherie dépasse les deux-tiers, dans trois enfin, toutes sont confiées à des métayers. Georges Duby a résumé la situation : « L’affermage en facherie des labours était relativement peu développé, 1 200 hectares de domaine seulement sur plus de 7 000 étaient soumis à ce régime » ; à peu près 17 % (tableau 3).

34Il y a donc une limite à l’extension du métayage, une limite qu’il est possible d’interpréter de façons différentes.

35Georges Duby a très bien montré que l’exploitation des terres à blé était peu rentable. Il pose la question : « Dans ces conditions, l’intérêt bien compris des seigneurs, n’eut-il pas été de confier la mise en valeur des terres à d’autres, de bailler ces champs ingrats à des métayers ? ». Il insiste sur le fait que la facherie est surtout employée dans les vallées du Rhône, de la Durance et de l’Argens, dans les pays les plus ouverts et de sol moins ingrat. Pour les autres terres, le mieux est de suivre son analyse :

« Ailleurs, c’est-à-dire dans les seigneuries où le faire-valoir direct rapportait le moins, les frères de Saint-Jean avaient peu de métayers. Pourquoi ? Routine ? Méconnaissance de leur intérêt véritable ? Il apparaît que souvent ils étaient obligés de conserver leurs labours parce que personne n’avait voulu les prendre à part de fruits, même lorsque les cinq sixièmes, les sept huitièmes, les huit neuvièmes de la récolte étaient laissés aux exploitants, même lorsqu’on mettait à la disposition des fermiers, comme à la Faye ou à Montfort, ce que les paysans devaient encore en corvée de bras et de bêtes. A Saint-Auban, les 60 sétérées de la réserve “restent longtemps sans que l’on puisse trouver quelqu’un qui veuille les prendre à facherie au tiers”. Cette situation est encore déterminée par la grande pauvreté paysanne. Pour s’atteler à la mise en valeur de ces “terres fragiles”, pour engager au départ les gros frais de cheptel, d’outillage, de main-d'œuvre en vue d’un profit incertain, il fallait des capitaux, un train de culture bien supérieurs à ceux dont pouvaient apparemment disposer les moins faméliques des habitants de ces campagnes. Comme bien d’autres seigneurs sans doute, les Hospitaliers de Provence en 1338 restaient malgré eux exploitants d’une bonne part de leur terre.

  • 48 Duby, La seigneurie...

Cependant, il n’est pas certain que les dispositions de l’économie domestique aient été, dès cette époque, déterminées par la seule considération du meilleur profit. Pour expliquer cet attachement tenace au faire-valoir direct, il convient d’invoquer d’autres motifs. Motifs de sentiments, ceux-ci. Confier la terre à des métayers, c’était un peu la perdre. A quoi bon recueillir davantage de grains ? Pour les vendre, accumuler des capitaux ? Ne valait-il pas mieux continuer d’entretenir dans la maison une plus large “famille”, ce groupe de domestiques de culture attachés au travail de la réserve, qui formaient autour des seigneurs le précieux entourage de dévouement familier ? On peut penser que, dans la mentalité chevaleresque que partageaient sans aucun doute les frères de l’Hôpital, l’aristocratie rurale préférait encore, au seuil du xive siècle, la fidélité d’une valetaille nombreuse et proche, à l’accroissement des revenus en argent par des ventes mieux conduites. C’est pourquoi, semble-t-il, les Hospitaliers, contre leurs intérêts bien compris, vivaient entourés de bouviers et de travailleurs des champs. C’est pourquoi le “domaine” constituait toujours la pièce maîtresse de l’économie seigneuriale48. »

TABLEAU III. — Exploitation directe et facherie des réserves des Hospitaliers en 1338

TABLEAU III. — Exploitation directe et facherie des réserves des Hospitaliers en 1338

* La commanderie des Echelles ne possède pas de réserve.

  • 49 Beaucage, op. cit., p. 535.

36Cette enquête a encore un autre intérêt. Elle montre le profit que ces seigneurs ecclésiastiques auraient pu tirer de la facherie s’ils l’avaient plus largement utilisée. De toutes les commanderies, celle qui rapporte les bénéfices les plus importants est celle de Saliers, en Camargue : 85 % des terres labourables sont dans les mains de fachiers. Les frères de l’Hôpital n’exploitent directement que 15 % du sol, sans doute le plus mauvais. 60 séterées sont tenues ad manun avec un résultat catastrophique. Les 484 données aux métayers sont les plus profitables des milliers que possède le Grand Prieuré de Saint-Gilles. Dans la région d’Arles, on n’avait pas attendu la « crise du bas Moyen Age » pour commencer à abandonner le faire-valoir direct et passer au métayage.49

  • 50 Stouff, op. cit., p. 423.

