Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ordres militaires

 | 
Charles Higounet

Communications

Les Ordres militaires et le repeuplement dans le sud de l’Aragon (xiiie siècle)

Carlos Laliena Corbera

Texte intégral

1Les limites géographiques du Bas Aragon sont définies par le cours des fleuves suivants : l’Ebre, l’Algas et le Martin, et par les contreforts des montagnes du système ibérique ; dans l’ensemble, cela coïncide avec les frontières assignées au royaume d’Aragon depuis le xiiie siècle avec la Catalogne et Valence. C’est un territoire aride — exception faite des vallées fluviales —, une plaine non irriguée qui devient montagne méditerranéenne à mesure que l’altitude augmente. Il s’agit d’une zone relativement isolée au Moyen Age, avec l’Ebre comme principale voie de communication, autour duquel s’articule la plus grande activité humaine de la région. Subsidiairement, l’axe qui, à travers Alcañiz et Morella, unissait Valence à la vallée moyenne de ce fleuve, réalisait le reste des communications. Le peuplement présente quelques réminiscences anciennes, mais l’essentiel de l’habitat a été créé à la fin du viiie siècle et au début du ixe pour fortifier la route d’accès de Valence à Saragosse déjà citée. La toponymie dénote la présence de tribus berbères à une date indéterminée ; en aucun cas, on ne doit penser à une démographie importante, mais au contraire à un pays peu peuplé et inhospitalier.

  • 1 Pour le processus de reconquête, Ubieto (Ant.), Historia de Aragon. I. La formación territorial, Z (...)
  • 2 Caruana (J.), « La carta puebla de Alcañiz », dans Teruel, 24 (1960), p. 129-144 ; Font Rius (J.M.) (...)
  • 3 Voir Font Rius (J.M.), « Notes sobre algunas cartas pueblas de la región oriental aragonesa », dan (...)

2La reconquête de cet ensemble de terres fut réalisée par les « chevaliers frontaliers » aragonais et les expéditions de Raymond Béranger IV (à partir de 1147) qui occupa Lérida, Tortosa et Mequinenza (1149) ; de ce fait, le Bas Aragon passa aux mains des chrétiens, bien que la partie la plus au sud soit restée dans une situation confuse devant les influences opposées des musulmans de Morelia et des chrétiens d’Alcañiz1. Le repeuplement initial de cette région et de Horta, réalisé entre 1157 et 1168 respectivement, avait pour but de promouvoir deux concejos de frontière dotés de territoires de grande extension, qui incluaient la totalité du Bas Aragon, Alcañiz, et de la Terra Alta catalane2. Le roi prenait possession du territoire, qui s’intégrait au domaine royal, et installait des seniores comme ses représentants. Les chartes de peuplement qu’il délivrait aux colons leur concédaient tous les châteaux du territoire, la possibilité de choisir le zabacequia — juge dans les procès sur les eaux et l’irrigation — excepté la nomination de zalmedina, charge d’autorité suprême au concejo et juge civil et criminel. Les fueros de Saragosse étaient établis comme normes juridiques3.

  • 4 Forey (A.J.), « The Order of Mountjoy », dans Speculum, XLVI, 2 (1971), p. 252 sq. ; Forey (A.J.), (...)
  • 5 La concession de Monroyo au siège de Tarragone fut renouvelée en 1196 : AHN/OM, Calatrava, carpeta (...)

