Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ordres militaires

 | 
Charles Higounet

Communications

Peuplement et expansion agraire dans les domaines de l’Ordre de Saint-Jacques au royaume de Murcie (1450-1530)

Miguel Rodriguez Llopis

Texte intégral

  • 1 En plus des huit commanderies, le domaine de Saint-Jacques comptait deux villas (Férez et Lorquí) (...)
  • 2 Le maintien des territoires municipaux dépeuplés comme entités dotées de juridiction propre et dis (...)

1Les domaines de l’ordre de Saint-Jacques au royaume de Murcie se composent d’un total de 28 centres de peuplement qui s’étendent sur le cours supérieur et moyen du Segura, dans une zone typique de montagne méditerranéenne qui conditionnera les caractères fondamentaux de leur système socio-économique (voir carte 1). Ils se constituent aux xiiie et xive siècles selon un processus continu reposant sur des donations royales de villas et des achats et échanges réalisés par l’Ordre pour doter ses territoires d’une certaine homogénéité géographique. Déjà structurés au début du xve siècle, ils s’organisent en huit commanderies distribuées sur la ligne frontière du royaume musulman de Grenade1. L’implantation de la société chrétienne dans ce secteur entraîna l’abandon et la dépopulation d’une multitude de villages, hameaux et écarts, avec la rupture consécutive dans la continuité du peuplement musulman et de l’exploitation agricole ; cependant, la disparition de nombreux établissements ne signifie pas la perte de la notion de territoire en tant qu’espace indépendant de toute autre communauté voisine, ce qui rendit possible leur mise en défens par l’ordre de Saint-Jacques et leur utilisation à des fins pastorales. Au début du xve siècle, dans le territoire, on ne trouve que des villas fortifiées ; l’espace cultivé s’est réduit avec la disparition des villages qui maintenaient le front de colonisation jusqu’aux limites permises par l’écosystème ; et les désertions contribuent à une utilisation pastorale du territoire, ce qui convertit la crise du peuplement en source d’enrichissement pour les groupes privilégiés2. L’existence de la frontière avec le royaume de Grenade met obstacle au développement démographique et hypothèque, jusqu’au milieu du xve siècle, la croissance économique.

2Le contrôle de l’utilisation du territoire de chaque villa se trouvait réparti de la façon suivante : à proximité du noyau de peuplement s’étendait une zone de cultures irriguées (huerta) et non irriguées (secano) qui, en général, avait été distribuée entre les habitants au moment de la repoblacion, l’Ordre s’étant alors réservé, selon les cas, soit les 10 % des terres, soit un lot égal à un poblador. De la zone cultivée, on passait à un espace réservé aux bêtes de labour et aux activités agricoles complémentaires, nommé ejido et soumis à un contrôle rigide pour éviter son grignotement ; le fuero de Segura défendait expressément d’y effectuer des défrichements. Au-delà de l'ejido, s’étendaient les terres communes (comunes et baldios) de chaque communauté, dont l’utilisation était permise à tout habitant (vecino) ; mais sur ces terres étaient délimitées une dehesa (défends) de pâturage, réservée au bétail de labour et une dehesa (parfois plusieurs), propriété de l’Ordre, qui correspondait au territoire des anciens villages dépeuplés. Toute tentative d’expansion agricole devait se réaliser à partir des zones communes ou des dehesas délimitées par le municipe ou par l’Ordre, ce qui mettait en cause inévitablement des intérêts multiples et opposés.

  • 3 La nature catastrophique du climat régional a été soulignée par de nombreux auteurs dont Juan Torr (...)

