Version classiqueVersion mobile

Les revenus de la terre

 | 
Charles Higounet

Rapports

Les tenures à part de fruits et le métayage dans le Nord de la France et les Pays-Bas (jusqu’au début du xvie siècle)

Gérard Sivéry

Texte intégral

  • 1 La tenure, Recueils de la Société Jean Bodin, t. III, Bruxelles, 1938 ; voir P. Petot, « Observati (...)
  • 2 Voir M. Bloch, op. cit., note précédente (première édition en 1931) ; L. Verriest, Le régime seign (...)

1L’examen si rapide de l’état de la question des tenures tel que le donnait en 1938 le tome III des Recueils de la Société Jean Bodin permet de voir le progrès des recherches en histoire rurale. Que de chemin parcouru depuis que des pionniers tels que Marc Bloch ou Charles-Edmond Perrin ont lancé le mouvement ! Depuis une trentaine d’années, la recherche a été particulièrement active en ce qui concerne les tenures à part de fruits et le métayage dans les régions septentrionales et dans les Pays-Bas. On n’en est plus à nier pratiquement le métayage en ces contrées et à l’estimer seulement connu dans la France de l’Ouest, dans les contrées méridionales et dans les régions méditerranéennes1. Désormais, le métayage est loin d’être un inconnu plus au nord, même si son existence est difficile, souvent éphémère, quitte à le voir réapparaître ensuite pour pallier une quelconque difficulté. L’histoire n’ignorait certes pas les tenures à terrages septentrionales2 ; mais des recherches minutieuses en font surgir de l’ombre une quantité impressionnante en de multiples contrées. Il y a cependant des zones quelque peu réfractaires et il reste encore à interroger beaucoup de censiers, terriers et comptabilités avant de se prononcer définitivement. C’est dire que ce rapport ne prétend pas apporter toute la lumière sur ces questions. Il n’est pas davantage exhaustif et il ne pouvait pas l’être dans le cadre qui lui était imparti. Il n’en reste pas moins qu’il tente de présenter une mise au point sur ces tenures à part de fruits et sur le métayage dans les régions septentrionales. Le nombre assez impressionnant de travaux de recherches récents qui sont cités suffit à montrer que leur découverte est loin d’être achevée.

2Les définitions indispensables et l’étude des rapports entre les tenures et les diverses formes d’exploitations rurales permettront d’aborder avec plus de certitude l’étude successive des tenures à part de fruits et du métayage ainsi que leur évolution.

Définitions et rapports entre les tenures et les formes d’exploitations rurales

  • 3 G. Fourquin, Le paysan d’Occident au Moyen Age, Paris, 1972, p. 52 sq. ; sur les tenures, Philippe (...)

3L’histoire rurale est bien loin d’être figée mais, pour une part, elle est institutionnelle. La définition aussi précise que possible de structures que l’on retrouve dans les flux, reflux, progrès, paliers et retours en arrière permet finalement de mieux éclairer l’évolution. Les tenures à part de fruits et les métairies ont ceci de commun qu’elles doivent toutes deux une part proportionnelle de leur récolte. Elles diffèrent donc des tenures à cens, des tenures à rentes, des « héritages » et des mainfermes qui doivent des redevances fixes en argent ou en nature. Ceci étant dit, il n’en demeure pas moins que les divergences entre tenures à part de fruits et métayage sont notoires. Les tenures à part de fruits, appelées tenures à champart (de cumpi pars, part du champ ou, à vrai dire, part de la récolte du champ)3 ou à terrages dans les régions septentrionales sont donc des concessions à parts de fruits. Mais elles sont (ou deviennent vite) des tenures héréditaires. En outre et surtout, la distinction entre celui qui concède la tenure et le tenancier est nette : le tenancier est un exploitant au sens complet du terme : il engage son argent et son travail, utilise son train de charrue (ou son cheptel pour d’anciennes terres transformées en prairies qui continuent à payer un terrage), ses semences qu’il achète ou retire sur son stock de l’année précédente. Il assume seul les risques tandis que le concessionnaire se contente de céder l’usage, l’utilisation de la terre et conserve le droit éminent. Ce concessionnaire n’engage pas d’investissements, mais reçoit plus ou moins selon que la récolte est bonne ou mauvaise. En gros, sa part varie d’une gerbe sur huit à une gerbe sur quatorze ou seize. On devine combien cette solution est adaptée à une économie où les produits ruraux sont vendus, et même assurés d’être vendus, selon des prix très variables. Cela suppose une économie de marché (ou économie cyclique) et il ne faut guère s’étonner que cette forme de tenures à part de fruits s’étende (ou même apparaisse souvent) aux xiie et xiiie siècles.

  • 4 G. Sivéry, Structures agraires et vie rurale dans le Hainaut à la fin du Moyen Age, Lille, 1977-19 (...)

4Bien qu’il y ait une association étroite entre celui qui concède la métairie et le métayer, le métayage est en fait une forme beaucoup plus frustre d’exploitation. Selon des proportions variables, il associe le concessionnaire qui apporte la terre ainsi qu’une part ou la totalité des investissements (cheptel, train de charrue, semences) et le métayer qui fournit le travail indispensable à la vie de l’exploitation. La production est partagée par moitié en principe, mais il existe aussi un métayage au tiers. En fait, les contraintes sont grandes pour les deux partenaires. Le concessionnaire peut toujours se demander si ses chevaux vont être bien soignés, si sa charrue va être bien entretenue par son métayer. Ce n’est jamais, en fait, qu’une solution bâtarde qui remplace pour partie seulement le faire-valoir direct. Les inconvénients pour le métayer sont encore plus grands. Au moins dans beaucoup de régions septentrionales, la métairie n’est pas une tenure au plein sens du terme, au sens que lui donnaient les paysans, c’est-à-dire un bien que l’on tient fermement et que l’on peut se passer de génération en génération. Tel est l’éclairage que donne une constatation entre le Chapitre Sainte-Waudru-de-Mons, en Hainaut, et Widricus de Ferrière, son métayer de Quévy, en 1201. La proprietas, selon les usages hennuyers, le domaine utile, dirait-on en droit « français », est systématiquement refusée au métayer alors qu’on le reconnaît aux tenanciers des mainfermes, des héritages, des censives, des tenures à rentes et aux fieffés. Mais Widricus prétend que cette coutume ne vaut pas pour lui, car ses parents, Adam de Ferrière et sa femme, avaient déjà cultivé ad mediatatem les terres contestées. 11 prétend les avoir par droit d’héritage. Mais le Chapitre, qui rappelle qu’il avance la moitié des semences et des animaux du train de culture, refuse de considérer ces terres comme une tenure. Après audition des témoins que le Chapitre a cités, Baudouin, comte de Hainaut, lui donne raison puisque les biens contestés n’ont jamais été tenus à cens, à rente ou en fief. Autrement dit, le Chapitre, qui reçoit cependant la moitié de la récolte, refuse à son tenancier le droit de tenir à perpétuité ces terres de Quévy4. Les seigneurs qui voulaient à la fois obtenir des revenus aptes à suivre la conjoncture, diminuer leur faire-valoir direct et conserver la possibilité d’y revenir à l’occasion, vont bientôt préférer une solution plus adéquate : le fermage. C’est aussi la solution que vont préférer les paysans aisés, disposant de gros moyens financiers.

  • 5 R. Fossier, La terre et les hommes en Picardie..., Paris, 1968, p. 643 sq. ; G. Sivéry, Structures (...)
  • 6 G. Fourquin, Les campagnes de la région parisienne à la fin du Moyen Age, Paris, 1964, p. 206 sq., (...)
  • 7 B. Delmaire, Le compte générai du receveur d’Artois pour 1303-1304, Bruxelles, 1977 ; le terme « s (...)

