Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ordres militaires

 | 
Charles Higounet

Communications

Deux commanderies de la Frise médiévale*

Johannes A. Mol

Texte intégral

  • * Les recherches ont été supportées par la Fondation pour la recherche historique, qui est subventio (...)
  • 1 Pour la période du bas Moyen Age, il n’existe pas d’ouvrage qui traite de la Frise toute entière ; (...)

1La Frise du bas Moyen Age, comment peut-on l’esquisser en quelques mots ? Bien que les frontières ne se touchent pas tout à fait, nous pouvons dire que cette région maritime de la mer du Nord correspondait aux provinces néerlandaises actuelles de la Frise et du Groningue d’une part, et de la Frise orientale allemande d’autre part1.

  • 2 H. Schmidt, « Studien zur Geschichte der friesischen Freiheit im Mittelalter », dans Emder Jahrbuc (...)

2Ces régions côtières constituaient principalement un ensemble sur le plan socioculturel. On y parlait une langue unique propre, le frison, et une juridiction germanique propre y était établie. Sur le plan politique, nous pouvons parler de morcellement. La région frisonne se dispersa en de multiples territoires autonomes, gérés par une aristocratie de propriétaires fonciers. Ce n’est que pendant les périodes de menaces venues de l’extérieur que les habitants de ces terrae retrouvaient leur unité pour défendre leur indépendance et leur liberté2. Ainsi, toute féodalisation était évitée. Cependant, un centre de pouvoir frison ne pouvait pas se développer, ce qui eut pour conséquence, sur le plan ecclésiastique, que le pays se divisait en quatre différents diocèses dont les sièges se trouvaient très loin de leurs frontières : Utrecht, Osnabrück, Münster et Brême.

  • 3 Sur les Frisons et les croisades, voir H. Brassat, Die Teilnahme der Friesen an den Kreuzzügen ult (...)
  • 4 Les études générales sur les maisons des Hospitaliers en Groningue et en Frise orientale sont : G. (...)
  • 5 Noordhuis, Johannieters Stad en Lande, 18 s. ; Schöningh, Johanniterorden Ostfriesland, 11-13.
  • 6 La commanderie de Nes est mentionnée pour la première fois en 1243 ; J.J. de Geer tot Oudegein (éd (...)
  • 7 Par défaut de documents, les premières relations entre l’Hôpital de Sneek et le Catharijneconvent (...)

3Les Ordres militaires firent seulement leur apparition au début du xiiie siècle, peu après la venue des autres nouveaux Ordres. Après 1200, l’ordre de Saint-Jean et l’Ordre teutonique se joignirent au mouvement de fondations monastiques. En dépit de leur venue tardive, ils eurent beaucoup de succès, l’enthousiasme qui a saisi les Frisons à se croiser ayant joué probablement un rôle considérable3. Environ 19 des 80 cloîtres de la première vague de fondation étaient des maisons des Ordres militaires. De ce nombre, 16 appartenaient à l’ordre de Saint-Jean. A l’inverse des monastères cisterciens et prémontrés, ces maisons n’étaient pas toutes organisées dans une filiation spécifiquement frisonne. Les 15 commanderies du Groningue et de la Frise orientale dépendaient de la grande commanderie de Steinfurt en Westphalie, alors que l’unique commanderie de la Frise occidentale, l’Hôpital de Sneek, ressortissait de la commanderie d’Utrecht4. La maison de Sneek avait une origine plus ancienne que les commanderies du Groningue et de la Frise orientale, qui avaient été fondées à partir de Steinfurt. La base territoriale de leurs possessions était constituée de biens appartenant auparavant à l’ancien monastère de Werden sur la Ruhr, qui vinrent entre les mains du commandeur de Steinfurt à la suite de leur vente par l’intermédiaire de l’évêque de Münster5. Il n’est pas vraisemblable que l’Hôpital de Sneek ait été fondé de façon analogue à partir d’Utrecht. Il semble que le processus de fondation s’y produisit de la même manière qu’à la commanderie avoisinante de l’Ordre teutonique à Nes. Celle-ci se régissait par elle-même depuis quelques décennies, bien avant qu’elle fût rattachée à la commanderie des chevaliers teutoniques d’Utrecht6. Il est bien possible que Sneek ait été, après quelque temps, réuni au Catharijne-convent, la plus grande commanderie des Hospitaliers dans l’évêché d’Utrecht7.

  • 8 Ni à la commanderie de Sneek, ni à celle de Nes on n’a fait beaucoup attention. Sur Sneek, voir Sc (...)
  • 9 Je veux remercie ici M. R. Heeringa à Scharnegoutum, qui m’a aidé avec ces études cartographiques.

4La question qui nous occupe ici est de savoir si la vie économique de ces fondations des Ordres militaires en Frise présentait un caractère particulier. Les Hospitaliers et les chevaliers teutoniques ont-ils procédé de la même manière sur la base d’arrangements pour l’organisation de leur vie matérielle ? Dans quelle mesure se sont-ils adaptés aux conditions régionales spécifiques ? Je me propose d’apporter ici un éclaircissement en suivant brièvement le développement économique de deux commanderies, en les comparant avec celui des autres maisons frisonnes et leurs maisons mères non frisonnes. Il s’agit des plus anciennes commanderies : l’Hôpital de l’ordre de Saint-Jean à Sneek et, à moins de 15 kilomètres de là, à l’est, la maison de l’Ordre teutonique à Nes8. Leurs archives sont malheureusement très fragmentaires, mais elles contiennent tout de même plus de documents que celles des autres commanderies frisonnes : des listes de biens, des comptes, quelques rapports d’inspection et une petite quantité de chartes, tous datant des xve et xvie siècles. En outre, d’importantes données concernant l’administration des biens ecclésiastiques, confisqués en 1580, sont disponibles aux archives des Etats de la Frise occidentale. Par l’intermédiaire d’une comparaison avec des registres cadastraux postérieurs, il a été possible d’établir la carte d’une grande partie des possessions de ces deux commanderies9. Vu que ces biens ont subi de rares changements aux xve et xvie siècles en ce qui concerne leur étendue et leur situation géographique, la carte nous fournit des éléments sur leur formation au cours des siècles précédents. C’est, par conséquent, un bon point de départ pour notre analyse. Mais avant d’aborder ce sujet, quelques mots encore sur l’origine, le caractère et le rôle de ces deux fondations.