3Cependant, deux décennies plus tard, tout laisse supposer que l’arrivée de nouveaux habitants ne justifia plus les expectatives royales. Le fait décisif fut néanmoins que, à partir de l’été 1171, les Almohades entrèrent à Valence et menacèrent directement l’Aragon et la Catalogne. Alphonse II adopte alors une solution pour la défense militaire de la frontière, basée sur l’installation de couvents des Ordres militaires, identique dans ses structures à celle proposée en Castille et Léon et qui avait été anticipée par son père, par l’établissement des Hospitaliers à Amposta depuis 1150 et des Templiers à Miravet depuis 1153. Entre 1170 et 1190, les donations de seigneuries aux Ordres militaires dans les zones frontalières acquièrent des caractères nouveaux : en 1174, le roi donnait au comte Rodrigo de Sarria, un léonais, Alfambra, pour former un Ordre — celui de Montegaudio ou Saint-Rédempteur — qui reçut des privilèges ecclésiastiques et, avant son intégration au Temple en 1196, diverses donations qui comprenaient Castellote, Villel et Cantavieja. L’ordre de Calatrava obtint Alcañiz en 1179 : les Templiers, Horta en 1174, le cinquième des rentes de Tortosa l’année suivante et, à partir de 1182, la totalité de la ville avec l’alcazar royal et les forteresses de son district auxquels s’ajouta la vente d’Asco et Ribarroja, sur l’Ebre. L’ordre de l’Hôpital obtint Ulldecona en 1178. Il faut signaler également les donations que le monarque effectua en faveur des évêques de Saragosse et de Tarragone : Valderrobres et ses possessions au premier, et Monroyo avec Penarroya au second, en 1175 et 11854. Déjà, au xiiie siècle, la distribution se modifia un peu, car les Templiers absorbèrent les bailliages de Castellote et Cantavieja, et l’évêché de Tarragone renonça à Monroyo qui, en 1209, passa au pouvoir de l’ordre de Calatrava, avec Molinos, Ejulve et Maella. L’ordre de Santiago prit en charge, l’année suivante, Montalban qui serait la commanderie majeure de cet Ordre5.

  • 6 Charte de peuplement de la Iglesuela del Cid, publiée par Ledesma (M.L.), « La colonización del Ma (...)

4La dureté des conditions de repeuplement nous est montrée dans le document par lequel Pierre II concédait ad populandum Monroyo aux chevaliers de Calatrava, dans lequel il affirme :... nullus est in terra nostra qui castrum istud ad populandum recipere vellet, etiam cum huiusmodi libertate, prout vos, predicti magister et fratres et domus de Alcanniz, qui por hac populatione facienda, personas et respericulis exponere non timetis. Une frontière presque vide, en un territoire dans lequel prédomine le saltus, les terres incultes, au moins jusqu’à la deuxième ou la troisième décade du xiiie siècle, et que les formules des scribes reflètent à travers un schéma simple : montium, nemorum, pascuarum, carrascalium...6 ; monts, bois, garrigues et pâturages qui sont cédés à des colons pour leur colonisation.

  • 7 Ejerique (J.), « De Maella », Boletín de Historia y Geografía del Bajo Aragón, I (1907), p. 41-42, (...)
  • 8 En plus des travaux cités, voir Higounet (Ch.), « Congregare populationem : politiques de peupleme (...)
  • 9 L’évêque sous-inféode au clerc Fortun Robert Valderrobres, Fuentespalda et Mazaleón. Apparemment, (...)
  • 10 Un loch desert nomenat Villar Lonch, publié dans Ledesma, ouv. cit., appendices 1 et 2.
  • 11 Font Rius, ouv. cit., p. 263-266, 301-303 et 306-308. Voir aussi le repeuplement du lieu de Pinell (...)

5Le repeuplement commencé en 1157 par le roi se poursuivit avec des tentatives dont les résultats ne peuvent être établis avant la fin du siècle : Maella en 1183, Camarón en 1194 et Montalbán en 12087. Les difficultés pour obtenir des immigrants aux frontières quand on repeuplait encore la vallée de l’Ebre proprement dite condamnaient à l’échec ces tentatives royales. Alphonse II et Pierre II se virent alors obligés de livrer les châteaux de la région aux initiatives de repeuplement de l’évêque de Saragosse et, surtout, des Ordres militaires8. De cette façon, commença le repeuplement de Valderrobres, vers 1183-11889 ; l’ordre du Saint-Rédempteur fut chargé de peupler « un lieu désert appelé Villarluengo », dont la charte fut remise par le Temple en 119710. On a déjà fait allusion à Molinos, Monroyo et Ejulve, transférés à l’ordre de Calatrava en 1209. Le phénomène se produit aussi dans la Terra Alta Catalane, contiguë au Bas Aragon, où Horta, Gandesa, Batea et Algars passèrent aux mains du Temple vers 1187, pour être repeuplés vers 1192-120511.