3D’autres facteurs influèrent négativement sur l’expansion agricole. D’une part, les conditions géographiques : un relief montagneux qui rend les défrichements plus difficiles et un climat irrégulier qui, en plus de sécheresses prolongées, cause des inondations dévastatrices pour les cultures irriguées situées à proximité des cours d’eau3. D’autre part, l’hypothèque militaire freine les défrichements des secteurs éloignés des villes fortifiées, écartant toute possibilité d’étendre l’habitat. Ainsi, par exemple, les défrichements réalisés à Cieza au milieu du xve siècle sont constamment anéantis par les crues du Segura et les divagations de son lit ; ailleurs, comme Moratalla, la mauvaise qualité des sols, leur faible rendement et l’irrégularité des pluies rendent très incertaines les récoltes et obligent à laisser en friche la moitié des surfaces cultivées. Pauvreté pédologique, aléas climatiques et proximité de la frontière imposent d’étroites limites à l’expansion agricole. S’y ajoute un autre facteur important : la répartition des droits de propriété sur le sol entre l’Ordre et les communautés (concejos), et les formes différentes selon lesquelles chacun les exerce. Dans les communautés chrétiennes, le paysan a accédé à la propriété de la terre de culture au moment de son établissement sur place ; le reste du territoire est laissé à l’usage commun sous le contrôle de l’institution municipale à laquelle l’Ordre et les fueros ont octroyé un pouvoir total sur les baldios ; l’Ordre conserve seulement le domaine éminent sur les terres des villages dépeuplés exploitées comme pâturages. Mais un peuplement musulman se maintient dans plusieurs villas (Ricote, Lorqui, Pliego, Socovos) ; le paysan n’accède pas à la propriété de la terre : l’Ordre jouit du domaine éminent sur le territoire de ces villas, tandis que la paysannerie musulmane les cultive contre paiement de cens ; aussi dans les villas mudéjares, l’octroi de licence de défrichement relève du commandeur, véritable promoteur de toute initiative agricole. Alors que dans les villas chrétiennes, les municipes ont le pouvoir de répartir les terres communes, comme l’Ordre dans les terroirs désertés. A partir du xvie siècle, la politique centralisatrice de la monarchie castillane réduira les droits des municipes sur les terres communes et baldias.

4Au début du xve siècle, l’espace agricole des villas se réduit à la huerta qui entoure le noyau de peuplement et à un nombre de parcelles de cultures non irriguées à proximité. Le défrichement des terres plus éloignées supposait pour le paysan une aventure périlleuse qui l’exposait à la captivité ou à la mort des mains des troupes grenadines. Les premières tentatives d’expansion agricoles sont documentées de bonne heure mais sur un espace réduit : à la fin du xive siècle, dans la zone nord de la commanderie de Segura avec la création de nouvelles communautés de hameaux (aldeas) qui remettent en exploitation les meilleures terres abandonnées plusieurs décennies auparavant ; l’établissement d’une nouvelle aldea entraîne la répartition d’une partie du finage et la délimitation d’une dehesa pour les bêtes de labour, en respectant les droits acquis des éleveurs de la villa. Les communautés de aldeas sont orientées vers des activités agricoles et formées de petits propriétaires fonciers pratiquement dépourvus d’intérêts pastoraux ; la nouvelle communauté n’est pas dotée de territoire propre, à l’exception de la dehesa pour le bétail de labour, significative de l’activité fondamentale du nouvel établissement : produire des biens agricoles pour l’approvisionnement de la villa jusque-là pourvue par des efforts extérieurs de céréales notamment. Cette apparition de hameaux dans la partie nord du domaine de l’Ordre ne s’observe pas dans les autres commanderies avant le milieu du xvie siècle ou même au xviiie siècle, en net contraste avec le reste du royaume de Murcie où le phénomène est documenté depuis la fin du xive siècle, tant dans les zones irriguées du Sud que dans les pleines d’Albacete.