  • 10 De Geer, Duitsche Orde Utrecht, n. 522 (15-8-1243) : domus Theutonicorum Sancte Marie in Nesse ; et (...)
  • 11 P. Winsemius, Chronique ofte Historische Geschiedenisse van Vrieslant, Franeker, 1622, 178.

5Nous ne pouvons pas déterminer avec certitude la date de fondation de Nes, pas plus que celle de Sneek. Les premiers témoignages que nous avons de cette maison de l’Ordre teutonique datent de 1243 et 1245, alors que la plus récente indication sur la commanderie des Hospitaliers apparaît seulement dans un acte de 131710. Toutefois, une chronique du xviie siècle signale qu’un incendie ravageant la ville de Sneek en 1294 avait réduit en cendres les bâtiments déjà anciens de la commanderie11. On peut en conclure que l’établissement existait alors depuis longtemps. Le fait que le temporel de Sneek était en 1580 plus important que celui de Nes nous montre de plus que la fondation avait eu lieu avant, ou en même temps, que celle de Nes. C’est que dans les listes de biens ecclésiastiques confisqués, il se trouve qu’au temps de la suppression des monastères, les plus anciennes fondations disposaient des possessions les plus étendues.

  • 12 RAF, Archief Hospitaalconvent St-Jansberg bij Sneek, n. 36.
  • 13 Sur les monastères doubles en Frise, N. Backmund, Monasticon Premonstratense, t. 2, Straubing, 195 (...)
  • 14 Dans une charte du 8 septembre 1400, adressée au bailli d’Utrecht, les juges et consuls de quelque (...)
  • 15 La dédicace du couvent à Sainte-Elisabeth se laisse déduire du testament de Jancke Sappes (1495) : (...)
  • 16 De Geer, Duitsche Orde Utrecht, n. 531 (10 septembre 1395), n. 533 (18 septembre 1400) ; Archief va (...)
  • 17 Schöningh, Johanniterorden Ostfriesland, 24 s. ; Noordhuis, Johannieters Stad en Lande, 28, 29, 51, (...)

6La même chronique mentionne brièvement qu’au cours de cet incendie quatre nonnes périrent. Il n’y a pas impossibilité que des religieuses se trouvaient effectivement dans cette communauté. Nous apprenons que même en 1432 il y avait une « ... soror ordinis sancti Johannis » à Sneek12. Et il est connu aussi que la commanderie de Nes hébergeait des religieuses, au moins jusqu’au xve siècle. Selon toute probabilité, les deux maisons étaient, comme la plupart des monastères frisons, à l’origine des monastères doubles13. Ces communautés mixtes furent au cours du temps séparées, ou bien elles se développaient finalement comme des couvents, placés sous l’administration d’un supérieur masculin ; dans le dernier cas, quelques prêtres restaient pour le cure des âmes dans le couvent ou dans les églises paroissiales y rattachées. Cependant, quand il fut décidé de séparer les hommes des femmes, on déplaçait les dernières dans une grange de la fondation originale. Dans ces nouveaux couvents, ainsi affiliés, un prieur représentait de droit l’abbé, et des convers du monastère étaient chargés de l’exploitation agricole du domaine. Sur tous les plans, aussi bien spirituel, économique que juridique, les moniales continuèrent ainsi à appartenir à la même communauté. Nous retrouvons également à Nes, au xive siècle, une telle « communauté double, séparée », qu’on rencontrait d’ailleurs surtout chez les Cisterciens et les Prémontrés. Un prieuré de sorores contantes était fondé sur un domaine de la commanderie, leur fonction principale étant de prier pour les âmes de leurs patrons et fondateurs14. Ce couvent, dédié à Sainte-Elisabeth de Thüringe, fut supprimé vers 1375 pour des raisons qui demeurent obscures15. Par la suite, les religieuses s’installèrent de nouveau à Nes, comme en témoignent quelques documents de 1400 environ, qui mentionnent un confesseur à Nes et des « ... fratres ac sorores »16. Cinquante ans après, les sœurs avaient disparu d’ici comme de l’Hôpital de Sneek qui n’hébergeait à ce temps que des frères. A l’inverse, quelques commanderies du Groningue et de la Frise orientale maintinrent leurs communautés de religieuses jusqu’à leur suppression au xvie siècle17.

  • 18 Seule la commanderie des Hospitaliers d’Utrecht avait un couvent des religieuses en dehors de la F (...)

7Le monastère double était, dans cette forme, assez exceptionnel, aussi bien dans l’ordre de Saint-Jean que dans l’Ordre teutonique. Ni le bailliage des Hospitaliers de Steinfurt ni celui des chevaliers teutoniques d’Utrecht ne possédaient de telles maisons en dehors de la Frise18. En outre, la population des commanderies frisonnes avait une origine sociale différente. On n’y en trouvait pas des frères chevaliers, probablement parce qu’en Frise, il n’existait pas une noblesse féodale où ils pouvaient être recrutés. Néanmoins a-t-on accepté seulement des novices des haut-fonds de la société, des familles de divites et potentes.

  • 19 ...ecclesiam jn Bornde... que nunc, heu a laicis et clericis heredetario jure et contra Deum et san (...)
  • 20 Nes : Irnsum, Luinjeberd, Katrijp, Nes, Oldeboorn, Rotstergaast, Terband ; l’Hôpital de Sneek : Bo (...)