  • 12 Caruana (J.), « La Orden de Calatrava en Alcañiz », Teruel, 1952, 8, p. 154-155 ; pour les localité (...)
  • 13 Pour Calaceite, Vidiella (S.), Recitaciones de la historia politica y eclesiástica de Calaceite, A (...)
  • 14 Archivo Municipal de La Fresneda, parchemin no 36.
  • 15 Pour Monroyo, Belmonte et Penarroya : Vidiella (S.), « El Cartulario de Monroyo (Aragón). Descripc (...)
  • 16 Les villages sont mentionnés en 1263 : Crivillén, Berge, Alcorisa, Alloza, Cretas, Valjunquera, Va (...)

6Entre 1190 et 1210, les Ordres consolident le peuplement des centres les plus importants du pays à Alcaniz (1190), Horta et Gandesa (1192), Castellote (1198), Maella (1200), Batea (1205), Montalbán (1210). Par l’ordre de Santiago et même Aliaga par l’ordre de l’Hôpital (1216)12. La situation interne de l’ordre de Calatrava, très affectée par la défaite d’Alarcos qui le priva d’une bonne partie de ses domaines et châteaux, produisit une relative stagnation dans le processus de peuplement de la zone. Le maître Martin Martinez se vit obligé à sous-inféoder à des membres de la noblesse catalane et aragonaise quelques seigneuries du Bas Aragon : Calaceite à Dalmacio de Canellas et Roland de Cambrils, La Fresneda aux frères López de San Pedro et Alcorisa à Pelegrin de Atrosillo, retenant une fraction des rentes seigneuriales13. Ces seigneurs réussirent à attirer de nouveaux habitants par des chartes de peuplement : Calaceite (1207) et La Fresneda (1224)14. Cette charte inaugure une nouvelle phase d’éclosion démographique qui, entre 1220 et 1250, comble virtuellement les vides territoriaux qui subsistaient : La Fresneda, Monroyo (1231), Belmonte et Penarroya (1232), La Cuba et La Iglesuela del Cid (1241), Mirambel (1243) et. Cantavieja (1255)15. Sans doute, dans ce laps de temps se développèrent les villages d’Alcañiz qui, dépendant juridictionnellement de la ville, se régissaient dans des conditions juridiques identiques et donc n’avaient : pas de charte de peuplement individualisée16.

  • 17 Pour Tronchón, Ledesma, ouv. cit., appendice 7 (1272). La concorde citée, Bullarium Ordinis, p. 13 (...)

7Le mouvement final date des années soixante, quand le Temple repeuple Tronchon et que l’ordre de Calatrava décidé avec le siège de Saragosse de peupler des terres de pâturage et des fermes qu’il conservait comme dominicature, et d’expulser les musulmans qui habitaient toujours à Calanda17. L’expulsion, qui devait être suivie de l’installation des chrétiens dans la ville, fut un échec, et les « mudéjares » continuèrent à y vivre jusqu’en 1610, mais Castelserás fut créé en 1278 sur les terres cédées par l’Ordre.

  • 18 Villarluengo (1197), 20 ; La Fresneda (1224), 32 ; La Cuba (1241), 30 ; Iglesuela del Cid (1241), (...)

8Les groupes d’hommes qui accèdent à la demande d’immigrants ne sont pas très nombreux ; dans certains cas, il s’agit d’un nombre variable de familles, entre vingt et soixante18, avec de forts liens de solidarité interne. Les chartes de population ont un intérêt primordial dans le processus dénommé repeuplement qui est, essentiellement, celui de la création de la société médiévale européenne dans de nouvelles régions de la Péninsule. Elles commencent toujours par la détermination générique des limites, donnant le détail des accidents topographiques et des éléments naturels qu’elles comprennent : eaux, pâturages, monts, bois... La non-détermination des limites se traduisit, à partir de 1270 approximativement, par des procès multiples entre les communautés rurales, dès le moment où les rotures atteignirent un développement suffisant pour affecter les terres situées entre deux termes susceptibles de disputes.