5Le métayage apparaît ainsi comme une forme d’exploitation mal adaptée aux intérêts des deux partenaires dans une économie de marché. 11 n’est souvent qu’une phase transitoire du passage du faire-valoir direct au fermage. En Picardie, comme en Hainaut, à la fin du xiiie siècle, il est encore difficile parfois de trancher pour un certain nombre de contrats5. La situation s’éclaircit vers 1300 : le fermage suppose un contrat à temps (3, 6, 9, 12 ans) où le bailleur cède seulement la terre, tandis que le preneur engage tout le capital d’exploitation (cheptel, outils, investissements) ainsi que le travail. Tant dans la région parisienne6 qu’en Artois7, il arrive que les termes adoptés pour le métayage servent localement pour le fermage. Mais la spéculation du bail à cheptel vif n’est pas un métayage puisqu’il ne concerne pas le sol.

  • 8 D. Barthélemy, Les deux âges de la seigneurie banale : Coucy (XIe-XIIIe siècle), Paris, 1984, p. 2 (...)
  • 9 Sivéry, op. cit., p. 567 sq.
  • 10 Id., p. 263 sq. ; Delmaire, op. cit., p. XXI sq.

6Les ambiguïtés sont moins fortes en ce qui concerne les tenures à terrages. Leurs contours sont dans la plupart des cas mieux définis. Dans les rapports avec les autres formes de tenures, les interpénétrations sont rares. Précisons tout de suite que les relations entre terrages et dîmes ne posent finalement pas de difficultés. Certes, les redevances sont très proches et même parfois identiques, par exemple quand le terrage et la dîme portent sur une part égale de la récolte qui n’est pas d’ailleurs toujours de 10 %. Mais il n’y a pas de tenures dîmières bien que les terriers d’un certain nombre d’abbayes septentrionales enregistrent les revenus de tenures « à terrage et à dîmes »8. Il ne s’agit là que d’une simplification comptable. Ce sont, en effet, des tenures à terrages qui sont aussi grevées d’une redevance dîmière et les gestionnaires abbatiaux ont jugé plus simple d’indiquer sur une seule ligne comptable les deux redevances. Néanmoins, ce cumul semble lourd à bien des paysans et provoque parfois des réactions de rejet de leur part et contribue, au cours des siècles, à les opposer aux seigneurs d’Eglise. Mais c’est là un autre problème. Plus délicat encore, et plus en rapport aussi avec le sujet en cause ici, se présente le changement de l’assiette et des modes de perception du terrage, tel qu’il se signale par exemple dans les régions de Maubeuge-Mons vers le milieu du xve siècle. Le duc de Bourgogne, comte de Hainaut, Philippe le Bon et les autres seigneurs, tant laïcs qu’ecclésiastiques, veulent que le terrage soit désormais fixe et non plus proportionnel à la récolte. Il est évident que ce ne sont plus alors des tenures à terrages au sens strict, bien qu’on les dénomme toujours sous ce nom9. Enfin, il faut bien voir que des tenanciers ne cultivent pas seulement des terres à terrage. Des paysans de la fin du Moyen Age exploitent en même temps terres de mainferme, terres à cens ou à rentes et des terres à terrages, souvent même aussi des terres affermées ou en fiefs. Autrement dit, il est alors bien rare en certaines contrées, en Artois comme en Hainaut10 ou ailleurs, de voir des paysans qui exploitent exclusivement des tenures à terrages.

7Cette constatation suffirait à montrer combien le maintien des structures et du vocabulaire pendant une bonne partie du Moyen Age et même de l’époque moderne ne doit pas laisser dans l’ombre les adaptations ou les modifications des rapports, autrement dit le flux de l’évolution et de la vie de ces hommes qui utilisent et transforment ces « institutions ».

Les tenures à part de fruits : leur origine, leur répartition, leur évolution

8Comme les tenures à complant n’ont pas été retrouvées dans les régions septentrionales (ce qui n’exclut pas la possibilité de la découverte un jour ou l’autre de contrat de ce genre pour la plantation d’arbres fruitiers ou de vignes, dans le Laonnais par exemple), les seules tenures à part de fruits connues sont celles qui doivent le champart ou le terrage.

  • 11 Barthélemy, op. cit., p. 250 ; A. Chédeville, Chartres et ses campagnes (XIe-XIIIe siècle), Paris, (...)
  • 12 Fourquin, op. cit., p. 180 sq. ; Fossier, op. cit., p. 323 sq. ; Sivéry, op. cit., p. 267 sq. ; Ba (...)
  • 13 A. Verhulst, Histoire du paysage rural en Flandre, Bruxelles, 1966 ; M.-J. Tits-Dieuaide, La forma (...)
  • 14 Sivéry, op. cit., p. 275 sq. ; voir supra, notes 5-8 ; M.-D. et G. Descamps, Etude de comptes de g (...)
  • 15 Wargnies, op. cit. ; Sivéry, Structures..., p. 157.
  • 16 Voir op. cit., supra, notes 1, 2, 3, 4, 5.
  • 17 Supra, note 14.
  • 18 G. Sivéry, « Herchies... (1267-1314) », dans Revue du Nord, 1970, p. 309-330, et Structures..., p. (...)
  • 19 Id., p. 156, 214 sq.
  • 20 Barthélemy, op. cit., p. 250.
  • 21 Fourquin, Les campagnes..., p. 173 sq., p. 250.
  • 22 Barthélemy, op. cit., p. 250-251.