8Une seconde conformité des commanderies de Sneek et Nes avec les autres fondations monastiques frisonnes est qu’elles chargeaient leurs frères ecclésiastiques de la cure des âmes. Au cours des deux premiers siècles de leur existence, les commanderies bénéficièrent de nombreuses églises, soit grâce à des propriétaires laïques, soit grâce à des évêques. Les donations que faisaient les derniers consistaient souvent en églises dont les revenus leur étaient contestés. Ainsi, dans le cas de la riche église d’Oldeboorn, qui fut remise en 1243 à Nes par l’évêque d’Utrecht, les sources nous signalent que quelques notables du village en étaient injustement les propriétaires héréditaires19. A la longue, Nes disposa d’au moins 7 églises — y compris la dernière —, et Sneek de 1120. Donc, une grande partie des frères ecclésiastiques de Nes et de Sneek vivaient à l’extérieur de la commanderie. C’est pourquoi on peut supposer que la principale tâche de ces deux maisons consistait à former des curés. La fonction du culte passait seulement au second plan.

  • 21 Par exemple, à Oldeboorn et à la ville de Sneek : ARDO, n. 2288/5 (1507) ; M. Oosterhout (éd.), Sn (...)

9Le droit des commandeurs de disposer de ces églises était particulièrement restreint. Parfois, les paroissiens pouvaient choisir un curé parmi les frères qui appartenaient à la commanderie21. Les biens des églises étaient, à quelques exceptions près, gérés de façon autonome en commun par les paroissiens et le curé, indépendamment de la commanderie. Après la suppression des monastères, ces biens ne se trouvaient pas faire partie du temporel des anciennes commanderies. Il était alors nullement question d’une incorporation totale.

  • 22 Ph.H. Breuker, « De midsieuske kleasters yn Fryslân, yndield neffens de greatte fan har grounbesit (...)

10Par conséquent, la principale source de revenus ne provenait pas des églises. La base de l’économie des maisons de Nes et de Sneek était la terre. La superficie totale des terres cultivables aurait été en définitive de 573 et 716 hectares, qui en 1580 rapportaient respectivement 1 551 en 3304 florins en fermage. Ainsi, ces maisons des Ordres militaires en Frise occidentale appartenaient à la catégorie des monastères d’importance moyenne22.

11Il est probable que ces possessions avaient déjà été entre leurs mains avant le xive siècle. On peut remarquer sur la carte 2 que le centre de gravité est constitué par les terres des abords des rivières et les hauts terrains argileux auprès des digues, se trouvant dans les environs immédiats des commanderies. A Nes, les terres s’étendaient jusqu’au nord-ouest, le long de la rivière la Boorne ; à Sneek, elles se trouvaient vers le nord, jusqu’aux nouvelles terres endiguées de l’ancien estuaire du Middelzee. Tous les terriers et registres fonciers des xvie et xviie siècles signalent que cette région était la plus fertile et la plus rentable.

  • 23 Voir J.A. Mol, « Besitzerwerbungen der friesischen Zisterzienserklöster Klaarkamp, Bloemkamp und G (...)
  • 24 Werden avait déjà acquis sa possession à Eemswoude en 855, grâce à une donation d’un certain Folke (...)

12D’après la formation des plus vieux domaines monastiques et des granges au centre, et d’après la fondation des maisons plus récentes qui se trouvaient à la périphérie, le processus d’acquisition de ces monastères ruraux était en général fortement orienté dans cette région argileuse. C’était, en effet, là que se trouvaient les champs des riches familles des propriétaires fonciers dont les monastères dépendaient pour recruter des novices et pour acquérir de nouvelles terres. Même les Cisterciens en dépendaient23. On peut voir, au type des lots irréguliers qui y apparaissent, qu’il s’agit de vieilles terres agricoles. On le remarque, par exemple, clairement aux possessions de l’Hôpital de Sneek à Eemswoude, dont on admet qu’elles avaient autrefois appartenu à l’abbaye carolingienne de Werden24.

  • 25 A.A. Beekman, Het dijk-en waterschapsrecht in Nederland vóór 1875, t. I, s-Gravenhage, 1905, 24, 3 (...)

13Des travaux de défrichement de grande ampleur ne furent pas exécutés ici par les Ordres militaires. Etant donné que la Frise était dépourvue d’une aristocratie nobiliaire et qu’aucune autorité comtale n’était capable de défendre ses prétentions sur les terres limoneuses et les basses tourbières non exploitées, tous les droits de défrichement appartenaient aux communautés villageoises ou à des paysans ou propriétaires fonciers individualistes25. Et ce n’est qu’en extrême limite que ceux-ci abandonnaient leurs droits aux monastères ; par exemple, lors de crues et d’inondations. On ne peut pas exclure que la commanderie de Sneek eût acquis une partie de ses nouvelles terres salées de cette manière. Mais il est vraisemblable qu’elle a péniblement formé son domaine ici au prix d’achats particuliers et de donations d’entrée des nouveaux religieux.

  • 26 Voir J. Cnossen, De bodem van Friesland, Wageningen, 1971, 42-45.

14Bien que Nes et Sneek laissaient leurs frères ecclésiastiques servir quelques églises des villages dans la région des tourbières au sud, ils y possédaient peu de terres. C’est une preuve qu’ils n’ont nullement participé au défrichement des basses tourbières. Sur la base d’hypothèses géographiques, on peut admettre que les terres de tourbières avaient déjà été mises en exploitation par des défrichements individuels bien avant la venue des monastères. Etant donné le rendement médiocre du sol ici, les paysans qui s’établirent plus tard dans cette région ne connurent pas la prospérité des paysans des terres argileuses. C’est pourquoi ils pouvaient difficilement se comporter en donateurs à l’égard des monastères. Le processus de tassement, justement provoqué par le défrichement, fut la cause de l’appauvrissement de leurs terres26. Par l’affaissement du sol et les contraintes de l’eau, parfois des communautés villageoises entières furent obligées à se déplacer. Evidemment, les monastères manifestaient très peu d’intérêt pour leurs pâturages transformés en marais, qui se changeaient l’hiver en de véritables mers intérieures.

  • 27 Il s’agit des granges à Eemswoude, Osingahuizen, Lippenhuizen et Oldeouwer. Voir respectivement Sc (...)