  • 19 La « cahizada » de semence était la superficie que l’on pouvait semer avec un « cahiz » de grain ( (...)
  • 20 Cette extension s’appelle « parellada ». La charte citée d’Algars date de 1281, et est publiée par (...)

9La répartition des terres en lots bien spécifiés n’est pas fréquente dans le Bas Aragon. Dans la charte de Villarluengo, on mentionne « sortes » un petit lieu repeuplé par Jacques I par trente personnes en 1271, quinnones serni que iam antiquitus ipse terre divise fuerunt, mais le cas le plus clair est Monroyo, où chaque nouveau venu avait droit à 24 « cahizadas » de semence19, avec un cens de un « cahiz » de céréale, ce qui correspond avec les usages qu’impose l’ordre du Temple dans la Terra Alta durant le xiiie siècle, et qui dérive des coutumes de Lérida20. La norme en vigueur à Alcañiz, et probablement applicable à toute la région, est la condition d’un an et d’un jour, selon laquelle la possession sans obstacle d’un bien immeuble durant ladite période est preuve suffisante pour la propriété définitive. De cette façon, il n’existe pas de limitation à la quantité de terre que peut cultiver un habitant, ce qui stimule autant le repeuplement que le défrichement des terres.

  • 21 Bullarium Ordinis, p. 40-41, donation royale de Monroyo. Les services militaires sont allégés vers (...)
  • 22 Voir la charte de La Fresneda ; à Villarluengo, par exemple, on n’indique que nostras dominicatura (...)

10Tous les documents de ce genre que nous conservons manifestent la rétention seigneuriale des droits banaux, fours et moulins, justice seigneuriale et calonias, dîmes et prémices, armée et chevauchée super gentem sarracenorum et le quint du butin des expéditions, éventuellement les droits de marché et de péage et omnibus que ad potestatem terre spectant et pertinent aut pertinere debent21. Les seigneurs se réservent aussi des dominicaturas, champs, vignes et vergers, pour l’exploitation et la familia. Cependant, les témoignages de ces réserves proviennent fréquemment de documents plus tardifs, étant donné que les chartes ne sont pas très explicites à ce propos22.

  • 23 A Cantavieja, Mirambel, La Cuba, etc., on cite cette expression.
  • 24 Aux Cortes de Saragosse en 1283, les hommes d’Alcañiz demandent que como Alcaniz seya poblado a co (...)
  • 25 Archivo de la Catedral de Valencia, parchemin no 443 (1263) : le « zalmedina » et les « jurados » (...)
  • 26 BRAH/CSC, 1-17, ff. 19-20 (1263) : l’ordre de Calatrava concède aux hommes d’Alcañiz qu’ils ne for (...)

11Les Ordres diffusent, comme régime de droit dans ces seigneuries à travers les chartes de population, les « fueros » de Saragosse, à Alcañiz, Villarluengo, Castellote, Calaceite, La Fresneda, Monroyo, Iglesuela del Cid, Mirambel, Caspe, Cantavieja, Tronchon, Castelserás, etc. Les « fueros » de Saragosse ont un contenu judiciaire : et omnes plazitaciones sint ad forum Cesaragustanum...23, mais dans les communautés urbaines, en particulier celles qui appartiennent à Calatrava, ils acquièrent un sens de privilège et leurs habitants rivalisaient avec les citadins de Saragosse en ce qui concerne les exemptions tributaires et les réductions de services militaires. Cependant, jusqu’au milieu du xiiie siècle et, surtout, jusqu’à la crise de l’Union — des nobles et des villes aragonnaises contre Pierre III en 1283-1285 — les réclamations des habitants du Bas Aragon et les concessions royales qui en découlent n’ont pas une valeur si nette de privilège comme ils l’auront alors et par la suite24. Par extension, ces localités avaient la régulation des marchés — ceux dits « poids et mesures » — dérivés de ceux de Saragosse25 ; elles levaient des armées si la convocation incluait les habitants de Saragosse, etc.26.