5Après cette première vague de défrichements, très limitée comme on le voit, l’éloignement momentané de la frontière grenadine en 1434 permit le début d’une réoccupation des terres dans le reste des villas ; la pression démographique croissante obligea l’Ordre à faciliter le développement agraire. A l’offre des terres correspond un puissant flux migratoire vers les villes de l’Ordre que l’on ne peut pas évaluer quantitativement mais qui se trouve bien documenté. L’offre de terre ne vient pas des concejos mais de l’Ordre qui favorise la mise en culture de plusieurs territoires de communautés dépeuplées dont elle détient la juridiction et qu’elle transfère aux concejos. Quelques exemples : en 1444, le grand-maître donne le territoire dépeuplé de Bullas au concejo de Cehegin, en ordonnant sa répartition entre les habitants ; à Moratalla, le commandeur Gonzalo Fajardo ordonne de même la répartition d’Ulea, et vers 1468, les visiteurs de l’Ordre donnent au concejo de Letur des territoires dépeuplés d’Abejuela et de Vicorto en vue de leur mise en culture. L’expansion agricole se réalise par voie de répartitions mais ne se traduit pas par l’établissement de nouvelles communautés sur les territoires répartis ; l’insécurité de la zone frontière et le désir des concejos d’assurer leur domination sur les territoires dépeuplés qui leur sont conférés freinent la possibilité de créer d’autres communautés.

  • 4 Les conflits armés qui se développent au royaume de Murcie dans les décennies centrales du xve siè (...)

6L’expansion agricole de la période 1434-1450, stimulée par le pouvoir seigneurial, mit donc en culture les premières terres au-delà des huertas suburbaines et rendit possible une autosuffisance jusque-là précaire. Cette période expansive vit aussi la récupération des périmètres irrigués abandonnés aux xiiie et xive siècles, phénomène bien documenté dans le cas de la huerta de Cieza. Le succès du développement démographique et agricole de cette période est général dans tout le royaume de Murcie et aussi brillant qu’éphémère : les circonstances politiques et militaires du milieu du xve siècle l’arrêtent net. Sacs et destructions réduisent de nouveau l’espace agricole à la proximité des villes4.

7Jusqu’à la décennie 1480, où la frontière commence à s’éloigner définitivement, les défrichements restent rares et localisés aux secteurs les plus distants de la ligne-frontière, le nord des domaines de l’Ordre, proche des campos de Montiel et d’Alcaraz. Sur le reste du territoire, pas de terres cultivées dans des sites écartés, bien que les villas aient été dotées par l’Ordre de dehesas étendues pour le bétail de trait. La ville de Caravaca, jusqu’à la décennie 1480, ne maintient en culture qu’une frange d’une demi-lieue autour d’elle, ce qui paraît représentatif de la situation générale. La récession du milieu du xve siècle orienta définitivement les intérêts économiques de l’ordre de Saint-Jacques vers l’élevage et le contrôle des pâturages. L’arrivée massive des troupeaux transhumants sur les pâturages de l’Ordre entraîne une montée des revenus provenant de l’exploitation pastorale du territoire, au détriment des exploitations agricoles. Mais à ce moment-là, l’initiative paysanne accompagne l’offre seigneuriale de mise en exploitation de nouvelles terres ; l’action des concejos ne porte pas sur les terres communales, parce que les fueros permettent la libre occupation des terres par les paysans en vue de les cultiver. A Cieza, au milieu du xve siècle, le périmètre irrigué commence à s’étendre sur des secteurs antérieurement abandonnés, à l’initiative de familles paysannes qui mettent en culture de petites parcelles, profitant des changements de lit du fleuve. Même phénomène dans la commanderie de Yeste, le long du rio Tus, dès 1440. La libre appropriation de terres par des groupes de paysans permet ainsi une lente expansion des cultures dans les décennies centrales du xve siècle ; mais elle se trouve progressivement restreinte par l’intervention des concejos. Les établissements de l’Ordre, en attribuant aux concejos l’initiative de la concession des terres, tendent en effet à limiter les dispositions des fueros : si autour de 1440, le paysan n’a pas à communiquer au concejo sa décision de défricher un secteur inculte pour que les autorités municipales le délimitent, vers 1480, les concejos détiennent le pouvoir de concéder ou de refuser les terres. Ce n’est nullement un hasard si ce coup d’arrêt à la libre initiative paysanne se produit au moment où les conditions géopolitiques ouvrent des possibilités nouvelles de défrichement.

