Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ordres militaires

 | 
Charles Higounet

Communications

Note sur deux terriers de l’Ordre de Malte en Gascogne

Pierre Féral

Texte intégral

1Deux imposants dîmaires de la commanderie La Cavalerie, reliés en cuir avec plans topographiques à l’échelle et en couleurs, sont déposés aux Archives municipales de Lectoure.

2Ces terriers sont établis essentiellement pour rétablir le bornage des dîmaires. L’arrêt du Conseil du 12 septembre 1779 avait autorisé l’arpentement et celui-ci commença en 1781, par les soins de Pierre Calviac Nozières, feudiste et géomètre-arpenteur. Les procès-verbaux indiquent avec précision l’emplacement des bornes en pierre dure d’un pied carré sur trois de hauteur, marquées sur une face du mot « dîme » et, sur la face opposée, de la croix de Malte. A ces procès-verbaux sont jointes les copies souvent imprimées des actes juridiques, la description de l’état des lieux au point de vue de la nature agronomique des sols et de la structure architecturale des églises, des châteaux, des moulins et des métairies.

3Au début du xiiie siècle, les ordres militaires s’établirent en Gascogne. En 1325, la commanderie de Sainte-Christie se fond dans celle de La Cavalerie ; en 1506, cette dernière s’intègre dans celle de Nom-Dieu. Ce phénomène de concentration épargne cependant la commanderie de Gimbrède, celles de Golfech et de Goutz. On sait que l’ordre de Malte parasitait à la veille de la Révolution treize puissances européennes, à la manière d’une multinationale, sous le prétexte d’assurer la liberté des mers et le service de charité.

4Le grand-prieuré de Toulouse, qui appartenait à la langue de Provence, comptait vingt-huit commanderies sur les deux cent quarante-cinq du royaume. Quels étaient les membres de La Cavalerie en 1781 ?

5Le premier registre inventorie quatorze membres dont le Nom-Dieu et La Cavalerie, chacun d’eux avec château, église, moulins, bois et métairies. Dans le Condomois, sur la Baïse, le moulin et l’hôpital de Tournaison ou de Gouragne, le membre d’Abrin. En Cravencères, l’église et l’hôpital de Sainte-Christie d’Armagnac. En Jegun, Arpention-Viladouze. Dans le Lectourois, Saint-Jean de Sommeville. Le deuxième registre mentionne treize membres, entre autres, le dîmaire de Bonnefont, ceux de Tressoulet de Saint-Hilaire, de Villars ou de Saint-Lary, la métairie de Saint-Basile dans la juridiction de Saint-Mézard.

  • 1 J. Benaben, La commanderie de Nomdieu, ses annexes et dépendances ( xiie- xviii e  siècles), Toulo (...)
  • 2 Abbé J. Pandellé, « L’ordre de Malte à Castillon-de-Bats », dans B.S.A.G. (Bull. Soc. archéol. du (...)

6Il existe, aux archives du grand-prieuré de Toulouse, un troisième terrier que J. Benaben étudia en 19141. Dans le Brulhois, il mentionne le château de Bax au septentrion d’Astaffort, des terres à Laplume, dans les Petites Landes, sur la rivière de la Durance, le tour carrée d’Avance, des moulins, des exploitations agricoles et de vastes étendues de bois. L’abbé Pandellé a aussi signalé qu’au xviiie siècle la commanderie percevait des dîmes à Castillons-de-Bats, sur quarante concades2. Ces documents permettent au chercheur de saisir ce qu’une « multinationale » exploite en Gascogne, à la veille de la Révolution ; de comprendre ce que l’on appelle la réaction féodale à la fin du xviiie siècle.