  • 27 La charte de La Cañada de Benatanduz, Ledesma, ouv. cit., appendice 3 ; pour Aliaga, cf. note 15. (...)

12La Cañada de Benatanduz, repeuplée par le Temple vers 1198 et Aliaga par l’Hôpital en 1216, toutes deux sous le « fuero » de Daroca, constituent deux cas exceptionnels dans l’ordre juridique. Ce « fuero » s’inscrit dans le grand ensemble des « fueros » d’Extrémadure, dont les pôles de diffusion sont Teruel et Cuenca, et qui présentent une normative complexe du droit civil et pénal de frontière27.

  • 28 Bulles de Grégoire VII en faveur de Sancho Ramirez et ses successeurs (1074) et Urbain II dans le (...)
  • 29 A Villarluengo : promittimus enim vobis (...) quod preparemus ecclesiam sive ecclesias de Villarlo (...)

13Dès la formation d’un centre de peuplement, les Ordres militaires se réservaient également les dîmes et les prémices. La perception de tributs ecclésiastiques vient de la donation par le roi des églises et des seigneuries — en vertu du droit attribué à la monarchie aragonnaise par les papes sur les églises reconquises28 — et se justifie par le caractère d’institution religieuse des Ordres. Dans les villages de Calatrava, les prémices étaient employés aux dépenses de la construction de l’église locale, alors que dans ceux du Temple, l’Ordre se chargeait de ce problème et levait intégralement les deux impôts29. Le paiement des dîmes était prescrit avec soin et on pouvait en arriver à exiger serment en cas de doute sur le total à payer. Dans les villages dépendant de Cantavieja, on délimite un niveau imposable selon lequel les personnes dont les champs et les vignes produisaient moins d’une « fanega » de grain et d’une « saumada » de vin de dîme, au lieu de payer celle-ci, paieraient une taxe de quatre soldes. Si l’on dépassait cette quantité de production, on appliquait la dîme normale, mais on ne payait rien en argent. Le tribut sur le bétail était établi selon des tarifs fixés dans les chartes, et même les arbalétriers qui vivaient de la chasse au gros gibier dans les montagnes devaient payer un quart de cert par an au château de Cantavieja, ceci montre le soin avec lequel ces textes templiers décrivent la levée de la dîme.

  • 30 Forey, The Templars, appendice, doc. XV.
  • 31 Bullarium Ordinis, p. 74-76, et également Archivo de La Seo de Zaragoza, Cartulario Pequeno, ff. 1 (...)

14Depuis le début du xiiie siècle, le siège épiscopal de Saragosse eut à résoudre des revendications sur la dîme qui affectait ces territoires. En 1221, surgit une dispute entre le Temple et l’évêque sur le quart des dîmes de La Cañada de Benatanduz et Villarluengo, seuls lieux repeuplés par l’Ordre jusqu’alors30. Et, en 1242, entre Calatrava et l’évêque pour Alcañiz et Monroyo avec leurs circonscriptions, le Bas Aragon entre le Matarrana et le Guadalope. La solution arbitrée fut la cotisation généralisée du quart épiscopal sur la totalité des dîmes à Alcañiz et ses villages, réserves acquises par l’ordre de Calatrava après 1215 inclues — Concile de Latran — étant donné qu’ils appartenaient à l’ordre de Cîteaux et tous les autres droits et rentes ecclésiastiques. L’évêque renonçait à son tour aux églises de Monroyo, Penarroya, Ráfales, Belmonte et Fornoles, l’ordre de Calatrava pouvant en disposer librement ; à ceci s’ajoute, à partir de 1278‘, Castelserás où les frères avaient cédé leurs terres et possessions pour effectuer le peuplement, et ils reçurent la moitié des dîmes31.