15Bien que les deux commanderies aient acquis leurs possessions principalement sur de vieilles terres cultivables, elles ne les gérèrent pas toutes en censives et fermages dès le début. Quelques documents laissent supposer qu’avant 1 450 ces commanderies exploitaient une grande partie de celles-ci en manière directe avec l’aide des frères convers, dans des granges : domaines qui étaient plus importants que les fermes frisonnes normales et qui furent généralement appelées ici monnikhusen, ce qui signifie en traduction littérale : maisons des moines. En dehors de sa ferme à la commanderie même, l’Hôpital de Sneek disposait d’au moins 4 granges27. Les possessions ressortissant de deux de ces granges ont pu être reconstituées, quant à leur situation géographique, et fixées sur la carte. A la fin du xve siècle, ces possessions furent, avec une chapelle qui y appartenait, transférées comme beneficium aux quelques frères ecclésiastiques. Au temps de la suppression, elles furent rattachées au domaine de la commanderie. Evidemment, les deux autres granges furent avant cela vendues ou aliénées d’une autre manière.

  • 28 ... alle de meyne presters, kelners, hofmesters ende alle de meyne broders der horen totten huse to (...)
  • 29 jtem quod commendator in Nesse grengarium de consilio familie constituat de personis habitantibus (...)
  • 30 Noordhuis, Johannieters Stad en Lande, 27, 42, 43, 72, 78 ; Schöning, Johanniterorden Ostfriesland, (...)

16La commanderie de Nes a de même exploité des granges, mais nous ignorons leur emplacement et même leurs noms. Dans un document des alentours de 1400 figurent pourtant des hofmeyster ou maîtres de grange28. La commanderie de Schoten, qui dépendait de Nes et qui avait été fondée à la fin du xiiie siècle comme un monastère double, a probablement d’abord servi de grange. Le supérieur de cette petite communauté, qui fut nommé par le commandeur de Nes jusqu’en 1470, porta en tout cas longtemps le titre de grangiarius ou hofmeyster29. La plupart des maisons des hospitaliers de Groningue et en Frise orientale possédaient aussi chacune un certain nombre de granges qui furent gérées par des frères convers30.

  • 31 W.G. Rodel, Das Grosspriorat Deutschland des Johanniter-Ordens im Ubergang vom Mittelalter zur Ref (...)
  • 32 ... een convent van priesteren vander oirden, ende oick ware sommighen sergant broeders mede wt Vri (...)
  • 33 Sur les Halbbrüder de l’Ordre teutonique, M. Tümler, Der Deutsche Orden im Werden, Wachsen und Wir (...)
  • 34 Voir ci-dessus note 28.
  • 35 Tous les frères qui ont assisté à l’élection du nouveau commandeur sont dans cette charte appelés (...)
  • 36 Dans une charte de 1482, le commandeur de Steinfurt ou bailli de Westphalie interdit aux frères co (...)

17Les Hospitaliers de la Hollande, d’Utrecht et de Westphalie n’ont pas appliqué un tel système de granges pour leurs commanderies. Selon les bulletins de la visite de 1495, ils obtenaient la plupart de leurs revenus de censives et de fermages, dont souvent une grande partie était délivrée en nature31. Quand ils exploitaient une propre ferme à la commanderie, la gestion éait confiée à un procurator laïque qui avait la disposition d’un certain nombre d’ouvriers et qui pouvait parfois exiger des corvées des tenanciers de la commanderie. Les frères convers étaient ici à peu près inconnus. En Frise, au contraire, ils constituaient une partie importante de la population des commanderies, et ils y jouissaient d’un état relativemeut haut. Dans la chronique du bailliage d’Utrecht de l’Ordre teutonique, les frères laïques de Nes sont nommés sergantbroeders, la désignation néerlandaise de frères sergents. Dans les statuts de l’Ordre teutonique, ils sont aussi appelés Graumäntler32. A l’inverse des Halbbrüder ou frères servants, les frères sergents — qui étaient à l’origine des assistants des chevaliers dans le combat — furent considérés comme membres de l’Ordre à part entière33. Il nous semble que leur statut personnel a été celui des convers des commanderies frisonnes des Ordres militaires. Ceux de Nes, par exemple, avaient les mêmes voix pour l’élection du commandeur que les frères ecclésiastiques34. Et quelques informations dans une charte de 1320 montrent que les frères laïques de l’Hôpital de Sneek, qui furent appelés conversi, participaient aussi à l’élection d’un nouveau supérieur35. Quant aux frères convers des commanderies du Groningue et de la Frise orientale, on est informé clairement qu’ils avaient non seulement les mêmes droits dans le chapitre de leurs maisons que les frères ecclésiastiques, mais, l’ordination à part, ils faisaient aussi les mêmes vœux de profession et portaient les mêmes habits36. Ne se reflète-t-il pas dans cette égalité de droits l’intérêt qu’on accordait dans ces maisons frisonnes à la gestion du faire-valoir direct, qui se trouvait effectivement sous leur direction ?

  • 37 Voir Schöningh, Johanniterorden Oslfriesland, 43.

18Sur l’exploitation même des fermes et granges de Nes et Sneek, nous avons peu de données. Au bas Moyen Age, la Frise était surtout une région d’élevage. On sait que plusieurs monastères frisons se spécialisaient dans l’élevage et les produits de laiterie, ce qui eut pour conséquence qu’ils devaient importer la plupart de leurs céréales d’en dehors de la Frise, par exemple de Westphalie37. Ainsi, les commanderies de Nes et de Sneek se seront-elles probablement appliquées à l’élevage, puisque la région où elles avaient leurs possessions n’était pas apte pour l’agriculture.

  • 38 Sur les corpora, O. Postma, « Oer de corpora fan de Fryske kleasters, en hwat der ut fuort kaem », (...)
  • 39 ARDO, n. 2252.