9Si des tenures à cens sont connues dès le xe siècle11, rares sont les tenures à champart ou à terrages recensées au xie siècle. On ne les repère vraiment qu’au xiie siècle, que ce soit en région parisienne, en Picardie, dans les terres des seigneurs de Coucy ou dans le Hainaut12. On en est donc venu aisément à dire que ce type de tenures était lié aux grands défrichements. Ce n’est certainement pas toujours inexact, loin de là, notamment en Namurois. Mais l’on constate que des zones entières mises en valeur surtout à partir du xie siècle ne connaissent pas ou guère le terrage. Citons, par exemple, les zones défrichées du Nord de l’ancienne forêt de Thiérache et les terroirs de la Flandre maritime ou intérieure qui connaissent surtout les tenures à cens et le fermage13. On ne peut s’empêcher de remarquer que les communautés rurales de ces contrées sont à la fois réfractaires à la seigneurie et à la tenure à part de fruits. Dans le Nord de la Thiérache, sur l’ancienne forêt de Thiérache, les terrages sont rares, et censives, tenures en mainfermes et à rentes dominent. On trouve, au contraire, d’innombrables tenures à terrages ou à champart sur les plateaux limoneux céréaliers mis en valeur bien avant l’usage de la charrue et du nouveau mode d’attelage, que ce soit dans la région parisienne, chârtraine, en Picardie, en Laonnois, en Artois, en Cambrésis, en Hainaut, en Mélantois14. Faudrait-il alors lier les tenures à terrages et à champart aux villae carolingiennes, à ces grands domaines qui associaient réserves et tenures, et ne voir leur naissance qu’au moment du déclin de la réserve, de l’essor démographique et des échanges ? Ce serait aller un peu vite en besogne. Même si elles sont rares, l’on en découvre cependant dans des régions tardivement défrichées, par exemple dans le Nord de la Thiérache, ou même sur les rebords ardennais15. De même, si la censive est bien l’une des tenures privilégiées offertes aux pionniers défricheurs tant en Lorraine qu’en Hainaut ou en Flandre, l’on en trouve aussi précisément en Picardie, grâce aux polyptyques qui en font aussi connaître dans d’autres régions16. En outre, même dans les contrées précocement mises en valeur, la tenure en terrage ou à champart a pu être de préférence celle des petits défrichements qui achèvent la domination de l’homme sur le terroir17. Il est certain aussi que ces défrichements d’extension d’anciens terroirs ne conduisent pas toujours aux tenures à terrage mais bien à des tenures à rente, comme cela se voit au xiiie siècle à Harchies, où les tenures à rentes dominent dans l’ancien terroir, tandis que dans le grand sart de Forest du xiie siècle, les nouvelles tenures étaient des censives18. La situation est donc plus complexe qu’on ne l’affirmait autrefois, et l’état actuel de la recherche est loin d’ailleurs de permettre une conclusion nette. Il faut d’ailleurs tenir compte que les tenures à terrage, ou même le métayage, peuvent naître à l’occasion d’une réorganisation du terroir après des dévastations, comme c’est le cas dans la région du Quesnoy vers 114219. Il semble que l’on doive pour le moment s’en tenir aux très prudents aperçus de D. Barthélémy au sujet des biens des seigneurs de Coucy. Le terrage commence à être cité à partir de 1138. Il apparaît comme l’une des conquêtes les plus caractéristiques des seigneurs. « Le terrage concerne d’abord la terre gagnée sur la friche seigneuriale plutôt que celle accensée au détriment d’une réserve déjà mise en culture. Mais il se généralise à toute la terre. Dans les sites anciennement seigneurisés, il a à supplanter les cens des labours.20 » Il s’agit évidemment d’un aperçu local et, à la vérité, certains des termes pourraient être quelque peu inversés ailleurs. Mais, un peu partout, on peut constater que les tenures à part de fruits en arrivent à s’installer même sur l’ancienne réserve. Comme l’avait fait remarquer G. Fourquin, on ne doit pas oublier les mutations des statuts des tenures à l’occasion d’une succession, d’une vente, etc.21. En 1190, par exemple, à Crécy-en-Laonnois et à Seply, toutes les terres arables, qui étaient autrefois des censives, deviennent des tenures à terrage22. Si la naissance et l’essor des tenures à part de fruits s’intercalent chronologiquement entre la censive et la tenure à rente, qui a plus la faveur au xiiie siècle, des mutations de diverses natures sont possibles.

10Dans la région parisienne, G. Fourquin a montré que la tenure à champart était une tenure uniquement rurale, à la différence de la censive. Cette constatation semble d’ailleurs vérifiée dans les autres contrées concernées par cette étude, mais en Ile-de-France, la rareté de textes antérieurs au xiie siècle vient peut-être du fait que les archives ecclésiastiques sont presque seules à être parvenues jusqu’à nous. Les communautés religieuses disposaient, en effet, de beaucoup de revenus en nature, grâce à leurs dîmes, et n’auraient pas éprouvé très tôt le besoin de développer le fermage. En outre, les contrats verbaux semblent l’avoir de beaucoup emporté sur les actes écrits. Ce qui est indiscutable, c’est qu’au cours du xiie siècle, « le champart est répandu dans presque toute la région et l’on ne pourrait citer avec assurance de localité où il était absent ». On le découvre aussi bien dans les anciens terroirs que dans les zones plus tardivement défrichées. Le revenu à part de fruits est aussi connu pour les vignobles. Lors des vendanges, le seigneur prend un certain nombre de tonneaux comme il prélève des gerbes lors de la moisson (souvent 1 sur 11, mais parfois 1 sur 7 ou 9).

11L’évolution de la tenure à champart ressemble beaucoup à celle de la censive. Au début du xiie siècle, la tenure à champart n’était cédée, selon toute vraisemblance, qu’aux seuls habitants de la seigneurie et pour peu de temps. Toutefois, dès la fin du xiie siècle, elle est devenue héréditaire, perpétuelle et aliénable. Celui qui en achète une demande d’ailleurs l’investiture au seigneur qui reçoit une taxe de mutation. Mais, plus tôt que pour la censive, la coutume permet au bailleur de retirer la tenure au tenancier qui la laisserait trois ans en friches. Si un second champart s’ajoute, seul le seigneur du premier reçoit la taxe de mutation.

  • 23 Fourquin, op. cit., p. 180 sq., 378 sq., 392, 436 sq.

12Après 1250, la concession de nouvelles tenures en champart devient rare. Dès la première moitié du xve siècle, beaucoup de tenures à part de fruits voient leurs obligations réduites. Pourtant, cela ne suffit pas toujours à garder ou à maintenir les tenanciers, et les redevances en argent tendent à l’emporter sur les redevances en nature. Cette régression ne va pas jusqu’à la suppression du champart. Si la coutume de Paris l’ignore en 1510, celles d’Etampes, Mantes et Meulan la mentionnent23.

  • 24 Chédeville, op. cit., p. 109, 124 sq., 339 sq., 465.

13A. Chédeville a montré que le champart concernait de nombreuses terres cultivées depuis longtemps. Souvent, la mise en place du champart, au début du xiie siècle, coïncide avec une phase de reconstruction. Ce champart, appelé parfois terrage ou agripars, se retrouve aussi sur les terres défrichées. Il semble être cependant l’un des moyens les plus commodes utilisés par les seigneurs pour céder partie de leur réserve. Enfin, il sert aisément de garantie pour un prêt24.

  • 25 Fossier, La terre..., p. 323.
  • 26 Sivéry, Structures..., p. 267.
  • 27 Fossier, op. cit., p. 328 sq. ; G. Estienne, « Le champart en Picardie aux xiie et xiiie siècles » (...)

14Dans son ouvrage sur la Picardie, R. Fossier découvre un champart différent du terrage qui s’y ajouterait parfois, mais sans donner des définitions précises de ces deux termes. Quant aux tenures à mi-fruits, elles sont beaucoup plus du ressort du métayage que du terrage ou du champart. Il semble difficile pour un paysan de donner la moitié de sa récolte et de disposer de son propre train de culture25. Au moins pour le Hainaut, de telles tenures à mi-fruits (ou même tiers de fruits) ne survivent guère à la fin du xiiie siècle. Elles correspondent, en fait, à la phase de cession de la plus grande partie de la réserve par le seigneur, qui met ainsi à la disposition des preneurs ses chevaux et ses charrues. Mais ce système, inadapté à l’économie du marché, ne dure pas dans la plupart des cas, ne serait-ce qu’avec le faible enthousiasme du seigneur à renouveler le train de charrues qui ne sert plus à sa réserve26. Pour sa part, R. Fossier signale qu’en Ponthieu, notamment, la tenure à part de fruits se trouve aussi bien sur d’anciennes terres que sur des champs issus du défrichement27 et il se pourrait que les appellations champart et terrage soient liées à ces distinctions d’origine. Mais ce n’est là qu’hypothèse de ma part.

  • 28 Delmaire, op. cit., p. 4 sq. (Bapaume), 29 (Beuvry), 53 sq. (Aubigny, Avesnes-le-Comte).
  • 29 M.-D. et G. Descamps, Etudes des comptes de grains et d’argent dans le Cambrésis (XVe siècle), Mém (...)
  • 30 H. Neveux, Les grains du Cambrésis (fin du XIVe-début du XVIIe siècle), Paris, 1980, p. 227, 230 ; (...)

15L’Artois28 et le Cambrésis29 sont pays de terrage. Grâce à l’exploitation minutieuse des terriers de dîmes et terrages, H. Neveux a montré que leur perception en avait été cédée à des fermiers par les abbayes, et que les revenus à part de fruits résistaient encore bien au xviie siècle30. L’association étroite entre les dîmes et les terrages a probablement permis ce solide maintien de la tenure à part de fruits.