37L’enquête de 1338 montre très bien tous les problèmes posés par la facherie aux propriétaires fonciers avant les malheurs de la deuxième moitié du xive siècle. Après 1350, les conditions de la recherche changent : la masse documentaire devient considérable avec des milliers de contrats de facherie dans les registres de notaires. Le métayage est désormais beaucoup mieux connu et, en même temps, il prend une extension inconnue jusqu’alors. Les ravages de la guerre, le manque de main-d’œuvre lié à la peste amènent les seigneurs à abandonner l’exploitation directe. Deux exemples arlésiens peuvent servir à illustrer un phénomène qui est général en Provence. L’enquête de 1373 et les livres aux contrats des trois commanderies d’Arles montrent que les Hospitaliers renoncent à exploiter eux-mêmes leurs terres. L’archevêque qui exploite quatre affars jusqu’au milieu du xive siècle y renonce pour trois d’entre eux entre 1350 et 1400, pour le quatrième entre 1418 et 142150.

  • 51 Sur les affars et leur exploitation, voir les thèses de N. Court r, P.-L. Malaussena et L. Stouff,(...)

38Les mots facharia ou facherius reviennent sans cesse à propos de toutes sortes de biens ruraux : parcelle de terre, vigne, jardin, ferrage, affar (celui-ci est une exploitation d’un seul tenant, vaste, comprenant divers éléments : terres, prés, pâturages, éventuellement marais ; on rencontre l’affar aussi bien à Aix qu’à Arles ou à Grasse autour d’une bastide ou d’un mas)51.Il y a surtout deux grandes catégories de contrats de facherie : celles d’affars, celles de vignes.

39L’abandon de l’exploitation directe des affars ne signifie pas nécessairement l’adoption du métayage. Dans quelques cas, rares, les domaines se sont morcelés et sont devenus des censives : les parcelles sont concédées contre des cens (c’est le cas pour certaines terres du Chapitre Saint-Trophime d’Arles, en Crau) ou exceptionnellement contre des parts de fruits (l’archevêque d’Arles partage ainsi son affar de Boiscomtal, le moins étendu, en pièces de terre soumises au versement d’un septième de la récolte). Le cas général est la concession de l’affar en bloc. Il peut être donné en fermage ou arrentement (arrendamentum dans les actes) contre le paiement d’une rente fixe en argent ou en grain. Il peut l’être en facherie selon les modalités décrites plus haut. Il y a en Provence coexistence des deux systèmes. A Arles, dans les aimées 1401-1450, les deux-tiers des concessions d’affars sont des facheries, un tiers des arrentements.

40Il ne faut pas imaginer une évolution simple, linéaire, allant de l’exploitation directe au fermage en passant par le métayage et conduisant à un relâchement de plus en plus grand des biens entre le propriétaire et sa terre. Il y a, en Provence, une sorte de valse hésitation entre les deux systèmes. Un même propriétaire concède un de ses affars en facherie, un autre à rente. Un même affar peut être, selon les années, donné tantôt en facherie, tantôt en fermage. En Provence, la facherie l’emporte, mais elle n’a pas le monopole.

  • 52 Voir les thèses de N. Coulet et L. Stouff.

41Dans les deux cas, le domaine est concédé pour un laps de temps court. A Aix, au xve siècle, 81 % des bastides sont confiées à des fachiers pour des durées de 4 à 6 ans. Les facheries d’Arles, entre 1425 et 1450, se répartissent ainsi : 51 % 4 ans, 22 % 3 ans, 8 % 5 ans52. Les durées sont identiques pour les fermages.

  • 53 Coulet, op. cit.
  • 54 Malaussena, op. cit., p. 109.