8La récupération de l’espace agricole reprend dans la décennie 1480, pour s’accélérer à partir de 1490 avec l’éloignement de la frontière et sa disparition ; l’offre des terres crée un fort mouvement migratoire du nord au sud qui peuple les villes et repeuple celles qui présentaient des symptômes de dépopulation partielle ou totale ; ce mouvement prend la forme de migration à courte distance de noyaux familiaux qui, essaimant de leur famille d’origine, se dirigent vers un lieu voisin en quête de terres ; et à la génération suivante, se reproduira le même processus. Les familles paysannes en quête de terres accèdent à la propriété grâce aux répartitions réalisées par l’Ordre ou par les concejos ; ceci constitue la nouveauté de cette nouvelle vague de défrichements du xve siècle : aux terres concédées par l’Ordre s’ajoutent celles qu’offrent les concejos. Les défrichements se réalisent au moyen de répartitions, mais le pouvoir seigneurial ne donne pas les territoires dépeuplés aux concejos pour que ceux-ci le répartissent ; l’Ordre de Saint-Jacques répartit directement les terres aux paysans, en s’assurant la perception d’un cens, ce qui augmente ses revenus. C’est le cas du territoire dépeuplé de Taibilla où, à la fin du xve siècle, sont répartis aux vecinos de Yeste des lots de terres en tenure viagère ; c’est aussi le cas des défrichements réalisés dans des dehesas de l’Ordre comme Pliego, Otos et les terres d’Ulea ; dans le même sens, le commandeur d’Aledo concède des terres aux laboureurs dépourvus de patrimoine suffisant.

  • 5 Après la concession d’un secteur inculte par le concejo, les officiers municipaux (sexmeros) procé (...)
  • 6 La culture de la vigne connut à la fin du xve siècle un développement vertigineux en relation avec (...)

9Les défrichements entrepris à la fin du xve siècle concernent des terres et des prés de facile mise en valeur, où l’épaisseur et la qualité des sols permettent une culture qui ne réclame pas de grands moyens techniques et humains. Aussi cette période d’expansion agricole voit-elle le développement d’une paysannerie de petits propriétaires, à partir de la concession de terres en petits lots par les concejos ou d’acensements par l’Ordre. Les répartitions de terres effectuées par les concejos facilitent le libre accès du paysan à la propriété de la terre, en exigeant uniquement le défrichement dans les deux ans et en interdisant la vente avant cinq ans ; dans ses « établissements », l’Ordre réglait la forme selon laquelle ils devaient effectuer ces répartitions5. Ainsi dans la commanderie de Caravaca, on commençait à défricher des zones étendues, de même que dans celle de Yeste et dans d’autres concejos ; il était permis aux habitants de défricher les terres proches des limites du territoire et de se les approprier librement, en vue de défendre la juridiction municipale : ainsi à Cehegin, Caravaca et Aledo face à Lorca, à Segura, Yeste et Liétor face à Alcaraz. En même temps, certains représentants de l’Ordre essaient d’obtenir la donation d’amples territoires, comme le vicaire de Caravaca qui obtient les terres de Celda. Les dernières décennies du xve siècle correspondent à la mise en culture de grandes étendues de terres pour la production de céréales mais aussi pour celle du vin, dont le commerce s’étend et les prix montent : d’où la grande diffusion de la vigne dans presque tous les secteurs nouvellement défrichés ; avec le vignoble, les céréales dans les zones favorables à leur culture connaissent un développement continu en vue d’assurer l’approvisionnement local et régional, surtout autour à Totana et à Taibilla6. Malgré tout, l’avancée du front de défrichements et son éloignement progressif des villes n’entraînent pas l’apparition de nouvelles communautés, villages ou hameaux. L’expansion agricole se trouve dissociée du peuplement et la colonisation des terres n’est pas suivie d’un établissement paysan, malgré les distances parfois considérables entre la ville et les zones cultivées.