  • 31 Barthélemy, op. cit., p. 251 sq., 349 sq.

16Dans les terres des seigneurs de Coucy, D. Barthélémy a éclairé l’importance des terrages, mais le revenu à part de fruits n’est qu’un élément parmi d’autres des ressources seigneuriales. Avec les terrages, les vinages et les sylvages permettent un contrôle étroit du pays. Les terrages sont à des taux divers et, au xiiie siècle, des dîmes et des terrages sont considérés comme des fiefs-rentes tenus du sire de Coucy31.

  • 32 Verriest, Le régime matrimonial..., op. cit., p. 131 sq. ; J.-B. Debever, « L’abbaye bénédictine d (...)
  • 33 Lecompte, op. cit., p. 105.
  • 34 Anceaux, Bigotte, Burdy, op. cit., p. 91 sq., 106 sq.

17Dans le Bassin scaldien et dans les contrées du Bassin mosan, qui appartiennent aux anciens Pays-Bas, la situation est variable selon les contrées. Les plateaux limoneux du Hainaut connaissent d’innombrables tenures de terrages. L. Verriest en avait déjà découvert un certain nombre32. Depuis, beaucoup d’autres ont été repérées. Chaque nouvelle recherche en découvre. Il arrive que ce terrage soit partagé entre plusieurs seigneurs : par exemple, en 1414, l’abbaye d’Hasnon ne reçoit que le quart des terrages de Bermerain33. En ce qui concerne l’abbaye de Marchiennes, où l’association de la perception des dîmes et terrages est facilitée par l’affermage au xve siècle, les dépenses abbatiales permettent de voir avec quel soin étaient stockés et conservés les grains provenant des tenures à part de fruits. Toutes les semaines, les serviteurs remuaient les grains dans les greniers et, si ces grains étaient trop entassés, on en plaçait une partie dans d’autres greniers. On évitait ainsi le réchauffement des grains et on pouvait lutter contre les kalendres ou « charançons »34. L’abondance des archives des seigneurs laïcs hennuyers conservées dans les registres, chartes et comptabilités, permet de voir que le terrage n’est pas réservé aux seigneurs d’Eglise. Si les redevances à part de fruits restent à un taux raisonnable, tant sur les champs cultivés depuis longtemps que sur les rares essarts qui en sont grevés, on voit cependant que le terrage s’ajoute parfois à certaines terres qui doivent déjà la moitié ou le tiers de leurs récoltes. Cette disparité des redevances pour des terres d’un même domaine, par exemple dans celui du comte de Hainaut dans la région du Quesnoy, au moment du lotissement des réserves, au xiie siècle, ne peut s’expliquer que par la nature de charges différentes sur les tenures serviles ou libres. Tant sur les terres céréalières du sud Hainaut que sur celles des autres contrées du sud du bassin scaldien (Artois, Cambrésis) le remembrement des champs en trois soles de quartiers puis dans les trois grandes royes du finage facilite la perception des terrages. Leur taux vont d’une gerbe sur huit à une gerbe sur seize, tant pour le blé que pour l’avoine.

  • 35 Sivéry, op. cit., p. 267 sq., 298 sq., 403, 508-509, 567.
  • 36 Verriest, op. cit., p. 133-134 ; pour un cadre plus général, du même auteur, Institutions médiéval (...)

18Au cours du xve siècle, le terrage subit de rudes assauts. La grave crise frumentaire de 1437-1440 entraîne un refus du versement des terrages, et les seigneurs laïcs et ecclésiastiques se plaignent à Philippe le Bon. En 1457, au cours d’une hausse des cours des grains, les villageois d’Obrechies suivent les conseils de l’un d’eux, Jacques Meurisse, et ne veulent plus verser le terrage à l’abbaye Saint-Denis en Broqueroie. Finalement, le meneur est condamné par la cour de Mons, en 1464, à être exposé sur les marchés de Mons et de Maubeuge. En outre, le mode de perception du terrage se modifie dans la châtellenie du Quesnoy au cours de la période bourguignonne. Le désir de simplification de la perception et l’augmentation des rendements expliquent cette transformation. Le tenancier doit désormais une quantité fixe par rapport à la surface, à raison d’un mencaud pour chaque mencaudée de terre. Il n’est plus question ici d’avoine. Ce qui reçoit encore le nom de terrage se restreint alors à une simple redevance en nature. Au reste, les paysans lui préfèrent bientôt le fermage, même pour de petites terres, car le renouvellement des baux leur permet de mieux suivre les aléas de la production et des cours35. Cependant, le véritable terrage ne disparaît pas partout et résiste jusqu’au xviiie siècle36.

  • 37 G. Despy, Les campagnes du roman pays au Moyen Age : la terre de Jauche aux XIVe et XVe siècles, L (...)
  • 38 Despy, op. cit., p. 75.
  • 39 Génicot, op. cit., p. 253, et « L’étendue des petites exploitations dans le comté de Namur », Etud (...)
  • 40 Voir supra, note 15 ; C. Devries, « Le chapitre de Dinant au Moyen Age », Contributions..., op. ci (...)

19Qu’en est-il dans le réseau mosan ? Le terrage y semble rare. On a vu que sa présence ne s’affirmait guère dans les zones de défrichements du xie et xiie siècles à l’est de la Sambre37. En Brabant, le terrage ne semble guère connu, au moins dans l’état actuel de la recherche. G. Despy, qui a minutieusement étudié la terre de Jauche entre Hainaut, Brabant et pays de Liège, n’en découvre pas, et si des dîmes se repèrent dans certaines terres abbatiales brabançonnes, il semble bien que la dîme soit parfois absente. En ce qui concerne Jauche, censives, tenures à rente et fermes dominent un peu partout. Toutefois, dans la terre de Jauche, il arrive que les baux d’affermage fassent mention de terres (très rares) qui devaient autrefois une redevance à part de fruits38. Dans les pays mosans, le Namurois est une exception. Sans y être dominant, le terrage affirme sa présence et L. Genicot a montré qu’il pouvait varier de la 8e à la 14e gerbe, soit de 12 à 7 % de la récolte39. Mais on ne le retrouve guère sur les sarts des rebords ardennais des xie et xiie siècles, ainsi qu’on l’a déjà vu40.

  • 41 On trouve des terrages dans la région de Couvin, C. Rouwez, « La châtellenie de Couvin au bas Moye (...)

20La consultation d’un certain nombre de travaux ou de résultats de recherches semble montrer que les tenures à part de fruits sont encore plus rares — ou plus difficiles à déceler — dans d’autres zones des Ardennes occidentales et, d’une manière générale, dans les pays de Liège ou ses abords immédiats41.

  • 42 I. Bayert, Comptes du bailliage de Bergues à la fin du Moyen Age, D.E.A., Lille, 1984 ; St. Curvei (...)
  • 43 Carrez, L’avouerie de Somain..., op. cit., p. 48 : en 1522, il y a des terres arrentées qui doivent (...)
  • 44 Les gestions abbatiales ont conservé plus longtemps : c’est le cas pour l’abbaye de Flines dans le (...)
  • 45 Platelle, Le temporel..., p. 279-281.