42Alors que dans les arrentements, les rentes versées à Arles sont dans 63 % des cas en argent et dans 37 % en grain, dans les contrats de métayage, les fachiers versent une part de récolte qui va du 1/8e au 1/4e ; dans 55 % des actes 1/4, dans 38 % 1/3. Cette part de fruits est levée sur l’aire une fois versée la dîme et récupérée la semence. C’est ce qu’exprime cette formule qui revient comme un leitmotiv : jure ecclesie et semine prius levatis de molono commuai. A Aix, la situation du bailleur est moins favorable : dans les deux-tiers des baux, il ne reçoit qu’un cinquième de la récolte ; dans un cinquième des contrats qu’un quart ; il n’en reçoit qu’exceptionnellement la moitié53. A Grasse, dans le second tiers du xve siècle, la quantité qui revient au maître va du sixième au neuvième. Certains actes prévoient que la part de moisson versée par le fachier correspondra à la tasca consueta sans en indiquer le taux, tandis que d’autres indiquent la tasque au quinzième. Ainsi, à travers ces exemples grassois, tasque et facherie se rejoignent54.

43Toutes les recherches menées à Aix, à Arles ou à Grasse mettent en lumière les conditions très favorables faites au preneur. Dans la région d’Arles, en 1338, les fachiers de Saliers versaient la moitié de la récolte ; en 1469, ils donnent seulement le quart. Le progrès du quart est général. A la fin du xve siècle, il est le taux normal. Dans « La Provence louée », Quiqueran de Beaujeu évoque son père :

  • 55 P. Quiqueran De Beaujeu, La Provence louée, Le Musée. Revue artésienne historique et littéraire, 1 (...)

« Il avait baillé à ferme une sienne possession en l’isle d’Arles (il s’agit là de la Camargue) à un certain laboureur sous telle condition que, de tous les fruitz y revenans, il en auroit la quatrième partie, et le surplus demeurerait au proffit du fermier. Bien que de prim’abord cette manière de contrat me semble n’être guères à l’avantage du maitre, elle étoit pourtant fort usitée en ce tems là... Pour lors les métayers ne prenoient les fermes à autre condition qu’à celle du quart, et n’en voulient de rien surhausser le prix55. »

44Les baux de facherie renferment une série de clauses complémentaires et qui peuvent être très variables d’un acte à l’autre : prescriptions sur la rotation des cultures, indication de la superficie à ensemencer chaque année, obligation de défricher une certaine quantité de terre, pratiques à observer à propos de la fumure, sort réservé aux pâturages de l’affar, stipulation à propos de la chasse ou de la pêche, clauses concernant l’utilisation des bois, dispositions à propos des bâtiments, dans les pays du bas Rhône articles à propos de l’entretien des levées et du curage des fossés. Quelquefois, dans le registre du notaire, un acte suit immédiatement le contrat de facherie : un prêt d’argent ou de grain pour permettre au métayer de disposer de l’outillage, du bétail de labour ou de la semence nécessaires à l’exploitation du domaine.

45Les facheries peuvent permettre à des agriculteurs dépourvus de terres mais entreprenants, à des brassiers modestes mais dynamiques de s’engager dans l’exploitation agricole pour leur propre compte. En général, à Aix comme à Arles, les preneurs d’affars sont des laboureurs ou des éleveurs déjà riches. Dans ces deux villes, il ne s’agit pas de métayers faméliques, mais d’hommes qui se rapprochent des fermiers de la France du nord et à qui le métayage permet de s’enrichir encore.

46Ces lignes consacrées à Arles pourraient, dans une large mesure, s’appliquer à la Provence entière :

  • 56 G. Fourquin, Les campagnes de ta région parisienne à ta fin du Moyen Age, Paris, 1964, et G. Siver (...)
  • 57 Histoire de ta France rurale, sous la direction de G. Duby, t. 2, Paris, 1975, p. 84.
  • 58 Stouff, op. cit., p. 430-431.

« Dans l’Arles des années 1400, l’exploitation et la possession des grands domaines beaucoup plus que la réussite commerciale est le facteur décisif de l’ascension sociale. Les grandes seigneuries d’église voient les revenus de leur terre considérablement diminuer ; d’autres en profitent : quelques nobles, surtout les laboureurs. Arles est très loin de la région parisienne et du Hainaut et pourtant, devant la réussite des agriculteurs camarguais, on ne peut s’empêcher de penser aux fermiers de l’Ile-de-France et des campagnes du pays de Valenciennes56. “Cette grande ferme est louée... le plus souvent à un laboureur.” Ainsi se dessine une nouvelle classe, forte de son avoir, riche de ses outils et de son cheptel ; elle ébauche une “aristocratie rurale”57. Arles, sur ce plan, ressemble aux diverses régions du royaume de France. Son originalité réside dans le fait que ces gens sont le plus souvent des métayers et non des fermiers, que les nobles et les laboureurs les plus riches sont souvent assez proches, que cette nouvelle aristocratie n’est pas “rurale” mais “urbaine”58. »

47D’autres facheries ont moins d’importance sur le plan économique, mais elles sont très nombreuses : les facheries de vignes.