19Au xve siècle, un changement a dû se produire en ce qui concerne la gestion, car vers 1470 les deux commanderies avaient en exploitation directe seulement les terres aux environs immédiats de leurs bâtiments conventuels. Cette réserve, appelée le corpus, est mentionnée à part dans les terriers, parce que les frères jouissaient d’une exemption fiscale38. Le corpus de Nes fournissait, d’après une enquête de 1502, en fourrages et herbages de quoi nourrir normalement 60 vaches, été comme hiver, ce qui correspond à 55 hectares39. A côté de ces pâturages, quelques champs étaient destinés à la culture du seigle. Selon cette même enquête, ces terres demeuraient en l’année 1502 en friche et inoccupées, parce que le commandeur responsable, qui aurait dû les cultiver avec des bœufs et des chevaux, avait vendu ceux-ci pour rembourser ses dettes.

20Avant 1500, les convers ont dû démissionner, aussi bien à Nes qu’à l’Hôpital de Sneek, car le travail de la terre fut désormais exclusivement dirigé et exécuté par des ouvriers salariés. Nes, par exemple, possédait aux alentours de 1 500 un gestionnaire laïque, deux domestiques pour l’étable des vaches, un pour le bâtiment agricole, et deux femmes à la laiterie. Pour le fauchage et la fenaison, on faisait appel à des travailleurs saisonniers.

  • 40 I. Telting (éd.), Register van den Aanbreng van 1511, Leeuwarden, 1879, t. II, 436.
  • 41 Wiersum, Le Cosquino de Bussy, « Visitatieverslagen », 246, 247 ; les bestiaux comptaient d’ailleur (...)

21Le corpus de Sneek avait en 1511 une superficie modeste de quelque 40 hectares40. Suivant le procès-verbal de la visite de 1540, une trentaine de vaches et de bœufs fut maintenue sur ces terres, dont la production en lait et viande suffisait probablement aux besoins de la commanderie, qui voyait d’ailleurs sa population s’amenuiser41. Mais c’étaient les gains obtenus par les fermages qui leur permettaient de répondre aux besoins de première nécessité tels que les vêtements, les céréales, la bière et le combustible.

  • 42 Voir B.H. Slicher van Bath, « The economic and social conditions in the Frisian districts from 900 (...)
  • 43 Dans l’abbaye cistercienne voisine de Bloemkamp, par exemple, on avait réduit pour cette raison le (...)
  • 44 R. van Schaik, « Religieus élan en economisch beleid bij Windesheimer Kloosters uit het Friese kus (...)

22Quels sont les développements qui ont amené cet abandon du faire-valoir direct, cette transformation de la vie économique ? Parmi la complexité des facteurs, qui ont été ici déterminants, je veux en distinguer deux. Tout d’abord, les circonstances économiques générales. Après la longue crise de la seconde moitié du xive et la première moitié du xve siècle, les paysans frisons se consacrèrent davantage qu’auparavant à la production laitière et aux pâturages, en ne se contentant plus de se préoccuper de leur approvisionnement personnel42. Ce n’était pas seulement l’excédent qui était apporté sur le marché, mais la production tout entière. En même temps, les terres devenaient de plus en plus un objet d’investissement pour des négociants et des patriciens urbains, surtout dans les régions de pâturages fertiles où les monastères avaient leurs biens. Par conséquent, les affermages augmentèrent ici, aussi bien en nombre qu’en prix. Pour les monastères, l’affermage à terme avait certains avantages (revenus réguliers, simplification de la gestion, possibilité d’augmenter les prix). Mais plusieurs abbayes furent plus ou moins contraintes d’y procéder à cause d’un manque croissant de frères convers. Ce développement peut être expliqué par le déclin de la position des convers en général et par une conscience religieuse en évolution ; il se peut aussi que, pour des aspirants-convers, il y avait ailleurs de meilleures perspectives. D’autre part, les supérieurs des vieilles abbayes souvent n’admettaient pas de nouveaux frères laïques par crainte de problèmes disciplinaires43. En Frise, seulement les monastères qui furent fondés ou réformés par la congrégation de Windesheim les acceptaient en grand nombre au xve siècle44.

  • 45 Sur cette réformation, Schöningh, Johanniterorden Ostfriesland, 22-24 ; Noordhuis, Johannieters St (...)

23En outre, dans le cas des maisons frisonnes des Ordres militaires, les baillis de Steinfurt (ordre des Hospitaliers) et d’Utrecht (Ordre teutonique) eurent dans la seconde moitié du xve siècle une plus grande emprise sur ces membres de leurs bailliages. Lors de leurs tentatives de réforme, ils s’efforcèrent d’abord de mettre fin à la particularité des conditions frisonnes qui les gênaient. Vers 1480, par exemple, le bailli de Steinfurt changea la commanderie d’Oosterwierum en Groningue, qui hébergeait une grande communauté de religieuses, frères convers et frères ecclésiastiques, en une simple maison de chapelains, organisée selon le modèle de la commanderie de Cologne, qui se consacrait principalement au culte des morts45. Peu de temps après, ce bailli tenta de regrouper quelques maisons de la Frise orientale en une seule commanderie, à l’exemple d’Oosterwierum. Dans ces fondations, aucun frère laïque, dont le droit d’expression était important, ne fut accepté.

  • 46 Les plus importants actes, en ce qui concerne cette intervention (plaintes, sommations, enquêtes, (...)

24Dans la commanderie de Nes, un développement semblable se produisit. Après de nombreuses interventions du bailli d’Utrecht pendant une période de trente années, un commandeur énergique sut définitivement assainir, vers 1505, l’organisation et l’administration économique46. Depuis cette date, on n’admit ici que des frères ecclésiastiques, et cela seulement après avoir obtenu le consentement du bailli.

  • 47 Schöningh, Johanniterorden Ostfriesland, 29-48, passim.
  • 48 Il paraît qu’à la grande enquête de 1540, les commandeurs interrogés n’étaient pas tous inclinés à (...)