  • 32 Chartes de la Iglesuela del Cid, Mirambel, etc.

15Les Ordres maintinrent des droits mal déterminés dans les chartes sur les transactions commerciales, soit sur le marché, comme à Calaceite, ou comme dans les documents émis par le Temple sur les marchandises que les habitants introduisaient in terra sarracenorum, vers où s’orientait une bonne partie du commerce de cette époque, concrètement le bétail que l’on taxe à dix sous pour cent moutons, quatorze deniers par cheval à l’entrée et autant à la sortie, une « mazmudina » s’il était vendu et sept deniers par bœuf, vache ou âne32. L’expansion économique du xiiie siècle multiplia tant les besoins d’échange que le nombre de marchés locaux et de foires régionales : Alcañiz, Montalbán, Cantavieja, Monroyo, Mirambel, Valderrobres, etc., augmentant en conséquence les revenus des seigneurs en ce domaine ; c’est cependant un phénomène qui se situe à la fin du siècle.

16Le bilan global montre une contribution décisive des Ordres militaires — Calatrava, le Temple et, avec une importance secondaire, l’Hôpital et Santiago — au repeuplement du sud de l'Aragon. Après l’échec présumé des tentatives royales au xiie siècle, les Ordres parvinrent, en attirant des colons à partir de 1190, à consolider une frontière et un peuplement qui n’a pas subi de transformations importantes jusqu’à nos jours, à installer sur un territoire désertique une occupation de l’espace tant par l’agriculture que par l’élevage et, simultanément, à développer une structure d’une ampleur considérable.

Notes

1 Pour le processus de reconquête, Ubieto (Ant.), Historia de Aragon. I. La formación territorial, Zaragoza, 1981, p. 141-192.

2 Caruana (J.), « La carta puebla de Alcañiz », dans Teruel, 24 (1960), p. 129-144 ; Font Rius (J.M.), Cartas de población y de franquicia de Cataluña, Barcelona, 1969-1984, I, p. 184-185. Le document est daté de 1165, mais il s’agit d’une erreur. La liste des personnages en situe la rédaction en 1168.

3 Voir Font Rius (J.M.), « Notes sobre algunas cartas pueblas de la región oriental aragonesa », dans Anuario de Historia del Derecho Español (AHDE), 1970, p. 726 sq.

4 Forey (A.J.), « The Order of Mountjoy », dans Speculum, XLVI, 2 (1971), p. 252 sq. ; Forey (A.J.), The Templars in the Corona de Aragón, Londres, 1973 ; Ledesma (M.L.), Hospitalarios y templarios en el reino de Aragón, Zaragoza, 1982 ; Laliena (C.), La Orden de Calatrava en Alcañiz durante la Edad Media, thèse de licence inédite, Zaragoza, 1982 ; voir de même Ubieto (Ant.), La formación territorial, cit. Pour Valderrobres, Sinues (A.), « La frontera de Alcañiz en tiempo de Alfonso II », VII Congreso de Historia de la Corona de Aragón (CHCA), II, 1962, p. 258-259. Pour Monroyo, Archivo Histórico Nacional, Ordenes Militares, Calatrava, carpeta 434, no 262 (pour abréger, AHN/OM, Calatrava).

5 La concession de Monroyo au siège de Tarragone fut renouvelée en 1196 : AHN/OM, Calatrava, carpeta 434, no 263, mais en 1209 il changea cette seigneurie avec le roi et l’Ordre pour Lledó et Arenys, un peu plus au nord : Font Rius (J.M.), Cartas de población, p. 318-320. La donation de Monroyo, Molinos et Eljuve à l’ordre de Calatrava : Bullarium Ordinis Militiae de Calatrava, Madrid, 1761, compilé par Ortega y Cotes (I.J.), Fernandez de Brizuela (J.) et Ortega Zuniga y Aranda (P.), réédition fac-similée, Barcelona, 1981 ; pour Maella, AHN/OM, Calatrava, carpeta 434, no 264 ; pour Montalbán, Sainz de la Maza (R.), La Orden de Santiago en la Corona de Aragon. La Encomienda de Montalbán (1210-1327), Zaragoza, 1980, appendice 4.