  • 59 Malaussena, op. cit., p. 113.

48Le bailleur confie des vignes pour une durée de un à sept ans à un preneur (deux et quatre ans sont les temps les plus fréquents). Le preneur donne au propriétaire une part de la récolte qui est du tiers ou du quart à Grasse ; à Arles, 90 % des fachiers en versent le quart ou le tiers. A Arles rarement, à Grasse la plupart du temps, le propriétaire fournit à son métayer les outils indispensables au travail de la vigne. L’acte prévoit les travaux à effectuer dans la vigne. Dans les deux villes enfin, très fréquemment, le propriétaire fournit les cuves et les tonneaux indispensables59.

49Dans les villes de Provence, toutes les catégories sociales participent à ces contrats. Parmi les bailleurs, on rencontre tous les groupes sociaux, toutes les professions. Parmi les preneurs, il n’y a pas de gens riches, mais des hommes simples, des hommes de métiers, des bergers, des pêcheurs, des brassiers, des laboureurs.

50Les facheries de vignes jouent un très grand rôle dans la vie des Provençaux. A tous ceux que leur situation familiale, leur statut social ou leurs occupations professionnelles (femmes, veuves, vieillards, malades, nobles, juristes, marchands, artisans) empêchent de se livrer eux-mêmes à l’exploitation de leurs lopins, elles permettent de boire le vin de leurs vignes. A ceux dont le travail de la terre est le métier, elles permettent de se procurer leur breuvage. Cela explique la place exceptionnellement importante des brassiers comme fachiers de vigne.

51S’intéresser aux redevances à part de fruits ou à la facherie n’a pas seulement un intérêt juridique (on peut dans les deux cas étudier la forme des contrats) ou technique (les baux de facherie constituent une mine de renseignements sur les pratiques de l’agriculture provençale), s’intéresser à ces deux réalités c’est pénétrer au cœur même de l’histoire sociale. Derrière le mot de tasque, il y a les paysans en lutte contre leur seigneur pour conquérir la terre gaste, au temps du grand essor démographique. Derrière le mot facherie, il y a les seigneurs durement touchés par les malheurs des temps, qui réussissent à sauver leur réserve par les baux de métayage, il y a les laboureurs qui profitent de l’occasion pour s’enrichir, il y a les riches et les pauvres qui réussissent à boire un vin qui est le produit de leurs ceps ou celui de leur travail. Derrière la tasque et la facherie, il y a les hommes de la Provence médiévale.

Notes

1 Par pays rhodaniens, il faut comprendre la partie rhodanienne de la Provence, la région d’Arles et de Tarascon. En revanche, le Comtat, champ de recherche de Monique Zerner, maître de conférences à l’Université de Nice, est exclu de ce rapport, sauf en ce qui concerne l’enquête des Hospitaliers de 1338 où les phénomènes ont été étudiés de façon globale, Comtat et Principauté d’Orange compris.

2 M. Hébert, Tarascon au XIVe siècle. Histoire d’une communauté urbaine provençale, Aix-en-Provence, 1979 ; P.-L. Malaussena, La vie en Provence orientale aux XIVe et XVe siècles. Un exemple : Grasse à travers les actes notariés, Paris, 1969 ; L. Stouff, Arles à ta fin du Moyen Age, Aix-en-Provence, 1986 ; N. Coulet, Aix-en-Provence, vers 1350-vers1450. Espace et relations d’une capitale, Aix-en-Provence (ronéotée), Aix-en-Provence, 1979.

3 G. Duby, « La seigneurie et l’économie paysanne dans les Alpes du sud en 1338 », Etudes Rurales, 1961, p. 5-36 ; T. Sclafert, Cultures en Haute-Provence. Déboisements et pâturages au Moyen Age, Paris, 1959 ; J.-J. Letrait, « Les actes d’habitation en Provence, 1460-1560 », Bulletin Philologique et Historique, 1960, p. 183-226 ; R. Aubenas, Cours d’histoire du droit privé dans les pays de droit écrit (XIIIe-XVIe siècles), Aix-en-Provence, 1956.