25Les petites commanderies, situées dans les parties sablonneuses et tourbeuse de la Frise orientale, ne pouvaient s’adapter à ces changements de structure. Les fermages de leurs anciens domaines suffisaient à peine à l’entretien d’un seul chapelain. Au début du xvie siècle, elles étaient réduites à l’état de pauvres maisons pastorales47. Par contre, les grandes commanderies de la région des terpen, comme celles de Nes et de Sneek, aussi bien que les maisons du Goningue, ont joui d’un essor nouveau jusqu’à leur suppression à la fin du siècle, du moins sur le plan matériel. Bien que les comptes rendus de la grande enquête des Hospitaliers de 1540 dans le grand-prieuré d’Allemagne nous en donnent parfois une image différente, elles surent pendant la lente et longue hausse des prix du xvie siècle, de manière systématique, s’adapter et hausser leurs gains de fermage48. C’est ainsi que, tout en ayant perdu leur particularité originelle frisonne, elles purent en tant que simples cloîtres être en état de payer aux commanderies de Steinfurt et d’Utrecht leurs obligations financières, les responsiones ; c’était en fait leur seule contribution aux activités générales de leurs Ordres.

Notes

1 Pour la période du bas Moyen Age, il n’existe pas d’ouvrage qui traite de la Frise toute entière ; on peut toutefois consulter les manuels sur l’histoire des diverses provinces : J.J. Kalma, e.a. (éd.), Geschiedenis van Friesland, Leeuwarden, 19732 ; W.J. Formsma, e.a. (éd.), Historie van Groningen, Stad en Land, Groningen, 19812 ; H. Schmidt, Politische Geschichte Ostfrieslands (Ostfriesland im Schütze des Deiches 5), Leer, 1975 ; M. Smid, Ostfriesische Kirchengeschichte (Ostfriesland im Schütze des Deiches 6), Pewsum, 1974.

2 H. Schmidt, « Studien zur Geschichte der friesischen Freiheit im Mittelalter », dans Emder Jahrbuch, 43 (1963), 5-78.

3 Sur les Frisons et les croisades, voir H. Brassat, Die Teilnahme der Friesen an den Kreuzzügen ultra mare, vornehmlich im 12. Jahrhundert, Berlin, 1970.

4 Les études générales sur les maisons des Hospitaliers en Groningue et en Frise orientale sont : G.F. Noordhuis, De Johannieters in Stad en Lande (mémoire de maîtrise dactylographiée, Rijksuniversiteit Groningen), Amersfoort, 1982 ; E. Schöningh, Der Johanniterorden in Ostfriesland, Aurich, 1973.

5 Noordhuis, Johannieters Stad en Lande, 18 s. ; Schöningh, Johanniterorden Ostfriesland, 11-13.

6 La commanderie de Nes est mentionnée pour la première fois en 1243 ; J.J. de Geer tot Oudegein (éd.), Archieven der Ridderlijke Duitsche Orde, Balie van Utrecht, 2 vol., Utrecht, 1871, n. 522. Cependant, la chronique du bailliage Utrecht de l’Ordre teutonique nous informe que la maison de Nes fut fondée en 1298 pendant l’administration de Dirck van Holland, qui a effectivement été bailli de 1288 jusqu’à 1312. Apparemment, 1298 ne peut pas être juste comme date de fondation, mais c’est bien possible qu’en cette année Nes fut rattachée à la commanderie d’Utrecht, celle-ci étant devenue le centre d’administration des chevaliers teutoniques dans l’évêché d’Utrecht : « Coronike van der Duytscher Oirden van der ridderscap van den huyse ende hospitael Onser Lieve Vrouwen van Jherusalem, continuatio libellus de vitis Praefectorum Trajectensium », dans A. Matthaeus (éd.), Veteris aevi analecta, t. 5, Hagae Comitum 17382, 866, 899 ; voir aussi De Geer, Duitsche Orde Utrecht, 249, 252. Le droit des frères de Nes de choisir leur propre commandeur, et le fait que Nes avait encore, en 1395, son propre représentant au chapitre général de Frankfurt, sont des signes d’une ancienne indépendance, suivant De Geer, Duitsche Orde Utrecht, LXVII, n. 531.

7 Par défaut de documents, les premières relations entre l’Hôpital de Sneek et le Catharijneconvent à Utrecht restent obscures. Sur le dernier, voir M. Schoengen, Monasticon Batavum, t. 2, Amsterdam, 1941, 190, 191 ; et l’étude, quelque peu rapide, de M. de Visser, La commenda di San Giovanni in Utrecht e le commende minori, Amsterdam, 1938.

8 Ni à la commanderie de Sneek, ni à celle de Nes on n’a fait beaucoup attention. Sur Sneek, voir Schoengen, Monasticon..., 177 ; H. Halbertsma, W.H. Keikes, Sneek, drie kronen met ere, Sneek 1956, 25-27. Sur Nes, on trouve quelques mots dans Schoengen, Monasticon..., 134 ; P.J.C.G. van Hinsbergen, Inventaris van het Archief van de Ridderlijke Duitsche Orde Balije van Utrecht 1200-1811, s.l., 1955-1982, 185 s.

9 Je veux remercie ici M. R. Heeringa à Scharnegoutum, qui m’a aidé avec ces études cartographiques.

10 De Geer, Duitsche Orde Utrecht, n. 522 (15-8-1243) : domus Theutonicorum Sancte Marie in Nesse ; et n. 523 (10-6-1245) : fratres domus Theutonicorum hospitalis Sancte Marie in Nesse. F. van Mieris (éd.), Groot charterboek der graaven van Holland en Zeeland en heeren van Friesland, Leiden, 1753-1756, t. 2, 188 : die Commandoer van Snaken ; Rijksarchief in Friesland (R.A.F.), Leeuwarden, Kloosterstukken onzekere herkomst, n. 1 (4-8-1320) : fratres domus in Monte Sancti Iohannis propre Snake.

11 P. Winsemius, Chronique ofte Historische Geschiedenisse van Vrieslant, Franeker, 1622, 178.

12 RAF, Archief Hospitaalconvent St-Jansberg bij Sneek, n. 36.

13 Sur les monastères doubles en Frise, N. Backmund, Monasticon Premonstratense, t. 2, Straubing, 1952, 157, 158 ; C. Damen, Geschiedenis van de Benediktijnenkloosters in de provincie Groningen, Assen, 1972, 39-41.