21Les contrastes entre zones à terrages et zones où il est beaucoup moins abondant, tel qu’on pouvait le découvrir dans le comté de Hainaut, se repère dans le comté de Flandre. L’histoire urbaine avait longtemps capté l’attention de la plus grande partie des historiens ; la situation a changé depuis une vingtaine d’années. Bien entendu, l’exploration et le traitement des sources rurales sont loin d’être achevés. Mais les travaux sont désormais en nombre suffisant pour pouvoir apporter quelques aperçus sur la plus ou moins grande fréquence des tenures à part de fruits selon les régions. Seuls restent en suspens la zone maritime et ses confins, notamment dans le sud où plusieurs recherches récentes ne signalent aucun terrage ni champart42. Pour la Flandre scaldienne, c’est-à-dire pour la majeure partie du comté de Flandre, l’opposition est grande entre les plateaux du sud et le nord. Sur les plateaux céréaliers du sud, en Mélantois, dans les régions de Lille et de Douai, le terrage n’est pas un inconnu au Moyen Age. On en trouve suffisamment de traces pour pouvoir l’affirmer43. Cependant, son existence semble fort contestée à la fin du Moyen Age, car les comptabilités de l’abbaye de Flines44, qui l’enregistraient au xive, ne le mentionnent plus au xve siècle. Cette absence des terrages dans des comptabilités tardives doit donc inciter à une certaine prudence. Celle-ci est d’autant plus nécessaire que l’on voit même des partages par moitié de l’herbe des prés entre l’abbaye de Saint-Amand et ses tenanciers, dans la vallée de la Lys, à Courtrai, par exemple. H. Platelle précise aussi que cette abbaye se méfiait de la facilité des fraudes dans la perception du terrage, notamment en ajoutant au terrage une part de revenu en nature fixe, par exemple à Escaudain, dans la vallée de l’Escaut, en 129145.

  • 46 Tits-Dieuiade, La formation..., p. 53 ; A. Verhulst, « L’économie rurale de la Flandre et la dépre (...)

22Dans le nord de la Flandre scaldienne, les revenus en nature semblent rares et ceux à part de fruits le sont encore davantage. Certes, plusieurs ont été découverts, mais leur existence est fragile. Près d’Anvers, le duc de Brabant, qui percevait la quatrième gerbe sur les terres La cour l’Evêque, vendit ce droit en 1408 contre un cens de 12 deniers46.

  • 47 F. Ganshof et A. Verhulst, dans The Cambridge Ec. Hist., t. I, 1966, p. 305 sq. ; S. Lebecq, March (...)

23Cette constatation oblige donc à la circonspection. Si l’on ne trouve pas de terrages dans la région maritime flamande, dans l’état actuel de la recherche, rien ne permet de le nier avec une certitude absolue. On peut cependant affirmer que les polders ne sont pas une zone favorable, pas plus que les zones de la Flandre intérieure tardivement mises en valeur. Au contraire, dans l’intérieur du Boulonnais, les terrages ne sont pas inconnus. La situation dans les pays néerlandais confirme celle de la Flandre. Les régions côtières, la Frise notamment, si réfractaire au régime domanial, ne connaissent que de très rares redevances en nature, dues d’ailleurs à des abbayes éloignées. A l’intérieur, au contraire, dans le Gueldre ou la région d’Utrecht par exemple, qui ont connu des villae, se repèrent de véritables tenures à part de fruits ainsi que les dîmes céréalières47.

  • 48 Sivéry, Structures..., p. 82 sq.

24Qu’il y ait des terroirs plus favorables aux tenures à part de fruits que d’autres, le fait est patent, et ceux qui sont issus des grands défrichements ou de la conquête sur la mer ne figurent pas tous, loin de là, dans la dernière catégorie. Même sur les terroirs anciens où ils se rencontrent davantage, le champart ou le terrage sont parfois remis en question. Les fraudes, les difficultés de perception, les contestations toujours possibles tendent à le faire remplacer, soit par une redevance en nature fixe, qui a l’avantage de pouvoir être perçue immédiatement en argent (il ne s’agit plus alors que d’une forme d’indexation), soit par le fermage. Jusqu’à plus ample informé, il semble qu’il résiste d’ailleurs beaucoup mieux à l’époque moderne sur les terres des « seigneurs d’Eglise » qu’ailleurs. Son association fréquente à la dîme suffit à expliquer son maintien plus fréquent. Une autre cause de difficulté de l’existence séculaire du terrage ou du champart dans les terroirs assez favorables à l’herbe, c’est bien la malléabilité de ces sols. Que faire lorsqu’une terre est transformée en prairie ? Comment peut-on continuer dans ces conditions à percevoir les grains ? On devine alors la solution : le paiement d’une rente ou d’un cens en argent48.

Le métayage : son origine, sa répartition et son évolution

25La très grande prudence qui présidait à l’étude de la répartition du terrage commande aussi la présentation du métayage. Cela ne tient pas seulement à son caractère souvent transitoire entre le faire-valoir direct et le fermage, mais il faut aussi tenir compte de sa nature même : il s’agit en somme de rémunérer le travail de celui qui cultive une part de la réserve, tandis que le seigneur qui avance le cheptel, les outils, les semences, garde la possibilité de revenir au faire-valoir direct. Par le fait même, il est aisé de comprendre qu’il n’ait pas toujours besoin de contrat pour une cessation que l’un des partenaires au moins considère comme pouvant être remise en question du jour au lendemain. De nombreux métayages nous échappent ainsi. Oserait-on affirmer qu’au xxe siècle encore de telles formes de « métayage », sans contrat, n’existent pas en plus grand nombre qu’on ne le croit pour des « gardiennages » de maisons avec vergers par exemple ?

  • 49 Id., p. 214, 263 sq.

26Dans la plupart des contrées septentrionales, le métayage est bien le moyen qui semble le plus adéquat pour la mise en valeur de la réserve quand le seigneur a décidé de mettre fin à tout ou à partie de sa réserve en terres labourables. N’oublions pas qu’il possédait les trains de charrue, indispensables à la mise en valeur, et qu’il n’a pas l’intention de les laisser sans emploi ni de les vendre à vil prix. C’est ce qui a permis de voir que les terres dites à moitié ou au tiers, notamment quand s’y ajoutaient des redevances supplémentaires, étaient en fait exploitées en métayage, au moins lors des débuts de la cession de la réserve. Elles ne survivent guère au xiiie siècle, dans le Hainaut au moins49.

  • 50 Platelle, op. cit., p. 279.

27Dans la région de Saint-Amand, on découvre cependant le métayage comme le statut normal des terres défrichées en 1208, au moins selon des colons flamands, qui avaient procédé spontanément à des défrichements. Ils prétendent aussi qu’ils peuvent transmettre à leurs descendants les portions de terroirs qu’ils ont mis en valeur tout en gardant le statut de métayer. Mais l’abbaye obtient finalement gain de cause et peut conserver le droit de donner la terre à défricher à qui elle veut et celui de louer selon son gré les champs déjà défrichés50. C’est bien là une rarissime exception.

  • 51 Fourquin, Les campagnes..., p. 80 (note 108), 220 sq., 385, 480.

28Ailleurs, le métayage apparaît généralement comme l’une des formes primitives de la cession de la réserve. G. Fourquin a montré qu’il revêtait alors des aspects complexes dans la plus grande partie de l’Ile-de-France. Ce n’est que dans la région de Rambouillet que l’on découvre le contrat strict de métayage. Ailleurs, on le trouve souvent associé à un contrat de fermage. Les granges sont affermées selon un bail « à moisson », c’est-à-dire un bail à ferme moyennant tout ou partie du fermage en grains, et s’y ajoute un métayage pour le cheptel. Mais l’ensemble du contrat est appelé « ferme ». Cette association du fermage pour les cultures céréalières et du métayage pour le cheptel vif résiste jusqu’à la fin du xve siècle51.

  • 52 Chédeville, op. cit., p. 178-180.