7La gestion exemplaire effectuée par le dernier commandeur, Louis Malvin de Montazet, ne se contente pas de restaurer des droits et des privilèges, le plus souvent en faisant la part du feu par des transactions. Ce commandeur répare les édifices, construit des ponts, empierre des chemins, met en défens les bois. Dans la paroisse de Caunes, en Condom, il rectifie par un large, long et profond canal le cours sinueux du Tournaison. En coupant les méandres du ruisseau, il prévient ses débordements. Deux métairies neuves sont l’œuvre du commandeur : celle de la Brane, près du ruisseau de l’Auvignon, dans la paroisse de Mons, celle de Saint-Jean de Sommeville, en Lectoure, toutes deux conçues selon un plan logique et fonctionnel. Ce commandeur, à l’écoute des physiocrates, réserve, à Castelnau-d’Anglès, une pièce de terre au « farageal », au maïs fourrage. En 1786, à Saint-Jean, il substitue une prairie artificielle à une prairie naturelle. Partout, sur les bordures des chemins, il multiplie les arbres fruitiers, reboise en glands des taillis dégradés...

8« Ce qu’on appelle réaction féodale, écrit F. Mauro, pour la noblesse toulousaine au xviiie siècle, prend ici comme ailleurs la forme d’une comptabilité plus précise, d’une application plus stricte des droits seigneuriaux... application des méthodes agricoles plus avancées, comme le développement de fourrage, les nouvelles rotations culturales, l’irrigation, le défrichement. Il ne s’agit pas d’une réaction au sens étroit du mot, mais d’une adaptation d’une classe de propriétaires dynamiques à des conditions nouvelles. »

  • 3 Ch. Cadéot, « L’évolution du métayage dans le Lectourois du xviiie au xxe siècle », dans B.S.A.G.,(...)
  • 4 Pierre Féral, « Une ferme lectouroise à la veille de la Révolution », dans B.S.A.G., 1949, p. 102  (...)

9Géographes et historiens des parcellaires pourront confronter les plans du dîmaire avec ceux des cadastres postérieurs. Charles Cadéot a étudié l’évolution de la métairie de Saint-Basile3. Moi-même, j’ai montré comment la configuration des parcelles à Saint-Jean de Sommeville traduit, de 1786 à nos jours, les transformations de l’agriculture en Gascogne lectouroise4.

10Le dernier commandeur de La Cavalerie pourrait tenter le pinceau d’un biographe ou d’un romancier. Louis Malvin de Montazet a une claire conscience de ses droits et de ses devoirs. Soixante et unième commandeur de Nom-Dieu, il veut donner à son successeur une commanderie en meilleur ordre et en une plus grande prospérité que lorsqu’il a été chargé de sa gérance. Il ne pouvait prévoir la nationalisation de son Ordre, au mépris du droit international. Impérieux et d’un rare courage, il ne pactisera jamais avec ceux qu’il considère être des usurpateurs. Sous la Terreur, dans les monts Pyrénées, il gardera sa croix, son épée et son chapeau. Il écrira : « J’ai licencié ma maison ; congédié mes valets dans l’impossibilité de les payer et mis bas à ma livrée. Une franche gouse fait bouillir mon pot, je m’abreuve de vin de hautin et m’alimente d’ours et de chevreau, mais je suis encore libre dans mon pourpoint. » Plus pour longtemps ! « Incarcéré aux prisons de Saint-Gaudens, il refuse d’ôter sa croix pour être libéré. » Il mourra à Pachin, dans l’Aveyron, en 1820, presque centenaire.

Notes

1 J. Benaben, La commanderie de Nomdieu, ses annexes et dépendances ( xiie- xviii e  siècles), Toulouse, 1914.

2 Abbé J. Pandellé, « L’ordre de Malte à Castillon-de-Bats », dans B.S.A.G. (Bull. Soc. archéol. du Gers), 1957, p. 320-329.

3 Ch. Cadéot, « L’évolution du métayage dans le Lectourois du xviiie au xxe siècle », dans B.S.A.G., 1951, p. 29.

4 Pierre Féral, « Une ferme lectouroise à la veille de la Révolution », dans B.S.A.G., 1949, p. 102 ; Id., « L’œuvre éducative des sociétés d’agronomie gasconnes : la première Société royale, 1762-1790 », dans B.S.A.G., 1957, p. 161 ; Id., « Société d’agriculture du Gers sous le Second Empire », dans B.S.A.G., 1967, p. 75 et 323.

© Presses universitaires du Midi, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.