4 R. Bellon, La seigneurie foncière de l’abbaye de Montmajour du Xe au XIIe siècle, 1954 ; P.-P. Pascalet, Formation du temporel de l’abbaye Notre-Dame de Silvacane de 1 150 à 1250, 1955 ; C. Martin, Saint-Rémy-de-Provence dans les enquêtes comtales de Charles II d’Anjou et de Robert Ier d’Anjou, 1974 ; Cavalié, Présentation et édition du censier de Salon-de-Provence (1304), 1974 ; M. Gros, Meyreuil au XIVe siècle d’après les reconnaissances faites aux dominicaines de Notre-Dame de Nazareth, 1974 ; C. Plauchier, Pourrières de 1407 à 1430. Etude politique, économique et sociale, 1973.

5 B. Guérard, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, 2 vol., Paris, 1857 ; H. Moris et E. Blanc, Cartulaire de l’abbaye de Lérins, 2 vol., Paris, 1883 et 1905 ; R. Boyer, La chartreuse de Montrieux aux XIIe et XIIIe siècles, 3 vol., Marseille, 1980 ; P. Amargier, Cartulaire de Trinquetaille, Aix-en-Provence, 1972 ; Chantelou (Dom), « Histoire de Montmajour » (du Roure éd.), Revue Historique de Provence, 1892 ; E. Baratier, Enquête sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252 et 1278), Paris, 1969 ; B. Beaucage, Visites générales des commanderies de l’ordre des Hospitaliers dépendantes du Grand Prieuré de Saint-Gilles (1338), Aix-en-Provence, 1982.

6 Du Cange, Glossarium Mediae et infimae latinitatis, t. VIII, p. 36. L’histoire de ce mot et de l’institution qu’il désigne mériterait d’être écrite. Selon Du Cange, le mot existerait dans la Bretagne romaine, chez les Saxons, chez les Danois ; il désignerait un tribut. D’autre part, pour M. Jastron, dans le Dictionnaire araméen du Talmud, il désignerait un panier, une unité de mesure, mais aussi une taxe agricole persane correspondant à un certain pourcentage de produit. Quant au Dictionnaire Arabe-Français de A. De Bierstein Kasimirski (t. 2, Paris, 1960), p. 81, il indique : Redevance en nature ou en argent imposée sur les terres, taxe foncière.

7 J.-F. Niermeyer, Mediae latinitatis lexicon minus, Leiden, 1964, p. 1014.

8 P. Bonassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle. Croissance et mutation d’une société, Toulouse, 1975, p. 253-254.

9 Aubenas, op. cit., p. 70.

10 Chantelou, op. cit., p. 105.

11 Baratier, op. cit., p. 97, note 2 ; Guérard, op. cit., no°988 ad tascham que nona pars appelatur.

12 J.-J. Letrait, op. cit.

13 Arch. dép. B. du Rh. IIIG31 ...percipit dicta mensa capitularis sextant partem videlicet tascam ratione domina et decimant partem nomine decime.

14 Moris, op. cit., t. 2, p. 129.

15 G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, 2 vol., Paris, 1962, p. 422 : « Un prélèvement annuel sur la récolte, de la quatrième, de la neuvième, de la douzième gerbe — que l’on appela “champart” ou “terrage” dans la France du Nord, “tasque” ou “agrier” au Sud — devient ainsi la charge caractéristique des parcelles sur les quartiers neufs du terroir. » G. Fourquin, dans Histoire de la France rurale, Paris, 1975, t. 1, p. 504 : « Selon certains, son essor (il s’agit du champart) est lié, plus encore que celui du cens, aux défrichements. »

16 Chantelou (Dom), op. cit., p. 105.

17 Guérard, op. cit., no°345 : ipsam terrain... cum omni decimo el tascha ; no°343 : El ego Rostagnus dono predictum mansum cum omni servitio quod facere debet et cum decimo et thasca solvenda predicte ecclesie Sancti Salvatoris.

18 Ibid., no°949 : Item mando ut decimarius quern prior ibi posuerit qui congregaverit dictam decimant juret dicto archiepiscopo quod fideliter dictam congreget decimam, et decimarius congreget decimam Sancti Antonini et tascam insimul et, cum totum fuerit congregation, prior ecclesie Sancti Antonini capiat medietatem pro tasca, et alias medietas dividatur inter dictum archiepiscopum et priorem, ita quod prior hebeat tres partes et dominus archiepiscopus quartam, excepta avenu et legumina ut supra dictum est.