6 Charte de peuplement de la Iglesuela del Cid, publiée par Ledesma (M.L.), « La colonización del Maestrazgo turolense por los templarios », Aragón en la Edad Media, V (1983), Zaragoza, apendice 5.

7 Ejerique (J.), « De Maella », Boletín de Historia y Geografía del Bajo Aragón, I (1907), p. 41-42, rééd. 1982, Alcaniz. Pour Camarón, Bofarull Y Mascaro (O.), Colección de Documentas Inéditos del Archivo de ta Corona de Aragón, Barcelona, 1851, t. VIII, p. 89. Montalbán : Sainz de la Maza (R.), ouv. cit., apendice 4.

8 En plus des travaux cités, voir Higounet (Ch.), « Congregare populationem : politiques de peuplement dans l’Europe méridionale (xe-xive siècles) », Annales de Démographie Historique, 1979, p. 135-144, et Garcia Larragueta (S.), « Fueros y cartas pueblas navarroaragonesas otorgadas por Templarios y Hospitalarios », AHDE, XXIV (1954), p. 587-603.

9 L’évêque sous-inféode au clerc Fortun Robert Valderrobres, Fuentespalda et Mazaleón. Apparemment, il repeuple Valderrobres en 1183 et Fuentespalda en 1188, où nous conservons la charte : Archivo Municipal de Fuentespalda, parchemin no 4. Cette localité fut repeuplée avec une autre charte en 1232 : Archivo Municipal, parchemin no 1.

10 Un loch desert nomenat Villar Lonch, publié dans Ledesma, ouv. cit., appendices 1 et 2.

11 Font Rius, ouv. cit., p. 263-266, 301-303 et 306-308. Voir aussi le repeuplement du lieu de Pinell plus au sud de cette région, ouv. cit., p. 285-286.

12 Caruana (J.), « La Orden de Calatrava en Alcañiz », Teruel, 1952, 8, p. 154-155 ; pour les localités catalanes, cf. note 14 ; pour Castellote, Bonilla (A.), « El derecho aragonés en el siglo xii », II, CHCA, I (1920), p. 276-277 ; pour Maella, Ejerique, ouv. cit., p. 42 ; pour Aliaga, Esteban (L.), El Cartulario de la Encomienda de Aliaga, Valencia, 1979, p. 57-62.

13 Pour Calaceite, Vidiella (S.), Recitaciones de la historia politica y eclesiástica de Calaceite, Alcañiz, 1896, qui recueille des documents perdus pendant la guerre civile de 1936-1936-1939 ; pour La Fresneda, AHN/OM, Calatrava, carpeta 457, no 66 ; pour Alcorisa, Archivo de la Corona de Aragón, Pergaminos de Jaime I, no 107.

14 Archivo Municipal de La Fresneda, parchemin no 36.

15 Pour Monroyo, Belmonte et Penarroya : Vidiella (S.), « El Cartulario de Monroyo (Aragón). Descripción, extrados y notas », I, CHCA (1909), p. 176-177, document détruit probablement pendant ladite guerre ; aussi Ledesma, ouv. cit., appendices 4, 5 et 6 ; pour Cantavieja, Benito Ruano (E.), « La Encomienda Templaria y Sanjuanista de Cantavieja (Teruel) », Homenaje Lacarra, Zaragoza, 1977, t. III, appendice 1.

16 Les villages sont mentionnés en 1263 : Crivillén, Berge, Alcorisa, Alloza, Cretas, Valjunquera, Valdealgorfa, La Torrecilla et La Codonera ; voir Biblioteca de la Real Academia de la Historia, Madrid, Colección Salazar y Castro, I-17, ff. 19-20 (BRAH/CSC).