29Dans la région de Chartres et dans le Perche, l’origine du métayage est ancienne. Elle est attestée dès le ixe siècle dans le Corbonnais et à Nogent-le-Rotrou. Aux xie et xiie siècles, les métairies proviennent souvent de l’abandon du faire-valoir direct, mais ensuite, bien des exploitations sont encore appelées métairies alors qu’elles n’en ont pas (ou plus) le statut. En fait, dans cette région comme dans la plupart des autres, le métayage convient « aux périodes de construction et de reconstruction »52.

  • 53 Fossier, op. cit., p. 643.
  • 54 Sivéry, op. cit., p. 263 sq., 378 sq.

30La présence du métayage est attestée en de nombreuses contrées des régions septentrionales comme dans la région parisienne. Mais il s’agit, le plus souvent, du premier stade de la mise en valeur de la réserve labourable (ou de ce qui en reste) que le seigneur ne tient pas à céder en tenure héréditaire. Il préfère en garder le contrôle, et la cession en métayage lui apporte cette sécurité. Mais une autre solution existe : le fermage, qui n’est qu’une cession temporaire, et permet de mieux suivre la conjoncture. Le fait qu’on nomme ces réserves affermées pour six et neuf ans « censes » dans les régions septentrionales montre combien le seigneur tient à ce droit de récupération de sa réserve pour revenir éventuellement au faire-valoir direct. Mais dans le Cambrésis comme dans le Hainaut, les rapports entre fermage et métayage demeurent ambigus dans les premiers temps. En 1254, dans le Cambrésis53, et dès 1248, dans le Hainaut, le seigneur en était déjà à se contenter de payer ou de fournir la marne au métayer. Dans de telles conditions, le partage de la récolte par moitié devenait une charge trop lourde. Le fermage apportait la solution. On voit d’ailleurs, de manière précise, le processus du passage de l’une à l’autre forme d’exploitation pour la réserve d’Hurtebise, dans la terre d’Aymeries. Cette grande réserve hennuyère appartenait à Jean, comte de Luxembourg, qui la cédait à un « moiturier » qui devait la moitié de la récolte. En 1334, le comte de Luxembourg vend la seigneurie d’Aymeries à Guillaume 1er d’Avesnes, comte de Hainaut, qui met fin au métayage d’Hurtebise et la cède contre une somme d’argent fixe pour la durée d’un bail temporaire. Ce n’est plus un « moiturier », mais un « censier » ou fermier qui exploite désormais l’ancienne réserve54.

  • 55 Delmaire, Le compte général..., p. 226 (Bcuvry, p. 29).
  • 56 Tits-Dieuiade, op. cit., p. 53 ; H. Van der Wee, The Growth of the Antwerp market and the European (...)
  • 57 A. de Vos, Iventaris der Landbouwpachten im de Gentse Jaarregisters van de keure, col. Oostvlands (...)
  • 58 Tits-Dieuaide, op. cit., p. 52-53.
  • 59 Sivéry, op. cit., p. 568.
  • 60 Cl. Billen, « Etude d’une seigneurie foncière en Tournaisis au bas Moyen Age : la seigneurie de Wa (...)

31Cette modification radicale des données ne se découvre pas toujours. On a vu que dans la région parisienne, le bail à fermage s’accompagnait souvent d’un contrat de métayage pour le cheptel vif et qu’en pays chartrain et dans le Perche, le terme métairie en était venu à recouvrir des formes d’exploitations diverses. En Artois, le même terme soiestier en arrive parfois à désigner le fermier et le métayer55. La langue flamande connaît le terme pachter pour désigner le fermier, le tenancier ou le métayer. Cependant, le véritable métayage n’était pas inconnu dans la Flandre septentrionale et en Brabant au xve siècle. On voit ainsi que l’infirmerie du Grand béguinage de Bruxelles possédait à Dilbeek une métairie qui, d’ailleurs, fait retour au faire-valoir direct en 1404. Près d’Anvers, le duc de Brabant percevait les revenus d’un métayage avec ceux de tenures à part de fruits : il transforme le tout en une censive56. Certes, le métayage n’est guère fréquent, et sur 1 890 baux que les échevins gantois ont enregistrés au xve siècle, on ne repère que 8 métayages57. C’est peu, mais on ne peut nier son existence. En fait, il devient parfois, à la fin du Moyen Age, un procédé commode pour remplacer momentanément le fermage quand l’on trouve difficilement un fermier capable de procéder à de gros investissements. On revient aussi au métayage afin de remettre en état une ferme mise en péril par la négligence d’un fermier qui, en outre, n’est plus capable de verser le fermage. Le métayage permet ainsi le retour à un faire-valoir direct partiel. C’est ce qui se passe pour l’exploitation de Meldert, près de Tirlemont. L’infirmerie du Grand béguinage de Louvain y remplace le fermage par le métayage, de 1443 à 1454. Mais ce retour au métayage reste exceptionnel et, bien souvent, les exploitations appelées métairies en Flandre sont, en fait, des fermes et les « métayages et 4e gerbe » sont devenus des redevances fixes dans la réalité. En ce qui concerne le métayage, celui-ci n’est plus qu’un procédé momentané et, autant en Flandre qu’en Brabant, les comptabilités ne mentionnent aucun exemple que l’on pourrait suivre pendant plusieurs décennies58. Ce n’est cependant pas le seul moyen de restaurer une exploitation rurale. Lors des graves difficultés de la fin du xve et du début du siècle suivant, le fermage se maintient dans le Hainaut, quitte à l’assortir de clauses interrompant, en totalité ou en partie, le versement du fermage pendant quelques années59, mais, en Tournaisis, la cense du seigneur de Warcoing, après le bail de neuf ans qui se termine en 1501, est cédée en métayage en 1502 et ne redevient « cense » affermée qu’en 152060.

***

32Le métayage a donc bien existé au Moyen Age, au nord de la Loire. Souvent, son existence est éphémère et se signale, soit au début du passage du faire-valoir direct de grandes réserves à la cession, soit comme un procédé pour restaurer une ferme en difficulté. Mais, pour le cheptel au moins, il résiste mieux dans la région parisienne. Pour sa part, la tenure à part de fruits (qui ne va donc pas jusqu’au partage de la récolte et ne voit que l’apport du sol par le seigneur) est beaucoup moins fragile. Ce qui n’exclut d’ailleurs pas des tentatives, souvent couronnées de succès et destinées à la transformer en tenures à redevances fixes. L’association étroite avec la dîme contribue d’ailleurs à son maintien sur les terres des « seigneurs d’Eglise ».

Notes

1 La tenure, Recueils de la Société Jean Bodin, t. III, Bruxelles, 1938 ; voir P. Petot, « Observations sur la théorie des tenures dans le droit français au Moyen Age », p. 131-136 ; Ch.E. Perrin, « Esquisse d’une histoire de la tenure rurale en Lorraine au Moyen Age », p. 137-163 ; on ne trouve pas davantage cette tenure à part de fruits ni le métayage dans le tome IV, Le domaine, Bruxelles, 1949 (voir A. Dumas, « Le régime domanial et la féodalité dans la France au Moyen Age », p. 149-164). R. Grand et R. Delatouche, L’agriculture au Moyen Age, de la fin de l’Empire romain a ta Renaissance, Paris, 1950, p. 133 sq., mentionnent la faible répartition des tenures à part de fruits et de métayage dans bien des régions septentrionales ; M. Bloch, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, éd. de 1952, p. 100 sq., avait signalé des terrages en Orléanais, dans la région parisienne, etc. ; voir bibliographie générale avant 1968, dans Historia agriculturae, Groningue, 1968.