10La tendance expansive ne s’interromp pas mais connaît une inflexion au début du xvie siècle : les sols de meilleure qualité ont déjà été mis en culture, ou constituent des dehesas de pâturages qui ne peuvent être répartis. Le système d’héritage fragmente la petite propriété paysanne, le niveau de vie paysan se détériore et les mouvements migratoires vers le sud s’accélèrent. Les crises successives de subsistances et de mortalité du début du xvie siècle frappent les économies paysannes et une partie des petits propriétaires se transforment en travailleurs salariés, en même temps que se développe la culture de la vigne et des céréales. Vers 1515, dans la commanderie de Caravaca, il ne reste plus de prairies à répartir aux laboureurs. Même constatation à Moratalla dès 1510. Dès lors, les défrichements ne peuvent se poursuivre que sur la forêt (le monte bravo) ; il faut tailler, déraciner, labourer pour n’obtenir que des sols de faible rendement. Les moyens financiers du petit paysan l’empêchent d’envisager les frais de telles opérations qui exigent l’embauche d’une nombreuse main-d’œuvre salariée. Aussi, à partir de 1515, on ne trouve plus trace de répartitions collectives de terres aux paysans ; les nouveaux défrichements concernent des zones montagneuses, éloignées des villes : c’est l’œuvre de paysans aisés, bénéficiaires de donations municipales individuelles en mesure de réaliser de forts investissements pour mettre en culture des zones boisées. Vers 1530, le concejo de Moratalla donne à Juan Josa la terre de Benizar, dont le commandeur lui disputait la propriété, et il utilise pour sa mise en valeur de la main-d’œuvre salariée ; à la même époque, Martin de Robles embauchait 300 journaliers sur la terre d’Ulea de la même commanderie. L’institution municipale sert d’instrument à l’oligarchie locale pour étendre ses propriétés. Mais le groupe dirigeant n’était-il pas le seul capable de réaliser les investissements exigés par ce type d’exploitation ? Son action sur les terres d’utilisation commune est également documentée : l’exploitation forestière commence à passer sous son contrôle. En même temps, la chute du niveau de vie paysan facilite l’achat de terres par les groupes des grands propriétaires : on observe ici le début d’un processus de concentration de la propriété, avec un décalage de près d’un siècle si l’on compare le domaine de Saint-Jacques avec le reste du royaume de Murcie.

  • 7 Il est symptomatique que l’apparition de pósitos (greniers municipaux) ait été très tardive dans l (...)

11Les difficultés traversées par la paysannerie dans la décennie 1520-1530, favorables en contrepartie au groupe oligarchique, qui disposa ainsi d’une abondante main-d’œuvre salariée, vont trouver des solutions sporadiques dues à l’Ordre et aux communautés paysannes elles-mêmes. Les concejos mettent en culture, au moyen de répartitions, les prés mis en défens dont le défrichement requiert peu de moyens techniques et humains : c’est le cas de Férez, repeuplée en 1488 de 50 familles, réduites à 30 en 1492 en raison du manque de productivité de la terre, et qui réclame à l’Ordre, en 1530, permission pour défricher sa dehesa d’Alcantarilla et remédier ainsi à la pauvreté de ses habitants ; c’est aussi le cas de Liétor et de Moratalla. Les grands espaces réservés aux pâturages depuis le xive siècle s’ouvrent à la culture en réponse à la crise que connaissent les collectivités paysannes, processus qui favorise aussi les oligarchies locales. De cette évolution d’ensemble, il faut souligner une conséquence fondamentale : la disparition progressive des espaces traditionnels d’utilisation commune qui commencent à se transformer en espaces agricoles, en même temps que la pression fiscale en augmentation entraîne l’apparition de nouveaux défens et leur location à des particuliers par les concejos. Dans le cas de petites villes qui ne disposent pas d’espaces à défricher, la solution est apportée par un changement cultural, ainsi à Lorquí où la huerta plantée d’oliviers et de figuiers à la fin du xve siècle est remplacée par le riz, les céréales et les mûriers, en s’insérant dans les circuits commerciaux du moment. Le commerce favorise le développement agraire des domaines de l’Ordre : il permet aux commandeurs d’écouler les céréales de leurs dîmes, solutionnant ainsi les continuelles crises d’approvisionnement en grains dont souffrent les villes de l’ensemble du Royaume7. Si dans la décennie 1460, les commanderies étaient des entreprises pastorales, vers 1520, elles sont devenues surtout agricoles : la dîme des céréales et de la vigne compte pour plus de la moitié des revenus de chaque commanderie.