19 Amargier, op. cit., nos 19, 30, 287 et 221.

20 Pascalet, op. cit., p. 81-82.

21 Amargier, op. cit., no°8.

22 Sclafert, op. cit., p. 27 sq.

23 Baratier, op. cit., p. 97, note 3, et Sclafert, op. cit., p. 27 sq.

24 Baratier, op. cit., p. 97, note 3.

25 Beaucage, op. cit., p. 271 : hem, habet, de terris in montibus, que modici valoris existant ( ?) tamen per homines dicti loci Montisfortis laborantur et excoluntur ad tascham.

26 Beaucage, op. cit., p. 243 : hem habet dicta domus unum ubac seu gastaria nunquam laboratur, tamen in ipso ubac sunt plures albores infructifera(n)t que sunt communia hominibus dicti loci, quia quis vult potest ipsos albores vet de ipsis capere seu levare (...). Si dictum ubac rumperetur et laboraretur, dicta domus, de omnibus hiis que ibidem seminarentur, haberet tascam.

27 Baratier, op. cit., p. 251.

28 Sclafert, op. cit., p. 27 sq.

29 Stouff, Un aspect de la Haute-Provence à la fin de la période médiévale : Peuplement, économie et société de quelques villages de la montagne de Lure. 1250-1450, Cahiers du Centre d’Etudes des Sociétés Méditerranéennes no°1, Aix, 1966, p. 84 sq.

30 Chantelou (Dont), op. cit., p. 443.

31 Baratier, op. cit., p. 97.

32 Ibid., p. 403-408.

33 Le tableau 2 a été dressé à partir des mémoires de maîtrise cités plus haut dans la note 4 de C. Martin, M.-J. Cavalié et M. Gros.

34 Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, Paris, 1962, p.

35 N. Coulet, Les Ordres militaires, la vie rurale et le peuplement dans le sud-est de la France au Moyen Age, dans Les Ordres militaires, la vie rurale et le peuplement (Flaran 6, 1984), Auch, 1986, p. 57.

36 Stouff, op. cit., p. 89.

37 Moris, op. cit., t. 2, p. 170.

38 Ce mot viendrait du latin fructuaria donnant frucharia et par corruption facharia. Gaffiot cite un passage de Cicéron fructuarii agri : champs soumis à une redevance annuelle.

39 Aubenas, op. cit.

40 C. Giraud, Essai sur l’histoire du droit français au Moyen Age, 2 vol., Paris-Leipzig, 1846, t. 2, p. 241, art. 176 : De facheriis terrarum. Hem, statuimus quod facherii et alii que tenent rem aliquant a dominis, teneantur facere dominis copiant transcribendorum instrumentorum a quibus tenent res predictas, et vice versa domini facheriis qui tenent predictas res pro eisdein facere teneantur.

41 Amargier, op. cit., nos 119, 175, 179, 180.

42 Ibid., no°175.

43 Guérard, op. cit., nos 949 et 962. On trouve aussi le mot facherius ; no°947 : facherii vel coloni ; no°962 : facherii dicti Hospitalis.

44 Baratier, op. cit., p. 95, et J.-H. Pryor, Business contracts of medieval Provence, Toronto, 1981, p. 162-163.

45 P. George, La région du bas-Rhône. Etude de géographie régionale, Paris, 1935, p. 324.

46 Baratier, op. cit., 267.

47 G. Duby, outre « La seigneurie et l’économie paysanne. Alpes du Sud. 1338 », Etudes Rurales, 1961, p. 5-36, a publié « Techniques et rendements dans les Alpes du Sud en 1338 », Annates du Midi, 1958, p. 403-419.

48 Duby, La seigneurie...

49 Beaucage, op. cit., p. 535.

50 Stouff, op. cit., p. 423.

51 Sur les affars et leur exploitation, voir les thèses de N. Court r, P.-L. Malaussena et L. Stouff, citées note 2.

52 Voir les thèses de N. Coulet et L. Stouff.

53 Coulet, op. cit.

54 Malaussena, op. cit., p. 109.

55 P. Quiqueran De Beaujeu, La Provence louée, Le Musée. Revue artésienne historique et littéraire, 1876-1877, p. 199.

56 G. Fourquin, Les campagnes de ta région parisienne à ta fin du Moyen Age, Paris, 1964, et G. Sivery, Structures agraires et vie rurale dans le Hainaut à la fin du Moyen Age, Lille, 1973.

57 Histoire de ta France rurale, sous la direction de G. Duby, t. 2, Paris, 1975, p. 84.

58 Stouff, op. cit., p. 430-431.

59 Malaussena, op. cit., p. 113.

© Presses universitaires du Midi, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search