14 Dans une charte du 8 septembre 1400, adressée au bailli d’Utrecht, les juges et consuls de quelques « communes » le prient de faire restaurer ce couvent, qui était supprimé depuis quelque 25 ans, en disant qu’il avait été très important pour les notables de la région comme couvent d’enterrement. On demande le bailli d’y ramener de : gheleerde nonnen, die singhen connen ende die zeven tijden holden... alsoe dat sy Gode daer in moghen dienen ende onsen doden ende zielen, die uut onsen drien landen voers. sijn gestorven, ghestedeliken moghen bighangen, De Geer, Duitsche Orde Utrecht, n. 533.
Sur les sœurs religieuses dans l’Ordre teutonique, voir le résumé de E. Gruber, Deutschordensschwestern im 19. und 20. Jahrhundert (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens 14), Bonn-Bad Godesberg, 1971, 1-5.

15 La dédicace du couvent à Sainte-Elisabeth se laisse déduire du testament de Jancke Sappes (1495) : G.F. thoe Schwartzenberg en Hohenlansberg (éd.), Groot Placaat en Charterboek van Vriesland, t. 1, Leeuwarden, 1768, 774, 775.

16 De Geer, Duitsche Orde Utrecht, n. 531 (10 septembre 1395), n. 533 (18 septembre 1400) ; Archief van de Ridderlijke Duitsche Orde Balije van Utrecht (ARDO), Utrecht, n. 2258 (1395-1400).

17 Schöningh, Johanniterorden Ostfriesland, 24 s. ; Noordhuis, Johannieters Stad en Lande, 28, 29, 51, 52, 63.

18 Seule la commanderie des Hospitaliers d’Utrecht avait un couvent des religieuses en dehors de la Frise, à Kerkwerve en Zélande : Schoengen, Monasticon..., 59, 204. La maison de l’Ordre teutonique à Bunne, non loin de la ville de Groningue, hébergeait aussi quelques sœurs, comme Nes ; elle avait à l’origine appartenu au bailliage de Westphalie ; De Geer, Duitsche Orde Utrecht, 249.

19 ...ecclesiam jn Bornde... que nunc, heu a laicis et clericis heredetario jure et contra Deum et sanctos canonas possidentur, De Geer, Duitsche Orde Utrecht, n. 522.

20 Nes : Irnsum, Luinjeberd, Katrijp, Nes, Oldeboorn, Rotstergaast, Terband ; l’Hôpital de Sneek : Bolsward, Boornzwaag, Folsgare, Hommerts, Longerhouw, Nijhuizum, Oldeouwer, Oppenhuizen, Sneek, Uitwellingerga, Ijsbrechtum.

21 Par exemple, à Oldeboorn et à la ville de Sneek : ARDO, n. 2288/5 (1507) ; M. Oosterhout (éd.), Snitser Recesboeken 1490-1517, Assen, 1960, n. 3119 (1489).

22 Ph.H. Breuker, « De midsieuske kleasters yn Fryslân, yndield neffens de greatte fan har grounbesit », dans It Beaken, 37, 1975, 416-423. L’abbaye cistercienne de Bloemkamp et le prieuré Windeshemien de Thabor, les grands monastères voisins, possédaient respectivement 1 280 ha et 702 ha.

23 Voir J.A. Mol, « Besitzerwerbungen der friesischen Zisterzienserklöster Klaarkamp, Bloemkamp und Gerkesklooster », dans K. Elm (éd.), Erwerbspolitik und Wirtschaftsweise mittelalterlicher Orden und Klöster, Berlin, 1985 (à paraître).

24 Werden avait déjà acquis sa possession à Eemswoude en 855, grâce à une donation d’un certain Folkerus : O. Postma, « In pleats fan it jier 855 yn ús tiid weromfoun », dans Frysk Jierboek, 1946, 150-156.

25 A.A. Beekman, Het dijk-en waterschapsrecht in Nederland vóór 1875, t. I, s-Gravenhage, 1905, 24, 33, 34 ; voir aussi J.J. Spahr van der Hoek, « Rjochtsskiednis Baerderadiel », dans Baerderadiel in Geakunde, Bolsward, 19742.

26 Voir J. Cnossen, De bodem van Friesland, Wageningen, 1971, 42-45.

27 Il s’agit des granges à Eemswoude, Osingahuizen, Lippenhuizen et Oldeouwer. Voir respectivement Schoengen, Monasticon..., 62 et 152 ; RAF, Archief Hospitaalconvent St-Jansberg Sneek, ns. 1 (1415) et 38 (1439).

28 ... alle de meyne presters, kelners, hofmesters ende alle de meyne broders der horen totten huse tot Nesse, ARDO, n. 2258 (1395-1400).

29 jtem quod commendator in Nesse grengarium de consilio familie constituat de personis habitantibus in loco antedicto, De Geer, Duitsche Orde Utrecht, n. 529 (1350) ;... onsen hofmeyster endepryor heer Geryt, ARDO, n. 2653 (1472).

30 Noordhuis, Johannieters Stad en Lande, 27, 42, 43, 72, 78 ; Schöning, Johanniterorden Ostfriesland, passim.

31 W.G. Rodel, Das Grosspriorat Deutschland des Johanniter-Ordens im Ubergang vom Mittelalter zur Reformation (an hand der Generalvisitationsberichte von 1494-95 und 1540-41, Mainz, 1965, 387 sq. ; E. Wiersum, A. le Cosquino de Bussy, « Visitatieverslagen van de Johanniterkloosters in Nederland (1495, 1540, 1594), dans Bijdragen en Mededelingen van het Historisch Genootschap, 48, 1927, 147-283.

32 ... een convent van priesteren vander oirden, ende oick ware sommighen sergant broeders mede wt Vrieslant, mer sij en hadden nie ridder broeders, De Geer, Duitsche Orde Utrecht, 249, 250. Sur les Sariantbrüder ou Graumäntler dans l’Ordre teutonique, U. Arnold, « Entstehung und Frühzeit des Deutschen Ordens », dans J. Fleckenstein, M. Hellmann (éd.), Die Geistlichen Riterorden Europas (Vorträge und Forschungen 26), Sigmaringen, 1980, 81-109, 99, 100.