12Expansion agraire, croissance de la production, déclin des usages collectifs... mais la population reste enfermée dans les étroites enceintes des villes et de leurs faubourgs. Le peuplement ne se disperse pas sur les campos comme au xiiie siècle, malgré la disparition de la frontière de Grenade. Seulement dans le secteur méridional, la commanderie d’Aledo, un nouveau centre rural se configure autour de la source de Totana, sur un axe de communication actif, au début du xvie siècle. Ailleurs, les anciens territoires dépeuplés ont été remis en culture mais non repeuplés ; l’ordre de Saint-Jacques et les concejos ont autorisé le défrichement de leurs terres, mais non créé les formules juridiques qui auraient permis de concéder à une nouvelle communauté les espaces complémentaires de l’exploitation agricole, indispensables à son établissement. La rigidité croissante avec laquelle les concejos contrôlent leur espace économique entrave pour le moment la formation d’aldeas qui ne se développeront qu’au xviiie siècle.

Notes

1 En plus des huit commanderies, le domaine de Saint-Jacques comptait deux villas (Férez et Lorquí) qui relevaient directement du grand-maître, et une autre (Benatae) englobée dans l'encomienda mayor de Castille.

2 Le maintien des territoires municipaux dépeuplés comme entités dotées de juridiction propre et distinctes des villas limitrophes est un phénomène signalé par N. Coulet, « Encore les villages disparus : dépeuplement et repeuplement autour d’Aix-en-Provence (xive-xvie siècle) », Annales E.S.C., 1973, p. 1463-1483.

3 La nature catastrophique du climat régional a été soulignée par de nombreux auteurs dont Juan Torres Fontes, « Inundaciones en Murcia (siglo xv) », Papeles del Departamento de Geografía, vol. VI (Murcia, 1975), p. 29-49, en collaboration avec F. Calvo García Tornel. Le rôle primordial de l’eau dans le développement agraire et l’action des pouvoirs locaux en ce domaine ont été mis en relief par Guy Lemeunier et Mme Teresa Perez Picazo, « Pouvoir hydraulique et conjoncture économique : la gestion des eaux intérieures dans l’Espagne aride (1500-1900) », Le acque interne (sec. XII-XVIII), 15a Settimana di Studio, Prato, 1983.

4 Les conflits armés qui se développent au royaume de Murcie dans les décennies centrales du xve siècle retardèrent le repeuplement de vastes secteurs et expliquent ailleurs la fragilité de l’occupation humaine, notamment dans les agglomérations de peuplement mudéjar. Ces conflits ont été étudiés par J. Torres Fontes, Don Pedro Fajardo, adelantado mayor del reino de Murcia, C.S.I.C., Madrid, 1953.

5 Après la concession d’un secteur inculte par le concejo, les officiers municipaux (sexmeros) procédaient à sa délimitation ; le paysan devait la défricher dans un délai de deux ans pour accéder à la propriété.

6 La culture de la vigne connut à la fin du xve siècle un développement vertigineux en relation avec la hausse du prix du vin et l’existence d’une abondante main-d’œuvre salariée. Le patrimoine des grands propriétaires comprend toujours une superficie importante de terres consacrées à la vigne : ainsi Payo Farisco, habitant de Yeste et greffier municipal, possédait-il en 1506 une maison en ville, une alcarria de 7 000 cepes, un rucher, une vigne de vingt-deux peonadas (journées) et 115 fanègues de terre à blé.

7 Il est symptomatique que l’apparition de pósitos (greniers municipaux) ait été très tardive dans les domaines de l’Ordre. Les céréales provenant de la dîme et accumulées par les commandeurs servaient à l’approvisionnement local en période de crise. Les établissements de l’Ordre interdisaient en effet aux commandeurs de vendre le grain à l’extérieur au cas où la ville ne serait pas approvisionnée de façon satisfaisante.

© Presses universitaires du Midi, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.