2 Voir M. Bloch, op. cit., note précédente (première édition en 1931) ; L. Verriest, Le régime seigneurial dans le comté de Hainaut au XIe siècle à la Révolution, Bruxelles, 1916, p. 131 sq., cite un certain nombre de terrages dans le Hainaut où ils apparaissent au xiie siècle ; G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, Paris, 1962, p. 115 sq., 522 sq., 589 sq., et, dans Histoire de la France rurale, Paris, 1975, G. Fourquin, dans t. I, p. 399 sq., 504 sq., 588 sq., et H. Neveux, dans t. Il, p. 80 sq., 130 sq., ont dressé des tableaux beaucoup plus nuancés sur ces questions.

3 G. Fourquin, Le paysan d’Occident au Moyen Age, Paris, 1972, p. 52 sq. ; sur les tenures, Philippe de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, Paris, 1899-1900, 2 vol., est toujours utile ; Fr. Olivier-Martin, Histoire de la coutume de la prévôte et vicomté de Paris, Paris, 3 vol., 1922-1930, t. I, p. 421, donne une définition trop étroite des tenures à part de fruits et ne l’admet que pour les terres céréalières : ce qui est inexact pour la région parisienne où la tenure à part de fruits existe pour les vignes, comme en Bordelais (R. Boutruche, La crise d’une société ; seigneurs et paysans du Bordelais pendant le guerre de Cent Ans, Paris, 1947) ; pour les tenures à part de fruits, R. Fossier, Enfance de l’Europe, Paris, 1982, p. 702 sq., donne une vue rapide.

4 G. Sivéry, Structures agraires et vie rurale dans le Hainaut à la fin du Moyen Age, Lille, 1977-1980, p. 262-263.

5 R. Fossier, La terre et les hommes en Picardie..., Paris, 1968, p. 643 sq. ; G. Sivéry, Structures..., p. 263 (à Ath par exemple).

6 G. Fourquin, Les campagnes de la région parisienne à la fin du Moyen Age, Paris, 1964, p. 206 sq., 480 sq. ; « Les débuts du fermage : l’exemple de Saint-Denis », Etudes rurales, 1966, p. 7-81.

7 B. Delmaire, Le compte générai du receveur d’Artois pour 1303-1304, Bruxelles, 1977 ; le terme « soiestier » (métayer) en vient souvent à désigner le fermier, p. 226 sq.

8 D. Barthélemy, Les deux âges de la seigneurie banale : Coucy (XIe-XIIIe siècle), Paris, 1984, p. 251 sq. ; L. Carrez, L’avouerie de Somain, des origines au XVIIIe siècle, Mém. maîtrise, dact., Lille, 1984, p. 46.

9 Sivéry, op. cit., p. 567 sq.

10 Id., p. 263 sq. ; Delmaire, op. cit., p. XXI sq.

11 Barthélemy, op. cit., p. 250 ; A. Chédeville, Chartres et ses campagnes (XIe-XIIIe siècle), Paris, 1973, p. 1117 sq.

12 Fourquin, op. cit., p. 180 sq. ; Fossier, op. cit., p. 323 sq. ; Sivéry, op. cit., p. 267 sq. ; Barthélemy, op. cit., p. 157 sq. ; H. Platelle, Le temporel de l’abbaye de Saint-Amand, Paris, 1962, p. 278, signale des terrages à la fin du xie siècle.

13 A. Verhulst, Histoire du paysage rural en Flandre, Bruxelles, 1966 ; M.-J. Tits-Dieuaide, La formation des prix céréaliers en Brabant et en Flandre au XVe siècle, Bruxelles, 1976, p. 13 sq., 52 sq. ; R. Wargnies, Les comptes de la Terre d’Avesnes (1371-1410), Mém. maîtrise, Lille, 1973 ; L. Génicot, L’économie rurale namuroise au bas Moyen Age, t. I, Louvain, p. 253.

14 Sivéry, op. cit., p. 275 sq. ; voir supra, notes 5-8 ; M.-D. et G. Descamps, Etude de comptes de grains et d’argent dans le Cambrésis à la fin du Moyen Age, Mém. maîtrise, dact., Lille, 1982 ; Carrez, op. cit. ; M. Debersée, Le domaine de la châtellenie de Lille au début de la période bourguignonne (1390-1404), Mém. maîtrise, Lille, 1970 ; S. Calonne et D. Clauzel, Salaires et prix à Lille pendant la période bourguignonne, Mém. maîtrise, Lille, 1972 ; P. Courbet, Le Sud-Est du Cambrésis à la fin du XIIIe siècle, Mém. maîtrise, Lille, 1980 ; B. Lecompte, Le temporel de l’abbaye d’Hasnon, Mém. maîtrise, Lille, 1978 ; S. Anceaux, F. Bigotte, P. Burdy, Un compte de l’abbaye de Marchiennes (1444-1445), Mém. maîtrise, Lille, 1979 ; J. Toussaert, Le sentiment religieux en Flandre, Paris, 1963.

15 Wargnies, op. cit. ; Sivéry, Structures..., p. 157.

16 Voir op. cit., supra, notes 1, 2, 3, 4, 5.

17 Supra, note 14.

18 G. Sivéry, « Herchies... (1267-1314) », dans Revue du Nord, 1970, p. 309-330, et Structures..., p. 267.

19 Id., p. 156, 214 sq.

20 Barthélemy, op. cit., p. 250.

21 Fourquin, Les campagnes..., p. 173 sq., p. 250.

22 Barthélemy, op. cit., p. 250-251.

23 Fourquin, op. cit., p. 180 sq., 378 sq., 392, 436 sq.

24 Chédeville, op. cit., p. 109, 124 sq., 339 sq., 465.

25 Fossier, La terre..., p. 323.

26 Sivéry, Structures..., p. 267.

27 Fossier, op. cit., p. 328 sq. ; G. Estienne, « Le champart en Picardie aux xiie et xiiie siècles », Congrès de ta Soc. d’hist. du droit des pays flamands, picards et wallons, Anvers, 1961 ; P. Bertin, La chronique et les chartes de l’abbaye de Maroeul, Lille, 1959, p. 115 sq., 222, 269, 273 (1193 sq.).

28 Delmaire, op. cit., p. 4 sq. (Bapaume), 29 (Beuvry), 53 sq. (Aubigny, Avesnes-le-Comte).

29 M.-D. et G. Descamps, Etudes des comptes de grains et d’argent dans le Cambrésis (XVe siècle), Mém. maîtrise, Lille, 1982 (Crèvecœur, p. 23) ; M.-L. Colpin, Le temporel de l’abbaye Saint-André du Cateau de 1021 à 1525, Mém. maîtrise, Lille, 1972 (terrages au Cateau), Maretz, au xiiie siècle, donations, p. 44 ; terrages tenus en fiefs à Clary, au xve siècle, p. 100).

30 H. Neveux, Les grains du Cambrésis (fin du XIVe-début du XVIIe siècle), Paris, 1980, p. 227, 230 ; pour l’étude des rendements d’après les dimiers, voir M. Morineau, Les faux-semblants d’un démarrage économique, Paris, 1971, et « Cambrésis et Hainaut : deux frères ennemis ? », Rev. Hist., t. 522, 1977, p. 323-344.

31 Barthélemy, op. cit., p. 251 sq., 349 sq.

32 Verriest, Le régime matrimonial..., op. cit., p. 131 sq. ; J.-B. Debever, « L’abbaye bénédictine de Ghislenhien en Hainaut, des origines au début du xve siècle », Contributions à l’histoire économique et sociale, t. V, Bruxelles, 1972, p. 206-209.

33 Lecompte, op. cit., p. 105.

34 Anceaux, Bigotte, Burdy, op. cit., p. 91 sq., 106 sq.

35 Sivéry, op. cit., p. 267 sq., 298 sq., 403, 508-509, 567.

36 Verriest, op. cit., p. 133-134 ; pour un cadre plus général, du même auteur, Institutions médiévales, t. I, Mons, 1946, et B.H. Schlicher van Bath, The agrarian History of Western Europe (AD 500, 1850), Londres, 1963.