33 Sur les Halbbrüder de l’Ordre teutonique, M. Tümler, Der Deutsche Orden im Werden, Wachsen und Wirken, Vienne, 1955, 382-385 ; M. Perlbach, Die Statuten des Deutschen Ordens, Halle, 1890, 137-138. Quant aux frères sergents chez les Hospitaliers, voir R. Hiestand, « Die Anfänge der Johanniter », dans Geistlichen Ritterorden, 31-81, 55 sq. ; J. Riley-Smith, The Knights of St-John in Jerusalem and Cyprus 1050-1310, Londres, 1967, 239 sq.

34 Voir ci-dessus note 28.

35 Tous les frères qui ont assisté à l’élection du nouveau commandeur sont dans cette charte appelés avec leur nom. Il s’agit de cinq presbyteri et cinq conversi ; voir ci-dessus note 10.

36 Dans une charte de 1482, le commandeur de Steinfurt ou bailli de Westphalie interdit aux frères convers de la commanderie d’Oosterwierum l’exercice de ces droits et libertés, parce qu’il voulait — comme il l’indique lui-même — avancer la réformation de cette maison, mais aussi parce que les abbés de quelques monastères des environs avaient déjà décidé de n’admettre plus des conventuels laïques à leurs chapitres. Rijksarchief in Groningen (RAG), Groningen, Archief commanderij Oosterwierum, n. 43 (22 septembre 1482) ; voir Noordhuis, Johannieters Stad en Lande, 52-53.

37 Voir Schöningh, Johanniterorden Oslfriesland, 43.

38 Sur les corpora, O. Postma, « Oer de corpora fan de Fryske kleasters, en hwat der ut fuort kaem », dans It Beaken, 8, 1946, 11-21.

39 ARDO, n. 2252.

40 I. Telting (éd.), Register van den Aanbreng van 1511, Leeuwarden, 1879, t. II, 436.

41 Wiersum, Le Cosquino de Bussy, « Visitatieverslagen », 246, 247 ; les bestiaux comptaient d’ailleurs, en 1495, 24 vaches et 2 chevaux, ibidem, 202.

42 Voir B.H. Slicher van Bath, « The economic and social conditions in the Frisian districts from 900 to 1500 », dans Afdeling Agrarische Geschiedenis, Bijdragen, 13, 1965, 97-133, 123 sq. ; J. De Vries, The Dutch rural economy in the golden age 1500-1700, Newhaven-Londres, 1974, 57 sq.

43 Dans l’abbaye cistercienne voisine de Bloemkamp, par exemple, on avait réduit pour cette raison le nombre des convers au début du xve siècle, M. Schoengen (éd.), « Akten en bescheiden betreffende de Cistercienzerabdij Bloemkamp of Oldeklooster bij Bolsward », dans Archief voor de Geschiedenis van het Aartsbisdom Utrecht, 29, 1903, 135-242, 163, 174, 177.

44 R. van Schaik, « Religieus élan en economisch beleid bij Windesheimer Kloosters uit het Friese kustgebied », p. 4, dans Geert Grote en de Moderne Devotie ; numéro spécial de Ons Geestelijk Erf, 1985 (à paraître).

45 Sur cette réformation, Schöningh, Johanniterorden Ostfriesland, 22-24 ; Noordhuis, Johannieters Stad en Lande, 51, 55. Sur le culte des morts chez les Hospitaliers en Allemagne, B. Waldstein-Wartenberg, « Beitrage zur mittelalterlichen Liturgie des Johanniterordens II, Das Totengedächtnis », dans Annales de l’Ordre Souverain Militaire de Malte, 30, 1972, 85-91.

46 Les plus importants actes, en ce qui concerne cette intervention (plaintes, sommations, enquêtes, etc.) sont De Geer, Duitsche Orde Utrecht, n. 534(1471), 536 (1481) ; ARDO, n. 2259 (1470), 2260 (1472), 2250 (1480, 1502), 2261 (1481), 2251 (1502), 2263 (1505).

47 Schöningh, Johanniterorden Ostfriesland, 29-48, passim.

48 Il paraît qu’à la grande enquête de 1540, les commandeurs interrogés n’étaient pas tous inclinés à fournir des informations détaillées et justes. Quelques-uns disent ne pas savoir la superficie exacte de leurs terres ; dans le cas de Sneek, c’est remarquable, parce que le prédécesseur du commandeur la savait bien en 1495 : Wiersum, Le Cosquino de Bussy, « Visitatieverslagen », 245 (Sneek), 249 (Warffum), 258 (Oosterwierum). Ainsi indique-t-on souvent recevoir un total de revenu annuel qui est identique ou même plus bas que celui de 1495, tandis que le niveau des prix avait déjà presque doublé en 1540. Le commandeur de Sneek, par exemple, affirme en 1540 n’avoir pas plus de fermages que 591 florins d’or, tandis que son prédécesseur avait dit en 1495 encaisser tous les ans 690 florins d’or. Tout de même, le premier avait en 1539 laissé dresser un nouveau registre, dans lequel est noté un total de fermages de 1 062 florins d’or ! Au-dessous, est encore écrit expressis verbis, que les prix d’affermages étaient haussés : « ... ende den landsaten synt ophaelt ende verhoghet by den selven tijt », RAF, Archief Hospitaalconvent St-Jansberg Sneek, n. 32. J’ai l’impression que le commandeur de Sneek n’était pas le seul à avoir donné de fausses informations. On doit donc être prudent avec les résultats de l’enquête de 1540, qui, d’ailleurs, ne sont pas examinés par Rödel quant à leurs exactitudes : Rödel, Grosspriorat Deutschland, 27-408.

Notes de fin

* Les recherches ont été supportées par la Fondation pour la recherche historique, qui est subventionnée par l’Organisation néerlandaise pour le développement de la recherche scientifique (Z.W.O.).

© Presses universitaires du Midi, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.