Version classiqueVersion mobile

Les revenus de la terre

 | 
Charles Higounet

Avant-propos

Charles Higounet

Texte intégral

1On voudra bien me permettre, pour une fois, de placer en tête de cette présentation tes quelques réflexions générales sur le succès des Journées d’histoire de Flaran que j’ai développées devant les autorités départementales du Gers, qui nous accueillaient le 20 septembre 1985 pour notre septième session.

2En effet, il peut paraître étonnant, mais il est en même temps très réconfortant, que dans cette abbaye, petit établissement cistercien, combien moins importante que tes « Centres nationaux de rencontre » de Royaumont, de Fontevrault ou de Pont-à-Mousson ; à l’écart des grands itinéraires de circulation ; sans patronage tapageur ; sans le secours de structures universitaires ou d’organismes de recherche ; loin des centres d’animation parisiens ; avec le seul concours bénévole d’un comité scientifique restreint et régional ; avec l’unique support administratif du Comité départemental du tourisme du Gers, dont l’histoire et les publications scientifiques n’étaient guère dans tu vocation initiale ; dans un département essentiellement rural et aux ressources modestes, nous ayons réussi à implanter ces réunions scientifiques annuelles, sans concession à la facilité, et à publier le résultat de leurs travaux. Eh bien ! cela n’a été possible que grâce à la foi et à la volonté lucide d’un petit groupe local et surtout des élus de ce département qui ont senti de façon exceptionnelle que la recherche historique était une des composantes essentielles de la culture et qu’une organisation simple était au moins aussi efficace qu’un lourd appareil bureaucratique lorsqu’elle était l’expression de l’accueil chaleureux de tout un pays.

3Comme notre programme n’incitait guère à des travaux sur le terrain, nous avons répondu à l’aimable invitation de la municipalité d’Auch pour tenir une de nos journées dans son château de Saint-Cricq. Une sympathique réception â l’hôtel de ville et une visite du viel Audi, révélation pour beaucoup de congressistes étrangers, terminèrent cette studieuse et agréable « excursion » hors Flaran.

***

4Certes, le thème que nous avions proposé cette année-ci n’était pas de ceux qui pouvaient mobiliser, hormis les érudits, la Joule des collaborateurs et des auditeurs. Sa formulation était peut-être discutable et, peut-être aussi, avions-nous eu tort d’en écarter le fermage... Mais, outre qu’il avait sa place tant dans l’orientation générale de nos travaux qu’à l’horizon d’une région agricole longtemps vouée au métayage, ne manquait-il vraiment pas d’une première approche comparative et l’échelle européenne de ces modes de concessions ou de contrats qui ont encadré l’exploitation paysanne de ta terre pendant des siècles ?

5Sans retenir toutes les variétés et les nuances qu’ont exprimé avec bonheur les rapports régionaux, on pourra recueillir schématiquement de cette confrontation trois types d’enseignements :

6Chronologiques d’abord. En dehors des mentions sporadiques d’un agrarium sous les Mérovingiens et dans le polyptyque de Montier-en-Der, les champarts et autres redevances à part de fruits sont apparus au début ou au milieu du xie siècle aussi bien en Provence, dans la France de l’Ouest (entre 1030-1060) et en Allemagne. Les mentions semblent un peu plus tardives au Nord de la France (xiie siècle) et sont franchement décalées en Castille (xiiie siècle) et en Angleterre (1230). Le métayage dont on attribuait jusqu’ici le développement, en France du moins, dans la seconde moitié du xiiie siècle, s’avère en général plus précoce : les pays de la Charente l’auraient connu dès 1029-1047 ; la facherie provençale est attestée avant 1190-1197 ; en Toulousain comme en Hainaut, il devient courant au tout début du xiiie siècle. Quant à la mezzedia classique italienne, ses premiers contrats dans les campagnes de Sienne et de Florence sont de 1221. Sans aucun doute, notre colloque a singulièrement « vieilli » le métayage !

7Géographiques, en second lieu. La surprise n’est pas moindre. On était habitué à considérer que le métayage était une institution des contrées méridionales. Désormais, même si son existence y a été parfois difficile, on peut affirmer, avec G. Sivery, que le métayage a existé au Nord de la Loire jusqu’en Brabant et en Flandre septentrionale. Mieux, l’étude pionnière de K-H. Spiess montre, malgré l’ambiguité du vocabulaire, l’extension du métayage dans toute l’Allemagne, sauf dans les régions de colonisation de l’Est. Par contre, R. Hilton nous explique avec humour pourquoi il n’a pas pris en Angleterre.

8Socio-économiques, enfin. L’apparition et la fréquence des baux à part de fruits aux xie et xiie siècles incitent la plupart des auteurs à lier le phénomène aux grands défrichements et à la croissance agraire. En Vermandois, au xiie siècle, le champart correspond à l’essart. En Provence, si lu tasque a été antérieure aux défrichements, les terres mises en culture aux xiiie-xive siècles ont été frappées de cette redevance. Le métayage a été lui-même lié parfois à des défrichements ; mais, dans les contrées septentrionales et en Allemagne, il semble qu’il ait été le moyen le plus adéquat pour la mise en valeur de la réserve lorsque le seigneur en avait décidé ainsi (G. Sivery). La consolidation du métayage aux xiiie-xive siècles dans le Midi provençal et languedocien suppose cependant la présence de familles de propriétaires de différentes origines ayant la volonté de tirer parti de la possession de la terre (G. Sicard), et la mezzadria a aussi été liée en Italie à l’essor de l’économie urbaine.

© Presses universitaires du Midi, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search