17 Pour Tronchón, Ledesma, ouv. cit., appendice 7 (1272). La concorde citée, Bullarium Ordinis, p. 138-141 (1276).

18 Villarluengo (1197), 20 ; La Fresneda (1224), 32 ; La Cuba (1241), 30 ; Iglesuela del Cid (1241), 260 ; Mirambel (1243), 40 ; Cantavieja (1255), 21 ; Castelserás (1278), 60 ; de plus, Fuentespalda (1232), 35, et Montoro (1271), 30.

19 La « cahizada » de semence était la superficie que l’on pouvait semer avec un « cahiz » de grain (environ 140 kg).

20 Cette extension s’appelle « parellada ». La charte citée d’Algars date de 1281, et est publiée par Font Rius, ouv. cit., p. 505-507.

21 Bullarium Ordinis, p. 40-41, donation royale de Monroyo. Les services militaires sont allégés vers la moitié du xiiie siècle.

22 Voir la charte de La Fresneda ; à Villarluengo, par exemple, on n’indique que nostras dominicaturas.

23 A Cantavieja, Mirambel, La Cuba, etc., on cite cette expression.

24 Aux Cortes de Saragosse en 1283, les hommes d’Alcañiz demandent que como Alcaniz seya poblado a costumpne de Çaragoça que les seya observado e quardado, segunt que a los ciudadanos de Çaragoça end todo e end todas cosas, voir Gonzalez Anton (L.), Las Uniones aragonesas y las Cortes del Reino (1283-1301), Zaragoza, 1975, vol. II, p. 12. Une analyse plus exhaustive du développement municipal dans le Bas Aragon, des « fueros » de Saragosse et de leur influence dans ce mouvement, des privilèges obtenus par les localités et de la conjoncture de l’Union est abordée dans ma thèse de doctorat, en élaboration, El Bajo Aragón en la Edad Media : aspectos sociales y económicos (1157-1450).

25 Archivo de la Catedral de Valencia, parchemin no 443 (1263) : le « zalmedina » et les « jurados » — autorités municipales — de Saragosse expliquent aux officiers de l’Alcañiz les us et coutumes de l’« almudi » de la ville pour implanter cette réglementation du marché à Alcañiz.

26 BRAH/CSC, 1-17, ff. 19-20 (1263) : l’ordre de Calatrava concède aux hommes d’Alcañiz qu’ils ne forment d’armée que lorsque ceux de Saragosse y ont recours, sauf si le roi l’exige du commandeur. Ceci se confirme postérieurement.

27 La charte de La Cañada de Benatanduz, Ledesma, ouv. cit., appendice 3 ; pour Aliaga, cf. note 15. Les « fueros » d’Extremadure sont relativement bien étudiés : Garcia Ulecia (A.), Los factores de diferenciación entre personas en los fueros de la Extremadura castellano-aragonesa, Sevilla, 1975 ; Gautier Dalche (J.), Historia urbana de Castilla y León en la Edad Media (siglos IX-XIII), Madrid, 1979.

28 Bulles de Grégoire VII en faveur de Sancho Ramirez et ses successeurs (1074) et Urbain II dans le même sens (1095). Voir Duran Gudiol (Ant.), Colección Diplomática de la Catedral de Huesca, I, Zaragoza, 1965, documents 38 et 63, p. 53-54 et 87-89.

29 A Villarluengo : promittimus enim vobis (...) quod preparemus ecclesiam sive ecclesias de Villarlongo (...) de libris et de aliis hornamentis. Et quod faziemus eas cantare ad honorent Dei nostrique hordinis et etiam ex vobis.

30 Forey, The Templars, appendice, doc. XV.

31 Bullarium Ordinis, p. 74-76, et également Archivo de La Seo de Zaragoza, Cartulario Pequeno, ff. 199-200.

32 Chartes de la Iglesuela del Cid, Mirambel, etc.

© Presses universitaires du Midi, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.