37 G. Despy, Les campagnes du roman pays au Moyen Age : la terre de Jauche aux XIVe et XVe siècles, Louvain-la-Neuve, 1981 ; W. Steurs, Les campagnes du Brabant septentrional au Moyen Age : la fondation de la ville neuve d’Oisterwijk..., Louvain, 1974 ; G. Willems, « L’abbaye de Ninove... (1137-début du xiv e s.), Contributions..., op. cit., p. 202-203 ; M. Martens, Le censier ducal pour une partie de la circonscription de Louvain en 1366, Bruxelles, 1962 ; Tits-Dieuaide, op. cit., p. 53, signale un ancien terrage devenu redevance fixe.

38 Despy, op. cit., p. 75.

39 Génicot, op. cit., p. 253, et « L’étendue des petites exploitations dans le comté de Namur », Etudes rurales, 1962, p. 5-31.

40 Voir supra, note 15 ; C. Devries, « Le chapitre de Dinant au Moyen Age », Contributions..., op. cit., p. 209-211, n’en signale pas.

41 On trouve des terrages dans la région de Couvin, C. Rouwez, « La châtellenie de Couvin au bas Moyen Age », Contributions..., p. 228-229 ; la publication de la thèse complète de R. Noël,, Quatre siècles de vie rurale entre la Semois et la Chiers (1050-1470), dont le tome I est seulement paru (Louvain, 1977), permettra une mise au point dans cette région ; M.-L. Fanchamps, Recherches statistiques sur le problème annonaire dans la principauté de Liège, de 1475 à la fin du XVe siècle, Liège, 1970, n’en signale pas.

42 I. Bayert, Comptes du bailliage de Bergues à la fin du Moyen Age, D.E.A., Lille, 1984 ; St. Curveiller, Les grands problèmes de Dunkerque dans la Flandre maritime au Moyen Age, Mém. maîtrise, Lille, 1977, et Les comptes de bailliage de Dunkerque de 1358 à 1407, thèse doct. 3e cycle, Lille, 1983 ; E. Curveiller-Lys, Aspects de la Flandre à travers le cartulaire de Watten, Mém. maîtrise, Lille, 1979 ; A. Derville, « Seigneur Jehan Florent de la Porte, mayeur de Saint-Omer (1305-1315) et ses exploitations rurales », Revue du Nord, 1982, p. 683-709.

43 Carrez, L’avouerie de Somain..., op. cit., p. 48 : en 1522, il y a des terres arrentées qui doivent dîmes et terrages ; Anceaux, Bigotte, Burdy, op. cit., t. II, p. 8 sq., 69 sq., 82 (à Ronchin, il reste une terre tenue à part de fruits, p. 28 sq.) : mais l’affermage est précoce dans les biens de l’abbaye de Marchiennes ; B. Delmaire, « Un état des recettes affermées de l’abbaye de Marchiennes en 1269-70 ». Sacris Eruderi, 1980, p. 265-287 : dans la région de Lille, dès la fin du xive siècle, les pourcentages des récoltes sont liés à l’affermage ; M. Debersée, op. cit., p. 34 : dans la région de Cassel, les recettes comtales ne font pas mention de tenures à part de fruits au xve siècle ; J.-P. et M. Cazenave-Gassiot, dit Brun, La châtellenie de Cassel au XVe siècle d’après les comptes de la châtellenie de 1451 à 1454, Mém. maîtrise, Lille, 1978. Les recettes en nature ne sont plus à parts de fruits dans les biens comtaux de la châtellenie de Douai, voir Ph. Plouchart, Le prix des céréales et la situation économique dans le Douaisis au début du XVe siècle (1399-1420) d’après les comptes des châtellenies de Douai et d’Orchies, Mém. maîtrise, Lille, 1982 ; C. Delmaire, L’évolution socio-économique de la châtellenie de Douai et Orchies aux XIVe-XVe siècles d’après les comptes de 1372 et 1443, Mém. maîtrise, Lille, 1984 ; voir M. Mestayer, « Prix du blé et de l’avoine à Douai de 1329 à 1793 », Revue du Nord, 1963, p. 157-176 ; il n’y a plus de traces de tenures à part de fruits au xive siècle dans la région de la Gorgue et dans le pays de l’Alleu, M.-A. Noë et M. Delrue, La Gorgue et le pays de l’Alleu à la fin du Moyen Age, Mém. maîtrise, Lille, 1973 ; enquête en cours sur Herzele à l’ULB Fr. Bruxelles (10 dossiers, 1976-1980).

44 Les gestions abbatiales ont conservé plus longtemps : c’est le cas pour l’abbaye de Flines dans les régions de Douai et d’Orchies ; E. Debruyn, Gestion et comptabilités de l’abbaye de Flines (1345-1356), Mém. maîtrise, Lille, 1980, t. I, p. 16 ; mais elles disparaissent au xve siècle ; R. Hanke, Gestion et comptabilités de l’abbaye de Flines (milieu du XVe siècle), Mém. maîtrise, Lille, 1980.

45 Platelle, Le temporel..., p. 279-281.

46 Tits-Dieuiade, La formation..., p. 53 ; A. Verhulst, « L’économie rurale de la Flandre et la dépression économique du bas Moyen Age », Etudes rurales, 1963, p. 68-80.

47 F. Ganshof et A. Verhulst, dans The Cambridge Ec. Hist., t. I, 1966, p. 305 sq. ; S. Lebecq, Marchands et navigateurs frisons, t. I, Lille, 1983, p. 137 sq. ; E.J. Harenberg, De oorkondenboek van Gelre en Zutphen tot 1326, La Haye, 1980, nos 1233 sq. ; B.H. Slicher van Bath, The agrarian History of Europe, Londres, 1963 ; J.A. van Houtte, An economic history of the Low countries, Londres, 1977 ; R. Coquerelle et Ph. Hemmer, Aspects économiques et sociaux de la châtellenie de Tingry (1414-1419), Mém. maîtrise, Lille, 1972, p. 261.

48 Sivéry, Structures..., p. 82 sq.

49 Id., p. 214, 263 sq.

50 Platelle, op. cit., p. 279.

51 Fourquin, Les campagnes..., p. 80 (note 108), 220 sq., 385, 480.

52 Chédeville, op. cit., p. 178-180.

53 Fossier, op. cit., p. 643.

54 Sivéry, op. cit., p. 263 sq., 378 sq.

55 Delmaire, Le compte général..., p. 226 (Bcuvry, p. 29).

56 Tits-Dieuiade, op. cit., p. 53 ; H. Van der Wee, The Growth of the Antwerp market and the European Economy, La Haye, 1963 ; J. Mertens, De laat-middeleuwse Landbouweconomie..., Bruges, 1970.

57 A. de Vos, Iventaris der Landbouwpachten im de Gentse Jaarregisters van de keure, col. Oostvlands verbond van de kringen voor Geschienis ; Inventarissen no 3, Gand, 1958, nos 198, 236, 532, 646, 1425, 1462, 1750, 1812 ; dans les régions néerlandaises, même au Sud-Est (Gueldre et confins), on peut se demander si le vrai métayage existe.

58 Tits-Dieuaide, op. cit., p. 52-53.

59 Sivéry, op. cit., p. 568.

60 Cl. Billen, « Etude d’une seigneurie foncière en Tournaisis au bas Moyen Age : la seigneurie de Warcoing », Contributions..., t. V, op. cit., p. 204-206.

© Presses universitaires du Midi, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search